Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Architecture romaine d’Asie Mineure

 | 
Laurence Cavalier

Première partie. Les monuments d’Époque impériale datés ou datables par l’étude des formes et des décors

Chapitre VIII. Le dipylon

Texte intégral

1Quand on l’a dégagé, le dipylon était réduit à un amas de blocs enchevêtrés provenant de l’écroulement des arcs, et visiblement restés en place après l’effondrement de l’édifice sur lui-même. Lors de la campagne 2001, nous avons procédé à un rangement de ces blocs qui pourront être plus précisément étudiés. A l’emplacement de l’édifice, à l’extrémité est du décumanus, il ne reste aujourd’hui en place que les trois piles du monument (pl. 16, fig. 57).

  • 1 En cours d’étude.

2Il est clair que la rue à colonnades et le dipylon ne relèvent pas d’une conception d’ensemble. Le dipylon a été manifestement rajouté après coup. On voit bien en effet que la pile nord de l’édifice n’est pas en relation avec le portique nord de la rue, mais qu’elle a été simplement adossée contre le pilier à demi-colonne appliquée. On a pu constater par ailleurs que, dans la construction du dipylon, une inscription retaillée avait été remployée pour s’adapter précisément aux dimensions de la pile sud. Cette inscription1, qui mentionne Claudius Tiberius Télémachos, haut personnage de Xanthos, est datable du début du iiie siècle et fournit un terminus post quem pour la construction de l’arc.

3Parmi les blocs d’architecture appartenant à l’édifice (pl. 16, fig. 58), on a retrouvé un nombre important des claveaux (au moins vingt-trois) qui composaient l’arc. Il existe des claveaux traversants et des demi-claveaux. En façade, ils sont traités comme des architraves ioniques, avec trois fasces de hauteur croissante vers le haut, et un couronnement composé d’un chanfrein surmonté d’un bandeau lisse.

4Les soffites de tous les claveaux retrouvés sont divisés par un large listel, d’abord longitudinalement, puis, à l’intérieur de chaque compartiment, en caissons de forme approchant le carré, disposés en quinconce par rapport à la séparation centrale (pl. 17).

5Ces caissons portent des décors variés, en général végétaux (pl. 18). Le motif le plus souvent représenté est celui de la rosette qui peut être à cinq, six, ou dix pétales lisses. On trouve assez souvent un motif de fleur à quatre pétales traités comme des feuilles, avec une nervure axiale. Un motif probablement dérivé de celui de la palmette “acanthisée” apparaît deux fois. Il semble que le sculpteur ait voulu représenter la palmette naissant d’un culot floral. La palmette lisse fermée est très fréquemment représentée. Souvent, quand on trouve un caisson plus petit que les autres à l’extrémité d’un claveau, il est décoré d’une demi-palmette lisse fermée et le listel de séparation entre deux caissons est utilisé comme nervure axiale. Une seule fois, on a représenté un petit rinceau de lierre. Les motifs figuratifs (pl. 19) sont beaucoup plus rares et n’apparaissent que sur trois claveaux : sur T12 on voit, outre une palmette lisse fermée, deux dauphins et un lion debout représentés de manière tout à fait malhabile ; sur T58, ont été sculptés une tête de lion et un dauphin, ainsi qu’une palmette fermée lisse, une palmette ouverte naturaliste et peut-être un croissant de lune. Il est possible que le motif réalisé en diagonale dans un des caissons de T35 représente encore un dauphin.

6Un fragment de claveau a été identifié comme clef de voûte d’un des arcs. Contrairement aux autres claveaux, celui-ci, de dimensions moindres, n’est pas divisé en deux compartiments. Il est décoré d’un rinceau de feuillages.

7Deux claveaux attribuables au dipylon, RO104 et RO107, ont été remployés dans le rempart ouest à une époque qui reste à déterminer. Il semble qu’ils aient servi à la construction d’une sorte de couloir fortifié reliant la ville à l’ancien passage voûté, probablement datable de l’époque hellénistique, qui permettait de descendre en toute sécurité au bord du fleuve. RO107 présente l’arrangement décoratif habituel : caissons disposés en quinconce par rapport à un axe longitudinal et décorés de rosettes et de palmettes lisses fermées. RO104 est différent. Le soffite du bloc est bien divisé en deux dans le sens de la longueur, mais il n’y a pas de caissons. Dans un des compartiments, le décor consiste en un rinceau lisse enrichi de rosettes, de feuillages, et d’une feuille de lierre disposée au centre de la composition. L’autre compartiment montre à nouveau un rinceau qui forme un “nœud d’Héraklès”. Le rinceau porte des feuillages très semblables à ceux qui décorent le claveau reconnu comme une des clefs de voûte des arcs (pl. 17, fig. 61).

  • 2 Mitchell 1995, 128.
  • 3 Vandeput & Büyükkolanc 1999, 225 et Pl. 21.

8Les arcs, lorsqu’ils sont suffisamment profonds, possèdent souvent des caissons décorés. C’est le cas à la porte d’Hadrien à Antalya (pl. 68, fig. 193a), ainsi qu’à l’arc élevé au nord de la porte hellénistique de Pergé à l’époque d’Hadrien. Les arcs qui jalonnaient la rue à colonnades de Cremna montraient le même dispositif2. On trouvait également des caissons sculptés au grand propylon sévérien de Cremna3.

  • 4 Dardaine & Frézouls 1985, 215-216 et Pl. II. 4.

9Dans la ville de Sidyma, proche de Xanthos, E. Frézouls4 avait repéré trois claveaux à caissons dont la description invite à les rapprocher des claveaux du dipylon. L’intrados d’un des claveaux présente deux rangées de quatre caissons portant des motifs décoratifs variés (feuilles de lierre, animaux, fruits…). Ces claveaux, dont on ne connaît pas le bâtiment d’origine, ne sont plus visibles sur le site et ont été transportés au musée de Fethiye (pl. 87, fig. 251).

10La décoration des caissons du dipylon de Xanthos indique une date relativement tardive. Celle-ci sera difficile à préciser, car on ne trouve sur le dipylon aucune moulure décorée qui nous aurait permis de la comparer avec les autres formes connues à Xanthos. Nous ne pouvons raisonner que sur des motifs décoratifs indépendants.

  • 5 Farrington 1995, 119.

11On remarquera d’emblée que les motifs des caissons rappellent beaucoup, par leur style, le décor des portes romaines remployées dans la cathédrale toute proche. Cette parenté est particulièrement frappante quand on compare les palmettes fermées des caissons et les palmettes fermées qui entrent dans la composition de l’anthémion du couronnement de la partie architrave du linteau BE405 de la cathédrale. Le traitement des feuilles qui enrichissent notamment le rinceau de la clef de voûte trahit également le même style et montre que l’on a affaire au même atelier. Le terminus post quem fourni par l’inscription de Télémachos implique une datation au plus tôt dans la première moitié du iiie siècle, ce qui semble cohérent avec la décoration du monument. Une autre inscription retrouvée dans les ruines du dipylon mentionne l’empereur Valens, ce qui placerait l’édifice dans le troisième quart du ive siècle. La plupart des blocs d’assise ont disparu et la qualité de la construction ne peut pas être appréciée. Mais le travail des piles encore in situ et le fait que l’une d’entre elles ait remployé un bloc plus ancien plaident pour une exécution peu soignée qui est souvent le fait des édifices post-sévériens5.

12Le dipylon serait ainsi l’édifice le plus tardif conservé de la Xanthos romaine. Une grande inscription latine – la seule actuellement connue à Xanthos en dehors d’un graffito découvert en 1999 – que portait peut-être l’attique du dipylon est encore en cours d’étude. Il s’agit peut-être de la dédicace de l’arc et il est possible, dans ce cas, qu’elle nous renseigne sur le commanditaire de ce monument et sur les raisons qui ont présidé à sa construction. Mais il est possible aussi qu’il s’agisse d’une dédicace secondaire.

  • 6 De Bernardi Ferrero 1974, 194.
  • 7 Mansel 1963, 89.

13Le dipylon est en tout cas un monument important pour l’étude de l’architecture romaine du Bas-Empire en Asie Mineure du sud-ouest, car peu de monuments datant de cette période ont à ce jour attiré l’attention des chercheurs. Il est en outre la preuve que l’on a continué à construire à Xanthos après l’époque sévérienne, dans une époque réputée difficile, plus caractérisée par le repli des villes sur elles-mêmes que par leur expansion. On constate le même phénomène à Tlos où la construction du théâtre est datée du milieu du iiie siècle6. Il en va de même en Pamphylie où la ville de Sidé a sans doute connu une période de prospérité à cette époque, comme le prouve la construction d’un nymphée, dans la deuxième moitié du iiie siècle p.C.7

Notes

1 En cours d’étude.

2 Mitchell 1995, 128.

3 Vandeput & Büyükkolanc 1999, 225 et Pl. 21.

4 Dardaine & Frézouls 1985, 215-216 et Pl. II. 4.

5 Farrington 1995, 119.

6 De Bernardi Ferrero 1974, 194.

7 Mansel 1963, 89.

© Ausonius Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540