Version classiqueVersion mobile

Architecture romaine d’Asie Mineure

 | 
Laurence Cavalier

Quatrième partie. Formules et motifs décoratifs employés dans l’architecture de Xanthos

Chapitre II. Ornementation

Texte intégral

1Si l’architecture d’époque classique et de la fin de l’époque impériale est bien représentée à Xanthos, on a vu que les vestiges attribuables à l’époque hellénistique et au début de l’Empire sont extrêmement rares, voire inexistants. Les raisons de cette absence peuvent être historiques (destruction totale de la ville par Brutus), ou peuvent tenir à l’état d’avancement des fouilles. Nous ne pouvons raisonner actuellement que sur les vestiges dégagés et il est possible que beaucoup de blocs d’architecture soient encore enfouis qui pourraient changer la vision que nous avons aujourd’hui de la parure monumentale de la ville. Ce déséquilibre de représentation entre les époques empêche en tout cas de retracer de façon parfaitement satisfaisante l’évolution stylistique des motifs ornementaux employés dans l’architecture de Xanthos. Les pages qui suivent ne donneront peut-être qu’une vision assez fragmentaire du répertoire ornemental utilisé au cours des siècles. Il est en effet probable que ce catalogue aujourd’hui succinct sera enrichi à chaque nouvelle campagne de fouilles.

Acanthes (pl. 60)

2Les feuilles d’acanthe ont été largement utilisées dans la décoration architecturale de Xanthos, comme c’est l’usage dans tous les sites antiques. On trouve des acanthes sur les bas de colonne du théâtre. Elles font partie de la décoration des chapiteaux corinthiens, mais aussi des chapiteaux à feuilles et des chapiteaux ioniques répertoriés à Xanthos. Les acanthes entrent dans la composition des rinceaux qui ornent les frises, elles décorent les modillons des corniches corinthiennes et on les trouve enfin sur un linteau de porte.

3Les acanthes les plus anciennes du site sont présentes sur les blocs de frise CR036, CR036bis, CR036ter décorés d’un anthémion de palmettes et de fleurs de lotus, découverts hors contexte lors du nettoyage de surface de la basilique civile et peut-être datables du milieu du iie siècle a.C. Le culot de la fleur de lotus tel qu’on peut le restituer était constitué par deux demi-feuilles d’acanthe et une feuille d’acanthe entière disposée au premier plan. Cette feuille était clairement structurée autour de la nervure axiale elle-même bien marquée. Elle est composée de cinq lobes à trois digitations. Les œillets formés par celles-ci et dont il ne reste que la trace devaient avoir une belle forme ovale.

4Les feuilles d’acanthe qui décorent le chapiteau de demi-colonne DEP001 sont le deuxième et dernier exemple de ce motif peut-être attribuable à l’époque hellénistique. Le limbe des feuilles possède encore un contour relativement fermé, bien que les lobes soient bien différenciés. Les lobes comptent cinq digitations. Les œillets formés par la rencontre des digitations des lobes inférieur et supérieur sont en forme de goutte, mais ne sont pas complètement fermés. Les feuilles sont délicatement nervurées et encore très naturelles. Ce type de feuille d’acanthe qui garde encore des caractéristiques de l’époque hellénistique, mais montre aussi des traits nouveaux, trouve son parallèle le plus proche à Sidé, avec un chapiteau peut-être datable de la fin du ier siècle a.C.

5Nous n’avons conservé aucun bloc décoré d’acanthes datant du ier siècle a.C. et les chapiteaux à godrons et acanthes (A327, DEP002, DEP003), peut-être datables de la première moitié du iie siècle a.C., portent des acanthes très différentes de celles de DEP001. Le dessin en est beaucoup plus sec. Les acanthes montrent une structure nouvelle qu’elles garderont désormais et qui se durcira et se schématisera de plus en plus : lobes bien différenciés, digitations arrangées comme les doigts d’une main, tige centrale marquée par deux nervures latérales profondément creusées, nervure axiale du lobe médian creusée au trépan sur la troisième digitation en partant du bas, œillets en amande. L’acanthe perd ses qualités végétales, la surface des feuilles n’est plus animée par de fines nervures, on compte davantage sur les contrastes d’ombre et de lumière obtenus grâce aux recreusements.

6Cette tendance s’amplifie au fil du temps et les acanthes des grands chapiteaux corinthiens de Xanthos, comme celles des chapiteaux du théâtre, conservent cette apparence sèche et géométrique caractéristique de la deuxième moitié du iie siècle a.C.

7Un autre type d’acanthes apparaît au théâtre de Xanthos. Elles décorent les frises et les bas de colonne et possèdent une structure tout à fait différente du type précédemment décrit. Les sept lobes qui composent les feuilles décorant les frises sont organisés autour d’une nervure axiale marquée par un profond canal. Les feuilles sont minces et allongées, leur surface est animée par de fines nervures qui prennent la forme de légers bourrelets. Chaque lobe possède trois digitations aux contours faiblement indentés. Des acanthes du même type décorent des frises du théâtre de Sagalassos, daté de 160-80 p.C. et celles du théâtre de Myra, daté du iiie siècle p.C.

  • 1 Rohmann 1995, 109-121.

8Ce sont ces mêmes acanthes, bien représentatives du type “feingezahnter Akanthus1 ”, qui décorent les bas de colonne du théâtre. Elles possèdent la même structure que les acanthes des frises et leur contour est encore plus indenté. Cette formule a connu un grand succès à partir de la deuxième moitié du iie siècle a.C. partout en Asie Mineure.

9La disposition d’acanthes tournoyantes autour du bas du fût de colonne n’a pas, à ma connaissance, de parallèle, alors que le même arrangement est plus fréquent sur les chapiteaux.

10La dernière étape de l’évolution qu’ont connue les acanthes de Xanthos les a rendues pratiquement méconnaissables. Les acanthes qui ornent le linteau de porte BE405 remployé dans la basilique épiscopale ne sont qu’un lointain rappel du type classique. On distingue encore la tige centrale qui, comme auparavant, est soulignée par deux nervures de chaque côté. La nervure axiale des lobes médians est toujours assez vigoureusement tracée, mais les digitations sont très arrondies, comme boursouflées. Elles ne forment pas d’œillets et il n’y a aucune trace d’indentation.

11L’apparition à Xanthos de ces acanthes n’a, à ma connaissance, pas de parallèle ailleurs. Les autres moulurations présentes au linteau de porte indiqueraient une date à la fin du iie siècle, voire au début du iiie siècle p.C. Si tel était le cas, la contemporanéité des acanthes du linteau et des acanthes qui décorent les bas de colonne du théâtre, deux types absolument dissemblables, indiquerait que deux ateliers étaient actifs à la même époque sur le site.

12La même mollesse du traitement perceptible sur les acanthes de BE405 se retrouve sur un chapiteau à acanthes et godrons, DPY030, retrouvé au pied du dipylon. Mais, à y regarder de plus près, les acanthes de ce chapiteau sont moins stylisées et plus proches des acanthes “classiques” que les exemples précédents. En effet, même si les digitations gardent le même aspect boursouflé, les nervures sont beaucoup plus marquées, notamment celles qui flanquent la tige centrale, ce qui donne un certain relief au motif. On remarque par ailleurs que les digitations des lobes inférieurs, en touchant celles du lobe situé au-dessus, forment deux œillets, le premier de forme ovale, le second, rectangulaire. Cet arrangement rappelle les acanthes plus anciennes et distingue ce type du type précédent.

13Les feuilles d’acanthe du chapiteau à feuilles BN006 retrouvé dans la basilique chrétienne de l’acropole supérieure reprennent le schéma classique. Par rapport aux exemples plus anciens, la feuille est plus stylisée. La nervure axiale, très détachée de la feuille, est flanquée de chaque côté par de profonds sillons qui figurent les nervures des feuilles et partent tous du bas du calathos, les extrémités des feuilles, très raides et sèches, sont pointues. Le modelé a été délaissé au profit des contrastes d’ombre et de lumière obtenus par les recreusements. Ces feuilles d’acanthe, que l’on peut attribuer à la fin du iiie siècle ou au début du ive siècle p.C., sont les exemples d’époque romaine les plus tardifs actuellement connus à Xanthos. Une autre feuille d’acanthe du même type décore la console BN003 retrouvée elle aussi dans la basilique de l’acropole supérieure.

14Il est difficile d’établir une chronologie relative pour ces trois derniers exemples. La logique voudrait que les acanthes du chapiteau DPY030, qui se conforment encore à la tradition, quoique de façon assez lointaine, soient plus anciennes que celles qui ornent le linteau de porte et qui sont, elles, complètement stylisées. On peut cependant se demander si les acanthes du linteau, qui sont traitées presque comme des palmettes, ne sont pas un exemple complètement isolé, peut-être dû à la fantaisie d’un sculpteur. Les acanthes de DPY030 sont probablement contemporaines, sans doute l’œuvre du même atelier, mais leur traitement plus traditionnel montre une différence de main. Les acanthes du chapiteau BN006, assurément les plus tardives, révèlent à la fois un atelier différent et la volonté de revenir à un certain classicisme.

15Les acanthes qui décorent les soffites des corniches ne présentent pas une grande variété de formes et se rapprochent toutes du type “classique” que l’on trouve à Xanthos à partir de la première moitié du iie siècle.

  • 2 Vandeput 1997, 99 et pl. 42-3 et 42-4.

16Une des acanthes des modillons de la corniche TH190 provenant du théâtre possède sept lobes organisés autour d’une nervure axiale soulignée de chaque côté par un sillon. La surface des lobes est animée par une nervure axiale, mais le relief reste assez plat et les digitations ne sont pas marquées. Sur la même corniche, on voit une autre feuille d’acanthe en partie brisée, mais qui montre des digitations pointues bien marquées et des recreusements plus profonds au trépan. Les deux feuilles sont très différentes, à tel point qu’on peut se demander si la première dont il a été question a jamais été terminée. On trouve une différence de style comparable sur les modillons d’un édifice de Sagalassos, peut-être datable du milieu du iie siècle2.

17Les acanthes présentes sur les autres modillons des corniches du théâtre possèdent cinq lobes composés de quatre digitations qui, en se touchant, créent des œillets en forme d’amande. Sur les autres corniches à denticules et modillons, les acanthes sont construites sur le même modèle que les acanthes des chapiteaux corinthiens et possèdent, suivant les dimensions des modillons, cinq ou sept lobes.

Anthémions (pl. 61-62)

18A Xanthos comme partout ailleurs à l’époque romaine, on trouve les anthémions au couronnement des architraves et aux simas des corniches. Leur composition varie. Un seul anthémion, en l’occurrence le plus ancien de Xanthos, décore un bloc de frise découvert hors contexte et que l’on ne peut actuellement rapprocher d’aucun édifice.

Anthémion de palmettes et fleurs de lotus

19L’anthémion qui décore le bloc de frise CR036 alterne palmettes ouvertes, fleur de lotus, palmette fermée, une demi-palmette fermée étant représentée à l’extrémité du bloc.

20Les motifs floraux de l’anthémion sont liés entre eux par un rinceau enrichi de bractées d’où naissent des tiges aux extrémités en volute, disposées entre les éléments principaux de l’anthémion. Ce type d’anthémion est exactement comparable à celui qui orne la frise du temple d’Artémis, au sanctuaire du Létôon. Ce type d’anthémion ne se retrouve plus à Xanthos à l’époque romaine. Sans prédécesseur et sans postérité, il reste un cas à part dans le répertoire décoratif utilisé sur le site.

Anthémion de palmettes droites, sans élément de liaison

21Des anthémions composés de palmettes lisses ouvertes et fermées décorent le cavet de la mouluration de couronnement de la plupart des architraves et architraves-frises de Xanthos. Dans tous les cas, les palmettes possèdent cinq feuilles. L’apparence des palmettes peut varier suivant les séries de blocs, bien que le schéma reste le même.

22Les palmettes des architraves de la série 3 naissent directement de l’arête inférieure de la mouluration et le bas des feuilles extérieures forme une volute munie d’un œil. Les palmettes des architraves du théâtre sont traitées différemment. Elles sont à la fois plus soignées et plus stylisées. Leurs extrémités se terminent en demi-pointes de flèche. Alors que les palmettes fermées naissent directement de l’arête inférieure de la mouluration, les palmettes ouvertes possèdent une base rectangulaire, peut-être un bandeau de serrage très stylisé d’où partent trois des feuilles, alors que les deux feuilles externes naissent du bas du cavet.

23Enfin, l’anthémion qui décore le linteau de porte remployé dans la basilique épiscopale constitue un troisième type : les palmettes ouvertes y sont constituées de feuilles plus juxtaposées que solidaires du motif ; les feuilles des palmettes ouvertes ont un contour inférieur à deux indentations. Les extrémités des feuilles sont arrondies et forment des petites boules.

24On retrouvera le même type de palmettes dans un édifice qui n’est pas encore étudié, le dipylon qui marquait le débouché du décumanus sur la place dallée du centre. Les claveaux du monument sont décorés au soffite de toutes sortes de motifs végétaux et animaux sculptés à l’intérieur de sortes de caissons. Parmi ces motifs on a représenté des palmettes lisses fermées, encore simplifiées par rapport à celles dont il vient d’être question : elles se réduisent en effet à une tige centrale dessinée comme un simple bâton, flanquée de part et d’autre de feuilles en forme de S très prononcé. Le motif est tellement stylisé qu’il n’est plus homogène et apparaît plutôt comme une juxtaposition d’éléments géométriques indépendants. Ces palmettes se situent probablement dans la postérité des palmettes qui ornent le cavet du linteau de porte.

25Les anthémions à palmettes lisses décorent également la sima de certaines corniches. Cet arrangement est employé sur les corniches à cyma reversa de la série 1. Les palmettes ouvertes possèdent des feuilles aux extrémités en forme de demi-pointes de flèche, faisant penser à des faucilles. Elles touchent les palmettes fermées adjacentes qui ne naissent pas directement de l’arête inférieure de la mouluration, mais d’une sorte de calice végétal. Les corniches de la série 2 du même groupe montrent le même type d’anthémion, mais les palmettes naissent toutes du bas de la mouluration et sont beaucoup plus larges et moins soigneusement traitées. L’anthémion des corniches sans cyma reversa de la série 4 est du même type que les précédents.

26En revanche, les palmettes qui constituent l’anthémion du bloc de sima TH143 provenant du théâtre sont très différentes : beaucoup plus stylisées, elles possèdent une base très géométrique munie à chaque extrémité de volutes presque fermées. Les feuilles des palmettes fermées sont lisses. La nervure médiane des feuilles des palmettes ouvertes est marquée par un large sillon plat. Ce type d’anthémion, que l’on retrouve au théâtre de Tlos daté du milieu du iiie siècle p.C., est sans doute issu d’un atelier local actif dans un secteur qui se limitait peut-être à la rive gauche du Xanthe.

27On peut rapprocher de l’anthémion du théâtre celui du bloc de couronnement CR050 retrouvé remployé dans la basilique civile. Bien que les feuilles des palmettes adjacentes se touchent, à la différence de celles du théâtre, la forme en S très prononcée des feuilles de la palmette fermée, la stylisation de la base, les volutes formées par les extrémités recourbées des feuilles, le schéma de base et le style des deux anthémions sont tout à fait comparables.

Anthémion de palmettes droites et pendantes, liées par un rinceau

28Ce type d’anthémion a été utilisé aux simas des corniches à cyma reversa ornée de rais-de-cœur de la série 1. On le trouve également sur des blocs (“à décor d’anthémion”) provenant du nettoyage de la basilique civile. On ne connaît pas encore la fonction architecturale de ces blocs au profil en cyma recta très accentué.

29Les palmettes droites et fermées entrant dans la composition de l’anthémion qui décore les simas des corniches sont lisses, les palmettes pendantes sont traitées de façon beaucoup plus naturaliste. Les palmettes possèdent un bandeau de serrage. Elles sont liées par un rinceau qui est muni de feuilles du même type que celles des palmettes. L’espace disponible est presque entièrement utilisé par les motifs qui se détachent bien du fond en un relief assez important qui ajoute aux effets d’ombre et de lumière.

30Sur les blocs “à décor d’anthémion”, les palmettes sont toutes traitées de façon naturaliste, qu’elles soient droites ou pendantes. Sur le bloc CR040, les palmettes possédaient sans doute cinq feuilles (la feuille axiale a disparu). Les feuilles inférieures sont séparées en deux “digitations”, elles-mêmes séparées en deux. Les feuilles supérieures sont composées de cinq digitations, un sillon central marquant fortement la digitation médiane qui est aussi la plus longue. Une nervure plus fine, en fait un petit bourrelet, anime les autres digitations. Le rinceau qui lie les palmettes est couvert de feuilles qui sont traitées exactement comme celles des palmettes. Comme les pointes des digitations des palmettes touchent le rinceau, le dessin est très compact et tout l’espace disponible est occupé par les motifs. Le fort relief de l’anthémion accentue les effets d’ombre et de lumière. Ce type particulier de palmettes trouve ses meilleurs parallèles à l’époque sévérienne. On note que les sculpteurs de Xanthos n’ont pas cru bon de donner aux feuilles des palmettes ces nombreuses indentations creusées au trépan, tellement caractéristiques de la fin du iie siècle p.C. et du iiie siècle p.C. De ce fait, les anthémions sévériens de Xanthos n’ont pas cette apparence très sèche et artificielle que l’on trouve par exemple à l’entablement d’une porte du théâtre d’Hiérapolis. Pour autant, il serait faux de conclure que les Xanthiens n’ont pas eu connaissance de cette mode. On trouve en effet à Xanthos un seul exemple sûr d’anthémion à palmettes fortement indentées, par ailleurs très proche dans son dessin de celui des “blocs à décor d’anthémion”, sur un linteau de porte du théâtre. Cet anthémion peut justement être comparé avec celui de Hiérapolis : même type de palmettes, même espacement des motifs, même traitement au trépan. Le linteau BN002, remployé dans la basilique chrétienne de l’acropole haute, était peut-être orné d’un anthémion à palmettes comparables, mais il est trop abîmé pour que l’on puisse l’affirmer.

Anthémion de palmettes droites et pendantes, liées par un ruban

31Cette séquence décorative a été adoptée pour les corniches de la basilique. Comme pour la série précédente, les palmettes, toutes munies d’un bandeau de serrage, sont droites et lisses, ou pendantes et traitées de façon naturaliste. Sur certains blocs de la série, les palmettes droites sont elles aussi végétalisées. L’élément de liaison est cette fois un ruban plat dont l’axe est marqué par une sorte de nervure. Les motifs occupent la majeure partie du champ. Un anthémion pratiquement identique orne les corniches-simas du théâtre.

32Les blocs qui portent l’un ou l’autre de ces anthémions de palmettes sont sans doute datables au plus tôt de la fin du iie siècle, voire du début du iiie siècle p.C. Les feuilles des palmettes ouvertes rappellent assez les acanthes que l’on voit sur les frises du théâtre et qui rse rapprochent du type “feingezahnter Akanthus”. Les nombreuses indentations dues au trépan qui caractérisent souvent ce type de motif sont omises à Xanthos, sauf dans le cas d'une architrave-frise sur mur du théâtre. Comme on l’a déjà remarqué plus haut, il semble bien que cela traduise plus un style qu’un oubli ou un travail inachevé.

Godrons

  • 3 Le motif continue d’être largement utilisé à l’époque protobyzantine.

33On trouve ce motif sur des chapiteaux et sur des frises (frises indépendantes et architraves-frises). Cet élément décoratif a été utilisé à Xanthos pendant deux siècles, du iie siècle au ive siècle p.C.3 Les exemples conservés ne permettent pas de juger d’une quelconque évolution du motif, qui est apparemment très stable. Les godrons qui ornent les chapiteaux sont toujours du même type simplifié par rapport aux antécédents pergaméniens, c’est-à-dire que les extrémités des feuilles ne se recourbent pas vers l’extérieur. Les godrons des frises sont en général sculptés sur des cymas rectas. Les architraves-frises du présumé nymphée constituent un cas à part : les godrons sont sculptés sur une frise convexe et ils sont eux-mêmes décorés d’un motif supplémentaire.

Kymation ionique (pl. 63-64)

34Les ovolos des blocs d’architecture de Xanthos portent en général un décor d’oves qui alternent soit avec des dards, soit avec des flèches. Les deux formules sont à peu près également représentées pendant l’époque romaine, la formule la plus “classique” étant constituée par le schéma oves-dards.

  • 4 FdX, III, 28 et Pl. 12-4.
  • 5 FdX, II, 50-51, fig. 7 et Pl. XXXIV.
  • 6 FdX, I, 87 et Pl. XXX.

35Les exemples les plus anciens de kymations ioniques de Xanthos datent de l’époque classique. Un bloc de corniche décoré d’une double rangée d’oves a été découvert lors des fouilles anciennes sur la terrasse du monument des Néréides4. Les premiers fouilleurs l’ont rapproché de blocs de corniche appartenant au monument G5 élevé sur l’acropole lycienne vers le milieu du ve siècle a.C. Les oves de ces blocs sont de forme ovoïde, bien enserrés dans leurs enveloppes au profil d’astragale. Les oves sont séparés par des dards de section triangulaire convexe. A la fin du ve siècle a.C., un kymation ionique surmontant un astragale de perles et pirouettes encadre la frise de la chambre funéraire du pilier inscrit. Les oves y sont “larges et puissants”6.

  • 7 FdX, II, 59-67 et Pl. XXIV, XXV, XXVI. La porte de la cella était décorée de trois rangs d’oves su (...)

36On trouve la même superposition de rangées d’oves utilisée au monument G, quelques dizaines d’années plus tard, au monument des Néréides7. Les oves sont beaucoup plus allongés, les enveloppes plus minces et incisées, les dards plus effilés. Les oves sont disposés en stricte alternance, la pointe des oves de la rangée supérieure coïncidant avec le sommet du dard de la rangée inférieure.

  • 8 FdX, I, 47-58 et Pl. XII.
  • 9 Ibid.

37Un autre monument funéraire de Xanthos, le sarcophage monté sur pilier, montre un kymation ionique de même type8. Celui-ci a été utilisé comme moulure de couronnement du couvercle à trois degrés du pilier proprement dit. L’édifice est sans doute datable du ive siècle a.C.9

38Aucun exemple de la période hellénistique ou du début de l’époque impériale ne nous est conservé.

39Le kymation ionique le plus ancien de la période romaine se trouve sans doute sur le chapiteau à acanthes et godrons DEP002 découvert sur l’agora romaine. Comme on pouvait s’y attendre, il est bien différent des kymations ioniques classiques. De forme ovale, les oves sont assez détachés de leurs enveloppes plus larges dans leur partie supérieure qu’à la pointe. Les dards, de section triangulaire convexe et dont la pointe est bien nette, sont étroitement insérés entre les enveloppes. Les motifs sont beaucoup plus espacés et le travail de moins bonne qualité que sur les exemples plus anciens.

40Bien que l’on admette généralement que le motif oves-dards disparaît progressivement au cours de la période antonine au profit du motif oves-flèches, on continue à l’employer à Xanthos à l’époque sévérienne. On trouve en effet ce type de kymation sur les blocs d’entablement de la basilique civile, ainsi que sur les blocs à décor d’anthémion sans doute attribuables au même édifice et au théâtre où il cohabite avec le type oves-flèches. Sur ces blocs, les oves sont de plus en plus larges et arrondis et très détachés de leurs enveloppes. Les dards ne touchent plus celles-ci, mais en sont séparés par un large sillon. Dans quelques exemples sans doute très tardifs, la partie supérieure des oves est coupée par le haut de la moulure.

41Les kymations ioniques dans lesquels les oves sont séparés par des flèches nettement marquées apparaissent en Asie Mineure à la Bibliothèque de Celsus. Les seuls vestiges peutêtre datables du début du iie siècle p.C., les chapiteaux à godrons découverts sur l’agora romaine, portent bien un kymation ionique, mais on a vu que les sculpteurs xanthiens étaient restés fidèles à la formule “classique” oves-dards. Les blocs d’architecture décorés d’un kymation ionique associant oves et flèches sont sans doute plus ou moins contemporains, de sorte qu’on ne pourra pas retracer l’évolution du motif à Xanthos.

42Les architraves de la série 2, les corniches à cyma reversa lisse de la série 1, certaines corniches du théâtre, les blocs d’entablement du nymphée, certains blocs de frise à godrons, le linteau de porte remployé dans la basilique épiscopale possèdent des kymations ioniques de ce type.

  • 10 Vandeput 1997, 146 et no 320.

43Dans tous les cas, la forme de la flèche est très prononcée. Dans un cas, (BE064) la flèche est tellement stylisée qu’elle prend la forme de deux flèches imbriquées l’une dans l’autre, mais cette forme est utilisée dès l’époque d’Hadrien jusqu’à l’époque sévérienne et ne constitue donc pas un marqueur chronologique10.

Kymation lesbique (pl. 63-64)

  • 11 FdX, III, 114 et no 12.

44Le seul kymation lesbique d’époque classique qui nous soit parvenu orne les chapiteaux d’ante du monument des Néréides. Le motif est très abîmé et difficile à décrire. Dans la publication du monument, P. Demargne indique que les “chapiteaux d’ante, avec leurs moulures d’oves et lesbiques, procèdent de ceux de l’Asie Mineure au vie et au ve siècle, mais ont subi l’influence de ceux d’Athéna Niké et de l’Érechthéion”11.

45Le motif ne réapparaît pas avant la fin du iie siècle p.C. On le trouve alors sur des corniches, sculpté sur une cyma reversa au-dessus des denticules. Le motif est utilisé, de façon peu habituelle, comme moulure de couronnement des blocs à décor d’anthémion découverts dans la basilique civile. Il est enfin présent dans la décoration du linteau de porte remployé dans la basilique épiscopale. Il prend chaque fois une forme différente, bien que le type soit toujours celui du kymation lesbique en étrier, caractéristique de l’Asie Mineure à partir de la période augustéenne. Les kymations lesbiques d’époque romaine de Xanthos apparaissent tous sur des monuments datables de la fin du iie siècle ou du début du iiie siècle p.C., ce qui interdit de cerner l’évolution du motif dont on sait par ailleurs qu’il peut apparaître sous des formes très différentes dans la décoration d’un même édifice.

46Les blocs à décor d’anthémion de la basilique civile montrent un kymation lesbique aux motifs largement espacés. Le haut du kymation est coupé par l’arête supérieure de la moulure et le dard est divisé en trois éléments indépendants comme c’est la règle au iie siècle p.C. Les feuilles cordiformes sont assez angulaires et manquent de plasticité.

47Sur le bloc CR050, la division du motif est moins aboutie. Le dard n’a pas été recreusé de chaque côté du motif qui dessine son axe. L’œillet est cependant clairement marqué et prend la forme d’une demi-sphère. La feuille cordiforme est assez peu charnue.

48Cette évolution qui tend à la désintégration du motif est bien visible sur le linteau de porte BE405. Le motif en étrier du kymation est très schématisé et se compose d’éléments complètement indépendants. Le dard est désormais matérialisé par deux pédoncules de pierre disposés presque verticalement, dans le prolongement du cou de l’étrier. L’œillet est grossièrement sphérique. Les feuilles cordiformes sont traitées à la manière d’un calice biparti dont chaque élément est lui-même divisé en deux par un sillon.

49Les cymas reversas des corniches ont été sculptées de rais-de-cœur très schématiques qui semblent être composés d’éléments indépendants simplement juxtaposés et assez peu soigneusement exécutés, ce qui peut tenir à la position des blocs dans l’édifice. L’arête supérieure de la moulure coupe le motif juste un peu au-dessus du cou de l’étrier, comme c’est le cas sur de nombreux monuments de la fin du iie siècle p.C. et de l’époque sévérienne.

50On notera que les soffites des architraves du théâtre sont encadrés par une moulure en talon simplement ornée de feuilles cordiformes. Il semble que l’on se soit contenté à Xanthos de cette formule simplifiée, alors que le kymation lesbique est l’ornement que l’on rencontre le plus fréquemment à cet endroit au iie siècle p.C.

Perles et pirouettes (pl. 63-64)

51Le plus ancien exemple du motif est une fois encore fourni par certains édifices funéraires classiques de Xanthos, puisque des astragales de perles et pirouettes sont associés à deux files d’oves superposées sur le monument G, le monument des Néréides, le sarcophage monté sur pilier. Les astragales de ces monuments sont composés de perles de forme ovale alternées avec des pirouettes en forme de disque, les motifs étant réalisés avec assez peu de relief.

52Les exemples d’époque hellénistique et du début de l’époque impériale manquent à Xanthos.

  • 12 Vandeput 1997, 148.

53A l’époque flavienne, ce type de décoration est de toute façon rare en Asie Mineure12 et inconnu sur le site.

54Les chapiteaux à acanthes et godrons du début du iie siècle p.C. sont dépourvus d’astragales et, comme on en a désormais l’habitude, les perles et pirouettes réapparaissent à Xanthos sur des blocs d’architecture qui datent du iie ou du début du iiie siècle p.C. Sur la plupart de ces blocs, les perles sont de forme rhomboïdale et les petits côtés traités de façon plus ou moins angulaire. Les pirouettes sont souvent en forme de losange. D’une façon générale, les motifs sont assez espacés et les perles de plus en plus allongées, comme c’est la règle à partir de la deuxième moitié du iie siècle. Sur quelques exemples, les perles sont de forme ovale.

  • 13 Vandeput 1997, 150. On retrouve également ce dispositif sur les astragales des blocs d’entablement (...)

55Une formule spécifique apparaît au théâtre de Sidé, daté du milieu du iie siècle p.C. : il s’agit de l’introduction dans l’astragale d’une pirouette supplémentaire destinée à éviter l’allongement excessif des perles et à faciliter la concordance des motifs entre l’astragale et le kymation ionique qui le couronne généralement. Cette formule, qui se répand en Pamphylie, mais atteint aussi Hiérapolis, Kibyra et Myra à l’époque sévérienne13, n’est jamais employée à Xanthos.

Rinceaux (pl. 65)

56Le rinceau le plus ancien pour le moment connu à Xanthos est extrêmement fragmentaire et très mal conservé. On en distingue les traces sur le bloc CR036 découvert hors de tout contexte dans la basilique civile. La forte parenté qui existe entre le décor de ce bloc et celui de la frise du temple d’Artémis du Létôon a permis de restituer le rinceau qui montrait des rameaux à volutes terminées par un bouton de lotus. Ce rinceau reste le seul exemple attribuable à l’époque hellénistique.

57Sans que l’on puisse juger de la transition, les rinceaux réapparaissent à Xanthos au iie siècle p.C. Ils sont toujours sculptés sur des frises à profil convexe.

58Les rinceaux utilisés dans la décoration des frises du théâtre de Xanthos sont dérivés du décor des architraves-frises de la Porte d’Hadrien à Attaleia. Comme il ne subsiste sur les blocs en notre possession qu’une petite partie du rinceau, il est difficile d’apprécier la façon dont le motif occupait l’espace, mais le schéma semble avoir été très clair et l’horreur du vide que l’on constate souvent dans la décoration architecturale à partir de la fin du iie siècle, absente.

  • 14 CR009, CR427, CR930.

59Trois blocs de frise14 sont attribuables de façon certaine à la basilique civile, et la confrontation des dimensions et du décor permet de leur associer deux autres blocs de frise qui portent le même rinceau, mais dans une version plus grossière et probablement inachevée. Les trois blocs sont malheureusement très fragmentaires et l’on ne voit qu’une petite partie du schéma décoratif. On peut cependant constater que le champ est presque totalement occupé par le décor. Le rinceau, qui progresse vers la gauche, est recouvert de feuilles traitées à la façon de lobes d’acanthe disposés en éventail. Des rameaux secondaires sont incurvés vers le bas de la frise. Des fleurs à quatre pétales sont entourées par la tige principale, à cet endroit dépourvue de feuilles.

60Par rapport aux frises du théâtre, le motif est beaucoup moins clair et l’on ne peut pas suivre la progression du rinceau qui semble fait d’éléments indépendants appliqués les uns à côté des autres. Il est certain que l’état de conservation des blocs ne facilite pas la lecture, mais le rinceau est, de toute façon, différent de ceux du théâtre et cette désintégration du motif incite à dater ces blocs à une époque postérieure qui correspond peut-être à une phase de réparation. On remarquera qu’une fois de plus, les indentations et petits trous, tellement caractéristiques de l’usage du trépan, sont absents sur ces blocs.

61Les autres blocs de frise décorés de rinceaux répertoriés sur le site sont trop usés pour que l’on puisse les comparer à ces deux séries.

62Le bloc d’architrave-frise A050 qui gît encore sur l’agora romaine, complètement hors contexte, est décoré d’un rinceau d’un type tout à fait différent. Encore une fois, le bloc est très fragmentaire et l’on ne peut suivre qu’une section assez courte du rinceau. Au contraire des autres exemples précédemment évoqués, le rinceau est totalement dépourvu de feuilles et traité comme une tige lisse. Les enroulements du rinceau forment des cercles presque complets à l’intérieur desquels sont circonscrites des fleurs à quatre pétales trilobés et des feuilles à trois lobes divisés en trois ou quatre digitations.

63Deux chapiteaux composites, RO106 et RO113, sont également ornés d’un rinceau sculpté sur le corps du chapiteau. Le rinceau a pratiquement disparu, mais il semble qu’il ait été d’un type comparable à celui du bloc A050 : rinceau lisse, feuilles (ou palmettes) dans les enroulements.

64Un autre chapiteau, BN006, possède en dessous de l’abaque un tore décoré d’un rinceau lisse enrichi de fleurs à cinq pétales et de feuilles.

65Les rinceaux ont été enfin utilisés dans la décoration des soffites. Ils apparaissent au soffite des architraves du théâtre sous une forme très simple : rinceau lisse avec feuilles de lierre, avec ou sans rosettes (TH379 et TH067), rinceau lisse avec fleurs à quatre pétales dans les enroulements (TH277). On trouve un rinceau lisse à simple volute au soffite de l’architrave-frise A050. On trouve également des rinceaux aux soffites des claveaux de la basilique.

66Des rinceaux lisses apparaissent aux soffites de trois des claveaux du dipylon qui ponctue la liaison entre le décumanus et la place dallée, au centre de la ville romaine. Dans deux cas (RO104 et T01), on voit des rinceaux dépourvus de feuilles et traités comme de simples tiges végétales. Sur ces deux blocs, ils forment une boucle complexe ou “nœud d‘Héraklès”. Sur le bloc RO104 les deux rinceaux sont représentés différemment : les rameaux de l’un forment des volutes dans lesquelles sont circonscrites des feuilles et des rosettes à quatre pétales ; l’autre rinceau est recouvert de feuilles et n’est enrichi par aucun autre motif. Ce dernier type de rinceau se retrouve sur le troisième claveau qui constitue la clef de voûte de l’édifice. Dans ces deux derniers cas, les feuilles sont traitées dans ce style particulier que l’on a déjà rencontré dans la décoration de la basilique civile et aussi dans le traitement de la file d’acanthes du linteau BE405 : les motifs sont empâtés, les feuilles ouvertes en éventail, le modelé complètement négligé. Le schéma est en outre peu clair car le rinceau est désormais composé d’éléments indépendants. Le style et le traitement du motif indiquent une date probablement tardive que l’étude du monument pourra permettre de préciser.

Notes

1 Rohmann 1995, 109-121.

2 Vandeput 1997, 99 et pl. 42-3 et 42-4.

3 Le motif continue d’être largement utilisé à l’époque protobyzantine.

4 FdX, III, 28 et Pl. 12-4.

5 FdX, II, 50-51, fig. 7 et Pl. XXXIV.

6 FdX, I, 87 et Pl. XXX.

7 FdX, II, 59-67 et Pl. XXIV, XXV, XXVI. La porte de la cella était décorée de trois rangs d’oves superposés, Pl. 53. On trouve également un kymation ionique sur les chapiteaux d’ante de la cella.

8 FdX, I, 47-58 et Pl. XII.

9 Ibid.

10 Vandeput 1997, 146 et no 320.

11 FdX, III, 114 et no 12.

12 Vandeput 1997, 148.

13 Vandeput 1997, 150. On retrouve également ce dispositif sur les astragales des blocs d’entablement de la basilique civile de Magnésie du Méandre.

14 CR009, CR427, CR930.

© Ausonius Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search