Version classiqueVersion mobile

“Les bêtises des Grecs”

 | 
Anna Heller

Deuxième partie. Statuts privilégiés et sphères de domination

Chapitre IV. Le statut de capitale de conventus : justice, fiscalité, rapports de dépendance

Texte intégral

Premières définitions

  • 1 Les partisans de la deuxième solution, majoritaires, ne sont pas unanimes sur la chronologie : fau (...)
  • 2 Str. 13.4.12.
  • 3 Milet, I. 2, 3, repris dans Sherk, RDGE, no 52. La datation traditionnelle, entre 56 et 50 (Sherk (...)
  • 4 Il y a quelque confusion à propos de ces “diocèses asiatiques”, qui étaient donc traditionnellemen (...)
  • 5 Après la lettre du proconsul datée des années 50 a.C. (Milet, I. 2, 3 = Sherk, RDGE, no 52), les a (...)

1L’une des fonctions principales d’un proconsul est de rendre la justice dans sa province ; pour accomplir cette tâche, il est astreint à se déplacer et préside les assises aux différentes étapes d’une tournée annuelle. Chaque cité qu’il visite ainsi est le centre d’un district judiciaire et accueille lors des assises tous les habitants de ce district désireux de faire appel à la justice romaine. Les origines de ce système des conventus iuridici ou διoικήσεις, ainsi que la date de son entrée en vigueur, sont discutées, et l’on y voit tantôt un héritage de la période attalide, tantôt une innovation complète des Romains1. Ce découpage administratif ne s’inspirait en tout cas aucunement, si l’on en croit Strabon, des séculaires frontières ethniques et régionales, qu’il transgressait au contraire sans retenue2. Il est le mieux documenté dans la province d’Asie, où il apparaît fonctionnant pleinement dans les années 50 a.C.3 À cette date, la liste se monte à 9 conventus, qui portent le nom de leur capitale : Milet, Éphèse, Tralles, Alabanda, Mylasa, Smyrne, Pergame, Sardes, Adramyttion. Il faut y ajouter les trois “diocèses asiatiques” rattachés à la Cilicie au moment du proconsulat de Cicéron, selon toute probabilité Laodicée, Apamée et Synnada4. Cette liste reste relativement stable et perdure à l’époque impériale, avec cependant quelques changements. À partir des rares et précieuses sources qui nous permettent de saisir, à une date donnée, l’organisation du système des conventus, on peut tenter d’en brosser un tableau diachronique5.

  • 6 Voir Sherk, RDGE, no 59-60 (repris avec de nouvelles interprétations par Canali De Rossi 2000, 172 (...)
  • 7 Halicarnasse apparaît comme centre d’un district judiciaire dans la liste de l’époque flavienne, m (...)
  • 8 Pour le tremblement de terre, voir Str. 12.8.18. Pour le rattachement de Tralles-Césarée au conven (...)

2Il en ressort, d’une part, que la perte du statut de capitale de conventus est assez rare et s’explique par l’arrivée d’une catastrophe qui laisse la cité en ruines et rend impossible la tenue des assises. Ainsi, Mylasa, qui a fortement souffert de l’invasion des Parthes en 40/39, n’est plus attestée comme siège d’assises à partir de l’époque augustéenne6. Une partie des communautés qui lui étaient rattachées ont dû être réparties dans des conventus déjà existants (par exemple celui d’Alabanda, à peu de distance au nord) ; mais tout indique qu’un nouveau conventus, avec pour capitale Halicarnasse, a également été créé à cette occasion, pour remplacer partiellement celui de Mylasa7. Le conventus de Tralles, en revanche, ne fut pas remplacé après que sa capitale eut été détruite par un tremblement de terre, en 26/25 a.C : celle-ci, restaurée sous le nom dynastique de Césarée, a été intégrée au district judiciaire de Sardes et il n’y a pas trace d’autres assises dans cette région8.

  • 9 La liste de l’année 17 mentionne une διοίκησις Κιβυρατική, mais Cicéron parlait déjà de forum Ciby (...)
  • 10 Str. 12.8.18.

3Si pour Tralles et Mylasa, la perte du statut de capitale de conventus ne fait pas de doute, il n’en va pas de même pour Laodicée. Même à l’époque républicaine, durant laquelle des assises sont clairement attestées dans cette cité, le conventus dont elle était le centre ne portait pas son nom, mais celui de Kibyra (forum Cibyraticum, διοίκησις Κιβυρατική) – une cité située plus au sud, dans une région qui ne fut intégrée à la province d’Asie qu’après la première guerre mithridatique. Que ce nom continuât d’être utilisé à l’époque augustéenne et impériale ne nous apprend donc rien sur l’identité de la capitale du conventus. Les autres indications fournies par les sources ne sont pas limpides et peuvent être diversement interprétées9. L’opinion la plus répandue est que sous Auguste, les assises furent transférées de Laodicée à Kibyra. En faveur de cette hypothèse plaide notamment le fait que Laodicée, tout comme Tralles, subit de graves dommages durant le séisme de 26/2510. Suite à cette catastrophe, un remaniement d’ensemble a pu avoir lieu, aboutissant à la suppression des conventus de Mylasa et de Tralles, à la création d’un conventus d’Halicarnasse et au transfert de la capitale du conventus de Kibyratide, dont le nom serait désormais en accord avec la réalité administrative. Mais un argument peut être invoqué pour défendre l’idée que Laodicée, rapidement restaurée, ne perdit pas son statut de centre d’assises : sa position géographique. La cité se trouve en effet sur un important axe routier qui la relie à Éphèse vers l’ouest, tandis que le prolongement de cet axe vers le nord-est conduit à Apamée, puis Synnada ; en continuant de tenir ses assises à Laodicée, le gouverneur aurait conservé, pour sa tournée annuelle, un itinéraire direct, qui lui évitait un crochet par le sud de la Phrygie. On ne saurait toutefois exclure que ces considérations pratiques aient été négligées au profit d’autres impératifs et que Kibyra ait malgré tout détrôné Laodicée à la tête du conventus qui couvrait cette région.

  • 11 Plin., Nat., 5.111 et Aristid., Or., 50.96-98.
  • 12 Plin., Nat., 5.126 et OGI, 517 (IGR, IV, 1287). Sur la date du voyage de Caracalla en Asie Mineure (...)
  • 13 La restitution de Dittenberger est la suivante : [ἀγωνοθετήσαντα] ἐνδόξως [ὐπὲρ τ]οῦ κυρίου ἡμῶν [ (...)
  • 14 Il me semble qu’il faut rejeter l’hypothèse formulée par Strubbe 1984-1986, 295-296, qui interprèt (...)

4Une cité pouvait donc perdre le statut de centre d’assises, mais aussi le gagner – ce qui, dans notre perspective, est plus intéressant. Outre Halicarnasse et peut-être Kibyra, nous avons témoignage de quelques autres cités élevées à ce statut sous l’Empire. Les sources se contentent en général d’une brève allusion, ce qui limite notre compréhension du phénomène. Ainsi, Philadelphie de Lydie fait partie du conventus de Sardes dans la liste d’époque augustéenne transmise par Pline, mais fonctionne elle-même comme centre d’assises en 151/152, sous le proconsulat de T. Vitrasius Pollio, lorsqu’Aelius Aristide porte ses démêlés avec les notables de Smyrne devant la justice romaine11. Dans l’intervalle, la cité a donc fait l’objet d’une promotion, elle est devenue la capitale d’un nouveau district judiciaire, constitué peut-être aux dépens des conventus voisins, peut-être pour combler un trou dans le quadrillage administratif de l’Asie ; mais il est impossible, à moins de l’apparition de documents providentiels, de préciser avec certitude la date de cette promotion, ni les circonstances qui l’ont entourée. En revanche, nous sommes un peu mieux renseignés sur le cas de Thyatire : sous Auguste, la cité dépendait de Pergame, où ses habitants devaient se rendre pour accéder au tribunal du proconsul ; une inscription nous apprend qu’elle est elle-même devenue capitale de conventus fin 213, à l’occasion du voyage de Caracalla en Orient. Cet empereur fit en effet “un séjour” à Thyatire, durant lequel “il fit don à la patrie de la tenue des assises” ([κατὰ τὴν τοῦ Σ]εβαστοῦ... [Aὐ]τοκράτορος Ἀντωνίνου ἐπιδημίαν, ὁπότε ἐδωρήσατο τῇ πατρίδι ἡμῶν τὴν ἀγορὰν τῶν δικῶν)12. Le début de l’inscription est perdu, mais il est certain qu’elle honore un notable, qui semble avoir rempli une fonction officielle lors du séjour de l’empereur (agonothète, comme proposent de le restituer les premiers éditeurs, ou toute autre liturgie ou magistrature)13. Érigée aux frais de sa fille, la stèle a pour but de glorifier la mémoire de ce personnage en rappelant les mérites dont il a fait preuve envers sa patrie. Que l’on mentionne, dans ce cadre, l’obtention du statut de centre d’assises suggère que le notable honoré a joué un rôle en cette circonstance. Sans doute faisait-il partie de cette élite provinciale proche du pouvoir, qui entretenait des relations privilégiées avec les dirigeants romains, voire avec l’empereur, et a-t-il pesé de toute son influence auprès du maître suprême pour appuyer une demande officielle de Thyatire, formulée au moment où l’empereur se trouvait, accessible, en visite dans la ville14.

  • 15 Aux exemples que j’ai brièvement développés ici, il faut ajouter Cyzique, qui est sans doute deven (...)
  • 16 Voir Reynolds 1978, 114-115 et 119-120 (Oliver 1989, no 123). Antonin refuse aux Bérénicéens de Cy (...)

5Dans la province d’Asie, la documentation, peu explicite, ne donne qu’une idée assez succincte du mécanisme des promotions au statut de capitale de conventus15. On peut simplement constater que celles-ci sont peu nombreuses, ce qui s’explique aisément, car le gouverneur ne saurait multiplier à l’infini les voyages et les séjours16. En Bithynie, en revanche, une source d’une richesse exceptionnelle permet de cerner de plus près les circonstances qui entouraient de telles promotions et d’entrevoir les conflits auxquels elles donnaient lieu : les discours de Dion prononcés dans sa cité natale de Pruse, au début du iie s. p.C. Au fil des remarques faites par le sophiste devant ses concitoyens – qu’il faudra compléter par des passages de discours qu’il a tenus ailleurs –, il est possible de dégager les enjeux concrets et symboliques du statut de capitale de conventus, qui expliquent qu’une vive compétition ait opposé les cités ambitionnant d’obtenir ce privilège, forcément limité à quelques heureuses élues.

I. Rivalités autour de l’obtention du statut

1) Un privilège ardemment recherché

  • 17 Pour le nombre exact de bouleutes, voir Dion Chr. 45.7 ; pour l’autorisation d’enrôler de nouveaux (...)
  • 18 Cette entrevue semble avoir eu lieu au tout début du règne de Trajan : en 45.2, Dion rappelle qu’i (...)

6Diverses allusions de Dion dans les discours qu’il a tenus à Pruse ont permis d’établir que le sophiste avait été à l’origine de privilèges importants pour sa patrie. Au cours d’une entrevue avec Trajan, il obtint le droit d’augmenter le nombre des membres du conseil de la cité, les 100 bouleutes supplémentaires devant payer un droit d’entrée qui constituait un revenu appréciable pour les caisses publiques17. Il assura également à Pruse, sans doute au cours de la même entrevue, le statut de capitale de conventus, qui était apparemment recherché en vain par la cité depuis longtemps18. Dans un discours prononcé devant l’assemblée et destiné à justifier sa conduite politique depuis son retour d’exil, Dion évoque les bienfaits obtenus de Trajan, qui non seulement sont utiles et considérables et placent la cité au rang des plus favorisées de l’Empire, mais ont été en outre longuement attendus et espérés :

“Que vous, vous aviez une envie extrême d’obtenir ces avantages, qu’il y avait beau temps que vous les espériez, pour être ensuite déçus dans vos espoirs, que si des gouverneurs vous en faisaient seulement la promesse – car aucun particulier n’avait jamais compté sur ces faveurs ni n’avait rien promis – vous leur rendiez des honneurs extravagants (τοῖς ὑποσχομένοις μόνον τῶν ἡγεμόνων – οὐ γὰρ δὴ τῶν ἰδιωτῶν οὐδεὶς οὒτε προσεδόκησε πώποτε οὒτε ὑπέσχετο – τιμὰς ὑπερβαλλούσας ἐδίδοτε), vous rendant en foule à leur rencontre bien en-dehors de la ville (πρò πολλοῦ τῆς πόλεως ἀπαντῶντες πανδημεί) et allant les attendre dans d’autres cités, tout cela, il vaut peut-être la peine de l’avoir bien en tête.” (45.4)

  • 19 L’apparat critique de la collection Loeb est incomplet : il signale la première correction (τῶν ἰδ (...)
  • 20 Les “honneurs extravagants” rendus aux gouverneurs, que Dion évoque au § 4, trouvent un écho au § (...)

7Le texte de ce passage, donné ici dans sa version non retouchée, a prêté à diverses interprétations, selon qu’on accepte ou non la correction proposée par Emperius. Celle-ci, adoptée notamment par H. L. Crosby dans la collection Loeb, consiste à intervertir les mentions τῶν ἡγεμόνων et τῶν ἰδιωτῶν, avec pour conséquence que les vaines promesses deviennent le fait de particuliers avides de gloire, honorés par leurs concitoyens d’une manière qui est condamnée par Dion, alors que les gouverneurs n’ont jamais rien promis19. Cette correction, qui s’explique sans doute par une réticence à assimiler les gouverneurs aux “hommes si bas” que Dion fustige un peu plus loin, est inutile20. Plusieurs arguments s’y opposent.

  • 21 Voir à ce sujet Robert 1984, 482-486, qui montre la continuité de ces “réceptions” de gouverneurs (...)
  • 22 Dion Chr. 48.1-2.
  • 23 Dion Chr. 38.36-37. Voir infra, p. 318.

8Pourquoi dire, tout d’abord, qu’aucun de ces gouverneurs ne s’était “attendu” à l’obtention des faveurs longuement sollicitées (οὒτε προσεδόκησε πώποτε) ? La pratique et l’idéologie de l’évergétisme impérial ne s’accordent guère avec une telle formulation : en quoi un gouverneur avait-il à prévoir les manifestations de la faveur impériale ? Rien n’empêchait celle-ci de s’étendre à des cités de médiocre importance, comme l’était Pruse avant sa promotion. D’autre part, les honneurs rendus par les citoyens de Pruse à ceux qui leur promettent d’obtenir les privilèges espérés conviennent bien mieux à un gouverneur qu’à un simple particulier, fût-ce un notable important. Les cortèges d’accueil envoyés au-devant du gouverneur en route vers une cité sont bien attestés21. De manière générale, une telle visite suscitait un grand émoi et était fêtée de toutes les façons (discours officiels prononcés en l’honneur du nouveau venu, etc.). Le phénomène devait être amplifié si l’on attendait quelque chose du gouverneur en visite. Or, s’il peut arriver à Dion de participer, en tant que citoyen de premier plan, à ces manifestations de loyauté (l’un de ses discours ne s’ouvre-t-il pas sur un bref éloge du proconsul Varenus Rufus, de passage à Pruse ?22), le sophiste est néanmoins très attaché à l’autonomie municipale et a déjà critiqué ailleurs certains mauvais gouverneurs, qu’il accuse de flatter les cités pour les diviser et mieux les dominer23. Dans sa bouche, des réticences face aux festivités dont on entourait la venue d’un proconsul, tout comme l’allusion à de vaines promesses émises par les représentants du pouvoir central, ne semblent pas incongrues.

  • 24 Jones 1978, 108, comprend dans ce passage le terme ἡγεμών au sens d’empereur, mais en admettant la (...)

9Enfin, la suite du texte, là encore dans sa version originale non retouchée par Emperius, forme un tout cohérent avec notre passage, dans l’interprétation qui me semble devoir être retenue. Dion rappelle une des mésaventures vécues par la cité dans sa longue quête de la promotion au rang de capitale de conventus : “un gouverneur vous ayant fait une réponse plutôt amène au sujet des assises (πρᾳότερον ἀντιγράψαντος περὶ τῆς διοικήσεως) et l’affaire ayant échoué, beaucoup de gens se moquaient de notre cité – non pas des voisins (…), mais des concitoyens” (45.6)24. La correction πρότερον pour πρᾳότερον enlève, comme l’a bien remarqué M. Cuvigny, tout le sel de l’anecdote : c’est bien parce que la réponse écrite du gouverneur est ambiguë, pleine d’une amabilité trompeuse, que les Prusiens croient leurs espoirs prêts à se réaliser et tombent d’autant plus bas lorsqu’ils constatent que tel ne sera pas le cas ; c’est là une de ces déceptions évoquées au début de notre passage, une des vaines promesses des gouverneurs. C’est également parce que l’espoir a été grand avant la désillusion que certains (ceux qui, à Pruse, sont opposés à la politique de prestige menée par Dion) font des gorges chaudes de l’incident. Le choix du texte original aux dépens des corrections d’Emperius a ainsi l’avantage supplémentaire de présenter une attaque cohérente de Dion contre ses adversaires politiques : les personnes qu’il blâme d’avoir ri de l’échec de Pruse sont les mêmes que ces “particuliers” auxquels il reproche de n’avoir pas cru en la cité et de n’avoir rien entrepris pour améliorer son statut, en refusant de s’engager, par une promesse officielle, à faire aboutir les requêtes. Dion veut montrer que ses adversaires sont des immobilistes qui n’ont rien fait pour leur patrie, que personne avant lui n’avait pris la responsabilité de mettre son nom, ses relations avec les autorités, ses talents oratoires, tout son prestige personnel au service de Pruse.

  • 25 Comme le signale Cuvigny 1994, 110-111 et 116 n. 8, le fait qu’au moment où il rappelle le succès (...)

10Tous ces éléments me paraissent converger pour justifier de manière irréfutable le choix de la version non corrigée, avec l’interprétation qui en découle. Depuis de nombreuses années (plusieurs gouverneurs ont été sollicités), Pruse s’efforce d’être promue au rang de centre d’assises. Aucun citoyen de premier plan ne s’est personnellement engagé à obtenir cette faveur pour sa patrie, et certains même considèrent qu’elle est hors de portée et qu’il est inutile de la rechercher ; mais des requêtes ont été transmises au gouverneur, sans doute par le biais d’ambassades (la réponse écrite suggère un échange officiel), tandis que la population dans son ensemble avait tendance à redoubler de flatterie envers les représentants du pouvoir romain quand ceux-ci venaient en ville. Après bien des faux espoirs, nourris par l’attitude ambiguë des gouverneurs, la requête a enfin été exaucée grâce à l’intervention de Dion, qui a fait jouer en faveur de sa patrie l’amitié qui le liait à l’empereur (45.3)25.

11Toutes les cités qui ont obtenu de devenir le centre d’un nouveau conventus n’ont peut-être pas dû faire preuve d’autant de patience et de ténacité que Pruse, et il est possible que certaines aient profité d’une circonstance favorable (par exemple la visite de l’empereur, comme ce fut le cas à Thyatire) pour gagner à la première tentative ce qui a coûté à la patrie de Dion des efforts répétés. Cependant, il me semble que le nombre forcément limité des cités destinées à être promues devait rendre plutôt difficile l’obtention du privilège et étaler assez souvent les démarches sur la longue durée, d’autant qu’une compétition acharnée devait fatalement se produire dans le cas de plusieurs cités proches revendiquant chacune le droit d’accueillir les assises pour leur région. Il faut sans doute imaginer, derrière chaque création d’un nouveau conventus, toute une mécanique d’efforts concurrents : ambassades, pétitions, surenchère dans les manifestations de loyauté, appel à toutes les influences.

12Ce tableau s’accorde tout à fait avec ce que dit Dion quand il soutient que le statut de centre d’assises est l’un des privilèges les plus recherchés par les cités à l’époque de Trajan : “rien ne concentre autant les efforts de tous” (πάντες ἐσπουδάκασιν ὑπὲρ οὐδενòς οὕτω, 35.17). L’assertion est sans doute à nuancer, car le contexte laisse soupçonner une certaine exagération : dans l’éloge en règle qu’il fait d’Apamée de Phrygie, où il prononce son discours, Dion consacre un long développement aux avantages du statut de capitale de conventus que possède la cité ; il a donc intérêt à présenter ce statut comme un privilège envié de tous. Malgré cela, sa remarque doit contenir une part de vérité. En particulier, l’emploi du parfait (ἐσπουδάκασιν), dans un paragraphe où domine le présent, donne à la phrase une valeur très générale, presque intemporelle, qui suggère que les ambitions suscitées par le système des assises tournantes formaient un des traits récurrents de la vie provinciale. Le cas de Pruse permet de deviner les tensions que ce système faisait naître entre cités.

2) Une source de conflits

13Dans le passage où Dion déplore que certains de ses concitoyens se soient moqué de leur patrie, lorsque celle-ci a essuyé un échec dans sa quête du nouveau statut, une précision mérite un commentaire : “beaucoup de gens se moquaient de notre cité – pas des voisins : ç’aurait été moins scandaleux, mais des concitoyens” (45.6). Certes, Dion dit précisément qu’à cette occasion-là, les railleries ne vinrent pas des cités voisines – ou peut-être décide-t-il de passer sous silence les railleries des voisins pour mieux dénoncer celles des citoyens. Mais si les premières, contrairement aux secondes, ne lui paraissent pas contre-nature, c’est bien qu’elles n’étaient pas un phénomène inconnu. À vrai dire, la courte incise de Dion donne à penser que dans des situations de ce genre, la règle était plutôt de susciter les commentaires ironiques de cités proches, peut-être en concurrence pour le même privilège, peut-être simplement réjouies par un échec qui leur évitait d’être dépassées.

  • 26 Voir Jones 1978, 138-139 et Sheppard 1984, 172-173, qui datent tous deux le discours 40 de l’année (...)

14Plus claires encore sont les réactions possibles en cas de succès, et non d’échec. Il faut se reporter à un discours que l’on s’accorde généralement à juger de peu antérieur à celui que je viens d’évoquer assez longuement26. Il s’agit du discours prononcé à Pruse sur la concorde avec Apamée. Nous avons vu que les deux cités étaient en différend pour des questions territoriales ou économiques. Dans son argumentation pour inciter les Prusiens à transiger, à accepter des compromis en vue de rétablir la bonne entente, bien précieux entre tous, Dion fait valoir le statut de centre d’assises récemment acquis par la cité :

“Et puis la faveur qui est maintenant échue à notre cité pique à vrai dire au vif beaucoup de gens et agace tout le monde : c’est vous qui accueillez les assises et c’est chez vous qu’il faut être jugé (τὰς δίκας ὑμεῖς ἀποδέχεσθε καὶ παρ’ ὑμῖν αὐτοὺς ἀνάγκη κρίνεσθαι). Raison de plus pour être généreux et ne pas vous montrer odieux. (…) Car ne jamais céder ni faire de concessions à son voisin, j’entends sans faillir à l’honneur, et refuser, quand on obtient ceci, d’abandonner cela (μηδὲ τῶν μὲν τυγχάνειν αὐτοὺς, τὰ δὲ παριέναι τοῖς ἄλλοις), ne dénote pas, comme certains le pensent, le courage et la fierté, mais la folie et la stupidité.” (40.33-34)

15Le bref passage qui sépare les deux phrases qui nous intéressent introduit deux autres arguments. D’une part, Dion fait une allusion quelque peu obscure aux “ambassadeurs élus pour cette affaire” qui auront besoin d’utiliser le port d’Apamée pour leur mission – ce qui lui permet de reprendre le thème de l’interdépendance des deux cités et de montrer les désavantages pratiques du conflit. D’autre part, le sophiste recourt à un topos à la fois moral et rhétorique qui oppose le fruit acide de la haine au fruit délicieux de la bienveillance. Cette manière de faire sans cesse alterner les remarques d’ordre pratique et celles d’ordre moral ou philosophique se retrouve tout au long du discours. Elle donne lieu à une argumentation qui progresse souvent par retours successifs sur les mêmes idées, reprises et exprimées un peu différemment à chaque fois, en une composition hétéroclite parfois difficile à analyser avec rigueur. Ainsi, si l’on remonte un peu plus haut que le paragraphe cité, on pourrait retracer grossièrement le fil de la réflexion de la manière suivante : interdépendance économique des deux cités, qui leur impose d’avoir des relations (§ 30), inconvénient d’entretenir des relations – commerce, utilisation du port, banquets – avec des gens qui vous haïssent (§ 31), supériorité morale des fourmis sur les hommes, car elles se déplacent en masses compactes sans jamais se battre (§ 32), nécessité de se montrer généreux en raison du privilège des assises qui irrite tout le monde, inconvénient de rechigner à utiliser le port d’Apamée (§ 33), inconvénient plus grand encore de la haine, qui ne donne que des fruits amers, stupidité de ceux qui refusent toute concession sur un point alors qu’ils ont obtenu gain de cause ailleurs (§ 34).

16Il apparaît assez clairement que Dion, afin d’exploiter ses arguments le plus complètement possible, les déploie de façon fragmentée, utilisant par exemple à deux reprises le thème de l’embarquement à Apamée, d’abord au § 31 pour évoquer le désagrément d’aborder ou de prendre la mer au milieu d’invectives et de regards hostiles, ensuite au § 33 pour suggérer les inconvénients tout aussi grands de la solution alternative, qui serait de renoncer à l’utilisation du port d’Apamée. De même, il me semble que les deux phrases citées, bien que séparées par de brèves remarques d’une autre nature, ressortissent quant à elles au même argument : le récent succès de Pruse, à savoir le droit d’accueillir les assises du gouverneur, doit à présent l’inciter à faire des concessions. Cette idée, évoquée une première fois de manière explicite (“la faveur qui est maintenue échue à notre cité” est “une raison de plus pour être généreux” envers Apamée), est reprise plus loin sous une forme allusive (il ne faut pas “refuser, quand on obtient ceci, d’abandonner cela”). Si cette interprétation est juste, il faut comprendre que “ceci” (τὰ μέν) renvoie à la promotion de Pruse au rang de centre d’assises et “cela” (τὰ δέ), à l’objet du litige de longue date entre Pruse et Apamée – morceau de territoire, droits de douane ou autres questions similaires. Or, le balancement syntaxique de la phrase (μηδὲ τῶν μὲν τυγχάνειν αὐτούς, τὰ δὲ παριέναι τοῖς ἄλλοις) suggère une équivalence entre les objets mentionnés ; leur point commun pourrait simplement être d’avoir tous deux mis en concurrence les cités voisines. L’argument de Dion prendrait alors toute sa force : c’est parce que Pruse l’a emporté sur Apamée dans l’affaire des assises qu’elle peut aujourd’hui se permettre d’accorder satisfaction à sa rivale dans le conflit lié au territoire.

  • 27 Jones 1978, 108-109, suppose que Pruse, avant sa promotion, dépendait du conventus d’Apamée et ren (...)

17En quoi la promotion de Pruse, devenue centre d’assises, a-t-elle pu constituer un échec pour Apamée ? Une première hypothèse est que, Rome ayant décidé (ou accepté, à la demande des intéressés) de créer un nouveau conventus dans la région de Pruse et d’Apamée, les deux cités se sont disputé le statut de capitale. Vu leur proximité, il paraît en effet peu probable qu’elles aient pu chacune être promues à la tête d’un district différent ; elles devaient bien plutôt entrer en concurrence pour accueillir les assises d’un seul et même conventus. Apamée, tout comme Pruse, aurait donc envoyé des ambassades pour soutenir ses prétentions, mais aurait finalement été supplantée par sa voisine. Cet échec, s’il a conduit à rattacher les citoyens d’Apamée au conventus de Pruse, a dû leur paraître particulièrement amer. On ne peut toutefois écarter la possibilité qu’Apamée ait elle-même joui depuis longtemps du statut de centre d’assises. La colonie romaine, jalouse de son privilège, aurait alors tenté d’empêcher la promotion de sa voisine, peut-être par des démarches officielles ; car dans ce cas, le conventus de Pruse devait être créé, au moins en partie, en rognant sur celui d’Apamée27.

18Dans les deux hypothèses, les gens d’Apamée sont à compter au premier rang des nombreuses personnes que le succès de Pruse “pique au vif” : ils devaient certes être dépités de voir leur rivale – rivale en cette affaire comme en bien d’autres – obtenir un privilège à leurs dépens. Mais, à en croire Dion, l’irritation causée par le nouvel état de choses est générale : la faveur échue à Pruse “agace tout le monde”. Y avait-il encore d’autres candidates au statut tant recherché de centre d’assises, qui auraient été évincées par Pruse ? Ce n’est pas impossible, mais il me semble qu’il faut plutôt attribuer le sentiment décrit par Dion au déplaisir de voir s’élever une cité au-dessus des autres, et non pas forcément au dépit de rivales malchanceuses. N’oublions pas que le succès de Pruse dans l’affaire des assises s’accompagne d’autres succès et s’inscrit dans une politique d’ensemble, en grande partie inspirée par Dion depuis son retour d’exil : un programme édilitaire ambitieux a été mis en route, le conseil a été élargi, Dion voit grand pour sa patrie et n’hésite pas à proposer comme modèles les plus prestigieuses cités de l’Empire (40.11). Ces changements faisaient de Pruse, pour les petites ou moyennes cités dont elle partageait jusque-là le relatif anonymat, un objet d’envie et de jalousie. Est-il possible qu’ils aient aussi provoqué des réactions négatives de la part des grandes cités de la province ? Nicée ou Nicomédie auraient-elles pu se sentir, sinon menacées, du moins ennuyées par cette soudaine avalanche de faveurs sur leur lointaine voisine ?

  • 28 Reynolds 1978. Le dossier a été repris par Oliver 1989, no 120-124 p. 274-284. Le texte qui nous i (...)

19Il peut être utile, pour tenter de répondre à cette question, de recourir à un parallèle qui nous fait sortir des frontières géographiques de notre étude. La série d’inscriptions de Cyrène publiée par J. Reynolds a montré que la grande cité de Cyrénaïque avait dû faire face, sous les règnes d’Hadrien et d’Antonin, aux revendications de cités plus modestes tentant d’ébranler sa position de supériorité dans la province, et ce dans différents domaines28. Ces tentatives se sont soldées par des échecs, du moins pour autant que nous puissions le savoir : Cyrène n’a fait graver dans le marbre que les lettres ou discours impériaux qui lui étaient favorables et réaffirmaient sa place privilégiée. Parmi ces documents figure le rejet de la demande des habitants de Bérénice, qui souhaitaient accueillir les assises du gouverneur. Les Bérénicéens semblent avoir procédé en deux temps. Ils ont d’abord demandé à devenir le centre d’un nouveau conventus, qui s’ajouterait aux préexistants. L’empereur leur ayant répondu que le gouverneur ne saurait prolonger son séjour dans la province pour rendre la justice dans une cité supplémentaire, ils ont alors proposé d’instaurer un roulement entre les différents centres d’assises, qui se partageraient le temps consacré habituellement par le gouverneur à la province ; l’intervalle entre deux sessions de justice dans une même cité s’en trouverait donc allongé. Mais là encore, la réponse est négative. Antonin, pour justifier sa décision, fait valoir que les cités qui sont déjà centres d’assises risquent de mal réagir à un bouleversement du cycle annuel alors en vigueur, et qu’il lui semble injuste “d’enlever à ceux qui sont pourvus pour donner à ceux qui sont dépourvus” (ἀφαιρεθῆναι τοὺς ἒχοντας ὑπὲρ τ[οῦ] δοθῆναι τοῖς οὐκ ἒχουσιν), à moins qu’un tel arrangement ne soit obtenu avec le consentement de Cyrène. Il est plus que probable que Cyrène a refusé la solution proposée par Bérénice.

20L’incident, qui prit la forme de plusieurs échanges diplomatiques, a visiblement été ressenti par Cyrène comme une menace, heureusement conjurée. L’ambition d’une cité modeste briguant le statut de capitale de conventus est analysée, aussi bien par l’empereur que par Cyrène, comme une atteinte aux intérêts des cités déjà établies dans ce statut, y compris ou surtout quand il s’agit d’une cité dominante dans la région, accumulant les privilèges et marques distinctives (Cyrène est membre du Panhellénion, peut-être métropole, siège d’un concours important ou représentante de la province aux Capitolia de Rome…). Faut-il pour autant en conclure que la promotion de Pruse en Bithynie a pu susciter des réactions similaires parmi les grandes cités de la province, essentiellement Nicée et Nicomédie ? Au vrai, la comparaison avec les documents de Cyrène invite plutôt à souligner la différence de situation.

  • 29 Laronde 2004, 190-193.

21Comme l’a rappelé A. Laronde29, la province de Cyrénaïque est marquée par un déséquilibre géographique qui explique en partie la nature des conflits interpoliades : la partie occidentale concentre la quasi-totalité des cités, peu nombreuses, de la province ; Cyrène, à la lisière de cette zone urbanisée, subit une certaine stagnation et doit compter avec l’apparition de contre-poids à l’ouest. Ptolémaïs-Barca, occupant une position plus centrale, entend bien assumer ce rôle et se pose en concurrente de Cyrène sur la scène provinciale. L’évolution historique à long terme consacrera sa victoire, puisque Dioclétien fera d’elle la capitale de la nouvelle province de Libye Pentapole. C’est dans ce contexte qu’il faut replacer l’incident entre Cyrène et Bérénice à propos des assises : sentant sa position attaquée depuis l’ouest, Cyrène est attentive à toutes les remises en cause, quelle que soit leur provenance, et se réjouit de tout succès cautionné par Rome. Il n’y a pas d’indices d’une situation similaire en Bithynie. Nos documents font état de conflits et de tensions entre cités voisines et d’importance équivalente – Pruse et Apamée, Nicée et Nicomédie. Ils ne nous parlent pas d’une inquiétude des grandes cités face aux revendications des plus modestes, mais d’une lutte entre les deux grandes cités pour une meilleure place au-dessus des plus modestes. Ces deux grandes cités ne se trouvent pas en lisière d’une zone à dominer, mais au centre, et peuvent donc se battre pour une domination qu’elles refusent de partager à égalité. Si, malgré cela, elles ont pu percevoir la promotion de cités plus modestes comme une menace pour leur position de supériorité, la documentation telle qu’elle nous est parvenue le passe sous silence.

22Nous avons décelé, dans le cas de la promotion de Pruse au rang de capitale de conventus, de nombreux indices d’une tension récurrente entourant les démarches de la cité en cette affaire et l’aboutissement de ces démarches : railleries possibles lors des premiers déboires, compétition plus que probable avec Apamée ou/et d’autres candidates, irritation certaine d’Apamée et de plusieurs cités, sans doute de médiocre importance, après le succès final. L’exemple de Pruse, remarquablement documenté, a permis d’étoffer la brève allusion de Dion aux efforts répétés de toutes les cités pour l’obtention du privilège des assises (πάντες ἐσπουδάκασιν ὑπὲρ οὐδενòς οὕτω) et d’entrevoir les rivalités qui devaient souvent former la toile de fond de ces efforts. Il convient à présent d’examiner les avantages qui étaient attachés à ce statut tant disputé : pourquoi était-il si enviable d’être ou de devenir un centre judiciaire ?

II. Les avantages concrets du statut : de nouvelles sources de revenus

1) Les assises, un événement économique

23Dion lui-même a théorisé en une page fréquemment citée l’avantage le plus immédiat de la tenue des assises : les retombées économiques positives de l’événement pour la cité qui l’accueille. Il commence par évoquer en une énumération pleine de couleurs la foule de gens attirés à Apamée (ou Célanée) de Phrygie à cette occasion, avant de décrire l’activité qui s’empare de la ville et de souligner le lien entre afflux de population et prospérité économique :

“En outre, les assises ont lieu chaque année chez vous (αἱ δίκαι παρ’ ἒτος ἂγονται παρ’ ὑμῖν) et une foule innombrable se rassemble, gens en procès, juges, avocats, magistrats romains, serviteurs, esclaves, souteneurs, muletiers, brocanteurs, filles de joie et artisans. Si bien que ceux qui ont des marchandises les vendent au prix fort et que rien ne reste inoccupé dans la ville, ni les attelages, ni les maisons, ni les femmes ; et cela ne contribue pas faiblement à la prospérité (εὐδαιμονίαν) ; car là où se réunit une très grande foule, là nécessairement apparaît une très grande quantité d’argent, et il est naturel que l’endroit soit florissant (τòν τόπον εἰκòς εὐθηνεῖν). ” (35.15-16)

24La tenue des assises apporte donc régulièrement une grande bouffée d’oxygène à l’économie locale. Le commerce est stimulé, les prix flambent, les artisans et marchands des environs viennent vendre leurs produits à une foule de consommateurs potentiels ; les finances de la cité profitent certainement elles aussi de toute cette activité, par le jeu habituel des taxes sur les transports et les transactions. Quant à l’allusion aux maisons et aux femmes qui ne restent pas inoccupées, on peut la comprendre en référence à la pratique de la prostitution – ainsi que le suggère la présence de “souteneurs” et de “filles de joie” parmi les gens qui affluent à Apamée – ou comme une manière d’évoquer les solutions d’hébergement qui devaient être proposées aux nombreux visiteurs – des chambres à louer, de la nourriture à domicile, toutes choses dont les femmes étaient destinées à s’occuper. Quoi qu’il en soit, le tableau tracé par Dion est convaincant et il ne fait pas de doute que les assises étaient l’occasion de profits appréciables à la fois pour les particuliers et pour la cité. À quels intervalles se produisait cet événement important ?

  • 30 Pour quelques exemples de cette précision, voir Bull. ép., 1968, 462.
  • 31 Burton 1975, 98.
  • 32 Robert 1934, 278. Également en ce sens Desideri 1978, 181. Jones 1978, 68, reprend l’argumentation (...)
  • 33 Plut., Moralia, 501 E-F. Swain 1996, 228 n. 155, tente de concilier les témoignages de Plutarque e (...)

25La question de la périodicité exacte des assises a été discutée, et notre texte fait partie des documents invoqués dans le débat. En effet, l’expression παρ’ ἒτος, qui revient encore un peu plus loin (35.17), a été traduite diversement par les commentateurs. Certains ont compris qu’elle signifiait “tous les deux ans” et ont cru trouver confirmation de cette interprétation dans les inscriptions honorifiques mentionnant une liturgie ou une magistrature (agoranomie, gymnasiarquie, prytanie…) tenue “lors des assises” (δι’ ἀγοραίας, ἐν ἀγοραίᾳ)30 : la précision impliquerait que la charge de certains notables seulement était affectée par les assises, par opposition à d’autres mandats qui ne connaîtraient pas cet événement, lequel n’obéirait donc pas à un cycle annuel. Mais G. P. Burton a montré que l’argument n’était pas valable : la mention des assises peut se comprendre en référence à une générosité particulière du personnage honoré, déployée le temps que duraient ces assises – par exemple la fourniture en huile de tous les gymnases, payée aux frais du notable et non de la communauté comme il eût été normal31. L’hypothèse d’un cycle annuel n’est donc nullement invalidée par le témoignage des inscriptions. En revanche, elle est supportée par les sources littéraires. En effet, la traduction correcte de la formule παρ’ ἒτος employée par Dion me semble être “tous les ans” ; c’est bien ainsi que L. Robert la comprenait spontanément32. De plus, le cycle annuel est attesté de façon univoque par un passage de Plutarque, dénonçant sur le mode ironique la maladie des procès qui s’empare de l’Asie “périodiquement chaque année” (ἐτησίοις περιόδοις)33.

  • 34 Voir De Visscher 1940, 119-134, qui différencie une justice “bénévole” ou “de grâce”, exercée à la (...)

26Ce dernier texte confirme d’ailleurs l’affluence que provoquait l’imminence des procès jugés par le gouverneur : il décrit la mêlée qui se presse dans la plus grande confusion autour du tribunal. Car, bien que les affaires purement locales continuassent à être jugées par les tribunaux civiques, nombreux étaient les cas qui relevaient de la justice romaine : les procès mettant en jeu la peine capitale, mais aussi et surtout tous les procès engageant des citoyens romains étaient automatiquement du ressort du gouverneur (aux hommes d’affaires et aux fonctionnaires venus d’Italie, il faut ajouter les notables provinciaux jouissant du privilège de la civitas romana, en nombre croissant). De plus, les provinciaux avaient tendance à porter devant le tribunal du gouverneur des litiges qui auraient pu être réglés au niveau local ; le développement de cette justice “bénévole” du gouverneur (par opposition à la justice qu’il était légalement tenu de rendre pour les affaires relevant stricto sensu de sa compétence) a souvent été analysé comme une des caractéristiques de l’administration romaine dans les provinces34.

27La description de Dion, qui met en scène “une foule innombrable”, ne paraît donc pas exagérée. La prospérité engendrée par le statut de centre d’assises était une réalité reconnue par tous, une évidence présente à l’esprit de chacun, comme le prouve encore une brève formule du même Dion. Essayant d’apaiser les dissensions causées par le projet édilitaire qu’il soutient, le sophiste veut défendre certains notables qui ne se sont pas encore acquittés de leurs promesses de contributions. Non sans une certaine audace, il rappelle que lui aussi a une dette envers la cité – une promesse officielle non remplie – et que personne ne la lui réclame. Mais peut-être, s’interroge-t-il, est-ce parce qu’on juge qu’il s’est suffisamment acquitté lorsqu’il a “élevé (sa) patrie en dignité en lui procurant des rentrées financières grâce aux sommes versées par les conseillers et, par Zeus, grâce à l’augmentation de revenus due aux assises” (τὴν ἐμαυτοῦ πατρίδα τιμιωτέραν ἐποίησα, χρημάτων ἀφορμὴν παρασχὼν ὣσπερ ἀπò τῶν βουλευτικῶν καὶ νὴ Δία ἀπò τῶν προσόδων ηὐξημένων διὰ τὴν διοίκησιν, 48, 11). C’est une allusion sans ambiguïté aux faveurs impériales que Dion a obtenues, sans doute au cours d’une seule et même entrevue, peu après l’avènement de Trajan. J’ai déjà dit en quoi l’élargissement du conseil, avec les droits d’entrée qu’il impliquait, était une aubaine pour les caisses municipales. Les conséquences financières de la création d’un conventus (διοίκησις) avec Pruse pour centre représentent un acquis plus intéressant encore, si l’on comprend que l’exclamation précédant le dernier groupe de mots (νὴ Δία) est destinée à souligner ce qui est le plus important.

28De très grande importance, en effet, peuvent apparaître les avantages concrets de la promotion au statut de capitale de conventus : l’intérêt économique d’une telle promotion ne se limitait sans doute pas aux retombées immédiates de la tenue des assises. En particulier, l’hypothèse d’un rôle fiscal des capitales de conventus permet d’envisager d’autres sources de revenus attachées à ce statut.

2) Conventus et fiscalité

Prémisses de l’hypothèse

  • 35 Robert 1949a.
  • 36 Robert & Robert 1983, 31-32. Une inscription retrouvée au nord de Magnésie du Méandre et datée du (...)
  • 37 Knibbe et al. 1993, no 8-10 p. 116-121. Entre 29 et 32 p.C., trois lettres du proconsul P. Petroni (...)

29Si la division en conventus est née de la volonté d’organiser l’exercice du pouvoir judiciaire de Rome dans les provinces, il a été prouvé depuis longtemps qu’elle pouvait être utilisée à bien d’autres fins. Dans un article célèbre commentant une inscription de Didymes, L. Robert montrait que les treize néopes ayant présidé à la construction d’un temple dédié à Caligula représentaient chacun un conventus – ils étaient le plus souvent citoyens de la capitale du conventus, mais pas toujours35. Le cadre des districts judiciaires pouvait donc servir à l’organisation du culte impérial. D’autres inscriptions, plus récemment découvertes, sont venues confirmer l’importance de cette division administrative, qui est désormais considérée par certains commentateurs comme le cadre de base de la gestion des affaires de la province. En particulier, les conventus ou διοικήσεις sont fréquemment invoqués dans le contexte des obligations financières de la province : contributions aux dépenses engagées pour le culte impérial (l’origine des néopes du temple de Didymes indiquant sans doute que les frais de la construction furent répartis par conventus), construction de routes (selon une hypothèse de J. et L. Robert)36, garantie des emprunts avec intérêts faits collectivement par la province37, mais surtout – le plus intéressant, de notre point de vue –, impôts dus à Rome.

  • 38 Première publication par Engelmann & Knibbe 1989, 103-109. L’ensemble de l’inscription est en cour (...)
  • 39 En ce sens Nicolet 1994, 158 et Merola 2001, 171 (après avoir proposé d’autres interprétations, se (...)
  • 40 Robert & Robert 1989, col. II, l. 4 ; Reynolds 1982, no 14 et 15 p. 113-118 (Oliver 1989, no 48 p. (...)
  • 41 Opinion partagée par Ameling 1988, 16-18, Nicolet 1994, 158 et Merola 2001, 159.
  • 42 Cic., Att., 5.15.3.

30Les deux principaux textes qui établissent un lien entre conventus et fiscalité dans la province d’Asie sont loin d’être simples et posent d’épineux problèmes d’interprétation. Mais au-delà des controverses ou des interrogations de détail, l’existence même de ce lien ne fait guère de doute. Le premier texte provient du long règlement des douanes d’Asie retrouvé à Éphèse (le Monumentum Ephesenum), révisé et complété en 62 p.C., mais comportant des extraits de règlements antérieurs. Une clause datée de 17 a.C. distingue trois catégories de communautés bénéficiant d’une exemption du portorium, cet impôt indirect prélevé par des sociétés de fermiers de l’État38. La première catégorie est formée par les communautés qui se trouvent “en-dehors du diocèse éphésien, du diocèse milésien, etc.” (suit une liste complète des diocèses d’Asie). Il faut certainement comprendre que la périphrase désigne les cités libres, automatiquement exemptées du fait de leur statut, qui les place à l’extérieur de la province39. On trouve la même idée exprimée dans d’autres textes de manière plus concise : dans l’inscription de Colophon en l’honneur de Ménippos, l’une des réponses du Sénat confirme que la cité échappe à la juridiction du gouverneur, qui n’a pas à intervenir “endehors de la province” (τῆς ἐπαρχείας ἐκτός) ; dans les inscriptions d’Aphrodisias, la cité est définie comme étant “retranchée de la formula de la province” (ἐξηρημένην τοῦ τύπου τῆς ἐπαρχείας)40. Le fait que dans la loi sur les douanes d’Asie, les rédacteurs ne se soient pas contentés d’une formule semblable mais aient eu recours à une énumération systématique de l’ensemble des districts me semble indiquer que la division en conventus intervenait de quelque manière dans la répartition ou la perception du portorium41. J’émettrais volontiers l’hypothèse que chaque district, tout en fournissant une liste des communautés soumises à cet impôt, servait également d’unité fiscale intermédiaire, entre les cités et la province. Une allusion de Cicéron lors de son gouvernement de Cilicie le suggérait déjà : l’orateur conseille à Atticus de faire passer son courrier par l’intermédiaire des directeurs des sociétés “qui perçoivent l’impôt sur les pâturages et la taxe douanière dans mes diocèses” (per magistros scripturae et portus nostrarum dioecesium)42. Là encore, un lien est établi entre impôts indirects dus à Rome et districts judiciaires.

  • 43 Habicht 1975.
  • 44 Voir ses remarques finales, sur le fait que le système des conventus devait servir de cadre à bien (...)
  • 45 Knibbe 1987, qui propose une interprétation des différentes rubriques, correspondant selon lui à d (...)
  • 46 Merola 2001, 152-159.

31L’inscription d’époque flavienne publiée par Chr. Habicht (également retrouvée à Éphèse) fournit une très précieuse liste de communautés classées par conventus, dont seuls subsistent malheureusement les conventus de Sardes, Milet, Pergame, Halicarnasse et Apamée43. Elle reproduit elle aussi un document de nature fiscale. Les rubriques qui suivent chaque ethnique, elles-mêmes suivies de montants chiffrés, restent en grande partie opaques dans le détail, mais renvoient visiblement à divers taxes et revenus, dont certains portent sur les biens et les personnes. L’éditeur, sans se prononcer clairement, donnait à penser qu’il pouvait s’agir d’impôts levés par Rome44. Depuis, d’autres commentateurs ont adopté une position plus ferme et soutenu que l’hypothèse la plus probable était celle d’un document ayant trait à la fiscalité romaine, et non locale45. On peut en effet supposer que si le découpage en conventus jouait un rôle dans la levée des impôts indirects tels que les droits de douane et de péage, il pouvait tout aussi bien être utilisé pour la levée des impôts directs, sur la propriété et les personnes. Récemment, toutefois, l’auteur d’une étude d’ensemble consacrée à la fiscalité dans les provinces d’Asie Mineure a repris le dossier et contesté cette interprétation, plaidant au contraire, à l’aide d’arguments assez convaincants, pour la nature locale des taxes répertoriées dans l’inscription publiée par Habicht46. Même si l’on se range à cet avis, il reste à expliquer pourquoi, par qui et à quelle fin un tel document a été établi et gravé pour être exposé dans la capitale de la province d’Asie. Il me semble qu’une récapitulation des revenus fiscaux de chaque communauté devait nécessairement intéresser les autorités centrales. Peut-être s’agissait-il d’estimer les capacités financières de chaque communauté ? Le classement par conventus confirme en tout cas que cette division était au fondement de la gestion financière globale de la province.

  • 47 Pour un panorama rapide de la question, on peut se référer à l’article de Jones 1974, 161-168. Voi (...)

32Le système fiscal romain dans les provinces est un sujet complexe, insuffisamment documenté pour permettre d’en dresser un tableau clair et précis. On peut néanmoins tâcher de dégager quelques acquis47. À l’époque républicaine, la dîme prélevée sur la récolte dans plusieurs provinces constitue l’essentiel des impôts directs ; elle est affermée par les publicains, mais ceux-ci ont souvent recours à la pratique des pactiones, contrats passés avec les provinciaux, chargés de percevoir eux-mêmes le montant qui aura été fixé entre les deux parties. Ce sont généralement les autorités locales qui sont liées par ces contrats aux fermiers romains. Les communautés civiques ont donc un rôle à jouer dans la collecte des impôts directs. Ce rôle deviendra totalement autonome à partir d’Auguste, quand la dîme est remplacée (ou doublée, dans les cas où elle paraît s’être maintenue) par le tributum soli (impôt sur la propriété) et le tributum capitis (capitation) : la levée de ces nouveaux impôts est laissée à la seule charge des cités, qui doivent les faire parvenir ensuite à la caisse provinciale du trésor public. Pour collecter le tribut, les cités font appel à des notables locaux, dans le cadre des liturgies ou selon la modalité de l’affermage.

  • 48 Brunt 1990, 535-537. Voir aussi Corbier 1991, 659-662, qui nuance cette idée en soulignant le risq (...)
  • 49 Brunt 1990, 531-532.
  • 50 Brunt 1990, 538-540.

33On a insisté sur les possibilités d’enrichissement offertes par une telle fonction : les notables, se retrouvant dans le rôle des publicains rapaces de l’ère républicaine, peuvent impunément ponctionner plus que nécessaire les contribuables soumis à leur contrôle et bénéficient au premier chef des remises d’arriérés d’impôts accordées périodiquement par les empereurs48. En revanche, on s’interroge peu, faute de documents, sur ce qu’il advenait des impôts directs une fois collectés, et sur le moyen par lequel ils étaient acheminés vers la caisse provinciale ou vers Rome. P. A. Brunt, dans un addendum à son article sur les revenus de Rome, se dit de plus en plus persuadé que la plupart des impôts étaient exigés en nature, les autorités locales ayant alors l’obligation de faire parvenir les récoltes prélevées en un point précis de la province, désigné par Rome, et d’où le transport vers le centre du pouvoir serait facile49. Mais Brunt émet cette hypothèse en pensant avant tout à l’Égypte, le grenier à blé de l’Empire. Dans d’autres réflexions, il montre qu’il considère le paiement de l’impôt direct en argent comme une pratique courante. Il développe notamment une comparaison intéressante entre le système fiscal de l’Empire romain et l’impôt sur la terre levé dans l’Angleterre du xviiie s.50 Pour Brunt, la comparaison a pour but d’éclairer les dysfonctionnements et les abus probables du système romain ; dans notre perspective, elle permet d’avancer l’hypothèse d’un rôle des capitales de conventus dans la collecte du tribut.

34Le principe commun décelé derrière les deux systèmes d’imposition est celui du recours aux intermédiaires, ou pour le dire autrement, d’une délégation des tâches au lieu d’une centralisation bureaucratique. Dans l’Angleterre du xviiie s., le montant total à prélever est fixé chaque année par le Parlement et réparti entre les différents comtés et bourgs. Dans chacun des comtés et bourgs, une nouvelle répartition de l’impôt intervient entre districts. Puis, la répartition entre les individus contribuables, ainsi que la collecte de l’impôt, est menée par des personnages locaux désignés pour l’occasion. Les sommes d’argent une fois perçues sont confiées en dépôt à des personnes recrutées là encore localement, en fonction des jeux d’influence. Ces dépositaires, tout comme les percepteurs de l’impôt, ont de plus en plus tendance à retarder les versements à l’instance supérieure, pour “faire travailler” les importantes sommes d’argent qui passent entre leurs mains et en tirer profit. Brunt assimile cette situation à celle qui règne dans l’Empire romain, en attirant l’attention sur les abus possibles au niveau local, de la part des notables chargés de collecter l’impôt, et au niveau des autorités romaines provinciales, de la part des procurateurs. Mais entre les deux, il me semble qu’il y a place pour d’autres intervenants, maillon supplémentaire dans la chaîne qui fait remonter les impôts collectés des contribuables au trésor romain : plusieurs documents me paraissent supporter l’hypothèse selon laquelle les capitales de conventus étaient chargées de rassembler les tributs de leur district avant de les envoyer à la caisse provinciale, et que ce dépôt provisoire pouvait constituer pour elles une source de profit non négligeable.

Démonstration

  • 51 Cic., Flac., 68.
  • 52 Ameling 1988, 11-14 et Mitchell 1999, 27. Merola 2001, 172, conteste cette conclusion et pense que (...)
  • 53 Cic., Fam., 3.5.4, commenté par Nicolet 1994, 169.

35Tout d’abord, il faut renvoyer à un passage de Cicéron, plusieurs fois exploité dans des publications qui soulignent l’importance de la division en conventus dans les affaires provinciales51. Dans le discours qu’il prononce pour la défense de L. Valerius Flaccus en 59 a.C., l’orateur veut disculper l’ancien gouverneur d’Asie d’avoir détourné, en 62, l’or que les Juifs envoient de tout l’Empire vers Jérusalem. Flaccus a prohibé d’exporter de l’or depuis l’Asie conformément aux intérêts de Rome et non aux siens propres ; l’or qu’il a saisi a été reversé intégralement au trésor. Le détail significatif pour notre propos est la mention des lieux où l’on a procédé à la saisie de l’or : Apamée, Laodicée, Adramyttion, Pergame – toutes cités qui ont le statut de capitale de conventus. La coïncidence est troublante et on en a conclu que l’or des Juifs était déposé dans les capitales de conventus avant d’être sans doute acheminé vers la capitale de la province, et de là vers Jérusalem52. Les cités centres d’assises semblent donc jouer le rôle d’intermédiaires et de dépositaires dans la collecte d’une contribution à l’échelle provinciale. Certes, cette contribution est volontaire et non imposée, elle est destinée au temple de Jérusalem et non à grossir les finances du pouvoir central, elle est probablement collectée et gardée en dépôt par les Juifs eux-mêmes et non par des notables grecs. Néanmoins, l’exemple montre, s’il est bien interprété, que les capitales de conventus pouvaient accueillir des caisses de dépôt dans le cadre d’un système de taxation. Un autre passage de Cicéron, cette fois relatif aux impôts levés par les publicains, semble aller dans le même sens. Alors qu’il est gouverneur de Cilicie, l’orateur touche une somme d’argent destinée à couvrir ses dépenses en tant que magistrat par le biais d’une opération appelée permutatio publica.C. Nicolet a montré qu’il devait s’agir d’un retrait effectué auprès d’une caisse locale des sociétés de publicains, utilisée par le Trésor pour faciliter la mise à disposition de fonds publics dans les provinces – la somme retirée étant alors décomptée au crédit des publicains53. Or, cette opération d’écriture a lieu à Laodicée – c’est-à-dire, encore une fois, dans une capitale de conventus. Étant donné que le Monumentum Ephesenum établit un lien entre la collecte du portorium et le découpage en conventus, il est au moins possible d’en déduire que la plupart sinon toutes les capitales de districts judiciaires accueillaient des caisses locales qu’alimentaient les impôts pris à ferme par les publicains au sein d’un même district.

  • 54 Cassiod., Chron., 484/a. u. c. 670.
  • 55 Magie 1950, 238 et 1116-1118, qui reprend et discute les précédentes hypothèses. Plus récemment, K (...)
  • 56 Merola 2001, 178-179.
  • 57 App., Mithr., 62-63 ; Cic., Flac., 32 et QF, 1.1.33.

36Pour étayer l’hypothèse de l’existence de telles caisses régionales dans le système fiscal romain, on peut encore invoquer deux témoignages de valeur inégale. Le premier est un simple indice, d’interprétation difficile. Il s’agit d’une phrase de la chronique de Cassiodore, qui affirme qu’au lendemain de la paix de Dardanos, “Sylla a divisé l’Asie en 44 régions” (Asiam in XLIIII regiones Sylla distribuit)54. On s’est beaucoup interrogé sur le crédit et le sens à donner à cette indication et diverses solutions ont été proposées. Plusieurs commentateurs ont fait le rapprochement avec le récit d’Appien sur la fin de la première guerre mithridatique, selon lequel Sylla imposa à la province d’Asie un lourd tribut, qu’il répartit directement entre les cités, sans avoir recours aux publicains ; la mesure rapportée par Cassiodore devait avoir un lien avec le système de taxation provisoirement mis en place à cette occasion55. La plupart des commentateurs ne vont pas plus loin, mais récemment G. Merola a tiré ce qui me paraît être la conséquence logique de cette interprétation : les 44 régions devaient avoir à leur tête des capitales, bien réparties sur le territoire de la province et chargées de collecter les impôts dans la région qui leur correspondait56. On ne voit pas autrement quel intérêt aurait eu la division opérée par Sylla : le calcul de l’assiette étant effectué, selon Appien et Cicéron, en fonction des revenus de chaque cité57, les 44 régions n’ont dû être instituées que pour faciliter la rentrée de l’impôt, ce qui implique, à mon sens, une forme de centralisation régionale dans le processus de collecte. Ainsi, à une époque où le système des conventus n’était sans doute pas encore stabilisé, ce découpage supplémentaire peut avoir rempli pendant une courte période le rôle fiscal qui reviendra plus tard aux districts judiciaires. La création, sous Sylla, de caisses régionales des impôts aurait alors servi de précédent pour le développement ultérieur du système fiscal romain. En effet, si l’existence de ces 44 centres de collecte d’impôts reste une simple hypothèse, on possède en revanche un témoignage beaucoup plus explicite pour l’époque impériale. Un petit dossier épigraphique récemment publié nous apprend avec certitude l’existence de caisses de dépôt régionales pour le prélèvement du tribut dû à Rome dans le courant du iie s. p.C.

  • 58 Ritti 1999.
  • 59 Elle paraît tenir pour assuré que cette cité est encore capitale de conventus à cette époque. Mais (...)

37T. Ritti a restitué, dans une inscription de Hiérapolis de Phrygie en l’honneur d’Antonin, la mention d’un privilège confirmé par l’empereur à la demande de la cité : τò δ[ίκαιον τῆς ἰδίας] τραπέζης τῶν φόρων, “le droit d’avoir sa propre caisse de dépôt des tributs”58. Le détail de la restitution n’est pas assuré, mais l’essentiel demeure : Hiérapolis a reçu d’un empereur précédent (peut-être Hadrien) le droit de garder en dépôt une partie des impôts directs dus à Rome, avant de les faire parvenir à la caisse centrale de la province. T. Ritti émet l’hypothèse d’une caisse régionale, recueillant peut-être les tributs de Phrygie. Elle évoque une autre possibilité, celle d’une caisse “diocésaine”, c’est-à-dire rassemblant les contributions du district judiciaire auquel appartient Hiérapolis, mais la rejette en faisant valoir qu’une telle caisse devrait naturellement se trouver dans la capitale du district, à Laodicée59. Les citoyens de Hiérapolis accordent en tout cas une grande importance à ce privilège : après l’avoir fait confirmer, ce qui en soi n’a rien d’exceptionnel, ils célèbrent l’heureuse issue de leur ambassade en élevant à Antonin un monument équestre, au bas duquel ils font graver notre inscription. Le caractère monumental de l’honneur décerné à l’empereur en remerciement de son bienfait suggère, selon T. Ritti, que le privilège confirmé était cause non seulement de gloire, mais aussi de profits concrets pour la cité. Par le biais du change, de prêts à intérêts, ou de placements divers, la somme d’argent gardée en dépôt pouvait fructifier et le surplus revenait à la cité qui en avait été dépositaire. Les possibilités d’enrichissement personnel que j’ai évoquées pour les notables chargés de collecter le tribut se retrouvent à un autre niveau ; avant d’arriver aux autorités romaines, les impôts directs peuvent être une source de revenus pour les intermédiaires qui les ont entre leurs mains – partant, ils peuvent focaliser les ambitions et donner lieu à des rivalités.

38La publicité donnée par Hiérapolis au privilège d’accueillir une caisse des tributs ne se comprend bien, selon moi, que si ce privilège avait un caractère exceptionnel. Une caisse de dépôt de ce genre ne devait pas habituellement se trouver dans des cités telles que Hiérapolis, relativement modeste malgré un certain rayonnement religieux remontant à l’époque hellénistique. Au vu de la documentation rassemblée plus haut, qui atteste que le découpage en conventus servait de base à la fiscalité romaine dans la province, il me paraît hautement probable que chaque district possédait une τράπεζα τῶν φόρων située normalement dans les capitales de conventus. Le privilège pouvait cependant, par décision spéciale de l’empereur et comme marque de sa générosité, être étendu à d’autres cités, autorisées à concentrer les tributs d’une région plus petite que celle correspondant au conventus.

  • 60 Reynolds 1978, 114, l. 75 (Oliver 1989, no 123).

39On peut également envisager l’hypothèse d’un transfert de la caisse de dépôt du conventus, enlevée à la capitale pour être accueillie dans la nouvelle cité privilégiée. Mais un tel acte s’apparenterait à un sévère abaissement de la capitale et ne se conçoit que dans le cadre d’une détérioration des relations entre celle-ci et le pouvoir romain ; dans des circonstances normales, l’empereur semble soucieux de ne pas “enlever à ceux qui ont pour donner à ceux qui n’ont pas”60. Dans le cas de l’inscription publiée par T. Ritti, nous n’avons aucune trace d’un événement ayant pu provoquer la disgrâce de la capitale du conventus phrygien auquel appartenait Hiérapolis (soit Laodicée, soit Kibyra). Il faut plutôt penser que la capitale a dû renoncer à centraliser l’ensemble des tributs de son district et céder une partie de cette tâche à Hiérapolis, ou encore que Hiérapolis s’est ajoutée à la liste des intermédiaires dans le système de perception fiscale, concentrant une partie des tributs du conventus, qui venaient ensuite se joindre aux autres dans la caisse de la capitale, avant d’être enfin transférés vers le trésor romain. Dans tous les cas, ce privilège reçu puis confirmé devait être perçu comme un grand succès pour Hiérapolis, qui acquérait une importance nouvelle sur la scène régionale, voire provinciale. Si l’on considère que c’est Laodicée, et non Kibyra, qui est encore centre d’assises à l’époque impériale, le succès de Hiérapolis prend une dimension supplémentaire : il lui permet de s’affirmer face à une voisine toute proche, depuis longtemps distinguée par le pouvoir romain et traditionnellement plus puissante qu’elle.

  • 61 Milet, I. 2, 3 et OGI, 458 (Sherk, RDGE, no 52 et 65).

40Un dernier argument me paraît jouer en faveur de l’hypothèse d’un rôle des capitales de conventus dans le système fiscal romain. Deux inscriptions nous montrent ces cités investies d’une fonction d’intermédiaire entre le pouvoir romain et l’ensemble des provinciaux61. La lettre d’époque républicaine qui donne la première liste de capitales de conventus a été adressée à celles-ci “afin qu’(elles) envoient aux cités comprises dans leur district” (πρòς τὰς ἐν τῆι δ[ιοικ]ήσει τῆι ἰδίαι πόλεις) une copie d’une décision romaine de nature inconnue. Dans le décret qui établit le jour anniversaire d’Auguste comme le nouveau début de l’année dans la province d’Asie – décret voté en 9 a.C par le koinon en réponse à une proposition du proconsul –, une clause prévoit de faire graver la décision sur stèle “dans les cités qui sont à la tête des districts” ἐν ταῖς ἀφηγουμέναις τῶν διοικήσεων πόλεσιν). Des copies de ce décret ayant été retrouvées dans des cités modestes, jamais attestées comme centre d’assises, telles que Priène ou Dorylaion, on peut penser que les capitales de conventus ont relayé l’information, ici comme dans l’affaire de l’inscription républicaine. Entre le pouvoir central et l’ensemble des communautés sujettes, les capitales de district judiciaire apparaissent comme le maillon intermédiaire d’une chaîne de transmission courant de haut en bas. Pourquoi n’auraient-elles pas tenu le même rôle dans une chaîne de sens inverse, de bas en haut, des communautés vers le pouvoir central ? La chaîne véhiculerait dans les deux cas des objets très différents : informations et décisions d’un côté, impôts en argent de l’autre. Mais elle répondrait au même principe général d’une délégation partielle de l’autorité aux provinciaux, fondée sur un système de décentralisation qui, du point de vue local, prend l’aspect d’une centralisation multipolaire.

Application

41La confrontation de divers documents m’a conduite à supposer un rôle fiscal des capitales de conventus. Cette hypothèse, si on l’accepte, me semble ouvrir à une nouvelle lecture d’un passage de Dion, tiré du discours “Aux Nicomédiens sur la concorde avec Nicée”. Afin de pousser les deux cités à faire la paix, le sophiste veut convaincre ses auditeurs que l’objet de la querelle – le titre de première – est sans valeur. Il développe, pour ce faire, un thème obligé des discours sur la concorde, celui de la vanité des disputes de l’époque impériale en comparaison des luttes du ve s. entre Athènes et Sparte. Après avoir évoqué la guerre du Péloponnèse, dont l’enjeu était “le premier rang” (περὶ τῶν τρωτείων), il apostrophe son public :

Τί δέ; τοῦτο ὡς ὅμοιον ἐκείνῳ προβαλλόμενοι λέγουσιν; Ἀθηναῖοι περὶ τοῦ φόρους λαμβάνειν παρὰ τῶν νησιωτῶν ἐπολέμουν, καὶ περὶ τοῦ δικάζειν οἲκοι τνς ἁπάντων δίκας κατὰ ἀλλήλων ἠγωνίζοντο, καὶ καθόλου περὶ βασιλείας ὁ πόλεμος ἧν ταῖς πόλεσιν ἐκείναις. Ἡμεῖς δὲ ἂν ἀπολάβωμεν τò πρωτεῖον ἀμαχεὶ παραδόντων αὐτò τῶν Νικαέων, πότερα ληψόμεθα τοὺς φόρους οὕς νῦν ἐκεῖνοι λαμβάνουσιν; ἢ τὰς πόλεις τὰς συντελούσας εἰς τò παρ’ ἐκείνοις δικαστήριον ἐνταυθοῖ καλέσομεν; ἢ πέμψομεν αὐτοῖς ἁρμοστάς; ἢ δεκάτας τὰς παρὰ τῶν Βιθυνῶν ἐκείνοις ἒλαττον παρέξομεν; ἢ τί ἒσται; καὶ τί ἡμῖν γενήσεται πλέον ;

“Mais dites-moi : votre premier rang, prétend-on qu’il a quelque chose à voir avec le leur ? Les Athéniens faisaient la guerre pour recevoir le tribut des îles, ils luttaient pour faire juger chez eux les procès de tous les autres et, de manière générale, le prix de la guerre, pour ces illustres cités, était l’Empire. Et nous, si nous recouvrons le premier rang parce que les Nicéens nous l’auront remis sans combat, percevrons-nous les tributs qu’ils perçoivent actuellement ? Convoquerons-nous ici les cités ressortissant à la juridiction qui s’exerce là-bas ? Leur enverrons-nous des harmostes ? Serons-nous pour autant dispensés de leur remettre les dîmes de Bithynie ? Que se produira-t-il ? Qu’y gagnerons-nous ?” (38.25-26)

42Le sens général de ce passage est clair : il oppose à un premier rang vide, purement symbolique, sans aucun avantage concret, des prérogatives offrant un réel intérêt et exprimant une réelle supériorité. Mais l’opposition se joue à deux niveaux, en un procédé rhétorique subtil, qui mérite une attention particulière. D’une part, Dion utilise sciemment les mêmes mots pour décrire les enjeux des conflits de l’époque classique et l’absence d’enjeu des conflits contemporains, afin de mieux souligner l’infranchissable distance qui sépare les Grecs de leur glorieux passé : la mention des “tributs” (τοὺς φόρους) que ne percevront pas les Nicomédiens, quelle que soit l’issue de leur querelle avec Nicée, fait écho à celle des “tributs” que les Athéniens, eux, étaient en mesure d’imposer à leurs sujets ; la “juridiction” (τò δικαστήριον, littéralement “le tribunal”) qui ne s’exercera jamais à Nicomédie évoque par contraste l’une des manifestations les plus éclatantes de la lointaine puissance athénienne, le droit de “faire juger chez eux les procès de tous les autres” (δικάζειν οἲκοι τὰς ἁπάντων δίκας κατὰ ἀλλήλων). Le vocabulaire de la souveraineté est utilisé à contre-emploi, avec une forte valeur ironique, pour dire ce qui n’est plus.

  • 62 Je me sépare ici de Desideri 1978, 418, qui pense que tout le passage décrit une situation irréell (...)

43Mais d’autre part, et dans le même temps – c’est là toute la subtilité du jeu rhétorique de Dion –, ce vocabulaire sert à décrire ce qui est. Parmi les prérogatives énumérées par le sophiste, il en est certes une qui a un caractère ouvertement fantaisiste dans le contexte de l’Empire romain : envoyer des harmostes (ou gouverneurs) à une autre cité pour mieux la maintenir sous sa coupe, c’est une pratique qui a marqué, à l’époque classique, les excès de l’hégémonie spartiate, mais qui ne saurait se concevoir dans le monde impérial. Dion se moque ici de son auditoire en faisant mine d’envisager une démonstration de force que tous savent impossible à réaliser. Mais dans le reste du passage, Dion exploite les réalités contemporaines dans leur aspect positif – les prérogatives dont jouissent effectivement les Nicéens et dont ils ne sauraient être privés même s’ils renoncent à revendiquer le titre de première62. L’emploi du présent (“les tributs qu’ils perçoivent actuellement”) ne laisse pas de doute : sur les quatre prérogatives citées, si la troisième est fantaisiste et doit se comprendre comme une parenthèse humoristique, les autres sont bien réelles. La deuxième dans la liste (“convoquer les cités ressortissant à la juridiction qui s’exerce là-bas”) se reconnaît sans peine comme une allusion au système des districts judiciaires. Le tribunal qui se tient à Nicée est celui du gouverneur, et l’éventuel abandon du premier rang ne changera rien au statut de capitale de conventus que possède cette cité. Nicée ne perdra pas son statut, pas plus qu’elle ne cédera une partie de son conventus à Nicomédie, qui est très certainement centre d’assises elle-même.

  • 63 Jones 1978, 86 et Cuvigny 1994, 34 n. 12.

44La prérogative évoquée juste avant (“percevoir les tributs qu’ils perçoivent actuellement”) a généralement été interprétée comme une référence aux taxes et revenus locaux que toute cité lève sur son territoire et qui ne sauraient revenir à une autre63. Mais il me semble qu’une telle référence s’insère mal dans l’argumentation de Dion. Celui-ci veut montrer que le titre de première de la province n’a pas de conséquences sur la hiérarchie réelle des cités. Lorsque, pour ce faire, il énumère des avantages concrets qui pourraient valoir la peine de lutter pour eux s’ils n’étaient pas indéfectiblement attachés à Nicée, il a toujours en tête le contexte de la compétition pour une place privilégiée sur la scène provinciale. Ce qu’il énumère, ce sont des avantages qui donnent cette place privilégiée (ou exprimaient la domination d’une cité sur le monde grec au temps de la souveraineté), mais ne peuvent être aujourd’hui retirés à la cité qui les possède (ou ont cessé d’exister du fait de la perte de la souveraineté). On ne voit pas bien alors en quoi la possibilité de tirer des revenus de son territoire – qui est au fondement de l’organisation propre à la polis – aurait une influence sur la place d’une cité par rapport aux autres, que ce soit au temps de la Grèce libre ou de l’Empire. En revanche, l’enchaînement du texte, qui fait se suivre les allusions aux tributs et aux assises du gouverneur, suggère l’idée que Dion envisage successivement deux aspects du même statut privilégié, que Nicomédie ne peut espérer ôter à Nicée : le statut de capitale de conventus, impliquant à la fois un rôle fiscal (“percevoir les tributs” de toutes les cités du district) et un rôle judiciaire (“convoquer les cités” du même district aux assises du gouverneur). Cette interprétation me semble confirmée par la dernière prérogative de la liste ironique de Dion : la dîme levée sur les Bithyniens et que Nicomédie doit envoyer à Nicée.

  • 64 Voir Jones 1978, 87 et Jones 1974, 182. Quant à savoir sur quelles terres et quelles catégories de (...)

45Cette dîme est très probablement l’impôt direct proportionnel, payé en nature, qui a subsisté dans la province à côté des tributs levés sur la propriété et les personnes depuis Auguste64. Nicée, siège des sociétés de publicains à l’époque républicaine, continue de centraliser, au niveau de la province, la collecte de cet impôt, que chaque cité doit lui faire parvenir – y compris Nicomédie (“serons-nous dispensés de leur remettre les dîmes de Bithynie ?”). En revanche, le rôle centralisateur de Nicée pour la collecte des tributs, cet autre type d’impôt direct levé par Rome, ne semble en rien concerner Nicomédie (“les tributs qu’ils perçoivent”, et non pas que nous leur remettons). Cela s’explique si ce rôle est lié au statut de capitale de conventus : Nicomédie, ne faisant pas partie du conventus de Nicée, ne doit pas acheminer sa part du tribut vers la caisse de dépôt située à Nicée, mais ne peut pas non plus détourner à son profit les tributs versés dans cette caisse par les cités dépendant de Nicée dans le système des districts judiciaires. La différence de formulation (nous leur remettons, ils perçoivent) renvoie à une différence de procédure dans la collecte des deux types d’impôts considérés, dîme et tribut : ceux-ci passent des cités directement à la caisse de la province dans le premier cas, des cités aux capitales de conventus, puis à la caisse de la province, dans l’autre cas.

46Au terme de cet examen des implications du statut de centre d’assises, il apparaît clairement que celui-ci représente, comme le dit Dion dans l’un des passages étudiés, une substantielle “augmentation de revenus” pour la cité qui le reçoit ; c’est en partie pour cela qu’il est ardemment recherché. Mais en analysant l’intérêt économique de ce statut, j’ai aussi fait appel, sans y insister, aux notions de gloire, de compétition pour une meilleure place dans la province, de position supérieure ou inférieure. La formulation de Dion lorsqu’il rappelle son action en faveur de Pruse suggère d’ailleurs qu’il y a autre chose en jeu que “l’augmentation de revenus” : en procurant de nouvelles rentrées d’argent à sa patrie, il a rendu celle-ci “plus digne” (τιµιωτἐραν, 48.11) – non pas “plus prospère” ou “plus riche”, mais “plus digne”. Tout en se développant économiquement, Pruse acquiert un rang nouveau, est reconnue comme accédant à une dignité supérieure. La confrontation de divers autres fragments des discours de Dion confirme l’idée que le statut de centre d’assises correspond à une place élevée au sein d’un ordre hiérarchique.

III. Le statut comme signe et moyen de domination

1) Une promotion au sein de la hiérarchie des cités

47Dans son discours à Apamée de Phrygie, lorsqu’il avance que le privilège d’accueillir le tribunal du gouverneur est celui que toutes les cités recherchent de préférence à tout autre, Dion fait en même temps deux remarques qui complètent sa démonstration des avantages économiques des assises pour vanter la position de la cité : “on considère que l’accueil des assises compte énormément pour la puissance d’une cité (πρòς ἰσχὺν πόλεως) et rien ne concentre autant les efforts de tous ; c’est le lot des premières cités les unes après les autres, une fois par an” (35.17).

48On est passé de la prospérité (εὐδαιμονία), que Dion vantait dans les lignes précédentes comme l’heureuse et infaillible conséquence de la tenue des assises dans une cité, à la puissance (ἰσχύς), mot à portée beaucoup plus générale. La puissance recouvre sans doute en partie la prospérité économique, mais elle va plus loin. Les capitales de conventus ont un poids, une influence, une importance qui les placent au-dessus des cités privées de ce statut. Elles sont appelées “les premières cités”. Il ne faut pas voir ici une référence au titre de première, dont je tâcherai plus loin d’éclairer le contenu : ce titre n’est attesté ni pour Apamée de Phrygie, dont il est question ici, ni pour la plupart des autres centres d’assises ; Dion, dans le passage déjà étudié de son discours aux Nicomédiens, distingue même nettement les deux privilèges (38.26). En qualifiant les capitales de conventus de “premières cités”, Dion se contente d’affirmer leur place en haut d’une hiérarchie. Ce sont les cités prééminentes, celles qui se détachent et s’imposent sur la scène provinciale. Cette vision verticale des rapports entre cités et l’idée que le statut de centre d’assises est synonyme d’une position supérieure se retrouve de façon frappante dans un texte du Digeste.

  • 65 Dig., 27.1.6.2.

49Le juriste Modestin, qui écrit dans le premier tiers du iiie s., expose les lois qui régissent l’exemption de charges civiques ou de liturgies pour les citoyens exerçant certaines professions privilégiées (médecins, sophistes, professeurs de grammaire ou de rhétorique). Chaque cité peut accorder l’exemption à un nombre limité de ces citoyens, nombre qui varie en fonction de la catégorie à laquelle appartient la cité elle-même. Trois catégories sont distinguées : les petites, les grandes et les très grandes cités (αἱ μὲν ἐλάττους πόλεις, αἱ δὲ μείζους πόλεις, αἱ δὲ μέγισται πόλεις), qui ont respectivement le droit d’exempter 11, 15 et 20 citoyens exerçant les professions définies par la loi. Modestin glose ainsi : “selon toute vraisemblance, le plus grand nombre (d’exemptions) est accordé aux métropoles provinciales, le deuxième aux cités qui reçoivent les assises, le troisième au reste des cités” (εἰκòς δὲ τῷ μὲν μεγίστῳ ἀριθμῷ χρήσασθαι τὰς μητροπόλεις τῶν ἐθνῶν, τῷ δὲ δευτέρῳ τὰς ἐχούσας ἀγορὰς δικῶν, τῷ δὲ τρίτῳ τὰς λοιπάς)65. La référence à la taille des cités pour exprimer leur importance est classique en grec. Or, Modestin la réinterprète à la lumière de catégories directement issues de la provincialisation.

50Il établit une hiérarchie à trois échelons, dans laquelle des statuts officiels accordés par Rome déterminent ou expriment les rapports de force entre cités – ou, pour reprendre l’expression de Dion et pousser le parallèle, permettent de mesurer leur degré de “puissance”. Certes, les capitales de conventus sont placées ici en deuxième, et non en première position dans la hiérarchie provinciale – ce qui correspond sans doute davantage à la réalité, car Dion peut être soupçonné d’emphase encomiastique. Mais l’essentiel demeure : les modalités d’exercice de la justice romaine dans les provinces ont créé une catégorie nouvelle de cités, auxquelles on reconnaît une place privilégiée. Celle-ci peut se manifester dans les domaines les plus variés : elle est invoquée dans une loi qui n’a rien à voir avec le système judiciaire provincial, mais concerne l’organisation de la vie municipale. Par ailleurs, il est remarquable que cette place privilégiée reçoive une reconnaissance légale, codifiée : la référence aux assises est le fait de Modestin, mais celui-ci glose un édit impérial et il utilise certainement des définitions qui sont cohérentes avec le droit romain. On peut donc penser que la hiérarchie établie par le juriste était valable aux yeux du pouvoir central. La dignité reconnue aux capitales de conventus est encore renforcée par le fait que la catégorie inférieure, qui est aussi la dernière dans la liste de Modestin, comporte indistinctement toutes “les autres cités” – toutes celles qui ne sont ni métropoles ni centres d’assises et sont donc rejetées dans un anonymat quelque peu humiliant. Etre centre d’assises permet à une cité de se démarquer de cette foule anonyme, d’être distinguée, à la fois par les Grecs et les Romains.

51Une idée similaire est encore exprimée par Dion, lors d’une attaque qu’il dirige contre ses opposants politiques (et peut-être une partie de l’opinion à Pruse). Dans son discours sur la concorde avec Apamée, le sophiste commence par faire une longue digression destinée à défendre l’ambitieux projet de constructions qu’il a persuadé l’assemblée de mettre en œuvre pour rénover et embellir Pruse. Certains ont vivement critiqué ce projet, et Dion dénonce en eux des immobilistes frileux, qui ne veulent pas voir s’élever leur patrie, de peur d’être eux-mêmes relégués dans l’obscurité ; il ne faut pas vouloir ajuster sa patrie à sa propre âme mesquine, comme on ajuste une chaussure à son pied, mais bien plutôt s’inspirer des illustres exemples que donnent Smyrne, Éphèse, et plus loin, Tarse et Antioche – toutes cités qui se sont ornées de magnifiques monuments. Dion ajoute : “je sais bien que, déjà auparavant (καὶ πρότερον), certains crevaient de rage à l’écoute de ces propos et ne pouvaient supporter que vous vous accoutumiez à prêter l’oreille à de tels discours et que l’on ose nommer votre cité avec des cités d’une telle importance (μετὰ τοιούτων πόλεων)” (40.11). La précision temporelle (“déjà auparavant”) semble indiquer que l’indignation de ceux qui, à Pruse, s’opposent à une politique de prestige s’était manifestée avant même que ne soit mis en place le projet de constructions. Or, nous avons témoignage d’une autre démarche soutenue par Dion qui ne faisait pas l’unanimité à Pruse : les tentatives répétées de la cité pour être promue au statut de centre d’assises.

52J’ai dit comment le sophiste soulignait, dans un autre discours, les difficultés rencontrées par Pruse avant le succès final, qu’elle lui devait entièrement, et fustigeait au passage le manque de patriotisme de certains citoyens, qui n’ont pas hésité à se moquer de leur propre cité après que celle-ci eut essuyé un échec dans sa quête du nouveau statut. Au cœur de ces moqueries se trouvait l’idée que “la cité visait trop haut pour elle” (…ὡς μειζόνων ἢ καθ’ αὑτὴν ἐφιεμένης 45.6). Cette opinion semble avoir eu cours aussi bien parmi les notables que parmi les gens du peuple, car Dion, qui feint d’ignorer d’où elle vient, fait remarquer qu’elle se retourne contre ceux qui la professent, quelle que soit leur condition : s’il s’agit de dirigeants et d’hommes bien en vue, “ils s’anéantissent eux-mêmes, étant à la tête d’une cité faible et sans gloire” ; si ce sont au contraire des hommes du bas peuple, “ils accroissent encore leur indignité et la rendent moins supportable, s’ils se trouvent être les derniers de la dernière des cités”. Il y a une convergence frappante entre ce compte-rendu de l’opposition à la quête du statut de centre d’assises et celui des critiques formulées contre le projet édilitaire de Dion. Dans les deux cas, les esprits hostiles dénoncent des ambitions démesurées, qui ne conviennent pas à ce qu’est réellement Pruse et ce qu’elle doit rester, à savoir une cité moyenne. En face, Dion et ses partisans défendent justement une politique qui fasse sortir Pruse de cette condition modeste pour l’élever vers de plus hautes sphères et lui permettre, au moins en rêve, de se comparer aux plus prestigieuses cités de l’Empire.

53La promotion au statut de centre d’assises apparaît donc comme l’un des moyens de gravir les échelons d’une échelle hiérarchique des cités, valable au premier chef au sein de la province, mais que l’on peut transposer aux dimensions de l’Empire. Ce statut crée une forme d’égalité entre toutes celles qui le possèdent. Il reste à s’intéresser aux relations qu’il met en place entre les cités qui le possédent et celles qui, ne le possédant pas, se trouvent rattachées aux premières.

2) Une relation de dominants à dominés

“Dépendre d’autrui comme un village”

54Juste avant de dénoncer l’âme mesquine de ceux qui refusent d’entendre comparer Pruse à Éphèse ou à Smyrne, Dion énonce un aphorisme qui, de notre point de vue, est d’un intérêt remarquable. Interprété en lien avec d’autres textes du sophiste et à la lumière de l’hypothèse que j’ai soutenue concernant le rôle fiscal des capitales de conventus, il suggère que les relations entre une capitale et les cités membres de son district étaient pensées sur le mode de la dépendance et de la soumission, sources d’orgueil pour les uns, d’humiliation pour les autres :

“Sachez bien en effet que ce sont les constructions, les fêtes, le droit de rendre vous-mêmes la justice, de ne pas comparaître dans une autre cité et de ne pas dépendre d’autrui comme, pour ainsi dire, un village (τῷ δικάζειν αὐτοί καὶ τῷ μὴ παρ’ ἑτέροις ἐξετάζεσθαι μηδὲ συντελεῖν ἄλλοις καθάπερ, οἶμαι, κώμην), c’est tout cela qui exalte naturellement l’orgueil des cités, qui accroît la dignité d’un peuple et lui vaut une plus grande considération de la part des étrangers en visite tout comme des autorités romaines.” (40.10)

55Cette phrase n’est pas sans poser de sérieux problèmes d’interprétation et, partant, de traduction. La deuxième partie est celle qui se comprend le plus facilement : divers éléments, que Dion a énumérés, sont définis comme une source naturelle d’orgueil, de dignité, de reconnaissance extérieure pour les cités qui les possèdent ; ou plus exactement, ils donnent lieu à un surcroît d’orgueil, de dignité et de reconnaissance, ils permettent de s’élever sur cette échelle hiérarchique que nos sources établissent pour situer les cités les unes par rapport aux autres. Remarquons au passage que la hiérarchie évoquée par Dion, tout comme celle de Modestin, est valable aussi bien aux yeux des Grecs (“les étrangers” venus des autres cités) que des représentants de Rome. Les deux premiers termes de l’énumération sont sans ambiguïté : les constructions – qui s’élèvent grâce à des politiques édilitaires dynamiques, comme celle que tente de faire accepter Dion – et les fêtes – entendons bien sûr les multiples fêtes religieuses qui rythment le calendrier de toute cité, mais dont certaines, en particulier celles qui sont liées au culte impérial, peuvent prendre un éclat particulier – sont des moyens de manifester son rang. Plus les constructions sont imposantes et prestigieuses, plus les fêtes attirent de monde et sont célébrées avec faste, et plus la cité s’élève à ses propres yeux comme aux yeux d’autrui.

  • 66 Voir Cuvigny 1994, 59 n. 19.

56Les trois propositions infinitives substantivées qui suivent sont plus problématiques. La plupart des commentateurs et des traducteurs s’accordent pour comprendre que “le droit de ne pas comparaître dans une autre cité” est précisément une allusion au statut de centre d’assises66. Quel autre tribunal que celui du gouverneur pourrait nécessiter des déplacements, dont certaines cités privilégiées seraient dispensées ? Les citoyens d’un centre d’assises sont en effet les seuls de tout le conventus qui n’ont pas à entreprendre un voyage pour être entendus par la justice romaine. Que ces déplacements aient pu être ressentis comme une obligation pénible est clairement exprimé par une brève remarque de Dion, au cours de son éloge du statut de centre d’assises, dans le discours à Apamée de Phrygie :

“(l’accueil des assises) est le lot des premières cités les unes après les autres, une fois par an ; mais on dit que désormais l’intervalle de temps sera plus long, car les gens ne supportent pas d’être constamment traînés d’un lieu à l’autre.” (35.17)

57Le système des conventus comportait pour les habitants des provinces des désagréments pratiques ; il les obligeait à se déplacer parfois sur des distances assez considérables, à se loger plusieurs jours, voire plusieurs semaines, loin de chez eux. Il semble que ces inconvénients aient provoqué une certaine résistance au système, aient donné lieu à des plaintes, au point que l’on envisageât une réforme espaçant la tenue des assises. Cette information, donnée par Dion en passant, nuance le tableau d’une affluence générale durant la période des procès et l’image, croquée par Plutarque, d’une bousculade enfiévrée autour de l’estrade où siège le gouverneur. Les gens étaient certes là en foule, mais certains d’entre eux étaient venus de mauvais gré, en rechignant. On comprend bien, dans ce contexte, que “le droit de ne pas comparaître dans une autre cité” puisse être un sujet de satisfaction. Ce qui est intéressant, c’est que l’avantage concret – ne pas avoir à se déplacer – va de pair avec un sentiment de supériorité – orgueil exalté, dignité accrue. Inversement, on est en droit de penser que l’irritation des gens devant les voyages qui leur étaient régulièrement imposés se doublait d’un sentiment d’humiliation ou de dépendance : être obligé de se rendre dans une autre cité pour se faire juger, c’est, depuis l’époque classique et les excès de l’impérialisme athénien, le symbole d’une situation de sujétion politique. À l’époque impériale, il y a déjà longtemps que les relations de maîtres à sujets ont cessé de mettre aux prises les seules cités entre elles, et il est bien évident que le système des conventus est avant tout la marque de la provincialisation, de la sujétion de toutes les cités à l’autorité romaine. Malgré cela, il me semble que ce système était aussi, pour les Grecs, le lieu de rapports de force entre cités, échos lointains et déformés des luttes du temps de la souveraineté et de l’hégémonie. Sinon, pourquoi Dion considèrerait-il comme un sujet de fierté et un signe de grandeur le fait purement administratif d’accueillir le tribunal des représentants du pouvoir romain ?

  • 67 Un bon exemple de cette attitude est donné par Trajan, qui conseille de respecter, dans la mesure (...)
  • 68 Dion Chr. 34.44 et 46 ; 48.3.

58Allons plus loin, et considérons maintenant les deux derniers infinitifs substantivés que j’ai jusque-là laissés de côté et qui n’ont pas suffisamment, à mon sens, attiré l’attention des commentateurs. À quoi renvoie l’expression “le droit de rendre justice vous-mêmes” (τῷ δικάζειν αὐτοί) ? La traduction française de M. Cuvigny (“le droit de juger vous-mêmes vos propres affaires”) et, plus encore, celle de H. L. Crosby en anglais (independance in the administration of justice) évoquent l’activité des tribunaux civiques, que les Romains laissèrent fonctionner comme par le passé pour toutes les affaires purement locales. On connaît le pragmatisme des conquérants qui leur fit maintenir, partout où cela ne menaçait pas leur pouvoir, les anciennes pratiques de gouvernement de leurs sujets ; les lois de chaque cité, dans la mesure où elles n’entraient pas en conflit avec le droit romain, étaient préservées67. Il existait donc une relative autonomie de la justice civique à l’échelon local, et c’est peut-être à cela que Dion fait allusion. Cependant, puisque cette autonomie est partagée par toutes les cités, on ne comprend pas bien en quoi elle constitue un sujet de fierté et comment elle pourrait élever certaines cités au-dessus d’autres. Il ne peut s’agir ici de l’autonomie beaucoup plus grande dont jouissent les cités libres – qui échappent à la juridiction du gouverneur –, car l’énumération doit pouvoir s’appliquer à Pruse, qui n’a jamais connu ce statut hautement privilégié. Il faudrait alors supposer qu’entre les cités libres, qui ne dépendent juridiquement de personne, du moins en théorie, et les cités “ordinaires” de la province qui jouissent d’une autonomie juridique limitée aux affaires locales, il existe une catégorie intermédiaire de cités ayant obtenu comme privilège de soumettre à leurs propres tribunaux une variété plus grande de litiges. Ou encore, l’autonomie juridique de portée locale laissée à toute cité pouvait être exploitée plus ou moins activement. Dion lui-même enjoint à ses concitoyens ou à d’autres Grecs, dans diverses situations conflictuelles, de ne pas recourir immédiatement à l’arbitrage des autorités romaines, mais de s’ériger “eux-mêmes en juges”68. Il n’est donc pas impossible que dans son esprit, l’autonomie juridique, si l’on en fait usage autant que l’on peut au lieu de la rogner volontairement en se tournant sans cesse vers Rome, puisse distinguer une cité de la masse des cités plus serviles.

  • 69 Ainsi que le suggère Jones 1978, 108. Voir aussi Plin., Ep., 10.58.1, qui mentionne la convocation (...)
  • 70 Dion Chr. 38.26, commenté supra, p. 147-149.

59L’autre solution, bien plus intéressante et, selon moi, plausible, consiste à comprendre que l’expression “rendre vous-même la justice” est une première façon de mentionner le statut de centre d’assises. La formule serait alors impropre et constituerait une sorte d’extrapolation : parce que le tribunal du gouverneur se tient dans une cité, et qu’il peut comporter des jurés grecs choisis en priorité parmi les hommes de cette cité69, on dit que c’est elle qui exerce la justice. Une impropriété de langage très similaire se retrouve dans le discours aux Nicomédiens, si l’on suit l’interprétation que j’en ai proposée plus haut : Dion évoque “les tributs que (les Nicéens) perçoivent actuellement (τοὺς φόρους οὕς νῦν ἐκεῖνοι λαμβάνουσιν)” en référence, selon moi, aux impôts directs dus à Rome : bien que ces impôts ne soient pas levés par Nicée, le simple fait qu’ils transitent par elle (en lui assurant des bénéfices le temps du dépôt) justifie de présenter les Nicéens comme les percepteurs70. Ici comme là, le vocabulaire de la souveraineté serait employé pour décrire des relations administratives, parce que celles-ci mettaient en jeu des profits concrets et symboliques. Ainsi, dans le discours à Pruse où il énumère les critères de grandeur d’une cité, Dion exprimerait deux fois la même idée, en insistant sur deux aspects différents, les deux revers de la même médaille : d’une part, “vous êtes juges vous-mêmes”, car les procès se tiennent chez vous et vous pouvez faire partie des jurés ; d’autre part, “vous n’allez pas comparaître ailleurs”, ce sont les autres qui se déplacent et viennent chez vous, signe manifeste de votre supériorité.

60Reste la dernière formule (μηδὲ συντελεῖν ἂλλοις καθάπερ, οἶμαι, κώμην), dont l’interprétation dépend du sens que l’on donne au verbe συντελεῖν. Un sens classique, fréquemment attesté, est celui de “verser des contributions” et renvoie donc à une dépendance fiscale. C’est le sens choisi par M. Cuvigny, qui traduit “(le droit) de ne pas payer tribut comme, par exemple, un bourg” et comprend que Dion évoque la différence essentielle entre le statut d’une cité et celui d’un village situé sur le territoire d’une cité. Mais là encore, comment expliquer que ce qui est considéré comme l’essence d’une cité (ce qui la distingue d’un village) soit à l’origine d’un surcroît de dignité ? En quoi l’absence d’une dépendance fiscale du type de celle d’un village envers une cité pourrait améliorer la position d’une cité par rapport aux autres et par rapport au pouvoir central, lui valoir “une plus grande considération de la part des étrangers et des autorités romaines” ? Tout le passage dans lequel s’inscrit notre paragraphe indique qu’il s’agit de définir deux catégories de cités, celles qui ont de l’ambition et s’élèvent au niveau des plus prestigieuses – et au nombre desquelles Dion voudrait compter Pruse – et celles qui se contentent d’une tranquille obscurité. Il me semble que συντελεῖν ἂλλοις doit s’appliquer à une relation entre cités, pour qu’ait un sens la distinction implicite entre les cités qui ont des raisons de voir leur orgueil exalté et les autres.

  • 71 Je ne comprends pas très bien à quoi renvoie concrètement cette expression : un synœcisme forcé ? (...)
  • 72 Une variante de cette interprétation a été proposée par Bertrand 1991, 148-150. Voir infra, p. 161

61Or, on trouve dans un autre discours de Dion le même verbe employé dans un contexte qui en rend l’interprétation beaucoup plus facile : c’est le passage du discours aux Nicomédiens dans lequel le sophiste fait remarquer à ses auditeurs que, même s’ils obtiennent le premier rang pour lequel ils luttent, cela n’empêchera pas que soient convoquées à Nicée “les cités ressortissant à la juridiction (littéralement : au tribunal) qui s’exerce là-bas” (τὰς πόλεις τὰς συντελούσας εἰς τò παρ’ ἐκείνοις δικαστήριον, 38.26). Dans cette formule, le verbe συντελεῖν a un sens plus large et plus général que le sens technique de “verser des contributions” ; il signifie quelque chose comme “dépendre de”, “être rattaché à”. H. L. Crosby, qui signale dans une note ce parallèle, n’en tire pas les conséquences logiques puisqu’il traduit le passage qui pose problème par exemption from being grouped together with other communities like some village71. Mais si l’on estime que le parallèle est valable, on devrait comprendre que dans les deux cas le verbe συντελεῖν renvoie à la dépendance des cités d’un district envers leur capitale, dans le cadre du système des conventus72.

  • 73 Ce qui est très différent de l’interprétation de Cuvigny : selon celle-ci, Dion dirait que le fait (...)

62Autrement dit, Dion exprimerait encore une fois la même idée – la dignité qu’offre le statut de centre d’assises –, cette fois en insistant sur les relations qu’instaure ce statut entre la capitale du district et les autres cités (qui “dépendent d’autrui”). Il assimilerait ces relations à celles qui existent entre une cité et les villages présents sur son territoire (“comme, pour ainsi dire, un village”)73. Ce que l’assimilation pouvait avoir d’excessif est, me semble-t-il, signalé par l’incise οἶμαι, qui peut se comprendre comme une façon d’atténuer l’impact du mot qui va suivre. Il y a en effet quelque provocation à rejeter dédaigneusement la majorité des cités – toutes celles qui n’ont pas eu le privilège d’être nommées centre d’assises – au rang de simples villages, par opposition aux seules vraies cités, celles qui dominent les autres par leur politique édilitaire de prestige, leurs fêtes brillantes et l’activité judiciaire qu’elle concentrent. Mais tout d’abord, le parallèle entre cités rattachées à une capitale de conventus et villages rattachés à un centre urbain n’est pas totalement dénué de fondement : les citoyens n’accueillant pas les assises du gouverneur doivent, comme des villageois, se déplacer vers un centre pour avoir accès aux tribunaux (à un certain type de tribunaux) ; ils doivent également, si mon hypothèse d’un rôle fiscal des capitales de conventus est correcte, verser des contributions au centre dont ils dépendent, comme des villageois. Que ces contributions aient eu pour destination finale les caisses de Rome, et non pas celles de la capitale du conventus, était oblitéré par le sentiment que le système des conventus traduisait un rapport de force entre cités. De plus, il faut tenir compte du fait que le statut de centre d’assises a été récemment acquis par Pruse et que Dion tient à souligner la valeur d’un privilège qu’il a contribué à faire obtenir. Cela pourrait expliquer la vigueur de son propos, ainsi que la curieuse disproportion qu’introduit ma lecture du texte – trois formules pour évoquer les assises et un seul mot pour chacun des deux autres critères de la grandeur d’une cité. Dans le contexte polémique de ce début de discours, il ne serait pas étonnant que le sophiste ait voulu insister avec quelque lourdeur sur son rôle dans le gain de prestige dont a bénéficié sa patrie.

Cités anonymes, cités soumises

  • 74 Voir supra, p. 115-118.

63Un autre texte de Dion permet de soutenir l’idée que les obligations liant les cités d’un conventus à sa capitale étaient vécues sur le mode d’une relation de dominés à dominants. Ce texte concerne des cités de Cilicie, mais il tisse des liens intéressants avec le discours à Apamée de Phrygie et me paraît justifier des conclusions d’ordre général. Il s’agit du “Second Tarsique”, dans lequel Dion prodigue ses conseils à la prestigieuse cité de Tarse, qui traverse visiblement une période troublée et doit faire face à la fois à des dissensions internes et à des pressions extérieures. Elle se heurte notamment à l’hostilité déclarée de plusieurs voisines de moindre importance. Le conflit qui l’oppose à Mallos, petite cité limitrophe, est d’abord, nous l’avons vu, d’ordre territorial74. Mais les revendications sur un territoire de dunes et de marais ne sont pas les seules causes de la tension entre les deux cités. Après avoir insisté sur le peu de valeur du territoire en litige, dont l’abandon ne saurait causer de tort véritable à Tarse, et avoir conseillé à ses auditeurs de régler leur différend sans faire appel aux autorités romaines, Dion étend ses conseils de modération aux relations de la grande cité avec l’ensemble de ses voisines :

“Et de même envers les autres cités, je vous demande de vous comporter avec douceur, sollicitude, dévouement, et de quitter tout esprit de haine ; c’est ainsi en effet que tous seront d’accord pour vous suivre (οὕτω γὰρ ἑκόντες ἀκολουθήσουσιν ὑμῖν ἅπαντες), en vous admirant et en vous aimant ; et cela, c’est plus important que de voir Mallos sacrifier et se faire juger chez vous (ὃ μεῖζόν ἐστι τοῦ θύειν παρ’ ὑμῖν καὶ δικάζεσθαι Μαλλόν).” (34.47)

  • 75 Voir infra, p. 195-196.

64Les deux opérations que Mallos devait accomplir à Tarse – offrir des sacrifices et se faire juger – posaient visiblement problème, sinon Dion ne chercherait pas à les rabaisser en les opposant au bénéfice plus grand d’une attitude conciliante, supposée déclencher la gratitude générale. La première de ces opérations est à rattacher aux fêtes religieuses qui se tenaient à Tarse, sans doute dans le cadre du culte impérial75. La deuxième se comprend naturellement comme une allusion au système des conventus. Soulignons la convergence de cette phrase avec le passage du discours à Pruse où Dion compte les fêtes et le privilège d’accueillir les assises parmi les critères de la dignité d’une cité. Tout indique en effet que Mallos, et d’autres encore, comme Adana et Aigée, nommées plus loin, souffraient de devoir se rendre à la grande ville voisine pour ces occasions et avaient manifesté, d’une manière ou d’une autre, leur mécontentement. Dion conseille de renoncer à imposer ces obligations par la force, dans le conflit, mais de les faire accepter en ménageant les susceptibilités de ces cités modestes, en gagnant leur confiance par des marques de respect et de bienveillance. Au fond, il propose d’échanger une domination fondée sur le rapport de force contre une domination fondée sur l’amour et l’admiration ; car il s’agit toujours bien d’être “suivi”, c’est-à-dire, en d’autres termes, de faire admettre par tous sa position de supériorité, son leadership, pour reprendre la traduction de H. L. Crosby. Le passage suivant confirme, d’une manière paradoxale, que le fait de sacrifier à Tarse, comme l’obligation de s’y rendre pour être jugé par la justice romaine, étaient perçus comme les signes d’une soumission à la cité la plus importante de la province.

65Dion s’efforce de montrer l’inanité des querelles contemporaines et il généralise en ajoutant les exemples de conflits célèbres entre de grandes cités des provinces voisines, Antioche et Apamée en Syrie, Smyrne et Éphèse en Asie. Il est clair que ces cités rivales ne se disputaient pas parce que l’une rechignait à venir aux assises tenues dans l’autre, les deux étant capitales de conventus, du moins dans le cas de Smyrne et Éphèse ; mais il est clair également que Dion a toujours en tête les conflits spécifiques de Tarse et qu’il énonce des arguments qu’il entend appliquer à tous les types de conflit, y compris ceux qui opposent Tarse et Mallos. Or, il rappelle avec force, et à plusieurs reprises, la réalité de l’Empire romain. Dans une formule célèbre, qui utilise selon toute apparence un dicton populaire, il affirme que toutes les querelles entre cités n’ont pour objet que “l’ombre d’un âne” (περὶ ὂνου σκιᾶς, φασί, διαφέρονται), car la primauté et le pouvoir (τò προεστάναι τε καὶ κρατεῖν) appartiennent à d’autres, à savoir les Romains. La comparaison topique avec la lutte pour l’hégémonie entre Athènes et Sparte lui permet de dénigrer les enjeux des conflits contemporains, en leur opposant le pouvoir réel qui était le prix de la victoire au temps de la souveraineté. Il n’hésite pas à qualifier les Grecs de “compagnons d’esclavage” (ὁμοδούλων), dont les querelles pour une gloire et un premier rang (περὶ δόξης καὶ πρωτείων) si relatifs ont quelque chose de ridicule et de pitoyable (34.48).

66Ces thèmes sont bien connus et ont en grande partie donné lieu, par une interprétation littérale, à la vulgate qui présente les rivalités entre cités à l’époque impériale comme de puériles chamailleries vides de sens et de contenu. Il me semble qu’au contraire, l’insistance de Dion à rappeler à ses auditeurs leur condition de sujets indique que celle-ci était quelque peu oubliée dans les relations tendues entre une grande cité et une petite, dépendante de la grande pour diverses raisons d’organisation administrative et provinciale. Les deux cités avaient tendance à interpréter cette dépendance administrative en termes de domination politique, en négligeant le fait, indéniable mais apparemment moins ressenti au quotidien, que toutes deux, aussi bien la grande que la petite, dépendaient du pouvoir romain.

67D’ailleurs, Dion choisit une variante assez significative du topos rhétorique, maintes fois décliné, de la lutte entre Sparte et Athènes. Il développe l’idée que la chute d’Athènes, comme ensuite celle de Sparte, s’explique par le durcissement de l’attitude de ces cités hégémoniques envers leurs alliés. Tant qu’elles se comportèrent avec bienveillance envers ceux qu’elles avaient soumis, elles connurent la prospérité ; mais quand elles déclenchèrent les protestations et la jalousie de leurs alliés, tout se dégrada. L’appel en direction de Tarse est clair. La comparaison avec l’époque classique sert à la fois à rappeler à la grande cité qu’elle est une cité sujette et à lui offrir un avertissement sur les dangers d’une domination trop sévère – double emploi quelque peu contradictoire, mais à but unique : apaiser les conflits qui mettent aux prises la cité et ses voisines, inciter Tarse à se résoudre à quelques concessions et se montrer moins autoritaire.

  • 76 La nature précise du conflit semble impossible à déterminer ; Dion dit simplement que l’affaire po (...)
  • 77 Voir infra, p. 192.
  • 78 Voir Guerber 1997, 96 et Bernhardt 1971, 190.

68Car il semble bien que tout le problème vienne de la façon dont Tarse exploite sa situation privilégiée de cité dominante. Un ancien conflit avec Aigée, bien que réglé à l’avantage de Tarse, a donné de celle-ci l’image d’une cité “haïssable et oppressive” ἐπαχθῆ καὶ βαρεῖαν ταῖς ἂλλαις, 34.10)76. Plus encore, le fait que Mallos et Aigée ne soient pas les seules à avoir eu des différends avec Tarse, mais que Soloi, Adana, peut-être d’autres encore, entretiennent des relations tendues avec la grande cité, fait naître le soupçon que toutes ces voix ne se font pas entendre sans raison et que Tarse se rend effectivement coupable “d’abuser en quelque façon des plus faibles et de les gêner” (ὑβρίζειν πῶς καὶ ἐνοχλεῖν τοὺς ἐλάττονας, 34.14). Il est difficile de comprendre avec précision ce que ces expressions recouvrent, les incidents qu’elles peuvent évoquer, mais il est question d’un rapport de force entre puissants et faibles. Tarse saisissait sans doute toutes les occasions possibles de manifester sa position de supériorité. Elle pouvait envoyer des convocations trop impérieuses (nous verrons à propos de Smyrne et Éphèse que les questions d’étiquette avaient une grande importance, et qu’une expression malheureuse dans un décret pouvait déclencher une crise ouverte77) ou encore afficher des exigences plus élevées que la normale dans les domaines où les petites cités voisines lui étaient rattachées (par exemple, lors des fêtes religieuses au cours desquelles chaque cité participante devait sans doute offrir un sacrifice). Elle pouvait aussi profiter des atouts que lui conférait sa position géographique et son statut de grande cité : Dion précise qu’elle a obtenu d’Auguste, en plus de la liberté, “le contrôle du fleuve et de la mer dans sa région” (34.8). L’expression renvoie sans doute au privilège de l’immunité78, mais suggère également que Tarse était en mesure de s’enrichir aux dépens de ses voisines, en adoptant, comme nous l’avons vu faire à Nicomédie, une politique fiscale et commerciale agressive.

69Le mécontentement, la quasi-rébellion généralisés qui se font sentir à l’encontre de Tarse sont sans doute dus à un faisceau de causes différentes, parmi lesquelles l’obligation de se rendre sur place pour assister aux assises n’est qu’un élément parmi d’autres. Mais la brève allusion à une résistance de Mallos face aux obligations du système des conventus indique que cet élément pouvait peser dans un conflit. Je pense qu’il est possible d’aller plus loin encore, et d’affirmer que le système des conventus était analysé par les Grecs comme le signe le plus marquant, l’expression la plus évidente d’une domination plus générale de la capitale sur les autres cités du district – domination d’ordre économique et culturel, notamment, comme c’est clairement le cas pour Tarse en Cilicie. Le statut de centre d’assises pouvait cristalliser les ressentiments des petites cités envers les grandes et apparaître comme le symbole d’un pouvoir écrasant.

  • 79 Jones 1978, 87.

70En effet, quand Dion évoque les plaintes répétées qui s’élèvent de toutes parts contre Tarse dans sa région, il ajoute que les cités en cause “sont mécontentes, profèrent des insultes et préfèreraient être soumises à d’autres” (καὶ βαρύνεσθαι καὶ βλασφημεῖν καὶ μᾶλλον ἐτέρων ὑπακούειν ἐθέλειν, 34.14). Quelle est donc cette soumission ou sujétion qui sonne de façon étonnamment anachronique, évoquant encore une fois le temps de la souveraineté ? Il me paraît plus que probable qu’elle englobe la dépendance administrative mise en place par les Romains avec le système des conventus. Elle peut aussi renvoyer à d’autres types de relations – notamment celles qui se nouent autour d’un centre du culte impérial provincial, si l’on comprend que les sacrifices demandés aux cités voisines de Tarse le sont à l’occasion de la célébration de ce culte. Mais cette “sujétion” doit obligatoirement s’exprimer par un statut précis, susceptible de changement, et ne saurait être comprise ici au sens général d’une dépendance économique ou culturelle : comment les habitants de Soloi et d’Adana pourraient-ils espérer dépendre économiquement et culturellement d’une autre cité, alors que la géographie et l’histoire s’étaient employées depuis plusieurs siècles à hisser Tarse au rang de capitale dans ces domaines ? En revanche, on conçoit beaucoup plus facilement qu’elles aient envisagé la possibilité – peut-être émis le désir, par les canaux officiels ? – d’être transférées dans un nouveau conventus. C. P. Jones a avancé le nom d’Anazarbe comme candidate potentielle pour un nouveau centre d’assises, peut-être un nouveau centre du culte impérial provincial dans la région79. Il est vrai que cette cité était visiblement en rivalité avec Tarse et était peut-être la seule de taille à la concurrencer.

71On retrouve des éléments similaires dans la situation d’Apamée de Phrygie, même si cette cité ne semble pas avoir eu les mêmes problèmes que Tarse : aucune allusion à des difficultés avec des cités voisines dans ce discours. En revanche, Dion fait un vibrant éloge de l’importance économique d’Apamée pour toutes les régions qui l’entourent. Elle bénéficie d’un site privilégié et donne naissance à des fleuves importants, dont le Méandre, qui constitue un axe de communication essentiel pour l’Asie. Dion présente ensuite Apamée, au prix de quelques distorsions géographiques, comme le centre autour duquel s’ordonnent les différentes régions : au nord et à l’ouest, Phrygie, Lydie et Carie dont elle est un “avant-poste” (τῆς τε Φρυγίας προκάθησθε καὶ Λυδίας, ἒτι δὲ Καρίας) ; au sud et à l’est, Cappadociens, Pamphyliens et Pisidiens qui “l’entourent” (ἂλλα τε ἒθνη περιοικεῖ, Καππάδοκές τε καὶ Πάμφυλοι καὶ Πισίδαι) ; pour tous ces peuples, elle constitue à la fois une place de marché et un lieu de réunion (ἀγορὰν καὶ ξύνοδον). Vient alors la phrase qui nous intéresse : “et beaucoup de cités anonymes d’une part, de villages prospères d’autre part, vous sont soumis” (καὶ τοῦτο μὲν πολλὰς τῶν ἀνωνύμων πόλεων, τοῦτο δὲ πολλὰς εὐδαίμονας κώμας ὑπηκόους ἒχετε, 35.14). L’adjectif correspond exactement au verbe employé pour décrire la relation des petites cités de Cilicie et de Tarse (ὑπηκόους ἒχειν d’un côté, ὑπακούειν de l’autre). Or, quelques lignes plus bas commence l’évocation du statut de capitale de conventus et de ses avantages. Il y a une sorte de rétrécissement progressif de la perspective dans ce passage : après avoir vanté la position d’Apamée aux sources du Méandre, qui traverse l’Asie entière, puis avoir évoqué les grandes régions historiques au croisement desquelles elle se situe et pour lesquelles elle joue le rôle d’une plaque tournante commerciale, Dion concentre son regard sur le cercle plus étroit des communautés qui sont directement et officiellement rattachées à la cité. Les “villages prospères” sont effectivement ceux qui se trouvent sur le territoire d’Apamée, mais les “cités anonymes” sont celles qui font partie du conventus dont Apamée est la capitale.

  • 80 Corbier 1991, 639-643.
  • 81 Bertrand 1991, 148-150.

72Il est vrai que le terme ὑπήκοος, tout comme le verbe συντελεῖν commenté plus haut, peut renvoyer à la pratique romaine de l’attribution et se trouve notamment employé en ce sens par Strabon. M. Corbier, invoquant cet usage et s’appuyant en outre sur des parallèles avec Pline l’Ancien, considère que dans le discours à Apamée les “cités anonymes” sont des agglomérations dépendantes au sens d’attribuées, ou intégrées au territoire d’Apamée par “toute une gamme de procédures pacifiques”, telles que la sympolitie80. Mais dans le discours de Dion à Tarse en tout cas, il est clair que le verbe ὑπακούειν ne s’applique pas à des cités attribuées : il est difficile de croire que Mallos, Aigée, Soloi, Adana et d’autres encore aient toutes été “données” de cette manière à Tarse. En revanche, il est tout à fait probable que toutes ces cités aient appartenu au conventus de Tarse. Un des rapprochements faits par M. Corbier pourrait d’ailleurs être exploité dans notre sens : le grec ἀνώνυμος fait écho à l’adjectif latin ignobilis, souvent employé par Pline pour qualifier des villages ou des cités attribués et rapproché ailleurs de l’obligation de payer tribut (laquelle rendrait les hommes “moins nobles”, ignobiliora). Voilà qui s’accorde tout aussi bien avec la dépendance administrative envers une capitale de conventus – à condition d’admettre mon hypothèse d’une dimension fiscale de ce statut – qu’avec celle d’une cité attribuée envers son attributaire. J.-M. Bertrand comprend, quant à lui, que les cités anonymes soumises à Apamée sont bien les cités dépendant du district judiciaire dont elle est le centre, mais il voit là l’emploi d’un “langage métaphorique” qui assimile cette situation à la dépendance d’une cité attribuée envers son attributaire ; il pense qu’une telle métaphore témoigne de ce que la pratique de l’attribution, très peu attestée sous l’Empire, était restée une pratique courante, banalisée81. Il me semble qu’une autre solution est envisageable : le vocabulaire classique de la sujétion (ὑπακούειν, ὑπήκοος, mais aussi συντελεῖν, συντελεία) a pu évoluer en deux sens parallèles, pour exprimer deux réalités différentes, mais ayant comme point commun d’être perçues comme des atteintes à l’indépendance des cités : l’attribution, d’une part, et le rattachement à une capitale de conventus, d’autre part. À la lecture des textes de Dion, je serais portée à croire que ce vocabulaire de la sujétion était normalement employé pour décrire les relations entre une cité centre d’assises et les cités de son district et qu’il témoigne précisément de ce qu’impliquaient ces relations pour les contemporains.

Conclusion partielle

  • 82 Veyne 1980, 130.

73On constate finalement, dans les divers passages étudiés, un certain nombre de glissements de sens ou d’abus de langage : “percevoir des tributs” signifie “accueillir une caisse régionale des tributs dus à Rome”, “juger” est employé pour “accueillir les assises”, “comparaître dans une autre cité” pour “comparaître au tribunal du gouverneur, qui se tient dans une autre cité”, “être soumis” pour “dépendre d’une capitale de conventus”, et les cités dépendant d’une capitale de conventus sont assimilées à des villages. Ces libertés de langage témoignent, à mon sens, de la prégnance des modèles de l’époque classique, dans le vocabulaire comme dans les catégories de pensée, et apportent une preuve supplémentaire de ce que le statut de capitale de conventus avait tendance à être perçu comme la prérogative d’une cité dominante. De même qu’à l’époque classique, les tribunaux athéniens réglaient non seulement les litiges qui mettaient aux prises les citoyens d’Athènes, mais encore un certain nombre de ceux qui concernaient les habitants des cités de l’empire, de même, et malgré le changement des temps, les citoyens des capitales de conventus pouvaient avoir le sentiment qu’ils accueillaient les procès de toute une région qui leur était juridiquement soumise – à eux, et non aux autorités romaines. Le même phénomène touchait la collecte des impôts dus à Rome : si ces derniers étaient bien, comme je l’ai soutenu, centralisés dans les capitales de conventus, cette procédure de perception fiscale pouvait évoquer les anciennes pratiques hégémoniques et être interprétée comme le signe d’une dépendance. La domination romaine était depuis longtemps acceptée et devenue la plupart du temps si naturelle que, pour reprendre les mots de P. Veyne, “on n’apercevait même plus les parois de ce transparent bocal”82. Les rapports de force entre cités étaient, eux, toujours vivaces et susceptibles de changement, aussi trouvaient-ils constamment le moyen de s’exprimer et étaient-ils ressentis avec plus d’acuité. Pour peu qu’une cité qui était centre d’assises insistât un peu trop rudement sur sa position de supériorité, et les incidents diplomatiques pouvaient se multiplier, la tension monter, comme entre Tarse et Mallos. Mais de toute façon, même sans incidents particuliers, le fait de dépendre d’une capitale de conventus représentait une forme de soumission, la confirmation d’un rang modeste au sein de la province et d’une position défavorable dans les rapports de force avec les cités plus favorisées.

Notes

1 Les partisans de la deuxième solution, majoritaires, ne sont pas unanimes sur la chronologie : faut-il, à la suite de Mommsen, faire remonter le système à la création de la province d’Asie, ou l’attribuer à une initiative plus tardive ? Kallet-Marx 1995, 116 et 135-136, plaide en faveur d’un développement progressif et empirique du système, en réponse au nombre croissant de citoyens romains dans la province, et pense que la période décisive est à situer après 84. Voir sa note 39 p. 136 pour un rappel du débat, avec les principales références. On peut y ajouter désormais Mitchell 1999, 22-29 et Merola 2001, 172-181.

2 Str. 13.4.12.

3 Milet, I. 2, 3, repris dans Sherk, RDGE, no 52. La datation traditionnelle, entre 56 et 50 (Sherk propose 51-50), reste la plus largement acceptée : voir le commentaire de P. Herrmann, Milet, VI. 1, p. 155 et la nouvelle interprétation de Canali De Rossi 2000, 164-172, qui propose d’identifier l’auteur de la lettre à Pompée, qui l’aurait écrite durant l’année 51.

4 Il y a quelque confusion à propos de ces “diocèses asiatiques”, qui étaient donc traditionnellement inclus dans la province d’Asie mais se trouvèrent temporairement rattachés à celle de Cilicie, entre 56 et 49. Cic., Fam., 13.67.1, en dénombre explicitement trois, mais sans les nommer (ex provincia mea Ciliciensi, cui scis τρεῖς διοικήσεις Asiaticas adtributas fuisse) ; dans sa correspondance, on trouve des assises attestées de façon certaine à Laodicée, Apamée, Synnada, mais aussi à Philomélion et Iconion (voir notamment Fam., 3.8.4-6, à rapprocher de Att., 5.21.9). Syme 1939 a reconnu dans les trois districts asiatiques les districts phrygiens de Laodicée, Apamée et Synnada. Mais Robert 1949a, 227, ajoute à cette liste Philomélion, considérant que les districts alors détachés de l’Asie sont au nombre de quatre, sans relever la contradiction avec le passage de Cicéron qui n’en compte que trois. Mitchell 1999, 23 et n. 18, reprend la liste de Robert et renvoie précisément à ce passage de Cicéron pour justifier sa mention des quatre cités connues d’après lui comme les Asiaticae dioeceseis – ce qui constitue une déformation flagrante des sources. La confusion provient de ce qu’à l’époque triumvirale, et durant toute la période impériale, le conventus de Philomélion, encore appelé conventus de Lycaonie, est effectivement inclus dans la province d’Asie. Mais Syme 1939, 131-133 et 142, a bien montré que cette modification destinée à durer n’est sans doute pas intervenue avant l’année 39 et qu’auparavant Philomélion a fait constamment partie de la province de Cilicie.

5 Après la lettre du proconsul datée des années 50 a.C. (Milet, I. 2, 3 = Sherk, RDGE, no 52), les autres documents permettant d’établir une liste, plus ou moins complète, des districts judiciaires et de leurs capitales sont, dans l’ordre chronologique : pour l’époque augustéenne, Plin., Nat., 5.95-126 (dont la source date vraisemblablement des années 20 a.C.) et la révision du règlement des douanes d’Asie publiée par Engelmann & Knibbe 1989 (le § 39, commenté p. 103-109, donne une liste de conventus datant de l’année 17 a.C ; le texte est repris dans son entier, avec des corrections et remarques, dans SEG, 39, 1989, 1180 et dans AE, 1989, 681 et 1991, 1501 ; commenté dans Bull. ép., 1991, 480) ; pour l’époque impériale, la liste reconstituée à partir d’une inscription datant du règne de Caligula (IDidyma, 148) par Robert 1949a et une inscription fragmentaire de l’époque flavienne publiée par Habicht 1975, où les communautés de la province sont classées par conventus (repris dans IK, 11.1-Ephesos, 13 ; voir aussi Bull. ép., 1976, 595 et 1977, 450, ainsi que SEG, 1989, 1181). Des tableaux comparatifs résumant l’apport de ces différentes sources sont présentés par Engelmann & Knibbe 1989, 107-108 et Sartre 1995, 199. J’en propose également un en annexe (tableau no 1), avec des notes explicatives supplémentaires. Pour une étude d’ensemble des documents relatifs aux conventus et une synthèse des principaux points de débat, on peut enfin renvoyer à Merola 2001, 143-181.

6 Voir Sherk, RDGE, no 59-60 (repris avec de nouvelles interprétations par Canali De Rossi 2000, 172-181) et le commentaire de Habicht 1975, 71.

7 Halicarnasse apparaît comme centre d’un district judiciaire dans la liste de l’époque flavienne, mais son conventus ne compte, en-dehors d’elle-même, que trois membres : Myndos, Bargylia et Cos. Celui de Mylasa était certainement plus vaste et une partie des cités qui le composaient (au premier rang desquelles Mylasa elle-même) ont dû être rattachées à une autre capitale. Pour la date de la création du conventus d’Halicarnasse (époque augustéenne), voir le tableau no 1 en annexe, avec la n. 1.

8 Pour le tremblement de terre, voir Str. 12.8.18. Pour le rattachement de Tralles-Césarée au conventus de Sardes, voir Plin., Nat., 5.111.

9 La liste de l’année 17 mentionne une διοίκησις Κιβυρατική, mais Cicéron parlait déjà de forum Cibyraticum alors que Laodicée, et non Kibyra, était centre d’assises (voir les références n. 4 et 5 p. 125-126 et Ameling 1988, 18-24, qui rassemble les témoignages prouvant qu’à l’époque républicaine, c’est bien Laodicée qui était la capitale du conventus dit de Kibyratide). Dans la liste des néopes de Caligula, il y a un citoyen de Laodicée. L. Robert comptait ce cas parmi ceux où le représentant du conventus n’était pas originaire de la capitale, mais d’une autre cité (ainsi, Tralles pour le conventus d’Éphèse, etc.) ; mais on pourrait tout aussi bien soutenir que Laodicée envoyait alors un délégué en tant que capitale de conventus, et non en tant que cité membre d’un conventus dont la capitale serait Kibyra. Le seul texte que l’on peut véritablement invoquer pour soutenir l’idée d’un transfert des assises de Laodicée à Kibyra est celui de Plin., Nat., 5.105 (c’est d’ailleurs sur lui que se fonde L. Robert pour établir Kibyra au lieu de Laodicée à la tête du conventus sous Caligula). Or, ce texte n’est pas absolument clair : mediterraneas iurisdictiones indicasse conveniat ; una appellatur Cibyratica ; ipsum oppidum Phrygiae est ; conveniunt eo XXV civitates, celeberrima urbe Laodicea… Robert 1949a, 225 n. 4, comprend : “là (c’est-à-dire à Kibyra) se réunissent…”. Mais Ameling 1988, 23 n. 72 fait remarquer qu’une très légère correction suffirait à changer le sens de la phrase : conveniunt ea (iurisdictione)… Il faut encore invoquer le parallèle de Plin., Nat., 5.95 : Hos includit Lycaonia in Asiaticam iurisdictionem versa, cum qua conveniunt Philomelienses, Thymbriani… Robert 1949a, 225 n. 2, comprend cette fois que les assises se tiennent à Philomélion. Or, la structure de la phrase est assez similaire à celle où il est question de Laodicée : Pline ne dit pas explicitement que Philomélion est la capitale du conventus, il se contente de la citer en premier. On pourrait avoir le même procédé pour Laodicée.

10 Str. 12.8.18.

11 Plin., Nat., 5.111 et Aristid., Or., 50.96-98.

12 Plin., Nat., 5.126 et OGI, 517 (IGR, IV, 1287). Sur la date du voyage de Caracalla en Asie Mineure (fin 213 et non pas fin 214), voir infra, p. 223.

13 La restitution de Dittenberger est la suivante : [ἀγωνοθετήσαντα] ἐνδόξως [ὐπὲρ τ]οῦ κυρίου ἡμῶν [Aὐτοκρ]άτορος Μάρκου Aὐρ[ηλίου Ἀντωνίνου κατὰ τὴν τοῦ Σεβ]αστοῦ πατρòς αὐτοῦ [Aὐ]τοκράτορος Ἀντωνίνου ἐπιδημίαν, ὁπότε... Il comprend que le notable a assumé les frais d’une agonothésie accordée in absentia à Élagabal, au moment du séjour de Caracalla. L’éditeur des IGR suit la restitution proposée par Keil et von Premerstein, selon laquelle le notable a simplement été agonothète durant le séjour de Caracalla, qui était alors accompagné d’Élagabal : [ἀγωνοθετήσαντα] ἐνδόξως [κατὰ τὴ]ν τοῦ κυρίου ἡμῶν [Aὐτο]κράτορος Μάρκου Aὐρ[ηλίου Ἀντωνίνου Σεβ. μετὰ τοῦ Σ]εβαστοῦ πατρòς αὐτοῦ [Aὐ]τοκράτορος Ἀντωνίνου ἐπιδημίαν, ὁπότε... Pour notre propos, il n’est pas nécessaire de trancher.

14 Il me semble qu’il faut rejeter l’hypothèse formulée par Strubbe 1984-1986, 295-296, qui interprète une autre inscription de Thyatire (TAM, V. 2, 966) en lien avec la promotion de la cité au statut de capitale de conventus. Il s’agit d’une inscription en l’honneur de C. Iulius Iulianus Tatianus, qui y porte le titre de “fondateur de la cité” (οἰκιστὴν τῆς πόλεως) et dont il est précisé qu’il “a mené à ses frais une ambassade devant l’empereur et a assuré de très grands succès à sa patrie” (πρεσβεύσαντα πρòς τòν αὐτοκράτορα προῖκα καὶ κατορθωσάμενον τὰ μέγιστα τῇ πατρίδι). Strubbe proposait de comprendre que l’empereur mentionné était Caracalla et que l’ambassade menée devant lui par Tatianus avait eu pour résultat d’élever Thyatire au statut de centre d’assises. Mais cela n’est pas cohérent avec ce que nous apprend l’inscription IGR, IV, 1287 : si la promotion de Thyatire a été obtenue alors que Caracalla était présent dans la cité, elle ne peut pas avoir été le résultat d’une ambassade lointaine (dont les frais ont été pris en charge par l’ambassadeur lui-même). De plus, l’inscription en l’honneur de Tatianus présente celui-ci comme le petit-fils de Flavius Moschus – un nom qui apparaît sur des monnaies de Septime Sévère, Caracalla et Geta. Si l’identification est juste, elle oblige à situer la période d’activité de Tatianus bien après le règne de Caracalla. Voir Campanile 1994a, no 157 p. 136-137, qui considère l’hypothèse de Strubbe comme “hardie”.

15 Aux exemples que j’ai brièvement développés ici, il faut ajouter Cyzique, qui est sans doute devenue centre d’assises à l’époque augustéenne ; voir le tableau no 1 en annexe, avec la n. 5.

16 Voir Reynolds 1978, 114-115 et 119-120 (Oliver 1989, no 123). Antonin refuse aux Bérénicéens de Cyrénaïque le statut de centre d’assises en invoquant l’argument suivant : il est difficile d’ajouter de nouveaux jours d’assises à ceux que le gouverneur assume déjà, car celui-ci est également en charge de la Crète et ne saurait prolonger son séjour en Cyrénaïque.

17 Pour le nombre exact de bouleutes, voir Dion Chr. 45.7 ; pour l’autorisation d’enrôler de nouveaux conseillers et la somme honoraire qu’il leur fallait payer, voir Plin., Ep., 10.39.5 et 112.1 et la lettre d’Antonin à une cité inconnue (Bull. ép., 1956, 159).

18 Cette entrevue semble avoir eu lieu au tout début du règne de Trajan : en 45.2, Dion rappelle qu’il n’a pas eu le temps d’arriver à Rome avant la mort de Nerva ; en 40.15, il suggère que Pruse a été la première cité favorisée par Trajan. Pour un rappel des deux privilèges obtenus grâce à Dion, sans doute conjointement, voir 48.11.

19 L’apparat critique de la collection Loeb est incomplet : il signale la première correction (τῶν ἰδιωτῶν à la place de τῶν ἡγεμόνων), mais non la deuxième, ce qui donne à penser que le texte original comporte deux fois la mention τῶν ἡγεμόνων. En réalité, “les gouverneurs” et “les particuliers” apparaissent bien dans les manuscrits, et dans cet ordre. Voir l’apparat de von Arnim 1896, 72.

20 Les “honneurs extravagants” rendus aux gouverneurs, que Dion évoque au § 4, trouvent un écho au § 5 dans l’allusion aux “flatteries faites à des hommes si bas” (θεραπεύοντες ἀνθρώπους οὕτω ταπεινούς). Cuvigny 1994, 117 n. 13, gêné par l’octroi de ce qualificatif très péjoratif à des représentants de l’autorité romaine, propose de retenir la leçon présentée par deux manuscrits, qui remplace ταπεινούς par ταπεινῶς (c’est le fait de flatter qui est bas, et non les hommes flattés). Mais Swain 1996, 229-230, qui adopte la version non corrigée du texte, ne trouve pas choquant que Dion s’exprime si cavalièrement à propos des gouverneurs ; cela s’accorde avec sa thèse, selon laquelle Dion peut avoir une vision assez négative et critique du pouvoir romain.

21 Voir à ce sujet Robert 1984, 482-486, qui montre la continuité de ces “réceptions” de gouverneurs avec la pratique hellénistique de l’accueil des rois. Notons que le terme d’apantésis, habituel pour désigner ces cortèges d’accueil, correspond exactement au texte de notre passage (ἀπαντῶντες πανδημεί).

22 Dion Chr. 48.1-2.

23 Dion Chr. 38.36-37. Voir infra, p. 318.

24 Jones 1978, 108, comprend dans ce passage le terme ἡγεμών au sens d’empereur, mais en admettant la possibilité de l’interpréter au sens de gouverneur. Il est vrai que certaines sources (y compris Dion lui-même) attribuent explicitement la promotion au statut de centre d’assises à l’empereur. Mais, comme le fait d’ailleurs remarquer Jones, le gouverneur pouvait avoir son rôle à jouer, en soutenant la pétition de la cité, voire en l’autorisant si une telle autorisation préalable était nécessaire. Dans mon interprétation, les deux passages mentionnant l’action d’un ou plusieurs ἡγεμόνες se répondent et, s’il n’est pas impossible qu’ils renvoient tous deux aux faux espoirs suscités par les empereurs successifs, il me semble que les rencontres assez fréquentes et les rebondissements qu’ils suggèrent correspondent mieux à des relations avec les représentants à la fois plus proches et plus éphémères du pouvoir romain – le gouverneur ou ses adjoints.

25 Comme le signale Cuvigny 1994, 110-111 et 116 n. 8, le fait qu’au moment où il rappelle le succès de son entrevue avec Trajan, Dion fasse remarquer qu’il n’a pas profité de cette occasion pour rétablir sa fortune détruite ou obtenir quelque autre faveur personnelle suggère que le sophiste n’était pas en mission officielle auprès de l’empereur, mandaté par ses concitoyens, mais qu’il agissait de sa propre initiative ; sinon, il n’aurait pas pu se vanter de son désintéressement, la mission d’ambassadeur excluant par elle-même toute tentative de profit personnel.

26 Voir Jones 1978, 138-139 et Sheppard 1984, 172-173, qui datent tous deux le discours 40 de l’année 101, et le discours 45, respectivement des années 101-103 et 101-102.

27 Jones 1978, 108-109, suppose que Pruse, avant sa promotion, dépendait du conventus d’Apamée et renvoie à Broughton 1938, 709. Mais celui-ci, en l’absence de sources sur le sujet, ne fonde sa liste des conventus de Bithynie que sur des probabilités. Th. Corsten, IK, 32-Apameia, p. 15, comprend au contraire notre texte comme une preuve que les gens d’Apamée doivent désormais se faire juger à Pruse.

28 Reynolds 1978. Le dossier a été repris par Oliver 1989, no 120-124 p. 274-284. Le texte qui nous intéresse ici est le no 123. Sur ce dossier, voir aussi infra, p. 204-205.

29 Laronde 2004, 190-193.

30 Pour quelques exemples de cette précision, voir Bull. ép., 1968, 462.

31 Burton 1975, 98.

32 Robert 1934, 278. Également en ce sens Desideri 1978, 181. Jones 1978, 68, reprend l’argumentation de Burton pour rejeter les inscriptions comme fondement de la théorie d’un cycle non annuel des assises, mais comprend παρ’ ἔτoς, dans le discours de Dion, au sens de “tous les deux ans”. Selon lui, le texte doit s’expliquer par une récente mesure de Trajan, qui aurait allongé l’intervalle de temps entre deux sessions d’assises ; la suite du discours, évoquant les plaintes des provinciaux, las d’être traînés d’un lieu à l’autre, renforcerait cette hypothèse. Mais les rumeurs auxquelles donnent lieu les plaintes des provinciaux, et dont Dion se fait l’écho, disent que l’intervalle de temps va être allongé, et non qu’il l’a été (φασὶ δὲ νῦν ἒσεσθαι διὰ πλείονος χρόνου).

33 Plut., Moralia, 501 E-F. Swain 1996, 228 n. 155, tente de concilier les témoignages de Plutarque et de Dion (il comprend παρ’ ἒτος au sens de “tous les deux ans”) en émettant l’hypothèse que le cycle des assises n’était pas le même dans toutes les régions de la province d’Asie : annuel à Smyrne, où se situe le récit de Plutarque, il serait biennal à Apamée de Phrygie. Mais cette idée ne me convainc pas, d’autant qu’un argument de bon sens plaide en faveur d’un cycle annuel, valable dans toute la province : le poste de proconsul étant renouvelé chaque année, il devait impliquer à chaque fois les mêmes devoirs, la même charge de travail ; il me semble difficile d’admettre que certains proconsuls aient été dispensés de rendre la justice (ou n’aient été tenus de la rendre que dans un nombre limité de centres judiciaires).

34 Voir De Visscher 1940, 119-134, qui différencie une justice “bénévole” ou “de grâce”, exercée à la demande des parties, et une justice “de droit”, relevant exclusivement de Rome et comptée parmi les devoirs du gouverneur. Burton 1975, 102, considère que la tendance des provinciaux à faire appel à la justice romaine devait placer le proconsul devant un nombre impressionnant de cas à traiter lors des assises.

35 Robert 1949a.

36 Robert & Robert 1983, 31-32. Une inscription retrouvée au nord de Magnésie du Méandre et datée du milieu du iie s. p.C. nous apprend que “la cité d’Amyzon a construit pour l’Asie la section qui lui revenait de (la route appelée) Trachôn” (ἡ Ἀμυζονέων πόλις τò ἐπιβάλλον αὐτη μέρος τοῦ Τράχωνος τῇ Ἀσίᾳ κατεσκεύασεν). Dans la mesure où le lieu de trouvaille est assez éloigné du site d’Amyzon, qui se trouve beaucoup plus au sud, on ne peut pas conclure que “la section revenant à Amyzon” correspondait au tronçon de route qui passait sur le territoire de cette cité. Il faut bien pourtant qu’un critère ait servi à répartir la tâche de manière cohérente ; or, la liste des conventus d’époque flavienne nous apprend qu’Amyzon et Magnésie faisaient toutes deux partie du district dont la capitale était Milet. J. et L. Robert en ont déduit que la charge des travaux de construction de la route (leur financement, mais aussi leur mise en œuvre, qui impliquait le transport de magistrats chargés de surveiller les travaux, de contremaîtres, peut-être d’ouvriers) avait été répartie par conventus, puis, à l’intérieur de chaque conventus, entre les cités membres.

37 Knibbe et al. 1993, no 8-10 p. 116-121. Entre 29 et 32 p.C., trois lettres du proconsul P. Petronius confirment à la gérousia d’Éphèse (peut-être après une remise en cause de ces privilèges, voir Lewis 2000) l’exemption de certaines charges, dont “les garanties par diocèse” (αἱ παρὰ ou κατὰ διοίκησιν ἐνγύαι). Il faut sans doute comprendre, comme le font les éditeurs, que ces garanties (sous la forme d’hypothèque de biens meubles ou immeubles) concernent des emprunts destinés à alimenter la caisse provinciale, dont le montant a été réparti par conventus, chaque circonscription devant garantir sa part de la somme à rembourser. Il y a une incohérence dans l’édition de ces inscriptions : alors que dans la reproduction du texte grec, les éditeurs donnent à trois reprises, en toutes lettres ou restituée, la version παρὰ διοίκησιν, dans le commentaire ils impriment par deux fois la version κατὰ διοίκησιν, qui fait en effet davantage de sens. Aucune explication n’est donnée et en l’absence de photos ou de fac-similé, il est impossible de se prononcer. Quelle que soit la lecture correcte, il me semble que l’essentiel demeure : le lien entre la division en conventus et les cautions financières exigées de la province.

38 Première publication par Engelmann & Knibbe 1989, 103-109. L’ensemble de l’inscription est en cours de réédition dans le cadre d’un travail collectif, avec nouvel établissement du texte, traduction et commentaire, à paraître prochainement à Oxford sous le titre The Customs Law of Asia. Je remercie J.-L. Ferrary de m’avoir permis de consulter les premières épreuves de ce travail, sur lequel je me suis appuyée.

39 En ce sens Nicolet 1994, 158 et Merola 2001, 171 (après avoir proposé d’autres interprétations, selon moi peu convaincantes).

40 Robert & Robert 1989, col. II, l. 4 ; Reynolds 1982, no 14 et 15 p. 113-118 (Oliver 1989, no 48 p. 140-141 et 69 p. 166-167).

41 Opinion partagée par Ameling 1988, 16-18, Nicolet 1994, 158 et Merola 2001, 159.

42 Cic., Att., 5.15.3.

43 Habicht 1975.

44 Voir ses remarques finales, sur le fait que le système des conventus devait servir de cadre à bien des tâches administratives, parmi lesquelles sont évoqués the census and the system of tax-collection, Habicht 1975, 90-91.

45 Knibbe 1987, qui propose une interprétation des différentes rubriques, correspondant selon lui à divers impôts sur les personnes et les biens destinés au fiscus Asiaticus (résumé dans SEG, 1987, 884). Voir également la remarque de Mitchell 1999, 27.

46 Merola 2001, 152-159.

47 Pour un panorama rapide de la question, on peut se référer à l’article de Jones 1974, 161-168. Voir aussi Brunt 1981, repris dans Brunt 1990, 324-346, avec des addenda p. 531-540.

48 Brunt 1990, 535-537. Voir aussi Corbier 1991, 659-662, qui nuance cette idée en soulignant le risque alternatif de pertes à subir pour le notable, “responsable sur ses deniers” en cas de mauvaise rentrée de l’impôt.

49 Brunt 1990, 531-532.

50 Brunt 1990, 538-540.

51 Cic., Flac., 68.

52 Ameling 1988, 11-14 et Mitchell 1999, 27. Merola 2001, 172, conteste cette conclusion et pense que le choix de ces cités comme lieu de dépôt peut s’expliquer simplement par leur rôle de centre régional et l’importance de leur communauté juive, sans qu’il soit besoin de faire intervenir leur statut de capitale de conventus. Mais ces différentes raisons ont pu se cumuler, au lieu de s’exclure.

53 Cic., Fam., 3.5.4, commenté par Nicolet 1994, 169.

54 Cassiod., Chron., 484/a. u. c. 670.

55 Magie 1950, 238 et 1116-1118, qui reprend et discute les précédentes hypothèses. Plus récemment, Kallet-Marx 1995, 266 et n. 26, inclut la référence à Cassiodore dans une note traitant de la répartition des taxes imposées aux Grecs par Sylla, ce qui prouve qu’il considère lui aussi ce texte comme se rapportant aux mesures fiscales de 84. Mitchell 1999, 29, fait l’hypothèse que les 44 régions de Cassiodore correspondraient à 11 districts judiciaires, chacun divisé en 4. Mais la liste de conventus qu’il propose pour cette période n’est assurée par aucun document contemporain et est de toute façon mal reconstituée (selon l’inscription des années 50 a.C., il y a 9 conventus en Asie, plus 3 provisoirement rattachés à la Cilicie). Voir le tableau no 1 en annexe.

56 Merola 2001, 178-179.

57 App., Mithr., 62-63 ; Cic., Flac., 32 et QF, 1.1.33.

58 Ritti 1999.

59 Elle paraît tenir pour assuré que cette cité est encore capitale de conventus à cette époque. Mais l’on ne peut exclure que Kibyra ait remplacé Laodicée comme centre d’assises à l’époque impériale. Voir ma discussion supra p. 126-127.

60 Reynolds 1978, 114, l. 75 (Oliver 1989, no 123).

61 Milet, I. 2, 3 et OGI, 458 (Sherk, RDGE, no 52 et 65).

62 Je me sépare ici de Desideri 1978, 418, qui pense que tout le passage décrit une situation irréelle.

63 Jones 1978, 86 et Cuvigny 1994, 34 n. 12.

64 Voir Jones 1978, 87 et Jones 1974, 182. Quant à savoir sur quelles terres et quelles catégories de personnes la dîme était prélevée, il semble qu’il faille y renoncer faute de documents explicites. Les différentes hypothèses avancées paraissent gratuites (voir Merola 2001, 88).

65 Dig., 27.1.6.2.

66 Voir Cuvigny 1994, 59 n. 19.

67 Un bon exemple de cette attitude est donné par Trajan, qui conseille de respecter, dans la mesure du possible, les lois particulières des cités de Bithynie et du Pont : Plin., Ep., 10.109 et 113.

68 Dion Chr. 34.44 et 46 ; 48.3.

69 Ainsi que le suggère Jones 1978, 108. Voir aussi Plin., Ep., 10.58.1, qui mentionne la convocation de juges parmi les citoyens de Pruse lors des assises tenues dans cette cité.

70 Dion Chr. 38.26, commenté supra, p. 147-149.

71 Je ne comprends pas très bien à quoi renvoie concrètement cette expression : un synœcisme forcé ? une attribution décidée par Rome ?

72 Une variante de cette interprétation a été proposée par Bertrand 1991, 148-150. Voir infra, p. 161.

73 Ce qui est très différent de l’interprétation de Cuvigny : selon celle-ci, Dion dirait que le fait de ne pas être un village est un sujet de fierté pour une cité ; selon la mienne, que le fait de ne pas être rattaché à une capitale de conventus, comme un village à la cité dont il dépend, est une source d’orgueil.

74 Voir supra, p. 115-118.

75 Voir infra, p. 195-196.

76 La nature précise du conflit semble impossible à déterminer ; Dion dit simplement que l’affaire portait sur des “registres” ou des “déclarations” (τò περὶ τὰς ἀπογραφάς), ce qui suggère un lien avec quelque tâche administrative. Tout en reconnaissant le caractère hasardeux de la supposition, je risquerais volontiers l’hypothèse d’un document ayant trait à la répartition des impôts dus à Rome, qui devaient, selon moi, transiter par Tarse. Peut-être Aigée se considérait-elle trop lourdement ponctionnée et Tarse exigeait-elle de manière brutale le versement de la somme due ?

77 Voir infra, p. 192.

78 Voir Guerber 1997, 96 et Bernhardt 1971, 190.

79 Jones 1978, 87.

80 Corbier 1991, 639-643.

81 Bertrand 1991, 148-150.

82 Veyne 1980, 130.

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search