Version classiqueVersion mobile

“Les bêtises des Grecs”

 | 
Anna Heller

Première partie. Les conflits liés au territoire

Chapitre II. Le temps des guerres et ses conséquences

Texte intégral

I. Un exemple antérieur aux guerres mithridatiques : la cité libre de Colophon

  • 1 Robert & Robert 1989, 63-104. La période d’activité de Ménippos se déduit de ce qu’il a connu la f (...)

1Un long décret retrouvé à Claros nous fournit les indices de l’existence de contestations territoriales réglées à l’avantage de Colophon par Rome. Ce décret honore Ménippos, un citoyen éminent qui rendit de nombreux services à sa patrie dans les années 120, au moment où l’administration romaine se mettait en place dans la nouvelle province d’Asie1. Si l’on s’en tient au point de vue chronologique, ce dossier aurait dû trouver sa place dans le chapitre précédent, qui traite de l’époque antérieure aux guerres mithridatiques ; mais j’ai choisi de le traiter ici car il me semble que des points de convergence importants le rapprochent d’exemples postérieurs, pour l’étude desquels il peut constituer une sorte d’introduction. Dans les sources qui nous renseignent sur les conflits ayant opposé Priène et ses voisines, Sardes et Éphèse, Mylasa et Héraclée au tournant des iie et ier s., la question du rapport avec les autorités romaines n’apparaît pas centrale, quand elle n’est pas totalement absente ; les représentants de Rome, s’ils interviennent, jouent leur rôle d’arbitre d’une manière qui semble neutre. Au contraire, dans l’exemple de Colophon comme dans ceux qui seront étudiés à la suite, la condition de cité privilégiée par le pouvoir romain préexiste au règlement du conflit et le conditionne ; le conflit lui-même est d’ailleurs évacué, les sources ne mentionnant que les conséquences favorables de son règlement pour la cité privilégiée et passant sous silence les revendications contradictoires des cités lésées. Aussi faut-il traquer les signes témoignant qu’un litige a véritablement précédé la décision du pouvoir romain que les textes nous rapportent.

1) Les cinq ambassades de Ménippos

  • 2 Voir Robert & Robert 1989, 29-35 et 99.

2L’inscription en faveur de Ménippos (tout comme celle qui honore Polémaios, publiée dans le même ouvrage) nous apprend que la cité de Colophon n’avait pas été incluse dans la province d’Asie, organisée à partir de 129, mais jouissait du statut de cité libre. La résistance dont elle fit preuve à l’approche de l’armée d’Aristonicos, qui dut s’emparer de la ville par la force, explique sans doute que Rome ait décidé de lui reconnaître ce privilège2. Toutefois, Colophon eut à défendre âprement sa liberté, dans les années qui suivirent la formation de la province, notamment face aux abus de certains gouverneurs qui cherchaient à lui imposer leur autorité en matière judiciaire. Ménippos a largement contribué à faire sanctionner ces abus par le Sénat et à faire obtenir la confirmation du statut de sa patrie, qui plaçait celle-ci “en-dehors de la province” (τῆς ἐπαρχείας ἐκτός, col. II, l. 4). Or, parmi les cinq ambassades menées à Rome par ce personnage, qui toutes sont définies comme ayant trait aux “sujets les plus pressants” (περὶ ἀναγκαιοτάτων, col. I, l. 18), quatre sont motivées par le souci de défendre la liberté de Colophon, tandis qu’une autre a pour but de faire reconnaître à la cité la possession de certains territoires. C’est cette ambassade qui va me retenir principalement, mais je tenterai également de comprendre les liens qu’elle entretient avec les autres.

  • 3 Sur ces questions judiciaires, voir Ferrary 1991, 566-573.

3Il faut d’abord rappeler brièvement la structure assez complexe de la partie du décret pour Ménippos qui nous intéresse (col. I, l. 17-col. II, l. 7). Le texte commence par énumérer, en des formules assez concises et selon un ordre que l’on peut supposer (mais uniquement supposer) être chronologique, les cinq ambassades que Ménippos a conduites devant le Sénat. Par deux fois, il a voyagé à Rome “au sujet de la cité elle-même” et a “préservé intacts les privilèges du peuple” – deux expressions qui se comprennent comme une allusion au statut de cité libre, que Ménippos a été chargé de faire confirmer. “Pour la troisième fois”, il a mené une ambassade “au sujet du territoire de Dioshiéron et des lieux des Défilés et du Prépélaion” (περὶ τῆς Διοσιερίτιδος χώρας καὶ τῶν κατὰ τὰ Στενὰ καί τὸ Πρεπέλαιον τόπων). La quatrième et la cinquième ambassades – sur lesquelles je ne reviendrai pas en détail – traitent de questions judiciaires mettant en cause le statut privilégié de Colophon (respectivement, des abus de pouvoir des gouverneurs, qui exigent que les citoyens de Colophon fournissent des cautions lors de procès, et la convocation à Rome d’un citoyen de Colophon pour une accusation capitale)3.

  • 4 J. et L. Robert signalent expressément que les 3e, 4e et 5e ambassades font chacune l’objet de deu (...)

4À la suite de cette énumération, trois lignes rappellent que toutes ces ambassades ont été couronnées de succès et ont permis de rapporter des décisions du Sénat “très belles et très utiles”. Puis vient, comme le disent J. et L. Robert, “l’exposé précis du succès des ambassades de Ménippos et de ses collègues”, qui s’ouvre sur une nouvelle évocation de la troisième ambassade, celle qui a trait à des portions du territoire de Colophon sur lesquels la cité a tenu à faire reconnaître ses droits : “(Ménippos) a consolidé pour le peuple la pleine possession du territoire littoral et il a conservé les frontières ancestrales du territoire des Défilés et du Prépélaion” (τῆς μὲν παραλίου χώρας τῆν πανκτησίαν βεβαιοτέραν πεποίηκε τῶι δήμωι, τῆς δὲ κατὰ τὰ Στενὰ καί τὸ Πρεπέλαιον τοὺς πατρίους ὅρους τετήρηκεν). Les lignes suivantes reviennent avec plus de détails sur les conditions et les résultats de la quatrième et de la cinquième ambassades. Enfin prend place le récit d’un différend opposant Colophon à la cité voisine de Métropolis, mais impliquant également le gouverneur : les Métropolitains ont porté plainte devant lui, et il a apparemment accepté d’intervenir, ce qui constitue une atteinte à l’autonomie juridictionnelle de Colophon ; Ménippos a obtenu du Sénat qu’il rappelle à l’ordre ce gouverneur abusif et inscrive en plus, dans sa réponse, le principe général selon lequel “en-dehors de la province, il ne convient au gouverneur ni de juger, ni de se mêler de tout”. La perte de quelques lignes, en haut de la colonne II, complique l’interprétation de ce passage, mais il me semble assuré qu’il correspond à la version développée du rappel des deux premières ambassades, qui sinon manquerait4.

5On aboutit donc au schéma suivant : 1-2, 3, 4, 5/3, 4, 5, 1-2. Chaque ambassade est mentionnée deux fois, l’action de Ménippos étant d’abord caractérisée de manière assez générale, avant d’être détaillée.

2) La troisième ambassade : le règlement de conflits territoriaux

  • 5 Robert 1946b, 512, a proposé de restituer le nom de Dioshiéron dans une liste de théorodoques de D (...)

6Si l’on recoupe les informations données par les deux passages traitant de la troisième ambassade, on comprend que le “territoire littoral” dont Ménippos “a consolidé pour le peuple la pleine possession” correspond au “territoire de Dioshiéron”. Il n’est guère possible d’aller plus loin que le commentaire approfondi de J. et L. Robert sur ce point, mais je voudrais, en le résumant, mettre en valeur quelques éléments intéressants. La petite cité côtière de Dioshiéron, au sud-ouest du site de Colophon l’Ancienne (fig. 2), figurait sur les listes des tributs attiques au ve s. Nous ne savons pas quand elle cessa d’être une cité à part entière5, mais à la date de l’ambassade évoquée par notre texte (sans doute peu après 129), son territoire est devenu une partie littorale du territoire de Colophon. Par la suite, l’épigraphie ne porte plus témoignage d’une existence indépendante de Dioshiéron. Il faut sans doute en conclure, comme le font J. et L. Robert, que cette cité a été annexée par sa voisine – et véritablement absorbée, au lieu d’être, comme cela aurait été possible, associée au sein d’une sympolitie. Cette annexion semble toutefois avoir posé quelques problèmes, dans la mesure où une ambassade à Rome fut nécessaire pour l’entériner : si la possession du “territoire littoral” de Colophon eut besoin d’être “consolidée”, c’est qu’elle était fragile, c’est-à-dire contestée ; de même, l’emploi du terme technique πανκτησία, “possession pleine et entière”, dont on trouve des parallèles dans des textes juridiques d’arbitrage international, suggère qu’il y eut controverse et remise en cause du droit de propriété évoqué.

  • 6 Voir Ager 1998.

7Cette remise en cause pouvait être le fait des Dioshiéritains eux-mêmes, qui auraient tenté de résister à la politique expansionniste de Colophon ; si leurs efforts ont été vains, c’est peut-être que leur rôle dans la guerre contre Aristonicos, contrairement à celui de Colophon, n’était pas de nature à leur valoir la protection de Rome. Mais la contestation pouvait également venir d’une cité voisine, intéressée elle aussi par le territoire de Dioshiéron, dont la forte valeur agricole apparaît clairement à travers les descriptions topographiques de J. et L. Robert. Lébédos, située sur la même côte, au nord-ouest (fig. 2), est une candidate plausible pour ce scénario. À la fin du ive et au début du iiie s., cette petite cité a été soumise par deux fois à des synœcismes forcés et contrainte de se fondre dans le territoire de Téos, puis de la nouvelle Éphèse. À chaque fois, elle a réussi à retrouver son indépendance6. Peut-être a-t-elle par la suite caressé l’espoir de s’étendre territorialement pour affermir sa position face aux cités plus puissantes. La décision du Sénat aurait alors réduit cet espoir à néant. Que Colophon ait eu à faire face aux revendications de Dioshiéron ou de Lébédos, le résultat de l’ambassade de Ménippos prouve en tout cas que des μικραὶ πόλɛις n’avaient guère de chance de l’emporter face à une cité plus importante entretenant de bonnes relations avec le pouvoir romain. Colophon, quant à elle, sortait indéniablement grandie du litige, puisqu’elle s’était vu confirmer la possession d’une région intéressante à double titre : fertile, elle apportait de nouvelles terres à cultiver, et munie d’un port, elle fournissait un accès supplémentaire à la mer.

  • 7 Dans leur commentaire, J. et L. Robert ne font pas le lien entre le probable litige pour “le terri (...)

8L’existence préalable d’un litige se laisse également deviner dans le deuxième volet de la mission de Ménippos : réussir à faire “(conserver) les frontières ancestrales du territoire des Défilés et du Prépélaion”. Là aussi, le vocabulaire est révélateur : on cherche à “préserver” (τηρέω) en général ce qui a été menacé ; par ailleurs, J. et L. Robert ont montré que l’adjectif “ancestral” (πάτριος) qualifiant une frontière ou un territoire relevait souvent d’un usage paradoxal, l’ancienneté et la légitimité d’une revendication étant d’autant plus affirmées que celle-ci pouvait susciter d’opposition. Les frontières conservées grâce à l’action de Ménippos ont donc toutes les chances d’avoir été contestées. Par qui ? La région des Défilés peut être localisée sans peine : c’est un étroit passage qui court du nord au sud entre deux massifs montagneux et dont le débouché, sur la côte, n’est pas très éloigné du territoire de Lébédos (fig. 2). Cette cité, peut-être impliquée dans les contestations portant sur le territoire de Dioshiéron, est donc également susceptible d’avoir eu avec Colophon une frontière commune, dont le tracé posait problème, dans la région montagneuse des Défilés. Toutefois, il n’est pas dit que le litige portait (ou portait uniquement) sur la partie méridionale des Défilés, proche de Lébédos. Dans la direction opposée, en sortant de l’étroit passage vers le nord, J. et L. Robert ont observé une butte isolée, sur laquelle ils ont proposé de situer le Prépélaion, un sanctuaire consacré à Prépélaos (dont je dirai quelques mots plus loin). Selon cette hypothèse, le sanctuaire se trouverait dans une région sans doute limitrophe du territoire de Métropolis, la voisine de Colophon à l’est. Dès lors, il est possible d’attribuer à cette cité tout ou partie des revendications que le texte sous-entend et qui remettaient en cause les “frontières ancestrales” de Colophon dans cette région. Un élément me semble plaider en ce sens : c’est le fait que, plus loin, le texte rapporte expressément un conflit ayant opposé Métropolis à Colophon et ayant vraisemblablement mis en jeu, lui aussi, la question des frontières7.

3) Le lien entre liberté et gain de territoire

  • 8 Lehmann 2003 propose de revenir au sens juridique du mot ἀνδρoλήѱιoν (“prise d’otages” dans une ci (...)
  • 9 IK, 63-Metropolis, B, l. 14-18, avec le commentaire p. 49-50.
  • 10 Voir en ce sens Jones 2004, 476.

9En effet, parmi les deux accusations que les Métropolitains ont portées devant le gouverneur contre Colophon, l’une stipulait que “nos magistrats [= ceux de Colophon] auraient fait une saisie d’hommes sur leur territoire”. Le sens à donner ici au mot ἀνδρολήψιον n’est pas évident, mais celui que retiennent J. et L. Robert – levée de troupes – convient au contexte historique (la guerre d’Aristonicos) et permet de formuler une explication d’ensemble satisfaisante : les autorités de Colophon, chargées de recruter des soldats, auraient mené leur tâche de manière hâtive ou peu rigoureuse et enrôlé des citoyens de Métropolis habitant aux confins de cette cité, la limite officielle entre les territoires des deux voisines n’étant pas respectée ; le conflit aurait donc un aspect territorial8. Un rapprochement intéressant, bien que sujet à discussion, est offert par la longue inscription de Métropolis en l’honneur d’Apollonios, récemment publiée9. Sur l’une des faces de la stèle, un décret daté de la quinzième année de règne d’Attale II, c’est-à-dire de 145/144 ou 144/143 a.C., retrace la période de formation et les premières actions d’Apollonios en faveur de sa patrie. Parmi celles-ci, est mentionné le rôle de premier plan qu’il tint “lors des contestations avec les voisins à propos du territoire” (κατά τɛ τὰς γινομένας πρὸς τοὺς παρακɛιμένους ὑπὲρ χώρας ἀμφιζβητήσɛις, B, l. 14). Plaçant son dévouement pour sa patrie au-dessus de tout, oublieux de ses intérêts personnels, il fit en sorte que “les possessions du peuple furent conservées, sans qu’aucune perte ne soit subie” (τɛτηρῆσθαι τὰ τοῦ δήμου μηδɛνὸς ἐλασσώματος πɛριγɛγoνότoς, l. 18). Les éditeurs excluent que les voisins évoqués dans cette clause soient les citoyens de Colophon, car selon eux, cette dernière cité ne faisant pas partie, contrairement à Métropolis, du royaume attalide, un conflit la mettant en cause aurait nécessairement suscité une intervention royale, dont il n’y a nulle trace dans le décret. Mais celui-ci est très allusif sur le litige territorial qu’a permis de résoudre Apollonios, dont la démarche, malgré les formules grandiloquentes qui l’exaltent, pourrait bien n’avoir eu qu’un succès mitigé : si aucune perte de territoire ne fut à déplorer, il est à croire qu’aucun gain ne fut enregistré non plus, car dans le cas contraire, cela aurait certainement été souligné ; la position de Métropolis semble avoir été avant tout défensive. Les rédacteurs du décret ont donc préféré faire un compte-rendu rapide et peu précis de cette affaire, dont il est difficile de reconstituer le déroulement à partir de ces quelques lignes. En revanche, la clause qui précède évoque explicitement des ambassades d’Apollonios devant les rois et d’autres autorités, tandis que la suite du texte, concernant un conflit avec des collecteurs d’impôts réglé à l’avantage de Métropolis, indique qu’Apollonios, “sollicité, a affronté également le jugement contradictoire contre ces derniers” (ὑπέστη παρακληθεὶς καὶ τὴν πρὸς τούτους διάκρισιν). Cela suggère que l’affaire précédemment mentionnée (les contestations avec les voisins) avait elle aussi donné lieu à un “jugement contradictoire”, c’est-à-dire un arbitrage du roi ou d’un de ses officiers10. L’hypothèse d’un conflit avec une cité extérieure au royaume attalide ne doit donc pas être écartée, et il est possible que dès les années 140 a.C., Colophon et Métropolis soient entrées en litige sur des questions territoriales. Dans ce cas, le conflit des années 120 pourrait être le prolongement de ce litige plus ancien. Toutefois, rien ne vient étayer cette hypothèse de préférence à une autre, et les contestations de l’époque attalide ont également pu opposer Métropolis à Éphèse ou à Smyrne, ses voisines au sud et au nord. Quoi qu’il en soit, l’inscription en l’honneur d’Apollonios témoigne que bien avant la provincialisation, Métropolis devait défendre ses frontières contre les revendications de cités voisines, apparemment non sans difficultés.

  • 11 Robert & Robert 1989, 89 et n. 175.
  • 12 Pour cette idée, je suis redevable à J.-L. Ferrary, qui me l’a suggérée lors d’une discussion. Il (...)

10Les Métropolitains avaient alors, selon toute probabilité, fait appel au roi pour protéger leurs intérêts territoriaux. Après 129, ils se tournent vers le gouverneur. En l’absence d’autres informations, J. et L. Robert en concluaient logiquement que Métropolis faisait partie de la province d’Asie et s’adressait pour cette raison au représentant du pouvoir romain, sans se soucier du statut privilégié de Colophon11. Mais l’inscription en l’honneur d’Apollonios a montré que la cité s’est engagée très tôt aux côtés des Romains dans la guerre d’Aristonicos, ce qui invite plutôt à penser que, tout comme Colophon, elle jouissait de la liberté au moment du conflit à propos d’une “saisie d’hommes”. Dès lors, l’attitude des deux rivales vis-à-vis du gouverneur durant ce conflit doit s’expliquer par deux conceptions différentes de la liberté, sans doute déterminées par le passé récent de chaque cité : là où Colophon, cité libre sous les Attalides, voyait une atteinte insupportable à son autonomie juridique, Métropolis, ancienne cité sujette, ne faisait que poursuivre sa tradition de faire appel à une grande puissance, sans ressentir de contradiction avec son nouveau statut12. Elle espérait sans doute obtenir de cette manière un règlement avantageux que l’autorité du nouveau pouvoir impose à tous. Le résultat fut décevant pour elle : malgré une “contre-ambassade” à Rome de sa part (τῶν ἀντιπρεσβευóντων), les droits que conférait à Colophon son statut de cité libre furent réaffirmés avec force, et il est à penser – même si le caractère lacunaire du texte à cet endroit ne permet pas d’en être sûr – que les Métropolitains furent déboutés de leur plainte contre les magistrats de Colophon. Celle-ci aurait ainsi obtenu raison à la fois contre le gouverneur et contre Métropolis, les deux ambassades de Ménippos étant un succès complet et méritant à ce titre d’être rappelées dans le détail à la fin du passage consacré à son activité diplomatique.

  • 13 Les quatrième et cinquième ambassades de Ménippos reprennent la question du statut de cité libre l (...)

11Or, si l’on admet que la structure du texte est bien celle que j’ai dégagée – c’est-à-dire que le différend avec Métropolis a donné lieu aux deux ambassades citées en premier dans la liste qui en énumère cinq – et que, de plus, les cinq ambassades sont d’abord rappelées dans leur ordre chronologique, il ressort que le conflit avec Métropolis au sujet d’une “saisie d’hommes”, qui impliquait vraisemblablement une contestation sur un tracé de frontière, est antérieur à la reconnaissance définitive des “frontières ancestrales du territoire des Défilés et du Prépélaion”. Aussi est-il permis d’émettre l’hypothèse que la deuxième affaire (objet de la troisième ambassade) découlait de la première : soit que la “saisie d’hommes” ait eu lieu dans la région du Prépélaion et que le règlement alors imposé par Rome n’ait pas été accepté par Métropolis, qui aurait relancé la contestation, peut-être sur une portion plus vaste de territoire ; soit, plutôt, que le succès de Colophon dans l’affaire de la “saisie d’hommes” l’ait poussée à faire valoir ses droits dans d’autres litiges frontaliers, impliquant peut-être la même cité de Métropolis, peut-être d’autres voisines. L’inscription de Claros nous livrerait alors un exemple précis de la manière dont pouvaient s’articuler, pour une cité libre, la défense des privilèges liés à son statut et celle de ses intérêts territoriaux : ici, par le biais d’une ingérence injustifiée du gouverneur dans un conflit entre cités voisines. Toutefois, les démarches qui consistent à défendre la liberté d’une cité et à revendiquer pour elle un territoire agrandi entretiennent des rapports si naturels, pourrait-on dire, qu’il n’était pas besoin d’un cas aussi spécifique pour justifier le passage de l’une à l’autre. Ainsi que le soulignent J. et L. Robert, les trois premières ambassades de Ménippos suivent un ordre logique : une fois fixé et confirmé le statut privilégié de Colophon, la cité envoie ses représentants discuter de l’étendue de son territoire, afin de définir rigoureusement les limites géographiques à l’intérieur desquelles s’applique ce statut13. Ces deux points – définition du statut de Colophon, définition des limites à l’intérieur desquelles il est valable – sont des questions essentielles pour la vie de la cité, déterminant aussi bien les relations (ou l’absence de relations) que celle-ci aura avec les représentants du pouvoir romain dans la province que l’ampleur et la nature des revenus dont elle pourra jouir.

  • 14 Robert & Robert 1989, 77.
  • 15 Ibid., 77-85.

12Pour clore cet exposé sur le dossier de Colophon, je voudrais souligner son caractère exemplaire à bien des égards. Il permet d’abord d’illustrer les multiples valeurs du territoire. J’ai évoqué au passage la fertilité du territoire de Dioshiéron, qui lui donne une forte valeur agricole. La présence d’un port donnant accès à de nouveaux circuits d’échanges ajoute encore à l’intérêt économique que présente ce territoire. À l’inverse, la région des Défilés, impropre à toute culture, apparaît avant tout comme “un no man’s land à occuper pour se protéger, une zone tampon”14. Quant au Prépélaion, l’hypothèse convaincante que J. et L. Robert ont élaborée pour expliquer l’existence de ce sanctuaire donne toute la mesure de l’importance que pouvait avoir, pour une cité, un lieu de culte et ses alentours15. Prépélaos était un lieutenant de Cassandre passé au service de Lysimaque au début du iiie s. Les circonstances dans lesquelles a pu s’inscrire, à Colophon, l’établissement d’un culte à sa personne sont vraisemblablement les suivantes. Il est bien connu que Lysimaque fut à l’origine de la refondation d’Éphèse sur un nouveau site, avec un nouveau nom, Arsinoeia ; il lui assura également un territoire agrandi par l’adjonction des territoires de cités voisines, dont Colophon. Celle-ci tenta de résister, mais fut vaincue, sa ville détruite, sa population déportée. Or, elle est attestée de nouveau en 281, ce qui suggère que dans l’intervalle, elle a été restaurée et a retrouvé son statut de cité. Si l’on admet que ce fut grâce à une intervention de Prépélaos, il devient aisé de comprendre que Colophon lui ait consacré un sanctuaire et ait lutté, par la suite, pour faire reconnaître comme “ancestral” le territoire sur lequel se trouvait ce sanctuaire, gage de reconnaissance témoignant de la crise que vécut la cité et qui faillit lui coûter son existence.

13Intérêt économique, intérêt stratégique, valeur religieuse – ces différents aspects du territoire transparaissent dans le décret pour Ménippos. Ce texte offre par ailleurs un exemple des deux formes principales que pouvait prendre un conflit territorial entre cités voisines : une lutte pour la possession d’un territoire entier, perçu comme une entité cohérente et clairement identifiable, une χώρα qui porte un nom – ici, celui de la cité à laquelle elle appartenait, Dioshiéron –, ou une contestation sur un tracé de frontière (οἱ ὅροι), qu’il s’agit pour chaque partie de “conserver” dans l’état qui sert le mieux ses intérêts. Corrélativement se dégagent les diverses conséquences possibles de tels conflits : un agrandissement de son territoire pour la cité victorieuse, entraînant une perte symétrique de territoire, et éventuellement de ressources, de l’autre côté, mais aussi, dans certains cas, la perte du statut même de cité ; l’enjeu peut donc varier, selon le rapport de force, de la volonté d’expansion à la simple survie. Le rappel du différend avec Métropolis permet en outre d’entrevoir les implications concrètes, sur le plan humain, de certains litiges frontaliers : la situation ambiguë des habitants des confins, qui peuvent se trouver contraints de remplir des obligations civiques pour le compte de la cité voisine.

14Enfin, l’inscription de Claros met en lumière un lien qui se retrouve à plusieurs reprises dans les exemples de cités favorisées par Rome après les guerres mithridatiques et les guerres civiles : le lien entre le statut de cité libre, obtenu comme une récompense, confirmé ou retrouvé après une période de disgrâce, et la reconnaissance de gains territoriaux – gains directs, se traduisant par l’annexion pure et simple de territoires, ou indirects, passant par la confiscation des revenus d’un territoire, qui sont reversés à la cité favorisée. Dans les deux cas, ce droit de propriété ou de jouissance accordé par Rome, qui, du point de vue du pouvoir central, est destiné à récompenser ou/et à punir les cités qui le méritent, sanctionne, du point de vue des cités concernées, la position de supériorité de l’une d’elles par rapport aux autres. Chaque décision romaine de ce type se greffe sur un contexte conflictuel, elle entérine ou renverse un rapport de force parfois en construction depuis des décennies, voire des siècles. Les quelques cas que je me propose d’étudier à présent témoignent de ce que la faveur acquise ponctuellement par une cité auprès de Rome – et qui se traduit souvent, en premier lieu, par l’octroi du privilège de liberté – peut aussi être utilisée pour réaliser des ambitions territoriales.

II. Des cités soumises à d’autres par la procédure de l’attribution

1) Le sénatus-consulte en faveur de Stratonicée

  • 16 Sherk, RDGE, no 18 ; IK, 22.1-Stratonikeia, 505.

15Un long texte daté de la dictature de Sylla, et sans doute plus précisément de l’année 81, nous renseigne sur une série de privilèges accordés à Stratonicée de Carie après la première guerre mithridatique16. Il s’ouvre sur une lettre adressée par Sylla aux autorités de la cité, dans laquelle le dictateur loue la résistance acharnée que les Stratonicéens opposèrent à Mithridate : les premiers en Asie, ils choisirent le parti de Rome, s’exposant à de nombreux dangers (l. 6-9). Suit un sénatus-consulte, rédigé sur proposition de Sylla en réponse à une ambassade de Stratonicée, qui demandait à ce que lui soient officiellement confirmés les privilèges qu’elle avait obtenus de Sylla en récompense de son attitude durant la guerre, sans doute peu après 85. Ces privilèges sont chacun définis deux fois, dans les considérants qui reprennent le discours des ambassadeurs, puis dans la décision elle-même.

  • 17 Magie 1950, 235, comprenait l’expression “vivre selon ses propres lois et coutumes” comme une mani (...)

16Certains d’entre eux concernent, comme il est naturel, les relations entre Stratonicée et Rome. Avant tout, l’amitié et l’alliance entre les deux peuples est renouvelée (l. 71-74). Stratonicée est autorisée à consacrer une couronne au Sénat et à offrir un sacrifice sur le Capitole pour fêter la victoire contre Mithridate (l. 31-34), ce qui est une façon supplémentaire de manifester son attachement à Rome. Mais Stratonicée se voit en même temps reconnaître le droit de “vivre selon ses propres lois et coutumes, comme par le passé” ([oἷς] τε νóµoις ἐθισµoῖς τε ἰδίoις πρóτερoν [ἐχρῶντo, τὸ λoιπὸν τoύ] χράσθωσαν, l. 93-94) et obtient certainement le statut de cité libre17. À côté de ces clauses, qui traduisent à la fois la relation privilégiée de Stratonicée avec Rome et sa relative autonomie face au pouvoir romain, d’autres mesures visent à augmenter le prestige et les revenus de la cité. Passons rapidement sur l’asylie accordée au sanctuaire d’Hécate à Lagina, contrôlé par Stratonicée (l. 59-61 et 115) : c’est une façon d’affirmer la place éminente de ce culte au sein du monde grec et d’accroître son rayonnement, notamment en attirant davantage de pèlerins à ses fêtes. La mention de territoires attribués à Stratonicée me retiendra plus longuement.

  • 18 Bertrand 1987, 103-106 et 1991, 145-158.

17À trois reprises dans le texte sont énumérées différentes entités territoriales dont il est dit que Sylla les a “attribuées” à Stratonicée (προσώρισɛν, l. 57, 99, 107). Le verbe a une valeur technique, il renvoie à une pratique bien attestée dans le monde grec, qui consiste en ce que, au terme d’une guerre, le vainqueur donne tout ou partie du territoire conquis à un ou plusieurs de ses alliés. Dès ses premières interventions en Orient, et régulièrement par la suite, Rome a utilisé ce moyen pour récompenser ceux qui avaient combattu de son côté. J.-M. Bertrand a montré comment, ce faisant, la cité hégémonique avait contribué à faire évoluer la pratique de l’attribution : synonyme, à l’origine, d’une mainmise complète de l’attributaire sur le territoire de l’attribué, qui cessait d’exister, parfois littéralement, l’attribution telle qu’elle était pratiquée par les Romains s’apparentait de plus en plus à un simple transfert de revenus, réglementé par le pouvoir attribuant et toujours susceptible d’être révoqué par lui18. Notre inscription illustre bien ce phénomène. Le sénatus-consulte précise en effet que Sylla, s’il le juge bon, pourra “fixer et répartir le montant des revenus que chaque communauté (attribuée) devra verser aux Stratonicéens” ἐπιγνῶι διατάξη[ι ὅσας ἑκάστη] προσόδους Στρατονικɛῦσιν τɛλῆι, l. 107-108) ; il informera lui-même par lettre les communautés concernées, “afin qu’elles acquittent leur impôt aux Stratonicéens à hauteur de ce montant” (·ἵνα τοσοῦτον τ[έλος] Στρατονικɛῦσιν τɛλῶσιν, l. 110-111). La fonction essentielle de l’attribution consiste donc, semble-t-il, à assurer à la cité qui en est bénéficiaire le paiement d’une sorte de tribut de la part des attribués, sous le contrôle étroit de Rome, qui non seulement décide du montant global et de sa répartition entre les attribués, mais se charge aussi de faire connaître à ces derniers leurs obligations.

18Si l’on se place maintenant du côté des attribués, que signifiait pour eux la décision de Rome en faveur de Stratonicée ? Le texte emploie pour les désigner des formules énumératives que le mauvais état de la pierre oblige à restituer en partie ; malgré cela, on constate des variations d’une clause à l’autre. Ainsi, dans les considérants du sénatus-consulte, trois noms de cités, dont le premier est perdu, sont suivis d’une série de noms communs restituée à partir des parallèles fournis plus loin dans le texte : “qu’il soit permis (aux Stratonicéens) de posséder [nom perdu], Thémessos, Kéramos, les domaines, villages, ports et revenus des cités que L. Cornelius Sylla leur a attribuées” (Θɛμησσόν, Κέραμον, χωρία [κώμας λιμένας προσόδους τɛ τῶν] πόλɛων, ὧν Λɛύκιος Κορν[ήλιος Σύλλας (...) πpoσώpισɛν, l. 55-58). Dans la clause qui évoque le rôle possible de Sylla dans la répartition de l’impôt à acquitter, les noms des cités n’apparaissent plus et laissent place à une formule plus vague : “les communautés, villages, terres et ports que le dictateur a lui-même attribués aux Stratonicéens” (ἃς αὐτὸς αὐτοκράτωρ Στρατονικɛῦσιν πολι[τɛίας κ]ώμας χώρας λιμένας τɛ πpoσώpισɛν, l. 106-107). Enfin, cet ensemble est résumé à la ligne suivante par un seul mot : “les communautés qu’il a attribuées aux Stratonicéens” (πρὸς ταύτας τὰς πολιτɛίας, ἃς Στρ[ατονικɛῦσιν] πpoσώpισɛν).

  • 19 Papazoglou 1959.
  • 20 Bertrand 1987, 105 n. 79.
  • 21 On a proposé Pédasos comme restitution, mais rien ne vient réellement soutenir cette hypothèse. Vo (...)
  • 22 On pourrait encore comprendre, en déplaçant la césure grammaticale : Thémessos, Kéramos, domaines, (...)

19Les équivalences à établir entre les termes des différentes formules désignant les attribués sont loin d’être claires. L’un des problèmes qui se posent est l’interprétation à donner au mot politeia dans ce texte. Un article déjà ancien attirait l’attention sur le fait que ce mot, qui a deux significations principales à l’époque classique (le droit de cité ou la constitution d’un État), a pu être employé plus tardivement pour désigner une unité territoriale, voire un territoire civique19. L’auteur de cet article considère que dans notre inscription, les mots poleis à la l. 56 et politeiai aux l. 106 et 109 sont interchangeables, et qu’ils désignent des communautés qui, tout en devenant contribuables de Stratonicée, conservent leur autonomie et ne sont pas annexées au territoire de cette cité, contrairement à Kéramos, Thémessos et aux villages, domaines, ports que Sylla lui a adjoints. J.-M. Bertrand, en revanche, comprend que les politeiai ne doivent pas être distinguées des villages, domaines, ports etc., mais que cette énumération ne fait que gloser le terme qui la précède, en détaillant les unités productives composant les politeiai20. À mon avis, si le texte ne permet pas de déterminer à quoi renvoie précisément le terme politeiai, il suggère bien une distinction entre deux groupes d’attribués : la cité dont le nom est perdu21, Thémessos et Kéramos d’une part, de l’autre des cités anonymes dont les éléments constitutifs (domaines, villages, ports) sont énumérés. La structure de la phrase restituée aux l. 55-58, si elle est exacte, semble en effet impliquer que les domaines, villages, etc., ne sont pas ceux de Thémessos et Kéramos, mais d’autres cités, dont on peut dès lors supposer qu’elles bénéficient d’un traitement particulier. Ce ne sont pas elles, en tant qu’entités politiques, qui sont attribuées à Stratonicée, mais certains revenus tirés de leur territoire22. Autrement dit, ces cités non identifiées seraient placées dans une position de dépendance, mais sans perdre leur qualité de cité, alors que Thémessos et Kéramos seraient totalement absorbées par Stratonicée. Cette hypothèse, en soi fragile car reposant sur un texte incertain, peut être consolidée par deux constatations. Tout d’abord, il y a des sources antérieures et postérieures à notre inscription qui témoignent de l’annexion, plus ou moins durable, de Thémessos et Kéramos par Stratonicée. À l’inverse, l’exemple des relations entre Caunos et Rhodes montre qu’il était possible à une cité de conserver son existence propre tout en étant attribuée à une autre, à laquelle elle devait verser un impôt.

  • 23 Sur l’incorporation progressive de ces communautés au territoire de Stratonicée, voir Gabrielsen 2 (...)
  • 24 Robert 1937, 561-564. Dans l’editio princeps (BCH, 1881, p. 189-190), le fragment qui nous intéres (...)

20Pour ce qui est de Thémessos, L. Robert a fait remarquer qu’un fragment d’inscription retrouvé à Lagina donnait l’ethnique Θεµησεὐς accolé au nom d’un prêtre d’Hécate ; cette prêtrise étant assumée par des citoyens de Stratonicée, qui portent un ethnique renvoyant à leur dème d’origine (ainsi sont attestés des Κωραζεῖς, Κωραιεῖς, Κολιοργεῖς, etc.)23, cela implique qu’à la date de l’inscription, Thémessos a été totalement incorporée au territoire politique de sa voisine, dont elle est devenue une subdivision. La vraisemblance suggère une date d’époque impériale ; l’incorporation de Thémessos pourrait donc avoir été définitive, ou au moins durable24. Kéramos, quant à elle, semble s’être distinguée par une résistance particulière aux tendances expansionnistes de Stratonicée. C’est là encore un rapprochement établi par L. Robert qui permet de proposer une interprétation d’ensemble des relations entre ces deux cités.

  • 25 IK, 30-Keramos, 6.
  • 26 Robert 1962, 60-61. Debord 2001a, 164-166, inscrit la probable sympolitie entre Kéramos et Straton (...)

21Un décret de Kéramos, adopté entre 167 et 133, rappelle les services rendus par un citoyen “à l’époque de la sympolitie” (ἐν τῷ τῆς συνπολπχίας χρόνῳ, l. 4) ; le nom de la cité partenaire, évident pour les contemporains, n’est pas précisé. L’union ainsi évoquée fut provisoire, puisque le texte s’attarde sur l’époque troublée qui l’a suivie (μετά τɛ ταῦτα ἐν δυσχɛρɛῖ καταστάσɛι γɛνoμένoυ τοῦ πολιτɛύματο, l. 8). Au milieu de ces difficultés, Kéramos rechercha et obtint une alliance avec Rhodes, qui permit de ramener la sécurité sur le territoire25. L. Robert a proposé d’identifier Stratonicée comme partenaire de la sympolitie conclue par Kéramos et a reconstitué les événements de la manière suivante : Kéramos, à qui cette sympolitie avait dû être plus ou moins imposée, voulut la rompre, mais provoqua par là une réaction violente de Stratonicée ; pour tenir tête à sa voisine, elle eut logiquement recours à Rhodes, ancien pouvoir dominant dans la région et ennemie traditionnelle de Stratonicée. Cette dernière dut alors renoncer à son espoir de s’agrandir vers la mer en contrôlant le territoire littoral de Kéramos. Elle eut sa revanche plus tard, lorsque son choix judicieux durant la guerre de Mithridate lui permit d’obtenir des Romains ce qu’elle n’avait pu obtenir par des manœuvres diplomatiques, sans doute fondées sur l’intimidation ; Kéramos est désormais “possession de Stratonicée, qui a réussi à l’asservir”26.

  • 27 Voir RPC I, 2773-2774 (sous Auguste et Néron) et les références données par Bertrand 1991, 155 n. (...)

22Pourtant, à l’époque impériale, Kéramos est de nouveau attestée comme une cité à part entière, puisqu’elle frappe monnaie27. S’est-elle entièrement dégagée de la tutelle que lui avait imposée les Romains, ou bien dut-elle, tout en retrouvant son statut de cité, conserver néanmoins une position de dépendance vis-à-vis de Stratonicée ? Le parallèle avec la situation de Caunos vis-à-vis de Rhodes montre que ce genre de situation était possible.

2) Caunos et Rhodes

  • 28 Cic., QF, 1.1.33.
  • 29 Bertrand 1991, 155.

23Depuis l’époque hellénistique, le statut de Caunos a connu de fortes fluctuations au gré des conflits opposant les grandes puissances du moment. Achetée par Rhodes à des généraux lagides au début du iie s. a.C., la cité voit sa situation de dépendance confirmée lors de la paix d’Apamée, lorsque l’ensemble de la Carie et de la Lycie fut attribué à Rhodes par les Romains. Forcée de payer un tribut très lourd, Caunos fut l’une des cités qui se révoltèrent en 167, à un moment où Rhodes était en froid avec Rome. Cette dernière rendit alors la liberté à la Carie et à la Lycie. Mais un peu moins d’un siècle plus tard, la guerre de Mithridate vint à nouveau bouleverser les rapports de force dans la région : Caunos, qui avait participé au massacre des Romains et Italiens ordonné par le roi du Pont en 88, fut punie par Sylla et retrouva son statut de cité attribuée à Rhodes. Nous le savons grâce à une allusion de Cicéron dans sa correspondance avec son frère Quintus, qui nous apprend par ailleurs que cette situation était encore en vigueur peu avant 59, date de la lettre, mais qu’elle était contestée par les Cauniens : “les Cauniens, récemment, et tous les habitants des îles que Sylla avait attribuées à Rhodes, vinrent implorer du Sénat la grâce de payer le tribut à nous plutôt qu’aux Rhodiens”28. La phrase est symptomatique d’une évolution que j’ai déjà soulignée : le statut d’attribué se résume de plus en plus à l’obligation de payer un tribut à l’attributaire, et ce dernier n’en bénéficie que parce que le pouvoir attribuant a détourné vers lui des revenus qui lui appartenaient de droit et qu’il peut décider de récupérer. De plus, la requête des Cauniens et des autres attribués de Rhodes témoigne de l’humiliation que pouvait représenter ce statut pour ceux qui y étaient assujettis : comme le remarque J.-M. Bertrand, ce n’est pas le fait de payer un tribut – donc la perte de la liberté – qui est remis en cause, mais “le percepteur et ses méthodes”29. Une position de dépendance vis-à-vis de Rhodes, la puissante voisine et l’ennemie de toujours, est incomparablement plus dure à supporter qu’une position similaire vis-à-vis de Rome, pouvoir à la fois plus lointain et plus incontestable. Car non seulement cette situation nie des décennies voire des siècles de lutte contre la domination rhodienne, mais elle porte également atteinte à la dignité de Caunos, en reléguant celle-ci à une place subalterne au sein du monde hiérarchisé que devient peu à peu l’Empire romain.

  • 30 Caunos est qualifiée de cité libre par Plin., Nat., 5.104, qui suit une source d’époque augustéenn (...)
  • 31 À savoir, l’habitude de “recycler” les statues honorifiques, en gravant le nom d’un homme nouvelle (...)
  • 32 Dion Chr. 31.125.
  • 33 Dion Chr. 31.50 et 124.
  • 34 Les traducteurs anglais de Dion, dans la collection Loeb, comprennent que Caunos doit désormais pa (...)

24Cette idée apparaît très clairement dans un passage du discours rhodien de Dion de Pruse : rédigé sous les Flaviens, il témoigne qu’à cette époque, Caunos était retombée dans la sujétion vis-à-vis de Rhodes, après une période de liberté30. Dion veut démontrer aux Rhodiens que l’exemple de Caunos ne saurait leur servir de justification pour avoir recours à la pratique qu’il dénonce tout au long du discours31, car il n’y a pas de commune mesure entre eux et les Cauniens ; ceux-ci, en effet, “sont asservis non seulement à vous, mais aussi aux Romains, s’étant forgés pour eux-mêmes un double esclavage (διπλῆν τὴν δoυλείαν) par leur arrogance, leur folie et leur méchanceté”32. Le “double esclavage” de Caunos, c’est-à-dire son statut d’attribuée, en fait une cité sans gloire, voire méprisable. À plusieurs reprises dans son discours, Dion souligne à quel point Rhodes lui est infiniment supérieure33. Mais toute autre cité de la province, même jouissant d’un passé moins prestigieux que celui de Rhodes et d’un statut moins privilégié, est supérieure à Caunos : elle n’a qu’un maître, alors que Caunos en a deux34.

  • 35 Voir surtout Bean 1953 et 1954, mais aussi Balland 1981, no 86 p. 260-266, qui souligne que la suj (...)
  • 36 Julien 198.408 (édité par J. Bidez, 1972, CUF, I, 2, avec une notice p. 218-220). Commenté par Laf (...)

25Cela dit, les accents de mépris de Dion tendent précisément à prouver que Caunos est toujours, à son époque, considérée comme une cité, qui jouit d’une existence propre, bien qu’amoindrie par sa situation de dépendance. Toute l’argumentation du sophiste tomberait si Caunos n’était plus qu’un dème intégré au territoire de Rhodes. C’est une cité dont les Rhodiens peuvent être tentés d’invoquer l’exemple pour se dédouaner eux-mêmes – mais une cité en quelque sorte déchue, dont Dion veut montrer qu’elle ne saurait constituer un exemple pour personne, et encore moins pour ceux qui la dominent. De même, lorsque Cicéron évoque la démarche des Cauniens et des insulaires devant le Sénat, il donne l’impression de parler de communautés ayant une identité distincte de celle de Rhodes et une certaine autonomie. Mais ce sont les inscriptions retrouvées à Caunos qui prouvent de manière incontestable que la cité continua à exister malgré sa dépendance à l’égard de Rhodes, promulguant des décrets, votant des honneurs à ceux qu’elle désirait distinguer35. Un parallèle intéressant, bien que difficile à exploiter du fait de très fortes incertitudes chronologiques, est fourni par l’exemple d’Argos et de Corinthe36. Une lettre attribuée par la tradition à l’empereur Julien, mais jugée d’authenticité douteuse par la plupart des savants modernes, évoque la dépendance dans laquelle Argos est tombée vis-à-vis de sa voisine Corinthe par la volonté de Rome – dépendance qui a incité les Corinthiens à exiger des Argiens le paiement d’une taxe pour l’organisation des jeux isthmiques. On se trouve là très vraisemblablement face à un cas d’attribution, mais qui ne porte pas atteinte à l’existence autonome d’Argos, laquelle est désignée à plusieurs reprises dans le texte comme une cité à part entière. La lettre (que certains ont proposé de dater, non pas du ive, mais du ier s. p.C., ce qui la rendrait quasi-contemporaine du discours de Dion de Pruse aux Rhodiens) fait toutefois clairement sentir que cette situation est vécue comme une déchéance indigne de l’histoire et du prestige d’Argos.

26La réduction au statut d’attribué n’était donc pas nécessairement l’équivalent d’une annexion pure et simple. Elle pouvait se traduire de cette manière (ainsi, dans le cas de Thémessos incorporée à Stratonicée). Mais elle pouvait aussi entraîner une modification de statut plus subtile : l’attribué continuait de se prévaloir du rang de cité et de posséder son propre territoire, mais celui-ci était taxable au profit de la cité attributaire, ce qui induisait un très net rapport hiérarchique non seulement entre les deux cités concernées, mais aussi entre la cité attribuée et toutes les autres qui ne l’étaient pas. C’est peut-être à un tel rapport hiérarchique que sont soumises les cités anonymes du sénatus-consulte de 81 en faveur de Stratonicée – si ces cités sont bien à distinguer, dans le texte, de Thémessos et Kéramos. Quant à cette dernière, plusieurs scénarios sont envisageables pour expliquer les témoignages postérieurs sur son sort : elle peut avoir été d’abord absorbée, comme Thémessos, et fondue dans le territoire politique de Stratonicée, avant de regagner, à un moment indéterminé, son statut de cité ; elle peut aussi avoir dès le début résisté au principe de son annexion et obtenu de rester une entité politique autonome, mais tributaire de sa voisine. Dans les deux cas, elle peut aussi bien, par la suite, s’être libérée de toute obligation envers Stratonicée qu’avoir conservé sa condition de cité dépendante.

27Les exemples développés jusqu’ici incitent à considérer l’attribution comme une manière de régler le rapport de force entre deux cités, en général liées par des relations anciennes d’hostilité, dont l’une devient l’attribuée de l’autre (Kéramos et Stratonicée, Caunos et Rhodes). Mais il arrive aussi qu’une attribution lèse les intérêts d’une cité qui se trouve endehors de la procédure, qui n’occupe ni la place de l’attribué, ni celle de l’attributaire.

III. L’expansion territoriale des cités privilégiées par le pouvoir romain

1) Cyzique et ses voisines

28Un passage de Strabon décrivant le territoire de Cyzique invite à formuler différentes hypothèses sur les conséquences que purent avoir, pour cette cité et pour ses voisines, les attributions de terres accordées par Rome au lendemain des guerres mithridatiques.

  • 37 Voir Plut., Lucullus, 9.
  • 38 Str. 12.8.11. Dans l’édition Budé, le verbe πρoτίθηµι est traduit de manière plus neutre (les Roma (...)
  • 39 Ce passage a été relevé et commenté en détail par Teichmann 1991, mais dans une perspective assez (...)

29Durant cette période, Cyzique, comme Stratonicée, avait démontré sa loyauté envers Rome. Ce n’est pas entre 88 et 85 qu’elle se distingua particulièrement, mais plus tard, durant la troisième guerre contre Mithridate : le siège qu’elle soutint en 73 est resté célèbre pour l’ampleur des moyens déployés et la résistance dont firent preuve les assiégés37. Cyzique, comme Stratonicée avant elle, se trouva récompensée d’avoir choisi le camp de Rome : “les Romains rendirent honneur à la cité : elle est libre jusqu’à aujourd’hui et possède un vaste territoire, en partie ancestral, en partie issu des attributions faites par Rome” (χώραν ἔχει πολλὴν τὴν μὲν ἐκ παλαιοῦ, τὴν δὲ τῶν Ῥωμαίων προσθέντων)38. Sont ensuite longuement énumérées les différentes parties de ce territoire : en Troade, Cyzique possède “le pays au-delà de l’Aisépos, la région de Zéleia” ; elle possède aussi la plaine d’Adrasteia et une partie du lac Daskylitis ; enfin, outre la Dolionide et la Mygdonide, “un grand territoire qui s’étend jusqu’aux lacs Milétopolitis et même Apolloniatis” (fig. 3)39.

30Le texte ne dit pas clairement si toutes ces régions ont été données à Cyzique par les Romains ou si certaines parmi elles étaient des possessions ancestrales. Il est au moins probable que la région au-delà de l’Aisépos, et donc également, encore plus à l’ouest, la plaine d’Adrasteia, n’aient pas fait partie du territoire primitif de Cyzique. De même, l’insistance de Strabon sur l’éloignement des lacs jusqu’auxquels s’étend le territoire de Cyzique (“Milétopolitis et même Apolloniatis”) suggère qu’il parle là d’acquisitions relativement récentes. Pour ces terres se pose alors une question : à qui appartenaient-elles avant d’être attribuées à Cyzique ? Formaient-elles le territoire de petites cités qui ont pu être, comme Thémessos, entièrement absorbées par leur voisine plus puissante ? Ou bien ont-elles été prises à des cités proches de Cyzique, qui continuaient à exister, mais amputées d’une partie de leur territoire par la décision du pouvoir romain ? Il est encore possible que les régions attribuées à Cyzique n’aient clairement appartenu à aucune cité au moment de l’attribution, mais aient été disputées entre Cyzique et une ou plusieurs voisine(s), les Romains choisissant de trancher le litige en faveur de la cité qu’ils désiraient récompenser.

  • 40 L’expression est de Robert & Robert 1976, 231.
  • 41 Robert & Robert 1976, 231-235.
  • 42 Voir supra, p. 51-55.

31Le texte de Strabon suggère plusieurs acteurs possibles pour ces divers scénarios. Tout d’abord, envisageons celui de l’absorption complète de petites cités par “la tentaculaire Cyzique”40. La mention du lac Daskylitis dans la description du territoire de Cyzique a été éclairée par J. et L. Robert, qui ont fait le rapprochement avec deux inscriptions retrouvées sur le site de Daskyleion, au sud-est de ce lac41. Toutes deux sont datées par la magistrature éponyme de Cyzique (l’hipparque) ; l’une établit une liste de “villageois” (χωρɛῖται), l’autre est une dédicace faite par un phrourarque. Il faut en conclure qu’à l’époque de ces inscriptions (qui ne peut être fixée que par l’écriture et est définie de manière très vague par J. et L. Robert comme l’époque hellénistique), la cité de Daskyleion avait été dégradée au rang de village, dont les habitants devenaient citoyens de Cyzique (et étaient inscrits sur une liste en conséquence) et dont la forteresse était désormais gardée par un phrourarque envoyé depuis Cyzique. Cette situation offre des similitudes avec quelques cas connus de sympolities par lesquelles une cité importante intègre à son territoire le site défensif d’une cité plus modeste, souvent forcée d’accepter la sympolitie du fait d’un danger extérieur – et parfois tentée de la remettre en cause une fois le danger atténué42. Il est donc possible que l’absorption de Daskyleion par Cyzique soit antérieure aux guerres mithridatiques et résulte d’un accord bilatéral entre les deux communautés. Mais dans ce cas, la faveur romaine dont bénéficia Cyzique après la troisième guerre mithridatique n’a pu que contribuer à entériner et pérenniser cette annexion consentie, désormais reconnue par une décision souveraine de Rome.

  • 43 Str. 13.1.5.
  • 44 Le Bas-Waddington, 1534, commenté par Robert & Robert 1976, 231-232 n. 321. La pierre a été retrou (...)
  • 45 Wiegand 1904, 275, considère le passage de Strabon sur le territoire de Cyzique comme une preuve q (...)

32Un processus similaire, sinon identique, doit sans doute rendre compte du sort de Zéleia, une autre petite cité mentionnée par Strabon. L’expression employée (τὰ πɛρὶ τὴν Zέλɛιαν) n’est pas limpide : faut-il comprendre que Cyzique a annexé Zéleia elle-même, avec tout son territoire, ou seulement une partie des terres traditionnellement possédées par Zéleia ? Un autre passage de Strabon permet de trancher : il nous apprend qu’à son époque, “Zéleia appartient aux Cyzicéniens” (ἔστι νῦν ἡ Zέλɛια τῶν Κυζικηνῶν)43. Une inscription d’époque impériale définit d’ailleurs les habitants de Zéleia comme des “villageois” (χωρɛῖται: le même mot que dans la liste de Daskyleion), ce qui confirme que la petite cité n’a plus d’existence propre et fait partie intégrante du territoire de Cyzique44. À quand remonte cette situation ? Zéleia est attestée à l’époque classique et hellénistique ; elle fut l’une des rares cités de l’intérieur à rejoindre la ligue de Délos au ve s. Les savants qui, au début du xxe s., ont étudié son territoire estiment possible que celui-ci se soit étendu primitivement jusque sur la rive droite de l’Aisépos. Mais cette région ne pouvait que susciter les convoitises de Cyzique, et Zéleia dut sans doute se replier assez tôt de l’autre côté du fleuve, avant de finir par passer entièrement sous le contrôle de sa voisine, à l’époque romaine – et plus précisément après la troisième guerre mithridatique45. L’attribution ne ferait dès lors que parachever un processus entamé depuis longtemps : celui de l’annexion progressive d’une petite cité par une grande. Cet exemple ne diffère donc pas fondamentalement de ceux que nous avons vus plus haut. Il n’en va pas de même avec la plaine d’Adrasteia – qu’il faut distinguer de la cité à laquelle elle appartenait sans doute originellement et qui lui donnait son nom.

  • 46 Str. 13.1.13. Voir Hasluck 1910, 95-97.
  • 47 Strabon précise que l’oracle fut aboli, mais une forme de culte persista forcément, puisque l’on c (...)

33Cette plaine s’étend au sud de Parion et de Priapos et se prolonge vers l’est au-delà du fleuve Granique, vers la côte. C’est dans sa partie occidentale qu’a été localisée la cité Adrasteia, qui est évoquée par Homère et semble avoir eu un certain éclat à l’époque archaïque. À l’époque romaine, elle a beaucoup décliné, mais n’a pas pour autant perdu son statut de cité, si l’on en croit Strabon, qui la définit comme “une cité située entre Priapos et Parion, au-dessus d’une plaine qui porte son nom”46. Dans le même passage, on apprend qu’Adrasteia contrôlait un sanctuaire oraculaire d’Apollon et Artémis, mais que le temple ayant été détruit, ce qui restait des matériaux de construction et des ornements fut transporté à Parion, où l’on éleva un autel. Ce transfert semble traduire à la fois le déclin d’Adrasteia comme centre régional important et l’influence grandissante de Parion, qui détourne à son profit un monument prestigieux et le culte qui lui est attaché47. On peut supposer que cet épisode ne représente qu’une facette des ambitions de Parion, et que celles-ci prirent également une forme territoriale : il était presque inévitable, pour une cité en essor, de chercher à s’agrandir aux dépens d’une voisine affaiblie.

  • 48 Str. 13.1.10-11 et 14.

34Une partie de la plaine d’Adrasteia devait donc être convoitée, sinon occupée, par Parion. Or, Strabon indique par ailleurs que cette plaine était partagée entre Cyzique et Priapos (une cité du littoral), qui y avaient une frontière commune. Comme il ajoute un peu plus loin que sous les Attalides, Parion gagna des terres aux dépens de Priapos48, on aboutit, en combinant ces divers éléments, au tableau suivant : trois cités tentaient de s’étendre dans la plaine entourant Adrasteia ; Parion s’opposa avec succès à Priapos, qu’elle fit reculer ; mais cette cité conserva des possessions dans la plaine, dont une partie tomba aussi, progressivement ou brusquement, sous le contrôle de Cyzique. Que les attributions consenties à Cyzique par les Romains aient renforcé la position de celle-ci dans une région où elle avait déjà pris pied, ou qu’elles aient intégré à son territoire une zone totalement nouvelle, elles ont dans les deux cas dû porter atteinte aux intérêts de Priapos et Parion. Ces deux cités ne pouvaient qu’être ulcérées de voir reconnus les droits de Cyzique sur un territoire qu’elles avaient peut-être occupé et sur lequel elles devaient en tout cas être tentées de faire porter des revendications.

  • 49 Voir la description de son territoire, petit mais bien situé, par Robert 1980, 89-90 et 97-98. Les (...)
  • 50 Ruge 1932, 1583, qui semble donner à l’adjectif κύριος le sens de “dominant”, “principal”. Or, Rob (...)
  • 51 Voir IK, 26-Kyzikos, p. 79-86 et SNG France 5, Mysie, 1307-1329, ainsi que les commentaires de L. (...)

35Si l’on considère maintenant l’extension de Cyzique vers l’est, “jusqu’aux lacs Milétopolitis et même Apolloniatis”, on constate que de ce côté également, la cité n’a pu s’agrandir qu’en mordant sur le territoire de ses voisines. Ces deux lacs – qui en réalité n’en forment qu’un, coupé en son milieu par une île – tirent en effet leur nom de cités situées sur leurs berges ou à proximité, qui devaient se considérer comme les légitimes propriétaires des eaux mêmes du lac et des terres alentour. La première, Milétoupolis, est d’une importance relativement modeste49, et certains savants ont pu émettre l’hypothèse qu’elle avait fini par être intégrée au territoire de Cyzique. Une inscription d’époque impériale, retrouvée à Cyzique, leur semblait plaider en ce sens : un athlète, qui se définit comme citoyen de Milétoupolis, de Cyzique, d’Éphèse, d’Ilion et de Thasos, dédie une statue à sa “chère patrie” (κυρία πατρίδι) – laquelle ne peut être, étant donné le lieu de la trouvaille, que Cyzique. L’expression a été interprétée comme une preuve de l’annexion de Milétoupolis par Cyzique50. Mais d’une part, les différents ethniques accolés au nom de l’athlète sont coordonnés, si bien que, grammaticalement, il n’y a entre eux aucune hiérarchie, ce qui tend plutôt à prouver que Milétoupolis a le même statut que Cyzique, Éphèse, etc., même si elle n’a pas le même prestige ; d’autre part, d’assez importantes séries monétaires émises par Milétoupolis témoignent de son existence autonome sous l’Empire51. Reste que la dédicace de l’athlète suggère des liens étroits entre Milétoupolis et Cyzique. Parmi les multiples citoyennetés dont jouissait ce personnage, celle de Milétoupolis, peu glorieuse en soi, était certainement sa citoyenneté d’origine. Il dut ensuite acquérir celle de Cyzique, la grande cité la plus proche, ce qui lui permit de se faire connaître et d’entamer une brillante carrière – d’où la dédicace à sa “chère patrie”. Cyzique représentait sans doute, pour les citoyens ambitieux de la modeste cité voisine, un passage obligé avant d’atteindre la gloire. L’athlète qui y consacre une statue ne semble ressentir, face à cette situation, que de la reconnaissance, mais il est au moins possible que d’autres en aient été irrités, surtout si la supériorité de Cyzique s’était aussi traduite, pour Milétoupolis, par des pertes territoriales.

  • 52 Robert 1980, 89-98, qui commente des émissions monétaires d’Apollonia au type d’un dieu-fleuve, si (...)
  • 53 Teichmann 1991, 147-149, estime que Milétoupolis et Apollonia ont toutes deux été privées de leur (...)

36Quant au deuxième lac, le plus éloigné, il abritait à l’extrémité orientale de sa berge septentrionale le site d’Apollonia du Rhyndacos. Cette cité était nettement plus importante que Milétoupolis et selon L. Robert, son territoire devait couvrir à la fois la région au nord du lac, sans doute jusqu’à la mer, et le cours du fleuve Rhyndacos, qui se déversait au sud-ouest du lac52. Pour que Cyzique s’étendît jusqu’à ce dernier, elle devait donc nécessairement empiéter sur des terres qui appartenaient primitivement à Apollonia53.

37Si ce sont bien les attributions consécutives à la troisième guerre mithridatique qui privèrent d’une partie de leur territoire toutes ces voisines de Cyzique, ou au moins certaines d’entre elles, celles-ci n’étaient guère en mesure de protester contre des amputations décidées et cautionnées par le pouvoir romain. Cela ne devait pas empêcher un certain sentiment d’injustice de se manifester, voire de l’hostilité, dont on peut penser qu’elle était alors davantage dirigée contre Cyzique, l’ancienne rivale devenue la plus grande cité de la région, que contre Rome. Ainsi, l’attribution aboutissait à accentuer des rapports de force, qu’elle figeait en quelque sorte : des cités qui avaient, durant les décennies ou les siècles précédents, lutté contre les tentatives d’expansion d’une voisine ambitieuse, voyaient désormais confirmées, d’une manière qui pouvait sembler irrévocable, leur faiblesse, l’illégitimité de leurs revendications, en un mot leur position d’infériorité.

38L’épreuve des guerres mithridatiques, par les transferts de territoire qu’elle a entraînés dans son sillage, a ainsi contribué à redéfinir l’équilibre des forces entre cités voisines, creusant le fossé entre les plus grandes, favorisées par le pouvoir romain, et les plus petites, presque systématiquement lésées. Il semble que la même constatation puisse être faite pour les guerres civiles qui touchèrent l’Asie. Deux exemples de l’action de César après sa victoire sur Pompée nous font mesurer les continuités et les évolutions par rapport à la période des guerres mithridatiques.

2) Deux cités privilégiées par César

L’imperator et les cités

  • 54 Voir Reynolds 1982, no 8 l. 40-41 et no 12 l. 13-14.
  • 55 Str. 13.1.27.

39L’utilisation que fit César de la légende troyenne pour revendiquer une ascendance divine est bien connue. En Asie, elle se traduisit par l’octroi de privilèges aux cités qui avaient un lien avec la légende. À Aphrodisias, César honora le sanctuaire de la déesse dont il prétendait descendre, en lui accordant vraisemblablement l’asylie et en y consacrant un Éros d’or54. Quant à Ilion, la patrie d’Énée, elle reçut des marques plus “politiques” de l’intérêt que voulait lui manifester le vainqueur de Pompée. Strabon rappelle le rôle que joua César dans l’histoire de la cité : “il attribua (πpoσένɛιμɛν) de la terre aux Iliens et leur permit de conserver la liberté et l’immunité, privilèges qu’ils détiennent encore aujourd’hui”55. Outre la confirmation de son statut de cité libre, Ilion obtint, comme Stratonicée et Cyzique avant elle, un accroissement de son territoire ; comme dans le cas des cités récompensées après les guerres mithridatiques, cet accroissement dut se faire aux dépens d’une ou de plusieurs cités voisines. Celles-ci ne sont pas mentionnées par Strabon, et je ne chercherai pas ici à en proposer une identification forcément hypothétique. Reste que l’existence de ces victimes anonymes de l’expansion territoriale d’Ilion ne fait guère de doute. Après 48 comme après 85 et 73, l’issue d’une guerre menée par Rome détermine des modifications de frontières qui augmentent les ressources et améliorent la position de certaines cités par rapport à d’autres.

  • 56 Jules César n’est sans doute pas le premier de sa famille à se fonder sur la légende de Iule pour (...)

40Une différence importante distingue toutefois les exemples de Stratonicée et Cyzique d’une part, celui d’Ilion d’autre part. Le contexte qui précède et explique l’octroi de privilèges à ces cités est toujours celui d’une guerre, mais une guerre extérieure, dirigée contre un ennemi de Rome, dans les deux premiers cas, et une guerre civile, mettant aux prises deux grands généraux romains, dans le dernier. Alors que Stratonicée et Cyzique sont récompensées pour les services qu’elles ont rendus au peuple romain, la seule justification des privilèges accordés à Ilion est le glorieux passé de cette cité, que le général vainqueur confisque à son profit. Strabon le dit clairement : si César a tenu à distinguer Ilion, c’est d’abord pour suivre l’exemple d’Alexandre le Grand, grâce auquel la bourgade qui occupait le site de l’antique Troie avait jadis accédé au statut de cité, et rivaliser ainsi avec l’image du grand conquérant ; c’est aussi en vertu des “témoignages bien connus de la parenté qui l’unissait aux Iliens”, à la fois en tant que Romain et en tant que membre de la gens Iulia. La parenté entre Ilion et Rome est certes évoquée, mais c’est le désir d’exalter la personne de Jules César, et non le peuple de Rome, qui est au centre du discours justifiant le don de terre et la confirmation du statut de cité libre56. À l’époque des guerres mithridatiques, l’accès aux privilèges était conditionné par le principe de fidélité à Rome ; c’était le choix du bon camp dans la guerre qui donnait droit à la reconnaissance d’une position de supériorité face aux cités passées du mauvais côté. Durant les guerres civiles, les cités d’Asie n’eurent guère le loisir de choisir leur camp : elles réglèrent leur attitude sur le cours des événements et se rangèrent aux côtés de Pompée quand celui-ci arriva dans la région avec ses troupes, puis de César quand celui-ci battit Pompée. Le principe de fidélité à Rome était devenu opaque, puisque Rome pouvait être incarnée successivement par des généraux ennemis. Aussi revenait-il désormais au général vainqueur d’instituer et de célébrer avec les cités qu’il voulait, et selon les critères qu’il voulait, une relation personnelle qui se concrétiserait par l’octroi de privilèges.

41Par-delà cette évolution – conséquence de l’évolution de la vie politique à Rome même –, une constante apparaît : les gains territoriaux vont toujours de pair avec la confirmation ou l’octroi du statut de cité libre. J’ai déjà souligné l’existence de ce lien à propos des ambassades menées par Colophon ; on le retrouve en étudiant les sources relatives à Stratonicée, Cyzique, Ilion. Un dernier exemple de cité privilégiée par le pouvoir romain en temps de crise permet d’achever la démonstration : celui de Pergame, qui reçoit la protection de César grâce à l’intervention d’un de ses citoyens, envers lequel le grand imperator avait une dette de reconnaissance.

César, Mithridate et Pergame

  • 57 Première publication par Passerini 1937.
  • 58 Repris dans IK, 24.1-Smyrna, 589 ; voir aussi Sherk, RDGE, no 12. Une première copie de ce texte a (...)
  • 59 Repris dans IK, 24.1-Smyrna, 590. Les restitutions et l’interprétation de Passerini 1937, 272-277, (...)
  • 60 Segre 1938 pense que le fragment reproduit également un décret de César accordant la liberté à Per (...)
  • 61 Pour un décret de cette cité, où est rappelé son rôle dans la guerre contre Aristonicos, qui lui a (...)
  • 62 D’après Robert 1939, 229, le fragment F “est relatif au territoire de Pergame et à ses frontières (...)

42Le dossier qui permet de reconstituer, de manière en partie hypothétique, les relations entre César et Pergame est assez complexe. Partons du document qui intéresse directement notre sujet : les fragments d’une inscription retrouvée à Smyrne, gravée au ier s. a.C. et publiant plusieurs décisions du pouvoir romain concernant le territoire de Pergame57. Quatre fragments se complètent et reproduisent un texte déjà connu par ailleurs : le sénatus-consulte donnant raison à Pergame contre les publicains qui tentaient, en violation du testament d’Attale, de taxer une partie du territoire de cette cité libre, en 129 ou 101 a.C.58 ; l’inscription de Smyrne, gravée plusieurs décennies après les faits, a vraisemblablement pour but de rappeler et réaffirmer cette décision. Les deux autres fragments, qui présentent une écriture similaire aux quatre premiers et ont donc été gravés à la même occasion, se rapportent à des événements postérieurs59. Le fragment E est une lettre de César à Pergame ; le très mauvais état de la pierre ne permet de restituer avec quelque certitude que la mention d’un personnage du nom de Mithridate, ainsi que la référence à une asylie et peut-être à des lois (ou des domaines) sacré(e) s60. Le fragment F est tout aussi pauvre, mais se laisse néanmoins interpréter : on y lit le nom de Jules César, les mots “territoire” (χώρας, à plusieurs reprises) et “frontière” (ὅριον), ainsi que le nom d’une cité de la côte, située au sud-ouest de Pergame et lui servant de port, Élaia61. Les territoires de Pergame et d’Élaia étant limitrophes, on peut conclure de ce texte que César a apporté sa caution à une modification de frontières entre ces deux cités – modification qui devait avantager Pergame, puisque l’inscription tout entière rapporte des décisions qui lui sont favorables62.

  • 63 Inscriptions publiées et commentées par Hepding 1909.
  • 64 IPergamon, 379. Deux restitutions différentes ont été proposées pour la suite du texte : le premie (...)
  • 65 César, Bellum Alexandrinum, 26-28 et 78.2-3 ; voir aussi Str. 13.4.3 et D.C. 42.48.4. La tétrarchi (...)

43Ces deux fragments sont à rapprocher de plusieurs autres groupes d’inscriptions, datées de la même période. Tout d’abord, quelques textes gravés sur des bases de statues honorent un certain Mithridate, fils de Ménodotos, citoyen de Pergame, pour avoir “restitué aux dieux ancestraux la cité et le territoire et (être) devenu un nouveau fondateur de la patrie après Pergamos et Philétairos” (ἀποκαταστήσαντα τοῖς πατρώοις θεοῖς τήν τε πόλιν καί τὴν χώραν καὶ γενόμενον τῆς πατρίδος μετὰ Πέργαμον καὶ Φιλέταιρον νέον κτίστην)63. Or, on lit les restes d’une expression presque identique dans une inscription de Pergame en l’honneur de Jules César, qui est remercié pour avoir “restitué aux dieux la cité et le territoire qui est sacré…” (ἀποκαταστήσα[ντα τοῖς θεοῖς τήν τε πόλιν καὶ τὴ]ν χώραν οὖσαν ἱερά[ν...)64. Cette “restitution aux dieux” – dont il faudra tenter de préciser le sens – est donc portée au double crédit d’un citoyen, sans nul doute éminent, de Pergame et du général romain victorieux dans la guerre civile ; l’interprétation qui s’impose est que Mithridate avait une influence auprès du dictateur et l’a fait jouer en faveur de sa patrie. Il se trouve que les sources littéraires viennent confirmer et préciser cette interprétation : elles nous rapportent comment Mithridate de Pergame, ayant levé en Syrie et en Cilicie des troupes de renfort, vint au secours de César alors que celui-ci était en grande difficulté à Alexandrie, et comment, en récompense, il se vit accorder les titres de roi du Bosphore et tétrarque de Galatie65. Ainsi, ayant noué une relation privilégiée avec le maître de Rome, Mithridate sut l’exploiter à plein : il se préoccupa de son sort personnel, mais n’oublia pas sa cité d’origine, à laquelle il assura également des faveurs enviables. En quoi celles-ci consistaient-elles ?

  • 66 IPergamon, 413.
  • 67 Magie 1950, 405-406 et 1258-1259 n. 3.

44Les fragments E et F de l’inscription de Smyrne font allusion à une asylie – probablement celle de l’Asclépieion – et à une modification avantageuse de frontières avec le territoire d’une cité voisine. Reste à interpréter l’expression “avoir restitué aux dieux (ancestraux) la cité et le territoire (qui est sacré…)”, employée dans les inscriptions en l’honneur de Mithridate et de César. Plusieurs commentateurs, suivant en cela la démonstration de H. Hepding, la comprennent comme une allusion au statut de cité libre, que Pergame a vraisemblablement perdu après la première guerre mithridatique et qu’elle aurait alors retrouvé grâce à un autre Mithridate. Ils font le rapprochement avec une inscription légèrement postérieure, dans laquelle Pergame honore P. Servilius Isauricus, proconsul d’Asie de 46 à 44, qui est appelé “sauveur et bienfaiteur de la cité à qui il a rendu ses lois ancestrales et la démocratie affranchie” (ἀπoδɛδωκότα τῆι πόλɛι τοὺς πατρίους νόμους καὶ τὴν δημοκρατίαν ἀδούλωτον) – une expression qui, elle, se comprend sans hésitation comme une référence au privilège retrouvé de la liberté66. Ce rapprochement soulève néanmoins une question : pourquoi les Pergaméniens remercient-ils Servilius Isauricus de leur avoir rendu la liberté, si César leur avait déjà reconnu la jouissance de ce statut privilégié en 47, sur l’intervention de Mithridate ? D. Magie voyait là une contradiction insurmontable et concluait qu’il fallait interpréter différemment la formule des inscriptions en l’honneur de César et de Mithridate (formule qu’il jugeait de toute façon obscure) : elle devait renvoyer, selon lui, à une reconnaissance d’asylie, étendue à la cité tout entière et proclamée à la manière des souverains hellénistiques de la fin du iiie s67. Toutefois, les arguments avancés par les tenants de l’hypothèse de Hepding me semblent peser assez fortement pour écarter l’objection de Magie.

  • 68 Plut., César, 48.1 et GIBM, IV, 792.
  • 69 IAsclepieion, 1 ; Sherk, RDGE, no 55.
  • 70 Robert & Robert 1989. Voir supra, p. 57-59.

45D’une part, une asylie, même particulièrement prestigieuse, suffirait-elle à justifier le titre de “nouveau fondateur” accordé par la cité à Mithridate ? Pour être égalé aux fondateurs mythique et historique de Pergame, celui-ci devait être à l’origine d’une faveur vraiment extraordinaire, ressentie comme le début d’une ère nouvelle ; la reconquête du statut de cité libre, perdu quelques décennies plus tôt dans des circonstances très douloureuses, pouvait donner à Pergame ce sentiment. D’autre part, il existe des parallèles pour étayer l’hypothèse de Hepding : ainsi, Théopompe de Cnide, un proche de César, obtint pour sa patrie la liberté et l’immunité peu après Pharsale68. Mais surtout, la contradiction relevée par Magie n’est pas aussi rédhibitoire que celui-ci le suggérait. Une lettre de Servilius Isauricus gravée à l’Asclépieion de Pergame traite de l’asylie de ce sanctuaire et de lois sacrées69. Or, ces questions apparaissaient déjà dans la lettre de César à Pergame dont les fragments ont été retrouvés à Smyrne. En ce qui concerne l’Asclépieion, il semble donc que César et Servilius aient pris des décisions à tour de rôle ; l’asylie, certainement accordée par César, dut être confirmée par Servilius, sans doute suite à des contestations ou des problèmes pratiques dont on ne peut préciser la nature, faute d’un texte complet. Dès lors, pourquoi ne pas supposer que des atermoiements similaires ont retardé la mise en œuvre effective de la liberté et ont nécessité une nouvelle intervention de Servilius en 46 ou peu après ? On peut invoquer le parallèle de Colophon, qui après 129 dut faire confirmer à plusieurs reprises par le Sénat son statut de cité libre, mis à mal par le gouverneur70. Dans les années 40 à Pergame, la remise en cause ne vient pas du gouverneur, qui au contraire confirme le privilège, mais celui-ci semble toujours devoir être âprement défendu pour être respecté. Aussi lorsque le principe de la liberté fut acquis, les Pergaméniens furent-ils transportés de joie et tinrent-ils à exprimer fortement leur reconnaissance aux responsables de cette faveur – Mithridate et César – ; mais plus tard, lorsqu’au terme de certaines difficultés les avantages du statut de cité libre commencèrent à se faire sentir dans la vie quotidienne, ils n’hésitèrent pas à attribuer leur bonheur à un troisième personnage, qui avait défendu leurs droits.

  • 71 Voir le commentaire dans IK, 24.1-Smyrna, 590.

46Quant à la formule employée pour traduire le retour au statut de cité libre – “restituer aux dieux la ville et le territoire” –, elle peut s’expliquer par l’importance des domaines sacrés dont Pergame retrouvait l’entière jouissance en même temps qu’elle redevenait libre : ce sont ces domaines, source de revenus non négligeables, qui auraient particulièrement excité la convoitise des publicains à la fin du iie s., avant de leur être livrés en 85 ou peu après, quand Sylla punit Pergame en la privant des privilèges que lui avait assurés le testament d’Attale71.

  • 72 Dans le fragment F, où il est fait référence à Élaia et à une frontière, Passerini restituait aux (...)
  • 73 Mattingly 1972, 414-415 et n. 11 ; selon lui, la copie retrouvée à Adramyttion suggère que cette c (...)

47On peut donc soutenir que César accorda à Pergame les privilèges suivants : le retour au statut de cité libre, l’asylie de son principal sanctuaire, et le règlement favorable d’un conflit territorial qui l’opposait à sa voisine Élaia. Le dernier privilège doit sans doute se comprendre en lien avec l’un ou l’autre des deux premiers. Pour être reconnu inviolable, un domaine sacré doit être précisément délimité, et il n’est pas impossible qu’une partie des terres considérées comme propriété d’Asclépios par Pergame ait été revendiquée par Élaia. Il est cependant plus facile de rattacher le règlement d’un conflit frontalier à l’octroi du statut de cité libre, dans la mesure où celui-ci nécessitait une redéfinition rigoureuse des limites de l’ensemble du territoire72. L’hypothèse a été faite que le conflit avec Élaia pouvait remonter à l’époque du conflit avec les publicains et avoir été exploité par ces derniers : soutenir que le territoire de Pergame empiétait sur celui de ses voisins aurait été pour eux un moyen de justifier des levées de taxes sur ce territoire73. On peut mettre en doute l’idée que les publicains aient eu réellement intérêt à ce qu’Élaia l’emporte sur Pergame dans une contestation de frontières (Élaia elle-même étant vraisemblablement libre à cette époque, et donc elle aussi théoriquement à l’abri de l’activité des publicains) ; mais il reste tentant d’établir un lien, ne serait-ce que géographique, entre le conflit de Pergame avec les publicains et celui qui opposa la cité à sa voisine Élaia, puisqu’on a cru bon de refaire graver, avant le texte des décisions de César, le sénatus-consulte rendu à la fin du iie s. Dans ce cas, César aurait été sollicité pour trancher un litige frontalier déjà vieux de plusieurs décennies, et lié dès son origine à la question du statut privilégié de Pergame.

  • 74 L’expression se trouve dans deux inscriptions d’Aphrodisias, reproduisant des lettres de Trajan et (...)

48Ainsi, le lien relevé à plusieurs reprises (dans les cas de Colophon, Stratonicée, Cyzique, Ilion, Pergame) entre l’octroi ou la confirmation du privilège de la liberté – en tant que faveur accordée par Rome, diversement motivée au fil du temps – et la reconnaissance de gains territoriaux s’explique assez facilement. Il faut certainement faire une place au phénomène cumulatif qui veut qu’une cité distinguée par le pouvoir romain a plus de chances de faire entendre ses revendications territoriales qu’une voisine restée à l’écart du circuit des services et des honneurs échangés. Mais une cause plus immédiate réside dans la nature même du statut de cité libre : puisqu’il isole une cité et son territoire en les “retranchant” de la province74, il met nécessairement en jeu la question des frontières et fournit l’occasion d’exprimer toutes les revendications possibles à ce sujet.

49De manière symétrique, nous avons constaté que les atteintes aux privilèges des cités libres, souvent dues aux publicains, pouvaient amener au règlement de conflits frontaliers entre cités voisines : se matérialisant par des empiètements sur un territoire, taxé alors qu’il ne devrait pas l’être, ces abus, une fois dénoncés, étaient susceptibles d’entraîner une redéfinition de frontières qui débordait le cadre du litige avec les publicains. Dans le cas de Priène et Milet, la défense, par la première cité, de ses droits sur les marais salants de la déesse Athéna face aux violences des publicains semble avoir débouché sur le règlement d’un litige qui l’opposait, dans la même zone géographique, à la deuxième cité. Un lien du même ordre a sans doute joué en faveur d’Éphèse, dans l’affaire des lacs d’Artémis et de l’Héracléotide. Dans une perspective un peu différente, il est possible que les tentatives d’exploitation du territoire de Pergame par les publicains aient déclenché ou ravivé un conflit frontalier entre cette cité et sa voisine Élaia, conflit qui sera plus tard porté à la connaissance de César. Les fermiers romains, s’ils se sont particulièrement distingués par leur tendance à pressurer les cités sans prêter attention aux privilèges établis par Rome elle-même, ne détenaient pas le monopole de l’abus de pouvoir – des gouverneurs abusifs ont également existé, et en nombre. L’exemple de Colophon suggère que l’ingérence illégitime d’un gouverneur dans les affaires d’une cité, quand elle recevait une sanction officielle du Sénat, pouvait elle aussi entraîner à sa suite le règlement favorable de conflits territoriaux.

50En ce sens, l’exercice du pouvoir par Rome a bien eu des répercussions sur les relations de voisinage, souvent hostiles, qu’entretenaient les cités entre elles : on pourrait dire qu’il leur donnait de nouvelles occasions de s’exprimer ; en reconnaissant l’existence de territoires privilégiés, qui échappaient à son administration, aussi bien qu’en remettant parfois en cause le statut de ces territoires, Rome renouvelait les conditions dans lesquelles se nouaient et se dénouaient les conflits récurrents qui opposaient les cités à propos de leurs frontières. Toutefois, l’administration romaine ne créait pas ces rapports conflictuels, qui semblent presque toujours lui avoir préexisté. C’est très clair durant la première période que nous avons étudiée : depuis la création de la province d’Asie jusqu’au déclenchement des guerres mithridatiques, le seul véritable changement qui est apparu est la nécessaire prise en compte du gouverneur de la province, y compris par les cités libres, qui, progressivement, s’adressent à lui pour faire régler leurs différends ; pour le reste – géographie, causes et formes des conflits, procédures de résolution de ces conflits –, ce qui frappe, c’est la continuité avec l’époque antérieure. Le nombre relativement élevé de cités libres et, corrélativement, l’engagement encore limité de Rome dans la gestion de la province, expliquent sans doute l’image que donnent nos sources : celle d’un monde vivant encore pleinement sur l’héritage du passé.

51Avec la première guerre mithridatique, une rupture apparaît : non seulement la province s’agrandit, bien des cités se voyant privées de leur liberté, et le pouvoir romain se fait plus présent, mais la relation qu’entretiennent les cités avec ce pouvoir devient le facteur déterminant dans le règlement des conflits qui les opposent. C’est parce que ce pouvoir estime qu’elles sont dignes de récompense qu’elles font triompher leurs revendications face à des voisines malchanceuses. Cette attitude politique n’est pas nouvelle : les souverains hellénistiques l’ont pratiquée, ainsi que les représentants de Rome au début du iie s. ; elle est directement conditionnée par un contexte de guerre, qui cristallise la distinction entre alliés et ennemis. La fin de l’époque républicaine est pour l’Asie un temps de guerres presque incessantes ; aussi a-t-elle modifié les rapports de force locaux et régionaux, un nombre restreint de cités se trouvant promues à une position supérieure qui leur permettait d’accumuler les privilèges – liberté, asylie, expansion territoriale… Cette position n’était pas à l’abri d’une remise en cause, consécutive à un choix politique malheureux ou un brusque changement de la situation politique romaine. Mais durant le temps où elle était acquise, elle donnait d’avance un caractère légitime à toute revendication territoriale ; en face, les cités qui ne s’étaient pas distinguées auprès des maîtres de l’Empire n’avaient plus guère de chances de faire entendre leur voix. De ce point de vue, l’époque impériale introduit un changement : bien qu’elle ait recueilli et développé le principe du cumul des privilèges, elle a aussi représenté la tentative de construire un monde dans lequel chaque cité ferait l’objet de la vigilance bienveillante du pouvoir et pourrait solliciter sa protection si elle était en butte à l’injustice.

Notes

1 Robert & Robert 1989, 63-104. La période d’activité de Ménippos se déduit de ce qu’il a connu la fin de la monarchie attalide (col. I, l. 16-17), a été stratège des hoplites durant une guerre qui a toutes les chances d’être celle d’Aristonicos (col. II, l. 7-9) et a reçu chez lui le gouverneur Quintus Mucius Scaevola Augur, dont le proconsulat d’Asie est daté de 120/119 (col. II, l. 42-44).

2 Voir Robert & Robert 1989, 29-35 et 99.

3 Sur ces questions judiciaires, voir Ferrary 1991, 566-573.

4 J. et L. Robert signalent expressément que les 3e, 4e et 5e ambassades font chacune l’objet de deux mentions, l’une courte, l’autre plus développée, mais ne disent pas s’ils comprennent que les deux premières ambassades sont reprises par le récit du différend avec Métropolis. Cette interprétation me semble toutefois s’imposer, comme le montre Ferrary 1991, 563-564 : col. II, l. 2, il est question du “complot de ceux qui faisaient une contre-ambassade”, complot sans nul doute mené par les Métropolitains et déjoué par Ménippos, qui dut retourner à Rome ; l’affaire a donc bien nécessité deux voyages de sa part. De plus, l’importance de l’additif obtenu du Sénat dans sa réponse explique que le récit développé de cette affaire ait été rejeté à la fin du rappel des ambassades de Ménippos à Rome ; cela permet de conclure la description de cette partie de l’activité de Ménippos en citant “une réponse tout à fait conforme à la démocratie et très belle”.

5 Robert 1946b, 512, a proposé de restituer le nom de Dioshiéron dans une liste de théorodoques de Delphes, datant du début du iie s. Dans Robert & Robert 1989, il considère donc qu’à cette époque, Dioshiéron est encore indépendante. Mais Ph. Gauthier me signale que dans un travail en cours rééditant les listes delphiques de théorodoques, J. Oulhen a remis en cause la restitution de L. Robert, qui selon lui ne correspond pas à la lacune sur la pierre.

6 Voir Ager 1998.

7 Dans leur commentaire, J. et L. Robert ne font pas le lien entre le probable litige pour “le territoire des Défilés et du Prépélaion” et le différend entre Métropolis et Colophon ; ils ne semblent pas envisager que la troisième ambassade de Ménippos ait pu impliquer Métropolis, puisqu’ils écrivent, à propos de cette ambassade et des questions territoriales qu’elle soulève, que “les problèmes se posaient à l’ouest”, alors que Métropolis est à l’est de Colophon (p. 71). Toutefois, ils considèrent que la frontière entre Métropolis et Colophon passait sans doute dans la plaine où ils situent le Prépélaion – point de départ sur lequel je fonde mon hypothèse.

8 Lehmann 2003 propose de revenir au sens juridique du mot ἀνδρoλήѱιoν (“prise d’otages” dans une cité étrangère en représailles de torts commis par cette cité), écarté par Robert & Robert 1989, 90-91. Il comprend que Métropolis s’est livrée à des incursions et des pillages sur le territoire de Colophon, dont les autorités auraient alors procédé à une saisie d’hommes en vertu du droit de représailles. Métropolis aurait ensuite dénoncé cette agression devant le gouverneur. Mais sa démonstration repose sur des rapprochements qui me semblent erronés : le différend avec Métropolis ne correspond pas à la 5e ambassade de Ménippos, qui a déjà été détaillée dans la clause précédente et dont le récit est clos par le rappel des réjouissances auxquelles participèrent les villes parentes et amies (col. I, 40-50) ; les incursions et pillages mentionnés dans le décret pour Polémaios (col. II, 31-51) sont très certainement le fait de soldats romains, et non de Métropolis. De plus, le parallèle invoqué par J. et L. Robert avec le décret pour Diodôros Pasparos (où une “saisie d’hommes” est mentionnée dans un contexte clairement militaire) me paraît très convaincant.

9 IK, 63-Metropolis, B, l. 14-18, avec le commentaire p. 49-50.

10 Voir en ce sens Jones 2004, 476.

11 Robert & Robert 1989, 89 et n. 175.

12 Pour cette idée, je suis redevable à J.-L. Ferrary, qui me l’a suggérée lors d’une discussion. Il considère, comme Jones 2004, que le deuxième décret en l’honneur d’Apollonios doit être daté du tout début de la guerre contre Aristonicos et, contrairement aux éditeurs de IK, 63-Metropolis, qu’il n’y a pas de raison de penser que Métropolis n’est pas libre après 129.

13 Les quatrième et cinquième ambassades de Ménippos reprennent la question du statut de cité libre lui-même, qui a de nouveau besoin d’être défendu ; mais elles apparaissent davantage comme des réponses apportées à des manquements ponctuels à ce statut, dont le contenu est simplement précisé face à des situations inédites, alors que le principe général au fondement de la liberté (l’extériorité par rapport à la province) a été confirmé lors des deux premières ambassades.

14 Robert & Robert 1989, 77.

15 Ibid., 77-85.

16 Sherk, RDGE, no 18 ; IK, 22.1-Stratonikeia, 505.

17 Magie 1950, 235, comprenait l’expression “vivre selon ses propres lois et coutumes” comme une manière d’évoquer la liberté. Campanile 1996, 152 et n. 27, y voit la référence à une forme d’autonomie. En réalité, la clause qui suit immédiatement et qui prévoit de confirmer les décisions prises durant la guerre de Mithridate donne à penser que le principe général du maintien des lois de la cité visait avant tout, dans ce cas précis, à entériner des mesures d’exception qui, sinon, auraient pu être contestées une fois la paix revenue. Mais il est hors de doute que Stratonicée est bien reconnue comme cité libre par Rome : les clauses d’alliance et d’amitié, le privilège d’être reçue au Sénat extra ordinem, tout l’indique.

18 Bertrand 1987, 103-106 et 1991, 145-158.

19 Papazoglou 1959.

20 Bertrand 1987, 105 n. 79.

21 On a proposé Pédasos comme restitution, mais rien ne vient réellement soutenir cette hypothèse. Voir Robert 1937, 561-562 n. 4.

22 On pourrait encore comprendre, en déplaçant la césure grammaticale : Thémessos, Kéramos, domaines, villages, ports d’une part (tous incorporés au territoire de Stratonicée), les revenus des cités anonymes de l’autre. Voir la traduction proposée par Sherk 1984, no 63 p. 76 : Themessos, Keramos and the places, villages and harbors and the revenues of the cities which Sulla… added and assigned to them. Cela ne change pas fondamentalement mon propos. Magie 1950, 235 et 1113 glose ce passage sans faire apparaître clairement s’il distingue entre différents groupes d’attribués.

23 Sur l’incorporation progressive de ces communautés au territoire de Stratonicée, voir Gabrielsen 2000, 161-171.

24 Robert 1937, 561-564. Dans l’editio princeps (BCH, 1881, p. 189-190), le fragment qui nous intéresse était donné en lien avec un texte plus complet dans lequel il était question d’une ambassade devant l’empereur. L. Robert en déduisait la datation du fragment. Mais l’éditeur des inscriptions de Stratonicée dans la collection des IK a séparé en trois fragments isolés ce que L. Robert considérait comme un tout (IK, 22.1-Stratonikeia, 634, 654 et 678). Reste que les trois textes ont été gravés sur la même pierre et datent vraisemblablement de la même époque.

25 IK, 30-Keramos, 6.

26 Robert 1962, 60-61. Debord 2001a, 164-166, inscrit la probable sympolitie entre Kéramos et Stratonicée dans le contexte d’une politique régionale ambitieuse de la part de cette dernière, qui, après 167, cherche à “organiser autour d’elle un ensemble qui puisse représenter une masse critique suffisante face à Rhodes”.

27 Voir RPC I, 2773-2774 (sous Auguste et Néron) et les références données par Bertrand 1991, 155 n. 161.

28 Cic., QF, 1.1.33.

29 Bertrand 1991, 155.

30 Caunos est qualifiée de cité libre par Plin., Nat., 5.104, qui suit une source d’époque augustéenne. La question de la date à laquelle Caunos a obtenu de Rome le droit de se soustraire à la domination rhodienne pour retrouver (provisoirement) son ancienne liberté est controversée. Pour les uns, ce changement de statut serait un résultat direct de l’ambassade mentionnée par Cicéron en 59 ; pour les autres, il ne remonterait qu’à l’époque césarienne ou augustéenne. Pour un résumé des arguments, voir Bernhardt 1971, 142 n. 262. Voir aussi Bean 1954, no 37-38 p. 95-105, qui croit déceler des allusions à cette époque de liberté dans deux textes épigraphiques du ier s. p.C. La date à laquelle Caunos perd à nouveau sa liberté pour redevenir sujette de Rhodes n’est pas mieux connue. Nous n’avons que le terminus ante quem que constitue le discours de Dion, qui date vraisemblablement du début du règne de Vespasien (voir Desideri 1978, 110-111).

31 À savoir, l’habitude de “recycler” les statues honorifiques, en gravant le nom d’un homme nouvellement honoré sur une statue déjà dédiée à quelqu’un d’autre par le passé.

32 Dion Chr. 31.125.

33 Dion Chr. 31.50 et 124.

34 Les traducteurs anglais de Dion, dans la collection Loeb, comprennent que Caunos doit désormais payer tribut aussi bien à Rome qu’à Rhodes (n. 1 ad loc.). Dans ce cas, sa situation aurait empiré depuis l’époque de Cicéron. Mais il se peut très bien que son “double esclavage” n’ait pas le même contenu avec ses deux maîtres : matérialisé dans un cas (attribution à Rhodes) par le versement d’un tribut, il se traduirait dans l’autre (soumission à Rome) simplement par le fait que Caunos dépendait du gouverneur de la province.

35 Voir surtout Bean 1953 et 1954, mais aussi Balland 1981, no 86 p. 260-266, qui souligne que la sujétion de Caunos à l’égard de Rhodes “ne peut avoir été, à l’époque [= milieu iie s. p.C.], que fiscale et monétaire”.

36 Julien 198.408 (édité par J. Bidez, 1972, CUF, I, 2, avec une notice p. 218-220). Commenté par Laffi 1966, 156-158.

37 Voir Plut., Lucullus, 9.

38 Str. 12.8.11. Dans l’édition Budé, le verbe πρoτίθηµι est traduit de manière plus neutre (les Romains ont “ajouté” des terres au territoire que Cyzique détenait de toute antiquité) ; mais il peut avoir, dans certains contextes, le même sens technique que πρoσρίςω ou πρoσνἐµω (voir Bertrand 1987, 95), et nous sommes bien dans un tel contexte ici : il suffit de faire le parallèle avec les privilèges accordés à Stratonicée dans une situation similaire (liberté et attribution de terres).

39 Ce passage a été relevé et commenté en détail par Teichmann 1991, mais dans une perspective assez différente de la mienne : l’auteur s’occupe essentiellement de topographie et tente d’établir le tracé des frontières de Cyzique, sans s’attarder sur les implications politiques de ces modifications de frontières, en termes de rapport de force entre cités. Par ailleurs, il me semble que certaines de ses conclusions sont discutables, notamment à propos de Milétoupolis et d’Apollonia du Rhyndacos. Voir plus loin.

40 L’expression est de Robert & Robert 1976, 231.

41 Robert & Robert 1976, 231-235.

42 Voir supra, p. 51-55.

43 Str. 13.1.5.

44 Le Bas-Waddington, 1534, commenté par Robert & Robert 1976, 231-232 n. 321. La pierre a été retrouvée à Smyrne, chez un collectionneur, mais elle a toute chance d’y être venue de Troade.

45 Wiegand 1904, 275, considère le passage de Strabon sur le territoire de Cyzique comme une preuve que Zéleia fut attribuée à Cyzique par les Romains ; Hasluck 1910, 101-103, dans son petit rappel de l’histoire de Zéleia, signale que dès le iiie s. a.C., le héros Zélys est mentionné parmi les héros de Cyzique, sans préciser s’il pense que l’annexion de la petite cité, qu’il date vaguement de la période hellénistique, remonte aussi haut que cela. Il me semble que l’intégration du héros éponyme de Zéleia aux légendes de Cyzique peut indiquer l’existence de revendications territoriales, mais ne signifie pas nécessairement que l’annexion est déjà achevée.

46 Str. 13.1.13. Voir Hasluck 1910, 95-97.

47 Strabon précise que l’oracle fut aboli, mais une forme de culte persista forcément, puisque l’on construisit un autel.

48 Str. 13.1.10-11 et 14.

49 Voir la description de son territoire, petit mais bien situé, par Robert 1980, 89-90 et 97-98. Les inscriptions et monnaies de Milétoupolis ont été réunies dans IK, 26-Kyzikos.

50 Ruge 1932, 1583, qui semble donner à l’adjectif κύριος le sens de “dominant”, “principal”. Or, Robert 1936, 234-238, a bien montré que cet adjectif pouvait être employé pour traduire des liens affectifs.

51 Voir IK, 26-Kyzikos, p. 79-86 et SNG France 5, Mysie, 1307-1329, ainsi que les commentaires de L. Robert, OMS, IV, 293-294 et Hasluck 1910, 76-77, qui a une interprétation plus nuancée de la dédicace de l’athlète : it may suggest that the town was largely under the influence of Cyzicus, which indeed we should expect from Strabo’s account of her territory.

52 Robert 1980, 89-98, qui commente des émissions monétaires d’Apollonia au type d’un dieu-fleuve, signe de l’importance que la cité attache au Rhyndacos.

53 Teichmann 1991, 147-149, estime que Milétoupolis et Apollonia ont toutes deux été privées de leur statut de cité après la troisième guerre mithridatique et intégrées au territoire de Cyzique. Elles auraient retrouvé leur indépendance vers la fin du ier s. a.C., ainsi que le prouve la liste d’époque augustéenne suivie par Plin., Nat., 5.32.123, où elles sont toutes deux comptées au nombre des cités dépendant du conventus d’Adramyttion. Mais il me semble que cette hypothèse repose sur une surinterprétation de Str. 12.8.10. Dans ce passage, qui précède immédiatement celui que nous avons étudié, le géographe donne le nom des peuples qui habitent près de Cyzique et signale les trois lacs de cette région (Daskylitis, Milétopolitis, Apolloniatis), avec les trois cités dont ils tirent leur nom. Il conclut : “la plus grande partie de ces lieux appartient aujourd’hui aux Cyzicéniens” (τά πλεῖστα δὲ τούτων ἐστὶ Κυζικηνῶν νυνί). Cela ne veut pas dire, comme le comprend Teichmann, que les trois cités qui viennent d’être évoquées appartiennent à Cyzique, mais que la plus grande partie de la région où elles se situent est entrée en possession de Cyzique.

54 Voir Reynolds 1982, no 8 l. 40-41 et no 12 l. 13-14.

55 Str. 13.1.27.

56 Jules César n’est sans doute pas le premier de sa famille à se fonder sur la légende de Iule pour accorder des bienfaits à Ilion : une inscription de cette cité (IK, 3-Ilion, 71) honore L. Iulius Caesar, censeur en 89 a.C., qui a “restitué à Athéna Ilias la terre sacrée et l’a soustraite aux publicains”. Au no 72, c’est la fille de L. Iulius Caesar qui est honorée en raison des bienfaits de son père envers le peuple. On peut supposer que le thème de la parenté entre la lignée julienne et la cité d’Ilion a été exploité de quelque façon en cette affaire. L’innovation du grand Jules César consiste à utiliser ce thème pour asseoir sa légitimité dans le contexte d’une guerre civile et à lui donner une publicité éclatante.

57 Première publication par Passerini 1937.

58 Repris dans IK, 24.1-Smyrna, 589 ; voir aussi Sherk, RDGE, no 12. Une première copie de ce texte avait déjà été découverte à Adramyttion. Il semble que deux petits fragments retrouvés à Éphèse témoignent qu’une troisième copie était exposée dans cette ville : Petzl 1985. Pour la question controversée de la date, voir notamment De Martino 1983 et Di Stefano 1998, qui concluent tous deux en faveur de 101 a.C., avec pour argument principal qu’un conflit avec les publicains se conçoit mieux après qu’avant la lex Sempronia de provincia Asia de 123/122. En revanche, Merola 2001, 28-33, considère que la date de 129 a.C. reste la plus probable, en l’absence d’éléments permettant de trancher cette question avec certitude, tandis que Jones 2004, 485 tire argument de la nouvelle inscription de Métropolis pour retenir la date haute.

59 Repris dans IK, 24.1-Smyrna, 590. Les restitutions et l’interprétation de Passerini 1937, 272-277, ont été en partie corrigées par Segre 1938 et Robert 1939, 227-230. Le fragment E (lettre de César) a été republié avec un commentaire par Sherk, RDGE, no 54.

60 Segre 1938 pense que le fragment reproduit également un décret de César accordant la liberté à Pergame, mais ses restitutions ne sont en rien assurées ; elles reposent non pas sur des restes d’écriture, mais sur l’information, déduite par ailleurs, que le dictateur a accordé la liberté à Pergame. Je commente cette information un peu plus loin.

61 Pour un décret de cette cité, où est rappelé son rôle dans la guerre contre Aristonicos, qui lui a valu l’amitié et l’alliance avec les Romains, voir Robert 1984, 489-496, ainsi que les commentaires plus récents de Canali De Rossi 1997, no 299 et Le Guen 2001, no 54 p. 270-282. Élaia est alors une cité libre, elle a érigé une statue de culte de la Démocratie dans son bouleutérion.

62 D’après Robert 1939, 229, le fragment F “est relatif au territoire de Pergame et à ses frontières avec la ville limitrophe au Sud-Ouest, Élaia”. Dans Robert 1984, 481 n. 57, il commente “il y avait alors [= à l’époque de César] contestation sur la frontière entre Pergame et Élaia.”

63 Inscriptions publiées et commentées par Hepding 1909.

64 IPergamon, 379. Deux restitutions différentes ont été proposées pour la suite du texte : le premier éditeur écrivait ἱερὰ[ν Ἀθηνᾶι], alors que Hepding, dans sa reconstitution des événements de 48, ἱερὰ[ν καὶ ἄσυλον καὶ αὐτόνομον]. Dans IGR, IV, 1677, qui corrige IGR, IV, 304, c’est la restitution de Hepding qui est adoptée. Pour notre propos, il n’est pas essentiel de trancher.

65 César, Bellum Alexandrinum, 26-28 et 78.2-3 ; voir aussi Str. 13.4.3 et D.C. 42.48.4. La tétrarchie de Galatie revenait à Mithridate du fait de ses origines familiales : sa mère était une princesse galate ; quant au royaume du Bosphore, il dut le disputer à Asandros (qui s’était rebellé contre Pharnace) et trouva la mort au cours des combats.

66 IPergamon, 413.

67 Magie 1950, 405-406 et 1258-1259 n. 3.

68 Plut., César, 48.1 et GIBM, IV, 792.

69 IAsclepieion, 1 ; Sherk, RDGE, no 55.

70 Robert & Robert 1989. Voir supra, p. 57-59.

71 Voir le commentaire dans IK, 24.1-Smyrna, 590.

72 Dans le fragment F, où il est fait référence à Élaia et à une frontière, Passerini restituait aux l. 15 et 16, peu après la mention de Jules César (au génitif), l’expression suivante : τὴν πόλιν κα[ὶ τὴν χώραν?... καθιέρωσ]αν τοῖς θɛoῖς... Le rapprochement avec la formule des inscriptions en l’honneur de Jules César et de Mithridate est tentant, et les éditeurs des IK, qui déchiffrent encore un a à la suite de la référence aux dieux, proposent de restituer τὴν πόλιν κα[ὶ τὴν χώραν ἱεράν καὶ ἄσυλον καὶ αὐτόνομον οὖσ]αν τοῖς θεοῖς ά[ποκατάστησεν?]. Si l’on interprète l’expression comme une allusion au statut de cité libre, la modification de frontières en faveur de Pergame semble bien être en rapport avec ce statut ; mais on peut estimer que la référence aux dieux renvoie à l’asylie et que c’est ce privilège qui entraîne ou justifie le gain territorial.

73 Mattingly 1972, 414-415 et n. 11 ; selon lui, la copie retrouvée à Adramyttion suggère que cette cité, voisine de Pergame au nord, était elle aussi impliquée dans le litige entre Pergame et les publicains à propos des frontières du territoire pergaménien ; en revanche, Mattingly souscrit à l’hypothèse de L. Robert, qui pense que le sénatus-consulte fut affiché à Smyrne parce que celle-ci était capitale de conventus, et non parce qu’elle était directement concernée par le litige.

74 L’expression se trouve dans deux inscriptions d’Aphrodisias, reproduisant des lettres de Trajan et d’Hadrien qui justifient la confirmation de certains privilèges par le fait que “la cité a été retranchée de la formula de la province” (ἐξῃρημένην τοῦ τύπου τῆς ἐπαρχέιας) : Reynolds 1982, no 14 et 15 p. 113-118 ; Oliver 1989, no 48 p. 140-141 et 69 p. 166-167.

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search