Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Architecture romaine d’Asie Mineure

 | 
Laurence Cavalier

Troisième partie. Techniques et formes des constructions à l’Époque romaine

Chapitre III. Commentaire sur les techniques de construction

Texte intégral

  • 1 Waelkens 1987, 98-100 ; Waelkens 1989, 77-89.

1L’appareil rectangulaire est désormais l’appareil utilisé le plus fréquemment à Xanthos. Le type 2 est employé sur une longue période, puisqu’on le trouve dans les murs de portique de l’agora romaine et qu’on l’emploie encore à la fin du iie et au début du iiie siècle p.C. dans les autres grands édifices publics de la ville, théâtre, basilique, portiques de l’agora inférieure. En cela, Xanthos se situe dans une tradition héritée de l’époque hellénistique, comme de nombreuses autres villes de Lycie, Pamphylie, Pisidie et Phrygie qui continuent à construire en grand appareil1. Dans la vallée du Xanthe, l’appareil rectangulaire est utilisé dans les grands édifices, comme, par exemple, le “Hallengebäude” de Tlos (pl. 91, fig. 265), datable sans plus de précision de l’époque romaine, les greniers d’Hadrien à Patara, datés d’entre 117 et 138, ou le temple dit d’Apollon de la même ville, datable de l’époque antonine.

  • 2 Farrington 1995, 56.
  • 3 Farrington 1995, 54.

2Pour autant, l’appareil polygonal ne disparaît pas des édifices de Xanthos au contraire de ce que l’on constate ailleurs dans le monde grec. On note même que l’appareil polygonal utilisé à Xanthos à l’époque romaine, tout en étant très différent de l’appareil polygonal classique et hellénistique, par les dimensions des blocs et le travail du parement, est encore presque toujours de belle qualité et ne fait pas appel au mortier. On peut penser que l’appareil polygonal était celui que les artisans locaux connaissaient par tradition le mieux et qu’il était donc celui qui leur semblait à la fois le plus facile et probablement le moins coûteux à réaliser. La fidélité à l’appareil polygonal n’est pas le fait de la seule ville de Xanthos. On le trouve par exemple utilisé aux greniers d’Hadrien à Andriake (parement intérieur, mur arrière, pl. 67, fig. 191) et Patara (pl. 79, fig. 223)2, aux thermes d’Antonin le Pieux à Kyaneai3, sur l’agora d’Arycanda (portique). A Xanthos, cet appareil est resté cantonné à la construction de terrasses et il s’est retrouvé dans deux ensembles importants (agora romaine, agora inférieure) associé à l’appareil régulier utilisé pour la construction des portiques. Cette association fait écho à la même superposition d’appareils que l’on note dans les remparts à l’époque hellénistique.

3On trouve un autre exemple de superposition des deux appareils au théâtre de Tlos où les assises inférieures du mur de la cavea sont en appareil polygonal, alors que les parties supérieures sont en appareil régulier.

4Les blocs quadrangulaires qui entrent dans la construction des murs en appareil régulier sont munis d’anathyroses sur les faces de joint. Il en va de même pour les blocs d’entablement des portiques de l’agora romaine. Les blocs architecturaux décorés provenant de la basilique civile sont également traités avec soin. Cette qualité du travail, même si elle reste relative si l’on compare l’architecture de cette époque à celle de l’époque classique, montre que les Xanthiens restaient encore dans la tradition grecque de construction.

  • 4 Coulton et al. 1988, 130.
  • 5 Waelkens 1989, 78.

5Cette constatation rend d’autant plus surprenant le fait que les scellements métalliques disparaissent à Xanthos à l’époque romaine. On trouve encore des scellements verticaux aux colonnes et encore seulement sur les colonnes de module moyen, mais presque jamais de scellements horizontaux. En revanche, dans une ville supposée de moindre importance comme Balboura, les scellements en Pi sont employés au temple de Némésis, daté d’avant 161 p.C.4 On trouve encore des crampons métalliques au tripylon de Kyaneai, ville très modeste, au iiie siècle p.C. Même lorsque le grand appareil est associé à du mortier, la stabilité des murs est obtenue surtout grâce aux scellements, en raison de la mauvaise qualité du mortier5. L’abandon de la technique à Xanthos ne peut pas être dûe à un manque de savoir-faire, puisque celui-ci s’exprime dans le travail soigné des parements et des faces de joint, mais il faut plutôt en chercher la cause dans un appauvrissement de la ville et peut-être dans la nécessité de construire ou reconstruire rapidement.

6Les formules typiquement romaines comme l’utilisation de l’opus caementicium, ou encore la construction en briques, ne semblent pas avoir été particulièrement prisées à Xanthos. Le mortier y est employé tardivement, dans le soubassement des portiques de l’agora supérieure et dans les thermes II. On constate également que l’on a, dans ces deux édifices, utilisé des blocs de calcaire tendre pour constituer les assises supérieures des murs, autrement construits en calcaire dur.

  • 6 Le Roy 1991, 351.
  • 7 Badie et al. 2004, 170. La brique a peut-être déjà été utilisée dans le bâtiment de scène hellénis (...)

7Les voûtes qui couvrent les citernes de la basilique civile constituent la réalisation la plus spécifiquement romaine de la ville, en associant briques et mortier. Il est possible que les voûtes des thermes II aient été construites de la même manière, mais nous n’en avons aucune preuve. Au Létôon en revanche, la brique a été assez largement utilisée : dans les portiques où les colonnes sont faites de briques stuquées, pour la construction du nymphée6 et dans le bâtiment de scène du théâtre7.

8Au total, on peut considérer que Xanthos ne se distingue pas par ses techniques de construction des autres villes du sud-ouest de l’Asie Mineure à l’époque romaine. Encore très fidèle aux traditions d’origine grecque, la ville a adopté celles des techniques romaines qui lui paraissaient appropriées et faciles à mettre en œuvre : les briques et le mortier pour fabriquer des voûtes, le mortier pour assurer la cohésion des fondations d’un portique ou d’un mur fait de blocs hétérogènes. On notera que l’adoption de ces deux techniques a probablement eu lieu tardivement, vers la fin du iie ou au iiie siècle p.C.

  • 8 Waelkens 1987, 98.

9Pourtant la Lycie connaissait les nouvelles techniques avant même d’être définitivement rattachée à l’Empire, sous Claude. Le monument funéraire élevé à Limyra pour Gaius César, mort en 2 p.C., possède une structure de moellons liés avec du mortier, “habillée” par un parement en appareil rectangulaire, les blocs constituant celui-ci pénétrant dans le noyau. Mais ce monument, construit avec l’accord d’Auguste, l’a sans doute été par des architectes venus de Rome8, ce qui en fait un cas particulier. Au contraire, la tour proche de l’agora romaine de Xanthos, datée provisoirement de la première moitié du ier siècle a.C., est construite en appareil rectangulaire d’excellente qualité, à joints vifs, et reste dans la tradition hellénistique.

  • 9 Le seul monument d’importance en dehors du nymphée étant les thermes de Myra, datables selon les a (...)

10Il serait très intéressant de connaître les commanditaires des édifices de Xanthos qui ont mis en œuvre des techniques purement romaines. Il est en effet vraisemblable que les Xanthiens qui avaient des liens avec Rome étaient les plus à même d’importer dans leur ville des techniques jusque-là inusitées. On pourrait peut-être expliquer de cette façon la construction en briques du nymphée du Létôon dans une région où ce matériau est peu utilisé9.

  • 10 Walker et al. 1983, 175.

11L’ensemble des observations que l’on peut faire sur les techniques de construction employées à Xanthos à l’époque romaine tendent à donner de cette ville une image un peu décevante, quand on se souvient de sa grandeur à l’époque classique : la disparition des scellements métalliques semble être synonyme d’appauvrissement et la fidélité à la tradition grecque ressort peut-être aussi à la fois à un conservatisme régional et un certain isolement par rapport à la capitale. Le fait que l’on ait pratiquement jamais recours au marbre, même pas pour le bâtiment de scène du théâtre, à une époque où les carrières de Proconnèse alimentent des villes situées un peu partout dans l’Empire, va bien dans le sens d’une certaine pauvreté de Xanthos à l’époque romaine. Cette pauvreté apparente est cependant contredite par les grands travaux d’urbanisme qui ont remodelé la ville à l’époque sévérienne, comme elle l’est également par l’existence des deux grands mausolées probablement utilisés de la période antonine au iiie siècle p.C. et dont l’apparition correspond à une époque de grande prospérité pour les villes de Lycie10.

Notes

1 Waelkens 1987, 98-100 ; Waelkens 1989, 77-89.

2 Farrington 1995, 56.

3 Farrington 1995, 54.

4 Coulton et al. 1988, 130.

5 Waelkens 1989, 78.

6 Le Roy 1991, 351.

7 Badie et al. 2004, 170. La brique a peut-être déjà été utilisée dans le bâtiment de scène hellénistique, ibid, 149.

8 Waelkens 1987, 98.

9 Le seul monument d’importance en dehors du nymphée étant les thermes de Myra, datables selon les auteurs du iiie siècle p.C., Borchhardt 1975, 57, ou de la fin du ive voire du ve siècle p.C., Dodge 1990.

10 Walker et al. 1983, 175.

© Ausonius Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540