Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Architecture romaine d’Asie Mineure

 | 
Laurence Cavalier

Deuxième partie. Blocs d’architecture errants ou remployés dans des constructions tardives

Chapitre I. Blocs d’architecture d’Époque hellénistique

Texte intégral

1Les éléments d’architecture étudiés dans le chapitre précédent sont pour certains attribuables à des ensembles monumentaux bien définis : l’agora romaine, l’agora inférieure, la basilique civile, le présumé nymphée, le théâtre. Cette attribution a été rendue possible par la concentration de ces éléments dans des zones précises, par la concordance des mesures, par la compatibilité de leur décoration.

2D’autres blocs d’architecture ont été remployés au cours des siècles, la plupart d’entre eux dans le rempart. Il est, dans ce cas, parfois possible de ranger ces blocs, suivant leur nature, dans des séries différentes et, donc, de postuler l’existence d’autant d’édifices disparus. Ces blocs sont pratiquement toujours fragmentaires, et ils sont le plus souvent impossibles à mesurer du fait de leur position dans la muraille. Il est donc difficile d’affiner l’analyse et de regrouper, par exemple, des entablements complets à partir de séries d’architraves, de frises et de corniches.

3On peut, dans quelques cas, rajouter aux séries de blocs attribués à des édifices précis ou remployés dans le rempart, des blocs d’architecture retrouvés errants sur le site, ou remployés dans d’autres édifices. Cette distribution géographique pourra parfois servir à élaborer une chronologie relative des monuments de Xanthos ou de leur destruction.

4L’inventaire des blocs d’architecture de Xanthos est riche à ce jour de plus de mille éléments. Dans le présent chapitre, je donnerai chaque fois que nécessaire les dimensions et caractéristiques principales d’un bloc (parfois de plusieurs) qui représentera la série entière. La prise en compte des formes des blocs et l’étude de leur décoration architecturale permettront, dans quelques cas, de déduire à quel type d’édifice ils appartenaient, et à quelle période celui-ci a pu être construit. La synthèse de ces données mettra en évidence les types de décors utilisés à Xanthos et leur évolution au cours de l’époque romaine. Il sera dès lors possible de faire la part entre les influences subies par les architectes xanthiens et le rôle propre des ateliers locaux.

5Quelques blocs d’architecture sont datables de l’époque hellénistique. Ils seront présentés, d’une part parce qu’il s’agit d’un matériel inédit, d’autre part parce que l’analyse des motifs décoratifs qu’ils portent entre dans le cadre de la réflexion sur l’évolution de l’ornementation à Xanthos.

6Contrairement à ce que l'on aurait pu attendre, l'inventaire informatisé des blocs errants ou remployés n'a permis de retrouver que très peu de blocs d'architecture attribuables à l'époque hellénistique. Les plus anciens sont probablement trois blocs de frise ionique à anthémion retrouvés hors contexte. Un demi-chapiteau corinthien est peut-être datable de la fin de la période. Les autres blocs retrouvés ne sont pas précisément datables. Il s’agit d’éléments appartenant à une colonnade dorique, de blocs de triglyphe et d’une gargouille léonine.

Blocs de frise ionique a anthémion

  • 1 La campagne de fouille 2004 a permis de retrouver un troisième bloc de frise, CR036 ter. Le bloc, q (...)

7Les trois blocs (CR036, CR036 bis, CR036 ter) qui représentent cette série avaient sans doute été remployés à une époque indéterminée dans un mur tardif élevé sur le stylobate ouest de la basilique civile. Ils gisent actuellement à l'intérieur de la nef ouest de l'édifice1.

CR036 (pl. 22, fig. 68)

L conservée = 0,80

P conservée au lit d’attente = 0,415

H = 0,48 m

8La partie supérieure du bloc est cassée. Le décor de la frise occupe 0,27 m en hauteur. Il consiste en un anthémion composé de palmettes et de fleurs de lotus, dont sont conservées une palmette presque entière, une fleur de lotus et une demi-palmette, reliées entre elles par un rinceau. On ne peut pas savoir s'il s'agissait du bloc d'angle de la frise, ou de l'arête d'une face de joint d'un bloc.

9Les palmettes, alternativement ouvertes et fermées, possèdent neuf feuilles qui naissent d'un cœur. L'usure de l'épiderme empêche de voir si le cœur de la palmette était bordé. Les feuilles de la palmette ouverte se recourbent vers le bas. La nervure axiale de la feuille centrale est constituée d’un mince bourrelet.

10Les fleurs de lotus naissent d'un culot à trois sépales et possèdent sept pétales. Les nervures sont matérialisées par de fins sillons qui déterminent des surfaces convexes. La nervure de feuille axiale est particulièrement marquée par deux sillons plus profonds.

11La liaison entre la fleur de lotus et la palmette fermée est constituée par une tige issue du culot du lotus, qui montre, d'abord, une volute vers le bas, puis, une volute vers le haut. A l'endroit où le rinceau se recourbe vers le bas, un rameau en forme de S se développe vers le haut de la frise. Du culot de la fleur de lotus, une autre tige naît et sert de liaison avec la palmette ouverte. Cette tige se termine en une bractée, qui donne elle-même naissance à deux tiges aux extrémités en volute, une volute vers le haut et une volute vers le bas terminant la tige en S qui monte vers le haut de la frise.

12Les blocs CR036 bis et ter n'apportent aucun renseignement supplémentaire.

  • 2 Le temple n’est pas encore publié. Je remercie J. des Courtils d’avoir attiré mon attention sur l’e (...)

13Ces blocs de frise portent un décor tout à fait inhabituel à Xanthos. Bien que la pierre soit très abîmée, le schéma décoratif est clair et permet de rapprocher les blocs de Xanthos d’autres blocs appartenant à l’entablement du temple d’Artémis du Létôon2. On possède de cet entablement un bloc de sima et des fragments de blocs de frise. Le moins fragmentaire de ces derniers porte une fleur de lotus liée à une demi-palmette par un rinceau, l’espace entre ces deux motifs étant occupé par un rameau portant un bouton floral, séquence décorative qui correspond exactement à celle des blocs de Xanthos. Les différences de dimensions entre les blocs, et l’espacement des motifs, plus important sur les blocs de Xanthos que sur ceux du temple d’Artémis, interdisent d’imaginer que les blocs appartenaient au même édifice et qu’ils auraient été transportés à Xanthos pour une raison indéterminée. Il faut donc admettre qu’il existait à Xanthos un monument possédant un entablement comparable à celui du temple d’Artémis du Létôon, mais de dimensions légèrement plus grandes.

14Le décor des deux frises étant pratiquement identique, on peut, grâce aux blocs du Létoon, mieux conservés, tenter de restituer les éléments manquants du décor de CR036, notamment le culot de la fleur de lotus, qui devait être composé de deux demi-feuilles d'acanthe représentées de profil, une feuille complète étant sculptée au premier plan. Cette feuille, à la nervure axiale fortement marquée, possédait cinq lobes, composés chacun de trois digitations. Celles-ci, en se touchant, formaient de beaux œillets en amande, dont on voit seulement la trace laissée par le foret sur le bloc de Xanthos. Ces trois feuilles d'acanthe ne surgissent pas directement des tiges, mais en sont séparées par une collerette constituée par un simple tore. Les rameaux des blocs du Létôon s'enroulent sur eux-mêmes et donnent naissance à une petite fleur de lotus en bouton, motif que l'on retrouve à la sima du temple. Les blocs de Xanthos sont trop usés pour que l'on puisse savoir si leurs rameaux étaient exactement du même type, mais la disposition générale est en tout cas la même.

  • 3 L'association frise/denticules apparaît pour la première fois au Mausolée d'Halicarnasse daté de 35 (...)

15Le bloc CR036 est cassé et l’on ne voit rien de sa partie supérieure. Or, si l’on se tourne encore une fois vers les blocs du temple d'Artémis, quelques fragments conservés de la frise montrent que le haut des blocs était sculpté d'une rangée de denticules, disposée au-dessus d'un ovolo. La hauteur disponible entre le haut de la frise sculptée de CR036 et l'arête supérieure du bloc est suffisante pour que l'on puisse y restituer une rangée de denticules et un ovolo identiques3.

16La frise de l'édifice ionique disparu de Xanthos, comme celle du temple d'Artémis du Létôon, est profilée en doucine.

  • 4 Roux 1961, 157.
  • 5 Rumscheid 1994, 12-13.
  • 6 Dont la construction commence sans doute en 313 pour être abandonnée vers 41 p.C.
  • 7 Rumscheid 1994, 76.

17Le premier exemple de frise présentant ce type de profil se trouve à l'ordre corinthien intérieur de la tholos d'Épidaure4. En Asie Mineure, on trouve des frises en doucine au naïskos, daté vers 2605, du Didyméion de Milet6, au Mausolée de Bélévi, daté entre 290 et de 2707 et à l'autel de Zeus de Pergame, daté du deuxième quart du iie siècle.

  • 8 Schede 1909.
  • 9 Sauf à l'Érechthéion où elle décore le haut des colonnes du portique nord.
  • 10 Schede 1909, 77 ; Rumscheid 1994, 316.
  • 11 Les chapiteaux de pilastre de la porte de la cella de la tholos d'Épidaure portent déjà ce motif co (...)

18Les anthémions qui alternent palmettes et fleurs de lotus sont bien connus dans l'architecture grecque, depuis l'époque classique. On trouve cette composition pour la première fois sur une sima en terre cuite provenant d'Éleusis8, datée de la deuxième moitié du ve siècle a.C. Ce décor apparaît également au portique nord de l'Érechthéion : l'espace entre les palmettes et les lotus y est occupé par des rameaux à volutes se terminant par un motif floral. Ce type de décor, qui associe anthémions et gargouilles en tête de lion, est d'abord limité à la sima9, puis est employé en Asie Mineure à partir de 300 p.C., pour d'autres membres d'architecture10, couronnement d'architraves, frises, ou chapiteaux d'ante sur lesquels la tête de lion est remplacée par une palmette ou une fleur de lotus11.

  • 12 Cook & Plommer 1966.
  • 13 Rumscheid 1994, 30 et no 227.

19Ce décor est donc fréquent en Asie Mineure, à l'époque hellénistique, mais son apparition sur les frises est plus rare. L'exemple le plus ancien est celui de la frise du temple d’Hémithea de Kastabos en Carie, daté de peu après 30012. Un seul bloc de frise, très fragmentaire, est conservé, sur lequel apparaissent une fleur de lotus et une palmette ouverte, reliées par une tige. La frise du temple de Dionysos à Milet, daté du début du iiie siècle13, est bien mieux conservée et montre, sous un kymation lesbique, une frise de palmettes à neuf feuilles, alternativement ouvertes et fermées et de fleurs de lotus à cinq feuilles.

20Les frises du Mausolée de Bélévi et celles du naïskos du Didymeion portent un décor alternant palmettes et fleurs de lotus. A Bélévi (pl. 71, fig. 199), il s'agit de palmettes fermées, contrairement à nos blocs où l'on trouve des palmettes ouvertes et fermées, comme c'est déjà le cas à la sima du Mausolée d'Halicarnasse ou à la sima du temple d'Athéna à Priène. Les palmettes alternativement ouvertes et fermées se trouvent en revanche au naïskos du Didymeion. A Bélévi, les fleurs de lotus et les palmettes semblent reposer sur les grosses volutes que forme le rinceau qui les relie. La séquence décorative de Didymes est plus proche de celle de Xanthos : le rinceau qui unit les différents éléments du décor naît en effet de la fleur de lotus. En outre, les palmettes ouvertes sont en réalité des demi-palmettes accolées (pas de feuille axiale) comme il semble que ce soit le cas pour les blocs de Xanthos.

  • 14 Roux 1961, 181.

21Le traitement des feuilles des palmettes du Didymeion et de Bélévi est proche de celui des blocs xanthiens. Les culots des fleurs de lotus sont cependant différents : ils se présentent, dans les deux cas, sous la forme d'une seule feuille d'acanthe, celle-ci étant cependant clairement divisée en deux parties (certains culots de lotus du Didyméion sont constitués par une feuille d'acanthe différente, très ouverte, aux digitations plus pointues). Sur les blocs de Xanthos et du Létôon, le calice d'où naît la fleur de lotus est composé de trois feuilles d'acanthe, suivant une formule adoptée pour la première fois au couronnement des orthostates du mur de la cella de la tholos d'Épidaure et due à une influence attique14.

22Les digitations de la feuille d'acanthe du Mausolée de Bélévi se touchent et forment des œillets en amande délicatement ourlés, comme c'est le cas sur nos blocs. Au naïskos de Didymes, les œillets sont plus ronds et pas complètement fermés. Les fleurs de lotus sont, d'une manière générale, assez proches des exemples de Xanthos : les lotus de Didymes possèdent sept pétales, plus géométriques qu'à Xanthos, les lotus de Bélévi n'ont que cinq pétales, mais la fleur, plus épanouie, ressemble davantage à celles de Xanthos.

23Les volutes, enfin, se recourbent complètement sur elles-mêmes et forment un œil, à Bélévi. Les volutes du Didymeion sont complètement recreusées comme à Xanthos, mais sont munies d'une bractée supplémentaire que l'on ne trouve pas sur nos blocs.

  • 15 Ce décor particulier continue à être utilisé à l'époque impériale, comme, par exemple, à la moulura (...)

24Il faut signaler enfin que ni à Bélévi, ni au Didyméion, on ne trouve de rameaux entre les éléments du décor de la frise, comme c'est le cas sur les blocs de Xanthos. Ce motif, connu depuis l'Érechtheion et qui apparaît au couronnement des orthostates de la tholos d'Épidaure, est rare. La frise du grand autel de Pergame montre un décor de ce type. Celui-ci est composé de palmettes ouvertes, fleurs de lotus et demi-palmettes fermées. Comme sur CR036, un rameau naît de la première bractée du rinceau issu de la demi-palmette fermée, montre une tige en forme de S qui monte vers le haut de la frise et s'achève en une petite volute. L'extrémité de la tige porte une demi-palmette, ou un bouton floral15.

25La prise en compte de ces différentes observations, si elle permet de situer les blocs de frise ionique de Xanthos à l'époque hellénistique, n'autorise pas une datation très précise. L'étude des blocs conservés de l'entablement du temple d'Artémis au Létôon et notamment de ceux de la sima, permettra assurément d'affiner la datation.

Chapiteau corinthien DEP001 (pl. 22, fig. 69)

26Le chapiteau dont il va être question est pour l'instant le seul représentant de sa série. On verra qu'il diffère considérablement des autres chapiteaux corinthiens de Xanthos. D'abord par le matériau, un calcaire blanc particulièrement fin. Par l'arrangement décoratif ensuite, beaucoup plus canonique que celui adopté pour les chapiteaux datables de l’époque romaine. Par la qualité du travail enfin, bien plus soigné que dans les autres exemples.

DEP001

H = 0,53 m

L conservée = 0,63 m

H corbeille = 0,44 m

H couronne inférieure = 0,15 m

27La partie inférieure du calathos est complètement envahie par la décoration végétale. La lèvre se présente sous la forme d'un listel horizontal (H = 0,12 m) parfaitement poli.

28Les feuilles de la couronne inférieure sont implantées de la manière habituelle, mais les feuilles de la couronne supérieure naissent elles aussi du lit de pose du chapiteau.

29Les volutes sont brisées. Les hélices sont indépendantes et leurs tiges sont constituées de deux canaux concaves superposés, à rainure axiale. L'extrémité de la volute est en entonnoir et ne forme pas de véritable œil.

30Les crosses naissent de caulicoles à gaine cylindrique cannelée dont la collerette est constituée de deux tores superposés, le tore supérieur faisant une légère saillie par rapport au tore inférieur. Un calice biparti masque le bas de la tige des crosses et le dos de la volute des hélices se trouve très près de la feuille intérieure, mais ne la touche pas (on remarque qu'une volute d'une des hélices est rattachée à la feuille intérieure par un pédoncule de pierre qui n'a pas été ôté).

31Le motif axial est brisé. Il était porté par une tige à boucle qui naît d'une feuille médiane supplémentaire.

32Au-dessus de la lèvre, l'abaque est couronné (H = 0,09 m) par un cavet surmonté d'un ovolo (H = 0,04 m).

33Les feuilles d'acanthe (celles qui composent la couronne inférieure atteignent le tiers de la hauteur des feuilles de la couronne supérieure, pl. 60, fig. 146) comportent cinq lobes composés de cinq digitations arrondies. La veine centrale et les veines des lobes sont constituées par un canal concave assez fin. Les digitations des lobes inférieurs touchent les digitations des lobes supérieurs et forment ainsi des œillets en forme de goutte, qui ne sont pas complètement fermés.

  • 16 Alzinger 1974, 85.

34Ce chapiteau a d'assez nombreuses caractéristiques de l'époque hellénistique. Les feuilles d'acanthe gardent encore un contour relativement fermé, même si les lobes commencent à prendre de l'importance par rapport au dessin général de la feuille. Mais le nombre des digitations (cinq au lieu de trois à l'époque hellénistique) montre bien que l'on a changé d'époque. Les caulicoles sont cannelés, comme c'est la règle à l'époque hellénistique. Les volutes des hélices sont très espacées et elles ne sont pas encore soutenues par les feuilles intérieures du calice16. Elles ne touchent pas l'abaque.

  • 17 Alzinger 1974, I, 40-43, 84, 85 et II, 70, no 109, 71, no 110 ; Rumscheid 1994, I, 160-161, II, no  (...)
  • 18 Mitchell & Waelkens 1998, 141.
  • 19 Heilmeyer 1970, 82 et pl. 8, 1.

35Ce chapiteau est assez proche, me semble-t-il, des chapiteaux de l'Octogone d'Éphèse (pl. 71, fig. 200), daté par la décoration architecturale des dernières années avant ou du début du règne d'Auguste, et qui ont conservé aussi certains traits de l'époque hellénistique17. Ils diffèrent du chapiteau de Xanthos sur quelques détails (les lobes ont quatre digitations, les crosses atteignent l'abaque), mais s'en rapprochent par d'autres (le type de l'acanthe est très proche, les œillets sont en forme de larme et pas complètement fermés, les feuilles des deux couronnes d'acanthe poussent depuis l'arête inférieure du calathos). L'exécution du chapiteau de Xanthos me semble cependant moins rigide. Les feuilles d'acanthe sont plus souples et plus plastiques, leur surface étant animée par de fines nervures, beaucoup plus accentuées aux chapiteaux de l'Octogone. Notre chapiteau se rapproche aussi de ceux du temple d'Auguste à Antioche de Pisidie, daté de l'époque tibérienne18 : l'organisation générale du chapiteau est très semblable ainsi que la forme des œillets ; le nombre de digitations est le même ; les feuilles de la couronne supérieure n'atteignent cependant pas l'arête inférieure du calathos et le recours au trépan est beaucoup plus important que pour le chapiteau de Xanthos. C'est sans doute à Sidé qu'il faut chercher le meilleur parallèle pour DEP001 : il s'agit de deux chapiteaux de demi-colonnes, malheureusement hors contexte. L'arrangement décoratif du chapiteau est le même, avec des feuilles d'acanthe dont les lobes possèdent cinq digitations. Les nervures sont finement incisées et les feuilles ont gardé toutes leurs qualités naturelles. Les feuilles de la couronne supérieure naissent du bas de la corbeille. Les caulicoles, cannelés, ont une collerette composée de deux tores superposés, les volutes ne reposent pas sur les feuilles intérieures du calice, mais en sont très proches. Ces deux chapiteaux sont peut-être datables de peu après le milieu du ier siècle a.C.19

36Le chapiteau DEP001 étant complètement hors contexte, il est impossible de proposer une date précise. On peut en tout cas le placer au tout début de l'époque impériale, peut-être même à la fin de l'époque hellénistique et déceler dans son style une influence pamphylienne.

Éléments d’une colonnade dorique

37Plusieurs blocs appartenant à une colonnade dorique ont été découverts lors de la campagne de fouilles de l’été 2001. Ces blocs de calcaire ont été remployés à l’époque romaine.

38La première série de blocs est constituée d’une assise de pilier cordiforme (AS012) et cinq tambours de colonne à facettes. Cinq de ces blocs ont été découverts au fond d'un sondage mené à l'intérieur du portique est de l'agora supérieure. Ils ont été remployés dans les fondations du stylobate est de l'agora et dans les fondations de la colonnade intérieure ouest de la basilique civile. Un sixième tambour de colonne a été remployé dans la fondation du stylobate ouest du portique. L'affaissement de la structure fait que ce tambour est devenu visible sans que l'on ait eu à fouiller.

39La position de ces blocs dans un mur ne permet de mesurer que leur diamètre.

AS010

Tambour ou fragment de fût de colonne.

D = 0,60 m.

40Le bloc présente vingt facettes. Il a peut-être été stuqué.

41Les autres blocs de la même série (AS011, AS012) remployés dans le mur ont un diamètre de 0,55 m.

42Le tambour (AS014) remployé dans les fondation du stylobate ouest a un diamètre estimé à 0,48 m. Le lit visible montre une mortaise carrée. La hauteur complète du tambour est de 0,37 m.

  • 20 Coulton 1976, 112.
  • 21 Coulton 1976, 113.

43Les colonnes à facettes, ou “colonnes polygonales” sont plus rares que les colonnes lisses après l'époque archaïque et sont toujours d'ordre dorique20, ce qui semble d'ailleurs confirmé par le fait qu'un bloc de triglyphe (AS013) a été remployé dans le même mur et provient sans doute du même bâtiment. A l'époque hellénistique, le bas des colonnes est souvent taillé à facettes, alors que le haut du fût présente de véritables cannelures : il s'agit en effet de protéger les cannelures, fragiles, des risques infligés par le passage de nombreuses personnes, tel qu'on peut l'imaginer sous les portiques. Mais il semble que cela n'ait pas été le cas à Xanthos. En effet, le tambour A014 présente des facettes et son diamètre est de 0,48 m. Il nous faut évidemment le restituer en haut de la colonne (au moins 0,60 m de diamètre à la base), ce qui prouve que la colonne ne présentait pas de cannelures au-dessus d'une certaine hauteur (en principe 1/3 de la hauteur de la colonne)21, mais était bien prévue pour porter des facettes sur toute la hauteur du fût.

  • 22 Coulton 1976, 64 et 136-137.

44On ne peut pas dater ces colonnes de façon précise, mais le fait qu'elles portent des facettes permet de les situer à l'époque hellénistique et de les attribuer à un portique d'ordre dorique disparu. Cette datation est confirmée par l'existence d'un pilier cordiforme, solution typiquement ionienne pour résoudre le problème de l'angle, peut-être inventée à la fin du ive siècle à la stoa du port de Milet22.

45Remployé dans la même construction que les colonnes à facettes, on trouve le bloc de triglyphe AS013. Sa position dans les substructions du portique de la place empêche qu'on puisse le mesurer et même le photographier. Il appartient à la même colonnade, probablement datable de l'époque hellénistique, sans que l'on puisse être plus précis.

Blocs de frise dorique

Série 1

DEC004 (pl. 23, fig. 70)

L = 0, 29 m

P = 0,59 m

H = 0,45 m

46Ce triglyphe, cassé, gît en bordure sud du décumanus.

Série 2

47Cette série est constituée par des blocs remployés à l’entrée du théâtre.

  • 23 Roux 1961, 95.
  • 24 Roux 1961, 140.

48Les blocs appartiennent peut-être à la même série que DEC004. En effet, les métopes des blocs du théâtre ont une largeur de 0,45 m, les triglyphes de 0,30 m, ce qui correspond à une proportion de 2 :3. Cette proportion est habituelle pour les frises doriques classiques. C'est par exemple le cas à la tholos d'Épidaure23. Au temple d'Asklépios à Épidaure, la proportion est pratiquement de 2 :3 et la hauteur de la frise est la même que la largeur de la métope24.

49On ne peut actuellement pas mesurer la hauteur des blocs remployés dans le théâtre de Xanthos, mais on connaît la hauteur du triglyphe DEC004, qui est de 0,45 m. Il est donc possible, si l'on restitue des métopes carrées aux blocs du théâtre, que ce bloc ait fait partie du même entablement.

50La frise de l'arc de Sextus Marcius Priscus, unique édifice daté de Xanthos, nous offre un point de comparaison. La largeur des triglyphes de l'arc est de 0,28 m pour une largeur de métope de 0,37 m. Pour atteindre la proportion 2 :3, la métope aurait dû avoir une largeur de 0,42 m, dimension qui correspond à la hauteur de la frise. L'arc de Xanthos est daté de l'époque de Vespasien. Les blocs du théâtre sont probablement antérieurs.

Gargouille léonine25 (pl. 33, fig. 71)

  • 25 BE163.

51Ce fragment sculpté est actuellement conservé au dépôt de fouilles de Xanthos, sans que l'on sache de quel secteur de la ville il provient exactement.

52Les autres gargouilles léonines que nous connaissons à Xanthos appartiennent à la sima du monument des Néréides. La morphologie de la tête de notre lion est très différente, de même que l'arrangement de la crinière, traitée en rangs de boucles beaucoup plus souples. Contrairement aux exemples classiques, les oreilles ne sont pas apparentes.

53Des têtes de lion ont été sculptées sur les corniches-simas d'époque romaine, mais dans tous les cas actuellement connus, il s'agit de fausses gargouilles qui n'ont qu'un intérêt décoratif. Ces observations m'amènent à penser que cette gargouille appartenait à un édifice soigné d'époque hellénistique sur lequel on n'est pas plus renseigné.

Notes

1 La campagne de fouille 2004 a permis de retrouver un troisième bloc de frise, CR036 ter. Le bloc, qui avait probablement été remployé dans le même mur tardif que CR036 et CR036 bis, gisait sous un éboulis, à l’intérieur de la citerne aménagée sous la nef centrale de la basilique.

2 Le temple n’est pas encore publié. Je remercie J. des Courtils d’avoir attiré mon attention sur l’extrême similitude de décor entre les blocs de Xanthos et ceux du temple d’Artémis.

3 L'association frise/denticules apparaît pour la première fois au Mausolée d'Halicarnasse daté de 350, Roux 1961, 355.

4 Roux 1961, 157.

5 Rumscheid 1994, 12-13.

6 Dont la construction commence sans doute en 313 pour être abandonnée vers 41 p.C.

7 Rumscheid 1994, 76.

8 Schede 1909.

9 Sauf à l'Érechthéion où elle décore le haut des colonnes du portique nord.

10 Schede 1909, 77 ; Rumscheid 1994, 316.

11 Les chapiteaux de pilastre de la porte de la cella de la tholos d'Épidaure portent déjà ce motif composé de deux demi-palmettes auxangles reliées par des tiges aboutissant au culot d'une fleur de lotus. Le motif central des chapiteaux d'ante du naïskos du Didymeion est une palmette fermée, Dinsmoor 1950, 229 et Pl. XVIII.

12 Cook & Plommer 1966.

13 Rumscheid 1994, 30 et no 227.

14 Roux 1961, 181.

15 Ce décor particulier continue à être utilisé à l'époque impériale, comme, par exemple, à la mouluration de bas de mur du temple d'Auguste et de Rome, à Ancyra (pl. 66, fig. 190b).

16 Alzinger 1974, 85.

17 Alzinger 1974, I, 40-43, 84, 85 et II, 70, no 109, 71, no 110 ; Rumscheid 1994, I, 160-161, II, no 48.

18 Mitchell & Waelkens 1998, 141.

19 Heilmeyer 1970, 82 et pl. 8, 1.

20 Coulton 1976, 112.

21 Coulton 1976, 113.

22 Coulton 1976, 64 et 136-137.

23 Roux 1961, 95.

24 Roux 1961, 140.

25 BE163.

© Ausonius Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540