Version classiqueVersion mobile

“Les bêtises des Grecs”

 | 
Anna Heller

Troisième partie. Rivaliser en mots et en images

Chapitre VI. Célébrer le statut de néocore : l’origine des titulatures honorifiques dans la province d’Asie

Texte intégral

  • 1 Sous Auguste : RPC I, 2358, 2362, 2364 ; aux règnes suivants : RPC I, 2369, 2370, 2372, et RPC II, (...)
  • 2 RPC I, 2469.

1Le privilège d’abriter un culte impérial provincial a été dès l’origine perçu comme une grande source de prestige et, dès l’origine également, a fait l’objet d’une publicité qui célébrait tant le nouveau culte et son destinataire que la cité choisie pour l’accueillir. Sous le règne d’Auguste, Pergame frappe des monnaies qui représentent, au revers, un temple hexastyle ou tétrastyle (selon qu’est figurée ou non, entre les colonnes, la statue de l’empereur qu’il contient) ; la légende ΣΕΒΑΣΤΟΝ permet d’identifier sans hésitation ce temple avec celui qui fut consacré à Octave et à Rome en 29 a.C. Ce type de revers est régulièrement repris sous les règnes suivants et contribue à propager le renom d’un culte en plein essor1. De la même manière, quand en 26 p.C. Smyrne l’emporte dans la compétition ouverte entre les cités d’Asie pour accueillir un temple de Tibère, de Livie et du Sénat, une émission monétaire est chargée de publier son succès : au droit figurent le Sénat personnifié et Livie, nommés explicitement dans la légende, et au revers, un temple tétrastyle renferme la statue de Tibère, également légendée2. La mise en images et en mots (à travers les légendes accompagnant les types monétaires) du culte impérial provincial apparaît donc presque concomitante de sa création. À peine institué, ce culte fait l’objet d’une stylisation, qui permet de l’intégrer à l’imagerie traditionnelle déclinée au fil des émissions monétaires et contribuant tout à la fois à façonner et exalter l’identité civique.

  • 3 Pour un tableau synoptique des différentes cités ayant obtenu une ou plusieurs néocorie(s) sous le (...)

2En revanche, un certain temps s’écoule avant que ne se mette en place l’usage de désigner une cité qui joue le rôle d’un centre du culte impérial provincial par un mot spécifique – d’ailleurs lui aussi en pleine continuité avec la tradition grecque, puisque hérité du vocabulaire religieux classique – et de considérer ce mot comme un titre honorifique à exhiber dans les documents officiels. C’est très vraisemblablement l’institution du culte en l’honneur de Domitien à Éphèse, à la fin des années 80, qui marque le début de l’histoire du titre de néocore, au sens de “gardienne d’un temple impérial provincial”. Peu après en effet, Pergame et Smyrne commencent elles aussi à se définir comme néocores, en référence à un privilège qu’elles possédaient depuis longtemps. Bientôt d’autres cités, élevées au même statut, s’en prévalent par l’usage du même titre. À partir des Antonins, il semble assuré que tout nouveau centre du culte impérial provincial reçoit automatiquement le droit de se proclamer cité néocore. Autrement dit, il n’y a plus de décalage chronologique entre l’obtention du statut et sa célébration par un titre. Dès lors, le prestige attaché à ce titre, que l’on peut faire graver dans la pierre ou frapper sur le bronze des monnaies, agit comme un stimulant dans la compétition pour obtenir le statut qui y donne droit. Les trois plus grandes cités d’Asie cherchent à cumuler le plus grand nombre possible de néocories, afin de pouvoir se proclamer deux fois, trois fois, voire quatre fois néocores. D’autres cités postulent pour une première néocorie, parfois une deuxième, et le cercle fermé de celles qui obtiennent satisfaction s’agrandit au fil du temps3. Ainsi se met en place une hiérarchie qui s’exprime de façon immédiate dans les titulatures et qui sépare d’abord nettement les cités néocores de celles qui ne le sont pas, puis, parmi les cités néocores, distingue plusieurs échelons correspondant au nombre de néocories.

3Mais il y a plus : l’adoption d’un titre honorifique pour mettre en valeur un statut particulier – celui de centre du culte impérial provincial – conduit à développer l’usage d’autres titres, au contenu varié, qui viennent s’ajouter à celui de néocore pour augmenter encore le prestige de la cité, mais peuvent aussi pallier l’absence de toute néocorie en proclamant d’autres qualités susceptibles de compter dans l’établissement d’une hiérarchie plus générale. Une nouvelle forme de compétition est née : il ne s’agit plus seulement d’obtenir des privilèges qui permettent de surpasser ou, à défaut, d’égaler ses rivales, mais, une fois acquis ces privilèges, de les mettre en valeur de la plus éclatante façon, à travers sa titulature ; quand l’obtention de statuts privilégiés est hors de portée, le nouvel espace que propose à l’expression de la fierté civique l’usage des titulatures honorifiques n’en est pas fermé pour autant et offre plus d’un moyen de faire entendre sa voix dans le concert des cités. Chacune peut tenter de s’inventer et d’imposer une titulature, plus ou moins riche selon sa position et les atouts dont elle dispose dans cette course au prestige. Des formules se fixent, que je propose d’appeler des titulatures-standard, différentes d’une cité à l’autre et répétées inlassablement jusqu’à ce qu’un événement extérieur vienne les modifier en bien ou en mal – l’enjeu de la compétition étant de conserver ou d’améliorer le niveau atteint dans la hiérarchie des titres, reflet de la hiérarchie des cités, et ce en jouant parfois sur des subtilités de formulation et des raffinements de détail.

  • 4 J’ai résumé l’évolution des titulatures de ces trois cités dans le tableau no 3 en annexe. On pour (...)

4Cette “guerre des mots”, d’abord réservée aux plus grandes cités, devient peu à peu générale et on a l’impression que toute cité digne de ce nom doit y prendre part d’une façon ou d’une autre, à un niveau ou un autre ; partie de la pierre, où elle s’est d’abord exprimée, elle gagne assez vite le terrain des émissions monétaires, où elle se double alors d’une “guerre des images”. Mais si ce phénomène touche l’ensemble des cités, qui sont toutes implicitement en compétition les unes avec les autres, il prend dans certains cas la forme d’un affrontement direct entre deux ou plusieurs rivales. C’est alors qu’il prend, dans notre perspective, tout son intérêt. L’exemple le plus frappant, à la fois parce qu’il est le mieux documenté et parce qu’il se joue au sommet de la hiérarchie formant le cadre de la compétition, est celui de la grande triade rivale de Pergame, Éphèse et Smyrne4. Je prendrai cet exemple comme base de réflexion, en analysant les différentes formes que donnèrent les trois cités au titre de néocore, dans leur effort concurrent pour paraître – et donc être – plus brillante que les deux autres. L’étude de ce titre particulier, qui se présente, dans la province d’Asie, comme le point de départ et en un sens le modèle des titres ultérieurs, permet d’appréhender les principes de fonctionnement d’un phénomène plus vaste, dont j’aborderai ensuite quelques autres aspects.

I. La naissance du titre officiel de néocore : mise en place du mécanisme

1) Le moment : la fondation du culte de Domitien à Éphèse

  • 5 Friesen 1993, 57.
  • 6 En Bithynie, les titres de première de la province et de métropole étaient déjà utilisés sous les (...)
  • 7 Pour le détail de la démonstration qui suit, voir Friesen 1993, 50-59.

5Il revient à S. Friesen d’avoir le premier affirmé clairement que, d’une part, l’emploi du titre de néocore en lien avec le culte impérial trouvait son acte de naissance à Éphèse sous Domitien et, d’autre part, que cette innovation était le point de départ du phénomène des titulatures honorifiques, pris au sens le plus large5. Pour la province d’Asie du moins, son analyse est pertinente6. Je la reprends en ajoutant quelques remarques, avant d’approfondir la question de la genèse des titulatures respectives de Pergame, Éphèse et Smyrne7.

  • 8 Voir Knoepfler 1998, en particulier 109-111 et 114, qui remet en cause l’opinion courante selon la (...)
  • 9 Syll 3, 799 ; IGR, IV, 146. Commenté dans Heller à paraître b.
  • 10 À travers les bienfaits de Tryphaina, mais aussi ceux d’Agrippa, grand-père paternel de l’empereur (...)

6Le mot “néocore” désigne originellement un magistrat religieux attaché à un temple8. Son emploi en référence à une cité, et non plus à une personne, n’est pas attesté dans les sources avant le ier s. p.C. Avant les documents définissant Éphèse comme néocore à l’occasion de la construction du temple en l’honneur de Domitien, on compte en Asie deux occurrences du terme pour exprimer la relation entre une cité et une divinité ou un pouvoir susceptible d’être divinisé. La première se trouve dans un décret honorifique de Cyzique, datant de 38 p.C., où la cité est qualifiée d’“ancienne et héréditaire néocore de la famille (de Caligula)” (ἀρχαίαν καὶ προγονικὴν τοῦ γένους αὐτοῦ νεωκόρον)9. En analysant le contexte de l’inscription, qui honore en tant que bienfaitrice de la cité Tryphaina, femme du roi de Thrace Cotys II et parente de Caligula, S. Friesen a montré de façon convaincante que le mot néocore n’a pas encore ici la valeur d’un titre officiel, ni le sens précis qui sera le sien à partir de Domitien. Cyzique interprète un concept en formation, qui contient déjà l’idée d’une relation privilégiée entre une cité et une puissance supérieure, mais reste suffisamment flou pour pouvoir être appliqué, de façon informelle, aux liens particuliers, politiques bien plus que religieux, qu’entretient Cyzique avec la maison de Caligula10.

  • 11 RPC I, 2626-2628.
  • 12 Deux hypothèses bien distinctes : celle d’une néocorie de Néron, d’abord consensuelle, a été comba (...)
  • 13 Keil 1919. Il refusait d’admettre, à juste titre à mon avis, qu’une néocorie de Claude ait laissé (...)
  • 14 Outre Friesen, voir Collas-Heddeland 1993, 59-60. Opinion contraire dans RPC I, p. 433 (suivi, ave (...)
  • 15 Actes, 19.35.

7Le deuxième exemple de l’emploi du terme néocore avant la fin des années 80 est plus ambigu, parce que plus proche de l’emploi qui en sera fait au temps des titulatures honorifiques. L’ambiguïté est encore renforcée par le fait que le document émane de la cité même où, un peu plus tard, apparaît clairement le titre officiel de néocore en lien avec le culte impérial. Il s’agit d’une émission monétaire d’Éphèse, qui fait figurer au droit un portrait de Néron, mais que l’on peut dater avec plus de précision de l’année 65/66, grâce au nom du proconsul M’. Acilius Aviola. Le revers comporte en outre le type d’un temple, vu de trois quarts ou de face, avec la légende “(monnaie) des Éphésiens néocores” (ΝΕΟΚΟΡΩΝ ΕΦΕ)11. Les premiers commentateurs ont interprété cette mention comme la référence à une néocorie impériale, de Claude ou de Néron12. J. Keil a remis en cause cette interprétation et proposé de voir dans le type et la légende monétaires une allusion au culte d’Artémis13. Ses conclusions ont généralement été acceptées par les commentateurs ultérieurs14. Un argument de poids – bien que peut-être moins décisif que ne le suggère S. Friesen – invoqué par J. Keil est le parallèle offert par un passage célèbre des Actes des Apôtres15. Dans les années 50, donc précisément sous le règne de Néron ou très peu de temps avant, la prédication de Jean à Éphèse soulève une grande agitation populaire, qui aboutit à la tenue d’une assemblée extraordinaire au théâtre. La foule acclame longuement l’Artémis Éphésienne, dont le culte a semblé menacé par la diffusion des croyances monothéistes. Le secrétaire du peuple, tâchant de calmer les esprits, réaffirme fermement la grandeur du principal culte de la cité en ces termes : “qui parmi les hommes ignore que la cité d’Éphèse est néocore de la grande Artémis et de sa statue tombée du ciel ?” (τὴν Ἐφεσίων πόλιν νεωκόρον οὖσαν τῆς μεγάλης Ἀρτέμιδος καὶ τοῦ διοπετοῦς). Le rapprochement entre cet épisode et l’émission monétaire est frappant : à la même époque apparaissent deux mentions du terme néocore pour qualifier Éphèse et il paraît logique de déduire de la mention explicite (néocore d’Artémis) le sens de la mention abrégée sur la monnaie.

8Il faut toutefois souligner que les deux témoignages n’ont pas la même valeur : dans un cas, on a affaire à une source directe, dans l’autre, à un texte littéraire apologétique rédigé plusieurs décennies après les événements qu’il décrit. La date de la rédaction des Actes n’est pas fixée avec certitude et les commentateurs la font osciller entre les années 80 et 130 ; le texte a donc de fortes chances d’être postérieur au premier emploi univoque du titre officiel de néocore en lien avec le culte de Domitien – ou d’en être du moins contemporain. Dès lors, on peut se demander si l’expression “néocore d’Artémis”, dont le but est de traduire l’importance du culte de la déesse, n’a pas été forgée a posteriori, à un moment où le titre de néocore avait acquis un sens et un prestige nouveaux. Cela dit, l’expression “néocore de la statue”, par son aspect concret, pourrait traduire une proximité avec le sens classique du terme et témoigner d’une phase de transition entre cet usage classique et le sens “impérial”.

  • 16 Sous le règne de Domitien, voir IK, 12-Ephesos, 415, 416, 449, 508 ; IK, 16-Ephesos, 2034 ; IK, 17 (...)

9L’argument le plus sérieux contre l’hypothèse d’une néocorie impériale célébrée sous Néron est le caractère totalement isolé qu’aurait un tel témoignage. Par contraste, il faut souligner la remarquable convergence de sources tendant à désigner la fin du ier s. p.C. comme le moment-clé dans l’élaboration du titre de néocore au sens de “gardienne d’un temple impérial provincial”. C’est à partir de la fin du règne de Domitien que les inscriptions d’Éphèse commencent à faire figurer régulièrement le terme de néocore pour caractériser la cité. L’adjectif est tantôt accordé au mot dèmos dans les formules rapportant les décisions du conseil et du peuple, tantôt au mot polis, et est parfois doublé de l’adjectif philosebastos16. Aucune autre cité, auparavant, n’avait utilisé le mot de cette façon officielle et systématique. Une série particulière de documents permet de saisir, selon toute probabilité, le moment où cet usage officiel a été fixé et reconnu par tous : les très précieuses dédicaces de douze cités en l’honneur de Domitien (dont le nom, martelé, fut ensuite remplacé par celui de son père Vespasien), à l’occasion de la construction d’un temple provincial des Augustes à Éphèse. C’est surtout pour l’analyse de ces inscriptions que l’ouvrage de S. Friesen me paraît essentiel.

2) Premier usage des titres pour définir sa position dans la province

  • 17 Pour le commentaire détaillé, voir Friesen 1993, 29-49.
  • 18 IK, 12-Ephesos, 232, 234-235, 238-242 ; IK, 15-Ephesos, 1498 ; IK, 16-Ephesos, 2048.
  • 19 IK, 12-Ephesos, 233 et 237.

10S. Friesen montre d’une part que les dédicaces s’échelonnent sur une période de trois ans, entre 88 et 91, et défend la date de 89/90 pour l’inauguration du temple. D’autre part, il dégage un schéma récurrent dans la rédaction de ces dédicaces, qui se dédouble en deux versions de base17. La version courte est la plus répandue et est adoptée par Aizanoi, Synaos, Silandos, Kymè, Clazomènes, Téos, Tmôlos, Kérétapa, Hyrcanis, et une cité dont le nom a été perdu18. Avec quelques légères variantes qui n’ont pas d’importance pour notre démonstration, elle comprend la dédicace proprement dite (le nom de l’empereur au datif), des éléments de datation (le nom du proconsul et, plus bas, celui du grand-prêtre d’Asie), le nom de la cité dédicante, sans fioritures, et la formule exposant l’occasion de la dédicace : “pour le temple des Augustes à Éphèse, temple commun de l’Asie” (ναῶι τῶι ἐν Ἐφέσωι τῶν Σεβαστῶν κοινῶι τῆς Ἀσίας). La version longue, adoptée par seulement deux cités, Stratonicée et Aphrodisias, reprend les mêmes éléments, auxquels elle ajoute d’une part, apposée au nom de la cité dédicante, la mention du privilège de la liberté, et d’autre part, un exposé plus développé des motifs de la dédicace19. La partie du texte qui nous intéresse se lit comme suit (l. 6-14) :

ὁ φιλοκαῖσαρ Ἀφροδεισι[έων]
δῆμος ἐλεύθερος ὢν κα[ὶ αὐ-]
τόνομος ἀπ’ ἀρχῆς τῆι τῶν Σε[βασ-]
τῶν χάριτι ναῶι τῶι ἐν Ἐφέσ[ωι]
τῶν Σεβαστῶν κοινῶι τῆς Ἀσί[ας]
ἰδίᾳ χάριτι διά τε τὴν πρòς τοὺς [Σε-]
βαστοὺς εὐσέβειαν καὶ τὴν π[ρòς]
τὴν νεωκόρον Ἐφεσίων [πό-]
λιν εὔνοιαν ἀνέστησαν.

“Le peuple d’Aphrodisias, dévoué à César, étant libre et autonome depuis l’origine par la faveur des Augustes, a érigé (cette statue) pour le temple des Augustes à Éphèse, temple commun de l’Asie, par sa propre faveur et en raison de sa piété envers les Augustes et de son dévouement envers la cité néocore d’Éphèse”.

11On mesurera la similitude presque totale avec le texte de la dédicace de Stratonicée :

(nom du proconsul) ὁ δῆμο[ς]

ὁ Στρατονεικέων ἐλε[ύ-]
θερος ὢν καὶ αυτόνομος
ἀπ’ ἀρχῆς τῆι τῶν Σεβα[σ-]
τῶν χάριτι ναῶι τῶι
ἐν Ἐφέσωι τῶν Σεβαστῶν
κοινῶι τῆς Ἀσίας ἰδίᾳ χάριτι
διά τε τὴν πρòς τοὺς Σεβασ-
τοὺς εὐσέβειαν καὶ διὰ τὴν
πρòς τὴν νεωκόρον Ἐφεσίων
πόλιν εὔνοιαν ἀνέστησαν.

12J’ai déjà évoqué ces textes comme un exemple des gestes diplomatiques qui semblaient très fréquemment suivre l’obtention d’une néocorie. Je voulais alors montrer que la cité privilégiée, en faisant reconnaître son nouveau statut, tentait de désamorcer les tensions auxquelles une compétition préalable avait pu donner lieu. Mais la version longue des dédicaces suggère que celles-ci pouvaient encore remplir une autre fonction : non plus seulement effacer le passé, marqué par une exacerbation des rivalités, mais préparer l’avenir, en proposant une nouvelle définition des relations entre cités, modifiées par l’accès de l’une d’elles à un statut supérieur. La rhétorique de ces inscriptions est remarquable : il me semble qu’elle contribue justement à définir les positions respectives des cités, au sein d’une hiérarchie qui se cherche encore et qui est ici très subtilement subvertie de l’intérieur. S. Friesen avait remarqué que le terme εὔνoια appartenait au vocabulaire de l’évergétisme et assimilait la cité dédicante à une bienfaitrice d’Éphèse, ce qui tendait à dévaloriser le prestige du titre “néocore”, pourtant officiellement reconnu à Éphèse dans la même formule. Plus exactement, les cités d’Aphrodisias et de Stratonicée, sans nier le prestige que confère à Éphèse la fondation d’un culte impérial provincial en son sein, refusent de se laisser placer de ce fait dans une position d’infériorité. Elles revendiquent hautement leur statut de cité libre, qui leur permet de rappeler qu’elles aussi entretiennent une relation privilégiée avec les empereurs : au “temple des Augustes à Éphèse” répond “la faveur des Augustes” dispensée aux cités dédicantes par l’octroi et la confirmation de la liberté. Tous les mots semblent se faire écho dans ce texte pour tisser un réseau complexe de sous-entendus ; “la faveur des Augustes” renvoie aussi à “la propre faveur” de la cité dédicante. S. Friesen comprend ce parallèle comme une image des relations entre cités et empereur : si ce dernier peut faire preuve de générosité en accordant des privilèges aux cités qu’il veut distinguer, celles-ci en retour peuvent montrer leur reconnaissance (le texte joue sur la polysémie du mot charis) en prenant la décision d’élever une statue comme celle que supportait la base gravée de nos dédicaces.

13Il me semble qu’une autre interprétation est possible : la charis de la cité dédicante s’exerce non pas (ou non pas seulement) envers l’empereur et sa famille, mais envers Éphèse ; l’érection d’une statue à la gloire de l’empereur dans un sanctuaire situé à Éphèse contribue à embellir ce sanctuaire et constitue un bienfait, accordé par “dévouement” et par “faveur” – un bienfait d’autant plus éclatant qu’il vient d’une cité libre, théoriquement dégagée des obligations qui incombent aux cités de la province et dont l’une des moindres n’est pas de participer financièrement au culte impérial commun. Si l’on pousse le parallèle jusqu’au bout (et remarquons qu’il est souligné visuellement, dans la dédicace d’Aphrodisias, par la place identique donnée aux deux occurrences du mot χάριτι dans les lignes où ce mot est gravé), on pourrait dire que la cité dédicante – cité libre – se représente dans la même position, envers Éphèse, que les empereurs envers elle-même – en position de dispenser des faveurs. Il n’est pas besoin d’aller aussi loin ni de soutenir l’hypothèse, guère vraisemblable, qu’une cité compare sciemment son action à celle d’un empereur. Il reste que la rhétorique mise en œuvre dans la rédaction de ces dédicaces crée des associations d’idées qui, si elles ne forment pas nécessairement un discours cohérent et achevé, suggèrent néanmoins, de façon subtile et répétée, un même refus de reconnaître sans équivoque à Éphèse une position dominante.

  • 20 La question, problématique, de savoir si Éphèse est encore une cité libre à l’époque impériale, n’ (...)

14Il est notable que le titre de néocore ne soit donné à Éphèse que dans la version longue des dédicaces, qui développe également une titulature honorifique soulignant le statut privilégié de la cité dédicante. Les autres communautés se sont contentées d’évoquer le temple commun de l’Asie, sans ressentir le besoin de se définir, ni de définir Éphèse, par des titres exprimant des statuts privilégiés – parce qu’elles n’avaient pas de tel statut à faire valoir pour elles-mêmes, mais aussi parce qu’elles ne se sentaient pas encore concernées par la hiérarchie en train de se mettre en place et de se traduire en mots. Les cités libres, en revanche, qui se situent théoriquement en-dehors de la province, mais participent ici à un événement profondément provincial, tiennent à rappeler avec force leur statut hors-normes, source de prestige. Ce faisant, elles entrent dans un jeu de reconnaissance mutuelle où la position de chaque cité ne prend de valeur que par rapport à celle des autres. Tout en proclamant leur position – privilégiée parce qu’extérieure à la province –, elles doivent admettre en même temps celle d’Éphèse – privilégiée parce qu’inscrite au cœur de la province20.

3) Caractéristiques de cette définition

Le rôle du koinon

15Ce jeu de reconnaissance, cette évaluation ambiguë du rapport de force existant entre des cités données, n’aboutit pas encore à proprement parler à la mise en place d’une hiérarchie. Une hiérarchie suppose plusieurs degrés, or le système de différenciation que dessine la version longue des dédicaces à Domitien est binaire : il ne connaît que les statuts/titres de cité libre et de cité néocore. Il semble toutefois contenir en germe bien des aspects de la future hiérarchie qu’exprimeront les titulatures honorifiques une fois qu’elles se seront répandues.

16Tout d’abord, une tierce partie se laisse deviner dans le jeu qui fait se mesurer deux à deux les acteurs de la scène interpoliade : la province, à travers l’institution qui, en Asie, la représente tout entière – le koinon. Les titres donnés par les inscriptions traduisent deux modes de relation à la province : être la gardienne d’un temple commun, c’est être symboliquement au centre de la province ; jouir de la liberté et de l’autonomie, c’est lui être extérieure – tout en participant à la célébration d’un événement provincial. La récurrence de formules identiques, ordonnées selon un même schéma, dans les diverses dédicaces, suppose un modèle qui a dû soit être imposé d’en haut, soit être élaboré en commun. L’hypothèse d’une prise en charge spontanée et complète de la rédaction d’un modèle de dédicace par le pouvoir central n’est guère recevable. Dans la compétition pour les titres telle que nous la font connaître les documents ultérieurs, nous verrons que l’empereur apparaît toujours comme celui qui tranche une contestation déjà engagée, non comme celui qui établit par avance les règles du jeu ; il serait étonnant que les premiers textes connus définissant les positions de plusieurs cités au sein de la province aient été élaborés à l’initiative et par les soins des autorités romaines.

  • 21 Hypothèse suggérée par Friesen 1993, 40 n. 38.
  • 22 Bien que la question des relations entre cités libres et koinon soit loin d’être claire, il semble (...)

17Bien plus vraisemblable est l’hypothèse d’une action du koinon en ce sens21. C’est sans doute lors d’une assemblée provinciale que furent déterminées les formules officielles des dédicaces destinées à orner le sanctuaire commun. Cela soulève la question des modalités selon lesquelles les cités libres auraient pu s’associer à une telle décision. On peut envisager qu’elles ont assisté, exceptionnellement, à une réunion du koinon et ont participé aux débats ; ou encore, qu’elles ont eu des échanges diplomatiques avec le koinon après que celui-ci eut décidé du texte de la dédicace, dont elles se seraient inspirées pour forger leur propre texte, plus développé22. Le koinon apparaît donc, si cette hypothèse est juste, à la fois comme le cadre et l’auteur de cette première définition du rapport de forces entre cités. Il aura les mêmes fonctions pour la plupart des titres ultérieurs : ceux de “métropole d’Asie” et de “première d’Asie”, les plus prestigieux de tous, renvoient explicitement à la province comme cadre de référence ; le droit de faire usage de ces titres nécessite probablement, tout comme le statut/titre de néocore, un vote préalable du koinon. Le recours quasi-systématique à la confirmation ou à l’arbitrage de l’empereur n’est pas contradictoire avec le rôle premier de l’assemblée provinciale dans l’établissement de la hiérarchie entre cités. De même, lors de l’élaboration d’un modèle commun de dédicace à Domitien pour le temple d’Éphèse, il est probable qu’une approbation du pouvoir central a été recherchée, sans qu’en soit diminuée l’importance des débats préalables de l’assemblée provinciale.

Un exercice de rhétorique

  • 23 Sur cette “indifférenciation progressive”, voir Guerber 1997, 129-137.

18Outre le rôle-clé de la province, les dédicaces à Domitien retrouvées à Éphèse permettent d’appréhender un autre élément caractéristique du système des titulatures : l’attention aux détails et la recherche dans la formulation. Cela est surtout visible dans le choix des mots pour exprimer la qualité de cité libre. J’ai déjà noté en quoi la référence à “la faveur des Augustes” comme source du privilège n’était pas indifférente, puisqu’elle entrait en résonance avec la mention du “temple des Augustes à Éphèse”. Le reste de ce que l’on peut déjà appeler une titulature n’est pas moins travaillé. La formulation commune à Aphrodisias et Stratonicée distingue deux aspects du statut particulier dont peuvent se prévaloir ces cités : la liberté et l’autonomie. Ces deux notions, nettement distinctes à l’époque classique – la première renvoyant à une indépendance en quelque sorte absolue, alors que la deuxième recouvrait des garanties bien précises face à une puissance à vocation impérialiste –, ont de plus en plus tendance à se confondre à l’époque impériale. Certaines cités frappent en alternance, sur leurs monnaies, les titres “autonome” et “libre”23. Même si une nuance sémantique devait encore exister, les deux termes semblent bien avoir évoqué le même statut, caractérisé essentiellement par la reconnaissance d’une position extérieure à la province. Dans les dédicaces à Domitien d’Aphrodisias et de Stratonicée, j’attribuerais volontiers l’emploi simultané de ces deux adjectifs à la volonté de présenter la titulature la plus riche possible. Autrement dit, cet emploi serait justifié par des considérations rhétoriques plus que par un souci de rigueur dans la définition de soi proposée.

  • 24 Dion Chr. 34.7.
  • 25 Voir D.C. 47.30-31.
  • 26 Sherk, RDGE, no 27 (IK, 21-Stratonikeia, 11) pour Stratonicée ; Reynolds 1982, no 7 et 8 pour Aphr (...)
  • 27 Reynolds 1982, no 10. Il s’agit d’une lettre où Octave se présente explicitement comme celui qui a (...)

19Par ailleurs, les deux dédicaces précisent que la liberté et l’autonomie sont possédées “depuis l’origine” (ἀπ’ ἀρχῆς). La suite immédiate du texte (“par la faveur des Augustes”, τῆι τῶν Σε[βασ]τῶν χάριτι) suggère que cette origine est celle du régime impérial. Le mot ἀρχή peut en effet être utilisé en ce sens dans un monde où l’empereur est perçu comme la source suprême et l’incarnation du pouvoir romain. Ainsi, Dion de Pruse fait référence au statut de métropole de Tarse comme à un privilège détenu ἐξ ἀρχῆς, c’est-à-dire depuis Auguste, qui s’est montré particulièrement bienveillant envers la cité24. C’est effectivement sous ce règne que Tarse commence à frapper sur ses monnaies le titre de métropole. La faveur dont elle a joui auprès du fondateur du principat s’explique, d’après Dion, par “le malheur qui l’a frappée du fait de (son soutien à) ce dernier” (τò δι’ ἐκεῖνον ἀτύχημα τῇ πόλεί συμβάν) – une allusion à la résistance que Tarse opposa à l’armée de Cassius et qui lui valut de payer un lourd tribut après que les républicains eurent forcé ses portes25. Or, il se trouve qu’Aphrodisias et Stratonicée se sont toutes deux également distinguées par leur loyauté envers les Césariens, et en particulier envers Octave, à l’époque triumvirale. Dans les deux cités, les inscriptions livrent le texte de sénatus-consultes datés de la même année 39 a.C. et récompensant vraisemblablement les mêmes services – à savoir la fidélité aux triumvirs face à l’armée menée par Labiénus, l’année précédente26. L’inscription d’Aphrodisias, la plus complète, indique que le privilège accordé était la liberté. On a longtemps pensé que le triumvir dont une lettre mutilée accompagne le sénatus-consulte et qui devait être à l’origine de cette faveur était Antoine. Mais un document inédit publié par J. Reynolds, dans son corpus des inscriptions de la cité, révèle qu’il s’agissait en réalité d’Octave27.

  • 28 Sherk, RDGE, no 18 ; IK, 22.1-Stratonikeia, 505 (voir supra, p. 65-68). Voir Bernhardt 1971, n. 95 (...)
  • 29 Bernhardt 1971, 162 et n. 335, 173 et n. 397, pense que l’édit du triumvir et le sénatus-consulte (...)

20Ainsi, si l’on s’en tient à une interprétation rigoureuse et cohérente des dédicaces à Domitien de Stratonicée et d’Aphrodisias, on peut comprendre que les deux cités font référence à une action en leur faveur d’Octave, le futur Auguste, qui leur assura le statut de cité libre. Toutefois, dans le cas de Stratonicée au moins, la reconnaissance probable de ce statut en récompense de la résistance aux Parthes correspond à la confirmation d’un privilège ancien, et non à l’octroi d’un privilège entièrement nouveau. Tout indique, en effet, que Stratonicée a joui de la liberté depuis la création de la province d’Asie. Son attitude durant la première guerre mithridatique lui valut par la suite de voir ses privilèges confirmés et étendus par Sylla28. Aussi est-il plausible de supposer que dans la formule par laquelle elle se définit sous Domitien, l’expression ἀπ’ ἀρχῆς peut renvoyer aussi bien aux premiers temps de la domination romaine en Asie qu’à l’époque qui précède immédiatement la fondation du principat. La notion d’origine, suffisamment floue pour être appliquée à différents points de référence temporels, mais résolument influencée ici par l’histoire des contacts entre Rome et les cités grecques, permettrait alors d’évoquer l’ancienneté et la continuité de la relation privilégiée de Stratonicée avec le pouvoir romain. Ce qui est intéressant, c’est qu’Aphrodisias reprend la même formule et bénéficie des mêmes sous-entendus, alors que son rôle dans la guerre mithridatique, et plus généralement son statut à l’époque républicaine, sont loin d’être aussi clairement établis que ceux de Stratonicée et pourraient bien être marqués par quelques souvenirs indésirables29. La formule qu’ont retenue les cités libres d’Asie pour se définir à la fin des années 80 aurait ainsi l’avantage de suggérer, parfois au mépris de l’exactitude historique, l’existence d’une loyauté continue et indéfectible envers les représentants successifs du pouvoir romain, qui justifierait, aussi bien à l’attention des empereurs que des autres Grecs, la place particulière de ces cités dans l’Empire.

  • 30 Voir Ferrary 2001c, 810-815.

21Il faut enfin remarquer que la dédicace d’Aphrodisias comporte une addition notable à la formule commune dans laquelle les deux cités libres peuvent se reconnaître : un adjectif composé, intercalé entre l’article et l’ethnique et donc nettement séparé de l’apposition qui, un peu plus loin, mentionne explicitement le privilège de la liberté, apporte un élément supplémentaire à la définition que propose la cité d’elle-même. En se qualifiant de φιλoκαȋσαρ, “dévoué à César”, le peuple d’Aphrodisias s’approprie un titre dont il est loin d’avoir l’exclusivité. Cet adjectif est porté par des rois soumis à l’influence romaine dès l’époque augustéenne et est également attesté dans les cités, qui l’appliquent à leurs institutions, à des individus ou, plus rarement, à elles-mêmes. Le sens de ce titre et les circonstances qui ont conduit à l’adopter devraient être étudiés au cas par cas, et une définition globale ne semble pas prudente30. Dans l’exemple qui nous occupe, un indice décisif est l’absence du même titre dans la dédicace de Stratonicée, dont la titulature est par ailleurs rigoureusement identique à celle d’Aphrodisias. C’est donc que cette dernière cité, en se proclamant “dévouée à César”, exploite un aspect de sa situation qui lui est spécifique. Or, l’histoire d’Aphrodisias est marquée par des relations privilégiées avec le personnage dont le nom est devenu partie intégrante de toute titulature impériale et est inclus dans le mot φιλoκαȋσαρ : Jules César, père du premier empereur.

  • 31 Les témoignages ne permettent pas d’établir avec certitude l’ancien nom, mais Erim 1989, 10, tient (...)
  • 32 App., BC, 1.11.97. L’oracle présente Aphrodite comme la divinité protectrice de la lignée d’Énée, (...)
  • 33 Reynolds 1982, no 8 l. 40-41 et no 12 l. 13-14.

22Le rôle du sanctuaire d’Aphrodite, qui se trouve, à l’époque impériale, en plein cœur de la cité, a été essentiel pour le développement de celle-ci. Il a d’abord été à l’origine d’un nouveau nom pour l’agglomération qui l’entourait31, peut-être en même temps qu’il lui valait d’être promue du statut de village à celui de cité, quelque part dans la deuxième moitié du iie s. a.C. Le changement de nom pourrait bien être le premier exemple d’une habile politique prenant en compte la montée de la puissance romaine et destinée à porter ses fruits. En effet, lorsqu’en 88 un oracle invite Sylla à honorer de ses offrandes le sanctuaire d’Aphrodisias de Carie, il fait allusion aux légendes qui, à travers Énée, font d’Aphrodite-Vénus l’ancêtre lointain de la race romaine32. C’est donc qu’au début de la première guerre mithridatique, cette utilisation de la légende troyenne était déjà répandue. Le thème de la parenté entre Rome et la divinité tutélaire d’Aphrodisias prend un sens nouveau avec l’arrivée au pouvoir de Jules César. Il ne met plus seulement en jeu les relations de la cité avec l’ensemble du peuple romain, mais celles qu’elle peut entretenir avec le membre le plus brillant d’une gens particulière – la gens Iulia, qui revendique comme ancêtre éponyme le fils d’Énée, Iule. Le vainqueur de Pharsale, sans doute sollicité par son affranchi Zoilos et naturellement favorable à l’idée de mettre en scène un thème qui lui donne une ascendance divine, porte des regards bienveillants sur la cité d’Aphrodite : il consacre un Éros d’or à la déesse et accorde l’asylie à son sanctuaire33. C’est très certainement en souvenir de cette relation privilégiée entre son père adoptif et Aphrodisias qu’Octave accorde à son tour sa protection à la cité.

  • 34 Robert 1966, 416-417 et Reynolds 1986, 111-112.
  • 35 Sur les liens privilégiés entre Aphrodisias et Rome et l’utilisation de la légende troyenne, voir (...)

23À l’époque impériale, la légende troyenne continue de marquer l’identité d’Aphrodisias : la déesse poliade est ainsi appelée, dans une inscription, “la mère ancestrale de la race des Augustes” (ἡ προμήτωρ τοῦ γένους τῶν Σεβαστῶν)34. Cette parenté justifie sans doute la faveur dont a joui la cité auprès des divers représentants du pouvoir suprême, tout au long du Haut-Empire35. Dès lors, il est tentant de voir dans le titre philokaisar que se donne Aphrodisias sous Domitien une allusion à ce lien privilégié, qui influença si heureusement le destin de la cité. L’adjectif par lequel le peuple d’Aphrodisias se définit est encore une autre manière de faire valoir une position exceptionnelle sur le fond des cités grecques, face à Éphèse, qui vient d’être si brillamment distinguée, mais aussi, dans ce cas précis, face à Stratonicée (et probablement aux autres cités libres), qui ne peut faire valoir la même proximité avec le pouvoir romain. Cet ajout à la formule commune adoptée par les cités libres modifie légèrement le système de différenciation binaire que traduisent les dédicaces à Domitien : la dichotomie néocore/cité libre reste valable, mais elle s’est enrichie d’une nuance, d’une distinction supplémentaire, qui reflète une forte volonté de se singulariser à l’intérieur même d’une des catégories définies.

Les restes d’un ensemble plus vaste ?

24On trouvera peut-être que ces conclusions pressurent à l’excès un texte qui ne nous est connu que par deux exemplaires. Il faudrait savoir si toutes les cités de la province et toutes les cités libres avaient fait graver des dédicaces à Domitien identiques aux treize que nous connaissons, ou si cet honneur ne fut voté que par un nombre restreint d’entre elles et dans ce cas, quel nombre – autrement dit, il faudrait pouvoir mesurer les pertes et connaître le pourcentage que représentent, sur le total des inscriptions d’une époque et d’un lieu donnés, celles qui nous sont parvenues. À défaut de pouvoir évaluer l’étendue de ce qui est perdu, il est permis de raisonner à partir de ce qui reste : les cités dédicantes ne se présentent pas comme un groupe cohérent et l’on cherche en vain un critère commun capable de les unifier. Elles se distinguent aussi bien par leur origine géographique (Aizanoi, Synaos et Silandos sont en Phrygie, Kymè en Éolide, Clazomènes et Téos en Ionie, Kérétapa sans doute en Pisidie…) que par leur taille ou leur rôle historique, et à ma connaissance, elles ne sont pas non plus liées par un mode particulier de relation avec Éphèse. Cette disparité tend à prouver que le corpus des dédicaces à Domitien tel qu’il nous est parvenu n’est pas complet ; il ne forme pas un tout cohérent et fermé sur lui-même. D’autres cités ont dû participer à la glorification du nouveau culte en érigeant des statues de l’empereur, et parmi elles, d’autres cités libres qu’Aphrodisias et Stratonicée.

25Tel que nous le font connaître les inscriptions conservées, le texte adopté en commun, dans sa double version, différencie trois types de situations, tout en étant capable d’intégrer, le cas échéant, les nuances qu’apporte une histoire particulière : la masse des cités non néocores et non libres, qui n’utilisent que l’ethnique “nu” et ne prennent pas part à l’élaboration d’une échelle hiérarchique dont elles n’occupent aucun degré ; la cité néocore, centre physique des honneurs votés (du temple commun et des dédicaces qui vont l’orner) ; les cités libres, qui reconnaissent la place spécifique de la cité néocore en lui accordant un titre, mais revendiquent concurremment une position d’honneur pour elles-mêmes, en exaltant leur statut par des formules développées. Parmi les cités libres, il y a place pour une subtile surenchère dans les différenciations et l’on sent la volonté de mettre en valeur tout ce qui permet de se distinguer de la voisine et de manifester sa supériorité dans ce jeu de représentation. Nous n’avons pas conservé de dédicaces émanant des deux autres cités qui, selon la toute récente terminologie en vigueur, pouvaient elles aussi se proclamer néocores – Pergame et Smyrne. De telles dédicaces ont-elles existé ? Et si oui, quels en étaient les termes exacts ? Il est possible que le schéma mis au point par le koinon (d’après mon hypothèse) ait prévu d’autres variantes que celles que nous avons conservées et que l’ébauche de hiérarchie ainsi dessinée ait été plus complexe. Mais malgré le caractère incomplet des sources et la part de spéculation qui entre dans leur analyse, il me semble que le texte des dédicaces à Domitien, gravées à l’occasion de la première néocorie d’Éphèse, permet de saisir les débuts, dans la province d’Asie, du phénomène des titulatures honorifiques – une compétition au sein de laquelle les cités, par l’usage de titres parfois très développés, redéfinissent sans cesse leurs positions respectives.

26L’étude détaillée de ces inscriptions conduit à dégager deux aspects importants de cette compétition naissante : d’une part, la place de la recherche verbale, dont le but est de traduire de la façon la plus efficace et la plus riche possible une réalité historique (un statut, des relations diplomatiques), par un jeu de résonances (“la faveur des Augustes” et “le temple des Augustes”), de connotations (“dévoué à César” et le rôle d’Aphrodite) et d’imprécisions (“depuis l’origine”) ; d’autre part, l’importance de la province comme cadre premier de cet effort des cités pour se situer les unes par rapport aux autres.

II. La genèse des titulatures-standard : les rivales prises dans l’engrenage

1) Reconnaissance et diffusion du titre de néocore

27À la suite de S. Friesen, j’ai présenté la néocorie d’Éphèse et les dédicaces auxquelles elle donna lieu comme un événement fondateur. On peut en effet suivre, dans le sillage de cet événement, l’essor progressif de l’usage des titulatures honorifiques dans la province d’Asie : d’abord centrées sur la seule qualité de néocore et réservées aux trois grandes rivales qui peuvent la revendiquer, elles se complexifient et s’enrichissent peu à peu, tout en se répandant pour atteindre un cercle plus large de cités.

  • 36 IK, 12-Ephesos, 236.

28À la fin du règne de Domitien et durant les deux premiers règnes de la dynastie antonine, les occurrences du titre de néocore se multiplient. Relevons d’abord une inscription de Philadelphie retrouvée à Éphèse, que le catalogue des inscriptions d’Éphèse fait figurer, à tort à mon avis, au milieu des dédicaces à Domitien36. Cette inscription est placée entre la dédicace de Clazomènes et celle de Stratonicée, qui suivent toutes deux le schéma dégagé plus haut, avec les variantes dues à leurs situations respectives (cité non libre/libre). Or, le texte de l’inscription de Philadelphie, s’il présente quelques points communs avec celui des dédicaces, n’obéit nullement à ce même schéma et rien ne permet d’affirmer qu’il a été gravé pour la même occasion. On mesurera l’écart qui le sépare du modèle commun des dédicaces des années 88-91 :

[τ]òν νεω[κό]ρον
καὶ φιλοσέβαστον
καὶ κοσμοῦντα τὴν Ἀσίαν
Ἐφεσίων δῆμον ἐτείμησεν
ὁ Φλαυίων Φιλαδελφέων
δῆμος διά τε τὴν εἰς τοὺς
Σεβαστοὺς εὐσέβειαν καὶ
τὴν πρòς αὐτοὺς συνγένειαν
καὶ ἐκ προγόνων φιλίαν.

“le peuple de Philadelphie Flavia a honoré le peuple d’Éphèse, néocore et philosébaste, qui orne l’Asie, en raison de sa piété envers les Augustes et de la parenté et l’amitié ancestrale qui les unit” (suit le nom du responsable de l’érection de la stèle).

29Contrairement aux textes qui l’encadrent dans les IK, celui-ci n’est pas la dédicace d’une statue d’empereur. Le temple récemment construit en l’honneur de Domitien n’est pas non plus évoqué directement. La titulature d’Éphèse, réduite à l’adjectif “néocore” dans les dédicaces des cités libres, est ici considérablement enrichie. Enfin, si “la piété envers les Augustes” constitue, comme elle le faisait dans les mêmes dédicaces, un des motifs de l’érection de la pierre, une autre justification est avancée, qui donne à l’usage des titres une fonction nouvelle. Philadelphie, en qualifiant Éphèse d’un chapelet de termes laudatifs, reconnaît à cette cité une place exceptionnelle au sein de la province d’Asie. Mais en célébrant les relations de parenté et d’amitié qui les unissent, elle fait rejaillir sur elle-même une partie du prestige reconnu à l’autre. Les titres d’Éphèse agissent, par transitivité pourrait-on dire, sur la représentation que propose d’elle-même Philadelphie. Elle qui ne peut se prévaloir que d’un nom dynastique – certes enviable, car témoignant de la faveur impériale, mais bien pauvre comparé à la brillante titulature d’Éphèse – se hisse pourtant, par ses liens avec cette cité particulièrement privilégiée, au-dessus de la masse des cités sans titres.

  • 37 Faute d’éléments permettant une datation précise, on ne saurait toutefois exclure qu’elle leur est (...)
  • 38 “Philosébaste”, qui qualifie régulièrement la cité d’Éphèse (ou l’une de ses institutions représen (...)

30Alors que les dédicaces à Domitien ne connaissaient l’usage des titres que dans le cas d’une cité libre reconnaissant la place d’une cité néocore, l’inscription de Philadelphie nous fait sortir de cette dichotomie : une cité non libre et non néocore – mais parente et amie d’une cité néocore – exalte la place privilégiée occupée par une cité néocore. Je verrais volontiers là le fruit d’une évolution, et selon moi, l’inscription de Phildelphie est postérieure à l’ensemble des dédicaces d’au moins quelques années37. Les titres qu’elle ajoute pour définir Éphèse peuvent en effet apparaître comme une sorte de glose autour du titre de néocore, qui serait premier : parce qu’il est néocore, le peuple d’Éphèse a fait la preuve de ses excellentes relations avec les Augustes et peut être appelé “philosébaste” ; de plus, il “orne” la province d’Asie avec son nouveau sanctuaire38. Ce genre de développement n’implique-t-il pas que l’usage du terme néocore en lien avec le culte impérial est déjà bien établi ? Dans son nouveau sens et avec sa nouvelle fonction de titre honorifique, le mot aurait donc commencé par être employé au sein d’un cercle très étroit de cités au statut exceptionnel, avant de s’imposer plus largement et d’être repris par des cités plus modestes, qui pouvaient éventuellement tirer quelque bénéfice symbolique de cette reconnaissance accordée à autrui.

  • 39 Milet a été choisie par Caligula pour accueillir son culte provincial, mais elle a perdu ce privil (...)
  • 40 IK, 24.1-Smyrna, 657, avec le commentaire de Moretti 1957, no 808 ; voir aussi, pour le même titre (...)
  • 41 IAsclepieion, p. 158-161. Se reporter à ces pages pour la liste complète des occurrences de chaque (...)

31Parallèlement à cette reconnaissance du titre de néocore par des cités qui ne le possèdent pas, on constate une appropriation du titre par Pergame et Smyrne, les deux autres cités qui, à la fin de la dynastie flavienne et au début de celle des Antonins, semblent pouvoir y prétendre39. J’ai déjà signalé qu’à partir de la fin du règne de Domitien, l’adjectif néocore est systématiquement accolé au nom d’Éphèse dans les inscriptions. Pour Smyrne, qui de manière générale a livré une moisson épigraphique beaucoup moins abondante que la capitale de la province, le regroupement des témoignages est moins probant, mais pointe néanmoins vers une date similaire pour l’adoption du titre de néocore : une inscription où le peuple de Smyrne se donne ce qualificatif honore le pancratiaste T. Claudius Rufus, dont la carrière a été située par L. Moretti à la fin du ier ou au début du iie s.40 Quant à Pergame, les étapes du développement de sa titulature ont été finement datées par Chr. Habicht, dans sa publication des inscriptions de l’Asclépieion41. Dans le prolongement de ses remarques, je voudrais montrer que cette titulature s’est construite en réponse à celles des deux autres cités néocores et constitue donc un exemple frappant de la façon dont les mots gravés sont devenus un vecteur des rivalités entre cités.

2) Les étapes menant à la titulature-standard de Pergame

“Les premiers néocores”

  • 42 Voir entre autres IPergamon, 461 et IAsclepieion, 157.
  • 43 Le témoignage le plus précisément daté, qui semble aussi être le plus ancien, est livré par IPerga (...)

32Un premier petit groupe d’inscriptions, dont aucune ne livre une date assurée mais qui semblent toutes se rattacher à une courte période au tournant des ier et iie s., atteste que la traditionnelle formule “le conseil et le peuple des Pergaméniens” s’est enrichie du titre “néocores” accolé à l’ethnique (ἡ βουλὴ καὶ ὁ δῆμος τῶν νεωκόρων Περγαμηνῶν)42. Mais très vite, une précision significative est ajoutée : plusieurs textes couvrant grosso modo les quinze premières années du iie s. définissent les Pergaméniens comme “les premiers néocores” (ἡ βουλὴ καὶ ὁ δῆμος τῶν νεωκόρων Περγαμηνῶν), renvoyant aux origines mêmes du culte impérial, dont le premier sanctuaire provincial fut bien érigé à Pergame43. Chr. Habicht interprétait dans un même mouvement l’adoption des titres “néocores” puis “premiers néocores” comme une réponse à la récente néocorie d’Éphèse. Il me semble qu’il faut bien distinguer ces deux états de la titulature naissante de l’ancienne capitale attalide, qui correspondent à une gradation dans sa “réponse” à Éphèse.

33Dans un premier temps, Pergame ne fait, selon toute vraisemblance, qu’emboîter le pas à Éphèse et réduire l’écart qu’un usage novateur a fallacieusement introduit entre elles. Smyrne agit de même, et en se définissant à leur tour comme néocores, en référence à un statut possédé depuis longtemps, les deux cités revendiquent une position d’égalité avec Éphèse. Le deuxième état de la titulature de Pergame procède d’une démarche différente : il rompt l’équilibre qui s’était établi entre les trois cités d’Asie abritant, au début du règne de Trajan, un culte impérial provincial. Alors que durant les années précédentes, elles en étaient venues à se désigner toutes trois par le même terme, Pergame se distingue désormais de ses égales en proclamant hautement une primauté chronologique connue de tous depuis longtemps, mais pour la première fois utilisée afin de définir une position de supériorité. L’engrenage est lancé : ce premier raffinement dans l’expression de la qualité de néocore en appelle bientôt d’autres, et les titulatures deviennent le lieu d’une surenchère dans laquelle chacune des cités rivales tente d’avoir le dessus sur les autres.

  • 44 IK, 12-Ephesos, 492.

34Pergame porte-t-elle seule la responsabilité de cette ouverture des hostilités ? Quelques fragments d’une inscription d’Éphèse pourraient suggérer que là encore, Pergame ne fit que réagir à ce qui pouvait lui apparaître comme une provocation de la part d’Éphèse. Dans une dédicace très mutilée de Helvidia Paula, prêtresse d’Artémis, reconstituée à partir de trois fragments, les éditeurs du Catalogue des inscriptions d’Éphèse proposent de restituer le titre “première néocore des Augustes” ([τῇ π]ρώτῃ τῶν [Σεβαστῶν νεω]ḳ[όρ]ῳ Ἐφε[σίων πόλει])44. Cette restitution pose de nombreux problèmes : avant tout, elle ne s’appuie sur aucun parallèle éphésien. L’association de l’ordinal πρώτη avec l’adjectif néocore ne se trouve régulièrement qu’à Pergame. En revanche, Éphèse est systématiquement qualifiée, du règne d’Antonin à celui de Septime Sévère, de “première et très grande métropole d’Asie” (ἡ πρώτη καὶ μεγίστη μητρόπολις τῆς Ἀσίας). C’est cette formule que l’on voudrait pouvoir restituer à la suite de πρώτη. On voit cependant que les fragments conservés ne le permettent pas. De fait, si le k pointé n’est guère suffisant pour admettre la restitution de νεω]ḳ[όρ]ῳ, comment rendre compte de la présence de l’article τῶν après πρώτη autrement que par une référence aux Augustes, et donc à la néocorie ? Si l’on écarte l’hypothèse d’une erreur de lecture ou d’un mauvais agencement des fragments, il faut admettre qu’Éphèse s’est en effet donné (ou a toléré qu’une femme investie d’une charge officielle lui donne) le titre de “première néocore des Augustes”, mais qu’elle a très vite renoncé à employer (ou à autoriser) cette formule, attestée une seule fois dans le corpus de ses inscriptions.

  • 45 Voir PIR 2, F 543 et 544. Pour la dédicace d’Aizanoi, IK, 12-Ephesos, 232.

35Or, la présence d’un nom romain au génitif, dans la dédicace de la prêtresse d’Artémis, suggère que l’inscription était datée par le proconsul en charge. La pierre ne livre que son nomen : [Φ]ουλουίου. Les éditeurs l’identifient avec M. Fulvius Gillo, proconsul en 89/90 et mentionné dans la dédicace d’Aizanoi gravée à l’occasion de la première néocorie d’Éphèse, mais signalent que son fils, Q. Fulvius Gillo Bittius Proculus, est également attesté comme proconsul d’Asie, en 115/11645. Dans le premier cas, Éphèse aurait inventé un titre que Pergame lui aurait rapidement contesté et aurait repris à son compte ; dans le second, elle aurait tenté de s’approprier une formule adoptée depuis peu par Pergame, mais sans succès. Parce qu’elle était la première à utiliser le titre de néocore, Éphèse aurait revendiqué le droit de se définir comme “première néocore”. Mais Pergame, donnant à la même expression un autre sens (première à obtenir le statut et non pas à le célébrer avec un nouveau terme), aurait réussi à faire reconnaître ce sens comme le seul possible, ce qui obligea Éphèse à renoncer à la formule. L’hypothèse d’une telle joute verbale, dont la résolution aurait sans doute nécessité l’arbitrage d’une tierce partie (le koinon ? les autorités romaines ?), repose sur des fondations bien fragiles : l’interprétation de quelques fragments problématiques, si elle doit être tentée, ne saurait avoir le même poids que la confrontation de groupes d’inscriptions complètes et datées. Après ce détour par une étape hypothétique du développement de la titulature de Pergame, revenons sur un terrain plus sûr et poursuivons l’analyse.

La deuxième néocorie de Pergame concurrencée

  • 46 Cette formule est attestée dans quelques inscriptions datées entre 114 et 120 environ : IPergamon, (...)
  • 47 IPergamon, 395.

36Lorsqu’en 114 Pergame obtient, pour la première fois dans l’histoire des cités d’Asie, le privilège de cumuler deux néocories, ajoutant celle de Trajan à celle d’Auguste et de Rome, elle s’empresse de traduire son nouveau statut par un changement dans sa titulature. Elle le fait de façon claire et économique, en ajoutant simplement deux petits mots à la formule régulièrement utilisée depuis le début du règne de Trajan : les institutions de la cité se définissent désormais comme celles des “Pergaméniens premiers et deux fois néocores” (ἡ βουλὴ καὶ ὁ δῆμος τῶν πρώτων καὶ δὶς νεωκόρων Περγαμηνῶν))46. Il faut absolument lire cette titulature en continuité avec la précédente (“les Pergaméniens premiers néocores”, τῶν πρώτων νεωκόρων) pour comprendre que l’adjectif ordinal πρώτων et l’adverbe δίς sont sur le même plan d’un point de vue grammatical ; ils précisent tous deux l’adjectif νεωκόρων et il ne faut pas les séparer, comme on le fait parfois, pour lire deux titres autonomes (“les premiers” d’une part, “deux fois néocores” de l’autre) là où il n’y a qu’un seul titre (celui de “néocore”), développé de manière à en exploiter toutes les possibilités. Les Pergaméniens se flattent à la fois d’avoir été les premiers à accueillir un culte provincial d’un empereur vivant et d’être désormais le centre de deux cultes de cette sorte. Leur titulature, encore réduite, est centrée sur leur qualité de néocores et ne comporte nullement la revendication d’un premier rang absolu, dont l’existence même est, comme nous le verrons, problématique. Ce qu’il faut souligner, c’est la rapidité avec laquelle le nouveau statut (obtenu en 113/114) est intégré à la définition que la cité donne d’elle-même dans ses documents officiels : la première mention du titre “deux fois néocores” est datée entre 114 et 11647. Désormais, il n’y a plus, à Pergame, de décalage entre l’obtention d’une nouvelle néocorie et sa célébration par un titre.

  • 48 Puech 2004, 361 et n. 22.

37La titulature de Pergame, avant de se fixer durablement, subit une dernière modification, plus profonde que les précédentes. À partir du règne d’Hadrien et jusqu’à celui de Caracalla, la formule qui définit la position de la cité dans la province est la suivante : “la cité de Pergame, métropole d’Asie et première (à avoir été) deux fois néocore” (ἡ μητρόπολις Ἀσίας καὶ δὶς νεωκόρος πρώτη Περγαμηνῶν πόλις). Les titres sont grammaticalement accordés à “la cité” et non plus à l’ethnique. Un nouveau titre est apparu (“métropole d’Asie”), renvoyant lui aussi au cadre de la province. Quant à celui de néocore, il est exploité d’une façon nouvelle. Chr. Habicht pensait que le statut de métropole de province pouvait avoir été octroyé à Pergame en 123/124, au moment où Hadrien, de passage dans la région, accordait à Smyrne sa seconde néocorie. Ce serait l’obtention d’un nouveau privilège (le statut de métropole) qui aurait conduit Pergame à renouveler sa titulature. L’hypothèse est séduisante et a été retenue par B. Puech dans son récent article sur le titre de métropole48. Je voudrais toutefois y apporter quelques nuances.

38Avant tout, il me semble que la nouvelle forme donnée au titre de néocore fournit, pour une tentative de datation, des éléments tout aussi sérieux que l’apparition du titre de métropole. On est passé du titre “premiers et deux fois néocores” à celui de “première cité deux fois néocore”. La revendication de la primauté chronologique n’est plus fondée sur la néocorie d’Auguste et de Rome, mais sur celle de Trajan. Le fait que Pergame ait vu naître le culte impérial provincial est désormais passé sous silence, au profit de cet autre événement qui la distingue des autres cités – elle a été la première à cumuler deux néocories. Pourquoi ce changement et l’insistance sur cette nouvelle forme de primauté ? Cela ne se comprend bien que si le statut qu’exprime le titre “deux fois néocore” n’est plus, comme il l’était au début, le seul apanage de Pergame. Quand celle-ci était l’unique cité à cumuler deux néocories, il lui suffisait d’exprimer ce privilège de la manière la plus simple possible pour en faire apprécier tout l’éclat. Mais à partir du moment où d’autres cités peuvent également se proclamer “deux fois néocores”, lui ôtant le monopole exercé jusque-là sur ce titre, Pergame doit développer la mention de sa double néocorie, en insistant sur ce qui fait sa spécificité (la première chronologiquement), afin de conserver un avantage sur ses concurrentes. Elle a recours au même procédé que pour la mise en valeur de la néocorie d’Auguste et de Rome : de même que la banalisation du titre de néocore, affiché par trois cités en même temps, avait conduit Pergame à faire référence à son rôle historique dans la naissance du culte impérial, pour “étoffer” sa titulature et se distinguer des autres, de même, c’est sans doute l’obtention et la célébration d’une deuxième néocorie par une autre cité qui l’ont poussée à modifier la formule évoquant sa néocorie de Trajan.

  • 49 IK, 24.1-Smyrna, 767. Le chiffre b est restitué en début de ligne, juste avant νεoκóρoς, entièreme (...)
  • 50 IK, 24.1-Smyrna, 697.

39On peut donc aller, en un sens, plus loin que Chr. Habicht et considérer l’année 123/124 comme un terminus post quem : la nouvelle titulature de Pergame ne peut pas avoir été adoptée avant que Smyrne ne soit devenue elle aussi deux fois néocore. Le fut-elle pour autant exactement la même année ? Il est probable que Smyrne répercuta très rapidement dans sa titulature la promotion obtenue. Une dédicace de la cité à Antonin atteste que le titre “deux fois néocore” remplaça naturellement celui de “néocore”49. Sous Hadrien, les témoignages manquent, mais dans l’inscription recensant les bienfaits de Polémon, la formule qui évoque l’obtention d’une néocorie d’Hadrien grâce au sophiste (“nous sommes devenus deux fois néocores”, δὶς νεωκόροι γεγονάμεν) suggère que le statut fut d’emblée perçu comme permettant de définir la cité par un titre50. Il est donc possible que Pergame, devant la faveur accordée à Smyrne en 123/124, ait aussitôt ressenti le besoin de réaffirmer sa place dans la province. Elle a pu demander et obtenir de l’empereur en visite une compensation sous la forme d’un nouveau privilège – le droit de se proclamer “métropole d’Asie” – et remodeler ainsi l’ensemble de sa titulature. Encore faut-il s’entendre sur ce que recouvre l’apparition du titre de métropole.

  • 51 Voir tableau no 4 en annexe.

40Avant Pergame, aucune cité de la province ne l’avait jamais utilisé. Est-ce à dire que le statut correspondant à ce titre n’existait pas auparavant ? Pourquoi n’y aurait-il pas, entre l’obtention du statut de métropole et sa célébration par un titre, le même décalage que celui que nous avons pu observer à propos du statut/titre néocore ? Il n’est pas à exclure, selon moi, que Pergame ait simplement mis un nom – qui était utilisé ailleurs, en Bithynie par exemple51 – sur un statut qu’elle possédait déjà, dans le seul but de donner plus de poids à sa titulature face à celle d’une rivale. Sous Domitien, l’initiative de désigner un centre provincial du culte impérial par le titre de néocore est sans doute venue des provinciaux eux-mêmes. Toutefois, il y avait une occasion pour inaugurer officiellement une telle pratique – la construction d’un temple de l’empereur. Sous Hadrien, l’entrée en usage du titre de métropole, même si elle ne correspondait qu’à la “mise en titre” d’un statut ancien et non pas à la naissance d’un nouveau statut, dut probablement s’accompagner de quelque acte officiel – et notamment nécessiter l’approbation des autorités romaines. Néanmoins, une demande directe à l’empereur n’était peut-être pas indispensable dans le cas d’une simple “mise en titre” et la venue d’Hadrien en 123/124 ne me paraît pas être la seule occasion possible pour Pergame de faire reconnaître une telle initiative, si elle a eu lieu.

41Voilà donc une première variante ou précision apportée à l’analyse de Habicht, qui était centrée sur la volonté d’expliquer le titre de métropole : le renouvellement de la titulature de Pergame est une conséquence de l’octroi d’une deuxième néocorie à Smyrne. Il peut tout entier se comprendre comme une réponse à cette remise en cause de la position, jusque-là sans équivalent, de Pergame dans la province. Aussi bien le recours à une nouvelle formule pour exprimer la double néocorie que l’apparition du titre de métropole sont un moyen pour la cité de se maintenir à une place d’exception. Il est possible qu’il faille dater cet effort de l’année même où Smyrne obtint une deuxième néocorie, mais on ne peut exclure qu’il ait eu lieu quelque temps après, par le biais d’ambassades devant le gouverneur et l’empereur.

3) La réplique d’Éphèse

  • 52 Les rares occurrences d’une titulature développée sous les Antonins ne sont nullement assurées, vo (...)

42Je voudrais aller plus loin et proposer une deuxième variante à l’interprétation de Habicht, qui remettrait davantage en question sa vision des faits. C’est la comparaison du développement des titulatures de Pergame et d’Éphèse qui me conduit à émettre une nouvelle hypothèse sur la date à laquelle Pergame modifia la sienne sous Hadrien. Le cas de Smyrne est un peu à part, dans la mesure où cette cité semble se contenter pendant longtemps du seul titre “deux fois néocore”, une titulature plus riche n’apparaissant de façon certaine que sous Septime Sévère et surtout Caracalla52. À Éphèse en revanche, on constate dès les premières années du règne d’Antonin des tentatives similaires à celles de Pergame pour développer la titulature officielle de la cité. Assez vite se met en place une formule fixe, qui apparaît de façon systématique dans les inscriptions jusqu’au moment où, sous le règne de Caracalla, une nouvelle promotion conduit Éphèse, comme Pergame, à réviser sa titulature. Ces deux cités font donc assez tôt usage de ce que j’ai appelé des “titulatures-standard”, forme développée et figée définissant la place de la cité dans la hiérarchie provinciale. À Éphèse, on a l’impression que la formule finale fut élaborée au prix de quelques tâtonnements.

Le recours progressif à une titulature développée

  • 53 IK, 12-Ephesos, 430 et 278.
  • 54 IK, 12-Ephesos, 279.
  • 55 IK, 11.1-Ephesos, 21.
  • 56 IK, 11.1-Ephesos, 22 ; pour la démonstration qui permet de proposer la date de 141 environ, voir R (...)
  • 57 IK, 13-Ephesos, 642, 661, 726 ; IK, 15-Ephesos, 1503.
  • 58 IK, 12-Ephesos, 438.

43Le premier changement a lieu quand la cité, après les longs efforts que l’on devine, obtient à son tour une deuxième néocorie. La dernière attestation du titre “néocore” date de 130/131 et le titre “deux fois néocore” apparaît pour la première fois, accordé au mot dèmos, dans une dédicace à Sabine en 132/13353. Hadrien a donc accordé à Éphèse le droit d’accueillir un culte provincial en son honneur entre ces deux dates, ce qui correspond à son deuxième séjour en Orient. En 134/135, la formule “le conseil philosébaste et le peuple deux fois néocore” (ἡ φιλοσέβαστος [Ἐφ]εσίων βουλὴ καὶ ὁ νεω[κ]όρος δὶς δῆμος) suffit encore à définir la position de la cité54. Mais en 138, dans un décret instituant une fête pour l’anniversaire d’Antonin, à l’occasion de l’avènement de cet empereur, les citoyens d’Éphèse se proclament “les premiers d’Asie, deux fois néocores et philosébastes” (τῶν πρώ[των] τῆς Ἀσίας καὶ δὶ[ς] νεωκόρων καὶ φι[λοσε]βάστων)55. Cet état de la titulature de la cité n’est attesté que dans cette unique inscription et semble avoir été rapidement abandonné, au profit d’une autre formule, qui intègre le nouveau titre de métropole. Là encore, on peut dater assez précisément les étapes de l’élaboration. Dans un décret des technites dionysiaques installés à Éphèse, voté en l’honneur d’un citoyen de Nysa, retrouvé dans cette cité et daté par L. Robert de 141 ou peu après, Éphèse est définie comme “la très grande et première métropole d’Asie, deux fois néocore des Augustes” (ἐν τῇ μεγίστη καὶ πρώτῇ μη[τρο]πόλει τῆς Ἀσίας καὶ δὶς νεωκόρου τῶν Σεβαστῶν)56. Plusieurs inscriptions datant vraisemblablement des années 140 font apparaître la même titulature, mais en inversant les adjectifs qui qualifient le titre de métropole57. Par la suite, cette formule est attestée très abondamment et constitue la titulature-standard d’Éphèse, “la première et très grande métropole d’Asie, deux fois néocore des Augustes” (ἡ πρώτη καὶ μεγίστη μητρόπολις τῆς Ἀσίας καὶ δὶς νεωκόρος τῶν Σεβαστῶν)58. Jusqu’au règne de Caracalla, l’ordre des mots reste immuable ; parfois, le titre philosébaste vient s’ajouter à la fin de la formule, simplement relié à ce qui précède par un καί.

44Sur le fond de ce développement progressif de la titulature d’Éphèse, une inscription pose problème. Il s’agit de l’une des vingt dédicaces à Hadrien retrouvées dans l’Olympieion d’Athènes et datées de 132. L’inscription, fortement mutilée, a été reconstituée comme suit par les éditeurs des Inscriptiones Graecae :

Αὐτοκράτορα Καίσ[αρα Ἀδριανòν]
Σεβαστòν Ὀλύμ[πιον Πανελλήνιον]
ἡ μητρόπολις [πρώτη καὶ μεγίστη]
τῆς Ἀσίας καὶ δὶς ν[εωκόρος Ἐφεσί-]
[ω]ν πόλις τòν ἵδιο[ν κτίστην διὰ]
[ἐπιμελ]ητοῦ Μάρκου Τιγελλίο[υ]
έπὶ ἱ ερέως Τι Κλ[αυδίου Ἀττικοῦ]

  • 59 CIG, 335 ; OGI, 481 ; IG II2, 3297.

“La cité d’Éphèse, la première et très grande métropole d'Asie, deux fois néocore, (a consacré la statue de) l’empereur César Hadrien Auguste Olympien Panhellène, son fondateur, par les soins de l’épimélète Marcus Tigellius, sous la prêtrise de Tiberius Claudius Atticus.”59

45On peut être frappé par plusieurs anomalies dans cette restitution. Avant tout, mon étude de la chronologie des titulatures respectives de Pergame et d’Éphèse donne à penser qu’en 132, l’association des titres “métropole d’Asie” et “deux fois néocore” n’est pratiquée que par la seule Pergame. C’est donc le nom de cette cité que l’on voudrait pouvoir restituer sur la base retrouvée à Athènes. Mais, à supposer que la quatrième ligne puisse être allongée et se clore sur Περγαµην -au lieu de Ἐφεσί- (ce qui constitue déjà une difficulté), la taille des lacunes ne s’accorde pas avec la titulature-standard de Pergame. Un long espace sépare ici le titre “métropole” de son complément “de l’Asie”, alors que ces mots sont accolés dans la formule qu’utilise systématiquement Pergame dans ses inscriptions. Surtout, la précision πρώτη après δὶς νεωκóρoς, qui est la marque distinctive de Pergame, ne peut en aucun cas être restituée ici. À moins d’admettre que Pergame s’écarte, dans cette seule inscription, de la formule à laquelle elle se tient par ailleurs, l’unique autre possibilité semble donc bien être d’attribuer cette titulature à Éphèse – Smyrne possédant déjà, à cette date, deux néocories, mais certainement pas le titre de métropole, qu’elle n’affiche qu’à partir du iiie s.

46Cela dit, la restitution de la dédicace de l’Olympieion ne correspond pas non plus aux occurrences plus tardives de la titulature-standard d’Éphèse : le titre “deux fois néocore” n’y est pas précisé par “des Augustes”, comme il l’est presque toujours par la suite ; les deux adjectifs qui qualifient le titre “métropole” sont postposés au nom au lieu d’être intercalés entre l’article et le nom, ce qui constitue un hapax dans le corpus éphésien et, de plus, n’est pas très satisfaisant du point de vue grammatical. Peut-être faut-il voir là un état primitif de la formule qui, une dizaine d’années plus tard, se fixe définitivement. De même que nous avons constaté une hésitation dans l’ordre des adjectifs au début des années 140 – “la très grande et première métropole” apparaissant, dans une unique inscription, au lieu de “la première et très grande métropole” –, nous pourrions nous trouver, avec la dédicace de l’Olympieion, devant une version antérieure, qui fait se suivre les deux adjectifs dans l’ordre destiné à devenir canonique, mais leur donne une place différente dans le groupe nominal.

  • 60 IK, 12-Ephesos, 279.

47La dédicace de l’Olympieion constituerait alors, pour la capitale de la province d’Asie, la première attestation d’une titulature développée. Une telle titulature aurait donc déjà été utilisée lorsqu’en 134/135 Éphèse, sur la base d’une statue de Sabine, continue de se donner le simple titre “deux fois néocore”60. Ce décalage étonne, mais il peut trouver une explication dans la différence de contextes. Une occasion solennelle comme la cérémonie d’inauguration de l’Olympieion, qui accueillait en un seul lieu les offrandes de multiples cités – parmi lesquelles figurait vraisemblablement celle de Pergame, même si elle n’a pas été retrouvée –, était plus propice à éveiller des sentiments agonistiques que l’érection plus routinière d’une statue honorifique – fût-ce celle de la femme de l’empereur –, destinée à orner quelque rue de la ville. Pour avoir une chance d’attirer l’attention des visiteurs de l’Olympieion sur une statue en rang avec des dizaines d’autres, il pouvait sembler nécessaire de mettre en valeur tous les titres de gloire de la cité. En revanche, dans l’enceinte d’Éphèse, sur des monuments qui n’entraient pas de manière si immédiate en concurrence avec ceux d’autres cités, les notables se contentaient encore d’une définition plus succincte du statut privilégié de leur patrie. Ce n’est que peu à peu qu’ils auraient été pris dans l’engrenage d’une compétition permanente : informés de la fierté avec laquelle Pergame se célébrait sur ses propres murs, les dirigeants d’Éphèse auraient alors pris l’habitude de faire eux aussi figurer systématiquement, dans les documents gravés par la cité, une titulature développée analogue.

Une “guerre des mots”

48Si l’on confronte les titulatures-standard de Pergame et d’Éphèse ἡ μητρόπολις τῆς Ἀσίας καὶ δὶς νεωκόρος πρώτη Περγαμηνῶν πόλις / ἡ πρώτη καὶ μεγίστη μητρόπολις
τῆς Ἀσίας καὶ δὶς νεωκόρος τῶν Σεβαστῶν Ἐφεσίων πόλις), on constate que les deux cités semblent jouir de statuts privilégiés identiques (elles sont toutes deux métropoles de la province et deux fois néocores) et que seul le choix des mots pour exprimer ces statuts leur permet de se distinguer l’une de l’autre et de continuer à rivaliser, une fois l’égalité atteinte dans l’obtention des privilèges. C’est très clair pour la double néocorie : à Pergame, elle est exprimée par le titre “première deux fois néocore”, à Éphèse, par celui de “deux fois néocore des Augustes”. Il est très peu probable que la primauté chronologique revendiquée par Pergame modifie en quoi que ce soit son statut de centre du culte impérial. Cette circonstance historique n’entraîne à sa suite aucune prérogative concrète qui échapperait aux cités élevées plus tardivement au même statut. Mais elle est une source de prestige et, à ce titre, a des conséquences sur l’image que Pergame donne d’elle-même, ce qui est essentiel dans ses relations avec Rome et avec les autres cités. Éphèse, qui ne peut rivaliser sur ce terrain, puisqu’elle a été la dernière des trois plus grandes cités de la province à obtenir sa deuxième néocorie, doit trouver un autre moyen pour rehausser la gloire du privilège reçu. La référence explicite aux Augustes pour préciser la qualité de néocore – systématique à Éphèse alors qu’elle n’apparaît qu’une ou deux fois, et comme par accident, à Pergame – a peut-être d’autres explications que la volonté de proposer une titulature aussi longue et bien tournée que celle d’une cité rivale. On peut penser notamment, en se souvenant des témoignages qui suggèrent, sous le règne de Néron, un emploi du terme néocore en lien avec le culte d’Artémis, qu’Éphèse a voulu lever toute équivoque et rattacher sans ambiguïté ses deux néocories au culte impérial. Toutefois, le fait que cette mention des Augustes ait été ajoutée au moment où la cité développe sa titulature, et non pas aussitôt la deuxième néocorie obtenue, me semble indiquer qu’il y a autre chose en jeu.

49Alors que le peuple d’Éphèse était simplement défini comme “deux fois néocore”, sans précision, dans la dédicace à Sabine, c’est le passage à la titulature-standard qui conduit à évoquer les Augustes. Or, la structure même de cette titulature-standard est calquée sur celle de Pergame – d’abord le titre de métropole, qui forme grammaticalement un groupe nominal, précédé de l’article défini, puis celui de néocore, qui a la fonction d’un adjectif et est accordé au nom polis, lui-même précisé par l’ethnique au génitif. Dès lors, il est tentant de voir dans l’ajout de la mention des Augustes une façon de faire contre-poids à la formule adoptée par Pergame, en jouant non pas sur le contenu réel du titre, mais sur sa forme, sur les possibilités purement rhétoriques qu’il offre : se dire tout bonnement “deux fois néocore”, dans le cadre nouveau de la titulature développée, manque de relief, sonne platement. La meilleure preuve que la mention des Augustes répond à des préoccupations de cet ordre est que Smyrne, qui se contente pendant longtemps du titre “deux fois néocore”, le fait suivre de la même mention quand elle adopte à son tour une titulature développée (“première d’Asie en beauté et grandeur, très brillante, métropole, trois fois néocore des Augustes selon les décrets du très sacré Sénat”). Le titre sous sa forme la plus sèche, honorable quand il est seul, ne suffit plus dès lors qu’il s’intègre à un ensemble traduisant de la manière la plus frappante possible une très haute position hiérarchique. Smyrne, qui, au iiie s., ne peut pas plus qu’Éphèse au iie se fonder sur la primauté chronologique pour habiller son titre, reprend sans état d’âme la formule inventée par la capitale de la province pour répondre à Pergame dans l’agôn rhétorique que représente l’élaboration des titulatures. Et dans le cas de Smyrne, il n’y a pas de culte comparable à celui de l’Artémis d’Éphèse qui permette d’expliquer la précision “des Augustes” par le souci d’éviter d’éventuels malentendus.

  • 61 Je laisse de côté la dédicace de l’Olympieion, qui ne permet pas d’établir avec certitude la maniè (...)
  • 62 J’y reviens en détail infra, p. 284-288.

50Si l’on considère maintenant le développement donné par Éphèse au titre de métropole, la même analyse me semble possible61. La cité est dite d’abord, et une seule fois, “la très grande et première métropole d’Asie”, puis, de façon récurrente et sans exception, “la première et très grande métropole d’Asie”. La première version peut être une erreur du graveur, ou une inexactitude de la part de ceux qui rédigèrent le décret (une association d’artistes et non pas les autorités d’Éphèse), ou encore correspondre à une courte période où la titulature-standard, encore toute récente, n’a pas atteint la fixité qui la caractérise ensuite. Mais cet unique écart incite à s’interroger sur l’ordre des mots retenu par Éphèse et respecté avec autant de rigueur : pourquoi l’adjectif “première” doit-il apparaître en tête de la titulature, de préférence à celui de “très grande” ? Là encore, l’hypothèse d’une “guerre des mots” avec Pergame fonctionne bien : puisque Pergame se fait reconnaître comme “la première cité deux fois néocore”, Éphèse, non contente d’étoffer la mention de sa double néocorie en y faisant figurer le nom des empereurs, tient en outre à introduire elle aussi la notion de primauté dans sa titulature. Ce que recouvre exactement cette notion, dans son cas, n’a pas grande importance pour la démonstration présente62. Quels que soient le sens et les implications de l’adjectif “première” dans la titulature d’Éphèse, la place qui lui est donnée dans la composition d’ensemble indique qu’il est utilisé surtout (ou aussi) parce qu’il claque comme une réplique à la formule adoptée par Pergame. Dans celle-ci, le mot πρώτη clôt la titulature, juste avant la mention de l’ethnique, ce qui est une autre façon de le mettre en relief ; Éphèse, elle, le fait figurer au tout début : “la première métropole” répond à “la première deux fois néocore”.

Problèmes de chronologie

51Si l’on accepte l’hypothèse selon laquelle la titulature-standard d’Éphèse s’est tout entière constituée dans le but de rivaliser avec celle de Pergame, voire de la surpasser, on est surpris par le décalage temporel dans l’adoption de ces deux titulatures. Si Pergame a développé la sienne dès 124 ou très peu après, pourquoi Éphèse attend-elle l’avènement d’Antonin, en 138, pour entamer un effort similaire ? Même en admettant que la dédicace de l’Olympieion, datée de 132, doive être attribuée à Éphèse, cela reste étonnant : alors que Pergame avait depuis plusieurs années adopté une titulature-standard, il est difficile à croire qu’Éphèse l’ait imitée ponctuellement, pour une occasion solennelle, puis ait abandonné cet usage quelque temps, avant d’y revenir de manière systématique. Certes, on peut considérer que l’explication que j’ai proposée – la différence de contexte entre une dédicace exposée à Athènes et une dédicace interne à la cité – suffit à justifier ces décalages, d’autant qu’Éphèse obtint sa deuxième néocorie au terme d’une longue quête. Le titre “deux fois néocore”, acquis après tant d’espoirs déçus, pouvait paraître suffisamment enviable, dans un premier temps, pour être gravé seul sur les murs de la cité. La prise de conscience d’une infériorité par rapport à Pergame, dans la compétition rhétorique, ne serait venue que plus tard, provoquant alors une réaction. Ce scénario est possible, mais il n’est pas le seul.

  • 63 IAsclepieion, 37 et 38 ; AthMitt, 1912, no 25 doit certainement être daté du même règne et non de (...)
  • 64 IAsclepieion, 22.

52Une autre solution est de descendre la date à laquelle Pergame adopte sa titulature-standard : non pas après la deuxième néocorie de Smyrne, mais après la deuxième d’Éphèse, entre 130 et 132. En effet, les documents ne s’opposent pas formellement à une telle datation. Les premières inscriptions où apparaît la titulature-standard de Pergame ne peuvent être situées qu’approximativement. Des rapprochements prosopographiques orientent très fortement les probabilités vers le règne d’Hadrien63, mais les témoignages invoqués par Habicht pour affiner la date en la fixant aux années 120 sont de valeur inégale et ne me semblent pas absolument contraignants. Tout d’abord, notons que la seule inscription qui fournisse une date précise – celle de 128/129 – est mutilée et n’offre aucun fragment de la titulature qui se trouvait, à n’en pas douter, en tête. C’est Habicht qui, à partir de ses conclusions sur la date de l’obtention du statut de métropole, reconstitue ici la titulature-standard64. Considérer cette inscription comme un terminus ante quem pour l’adoption du titre de métropole, ainsi que le fait B. Puech, est donc une erreur ; ce témoignage ne nous apprend rien de certain sur la façon dont Pergame se définit en 128/129.

  • 65 IAsclepieion, 20.

53En revanche, une autre inscription, où la titulature-standard est également restituée, mais à partir de fragments lisibles, donne des arguments plus convaincants pour une datation assez haute : elle honore le grand notable et évergète C. Antius A. Iulius Quadratus, qui est ici simplement désigné comme grand-prêtre du culte impérial local et dont on ne savait pas, avant cette publication, qu’il eût vécu après le règne de Trajan65. Le personnage devait avoir alors un âge très avancé, ce qui, allié à l’absence d’autres documents le mentionnant sous Hadrien, pousse Habicht à situer l’inscription “peu après 120” – donc, dans sa reconstitution des faits, sans doute en 123/124. Mais cet argument a silentio, s’il pèse d’un certain poids, ne saurait avoir la même portée qu’un témoignage précisément daté : après tout, le très actif Quadratus a pu vivre fort vieux et les quelques inscriptions qui l’honoraient à la fin de sa vie être perdues pour nous.

54Il ne me semble donc pas impossible que le petit groupe d’inscriptions attestant du développement de la titulature de Pergame sous Hadrien soit à situer à la fin du règne, et non en son milieu. Ce serait alors la deuxième néocorie d’Éphèse qui aurait poussé Pergame à reformuler le titre exprimant son rôle de centre du culte impérial et à revendiquer en même temps un nouveau statut privilégié, celui de métropole – statut qu’elle put obtenir (ou obtenir de faire valoir par un titre) lors du deuxième voyage d’Hadrien en Orient, et non du premier. Dès lors, la gradation dans le développement des titulatures respectives des deux cités apparaît beaucoup plus rapide : vers 130, Éphèse commence à célébrer sa deuxième néocorie par le simple titre “deux fois néocore”, ce qu’elle fait toujours en 134/135 ; à peu près à cette même date, Pergame élabore une nouvelle titulature, beaucoup plus riche ; en 138, les Éphésiens affichent une première forme développée de titulature, vite abandonnée au profit d’une autre qui répond point par point à celle de Pergame. La prise en compte de la dédicace de l’Olympieion (qui ne peut guère servir de point de départ au raisonnement, vu son état de mutilation) n’impliquerait qu’une légère modification de ce schéma. On pourrait envisager que l’inauguration du temple de Zeus à Athènes ait fourni aux deux cités rivales l’occasion d’adopter toutes deux, pour la première fois, une titulature développée. Éphèse aurait ensuite considéré que cet usage pouvait rester exceptionnel et en serait revenue au simple titre “deux fois néocore” dans ses inscriptions. Mais, apprenant que Pergame avait, de son côté, continué à faire graver la titulature prestigieuse utilisée à Athènes, elle aurait bientôt veillé à ne pas se laisser distancer sur ce terrain.

  • 66 Aristid., Or., 23.73, avec le commentaire de Behr 1981-1986, II, 368 n. 77.

55Cette série de répliques presque instantanées serait, par rapport à la réaction différée qu’implique l’hypothèse de Chr. Habicht, le signe d’une compétition plus vive, d’une attention plus soutenue apportée au maintien de son rang par la force des mots, face aux ingénieuses inventions rhétoriques de la cité rivale. Une allusion d’Aelius Aristide au discours prononcé par un empereur, à son avènement, pour encourager les cités à la concorde doit peut-être être interprétée comme une référence à une initiative d’Antonin66. Si tel est le cas, ce discours se justifie particulièrement bien dans le contexte que je viens de reconstituer : en 138, le nouvel empereur a pu juger d’autant plus nécessaire de rappeler les bienfaits de la concorde que les années précédentes avaient été marquées par la naissance d’une intense joute verbale entre Pergame et Éphèse, dont les échos avaient dû parvenir aux autorités romaines.

56Respect et non-respect des titulatures

57Que le développement de la titulature de Pergame ait été déclenché par la deuxième néocorie de Smyrne ou par celle d’Éphèse, que la réponse d’Éphèse à cette innovation ait été différée ou immédiate, un même tableau global se dégage, qui peut se résumer en deux remarques essentielles. Tout d’abord, l’obtention du statut de néocore par une nouvelle cité apparaît comme l’origine d’une surenchère dans l’emploi des titres honorifiques. De même que la première néocorie d’Éphèse avait marqué la naissance du phénomène des titulatures dans la province d’Asie, les deuxièmes néocories de Pergame, de Smyrne et d’Éphèse sont l’occasion de son épanouissement. En modifiant le rapport de force établi jusque-là, elles relancent l’engrenage qui consiste à définir sa position en une formule officielle, par référence à celle des rivales que l’on veut concurrencer ou supplanter. D’autre part, cet engrenage s’enclenche à différents niveaux. Il peut conduire à la quête de nouveaux statuts privilégiés (celui de métropole, dont il reste possible qu’il ait été obtenu sous Hadrien, d’abord par Éphèse puis par Pergame, ou l’inverse), afin d’avoir davantage de titres à exhiber. Mais il consiste aussi à exploiter du mieux possible les statuts anciennement possédés, à mettre ces statuts en mots de la manière la plus évocatrice possible.

  • 67 IK, 15-Ephesos, 1489-1490 (Oliver 1989, 293-295, no 135 A-B). La traduction de Collas-Heddeland 19 (...)
  • 68 Voir Kampmann 1996, 33-34 et 1998, 379-380 ; Herrmann 2002, 229-231. Le terminus post quem de ces (...)

58Cette surenchère dans la recherche verbale constitue, au sein de la compétition multiforme qui met aux prises les cités, un niveau indépendant, une sphère spécifique d’affrontement. Les périodes de tension n’y sont pas constantes, mais forment comme l’onde de choc consécutive à l’obtention d’une nouvelle néocorie : à partir des années 140 en effet, les titulatures-standard de Pergame et d’Éphèse ne changent plus, les efforts pour améliorer l’expression de leurs places respectives dans la province ont cessé ; les deux rivales, après avoir chacune donné à sa titulature un développement conséquent, peuvent avoir le sentiment d’être à égalité. Elles semblent d’ailleurs utiliser scrupuleusement leurs titulatures respectives dans le cadre des relations officielles : c’est Smyrne qui, entre 140 et 144, doit être rappelée à l’ordre par Antonin parce qu’elle a omis de faire figurer les titres d’Éphèse dans un décret concernant un sacrifice commun ; Pergame, elle, a respecté la longue titulature de la capitale de la province67. À la même époque, Éphèse et Pergame participent ensemble à la frappe de monnaies en l’honneur du koinon ionien : une des émissions présente au revers le type d’Héraclès et Augè, qui évoque les origines mythologiques de Pergame, avec la légende “(monnaie) des premiers d’Asie, les Éphésiens, (et) des Pergaméniens” (ΑΣΙΑΣ ΠΡΟΤΩΝ (sic) ΕΦΕΣΙΩΝ ΠΕΡΓΑΜΗΝΩΝ), ainsi que la mention du koinon des 13 cités, à l’accusatif, et le nom du magistrat responsable de la frappe68. En laissant de côté l’interprétation d’ensemble de cette série de monnaies, très difficile, on peut simplement souligner que l’événement ainsi commémoré (sans doute une fête) a été l’occasion d’un rapprochement entre Pergame et Éphèse, marqué par la reconnaissance mutuelle de leur rang : Pergame accepte que figure dans la légende le titre résumant la position de supériorité d’Éphèse dans la province, mais voit en retour exaltée son eugeneia par la reprise d’un de ses types monétaires. Smyrne est laissée ostensiblement en-dehors de cet échange de bons procédés, soit qu’elle l’ait elle-même voulue, soit que ses deux rivales se soient entendues sans la consulter.

  • 69 Voir supra, p. 218-221.

59Il est très intéressant que dans l’incident diplomatique comme dans l’initiative commune, la cité fautive ou absente soit précisément celle qui, parmi les trois plus grandes d’Asie, n’a pas développé, à cette époque, de titulature-standard. Smyrne semble se tenir à l’écart du phénomène des titres honorifiques – omettant aussi bien d’enrichir les siens que de respecter ceux des autres. Cela mérite d’autant plus d’être souligné que Smyrne s’est battue avec acharnement contre Éphèse pour obtenir avant elle une deuxième néocorie69 : dans la sphère “concrète”, c’est la rivalité de ces deux cités qui a marqué le début du iie s. ; dans celle de l’affrontement symbolique que traduit l’usage des titulatures, Smyrne reste par la suite en retrait, laissant Éphèse et Pergame rivaliser entre elles. Faut-il y voir un détachement forcé, dû à une réelle position d’infériorité, ou un choix volontaire, un refus conscient d’engager la compétition en ce domaine ? Quoi qu’il en soit, on peut remarquer le parallélisme avec la situation observée à partir des dédicaces à Domitien retrouvées à Éphèse : les cités qui se définissent elles-mêmes par une titulature à laquelle elles prêtent la plus grande attention reconnaissent et utilisent les titres des autres ; celles qui ne recourent pas à cette autocélébration (ou y recourent à demi, comme Smyrne qui continue à se qualifier platement de “deux fois néocore”) ne se sentent pas tenues de participer à la célébration des autres.

  • 70 On a d’autres preuves de cette connaissance mutuelle des titulatures : elles peuvent être utilisée (...)

60La lettre d’Antonin à propos de l’omission des titres d’Éphèse, riche d’enseignements par bien des aspects, a aussi le mérite de confirmer que les cités avaient connaissance de leurs titulatures respectives – condition indispensable à la mise en place du jeu de répliques qui vient d’être longuement analysé70. La simple étude de l’évolution des titulatures aurait suffi à l’indiquer, tant certaines formules paraissent se répondre directement. Nous l’avons constaté pour la période qui suit l’obtention des deuxièmes néocories de Pergame, Smyrne et Éphèse ; c’est encore plus clair au moment où ces trois cités accèdent à leur troisième néocorie, sous le règne de Caracalla.

III. Les troisièmes néocories d’Éphèse, Pergame et Smyrne : manipulations et dérapages

  • 71 Supra, p. 221-226.

61J’ai déjà abordé la question de la chronologie respective des troisièmes néocories d’Éphèse, Pergame et Smyrne, à partir des titulatures affichées sur les monnaies et dans les inscriptions, afin de montrer l’importance qu’attachaient ces cités au fait d’être favorisées avant leurs rivales ; mon but était alors de suggérer le climat tendu qui devait régner lors du voyage de Caracalla en Asie, l’empereur étant probablement assailli d’ambassades concurrentes71. J’avais souligné au passage la façon dont les documents se répondaient d’une cité à l’autre. Reprenons l’analyse de quelques-uns de ces documents, afin de saisir encore une fois les mécanismes subtils de cette guerre des mots, qui se double parfois d’une guerre des images. Je suivrai l’ordre inverse de la chronologie, car les débuts du règne de Caracalla, au moment où Géta est associé au trône, offrent une documentation particulièrement complexe et difficile à interpréter. Je commencerai donc par examiner les témoignages postérieurs à la mort de Géta, et en particulier ceux qui célèbrent les troisièmes néocories de Pergame et de Smyrne, obtenues selon toute vraisemblance fin 213, de façon rapprochée.

1) Émissions monétaires et titulatures concurrentes

  • 72 Klose 1987, LIX, 14 et 27-29. Sous Sévère Alexandre (LXV, 7), on trouve la même légende avec l’ord (...)

62La première constatation qui s’impose est que l’obtention de sa troisième néocorie fait enfin entrer Smyrne dans la compétition pour les plus belles titulatures. C’est flagrant sur les monnaies, qui font figurer à partir du règne de Caracalla les titres “trois fois néocores (des Augustes)” ou “premiers d’Asie”, parfois associés, alors qu’avant ce règne l’ethnique des Smyrniens apparaissait toujours seul. Éphèse et Pergame avaient, elles, pris beaucoup plus tôt l’habitude d’accompagner leur ethnique d’un titre sur les monnaies, choisissant presque toujours de célébrer, sur cet espace réduit, le seul privilège de la double néocorie. De même, c’est au iiie s. que les inscriptions de Smyrne font connaître une titulature développée analogue à celles que se sont constituées Pergame et Éphèse dès la première moitié du iie s. Pour la titulature-standard de Smyrne, il n’y a pas d’occurrences datées avec certitude, mais le parallèle avec les monnaies permet d’affirmer qu’elle a vu le jour peu après l’obtention d’une néocorie de Caracalla : elle s’ouvre en effet sur le titre “première d’Asie en beauté et en grandeur”, titre que l’on retrouve, accordé à l’ethnique et dans un ordre de mots encore un peu incertain, sur plusieurs émissions à l’effigie de Caracalla (ΣΜΥΡΝΑΙΩΝ ΠΡΩΤΩΝ ΑΣΙΑΣ Γ ΝΕΩΚΟΡΩΝ ΤΩΝ ΣΕΒΑΣΤΩΝ ΚΑΛΑΕΙ ΚΑΙ ΜΕΓΕΘΙ)72.

Monnaies de Smyrne et de Pergame

  • 73 BMC Ionia, 403 (Klose 1987, LIX, 11-13) ; Paris, 2402.
  • 74 Pour cette suggestion, voir Keil 1915, 130 n. 1. Elle est retenue par Burrell 2004, 50-51.

63Une série de monnaies au type très travaillé de trois temples fournit un exemple particulièrement frappant de la façon dont Smyrne se prend au jeu de répliques qu’elle semblait avoir jusque-là ignoré. Les trois temples, représentés de face avec une façade tétrastyle et une couronne en haut du toit, renferment chacun une statue et sont identifiés par la légende abrégée qui orne leur fronton : TI pour Tibère sur le temple de gauche, RV pour Rome au milieu, AD pour Hadrien à droite. Sur l’émission de plus gros module, la légende d’ensemble comprend le nom du stratège Aur. Charidèmos, dont la charge peut être datée, selon D. Klose, entre 211 et 214, et désigne les Smyrniens comme “premiers d’Asie, trois fois néocores des Augustes” (ΣΜΥΡΝΑΙΩΝ ΠΡΩΤΩΝ ΑΣΙΑΣ Γ ΝΕΩΚΟΡΩΝ ΤΩΝ ΣΕΒ) (pl. I, 4)73. Les trois temples sont évidemment ceux des trois cultes impériaux ; si les mentions de Tibère et d’Hadrien correspondent à notre connaissance des deux premières néocories obtenues par Smyrne, la légende “Rome” surprend dans ce contexte ; il faut sans doute comprendre que le culte de Caracalla fut accueilli dans un sanctuaire de cette déesse, honorée à Smyrne depuis longtemps74.

  • 75 SNGvA 7513.
  • 76 À Pergame, ce programme est réalisé sous les stratèges Attalos et Anthimos, qui se sont probableme (...)
  • 77 Voir Marcellesi 1998 : une monnaie de Pergame frappée sous Attalos (avec un autre type de trois te (...)

64Quelques commentateurs ont attiré l’attention sur la ressemblance entre ce type monétaire et un autre type de trois temples, frappé à Pergame sous le règne de Caracalla, sur des monnaies similaires, par la taille et le poids, aux émissions de Smyrne : là aussi, chaque temple renferme une statue et est identifié par des lettres sur le fronton – AU pour Auguste, AN pour Antoninus (Caracalla) au milieu, et TRA pour Trajan ; la légende, outre le nom du stratège Attalos, comporte le titre “premiers trois fois néocores” (ΠΕΡΓΑΜΗΝΩΝ ΠΡΩΤΩΝ Γ ΝΕΩΚΟΡΩΝ)75. Le recours à la représentation figurée des temples néocores sur les monnaies n’est pas nouveau. On a vu que Pergame faisait très tôt frapper une image stylisée du temple d’Auguste. Un type monétaire à deux temples, parfois accompagné de la légende “deux fois néocores”, apparaît à Éphèse sous Hadrien, à Pergame sous Marc Aurèle, et est utilisé ensuite de manière récurrente. Il est certain que toutes ces émissions entrent dans le cadre général de la compétition qui se déroule continûment pour célébrer un statut prestigieux, une fois celui-ci obtenu, pour rappeler encore et toujours, face aux rivales, son rang dans la province. Mais il est rare de voir deux images et deux légendes se répondre aussi clairement que dans le cas des types de trois temples frappés à Pergame et à Smyrne, sur des monnaies de module presque identique. Celles-ci s’intègrent dans l’une et l’autre cité à un programme iconographique ambitieux, proposant des types monétaires originaux pour célébrer l’obtention d’une troisième néocorie76. Ces monnaies circulaient et contribuaient à faire connaître à l’extérieur la nouvelle promotion de la cité77. Les magistrats de Smyrne responsables des émissions monétaires au moment où la cité devenait trois fois néocore ont dû avoir sous les yeux le type de trois temples frappé par Pergame peu de temps auparavant et ont tenu à l’imiter pour affirmer l’égalité de rang entre leur patrie et la cité rivale.

  • 78 Klose 1987, LIX, 15 et 24-26.
  • 79 Supra, p. 225

65Au-delà de la réplique directe que constitue la reprise d’un type très proche sur une monnaie de module très proche, la concurrence dans l’expression des positions hiérarchiques de chaque cité peut prendre d’autres formes plus subtiles. Smyrne reprend le même type de trois temples pour deux émissions de plus petit module, dont nous n’avons pas l’équivalent à Pergame78. Mais alors que sur le gros module, la légende désignait les Smyrniens comme “les premiers d’Asie, trois fois néocores des Augustes” (ΣΜΥΡΝΑΙΩΝ ΠΡΩΤΩΝ ΑΣΙΑΣ Γ ΝΕΩΚΟΡΩΝ ΤΩΝ ΣΕΒ), sur l’un des petits modules elle devient “premiers d’Asie, trois fois néocores” (ΣΜΥΡΝΑΙΩΝ ΠΡΩΤΩΝ ΑΣΙΑΣ Γ ΝΕΩΚΟΡΩΝ), et sur l’autre, “premiers, trois fois néocores des Augustes” (ΣΜΥΡΝΑΙΩΝ ΠΡΩΤΩΝ Γ ΝΕΩΚΟΡΩΝ ΤΩΝ ΣΕΒ). J’ai expliqué ailleurs pourquoi il fallait, selon moi, lire dans la deuxième variante deux titres différents et non pas le titre “premiers trois fois néocores des Augustes”79. Pour cela, il faut étudier ensemble les trois émissions de Smyrne frappées au type des trois temples, qui forment un groupe cohérent : il est très probable que les légendes plus courtes des émissions de petit module sont une forme abrégée de la légende du gros module et renvoient donc aux mêmes titres, à savoir ceux de “premiers (d’Asie)” et de “trois fois néocores (des Augustes)”.

  • 80 Voir supra, p. 222-224.
  • 81 BMC Mysia, 318.
  • 82 BMC Mysia, 317.

66La primauté chronologique dans l’obtention de la néocorie de Caracalla est en effet revendiquée de manière insistante à Pergame, et cette revendication a tout lieu de correspondre à la réalité80. Une belle monnaie dont le revers est entièrement occupé par une longue légende enfermée dans une couronne fait figurer, entre autres titres, celui de “première trois fois néocore des Augustes” (ΤΡΙΣ ΝΕΩΚΟΡΟΣ ΠΡΩΤΗ ΤΩΝ ΣΕΒΑΣΤΩΝ ΠΕΡΓΑΜΗΝΩΝ ΠΟΛΙΣ)81. Une autre émission, qui porte le nom du même stratège (Anthimos) et date donc vraisemblablement de la même année, associe un type d’Asclépios et d’Hygie et la légende “premiers trois fois néocores” (ΠΡΩΤΩΝ Γ ΝΕΩΚΟΡΩΝ)82. On peut conclure sans risques que la référence aux Augustes est sous-entendue dans cette dernière légende. Or, celleci revient très fréquemment sur les monnaies de Pergame à partir du règne de Caracalla, alors qu’elle ne se trouve pas à Smyrne, sauf sur la monnaie et sous la forme qui ont été décrites. C’est pourquoi j’ai soutenu l’idée que dans cette légende isolée, Smyrne ne devait pas contester ouvertement à Pergame une primauté chronologique dont il était avéré qu’elle revenait à cette cité, mais jouait sur l’ambiguïté des abréviations que nécessite le support des monnaies pour afficher un titre identique au sien formellement, mais de sens différent.

  • 83 Keil 1915, 130 n. 1.

67J. Keil, dans une note, proposait une interprétation reposant sur une idée similaire83. Selon lui, Smyrne exploitait dans cette légende le fait que le culte de Caracalla avait été accueilli dans un sanctuaire de Rome (désigné comme tel sur la monnaie). L’existence de ce sanctuaire remontant à la République, les Smyrniens se seraient permis de revendiquer contre Pergame le droit de se dire “premiers (chronologiquement) trois fois néocores”. C’est leur prêter un esprit particulièrement retors et une bonne dose de mauvaise foi – mais la nature même de la compétition l’exigeait. Il ne me paraît pas nécessaire de choisir entre cette interprétation et celle que j’ai proposée. Les deux peuvent se cumuler, les Smyrniens cherchant sans doute à justifier de toutes les manières possibles la manipulation sémantique à laquelle ils se livraient. En choisissant d’abréger ses titres par une formule ambiguë, habituellement utilisée pour rappeler la chronologie de l’octroi des troisièmes néocories impériales, Smyrne faisait en tout cas un pied de nez à Pergame : son “premiers, trois fois néocores des Augustes” fait écho aux “première trois fois néocore des Augustes” et “premiers trois fois néocores” du monnayage de Pergame, tout comme se répondent les images des trois temples frappées par les deux cités.

Le triangle rival

  • 84 IK, 12-Ephesos, 300, datée après fin septembre 213 par la titulature impériale.
  • 85 Sur les circonstances complexes de l’obtention de cette néocorie, voir infra, p. 274-282.

68Si Smyrne tente de jouer sur les sous-entendus et l’ambiguïté pour concurrencer les prétentions (légitimes) de Pergame à la primauté chronologique, Éphèse, à l’inverse, trouve une arme dans l’explicitation. Sur une base de statues de Caracalla et Julia Domna, elle fait inscrire que celles-ci ont été consacrées par “le conseil philosébaste d’Éphèse et le peuple néocore de la première et très grande métropole d’Asie, première trois fois néocore, deux fois des Augustes et une fois d’Artémis” (τῆς πρώτης καὶ μεγίστης μητροπόλεως τῆς Ἀσίας καὶ
τρὶς νεωκόρου πρώτης, δὶς μὲν τῶν Σεβαστῶν, ἄπαξ δὲ τῆς Ἀρτέμιδος, ἡ φιλοσέβαστος
Ἐφεσίων βουλὴ καὶ ὁ νεωκόρος δῆμος)84. En intégrant au décompte des néocories celle d’Artémis, obtenue vraisemblablement peu après la mort de Géta (fin 211 ou début 212)85, Éphèse peut elle aussi revendiquer d’avoir été la première cité trois fois néocore. Là où Pergame sous-entend habituellement la mention des Augustes, là où Smyrne, par exception, abrège le titre de “premiers d’Asie” et exploite le brouillage qui en résulte, Éphèse tire partie d’un acte officiel d’un nouveau type (l’octroi d’une néocorie pour un culte traditionnel) afin de faire admettre un élément allogène dans la compétition qui se joue autour du culte impérial provincial. Les trois rivales, par des biais divers et de façon plus ou moins fréquente, en arrivent à se définir par le même titre prestigieux de “première (ou premiers) trois fois néocore(s)”. Elles utilisent le même vocable en lui donnant chaque fois un contenu différent, à seule fin de ne pas en laisser l’exclusivité aux deux autres.

  • 86 À propos de la légende monétaire “trois fois néocore des Augustes” affichée par Pergame, Robert 19 (...)

69La légende développée affichée sur l’une des monnaies de Pergame (“la première trois fois néocore des Augustes”) prend alors tout son sens : elle peut se lire comme un cri de victoire adressé à la fois à Smyrne et à Éphèse. Elle touche un point sensible différent dans les deux cas : Smyrne regrettera de ne pouvoir utiliser le qualificatif “première” ou “premiers” qu’au prix d’un détournement grossier de son sens dans la formule consacrée ; quant à Éphèse, la trouvaille qui consiste à se dire trois fois néocore tout court ne la consolera sans doute qu’imparfaitement de n’afficher que deux néocories “des Augustes”86.

  • 87 Dans le monnayage de Smyrne, le titre “trois fois néocore” apparaît soit tel quel, soit précisé pa (...)

70On voit que le système de résonances est complexe : non seulement il croise les types de sources (une inscription pouvant faire écho à une monnaie et vice-versa), mais il fonctionne sur une base triangulaire, et non pas simplement binaire. Pergame provoque, dans un même document, à la fois Smyrne et Éphèse. Ces deux cités lui répondent chacune de son côté, mais entrent aussi en compétition entre elles87. Il est d’ailleurs difficile de savoir d’où vient, dans chaque cas, la provocation, quelle cité a pris l’initiative d’afficher un titre auquel les deux autres ne pourront que réagir. La base des statues de Caracalla et Julia Domna trouvée à Éphèse, sur laquelle la cité utilise la néocorie d’Artémis pour revendiquer la primauté chronologique, peut être située, d’après la titulature impériale, après septembre 213. Je penserais volontiers qu’elle est postérieure à l’octroi d’une troisième néocorie impériale à Pergame, fin 213. Quant à savoir si Éphèse s’invente d’elle-même une nouvelle titulature pour minimiser le succès de Pergame ou ne fait que répondre à une revendication exprimée par celle-ci à peine obtenue sa néocorie de Caracalla, il ne paraît pas possible de trancher, en l’absence de documents permettant d’établir une chronologie plus fine.

71Malgré ces incertitudes de détail, les choses sont relativement claires pour la période qui suit immédiatement les promotions de Pergame et de Smyrne au statut de cité trois fois néocore : les trois grandes rivales d’Asie, tout en cherchant à se reconnaître dans la même formule pour affirmer qu’elles sont à égalité, exploitent chacune un aspect différent de leur statut pour tenter de surpasser l’une des deux autres ou les deux autres à la fois. Pergame met en valeur la primauté chronologique “orthodoxe” que lui confère sa néocorie de Caracalla, Smyrne insiste sur le fait que ses trois néocories sont bien impériales, à la différence de celles d’Éphèse, tandis que cette dernière tire le maximum de possibilités du fait que son plus ancien et plus important culte soit reconnu comme faisant d’elle une cité néocore, au même titre qu’un culte provincial de l’empereur. Le tableau se complique quand on essaye de remonter dans le temps et de comprendre comment se met en place la célébration par Éphèse de cette néocorie d’Artémis, la première chronologiquement, si l’on en croit les titulatures, parmi les néocories accordées sous Caracalla. Les témoignages présentent en effet des contradictions qui ont souvent été négligées par les commentateurs, et une enquête approfondie est nécessaire afin de tenter de leur donner un sens.

2) La troisième néocorie d’Éphèse : un titre revendiqué illégalement ?

Les données du problème

  • 88 Robert 1967, et en particulier p. 46-48 pour l’intervention du koinon ; IK, 12-Ephesos, 212. Jones (...)
  • 89 Sur la date, controversée, de la mort de Géta, voir supra, p. 221, n. 172.
  • 90 Robert 1967, 50 n. 5.

72Nous avons la chance d’avoir conservé d’importants fragments de la lettre par laquelle Caracalla, à l’époque où il règne seul, reconnaît à Éphèse une troisième néocorie en lien avec le culte d’Artémis. L. Robert en a fait un commentaire décisif, montrant qu’elle ne pouvait s’adresser aux autorités d’Éphèse, désignées plus loin à la troisième personne, mais qu’il fallait restituer dans l’en-tête la mention du koinon d’Asie, chargé de transmettre les demandes de néocories à l’empereur. Le texte de la lettre nous apprend que la demande avait été faite pour accueillir un culte provincial de Caracalla, mais que celui-ci a préféré refuser cet honneur, tout en prenant soin de ne pas faire subir à Éphèse un échec complet : “j’ai accordé que la ville soit trois fois néocore ; mais la néocorie portant mon nom, dans ma réserve je la reporte en la consacrant à la déesse très puissante en ses manifestations” [συνῄνε]σα τρὶς εἶναι νεωκόρους τὴν πόλιν τὴν δὲ ἐπώνυμ[ον ἐμαυτοῦ] νεωκορίαν κατά τὴν ἐμὴν αἰδῶ ἀνατίθημι τῇ έναργεστάτῃ θεῷ)88. Dans une note, L. Robert signalait que des monnaies d’Éphèse datant du règne conjoint de Caracalla et Géta (c’est-à-dire entre le 4 février 211 et décembre 211 ou février 21289) faisaient déjà figurer le titre “trois fois néocores” et proposait la reconstitution suivante. Peu avant l’assassinat de Géta, une néocorie impériale aurait été accordée à la cité, qui se serait empressée de la célébrer. Une fois le meurtre commis et le souvenir du frère rival devenu gênant, Éphèse aurait demandé, par l’intermédiaire du koinon, à consacrer le nouveau culte au seul Caracalla. Mais l’empereur, peu désireux de sauvegarder un culte qui l’avait associé à son frère, même pour très peu de temps, aurait alors eu recours à un expédient qui avait déjà été utilisé ailleurs (le grand culte de Zeus à Aizanoi avait valu une néocorie à cette cité dès le règne de Commode)90.

  • 91 Collas-Heddeland 1993, 67-70. En revanche, Burrell 2004, 70-75, se détache de cette vulgate et pro (...)

73Cette reconstitution des faits est devenue une vulgate et a été adoptée aussi bien par les éditeurs du Catalogue des inscriptions de la cité dans la série des IK que par E. Collas-Heddeland, dans son travail de synthèse sur la néocorie91. Pourtant, elle se heurte à une difficulté de taille, qui n’a pas été assez soulignée, quand elle n’est pas ignorée : les mêmes monnaies qui, sous Caracalla et Géta, célèbrent les trois néocories que L. Robert pensait être impériales mentionnent conjointement une néocorie d’Artémis. Comment concilier cela avec l’hypothèse selon laquelle la néocorie d’Artémis vient remplacer la troisième néocorie impériale ? Pour tenter de résoudre ce problème, il faut examiner toutes les sources attribuant à Éphèse trois néocories et/ou une néocorie d’Artémis au début du iiie s.

  • 92 BMC Ionia, 263, 265, 272-275, 281-282.
  • 93 Type des deux empereurs autour d’Artémis : BMC Ionia, 292 ; Paris, 848 ; SNGvA, 1904 et 7871 ; SNG (...)
  • 94 BMC Ionia, 269.
  • 95 C’est l’opinion de M. Amandry, qui me l’a communiquée lors de la soutenance de ma thèse, et égalem (...)
  • 96 BMC Ionia, 266-267, 276-279.

74Rappelons d’abord rapidement le témoignage des monnaies. On trouve d’abord une série frappée aux effigies de Caracalla, de Géta ou de Julia Domna, avec le seul titre “deux fois néocores” associé à divers types92. Ces émissions sont très certainement à situer au tout début du règne, quand Éphèse porte encore la titulature-standard héritée de la période antonine. Vient ensuite la série la plus intrigante : au droit, les portraits de Julia Domna, ou Géta, ou Caracalla, ou des deux frères ensemble ; au revers, deux types en alternance (une Tychè tourelée conduisant un taureau vers l’Artémis d’Éphèse ou une statue de la même Artémis entre les deux empereurs à cheval), avec la légende “(monnaie) des Éphésiens trois fois néocores et (une fois ?) d’Artémis” (ΕΦΕΣΙΩΝ ΤΡΙΣ ΝΕΩΚΟΡΩΝ ΚΑΙ ΤΗΣ ΑΡΤΕΜΙΔΟΣ, avec en exergue tantôt les trois premiers mots, tantôt les trois derniers, pl. II, 6)93. Ce qui rend les choses plus obscures encore, c’est qu’on retrouve, au revers d’un portrait de Caracalla seul, le type de l’Artémis encadrée par les deux empereurs à cheval, avec exactement la même légende, mais l’adverbe ΤΡΙΣ remplacé par ΔΙΣ94. Si l’on se situe, comme le pense E. Collas-Heddeland, après la mort de Géta et si la correction en “deux fois néocores” s’explique par la damnatio memoriae de cet empereur, pourquoi reprendre un type de revers qui représente encore les deux frères ? En réalité, les tentatives d’interprétation de cet hapax sont d’autant plus vaines que la monnaie a toutes les chances d’être un faux, forgé à l’époque moderne afin de contenter le goût des collectionneurs pour les pièces uniques95. Restent à signaler les émissions affichant la légende “trois fois néocores” (sous-entendu : deux fois des Augustes et une fois d’Artémis), que l’on trouve plus fréquemment, avec divers types, au revers des portraits de Caracalla ou de Julia Domna, et qui doivent correspondre à la période durant laquelle Éphèse n’a pour se battre contre Pergame et Smyrne qu’une troisième néocorie de divinité traditionnelle96.

  • 97 Je ne considère ici que les inscriptions suffisamment bien conservées pour permettre une lecture a (...)
  • 98 IK, 13-Ephesos, 647 et 740. Il y a quelques variations entre les deux occurrences de cette titulat (...)
  • 99 Pour le détail de la démonstration, voir Heller à paraître a.
  • 100 IK, 16-Ephesos, 2053-2056.
  • 101 En ce sens Keil 1915, 128.

75Du côté des inscriptions, les tentatives de classement chronologique et d’interprétation doivent se fonder sur un réexamen des indices internes fournis par les documents, qui ont parfois été hâtivement datés97. Ainsi, deux inscriptions d’époque sévérienne donnent à Éphèse les titres “la première de toutes, très grande et très glorieuse métropole d’Asie, néocore d’Artémis et trois fois néocore des Augustes” (τῆς πρώτης πασῶν καὶ μεγίστης καὶ ἐνδοξοτάτης μητροπόλεως τῆς Ἀσίας καὶ νεωκόρου τῆς Ἀρτέμιδος καὶ τρὶς νεωκόρου τῶν Σεβαστῶν)98. Les éditeurs des IK, qui retiennent la reconstitution de L. Robert, les ont rattachées à la période de la troisième néocorie impériale, avant la mort de Géta. Mais divers arguments plaident en faveur d’une datation plus basse, à l’époque d’Élagabal, dont on sait par le témoignage des monnaies qu’il accorda à Éphèse une néocorie en son nom, permettant ainsi à la cité de cumuler quatre néocories, en comptant celle d’Artémis obtenue sous Caracalla99. Selon moi, ces deux inscriptions doivent donc être écartées du dossier concernant la troisième néocorie d’Éphèse. En revanche, il faut y inclure la série de dédicaces gravées par Éphèse en l’honneur de différentes cités dont certaines sont appelées sœurs et l’une est expressément remerciée pour avoir participé à une fête (συνεορτάσαντα), dans lesquelles Éphèse se donne le titre “trois fois néocore”, sans autre précision100. Ces dédicaces ont généralement été expliquées par le contexte d’une fête donnée par la capitale de la province pour célébrer l’obtention d’une troisième néocorie. Mais il ne peut s’agir, comme le suggèrent les éditeurs des IK, d’une troisième néocorie impériale obtenue en 211, car si c’était le cas, la référence aux Augustes n’aurait pas manqué d’apparaître101. Il faut donc dater ce groupe d’inscriptions après la mort de Géta et le rapprocher des monnaies qui portent le titre “trois fois néocores”, les unes comme les autres se conformant à la décision prise par Caracalla de reporter sur Artémis la néocorie en son nom.

  • 102 IK, 16-Ephesos, 2040.
  • 103 Ritti 1985, 108. Sur la carrière de Tineius Sacerdos, voir Thomasson 1972-1990, 233 et Leunissen 1 (...)

76Reste une dernière inscription qui, elle, pose problème sur le fond de l’hypothèse proposée par L. Robert. Elle commémore une réparation effectuée dans le théâtre sous le proconsulat de Q. Tineius Sacerdos et donne à Éphèse la titulature suivante : “la première et très grande métropole d’Asie, deux fois néocore des Augustes selon les décrets du sacré Sénat, néocore d’Artémis et philosébaste” ([ἡ πρ]ώτη καὶ [μ]ε[γίστ]η μητρ[ό]πολ[ις] τ[ῆ]ς Ἀσ[ίας κ]αὶ δὶς νεωκόρος τῶν Σε[βαστ]ῶν κατὰ τὰ δόγματα τῆ[ς ἱε]ρᾶς σ[υ]γκλήτου καὶ νεωκόρος τῆς Ἀρτέμιδος καὶ φιλοσέβα[σ]τος Ἐφεσίων πόλις)102. Or, une inscription de Hiérapolis nous apprend que Tineius Sacerdos a été proconsul d’Asie sous le règne de Septime Sévère ; au vu des fastes sénatoriaux de cette période, on a pu proposer la date plus précise de 206/207 ou 207/208103. Ainsi, à cette date, Éphèse revendique déjà la néocorie d’Artémis qui ne semble pourtant lui avoir été officiellement reconnue qu’après 211. C’est cette contradiction qu’il faut tenter de résoudre, ainsi que celle que posent les monnaies du règne de Caracalla et Géta portant la légende “trois fois néocores et d’Artémis”.

Un usage non officiel sanctionné par l’empereur

  • 104 Voir Heller à paraître a.
  • 105 Burrell 2004, 72, part du même présupposé “légaliste” mais propose une tout autre interprétation : (...)

77J’ai étudié ailleurs les diverses hypothèses pouvant donner un sens à l’ensemble de la documentation, en faisant valoir les arguments en faveur ou à l’encontre de chacune d’elles104. Je me contenterai ici de résumer les conclusions auxquelles je suis parvenue. Il me semble que deux solutions principales peuvent être envisagées. La première, que j’appellerai l’hypothèse légaliste, part du présupposé que le titre de néocore, fortement lié à l’histoire du régime impérial, ne saurait être revendiqué par une cité sans une autorisation officielle des autorités romaines. Dans ce cas, il faut conclure qu’une néocorie d’Artémis a été accordée à Éphèse dès le règne de Septime Sévère, mais qu’elle n’avait pas exactement le même statut ou la même valeur qu’une néocorie impériale et devait par conséquent être mentionnée à part, comme c’est le cas dans l’inscription datant du proconsulat de Tineius Sacerdos (où les deux néocories impériales et la néocorie d’Artémis sont bien distinguées), ainsi que sur les monnaies du règne de Caracalla et Géta (dont la légende devrait donc se lire “trois fois néocores (des Augustes) et (néocores) d’Artémis”). Le bienfait accordé par Caracalla dans sa lettre au koinon d’Asie consisterait alors à élever la néocorie d’Artémis au même rang qu’une néocorie impériale, en permettant à Éphèse de se définir par le titre “trois fois néocore”, qui la plaçait au-dessus de ses deux rivales105.

78La deuxième solution, à mon avis plus simple et plus convaincante, est de comprendre qu’Éphèse a dans un premier temps pris l’initiative de s’attribuer d’elle-même le titre “néocore d’Artémis”, sans aucune caution légale, avant d’être rappelée à l’ordre par Caracalla, qui réaffirme dans sa lettre la nécessité d’en passer par le pouvoir romain pour user d’un tel titre. Un indice important en ce sens est la place occupée par la mention des décrets du Sénat dans l’inscription datant du proconsulat de Tineius Sacerdos. En effet, cette référence à la caution romaine suit immédiatement la titulature-standard de la cité, qui célèbre deux statuts possédés depuis longtemps et ayant sans conteste fait l’objet d’autorisations officielles (métropole d’Asie et deux fois néocore) ; en revanche, les titres “néocore d’Artémis” et “philosébaste” sont gravés à la suite, ce qui suggère que ni l’un ni l’autre n’ont été soumis à l’approbation de Rome par une procédure légale. C’est seulement après la mort de Géta qu’une telle procédure a eu lieu, ce dont témoigne la lettre de Caracalla au koinon d’Asie. Si l’on accepte cette hypothèse, la réaction de l’empereur apparaît ambivalente : elle traduit sans doute la volonté de punir Éphèse pour son audace, en refusant d’accéder à sa demande d’une troisième néocorie impériale, mais elle aboutit également à reconnaître le fait accompli et entériner après coup un usage illégal, en donnant désormais toute sa légitimité au titre “néocore d’Artémis”.

  • 106 BMC Ionia, 261 ; Paris, 798.
  • 107 Paris, 711.
  • 108 Voir BMC Ionia, 233-235, 247.

79Pour étayer cette interprétation, on peut faire valoir plusieurs documents antérieurs au règne de Caracalla, qui laissent supposer que la tentation d’exploiter un grand culte local en lien avec les néocories impériales, en-dehors de toute autorisation officielle, était récurrente. À Éphèse, une monnaie frappée à l’effigie de Septime Sévère fait figurer au revers un type de trois temples (pl. II, 7) : au milieu, de face, un temple tétrastyle contenant la statue de culte d’Artémis ; de chaque côté, un temple distyle vu de trois quarts et contenant une statue masculine ; en légende, le titre “premiers d’Asie” (ΕΦΕΣΙΩΝ ΠΡΩΤΩΝ ΑΣΙΑΣ)106. Les deux temples représentés de trois quarts sont, sans doute possible, ceux qui furent consacrés au culte provincial de Vespasien (originellement Domitien) et d’Hadrien. La représentation du temple d’Artémis sur la même monnaie revient à assimiler le culte de cette déesse, par son ampleur et son prestige, aux cultes provinciaux des Augustes. Un type très proche avait déjà été frappé sous Antonin (pl. II, 8)107, mais l’émission du règne de Septime Sévère se distingue par sa légende : au lieu du titre “deux fois néocores”, qui accompagnait le type de trois temples sous Antonin et encore de nombreuses autres émissions sous Septime Sévère108, est privilégié le titre “premiers d’Asie”, qui ne comptabilise pas le nombre de néocories. Ce choix n’est certainement pas innocent : il empêche de briser l’illusion créée par l’image, celle-ci suggérant déjà, d’une certaine façon, le titre “trois fois néocores”.

  • 109 BMC Lydia, 171.
  • 110 BMC Ionia, 305 et 306 (la position des quatre temples est très proche de celle du type de Sardes). (...)

80À cet égard, le parallèle avec une monnaie de Sardes frappée sous Élagabal est intéressant109. Un type de quatre temples y apparaît avec le titre “trois fois néocores”. Le procédé est similaire à celui qu’emploie Éphèse, mais est poussé moins loin. Le titre affiché par Sardes (le plus glorieux qu’elle possède à ce moment, difficile à remplacer par un autre – ce qui n’était pas le cas d’Éphèse, jouissant sous Septime Sévère de plusieurs titres très prestigieux) rappelle clairement le nombre de temples pouvant être officiellement qualifiés de néocores. Mais l’image, en intégrant un quatrième temple, qui doit être celui d’un important culte local (sans doute celui de Korè), institue néanmoins une équivalence entre ce temple et ceux du culte impérial provincial. La discordance entre l’image et la légende joue ainsi en deux sens : elle préserve Sardes de l’accusation d’avoir revendiqué un titre qu’elle ne possédait pas légalement, tout en signifiant que le rayonnement réel de la cité excède son rang officiel au sein de la province. La charge polémique du procédé apparaît pleinement lorsqu’on rapproche ce type de quatre temples de ceux que frappe Éphèse à la même période, pour célébrer ses quatre néocories officielles, privilège sans équivalent dans la province110. Sardes, quant à elle, vient d’entrer dans le cercle très fermé des cités trois fois néocores, mais ce succès semble avoir exacerbé plutôt qu’apaisé ses ambitions, l’encourageant à se comparer implicitement à la plus grande et la plus puissante cité d’Asie.

  • 111 Herrmann 1993, 248-263.
  • 112 Sur cette titulature, voir infra, p. 301-305.
  • 113 Le subterfuge ne pouvait être maintenu longtemps sans provoquer une réaction de la part des autori (...)

81Au règne suivant, sous Sévère Alexandre, une inscription confirme à la fois l’importance que Sardes accorde à ses néocories officielles et la tendance à sortir du cadre strictement légal pour faire reconnaître sa place au sein de la province, par le recours à des approximations visuelles ou sémantiques111. En effet, on peut y restituer la titulature-standard développée par la cité depuis les premiers Sévères112, mais avec une curieuse modification : au lieu de se dire “deux fois” ou “trois fois néocore”, comme dans les autres occurrences de cette titulature, Sardes affiche ici le titre “plusieurs fois néocore des Augustes” (πολλάκις[νεωκόρου τῶ]ν Σεβαστῶν). Cette étrange imprécision s’explique certainement, comme le pense P. Herrmann, par le fait que la troisième néocorie d’Élagabal fut supprimée par son successeur, pour cause de damnatio memoriae. Il est probable qu’au moment où fut gravée l’inscription, le sort de cette troisième néocorie n’était pas encore clarifié, une demande ayant peut-être été déposée pour obtenir le droit de la reporter sur Sévère Alexandre, et la réponse tardant à venir. Ou encore, la suppression toute récente de ce privilège était mal acceptée par les autorités de Sardes, qui trouvèrent un subterfuge pour masquer provisoirement ce recul dans la hiérarchie provinciale113. La formule traduirait alors une sorte de résistance passive face aux décisions du pouvoir romain. Quoi qu’il en soit, cette occurrence isolée, si elle diffère des exemples précédents en ce qu’elle ne fait pas référence à un culte traditionnel pour augmenter le prestige de la cité, participe toutefois de la même tendance générale, qui consiste à jouer avec le sens des mots ou des images pour se donner, au sein de la hiérarchie fixée par le culte impérial, un rang plus élevé que celui auquel on peut légitimement prétendre.

  • 114 IAsclepieion, 10 et 11.
  • 115 Voir infra, p. 341. Je remercie Chr. Habicht d’avoir discuté avec moi de cette restitution et de m (...)
  • 116 IK, 36.1-Tralleis, 74. Voir aussi le no 81, où l’on restitue en outre le titre “métropole d’Asie” (...)
  • 117 C’est ce que comprend Rigsby 1996, 416-417, tout en reconnaissant la fragilité de cette interpréta (...)

82Un autre exemple d’une assimilation abusive (c’est-à-dire non cautionnée par un acte officiel des autorités romaines) entre un culte traditionnel et le statut privilégié de cité néocore est fourni par une inscription de Pergame. Il s’agit de la dédicace de statues élevées à Marc Aurèle et Lucius Verus en 162 p.C. On peut y restituer sans risques la titulature-standard de la cité, avec toutefois une addition notable : la mention d’Asclépios Sauveur, la grande divinité dont le culte assure à Pergame une partie de son prestige (et sans doute de ses revenus). Chr. Habicht propose, avec quelque hésitation, le texte suivant [ἡ μητρ]όπολις τῆς Ἀ[σίας καὶ δὶς] νεωκόρος πρώτ[η καὶ μόνη? τ]οῦ Σωτῆρος Ἀσ[κληπιο]ῦ Περγαμηνῶν π[όλις],“la cité de Pergame, métropole d’Asie, première deux fois néocore et (seule néocore ? ou seule cité ?) d’Asclépios Sauveur”114. La restitution μόνη, suivie d’un point d’interrogation, est justifiée par le parallèle avec les inscriptions agonistiques où l’expression “premier et seul” (πρῶτος καὶ μόνος) sert souvent à célébrer les victoires d’un athlète115. Si les valeurs de l’agôn sont en effet omniprésentes dans l’usage des titulatures, il me semble néanmoins que cette restitution se heurte à une difficulté grammaticale : dans la titulature-standard de Pergame, le titre “première deux fois néocore” forme un tout ; l’adjectif πρώτη bloc avec ce qui précède et non avec ce qui suit. Le parallèle avec une inscription plus tardive de Tralles suggère une autre solution : cette cité se définit, au début du iiie s., comme “la très brillante cité de Tralles, néocore des Augustes, consacrée à Zeus, conformément aux décrets du Sénat” (τῆς λαμπρότάτης πόλεως τῆς νεωκόρου τῶν Σεβαστῶν ἱερᾶς τοῦ Διòς κατὰ τὰ δόγματα τῆς συνκλήτου Τραλλιανῶν)116. Dans cette titulature, le culte local de Zeus Larasios est mis sur le même plan que le culte commun des Augustes. Si la différence de formulation observée (“néocore des Augustes”/“consacrée à Zeus”) rappelle la différence de statut entre ces deux cultes, le rejet à la fin de la titulature de la précision “conformément aux décrets du Sénat” introduit en revanche un brouillage, en suggérant que les deux titres ont été cautionnés par des actes officiels équivalents. Or, un titre tel que “consacrée à Zeus” relevait vraisemblablement de la seule initiative des cités. Il pouvait certes être reconnu par les autorités romaines, notamment dans le cadre du système de pétition-réponse, où le personnage sollicité répondait en reprenant les termes contenus dans la pétition, mais il paraît bien peu probable qu’il ait fait l’objet d’un sénatus-consulte. Il n’est pas exclu que l’usage de ce titre renvoie ici à une asylie officiellement accordée par Rome à l’époque républicaine117, mais même dans ce cas, l’assimilation entre un privilège ancien sans rapport avec l’organisation provinciale et la récente promotion au statut de centre du culte impérial au sein de la province relèverait de la manipulation. Tralles a manifestement voulu jouer sur les mots pour augmenter encore le nouveau prestige dont elle jouit grâce à la faveur de Caracalla.

  • 118 Également proposée par Burrell 2004, 29, qui envisage encore de lire ἄσυλoς τoῦ Σωτῆρoς Ἀσκληπιoῦ. (...)

83C’est une intention similaire qui a poussé Pergame, dans une inscription isolée de l’époque antonine, à intégrer dans sa titulature une référence au culte d’Asclépios, à côté de la mention des deux néocories impériales. Aussi pourrait-on proposer la restitution [[ἱερὰ τ]οῦ Σωτῆρος Ἀσ[κληπιο]ῦ118. Mais quel que soit le mot exact employé par Pergame dans ce texte, l’essentiel est que, là comme sur la monnaie d’Éphèse ou dans l’inscription de Tralles, il est attribué à un culte traditionnel la même valeur, dans la compétition entre cités, qu’au culte impérial provincial. Un très ancien rôle de centre religieux peut ainsi être exploité pour s’élever au sein d’une hiérarchie fondée sur des réalités nouvelles.

84À la lumière de ces documents, on peut conclure que la revendication par Éphèse du titre “néocore d’Artémis” représente le point d’aboutissement d’une tendance déjà ancienne, qui consiste à considérer les grands cultes traditionnels d’une cité comme l’équivalent d’une néocorie en termes de prestige. Toutefois, en mettant explicitement sur le même plan le culte d’Artémis et celui des empereurs, et surtout en s’appropriant un nouveau titre de néocore alors qu’aucune décision centrale ne l’a autorisée à le faire, Éphèse commet une manipulation trop visible, qui demande à être sanctionnée (au double sens du mot : punie et ratifiée). Un tel dérapage dans l’usage habituellement contrôlé des titulatures doit s’expliquer par l’exacerbation de la concurrence entre cités rivales. De ce point de vue, le règne de Caracalla semble marqué par une surenchère particulièrement forte entre les trois grandes cités en compétition, Éphèse, Pergame et Smyrne ; plus elles accumulent de privilèges, plus elles redoublent d’efforts pour donner à ceux-ci une publicité éclatante, capable d’éclipser les privilèges des autres.

Un ancien usage sémantique remis en vigueur ?

85La difficile mais passionnante question de la troisième néocorie d’Éphèse permet encore de mettre en évidence d’autres traits caractéristiques des rivalités entre cités. Tout d’abord, le simple fait que puisse exister, au iiie s., une néocorie d’Artémis témoigne de la puissance qu’ont acquis les mots dans la compétition engagée pour gravir les échelons de la hiérarchie provinciale. La reconnaissance d’une néocorie de divinité traditionnelle ne donnait pas forcément d’autre droit que celui d’intégrer ce culte à la titulature de la cité. Même si cet acte officiel pouvait s’accompagner de privilèges plus concrets (ainsi, à Éphèse, il est possible qu’une atélie ait été accordée pour les fêtes en l’honneur d’Artémis), il valait en lui-même, parce qu’il permettait, avantage inappréciable aux yeux des Grecs de l’Empire, d’afficher une titulature plus prestigieuse qu’auparavant. Si dans le cas d’Éphèse, la néocorie d’Artémis apparaît en partie comme un pis-aller, un lot de consolation en l’absence d’une troisième néocorie impériale, il devait en aller autrement pour les deux autres cités, bien plus modestes, où sont attestées des néocories de divinités traditionnelles.

  • 119 Robert 1981, 352-360 et IGR, IV, 567. Dossier repris par Burrell 2004, 116-118.
  • 120 Robert 1967, 51-54 et Burrell 2004, 142-144. Sur le titre “septième d’Asie”, voir infra, p. 310-31 (...)

86C’est sous le règne de Commode que deux monnaies d’Aizanoi, en Phrygie, affichent le titre “néocore de Zeus” (ΑΙΖΑΝΕΙΤΩΝ ΝΕΩΚΟΡΩΝ ΤΟΥ ΔΙΟΣ) en association avec des types représentant ce dieu ; une inscription datant probablement du règne de Septime Sévère fait encore figurer ce titre119. Nous ne savons rien des circonstances ni des modalités de l’obtention de cette néocorie, mais il est certain qu’elle devait réjouir le cœur des citoyens d’Aizanoi : ceux-ci pouvaient désormais célébrer le renom de leur principal culte en se définissant par le même mot que les plus grandes cités de la province. De même, lorsque sous Sévère Alexandre le titre “néocore d’Artémis” est adopté par Magnésie du Méandre, apparemment en même temps que celui, bien plus problématique, de “septième d’Asie”120, il est clair que cette cité exprime la volonté d’être reconnue sur la scène provinciale. À défaut d’être néocore des Augustes, elle obtient d’être néocore d’Artémis ; à défaut d’être la première d’Asie, elle sera la septième – mais elle veut exister face aux “géantes” de la province et surtout se placer au-dessus de ses rivales plus modestes. Cette ambition passe par l’usage, plus ou moins détourné ou aménagé, de certains titres prestigieux. En un sens, solliciter le droit d’utiliser le titre officiel de néocore en lien avec un culte traditionnel est déjà, en soi, une manipulation.

  • 121 Voir supra, p. 244-245.

87Ce qui est intéressant, c’est que cet usage, déviant par rapport à la norme qui s’est établie depuis la fin du ier s. p.C., remet peut-être en vigueur un usage plus ancien, durablement abandonné. Le titre de néocore semble en effet avoir été affiché par Éphèse, sous le règne de Néron, en lien avec le culte d’Artémis, avant d’être inauguré quelque vingt-cinq ans plus tard avec un sens nouveau, à l’occasion de la fondation d’un culte de Domitien dans cette même cité121. Au début du iiie s., le souvenir de l’usage premier qu’elle avait fait du titre de néocore offrait peut-être, aux yeux d’Éphèse, une justification à l’initiative illégale qui sera à la fois condamnée et officialisée par Caracalla. L’empereur, tout en mettant un terme aux abus et en empêchant qu’ils puissent se reproduire par la suite, reconnaissait le bien-fondé de la revendication exprimée, dans un premier temps, sans son accord. Les circonstances entourant l’octroi de la troisième néocorie d’Éphèse ne se laissent décidément pas interpréter de façon univoque. Faut-il y voir un échec d’Éphèse, remise de force dans le droit chemin après un écart malheureux, ou une victoire de cette cité, qui réussit à obtenir une caution officielle pour un usage illégal ? Le pouvoir impérial a-t-il fermement réaffirmé l’obligation de lui soumettre toutes les décisions importantes, ou a-t-il accepté de prendre en compte les valeurs propres aux Grecs – le rayonnement de leurs cultes les plus anciens, mais aussi leur incessante quête de prestige et leur esprit agonistique ? L’étude des titres de métropole et de première, qui font eux aussi l’objet d’usages détournés, invite à souligner, sur le fond de cette réalité ambiguë, la force de la tradition grecque.

Notes

1 Sous Auguste : RPC I, 2358, 2362, 2364 ; aux règnes suivants : RPC I, 2369, 2370, 2372, et RPC II, 918

2 RPC I, 2469.

3 Pour un tableau synoptique des différentes cités ayant obtenu une ou plusieurs néocorie(s) sous le Haut-Empire, voir Collas-Heddeland 1993, 251-252 et Burrell 2004, en fin de volume.

4 J’ai résumé l’évolution des titulatures de ces trois cités dans le tableau no 3 en annexe. On pourra s’y reporter pour tous les développements qui suivent.

5 Friesen 1993, 57.

6 En Bithynie, les titres de première de la province et de métropole étaient déjà utilisés sous les règnes précédents. Mais des titulatures plus développées, ainsi que l’usage du titre particulier de néocore, n’apparaissent qu’à partir des Antonins. Voir le tableau no 4 en annexe.

7 Pour le détail de la démonstration qui suit, voir Friesen 1993, 50-59.

8 Voir Knoepfler 1998, en particulier 109-111 et 114, qui remet en cause l’opinion courante selon laquelle le néocore était un magistrat subalterne préposé à l’entretien du temple et montre au contraire que cette charge impliquait de véritables responsabilités administratives et jouissait d’un fort prestige dès l’époque classique. C’est bien pourquoi le mot a pu être utilisé comme titre honorifique par les cités de l’époque impériale.

9 Syll 3, 799 ; IGR, IV, 146. Commenté dans Heller à paraître b.

10 À travers les bienfaits de Tryphaina, mais aussi ceux d’Agrippa, grand-père paternel de l’empereur régnant, qui contribua, en 15 a.C., à rendre à la cité sa liberté perdue cinq ans plus tôt. Cf. D.C. 54.7.6 et 23.7.

11 RPC I, 2626-2628.

12 Deux hypothèses bien distinctes : celle d’une néocorie de Néron, d’abord consensuelle, a été combattue par Pick 1906, 235-236. Celui-ci se fondait sur deux monnaies de l’époque de Domitien, attribuant à Éphèse le titre “deux fois néocore” et argumentait de la façon suivante : puisque la mémoire de Néron a été condamnée, une néocorie en son honneur ne pourrait être prise en compte sous Domitien ; il faut donc rapporter la néocorie attestée sous Néron à un empereur précédent, qui ne peut être que Claude, puisque les cités ayant obtenu d’accueillir un culte provincial d’Auguste, de Tibère et de Caligula nous sont connues. Toute cette argumentation doit être abandonnée, dans la mesure où les deux monnaies de l’époque de Domitien qui la supportent ont toutes les chances d’être des faux. Voir RPC I, p. 433.

13 Keil 1919. Il refusait d’admettre, à juste titre à mon avis, qu’une néocorie de Claude ait laissé pour toute trace une unique émission du règne de Néron. Dans sa démonstration, il faisait une place aux deux monnaies de l’époque de Domitien, proposant d’interpréter le titre “deux fois néocore” comme une référence au nouveau culte de Domitien et à l’antique culte d’Artémis. Le témoignage de ces monnaies étant disqualifié, cette partie de la démonstration de Keil tombe d’elle-même. Mais ses autres arguments me paraissent toujours valables. C’est notamment lui qui, le premier à ma connaissance, a rassemblé les dédicaces en l’honneur de Domitien et montré que cette néocorie avait été “sauvée”, après la mort de cet empereur, en reconsacrant le temple à Vespasien. Il tenait pour hautement probable que cette néocorie impériale, célébrée de manière éclatante au moment de son obtention et défendue par la suite, était la première de la cité.

14 Outre Friesen, voir Collas-Heddeland 1993, 59-60. Opinion contraire dans RPC I, p. 433 (suivi, avec prudence, par Burrell 2004, 60-61), qui tente de réhabiliter l’hypothèse d’une néocorie de Néron, ensuite effacée pour cause de damnatio memoriae. Mais les arguments invoqués me paraissent insuffisants : certes, l’image n’est pas totalement fidèle à la réalité architecturale du temple d’Artémis, mais une telle exactitude est-elle toujours respectée ? Par ailleurs, les types monétaires frappés la même année et représentant Rome ne me semblent pas plaider pour une néocorie impériale, au contraire : sur l’un d’eux (RPC I, 2632), Rome tient dans sa main une statue d’Artémis, ce qui suggère plutôt une reconnaissance de l’importance de ce culte.

15 Actes, 19.35.

16 Sous le règne de Domitien, voir IK, 12-Ephesos, 415, 416, 449, 508 ; IK, 16-Ephesos, 2034 ; IK, 17.1-Ephesos, 3005, 3008. Sous Nerva, IK, 12-Ephesos, 264. Sous Trajan, IK, 11.1-Ephesos, 27, 36 ; IK, 12-Ephesos, 422, 509, 517 ; IK, 13-Ephesos, 857, 858 ; IK, 14-Ephesos, 1385 ; IK, 15-Ephesos, 1499. Sous Hadrien, IK, 12-Ephesos, 266, 280, 429, 430, 441 ; IK, 17.2-Ephesos, 4333.

17 Pour le commentaire détaillé, voir Friesen 1993, 29-49.

18 IK, 12-Ephesos, 232, 234-235, 238-242 ; IK, 15-Ephesos, 1498 ; IK, 16-Ephesos, 2048.

19 IK, 12-Ephesos, 233 et 237.

20 La question, problématique, de savoir si Éphèse est encore une cité libre à l’époque impériale, n’a que peu d’incidence sur ma démonstration. Même si la capitale de la province a conservé ce privilège, il n’a pas à être évoqué dans le contexte de la fondation d’un nouveau culte impérial provincial, qui fait d’elle un lieu de représentation du koinon. Les sous-entendus du texte de la dédicace des cités libres joueraient toujours dans le même sens, mais de façon différente : selon qu’elles mettent en valeur un statut partagé par la nouvelle cité néocore ou perdu par celle-ci, Aphrodisias et Stratonicée insistent sur ce qui les rapproche d’Éphèse ou ce qui les en distingue de façon positive ; dans les deux cas, elles cherchent avant tout à refuser à la cité qu’elles honorent une position de supériorité. Sur la question de la liberté d’Éphèse à l’époque impériale, voir la synthèse de Guerber 1995, qui tend à conclure à la perte de ce statut.

21 Hypothèse suggérée par Friesen 1993, 40 n. 38.

22 Bien que la question des relations entre cités libres et koinon soit loin d’être claire, il semble plausible qu’une certaine forme de communication, voire de participation, ait existé, surtout dans le domaine du culte impérial. À l’époque républicaine, il est très probable que des cités libres prenaient déjà part, aux côtés des “cités et des peuples”, aux fêtes communes en l’honneur de Q. Mucius Scaevola, comme le suggère l’expression “ceux parmi les autres (Hellènes) qui ont choisi de s’associer à la célébration des Sôtèria kai Moukieia” (τῶν ἄλλων οἱ εἱρημένοι μετέχειν τῶν Σωτηρίων καὶ Μουκιείων, OGI, 438 et 439). Voir le commentaire de Ferrary 2001b, 29-30 et n. 48.

23 Sur cette “indifférenciation progressive”, voir Guerber 1997, 129-137.

24 Dion Chr. 34.7.

25 Voir D.C. 47.30-31.

26 Sherk, RDGE, no 27 (IK, 21-Stratonikeia, 11) pour Stratonicée ; Reynolds 1982, no 7 et 8 pour Aphrodisias. Pour ce dernier texte, voir le commentaire approfondi de Robert 1966, 401-432, qui fait le rapprochement, p. 419, avec le cas de Stratonicée.

27 Reynolds 1982, no 10. Il s’agit d’une lettre où Octave se présente explicitement comme celui qui a “libéré” la patrie de Zoilos (τὴν πατρίδα αὐτοῦ ἠλευθέρωσα). Ce dernier était un citoyen d’Aphrodisias devenu esclave puis affranchi de César, avant de mériter la protection du fils adoptif du dictateur. Il devint “prêtre d’Aphrodite et de la Liberté” et fut grandement honoré par sa patrie pour son rôle dans l’obtention de ce privilège. Voir L. Robert, op. cit.

28 Sherk, RDGE, no 18 ; IK, 22.1-Stratonikeia, 505 (voir supra, p. 65-68). Voir Bernhardt 1971, n. 95 p. 106 et 220 p. 130, qui considère que Stratonicée est libre depuis la création de la province d’Asie et le reste après la guerre de Mithridate.

29 Bernhardt 1971, 162 et n. 335, 173 et n. 397, pense que l’édit du triumvir et le sénatus-consulte daté de 39 a.C. ne font que confirmer une décision de César, qui aurait accordé pour la première fois le statut de cité libre à Aphrodisias. Reynolds 1982, 2-5, estime au contraire que le ton des décrets passés par la sympolitie Plarasa-Aphrodisias dans les années 90 et au début des années 80 convient à celui d’une cité libre ; elle propose de faire remonter l’obtention de ce statut à la naissance même de la sympolitie, qu’elle placerait dans le dernier tiers du iie s. a.C., dans le contexte de la création de la province d’Asie. La liberté aurait ensuite été perdue sous Sylla, à la fin de la première guerre mithridatique, ou – dans l’hypothèse où l’attitude d’Aphrodisias dans cette guerre, d’abord résolument favorable à Rome puis marquée d’un silence douteux, n’ait pas remis en cause sa position privilégiée – seulement beaucoup plus tard, au moment où Brutus et Cassius se rendaient maîtres de l’Asie pour quelques mois. Les documents qui rappellent l’aide militaire apportée par la cité au proconsul Q. Oppius, en 88, alors que celui-ci était assiégé à Laodicée par Mithridate (Reynolds 1982, no 2 et 3), ne permettent pas de trancher la question du sort d’Aphrodisias après 85 : ils peuvent avoir été gravés pour masquer l’absence de la liberté et le manque de loyauté envers Rome à la fin de la guerre, ou au contraire avoir fait partie d’un ensemble plus vaste, comportant un sénatus-consulte accordant la liberté.

30 Voir Ferrary 2001c, 810-815.

31 Les témoignages ne permettent pas d’établir avec certitude l’ancien nom, mais Erim 1989, 10, tient celui que donne Étienne de Byzance pour vraisemblable : Ninoè, qui rattacherait la communauté, à travers la figure légendaire de Ninos, époux de Sémiramis, à la tradition assyro-babylonienne.

32 App., BC, 1.11.97. L’oracle présente Aphrodite comme la divinité protectrice de la lignée d’Énée, ce qui est certainement une manière d’admettre l’existence d’une parenté entre la déesse et le peuple romain.

33 Reynolds 1982, no 8 l. 40-41 et no 12 l. 13-14.

34 Robert 1966, 416-417 et Reynolds 1986, 111-112.

35 Sur les liens privilégiés entre Aphrodisias et Rome et l’utilisation de la légende troyenne, voir Jones 1999a, 99-105 et 2001b, 182-184, qui insiste sur la distinction entre la notion de parenté (suggeneia), décrivant la relation entre Aphrodite et la famille impériale, et celle d’intimité ou de familiarité (oikeiôtès), décrivant la relation entre la cité et le pouvoir romain.

36 IK, 12-Ephesos, 236.

37 Faute d’éléments permettant une datation précise, on ne saurait toutefois exclure qu’elle leur est contemporaine. Dans ce cas, Philadelphie aurait choisi de ne pas adhérer au modèle commun proposé aux cités pour honorer le nouveau sanctuaire, préférant exprimer librement, dans un texte qui lui était propre, sa relation aux empereurs et à la cité néocore.

38 “Philosébaste”, qui qualifie régulièrement la cité d’Éphèse (ou l’une de ses institutions représentatives) à partir de la fin du ier s., paraît dans son cas étroitement lié à la conscience d’abriter un sanctuaire provincial du culte impérial. Le titre “qui orne l’Asie” est plus original à Éphèse (cf. IK, 11.1-Ephesos, 18b : c. 44 p.C., c’est le temple d’Artémis qui est appelé “ornement de toute la province” ; Smyrne, elle, intègre la formule “ornement de l’Ionie” à sa titulature à partir du iiie s., cf. IK, 24.1-Smyrna, 637, 638, 640…).

39 Milet a été choisie par Caligula pour accueillir son culte provincial, mais elle a perdu ce privilège avec la damnatio memoriae de cet empereur. Reste Sardes, dont la première néocorie n’est connue que parce que la cité en revendique une deuxième à partir d’Antonin ; il n’est pas impossible qu’il faille remonter cette néocorie aux règnes des Julio-Claudiens ou des Flaviens, mais une datation sous Hadrien est bien plus probable – cet empereur ayant été particulièrement généreux dans l’octroi de la néocorie. Voir Burrell 2004, 100-103.

40 IK, 24.1-Smyrna, 657, avec le commentaire de Moretti 1957, no 808 ; voir aussi, pour le même titre, les no 696, impossible à dater avec précision, et 634, en l’honneur du proconsul M. Atilius Bradua, dont le nom est attesté à la fin du ier s., mais qui a aussi un homonyme à la fin du iie, auquel cas il faudrait restituer “deux fois” avant l’adjectif “néocore” (sur lequel s’ouvre abruptement le texte) et faire entrer cette inscription dans un autre groupe.

41 IAsclepieion, p. 158-161. Se reporter à ces pages pour la liste complète des occurrences de chaque étape de la titulature.

42 Voir entre autres IPergamon, 461 et IAsclepieion, 157.

43 Le témoignage le plus précisément daté, qui semble aussi être le plus ancien, est livré par IPergamon, 438, une inscription en l’honneur du fameux Quadratus : dans le rappel de sa carrière, il est fait mention de son gouvernement de Syrie (charge occupée entre 102 et 104), mais non pas de son deuxième consulat (obtenu en 105).

44 IK, 12-Ephesos, 492.

45 Voir PIR 2, F 543 et 544. Pour la dédicace d’Aizanoi, IK, 12-Ephesos, 232.

46 Cette formule est attestée dans quelques inscriptions datées entre 114 et 120 environ : IPergamon, 395, 397, 520 ; AthMitt, 1912, no 26.

47 IPergamon, 395.

48 Puech 2004, 361 et n. 22.

49 IK, 24.1-Smyrna, 767. Le chiffre b est restitué en début de ligne, juste avant νεoκóρoς, entièrement lisible. La restitution est quasiment assurée ; ce qui est intéressant, c’est que le titre “néocore” apparaît toujours sous sa forme la plus simple, accordé au mot πόλις ou δῆμος.

50 IK, 24.1-Smyrna, 697.

51 Voir tableau no 4 en annexe.

52 Les rares occurrences d’une titulature développée sous les Antonins ne sont nullement assurées, voir infra, p. 328-329. Même retard sur les monnaies : Smyrne se désigne par l’ethnique seul jusqu’à Caracalla, alors qu’Éphèse frappe le titre deux fois néocores à partir d’Hadrien (BMC Ionia, 227-228) et Pergame à partir de Marc Aurèle (BMC Mysia, 285, 291-294).

53 IK, 12-Ephesos, 430 et 278.

54 IK, 12-Ephesos, 279.

55 IK, 11.1-Ephesos, 21.

56 IK, 11.1-Ephesos, 22 ; pour la démonstration qui permet de proposer la date de 141 environ, voir Robert 1938, 45-53.

57 IK, 13-Ephesos, 642, 661, 726 ; IK, 15-Ephesos, 1503.

58 IK, 12-Ephesos, 438.

59 CIG, 335 ; OGI, 481 ; IG II2, 3297.

60 IK, 12-Ephesos, 279.

61 Je laisse de côté la dédicace de l’Olympieion, qui ne permet pas d’établir avec certitude la manière dont Éphèse (si c’est bien elle qui fait graver cette dédicace) met en valeur son titre de métropole.

62 J’y reviens en détail infra, p. 284-288.

63 IAsclepieion, 37 et 38 ; AthMitt, 1912, no 25 doit certainement être daté du même règne et non de celui de Trajan (A. Ippel reconstitue de manière convaincante l’arbre généalogique de Iulia Polla, fille et non pas sœur d’A. Iulius Quadratus).

64 IAsclepieion, 22.

65 IAsclepieion, 20.

66 Aristid., Or., 23.73, avec le commentaire de Behr 1981-1986, II, 368 n. 77.

67 IK, 15-Ephesos, 1489-1490 (Oliver 1989, 293-295, no 135 A-B). La traduction de Collas-Heddeland 1995, 411, est erronée : l’empereur n’a pas “prescrit aux Pergaméniens d’employer” les titres dus à Éphèse, il les a “approuvés” (ἀπεδεζὰµην) pour les avoir employés. Pour une mise en contexte de cet incident, voir supra, p. 192-194.

68 Voir Kampmann 1996, 33-34 et 1998, 379-380 ; Herrmann 2002, 229-231. Le terminus post quem de ces émissions est la mort de Faustine (141), qui apparaît divinisée au droit de quelques monnaies. Dans la légende, je comprends comme U. Kampmann que le titre “premiers d’Asie” n’est pas en dénominateur commun, mais ne s’applique qu’à Éphèse. Cf. infra, p. 324-331.

69 Voir supra, p. 218-221.

70 On a d’autres preuves de cette connaissance mutuelle des titulatures : elles peuvent être utilisées, telles quelles ou sous une forme réduite, dans des textes extérieurs à la cité qui les porte ; pour Éphèse, cf. IK, 14-Ephesos, 1238, où Antioche de Pisidie, sur la base d’une statue érigée en l’honneur d’Éphèse, donne à la cité sa titulature

71 Supra, p. 221-226.

72 Klose 1987, LIX, 14 et 27-29. Sous Sévère Alexandre (LXV, 7), on trouve la même légende avec l’ordre de mots devenu naturel : “trois fois néocore des Augustes, première d’Asie en beauté et grandeur”. Pour les occurrences épigraphiques de la titulature-standard, voir IK, 24.1-Smyrna, 635, 637-638, 640, 646, 665-667, 673-674.

73 BMC Ionia, 403 (Klose 1987, LIX, 11-13) ; Paris, 2402.

74 Pour cette suggestion, voir Keil 1915, 130 n. 1. Elle est retenue par Burrell 2004, 50-51.

75 SNGvA 7513.

76 À Pergame, ce programme est réalisé sous les stratèges Attalos et Anthimos, qui se sont probablement succédé dans cet ordre (voir Burrell 2004, 30-31) ; à Smyrne, sous les stratèges Charidèmos et Krétarios.

77 Voir Marcellesi 1998 : une monnaie de Pergame frappée sous Attalos (avec un autre type de trois temples et la légende “premiers trois fois néocores”) a été trouvée à Thasos, ce qui prouve bien que malgré leur grand module et l’originalité de leurs types, ces monnaies n’étaient pas des médailles.

78 Klose 1987, LIX, 15 et 24-26.

79 Supra, p. 225

80 Voir supra, p. 222-224.

81 BMC Mysia, 318.

82 BMC Mysia, 317.

83 Keil 1915, 130 n. 1.

84 IK, 12-Ephesos, 300, datée après fin septembre 213 par la titulature impériale.

85 Sur les circonstances complexes de l’obtention de cette néocorie, voir infra, p. 274-282.

86 À propos de la légende monétaire “trois fois néocore des Augustes” affichée par Pergame, Robert 1967, 57, remarquait déjà qu’elle comportait une “précision cruelle pour les Éphésiens”. Mais la formule “première trois fois néocore des Augustes” est aussi un camouflet pour Smyrne, qui fut la dernière à être distinguée par la faveur impériale.

87 Dans le monnayage de Smyrne, le titre “trois fois néocore” apparaît soit tel quel, soit précisé par “des Augustes” ; en parallèle de la compétition engagée avec Pergame (type des trois temples, légende abrégée…), Smyrne ne manque pas de rappeler périodiquement ce qui lui donne un avantage sur Éphèse, privée d’une troisième néocorie impériale.

88 Robert 1967, et en particulier p. 46-48 pour l’intervention du koinon ; IK, 12-Ephesos, 212. Jones 2001a donne une version améliorée du texte à partir d’une nouvelle photographie de la pierre et d’un estampage. À la l. 20, il croit déceler les traces d’un martelage sous les lettres ΤΡΙΣΕΙΝΑΙΝΕΩ et suggère, p. 43, que la regravure a été causée par une controverse autour des titres. Mais il reste très prudent (the erased text, if there is one, defies reconstruction). Il me semble impossible de restituer un premier texte “quatre fois néocores”, qui ne tiendrait pas dans la ligne (ΤΕΤΡΑΚΙΣ est trop long, D trop court) ; quant au titre “deux fois néocores”, il était possédé depuis longtemps par Éphèse et n’a jamais subi de martelage. J’envisagerais deux solutions : soit une regravure de correction (le graveur ayant commencé par graver un texte faux), soit une regravure à l’identique après le martelage du titre “trois fois néocores”. Dans ce dernier cas, le martelage a pu résulter d’une confusion entre la troisième néocorie impériale de Caracalla et Géta, supprimée après la mort de ce dernier, et la troisième néocorie en l’honneur d’Artémis accordée par Caracalla seul. Voir plus loin.

89 Sur la date, controversée, de la mort de Géta, voir supra, p. 221, n. 172.

90 Robert 1967, 50 n. 5.

91 Collas-Heddeland 1993, 67-70. En revanche, Burrell 2004, 70-75, se détache de cette vulgate et propose une autre interprétation. Voir infra, n. 105 p. 277.

92 BMC Ionia, 263, 265, 272-275, 281-282.

93 Type des deux empereurs autour d’Artémis : BMC Ionia, 292 ; Paris, 848 ; SNGvA, 1904 et 7871 ; SNGCop, 436. Type de la Tychè tourelée : BM hors catalogue ; Paris, 820.

94 BMC Ionia, 269.

95 C’est l’opinion de M. Amandry, qui me l’a communiquée lors de la soutenance de ma thèse, et également celle d’A. Meadows, qui a bien voulu examiner l’unique exemplaire au British Museum. En effet, on remarque que le Δ de ΔΙΣ est loin d’être net, il est séparé du I par un assez grand espace qui paraît bien avoir été altéré d’une manière ou d’une autre. Mais surtout, cette monnaie présente un coin de revers identique à un autre exemplaire qui porte, lui, le chiffre ΤΡΙΣ : SNGvA, 7871.

96 BMC Ionia, 266-267, 276-279.

97 Je ne considère ici que les inscriptions suffisamment bien conservées pour permettre une lecture assurée de la titulature (en particulier en ce qui concerne le nombre de néocories impériales revendiquées). Les éditeurs des IK ont proposé de reconstituer cette même titulature dans d’autres inscriptions, mais sur des bases parfois très fragiles, et surtout en s’inspirant de l’analyse de L. Robert ; on ne saurait donc se fonder sur ces occurrences pour réfléchir sur la portée de cette analyse.

98 IK, 13-Ephesos, 647 et 740. Il y a quelques variations entre les deux occurrences de cette titulature emphatique. Dans un cas, un ka¤ supplémentaire est gravé avant le terme “métropole”, ce qui conduirait à faire des adjectifs “première de toutes”, “très grande” et “très glorieuse” des titres indépendants ; mais ce ka¤ n’apparaît pas dans l’autre inscription et il me semble assuré qu’il résulte d’une erreur d’inattention du graveur ; la formule est à comprendre comme un développement de la titulature antérieure, “première et très grande métropole”. Par ailleurs, dans l’inscription où il faut supprimer une copule (no 647), la dernière ligne, qui commence au nom d’Artémis, est martelée ; d’après les éditeurs, l’autre inscription (no 740) aurait dû être martelée entièrement, mais le travail a été mal fait et la gravure n’a été que très légèrement abîmée. Cette inscription présente enfin des ajouts par rapport à la première : Artémis y est qualifiée de “très sainte” (ἱερωτάτης) et la mention des trois néocories impériales est suivie des mots “selon les décrets du sacré Sénat et la décision impériale” (κατὰ τὰ δόγματα τῆς ἱερᾶς συνκλήτου καὶ τὴν θείαν κρίσιν).

99 Pour le détail de la démonstration, voir Heller à paraître a.

100 IK, 16-Ephesos, 2053-2056.

101 En ce sens Keil 1915, 128.

102 IK, 16-Ephesos, 2040.

103 Ritti 1985, 108. Sur la carrière de Tineius Sacerdos, voir Thomasson 1972-1990, 233 et Leunissen 1989, en particulier p. 223 (qui place prudemment son proconsulat d’Asie sous Septime Sévère, sans proposer de date précise, mais en tout cas après sa charge de gouverneur de Pont-Bithynie, attestée en 198/199).

104 Voir Heller à paraître a.

105 Burrell 2004, 72, part du même présupposé “légaliste” mais propose une tout autre interprétation : selon elle, une demande de néocorie commune transmise aux deux frères se serait ensuite dédoublée en une néocorie impériale en l’honneur du seul Géta et une néocorie d’Artémis accordée par Caracalla (les deux faveurs ayant été accordées en même temps, avant la mort de Géta). Cette hypothèse, intéressante, me semble toutefois se heurter à de sérieuses difficultés. Je ne pense pas que la rivalité entre les deux empereurs régnants ait pu aller jusqu’à susciter des réponses séparées et divergentes à une proposition de culte commun. De plus, une telle initiative aurait privilégié Éphèse de façon absolument inédite et n’aurait pas manqué de susciter de vives protestations de la part des autres cités de la province ; or, le pouvoir romain nous est apparu en général plus soucieux d’apaiser les rivalités entre cités que de les envenimer. Enfin, la datation que propose B. Burrell de l’inscription où figure le nom de Tineius Sacerdos ne me convainc pas.

106 BMC Ionia, 261 ; Paris, 798.

107 Paris, 711.

108 Voir BMC Ionia, 233-235, 247.

109 BMC Lydia, 171.

110 BMC Ionia, 305 et 306 (la position des quatre temples est très proche de celle du type de Sardes). Voir aussi SNGCop, 442, où Éphèse précise qu’elle est la seule cité à être “quatre fois néocore”, une revendication certainement destinée à marquer sa victoire sur ses deux grandes rivales, Pergame et Smyrne, mais peut-être aussi à contrer des manipulations semblables à celle de Sardes frappant un type de quatre temples.

111 Herrmann 1993, 248-263.

112 Sur cette titulature, voir infra, p. 301-305.

113 Le subterfuge ne pouvait être maintenu longtemps sans provoquer une réaction de la part des autorités romaines, et sur les monnaies de Sévère Alexandre, le titre “deux fois néocore” réapparaît, levant toute ambiguïté (BMC Lydia, 175-179).

114 IAsclepieion, 10 et 11.

115 Voir infra, p. 341. Je remercie Chr. Habicht d’avoir discuté avec moi de cette restitution et de me l’avoir clarifiée bien des années après l’avoir proposée.

116 IK, 36.1-Tralleis, 74. Voir aussi le no 81, où l’on restitue en outre le titre “métropole d’Asie” et l’épiclèse de Zeus (Larasios). Ces inscriptions sont forcément postérieures à la promotion de Tralles au statut de cité néocore, sous le règne de Caracalla.

117 C’est ce que comprend Rigsby 1996, 416-417, tout en reconnaissant la fragilité de cette interprétation en l’absence de tout autre témoignage d’une asylie à Tralles.

118 Également proposée par Burrell 2004, 29, qui envisage encore de lire ἄσυλoς τoῦ Σωτῆρoς Ἀσκληπιoῦ. Il est vrai que l’asylie du sanctuaire d’Asclépios fut confirmée sous le règne de Tibère (voir Tac., Ann., 3.63.2) et offrait peut-être une lointaine justification à la titulature proposée par Pergame en 162 p.C.

119 Robert 1981, 352-360 et IGR, IV, 567. Dossier repris par Burrell 2004, 116-118.

120 Robert 1967, 51-54 et Burrell 2004, 142-144. Sur le titre “septième d’Asie”, voir infra, p. 310-313.

121 Voir supra, p. 244-245.

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search