Version classiqueVersion mobile

Architecture romaine d’Asie Mineure

 | 
Laurence Cavalier

Troisième partie. Techniques et formes des constructions à l’Époque romaine

Chapitre IV. Typologie des édifices

Texte intégral

Arcs

1Deux arcs monumentaux ont été retrouvés à Xanthos. Le premier d’entre eux, daté de l’époque flavienne, s’élève encore à l’arrière de la porte sud de la ville, le second, sans doute pour le moment indatable, se trouvait à l’extrémité est du décumanus. Il est en outre vraisemblable qu’un troisième arc ait été construit quelque part à proximité immédiate de la porte nord-est, mais on ne peut en voir aujourd’hui que des claveaux qui gisent au sol.

2Les arcs honorifiques font partie des édifices les plus spécifiquement romains. C’est à l’époque augustéenne que la formule est définitivement établie : on trouve des arcs à une, deux, trois ou quatre baies, ainsi que des quadrifrons. Les arcs sont munis d’un imposant attique. On emploie très souvent des ordres engagés.

  • 1 Inan 1989, 240.

3Les arcs honorifiques ne sont pas rares en Asie Mineure, le premier d’entre eux, la porte de Mazeus et Mithridate apparaissant à Éphèse dans les dernières années du ier siècle a.C. Les arcs d’Asie Mineure, contrairement à ceux de Rome, construits par le Sénat en l’honneur de l’empereur, sont offerts par des personnes privées et souvent dédiés aux divinités1. C’est le cas de l’arc de S. M. Priscus de Xanthos, dédié à la triade appolinienne. Mais les arcs servent aussi à ponctuer la topographie urbaine par des édifices que l’on veut prestigieux. Les arcs marquent en même temps le début ou la fin d’une rue, d’un quartier, d’un espace public.

  • 2 Exemples à Assos (non daté), Éphèse (Porte de Mazeus et Mithridates, 4-3 a.C.), Isauria (arc de Ma (...)

4L’arc flavien de Xanthos appartient à la série des arcs à une seule baie que l’on trouve fréquemment en Asie Mineure à l’entrée des villes2. Il est justement placé à l’extrémité d’une rue importante et marque l’entrée dans Xanthos. L’arc de Patara était placé dans une position similaire. L’arc d’Hadrien, qui s’élevait au nord de la porte hellénistique de Pergé devait avoir la même importance symbolique. Structurellement, l’arc de Xanthos correspond à une version simplifiée des arcs romains. On notera en effet l’extrême simplicité de sa décoration, l’absence d’ordre engagé et surtout l’absence d’attique, marques probables de ressources publiques restreintes.

5Le dipylon de Xanthos est à ma connaissance le seul représentant connu de son type en Asie Mineure. Cette forme est de toute façon rare dans le monde romain, le dispositif le plus courant en Asie Mineure étant l’arc à trois baies. La construction du dipylon, entre les arcatures qui marquaient l’extrémité est des portiques du décumanus, avait peut-être pour but de figurer une sorte de propylon, dispositif particulièrement apprécié en Asie Mineure.

6Le dipylon se trouvait à la rencontre de la rue à colonnades est-ouest et de la place dallée sur laquelle donnait le cardo. L’arc de Demetrios et Apollonios de Pergé se dressait lui aussi à la rencontre de la rue à colonnades et d’une rue perpendiculaire est-ouest. A Phaselis, un arc marquait l’extrémité orientale de la rue à colonnades qui reliait les deux ports de la ville. Il en était de même à Hiérapolis où l’on trouvait un arc à chacune des extrémités de la grande rue à colonnades.

7Le dipylon de Xanthos n’est pas suffisamment étudié pour que l’on en propose une restitution, même partielle, mais il semble bien que, au contraire de l’arc flavien, il ait possédé un attique. C’est en tout cas à cet emplacement que l’on est tenté de restituer la grande inscription latine découverte dans les ruines de l’édifice.

Basilique civile

8L’édifice identifié récemment à Xanthos comme basilique civile est d’un type pour le moins hybride. Disposé en bordure de terrasse et destiné à agrandir l’espace disponible de la place tout en rattrapant la différence de niveau avec la rue située en contrebas, il correspond parfaitement aux aménagements d’édifices de marché (Marktbau) dont on connaît de nombreux exemples en Asie Mineure à l’époque hellénistique et notamment dans des villes sous l’influence de Pergame ou en relation avec elle.

  • 3 Lauter 1970, 78-101.
  • 4 Lanckoronski 1893, 234.

9Dans ce type d’édifice, le soubassement était aménagé de façon à servir d’espace de stockage pour le ravitaillement public. On peut imaginer également que des boutiques pouvaient s’y installer. On ne connaît pas précisément la destination de l’étage de ces édifices de marché. Comme il donnait directement sur une place et que son rez-de-chaussée était aménagé à des fins commerciales, on peut penser qu’il servait de cadre à des transactions de cette nature. H. Lauter faisait remarquer qu’il faudrait plus souvent considérer le portique donnant sur la place comme un espace à fonctions publiques que comme le simple portique d’un édifice commercial, et il en veut pour preuve une dédicace impériale visible sur le portique de l’édifice de marché d’Aigai3. Cette hypothèse est confirmée par l’inscription que porte l’édifice de marché de Selgé et qui l’identifie comme chrematisteria4. L’étage de l’édifice, s’il servait de halle couverte, faisait aussi probablement fonction de bourse, activité de toute façon associée aux portiques.

  • 5 Lauter 1970, 78-101.
  • 6 Naumann & Kantar 1950, 69 sq.

10L’évolution fonctionnelle de certains de ces édifices est d’un grand intérêt pour notre propos. On se rend compte en effet qu’à Aspendos, l’édifice de marché hellénistique a été remplacé par une basilique civile, sans doute au début du iiie siècle p.C.5 A Smyrne, la basilique sévérienne est construite sur un soubassement voûté plus ancien qui faisait peut-être également fonction d’annexes6.

  • 7 Wurster 1976, 34. Une parenté possible de ce monument avec les édifices de marché a été signalée p (...)

11Dans la vallée du Xanthe, un édifice de la ville de Tlos offre quelques points de comparaison avec la basilique civile de Xanthos. Ce grand bâtiment n’est pas publié et l’on ne dispose à ce jour que de la description qu’en fit W. W. Wurster en 19767. Le bâtiment à étage est disposé de façon à rattraper la différence de niveau entre le stade accessible par le rez-de-chaussée, à l’ouest, et le grand espace accessible par l’étage, à l’est. La moitié nord de l’édifice montre un plan basilical : une nef centrale flanquée de deux nefs latérales plus étroites. Comme à Xanthos, les murs de l’édifice sont construits en appareil régulier. La fonction de l’édifice n’est toujours pas déterminée, mais le concept est proche de celui qui a été mis en œuvre à Xanthos. On ne connaît pas d’autre édifice comparable en Lycie.

Établissements de bains

  • 8 En dernier lieu, Ihḱ 2000,102-103. L’auteur, après J. J. Coulton suggère que les thermes ont été c (...)
  • 9 TAM, II, 651.
  • 10 Farrington 1995, 63.
  • 11 IGR, 3, 690.

12Les thermes sont un des marqueurs de la romanisation des provinces. Deux établissements de bains nous sont parvenus, sur trois attestés par l’épigraphie à Xanthos. Si la datation du premier d’entre eux (thermes I) à l’époque flavienne est correcte, elle prouve que la romanisation de Xanthos a été assez rapide, car la Lycie n’est devenue province romaine qu’en 43 p.C., sous l’empereur Claude. Les premiers thermes apparaissent ailleurs en Lycie sous les Flaviens, par exemple dans la ville proche de Patara, en 68-698, à Kadyanda9 et Balbura10 sous Vespasien, à Simena11 sous Titus en 80.

  • 12 Farrington 1995, 3.

13A. Farrington a montré par ailleurs que les thermes de Lycie étaient en général construits sur le même plan caractérisé par la disposition de 3 pièces juxtaposées avec parfois une grande salle à l’arrière12 et il postule pour les thermes I de Xanthos ce type d’aménagement. Si le plan des thermes I n’est pas tout à fait clair, les thermes II de Xanthos correspondent parfaitement à ce type “lycien”. D’autant mieux s’il s’agissait bien, comme le propose l’auteur, du complexe thermes-gymnase désigné par une inscription. Les thermes lyciens sont en effet assez souvent associés à des gymnases : on peut citer les exemples des thermes A et B de Tlos, des thermes d’Oenoanda, ou encore des thermes d’Apollonia.

  • 13 Farrington 1995, 64.
  • 14 Farrington 1995, 82.
  • 15 Wurster 1978, 97.
  • 16 Coulton 1984, 9.
  • 17 Farrington 1995, 81.

14En tout état de cause, la construction sous le Bas-Empire de ce grand établissement de bains, le plus vaste de Lycie, n’étonnera pas. Les Lyciens avaient en effet adopté avec enthousiasme la mode des thermes publics et nombre de ces établissements ont été construits vers la fin du iie siècle, comme les thermes du Centre à Patara13, les thermes A de Tlos, datés dans leur deuxième phase de la fin du iie ou du début du iiie siècle p.C.14, les thermes de Pinara, au plus tôt à la fin du iie siècle p.C.15, les thermes Mk1 d’Oenoanda, datés de l’époque sévérienne16. Cet engouement pour les bains publics durera pendant toute l’Antiquité tardive comme le prouve l’exemple des thermes d’Ibedessos, construits au iiie ou au ive siècle17.

  • 18 Ginouvès 1992, 108.
  • 19 Farrington & Coulton 1990, 55-69.

15On notera cependant que ces thermes lyciens restent de faibles dimensions si on les compare aux thermes des provinces occidentales. Cela tient peut-être aussi au fait que la Lycie compte un grand nombre de villes, mais que celles-ci sont tout de même assez modestes et ne nécessitent pas de grands établissements thermaux. La situation de la Lycie à l’époque romaine a pu être comparée à celle des provinces d’Afrique. Dans les deux régions on a utilisé le même dispositif, les bobines d’écartement18 pour établir une double cloison pour la circulation d’air chaud. Ces deux régions ont comme autre point commun de posséder à l’époque impériale un grand nombre de villes de taille modeste et l’on peut penser que la méthode retenue était la plus facilement réalisable par des ouvriers locaux et également la plus économique pour des villes dont les ressources étaient sans doute limitées19.

Nymphée

16Le présumé nymphée de Xanthos n’est pas encore dégagé, mais il semble qu’il soit de forme semi-circulaire, formule inusitée en Asie Mineure où l’on a privilégié les grandes façades rectilignes. Cette forme, plutôt appréciée en Syrie, est dans l’état actuel des connaissances sans parallèle en Lycie.

17Le présumé nymphée de Xanthos est, en revanche, construit exactement là où on l’attendait. Il borde la place dallée où se rencontrent les deux grands axes de la ville et qui devait être extrêmement fréquentée. Il est situé à proximité des zones d’habitation qu’il faut probablement chercher dans le vallon, mais aussi sur les pentes sud de l’acropole haute et pouvait ainsi remplir sa fonction utilitaire. Situé enfin au cœur du dispositif monumental de la ville, il était lui-même dominé par l’édifice à dromos, symboliquement important et constituait un point focal lorsqu’on remontait le cardo. Le nymphée constituait ainsi un des éléments majeurs de la politique de prestige de Xanthos.

  • 20 Borchhardt 1975, 73.

18On ne peut pas comparer l’édifice de Xanthos avec d’autres fontaines monumentales lyciennes, car on n’en connaît pour l’instant aucune à l’exception peut-être d’un édifice d’Andriake, parfois identifié comme nymphée20. Sa situation à l’intérieur du dispositif urbain est en revanche identique à celle du nymphée de Selge, situé lui aussi à l’extrémité d’une rue à colonnades ponctuée à cet endroit par un arc honorifique.

Places a portiques

19Trois places à portiques sont conservées à Xanthos. L’agora romaine a un plan carré (50 m x 50 m) ; l’agora supérieure s’en rapproche (55 m x 60 m). Les villes pamphyliennes de Sidé et Pergé ont elles aussi privilégié le plan carré. L’agora inférieure est en revanche de plan rectangulaire (110 m NS x 78 m EO). Ces places sont toutes trois situées en plein centre ville, en bordure d’axes importants. On ne connaît, et encore seulement de façon partielle, que le dispositif qui assurait la transition entre l’agora romaine et l’extrémité ouest du décumanus. Il consistait en deux arcatures ouvertes dans le mur de fond du portique ouest. L’agora supérieure ne pouvait avoir d’entrée principale que sur le décumanus. Celle de l’agora inférieure devait se situer sur le cardo.

20Les portiques de l’agora romaine sont les seuls que l’on puisse restituer, exception faite du chapiteau. De l’agora supérieure, il ne nous reste aucun élément sûrement attribuable aux portiques. Les portiques de l’agora inférieure posent le problème de l’entraxe (4,85 m), beaucoup trop important pour être couvert par une architrave de pierre. Les solutions alternatives, architraves de bois, arcades, sont peu satisfaisantes. Le fait que le portique ne possède pas de crépis continue, mais seulement des dalles porte-colonnes, est une bizarrerie supplémentaire. Au total, l’agora inférieure de Xanthos n’a pas, à ma connaissance, de parallèle proche en Lycie.

21L’existence de trois places à portiques à Xanthos implique sans doute qu’elles avaient des fonctions différentes, ou qu’elles ne sont pas contemporaines. Il est difficile de dire laquelle de ces hypothèses on doit retenir pour les deux agoras situées à l’est du vallon et qui sont pour ainsi dire mitoyennes. Cette disposition se retrouve à Aphrodisias : l’agora nord qui existait à l’époque hellénistique a été entourée de portiques à la fin du ier siècle a.C. L’agora sud, qui date de la première moitié du iie siècle p.C., a été construite sur l’emplacement libre entre l’agora nord et le théâtre, de sorte que les deux agoras sont juxtaposées.

22Les villes d’Asie Mineure qui possèdent plusieurs places à portiques sont nombreuses : c’est le cas par exemple d’Éphèse, où les deux agoras ont des fonctions clairement distinctes. Des fonctions commerciales pour l’agora inférieure (Tetragone), reconstruite au Bas-Empire, et des fonctions civiques pour l’agora supérieure où se trouvait le long du côté nord une basilique civile à trois nefs. La ville de Pergame a compté deux agoras à l’époque hellénistique et un forum à l’époque romaine. En Pisidie, on trouve une agora inférieure et une agora supérieure à Sagalassos, l’agora dorique et le complexe basilique-forum à Cremna. Laodicée du Lycos possédait aussi deux agoras. En Pamphylie, Selge comptait une agora supérieure et une agora inférieure. En Lycie, il y avait à Phaselis trois agoras, une de l’époque de Domitien, une de l’époque d’Hadrien et une agora tardive. Mais en dehors de cet exemple et bien sûr de celui de Xanthos, on ne connaît qu’une seule agora pour les autres villes de Lycie. Il est cependant vraisemblable, étant donné la méconnaissance actuelle des sites lyciens, que de tels aménagements soient encore à identifier.

Rue a colonnades

  • 21 Heinzelmann 2003, 197-220.

23Ce type de dispositif, dont la raison d’être semble d’ordre pratique, était aussi un élément important de la politique de prestige des cités qui se livraient sans doute à une concurrence farouche en matière d’aménagement urbain21. Peu de villes d’Asie Mineure étaient dépourvues de rues à colonnades à l’époque romaine. La probable origine orientale de la formule, qui dériverait des plateia hellénistiques, a sans doute été pour beaucoup dans la diffusion de cette architecture. Les rues à colonnades structuraient l’espace en le limitant, constituaient la véritable épine dorsale de la cité et jouaient en même temps un rôle unificateur entre les différents secteurs de la ville.

24La rue à colonnades de Xanthos remplissait ces fonctions : en même temps décumanus maximus de la cité, elle permet de relier les deux secteurs urbanisés situés de part et d’autre du vallon et de mettre en rapport deux des trois places à portiques de la ville. Elle constituait aussi la liaison entre les deux autres grands axes, le cardo et la rue qui montait de la porte sud.

25On remarque également que la rue à colonnades aboutissait à une place dallée dominée sans doute par un nymphée. L’association de ces deux édifices est courante : nous en avons de bons exemples à Laodicée du Lycos, à Pergé et aussi à Selgé. Cette relation entre les deux édifices est également très frappante à Lepcis Magna.

  • 22 Ihḱ 2000, 67-68.

26Nous ne connaissons pas d’autre rue à colonnades dans la vallée du Xanthe, peut-être, encore une fois, en raison de l’inachèvement des fouilles, à l’exception de la rue principale de Patara. Celle-ci était visiblement bordée d’un portique, au moins dans sa partie occidentale, comme le prouvent les colonnes et les fragments d’entablement qui gisent dans ce secteur22. La ville de Limyra, en Lycie orientale, possédait une rue à colonnades à l’époque romaine, mais celle-ci n’est pas encore fouillée et les éléments d’architecture retrouvés ne permettent pas d’en restituer l’ordre. La ville de Phasélis, à la limite de la Lycie et de la Pamphylie, était traversée par une grande avenue à colonnades qui reliait les deux ports de la ville, constituait un axe commercial majeur et fournissait aussi une solution de remplacement à l’absence de stade, car il semble que l’on utilisait cette grande avenue pour des épreuves sportives.

Théâtre

  • 23 A propos de l’évolution architecturale des théâtres d’Asie Mineure, Moretti 1992, 9-32.

27Xanthos possédait un théâtre, comme toutes les villes micrasiatiques de quelque importance, depuis l’époque hellénistique23. On a vu plus haut que de cet état hellénistique il ne reste que de faibles traces. On sait que, à l’époque romaine, la cavea a été modifiée pour prendre une forme semi-circulaire et que le théâtre a été doté d’un bâtiment de scène à étage richement décoré.

28L’évolution architecturale du théâtre de Xanthos n’a pas été étudiée et l’on ne peut actuellement pas dire si elle est conforme à ce que l’on peut constater ailleurs.

29Dans les limites de la Lycie et en ce qui concerne plus précisément la décoration architecturale, nous pouvons rapprocher le théâtre de Xanthos de celui de Limyra, les deux théâtres ayant fait l’objet d’une donation du riche Opramoas de Rhodiapolis après le tremblement de terre de 141-142. Dans les deux cas, il semble que les réfections aient pris beaucoup de temps et l’ornementation des bâtiments de scène indique une date à la fin du iie siècle p.C. pour Limyra, à l’époque sévérienne pour Xanthos. La décoration architecturale du théâtre de Tlos, un peu postérieur, est peut-être l’œuvre d’un atelier également actif à Xanthos.

  • 24 Pour un état récent des recherches, Badie et al. 2004, 145-186.

30On ne peut pour le moment rien dire de définitif sur l’évolution du théâtre du Létôon dont l’étude n’est pas terminée. Il date en tout cas de l’époque hellénistique et a gardé à l’époque romaine sa cavea en forme de demi-cercle outrepassé. L’existence d’un bâtiment de scène est attestée par quelques blocs décorés qui gisent sur les gradins les plus bas, mais aussi par la mise au jour de maigres vestiges qui lui sont sans doute attribuables24.

  • 25 De Bernardi Ferrero 1969, 115-120 ; IV, 166.

31Il semble que les théâtres de Sidyma et de Pinara, ce dernier datant de vers 50 a.C.25, n’aient rien conservé de leur décoration architecturale. On n’en voit en tout cas aucun vestige sur place.

  • 26 De Bernardi Ferrero 1969, 123-141.

32Le théâtre de Patara n’a été entièrement dégagé qu’en 2001 et rien n’a encore été publié concernant les fouilles récentes26. Les quelques rares blocs provenant du bâtiment de scène actuellement visibles sur place montrent une décoration architecturale très différente de celle de Xanthos.

Notes

1 Inan 1989, 240.

2 Exemples à Assos (non daté), Éphèse (Porte de Mazeus et Mithridates, 4-3 a.C.), Isauria (arc de Marc-Aurèle, 166-169 p.C. et arc d’Alexandre Sévère, fait de matériaux remployés), Korykos (iie ou iiie s. p.C.), Merkes Kalesi (Cilicie, non daté), Sagalassos (non daté), Tarse (début iie s. p.C.), Kähler 1948, 452-494.

3 Lauter 1970, 78-101.

4 Lanckoronski 1893, 234.

5 Lauter 1970, 78-101.

6 Naumann & Kantar 1950, 69 sq.

7 Wurster 1976, 34. Une parenté possible de ce monument avec les édifices de marché a été signalée par Hoffmann 1989, 206.

8 En dernier lieu, Ihḱ 2000,102-103. L’auteur, après J. J. Coulton suggère que les thermes ont été construits sous Néron et que l’inscription mentionnant Vespasien correspondrait à des réparations.

9 TAM, II, 651.

10 Farrington 1995, 63.

11 IGR, 3, 690.

12 Farrington 1995, 3.

13 Farrington 1995, 64.

14 Farrington 1995, 82.

15 Wurster 1978, 97.

16 Coulton 1984, 9.

17 Farrington 1995, 81.

18 Ginouvès 1992, 108.

19 Farrington & Coulton 1990, 55-69.

20 Borchhardt 1975, 73.

21 Heinzelmann 2003, 197-220.

22 Ihḱ 2000, 67-68.

23 A propos de l’évolution architecturale des théâtres d’Asie Mineure, Moretti 1992, 9-32.

24 Pour un état récent des recherches, Badie et al. 2004, 145-186.

25 De Bernardi Ferrero 1969, 115-120 ; IV, 166.

26 De Bernardi Ferrero 1969, 123-141.

© Ausonius Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search