Version classiqueVersion mobile

“Les bêtises des Grecs”

 | 
Anna Heller

Introduction

Texte intégral

I. Historiographie et problématique

  • 1 Dion Chr. 38.38. J’ai adopté la traduction de Cuvigny 1994 (“bêtises” pour ἁμαρτήματα). Si elle n’ (...)
  • 2 Dion Chr. 34.48 et 51.
  • 3 Aristid., Or., 23.60-63, où l’on retrouve notamment l’image de la lutte pour une ombre, et 27.44.

1Ἑλληνικὰ ἁμαρτήματα, “les bêtises des Grecs”. C’est ainsi, d’après Dion de Pruse, que les Romains désignaient les titulatures honorifiques que les cités d’Asie Mineure se disputaient avec acharnement et dont elles se glorifiaient. Auprès des maîtres de l’Empire, cette compétition était un sujet de risée1. Dion adopte ce point de vue et développe des comparaisons peu flatteuses pour dénigrer les enjeux des conflits qu’il tente d’apaiser : les cités sont comme des enfants qui se bagarrent pour des broutilles, comme des acteurs qui endossent le costume des rois sur scène mais ne sont plus rien une fois le spectacle terminé. Le sophiste rappelle avec force à ses auditeurs qu’ils sont tous “compagnons d’esclavage”, puisqu’ils sont tous soumis à Rome ; les cités dont la rivalité est célèbre dans tout l’Empire – telles que Smyrne et Éphèse – “se disputent pour l’ombre d’un âne, comme on dit”2. Plus tard, ces thèmes seront repris par Aelius Aristide, qui insiste lui aussi sur la vanité des conflits contemporains et l’incontestable domination de Rome, que nul ne peut ignorer3.

  • 4 Chapot 1904, 135-146.

2Une lecture au premier degré de ces sources a longtemps conduit à présenter les rivalités de l’époque impériale comme un travers ridicule des Grecs, et en particulier des Grecs d’Asie, qui placeraient leur fierté dans des distinctions totalement illusoires, sans aucune conséquence concrète. Il n’est qu’à lire V. Chapot, auteur, au début du xxe s., d’un très important ouvrage de synthèse sur la province d’Asie, pour se convaincre de l’influence des propos de Dion et d’Aristide sur un courant historiographique traditionnel : “Peuple oriental, ami de l’emphase et de la rhétorique, les Grecs d’Asie ont toujours eu, mais gardèrent plus encore sous la domination étrangère, comme pour déguiser la perte de leur indépendance, un goût prononcé pour les formules honorifiques redondantes et superlatives”. Et plus loin, à propos du titre de “première d’Asie”, disputé entre Éphèse, Pergame et Smyrne, “(il nous reste à voir) une dernière qualification, plus ridicule et plus vide que toutes les autres et qui, par là même, nous donnera une idée plus saisissante de la puérile vanité des Grecs à l’époque romaine”. La compétition que se livraient les cités d’Asie aurait également offert aux Romains un utile “instrument de domination pacifique, qu’ils n’avaient pas créé de toutes pièces, mais qui s’est, entre leurs mains, singulièrement perfectionné”4.

  • 5 Magie 1950, 636-637.
  • 6 Behr 1981-1986, I, 365.

3Ces idées, même si elles ne sont plus exprimées avec le vocabulaire – et encore moins avec les préjugés culturels – propres aux savants de la fin du xixe et du début du xxe s., imprègnent malgré tout un grand nombre d’ouvrages postérieurs traitant de la vie des cités sous l’Empire. Ainsi, D. Magie, dans la somme publiée en 1950 où il étudie les divers aspects de la domination romaine en Asie Mineure, réduit l’usage du titre de métropole, attesté aussi bien pour d’obscures petites cités que pour les plus grandes de la province, à une “pratique absurde” (absurd practice)5. Plus récemment, dans son volume de traduction anglaise des discours d’Aelius Aristide, paru dans les années 1980, C. A. Behr définit encore les titres honorifiques comme “de creux symboles de rang” (empty symbols of rank) et considère que les rivalités qui se jouent autour d’eux sont symptomatiques de la paix et de la sécurité dont jouit l’Asie sous les Antonins – une manière de dire qu’elles n’ont qu’une valeur de défouloir sans objet précis6.

  • 7 Voir Gauthier 1987-1989, qui critique l’idée de M. Finley selon laquelle “la vraie politique dispa (...)
  • 8 Un ouvrage de référence reste Bowersock 1967. Parmi les travaux plus récents, on peut citer Anders (...)
  • 9 Reardon 1971, 4.

4Pour V. Chapot, cette interprétation s’imposait d’autant plus qu’elle s’accordait avec la conception étroite de la cité-État qui prévalait encore à son époque. Depuis, l’idée que la cité grecque est morte à Chéronée a définitivement été remise en cause, mais cette réappréciation de l’histoire grecque a profité bien davantage à l’époque hellénistique qu’à l’époque impériale. Divers travaux ont mis en évidence que les cités avaient encore, dans le monde hellénistique, la possibilité de lutter pour leur indépendance et de mener une politique extérieure au plein sens du terme, impliquant à la fois, de leur part, une activité délibérative et une activité militaire7. La création de la province d’Asie, et plus encore l’instauration du principat, sont en revanche toujours perçues comme des coupures fondamentales dans l’histoire du monde grec, inaugurant une ère nouvelle pour les cités, définitivement réduites à la condition de sujets. Dès lors, l’intérêt des chercheurs étudiant l’Orient romain s’est surtout porté, ces dernières décennies, sur les phénomènes culturels, au sens large : production littéraire et artistique, pratiques et croyances religieuses, émergence d’une civilisation gréco-romaine… En particulier, la seconde sophistique, considérée en tant que courant littéraire mais aussi dans ses implications sociales, a suscité de nombreux travaux8. L’un de ceux-ci, qui a fait date dans la réhabilitation de la littérature grecque d’époque impériale, exprime de manière frappante une opinion encore assez largement partagée : proposant une évaluation de l’importance historique fondée non pas sur “la puissance politique”, mais sur “la capacité de concevoir et de disséminer des idées de fond”, B. P. Reardon estime qu’à l’époque impériale, “pour l’esprit grec l’essentiel n’était pas le pouvoir, mais la civilisation”9.

5Cette phrase, au-delà de l’idéalisme quelque peu suranné qu’elle traduit, repose sur un certain nombre d’a priori tacites solidement ancrés dans la tradition historiographique : les cités grecques ne sauraient, sous l’Empire, détenir la moindre puissance politique ni exercer la moindre domination d’ordre politique ; ce type de domination est désormais l’apanage de la seule cité de Rome ; la guerre ayant depuis toujours été le moyen par lequel s’exprimaient les ambitions de cités aux intérêts contradictoires, dans un monde où la guerre est absente, il n’est pas de véritable conflit possible entre cités. La présente étude veut précisément s’inscrire contre cette tendance à dénier toute portée réelle et toute dimension politique aux rivalités qui marquent les provinces d’Asie Mineure à l’époque impériale. L’hypothèse de travail adoptée ici est que l’insistance des cités à arborer les titres dits honorifiques, ainsi que la vive compétition qui les opposait pour obtenir le droit d’en user, témoignent de l’importance de l’enjeu. Cette idée est loin d’être totalement inédite et on la trouve brièvement exprimée dans quelques ouvrages récents. Mais elle méritait de recevoir une attention beaucoup plus poussée, qui permette de la développer et de l’étayer par une étude approfondie des sources.

  • 10 Robert 1977a.

6Le premier à avoir renouvelé l’approche des titulatures honorifiques est L. Robert, dans un article désormais célèbre, au titre évocateur : “La titulature de Nicée et de Nicomédie : la gloire et la haine”10. Il y étudiait la longue rivalité entre les deux plus grandes cités de Bithynie, qui culmina lors de la guerre de succession entre Septime Sévère et Pescennius Niger, durant laquelle Nicomédie et Nicée, par haine l’une de l’autre, choisirent de soutenir chacune l’un des prétendants. Bien que certaines des conclusions de cet article doivent être révisées, l’essentiel de la démonstration de L. Robert garde toute sa valeur et forme l’un des points de départ du présent travail, en offrant deux enseignements principaux. D’une part, les légendes monétaires ou les inscriptions que l’on serait tenté, à première vue, de mettre sur le compte d’une “puérile vanité” peuvent être interprétées, en lien avec un contexte historique précis, comme les signes d’une opposition profonde entre cités et de véritables tensions d’ordre politique. D’autre part, les autorités romaines, loin de manipuler totalement des cités qu’elles maintiendraient dans la sujétion par l’octroi de faveurs creuses, apparaissent plutôt prises dans un engrenage déclenché par les cités elles-mêmes.

  • 11 Sartre 1991, 192.
  • 12 Magie 1950, 637, ne distingue pas très nettement entre métropole et première cité, semblant consid (...)

7Une autre idée importante, que L. Robert n’explorait pas vraiment dans son article sur Nicée et Nicomédie mais qu’il a abordée ailleurs, est celle de la signification et du contenu des différents titres affichés par les cités dans leurs documents officiels. Notons d’abord que certains titres correspondent à des statuts juridiques, qui eux-mêmes comportent des avantages matériels non négligeables et constituent une source de profit pour la cité qui les possède. M. Sartre, dans sa synthèse sur l’Orient romain, relève au passage cet aspect des rivalités entre cités et évoque notamment, sans approfondir, la dimension financière et fiscale de certains privilèges accordés par Rome11. La question appelle un sérieux examen, afin de déterminer le plus précisément possible les implications concrètes des différents statuts qui suscitent une compétition acharnée à l’échelle de la province. C’est d’autant plus nécessaire que les titres les plus prestigieux – néocore, métropole, première de la province – font souvent l’objet de définitions confuses. Si le statut que recouvre le premier de ces titres a été assez clairement établi, les deux autres sont parfois considérés comme équivalents entre eux, voire assimilés au titre de néocore, dont ils seraient une sorte de double extension12. Le travail présenté ici tendra au contraire à prouver qu’ils traduisent des privilèges clairement distincts.

  • 13 Price 1984a, 129.
  • 14 Nörr 1966, 48-52, 66-67.

8Enfin, l’aspect le plus évident des rivalités de l’époque impériale, à savoir la quête de gloire et de prestige qui les motive, demande à être considéré sous un angle nouveau, qui permette de dépasser le thème de la vanité illusoire des Grecs et celui des honneurs comme compensation à la perte de la liberté. Dans les quelques pages qu’il consacre à la question, M. Sartre remarque avec justesse que les titres qu’elles arborent permettent aux cités de se situer dans un monde éminemment hiérarchisé. Il reprend, pour exprimer cette idée, une formule de S. Price, selon laquelle “chaque cité doit négocier à tout moment sa place dans l’Empire”13. Dans la perspective de Price, comme dans celle de Sartre, cette “négociation” permanente se joue essentiellement dans les relations avec Rome. Or, il paraît possible et même fructueux d’étudier également sa mise en œuvre dans les relations entre cités. Si la gloire qu’apportent certains titres permet de définir la place d’une cité par rapport aux autres, on peut s’interroger sur les fondements de cette gloire, ce qui la justifie et ce qu’elle représente aux yeux des Grecs. Un fil directeur important pour guider cet effort d’interprétation est fourni par un ouvrage déjà ancien, où les prémices d’une nouvelle approche des relations entre cités sous l’Empire voisinent avec les idées reçues que ce travail voudrait réviser. Dans un livre publié en 1966, D. Nörr, tout en reprenant le thème de la vanité des titres honorifiques, introduisait l’idée d’une “subjectivité de la polis en matière de droit international” (einer aussenpolitischen Rechtssubjektivität der Polis) : les cités continueraient à penser leurs relations, objectivement dépolitisées, sur le modèle des anciens rapports de force opposant cités dominantes et cités soumises14. C’est là l’une des hypothèses que la présente étude se propose d’approfondir et d’illustrer par des exemples précis.

9Le point de vue adopté est donc résolument celui des Grecs, et non des Romains. Il s’agit de se représenter ce que les luttes entre cités signifiaient pour les provinciaux, en enquêtant sur les enjeux tant matériels que symboliques des privilèges qui focalisaient les ambitions rivales sous l’Empire. Ce faisant, on est amené à étudier les rapports de force que ces privilèges instauraient entre les cités qui les possédaient et celles qui ne les possédaient pas. Ainsi sera éprouvée la valeur de l’opposition entre grandes et petites cités, qui a toujours eu une forte dimension politique, pour penser les relations interpoliades à l’époque impériale. Plus généralement, l’objectif de la recherche est de mettre en évidence les continuités qui marquent ces relations, par-delà la rupture indéniable que constitue l’intégration à l’Empire romain.

10Dans le même temps, ce travail est conçu comme une tentative de comprendre l’origine des rivalités de l’époque impériale et l’évolution qui a conduit à remplacer, au moins en partie, les conflits territoriaux classiques par cette nouvelle forme d’agôn entre cités, dont les prix sont des titres et des privilèges accordés par Rome. Autrement dit, l’un des enjeux de l’enquête est d’évaluer les conséquences de l’administration romaine sur les relations entre cités, considérées dans leur aspect conflictuel.

II. Limites de l’étude et remarques méthodologiques

11Pour ce faire, il m’a paru nécessaire de remonter jusqu’à la création de la première province anatolienne et d’inclure dans l’étude la fin de l’époque républicaine. De même, la limite chronologique inférieure – la mort du dernier des Sévères, qui marque traditionnellement la fin du Haut-Empire – a été dictée par la volonté d’étudier le sujet sur une très longue période, afin de mesurer au mieux les effets de l’intégration à l’Empire, en termes de ruptures et de continuités. Le phénomène des titulatures honorifiques, qui occupe une place importante dans l’enquête, trouve son origine dans les débuts du principat et se développe progressivement au cours du iie s., pour atteindre son apogée sous les Sévères. Il ne s’éteint pas avec la fin de cette dynastie et les titres sont encore fréquemment utilisés au moins jusqu’au milieu du iiie s. Aussi pourrai-je parfois invoquer des documents postérieurs à 235, pour compléter les sources de l’époque précédente. Reste que les années suivant la mort de Sévère Alexandre, marquées par des troubles profonds qui modifient à terme les conditions de la vie politique romaine, ouvrent une période spécifique de l’histoire de l’Empire, qui aurait nécessité une approche particulière.

  • 15 Par exemple, dans la province de Lycie-Pamphylie, Sidè et Pergè se disputaient la prééminence. Voi (...)

12Les rivalités “honorifiques” touchent, sous l’Empire, l’ensemble des provinces orientales15. Toutefois, diverses raisons justifient de concentrer l’enquête sur la province d’Asie et la Bithynie, sans exclure la possibilité de sortir occasionnellement de ce cadre géographique pour faire quelque parallèle intéressant. Une raison évidente est la nécessité de faire un choix pour éviter un dépouillement démesuré. Plus profondément, les sources invitent de manière insistante à faire le rapprochement entre ces deux régions, qui sont chacune représentées par un koinon indépendant, mais dont l’une constitue à elle seule une province, tandis que l’autre n’est qu’une partie de la province plus large de Pont-Bithynie.

  • 16 Sur tous ces points, Ferrary 2001b, 19-35.

13Tout d’abord, les témoignages relatifs à notre sujet sont particulièrement abondants dans ces deux régions. Les discours de Dion de Pruse et d’Aelius Aristide, dont le premier a inspiré le second, ont rendu célèbre la rivalité de Nicée et Nicomédie en Bithynie, celle d’Éphèse, Pergame et Smyrne en Asie. Le corpus de Dion nous fait également connaître, avec de précieux détails, les différends qui opposaient sa patrie à la cité voisine d’Apamée. L’Asie et la Bithynie offrent de plus une documentation épigraphique et numismatique très riche, qui permet de compléter, d’affiner, voire de corriger l’image que donnent les sources littéraires des rivalités entre cités. Par ailleurs, les koina correspondant à ces deux régions présentent des similitudes frappantes, qui les distinguent des autres. Tous deux revendiquent hautement leur identité grecque en faisant figurer, seuls de tous les koina provinciaux, le terme “Hellènes” dans leur dénomination officielle (κoινὸν τῶν ἐπὶ τῆς Ἀσίας Ἑλλήων, κoινὸν τῶν ἐν Bιθυνίᾳ Ἑλλήων. L’un comme l’autre décernent, sous l’Empire, le titre “premier des Grecs” (πρῶτoς Ἑλλήων), inconnu ailleurs. Enfin, ce sont eux qui, les premiers, ont rendu un culte à Octavien, après que celui-ci les eut autorisés à lui élever des temples à Pergame et à Nicomédie16. Autant de raisons qui justifient, selon moi, de pouvoir étudier la Bithynie en comparaison avec l’Asie et indépendamment de la région qui formait avec elle une double province.

  • 17 Pour une synthèse de l’histoire de ces deux régions, on peut se reporter désormais à Marek 2003. P (...)

14Le Pont, en effet, outre qu’il n’offre aucune des caractéristiques qui viennent d’être énumérées et qui permettent de faire le rapprochement avec la province d’Asie, a une histoire particulière. Il n’est pas entré dans l’Empire romain au même moment, ni dans les mêmes circonstances, que la Bithynie. Celle-ci a été léguée à Rome par un roi allié – Nicomède, mort en 74 ou 73 –, tout comme l’Asie fut laissée à Rome en héritage par le roi Attale en 133. Le royaume du Pont, lui, fut l’ennemi le plus menaçant que connut la puissance romaine, avant d’être vaincu par elle et réduit en province. Il fut alors rattaché administrativement à la Bithynie, mais chaque région garda une identité propre qui se manifestait par l’existence de koina séparés. Enfin et surtout, le Pont était bien moins profondément urbanisé et hellénisé que la Bithynie voisine17. C’est pourquoi cette partie de l’Asie Mineure n’a pas été incluse dans l’étude.

15Ce choix, cohérent du point de vue scientifique, présente un léger inconvénient pratique. Si, en Asie, il n’y a pas d’écart géographique entre le koinon et la province, ce qui permet d’employer parfois ces deux mots de manière interchangeable, ce n’est pas le cas en Bithynie. Lorsqu’on étudie cette région isolément, il ne faudrait pas parler, en toute rigueur, d’activité provinciale ou de compétition provinciale, mais d’activité du koinon, de compétition au sein du koinon, etc. Toutefois, pour éviter d’alourdir excessivement le texte, il pourra m’arriver d’user de l’adjectif “provincial” afin de décrire des situations ou des événements qui ont pour cadre les koina d’Asie et de Bithynie, en espérant que l’on me pardonnera cette petite impropriété de langage.

16Le titre de cet ouvrage, qui reprend la formule dépréciative livrée par Dion et employée par les Romains pour se moquer de la valeur que les Grecs attachaient aux titulatures honorifiques, met l’accent sur une forme particulière d’affrontement entre cités, spécifique de l’époque impériale. Le point de départ de la recherche est en effet la volonté de réinterpréter ce phénomène, en refusant précisément de le réduire aux “bêtises” d’un peuple infantilisé par son état de sujétion. Toutefois, le sous-titre, plus explicite, indique que l’étude ne se limite pas à ce seul champ d’investigation, mais porte plus largement sur les conflits et les rivalités entre cités, depuis la création de la province d’Asie jusqu’à la fin du Haut-Empire. Ces deux termes demandent à être brièvement définis. Un conflit implique une opposition forte et directe, limitée dans le temps et qui peut aller jusqu’à la guerre. Par ailleurs, il peut mettre aux prises des cités d’importance égale ou inégale. Je parlerai également de litige, ce qui suppose que les parties en conflit ont des revendications très précises, susceptibles d’être tranchées par le jugement d’une tierce partie. Le terme de rivalité, quant à lui, renvoie à une opposition plus diffuse, plus structurelle que conjoncturelle, souvent étalée dans le temps et, point essentiel, réservée aux cités qui sont ou se veulent égales. Ces deux termes permettent d’englober le plus grand éventail de cas possible, depuis les conflits territoriaux classiques jusqu’à l’usage d’un titre honorifique qui concurrence celui d’une autre cité. Pour autant, le travail présenté ici ne vise pas à l’exhaustivité (une ambition illusoire vu l’abondance des sources dans les régions étudiées et la difficulté de repérer à la première lecture les documents pertinents), mais il repose sur un nombre et une palette de cas suffisamment significatifs, me semble-t-il, pour étayer une réflexion d’ordre général.

17Pour finir, il faut bien préciser que je ne prétends pas non plus offrir ici une étude complète du phénomène des titulatures honorifiques. Ce dernier ne me retient pas en soi, mais seulement dans la mesure où il est devenu l’expression d’un rapport de force entre cités. Certains titres atteignent une telle diffusion (par exemple, celui de “très brillante”), qu’ils ne sauraient être interprétés comme le signe d’une relation de rivalité entre celles qui en font usage. Les causes de cet usage sont à chercher ailleurs et pourraient faire l’objet d’un autre travail. En revanche, il apparaît nettement, dans d’autres cas, qu’une cité affiche un ou des titre(s) avec la volonté d’entrer en compétition avec une ou plusieurs autres cités. C’est l’étude des échos que se renvoient certaines titulatures qui permet de conclure à l’existence d’une telle compétition.

18À ce propos, il ne paraît pas inutile d’ajouter quelques remarques de méthode. Pour l’étude des titulatures à partir des sources épigraphiques et numismatiques, certains principes de précaution doivent être observés. Il peut en effet y avoir un décalage chronologique important entre l’obtention d’un statut privilégié et sa traduction en un titre, que la cité affiche avec plus ou moins de constance dans les documents qu’elle émet. Ainsi, pour dater l’octroi d’une néocorie ou du statut de métropole, les premières occurrences du titre de néocore ou de métropole dans le corpus d’une cité ne sont pas forcément des indices concluants. Elles le deviennent toutefois lorsqu’une rivalité s’installe et pousse chacune des cités qui s’affrontent à exploiter immédiatement les nouveaux avantages dont elle dispose.

  • 18 Pour une tentative d’interprétation, voir par exemple Weiss 1979.

19Les monnaies se distinguent des autres sources par le très petit espace qu’elles offrent à l’expression des rivalités. Une cité qui développe, dans la pierre, une titulature très riche, doit trouver un moyen de la réduire lorsqu’elle la fait frapper sur le bronze. Elle peut alors adopter des abréviations qui lui permettent de faire figurer l’ensemble de ses titres. Certaines de ces abréviations se comprennent aisément, tandis que d’autres gardent pour nous leur mystère18. Une autre solution, lors de la frappe, est de faire un choix parmi les titres auxquels la cité peut prétendre et de mettre en valeur l’un d’entre eux, par une légende monétaire qui le donne en toutes lettres. Il s’ensuit que, si la présence d’un titre sur une monnaie est révélatrice, dans la mesure où elle témoigne de l’importance variable qu’accorde une cité aux différents éléments de sa titulature, son absence sur le même support doit être interprétée avec encore plus de prudence que dans une inscription : elle ne signifie pas forcément que la cité ne le possède pas ou plus au moment où la monnaie est frappée. La comparaison avec les documents épigraphiques contemporains est indispensable pour tirer des conclusions. Cela dit, si un titre apparaît de manière récurrente dans le monnayage d’une cité, qui l’utilise visiblement pour concurrencer une cité rivale, et qu’il cesse brusquement d’apparaître, il y a alors de fortes chances pour qu’il ait été perdu.

20En respectant ces quelques règles méthodologiques, on peut tenter d’établir les titulatures détenues par différentes cités à différents moments de leur histoire, afin d’en faire une étude comparée. Il est essentiel de classer, autant que possible, les témoignages dans leur ordre chonologique. Il apparaît alors que les titulatures se développent, s’enrichissent, s’appauvrissent parfois, mais suivent toujours une évolution dont la logique s’explique par des circonstances précises. Trop souvent, une lecture approximative des sources a conduit à attribuer à une cité un titre qu’elle ne possédait pas, ou pas de manière continue. Ces imprécisions ont pu donner à croire que l’usage des titulatures était en grande partie fantaisiste, voire anarchique, ce qui renforçait l’idée qu’il ne correspondait à aucun enjeu d’importance. Une étude rigoureuse révèle au contraire que cet usage s’inscrivait dans un système et était régi par des règles, qui pouvaient d’ailleurs être subverties. Dans la création comme dans la subversion de ce système, les rivalités ont joué, nous allons le voir, un rôle moteur.

III. Plan de l’ouvrage

21Le plan adopté est thématique : il propose une typologie des conflits et des rivalités entre cités. À l’intérieur de ce plan d’ensemble, certains développements suivent un ordre chronologique. On trouvera dans la conclusion l’esquisse d’une chronologie plus générale, rendant compte de l’évolution sur toute la période envisagée.

22La première partie porte sur les conflits territoriaux – litiges frontaliers, lutte pour le contrôle d’une région entière –, auxquels ont été rattachés les conflits mettant en jeu la circulation des marchandises vers ou hors d’un territoire. Les trois chapitres correspondent à trois périodes différentes, qui marquent des changements perceptibles dans les caractéristiques de ce type de conflits et s’articulent autour des guerres mithridatiques et de l’instauration du principat.

23La deuxième partie s’intéresse aux statuts privilégiés dépendant d’une autorisation de Rome et permettant aux cités qui en jouissent d’exercer une forme de domination sur un cercle plus ou moins large d’autres cités. Y sont étudiés à la fois les avantages liés à ces statuts, les rivalités qui se manifestaient pour les obtenir et les résistances qu’ils pouvaient provoquer de la part des cités qui ne les possédaient pas. Le premier chapitre est entièrement consacré au statut de capitale de conventus et à ses multiples implications. Le deuxième examine différents statuts destinés à créer des lieux de culte ou à augmenter le prestige de lieux de culte existants. Il fait une place très importante au culte impérial provincial.

24La troisième partie, enfin, propose de considérer l’usage des titulatures comme une sphère d’affrontement à part entière, où les armes sont les mots employés et les images qui, sur les monnaies, sont associées à ces mots. Dans cette sphère d’affrontement, les rivalités n’ont plus pour enjeu l’obtention d’un statut, mais sa mise en valeur par une forme de publicité particulière. Nous verrons, de plus, que la traduction en titres de statuts juridiquement définis a progressivement conduit certaines cités à adopter des titres d’une autre nature, exaltant des valeurs qui ne correspondent à aucun statut juridique. Dans le premier chapitre, l’étude du titre de néocore, qui apparaît pour la première fois dans la province d’Asie, invite à suivre les étapes menant à l’adoption, par Pergame, Éphèse et Smyrne, de longues titulatures qui se concurrencent jusque dans le moindre détail et se modifient en réaction les unes aux autres. Dans le deuxième chapitre sont analysés les nombreux usages des titres de métropole et de première, dont certains sont officiels et d’autres détournés.

25Un dernier chapitre présente, sous une forme assez développée, les conclusions auxquelles je parviens en rassemblant les divers éléments mis en évidence au fil de l’étude. Cette synthèse répond à la problématique de départ, en faisant la part des changements et des permanences qui marquent les conflits et les rivalités entre cités, depuis l’époque républicaine jusqu’à la fin du Haut-Empire.

Notes

1 Dion Chr. 38.38. J’ai adopté la traduction de Cuvigny 1994 (“bêtises” pour ἁμαρτήματα). Si elle n’est pas tout à fait fidèle au sens du mot grec – que l’on peut traduire de manière plus littérale par “erreurs” ou “fautes” –, elle s’accorde bien avec le contexte immédiat, qui est celui d’une vision infantilisante des Grecs.

2 Dion Chr. 34.48 et 51.

3 Aristid., Or., 23.60-63, où l’on retrouve notamment l’image de la lutte pour une ombre, et 27.44.

4 Chapot 1904, 135-146.

5 Magie 1950, 636-637.

6 Behr 1981-1986, I, 365.

7 Voir Gauthier 1987-1989, qui critique l’idée de M. Finley selon laquelle “la vraie politique disparut dans les cités grecques” à l’époque hellénistique ; Ager 1998 ; Ma 2000 ; Couvenhes & Fernoux 2004.

8 Un ouvrage de référence reste Bowersock 1967. Parmi les travaux plus récents, on peut citer Anderson 1993 et Schmitz 1997.

9 Reardon 1971, 4.

10 Robert 1977a.

11 Sartre 1991, 192.

12 Magie 1950, 637, ne distingue pas très nettement entre métropole et première cité, semblant considérer que les deux titres étaient destinés à récompenser des cités “importantes” (In the other provinces also [= other than Asia], most places of importance were likewise called Metropolis either of the province or of a district, sometimes combining with this title that of First City). De même, Bowersock 1995, 87, définit spontanément ces deux titres comme rather similar distinctions. Pour Collas-Heddeland 1995, 417 et 427-428, le titre de métropole serait “une sorte de doublet du titre de néocore”, tandis que le titre de première serait obtenu automatiquement par les cités néocores, une fois qu’elles avaient accueilli l’assemblée provinciale et les concours communs organisés à cette occasion.

13 Price 1984a, 129.

14 Nörr 1966, 48-52, 66-67.

15 Par exemple, dans la province de Lycie-Pamphylie, Sidè et Pergè se disputaient la prééminence. Voir Nollé 1993, 310-313.

16 Sur tous ces points, Ferrary 2001b, 19-35.

17 Pour une synthèse de l’histoire de ces deux régions, on peut se reporter désormais à Marek 2003. Pour une étude de l’hellénisation de la Bithynie, du point de vue des institutions, de l’onomastique, de l’iconographie, voir Fernoux 2004, 24-111.

18 Pour une tentative d’interprétation, voir par exemple Weiss 1979.

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search