Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Architecture romaine d’Asie Mineure

 | 
Laurence Cavalier

Première partie. Les monuments d’Époque impériale datés ou datables par l’étude des formes et des décors

Chapitre V. L’agora inférieure

Texte intégral

1Il y a peu de temps encore, ce grand espace plat était totalement envahi par la végétation et il était difficile d’imaginer quels édifices avaient existé à cet endroit. Quelques fûts de colonne émergeaient des buissons. On voyait, à l’est, les vestiges d’un mur, construit dans le prolongement du mur est de la basilique civile, qui bordait le cardo et délimitait l’espace. Les ruines d’une basilique chrétienne construite à une dizaine de mètres à l’ouest de ce mur et dans le tiers nord de la place étaient jusqu’ici le vestige le plus lisible de l’ensemble. Le débroussaillage dont le secteur a fait l’objet en 2001 permet désormais d’avoir une idée plus claire de la disposition de cette place que nous avons nommée “agora inférieure”, d’une part parce qu’il s’agit à nouveau d’un quadriportique et, d’autre part, parce que cette appellation fait référence à sa situation géographique par rapport au complexe agora supérieure-basilique (pl. 13, fig. 48).

  • 1 Le débroussaillage du cardo a mis en évidence des constructions non encore fouillées, mais qui, du (...)

2Cette grande place à portiques a été aménagée sur une terrasse artificielle, directement au sud et en contrebas de l’agora supérieure. Elle domine, au sud, la terrasse sur laquelle avait été édifié, à l’époque classique, le monument des Néréides. Les travaux de terrassement ont dû être considérables, car la place surplombe, à l’ouest, le vallon qui sépare en deux la ville de Xanthos. Le mur de soutènement ouest de la place, bien visible par endroits, s’élève encore sur plusieurs mètres de haut. A l’est, la place se trouvait en bordure du cardo. Elle en était séparée par le mur de fond du portique est, et sans doute des boutiques1. Pour autant que l’on puisse en juger, le quadriportique était accessible depuis le cardo, et l’entrée, dont on ne sait pas quelle forme elle prenait, était située directement à l’angle nord-est de la place, au sud de la basilique civile. Comme c’est le cas pour le reste de la place, ce secteur n’est pas fouillé. Il est cependant possible d’imaginer qu’il y avait là une rue tracée au pied du portique sud de l’agora supérieure, qui longeait le portique nord de l’agora inférieure et reliait le cardo au secteur du vallon dans lequel il faut sans doute voir un des quartiers d’habitation de la ville.

3Les dimensions importantes de la place (110 m du nord au sud et 78 m d’est en ouest) indiquent que nous avons affaire à un élément majeur du dispositif urbain. Les fouilles n’ont pas encore débuté dans ce secteur, mais on peut d’ores et déjà faire quelques observations sur les vestiges qui nous sont parvenus de cet ensemble monumental.

Description des vestiges

4De la terrasse sur laquelle était aménagée la place, il ne subsiste qu’une partie du mur de soutènement ouest. L’extrémité sud du mur est conservée sur plus de 2 m de hauteur, mais seulement sur une courte section, à proximité de l’angle sud-ouest de la terrasse. A cet endroit, la pente est assez abrupte et le mur difficile d’accès. Il est construit en appareil rectangulaire, fait de blocs de calcaire dur de plus d’1 m de long, disposés en assises régulières. Le parement des blocs est piqueté. Il n’y a pas de traces de scellements, ni de mortier.

5L’angle nord-ouest du mur de soutènement montre une technique totalement différente. Il n’est visible que sur quelques mètres et encore est-il masqué de place en place par des blocs provenant de l’effondrement des parties hautes. On peut tout de même voir qu’il est construit en appareil polygonal de belle qualité, fait de blocs de dimensions moyennes, sans bouchons. Au-dessus de cet appareil polygonal prenait place un mur en appareil régulier à double cours dont il ne reste que quelques blocs de la première assise.

Portique est

6Le mur n’est conservé que sur une ou deux assises dans sa partie nord, alors que, plus au sud, à proximité de la terrasse du monument des Néréides, il s’élève encore sur près de 2 m de haut (H des assises visibles = 0,57 m/0,57 m/0,51 m/0,51 m/0,51 m).

7Le mur est construit en appareil rectangulaire constitué de blocs de calcaire dur. Aux deux endroits où le mur ne subsiste que sur peu de hauteur, on peut voir que les blocs sont disposés en carreaux et boutisses, à joints vifs. Il n’y a pas de traces de scellements. Le parement des blocs est soigneusement travaillé, suivant la même technique que l’on a mise en œuvre à la basilique civile et qui consiste à ménager une ciselure périmétrale autour d’un panneau central piqueté. Comme à la basilique, les arêtes des blocs sont taillées en un léger chanfrein.

  • 2 Ginouvès 1992, 68.

8Le pilier cordiforme2 qui constitue l’angle nord-est de la colonnade est encore en place. Il a été en partie dégagé, sans que l’on en atteigne le bas, et il est actuellement visible sur 3,60 m de haut. Sur le remblai moderne gisent trois tambours lui appartenant. Nous n’avons pas retrouvé le chapiteau qui devait être considérable, les demi-colonnes atteignant un diamètre de 0,77 m.

  • 3 Ginouvès 1992, 16.

9Plus au sud, deux larges blocs de calcaire jaune affleurant le sol correspondent sans doute à des dalles porte-colonnes3, car il semble que la place n’ait pas possédé de crépis. L’entraxe est d’environ 4,80 m. A l’extrémité sud de la colonnade on voit un tambour du pilier cordiforme.

Portique nord

10Le mur de fond du portique a complètement disparu, à l’exception des quelques blocs conservés à son extrémité ouest dont on a parlé plus haut, et qui montrent qu’il était construit en appareil rectangulaire à double cours.

11La colonnade nord a subsisté en partie et l’on voit cinq colonnes en place près desquelles gisent des tambours qui se sont écroulés sur le remblai. Dans un cas, un chapiteau corinthien (AI007, pl. 13, fig. 49) se trouve à côté de la colonne.

12Dans la partie ouest du portique, on voit les ruines d’une chapelle de dimensions modestes. A l’extrémité ouest de la colonnade, un tambour du pilier cordiforme qui marquait l’angle est pris dans la maçonnerie d’une construction tardive, mais semble en place.

Portique ouest

13Le mur de terrasse a dégringolé dans le vallon en entraînant dans sa chute la quasi-totalité du portique ouest. Il en reste cependant une base (AI030) et un bas de colonne (AI029), apparemment en place puisqu’on peut, là encore, mesurer un entraxe de 4,80 m. La plupart des blocs que l’on voit dans le fond du vallon sont amorphes, à l’exception de deux chapiteaux corinthiens (AI008 et AI035), de la même série que AI007, qui proviennent de l’effondrement de la colonnade.

Portique sud

14Le mur de fond du portique sud, visible depuis la terrasse du monument des Néréides, est construit en appareil rectangulaire, composé de blocs à parement central piqueté et ciselure périmétrale, du même type que celui du mur de fond du portique est.

15En dehors des tambours de colonne et du chapiteau déjà mentionnés, peu de blocs d’architecture de la place gisent au sol. Sans que l’on puisse être sûr qu’il s’agisse d’éléments appartenant aux portiques de la place, on constate que plusieurs blocs d’entablement, ainsi que des tambours de colonne et d’autres éléments architecturaux, ont été remployés dans la construction de la basilique chrétienne.

Inventaire des éléments architecturaux attribuables aux portiques

Bases

AI030

H = 0,26 m

côté de la plinthe = 0,97 m

H plinthe = 0,07 m

D = 0,78 m

16La base AI030, seul exemplaire conservé, est de type attique-ionique. Elle comporte une plinthe carrée, au-dessus de laquelle prennent place deux tores lisses, de hauteur décroissante vers le haut, encadrant une scotie.

Bas de colonne

AI029 (pl. 38, fig. 111)

H = 0,445 m

H base = 0,27 m

D = 0,78 m

17Les deux bas de colonne répertoriés présentent une moulure attique-ionique.

Fûts de colonne

  • 4 AI011, AI016, AI017.

18Il s'agit de colonnes lisses en calcaire dont le diamètre inférieur se situe autour de 0,77 m. Certaines de ces colonnes4 se trouvent encore là où elles se sont écroulées, dans les portiques de l'agora inférieure. Leur appartenance aux portiques est indiscutable (leur diamètre est le même que celui des piliers cordiformes encore en place, quelques colonnes du portique nord sont encore en place).

  • 5 BE143, 147 et 148.

19D'autres colonnes de cette série5 ont été remployées dans l’abside de la basilique épiscopale.

Chapiteaux

20Le chapiteau corinthien AI007, assez bien conservé, gisait avec le tambour de colonne qui le portait, dans le portique nord. Deux autres chapiteaux (AI015, AI008), appartenant à la même série, ont été découverts dans le vallon en contrebas du portique ouest, et il est probable que c’est l’effondrement du mur de soutènement de la place qui les y a précipités. Enfin, le chapiteau AI014 a été remployé dans la basilique chrétienne dont il est question plus bas

AI007 (pl. 13, fig. 49)

H totale conservée = 0,88 m

L conservée de l'abaque = 0,86 m

H corbeille = 0,69 m

H de la couronne inférieure = 0,20 m

D au lit de pose = 0,62 m

21Le profil du corps du calathos est habituel, à ceci près que le diamètre de la partie inférieure est un peu supérieur à celui de la partie supérieure, ce qui dénote une certaine maladresse dans l'exécution. Un listel plat, haut de 0,04 m et légèrement déversé vers l'intérieur, constitue la lèvre.

22Les feuilles d'acanthe des deux couronnes sont implantées de la manière habituelle, l'axe de la face du chapiteau correspondant à l'axe d'une feuille de la couronne inférieure, la seconde série de feuilles naissant dans l'intervalle entre deux feuilles de la couronne inférieure.

23Les hélices sont indépendantes. Leur tige est traitée en listel plat. Les volutes forment un œil rond, encore relié à un point de la volute par un petit segment de pierre dont il est difficile de savoir s'il a été laissé à dessein ou pas.

24Ce chapiteau possède des caulicoles très courts (H maximum = 0,05 m), pratiquement réduits à l'état de bosses, et d'où naît un calice biparti qui donnait lui-même naissance aux hélices et aux volutes, ces dernières n'étant pas conservées.

25Le motif axial est cassé. On peut cependant voir qu'il était porté par une tige sinueuse partant de la feuille médiane supplémentaire.

26Les feuilles d'acanthe possèdent cinq lobes à quatre digitations. Les extrémités des digitations touchent les extrémités des lobes de deux feuilles contiguës. Les digitations sont séparées entre elles par des œillets en forme d'amande.

27Là encore, l'exécution laisse l'impression d'une certaine sécheresse, encore accentuée par les profonds recreusements de la pierre.

Essai de datation

  • 6 Coulton 1976, 259.
  • 7 Il est signalé par Wurster 1976, 36 et Abb. 10.

28Les seuls éléments d’architecture que l’on puisse actuellement attribuer à cette grande place à portiques sont les chapiteaux corinthiens et les colonnes. Les piliers cordiformes utilisés pour résoudre le problème de l’angle des portiques ont été employés dans l’architecture ionienne dès la fin du ive siècle a.C., à la “stoa du port”, à Milet6, et cette formule a été largement employée, particulièrement en Asie Mineure d’où elle est originaire. Imaginée à l’origine pour les stoas d’ordre dorique, elle a été également utilisée plus tard dans les colonnades ioniques et corinthiennes, et elle ne donne donc pas d’indices chronologiques. L’emploi de piliers cordiformes aux angles est en tout cas courant dans la vallée du Xanthe. Cette solution a été adoptée, sur l’agora de Sidyma, pour une colonnade de dimensions moindres. C’est aussi le cas à Tlos où un pilier cordiforme du même type et apparemment de dimensions comparables à celui de Xanthos est conservé in situ dans l’agora7. On sait enfin qu’une autre colonnade de Xanthos, sans doute celle de l’agora supérieure, montrait ce type de dispositif.

29L’arrangement décoratif des chapiteaux les date de la deuxième moitié du iie siècle au plus tôt. Ils sont très abîmés et difficiles à comparer avec d’autres exemplaires micrasiatiques. Par leurs dimensions et leur ornementation, ils se rapprochent toutefois des chapiteaux du portique ouest de l’agora de Smyrne, datés par R. Naumann et S. Kantar d’après 178 p.C. L’appareil employé dans le mur de fond du portique oriental est identique à celui du mur oriental de la basilique civile et doit être attribué au même programme de construction.

30Il est logique de penser que les deux places à portiques élevées à la même époque dans ce secteur de la ville pouvaient avoir des fonctions différentes. Il est pour le moment impossible de préciser quelles étaient ces fonctions.

  • 8 Lassus 1972, 32-35, 146.
  • 9 Coulton 1976, 144.
  • 10 Suggestion de J.-Ch. Moretti.
  • 11 BCH, 101, 1977, 673 et fig. 8.
  • 12 Qui correspondaient à un entraxe bien moindre (2,05 m à 2,25 m).

31Dans la mesure où l’on est certain que la colonne et le chapiteau remployés dans l’abside de la basilique proviennent bien des portiques de la place, on est tenté de penser que les corniches-simas à cyma reversa lisse appartenaient aussi à l’entablement de ceux-ci. On ne peut évidemment pas l’affirmer. Quand nous essayons de reconstituer l’entablement des portiques, nous nous heurtons à un problème insoluble : nous n’avons retrouvé aucun bloc d’architrave, que ce soit sur l’agora inférieure ou ailleurs sur le site, qui aurait pu convenir à un entraxe de 4,80 m. On ne sera pas vraiment surpris, car il s’agit d’un entraxe considérable qu’on imagine difficilement couvert par une architrave de pierre. Les fouilleurs de la rue à colonnades d’Antioche sur l’Oronte ont rencontré le même problème : des portiques de la rue dont la colonnade montrait, suivant les sections, des entraxes de 3,75 m et 4,85 m, ils n’ont retrouvé que des colonnes de granit, hautes de plus de 6 m et dont le diamètre est compris entre 0,58 m et 0,65 m, mais pas d’architraves8. On pourrait imaginer pour Xanthos des architraves en bois, bien que cette formule soit en principe rare après le début du ve siècle a.C.9 On pourrait aussi envisager une solution plus “sévérienne”, qui aurait consisté à établir des arcatures au-dessus des chapiteaux, mais nous n’avons pas de traces de claveaux. On pourrait enfin imaginer des arcatures en briques10, suivant un procédé que l’on trouve à Argos, sur l’agora11. Les fouilleurs ont démontré que des arcatures de briques, tombées au sol, reposaient sur la colonnade dorique d’origine du portique classique et cohabitaient avec un entablement de pierre. Ces arcatures12, qui étaient surmontées de lits de briques disposés horizontalement sur une hauteur d’au moins 1 m, correspondent à une phase de réparations et ne sont pas postérieures au ive siècle p.C. A Xanthos, si l’on avait retenu une solution de ce type, elle aurait concerné, dès la construction des portiques, l’ensemble de ceux-ci. Dans ce cas, toutes les briques ont disparu. Ou bien il faut penser que les architraves de pierre des portiques ont été récupérées, mais on n’en voit nulle part trace, pas même sous forme de fragments. Sauf à imaginer que la place n’a pas été achevée, il sera difficile de proposer une solution et impossible d’attribuer à coup sûr les corniches-simas aux portiques.

32Le fait que l’on ait remployé dans la basilique des éléments d’architecture provenant des portiques pose également la question de l’abandon de ceux-ci. Comme on l’a vu, les chapiteaux et les tambours qui constituaient les parties hautes des colonnes sont tombés sur une très haute couche de remblai ; la basilique chrétienne et la petite église construite dans le portique nord sont au niveau du sol moderne. Il semble qu’à l’époque où l’on a construit ces églises, les maçons aient utilisé au coup par coup des blocs appartenant aux portiques, sans prendre la peine de les araser complètement, et que les vestiges des colonnades et les édifices chrétiens en activité aient cohabité sur une longue période.

Notes

1 Le débroussaillage du cardo a mis en évidence des constructions non encore fouillées, mais qui, du fait de leur emplacement en bordure de la rue, sont probablement les vestiges de boutiques. Au moins un seuil est encore en place, mais les murs ne sont conservés que sur une, ou au maximum deux assises au-dessus de celui-ci.

2 Ginouvès 1992, 68.

3 Ginouvès 1992, 16.

4 AI011, AI016, AI017.

5 BE143, 147 et 148.

6 Coulton 1976, 259.

7 Il est signalé par Wurster 1976, 36 et Abb. 10.

8 Lassus 1972, 32-35, 146.

9 Coulton 1976, 144.

10 Suggestion de J.-Ch. Moretti.

11 BCH, 101, 1977, 673 et fig. 8.

12 Qui correspondaient à un entraxe bien moindre (2,05 m à 2,25 m).

© Ausonius Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540