Version classiqueVersion mobile

Architecture romaine d’Asie Mineure

 | 
Laurence Cavalier

Première partie. Les monuments d’Époque impériale datés ou datables par l’étude des formes et des décors

Annexe I. Monuments d’Époque impériale dont l’ornementation n’est pas conservée

Texte intégral

  • 1 Farrington 1995.
  • 2 A. Farrington a adopté les appellations de “thermes sud” pour les thermes situés au pied de l’acro (...)

1On connaît à Xanthos deux établissements publics de bains. L’un (thermes I) est situé au pied sud de l’acropole lycienne (pl. 20, fig. 63), l’autre (thermes II) se trouve à une cinquantaine de mètres à l’est du théâtre (pl. 20, fig. 62 et 64). Aucun des deux édifices n’a été fouillé. Dans son étude sur les thermes de Lycie à l’époque romaine, A. Farrington1 a pris en compte les thermes de Xanthos et en a publié un plan. Il s’agit à ce jour de la seule analyse concernant ces édifices2.

  • 3 TAM, II, 361.
  • 4 FdX, VII, 143 et 144, n. 10.
  • 5 Inscription no 67, inv. 6229.
  • 6 Opramoas de Rhodiapolis pour Balland, FdX, VII, 173-224, contra Coulton 1987, 171-178.
  • 7 Traduction Balland, FdX, VII, 191.

2Deux inscriptions font allusion aux établissements de bains de Xanthos. Une inscription découverte dans le rempart ouest3 indique que des thermes, probablement les premiers de la ville4, ont été construits par un Arruntius Claudianus, sénateur par adlectio en ou après 89. Une stèle inscrite, datable des années 141-149 p.C.5, découverte au Létôon, porte une inscription qui relate les “libéralités” d’un personnage anonyme6 envers la ville de Xanthos. Au rang de celles-ci, l’octroi de 10 000 deniers pour l’établissement de bains des femmes, et un autre don de 45 000 deniers pour le “gymnase et le balaneion qui s’y trouve incorporé”7. Pour M. Farrington, les thermes I pourraient correspondre aux thermes fondés par Arruntius Claudianus, alors que les thermes II seraient le complexe gymnase-bains dont parle l’inscription du Létôon. Aucune donnée de fouille ne permet pour le moment de confirmer, ni d’infirmer, cette hypothèse pour l’essentiel fondée sur l’étude des techniques de construction.

Thermes I

3L’édifice a été construit hors les murs, au pied sud de l’acropole lycienne. Dans ce secteur, le terrain est parfaitement plat (c’est là que se tient aujourd’hui le marché du village de K ń ḱ). La proximité immédiate du fleuve qui pouvait éventuellement assurer l’approvisionnement en eau de l’édifice a peut-être déterminé le choix de l’emplacement.

4Le monument est considérablement ruiné. De faibles dimensions, il couvrait environ 300 m2.

  • 8 Il s’agirait d’une formule dérivée des thermes d’Italie. Le type est fixé en Lycie à la fin du règ (...)

5Le plan est typique des thermes de Lycie à l’époque romaine8 et montre une série de trois pièces juxtaposées de sorte que leurs axes longitudinaux sont parallèles. Au nord de cet ensemble de trois pièces et apparemment sans liaison avec elles, se trouve un mur en appareil polygonal. Il constitue peut-être la paroi nord d’une pièce disposée transversalement à l’arrière des trois premières et qui serait une pièce chauffée.

6A. Farrington propose comme terminus post quem pour les thermes des petites villes de Lycie l’année 70 p.C. qui correspond à la dédicace des thermes de Vespasien à Patara, une des villes les plus romanisées de la région. Les thermes I de Xanthos auraient été construits après ceux de Patara, peut-être à l’époque de Domitien, s’il s’agit de la fondation d’Arruntius. La datation de l’appareil polygonal utilisé dans le mur de la pièce chaude ne démentirait pas cette hypothèse.

Thermes II

7Cet édifice, dont le plan est plus précis que celui des thermes I, s’élève à l’est du théâtre, dont il était séparé par la rue qui passait sous l’arc de S. M. Priscus et longeait le théâtre, puis le portique est de l’agora romaine, avant de croiser le décumanus. Les thermes II étaient probablement accessibles depuis cette rue. Ils se trouvaient en tout cas très en contrebas par rapport au décumanus.

  • 9 On trouve cette disposition dans huit établissements de bains lyciens, à Idebessos, Oenoanda, Myra (...)

8Les thermes II, qui couvrent une superficie d’environ 900 m2, sont les thermes les plus vastes de Lycie. Comme les thermes I, ils montrent la disposition caractéristique de la région et se présentent sous la forme de trois pièces rectangulaires juxtaposées. Immédiatement à l’ouest, et jouxtant ce premier ensemble, on trouve une autre pièce rectangulaire disposée transversalement9. D’après A. Farrington, deux pièces sur quatre étaient chauffées (pièces 2 et 4 sur le plan). La pièce 1 ferait fonction d’apodyterium et de frigidarium, la pièce 4, de caldarium. La pièce 1 serait attenante à une palestre.

  • 10 Farrington 1995, 74.

9Les murs de l’édifice sont construits en appareil rectangulaire peu soigné. On a utilisé beaucoup de mortier, mais on ne trouve aucun bloc remployé dans les murs. La technique de construction pousserait vers une datation à la fin du iie ou au début du iiie siècle p.C., voire plus tard10.

10Une observation des vestiges en place et de leurs environs montre que les thermes de Xanthos, comme la plupart des autres établissements thermaux lyciens, ne possédaient pas ou plus de décoration architecturale qui aurait pu permettre de les dater. C’est en comparant les techniques de construction, notamment les appareils, employées dans les édifices de même type, et en les confrontant aux données épigraphiques, qu’A. Farrington a proposé de prudentes datations. Il semble impossible, avant que les édifices soient fouillés, d’affiner celles-ci, mais on peut faire quelques remarques complémentaires.

Le mur en appareil polygonal attribué aux thermes I (pl. 31, fig. 95b)

11A. Farrington a bien montré que l’appareil polygonal à qui l’on prête souvent une valeur décorative n’était pas utilisé à l’époque romaine exclusivement pour cet aspect particulier. C’est ce que prouve l’existence à l’intérieur de certains édifices (thermes de Vespasien à Patara, greniers d’Andriake…) de murs non visibles construits dans cet appareil. Il arrive souvent que l’on trouve l’appareil polygonal associé à l’appareil rectangulaire. Dans ce cas l’appareil polygonal est souvent réservé au parement interne des murs (comme aux thermes de Kyaneai datés par une inscription du règne d’Antonin le Pieux). L’attribution aux thermes I de Xanthos du mur en polygonal est donc possible : il s’agirait d’un mur non visible et le reste de l’édifice est construit en grand appareil soigné. Il n’en reste pas moins que la liaison de ce mur, qui fait un retour inexpliqué vers le nord, avec les trois pièces disposées longitudinalement et qui constituent le cœur du dispositif des bains n’est pas claire. Comme l’appareil polygonal est fréquemment utilisé pour construire des murs de terrasse, on peut se demander s’il ne s’agit pas ici d’un aménagement de cette nature.

12On trouve ailleurs à Xanthos des murs construits dans un appareil polygonal semblable. C’est le cas notamment du mur de soutènement sud de l’agora romaine. Les blocs sont de dimensions équivalentes, le parement traité à la pointe, identique. Dans les deux cas, les blocs sont appareillés sans mortier, mais ils ne sont jamais aussi exactement ajustés que dans les murs datables des époques classique ou hellénistique (c’est particulièrement vrai pour le mur de soutènement de l’agora qui donne par endroits l’impression d’avoir été remanié). Le mur en appareil polygonal qui a été élevé à l’ouest et au nord du pilier inscrit semble lui aussi être du même type ; il est possible qu’il soit contemporain.

L’appareil rectangulaire des murs des thermes II

  • 11 Coulton 1983, 9.

13Les murs des thermes II sont construits en appareil rectangulaire peu soigné. Celui-ci met en œuvre des blocs de dimensions irrégulières, liés ensemble par du mortier. Le couvrement de l’édifice a disparu. A. Farrington restitue logiquement des voûtes, sans pouvoir déterminer le matériau de construction de celles-ci. Le mur est de la salle 1 est peut-être conservé sur toute sa hauteur et l’on constate que la dernière assise en place, sur laquelle retombait peut-être la voûte qui couvrait la salle, est composée de blocs de calcaire tendre, de dimensions régulières, au contraire des parties inférieures du mur faites de blocs de calcaire dur de dimensions différentes. On peut comprendre que l’on dispose au sommet d’un mur des blocs en calcaire tendre, plus légers et donc plus facile à placer en hauteur. Une solution de ce type a été souvent adoptée dans les thermes lyciens construits en appareil polygonal : on plaçait en effet au sommet des murs une assise de blocs rectangulaires destinée à rétablir l’horizontalité nécessaire pour la retombée des voûtes. On en trouve un bon exemple aux thermes flaviens d’Oenoanda11. Mais cet arrangement à Xanthos, même s’il sert d’assise de réglage, semble en même temps relever d’une technique de construction particulière. On trouve en effet le même dispositif au rez-de-chaussée de la basilique civile : les assises supérieures du mur médian et celles du mur ouest qui correspond au mur de fond du portique est de la place à portiques attenante, sont constituées de blocs rectangulaires de calcaire tendre, alors que les parties basses du mur sont faites de bloc de calcaire dur. Cette parenté technique incite à penser que les deux édifices pourraient être contemporains. La décoration architecturale de la basilique civile indique une date à l’époque sévérienne, ce qui ne contredirait pas la datation proposée par A. Farrington pour les thermes II.

Notes

1 Farrington 1995.

2 A. Farrington a adopté les appellations de “thermes sud” pour les thermes situés au pied de l’acropole lycienne et de “thermes est” pour les thermes construits près du théâtre. Cette distinction géographique n’est valable que si l’on raisonne par rapport à l’acropole lycienne. Les fouilles récentes de Xanthos montrent que le véritable centre de la ville romaine est situé beaucoup plus à l’est. Il me semble plus satisfaisant de parler de “thermes I” et “thermes II”, appellations qui rendent compte de la chronologie supposée des édifices.

3 TAM, II, 361.

4 FdX, VII, 143 et 144, n. 10.

5 Inscription no 67, inv. 6229.

6 Opramoas de Rhodiapolis pour Balland, FdX, VII, 173-224, contra Coulton 1987, 171-178.

7 Traduction Balland, FdX, VII, 191.

8 Il s’agirait d’une formule dérivée des thermes d’Italie. Le type est fixé en Lycie à la fin du règne de Vespasien, Farrington 1995, 3-4.

9 On trouve cette disposition dans huit établissements de bains lyciens, à Idebessos, Oenoanda, Myra, Pinara, Rhodiapolis, Tlos et dans les deux thermes de Xanthos, Farrington 1995, 3-4.

10 Farrington 1995, 74.

11 Coulton 1983, 9.

© Ausonius Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search