Version classiqueVersion mobile

“Les bêtises des Grecs”

 | 
Anna Heller

Conclusion

Chapitre VIII. Du territoire aux titulatures

Texte intégral

1Dans les années 120 a.C., peu de temps après la guerre que dut livrer Rome pour prendre possession de son héritage en Asie, la cité de Colophon, qui avait résisté à Aristonicos, obtient du Sénat une série de décisions entérinant sa position privilégiée : la confirmation de son statut de cité libre, qui la place en-dehors de la province nouvellement créée, et la délimitation de son territoire, agrandi aux dépens de cités voisines. Plus de trois siècles plus tard, lorsque Septime Sévère s’impose face à Pescennius Niger au terme d’un bref conflit armé et devient le nouveau maître de l’Empire, il récompense Nicomédie, qui avait choisi de le soutenir, par l’octroi d’une deuxième néocorie et le droit de se parer du nom dynastique Sévèrianè ; ces privilèges permettent à la cité de l’emporter définitivement sur sa rivale Nicée, que sa haine pour Nicomédie avait poussé à combattre dans le camp opposé. Cet épisode, qui fait suite à une longue période de paix, peut être et a été analysé comme le signe d’une continuité souterraine : dès que l’occasion se présente, la guerre redevient le vecteur obligé de l’opposition structurelle qui marque les relations entre cités, et en particulier entre cités voisines.

2Mais la guerre de succession de 193 révèle tout autant l’évolution qui a conduit à modifier les enjeux des conflits entre cités depuis l’époque républicaine. Les privilèges accordés par le pouvoir romain, s’ils n’ont, dans ce cadre, pas changé de fonction – élever une cité au-dessus des autres et lui permettre de faire valoir ses revendications au détriment des autres –, ont en revanche changé de nature. À Colophon était reconnue une position extérieure à la province, qui s’accompagnait de gains de territoire. Nicomédie se trouve, elle, placée symboliquement au cœur de la province par son statut de grand centre religieux ; en même temps, la titulature qu’elle peut désormais afficher, plus prestigieuse que la précédente et sans équivalent dans la province, traduit sa place incontestée au sommet de l’échelle hiérarchique des cités de l’Empire. La guerre peut bien refaire surface pour régler les relations entre cités ennemies, le prix de la victoire n’est plus le même qu’autrefois : il ne prend plus la forme d’une expansion territoriale qui a cessé d’être le principal gage de la puissance d’une cité, mais passe par la reconnaissance d’un rôle de premier plan dans l’organisation de la province et l’affirmation de relations privilégiées avec l’empereur.

3Cela ne signifie pas que le territoire ait brutalement cessé d’être un objet de conflit : j’ai montré au contraire, dans la première partie, que des litiges frontaliers continuaient d’être attestés à l’époque impériale et que l’interdépendance économique de cités voisines pouvait encore donner lieu à de fortes tensions. Toutefois, l’instauration du principat a donné naissance à de nouvelles sources de revenus et de prestige, qui ont progressivement concurrencé voire remplacé le territoire comme point focal des rivalités. Ainsi, dans la région la plus anciennement urbanisée, la plus brillante et la plus prospère de la province d’Asie, où les cités se disputaient encore, à l’époque républicaine, la possession de territoires contestés depuis des siècles, la compétition pour les statuts privilégiés et les titres accordés par l’empereur semble avoir par la suite éclipsé toute autre forme de conflit. Pour rendre compte de ce déplacement de l’intérêt des cités du territoire vers les titulatures, il convient tout d’abord de retracer les étapes qui expliquent cette évolution et d’ordonner chronologiquement les principaux jalons mis en évidence au fil de cette étude thématique.

I. Les étapes de l’évolution

1) L’époque républicaine : continuité avec le passé, amorce d’une évolution

4Pour la période allant de la création de la province d’Asie à la fin des guerres civiles, la documentation réunie, essentiellement épigraphique, conduit à souligner l’importance de la première guerre mithridatique, qui introduit une coupure dans le domaine des relations entre cités. Jusque dans les années 90 en effet, celles-ci paraissent s’inscrire dans une grande continuité avec le passé. Les conflits attestés à cette époque sont souvent le prolongement de conflits plus anciens, mettant aux prises de manière récurrente des cités voisines, comme Priène, Milet et Magnésie, qui se disputent la région de Myonte depuis des décennies, ou Priène et Samos, dont l’hostilité remonte à plusieurs siècles. L’échange d’ambassades entre cités reste fréquent, comme le suggèrent les inscriptions de Priène, et des conflits peuvent se nouer et se dénouer en-dehors de toute intervention du pouvoir romain : c’est ce qui semble s’être produit entre Mylasa et Héraclée du Latmos, après des incidents violents qui avaient pour enjeu le contrôle de la région d’Eurômos. Le recours à l’arbitrage d’une tierce cité, abondamment attesté à l’époque hellénistique, demeure une solution facilement adoptée en cas d’échec des contacts bilatéraux. Lorsqu’Érythrées et Sardes tentent successivement, et sans grand succès, de mettre fin au conflit entre Priène et Milet, lorsque Pergame négocie un traité d’amitié entre Sardes et Éphèse, ces cités sont certes mandatées par le pouvoir romain, qui est sollicité en premier lieu par les parties en litige ; mais cette procédure ne diffère pas fondamentalement de celle qui avait cours avant la réduction de l’Asie en province — si ce n’est que le gouverneur semble peu à peu s’imposer comme un interlocuteur obligé, y compris pour les cités libres, et vient donc s’ajouter sur le chemin du Sénat.

5La mise en place d’une administration directe et l’exploitation fiscale de la province ne sont toutefois pas restées sans influence sur les relations de voisinage. La distinction entre cités sujettes et cités libres a conduit à une redéfinition des territoires qui a parfois alimenté ou ravivé des contestations de frontières entre cités voisines. Les abus des publicains ou de certains magistrats ont pu, dans ce cadre, jouer un rôle déclencheur. Ainsi, Colophon, en défendant sa liberté contre les atteintes du gouverneur, obtient raison contre Métropolis dans une affaire de tracé frontalier que celui-ci prétendait juger. Priène, portant plainte devant le gouverneur contre les publicains qui taxent une propriété sacrée proche de la mer, présente également ses griefs contre Milet dans un conflit concernant le port ou les eaux du golfe. Éphèse fait reconnaître dans un même mouvement ses droits sur les lacs sacrés d’Artémis, bafoués par les fermiers romains, et sur une région sans doute récemment acquise qui tentait de faire sécession. Enfin, il est possible qu’un conflit frontalier entre Pergame et Élaia, réglé par César, trouve ses origines dans les empiétements commis par les publicains sur le territoire de l’ancienne capitale attalide, peu après la création de la province.

6Dans les années 120-90, les conséquences de la présence romaine en Asie sur les conflits entre cités sont donc encore réduites. Elles semblent surtout prendre la forme de remises en cause du statut de cité libre, qui, une fois dénoncées, permettent de faire valoir d’autres revendications, toujours territoriales. Après la défaite de Mithridate en 85, ce ne sont plus les atteintes au statut de cité libre qui entraînent, presque incidemment, le règlement de conflits entre cités voisines, mais l’octroi ou la confirmation du privilège de la liberté qui s’accompagne naturellement de gains territoriaux. La campagne de Sylla, s’achevant par une réorganisation de la province, bouleverse les rapports de force locaux en instituant des vainqueurs et des vaincus, des alliés fidèles qu’il faut récompenser et des sujets rebelles qu’il faut punir. Le pouvoir romain s’impose plus durement, et de l’attitude que les cités ont adoptée à son égard dépend la réponse donnée à leurs revendications territoriales. Les cités qui ont mérité la faveur de Rome accumulent les privilèges : en plus d’être reconnues libres, elles s’étendent aux dépens de leurs voisines, dont certaines perdent la jouissance des revenus de leur territoire – comme Caunos qui est de nouveau attribuée à Rhodes et doit lui payer un tribut –, tandis que d’autres se trouvent totalement annexées – comme Thémessos et peut-être Kéramos, fondues dans le territoire de Stratonicée. Ce cumul des privilèges, conditionné par de bonnes relations avec le pouvoir romain, se reproduit au lendemain de la troisième guerre mithridatique et des guerres civiles. L’exemple de Cyzique d’abord, ceux d’Ilion et de Pergame ensuite, montrent bien que les liens entretenus par les cités avec Rome pèsent désormais de manière déterminante sur la question des conflits frontaliers ; ces exemples annoncent en même temps le fossé qui se creusera à l’époque impériale entre grandes et petites cités.

7Le passage de César en Asie confirme encore une autre évolution, liée à l’émergence de la figure de l’imperator qui tient entre ses mains les destinées de Rome et de l’Empire. Depuis Sylla, les généraux charismatiques avaient tendance à se substituer au peuple romain et au Sénat comme source de privilèges : le sénatus-consulte faisant suite à une ambassade de Stratonicée, en 81, apparaît comme la simple confirmation des décisions prises par le vainqueur de Mithridate quelques années plus tôt. Avec César, cette figure de l’imperator bienfaiteur des cités s’impose définitivement et canalise à la fois les démonstrations de loyauté et les espoirs de récompenses. Pour une cité ambitieuse qui se heurte à l’hostilité ou à la résistance de ses voisines, le succès passe par l’établissement d’une relation privilégiée avec le maître de l’Empire. Celle-ci peut découler d’une amitié personnelle, qu’un citoyen proche du pouvoir, comme Mithridate de Pergame, aura réussi à tisser et dont il fera profiter sa patrie ; elle peut aussi se fonder sur des liens collectifs, tels que les liens de parenté reconnus entre la gens Iulia et Ilion, que les deux parties trouvent avantage à célébrer. Désormais, la supériorité d’une cité sur les autres repose principalement sur sa capacité à se rapprocher de l’homme qui incarne et concentre le pouvoir suprême.

2) Les règnes d’Auguste et de Tibère : la mise en place du cadre des nouvelles rivalités entre cités

8Le long règne d’Auguste correspond, dans le domaine des conflits entre cités comme dans bien d’autres, à une période de transition, à la fois héritière de la précédente et novatrice. Une inscription comme celle qui commémore, en 6 a.C., l’action du Milésien C. Iulius Épicratès en faveur de sa patrie suggère que les conflits entre cités ont encore, dans une large mesure, les mêmes causes et la même forme qu’auparavant : Milet et ses voisines se disputent toujours les terres proches de l’embouchure du Méandre et le seul changement notable semble être l’identité de l’arbitre chargé de régler le litige – non plus le Sénat ou une cité tierce, mais le princeps. La reconnaissance de l’asylie d’Apollon Didymeus qu’obtient Milet à la même occasion fait, quant à elle, écho aux pratiques des imperatores : ce privilège faisait partie de la panoplie de récompenses utilisées à l’époque républicaine pour distinguer les cités qui en étaient jugées dignes. En revanche, lorsqu’Auguste décide de limiter le périmètre asile de l’Artémision d’Éphèse, qui avait été étendu par Antoine, il préfigure l’effort de réglementation systématique de l’asylie qui aura lieu sous Tibère. Mais les innovations fondamentales du règne d’Auguste, lourdes de conséquences pour l’avenir, sont ailleurs et tiennent à l’organisation des provinces.

9D’une part, la création d’un tribut payable en argent, venu remplacer ou doubler la dîme payable en nature, entraîne la mise en place d’un système de perception locale plus élaboré, au sein duquel les capitales de conventus, comme je l’ai soutenu, jouent le rôle lucratif d’intermédiaires. Le statut de centre d’assises acquiert dès lors un intérêt supplémentaire, à la fois matériel et symbolique, qui explique qu’il soit devenu, à l’époque de Dion de Pruse, l’un des privilèges les plus ardemment disputés. D’autre part, en autorisant les Grecs d’Asie et de Bithynie à lui rendre un culte, dont le siège commun est établi dans deux cités qui accueilleront chacune les manifestations de piété de l’ensemble du koinon, Octave-Auguste crée pour les générations futures de nouveaux objets de conflit – les statuts privilégiés liés à l’organisation du culte impérial – et donne à ces conflits à venir un nouveau cadre – la province.

10À cet égard, le règne de Tibère constitue un moment-charnière, puisqu’il pose le principe d’une duplication du privilège initial, accordé par le fondateur du principat : désormais, chaque nouvel empereur pourra accepter de faire l’objet d’un culte provincial et à chaque avènement, des cités pourront souhaiter devenir le centre de ce nouveau culte. Le choix de la candidate idéale donne déjà lieu, sous Tibère, à une compétition acharnée et les discours des délégués grecs devant le Sénat annoncent des thèmes abondamment exploités par la suite : l’antiquité des origines et la loyauté envers Rome – c’est-à-dire, bientôt, envers la lignée des Augustes – vont à terme devenir des critères importants pour déterminer la place qu’occupe une cité au sein de la hiérarchie qui structure progressivement le monde impérial. Ces thèmes ne sont pas nouveaux en soi, mais ce qui l’est, c’est leur utilisation dans le cadre d’un agôn verbal qui doit déboucher sur la victoire d’une cité, privilégiée au détriment des autres. Ce schéma a été inauguré quatre ans avant les débats concernant le temple de Tibère, lors de la révision générale des droits d’asile, qui eut lieu en 22. J’ai insisté, dans la deuxième partie, sur le décalage entre les motivations du pouvoir romain, qui considérait l’asylie comme une menace à l’ordre public et souhaitait en limiter les effets, et celles des cités grecques venues défendre leur privilège, synonyme à leurs yeux de gloire et de reconnaissance. De ce décalage naît la compétition, puisque chaque cité doit prouver aux autorités romaines que son asylie est plus digne d’être conservée que celle des autres. Même s’il est possible qu’en définitive, il n’y ait pas eu de retraits, en tout cas pas de retraits massifs du privilège, l’effort de réglementation de Rome a donné naissance à une nouvelle forme de conflit : la rivalité pour l’obtention d’un statut dont la diffusion est contrôlée par un unique centre de pouvoir, dominant un monde pacifié.

11Il est certain que le changement essentiel introduit par le principat, le point de départ de toutes les évolutions et en particulier de celle qui affecte les conflits entre cités, est la pacification de l’Empire et son unification autour d’un seul homme, dont la volonté pénètre peu à peu tous les rouages du pouvoir. À l’époque républicaine, les cités des provinces orientales pouvaient encore avoir le sentiment de vivre dans un monde multipolaire. Cette multipolarité n’avait certes plus l’évidence ni la permanence de celle du monde hellénistique, divisé entre des royaumes concurrents qui cherchaient sans cesse à s’étendre aux dépens les uns des autres. Mais l’attraction exercée par Mithridate du Pont, ainsi que les luttes entre imperatores rivaux, plaçaient les cités devant de véritables choix tactiques, déterminant leur position dans des conflits armés, et de l’issue de ces guerres romaines dépendait la configuration du rapport de force entre cités grecques. Avec l’instauration et la consolidation du régime impérial, l’unipolarité devient la norme ; elle peut être remise en cause lors des périodes d’incertitude, plus fréquentes à la fin du Haut-Empire, où s’affrontent plusieurs candidats au pouvoir, mais finit toujours par s’imposer à nouveau. Les relations entre cités sont désormais régulées par un pôle unique et stable de pouvoir.

  • 1 Pour cette idée, voir Millar 1983, 77. Cette tension lui paraît être fundamental to the nature of (...)

12Les deux épisodes-clés du règne de Tibère – la révision des asylies et le choix de la cité destinée à accueillir le nouveau sanctuaire du culte impérial provincial – illustrent les deux aspects fondamentaux et complémentaires de cette régulation : dans le premier cas, le pouvoir romain soumet la reconnaissance d’un privilège coutumier à une procédure légale, ce qui en formalise et en limite l’attribution ; dans l’autre cas, il ouvre l’attribution d’un privilège créé par lui à de nouveaux bénéficiaires potentiels. La fonction impériale se caractérise par cette tension entre la nécessité d’édicter des lois et celle d’accorder des faveurs1, qui génère la compétition autour de statuts prestigieux.

3) De Tibère à Domitien : le développement inégal des rivalités en Asie et en Bithynie

  • 2 Voir les tableaux no 3 et 4 en annexe.

13Entre le règne de Tibère et celui de Domitien, le manque de sources explicites relatives aux conflits entre cités pose des problèmes d’interprétation. Ce trou documentaire n’illustre-t-il que les aléas de la transmission des sources ou doit-il s’expliquer par une véritable absence de conflits notables ? Il me semble légitime de supposer que cette période correspond à un temps de gestation, durant lequel les cités assimilent peu à peu les changements qui affectent leur mode traditionnel de relations et définissent les règles des nouvelles formes d’affrontement qui leur sont offertes, avant de s’y engager de toutes leurs forces. Cela n’empêche pas que des oppositions aient pu déjà se mettre en place et, de fait, il est possible de saisir, à partir de quelques indications éparses, les premières esquisses des rivalités futures. Il faut établir ici une distinction entre la Bithynie et la province d’Asie, qui semblent avoir connu un décalage dans le développement des titulatures honorifiques, enjeu symptomatique des nouvelles formes de conflit2.

14En Bithynie en effet, les titres de première de la province et de métropole apparaissent assez tôt, bien que de manière encore relativement isolée : sous Claude et sous Vespasien, quelques monnaies et une inscription revendiquent le premier de ces titres pour Nicée, le second pour Nicomédie. En Asie, il faut attendre les règnes de Domitien et surtout de Trajan pour que s’ébauche la compétition autour des titres, et c’est celui de néocore qui va d’abord concentrer l’attention des cités rivales. L’explication de ce décalage est peut-être à chercher dans la disparité des modèles d’urbanisation que présentent les deux provinces. En Bithynie, seules Nicée et Nicomédie ont l’envergure nécessaire pour prétendre à la reconnaissance d’une position dominante au sein du koinon. Les autres cités doivent se contenter d’ambitions plus modestes, et il est révélateur que jusqu’à la fin du Haut-Empire, aucune d’entre elles ne cherche à afficher d’autre titre que celui, fort répandu et sans grand prestige, de “très brillante” (λαμπροτάτη) : la lutte au sommet des deux plus grandes cités de Bithynie ne supporte pas de concurrence et a donc tout loisir de se déclencher dès que l’octroi des premiers privilèges le permet. La situation en Asie est bien plus complexe.

15Dans cette province qui englobe quelques-unes des régions les plus anciennement et densément urbanisées de l’Empire, où plus d’une cité peut s’appuyer sur son glorieux passé pour revendiquer une place éminente dans le monde impérial, la mise en place de la hiérarchie qu’implique l’usage des titulatures demande plus de temps. Tibère avait distingué Smyrne, ce qui élevait celle-ci au rang des plus grandes et rendait possible, à terme, la constitution de la triade rivale de l’époque antonine – Pergame, Smyrne et Éphèse. Mais avant que ces trois cités ne s’imposent au sommet de la hiérarchie provinciale, un certain flottement semble avoir eu lieu. Des cités moyennes obtiennent ainsi des privilèges importants, dans des circonstances qui en général nous échappent. Caligula choisit Milet pour y implanter son culte provincial, et si la damnatio memoriae de cet empereur prive assez vite la cité de son nouveau statut, il reste que sur le moment, cette décision dut perturber le rapport de force naissant au sein de la province.

  • 3 Voir tableau no 2 en annexe.

16Par ailleurs, le privilège initial accordé à Pergame – sanctuaire commun et concours communs au nom d’Octave – s’est scindé, au moins dans certains cas, en deux privilèges indépendants, dont l’un est visiblement plus facile à acquérir que l’autre : il est possible que Sardes, sous Tibère, accueille déjà des concours communs de l’Asie ou koina Asias, alors qu’elle n’abrite pas de sanctuaire du culte impérial provincial ; c’est le cas de manière certaine sous Néron, et le même phénomène est alors attesté à Laodicée3. Les sources restent muettes sur les causes et les modalités de cet élargissement du cercle des cités sièges de concours communs. On en est dès lors réduit à la spéculation, mais il paraît logique de supposer, d’une part, que cet élargissement répondait à une demande collective des cités du koinon – ou d’une partie d’entre elles –, désireuses d’éviter une centralisation excessive des événements provinciaux, et d’autre part, que la caution impériale fut nécessaire pour entériner des choix qui pouvaient susciter des désaccords. Il est possible que la question de savoir où se tiendraient les concours communs ait occupé à plusieurs reprises les cités d’Asie sous les règnes des Julio-Claudiens, avant qu’une liste à peu près définitive des sièges de koina Asias ne se fixe, peut-être à l’époque de Domitien.

17Or, c’est également à cette époque qu’a lieu un événement important : la promotion d’Éphèse comme centre d’un nouveau culte impérial provincial, célébrée pour la première fois par l’usage du qualificatif “néocore”. Celui-ci prend alors la fonction d’un titre honorifique, affiché par la cité qui le détient et reconnu par les autres : dès le début du règne de Trajan, Pergame et Smyrne s’empressent d’adopter à leur tour cet usage et se désignent elles aussi comme des cités néocores. Il apparaît donc que l’initiative prise par Domitien de distinguer Éphèse – sans que l’on sache si la cité était en concurrence avec d’autres candidates – lance véritablement la compétition autour des titres dans la province d’Asie. En établissant une équivalence entre Pergame, Éphèse et Smyrne, désormais toutes trois détentrices du même statut hautement privilégié, cette décision détache nettement un cercle très restreint de cités au-dessus de la masse encore indistincte des autres. La hiérarchie qui peinait à émerger lors des règnes précédents s’institue soudain : alors que le nombre de cités sièges de koina Asias semble se stabiliser, la néocorie devient un critère de distinction supplémentaire, simple et efficace ; aux cités qui la possèdent, elle permet à la fois de se démarquer des autres, y compris des simples sièges de koina Asias, et d’affirmer entre elles une égalité propre à relancer leurs ambitions. Les rivalités typiques de l’époque impériale peuvent dès lors s’épanouir.

18Elles font d’abord s’affronter en vase clos les trois plus grandes cités d’Asie, dont la lutte se déroule à deux niveaux différents : un niveau concret, qui correspond à la quête et l’obtention de nouveaux statuts privilégiés, et un niveau symbolique, qui consiste en une célébration de plus en plus élaborée des statuts acquis. Dans les deux cas, le principe fondamental de la compétition est identique : il s’agit, pour les cités rivales, de réduire autant que possible tout écart existant entre elles. En même temps existe l’espoir que l’une parvienne à l’emporter sur les autres de manière éclatante, voire définitive, et des tentatives sont faites en ce sens ; aussi leur affrontement adopte-t-il un mouvement cyclique, l’égalité entre les rivales se trouvant tour à tour rompue puis rétablie.

19Cette mécanique, qui ne prend toute son ampleur en Asie que sous les règnes suivants, bat déjà son plein en Bithynie à l’époque de Domitien. S’il est correct, comme je le pense, de situer le discours de Dion “Aux Nicomédiens sur la concorde” au tout début de ce règne, avant que le sophiste ne soit contraint à l’exil, cela prouve que la lutte entre Nicée et Nicomédie pour le titre de première de la province remonte encore plus haut : lorsque Dion évoque les dissensions au sein du koinon, entre partisans de l’une et l’autre cité, il dépeint visiblement un phénomène récurrent, qui n’a rien de nouveau. Il est certain en tout cas que le titre de première, jusque-là détenu par la seule Nicée, est partagé, à partir de Domitien et au moins jusqu’à Hadrien, entre les deux rivales. Cet arrangement quelque peu douteux – puisqu’il met en commun un privilège dont l’essence est d’affirmer la supériorité d’une seule cité sur toutes les autres – représente malgré tout une victoire pour Nicomédie, qui a réussi, après de longs efforts, à réduire l’écart que le monopole de Nicée sur le titre de première maintenait entre elle et sa voisine.

20L’égalité ainsi acquise est abondamment revendiquée sur les monnaies à l’effigie de Domitien : Nicée et Nicomédie se définissent toutes deux comme “première de la province” ou “première de Bithynie (et du Pont)” et quelques-unes de ces émissions se répondent de manière frappante, utilisant des légendes mais aussi des types très proches. Nicomédie possède cependant une arme supplémentaire dans cette guerre des mots, puisqu’elle peut afficher, en plus du titre de première tout récemment acquis, celui de métropole, qu’elle détient depuis longtemps et que Nicée ne parviendra à s’approprier à son tour que sous Hadrien, et pour un temps assez bref. Aussi cette dernière a-t-elle recours à de subtils procédés rhétoriques pour nier la supériorité de Nicomédie en ce domaine : elle frappe une légende monétaire qui, en qualifiant Rome de métropole, subvertit le sens de ce mot et suggère que son emploi par Nicomédie, en tant que titre honorifique traduisant une position privilégiée dans la province, est sans valeur. Ce jeu sur les capacités polysémiques de certains titres, en particulier celui de métropole, cette inventivité dans le détournement des usages établis sont un trait caractéristique de la nouvelle forme de compétition, purement verbale, qui oppose les cités de l’Empire. Celles de la province d’Asie commencent à leur tour, sous les Antonins, à user de tels procédés.

4) Les Antonins : âge d’or de l’Empire, âge d’or des rivalités

21Le règne de Trajan est marqué, en Asie, par deux innovations importantes du point de vue qui nous intéresse. L’une est introduite à l’initiative des cités elles-mêmes, qui entament le processus de la compétition pour la plus belle titulature. Après Éphèse, Pergame et Smyrne se définissent elles aussi comme néocores, mettant en pratique, à travers les inscriptions, le principe d’un rétablissement de l’égalité entre les rivales. À peine revendiquée, cette égalité se trouve cependant remise en cause par Pergame, qui remplace le titre simple et sans fioritures de “néocores” par celui de “premiers néocores”, utilisant l'antériorité chronologique de sa néocorie sur celles des autres pour affirmer une supériorité d’ordre hiérarchique. À terme, la notion de primauté, diversement déclinée selon les cas, deviendra un élément central des titulatures, non seulement d’Éphèse et de Smyrne, qui rivaliseront ainsi entre elles et avec Pergame, mais encore de cités moins bien placées dans la hiérarchie, qui chercheront par ce moyen à se faire malgré tout reconnaître. L’autre innovation majeure est due à Trajan lui-même, certainement en réponse à une demande de la cité concernée. En accordant à Pergame une néocorie en son nom, l’empereur permet pour la première fois qu’une cité cumule deux cultes provinciaux des Augustes. Ce précédent relance la course aux privilèges entre les rivales, Éphèse et Smyrne n’ayant de cesse d’obtenir à leur tour, et de préférence avant l’autre, un statut similaire.

22Ce sera chose faite sous le règne d’Hadrien, au terme d’une concurrence acharnée et de quelques rebondissements : la faveur impériale fut d’abord détournée d’Éphèse vers Smyrne grâce à l’influence du sophiste Polémon, avant de revenir se porter sur Éphèse, ce qui rétablit une nouvelle fois l’équilibre entre les trois rivales, désormais toutes parées du titre “deux fois néocores”. Hadrien est donc lui aussi à l’origine d’une innovation de taille : non seulement une même cité peut cumuler plusieurs néocories, mais le même empereur peut accorder plusieurs néocories en son nom à différentes cités. La compétition pour l’obtention de ce privilège devient permanente, n’étant plus close par le premier – et auparavant unique – choix de l’empereur régnant. Outre Smyrne et Éphèse, Hadrien distingue Cyzique, qui lui doit sa première néocorie, et sans doute Sardes. Enfin, l’unique témoignage du titre de néocore pour Nicée date du même règne. Cette politique généreuse s’accorde bien avec le philhellénisme déclaré d’Hadrien et s’explique certainement en partie par la vision personnelle de cet empereur, construite en fonction des intérêts de Rome et des siens propres au moins autant que des attentes de ses sujets. Il me semble toutefois possible, pour en rendre compte, d’émettre également l’hypothèse d’une pression croissante de la part des cités, de plus en plus nombreuses à réclamer un privilège qui était devenu le plus fort symbole d’une influence provinciale. Ce début, encore timide, d’élargissement du cercle des cités néocores fait en tout cas pendant à celui qui avait permis, au cours du ier s., la création de nouveaux sièges de koina Asias. Les privilèges liés au culte impérial provincial semblent devoir se diffuser inévitablement, en conséquence d’une interaction complexe entre la volonté des empereurs et le désir des cités.

23Cette diffusion peut cependant connaître des coups d’arrêt, notamment parce qu’elle déplaît aux cités dont elle ébranle la position de supériorité. Ainsi, on est tenté d’expliquer le caractère éphémère de la néocorie de Nicée, dont il faut admettre qu’elle a été supprimée dès le règne d’Antonin, voire celui d’Hadrien lui-même – et non pas, comme le pensait L. Robert, seulement après 193 –, par une vive réaction de Nicomédie, qui aurait mené campagne pour retrouver le monopole de ce privilège au sein du koinon. Le fait que cette cité ait réussi à rester, durant tout le Haut-Empire, la seule métropole de Pont-Bithynie suggère, de sa part, une ténacité particulière. Dans l’évolution qui tend à lui donner, au iiie s., un premier rang incontesté, l’épisode de la lutte entre Septime Sévère et Pescennius Niger n’est que l’ultime étape ; auparavant, Nicomédie avait déjà su, peut-être en profitant d’autres erreurs de sa rivale dont nous n’avons pas connaissance, peut-être aussi en faisant valoir sa plus grande prospérité économique, faire progressivement retirer à Nicée ses plus précieux privilèges. La politique d’Hadrien représente un renversement frappant, mais momentané, de cette tendance de fond : la dédicace en l’honneur de cet empereur est la dernière occurrence connue du titre de première de la province pour Nicée, et la seule occurrence des titres de néocore et de métropole. Le mouvement de générosité d’Hadrien a, dans ce cas, été suivi d’une réaction puissante, qui a fait perdre à Nicée non seulement les privilèges nouvellement acquis, mais encore celui qu’elle détenait au moins depuis le règne de Claude et qu’elle avait déjà dû, dans un premier temps, accepter de partager avec sa rivale.

24En Asie, les règnes d’Antonin et de Marc Aurèle correspondent également à un retour en arrière par rapport à la politique “libérale” d’Hadrien. Cette réaction ne prend toutefois pas la forme d’une suppression des néocories accordées, mais celle d’un ralentissement de la diffusion du privilège amorcée sous Hadrien. Antonin se contente d’un seul culte provincial en son nom, qu’il décide de situer à Sardes. Marc Aurèle, quant à lui, refuse jusqu’au bout, et dans tout le monde grec, qu’un koinon lui rende les honneurs divins. Là aussi, il faut faire la part de la personnalité morale et politique de ces empereurs, mais cela n’empêche pas d’établir un lien entre leur attitude face à la néocorie et l’évolution de la réalité provinciale. Tout comme Hadrien a pu décider d’accorder plus largement le privilège pour répondre à une demande accrue des cités, ses successeurs ont peut-être, à l’inverse, mesuré les conséquences de cette diffusion et voulu y mettre un frein. Les sources indiquent en effet que durant cette période, les rivalités entre cités sont devenues une préoccupation pour le pouvoir romain, qui tente à plusieurs reprises de les apaiser, sans grand succès : le phénomène des titulatures honorifiques est lancé et la compétition qu’il traduit et génère à la fois est devenue un trait récurrent de la vie de la province. L’augmentation du nombre de cités néocores, au lieu d’aboutir à un nivellement des positions privilégiées, contribue au contraire à fixer une hiérarchie qui se complexifie.

25Tout d’abord, les trois plus grandes cités d’Asie conquièrent définitivement leur place d’exception dans la province et leur rivalité est reconnue par tous. Lorsqu’Antonin est sollicité, entre 140 et 144, pour régler un incident diplomatique survenu entre Éphèse et Smyrne, il souligne que Pergame a respecté la titulature d’Éphèse, ignorée par Smyrne dans un document officiel : il a conscience d’arbitrer une relation triangulaire, et non pas simplement bilatérale. Dans cette relation, Smyrne occupe une place un peu à part, dans la mesure où elle ne développe pas encore (ou en tout cas n’utilise pas systématiquement) de formule fixe et élaborée mettant en valeur sa position dans la province – ce que j’ai appelé une titulature-standard. Pergame et Éphèse ont, elles, adopté de telles titulatures-standard dès les années 120 ou 130, dans un effort visible pour se concurrencer. Le relatif effacement de Smyrne sur ce champ de bataille particulier s’explique peut-être par le fait que, contrairement à ses deux rivales, elle ne peut pas afficher le titre prestigieux de métropole d’Asie – un statut qu’elle n’obtiendra vraisemblablement que sous Caracalla. Cela ne l’empêche pas de se battre sur un terrain plus concret, puisqu’elle envoie, en 144/145, une ambassade à Antonin dans le but de défendre les droits de ses temples – entendons les temples provinciaux de Tibère et d’Hadrien. De même, la stabilité des titulatures-standard d’Éphèse et de Pergame, qui n’évoluent plus jusqu’au règne de Caracalla, ne signifie nullement que ces deux cités se sont provisoirement retirées de la lutte pour les privilèges. Au contraire, le discours sur la concorde tenu par Aristide devant le koinon d’Asie, en 167, prouve que cette lutte fait toujours rage : le sophiste s’adresse spécifiquement à Éphèse, Smyrne et Pergame, qu’il définit comme les cités qui se disputent le premier rang (τὰ πρωτεῖα). La triade rivale, qui continue de s’opposer sans trêve, occupe de manière incontestable le sommet de la hiérarchie provinciale.

26Cependant, d’autres cités commencent à faire entendre leur voix, en adoptant les armes de la nouvelle compétition. Cyzique fait frapper sur ses monnaies, à partir du règne d’Antonin, le titre de néocore. Sardes affiche celui de deux fois néocore dans une inscription ornant une statue de Lucius Verus. Plusieurs degrés apparaissent sur l’échelle hiérarchique des cités. Le nombre de néocories possédées est un élément déterminant pour se situer sur cette échelle, mais il n’est pas le seul. Ainsi, Sardes et Smyrne sont, de ce point de vue, à égalité, mais l’histoire de leurs ascensions respectives ne les met pas en position de rivalité directe : l’avance de Smyrne, entrée très tôt dans la compétition et au plus haut niveau, est bien trop importante. D’autre part, une cité comme Milet, qui a perdu sa néocorie de Caligula et n’en a pas encore retrouvé d’autre, peut toutefois revendiquer une place au sein de la nouvelle hiérarchie. Elle développe à partir du règne d’Antonin une longue titulature, qui détourne le sens des mots employés ailleurs en référence à des statuts officiellement octroyés et reconnus : en se définissant comme “la première à avoir été fondée en Ionie et la métropole de nombreuses et grandes cités dans le Pont, en Egypte et partout dans le monde”, Milet cherche visiblement à faire écho aux titres de première d’Asie et de métropole d’Asie, qu’elle ne possède pas et ne possèdera jamais. Elle compense ainsi un rang modeste au sein du koinon par l’exaltation de son rôle historique, auquel elle donne la même valeur légitimante qu’aux privilèges nés du nouveau régime. De manière similaire mais beaucoup moins affirmée, Stratonicée, dans une unique inscription datant des années 160-170, inclut l’adjectif “autochtone” dans sa titulature et s’appuie vraisemblablement sur son rôle au sein de koina régionaux à l’époque hellénistique pour revendiquer le titre “métropole de Carie”.

  • 4 SEG, 34, 1984, 1089.

27Il est notable que l’identité carienne (tout comme, plus tard, l’identité lydienne à Sardes) puisse être revendiquée avec la même fierté que les racines grecques. Dans les deux cas, le passé, l’antiquité des origines deviennent des critères de rang, susceptibles d’être changés en titres et utilisés dans la compétition qui se joue au niveau provincial. Celle-ci s’ouvre donc à des cités qui, autrement, n’auraient pas eu le moyen d’y prendre part. La philoneikia, ce goût des rivalités qu’une lettre de Lucius Verus semble dénoncer4, se généralise et se traduit de plus en plus souvent par l’adoption de titulatures honorifiques, condition quasi-nécessaire pour sortir du lot des cités sans gloire.

28L’importance prise par les mots gravés et frappés pour définir le rang d’une cité trouve une illustration éclatante sous le règne de Commode, avec le premier exemple d’une néocorie de divinité traditionnelle. Sous cet empereur, la cité d’Aizanoi affiche en effet, sur le bronze et sur la pierre, le titre “néocore de Zeus”. Alors qu’elle n’a guère fait parler d’elle auparavant, cette cité assez modeste obtient visiblement une autorisation officielle lui permettant de donner à son principal culte le même statut qu’à un culte impérial provincial. Il faut rester prudent sur ce que le mot statut recouvre dans ce cas. Il me paraît peu probable que la faveur accordée par Commode ait entraîné une participation financière du koinon à ce culte d’un Zeus local ; elle a pu, en revanche, comme dans le cas de la néocorie d’Artémis accordée à Éphèse par Caracalla, s’accompagner d’autres privilèges, tels que l’atélie, destinés à augmenter la fréquentation des fêtes de cette divinité. Mais le principal intérêt de l’obtention d’une telle néocorie semble bien être, pour Aizanoi comme plus tard pour Éphèse, de pouvoir utiliser le titre prestigieux auquel elle donne droit. La cité d’Artémis, en devenant trois fois néocore, s’élève au plus haut de la hiérarchie provinciale, dépassant momentanément Pergame et Smyrne. Les ambitions d’Aizanoi se situent à un niveau bien plus modeste, mais l’usage qu’elle fait de son nouveau titre prouve que la faveur obtenue est, pour elle aussi, le moyen de revendiquer une promotion au sein de la même hiérarchie. Elle intègre le cercle privilégié des cités néocores, qui recommence lentement à s’élargir sous le règne de Commode. Une néocorie en l’honneur de cet empereur est en effet attestée à Laodicée. La damnatio memoriae qui suivit l’assassinat de Commode fit perdre à celle-ci son nouveau rang, mais le principe d’une ouverture plus grande du privilège, en direction des cités moyennes, fait son chemin, avant de se réaliser pleinement sous les Sévères.

29En Bithynie également, les choix de Commode annoncent ceux de l’époque sévérienne. L’octroi d’une deuxième néocorie à Nicomédie parachève sur le moment l’évolution qui tendait à lui reconnaître une position de domination incontestée au sein du koinon, au détriment de Nicée. Mais les aléas de la vie politique romaine repoussent à plus tard la confirmation de ce succès : la chute de Saôteros, le favori de l’empereur qui avait fait distinguer sa patrie, prive celle-ci de son deuxième culte impérial provincial. Nicée en profite pour reprendre, vis-à-vis de sa rivale momentanément abaissée, une attitude agressive qu’elle avait abandonnée aux règnes précédents, sans doute sous le coup de son propre abaissement dû à la perte des titres de première, de métropole et de néocore ; la monnaie par laquelle elle célèbre le bonheur du monde sous le règne de Commode traduit la satisfaction que lui procure la mésaventure de Nicomédie. Cette revanche est toutefois éphémère, puisque son choix malheureux dans le conflit entre les deux prétendants au trône après la mort de Commode ôte à Nicée tout espoir de concurrencer sérieusement Nicomédie, qui, elle, a soutenu le nouvel empereur. La rivalité entre les deux cités ne s’éteint pas pour autant, et le phénomène des titulatures honorifiques atteint alors, en Bithynie comme en Asie, son degré de développement maximal.

5) Les Sévères : élargissement et intensification de la compétition

  • 5 Voir tableau no 2 en annexe.

30En Bithynie, l’avènement de Septime Sévère consacre donc la victoire définitive de Nicomédie sur Nicée – et le Nicéen Dion Cassius peut évoquer avec nostalgie le temps lointain où sa patrie était la plus prestigieuse cité de la province. En Asie, il est probable que Cyzique et Sardes obtiennent alors la reconnaissance du statut de métropole provinciale et renouvellent leur titulature pour mettre en valeur cette promotion. Mais c’est le règne de Caracalla qui apporte les changements les plus notables. Cet empereur accorde en effet un nombre impressionnant de néocories, surpassant de loin la générosité d’Hadrien en ce domaine : Éphèse, Pergame et Smyrne gagnent grâce à lui leur troisième néocorie, Cyzique sa deuxième, et plusieurs cités plus modestes accèdent pour la première fois à ce statut privilégié – Laodicée, Tralles, Philadelphie. La coïncidence est frappante entre cette liste des nouvelles cités néocores et celle des cités qui, depuis plus d’un siècle, ont progressivement obtenu le droit d’accueillir des koina Asias : ces concours sont attestés à Laodicée et à Tralles dès le ier s., à Philadelphie dans la première moitié du iie. Or, ces mêmes cités semblent bien obtenir, dans le sillage de leur première néocorie, le statut de métropole d’Asie5. Il apparaît ainsi que les statuts privilégiés liés au culte impérial provincial se divisent en trois catégories hiérarchisées – dans l’ordre croissant, siège de koina Asias, néocore et métropole – auxquelles les mêmes cités accèdent progressivement, gravissant un à un les échelons. Il peut y avoir des exceptions à cette règle, qui n’était sans doute pas formalisée, mais cela ne remet pas en cause l’essentiel.

31D’une part, la diffusion des privilèges, qui est à son apogée sous les Sévères, s’est faite par étapes, l’ouverture d’une catégorie à un plus grand nombre de cités entraînant à terme celle de la catégorie supérieure. D’autre part, les bénéficiaires de ces privilèges se recrutent toujours plus ou moins dans le même cercle de cités : il est rare qu’après avoir accédé au premier échelon de cette hiérarchie, une cité ne soit pas, tôt ou tard, élevée au suivant. Ce phénomène mérite une réflexion particulière et j’y reviendrai plus loin. Pour l’instant, je voudrais souligner l’évolution que connaît la hiérarchie provinciale en Asie sous les Sévères : on pourrait dire que la base de la pyramide s’élargit, tandis que son sommet s’élève. Ce double mouvement est le plus visible sous Caracalla, mais se poursuit aux règnes suivants. Ainsi, Élagabal accorde une quatrième néocorie à Éphèse, ce qui donne à celle-ci, jusqu’à la damnatio memoriae de cet empereur, une position inégalée dans la province. Il distingue également Milet, qui obtient enfin une nouvelle néocorie, Sardes, qui confirme, en devenant trois fois néocore, qu’elle est désormais l’une des cités les plus prestigieuses d’Asie, et probablement Hiérapolis, cité bien plus modeste. Quant à Sévère Alexandre, ses deux choix résument l’évolution que je viens de décrire : en redonnant à Cyzique une deuxième néocorie qu’elle avait perdue sous le règne de Macrin, il prolonge l’ascension des cités qui se sont imposées juste en-dessous des trois plus grandes ; en permettant à Magnésie du Méandre de se proclamer néocore d’Artémis, il continue d’ouvrir cette catégorie privilégiée à des cités qui en étaient jusque-là exclues.

32En même temps que cette diffusion des privilèges, on constate sous la dynastie sévérienne une surenchère dans l’expression des rivalités de rang, à tous les niveaux de l’échelle provinciale. Les titulatures s’enrichissent, gagnant en longueur et en grandiloquence. Les trois plus grandes cités développent, par le biais des inscriptions et des légendes monétaires, un jeu de répliques particulièrement poussé, qui leur permet de revendiquer toutes trois une primauté dont la justification varie mais le but reste identique : ne pas laisser l’une d’elles accaparer au détriment des autres cette notion prestigieuse. Alors que Pergame et Éphèse se disputent pour savoir laquelle peut se déclarer “première trois fois néocore”, en jouant sur la distinction entre troisième néocorie impériale et troisième néocorie tout court, Smyrne, qui se lance enfin dans la compétition pour la plus belle titulature, obtient de se définir comme “la première d’Asie en grandeur et en beauté”. Ce titre représente sans doute un lot de consolation, destiné à compenser l’absence de toute autre forme de primauté ; fondamentalement, son contenu ne diffère pas de celui des titres de “très grande” ou “très belle”, qui commencent à se répandre à cette époque dans les provinces orientales. Mais la forme est ici essentielle : elle permet à Smyrne de ne rien céder de ses ambitions et de se maintenir au même niveau que ses rivales, tout en se démarquant résolument de la masse des cités aux titulatures plus ordinaires.

  • 6 IGR, IV, 1249. L’inscription honore un personnage dont le nom apparaît sur une monnaie de Sévère A (...)

33Celles-ci trouvent à leur tour le moyen de rehausser les maigres titres qu’elles possèdent, notamment par le recours à une confirmation officielle qui, en droit, n’est pas nécessaire. C’est ainsi que Thyatire se proclame “très brillante, très remarquable et très grande, conformément aux copies des actes sacrés et aux décisions et décrets de la très brillante province d’Asie”6. Le fait que des titres sans grand éclat, ne traduisant pas de privilèges précis, soient néanmoins soumis à l’approbation des autorités provinciales et romaines témoigne d’une exacerbation des rivalités qui devait peser considérablement sur la vie de la province : si la moindre initiative en matière de titulature donnait lieu à des débats et des votes lors des réunions du koinon, ainsi qu’à des ambassades auprès de l’empereur, c’est bien que les questions de rang étaient devenues une préoccupation centrale pour un nombre croissant de cités.

  • 7 D.C. 54.23.7-8, commenté dans Bull. ép., 1970, 407, qui corrige l’interprétation proposée par Pipp (...)

34Un aspect important de cette surenchère dans l’usage des titulatures est la fréquence avec laquelle sont revendiqués des liens avec le pouvoir central. Le titre d’amie et alliée du peuple romain, quelque peu tombé en désuétude du fait de la pax Romana, est de nouveau affiché avec insistance, notamment par Sardes, qui se déclare en outre “proche de notre seigneur l’empereur”. Les noms dynastiques se multiplient, formant parfois des chapelets de titres à eux seuls : Dion Cassius déplore qu’ils soient désormais adoptés de manière anarchique, alors qu’au temps d’Auguste ils faisaient l’objet d’une autorisation du Sénat et étaient le signe d’une élection particulière7. Il est certain qu’il faut expliquer ce phénomène par les troubles de succession qui marquent la fin du Haut-Empire, mais les relations de cause à effet ne sont pas faciles à déterminer et ne fonctionnent pas forcément en sens unique. Les violences qui entourent la transmission du pouvoir rendent plus nécessaires que jamais les déclarations de loyauté une fois la situation éclaircie. Aussi bien la victoire de Septime Sévère, inaugurant une nouvelle dynastie, que les avènements de ses successeurs, presque tous montés sur le trône à la faveur d’un assassinat, appellent une réaction de la part des cités, soucieuses de ne pas se compromettre par une attitude trop réservée envers le nouveau maître de l’Empire. Elles ont d’autant plus intérêt à insister sur leurs bonnes relations avec l’empereur régnant que les vicissitudes du pouvoir peuvent avoir des conséquences négatives sur leur position dans la province : ainsi, Pergame se voit privée par Macrin des privilèges que lui avait consentis Caracalla, et les nombreuses damnationes memoriae de l’époque rendent précaire toute nouvelle promotion due à la faveur impériale. En réaffirmant, à chaque changement de pouvoir, leur fidélité à Rome et à l’empereur, les cités cherchent donc en partie à faire face à la menace récurrente d’une remise en cause de leurs privilèges.

  • 8 Voir en ce sens Mitchell 1990, 192, qui pense en particulier aux nombreuses fondations de concours (...)

35Mais l’explication peut tout aussi bien être renversée : dans un système en crise, les détenteurs du pouvoir suprême, confrontés à la possible remise en cause de leur position, distribuent les faveurs et encouragent les manifestations de loyauté comme autant de symboles légitimants8. La demande est à double sens et le résultat de cette interaction profite aux deux parties. Ce circuit d’échange n’est toutefois pas fermé sur lui-même et l’intérêt qu’il présente dans notre perspective est précisément sa profonde imbrication avec le phénomène des rivalités entre cités. Les titres exprimant la loyauté envers Rome sont utilisés, comme les autres, pour concurrencer la position d’une cité rivale. C’est très clair dans le cas de Nicée et Nicomédie.

36La longue titulature qu’affiche Nicée dans une dédicace à Plautille, sans doute gravée début 202, remplit ainsi de multiples fonctions. En se proclamant “très brillante et très grande, amie et alliée, fidèle au peuple romain, liée à la maison des empereurs par des liens ancestraux, Aurelianè Antoninianè, très pieuse”, Nicée affirme d’abord sa réhabilitation auprès du nouveau pouvoir, après l’épisode compromettant qu’a constitué son soutien à Pescennius Niger. Les deux noms dynastiques qu’elle se donne et qui la rattachent à Caracalla suggèrent que celui-ci ne fut pas étranger à cette réhabilitation ; ils sont à la fois, pour la cité, une manière d’exprimer sa reconnaissance et, pour le jeune César associé au trône, un moyen de gagner sa place dans le système dynastique en formation et de préparer son futur avènement. Le système d’échange entre maître et sujets fonctionne ici à plein. Mais la ronflante titulature de Nicée est aussi une tentative, assez pathétique, de conserver sa place d’honneur au sein de la province et de nier la supériorité pourtant indéniable de Nicomédie. Elle forme en effet comme une réplique plus pâle de la titulature affichée par Nicomédie à la même époque, qui se décline ainsi : “la très grande métropole, première de Bithynie et du Pont, Hadrianè Sévèrianè, deux fois néocore, sacrée et asile, amie, fidèle et alliée du peuple romain depuis longtemps”. En particulier, on sent bien que si Nicée a tenu à se donner deux noms dynastiques pour évoquer ses liens avec un seul représentant du pouvoir romain, c’est avant tout pour ne pas être en reste face à Nicomédie, qui en possédait deux. La situation d’infériorité objective dans laquelle elle se trouve n’a pas émoussé sa combativité et elle exploite à plein les armes dont elle dispose.

II. Les caractéristiques de l’évolution

1) Le cumul des privilèges

  • 9 Dans la mesure où les grandes cités ne pouvaient plus s'imposer à la tête d'empires hégémoniques c (...)
  • 10 Pour un exemple précis de la différenciation accrue entre cités, notamment en termes de population (...)

37Au terme de cette étude, on ne peut qu’être frappé par le nombre relativement restreint de cités qui ont inspiré l’essentiel de ma réflexion sur les conflits et les rivalités de l’époque impériale. Cela tient à la documentation, qui fait une place de choix à l’incessante compétition que se livrent les trois plus grandes cités d’Asie et les deux plus grandes de Bithynie. Dans les sources littéraires, les références à cette compétition peuvent avoir pris, dans une certaine mesure, la valeur de lieux communs, destinés à illustrer un phénomène plus général. Mais la confrontation avec les sources épigraphiques et numismatiques, qui témoignent abondamment de la tension récurrente marquant les relations entre ces cités, prouve que leur rivalité occupait véritablement le devant de la scène provinciale. Éphèse, Pergame et Smyrne en Asie, Nicomédie et – peut-être dans une moindre mesure – Nicée en Bithynie, atteignent un degré de prospérité, de rayonnement et de prestige inégalable : par le nombre de leurs habitants, le développement de leurs structures urbaines, la concentration d’activités culturelles et religieuses en leur sein, le cumul de statuts privilégiés et des titres les plus brillants, ces cités se détachent loin devant toutes les autres. Elles se disputent une position hégémonique qui ne saurait être remise en cause depuis le bas de l’échelle provinciale. Le fossé entre grandes et petites cités, qui a pu paraître se réduire à l’époque hellénistique9, se creuse à nouveau, de manière parfois spectaculaire, à l’époque impériale10.

  • 11 Voir tableau no 2 en annexe.
  • 12 Comparer avec le tableau no 1 en annexe.

38En-dessous des deux ou trois plus grandes, qui gardent toujours leur avance parce qu’elles obtiennent de nouveaux privilèges à mesure que d’autres progressent dans la hiérarchie statutaire, il existe un cercle un peu plus large de cités qui peuvent se prévaloir d’une place importante dans la province et vont elles aussi, au fil du temps, cumuler les privilèges octroyés par le pouvoir romain. C’est en Asie que s’observe le mieux ce phénomène : le réseau urbain y est suffisamment dense pour permettre une différenciation des niveaux de richesse et de prestige entre les cités. J’ai mis en évidence le parcours gradué suivant lequel les mêmes cités se trouvaient progressivement promues aux différents statuts liés à l’organisation du culte impérial provincial : siège de koina Asias, néocore, métropole11. La plupart de ces cités jouissent aussi, souvent depuis longtemps, du statut de capitale de conventus12. Ainsi, Sardes, Cyzique et Milet sont centres d’assises depuis l’époque républicaine ou augustéenne et deviennent, par la suite, des centres de plus en plus importants du culte impérial provincial. Philadelphie est attestée, au milieu du iie s. p.C., à la fois comme capitale de conventus et siège de koina Asias, et elle fait partie des cités qui, sous les Sévères, accèdent aux statuts les plus prestigieux, ceux de néocore et de métropole. Tralles et Laodicée parachèvent elles aussi leur ascension au début du iiie s. ; or, elles ont toutes deux été centres d’assises à l’époque républicaine, avant de perdre ce statut sous Auguste – de manière certaine pour Tralles, moins assurée pour Laodicée.

  • 13 Un autre facteur expliquant la disparité des sorts de Milet et de Priène sous l’Empire tient aux o (...)

39Inversement, une cité comme Priène, qui se distingue, au début du ier s. a.C., par une intense activité diplomatique, qui entre alors en conflit avec plusieurs de ses voisines et sort victorieuse d’un litige avec Milet, tombe dans une certaine obscurité à l’époque impériale : elle ne recueille aucun des privilèges permettant de s’imposer sur la scène provinciale. À la différence de son ancienne rivale Milet, elle n’a jamais été choisie pour accueillir les assises du gouverneur, et l’on serait tenté de voir là un des facteurs expliquant son relatif déclin, face à une voisine avec laquelle elle a longtemps pu se mesurer d’égale à égale13. La règle n’est pas absolue, et certaines cités continûment attestées comme capitales de conventus sous l’Empire, par exemple Adramyttion ou Alabanda, n’entreprennent pas d’ascension particulière et, de manière générale, ne font guère parler d’elles. Le système des districts judiciaires, tel qu’il a été mis en place et utilisé par les autorités romaines, semble toutefois avoir joué un rôle dans la configuration des rapports de force entre cités qui se fixe à l’époque impériale.

  • 14 Voir Mitchell 1999, 18-24.

40On a pu montrer que ce système, à ses débuts, répondait à des préoccupations essentiellement pragmatiques. En particulier, l’hypothèse selon laquelle le choix des premiers centres d’assises a été en grande partie déterminé par le tracé du réseau routier construit dans les années 120 paraît très convaincante14. Ce tracé formait en effet un triangle reliant Pergame, Éphèse et Laodicée, avec des prolongements jusqu’à Adramyttion au nord de Pergame, jusqu’à Sidè au sud-est de Laodicée. À l’époque de Cicéron, une route partait en outre de Laodicée vers le nord-est, passant par Apamée et Synnada – toutes deux attestées comme centres d’assises. En Carie, le réseau routier n’était pas aussi développé, mais le nombre de résidents romains rendait nécessaire la création de capitales de conventus, auxquelles le gouverneur pouvait accéder par la mer ou par des routes secondaires. La comparaison des sorts de Mylasa et de Tralles permet toutefois d’apprécier l’importance de la situation géographique pour la réussite d’une cité à l’époque impériale. Ces deux cités furent détruites par l’armée de Labiénus et perdirent en conséquence leur statut de capitale de conventus. Mais alors que pour Mylasa, cet événement semble avoir mis fin à toute ambition d’envergure, il n’a pas empêché Tralles de devenir, à terme, un centre du culte impérial provincial. L’explication tient certainement au fait que Mylasa était relativement isolée à l’intérieur du pays carien, tandis que Tralles se trouvait sur un axe majeur de communication, à la fois routière et fluviale. Ainsi, les exigences pratiques de l’exercice du pouvoir par Rome ont conduit à distinguer certaines cités au détriment d’autres. Tout en se développant économiquement, ces cités ont eu tendance à s’imposer comme les seules candidates sérieuses aux diverses promotions qu’entraîna la diffusion du culte impérial.

41L’une des conséquences de la domination romaine a donc été d’instaurer un nouvel équilibre des forces entre cités, fondé sur la prédominance de quelques-unes auxquelles étaient dévolues des fonctions de centre administratif et/ou religieux. Cette centralisation multipolaire au sein de la province a considérablement modifié la forme des conflits entre cités.

2) La mise en place d’une hiérarchie et ses conséquences

42Tout d’abord, il faut insister une fois de plus sur l’une des innovations fondamentales marquant les relations entre cités sous le Haut-Empire : la mise en place d’une hiérarchie, susceptible d’être exprimée et de se traduire de différentes manières, mais permettant toujours aux cités de se situer les unes par rapport aux autres. L’apparition du titre de première de la province est l’illustration la plus évidente de ce phénomène : si la notion de primauté sert depuis l’époque classique à définir une position dominante au sein du monde grec, la démarche qui consiste à formaliser une telle position par l’attribution d’un titre est typique de la nouvelle conception des rapports de force entre cités. Même si j’ai montré que l’existence d’une échelle hiérarchique plus complète au sein du koinon, avec des numéros de rang attribués à plusieurs cités, n’était nullement assurée, la désignation officielle d’une “première de la province” reflète la prégnance d’une vision verticale des relations entre cités. D’autres statuts privilégiés contribuent à créer des catégories nettement identifiables, ordonnées selon un schéma hiérarchique.

  • 15 Dig., 27.1.6.2.
  • 16 Il s’agit d’un très petit fragment d’inscription retrouvé à Pergame et publié par H. Hepding, AthM (...)

43Le texte du juriste Modestin, que j’ai commenté à plusieurs reprises, est à cet égard révélateur15. Écrit à la fin du Haut-Empire, il représente l’aboutissement d’une évolution entamée avec la mise en place d’une administration romaine directe et accentuée avec le principat. Il réinterprète en effet la classique distinction entre petites, grandes et très grandes cités à la lumière des réalités juridiques contemporaines : les très grandes cités correspondent, selon lui, aux métropoles provinciales, les grandes aux centres d’assises, et toutes les autres se trouvent rejetées dans la catégorie des petites cités. Cette analyse témoigne de la codification grandissante des notions de puissance et de domination. Dion de Pruse indiquait déjà, environ un siècle plus tôt, que le statut de capitale de conventus était l’un des critères essentiels pour juger de la puissance d’une cité. Les statuts liés au culte impérial provincial remplissent une fonction identique. Bien que les sources ne le disent pas explicitement, l’étude diachronique de la diffusion de ces statuts invite à supposer que les cités y accédaient en suivant un ordre bien défini, chaque statut entraînant à sa suite des privilèges supplémentaires : le droit d’accueillir des concours communs de la province est obtenu, dans la plupart des cas, avant celui d’accueillir un temple commun du culte impérial, tandis que le statut de métropole provinciale semble correspondre au plus haut degré dans cette hiérarchie. Un fragment de lettre ou d’édit impérial mentionne une faveur accordée aux cités néocores (ou une faveur semblable à celle dont jouissent les cités néocores)16 : celles-ci sont bien perçues comme un ensemble juridiquement homogène, auquel les décisions du pouvoir central peuvent s’appliquer en bloc. Il existe cependant des sous-catégories au sein de cet ensemble, déterminées en fonction du nombre de néocories détenues. L’usage des titulatures honorifiques contribue à fixer ces distinctions supplémentaires, auxquelles les autorités romaines n’accordaient peut-être pas grande importance, mais qui étaient essentielles aux yeux des Grecs. En témoigne notamment l’acharnement avec lequel les trois grandes rivales d’Asie luttèrent pour intégrer le petit mot τρίς à leur titulature – parfois au prix de procédés douteux, comme dans le cas complexe de la troisième néocorie d’Éphèse.

44Ainsi, les cités de la province se trouvent distribuées entre diverses catégories, correspondant chacune à un rang hiérarchique. Dès lors, toutes celles qui ont quelque ambition n’ont de cesse de gravir peu à peu les échelons de cette hiérarchie. Comme les privilèges sur lesquels celle-ci se fonde ne peuvent être accordés qu’en nombre limité et à un rythme mesuré, les cités désireuses de les obtenir entrent nécessairement en compétition les unes avec les autres. La conséquence de cet état de fait est que les rapports de voisinage ne sont plus l’élément essentiel du déclenchement des conflits. Désormais peuvent s’opposer des cités éloignées géographiquement, mais situées sur le même échelon hiérarchique ou aspirant à s’y retrouver. Le cadre de l’affrontement entre cités est la province, avec son organisation spécifique, et le moteur de cet affrontement est la quête de l’égalité de rang – qui traduit selon les cas le désir de dépasser ou de rattraper une rivale. Cela dit, les cités voisines continuent d’être naturellement portées à entrer en conflit, et de classiques litiges territoriaux peuvent parfois doubler ou exacerber la compétition autour des statuts privilégiés. Ainsi, Pruse et Apamée luttent à la fois pour le contrôle de certains revenus liés à l’exploitation du territoire et pour l’obtention du statut de capitale de conventus. De même, la haine farouche que se vouent Nicée et Nicomédie doit être en partie interprétée comme une simple opposition entre cités voisines. La forme que prend cette opposition, qui se joue au sein du koinon, reflète toutefois le changement des temps. Surtout, d’autres exemples prouvent que des relations d’intense rivalité pouvaient se nouer en l’absence du critère “géographique” : il suffit d’évoquer le cas d’Éphèse et de Pergame, qui n’avaient pas de frontières communes.

45Les mêmes constatations valent pour les relations conflictuelles entre cités d’importance inégale, dont l’une domine ouvertement les autres. Là aussi, une situation limitrophe tend toujours à envenimer les choses – comme en Cilicie, où Tarse est en butte aux provocations de sa modeste voisine Mallos. Mais l’oppression des petites cités par les grandes a désormais un cadre institutionnel : celui de l’organisation provinciale. J’ai notamment montré que le système des districts judiciaires pouvait être ressenti comme un instrument de domination aux mains des capitales et pouvait susciter des résistances. Les cités anonymes qui, dans ce contexte, sont soumises à Apamée de Phrygie n’étaient sûrement pas toutes des voisines immédiates. Le passage sous administration romaine a donc affecté, au terme d’une évolution assez longue, la forme des conflits entre grandes et petites cités comme entre cités rivales.

3) Rome, arbitre et agent régulateur des conflits

46Une autre caractéristique essentielle des conflits de l’époque impériale, qu’ils prennent une forme traditionnelle ou nouvelle, est qu’ils sont presque nécessairement tranchés par Rome. C’est là aussi l’aboutissement d’une évolution, dont une étape importante a été la première guerre mithridatique, qui a considérablement réduit la marge d’indépendance dont pouvaient encore se prévaloir, auparavant, nombre de cités d’Asie. Sous l’Empire, il est encore possible à des cités en conflit de régler leur différend sans l’intervention du pouvoir romain, par des négociations bilatérales. J’ai cru déceler les traces d’un règlement de ce genre entre Nicée et Nicomédie, à propos de l’accès à la mer ou aux produits importés par la mer. La réconciliation de Pruse et d’Apamée, au terme d’une assez longue querelle portant sur des questions territoriales ou économiques, est bien due, quant à elle, aux efforts de ceux qui, dans l’une et l’autre cité, ont plaidé contre le recours à Rome et pour la recherche d’une solution à l’amiable. Les difficultés qu’ont rencontrées ces citoyens – au premier rang desquels se trouvait Dion – pour faire admettre leur point de vue témoignent toutefois de ce que l’appel à l’arbitrage des autorités romaines était perçu comme une démarche quasiment inévitable. Dans les quelques cas de litiges frontaliers que j’ai étudiés, les représentants de Rome, agissant au nom de l’empereur, remplissent consciencieusement leur tâche de juges et d’arbitres, héritant du rôle tenu à l’époque hellénistique par des cités tierces ou des souverains. Cette situation s’explique naturellement par la nécessité, pour tout pouvoir central, de contrôler et de réduire autant que possible les foyers de troubles sur les territoires soumis à sa domination.

47Dans le cadre des rivalités que suscitent les statuts privilégiés issus de la conquête et de l’intégration à l’Empire – capitale de conventus, centres du culte impérial provincial –, l’obligation de passer par Rome pour déterminer l’issue du conflit est une évidence. L’obtention de ces statuts, qui mettent en jeu l’organisation même des provinces, dépend logiquement d’une autorisation impériale et les cités en compétition doivent plaider leur cause devant le maître suprême. Plus significatif est le fait que d’anciens privilèges se trouvent eux aussi soumis à la nécessaire et suffisante caution du pouvoir central. Ainsi, le statut isélastique d’un concours, qui était auparavant institué par la reconnaissance des autres États, cités et souverains, en réponse à une initiative de la cité concernée, doit désormais être accordé par l’empereur. La décision romaine s’est substituée au consensus gentium comme source de droit. Étant donné que cette centralisation implique un contrôle et une limitation de l’octroi des privilèges, il s’ensuit que les demandes des différentes cités désireuses d’augmenter le prestige de leurs cultes entrent en concurrence. Dans le cas des anciens et des nouveaux privilèges dépendant d’une autorisation de Rome, c’est donc la nécessité d’obtenir l’accord du pouvoir central qui crée les rivalités entre cités.

  • 17 Et encore l’affrontement direct de Nicée et de Nicomédie n’est-il que la conséquence d’une guerre (...)

48Mais l’on assiste également, de façon paradoxale, au phénomène inverse : l’exacerbation des rivalités entraîne de plus en plus fréquemment le recours à Rome. Les cités ont en effet tendance à faire confirmer par le gouverneur ou par l’empereur des décisions qui, en droit, n’en ont nul besoin. Elles cherchent par là à leur donner une valeur contraignante, qui permette de les imposer à des rivales susceptibles de vouloir les ignorer. C’est ainsi qu’il faut expliquer, entre autres, l’intervention d’Antonin dans l’affaire des titres d’Éphèse, oubliés par Smyrne dans un document officiel ayant trait à un événement provincial. L’arbitrage de l’empereur a très certainement été sollicité par Éphèse elle-même, soucieuse de faire reconnaître ses droits de manière irréfutable. Le pouvoir romain semble ici entraîné presque malgré lui dans les querelles entre cités. Cette situation n’en est pas moins une conséquence de l’unification du monde grec sous la seule autorité de Rome. Désormais, dans la majorité des cas, les relations conflictuelles entre cités sont médiatisées. L’épisode tardif de la guerre de succession de 193 constitue une exception à la règle suivant laquelle les cités ne peuvent plus, dans le monde impérial, s’affronter directement, les armes à la main17. Le passage par le centre pour régler leurs conflits est devenu la norme.

49En assumant ce rôle de médiateur, le pouvoir romain remplit également une fonction régulatrice. Non seulement les conflits entre cités ne sont plus susceptibles de dégénérer en guerre, mais la victoire complète et écrasante d’une cité sur une autre n’est plus possible. Nous avons vu que, dans les litiges territoriaux, les autorités romaines semblaient être particulièrement attentives aux réclamations des petites cités face aux grandes. L’appétit de puissance de ces dernières, conçu comme un phénomène naturel et inéluctable, se heurtait ainsi à des limites. Il est probable, comme le suggère le discours de Dion tenu à Tarse, que la protection offerte par Rome aux petites cités ne concernait pas que les questions territoriales et pouvait s’étendre, le cas échéant, aux conflits provoqués par une affirmation trop arrogante de la position de supériorité que conférait à certaines cités leur statut de centre administratif et religieux. Dans les relations entre rivales, la médiatisation de Rome avait le même effet régulateur. Même en Bithynie, où l’ascension de Nicomédie et le déclin parallèle de Nicée pourraient paraître consacrer la suprématie d’une seule cité sur toutes les autres, un semblant d’équilibre est maintenu. Au début du iiie s., Nicée continue d’exhiber une longue titulature, certes pauvre en privilèges concrets, mais rehaussée par deux noms dynastiques prouvant que le nouveau pouvoir l’a réhabilitée. Face à Nicomédie, elle apparaît comme une rivale très diminuée, mais une rivale tout de même. L’empereur s’est gardé de l’abaisser tout à fait, par exemple en lui déniant le droit à toute titulature.

50En Asie, la chose est encore plus claire. Éphèse peut, en un sens, être perçue comme la cité dominante, notamment du fait de sa fonction de capitale de province et de l’importance économique de son port ; cette supériorité lui est d’ailleurs reconnue par l’octroi du titre de première d’Asie, qu’elle fut sans doute seule à détenir, contrairement à l’opinion courante, durant la majeure partie de l’époque impériale. Malgré cela, les ambitions de ses deux rivales l’ont toujours empêchée de jouir d’une domination incontestable. Le titre de première lui a été fortement disputé, et si les efforts de Pergame et de Smyrne en ce domaine n’ont pas – ou pas durablement – été couronnés de succès, en revanche ces deux cités ont parfois devancé Éphèse par le nombre de leurs néocories. La capitale de l’Asie déployait alors tous ses efforts pour réduire l’écart instauré entre elle et ses compétitrices.

51De manière plus générale, on observe que la promotion d’une cité entraîne tôt ou tard celle d’une ou de plusieurs cités rivales. Ce principe de diffusion des privilèges s’explique peut-être autant par la volonté romaine de maintenir une forme d’équilibre dans les relations entre sujets que par la pression croissante exercée auprès de Rome par des cités avides de gloire. Le pouvoir central avait tout intérêt à éviter qu’une cité s’élève trop clairement au-dessus des autres : il ne fallait risquer ni une réaction de révolte de la part des cités laissées pour compte, ni la tentation, pour la cité favorisée, de concurrencer localement le pouvoir romain.

4) Le rôle nouveau de l’art oratoire

52Dans la compétition multiforme qui marquait la vie de la province, il était donc impossible de l’emporter tout à fait. Loin de décourager les cités, cette situation semble avoir, au contraire, favorisé leur tendance naturelle à s’affronter. Les conditions et les formes de cet affrontement avaient toutefois connu une mutation, et les instruments de la victoire – nécessairement ponctuelle et relative – avaient changé en même temps.

53À l’époque républicaine, les faits de guerre d’une cité jouaient encore un rôle essentiel dans la reconnaissance que celle-ci pouvait espérer de la part de Rome, et donc dans l’établissement du rapport de force avec ses voisines. Après les guerres mithridatiques, le sort des différentes cités fut déterminé non seulement par le camp qu’elles avaient choisi, mais aussi par l’ampleur des services qu’elles avaient rendus à Rome. Cyzique, par exemple, grâce à la qualité de sa préparation militaire et à la vaillance de ses citoyens, soutint victorieusement un long siège face à Mithridate et parvint presque à mettre son armée en déroute ; en récompense, elle reçut de Rome de larges portions de territoire, prises sur les cités voisines. Plus tard, Pergame dut sa liberté au fait que l’un de ses citoyens avait combattu auprès de César et l’avait tiré d’embarras à un moment critique. Dans le monde impérial, les occasions de se distinguer de cette manière sont bien plus rares.

54Sauf exception, l’empereur ne fait pas appel aux armées civiques, dont la survie n’est d’ailleurs pas toujours assurée et qui sont remplacées, dans la plupart des cas, par des milices destinées avant tout à réprimer le brigandage. C’est l’armée romaine qui assure, aux frontières, la sécurité de l’Empire pacifié. L’ouverture progressive de la carrière militaire aux provinciaux permet encore à certains citoyens de mettre, indirectement, leurs talents de soldat au service de leur patrie. On peut citer l’exemple d’Aburnius, brillant officier, dont il reste probable qu’il fit profiter Héraclée de la Salbakè, sa cité d’origine, de l’influence que ses états de service lui avaient valu auprès de Trajan, en remplissant la charge d’avocat dans un litige frontalier. Toutefois, la forme de son intervention – une plaidoirie dans un procès, au cours duquel la partie adverse avait également le droit de présenter ses revendications – révèle l’importance prise par l’art oratoire dans la résolution des conflits entre cités.

  • 18 Philostr., VS, 1.25 [539-540].

55L’illustration la plus frappante de ce phénomène est le rôle joué par les sophistes dans l’obtention des privilèges qui focalisaient les ambitions de cités rivales. Dion de Pruse assure à sa patrie la promotion au statut de centre d’assises, qu’elle recherchait en vain depuis longtemps. Ce succès, qui excite la jalousie d’Apamée, s’explique par l’amitié qui lie Dion aux représentants de la nouvelle dynastie impériale – et qui peut avoir d’autres fondements que son activité de sophiste –, mais aussi, sans nul doute, par son adresse à composer des discours bien tournés, emportant l’adhésion de ses auditeurs. Une anecdote rapportée par Philostrate dans ses Vies de sophistes met en évidence, de manière particulièrement explicite, le nouveau pouvoir conféré aux mots dans le monde impérial18. Smyrne, engagée dans une dispute ayant trait aux temples provinciaux, envoie Polémon à la tête d’une ambassade chargée de défendre ses droits à Rome. Mais le sophiste décède en chemin, et les délégués qui l’accompagnaient doivent plaider eux-mêmes la cause de leur patrie. Ils le font si mal qu’Antonin, agacé, est sur le point de mettre un terme à l’entrevue. C’est alors qu’est produit, à la demande de l’empereur, le discours que Polémon avait rédigé pour l’occasion : Smyrne repart victorieuse. Si rien n’assure que l’épisode soit véridique, il n’en fournit pas moins un témoignage intéressant sur la conception grecque des rapports entre maître et sujets, qui inclut une réflexion sur les meilleurs moyens de capter la faveur impériale. La maîtrise de l’éloquence est devenue un puissant instrument de promotion, qui peut être mis au service des cités comme des individus.

  • 19 Pour une critique de l’idée d’une position de pouvoir spécifique des sophistes, voir Bowie 1982.

56Cela ne veut pas dire que les sophistes aient été les seuls à pouvoir assurer le succès d’une cité dans un conflit ou une compétition. D’autres représentants de la classe des notables pouvaient s’illustrer dans cette tâche19. Tous devaient cependant, du fait même de leur position sociale, avoir acquis un minimum de technique oratoire, dont ils pouvaient faire usage lorsque les circonstances l’exigeaient. Du point de vue symbolique au moins, la figure du sophiste a remplacé celle du compagnon d’armes comme interlocuteur privilégié du pouvoir romain.

5) L’émergence de nouvelles valeurs

57Dans les quelques plaidoiries dont les sources nous ont conservé le souvenir – c’est-à-dire, essentiellement, les discours tenus en 22 et en 26 devant le Sénat par les délégués des cités d’Asie et rapportés par Tacite –, une place importante est faite à la notion de fidélité envers le peuple romain. Si les cités ne peuvent plus, en conséquence de la pax Romana, se distinguer par de nouveaux faits de guerre, elles ne manquent pas d’exploiter leurs anciens combats au service de Rome pour étayer leurs revendications présentes. Sous le règne de Tibère, l’empereur et le Sénat sont très sensibles à cet argument, qui apparaît comme l’un des fondements principaux du choix de Smyrne pour accueillir le nouveau temple du culte impérial provincial. Plus tard, lorsque l’usage des titres honorifiques se répand, celui d’“amie et alliée du peuple romain” est intégré aux titulatures les plus prestigieuses et contribue à définir le rang de la cité qui le détient. Parallèlement se développe une nouvelle conception de la fidélité à Rome, dans laquelle le peuple romain est remplacé par l’empereur.

  • 20 Cela n’empêche pas de considérer ce culte comme un phénomène religieux à part entière. Pour une va (...)
  • 21 Voir Jones 1999a, en particulier 94-105.

58L’une des fonctions du culte rendu à celui-ci par les provinciaux est sans nul doute d’exprimer une adhésion au pouvoir en place20. L’usage du titre de néocore, tout comme, à un niveau moins prestigieux, la publicité donnée aux multiples concours locaux rebaptisés au nom de l’empereur, attestent que la relation à Rome est désormais largement confondue avec la relation à l’empereur. Dans ce contexte, la notion d’eusebeia se trouve revisitée : elle renvoie naturellement au respect du culte des Augustes et, plus généralement, à l’acceptation de l’ordre du monde instauré par le régime impérial. La revendication de liens de parenté avec l’empereur participe du même phénomène : tout comme, à l’époque républicaine, la légende d’Énée a pu devenir un instrument politique aux mains des Grecs et des Romains, la lignée des empereurs est intégrée sans difficulté au système de parentés mythologiques qui continue, à l’époque impériale, de façonner les relations entre cités21. Le degré de proximité d’une cité avec le pouvoir romain, et en particulier avec l’empereur, est un élément essentiel pour déterminer sa position dans le monde grec.

59Plus intéressantes encore sont les conséquences de la domination romaine sur la perception du temps et la construction du passé chez les Grecs. Le sujet mériterait un développement approfondi et je me borne ici à quelques réflexions ponctuelles. L’introduction de nouveaux repères historiques pour ordonner le passé commence dès avant la provincialisation. Ainsi, l’arbitrage d’une tierce cité dans le conflit entre Priène et Magnésie, dans le deuxième quart ou au milieu du iie s. a.C., marque une étape importante dans cette évolution. La cité, mandatée par le Sénat, doit rendre une décision conforme à la formule de base que celui-ci a établi : le territoire contesté sera attribué à la cité qui le possédait au moment de l’entrée dans l’amitié romaine – c’est-à-dire, très certainement, au début de la guerre contre Antiochos. L’approche grecque de la dimension historique d’un conflit, qui consiste en général à remonter aussi loin que possible dans le passé, est concurrencée par l’approche pragmatique des Romains, qui instituent comme point de référence et événement fondateur leur première intervention dans les affaires d’Orient. La conception grecque ne disparaît pas pour autant et coexiste, par la suite, avec une vision de l’histoire influencée par Rome. À l’époque impériale, celle-ci se traduit notamment par le sens nouveau donné au concept d’origine ou de commencement : l’archè, dans les titulatures honorifiques comme dans les textes littéraires, évoque autant le début de la domination romaine, voire le début du principat, que l’époque mythique des premiers temps d’existence de la communauté.

  • 22 Voir Heller à paraître b.

60La diffusion de ces valeurs, fondées sur l’exaltation des liens avec le pouvoir romain, a conduit une école historiographique traditionnelle à développer le thème de la servilité des Grecs de l’époque impériale : ces derniers en seraient réduits à flatter bassement leurs maîtres, au mépris de leur propre dignité, pour récolter quelques privilèges illusoires. Plusieurs remarques s’imposent pour réviser cette opinion, qui, si elle n’est plus professée sous cette forme extrême, sous-tend encore nombre de réflexions sur la vie des Grecs de l’Empire. Tout d’abord, même s’il peut entrer une part d’opportunisme politique dans l’attitude des cités qui expriment leur loyauté envers Rome, cette attitude doit également être perçue comme un effort plus global d’adaptation aux réalités contemporaines, qui révèle un rapport actif au monde. En modifiant partiellement leurs catégories de pensée sous l’influence de Rome, les Grecs ne font que traduire leur appartenance à un monde unifié, dans lequel se développe progressivement une civilisation gréco-romaine, issue de l’interaction de deux cultures. Par ailleurs, il faut souligner que du côté grec, ce processus d’adaptation se fait dans une grande continuité avec le passé. C’est très clair pour le culte impérial, dont on peut rechercher les lointains antécédents jusqu’à l’époque classique. De même, l’utilisation des concepts de parenté ou d’origine pour définir la relation avec le pouvoir romain apparaît comme une façon grecque de penser Rome22. Les traditions grecques sont enrichies et infléchies sous l’effet de la domination romaine, jamais bouleversées ou rejetées.

61Mais il y a plus : les nouvelles valeurs que j’ai rapidement évoquées ne servent pas uniquement à traduire une adhésion au nouvel ordre politique ; elles sont également utilisées pour revendiquer une place privilégiée au sein de cet ordre nouveau. Loin de se réduire à de viles flatteries, elles contribuent à nourrir la quête de reconnaissance et de gloire des cités grecques, qui les mettent au service de leurs ambitions et les détournent en quelque sorte de leur fonction initiale, pour en faire une arme dans la compétition qui les oppose. Enfin et surtout, l’exaltation de ces valeurs participe à assurer des privilèges qui ne sont nullement illusoires et justifient amplement les rivalités qu’ils suscitent. En mettant en évidence, dans la deuxième partie, l’intérêt à la fois matériel et symbolique de ces privilèges, j’ai pu montrer que les Grecs continuaient, dans une large mesure, à penser les relations entre cités selon des modèles hérités de l’époque classique. Plus généralement, malgré les mutations indéniables qui affectent la forme des conflits entre cités, il faut insister sur la profonde continuité qui transparaît par-delà et au sein même des mutations.

III. Les permanences par-delà l’évolution

1) L’hégémonie classique revisitée

  • 23 Voir Mason 1974, 144-151.

62À l’époque classique, l’hégémonie consistait d’abord et avant tout en un commandement militaire. La cité hégémôn était placée à la tête d’une alliance poursuivant des buts de guerre. En ce sens, les hégémonies sont définitivement mortes à l’époque impériale. Les seuls hégémones sont désormais les représentants du pouvoir romain – sénateurs, gouverneurs, fonctionnaires de toutes sortes. Et encore n’est-il pas sûr que le sens primitif du terme était toujours perçu dans cet usage nouveau. L’hégémonie de Rome était tout simplement sa domination directe et incontestable sur le monde grec23. Pourtant, si le contenu premier de l’hégémonie classique et l’usage même du mot ont disparu de la sphère des relations entre cités, les formes de domination qu’entraînait presque inévitablement, du temps de l’indépendance, l’exercice de l’hégémonie trouvent leur équivalent à l’époque impériale. L’empire que se construisit Athènes, au ve s., en exploitant sa position hégémonique, lui assurait d’abord des revenus importants : la cité maritime pouvait se réserver des monopoles sur certains courants d’échange et prospérait grâce à l’activité économique de son port ; surtout, elle recevait des cités membres de la confédération un tribut payé en argent – symbole le plus évident de l’état de sujétion des autres cités envers elle. Le fait que les habitants de l’Empire athénien aient dû soumettre certains de leurs procès aux tribunaux de la cité hégémonique représentait également une atteinte majeure à leur autonomie. Enfin, le rayonnement de certaines fêtes célébrées à Athènes, auxquelles les délégués des différentes cités de l’empire prenaient une part active, pouvait apparaître comme une manifestation supplémentaire de son pouvoir “tyrannique”.

63Or, il est remarquable que toutes ces formes de domination se retrouvent, mutatis mutandis, dans le monde impérial : maîtrise de courants d’échange à grande échelle, rentrée de contributions financières fournies par d’autres cités, fonctions de centre judiciaire et de centre religieux imposées à d’autres cités. Malgré le contexte radicalement différent, les caractéristiques essentielles de ces rapports de force demeurent inchangées : pour les cités dominantes, augmentation des sources de revenus et sentiment de supériorité, pour les autres, efforts financiers et sentiment d’injustice, qui entraînent des plaintes et des résistances susceptibles de dégénérer en conflit ouvert.

64Que les formes de domination fondées sur le contrôle de certaines routes commerciales se soient maintenues n’est pas très étonnant. Le développement des échanges dans un empire unifié devait fatalement profiter à certaines cités au détriment d’autres, en fonction de leurs facilités d’accès respectives aux principaux axes de communication. Le fait intéressant est que les cités économiquement privilégiées aient pu adopter des politiques destinées à accentuer encore leur monopole sur certains produits ou courants d’échange. Les exemples de Caunos en Carie, et plus encore de Nicomédie en Bithynie, montrent que de telles mesures – qui affectaient essentiellement les taxes à l’importation ou à l’exportation – pouvaient mettre les cités voisines en difficulté et déclencher leurs protestations. Le vocabulaire employé par Dion de Pruse dans ce contexte indique, de plus, que ces conflits de nature économique avaient toujours, aux yeux des Grecs, une dimension politique, dans la mesure où ils instauraient un rapport de force entre faibles et puissants, petites et grandes cités. C’est un rapport de force similaire qui se jouait dans le réseau d’activités découlant de l’organisation provinciale. L’un des points essentiels de cette recherche concerne les enjeux attachés aux statuts privilégiés mis en place sous l’effet de la domination romaine.

65J’ai voulu montrer, tout d’abord, que ces statuts impliquaient de nouvelles sources de revenus pour les cités qui les détenaient. Le droit d’accueillir les assises du gouverneur ou les fêtes provinciales, la consécration d’un temple commun du culte impérial, allant de pair avec l’institution de fêtes spécifiques, destinées à jouir d’une forte fréquentation – tous ces privilèges donnaient lieu à de grands rassemblements périodiques, synonymes d’importantes rentrées d’argent. La plupart d’entre eux comportaient en outre une dimension fiscale qui représentait un moyen supplémentaire d’enrichissement. Ainsi, j’ai défendu l’hypothèse selon laquelle les capitales de conventus jouaient un rôle d’intermédiaires dans le système de collecte des impôts directs dus à Rome. En centralisant pendant un temps l’ensemble des tributs de leur district, ces cités pouvaient faire fructifier l’argent reçu en dépôt, avant de le faire parvenir à la caisse provinciale du trésor romain. Quant aux statuts de cité néocore et de métropole, ils donnaient droit – de manière certaine pour le premier, probable pour le second – aux contributions financières de toutes les cités du koinon. Ces contributions étaient certes destinées à permettre la célébration du culte impérial commun et ne pouvaient être dépensées à d’autres fins. Mais les constructions et les événements de prestige ainsi financés profitaient au premier chef à la cité détentrice du statut privilégié, seule à tirer les bénéfices concrets et symboliques de ces entreprises communes. Ainsi, comme source de revenus, les statuts liés à l’organisation provinciale tendaient à concurrencer le territoire.

66De plus, j’ai développé l’idée que les obligations auxquelles donnaient lieu ces différents statuts, pour celles qui ne les possédaient pas, étaient pensées sur le mode d’un rapport de dépendance politique – non pas à Rome, mais aux cités détentrices de ces mêmes statuts. Le modèle des hégémonies de l’époque classique influençait fortement la perception qu’avaient les Grecs du système d’administration provinciale. Alors que le tribunal qui fonctionnait une fois par an dans les capitales de conventus était le lieu d’exercice de la justice romaine, la nécessité de se rendre dans une autre cité pour y accéder était perçue comme le signe d’une relation de dominés à dominants. Le versement d’impôts à cette même cité, bien qu’il prenne la forme d’un dépôt provisoire destiné à grossir les caisses du pouvoir central, devait encore renforcer ce sentiment. De même, le fait d’être contraint de se déplacer vers un centre de culte extérieur pour y faire des sacrifices apparaissait, dans certains cas, comme une obligation humiliante – et que le culte célébré soit celui des empereurs n’y changeait rien. Tout se passe comme si les Grecs de l’époque impériale se trouvaient partagés entre deux visions de la réalité contemporaine, qui coexistaient en eux malgré leur évidente contradiction. D’un côté, les provinciaux avaient bien conscience d’être des sujets et d’avoir perdu de manière irréversible leur lointaine indépendance. De l’autre, ils continuaient à penser les relations qui les liaient entre eux, de cité à cité, selon des schémas hérités de cette époque d’indépendance. Ils transposaient ainsi non seulement les signes et les moyens de domination des anciennes hégémonies – impôts, justice, fêtes –, mais le vocabulaire même de cette domination : pour décrire les rapports entre les cités rattachées à une capitale de conventus et cette dernière, Dion de Pruse parle bien de cités “soumises” ou “sujettes”.

67Ailleurs, le sophiste, suivi plus tard par Aristide, rappelle à loisir que la condition de sujet est commune à tous les Grecs, “compagnons d’esclavage” sous le joug de Rome. Mais l’insistance de ces propos, loin de témoigner d’une lucidité particulière des Grecs de l’époque impériale, me semble au contraire trahir leur tendance profonde à oublier cette évidence, pour se laisser guider par leur traditionnelle conception des relations entre cités. Que celle-ci ait survécu à l’intégration dans l’Empire romain prouve à quel point elle était fortement enracinée : les cités grecques, contrairement à ce qu’on lit parfois, ne se sont jamais laissé réduire à de simples unités administratives et leurs relations ne se sont nullement “dépolitisées” du fait de la provincialisation.

2) La poursuite de la diplomatie entre cités et du débat en matière de politique “extérieure”

68De même que la dimension politique que revêtaient, aux yeux des Grecs, les obligations liant certaines cités à d’autres dans le cadre du système provincial a souvent été ignorée ou sous-estimée, les échanges diplomatiques entre cités, quand ils ne sont pas tenus pour quantité négligeable au regard des relations entretenues avec le pouvoir romain, sont d’ordinaire analysés comme un moyen de construire une identité culturelle plutôt que comme un phénomène politique à part entière. J’ai au contraire tenté de les interpréter en ce sens – sans pour autant exclure la grille de lecture plus traditionnelle –, en les rapprochant des tensions auxquelles donnait lieu, au sein du koinon, la question des titres et des privilèges accordés par Rome.

69Les discours de Dion et d’Aristide nous ont en effet laissé entrevoir l’existence de courants au sein du koinon, qui se divisait sous l’effet des rivalités opposant les deux ou trois plus grandes cités. Celles-ci recherchaient l’appui des autres cités de la province, pour s’assurer d’une majorité de voix lors des réunions où devaient être examinées leurs revendications respectives. Les débats semblent avoir été parfois très vifs et la profondeur des dissensions pouvait conduire à des impasses ou à des solutions de compromis peu faites pour durer. Ainsi, c’est sans doute l’impossibilité de dégager un consensus autour d’une candidate unique qui incita le koinon d’Asie à en présenter onze, au moment du choix de la cité destinée à accueillir le nouveau temple de Tibère. De même, en entérinant, sous Domitien, le partage du titre de première de la province entre les deux cités qui le revendiquaient, le koinon de Bithynie évitait de trancher une situation devenue quelque peu confuse, du fait de l’importance grandissante que prenait Nicomédie et qui remettait en cause l’ancienne suprématie de Nicée. Dion suggère que cet éphémère équilibre des forces en Bithynie était obtenu au prix d’une débauche de démarches diplomatiques de la part des deux rivales en direction des autres cités membres du koinon. Même s’il faut faire la part de l’exagération rhétorique que justifie le but du discours, la remarque de Dion éclaire l’une des valeurs possibles des multiples échanges amicaux entre cités, mieux attestés dans la province d’Asie qu’en Bithynie : décrets ou statues honorifiques votés en l’honneur d’une cité par une autre, célébration de liens de parenté, monnaies d’homonoia… Il est probable que dans certains cas, difficiles à identifier à cause du caractère peu explicite des sources, ces signes de bonne entente étaient destinés à créer ou à renouveler, autour des cités les plus ambitieuses et les mieux placées dans la hiérarchie provinciale, des réseaux de soutien, susceptibles d’être activés au moment des réunions du koinon.

70Ces gestes diplomatiques, nécessaires pour s’assurer l’obtention des privilèges soumis à un vote préalable du koinon, pouvaient également servir à faire reconnaître le plus largement possible ces privilèges une fois qu’ils étaient obtenus. Ainsi, j’ai remarqué que l’octroi d’une nouvelle néocorie donnait souvent lieu à une intense activité diplomatique, qui mettait la cité privilégiée en contact avec des cités amies ou parentes, naturellement acquises à sa cause, mais aussi avec ses rivales, dont il était important qu’elles prissent officiellement acte du résultat de la compétition dans laquelle elles venaient de subir un échec ponctuel. Ces échanges bilatéraux débouchaient sans doute, dans la plupart des cas, sur une manifestation commune célébrant la fondation du nouveau culte impérial provincial. Si la décision d’accorder un statut privilégié ou de trancher une querelle portant sur un titre relevait toujours, en définitive, de l’empereur, le rôle du koinon et la position adoptée par les diverses cités qui en étaient membres avaient eux aussi une grande importance. En amont comme en aval de la décision romaine, les relations qu’une cité établissait avec les autres par le biais d’ambassades – et qui trouvaient une application concrète lors des réunions du koinon – déterminaient en partie le succès de sa quête de prestige et de reconnaissance. La diplomatie entre cités participait pleinement à construire la hiérarchie provinciale et à consacrer la position de celles qui en occupaient les plus hauts degrés.

  • 24 Les personnes visées restent totalement anonymes, mais dans la mesure où elles sont susceptibles d (...)

71Les nouveaux objets de conflit de l’époque impériale ont donc déterminé l’élaboration d’une véritable vie politique à l’échelle de la province. De manière similaire, ils ont contribué à structurer la vie politique interne de chaque cité. Lorsqu’il défend son action au service de sa patrie, Dion rappelle qu’il existait à Pruse un courant hostile à la politique de prestige que lui-même entendait promouvoir et qui passait, notamment, par la volonté d’obtenir le statut de capitale de conventus. Certains, dans la cité, considéraient que de telles ambitions étaient démesurées. Par ailleurs, dans le discours où il prône la concorde avec Apamée, Dion évoque les réticences d’une partie des notables24 devant la perspective d’une négociation bilatérale pour tenter de régler le litige de nature territoriale ou économique qui oppose les deux cités voisines. Ces critiques portant sur les diverses entreprises de Dion doivent d’abord s’expliquer par des querelles de personnes : l’activité politique que le sophiste déploya à son retour d’exil gênait visiblement ceux de ses concitoyens qui détenaient une position de pouvoir dans la cité ; se sentant menacés, ils saisissaient toutes les occasions de remettre en cause les choix de Dion. Toutefois, il se peut que leur attitude ait également été dictée par une vision politique cohérente, qui entrait en conflit avec celle du sophiste. En effet, si l’on rapproche les renseignements fournis par Dion, étudiés dans différentes parties de ce travail, il est tentant d’émettre une hypothèse nouvelle : les notables qui refusaient de soutenir la quête de privilèges dans laquelle s’était engagée Pruse seraient aussi ceux qui s’opposaient à tout compromis dans le litige territorial avec Apamée. Ainsi, il y aurait eu, à Pruse et peut-être dans d’autres cités d’importance équivalente, un courant d’opinion animé par des citoyens de premier plan et attaché à une conception traditionnelle des rapports de force entre cités, qui plaçait le territoire au centre des préoccupations et ne reconnaissait pas la valeur des statuts privilégiés accordés par Rome. Le paradoxe est que les tenants de cette conception se trouvaient amenés à plaider en faveur du recours à Rome pour trancher le litige territorial : l’intransigeance en ce domaine, puisqu’elle impliquait le refus de toute négociation avec la cité adverse, aboutissait à abdiquer la marge d’indépendance laissée aux cités dans le règlement de leurs conflits.

72Dion représente, quant à lui, la tendance diamétralement opposée : il pousse à faire des concessions dans les conflits de type traditionnel, mais défend vigoureusement les intérêts de Pruse dans la compétition pour la reconnaissance d’une place de choix au sein de la hiérarchie provinciale. Dans un autre contexte, lorsqu’il ne s’agit pas d’influencer la politique de sa propre patrie mais celle d’une cité où il intervient en tant que conseiller extérieur et impartial, Dion relativise l’importance des titres traduisant une position dominante dans la province. Il illustre ainsi les contradictions inhérentes à son personnage, à la fois homme politique engagé au service de sa cité d’origine et sophiste itinérant, honoré de multiples citoyennetés, dispensant de sages avis fondés sur les valeurs de concorde et d’amitié. Le rôle joué par les sophistes dans les rivalités entre cités est d’ailleurs en lui-même ambigu : si certains de ces maîtres d’éloquence, comme Dion et Aristide, se font un devoir de prôner l’apaisement, il semble que d’autres aient au contraire attisé les querelles au cours de leurs diverses interventions. Ainsi, Aristide dénonce les “mauvais sophistes” qui flattent toujours l’auditoire auquel ils s’adressent et qui, après avoir fait l’éloge d’une cité où ils étaient en visite, la critiquent vivement une fois parvenus dans la cité rivale. Ce faisant, ces orateurs ne faisaient sans doute que céder aux attentes de leur public, apparemment très réticent à l’idée d’écouter des conseils de concorde.

73En effet, si les notables et, parmi eux, la catégorie particulière de ceux qui exerçaient la profession de sophistes n’étaient pas unanimes sur la politique à adopter face aux conflits d’un type nouveau qui marquaient la scène provinciale, le peuple, lui, pour autant que l’on puisse se faire une idée de ses opinions à travers les sources littéraires, semble avoir été partisan de l’affrontement dans tous les cas de figure.

  • 25 Dion Chr. 40.28-29 et 38.6-7.
  • 26 Plut., Moralia, 814 C, commenté par Veyne 1999, 540.

74Quel que soit l’enjeu de la querelle, les citoyens qui formaient le gros de l’assemblée s’exaltaient facilement et ne voulaient rien céder des revendications de leur patrie. Quelques remarques de Dion dans ses discours sur la concorde tant entre Pruse et Apamée qu’entre Nicée et Nicomédie donnent une idée de l’atmosphère qui pouvait régner dans les milieux populaires, en période de tension entre deux cités voisines. Les citoyens de Pruse et d’Apamée continuent de participer ensemble à des fêtes religieuses et d’assister aux mêmes spectacles, mais ces réunions sont marquées par des échanges d’invectives qui traduisent la forte conscience qu’ont les populations d’être en conflit. Quant aux citoyens de Nicomédie, ils s’agitent et protestent à la seule mention du nom de Nicée25. Dans le premier cas, le différend est de nature territoriale, dans le second, il porte sur le titre de première de la province, mais une même hostilité anime le peuple envers la cité rivale. Plutarque, dans un passage qui traite de la nécessaire soumission à l’autorité romaine, dénonce les discours des dirigeants qui enflamment les foules en citant “Marathon, l’Eurymédon, Platées et tous ces beaux exemples” du passé glorieux de la Grèce26. Il confirme ainsi que le patriotisme populaire était prompt à s’exacerber et que les souvenirs du temps de l’indépendance, outre qu’ils imprégnaient fortement les esprits à l’époque impériale, pouvaient constituer d’efficaces arguments politiques.

75Plutarque a en tête la dangereuse tentation de remettre en cause le pouvoir romain, mais l’écho que rencontraient auprès du peuple les références à l’époque classique témoigne, de manière plus générale, de la continuité du sentiment patriotique parmi les citoyens ordinaires. Dans notre perspective, il convient de souligner que ce sentiment trouvait naturellement à s’exprimer dans l’opposition farouche à d’autres cités, et en particulier aux cités voisines, dont les intérêts portaient atteinte à ceux de la patrie.

76Résumons ce qui, jusqu’à présent, me sépare de la vulgate portant sur les relations entre cités à l’époque impériale. Tout d’abord, l’organisation provinciale n’est pas un cadre neutre instituant des relations dépolitisées dont le seul but serait de permettre et de légitimer l’exercice du pouvoir par Rome. Bien au contraire, les activités administratives et religieuses qui mettent en contact les cités du koinon sont constamment interprétées par celles-ci en termes de rapport de force et de domination politique. Ensuite, les cités ont encore des choix à faire et des décisions à prendre pour déterminer leurs relations mutuelles. Dans un monde où le sentiment patriotique n’a rien perdu de sa vigueur, ces choix alimentent des débats internes – échos lointains des divisions entre un “parti de la guerre” et un “parti de la paix” dans l’Athènes classique – et entraînent des échanges d’ambassades – qui contribuent à établir des réseaux d’amitié fonctionnant comme des alliances d’un nouveau type. Ainsi, en-dehors des relations qu’elles entretiennent avec Rome, les cités ont encore la possibilité, à l’intérieur même des limites de l’Empire et malgré la perte de leur souveraineté, de mener une véritable politique extérieure. La différence, certes essentielle, avec les époques précédentes, est que cette politique ne se traduit plus par la guerre, mais uniquement par la diplomatie.

3) Des initiatives grecques reconnues par Rome

77Si l’on peut dégager une permanence des modèles et des pratiques politiques qui sous-tendent les confrontations entre cités, c’est peut-être parce que l’évolution qui a marqué celles-ci trouve son origine dans des initiatives dues aux Grecs eux-mêmes. La position de Rome, à cet égard, apparaît essentiellement réactive.

78Ainsi, il n’est plus à démontrer que le culte des empereurs n’a pas été imposé aux provinciaux par le pouvoir romain, mais résulte au contraire d’une initiative grecque, qui s’inscrit dans une longue tradition d’honneurs divins rendus à des personnages occupant une position de pouvoir ou de prestige, le plus souvent en remerciement de bienfaits jugés exceptionnels. L’apparition des divers statuts privilégiés liés à l’organisation du culte impérial provincial, qui a offert aux cités des objets de conflit inédits, découle donc directement, elle aussi, de cette initiative grecque approuvée par Rome. En ce sens, c’est la réaction des provinciaux aux nouvelles conditions politiques créées par la victoire d’Octave qui a en partie déterminé l’évolution des relations entre cités à l’époque impériale. De même, il faut souligner que le phénomène des titulatures honorifiques, typique des nouvelles formes de rivalités, est un phénomène pleinement grec, tant par ses origines que par les valeurs qu’il véhicule.

79Nous l’avons vu, ce phénomène a pour point de départ, en Asie, la reconnaissance du titre de néocore à Éphèse, au moment de la fondation d’un culte provincial en l’honneur de Domitien. Dans la troisième partie, j’ai souligné que ce point de départ était en même temps un point d’aboutissement, en ce sens qu’il représentait l’étape ultime d’un élargissement progressif des usages sémantiques du terme de néocore, issu du vocabulaire religieux traditionnel. Par ailleurs, il est apparu que ce nouvel usage d’un terme ancien, sans doute adopté officiellement à la demande de la cité privilégiée, avait été encadré par une action du koinon. Là encore, l’innovation, bien qu’elle nécessitât indéniablement d’être approuvée par Rome, provenait des cités elles-mêmes. Nous sommes moins renseignés sur les conditions d’apparition des titres de métropole et de première de la province, qui sont attestés en Bithynie, de façon ponctuelle, dès le règne de Claude, alors qu’ils ne sont utilisés par les cités d’Asie qu’à partir d’Hadrien et surtout Antonin. Toutefois, le terme de métropole possède lui aussi une riche histoire sémantique dans la langue grecque et il me semble très probable qu’il a été proposé par les provinciaux eux-mêmes, pour nommer un statut de centre religieux qu’ils percevaient comme le moyen et le signe d’une domination à l’échelle régionale ou provinciale. De même, le titre de première de la province correspond à une conception agonistique des relations entre cités, sur laquelle je conclurai et dont il suffit de dire, pour l’instant, qu’elle est profondément grecque.

  • 27 Dans une inscription de Pergè datée du règne de Tacite, où la cité se proclame “la première des ci (...)

80Un point intéressant à relever est le fait que le statut de capitale de conventus, pourtant fort recherché et considéré comme un critère important de rang et de puissance, n’a fait l’objet d’une “mise en titre” que très tardivement et de manière tout à fait isolée27. Il me semble qu’on peut proposer une double explication. D’une part, les Grecs n’ont pas trouvé de mot suffisamment riche en connotations positives, suffisamment chargé d’histoire pour traduire ce statut de manière satisfaisante à leurs yeux. D’autre part, ce statut était le seul, parmi ceux qui comptaient dans l’établissement du rapport de force entre cités, qui n’était pas la conséquence d’une initiative grecque : la décision de rendre la justice dans quelques cités choisies, où devaient se rassembler tous les plaignants du district correspondant, avait été dictée aux autorités romaines par des exigences pratiques dues à l’exercice même de leur pouvoir ; il est très probable que cette décision fut prise unilatéralement. Par la suite, de nouveaux centres d’assises ont pu être créés à la demande des provinciaux, mais il reste qu’au départ, ce statut fut imposé par Rome. Si le pouvoir romain avait quelque chose à voir dans le développement de la pratique qui consistait à traduire des privilèges concrets en titres, il n’aurait pas manqué de veiller à ce que le statut de centre d’assises fît lui aussi l’objet d’une telle publicité. Qu’il n’en soit rien prouve, a contrario, que les titres de métropole et de première de la province furent, tout comme celui de néocore, adoptés à la suite d’une décision grecque soumise à l’approbation de Rome.

81Ce qui est vrai pour les titres traduisant des statuts officiels l’est encore davantage pour ceux qui ne correspondaient à aucun privilège précis, mais exaltaient des notions positives aux yeux des Grecs, telles que la grandeur, la beauté, l’antiquité des origines. Les titulatures qui intègrent de telles notions sont adoptées à la seule initiative des cités qui les arborent et qui cherchent, ensuite, à les faire reconnaître par les autres Grecs et par les autorités romaines. Ces dernières ne soumettent que tardivement, et là encore à la demande des provinciaux, de tels titres à une procédure d’autorisation légale. Le plus souvent, le système de pétition-réponse, qui conduisait les représentants du pouvoir central à reprendre, dans leurs lettres, les termes par lesquelles les cités s’étaient elles-mêmes définies en présentant leur requête, devait suffire à apporter la caution jugée nécessaire pour donner toute son efficacité à une titulature.

  • 28 Pour cet exemple et une réappréciation générale de la signification historique du Panhellénion, vo (...)

82Parallèlement à la diffusion des titres honorifiques et à leur reconnaissance plus ou moins formelle par Rome, les valeurs elles-mêmes que ces titres célèbrent font l’objet d’une assimilation progressive de la part du pouvoir romain, qui tend à les reprendre à son compte pour justifier l’octroi de certaines faveurs. De ce point de vue, il y a une évolution certaine depuis les débuts du principat. Sous le règne de Tibère, l’argument de l’antiquité des origines, mis en avant par les candidates désireuses d’accueillir le nouveau temple du culte impérial, semble avoir très peu pesé dans le choix final. C’est bien plutôt le rappel des services rendus à Rome sous la République, ainsi que le critère de la “disponibilité cultuelle”, qui ont joué un rôle déterminant. Sous Hadrien, la notion d’eugeneia trouve une reconnaissance institutionnelle à travers la création du Panhellénion. Celle-ci doit bien être interprétée, une fois de plus, comme le résultat d’une initiative grecque validée par une autorisation romaine, et non comme l’expression d’une volonté impériale docilement relayée par les provinciaux. Cela n’empêche pas que l’empereur se soit impliqué dans l’entreprise qu’il avait approuvée, ni qu’il en ait influencé le développement. Dans ce contexte, Hadrien apparaît comme le premier défenseur des valeurs grecques sur lesquelles se fonde l’organisation même du Panhellénion : il intervient lui-même pour décerner des brevets d’hellénisme, jugeant du bien-fondé des revendications concurrentes de cités qui se réclament, par exemple, d’une pure ascendance dorienne pour se faire admettre comme membre de l’institution28.

  • 29 Philostr., VS, 2.1 [548].

83C’est sous le règne d’Hadrien qu’Hérode Atticus invoque avec succès l’antiquité (pourtant toute relative) d’Alexandria Troas pour obtenir de l’empereur le financement de travaux destinés à améliorer l’approvisionnement en eau de la cité29. C’est également à partir de ce règne qu’un brillant passé historique ou une origine illustre commencent à être utilisés pour s’imposer sur la scène provinciale, par le biais de titulatures qui exaltent ces qualités. Il est certain qu’il y eut une part d’interaction dans ce phénomène : plus les valeurs grecques rencontraient d’écho auprès des gouverneurs et des empereurs, plus elles étaient revendiquées par les Grecs eux-mêmes au moyen de titres. Reste que l’influence initiale venait des Grecs, qui ont réussi à imposer à leurs maîtres leurs propres catégories de pensée. Le thème de la revanche de la Graecia capta sur son farouche vainqueur ne doit pas s’appliquer qu’au domaine de la création littéraire ; il trouve aussi, en un sens, une illustration éclatante dans le succès du phénomène des titulatures honorifiques dans l’Orient romain.

4) La rhétorique comme instrument de domination symbolique

  • 30 Voir surtout l’article fondateur de Bowie 1970. Ces conclusions ont été remises en cause, notammen (...)

84La reconnaissance progressive, par le pouvoir romain, des différentes valeurs célébrées dans les titulatures est une première raison de refuser l’idée d’une futilité ou d’une vacuité totale de certains titres. Même les plus insignifiants en apparence peuvent avoir des conséquences positives sur le sort de la cité qui les affiche. Nous avons vu qu’une faveur très concrète, telle que le financement d’un projet de construction, pouvait être justifiée par le thème de l’antiquité des origines. La même remarque vaut pour les thèmes de la beauté et de la grandeur, qui fournissent par exemple à Aristide un argument efficace pour plaider auprès de Marc Aurèle et Commode la cause de Smyrne, détruite par un tremblement de terre. Les mythes se rapportant à la fondation de la cité sont également très présents dans la lettre par laquelle le sophiste demande et obtient l’aide impériale pour sa cité d’adoption. L’exaltation du passé fortement pratiquée par les Grecs de l’époque impériale – et depuis longtemps étudiée en lien avec l’essor du courant littéraire connu sous le nom de seconde sophistique – a pu être analysée comme un moyen d’évasion et de compensation face à la réalité de la domination romaine30. Il me semble que cette attitude pouvait également recouvrir des préoccupations très pragmatiques : exploiter le passé pour améliorer le présent. Dans le contexte de diffusion des modes de pensée grecs que j’ai décrit, la traduction en titres de la notion d’eugeneia ou d’un rôle historique important apparaît comme un moyen efficace de mobiliser en permanence le capital de reconnaissance qu’une cité peut prétendre posséder auprès des autorités romaines. Or, plus ce capital est important, plus les chances de l’emporter dans la compétition provinciale augmentent.

85De manière plus générale, les titres “vides” participent fondamentalement du même processus que les titres traduisant des statuts juridiques privilégiés : ils définissent la place d’une cité au sein d’une hiérarchie fondée sur un système de valeurs reconnu à la fois par les Grecs et par les Romains. En conséquence, ils expriment un rapport de force avec d’autres cités, qui se situent au-dessous, au-dessus ou à égalité sur cette échelle hiérarchique. Dans l’évaluation de ce rapport de force, la rhétorique joue un rôle essentiel. J’ai souligné, plus haut, que la maîtrise de l’art oratoire était devenue une condition primordiale du succès des ambassadeurs chargés de défendre les intérêts de leur patrie face aux revendications concurrentes d’autres cités. La place de la rhétorique dans les conflits entre cités peut encore être considérée sous un autre angle, en tant qu’elle imprègne le discours officiel que constituent les titulatures honorifiques.

86Pour mettre en valeur des statuts juridiquement définis comme pour donner le plus de poids possible à des qualités plus diffuses, la forme est au moins aussi importante que le fond – ou plutôt, elle ne s’en différencie pas. En étudiant les échos que se renvoient certaines titulatures, j’ai pu mettre en évidence la fonction performative que revêtent, à l’époque impériale, quelques mots-clés synonymes d’une position privilégiée. Ainsi, certaines cités ont pu exploiter la polysémie du terme de métropole pour l’intégrer à leur titulature alors qu’elles ne possédaient pas le statut que ce mot traduisait officiellement sous l’Empire : cet usage détourné leur permettait de revendiquer un rang supérieur au sein de la hiérarchie provinciale, et si elles réussissaient à l’imposer, elles apparaissaient véritablement plus dignes de reconnaissance. De manière plus frappante encore, les multiples usages de l’adjectif prôtos dans les titulatures révèlent l’efficacité symbolique de ce mot pour s’imposer dans la compétition provinciale. Celle-ci est en effet construite sur le modèle d’un agôn comportant divers premiers prix, qui valent en soi mais sont également hiérarchisés entre eux. La comparaison entre les titulatures de cités et les palmarès d’athlètes montre bien qu’un même système de références est à l’œuvre dans le domaine des relations entre cités et dans celui des concours.

  • 31 Van Nijf 2001.
  • 32 Voir Pernot 1993, 607-621, 718-723.

87La prégnance du modèle agonistique est un trait fondamental de la mentalité grecque, qui remonte bien plus haut que l’époque impériale. Mais à cette époque, les conditions dans lesquelles il est mis en pratique en font un instrument majeur de domination individuelle et collective. L’influence de ce modèle sur la régulation des échanges sociaux au sein des cités est un sujet d’étude ancien qui connaît des développements nouveaux. Un article récent a montré la continuité du rôle de l’athlétisme dans la définition de l’éthos aristocratique grec sous l’Empire31. Si les victoires athlétiques contribuent à légitimer la position dominante des élites locales, à l’inverse, peut-on dire, les autres activités socialement légitimantes auxquelles ces élites sont astreintes, telles que l’évergétisme, sont régies par les règles de l’agôn : il faut surpasser ses ancêtres, mais aussi les contemporains, et se distinguer en étant le premier à avoir offert un bienfait inédit. La notion de primauté, si importante dans les relations entre cités, sert également à définir une position de pouvoir à l’échelle d’une communauté : la classe de notables qui dirige la vie politique des cités à l’époque impériale est bien souvent désignée par l’expression “ceux qui occupent le premier rang” (οἱ πρωτεύοντες). Or, dans ce système social, la rhétorique est tout autant présente que dans les relations entre cités. En particulier, le discours d’éloge et les pratiques qui l’entourent ou s’y substituent ont une véritable portée politique et idéologique : ils rappellent les valeurs dominantes de la société grecque sous l’Empire et consacrent la position de ceux qui prétendent les incarner. Les couronnes et les statues abondamment accordées aux représentants des élites locales, les textes gravés et les discours qui exaltent leur action en des termes consacrés, participent d’un système social fondé sur la célébration32.

88Je voudrais établir que les titulatures de cités reflètent, à une autre échelle, des principes de fonctionnement similaires. De même que les éloges ou les couronnes traduisent et imposent à la fois la domination d’un groupe social sur les autres, une titulature honorifique permet à une cité d’établir un rapport de force avec d’autres cités, auxquelles elle se prétend supérieure. La rhétorique, à l’époque impériale, n’est jamais creuse, car ceux qui la pratiquent, tout comme ceux à destination de qui elle est pratiquée, l’intègrent à une vision structurante du monde dont elle devient l’expression la plus immédiate et la plus efficace. En un sens, l’efficacité de la rhétorique comme instrument de pouvoir est poussée plus loin dans les relations entre cités que dans les relations sociales. La domination symbolique exercée par les élites locales s’accompagne généralement d’une domination économique et politique. Le système des titulatures, quant à lui, reflétait bien, au départ, une hiérarchie fondée sur des statuts juridiques qui assuraient des revenus supplémentaires et une forme de domination sur d’autres cités. Mais en se développant, ce système s’est progressivement ouvert aux cités qui, sans posséder de tels statuts, pouvaient néanmoins faire valoir quelque autre qualité susceptible d’avoir une valeur légitimante. Il a ainsi permis à celles qui jouaient un rôle modeste, voire nul, dans l’organisation provinciale de se faire reconnaître malgré tout comme des cités importantes, particulièrement dignes de gagner l’estime des autres Grecs et de l’empereur. Une élite était créée par la seule force des mots et des valeurs que ceux-ci véhiculaient. Cette promotion symbolique entraînait, en amont comme en aval, des affrontements symboliques : un jeu de domination avec des cités moins bien placées dans la hiérarchie, un jeu de rivalité avec celles qu’il s’agissait de concurrencer, en les rejoignant ou en les dépassant.

89Au terme de cette enquête, il apparaît donc que le phénomène des titulatures honorifiques, y compris dans ses manifestations les plus grandiloquentes et les plus vaines à nos yeux, ne saurait être réduit à une manifestation de la perte de souveraineté et de la dépolitisation des relations entre cités, mais doit plutôt être analysé comme l’un des symptômes d’une réaction des Grecs à l’ordre romain. Traduisant un étrange mélange de pragmatisme (acceptation voire exaltation du pouvoir romain) et de déni de réalité (oubli de Rome dans l’établissement des rapports de force locaux), il est surtout une manière d’affirmer la permanence du modèle politique de la cité au sein de l’Empire romain. Plus encore, il illustre un paradoxe central, selon moi, pour la compréhension du monde gréco-romain – une sorte de variante et d’extension du thème de la Graecia capta : les règles et les valeurs multiséculaires régissant le monde des cités ont non seulement résisté à l’imposition du pouvoir romain, mais elles ont contribué à modifier les principes de fonctionnement du monde régi par Rome. La cité soumise a profondément influencé les structures mêmes de l’Empire dans lequel elle a été intégrée de force.

Notes

1 Pour cette idée, voir Millar 1983, 77. Cette tension lui paraît être fundamental to the nature of Imperial law-giving. Je voudrais montrer qu’elle avait également des répercussions sur la nature des relations entre cités.

2 Voir les tableaux no 3 et 4 en annexe.

3 Voir tableau no 2 en annexe.

4 SEG, 34, 1984, 1089.

5 Voir tableau no 2 en annexe.

6 IGR, IV, 1249. L’inscription honore un personnage dont le nom apparaît sur une monnaie de Sévère Alexandre.

7 D.C. 54.23.7-8, commenté dans Bull. ép., 1970, 407, qui corrige l’interprétation proposée par Pippidi 1969.

8 Voir en ce sens Mitchell 1990, 192, qui pense en particulier aux nombreuses fondations de concours en l’honneur des empereurs.

9 Dans la mesure où les grandes cités ne pouvaient plus s'imposer à la tête d'empires hégémoniques comme à l'époque classique et où les petites cités, dans un monde multipolaire, pouvaient attirer les bienfaits des rois hellénistiques autant que les grandes. Voir Gauthier 1987-1989, 193-194.

10 Pour un exemple précis de la différenciation accrue entre cités, notamment en termes de population, mais aussi, plus généralement, de puissance et de richesse, voir Alcock 1993, 157-164. Cette idée est reprise et développée par Woolf 1997.

11 Voir tableau no 2 en annexe.

12 Comparer avec le tableau no 1 en annexe.

13 Un autre facteur expliquant la disparité des sorts de Milet et de Priène sous l’Empire tient aux origines et à l’histoire de ces deux cités : alors que l’une n’a été fondée qu’au ive s., l’autre faisait partie des plus anciennes cités d’Asie Mineure et avait derrière elle un glorieux passé. Elle sut utiliser ces atouts dans la compétition de l’époque impériale, comme le montre, entre autres, la titulature qu’elle se forgea sur le modèle de celles des plus grandes cités d’Asie.

14 Voir Mitchell 1999, 18-24.

15 Dig., 27.1.6.2.

16 Il s’agit d’un très petit fragment d’inscription retrouvé à Pergame et publié par H. Hepding, AthMitt, 1907, no 16. On y déchiffre : ἀποδίδωμι ὁμοίαν... ταῖς νεωκόροις πόλεσιν.

17 Et encore l’affrontement direct de Nicée et de Nicomédie n’est-il que la conséquence d’une guerre civile entre prétendants à l’Empire.

18 Philostr., VS, 1.25 [539-540].

19 Pour une critique de l’idée d’une position de pouvoir spécifique des sophistes, voir Bowie 1982.

20 Cela n’empêche pas de considérer ce culte comme un phénomène religieux à part entière. Pour une valorisation de cet aspect du culte impérial, en réaction à la thèse qui le réduisait à une simple expression politique, voir Price 1984a.

21 Voir Jones 1999a, en particulier 94-105.

22 Voir Heller à paraître b.

23 Voir Mason 1974, 144-151.

24 Les personnes visées restent totalement anonymes, mais dans la mesure où elles sont susceptibles d’avoir une influence à l’assemblée, il doit s’agir de citoyens politiquement actifs, issus des aristocraties locales qui exercent le pouvoir dans les cités de l’époque impériale.

25 Dion Chr. 40.28-29 et 38.6-7.

26 Plut., Moralia, 814 C, commenté par Veyne 1999, 540.

27 Dans une inscription de Pergè datée du règne de Tacite, où la cité se proclame “la première des cités avec assises” (ἡ πρώτη τῶν ἀγορέων) : AE, 1989, 724.

28 Pour cet exemple et une réappréciation générale de la signification historique du Panhellénion, voir Jones 1996.

29 Philostr., VS, 2.1 [548].

30 Voir surtout l’article fondateur de Bowie 1970. Ces conclusions ont été remises en cause, notamment par Veyne 1999, 535-537, qui soutient que le goût pour le passé classique dont font preuve les Grecs de l’époque impériale n’est pas une réaction identitaire, mais la simple continuation d’une tendance traditionnelle à ériger le passé en référence absolue.

31 Van Nijf 2001.

32 Voir Pernot 1993, 607-621, 718-723.

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search