Version classiqueVersion mobile

“Les bêtises des Grecs”

 | 
Anna Heller

Première partie. Les conflits liés au territoire

Chapitre III. L’époque impériale : un apaisement fallacieux ?

Texte intégral

  • 1 Pour la première idée, voir Brunt 1961, 189-227 (= Brunt 1990, 53-95 et les addenda p. 487-506). P (...)

1Loin de l’incertitude permanente qui marqua la fin de l’époque républicaine, mais loin aussi de l’exercice encore limité du pouvoir que Rome pratiqua après la création de la province d’Asie, l’époque impériale peut sembler avoir réduit au minimum les possibilités de conflits traditionnels, liés à la question du territoire. De fait, le Haut-Empire a longtemps été présenté par les Modernes comme le temps de l’apaisement. Dans un monde pacifié, prospère, quadrillé par une administration qui s’est développée et systématisée, il n’y aurait plus place pour la poursuite des anciennes querelles entre cités. Mais, de même qu’a été remise en cause et nuancée l’idée d’une opposition tranchée entre les fréquents abus des magistrats et des publicains à l’époque républicaine et la tranquillité dont auraient joui les provinciaux à l’époque impériale, on en est venu à souligner la permanence des conflits territoriaux sous l’Empire1.

  • 2 Burton 2000. Voir aussi Aichinger 1982.
  • 3 Je laisse de côté les 6 cas de délimitation de frontières entre des communautés et des propriétés (...)
  • 4 Burton 2000, 213, remarque à juste titre que l’empereur est loin d’être toujours mentionné dans le (...)

2Récemment, un article a étudié cette question de manière systématique, proposant en annexe un recensement de tous les cas attestés à l’époque impériale par les documents épigraphiques2. Il en ressort, d’une part, que les conflits entre cités voisines à propos d’un tracé de frontière ou d’un territoire contesté ne se sont nullement éteints avec l’instauration du principat (82 cas recensés sur l’ensemble des provinces3) et, d’autre part, que le règlement de ces conflits était très largement pris en charge par les représentants du pouvoir romain – le plus souvent les gouverneurs, mais aussi des légats impériaux, parfois spécialement mandatés pour l’occasion, ainsi que, dans certains cas, l’empereur lui-même. Ce dernier, même quand il n’était pas personnellement à l’origine du jugement rendu, cautionnait toujours, en tant qu’autorité suprême du monde romain, les décisions prises par les membres de l’administration4.

  • 5 Le dépouillement de Burton ne donne aucun cas pour la Bithynie (il faut se tourner vers les témoig (...)

3La province d’Asie et la Bithynie, objet de notre étude, ne sont pas les régions où les cas de litiges frontaliers sont le mieux attestés5. Un petit corpus se dégage toutefois, composé de documents de nature différente – textes épigraphiques tels qu’une borne-frontière, une inscription honorifique, les pièces d’un dossier juridique ; textes littéraires reproduisant des discours d’apaisement adressés à des cités en conflit. À côté des exemples de contestations portant sur un morceau de territoire ou un tracé de frontière, on est alors amené à distinguer un autre type de litige, qui n’est pas nouveau mais dont la documentation de l’époque impériale donne une image relativement plus précise que celle de l’époque républicaine : les conflits portant sur le contrôle de certains courants commerciaux et que l’on pourrait appeler, pour simplifier, des conflits économiques. L’étude des quelques cas qui suivent, centrée sur l’analyse des causes de conflit et des procédures amenant à un règlement, permettra de constater que, malgré les mutations indéniables que connaît le monde des cités sous l’Empire, une forme de continuité se maintient dans la structure et la régulation des relations de voisinage.

I. Litiges frontaliers

1) Le “rétablissement des frontières” d’Héraclée de la Salbakè

  • 6 Robert & Robert 1954, no 78 p. 180-181 avec le commentaire p. 222-225. L’inscription, acquise dans (...)
  • 7 La pierre ne livre que son nomen, qui est en partie mutilé mais se restitue sans hésitation, car c (...)
  • 8 Pol. 21.45.5. Voir supra, p. 34-35.

4Une inscription honorifique étudiée par J. et L. Robert et datée du début du règne d’Hadrien témoigne que la cité d’Héraclée, au pied du mont Salbacos, aux confins de la Carie et de la Phrygie, eut recours à l’un de ses citoyens pour faire valoir ses droits dans un litige frontalier6. Le personnage honoré, un certain Aburnius7, a mené une carrière équestre dans l’armée romaine sous le règne de Trajan. Il a participé à la guerre parthique et a été décoré par l’empereur pour ses services en tant que tribun de la légion VI Ferrata, en Syrie. Il a également fait l’objet de décrets honorifiques dans de nombreuses provinces : l’homme semble avoir été un exemple accompli de l’intégration des élites provinciales aux élites romaines. Après avoir rappelé en détail son cursus dans l’armée et avant d’évoquer les honneurs reçus dans les provinces, le texte mentionne une seule activité civique : Aburnius a été “l’avocat de sa patrie pour le rétablissement des frontières” (γενομένῳ δὲ καὶ ἐγδίκῳ ὑπὲρ τῆς πατρίδος περὶ τῆς τῶν ὃρων ἀποκαταστάσεως, l. 15-17). Nous avons vu que le verbe ἀποκαθίστημι pouvait être employé dans le contexte de conflits territoriaux à rebondissements, dans lesquels une région contestée passe à plusieurs reprises d’une cité à l’autre : ainsi, les membres de la commission de Manlius Vulso ont “rendu” (ἀποκατέστησαν) à Milet un territoire que Philippe V lui avait enlevé au profit de Magnésie8. De même, le terme ἀποκατάστασις implique le retour à un état antérieur, dont l’altération provisoire était jugée illégitime et demandait réparation. Aussi J. et L. Robert ont-ils naturellement compris qu’Héraclée “avait revendiqué, contre une ou plusieurs cités voisines, la possession d’un territoire dont elle prétendait qu’il lui avait appartenu autrefois”. Ils ont également proposé de replacer cette revendication territoriale dans le contexte d’une “refondation” de la cité par Trajan.

  • 9 Il s’agit d’inscriptions retrouvées à Claros et commémorant la consultation de l’oracle par des dé (...)
  • 10 Buckler 1937 et Robert 1946c. Voir aussi Robert & Robert 1954, no 40 p. 163-164 (MAMA, VI, 97), un (...)
  • 11 Voir par exemple TAM, V.2, 859.
  • 12 La fonction de préposé à l’annone était prestigieuse et souvent signe de la faveur impériale. Voir (...)

5En effet, le nom d’Heraclea Ulpia, qui établit un lien personnel avec cet empereur (Marcus Ulpius Traianus), est attesté pour la cité dans deux inscriptions du iie s.9 Ce nouveau nom, malgré son caractère apparemment très éphémère, témoigne d’une action favorable de Trajan envers la cité. Or, une découverte épigraphique a montré que le médecin personnel de cet empereur, un certain Statilius Criton, connu par les témoignages littéraires, était originaire d’Héraclée ; il semble même avoir été compté parmi les “fondateurs de la patrie” (κτίσται τῆς πατρίδος)10. Il faut en conclure que ce personnage, comme tant d’autres qui exerçaient une influence auprès du maître suprême, œuvra pour attirer la faveur impériale sur sa cité d’origine. Par ailleurs, la reconstitution de l’itinéraire de Trajan en route pour la guerre parthique fait d’Héraclée une étape possible. La présence de l’empereur donne toujours à une cité l’espoir de recevoir quelque bienfait, en échange des manifestations éclatantes de loyauté qu’elle ne saurait manquer d’organiser11. Selon J. et L. Robert, c’est donc le passage de Trajan, au moment de l’offensive contre les Parthes, qui permit à Héraclée d’obtenir un élargissement de ses frontières, et c’est ce succès, sans doute accompagné d’autres faveurs, qui justifia l’adoption du nom Ulpia. Aburnius ayant été, entre autres, “ curator annonae dans la guerre parthique sur la rive de l’Euphrate” ἐπιμελητῇ εὐθηνίας ἐν τῷ πολέμῳ τῷ Παρθικῷ τῆς ὂχθης τοῦ Εὐφράτου, l. 7-9)12, il a pu accompagner Trajan lors de son séjour à Héraclée, si ce séjour a bien eu lieu ; il a dû en tout cas être suffisamment proche de lui pour être choisi comme egdikos dans une affaire qui, selon cette interprétation, a toutes les chances d’avoir été portée à la connaissance directe de l’empereur. Aburnius, en remplissant pour sa cité la fonction officielle d’avocat, et Statilius Criton, en usant, de manière peut-être plus informelle, de son crédit auprès de Trajan, ont tous deux contribué à l’amélioration du sort de leur patrie. Leur intervention démontre clairement l’importance du rôle tenu par les élites locales dans la défense des intérêts d’une cité, surtout quand ces élites ont entrepris une ascension au sein de l’administration romaine ou de l’entourage impérial. Le médecin personnel de l’empereur, tout comme le brillant officier qui a fait carrière en Syrie, n’oublient pas de mettre leur réussite sociale au service de leur cité, quand le besoin s’en fait sentir.

  • 13 Haensch 1999.
  • 14 Robert & Robert 1954, no 166 et 167. Bref commentaire dans Bresson 2003, 173.

6Cette interprétation, pour convaincante qu’elle soit, doit toutefois être nuancée, en même temps que précisée, depuis la découverte d’une nouvelle inscription d’Héraclée13. Ce texte bilingue, trouvé à 2 km seulement du site d’Apollonia de la Salbakè, rappelle que “sur l’ordre de l’empereur Nerva Trajan César Auguste Germanique Dacique, les villages de Cosa et Anticosa, consacrés à Artémis Sbryallis, ayant été assignés à Héraclée par Pomponius Bassus, leurs frontières ont été fixées par Baebius Tullus, proconsul d’Asie, agissant par l’intermédiaire de G. Valerius Victor, préteur désigné légat propréteur” (ἐξ ἐπιταγῆς Αὐτοκράτορος Νέρβα Τραιανοῦ Καίσα[ρ]ος Σε[β]αστοῦ Γερμανικο[ῦ] Δακικοῦ κωμῶν Κοσων καὶ Ἀντικοσω[ν], καθιερωμένων Ἀρτέμιδι Σβρυαλλιδι, προσκριθεισῶν Ἡρακλεώταις ὑπò Πομπωνίου Βάσσου, ὃροι ἐτέθησαν ὑπò Βαιβίου Τούλλου ἀνθυπάτου Ἀσίας διὰ Γαίου Βαλερίου Βίκτρο[ς στ]ρατηγοῦ ἀποδεδε[ι]γμένου πρεσβευτοῦ καὶ ἀντισ[τ]ρα[τ]ήγου). Le proconsulat de Baebius Tullus peut être daté, avec assez de vraisemblance, de l’année 110/111. La délimitation effectuée sous sa responsabilité est sans nul doute la conséquence d’une décision de justice tranchant en faveur d’Héraclée un litige dont on peut supposer, sans grand risque d’erreur, qu’il opposait cette cité à sa voisine Apollonia. La localisation de l’inscription suggère en effet que les deux villages dont la propriété a été reconnue à Héraclée formaient une enclave dans le territoire d’Apollonia, qui pouvait naturellement être tentée de les annexer. R. Haensch, l’éditeur de cette inscription, fait le rapprochement avec celle qui honore Aburnius et estime avec vraisemblance, étant donné leur proximité géographique et chronologique, que toutes deux se rapportent au même litige. Dès lors, il faut en conclure que les villages sacrés de Cosa et Anticosa étaient disputés depuis longtemps entre Apollonia et Héraclée, puisque la victoire de cette dernière est présentée, dans l’inscription en l’honneur d’Aburnius, comme la “restauration” ou le “rétablissement” d’anciennes frontières. À cet égard, deux décrets d’Apollonia datant de l’époque séleucide offrent à nos inscriptions de l’époque impériale un arrière-plan intéressant14. Le plus ancien décret, sans doute à situer sous le règne d’Antiochos III, évoque une contestation entre la cité et deux fonctionnaires séleucides au sujet de villages sacrés certainement peuplés d’indigènes, les Saleioi de la montagne et les Saleioi de la plaine. On comprend que ces villages, tout en dépendant de la cité d’Apollonia, sont soumis au contrôle de l’administration royale, qui peut décider de les enlever à la cité. Un autre décret nous apprend que peu après la paix d’Apamée, une ambassade envoyée par Apollonia à Rhodes a dû lutter contre les revendications des “indigènes” (τῶν ἐγκωρίων), également représentés par une délégation. Il semble qu’à la faveur du changement politique de 188, les indigènes présents sur le territoire d’Apollonia aient tenté d’échapper à la tutelle de cette cité, quitte à se placer directement sous celle de Rhodes. Cosa et Anticosa, si proches d’Apollonia, faisaient-ils partie de ces villages révoltés contre elle ? Une puissance extérieure (le roi séleucide avant 188, Rome ou Rhodes après 188) a-t-elle pris en compte cette opposition et provisoirement rattaché les deux villages à Héraclée, donnant à celle-ci des arguments pour revendiquer par la suite un droit de propriété sur ces terres ? Si l’on ne peut certes rien affirmer de si précis, la situation qui se dégage des décrets des iiie et iie s. renforce du moins l’hypothèse d’un conflit ancien autour de ces villages sacrés.

  • 15 Haensch 1999, 126-128.

7Cela est encore confirmé par la résistance que semble avoir suscitée la décision d’assigner Cosa et Anticosa à Héraclée à l’époque impériale. L’inscription qui rapporte cette décision suggère en effet une procédure en deux temps. Si la date du proconsulat de Baebius Tullus peut être fixée avec quelque certitude, l’intervention de Pomponius Bassus est plus difficile à situer. Parmi les trois possibilités envisagées par l’éditeur15, la plus vraisemblable selon moi (d’ailleurs implicitement retenue par Haensch dans la suite de son commentaire) est de supposer que ce sénateur a agi en tant que légat propréteur du proconsul d’Asie, charge pour laquelle il est attesté en 79/80. On ne peut exclure que Pomponius Bassus soit revenu en Asie remplir quelque autre fonction entre 79/80 et 110/111, mais ce que l’on sait de sa carrière va plutôt à l’encontre de cette hypothèse. Une dernière possibilité est de comprendre que les interventions de Pomponius Bassus et Baebius Tullus sont contemporaines, le premier agissant en tant que iudex datus, le second veillant à mettre en application sur le terrain la sentence rendue. Cette interprétation pourrait expliquer pourquoi Bassus ne porte pas de titre dans l’inscription, mais elle me semble mal s’accorder avec les procédures de règlements frontaliers telles qu’elles nous sont connues par le corpus de l’époque impériale. Lorsqu’un iudex datus est attesté, il agit soit directement comme envoyé spécial de l’empereur (et le proconsul n’a dans ce cas pas de raison d’être mentionné), soit en tant que délégué du proconsul. Or, ici, le proconsul a déjà délégué la tâche du bornage à l’un de ses légats. Pourquoi un iudex datus interviendrait-il en outre ? Il me semble que cela fait trop de responsables pour une seule procédure et que le plus simple est bien de comprendre que le bornage effectué en 110/111 remettait en vigueur une décision antérieure due à Pomponius Bassus, qui a été mal respectée.

  • 16 Haensch 1999, 132 n. 48 et 134 n. 56. Pour le détail de la carrière d’Aburnius, avec les référence (...)
  • 17 Voir Halfmann 1986, 187. Selon les indications de D.C. 68.17.3, il n’y a que deux itinéraires poss (...)
  • 18 Pour la rendre vraisemblable, il faut considérer que le tribunat de légion qui suit directement la (...)

8On peut encore aller plus loin et considérer que le proconsulat de Baebius Tullus n’a pas mis un terme au conflit. R. Haensch, partant du principe que l’action d’Aburnius a eu pour contexte le règlement frontalier de 110/111 (et ne peut donc avoir eu lieu au moment de la guerre parthique, qui débute en 113), propose d’inverser la chronologie reconstituée par J. et L. Robert et de situer la charge d’egdikos remplie par Aburnius avant, et non après, le début de sa carrière dans l’armée romaine : l’homme aurait plaidé la cause de sa patrie à Rome, puis aurait profité des connaissances liées à cette occasion pour obtenir le poste de prafectus fabrum, première étape vers des postes de commandement militaire16. En conséquence, Haensch détache également la refondation d’Héraclée, sous le nom d’Ulpia, du contexte de la guerre parthique ; pour lui, cette refondation doit certes être mise en rapport avec les gains territoriaux obtenus par Héraclée, mais n’implique pas une visite de Trajan dans la cité et a eu lieu avant le départ de celui-ci pour la guerre parthique. Cependant, les arguments utilisés ne sont pas tous convaincants et il me semble qu’il n’y a pas d’obstacle majeur à concilier l’interprétation de J. et L. Robert avec les données de la nouvelle inscription. Tout d’abord, l’hypothèse qui fait d’Héraclée une étape sur la route de la guerre parthique, si elle ne peut être prouvée, reste au moins vraisemblable17. De plus, les deux inscriptions qui témoignent du nom éphémère d’Heraclea Ulpia datent des dernières années du règne de Trajan ou des premières années de celui d’Hadrien, ce qui plaide plutôt en faveur d’une chronologie basse pour cette “refondation”. Enfin, la carrière d’Aburnius telle que la reconstitue Haensch aurait été d’une rapidité assez exceptionnelle18. On peut à la rigueur admettre qu’Aburnius a été egdikos au milieu de sa carrière (après avoir servi en Numidie, et avant de reprendre du service en Syrie, où il sera décoré). Mais la logique voudrait plutôt, selon moi, que le rappel isolé d’une seule activité civique, dans une inscription témoignant avant tout de l’ascension d’un homme dans l’armée romaine et de son intégration à l’élite impériale, soit motivé précisément par le lien de cause à effet existant entre cette brillante carrière et le succès de l’intervention en faveur de sa patrie.

9Aussi peut-on, en définitive, proposer la reconstitution suivante. À une date indéterminée avant 110/111 (peut-être en 79/80), Pomponius Bassus aurait pris l’initiative de reconnaître les droits d’Héraclée sur une terre sacrée qui lui avait appartenu par le passé, mais se trouvait pour l’heure intégrée au territoire, tout proche, d’Apollonia de la Salbakè. Celle-ci aurait mal accepté cette décision, et peut-être procédé à des empiètements, si bien qu’Héraclée obtint une délimitation en bonne et due forme de son nouveau territoire ; les stèles érigées sous le contrôle des autorités romaines, en 110/111, devaient permettre d’imposer une décision controversée. Malgré cela, Apollonia ne renonça pas à ses revendications et quelque trois ans plus tard, Héraclée jugea bon de s’adresser directement à l’empereur, par l’intermédiaire de citoyens proches du pouvoir, afin de faire confirmer ses gains territoriaux. Le succès alors obtenu aurait définitivement balayé les risques d’un renversement de la situation sous la pression d’Apollonia et aurait été un des éléments de la “refondation” d’Héraclée.

10Même si le détail des événements n’est pas assuré, il me semble que la confrontation de ces deux inscriptions amène à dégager deux idées importantes. D’une part, on constate des éléments de permanence assez frappants : l’imbrication des territoires de cités voisines continue, à l’époque impériale comme à l’époque républicaine, de donner lieu à des litiges récurrents, d’origine souvent lointaine, tranchés par des décisions toujours susceptibles d’être contestées. D’autre part, la capacité à établir des liens avec l’empereur apparaît déterminante pour l’issue du conflit. Même si l’on rejette l’hypothèse d’un séjour de Trajan à Héraclée et que l’on situe l’action d’Aburnius en faveur de sa patrie avant la guerre parthique, il reste que les gains territoriaux attestés pour Héraclée sous le règne de Trajan doivent très probablement être mis en rapport avec l’influence exercée par Statilius Criton auprès du maître suprême. Celui-ci est d’ailleurs bien le garant de la décision prise par Baebius Tullus, agissant “sur ordre de l’empereur”.

  • 19 TAM, V. 2, 859.
  • 20 Voir infra, p. 128.

11Avant de clore le commentaire du cas d’Héraclée, il reste à invoquer le parallèle offert par une inscription de Thyatire, qui prouve, s’il en était besoin, que le passage d’un empereur dans une cité pouvait effectivement être l’occasion de faire valoir des revendications territoriales19. Ce texte latin, en partie mutilé, reproduit la décision rendue par un magistrat romain dans le cadre d’un litige frontalier entre Thyatire et Hiérocésarée. Le magistrat a écouté les arguments des deux parties et procédé lui-même à un examen des lieux (causa utriusq(ue) part[is cognita] suis ipse subiecisset [oculis…], l. 2-3). Le conflit entre les deux voisines semble avoir été fort ancien, puisqu’il est fait mention de “constitutions royales”, c’est-àdire sans doute attalides (regiis con[stitutionibus], l. 17), sur lesquelles le magistrat a pu se fonder pour déterminer le tracé de frontière. Or, le texte évoque la présence de l’empereur (praesentis imp(eratoris), l. 5), lequel a apparemment confirmé la décision de son subordonné. Les éditeurs en ont conclu que le litige avait été soumis directement à l’empereur, de passage dans la région, et que celui-ci avait délégué la tâche à un magistrat qui l’accompagnait ; ils ont proposé de situer cet épisode lors du séjour de Caracalla à Thyatire, fin 213 – séjour dont nous savons par ailleurs qu’il valut à la cité sa promotion au statut de capitale de conventus20. Si tel est bien le cas, l’exemple illustre de manière frappante l’identité de fonction existant entre les objets de conflits traditionnels et les privilèges issus du régime impérial : gain de territoire et statut privilégié sont revendiqués dans un même mouvement et contribuent tous deux à renforcer la position de la cité par rapport à ses voisines, immédiates ou plus lointaines. Dans le cadre de notre réflexion sur les conflits traditionnels, l’inscription de Thyatire, tout comme celles d’Héraclée, montre que l’empereur avait naturellement vocation à trancher les litiges frontaliers. Si l’occasion favorable que représentait son passage dans une cité pour lui soumettre de tels litiges était relativement rare, il existait toujours la possibilité d’envoyer jusqu’à lui des représentants, souvent à Rome même.

  • 21 Voir l’exemple du sénatus-consulte en faveur de Stratonicée, qui confirme des privilèges accordés (...)

12Cette pratique est bien attestée et participe du système plus large de pétition-réponse qui caractérise les relations entre l’empereur et ses sujets. Dans notre perspective, il importe de souligner le déclin du rôle du Sénat dans la résolution des conflits territoriaux. C’est là le fruit d’une évolution qui remonte à la fin de l’époque républicaine, lorsque les cités faisaient valoir leurs droits auprès des grands imperatores, dont les décisions, même si elles devaient sans doute encore être confirmées par des sénatus-consultes21, étaient devenues déterminantes pour l’issue du conflit. Désormais, le rôle d’arbitre suprême est tenu par l’empereur, qui délègue éventuellement cette tâche à ses représentants. Cet aspect de l’activité impériale peut être analysé comme une spécificité du régime, qui, par son fonctionnement et son idéologie, fait du princeps le garant de toute décision et la source de tout bienfait – mais aussi comme une preuve de la force des traditions propres au monde grec, qui ont été intégrées dans le système impérial : devant la personne de l’empereur ou de ceux qui agissent en son nom, les Grecs continuent de présenter leurs revendications comme par le passé, en les étayant par des documents et des discours soignés, et ne font finalement que perpétuer leur habitude de confier le règlement de leurs conflits à la grande puissance du moment.

2) Une borne-frontière entre Dorylaion et une cité voisine (Nicée ?)

  • 22 MAMA, V, 60. Commenté par Aichinger 1982, 197-198.
  • 23 Pour cette procédure, voir, outre l’inscription de Thyatire commentée plus haut, CIL, III, 586 (IL (...)
  • 24 Il faut certes faire la part de la mise en scène de son activité par Pline, soucieux de montrer le (...)

13Le deuxième exemple que je voudrais examiner illustre bien le fait que le règlement des litiges territoriaux est désormais placé sous le signe de l’autorité impériale. Il s’agit d’une borne-frontière retrouvée au nord du territoire de Dorylaion, une petite cité de la province d’Asie proche de la frontière avec la Bithynie22. Sur la pierre, on déchiffre l’inscription suivante, en partie effacée : “bornes entre Dorylaion et (Nicée ?), fixées sur ordre de l’empereur César Trajan Hadrien Auguste, père de la patrie, par C. Iulius Severus, son légat propréteur” ([ὃρο]ι μεταξὺ Δορυλαέων [καὶ Νικ]αιέων οἱ τεθέντες κατὰ κέλευσιν Αὐτοκράτ. Καίς. Τραιαν. Ἁδριανοῦ Σεβ. π. π. διὰ Γ. Ιουλ. Σεουήρου πρεσβ. αὐτοῦ ἀντιστρατήγου). Si cette délimitation a été confiée aux autorités romaines, c’est qu’elle posait problème. Le légat impérial responsable de l’érection des bornes-frontières a sans doute, au préalable, déterminé le tracé qu’elles devaient matérialiser et qui était controversé entre Dorylaion et une cité voisine. Il est probable qu’il s’est rendu lui-même sur les lieux, peut-être accompagné d’arpenteurs chargés de l’assister, et a écouté les arguments des deux parties avant de rendre son jugement23. Le travail d’arbitrage a été accompli par Severus, mais l’inscription insiste sur la caution que représente l’empereur, qui a confié cette mission à son représentant direct et apparaît comme la véritable source de la décision. Il n’est d’ailleurs pas exclu qu’Hadrien ait véritablement participé à la prise de décision, par le biais de lettres échangées avec son légat : c’est bien ainsi que l’on voit travailler Pline le Jeune lorsqu’il est gouverneur de Pont-Bithynie et qu’il entretient une correspondance suivie avec Trajan, dans laquelle il n’hésite pas à solliciter l’avis du maître suprême sur les affaires les plus insignifiantes24.

  • 25 Voir PIR 2, I 573 ; Halfmann 1979, no 62 p. 451-452 ; Rémy 1989, no 34 p. 50-52.
  • 26 Robert 1940a, 321 n. 2, se range à cette suggestion des éditeurs des MAMA, C. Cox et A. Cameron.

14La carrière de C. Iulius Severus est par chance assez bien connue25. Malgré cela, on peut hésiter sur la fonction exacte qu’il exerçait au moment de son arbitrage entre Dorylaion et une cité voisine. Un élément important pour la discussion est l’identité de cette deuxième cité. Les éditeurs de l’inscription pensent qu’il faut la situer en Bithynie et proposent le nom de Nicée, qui tient dans la lacune. S’il est vrai que les lettres visibles sur la pierre (-αιέων) pourraient correspondre à une foule d’ethniques, le lieu de trouvaille de la borne-frontière (au nord du territoire de Dorylaion) réduit le champ d’investigation ; la seule cité voisine dans cette direction avant la Bithynie est Midaion, dont le nom pourrait en théorie figurer dans l’espace mutilé (καὶ Μιδαιέων). Mais la forme Μιδαιέων pour Μιδαέων est peu attestée et, de plus, cadre mal avec les traces que les éditeurs ont pu deviner sur la pierre. Dès lors, on doit conclure que l’on a affaire soit à l’ethnique d’une communauté inconnue de Bithynie, soit à la célèbre cité de Nicée, dont le territoire se serait donc étendu, à cette époque, loin au sud jusqu’à la frontière avec la province d’Asie26. Dans un cas comme dans l’autre, le litige aurait un caractère interprovincial.

  • 27 Pour ce dernier poste, plusieurs dates ont été proposées : Cox et Cameron retiennent la fourchette (...)
  • 28 Pflaum 1962, 1236, repris par Christol & Drew-Bear 1991a, 412 n. 57 et 1991b, 204 n. 19, mais crit (...)
  • 29 Aichinger 1982, 197-198, suivie par Rémy 1989, 50-52.
  • 30 Christol & Drew-Bear 1998.

15Si cette hypothèse est juste, il s’ensuit que le poste occupé par Severus l’habilitait à intervenir dans le cadre d’un conflit à cheval entre les provinces d’Asie et de Pont-Bithynie. Par ailleurs, ce poste lui conférait le titre de légat propréteur d’Auguste, qu’il porte dans l’inscription. Au cours de sa carrière, Severus est attesté deux fois avec ce titre : une première fois entre 128 et 131, lorsqu’il est légat en Asie, sans doute pour une mission extraordinaire (qui pourrait donc comprendre le jugement de notre conflit), puis vers le milieu des années 130, au poste de gouverneur de Pont-Bithynie27. Les cas de conflits frontaliers entre cités appartenant à des provinces différentes devaient requérir une attention particulière, la prise en compte de la limite officielle entre les provinces venant s’ajouter aux autres critères pertinents pour établir le tracé qui prêtait à controverse. Aussi peut-on être tenté de préférer l’hypothèse d’une mission spéciale sur ordre de l’empereur, que recouvrirait la légation de Severus en Asie. De fait, la plupart des publications récentes tranchent en faveur de cette solution, mais en s’appuyant sur des arguments qui ne me paraissent pas valables. Les uns renvoient à une étude de H.-G. Pflaum, dont la conviction que Severus a agi durant sa légation en Asie se fonde sur le fait que le nom de Dorylaion (cité d’Asie) est gravé en premier sur la pierre, ce qui signifierait que cette cité intéressait Severus en priorité. Mais comme l’a justement fait remarquer W. Eck, l’explication doit être tout autre : si Dorylaion apparaît en premier, c’est tout simplement que la borne a été gravée par cette cité28. D’autres commentateurs estiment qu’une délimitation territoriale impliquant Dorylaion et effectuée par le gouverneur de Bithynie constituerait un empiètement sur les prérogatives du gouverneur d’Asie et préfèrent donc également la période de la légation en Asie29. Mais on peut invoquer au moins un contre-exemple à ce raisonnement. Une nouvelle inscription découverte près de Philomélion, gravée sur un petit autel cylindrique et datée du règne de Septime Sévère et Caracalla (et plus précisément, d’après les déductions des éditeurs, de l’année 209), commémore une délimitation territoriale menée par un questeur propréteur, sur ordre du proconsul d’Asie, qui agissait sans doute lui-même ex auctoritate imperatoris30. Or, le lieu de trouvaille suggère que le litige frontalier mettait aux prises Philomélion (de la province d’Asie) et Antioche de Pisidie (de la province de Galatie). Le gouverneur d’une province semble donc bien, dans ce cas, être habilité à trancher un litige interprovincial.

  • 31 Robert 1940a, 321 n. 2. Magie 1950, 626 et 1487 n. 55 préfère lui aussi l’époque du gouvernement d (...)
  • 32 Christol & Drew-Bear 1987, 13-19.
  • 33 Pour l’hypothèse de remaniements administratifs sous Hadrien, voir Christol & Drew-Bear 1991a, 412 (...)

16Aussi me paraît-il possible de revenir à la solution retenue par les premiers éditeurs, reprise et approfondie par L. Robert31. Le règne d’Hadrien correspond en effet à un changement de statut pour la province de Bithynie, qui de sénatoriale devient impériale. Selon L. Robert, ce changement de statut a pu entraîner une modification des frontières de la province, qui aurait elle-même provoqué le conflit entre Dorylaion et une cité de Bithynie. C’est alors au gouverneur de la nouvelle province impériale qu’il serait naturellement revenu de régler le litige. L’hypothèse est intéressante car elle amène à réfléchir sur les interactions entre la gestion de l’Empire par Rome et l’évolution des relations de voisinage entre Grecs : des décisions centrales relatives à l’administration des provinces pouvaient jouer un rôle perturbateur au niveau local et avoir pour conséquence des contestations de frontières entre cités. Même sans aller jusqu’à établir un lien de cause à effet entre remaniements administratifs et conflits frontaliers, il est certain que les réalités de l’administration romaine devaient désormais interférer dans le règlement de ces conflits. Un parallèle essentiel à l’inscription de Dorylaion est une borne monumentale datée de 134/135 (donc exactement contemporaine du gouvernement de Severus en Bithynie), fixant la limite entre les territoires d’Apollonia et d’Apamée de Phrygie32. La première de ces cités se trouve à l’époque en Galatie, la deuxième en Asie. Il s’agit donc là aussi d’une délimitation à caractère interprovincial. L’invocation à Hadrien qui ouvre le texte suggère que l’empereur a joué un rôle dans la confirmation ou la rectification de cette frontière. Or, la borne a été érigée sur une crête surplombant une route romaine qui a dû être achevée au moment même où cette délimitation avait lieu (la pierre du monument provient de la roche entaillée pour livrer passage à la route). Ainsi, le tracé de cette nouvelle route, instrument d’exercice et marque du pouvoir romain, a dû en partie déterminer celui des frontières entre Apollonia et Apamée, qui étaient en même temps les frontières entre deux provinces. La gestion globale de l’espace par Rome n’était pas sans conséquences sur la gestion locale des espaces frontaliers. À cet égard, la convergence entre les indices d’une réorganisation administrative en Asie Mineure vers 135 et les deux exemples de règlements frontaliers interprovinciaux que je viens d’évoquer mérite au moins d’être notée33. En définitive, ces exemples supportent une double interprétation, nullement contradictoire. D’un côté, on peut souligner que l’existence des divisions administratives romaines n’empêche pas la poursuite de contestations territoriales qui remettent en cause ces divisions : les limites des territoires civiques ne se trouvent pas figées du fait qu’elles correspondent à celles des provinces. Mais d’un autre côté, il faut relever l’évolution qui introduit de nouveaux critères dans le règlement voire de nouvelles causes dans l’apparition de ces conflits – critères et causes issus de l’ordre romain.

17Un autre cas de litige interprovincial, opposant Caunos, cité portuaire de la province d’Asie, et Calynda, sa modeste voisine incluse dans la province de Lycie-Pamphylie, illustre également cette permanence de pratiques héritées du passé au sein d’un monde régi par des règles nouvelles. Il offre notamment l’exemple d’une procédure de règlement plus complexe, qui pourrait conduire à nuancer l’idée d’un monopole des autorités romaines dans la prise en charge des conflits entre cités.

3) Caunos et Calynda

  • 34 Balland 1981, no 86 p. 260-266.
  • 35 Les rapprochements prosopographiques établis par Balland 1981, 265, me paraissent convaincants, ma (...)
  • 36 Pol. 31.5, avec le commentaire de Bresson 1998, 80-81. Pour un bref aperçu de l’histoire de Calynd (...)

18Un long texte très mutilé, recomposé à partir de seize fragments, a été retrouvé lors des fouilles du Létôon de Xanthos34. Il reproduit plusieurs documents, qui ne sont pas tous clairement identifiables mais ont trait au règlement d’un conflit survenu entre Caunos et Calynda (fig. 4). Bien que, selon l’éditeur, la graphie de certaines lettres puisse inciter à dater l’inscription de la fin de l’époque hellénistique, d’autres éléments, suffisamment probants, plaident en faveur de l’époque impériale, et plus précisément du milieu du iie s. p.C.35 L’hostilité entre les deux cités voisines, soulignée dans le texte, n’est toutefois pas nouvelle : Calynda avait été soumise à Caunos avant de se révolter contre elle en 164/163 a.C., avec l’aide de Cnide puis de Rhodes ; elle s’était alors volontairement remise à cette dernière cité en échange de son aide militaire (une situation de dépendance confirmée ensuite par le Sénat)36. À l’époque de notre inscription, il est probable que les deux cités en conflit sont tributaires de Rhodes (il est fait mention d’une contribution, synteleia, acquittée envers Rhodes, en B, l. 8).

19Le texte, malgré son caractère lacunaire, permet à la fois de reconstituer les causes du litige et la procédure d’arbitrage qui y a mis fin. La gravure et l’exposition de ce dossier dans le sanctuaire fédéral du koinon lycien s’expliquent naturellement par la volonté de faire largement connaître les décisions prises et de leur donner un caractère irrévocable, mais peutêtre aussi par une intervention du koinon en cette affaire. En effet, il semble qu’au moins deux instances aient joué un rôle dans le règlement du conflit.

  • 37 Cf. Hdt. 1.172.
  • 38 Balland 1981, 265 propose le nom d’un légat impérial de Lycie-Pamphylie en poste de 147 à 149, C. (...)

20À la l. 28 du fragment A apparaît le prénom romain Caius (Γαῖος), au nominatif ; ce personnage s’exprime ensuite, dans le fragment C, à la première personne. Dans ce qui est vraisemblablement un édit, il fait allusion à la haine que se portent les deux cités ([τῶ]ν πόλεων ἐχθ[ο]υσῶν πρòς ἀλλή[λας], l. 5), à son rôle de juge qui a écouté les deux parties en présence (ἀκροάτης τε [τῶ]ν γεινομένων..., l. 7 et plus loin, ἀμφοτέρων τῶν μ[ε]ρῶν,, l. 11), mais aussi à ses efforts de conciliation pour faciliter le règlement du conflit ([ἐ]μοῦ πραΰνοντος, l. 12). Celui-ci, à ce stade, mettait indéniablement en jeu la question des frontières entre les deux cités, qui étaient limitrophes37, puisqu’il est fait mention à deux reprises d’une “ancienne délimitation”, dont on ne sait si elle était remise en vigueur ou au contraire modifiée par la décision romaine (τὴν π[α]λαιὰν ὁροθεσία[ν] κρίνεσθαι, l. 9 et τά [τ]ε ἀρχαῖα ὁροθέ[σια], l. 10). On se trouve donc, jusque-là, en présence d’un cas classique de litige frontalier soumis à l’arbitrage des autorités romaines, avec cette particularité que les cités en conflit, bien que voisines, n’appartenaient pas à la même province. Le représentant de Rome qui a été sollicité pouvait être le gouverneur de la province proconsulaire d’Asie ou celui de la province impériale de Lycie-Pamphylie38, à moins qu’il ne se soit agi d’un personnage spécialement mandaté par l’empereur ou par un gouverneur pour remplir ce rôle d’arbitre. Plusieurs indices invitent toutefois à penser que le représentant du pouvoir central ne fut pas le seul à intervenir dans le règlement du litige, mais que celui-ci donna également lieu à l’arbitrage d’une tierce partie grecque.

  • 39 Voir notamment le parallèle indiqué par Balland 1981, 264 n. 27 : le compromis préalable (compromi (...)

21C’est ce que suggère d’abord un passage du fragment C : il y est question d’un décompte de voix, les votes se divisant en deux ou plusieurs groupes qui étaient chiffrés ἐσχίσθησ[αν ψ]ῆφοι ὡς ἐπτ[ὰ...], l. 8). Le premier document de la stèle, qui précédait l’édit (ou la lettre ?) du représentant de Rome, contient lui aussi la mention d’un vote ἐπιψηφιοῦνται, B, l. 4) et ne semble pas reproduire un texte émanant des autorités romaines, mais plutôt l’accord négocié entre les deux parties en conflit par des arbitres grecs. En témoignent les formules suivantes, qui s’inscrivent dans le droit fil de la tradition diplomatique grecque : “qu’un accord soit passé entre les citoyens de Caunos et de Calynda” (εἶναι δὲ Καυνίοις καὶ Καλυνδίοις ὁμο[λογίαν], l. 22-23), et surtout la fin du document, “(celui qui a contrevenu à) l’accord paiera à celui qui l’a respecté…” ([......τò σύμ]φωνον ἀποτείσει τῷ ἐνμείναντι..., l. 25). Cette clause finale, qui prévoit l’amende à payer en cas de rupture de l’accord, évoque très fortement la lettre et l’esprit de certains traités de l’époque hellénistique, issus d’une procédure d’arbitrage par une tierce partie39. Qu’elle soit encore utilisée, apparemment en des termes inchangés, au milieu du iie s. p.C. prouve une nouvelle fois la persistance du langage et des catégories juridiques hérités du passé dans le monde grec sous domination romaine.

  • 40 Balland 1981, 263 n. 18.
  • 41 Str. 14.3.3. Voir le commentaire de Magie 1950, 525 et 1382-1383 n. 36.
  • 42 TAM, II.3, 905, VII B, l. 10-11.
  • 43 J. et L. Robert, Bull. ép. 1982, 384, résument l’interprétation d’A. Balland : “restes de plusieur (...)

22A. Balland, l’éditeur du texte, propose, sans certitude, d’identifier le premier document de la stèle avec un décret fédéral du koinon lycien, qui aurait donc été appelé à se prononcer sur le litige opposant l’un de ses membres – Calynda – à une cité de la province voisine. Il justifie cette hypothèse par le nom de lieu qui clôt ce document et en situe la rédaction : Tlos (ἐν Ƭλῷ l. 27)40. Cette importante cité lycienne était effectivement susceptible d’être le siège d’une séance du koinon, puisque celui-ci n’avait pas de lieu de réunion fixe, aux dires de Strabon, qui nous apprend de plus qu’il existait des tribunaux désignés “en commun”, chaque cité envoyant un nombre de juges déterminé en fonction de sa taille41. Toutefois, ces tribunaux devaient juger des affaires internes à la Lycie et si une action de leur part paraît tout à fait plausible dans le cadre d’un conflit entre cités lyciennes, elle étonne, en revanche, dans le règlement d’un litige interprovincial : Caunos ne pouvait-elle légitimement douter de l’impartialité d’un tribunal émanant de l’assemblée fédérale lycienne, dont elle-même n’était pas membre alors que Calynda y avait son ou ses représentant(s) ? Il se peut malgré tout qu’elle ait accepté (ou ait été forcée d’accepter) un arbitrage du koinon lycien, car un indice supplémentaire plaide en faveur de l’hypothèse d’A. Balland. Le premier document contient une référence à un “jugement” antérieur, daté par un magistrat éponyme du nom de Sarpédon (τὴν κρίσιν ἐπὶ Σαρπή[δονος], B, l. 11-12). Or, ce nom est fréquemment attesté en Lycie et l’est une fois pour un grand-prêtre fédéral, en fonction en 13842. S’il s’agit bien du même personnage, cela pourrait indiquer que le koinon a déjà été amené à se prononcer sur le litige entre Caunos et Calynda. On peut encore envisager que Tlos, où un travail d’arbitrage a été indéniablement mené, a été désignée seule pour fournir les membres d’un tribunal (mais de nouveau se pose la question de la partialité), ou encore qu’elle a accueilli un tribunal composite, formé de citoyens de diverses origines, mais n’émanant pas directement du koinon lycien. Il faut admettre que la question reste assez obscure43.

  • 44 Voir par exemple l’ouvrage sur l’arbitrage international Ager 1996, qui arrête son étude en 90 a. (...)

23Que l’accord intervenu entre Caunos et Calynda ait été négocié (ou imposé) par la ligue lycienne ou par une tierce cité, l’essentiel est qu’une action locale ou régionale, et en tous les cas grecque, a doublé l’action des autorités romaines. L’inscription de Xanthos, si je l’ai bien interprétée, apporte la preuve que le recours à l’arbitrage international – ainsi que les Modernes ont coutume de désigner cette pratique –, encore fréquent à l’époque républicaine, a survécu à l’époque impériale, contrairement à ce qui est admis d’ordinaire de manière plus ou moins explicite44. En revanche, il est difficile, vu le caractère très lacunaire du texte, d’établir le rapport existant entre les deux actions arbitrales : sont-elles les deux moments d’une même procédure, le représentant de Rome ayant délégué à un tribunal grec une partie de la tâche avant de valider ou compléter le jugement rendu ? Ou bien correspondent-elles à deux règlements successifs du même conflit, qui aurait rebondi et, de ce fait, provoqué l’intervention directe des autorités romaines après l’échec d’une médiation locale ? La deuxième hypothèse me séduit davantage, car le conflit entre Caunos et Calynda semble avoir été complexe et il ne serait pas étonnant qu’il ait traîné quelques années avant de recevoir une solution durable. Il apparaît en effet qu’outre la question proprement territoriale (la “délimitation”), qui n’est évoquée que dans le texte émanant du pouvoir romain, le litige portait également sur des questions commerciales et fiscales.

II. Conflits de nature commerciale et fiscale

1) Caunos et Calynda, suite

  • 45 Il s’agit de Télandros et Ancône, situés dans le golfe de Glaucos, au sud de Calynda. Pour leur lo (...)

24Plusieurs passages du premier document, confirmés par des mots isolés lisibles sur les fragments D, E et F, indiquent que l’activité portuaire des deux cités, ainsi que la taxation de certains mouvements de marchandises, étaient en cause dans le conflit. Autant qu’on en puisse juger, la première mesure que comprenait l’accord conclu entre Caunos et Calynda concernait l’exportation par voie maritime : après la mention de l’homologia et une lacune, le texte prévoit “que (les cargaisons ?) sur lesquelles les taxes ont été acquittées soient exportées par le port que l’on voudra…” (δι’ ἄν βούληται λ[ι]μένος ἐξαγέτω τά [τ]ε τελο[ύμενα φόρτια? vel quid simile], B, l. 23-24). Sur la même ligne, mais dans ce qui pourrait être une nouvelle clause, suivent deux noms de lieu, qui désignent deux ports de la région utilisés par Calynda45. Plus loin, au milieu de bribes de texte qui rendent impossible toute reconstitution d’ensemble, on déchiffre encore la mention de “ports” au génitif pluriel (λιμένων, E, l. 6), apparemment toujours en lien avec la levée de taxes, comme le suggèrent les mots “drachmes” et “être acquitté” [τε]λωνεῖσθαι) qui apparaissent aux lignes suivantes. Enfin, relevons une occurrence probable du verbe “naviguer” [π]λεῦσαι, F, l. 2). L’accès à la mer, l’utilisation des ports et les mesures fiscales attachées à ces activités constituaient visiblement autant de problèmes, sans doute connexes, envenimant les relations entre Caunos et Calynda. Une interprétation plus poussée ne serait guère possible, si un autre passage du texte, relatif à des exemptions de taxes ou atélies, n’invitait à faire un rapprochement éclairant avec une inscription de Caunos.

  • 46 Bean 1954, no 38 p. 97-105 (SEG, 14, 1957, no 639). Cf. Bull. ép., 1956, 274d. Traduction français (...)
  • 47 Bresson 2002, 157-160.

25Le premier document nous apprend en effet que des personnes non identifiées, vraisemblablement les citoyens de l’une des deux parties, “ont eux-mêmes accordé des atélies” [αὐ]τοὶ δεδώ[κ]ασιν ἀτελείας, B, l. 13). Or, à la ligne précédente, une formule restrictive fait référence aux foires marchandes qui accompagnent nombre de fêtes religieuses et donnent souvent lieu à des mesures d’exemption fiscale : “ni au titre d’une panégyrie ni…” [ο]ὔτε πανηγύρεος [ὀ]νόματι οὒτε...). Un peu plus haut, il semble qu’une interdiction du même ordre ait été prononcée : “en rien par un abaissement ni…” [οὐ]δὲν μ(ε)ιώσει οὐδὲ..., B, l. 7). Il faut sans doute comprendre que l’une des deux cités en conflit avait pratiqué une politique d’exemption fiscale massive qui avait nui à l’autre et que l’accord conclu imposait de mettre un terme à cette politique ou de la limiter. Cette interprétation se justifie d’autant plus qu’elle est appuyée par une inscription de Caunos datée du ier s. p.C., qui nous livre le texte d’un long règlement douanier concernant l’importation et l’exportation de marchandises par terre et par mer46. À la suite d’une donation effectuée par deux citoyens, ce décret prévoit d’accorder des atélies à diverses catégories de personnes fréquentant le port de Caunos, donnant par exemple droit aux marchands étrangers de repartir avec leurs produits invendus sans payer de nouvelles taxes. Ces mesures pourraient avoir été motivées, entre autres, par la volonté de stimuler le commerce portuaire de Caunos, peut-être ralenti par un ensablement qui rendait plus difficile l’accès au port. Ainsi que l’exprime très clairement A. Balland, on peut en tout cas penser que cette “politique de libéralisme fiscal” avait eu pour conséquence de “drainer vers Caunos les courants d’échanges commerciaux de la région” et représentait “une concurrence commerciale insupportable pour de modestes voisines”. La concurrence entre Caunos et Calynda devait porter notamment sur les trafics avec l’arrière-pays auquel elles avaient toutes deux accès par l’étroite vallée de l’Indos (fig. 4). A. Bresson a souligné les liens à la fois politiques et commerciaux que Caunos entretenait depuis l’époque hellénistique avec la région de Kibyra, dont elle était le principal débouché maritime47. Pour renforcer cette situation, qui contribuait à assurer sa prospérité, Caunos avait tenté, au iie s. a.C., d’imposer à Calynda une forme plus ou moins directe d’annexion, ce qui avait donné lieu à un conflit armé. Au iie s. p.C., la défense des mêmes intérêts passe par une politique d’exemption fiscale qui affecte les échanges de Calynda avec l’arrière-pays, et la rivalité économique entre les deux cités entraîne l’intervention d’une tierce partie cautionnée par le pouvoir romain. Si, d’un cas à l’autre, les différences dans la forme et le règlement du conflit illustrent l’évolution vers un monde pacifié sous l’autorité unique de Rome, la structure conflictuelle de ces relations de voisinage, découlant des conditions géopolitiques locales, reste inchangée.

  • 48 Sur la pêche dans le lac comme ressource importante de Caunos, voir Robert 1984, 521-525.

26Il convient encore de signaler, pour clore l’examen de ce conflit dont les détails nous échappent, que l’exploitation de pêcheries pourrait bien s’être ajoutée au nombre des points litigieux opposant Caunos et Calynda : si la référence à des poissons ([τ]οῖς ἰχθ[ύσι?],, D, l. 10) est correctement restituée, elle pourrait renvoyer aux ressources du lac qui se trouvait sur le territoire de Caunos et sur lequel Calynda tentait peut-être de faire valoir des droits48. Même s’il est difficile d’établir le rapport exact existant entre ces différentes questions – droits de pêche ou droit de commercialiser les produits de la pêche, problème de délimitation territoriale, réglementation du transit des marchandises par les ports de la région –, il est indéniable que le conflit entre Caunos et Calynda mettait en jeu à la fois le territoire et ses débouchés, ainsi que, de manière plus générale, l’activité commerciale des deux cités, dont l’une était en passe d’étouffer l’autre. Le parallèle avec un discours de Dion de Pruse suggère que ce type de conflit, né d’une concurrence pour le contrôle de courants d’échanges, était plus fréquent à l’époque impériale que le relatif silence des sources ne pourrait le faire penser. En particulier, la manière dont une cité portuaire gérait les importations et exportations de marchandises qu’elle faisait transiter pouvait faire naître des mécontentements parmi les cités voisines et donner lieu à des contestations.

2) La politique commerciale de Nicomédie

Un conflit réglé à l’amiable avec Nicée “à propos de la mer”

27Le discours de Dion “Aux Nicomédiens sur la concorde avec les Nicéens” a pour thème la rivalité qui fait rage entre ces deux cités de Bithynie pour la possession du titre de “première” de la province. Dans le but d’apaiser cette rivalité et de ramener les deux voisines à des sentiments plus sereins, Dion exploite deux arguments principaux : les bienfaits de la concorde, en général et dans le cas particulier de Nicée et Nicomédie ; l’absence d’enjeu dans le conflit – le titre de première n’apportant, selon lui, aucun avantage concret. Pour développer cette dernière idée, il invite ses auditeurs à examiner avec lui “les causes de la dissension” (τὰς αἰτίας τῆς στάσεως) et commence de la manière suivante :

Ὑπὲρ μὲν oὖv γῆς ἢ θαλάττης οὐ δὴ μαχόμεθα, ἀλλὰ θαλάττης μὲν οὐδ’ ἀντιποιοῦνται πρòς ὑμᾶς οἱ Νικαεῖς, ἀλλ’ ἡδέως, ὣστε μηδεμίαν παρέχειν μάχην, διακέκρινται. καὶ μήν οὐδὲ ὑπὲρ προσόδων ἀγωνιζόμεθα, ἀλλὰ ἑκάστοις ἀπόχρη τὰ οἰκεῖα καὶ ταῦτα δὲ τυγχάνει διωρισμένα, καὶ μήν γε καὶ τἂλλα πάντα, ὣσπερ ἐν εἱρήνῃ καὶ φιλίᾳ

“Nous ne nous battons pas pour une question territoriale ou maritime ; au contraire, les Nicéens ne revendiquent même pas contre vous des droits sur la mer et ils ont accepté avec plaisir un règlement conçu pour éviter un conflit ; nous ne luttons pas non plus pour des revenus, mais ce qu’il possède suffit à chacun ; ces possessions sont bien délimitées et il en est ainsi pour tout le reste, comme c’est le cas lorsque règnent la paix et l’amitié.” (38.22)

28L’interprétation de ce passage doit s’appuyer sur une étude de sa structure syntaxique. Le jeu de particules est assez complexe, mais il me semble que se dégage avec suffisamment de clarté un schéma qui allie chiasme et parallélisme. La première proposition a selon moi une fonction d’annonce ; les deux termes qu’elle met en balance (γῆς ἢ θαλάττης) sont repris et glosés en ordre inverse dans la suite du texte, grâce au classique balancement μέν... δέ (θαλάττης μέν... οὐδὲ ὑπὲρ προσόδων), enrichi de la particule καὶ μήν, qui forme une liaison assez lâche du type “d’autre part”, “de plus”. Cette lecture me paraît confortée par le parallélisme syntaxique que l’on observe entre les phrases οὐδ’ ἀντιποιοῦνται..., ἀλλ’ ἡδέως... et οὐδὲ ὑπὲρ προσόδων..., ἀλλὰ ἐκάστοις... Ces deux phrases, construites sur une même opposition, représentent chacune le développement des thèmes annoncés au début du passage (la terre, la mer) et repris en chiasme. Dès lors, il faut comprendre que les “revenus” (πρόσοδοι) que Dion évoque dans la deuxième partie du balancement sont spécifiquement ceux que les deux cités tirent de leur territoire, par opposition aux revenus de la mer. En ce qui concerne le territoire, donc, “ce qu’il possède suffit à chacun et ces possessions sont bien délimitées”. L’emploi du verbe διορίζω, “délimiter”, est révélateur. S’il lui donne ensuite un sens métaphorique, en suggérant que la paix et l’amitié naissent d’une harmonie générale, au sein de laquelle les limites de toute chose sont clairement fixées, Dion joue aussi sur le sens concret du verbe. Il rappelle à son auditoire que la ligne de partage entre les territoires respectifs de Nicée et Nicomédie ne fait l’objet d’aucune contestation, que ni l’une ni l’autre des deux rivales ne cherche à s’étendre territorialement aux dépens de l’autre. Si nous n’avions pas d’autre preuve que des litiges frontaliers continuaient d’exister sous l’Empire, cette phrase de Dion suffirait paradoxalement à le démontrer : car pourquoi souligner l’absence de ce type de litige, s’il ne se produisait jamais ?

  • 49 Dion Chr. 34.43 : περὶ τοῦ πράγματος διακρίθητε τοῦ περὶ τῆς χώρας. Ici, H. L. Crosby traduit : co (...)

29Le territoire n’est donc pas un enjeu entre les deux rivales. “La mer”, c’est-à-dire sans doute l’accès à la mer ou aux marchandises qui en proviennent, ne pose pas non plus problème, si l’on en croit Dion. Mais la manière dont il formule cette idée suggère fortement que tel ne fut pas toujours le cas. L’utilisation de la négation composée οὐδέ au lieu d’un simple οὐκ (“les Nicéens ne revendiquent même pas contre vous des droits sur la mer”) semble déjà impliquer que, s’ils le voulaient, les Nicéens pourraient émettre de telles revendications. Cette hypothèse est confirmée par la suite du texte, bien que l’on puisse discuter du sens exact de la phrase, et notamment du verbe διακέκρινται. H. L. Crosby, dans la collection Loeb, a opté pour un sens très vague : they have gladly withdrawn from competition so as to afford no cause for conflict. Il me semble que la traduction de M. Cuvigny (“ils ont accepté avec plaisir un règlement conçu pour éviter un conflit”) correspond mieux à la fois au contexte des relations entre cités et aux usages du verbe διακρίνεσθαι, attesté dès l’époque classique au sens de “trancher une querelle”, par les armes ou par la parole, et employé par Dion, dans un autre discours, pour évoquer un accord obtenu par la négociation49. Je comprendrais volontiers qu’il y eut, quelque temps plus tôt, matière à contestation entre Nicée et Nicomédie “à propos de la mer”, mais qu’un arrangement à l’amiable résolut rapidement ce conflit d’intérêts. L’adverbe ἡδέως, “avec plaisir”, indique que les Nicéens firent preuve de bonne volonté et acceptèrent sans doute de renoncer, au moins en partie, à leurs revendications : peut-être celles-ci n’étaient-elles pas si légitimes qu’ils voulussent les défendre devant les autorités romaines, ce qu’ils auraient certainement dû faire si l’affaire avait dégénéré en conflit ouvert (μάχη) ? On ne peut exclure que les représentants du pouvoir central soient déjà intervenus, même à ce stade si peu avancé de la contestation, et qu’ils aient contribué à tuer le litige dans l’œuf. Toutefois, il paraît plus probable que les deux cités aient d’abord tenté de régler leur différend par elles-mêmes : nous verrons que des négociations bilatérales sont attestées dans un contexte similaire. Un échange d’ambassades, ou peut-être simplement les discours de certains concitoyens conscients que leur patrie n’était pas en position de l’emporter, ont pu conduire les Nicéens à voter une décision qui reconnaissait les droits de Nicomédie sur son port et mettait ainsi fin à la contestation.

  • 50 L’importance du commerce maritime de Nicomédie, due entre autres à la situation privilégiée de son (...)

30Dans ce passage, les formules très générales employées par Dion (“lutter pour la mer”, “faire valoir des droits sur la mer”) ne permettent pas de comprendre sur quoi portait exactement la contestation. Un peu plus loin, le sophiste évoque de manière plus précise, bien qu’en grande partie allusive, les difficultés que pouvait créer dans la région le monopole de Nicomédie sur les voies de commerce maritimes50.

Le monopole de Nicomédie sur les importations par voie de mer

31Il ne s’agit plus, à ce moment du discours, de décrire les relations entre Nicomédie et sa rivale Nicée, mais celles que Dion voudrait voir s’instaurer entre Nicomédie et les autres cités de la province. Opposant d’abord au premier rang factice que confère un titre un premier rang réel, obtenu en faisant preuve de sollicitude et de justice envers les autres cités, Dion poursuit en suggérant à Nicomédie de changer sa politique en matière de circulation des marchandises.

Ἔξεστι δὲ μῖν εὐεργετεῖν τὰς πόλεις καὶ πλέον καὶ μεῖζον ἢ ἐκείνοις, τò μὲν πρῶτον καὶ μάλιστα διὰ τὴν θάλατταν, ἐξ ἧς ἁπάντων μὲν καὶ τῶν νῦν κομιζομένων < μετέχουσι τὰ μὲν χάριτι > – δεῖ δὲ δημοσίᾳ χαρίζεσθαι τὴν πόλιν, οὐκ ἰδία τινάς – τὰ δὲ καὶ διακλέπτοντες αὐτοί, τὰ δ’ αἰτούμενοι παρ’ ἓκαστα·καὶ ἀντιλέγετε μὲν οὐδέποτε τοῖς αἰτήσασιν ὑμεῖς, αὐτò δὲ ὃμως φορτικόν ἐστι τò τὴν τῆς αἰτήσεως ἀνάγκην ἒχειν. εἰ δὲ καὶ τούτων απάντων μεταλαμβάνειν ἐπιτρέψετε τοῖς δήμοις τοῖς καθ’ ἑκάστην ἡμέραν αἰτουμένοις τò πρòς τὴν χρείαν ἐπεῖγον, πῶς οὐκ εἰκός ἐστι μείζους ὑμᾶς ἒσεσθαι παρ’ αὐτοῖς, εὐεργετοῦντας αὐτούς; καὶ ἅμα καὶ μεγάλην ποιήσετε τὴν ὁμόνοιαν διὰ πάντων ἐλευσομένην.

“Vous êtes à même de combler les cités de plus grands et de plus nombreux bienfaits que Nicée. Tout d’abord et surtout grâce à la mer. Toutes les marchandises étant encore actuellement importées par mer, les cités s’en procurent par faveur – mais cette faveur devrait être accordée par la cité, à titre public, et non, à titre privé, par des particuliers – ou bien par contrebande, ou bien en adressant des demandes à chaque fois. Vous ne repoussez jamais ces demandes, mais il est gênant d’être contraint de demander. Si vous voulez bien faire bénéficier de toutes ces importations les peuples qui réclament quotidiennement les denrées de première nécessité, n’est-il pas probable que vous en serez grandis à leurs yeux, par les bienfaits que vous leur rendrez ? Et en même temps vous accroîtrez la concorde, puisqu’elle s’étendra partout.” (38.32)

  • 51 Jones 1978, 87 et n. 32.

32Le texte est lacunaire et son interprétation difficile dans le détail. J’ai repris la correction d’A. Pflugk (adoptée à la fois par la collection Loeb et par M. Cuvigny), qui comble la lacune entre κομιζομένων et δεῖ δέ. Même si la formulation exacte n’est pas assurée, l’idée générale est assez claire : dans l’état actuel des choses (et c’est ce que Dion voudrait voir changer), Nicomédie s’arrange pour entraver la redistribution vers l’intérieur des produits qui lui arrivent de la mer, ce qui rend très difficile l’approvisionnement de certaines cités, y compris en “denrées de première nécessité”. La seule solution véritablement légale semble avoir été, pour ces cités, de faire régulièrement des démarches officielles auprès de Nicomédie pour obtenir l’accès à ces marchandises (“en adressant des demandes à chaque fois”) ; les autorités de Nicomédie ne refusaient jamais d’accéder à ces requêtes, mais la lourdeur de la procédure devait considérablement ralentir le rythme des échanges et être, ainsi que le souligne Dion, une source constante de gêne pour les cités concernées. Par quels moyens Nicomédie arrivait-elle à limiter ainsi la circulation des marchandises ? On peut penser qu’elle avait établi des droits de douane prohibitifs à la sortie de son territoire – pratiquant une sorte de protectionnisme à l’envers. Dans ce cas, les “demandes” des autres cités devaient avoir pour but d’obtenir une atélie partielle ou complète sur un stock particulier. Plus plausible est l’hypothèse de C. P. Jones, selon laquelle Nicomédie avait promulgué des lois qui obligeaient à écouler sur place une grande partie des marchandises entrées dans le port ; des exceptions étaient possibles, mais exigeaient un examen au cas par cas51.

  • 52 Robert 1978, 425-426 (déjà dans Bull. ép., 1976, 160).

33Ce qui semble certain, c’est que les restrictions imposées par Nicomédie avaient un fondement légal. En effet, les deux autres façons de les contourner – en-dehors des démarches officielles, de cité à cité – étaient visiblement la contrebande ou de bonnes relations avec “certaines personnes”, dont la complaisance (les “faveurs”) permettait de se passer des autorisations qu’exigeait la loi. L. Robert a proposé de reconnaître, dans l’évasif τινάς du texte, une allusion à la puissante association des nauclères, connue par un petit corpus d’inscriptions52. Ces riches armateurs, qui contrôlaient directement le flux des importations, devaient pouvoir disposer à leur gré d’une partie des stocks et avoir l’influence nécessaire pour ménager des passe-droits à qui ils le voulaient. Ces services n’étaient sans doute pas rendus gratuitement et il est probable que des compensations étaient attendues, telles que le versement d’un bakchich, la promesse d’avantages et de privilèges dans la cité qui sollicitait le passe-droit… On peut penser que ces mêmes armateurs participaient en quelque façon au trafic de contrebande évoqué par Dion : même si l’initiative de détourner illégalement des marchandises venait des cités qui en manquaient, comme le suggère le texte (διακλέπτοντες αὐτοί), il fallait des complicités à l’intérieur de Nicomédie pour mettre en place et faire fonctionner un tel trafic.

  • 53 La prospérité de Nicomédie à cette époque se traduit notamment par une intense activité édilitaire (...)

34La situation que décrit Dion en termes plus ou moins voilés est donc celle d’un monopole économique qui profite aussi bien à la cité qu’à une partie des individus qui la composent : groupements professionnels influents, mais peut-être aussi individus isolés ayant su exploiter les possibilités illicites d’enrichissement qu’offrait la politique de Nicomédie. Il faut sans doute imaginer toute une économie parallèle, qui mettait en relation les équipages, les gens du port, les commerçants, les habitants des confins du territoire, les autorités payées pour fermer les yeux, et qui, fonctionnant à contre-courant de l’économie officielle, produisait elle aussi ses bénéfices. Les revenus que rapportaient les transactions commerciales effectuées conformément aux lois ne devaient pas non plus être négligeables, sans quoi on ne comprendrait pas l’intérêt de Nicomédie à avoir mis en place de telles lois ; fortes taxes, stimulation des échanges, dans tous les cas la cité s’enrichissait53. Face à elle, les cités proches qui cherchaient un accès aux produits importés par mer se trouvaient non seulement en difficulté du point de vue économique, mais également dépendantes du point de vue politique. De fait, la conscience qu’elles avaient de leur faiblesse – et parallèlement, la conscience qu’avait Nicomédie de sa position de force –, les mécontentements que cette réalité faisait naître se laissent deviner dans le passage qui précède immédiatement celui que nous avons commenté.

  • 54 Dion Chr. 38.31.

35Dion y exhorte en effet les Nicomédiens à gagner leur première place dans la province “en se montrant justes et modérés à l’égard de tous, en ne faisant preuve d’aucune avidité (μὴ πλεονεκτεῖν ἐν μηδενί), en n’exerçant aucune violence” ; une attitude contraire ne pourrait qu’exciter “des haines et des différends”, “les faibles étant naturellement portés à soupçonner les forts de devoir leur causer des préjudices en tout ὡς ἐξ ἅπαντος πλεονεκτεῖσθαι μελλόντων) et, lorsque cela se produit, leur haine n’en est que plus justement attisée”54. Vient ensuite la tirade sur les bienfaits que Nicomédie pourrait dispenser aux autres cités grâce à la mer. L’enchaînement des idées n’est pas indifférent : les rapports de force que théorise Dion, avec les conflits qui en découlent, correspondent tout à fait à ce qu’il nous laisse entrevoir des relations entre Nicomédie et les cités privées d’un accès à la mer. Celles-ci, réduites à quémander des autorisations pour s’approvisionner, apparaissent bien comme des “faibles”, subissant de la part d’une cité plus puissante “des préjudices” susceptibles d’attiser leur “haine”. Le décalage entre le discours moral de Dion et la réalité sur laquelle il tente d’agir devient alors flagrant : alors qu’il prône la justice, la modération, la générosité, la concorde, ses phrases trahissent la permanence des tensions que provoquaient encore, à l’époque impériale, les tendances hégémoniques d’une grande cité. La politique commerciale pratiquée par Nicomédie lui assurait une domination économique et politique à laquelle il était peu probable qu’elle renonçât, quelle que fût la magie oratoire exercée par Dion. L’accès privilégié de Nicomédie à la mer, s’il pouvait susciter, ponctuellement, des contestations de la part de Nicée, donnait donc lieu avant tout à des conflits avec des cités plus faibles. L’exemple de Pruse et d’Apamée montre que la question de l’accès à la mer pouvait également envenimer les relations entre des cités rivales. Dans ce cas toutefois, l’interdépendance économique des deux voisines instaurait un certain équilibre qui devait, à terme, les pousser à la conciliation.

3) Des enjeux économiques entre Pruse et Apamée

Un litige frontalier qui dégénère en guerre économique ?

  • 55 C’est le titre que nous a conservé la tradition pour le discours 40.
  • 56 En 40.25, “le tort causé par la dispute est plus grand que ce que l’on perd à se réconcilier” ; en (...)

36Le discours tenu par Dion “dans sa patrie au sujet de la concorde avec Apamée”55 nous apprend que les deux cités voisines, après avoir été en conflit ouvert pendant un certain temps, ont finalement décidé de se réconcilier et mènent des négociations pour aboutir à un compromis acceptable. S’il nous livre de précieux renseignements sur la forme que prirent ces négociations, Dion reste très allusif quant à l’objet exact du conflit. Quelques indications permettent toutefois de saisir que celui-ci tournait autour de la question du territoire et des débouchés commerciaux. Une première phrase à relever est celle où le sophiste incite ses compatriotes à transporter sur un nouveau terrain la rivalité qui les oppose à Apamée, en cherchant désormais à dépasser leurs voisins dans l’empressement à trouver un règlement au conflit, “afin de montrer que nous sommes plus raisonnables et méprisons davantage l’argent et le gain” (μᾶλλον καταφρονοῦντες χρημάτων καὶ τοῦ πλείονος, 40.23). Plus loin, Dion a recours à des maximes générales pour convaincre son auditoire que les bienfaits apportés par la concorde méritent bien quelques concessions matérielles56. Il semble qu’une source importante de revenus était disputée entre Pruse et Apamée et que la réconciliation impliquait d’y renoncer au moins en partie. Un autre passage donne quelques clefs supplémentaires : après avoir dépeint, en un tableau saisissant, la détestable atmosphère qui règne entre des populations voisines amenées à se fréquenter, mais séparées par des sentiments hostiles, Dion pose une question oratoire qui pourrait bien être révélatrice des enjeux du conflit et poursuit par une description non moins intéressante des relations économiques entre les deux cités rivales :

“Est-il somme d’argent, étendue de territoire, si énormes soient-elles, qui vaillent que des gens sensés leur sacrifient la cordialité des relations quotidiennes, la bonne tenue au spectacle, le plaisir de se visiter ? En tout cas la terre, la mer, les montagnes font tout pour vous réunir et vous imposent, même contre votre gré, d’avoir des relations (καὶ μὴ βουλομένους ἀναγκάζει χρήσασθαι ἀλλήλοις). Eux en effet ont besoin de notre bois et de nombreuses autres productions, et nous ne pouvons utiliser aucun autre port pour nos importations, aussi bien que pour écouler nos produits.” (40.30)

  • 57 Ainsi, Jones 1978, 91 et Desideri 1978, 413.
  • 58 Robert 1974, 61-69.
  • 59 Jones 1978, 93.

37Le début de ce passage est délicat à interpréter, en raison de son caractère très rhétorique. La question posée fonctionne-t-elle uniquement comme une métaphore, “somme d’argent” et “étendue de territoire” servant à exprimer l’idée générale de gains matériels, que Dion souhaite opposer aux bienfaits moins tangibles de la bonne entente ? Ou faut-il y voir une allusion précise à la situation que vivent les citoyens de Pruse et d’Apamée et comprendre que le conflit portait sur une portion de territoire ? Plusieurs commentateurs ont opté pour l’interprétation littérale et pensé qu’un classique litige frontalier opposait les deux cités voisines57. Cela me paraît en effet très probable, mais non assuré ; la formule témoigne en tout cas que les conflits territoriaux restaient suffisamment fréquents, à l’époque où écrit Dion, pour inspirer un procédé rhétorique. S’il est possible qu’un tracé de frontière ait été contesté entre Pruse et Apamée, la suite du texte suggère d’autres causes de friction, liées à l’interdépendance économique que la géographie avait fait naître entre les deux cités. L. Robert a bien décrit les territoires respectifs de Pruse et d’Apamée, en une parfaite illustration du discours de Dion58. Apamée n’a comme ressources propres que la culture de l’olivier, qu’elle pratique intensivement, mais possède un accès direct à la mer qui lui assure un commerce actif. Pruse peut compter sur les immenses forêts qui couvrent le mont Olympe, auquel elle est adossée, et cultive le blé. Apamée a besoin de bois pour ses bateaux et de blé pour nourrir sa population ; en échange, elle peut fournir à Pruse l’huile dont celle-ci manque et surtout lui ouvrir les voies du commerce maritime. Le fait que Dion rappelle cette interdépendance et en souligne le caractère inévitable, les deux cités se trouvant forcées de coopérer “même contre (leur) gré”, pourrait conduire à penser que les relations commerciales se trouvaient pour l’heure interrompues ou du moins fortement entravées. L’hypothèse a même été émise que le différend, de nature territoriale à l’origine, avait dégénéré en une véritable guerre économique, Pruse refusant de vendre son bois à Apamée et celle-ci empêchant sa voisine d’utiliser son port59. Mais, comme le remarque justement M. Cuvigny, d’autres passages du discours de Dion obligent à nuancer cette hypothèse.

L’inévitable maintien des relations économiques

  • 60 La périphrase employée pour désigner les ambassadeurs (πρέσβεις οἱ χειροτονηθἐντες έπὶ τοῦτο τò πρ (...)
  • 61 Robert 1974, 61-69, commente une inscription de Périnthe, datée de “l’époque impériale avancée”, d (...)
  • 62 Magie 1950, 599, pense que le conflit entre Pruse et Apamée mettait en jeu de telles questions.
  • 63 Desideri 1978, 413-414.
  • 64 Fernoux 2004, 277-294 a bien montré que dans la Bithynie d’époque romaine, les notables diversifia (...)

38Dans le paragraphe qui suit immédiatement celui que j’ai cité, le sophiste soulève de nouvelles questions rhétoriques : “N’est-ce pas la chose la plus pénible du monde, pour les uns et les autres, que d’acheter à des gens qui ne sont pas nos amis, de vendre à des gens qui nous haïssent, (…) et, si l’on s’embarque, de bien savoir que le pilote et tous les matelots nous couvrent de malédictions ?” (40.31). Il me semble que ces questions prouvent que d’une part, des transactions commerciales pouvaient encore être conclues entre citoyens de Pruse et d’Apamée et, d’autre part, que le port d’Apamée n’était pas fermé aux citoyens de Pruse, mais que, tous ces contacts s’effectuant dans une atmosphère de suspicion et de haine réciproques, la réaction naturelle d’une partie au moins de la population devait être de les limiter autant que possible. Pour appuyer cette interprétation, il faut encore citer le passage où Dion évoque le départ prochain d’une ambassade de Pruse, sans doute à destination de Rome : “d’où partiront (nos ambassadeurs) ? Ne sera-ce pas d’Apamée ? N’est-ce pas chez nos pires ennemis qu’ils prendront la mer ? N’utiliseront-ils pas le port de la cité qui est notre ennemie ? Ou bien feront-ils un détour, comme si la mer voisine était dangereuse et interdite à la navigation ?” (40.33)60. On comprend que les ambassadeurs ont le choix : embarquer à Apamée ou faire une partie du trajet par voie de terre, jusqu’à un autre port. La première solution n’est pas rendue impossible par quelque politique restrictive d’Apamée, mais est simplement désagréable, parce qu’elle oblige à fréquenter des ennemis, et même à admettre qu’on a besoin d’eux. Aussi faut-il renoncer à l’idée d’un blocus en bonne et due forme pratiqué par les deux voisines l’une envers l’autre. Il est vrai, comme l’a montré L. Robert, qu’Apamée pouvait se tourner vers l’autre rive de la Propontide pour s’approvisionner en blé et privilégier ses relations commerciales avec Périnthe, au détriment de celles qu’elle devait naturellement entretenir avec Pruse en-dehors des périodes de conflit61. Mais Périnthe, riche en blé, n’avait pas de forêts sur son territoire ; pour se procurer du bois, Apamée restait dépendante de sa voisine, comme le souligne Dion, et ne pouvait donc se permettre de provoquer une rupture complète des relations en lui interdisant l’accès à son port. Cela dit, il reste possible que les conditions légales des échanges entre les deux cités aient posé problème. La répugnance que semblent éprouver les populations voisines à l’idée d’être obligées d’entrer en relation (μὴ βουλομένους ἀναγκάζει χρήσασθαι ἀλλήλοις) peut s’expliquer par l’inconfort psychologique que génère une attitude hostile de la part des uns et des autres, mais peut-être aussi par des inconvénients très concrets tels que des taxes jugées excessives ; des droits de douane ou de port ont pu faire l’objet d’une contestation entre les deux cités sans que le commerce ait pour autant été interrompu62. Une autre hypothèse avancée pour expliquer l’apparente contradiction entre la poursuite des activités d’échange et la mauvaise volonté à laquelle ces activités se heurtaient est celle d’une division au sein de la couche des notables de Pruse : les uns, gros propriétaires terriens, seraient focalisés sur le conflit territorial et pousseraient à la rupture des relations avec la voisine ; les autres, commerçants exportateurs, seraient partisans de la réconciliation et de la reprise d’une économie tournée vers Apamée et vers la mer63. Mais, outre que l’on peut remettre en cause la pertinence de la distinction entre richesse foncière et richesse issue du commerce pour l’étude des élites sociales du monde antique64, il faut reconnaître que le caractère très allusif du texte empêche de donner une vraie consistance aux hypothèses les plus précises, qui sont condamnées à encourir le soupçon d’une lecture surinterprétative. Il est plus prudent de s’en tenir à ce qui me semble assuré. Les causes du conflit sont “traditionnelles” (par opposition aux nouveaux objets de conflit que sont les statuts et les titres dont l’attribution dépend de Rome). Elles portent soit sur le territoire, soit sur les voies d’échange pratiquées par les deux cités – sans que l’alternative soit forcément exclusive. Les relations commerciales entre Pruse et Apamée, ainsi que les possibilités de Pruse d’accéder à la mer, sont affectées par le conflit, directement ou indirectement. Enfin, si la conscience de l’interdépendance économique des deux cités a dû jouer un rôle dans leur décision de parvenir à un règlement, cette décision n’a été ni facile ni rapide. Le discours de Dion, qui permet de reconstituer, avec plus ou moins de certitude, le chemin parcouru depuis le début du conflit jusqu’aux négociations en cours, invite en même temps à réfléchir sur la fréquence et les motivations d’un recours aux autorités romaines pour régler le type de conflit qui oppose Pruse et Apamée.

III. L’intervention romaine, les petites et les grandes cités

1) Des négociations bilatérales entre cités

Le difficile chemin de la réconciliation entre Pruse et Apamée

  • 65 Voir Jones 1978, 91-92, qui souligne au passage le rôle encore actif de l’assemblée, par oppositio (...)
  • 66 En 40.17, Dion évoque un décret de Pruse l’invitant (à revenir dans sa patrie, alors qu’il était e (...)
  • 67 Dion Chr. 41.1 : Apamée a envoyé, “dès l’arrivée (de Dion)” (εὐθὺς ἐμὲ ἀφικόμενον), un décret hono (...)

39Au moment où Dion prononce son discours à Pruse sur la concorde avec Apamée, la cause qu’il défend est en bonne voie : il a en effet été tout récemment informé de “la réconciliation et la négociation de ce pacte d’amitié” (καὶ νῦν πυθόμενος τὰς διαλύσεις καὶ τὴν φιλίαν ταύτην πραττομένην, 40.17). La séance de l’assemblée à laquelle il participe a précisément pour objet le vote d’une décision relative au règlement du conflit avec Apamée : Dion ne manque pas de féliciter pour leur action “l’archonte et l’auteur de la proposition” (40.20) ; c’est donc que le conseil, organe probouleutique, a déjà délibéré sur cette question et que le décret qu’il a élaboré est présenté par un rapporteur devant le peuple, qui doit le ratifier65. Le processus de réconciliation implique par ailleurs l’échange d’ambassades avec Apamée. Celle-ci avait déjà dû envoyer des représentants à Pruse pour donner des signes de sa bonne volonté, puisque Dion nous apprend que l’initiative de la paix est venue d’en face (“d’eux-mêmes ils décident et s’efforcent d’établir l’amitié”, 40.23). Quant à Pruse, ses ambassadeurs étaient soit déjà sur place, à Apamée, soit sur le point de partir. Dion a été officiellement sollicité pour participer aux négociations et, même s’il a manifesté quelque réticence à répondre à cet appel, il a fini par accepter la tâche, puisqu’un autre de ses discours nous le montre s’adressant au conseil d’Apamée et plaidant pour la concorde avec Pruse66. À la lecture de ce dernier discours, on comprend que le règlement n’est pas encore conclu et que, malgré les bonnes dispositions des membres du conseil et d’une partie de l’opinion, des résistances peuvent encore se faire sentir, notamment du fait de la durée du conflit : “je sais, dit le sophiste, qu’il est difficile d’extirper la querelle d’entre les hommes, surtout quand elle a été nourrie longtemps” (41.9). D’autres allusions, dans les deux discours tenus à Pruse et à Apamée, indiquent en effet qu’il fallut plusieurs tentatives, étalées sur un certain laps de temps, avant d’aboutir à de véritables négociations. Dans son discours à l’assemblée de Pruse, Dion rappelle sa loyauté à l’égard de sa patrie d’origine, qui l’a empêché de se rendre à Apamée avant la réconciliation officielle entre les deux cités ; “pourtant, ajoute-t-il, ils m’avaient envoyé dès le début (εὐθὺς ἐν ἀρχῇ) un décret amical, m’invitant à venir chez eux” (40.16). Le rapprochement avec l’ouverture du discours prononcé à Apamée, où Dion évoque un décret d’invitation que lui envoya cette cité à son retour d’exil67, prouve que c’est à cette date que renvoie l’expression “dès le début”. Au moment où le sophiste rentrait dans sa patrie, le conflit entre les deux voisines était donc suffisamment envenimé pour qu’il renonçât à entretenir toute relation amicale avec Apamée, dont il possédait pourtant la citoyenneté à titre honorifique. La biographie de Dion pose des problèmes de chronologie compliqués, aussi est-il difficile d’évaluer avec certitude l’intervalle de temps qui sépare le retour d’exil du discours sur la concorde avec Apamée. Une indication interne à prendre en compte est l’allusion à des contacts entre les autorités d’Apamée et le sophiste, un an avant le discours. L’enchaînement des idées est le suivant : après avoir rappelé son refus passé de se rendre à Apamée (qui lui avait valu à l’époque, souligne-t-il, de se faire mal voir là-bas), Dion revient à la situation présente et aux négociations en cours ; il explique alors pourquoi il s’est délibérément tenu à l’écart de ce processus, bien qu’un décret d’invitation de Pruse lui ait fait comprendre que l’on comptait sur sa participation.

“Malgré cela, je ne me suis pas trop pressé, appréhendant que ma présence gênât non les gens d’Apamée, mais certaines personnes d’ici. C’est en effet une réaction généralement répandue que de voir d’un mauvais œil non pas ce qui se fait, mais ceux qui le font (οὐ τοῖς πραττομένοις, ἀλλὰ τοῖς πράττουσι φθονεῖν). En effet, l’an passé, leurs dirigeants me faisaient ces propositions (πέρυσι τοὺς λόγους τούτους πρòς ἐμὲ ἒλεγον οἱ προεστῶτες αὐτῶν) et il vous était alors possible de sortir d’affaire. Mais moi, je redoutais que la chose ne heurtât certaines personnes d’ici, mécontentes que l’affaire se conclue par mes soins. Aussi ai-je, cette fois-ci, en quelque sorte volontairement atermoyé.” (40.17-18)

40Il y a dans ce passage un va-et-vient entre le présent et un passé récent ; le point commun entre la situation au moment du discours et celle qui remonte à un an est la conscience qu’a Dion d’avoir des ennemis politiques à Pruse et sa volonté de ne pas compromettre le rapprochement avec Apamée en s’impliquant personnellement, ce qui aurait pour effet de rendre hostiles à ce rapprochement ceux qui s’opposent en toute chose à ce qu’il fait. Si l’on compare ce paragraphe avec celui qui précède, où était mentionnée l’invitation lancée à Dion par Apamée juste après son retour d’exil et laissée sans réponse, on pourrait conclure que cette invitation et “les propositions” faites par les dirigeants d’Apamée “l’an passé” ne font qu’un ; par conséquent, le retour d’exil de Dion serait à situer un an avant le discours. Un argument en ce sens est l’emploi parallèle du verbe λέγω pour définir, dans les deux passages, les contacts entre les autorités d’Apamée et le sophiste : dans un cas, “ils m’ont fait ces propositions” (littéralement : ils m’ont dit ces discours, τοὺς λόγους τούτους πρòς ἐμὲ ἒλεγον), dans l’autre, “je ne leur ai adressé aucun mot gracieux” (littéralement : je ne leur ai rien dit d’affable, οὐδὲ εἶπον φιλάνθρωπον οὐδέν). Mais une lecture d’ensemble me paraît interdire cette conclusion : l’arrière-plan que suggèrent les deux brefs récits de ces contacts avortés entre Dion et Apamée est en effet très différent. Dans le premier récit, Dion n’ose même pas répondre de façon aimable à l’invitation officielle qui lui a été lancée ; on a l’impression que le moindre geste en direction d’Apamée serait pris comme une trahison envers Pruse. Cela dénote une très grande tension entre les deux cités. En revanche, dans le second récit, la possibilité de négocier semble proche (“il vous était possible de sortir d’affaire”). Simplement, la situation politique à Pruse, où Dion, en tant qu’homme public, a certes des partisans, mais aussi des adversaires acharnés, rendait délicate une intervention du sophiste. Ce n’est pas tant le principe d’un rapprochement avec Apamée qui semble alors poser problème, mais la personnalité de celui qui en serait l’artisan (“voir d’un mauvais œil non pas ce qui se fait, mais ceux qui le font”). Aussi aurais-je tendance à penser qu’un certain temps s’est écoulé entre les deux tentatives infructueuses de contact entre Dion et Apamée.

  • 68 Parmi les commentateurs qui ont proposé de reconstituer l’itinéraire de Dion, citons Desideri 1978 (...)

41Il faudrait donc reconstituer la chronologie suivante. “Dès le début”, c’est-à-dire à son retour d’exil, Dion est sollicité par Apamée qui l’invite à faire un séjour dans ses murs, mais il refuse sans même y mettre les formes, parce qu’il ne peut ignorer l’extrême tension qui règne entre les deux cités voisines. Plus tard, et précisément un an avant le discours, les autorités d’Apamée tentent une nouvelle approche. L’atmosphère s’est suffisamment détendue pour que des négociations soient envisageables, mais Dion n’a pas voulu prendre le risque de faire échouer l’entreprise sur des querelles de personne. Enfin, en un an, le rapprochement a considérablement progressé, avant tout à l’initiative d’Apamée, qui semble avoir donné des gages de bonne volonté. Au moment du discours, des négociations impliquant une action des conseils et des assemblées de chaque cité sont soit entamées soit sur le point de l’être ; toutes les difficultés sont loin d’être levées, mais des deux côtés, une partie de la population, ou du moins des notables, paraît décidée à faire la paix. Pour avoir un tableau totalement satisfaisant, il faudrait pouvoir préciser le laps de temps écoulé entre le retour d’exil et la tentative avortée de négociation située un an avant le discours. Mais les étapes et la chronologie de l’itinéraire suivi par Dion pour rentrer à Pruse, après l’avènement de Nerva, ont suscité tant d’interprétations différentes qu’il est malaisé de se faire un avis sur cette question. Disons simplement que, selon les hypothèses, l’intervalle de temps qui nous intéresse varie de quelques mois à quelques années68.

42Cette reconstitution du processus diplomatique qui a mené à un début de règlement du conflit ne fait nulle part intervenir les autorités romaines. Les deux cités semblent parvenues d’elles-mêmes à mettre de côté leurs dissensions pour envisager de régler à l’amiable, par la négociation, les points litigieux sur lesquels elles s’opposent. Deux passages qui se répondent, d’un discours à l’autre, indiquent toutefois que la tentation du recours à l’arbitrage de Rome a existé, et existe encore.

Le recours à Rome ou la tentation de la haine

43Dans le discours tenu à Pruse, Dion se défend de vouloir brader les intérêts de sa patrie. S’il plaide en faveur de la négociation, c’est parce qu’Apamée a fait le premier pas et qu’elle fait des propositions acceptables ; dans ces conditions, il vaut mieux courir le risque d’être taxé de faiblesse que de méchanceté, et répondre à ces ouvertures plutôt que les mépriser (40.23-24). Il donne ensuite un autre argument pour inciter ses concitoyens à suivre son avis :

“Entre autres raisons que vous auriez peut-être de m’accorder votre attention plutôt qu’à d’autres, considérez également que mon intérêt personnel n’est pas en cause et que ni la crainte d’un dérangement, ni celle d’une dépense ne me poussent à me désintéresser de la conduite qu’il vous convient de suivre. En effet vous ne m’importunerez pas contre mon gré et vous ne me demanderez pas de partir en mission (οὐδἐ κελεύσετε ἀποδημεῖν), comme si j’étais rentré depuis longtemps ici : je le sais parfaitement.” (40.25)

  • 69 M. Cuvigny fait le rapprochement avec Dig., 50.7.7 et 13, où il est dit qu’une même personne ne pe (...)

44La référence à d’autres personnes, susceptibles de faire entendre leur voix à l’assemblée contre celle de Dion, suggère qu’il y avait encore à Pruse, au moment du discours, un courant hostile aux négociations et partisan d’une autre réponse au conflit. Cette autre réponse impliquait un voyage et des frais importants pour celui qui l’effectuerait, puisque Dion se défend de soutenir une position conciliatrice par simple désir de s’éviter “un dérangement” et “une dépense”. Comme il est clair en outre que le voyage en question serait une mission officielle décidée par la cité, il ne peut s’agir que d’une ambassade relativement lointaine, peut-être auprès du gouverneur, plus vraisemblablement à Rome. On comprend que Dion, récemment désigné comme ambassadeur pour une mission dont l’objet n’est pas précisé et qui vient de s’achever, est en droit de refuser une deuxième mission (qui concernerait le conflit avec Apamée) si peu de temps après son retour69. C’est donc que certains envisageaient la possibilité de faire régler par Rome le contentieux avec la cité voisine, au lieu de poursuivre sur le chemin de la négociation bilatérale. Le discours prononcé par Dion à Apamée témoigne de ce que ce chemin fut néanmoins poursuivi et qu’une délégation fut bien envoyée là-bas pour tenter de conclure un arrangement.

  • 70 Cet épisode est situé chronologiquement par une indication assez vague : “comme nos deux cités éta (...)

45Il confirme en même temps qu’existait à Pruse la tentation de se tourner vers Rome et nous apprend que la cité avait déjà fait une tentative en ce sens auprès de Dion : elle avait “sollicité (son) concours par le vote d’honneurs répétés” (τῆς πατρίδος ... πολλάκις τῷ τιμᾶν προκαλουμένης), comptant sans doute sur l’influence qu’il pourrait exercer auprès de “(ses) amis, qui n’étaient ni en petit nombre ni dénués de pouvoir” ; Dion avait alors refusé, mais il précise à nouveau que ce n’était pas “par crainte du voyage, puisqu’(il) devait partir de toute façon” (41.7)70. Le sophiste s’apprêtait donc à faire un voyage qui devait le mettre en contact avec de puissants amis – sans nul doute des Romains, peut-être même l’empereur en personne – et dont ses concitoyens auraient aimé qu’il profitât pour intercéder en leur faveur contre Apamée. Il est tentant d’identifier ce voyage avec la mission dont Dion dit être récemment revenu dans le discours tenu à Pruse. Ainsi, avant et après cette absence de Dion, qui a pu durer quelques semaines comme quelques mois, une partie des citoyens de Pruse défendaient l’idée de porter le conflit avec leurs voisins à la connaissance des autorités romaines. Ces citoyens, apparemment majoritaires dans un premier temps (ils ont fait voter les sollicitations officielles auxquelles Dion n’a pas répondu et qui suggéraient de plaider la cause de la patrie à Rome), se retrouvent quelque peu marginalisés au moment du discours sur la concorde tenu à Pruse : désormais, ce sont les négociations avec Apamée qui sont à l’ordre du jour.

46Les deux passages que j’ai rapprochés (40.25 et 41.7) témoignent donc que le recours à l’arbitrage de Rome a été, pendant un temps, envisagé à Pruse comme la meilleure solution au conflit, mais que, notamment grâce à l’attitude de Dion, qui refusait d’intervenir à cet effet et plaidait au contraire pour un rapprochement avec Apamée, la recherche d’un accord à l’amiable par des contacts directs entre les deux cités a finalement été privilégiée. Il reste au moins possible que, devant le refus de Dion de s’impliquer, d’autres notables aient accepté de mener une ambassade pour exposer les griefs de Pruse contre Apamée devant les autorités romaines et que celles-ci, au lieu de trancher le litige, aient encouragé des négociations bilatérales, qu’elles auraient en quelque sorte chapeautées. Mais rien dans le texte de Dion ne vient étayer cette hypothèse et tout indique au contraire une action autonome et spontanée des institutions politiques des deux cités. Bien plus, il me semble que l’on peut déceler, à la suite des deux passages déjà utilisés, une opposition très ferme entre le recours à Rome, qui cristalliserait le conflit et le ferait en quelque sorte venir au jour, et la voie de la négociation directe, seul gage d’une véritable réconciliation, de l’amitié, de la concorde.

47Dans les deux discours, en effet, on observe un semblable enchaînement d’idées, qui fait suivre les explications de Dion justifiant son refus de défendre sa patrie à Rome par un éloge de la concorde, opposée aux valeurs négatives du conflit. À Pruse, après avoir fait valoir que son discours en faveur de la réconciliation avec Apamée n’était nullement dicté par le souci de s’éviter les désagréments d’une mission lointaine, Dion ajoute qu’il ne pense d’ailleurs pas être utile à ses concitoyens en effectuant un tel voyage ; au contraire, poursuit-il, “je crois que tout le monde, et pas seulement vous, a intérêt à ne pas se charger à la légère d’une haine qui ne s’impose pas vraiment et, si possible, à tout faire pour mettre un terme aux anciennes, en considérant que le tort causé par la dispute est plus grand que ce que l’on perd à se réconcilier” (τὴν ἐκ τοῦ διαφέρεσθαί τισι βλάβην μείζονα ἡγουμένους τῆς παρὰ τὰς διαλύσεις ζημίας, 40.25). La suite développe les lieux communs habituels à ce genre de discours d’apaisement : “toute paix, dit-on, est préférable à la guerre” ; l’amitié et la concorde sont louées par opposition à la haine, la discorde, la dissension. L’argumentation est très proche dans le discours à Apamée. Dion a rappelé à son auditoire qu’il n’avait pas accepté de faire jouer en faveur de Pruse l’influence dont il jouissait auprès de puissants Romains, alors même qu’un voyage lui en donnait l’occasion. Il invoque deux motifs pour expliquer son attitude, les scrupules qu’il ressentait envers Apamée, sa deuxième patrie, et la conviction que sa véritable tâche était ailleurs (“jugeant que je vous servirais mieux vous et eux, si je pouvais faire de nos cités des amies en les délivrant des anciens motifs de dispute et en les incitant à la bienveillance et à la concorde pour l’avenir”, 41.8).

48Réconcilier les deux cités, “en faire des amies”, “mettre un terme aux anciennes haines”, telle est donc la solution pour laquelle Dion a œuvré et continue d’œuvrer ; or, cette solution ne passe pas par le recours à Rome, auquel Dion s’oppose. Si la réconciliation, la paix, la concorde ne se conçoivent que dans le cadre d’un règlement à l’amiable entre les deux cités, à l’inverse le recours à Rome doit être assimilé à la tentation de la haine contre laquelle Dion met en garde son auditoire. On pourrait presque faire dire au texte que le recours à Rome, c’est la guerre – un paradoxe qui n’est pas si dénué de sens qu’il en a l’air. Car s’en remettre aux autorités romaines pour régler un différend, c’est bien renoncer au dialogue et se crisper sur ses revendications, que l’on espère faire triompher aux dépens de la cité ennemie. Il semble que Pruse ait eu quelque raison de penser qu’elle sortirait gagnante d’un arbitrage du litige par Rome. Apamée en était consciente, qui fit les premiers pas sur la voie des négociations. Dion également, puisqu’il admet de manière indirecte que Pruse perdra quelque chose à se réconcilier, mais souligne le peu d’importance de cette perte comparé aux méfaits bien plus graves de la discorde. Si l’affaire était allée devant les autorités romaines et si Pruse l’avait emporté, il est probable en effet que les citoyens d’Apamée en auraient conçu un vif ressentiment et que les relations quotidiennes entre les populations des deux cités ne se seraient nullement améliorées. L’arbitrage romain, en tranchant un conflit, risque en même temps de le faire perdurer sous une forme différente ou plus insidieuse ; seul un règlement élaboré d’un commun accord, et non pas imposé par une autorité supérieure, peut changer les ennemis en amis. Tel me paraît être le sens du discours de Dion, et un dernier rapprochement pourrait le confirmer.

  • 71 Plut., Moralia, 814 E-F, recommande l’obéissance à Rome, mais dénonce la servilité excessive qui f (...)

49Revenons au passage du discours aux Nicomédiens dans lequel Dion rappelle que la mer n’est plus un enjeu entre Nicomédie et Nicée, puisque les Nicéens “ont accepté avec plaisir un règlement conçu pour éviter un conflit” ἡδέως, ὣστε μηδεμίαν παρέχειν μάχην, διακέκρινται, 38.22). Il ne fait guère de doute que le verbe διακρίνεσθαι renvoie à un règlement à l’amiable, négocié directement entre les deux cités. Après la lecture que nous avons faite des discours sur la concorde à Pruse et à Apamée, il est permis de comprendre que “le conflit”, “la lutte ouverte” (μάχη) qui n’a pas eu lieu est précisément le procès qui aurait pu se tenir devant les autorités romaines, si toute forme de dialogue avait été rompue entre les deux communautés. Dans ces pages, Dion semble suggérer qu’un conflit n’existe vraiment que s’il est porté à la connaissance du pouvoir central et jugé par lui. Aussi faut-il tout faire pour éviter pareil cours des événements et tenter de dissoudre le conflit avant qu’il ne soit définitivement cristallisé par l’intervention de Rome. On reconnaît, à la source de ce raisonnement, une conviction chère à Dion, qu’il partage notamment avec Plutarque : il y a encore place, dans le monde impérial, pour une politique autonome de la part des cités, aussi bien dans la gestion de leurs affaires internes que dans les relations qu’elles entretiennent entre elles ; aussi les deux hommes incitent-ils leurs contemporains à ne pas se tourner sans cesse et à tout propos vers Rome pour résoudre leurs problèmes71. Je crois avoir montré que dans le cas de Pruse et Apamée, comme sans doute dans celui de Nicée et Nicomédie, ces conseils ont été écoutés et des décisions de politique extérieure, prises en-dehors de toute intervention romaine – bien que, de toute évidence, dans le strict respect du pouvoir romain, qu’il n’était nullement question de défier. Il reste à commenter quelques passages des discours de Dion qui suggèrent que cette gestion autonome des situations de conflit était bien plus difficile à mettre en pratique lorsque le conflit opposait, non pas des cités de taille et de statut à peu près équivalents, mais une grande et une petite cité.

2) Rome protectrice des petites cités ?

Le recours à Rome, un réflexe de petite cité

50Dans le discours à Apamée, après avoir expliqué qu’il n’avait pas défendu la cause de Pruse devant les Romains parce qu’il pensait être plus utile aux deux cités en les réconciliant et les poussant à la concorde, Dion conclut : “c’est en effet la meilleure et la plus belle politique qu’on puisse suivre dans les relations non seulement entre égaux, mais encore entre supérieurs et inférieurs” (τοῦτο γὰρ βέλτιστόν τε καὶ ἄριστον οὐ μόνον τοῖς ἲσοις πρòς ἀλλήλους, ἀλλα καὶ τοῖς κρείττοσι πρòς τοὺς ὑποδεεστέρους, 41.8). Certes, le sens de cette phrase est avant tout d’affirmer, de la manière la plus générale qui soit, la valeur universelle de la concorde, qui mérite d’être recherchée par tous et en toutes circonstances. Mais la distinction établie pour exprimer ce lieu commun est intéressante : elle suggère que le rapport de force existant entre les protagonistes (égalité ou déséquilibre) n’était pas indifférent pour la conduite d’une politique de concorde – c’est-à-dire, en vertu de l’interprétation du texte que je propose, pour le succès d’un règlement bilatéral du conflit. Si la tournure employée par Dion (non seulement…, mais encore) est sans doute dictée en premier lieu par la volonté de généraliser à partir du cas particulier de Pruse et Apamée (cités d’importance égale), elle semble en même temps impliquer l’idée que la négociation et la réconciliation sont des choix plus naturels ou plus faciles “entre égaux” qu’entre “supérieurs et inférieurs”. Cette impression est confirmée par une série de remarques faites par Dion dans un contexte similaire, qui lui donne l’occasion de développer plus longuement le thème des relations entre faibles et puissants.

  • 72 L’objet du conflit est explicitement désigné en 34.45-46 : αἱ θῖνες καὶ τò πρòς τῇ λίμνῆ χωρίον ou (...)

51Dans le discours connu sous le titre de “Second Tarsique”, le sophiste prodigue des conseils à la plus grande et la plus prestigieuse cité de Cilicie, Tarse, qui se trouve confrontée à une crise multiforme. Souffrant de graves dissensions internes, la cité est également en conflit ouvert avec le gouverneur de la province ainsi qu’avec plusieurs cités voisines. Parmi celles-ci, la modeste cité de Mallos lui dispute la possession d’un territoire de dunes et de marais72. Dion reconnaît – peut-être pour amadouer son auditoire – que les torts sont du côté de Mallos, mais incite Tarse à se montrer malgré tout magnanime et à faire des concessions. Il exploite pour cela deux arguments, l’un d’ordre moral et l’autre plus pragmatique (34.43-46). D’une part, il convient à des hommes éminemment supérieurs (τῷ παντὶ κρειττόνων ἀνδρῶν), comme le sont les citoyens de Tarse, de ne pas s’obstiner dans la querelle (μὴ φιλονεικεῖν) et de pardonner à ceux qui leur sont si grandement inférieurs (τοσούτῳ καταδεεστέρους) ; une telle attitude est en quelque sorte définie comme un devoir moral attaché à leur position de supériorité. Mais elle est d’autant plus justifiée qu’elle ne comporte aucune atteinte aux intérêts de Tarse : Dion insiste sur le peu de valeur du territoire contesté, qui ne produit aucun revenu et ne saurait en aucun cas, s’il est abandonné à Mallos, inverser le rapport de force existant entre les deux voisines ; “il n’y a pas de danger que vous soyez jamais considérés comme plus faibles que les citoyens de Mallos”. Cette argumentation a pour but de convaincre l’assemblée de Tarse, devant laquelle s’exprime le sophiste, d’adopter face au conflit une position conciliatrice, qui me paraît de nouveau opposée, plus ou moins explicitement, à la solution du recours à Rome.

  • 73 Cette fois, H. L. Crosby le comprend bien ainsi, puisqu’il traduit : come to terms regarding your (...)

52À trois reprises en effet, Dion indique, en termes à chaque fois plus précis, la réaction qu’il juge être de mise, de la part de Tarse, dans la situation présente. Une première fois, il conseille à ses auditeurs de renoncer à leur colère et à la vengeance (τὴν τιμωρὶαν) qu’ils estimaient leur être due, pour tenter au contraire de “régler leur différend territorial” (περὶ τοῦ πράγματος διακρίθητε τοῦ περὶ τῆς χώρας, § 43). On retrouve le verbe διακρίνεσθαι, déjà rencontré à propos du conflit mettant en jeu la mer et rapidement résolu entre Nicée et Nicomédie. Dans le contexte du “Second Tarsique”, il est clair que ce verbe exprime l’idée d’un règlement à l’amiable73, tandis que “la vengeance” que Dion invite à ne pas poursuivre pourrait bien renvoyer à l’espoir de faire sanctionner les abus de Mallos par les autorités romaines. Celles-ci sont encore évoquées en filigrane dans le deuxième conseil pratique donné par Dion, qui redouble et approfondit le premier : “n’écoutez pas ceux qui vous excitent, mais adoptez vous-mêmes, autant que possible, la position de juges, menez un examen attentif de l’affaire, à l’écart de toute haine et sans complaisance envers vous-mêmes, et mettez-y un terme” (ἀλλὰ μάλιστα μὲν αὐτοὶ δικασταὶ γενόμενοι καὶ τò πρᾶγμα ἐπιμελῶς ἐξετάσαντες ἂνευ πάσης ἀπεχθείας καὶ τῆς πρòς αὐτούς χάριτος κατάθεσθε, § 44).

53Utilisant le registre du langage juridique (δικασταί, ἐξετάζειν, κατατίθεναι), Dion joue à détourner la référence à une procédure d’arbitrage : il propose aux plaignants eux-mêmes de se charger du travail d’enquête et de la sentence qui, normalement, seraient confiés à une tierce partie. Dans le monde impérial, ce rôle d’arbitre était tenu en premier lieu par les représentants du pouvoir romain ; le tribunal que les citoyens de Tarse sont incités par Dion à remplacer, en s’érigeant en juges de leur propre affaire, a de fortes chances d’être celui du gouverneur, ou celui que forme l’empereur à lui tout seul. Il faudrait alors comprendre que les orateurs qui “excitent” l’assemblée de Tarse, hostiles à tout compromis avec Mallos, considèrent le recours à Rome comme le meilleur moyen d’obtenir “vengeance”, c’est-à-dire réparation pour les torts subis. En un troisième et dernier conseil, Dion s’oppose à cette solution et défend une autre marche à suivre :

“Quant à moi, j’estimais que vous deviez protester oralement auprès d’eux par le biais d’une ambassade ἐπιτιμῆσαι λόγῳ πέμψαντας αὐτοῖς) – c’était là se conduire en hommes supérieurs et censés –, alors que s’agiter plus qu’il ne faut, recourir immédiatement aux autorités (καταφεύγειν ἐπὶ τὴν ἐξουσίαν εὐθύς) et se sentir offensés, c’est plutôt digne de gens d’une petite cité (μικροπολιτῶν μᾶλλον ἀνθρώπων ἐστίν).” (34.46)

  • 74 H. L. Crosby comprend l’expression καταφεύγειν ἐπὶ τὴν ἐξουσίαν comme la référence à une démonstra (...)
  • 75 L’adjectif μικροπολίτης est un terme polémique et fait partie du vocabulaire des insultes, déjà à (...)

54Remarquons d’abord que le conseil est donné au passé : visiblement, l’assemblée de Tarse a déjà pris une décision, qui n’était pas celle qu’aurait voulue Dion. Il est toutefois encore temps de revenir sur ce mauvais choix, puisque Dion utilise l’impératif dans ses précédentes exhortations (“réglez le conflit”, “mettez-y un terme”). L’alternative qui était et reste offerte à Tarse se résume donc ainsi : d’un côté, la possibilité d’établir des contacts directs avec Mallos, d’abord en lui envoyant, au moment où le conflit éclatait, une ambassade de protestation – ce qui n’a pas été fait –, puis en favorisant le dialogue par des concessions raisonnables – ce qui reste à faire et que Dion encourage – ; de l’autre côté, une réaction décrite comme plus passionnelle que réfléchie et plus compréhensible de la part d’une petite cité que d’une capitale de province comme Tarse – la peur d’être lésé et la volonté de faire reconnaître au plus vite ses droits, qui ont conduit les citoyens de Tarse à “recourir immédiatement aux autorités”, c’est-à-dire à porter plainte devant les autorités romaines, gouverneur ou empereur74. L’enjeu du discours de Dion est dès lors de persuader ses auditeurs de ne pas persévérer dans cette voie et de négocier un règlement bilatéral du conflit avant que l’affaire ne soit examinée et jugée par Rome. L’argument final qu’il utilise, destiné à piquer au vif l’orgueil des Tarsiens75, fait parfaitement écho à la sentence générale que nous avons relevée dans le discours sur la concorde tenu à Apamée : si la réconciliation est plus facile à réaliser entre cités égales, c’est parce que les petites cités ont tendance à faire appel à Rome dès qu’elles sont confrontées aux revendications d’une voisine plus puissante. Il est vrai qu’au moment même où il énonce cette dernière règle, Dion doit y admettre des exceptions, puisque dans le cas qui l’occupe, c’est la puissante cité qui a joué la carte de Rome contre une ennemie bien plus modeste. Mais ailleurs dans le même discours, il tient des propos qui confirment l’idée que les petites cités avaient, en général, davantage intérêt que les grandes à rechercher la médiation romaine. Les efforts de Dion pour convaincre Tarse d’abandonner la procédure du recours à Rome apparaissent autant motivés par la volonté de lui épargner un échec que par celle de lui voir tenir dignement son rang de grande cité.

Une surveillance accrue de Rome envers les grandes cités

55Plus tôt dans le discours, le sophiste avait en effet mis en garde ses auditeurs contre le désavantage que constituait pour eux, dans le conflit avec Mallos, leur position de supériorité :

“Pour le présent du moins, dans le différend qui oppose à vous les gens de Mallos, s’il est vrai qu’ils ont tous les torts de leur côté et sont coupables d’arrogance, pourtant, parce qu’ils sont faibles et bien inférieurs à vous (τῷ δὲ ἀσθενεῖς εἶναι καὶ πολὺ ἣττους), ils ont toujours l’air d’être les victimes. Car certains considèrent non pas ce que les hommes font, mais qui ils sont, et souvent ce n’est pas sur les gens coupables d’injustice ou de violence qu’ils veulent enquêter ἐθέλουσιν ἐξετάζειν), mais sur ceux dont on s’attend à ce qu’ils soient violents parce qu’ils sont plus puissants (οὕς εἰκòς βιάζεσθαι τῷ δύνασθαι πλέον). En tout cas, si c’était vous qui aviez agi comme les gens de Mallos l’ont fait maintenant, on penserait que vous saccagez les villes, que vous commencez une rébellion et une guerre (ἀποστάσεως ἂρχειν καὶ πολέμου), et qu’il faut envoyer une armée contre vous.” (34.11)

  • 76 De tels empiètements, parfois accompagnés de violences, étaient encore possibles à l’époque impéri (...)
  • 77 Dion Chr. 38.31.

56Dion exploite ici un paradoxe : la violence est manifestement du côté de Mallos, qui a commis un acte hostile – peut-être une incursion sur le territoire contesté76 – ; mais si une tentative d’appréciation du conflit intervient, c’est Tarse qui risque d’être accusée de violence, du simple fait qu’elle a davantage les moyens de l’exercer. Les personnes susceptibles de porter cette accusation sont laissées dans l’anonymat (“certains”). On peut penser que Dion fait référence aux courants d’opinion qui devaient se former dans les autres cités de la province, surtout celles qui, elles aussi, étaient en mauvais termes avec Tarse. Toutefois, l’allusion à un travail d’enquête, exprimé ici aussi en termes juridiques (ἐξετάζειν), pourrait plaider en faveur d’une référence aux autorités romaines. Il faudrait alors conclure que la suspicion naturelle que ressentent les faibles envers les puissants – et que Dion soulignait dans le discours aux Nicomédiens77 – était partagée par Rome, qui se méfiait des ambitions excessives des grandes cités et se faisait un devoir de les limiter. À ses yeux, comme aux yeux des Grecs, les mêmes actes n’auraient pas le même degré de violence selon la position de pouvoir de celui qui les accomplit : ce qui, venant de Tarse, serait considéré comme un casus belli, peut être facilement pardonné à Mallos. Certes, le recours au vocabulaire de la guerre entre États souverains fonctionne ici en grande partie comme un pur procédé rhétorique, Dion évoquant des temps révolus pour mieux exprimer son indignation et condamner sans équivoque, devant son auditoire, l’attitude de Mallos. Mais une image de la réalité contemporaine, même déformée ou transposée, se laisse peut-être lire au cœur même du procédé rhétorique : le terme de “rébellion” (ἀπόστασις) pourrait être une clé pour cette double lecture ; la violence de la part d’une grande cité envers une plus petite est perçue comme une remise en cause de l’ordre romain, une tentative de sédition, qui appelle, sinon l’envoi d’une force armée comme le dit Dion, du moins une sévère sanction de la part du pouvoir central ainsi défié. Cette idée d’une surveillance accrue de Rome envers les grandes cités transparaît également dans une comparaison que Dion développe pour appuyer son propos.

57Le sophiste compare la situation de Tarse et Mallos à un combat entre athlètes de force inégale, l’un grand, l’autre petit : “alors qu’au premier il n’est permis de rien faire contre les règles et qu’il reçoit le fouet même en cas d’erreur involontaire, personne n’observe l’autre, qui fait pourtant tout ce qu’il peut” (34.13). L’allusion à un arbitre du jeu, qui n’est pas nommé mais dont la présence se traduit par des coups de fouet au fautif, me semble être une façon imagée d’évoquer la possibilité d’une intervention romaine. Les passages du discours commentés plus haut prouvent que l’inopportunité du recours à Rome était la principale idée défendue par Dion à propos du conflit avec Mallos ; la comparaison avec le combat d’athlètes lui sert elle aussi à défendre cette idée, d’un point de vue un peu différent – ce n’est plus tant l’espoir d’obtenir réparation que Dion conseille d’abandonner, mais l’éventuelle tentation de riposter face aux provocations de Mallos, avec la conviction illusoire d’être dans son bon droit et de recevoir l’approbation de Rome. Dion rappelle les citoyens de Tarse à une vision plus réaliste de leur situation : les autorités romaines sont naturellement plus enclines à écouter les plaintes des petites cités que celles des grandes, même lorsque celles-ci sont justifiées.

  • 78 Sur les causes de conflit avec ces autres voisines, qui ne semblent pas être de nature territorial (...)

58Un handicap supplémentaire, pour Tarse, est l’hostilité générale qu’elle suscite dans la région. Outre Mallos, plusieurs autres cités voisines, telles Aigée, Soloi, Adana, sont en conflit plus ou moins ouvert avec elle (34.14)78. Leurs revendications, prises séparément, ne sont pas fondées, mais elles prennent l’apparence de la légitimité du fait même de leur accumulation. Elles donnent de Tarse l’image d’une cité oppressive envers les plus faibles et, prévient Dion, “bien que ces accusations ne soient pas vraies, elles pourraient vous faire le même tort que si elles l’étaient” (34.15). Le sophiste prend soin de se placer résolument du côté de Tarse, pour ne pas braquer ses auditeurs, et sa distinction entre une culpabilité réelle et une culpabilité apparente ressemble fort à une précaution diplomatique ; Tarse a sans doute davantage à se reprocher que ne veut bien le dire Dion. Mais quel que soit le partage des torts, l’essentiel est qu’une grande cité est toujours soupçonnée de vouloir s’étendre et s’enrichir encore aux dépens des autres. Dion l’exprime très clairement un peu plus loin dans le discours : “vous faites naître la haine (chez vos voisins) par la taille de votre cité et par votre capacité à vous emparer d’une grande partie de leurs biens” ἐπίφθονοι τῷ τε μεγέθει τῆς πόλεως νομίζησθε καὶ τῷ πολλὰ τῶν ὂντων ἀπολαβεῖν δυνήσεσθαι, 34.27). Là encore, ce n’est pas tant la violence qui est dénoncée, que la possibilité de la violence. Toutefois, si cette simple possibilité suffit à déclencher la haine, c’est sans doute parce que tous ont conscience qu’à la première occasion favorable, elle se réalisera.

59Un parallèle intéressant pour soutenir cette interprétation du texte de Dion est celui du conflit entre Caunos et Calynda, déjà étudié. Ce conflit, tel qu’il se laisse reconstituer, donne l’exemple d’une assez grande cité portuaire qui porte atteinte aux intérêts d’une voisine plus petite en confisquant à son profit l’essentiel des courants commerciaux de la région. C’est bien là une manière de “s’emparer des biens d’autrui” : les revenus de Calynda ont dû se ressentir fortement de la concurrence économique que lui faisait Caunos. Dans la procédure d’arbitrage qui a suivi, sans doute à l’appel de la partie lésée, les autorités romaines jouèrent indéniablement un rôle. Or, le règlement du conflit semble bien avoir donné tort à Caunos, forcée de limiter les mesures d’atélie qui attiraient dans son port de nombreux navires de marchandises. On aurait là une application pratique du principe théorisé par Dion, selon lequel Rome prend la défense des petites cités face aux grandes.

60Au terme de cette analyse du “Second Tarsique” de Dion, il me semble que l’on peut retenir deux idées. Même à l’époque impériale, il existait encore, chez les grandes cités, une sorte de volonté de puissance toujours prête à se manifester, qui prenait volontiers la forme d’une tentative d’expansion territoriale ou d’une mainmise sur les ressources d’autrui (ses “biens” matériels). Les petites cités, susceptibles d’en souffrir, étaient les premières à s’en méfier, mais cette volonté de puissance préoccupait aussi les autorités romaines ; celles-ci veillaient à ce qu’elle ne pût se donner libre cours, sanctionnant sévèrement les abus commis en ce sens. Rome pouvait ainsi constituer une protection pour les plus faibles des sujets de l’Empire. Ce rôle lui était dicté par son propre intérêt : en négligeant de recevoir les plaintes des petites cités, elle risquait de voir s’exacerber les mécontentements régionaux et de devoir faire face à une remise en cause générale de l’ordre établi. D’autre part, il était bon de maintenir la prospérité et la puissance des grandes cités dans des limites raisonnables, de façon qu’aucune ne puisse jamais s’opposer à Rome.

Le cas particulier de l’Ionie

  • 79 Aristid., Or., 23.24.
  • 80 Le mot ταμιεῖον renvoie à l’idée de dépenses et de rentrées d’argent, il évoque des échanges comme (...)
  • 81 Le gouverneur et ses proches collaborateurs ne restaient pas toute l’année à Éphèse et se déplaçai (...)

61Cela ne veut pas dire que toujours, en toute occasion, les revendications des grandes cités, quand elles portaient sur le territoire ou des sources de revenus liées au contrôle du territoire, étaient rejetées par Rome. Une phrase d’un discours d’Aelius Aristide pourrait même être invoquée comme contre-exemple à la théorie générale que j’ai formulée. Dans le discours “Aux cités sur la concorde”, tenu devant l’assemblée provinciale d’Asie et destiné à apaiser les rivalités entre Éphèse, Pergame et Smyrne, Aristide entreprend de faire tour à tour l’éloge de ces trois cités, afin de les habituer à s’entendre louer mutuellement, ce qui sera un premier pas sur le chemin de la concorde. Quand il en arrive à Éphèse, il exalte d’abord son statut de grand port fréquenté par tous les habitants de l’Empire. Il poursuit en affirmant que personne ne peut ignorer qu’Éphèse est “un comptoir commun de l’Asie” (ταμιεῖον κοινòν τῆς ‘Aσίας) et que “personne n’aime assez la querelle pour critiquer les frontières de cette illustre cité” (οὐδέ γε οὕτω φιλαίτιος οὐδεὶς ὃστις ἂν μέμψαιτο ἐκείνης τῆς πόλεως τοὺς ὃρους). Suit une description sommaire du territoire de la cité, “qui s’étend loin quand on se dirige vers l’intérieur, loin le long de la mer”79. L’enchaînement des idées suggère ici que sa qualité de capitale économique mais aussi administrative de la province80 protège les frontières d’Éphèse de toute contestation. La présence permanente des autorités romaines, attentives à tout incident susceptible de provoquer des troubles, pouvait effectivement avoir un effet dissuasif en ce domaine81. Par ailleurs, l’étendue même du territoire d’Éphèse semble garantir son intégrité ; parce qu’on peut le parcourir sur de longues distances et constater ainsi la puissance de la cité, il est invraisemblable qu’il soit convoité par des cités voisines forcément conscientes de ce rapport de force défavorable. La grande taille d’Éphèse est donc présentée ici comme une assurance contre toute remise en cause de ses frontières, ce qui peut sembler contradictoire avec l’idée d’une attention spéciale accordée par Rome aux revendications territoriales des petites cités face aux grandes.

62Mais, d’une part, il faut distinguer entre l’existence même des litiges frontaliers et leur règlement : qu’une cité de la taille et du prestige d’Éphèse soit relativement à l’abri d’un conflit de voisinage n’empêche pas que, si un tel conflit se produit malgré tout, elle puisse souffrir d’un préjugé défavorable de la part des autorités romaines. D’autre part, il est possible d’expliquer l’assertion d’Aristide au sujet des frontières d’Éphèse autrement que par référence au rapport de force existant entre des cités en conflit. Il est en effet remarquable que l’Ionie, qui a fourni une documentation assez abondante attestant de la récurrence des conflits territoriaux aux iie et ier s. a.C., ne nous ait livré, pour l’époque impériale, aucun exemple similaire. À vrai dire, tous les cas relevés, pour cette époque, dans la province d’Asie, se situent dans des régions que l’on pourrait appeler “périphériques” : Héraclée de la Salbakè, Dorylaion, Caunos se trouvent toutes aux confins de la province. Dans la mesure où, en Asie, les nouvelles formes de compétition entre cités, tournant autour de statuts privilégiés et de titres honorifiques, ont fait rage de la manière la plus spectaculaire précisément dans la région d’Ionie et aux alentours, on peut émettre l’hypothèse que, dans cette partie de l’Asie, qui est la plus anciennement hellénisée et urbanisée, la course aux privilèges a en grande partie remplacé les conflits de type traditionnel, liés au territoire. Ailleurs, et notamment en Bithynie, les deux types d’affrontement pouvaient coexister, comme le prouvent les exemples de Nicée et Nicomédie, ou de Pruse et Apamée : ces cités, que nous avons vu se disputer à propos de l’accès à la mer ou des revenus du territoire, sont également en concurrence pour le titre de première ou le statut de capitale de conventus.

Conclusion partielle

63Résumons les conclusions auxquelles nous conduit notre examen de la documentation d’époque impériale relative aux conflits traditionnels entre cités. Elles tiennent en trois points essentiels. Tout d’abord, ce type de conflit n’a nullement disparu avec l’instauration du principat ; des tracés de frontières continuent d’être contestés et – phénomène qui s’accentue peut-être dans le monde pacifié du Haut-Empire, propice aux échanges de plus grande envergure – des tentatives de domination économique, fondées sur divers moyens de contrôle de la circulation des marchandises, suscitent les protestations des cités qui sont ainsi tenues à l’écart des bénéfices de la paix. Par ailleurs, si le pouvoir romain est devenu l’arbitre naturel de ce genre de litiges, la possibilité de parvenir à un accord sans faire intervenir Rome existe toujours et elle contribue à faire subsister une marge d’autonomie dans les relations que les cités entretiennent entre elles. Enfin, il est apparu qu’une telle politique de négociation bilatérale avait plus de chances d’être adoptée dans le cas d’un conflit entre cités d’égale importance, car quand il y avait déséquilibre dans le rapport de force, les petites cités avaient souvent intérêt à faire appel aux autorités romaines, qui leur apparaissaient comme un rempart contre les abus des grandes.

64Ainsi, si l’on remonte dans le temps jusqu’à la limite supérieure de notre étude, se dégagent trois périodes durant lesquelles les conflits traditionnels perdurent, mais avec des variations dans le rapport de force entre les protagonistes ainsi que le rôle tenu par Rome. Durant les premières décennies qui suivent la création de la province d’Asie, le pouvoir romain se tient relativement à l’écart des conflits territoriaux, qui mettent aux prises, dans une grande continuité avec les conflits passés, des cités ennemies de longue date, dont aucune ne l’emporte résolument sur l’autre (Priène et Samos, Priène et Milet, Mylasa et Héraclée…). Après la fin de la première guerre mithridatique, Rome, puis les généraux qui prétendent la représenter, récompensent par des dons de territoire les cités qui leur ont été fidèles ou avec lesquelles ils souhaitent maintenir des liens ; ces cités s’agrandissent aux dépens de leurs voisines, et ces nouvelles règles du jeu, qui peuvent sembler marquées par l’arbitraire, sont décidément hostiles aux petites cités obscures qui n’ont aucun moyen de se distinguer. Pour ces dernières, la pacification et l’unification de l’Empire sous l’égide d’un seul homme ont sans doute signifié une amélioration de leur sort. Désormais, tandis que se maintiennent des tensions entre cités rivales, c’est-à-dire égales, et que l’appétit de puissance des grandes cités se manifeste encore par des tentatives d’expansion ou de domination régionale, les petites cités peuvent, malgré tout, compter sur la protection de Rome, qui veille à réduire les injustices trop criantes comme autant d’éléments perturbateurs de l’ordre impérial. Toutefois, dans ce monde nouveau, sont apparus de nouveaux objets de conflit, qui concurrencent le territoire comme source de revenus pour les cités. Et dans cette compétition-là, il n’est pas sûr que les petites cités puissent se prévaloir du soutien de Rome.

Notes

1 Pour la première idée, voir Brunt 1961, 189-227 (= Brunt 1990, 53-95 et les addenda p. 487-506). Pour la permanence des disputes territoriales sous l’Empire, voir déjà Millar 1977, 434-439.

2 Burton 2000. Voir aussi Aichinger 1982.

3 Je laisse de côté les 6 cas de délimitation de frontières entre des communautés et des propriétés privées (tableau 3 dans l’appendice de Burton), car ils ne relèvent pas vraiment de notre sujet. Il faut de plus tenir compte, parmi les 82 attestations restantes, de certains cas incertains, où la délimitation ne mentionne qu’une seule communauté, mais peut en avoir impliqué une ou plusieurs autres sans le préciser.

4 Burton 2000, 213, remarque à juste titre que l’empereur est loin d’être toujours mentionné dans les inscriptions du corpus qu’il a établi (un peu moins de la moitié des cas ne contiennent pas de référence à l’empereur) ; mais même si, comme il en émet l’hypothèse, le règlement des litiges frontaliers faisait partie des mandata systématiquement assignés aux gouverneurs provinciaux, il n’en reste pas moins que l’action de ceux-ci était subordonnée à l’autorité du princeps.

5 Le dépouillement de Burton ne donne aucun cas pour la Bithynie (il faut se tourner vers les témoignages littéraires, à savoir les discours de Dion de Pruse, pour trouver trace de conflits territoriaux dans cette région) et en dénombre 10 pour l’Asie ; mais parmi ceux-ci, 5 concernent le bornage du territoire reconnu comme propriété de l’Artémis d’Éphèse, et il n’est pas sûr que ces délimitations successives aient été faites aux dépens de cités voisines. À titre de comparaison, la Dalmatie offre 9 exemples assurés de litiges entre communautés voisines, l’Achaïe 8, la Macédoine 6.

6 Robert & Robert 1954, no 78 p. 180-181 avec le commentaire p. 222-225. L’inscription, acquise dans le commerce, a été publiée une première fois comme provenant d’Alabanda, mais la nouvelle attribution proposée par J. et L. Robert me semble assurée ; voir leurs arguments ad loc. et la note suivante.

7 La pierre ne livre que son nomen, qui est en partie mutilé mais se restitue sans hésitation, car celui qui a fait graver l’inscription (un parent) porte le même : il s’appelle L. Aburnius, fils d’Aburnius Tuscianus. Ces deux derniers noms sont rares et c’est sur eux que se fonde en grande partie la nouvelle attribution à Héraclée : on retrouve en effet, dans une autre inscription de cette cité, trouvée à Claros, un personnage nommé Aburnius Tuscianus.

8 Pol. 21.45.5. Voir supra, p. 34-35.

9 Il s’agit d’inscriptions retrouvées à Claros et commémorant la consultation de l’oracle par des délégués d’Héraclée : Robert & Robert 1954, no 132 p. 203 et 136 p. 206.

10 Buckler 1937 et Robert 1946c. Voir aussi Robert & Robert 1954, no 40 p. 163-164 (MAMA, VI, 97), un décret honorifique pour T. Statilius Apollinarios, issu d’ancêtres “très brillants”, qui ont “contribué à fonder la ville” et l’ont “accrue de façon incomparable (grâce aux dons ou aux faveurs) de l’empereur Trajan”.

11 Voir par exemple TAM, V.2, 859.

12 La fonction de préposé à l’annone était prestigieuse et souvent signe de la faveur impériale. Voir Bérard 1984, 303-306. La carrière d’Aburnius est résumée dans son rapport avec l’annone p. 307.

13 Haensch 1999.

14 Robert & Robert 1954, no 166 et 167. Bref commentaire dans Bresson 2003, 173.

15 Haensch 1999, 126-128.

16 Haensch 1999, 132 n. 48 et 134 n. 56. Pour le détail de la carrière d’Aburnius, avec les références bibliographiques, voir Devijver 1976, A5 (avec le Supplementum).

17 Voir Halfmann 1986, 187. Selon les indications de D.C. 68.17.3, il n’y a que deux itinéraires possibles pour cette partie du trajet : Trajan a certainement débarqué à Éphèse, suivi la route de la vallée du Méandre, puis rejoint la Kibyratide soit par la route directe qui part de Laodicée du Lycos, soit en bifurquant un peu avant, au niveau d’Antioche du Méandre, et en empruntant une route secondaire qui passe par Aphrodisias et Héraclée. Un argument en faveur du passage par Héraclée (qui serait dû, dans cette hypothèse, à l’influence de Statilius Criton) est qu’il pourrait expliquer le choix de la route terrestre pour rejoindre la Syrie, alors que la route maritime (par Rhodes) était plus rapide.

18 Pour la rendre vraisemblable, il faut considérer que le tribunat de légion qui suit directement la préfecture des ouvriers à Rome est un tribunat sexmestris et que les fonctions exercées en même temps que la curatèle de l’annone (sans doute praefectus cohortis III Thracum Syriacae equitatae et curator cohortis I Ulpiae Petraeorum) sont à dater de la fin de la guerre parthique.

19 TAM, V. 2, 859.

20 Voir infra, p. 128.

21 Voir l’exemple du sénatus-consulte en faveur de Stratonicée, qui confirme des privilèges accordés par Sylla. Supra, p. 65.

22 MAMA, V, 60. Commenté par Aichinger 1982, 197-198.

23 Pour cette procédure, voir, outre l’inscription de Thyatire commentée plus haut, CIL, III, 586 (ILS, 5947 a), où le gouverneur chargé par Hadrien de régler le différend entre Lamia et Hypata, en Thessalie, entend les avocats des deux cités, rend une sentence et fait appel à un mensor, un arpenteur, pour tracer la frontière ; également Christol & Drew-Bear 1983, qui publient une inscription de la deuxième moitié du iiie s. où l’on voit bien fonctionner les diverses délégations de pouvoir : le procurateur de la province, également gouverneur par intérim, confie le soin de tracer la frontière entre deux villages à un membre de l’ordre équestre, sans doute un notable local, agissant peut-être en tant que iudex datus, qui s’est rendu sur place et a fait son travail avec l’aide d’un géomètre. Le principe de “l’autopsie”, l’examen des lieux par les juges chargés de rendre la sentence, remonte bien plus haut que l’époque impériale : voir par exemple l’arbitrage de Rhodes entre Priène et Samos, IPriene, 37, l. 21-23 et le traité entre Milet et Héraclée, Milet, I. 3, 150, l. 84-86, tous deux datés des années 180.

24 Il faut certes faire la part de la mise en scène de son activité par Pline, soucieux de montrer les liens intimes qui l’unissaient à l’empereur, mais ces lettres gardent malgré tout une valeur documentaire importante.

25 Voir PIR 2, I 573 ; Halfmann 1979, no 62 p. 451-452 ; Rémy 1989, no 34 p. 50-52.

26 Robert 1940a, 321 n. 2, se range à cette suggestion des éditeurs des MAMA, C. Cox et A. Cameron.

27 Pour ce dernier poste, plusieurs dates ont été proposées : Cox et Cameron retiennent la fourchette 136-138, alors qu’Aichinger opte pour une date c. 134-135, également retenue par B. Rémy. Dans les inscriptions d’Ancyre IGR, III, 174 et 175, on lit que Severus a été envoyé par Hadrien en Bithynie avec cinq faisceaux, en tant que corrector (διορθωτής) et logiste – ce qui amène à reconstituer le titre latin legatus Augusti pro praetore ad corrigendum statum Ponti et Bithyniae ; D.C. 79.14.4, évoque, quant à lui, son gouvernement de Bithynie en des termes élogieux. Il est donc probable que Severus a été à la fois corrector et gouverneur, à un moment où la Bithynie était redevenue une province impériale. Au sujet de sa précédente légation en Asie, deux hypothèses ont été formulées, à partir des mêmes inscriptions d’Ancyre, qui rappellent ce moment de la carrière de Severus en ces termes : πρεσβεύσαντα ἐν Ἁσίᾳ ἐξ ἐπιστολῆς καὶ κωδικίλλων θεοῦ Ἁδριανοῦ. Pour certains, il faut comprendre que Severus a été affecté à un poste régulier de légat du proconsul, mais sur la requête expresse de l’empereur ; pour d’autres, la formule indique que Severus était en mission extraordinaire. Le rang de propréteur se déduit du parallèle avec une inscription latine de Corinthe, Corinth, VIII, 2, no 56.

28 Pflaum 1962, 1236, repris par Christol & Drew-Bear 1991a, 412 n. 57 et 1991b, 204 n. 19, mais critiqué par Eck 1970, 210 n. 402.

29 Aichinger 1982, 197-198, suivie par Rémy 1989, 50-52.

30 Christol & Drew-Bear 1998.

31 Robert 1940a, 321 n. 2. Magie 1950, 626 et 1487 n. 55 préfère lui aussi l’époque du gouvernement de Bithynie.

32 Christol & Drew-Bear 1987, 13-19.

33 Pour l’hypothèse de remaniements administratifs sous Hadrien, voir Christol & Drew-Bear 1991a, 412-413.

34 Balland 1981, no 86 p. 260-266.

35 Les rapprochements prosopographiques établis par Balland 1981, 265, me paraissent convaincants, malgré leur caractère forcément hypothétique, dû aux larges restitutions que l’état de la pierre impose. Mais l’argument le plus fort me semble être celui qui tient à l’analyse des causes du conflit : la compétition commerciale que Caunos fait subir à Calynda et qui est vraisemblablement à l’origine de leur litige doit être consécutive au règlement douanier et portuaire attesté à Caunos au ier s. p. C., qui instituait une politique libérale destinée à stimuler les échanges. Voir infra.

36 Pol. 31.5, avec le commentaire de Bresson 1998, 80-81. Pour un bref aperçu de l’histoire de Calynda, voir Bean 1953, 25.

37 Cf. Hdt. 1.172.

38 Balland 1981, 265 propose le nom d’un légat impérial de Lycie-Pamphylie en poste de 147 à 149, C. Iulius Avitus.

39 Voir notamment le parallèle indiqué par Balland 1981, 264 n. 27 : le compromis préalable (compromissum) auquel sont parvenues Thèbes et Halos, avant de confier leur conflit à l’arbitrage de Macon de Larissa, prévoit l’amende à payer par celle des deux parties qui n’accepterait pas ou ne respecterait pas la sentence rendue, ὁποτέροι δὲ ... τοῖς κριθέντοις [ὑπ]ò Μάκωνος μὴ ἐμμείνωντι, ἀποτεισάτω[σαν]... (FD, III. 4, 355 ; Ager 1996, no 153, l. 17-19). Voir aussi, pour un usage similaire du verbe ἐμμενεῖν (respecter les décisions d’un traité), mais dans le cadre d’un serment et non plus d’une clause préventive, le traité entre Magnésie et Milet négocié grâce à l’arbitrage de Rhodes, Milet, I.3, 148 ; Ager 1996, no 109, l. 82-88.

40 Balland 1981, 263 n. 18.

41 Str. 14.3.3. Voir le commentaire de Magie 1950, 525 et 1382-1383 n. 36.

42 TAM, II.3, 905, VII B, l. 10-11.

43 J. et L. Robert, Bull. ép. 1982, 384, résument l’interprétation d’A. Balland : “restes de plusieurs documents, dont un fédéral et un romain”, mais sans préciser s’ils l’estiment justifiée.

44 Voir par exemple l’ouvrage sur l’arbitrage international Ager 1996, qui arrête son étude en 90 a. C. Il faut peut-être compter parmi les textes attestant de la survivance de cette pratique un fragment d’inscription d’Éphèse, daté de l’époque augustéenne d’après l’écriture (voir GIBM, 526), qui contient visiblement le rapport d’une commission chargée de délimiter les frontières entre Aigée d’Éolide et une voisine (IK, 15-Ephesos, 1526). Robert 1937, 75 n. 1, estimait en effet que ce fragment n’était pas une preuve suffisante pour conclure que les territoires d’Aigée et d’Éphèse étaient limitrophes, puisqu’il pouvait tout aussi bien s’agir “d’un arbitrage d’Éphèse entre Aigai d’Éolide et une de ses voisines”.

45 Il s’agit de Télandros et Ancône, situés dans le golfe de Glaucos, au sud de Calynda. Pour leur localisation exacte, voir Bull. ép., 1982, 384.

46 Bean 1954, no 38 p. 97-105 (SEG, 14, 1957, no 639). Cf. Bull. ép., 1956, 274d. Traduction française et commentaire dans Vélissaropoulos 1980, 223-229. Voir aussi France 1999, 103-105 et Merola 2001, 129-132.

47 Bresson 2002, 157-160.

48 Sur la pêche dans le lac comme ressource importante de Caunos, voir Robert 1984, 521-525.

49 Dion Chr. 34.43 : περὶ τοῦ πράγματος διακρίθητε τοῦ περὶ τῆς χώρας. Ici, H. L. Crosby traduit : come to terms regarding your boundary dispute. Dion s’adresse aux citoyens de Tarse, qu’il veut convaincre d’envoyer une ambassade à Mallos et d’arriver par eux-mêmes à un règlement du conflit. Voir infra, p. 115-117, pour un commentaire détaillé de ce passage.

50 L’importance du commerce maritime de Nicomédie, due entre autres à la situation privilégiée de son territoire, qui donnait accès à la fois à la Propontide et au Pont-Euxin, a été soulignée par Robert 1978, 419-428.

51 Jones 1978, 87 et n. 32.

52 Robert 1978, 425-426 (déjà dans Bull. ép., 1976, 160).

53 La prospérité de Nicomédie à cette époque se traduit notamment par une intense activité édilitaire : voir notamment Plin., Ep., 10.37-38 (deux aqueducs dont la construction a été à chaque fois abandonnée, apparemment du fait d’entrepreneurs malhonnêtes qui ont empoché les crédits sans mener à terme l’ouvrage) et 49-50 (construction d’une nouvelle agora) ; commenté par Magie 1950, 588.

54 Dion Chr. 38.31.

55 C’est le titre que nous a conservé la tradition pour le discours 40.

56 En 40.25, “le tort causé par la dispute est plus grand que ce que l’on perd à se réconcilier” ; en 40, 34, “ne jamais céder ni faire de concession à son voisin (…) dénote la folie et la stupidité”.

57 Ainsi, Jones 1978, 91 et Desideri 1978, 413.

58 Robert 1974, 61-69.

59 Jones 1978, 93.

60 La périphrase employée pour désigner les ambassadeurs (πρέσβεις οἱ χειροτονηθἐντες έπὶ τοῦτο τò πρᾶγμα) a plongé les commentateurs dans la perplexité. Certains comprennent qu’il s’agit d’une ambassade de remerciement consécutive à l’obtention du statut de capitale de conventus, évoqué juste avant ; mais Dion parle de la tenue des assises qu’implique ce statut au présent, comme d’une chose régulière et entrée dans les habitudes de la cité, alors que l’envoi d’une ambassade de remerciement ne peut être envisagé que très peu de temps après l’obtention du privilège. Si l’on pense, au contraire, que “cette affaire” renvoie au règlement du conflit avec Apamée, sujet du discours, il faut en conclure que Rome était sollicitée dans le cadre de ce règlement ; or, d’autres éléments, comme nous le verrons, indiquent que les deux cités ont réussi à se réconcilier sans faire appel aux autorités romaines. Je vois là une aporie.

61 Robert 1974, 61-69, commente une inscription de Périnthe, datée de “l’époque impériale avancée”, dans laquelle une “association des amis d’Apamée” (τò συνέδρ[ιον] τῶν Φιλαπαμέω[ν]) dédie un autel à la Concorde ; il la comprend comme un témoignage de l’existence d’échanges commerciaux entre ces deux cités aux territoires complémentaires.

62 Magie 1950, 599, pense que le conflit entre Pruse et Apamée mettait en jeu de telles questions.

63 Desideri 1978, 413-414.

64 Fernoux 2004, 277-294 a bien montré que dans la Bithynie d’époque romaine, les notables diversifiaient considérablement leurs activités et tiraient souvent leur richesse à la fois de la possession foncière, de la banque, de la manufacture artisanale et du grand commerce. Il critique donc, p. 292, l’hypothèse de Desideri d’une opposition entre commerçants et propriétaires fonciers à Pruse.

65 Voir Jones 1978, 91-92, qui souligne au passage le rôle encore actif de l’assemblée, par opposition à la thèse d’un conseil tout-puissant qui aurait réduit, dans les cités de l’époque impériale, le peuple au statut de figurant. Pour la preuve que Dion s’exprime bien, dans le discours 40, devant l’assemblée du peuple, voir l’adresse du § 1 (ὦ ἂνδρες πολῖται) et surtout le § 6, où Dion fait référence à des décisions antérieures du peuple et loue ensuite son auditoire pour la sagesse de ces décisions. L’archonte ou premier archonte est le magistrat le plus haut à Pruse ; s’il est loué par Dion, c’est qu’il a poussé à la concorde, peut-être en tant que président de séance au conseil ou à l’assemblée.

66 En 40.17, Dion évoque un décret de Pruse l’invitant (à revenir dans sa patrie, alors qu’il était en voyage ? ou à assister à une séance de l’assemblée ? – ce n’est pas précisé), et il hésite sur le motif de cette invitation, tout en se doutant que cela concerne le règlement du conflit avec Apamée (ψηφισαμένων ὑμῶν ἐμὲ καλεῖν, ἲσως καὶ ταύτης ἓνεκα τῆς χρείας). Il fait ensuite allusion à des “honneurs” décernés par Apamée à des citoyens de Pruse, “non seulement à ceux qui sont présents, mais aussi à moi avec les autres” (οὐ τοῖς παροῦσι μόνον, ἀλλὰ κἀμοὶ νέμοντες τιμὴν μετὰ τῶν ἂλλων). S’agit-il de citoyens présents à Apamée, alors que Dion est encore à Pruse, ou de citoyens restés à Pruse, alors que Dion, qui vient de rentrer de voyage, en était absent ? Dans le premier cas, il faudrait comprendre qu’une ambassade était déjà partie à Apamée, mais avait besoin du renfort d’un homme tel que Dion, orateur confirmé possédant qui plus est la double citoyenneté de Pruse et d’Apamée ; dans l’autre, les décrets honorifiques votés par Apamée seraient une manière de ranimer les bonnes relations de la cité avec certains notables de Pruse (au premier rang desquels Dion) et d’annoncer le bon accueil qui serait fait à une ambassade. Dion rappelle encore, dans ce passage, qu’il a volontairement différé la réponse à l’invitation officielle de sa patrie, du fait de ses ennemis politiques, qui auraient pu faire capoter les négociations simplement pour s’opposer au sophiste, et parce qu’il estimait que d’autres citoyens étaient assez qualifiés pour s’occuper de cette affaire. Il semble toutefois s’être laissé convaincre de participer. Le discours où il s’adresse à la Boulè d’Apamée est le discours 41.

67 Dion Chr. 41.1 : Apamée a envoyé, “dès l’arrivée (de Dion)” (εὐθὺς ἐμὲ ἀφικόμενον), un décret honorifique pour “s’associer à la joie que causait son retour” (συνηδόμενοι τῆς καθόδου) ; le terme κάθοδος est fréquemment employé pour parler d’un retour d’exil.

68 Parmi les commentateurs qui ont proposé de reconstituer l’itinéraire de Dion, citons Desideri 1978, 260-264, qui considère que le sophiste était en Mésie au moment de l’avènement de Nerva, puis qu’il s’est rendu à Rome où il a rencontré cet empereur, avant de rentrer à Pruse ; Jones 1978, 52, pense que Dion venait de Crimée, qu’il s’est attardé dans les régions limitrophes de la Dacie et n’est arrivé à Pruse qu’après l’avènement de Trajan (reconstitution également retenue par Fernoux 2004, 498-499) ; Sheppard 1984, 158-162, estime quant à lui que Dion est rentré à Pruse dès 97, est reparti en voyage pour Rome en 99/100, est revenu en 100/101.

69 M. Cuvigny fait le rapprochement avec Dig., 50.7.7 et 13, où il est dit qu’une même personne ne peut être sollicitée pour une mission d’ambassadeur plus d’une fois tous les deux ans.

70 Cet épisode est situé chronologiquement par une indication assez vague : “comme nos deux cités étaient en querelle” (τῆς γὰρ φιλονικίας ἐνεστώτης ταῖς πόλεσι). Cela convient à n’importe quel moment du conflit antérieur aux premières négociations.

71 Plut., Moralia, 814 E-F, recommande l’obéissance à Rome, mais dénonce la servilité excessive qui fait “porter devant les autorités toutes les affaires, petites et grandes” (καὶ μικρὰ καὶ μείζω φέροντες ἐπὶ τοὺς ἡγεμόνας) et contribue à abaisser inutilement les cités soumises au pouvoir romain. Sa remarque vaut pour les décisions concernant la vie interne d’une cité, mais elle trouve un exact parallèle, pour la sphère des relations extérieures, dans les discours de Dion.

72 L’objet du conflit est explicitement désigné en 34.45-46 : αἱ θῖνες καὶ τò πρòς τῇ λίμνῆ χωρίον ou ἡ ἐπὶ τῆς ψάμμου νομή.

73 Cette fois, H. L. Crosby le comprend bien ainsi, puisqu’il traduit : come to terms regarding your boundary dispute.

74 H. L. Crosby comprend l’expression καταφεύγειν ἐπὶ τὴν ἐξουσίαν comme la référence à une démonstration de force de la part de Tarse (to have recourse immediately to the assertion of your authority). Mais outre que l’emploi du nom abstrait ἐξουσία en un sens collectif et concret, pour désigner des représentants physiques du pouvoir, est bien attesté à l’époque impériale et même avant (voir Mason 1974, 132-133 ; IK, 63-Metropolis, A, l. 7, offre un exemple d’un tel emploi c. 130 a. C., pour désigner, selon toute vraisemblance, les fonctionnaires du royaume attalide), il paraît peu logique que le recours à son propre pouvoir, à sa propre force, soit pensé comme une attitude caractéristique d’une petite cité, qui se définit justement par sa faiblesse face aux autres. L’interprétation que je propose est naturellement adoptée par Jones 1978, 77 et Swain 1996, 219.

75 L’adjectif μικροπολίτης est un terme polémique et fait partie du vocabulaire des insultes, déjà à l’époque classique. Voir Casevitz 1985, 95.

76 De tels empiètements, parfois accompagnés de violences, étaient encore possibles à l’époque impériale. Burton 2000, 200-201, en relève deux exemples. Le premier, en Judée, en 44, a mis aux prises les habitants juifs de Peraia et les citoyens de Philadelphie, qui se disputaient à propos du tracé de frontière d’un village ; du sang a été versé (Jos., AJ, 20.2-4). Le deuxième exemple est situé en Sicile, en 69, et atteste qu’une communauté a contesté les décisions de plusieurs gouverneurs et occupé par la force un territoire qui avait été reconnu comme la propriété d’une communauté voisine : CIL, X, 7852 (ILS, 5947). Dans ce dernier cas, la guerre civile qui a suivi la mort de Néron explique en partie la remise en cause de l’ordre romain ; en Judée, les conflits ethniques ont dû jouer un rôle dans le déclenchement de la violence. Mais il est encore un exemple qui ne comporte aucune de ces particularités : en pleine pax Romana, sous le règne d’Hadrien, en Béotie, la cité de Thisbè a transgressé les frontières de Coronée, qu’elle contestait (Oliver 1989, no 114 p. 262-263 et 269-270). On peut penser qu’un incident similaire s’est produit entre Tarse et Mallos ; étant donné que le territoire disputé servait de pâturage, des troupeaux ont pu souffrir au cours de cette incursion (ce qui expliquerait la référence de Dion à des destructions matérielles).

77 Dion Chr. 38.31.

78 Sur les causes de conflit avec ces autres voisines, qui ne semblent pas être de nature territoriale, voir infra, p. 156-160 et 195-196.

79 Aristid., Or., 23.24.

80 Le mot ταμιεῖον renvoie à l’idée de dépenses et de rentrées d’argent, il évoque des échanges commerciaux, mais peut aussi être employé pour désigner un lieu de dépôt, le trésor (d’un temple, d’une cité) ou le fisc romain.

81 Le gouverneur et ses proches collaborateurs ne restaient pas toute l’année à Éphèse et se déplaçaient au contraire dans la province ; mais des bureaux permanents, avec un personnel capable de traiter les affaires courantes, devaient être malgré tout implantés dans la capitale, qui était en outre le lieu de résidence du procurateur impérial et accueillait sans doute les sièges des sociétés de publicains responsables de la perception des impôts indirects : voir Haensch 1997, 298-321. Notons toutefois qu’à Tarse, où une administration semblable devait exister (Haensch 1997, 267-272), elle n’a nullement fait obstacle au déclenchement d’un conflit territorial avec Mallos.

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search