Version classiqueVersion mobile

Architecture romaine d’Asie Mineure

 | 
Laurence Cavalier

Première partie. Les monuments d’Époque impériale datés ou datables par l’étude des formes et des décors

Chapitre VII. Le décumanus

Texte intégral

Description des vestiges

1La rue s’étend sur plus de 200 m, d’ouest en est, et relie le secteur de l’agora romaine et du théâtre à la place dallée qui marque la rencontre des deux axes majeurs de la ville, et à l’angle sud-ouest de laquelle s’élevait la basilique civile. La rue est entièrement pavée de grandes dalles de calcaire blanc, de dimensions très variables (par exemple 1,80 m x 0,80 m ; 0,60 m x 0,40 m). Ces dalles sont en excellent état de conservation, sur toute la partie actuellement découverte. A une vingtaine de mètres à l’ouest du dipylon, une dalle située à peu près au centre de la rue est munie d’une sorte de regard qui indique probablement l’existence d’un réseau souterrain, égout ou système de récupération des eaux de pluie.

2De chaque côté de la rue s’élevait un portique dont la crépis se réduisait au stylobate (H = 0,25 m, P au sud = ca. 1 m, P au nord = ca. 1,10 m). On voit, à l’extrémité est du portique, de faibles traces sur le stylobate, qui correspondent à l’emplacement des colonnes, mais il est impossible de mesurer précisément l’entraxe. Le portique sud est le seul que l’on puisse mesurer car le portique nord n’a pas encore été complètement dégagé. Il était profond d’environ 5,85 m et revêtu d’une mosaïque de grosses tesselles blanches (0,02 m x 0,02 m), disposées en panneaux de 0,55 m sur 0,60 m. Le mur de fond du portique n’est conservé que dans sa partie ouest, sur une section de quelques mètres, et seulement sur deux assises. Il est construit en appareil rectangulaire, fait de blocs de calcaire. Il n’y a ni mortier, ni scellements. La hauteur de la seule assise mesurable est de 0,61 m. A peu de distance, plus à l’ouest, on trouve deux jambages de porte (DEC002 et DEC003), apparemment en place.

3Le portique sud se terminait, à l’est, par un escalier à trois degrés, qui permettait de rattraper le niveau entre le portique et la place dallée située légèrement en contrebas.

4Les portiques du décumanus devaient se terminer par un mur percé d’une arcade. A l’extrémité est du portique nord est conservé un dispositif complexe, composé d’une base de pilastre munie, vers l’ouest, d’une demi-colonne appliquée, et, vers le nord, une courte section de mur, avec, en position d’ante, la base du piédroit sur lequel retombait l’arcade. Cette arcade ouvrait sur la place dallée.

5Lors du dégagement de la rue, nous avons mis au jour un certain nombre de colonnes en granit, qui gisaient sur le stylobate nord, ou sur le dallage. Ces colonnes ne sont pas toutes du même module : cinq colonnes, DEC007 et DEC009, ont un diamètre inférieur de 0,48 m, alors que DEC008 a un diamètre inférieur de 0,55/0,57 m. La colonne DEC013, que l’on peut reconstituer entièrement à partir de deux blocs jointifs, possède un diamètre inférieur de 0,43 m et un diamètre supérieur de 0,38 m. Nous avons également découvert plusieurs fragments de chapiteaux à godrons, dont un (DEC012), bien conservé, semble tardif, mais est tout de même différent des chapiteaux de même type employés dans la cathédrale. Le diamètre, au lit de pose, est de 0,37 m et il pourrait donc convenir à la colonne DEC013. La différence de module de ces colonnes, qui par ailleurs sont exactement du même type, fait se poser la question de l’existence d’un ordre supérieur pour le portique nord du décumanus.

  • 1 Mitchell 1995, 125. Le granit de Troade est utilisé en association avec le marbre du Proconnèse dan (...)

6La provenance des matériaux utilisés à Xanthos n’a pas encore été étudiée, mais le granit est bien sûr importé et l’on sait que, au iie siècle p.C., les grandes villes pamphyliennes, comme Sidé et Pergé, importent le granit des carrières de Troade1. Il est logique de penser que les colonnes de Xanthos ont la même origine, car un approvisionnement par mer via le port de Patara était tout à fait possible.

Inventaire des blocs attribuables au portique nord du décumanus

7Quelques blocs et fragments d’architecture taillés dans un calcaire très fin, ont été mis au jour lors des dégagements effectués en 2002, à l’extrémité est du portique nord du décumanus. Nous avons pu reconnaître notamment plusieurs fragments de pilastre, deux fragments de claveau et un chapiteau de pilastre fragmentaire, à acanthes et godrons. Les dimensions des fragments de pilastre et du chapiteau de pilastre sont compatibles entre elles, ainsi qu’avec les dimensions du socle conservé à l’extrémité est du portique.

8DEC019 (pl. 15, fig. 55) Le bloc est très usé et son décor extrêmement érodé. Au-dessus du listel qui couronne le pilastre, prend place un astragale sculpté d’une file de perles. La corbeille du chapiteau, décorée de godrons, porte une couronne de feuilles d’acanthe composées de cinq lobes à quatre digitations pour les lobes médians et trois pour les lobes inférieurs. On ne peut rien dire de la partie haute du chapiteau, ni de son abaque.

DEC266 (pl. 15, fig. 56 et pl. 45, fig. 123)

H conservée = 0,583 m

P conservée = 0,49 m

L maximum conservée = 0,41 m

9Le soffite du claveau, mal conservé, est orné d’un méandre à svastika de très belle exécution. Le bloc possède trois fasces de hauteur croissante vers le haut, séparées par des astragales de perles et pirouettes. Le kymation ionique qui décore le couronnement est composé d’oves très détachés de leurs enveloppes, séparés par des dards. Au-dessus, prend place un anthémion de palmettes lisses, droites, alternativement ouvertes et fermées, sans élément de liaison. Cet anthémion est exactement du même type que celui du couronnement de l’architrave TH054 du théâtre. Il faut y reconnaître le même atelier et, peut-être, la même main.

Formes et décors des blocs attribuables aux portiques du décumanus

10Ces blocs sont extrêmement mal conservés et l’on ne pourra faire que peu de remarques sur les décors.

File de perles

  • 2 Mansel 1963, 69.

11L’astragale du chapiteau de pilastre présente la particularité d’être orné de perles seules, alors que sur tous les autres édifices de Xanthos, comme c’est la règle en Asie Mineure, elles sont alternées avec des pirouettes. On trouve des files de perles seules sur certains des chapiteaux du théâtre de Myra (pl. 77, fig. 217), réparé après le tremblement de terre de 143 p.C., grâce à une donation d’Opramoas de Rhodiapolis. Un chapiteau du temple N2 de Sidé (pl. 87, fig. 248), daté de l’époque d’Hadrien, porte un astragale du même type. Dans la même ville, les entre-modillons des corniches du nymphée proche du rempart tardif sont soulignés de files de perles seules (pl. 87, fig. 249). Le nymphée est daté de la deuxième moitié du iiie siècle p.C.2

Méandre à svastikas

  • 3 On en connaît qu’un seul autre exemple, au théâtre (pl. 8, fig. 29). Le motif a été employé au monu (...)
  • 4 Vandeput 1997, 74 et Pl. 25.5.

12Le décor de méandre à svastikas apparaît rarement à Xanthos à l’époque romaine3. On trouve cet ornement en Asie Mineure dès l’époque augustéenne, au temple d’Auguste et de Rome à Ancyra (pl. 66, fig. 190a). Sur cet édifice, le méandre à svastikas est enrichi de carrés avec rosettes incluses. Le même motif est souvent utilisé dans les édifices de la première moitié du iie siècle, comme le temple d’Hadrien à Éphèse ou le Trajaneum de Pergame (couronnement des orthostates du temple, pl. 74, fig. 206). Dans la même ville, il décore le soffite de certaines architraves du sanctuaire des dieux égyptiens (pl. 81, fig. 232). Un méandre à svastikas, sans motif supplémentaire inclus, décore la base des chapiteaux d’ante du temple d’Antonin le Pieux, à Sagalassos4. Les corniches de l’agora de Smyrne, attribuées par R. Naumann et Kantar, à l’étage de la basilique, sont décorées d’un méandre à svastikas de même type, cette fois placé au soffite du larmier (pl. 89, fig. 258).

13L’utilisation, à l’extrémité est du portique nord du décumanus, de ces deux motifs qui évoluent très peu dans le temps ne constitue pas un marqueur chronologique En revanche, le traitement de l’anthémion du claveau DEC266 oblige à placer la réalisation de l’arc auquel il appartenait à la même époque que la phase de restauration ou de reconstruction du théâre, au début du iiie siècle p.C.

  • 5 Voir notamment Bejor 1999.
  • 6 Coulton 1986, 61-90.

14L’existence même d’une rue à colonnades à Xanthos n’est pas surprenante. Cet aménagement urbain, qui consiste à élever une simple rue au rang de monument, a probablement été expérimenté à Antioche, entre 40 et 4 a.C., sous Hérode, puis l’idée a été rapidement adoptée en Asie Mineure, où les villes étaient toujours soucieuses de rivaliser entre elles. On trouve en effet des rues à colonnades dans les grandes villes, comme Éphèse, Antioche de Pisidie, Pergé, Hiérapolis, Cremna5, mais aussi dans les villes d’importance moindre comme Limyra, Phaselis, Patara ou Oenoanda. On notera que les portiques de cette dernière ville, assez proche de Xanthos, se terminent aussi par des arcs6.

15La rue à colonnades pouvait également avoir des fonctions commerciales lorsque des boutiques étaient installées à l’arrière des portiques, comme c’était le cas à Pergé ou Cremna. Les constructions qui affleurent le sol dans l’espace compris entre le nord de l’agora supérieure de Xanthos et le décumanus pourraient être la trace de telles installations.

Notes

1 Mitchell 1995, 125. Le granit de Troade est utilisé en association avec le marbre du Proconnèse dans l’agora de Pergé, Dodge 1990, 108-121.

2 Mansel 1963, 69.

3 On en connaît qu’un seul autre exemple, au théâtre (pl. 8, fig. 29). Le motif a été employé au monument des Néréides.

4 Vandeput 1997, 74 et Pl. 25.5.

5 Voir notamment Bejor 1999.

6 Coulton 1986, 61-90.

© Ausonius Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search