Version classiqueVersion mobile

“Les bêtises des Grecs”

 | 
Anna Heller

Première partie. Les conflits liés au territoire

Introduction

Texte intégral

  • 1 Robert 1978, 508-514.

1Pas de cité sans territoire : cette règle, théorisée par les Anciens eux-mêmes, a été rappelée par bien des historiens modernes, au premier rang desquels L. Robert, dont les travaux témoignent d’un constant souci des réalités topographiques. À maintes reprises, le savant a insisté sur la nécessité de connaître le terrain pour se représenter la vie des populations qui l’occupaient. Un exemple parmi d’autres de l’application de ce principe est une discussion sur le tracé de frontière habituellement admis entre Milet et Héraclée du Latmos. L. Robert montrait que la fertile plaine de Bafa, au sud d’Héraclée, ne pouvait pas avoir appartenu à Milet, comme le pensait A. Rehm, car si tel avait été le cas, le territoire d’Héraclée se serait réduit à un amas de rochers incapables de nourrir la population. Cette plaine était même la raison d’être de la cité, elle en avait déterminé l’implantation et le développement ; “sans cette plaine”, écrivait L. Robert, “Héraclée n’eût pas existé”1.

  • 2 Pour une synthèse qui examine les modes de délimitation, la géographie et le statut des frontières (...)

2Le territoire est donc avant tout synonyme de ressources ; c’est lui qui assure la subsistance de la cité, directement ou en lui fournissant les moyens de commercer. Une plaine à cultiver, des hauteurs où faire paître les troupeaux – voilà les éléments indispensables à l’existence d’une communauté organisée en polis. L’étendue et la richesse du territoire déterminent par ailleurs le montant des taxes que la cité peut lever sur les récoltes, les activités pastorales, la circulation des marchandises, etc. Moyen de subsistance, source de revenus pour la cité et ses habitants, le territoire a encore d’autres fonctions et d’autres valeurs : des zones marginales sont nécessaires à l’accomplissement de certains rituels, des lieux consacrés à une divinité prennent une importance particulière et assurent la protection de la communauté. Aussi voit-on des cités voisines se disputer, aussi bien que de riches contrées à forte valeur agricole, des confins désertiques qui ne présentent pas d’intérêt économique. Pour des cités proches du littoral, se pose en outre la question de l’accès à la mer, qui génère son lot de conflits. Plus généralement, un territoire peut n’avoir d’importance qu’en tant que lieu de passage et de contact avec les routes commerciales pratiquées par une cité. Inversement, une zone naturellement ou artificiellement fortifiée peut apparaître comme un barrage indispensable face aux éventuelles menaces extérieures ; des cités voisines peuvent alors entrer en compétition pour le contrôle d’une telle zone2.

  • 3 Voir à ce propos Daverio Rocchi 1988, 17-18 et passim. Toutefois, ainsi que le fait remarquer Rous (...)

3Ces multiples valeurs du territoire – stratégiques, économiques, religieuses – entrent sans doute en jeu dans les conflits frontaliers que la documentation nous livre pour la période étudiée. Mais il est rare qu’elles soient explicitées par les sources, qui révèlent davantage la forme des conflits ou leur mode de règlement que leurs causes. Ainsi, les conflits proprement territoriaux trouvent deux formes d’expression principales dans les sources : ils sont définis comme portant sur les frontières (oί ὄ ρoις), marquées matériellement par des bornes dont l’emplacement est contesté, ou comme portant sur un territoire entier (ή χωρα), dont la possession est disputée entre des cités voisines. Dans les faits, ces deux points de vue peuvent se recouper, puisque l’annexion d’une nouvelle région implique naturellement un nouveau tracé de frontière. Mais ces variations lexicales rappellent la complexité du concept même de frontière, qui peut renvoyer à un tracé linéaire comme à l’idée d’une zone-tampon3. Par ailleurs, il faut distinguer deux types de conflit pour la possession d’une région. Le territoire contesté peut ne pas avoir de propriétaire stable, passer d’une cité à l’autre selon les aléas du rapport de force entre ces cités. Mais il peut aussi appartenir à une cité modeste dont les ressources sont convoitées par des voisines plus puissantes, qui entrent alors en concurrence pour établir leur domination sur la région, et éventuellement l’intégrer à leur propre territoire politique.

  • 4 Sur cette diversité de situations, voir Te Riele 1987, Dubois 1988, 279-283 et Schmitt 1994.
  • 5 Laffi 1966, critiqué par Bertrand 1987, 95. Pour un bel et tardif exemple d’une attribution se tra (...)

4Dans certains cas, des phénomènes comme les accords de sympolitie ou les pratiques d’attribution apparaissent alors comme des solutions alternatives, même si elles ne sont pas équivalentes, pour s’approprier les ressources ou les avantages stratégiques d’un territoire extérieur au territoire ancestral. Avant d’examiner en détail quelques exemples précis, il convient de rappeler qu’une définition trop rigide de ces termes juridiques est contre-productive. Il semble en effet qu’un accord de sympolitie puisse recouvrir une variété de situations : union librement consentie par des partenaires d’importance égale ou annexion pure et simple d’une petite cité par une autre plus puissante, il peut se traduire par l’abandon d’un lieu d’occupation humaine ou au contraire en prévoir explicitement le maintien, et n’implique pas non plus toujours le même degré de fusion entre les deux communautés contractantes, qui peuvent conserver une marge d’autonomie4. De même, l’attribution doit sans doute être définie assez largement comme l’institution d’une relation de dépendance entre deux communautés par la décision d’une puissance extérieure. Si elle signifie souvent, pour la communauté assujettie, la perte du statut de cité, elle peut aussi se limiter à une dépendance de nature fiscale, la cité attribuée devant un tribut à la cité attributaire. Vouloir à toute force distinguer, comme l’a fait U. Laffi, un sens technique d’attributio (élaboré à partir d’exemples italiens) d’un sens élargi (qui se serait diffusé en pays conquis) conduit à construire une définition systématique du terme qui ne rend pas compte de tous les emplois attestés5.

5Pour traiter de ces questions, une approche à la fois chronologique et géographique s’est imposée comme la plus pertinente, d’autant plus qu’elle permet de mettre en valeur l’évolution entre l’époque républicaine, encore riche en rebondissements faisant varier les frontières de cités rivales, et l’époque impériale, marquée par davantage de stabilité. Si la contestation de frontières reste sans doute beaucoup plus fréquente, sous l’Empire, que la vulgate de la pax Romana ne pourrait le laisser penser, elle se trouve néanmoins limitée par l’action d’une administration centrale soucieuse d’évacuer autant que possible les tensions qui pourraient nuire à l’ordre politique et social. En revanche, les conflits plus sourds, en particulier ceux qui naissent d’une concurrence économique, sont mieux attestés durant cette période de paix qu’à l’époque républicaine. Il faut les rapprocher des conflits de type territorial, car ils mettent en jeu des mesures concernant la circulation des marchandises, les droits de douane, les échanges – en un mot, les politiques fiscale et commerciale pratiquées par des cités voisines, qui sont largement déterminées par la nature des territoires que celles-ci occupent. De plus, tout comme les tentatives d’expansion territoriale, les conflits dont l’enjeu est le contrôle d’un circuit d’échanges commerciaux posent fréquemment la question de l’équilibre des forces entre cités – petite contre grande ou égale contre égale. Quelques exemples de l’époque impériale montreront que ce type de conflit pouvait résulter de monopoles économiques imposés par de puissantes cités à d’autres plus faibles.

Notes

1 Robert 1978, 508-514.

2 Pour une synthèse qui examine les modes de délimitation, la géographie et le statut des frontières, Rousset 1994. Pour le rôle religieux joué par les eschatiai, Sartre 1979. Sur l’importance des frontières pour la vie civique, et notamment l’existence d’un système fiscal, Burton 2000, 196-199.

3 Voir à ce propos Daverio Rocchi 1988, 17-18 et passim. Toutefois, ainsi que le fait remarquer Rousset 1994, 125, la distinction entre zone-frontière et ligne-frontière ne doit pas être interprétée en termes “d’évolution uniforme et nécessaire” de l’une à l’autre ; les deux peuvent coexister, y compris aux confins d’un même territoire.

4 Sur cette diversité de situations, voir Te Riele 1987, Dubois 1988, 279-283 et Schmitt 1994.

5 Laffi 1966, critiqué par Bertrand 1987, 95. Pour un bel et tardif exemple d’une attribution se traduisant par la perte du nom et de la dignité de cité, voir MAMA, VII, 305 (inscription d’Orcistos en Phrygie), commentée par Chastagnol 1981, qui cite les parallèles de Byzance dégradée au rang de kômè de Périnthe et d’Antioche de Syrie au rang de kômè de Laodicée, toutes deux pour avoir soutenu Pescennius Niger contre Septime Sévère. Il est à noter toutefois que ces décisions furent toutes renversées quelque temps plus tard. Pour une reprise récente du dossier d’Orcistos, voir Feissel 1999.

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search