Version classiqueVersion mobile

Architecture romaine d’Asie Mineure

 | 
Laurence Cavalier

Première partie. Les monuments d’Époque impériale datés ou datables par l’étude des formes et des décors

Chapitre III. Le théâtre

Texte intégral

  • 1 On trouvera les premiers résultats des fouilles dans CRAI, 1954, 104-113 et CRAI, 1955, 111-117. Vo (...)
  • 2 En dernier lieu, Moretti 1998, 52-55.

1A l’époque de l'expédition de Ch. Fellows, le théâtre était presque complètement enseveli. Les fouilles de l'édifice ont débuté en 1953 et se sont poursuivies jusque dans les années quatre-vingt-dix. La mort d'E. Frézouls, responsable du dossier, a mis un terme à l'étude1 qui n'a pour le moment pas été reprise2.

2Jusqu'à l'été 2001, l'orchestra était encombrée de nombreux blocs d'architecture dont la plupart provenaient de l'effondrement du bâtiment de scène. La campagne de fouilles 2001 a permis de procéder à leur dégagement et les blocs sont désormais rangés à proximité des thermes.

Description des vestiges

  • 3 Ce qui correspond aux recommandations de Vitr. 5.3.1-8.

3Le théâtre de Xanthos a été adossé au flanc nord de l'acropole lycienne. Les architectes de l'édifice ont sans doute tiré parti au mieux de l'existence à cet endroit d'un creux naturel, qui permettait de construire le koilon à moindre coût, tout en bénéficiant d'une ouverture vers le nord3. Le choix d'un emplacement naturellement favorable n'a cependant pas épargné aux architectes un certain nombre de travaux. En effet, la forte dénivellation existant entre l'espace qui, à l’époque impériale, sera doté d’un quadriportique (“agora ouest”, chapitre II) et l'emplacement du futur théâtre, les a obligés à construire, côté est, une série de pièces voûtées sur lesquelles ils ont établi la partie correspondante du koilon.

  • 4 De celui de 143 p.C., mais aussi probablement d’autres séismes survenus dans l’Antiquité tardive, c (...)

4Le théâtre a connu plusieurs remaniements et a souffert des tremblements de terre4, comme on peut notamment en juger par l'état des gradins ouest ; le bâtiment de scène s'est écroulé, mais l'édifice est dans ses grandes lignes bien conservé (pl. 4, fig. 12 et 13).

  • 5 Frézouls 1990, 887-888.

5Les quelques vestiges encore visibles du premier état du théâtre, datable sans plus de précision de l'époque hellénistique, se réduisent à une rangée de blocs affleurant le sol de l’orchestra romaine et dessinant le périmètre d'une orchestra circulaire à laquelle se raccordent deux murs de soutènement révélant le tracé d'un koilon en demi-cercle outrepassé, ainsi que les fondations d’un proskénion de plan hexagonal5.

  • 6 Estimation de J.-Ch. Moretti.

6Ce premier édifice a été reconstruit à l'époque romaine : le koilon a été agrandi (pour atteindre un diamètre de 65 m) et a pris la forme d'un demi-cercle. Il comprenait deux maenianums séparés par un diazoma. Le maenianum inférieur possédait au moins vingt gradins et une banquette. Seuls quatre gradins sont conservés au maenianum supérieur. L'ensemble pouvait accueillir environ deux mille deux cents spectateurs6. Une ultime transformation, sans doute imputable à l'époque tardive, a consisté à supprimer quatre ou cinq degrés du maenianum inférieur pour que la base du premier gradin ne soit plus de plain-pied avec l'orchestra, qui se trouvait ainsi transformée en arène pour les combats de gladiateurs ou les venationes.

7Le bâtiment de scène (pl. 5, fig. 14) comportait probablement deux niveaux. La relation entre le deuxième niveau de l’édifice et le mur de fond du portique sud de l'agora n'est pas claire. Le mur de fond du portique, construit en appareil régulier, s’élevait sur un soubassement en appareil polygonal qui constituait le mur de fond du postscaenium, bien qu’il ne soit pas parallèle à celui-ci.

  • 7 FdX, I, 108-110.
  • 8 FdX, I, 58-64.
  • 9 FdX, I, 59.
  • 10 Donderer 1966, 159-160.
  • 11 FdX, I, 110 et no 3.
  • 12 Heberdey 1897 ; TAM, II, 3, 905. Voir aussi Balland 1981, 190 et no 117.
  • 13 A titre de comparaison, on sait par une autre inscription que Xanthos a reçu du même Opramoas un se (...)

8L'épigraphie nous apporte quelques renseignements sur le théâtre. Une inscription gravée sur la face est du “pilier du théâtre”, pilier funéraire aujourd'hui inclus dans le bastion byzantin de l'angle nord-est de l'acropole lycienne, mentionne son déplacement7, mais sans en préciser la cause. L'inscription n'a pas été datée avec précision et l’on ne sait donc pas quand ce transfert a eu lieu exactement. P. Demargne n'excluait pas que ce déplacement ait précédé la construction du premier théâtre, qui devait occuper un espace jouxtant une nécropole hellénistique8. Les limites de ce cimetière n'ont pas été reconnues, mais il est possible qu'il se soit étendu sur une partie au moins du terrain sur lequel le théâtre serait plus tard construit9. La nécropole n'est pas précisément datée, mais P. Demargne proposait une durée d'utilisation comprise entre la conquête d'Alexandre et la fin du iiie siècle, voire le début du iie siècle. Il serait assez logique que l'abandon de cette nécropole ait été nécessité par la construction du théâtre hellénistique. La datation à l'époque tardo-hellénistique de l'inscription du pilier, proposée par M. Donderer10, irait dans le sens de cette hypothèse, alors que E. Kalinka, inventeur de l'inscription, pensait que le pilier aurait pu être déplacé lors des travaux de restauration que l'édifice a subis au cours du iie siècle p.C.11 Ces travaux sont connus par la longue inscription du mausolée d'Opramoas à Rhodiapolis12, qui mentionne un versement de trente mille deniers à la ville de Xanthos afin de “réparer” ou “reconstruire” le théâtre endommagé par un tremblement de terre que l'on situe vers 143 p.C. Comme le faisait remarquer A. Balland, il s'agit d'une somme assez modeste13, en tout cas insuffisante pour construire un édifice entier, et l’on peut penser que les bâtiments n'avaient pas trop souffert et que le théâtre n'a connu alors que des travaux de restauration. Ces travaux ont peut-être concerné le bâtiment de scène qui était sans doute, en raison de sa hauteur, la partie la plus fragile de l'ensemble.

Inventaire des blocs attribuables au bâtiment de scène

Piédestaux

9Les piédestaux attribuables au théâtre se répartissent en deux groupes : le goupe 1 ne comporte qu’un élément, un piédestal indépendant, le groupe 2 rassemble les piédestaux de pilastres appliqués.

Groupe 1

DEC017

L = 0,68 m

P = 0,68 m

H = 0,68 m

10Piédestal et base sont taillés dans un seul bloc. Le piédestal possède une mouluration de base composée d’un bandeau surmonté d’un cavet. Le dé est lisse. La mouluration de couronnement consiste en une cyma recta surmontée d’un bandeau et d’une base du type habituel ionique-attique.

11Ce piédestal ne provient pas des fouilles du monument, mais a été découvert à proximité de l’édifice. Le fait qu’il comporte une base pousse à l’inclure dans la série des blocs du théâtre car les autres piédestaux découverts sur le site et attribués à d’autres ensembles monumentaux ne présentent jamais cette particularité.

Groupe 2

TH106 (pl. 5, fig. 15 et pl. 34, fig. 103)

L = 0,59 m

P = 0,59 m

H = 0,56 m

D base = 0,435 m

  • 14 TH009, 019, 106, 236, 272, 303.

12Piédestal et base sont taillés dans le même bloc. La mouluration de base est la même que pour le groupe 1. Le dé, lisse, est surmonté d’une moulure de couronnement composée d’un listel, d’une cyma recta et d’un second listel. Les côtés de la plinthe de la base sont décorés d’une rainure dont les extrémités sont traitées en quart de cercle. La base est composée de deux tores séparés par une scotie. Au lit d’attente est ménagée une mortaise circulaire munie d’un canal de coulée. La queue du bloc porte la même moulure de base (bandeau et cavet). La moulure de couronnement est composée d’un listel, d’une cyma recta et d’un second listel surmonté d’un bandeau plat. Six exemplaires sont conservés14.

Bases

TH472 H

H totale = 0,23 m

H de la plinthe = 0,075 m

m Côté de la plinthe

D = 0,61 m

13Deux exemplaires ioniques-attiques sont conservés qui montrent, au-dessus d’une plinthe de plan carré, deux tores séparés par une scotie.

Bas de colonne

TH299 (pl. 5, fig. 16 et pl. 38, fig. 110)

D = 0,59 m

H plinthe = 0,11 m

H totale = 0,70 m

  • 15 Ginouvès 1985, 168.
  • 16 TH298 et TH299.
  • 17 TH300 et TH304.

14La partie inférieure du bloc est composée d'une base ionique-attique à plinthe. Au-dessus du tore supérieur prend place un astragale de perles et pirouettes. Une couronne d'acanthes tournoyantes15 décore le bas du fût de deux blocs16. Sur deux autres blocs, le bas du fût est décoré d’une couronne d’acanthes “droites”17.

Fûts

Granit

TH056

  • 18 Diamètre inférieur.
  • 19 Diamètre supérieur.

H = 4,14 m d

d18 = 0,58 m

D19 = 0,52 m

TH473

D = 0,35 m

  • 20 TH056.
  • 21 BE003.

15Deux modules de colonne sont représentés (au total, neuf fragments). Une des colonnes de grand module, intacte, gisait dans l’orchestra20. Une autre se trouve à proximité du Monument des Harpyies. Une troisième gît dans la grande basilique épiscopale21. Nous n’avons retrouvé qu’un seul fragment de colonne en granit de petit module.

Marbre vert

  • 22 Grand module : TH057 et TH145, TH175. Petit module : TH446 et TH053, TH169.

16La série comporte deux modules. Un seul exemplaire de partie inférieure de fût et deux exemplaires de partie supérieure de fûts de grand et petit modules sont conservés22. Nous n’avons pas retrouvé de colonne complète.

17Pour les colonnes de grand module, les hauteurs conservées varient entre 1,06 et 2,27 m. Pour les colonnes de petit module, les hauteurs conservées varient entre 0,71 et 1,04 m. C’est dans cette série que les exemplaires conservés sont le plus nombreux (vingt et un).

Grand module

TH057 (partie inférieure)

H = 1,79 m

d en bas du fragment = 0,57 m

D en haut du fragment = 53,8.

TH145 (partie supérieure)

H = 2,22 m

d au bas du fragment = 55,7 m

D au lit d’attente = 49,4 m

Petit module

TH446 (partie inférieure)

H = 0,83 m

d en bas du fragment = 0,43 m

D en haut du fragment = 38,4 m

TH053 (partie supérieure)

H = 0,75 m

d en bas du fragment = 35,4 m

D en haut du fragment = 32,5 m

Marbre blanc

18Trois fragments de fût de colonne rudentée de petit module (partie médiane) sont conservés.

Chapiteaux

  • 23 Le “Normalkapitell” allemand, c’est-à-dire “un calathos entouré de deux couronnes d’acanthes, derri (...)

19Les cinq chapiteaux décrits ci-dessous ont été découverts dans le théâtre lors des fouilles de l'édifice. Ces chapiteaux, qui proviennent sans doute du bâtiment de scène, sont de type “corinthien normal23” et se répartissent en trois groupes. Le premier groupe comprend deux chapiteaux de colonne et un chapiteau de pilastre qui présentent des dimensions et un arrangement décoratif comparables. Le second groupe comprend deux chapiteaux dont les dimensions diffèrent de celles du premier groupe. Les décors sont également abîmés et il est difficile de les décrire, mais l’ornementation des chapiteaux et le style semblent être les mêmes que pour le premier groupe.

20Nous avons également pu répertorier deux chapiteaux corinthiens de petit module qui forment un troisième groupe et qu’il semble raisonnable d’attribuer au deuxième niveau du front de scène.

21Un septième chapiteau, très proche par le style et le décor des chapiteaux précédents, mais ne provenant pas des fouilles du théâtre, peut être attribué à la même série et sans doute au même édifice. Il en va de même pour un chapiteau fragmentaire remployé dans le rempart nord.

Groupe 1

TH001 : Chapiteau de colonne (pl. 6, fig. 17 et pl. 39, fig. 112)

H = 0,55 m

L maximum abaque = 0, 72 m

H corbeille = 0,43 m

22Le chapiteau possède deux couronnes de huit feuilles d'acanthe épineuse. Les feuilles d'acanthe sont implantées de la façon la plus courante (l'axe d'une feuille supérieure correspond à l'axe de la face du chapiteau). Les feuilles de la couronne supérieure naissent au niveau de la deuxième foliole, en partant du bas, de la couronne inférieure.

23Les feuilles d'acanthe sont constituées de cinq lobes possédant eux-mêmes quatre digitations pour les lobes du bas et cinq digitations pour le lobe supérieur. Les contacts entre les extrémités des digitations forment des œillets presque rectangulaires qui ressemblent à des fentes. La deuxième digitation du demi-lobe inférieur touche la digitation la plus basse du lobe qui vient au-dessus et forme ainsi un triangle. On constate que les digitations inférieures des lobes sont pratiquement perpendiculaires à l'axe du chapiteau, ce qui crée une composition extrêmement linéaire et géométrique. Les effets de contraste d'ombre et de lumière sont obtenus par les profonds recreusements qui dessinent les veines des feuilles. Les volutes sont brisées. Les hélices, indépendantes, sont très éloignées les unes des autres.

24Le profil de la tige est un méplat bordé de deux biseaux. L'extrémité de la volute est plate et ne forme pas d'œil. Le caulicole est peu développé et la collerette à peine marquée. Le calice est composé de deux feuilles d'acanthe fermées.

25Le motif axial est très abîmé, mais il semble que l'on puisse y reconnaître un fleuron à quatre pétales nervurés. La tige du motif axial est cassée sur la plus grande partie de sa longueur et naît peut-être d'un bouton floral.

26L'abaque (H = 0,07 m) à côtés concaves est cassé, mais une partie de son couronnement est encore visible. Il comportait un cavet décoré de feuilles d'eau au-dessus duquel prenait place un listel déversé vers l'intérieur, lui-même surmonté d'une torsade. La lèvre (H = 0,27 m) est constituée par un listel plat.

27Deux fragments jointifs ont été retrouvés en 2001, remployés dans le rempart nord. Ils ne sont pas mesurables précisément, mais on peut cependant donner la hauteur de la couronne inférieure (H = 0,20 m). Celle-ci correspond à la hauteur de la couronne inférieure des chapiteaux du groupe 1. Les feuilles d'acanthe sont également très semblables et ces deux constatations m'amènent à ranger ces fragments dans le premier groupe.

TH039 : Chapiteau de pilastre (pl. 6, fig. 18)

H = 0,54 m

L maximum abaque = 0,63 m

corbeille = 0,45 m

H couronne inférieure = 0,21 m

28Les feuilles d'acanthe épineuse qui décorent le corps du chapiteau sont implantées de façon habituelle. Les feuilles d'acanthe situées près de la face postérieure du bloc ont été remplacées par des demi-feuilles. Les caulicoles sont à peine esquissés et de ces simples protubérances partent les calices bipartis dont une des feuilles supporte la volute (en escargot), qui a ici perdu toute fonction architectonique et n'a plus qu'un rôle décoratif. La seconde feuille du calice touche la feuille médiane supplémentaire d'où devait naître la tige (cassée) supportant le motif axial. Du calice partent également les hélices aux volutes plates. Les feuilles d'acanthe ont des proportions assez trapues (elles sont plus larges que hautes). Les lobes des feuilles comprennent cinq digitations, le contact entre les digitations des lobes inférieurs et supérieurs formant deux œillets en amande. La nervure axiale des feuilles est profondément recreusée et possède une section en méplat entre deux biseaux.

29L'abaque (H = 0,09 m) a des côtés concaves. Son couronnement consiste en un cavet lisse (H = 0,04 m) surmonté d'un listel (H = 0,01 m) légèrement déversé vers l'intérieur au-dessus duquel prend place un bandeau (H = 0,03 m).

30La forme générale des feuilles est assez lourde, le travail est relativement peu soigné.

Groupe 2

TH296 : Chapiteau de colonne appliquée

H = 0,68 m

L conservée abaque = 0,76 m

TH297 : Chapiteau de colonne

H = 0,63 m

D restitué au lit de pose = 0,44 m

31L'état de conservation de ces chapiteaux ne permet pas un commentaire approfondi. Tout au plus peut-on noter que les feuilles d'acanthe des deux couronnes étaient disposées de manière habituelle et que, comme le plus souvent à Xanthos, les caulicoles étaient à peine esquissés. Il ne reste presque rien du couronnement de l'abaque, à l'exception d’une partie de la moulure inférieure, un cavet décoré de godrons à lunules.

Groupe 3

TH 470 : Chapiteau de colonne

H = 0,41 m

L restituée abaque = 0,45 m

D restitué au lit de pose = 0,30 m

32Les feuilles d’acanthe qui composent la couronne inférieure naissent à 0,01 m au-dessus de l’arête inférieure du calathos. Les lobes comportent trois digitations. La digitation médiane du lobe médian est perpendiculaire à l’axe du chapiteau. Les caulicoles sont réduits à de simples bosses et les hélices se recourbent en touchant la bordure inférieure de l’abaque. La feuille supplémentaire est traitée en feuille d’eau. D’une façon générale, le calathos est très envahi par la décoration.

33La moulure de l’abaque est constituée d’un cavet avec ressaut déversé, surmonté d’un kymation ionique assez mal sculpté. Le motif axial est bien conservé.

RS003 : chapiteau de pilastre appliqué

H conservée = 0,59 m

L conservée abaque = 0,82 m

H couronne inférieure = 0,21 m

34Ce chapiteau a été remployé dans un mur moderne à quelques mètres au sud et en contrebas du rempart sud et sa position ne permet pas de le mesurer de façon complète. Sa localisation empêche, a priori, toute spéculation sur son lieu de provenance : il a été remployé dans un mur moderne, dans une zone éloignée de la ville romaine. Ce chapiteau présente un décor qui est, dans ses grandes lignes, similaire à celui des autres chapiteaux corinthiens de Xanthos : deux couronnes de feuilles implantées de la manière la plus habituelle, des caulicoles réduits à de simples renflements d'où sortent des calices bipartis. Les volutes sont brisées. Les hélices, indépendantes, possèdent des volutes qui se terminent en entonnoir, sans former d'œil. Comme c'est presque toujours le cas à Xanthos, le motif axial est cassé. Il était porté par une tige, cassée elle aussi, qui partait de la feuille intermédiaire. Les feuilles sont très abîmées. Elles possédaient cinq lobes. Les lobes médians comportaient cinq digitations qui, en touchant les digitations des lobes inférieurs, formaient des œillets en amande. Le nombre de digitations des lobes est le même qu'au chapiteau TH039. Les hauteurs des couronnes inférieures de feuilles correspondent également. L'arrangement décoratif et le style des acanthes étant similaires, il est possible que ce chapiteau provienne du théâtre.

Architraves

  • 24 TH022, 042, 047, 054, 067, 139, 149, 158, 168, 176, 312, 351, 359, 371, 381.
  • 25 Ginouvès 1985, 90 et no 4. Il s’agit des blocs TH047, TH168 et d’un troisième bloc, non numéroté.
  • 26 TH375.

35La plupart des architraves attribuables au théâtre ont été découvertes lors du dégagement de l’édifice. Elles présentent le même décor, mais diffèrent par les dimensions. Sur le total des blocs conservés24, trois exemples sont sculptés sur trois faces et doivent être restitués dans un entablement perpendiculaire au mur de fond de scène25, un bloc est une architrave sur mur26.

  • 27 RE105, 110 et RN001.

36On peut envisager d'attribuer à cette série trois blocs27 dont les dimensions correspondent (profondeur au lit de pose, largeur du soffite) et qui ont été remployés dans le rempart.

TH054 (pl. 6, fig. 19)

L conservée = 1,03 m

P au lit de pose = 0,565 m

H = 0,495 m

H des fasces = 0,07/0,08/0,135 m

37Les architraves possèdent trois fasces de hauteurs croissantes vers le haut, séparées par des astragales de perles et pirouettes. Le couronnement est constitué, au-dessus de l'astragale, d'un ovolo surmonté d'un cavet, lui-même décoré d'un rang de palmettes dressées alternativement ouvertes et fermées. Les décors sont traités en fort relief et de façon très soignée. Les astragales sont décorés de longues perles et la forme des pirouettes se rapproche du losange. Les éléments décoratifs de l'astragale sont reliés entre eux par de fins pédoncules de pierre. Le kymation ionique possède des oves assez allongés, bien détachés de leurs enveloppes. Les pointes des oves se trouvent dans l'axe de l'espace entre les pirouettes, mais ne touchent pas celles-ci. Les dards, très fins, forment un motif en T renversé avec les perles.

38La frise de palmettes qui décore le cavet est elle aussi traitée de façon très soignée, suivant un schéma rigoureux qui fait parfaitement concorder palmettes et ovolo. La feuille centrale des palmettes ouvertes et fermées naît dans l'axe exact des dards et les enveloppes des oves semblent être dans le prolongement des feuilles médianes des palmettes fermées et des feuilles inférieures des palmettes ouvertes. Si l'on ajoute à cela la concordance précise entre l'ovolo et les perles et pirouettes, on a l'impression que la mouluration de couronnement a été traitée “verticalement”, comme un motif unique, au lieu d'être composée d’une superposition de décors.

39Les extrémités des feuilles des palmettes sont pointues. Quand les palmettes sont fermées, les cinq feuilles partent de l'arête inférieure du cavet, trois des feuilles des palmettes ouvertes naissent en revanche d'une sorte de bouton stylisé (il s'agit peut-être aussi d'une stylisation de la bande de serrage que l'on trouve souvent au pied des palmettes, mais celle-ci n'apparaît pas au pied des palmettes fermées), les deux feuilles extérieures naissant du bas du cavet.

Architraves-frises (pl. 46, fig. 125)

  • 28 TH130 et 310.
  • 29 TH357 et TH358.

40Les architraves-frises découvertes dans le théâtre sont attribuables au second ordre du bâtiment de scène. Nous avons répertorié une douzaine de blocs : deux sont des architraves-frises sur mur28, deux autres appartiennent à un entablement perpendiculaire29. Le schéma décoratif est le même dans tous les cas.

TH130 : architrave-frise sur mur (pl. 6, fig. 20)

L = 1,40 m

P au lit de pose = 0,81 m

H = 0,61 m H

H des fasces = 0,06/0,07/0,103 m

41Les fasces de l'architrave proprement dite, croissantes vers le haut, sont séparées par des astragales de perles et de pirouettes. Le couronnement est constitué, au-dessus d'un astragale, d'un kymation ionique surmonté d'une moulure en cavet décorée d'une file de palmettes alternativement ouvertes et fermées, composition décorative banale que l'on trouve également sur les architraves.

42La frise porte un décor composé d'un rinceau de feuilles d'acanthe et de fleurs à quatre pétales. Le couronnement du bloc est composé d'un astragale de perles et pirouettes surmonté d'un kymation ionique dont les oves sont séparés par des flèches.

  • 30 Dinstl 1986-1987, 154 et no 20.

43Le décor de la frise est très mal conservé. Il est cependant possible de restituer un rinceau de feuilles d'acanthe animé par un motif complémentaire de fleurs à quatre pétales, entourées par une tige secondaire dépourvue de feuilles. Les pétales sont fortement indentés, comme c'est très souvent le cas au iie siècle p.C.30 Il semble que l'anthémion s'achevait par une demi-palmette aux extrémités des blocs.

44La face arrière des architraves-frises n’est travaillée que sur la partie architrave du bloc. Celle-ci est composée de trois fasces croissantes vers le haut et séparées par un astragale de perles et pirouettes. Le couronnement consiste en une cyma reversa ornée de rais-de-cœur et surmontée d’un bandeau.

45Les architraves-frises qui reposaient sur des colonnes montrent une variété de soffites sculptés qui seront décrits plus bas.

Frises (pl. 48, fig. 127)

  • 31 TH008, 037, 044, 060, 153, 155, 159, 163, 179, 258, 263, 264 et 265.
  • 32 TH164, 184, 235, 250 et 251.

46Une vingtaine de blocs de frises bifaces31, parmi lesquelles cinq blocs32 montrant un angle rentrant, attribuables au premier niveau du bâtiment de scène, proviennent du dégagement de l’orchestra. Sur une face, les frises portent un rinceau de feuilles d’acanthe et de rosettes, sur l’autre face, un anthémion de palmettes. Un seul exemplaire est suffisamment conservé pour qu’apparaisse la séquence décorative dans son intégralité. Le rinceau se déploie symétriquement de part et d’autre d’une palmette lisse divisée qui en marque le centre.

TH159 : (pl. 7, fig. 21)

H = 0,38 m

L restituée = 1,26 m

P au lit de pose = 0,77 m

– Face 1

47Les feuilles d’acanthe qui composent le rinceau sont très proches, par leur forme, des feuilles très allongées, fortement structurées par une profonde nervure axiale et possédant des lobes clairement indépendants, qui décorent les bas de colonnes à acanthes tournoyantes décrites plus haut.

48Les lobes des feuilles du rinceau sont composés de trois digitations très écartées, qui montrent une surface assez plate, animée par de fins bourrelets en guise de nervures. L’usage du trépan est manifeste (restes de trous parfaitement circulaires), mais les feuilles sont moins dentelées que celles des bas de colonne, ce qui peut dénoter une différence de main, ou simplement une différence dans le degré de finition du travail. Les éléments du décor sont traités en fort relief et se détachent distinctement du fond.

– Face 2

49L’anthémion qui décore la frise est composé de grandes palmettes lisses, dressées, alternativement ouvertes et fermées. Les palmettes possèdent sept feuilles qui naissent d’un bandeau de serrage très stylisé ou directement de l’arête inférieure du bloc. Les feuilles des palmettes ouvertes ont un contour sinueux qui rappelle les feuilles de lierre que l’on trouve aux soffites de certaines architraves. Les palmettes adjacentes se touchent, mais le motif reste cependant lisible.

Corniches-simas

50Les hauteurs des vingt-sept corniches-simas répertoriées varient entre 0,33 m et 0,535 m. Deux types de décor sont représentés qui permettent de déterminer deux groupes. Huit blocs appartiennent à un entablement perpendiculaire.

Groupe 1

TH020

L conservée = 0, 97 m

P au lit de pose = 0,96 m

H = 0,485 m

TH190 (pl. 7, fig. 22)

L conservée = 63,5 m

P au lit de pose = 123,5 m

H = 0,49 m

51Au-dessus d'une file de denticules parallélépipédiques, prennent place un astragale de perles et de pirouettes et un kymation ionique. Les modillons, assez peu épais, sont décorés, au soffite, d'une feuille d'acanthe. Un ovolo entoure les modillons et les entre-modillons que décorent des rosettes à quatre pétales, chacun de ceux-ci portant une nervure axiale. Le front et le soffite du larmier sont lisses. Le larmier est surmonté d'une file de perles et pirouettes, et d'un kymation lesbique. La sima est décorée d’un anthémion de grandes palmettes lisses, dressées, alternativement ouvertes et fermées, sans élément de liaison entre elles.

52Sur la corniche d’angle TH190, un des deux modillons conservés est décoré au soffite d'une feuille d'acanthe qui semble à première vue différente de celles des autres corniches, mais qui, à y regarder de plus près, est peut-être inachevée. Le fragment de feuille visible sur le second modillon est comparable aux feuilles du premier groupe de corniches. Un motif supplémentaire en forme de console vient décorer le flanc des deux modillons (pl. 7, fig. 23).

Groupe 2

TH452 (pl. 7, fig. 24)

L conservée = 1,03 m

P conservée au lit de pose = 0,65 m

H = 0,49 m

53Le fond des denticules est biseauté. Au-dessus des denticules, on trouve un kymation ionique. Les modillons, assez plats, sont décorés d’une feuille d’acanthe, alors que les entremodillons, soulignés par une file d’oves, portent des motifs végétaux. La corona est lisse. Elle est surmontée d’un astragale de perles et pirouettes et d’un kymation ionique aux oves séparés par des dards épais. La sima présente un anthémion de palmettes acanthisées alternativement dressées et pendantes, reliées par un simple ruban.

54Dans le groupe des corniches-simas, il nous faut ajouter deux blocs qui ne comportent ni denticules, ni modillons, ainsi qu’un bloc de sima décrit ci-dessous.

TH283 (pl. 7, fig. 25)

L conservée = 1,24 m

P conservée au lit d’attente = 1 m

H = 0,33 m

55La base du bloc est décorée d'une file de feuilles de laurier imbriquées. La corona est lisse. Au-dessus du larmier prennent place un astragale de perles et pirouettes, puis un anthémion composé de palmettes dressées alternativement ouvertes et fermées. Les feuilles des palmettes possèdent une nervure axiale bien marquée, la nervure de la feuille axiale se trouvant dans le prolongement exact de celle de la base de la palmette.

Formes et décors des blocs d’architecture attribuables au théâtre

Acanthes (pl. 60, fig. 148 et 150)

  • 33 Ginouvès 1992, 77 et no 166 ; Schreiter 1995, 161-347 ; Schreiter 1996, 113-140.
  • 34 Ward-Perkins 1948, 59-80 et Pl. VI-XI. Sur les origines du type, 64, no 19. Makowiecka 1969, 115-13 (...)
  • 35 Shoe Merrit 1969, 199 et 203, no 65.
  • 36 Rumscheid 1994, 141 ; Mert 1999, 205 et no 868.
  • 37 En Occident, on notera également l’utilisation de la formule au nymphée de Nîmes, Naumann 1937, pl. (...)
  • 38 Mert 1999, 205. Voir le dessin d’après Pococke publié dans Rumscheid 2001, 117, Abb. 1.
  • 39 Strocka 1981, 29.
  • 40 Machatschek & Schwarz 1981, 66 et Abb. 33.
  • 41 Ibid., 70, Abb. 38.
  • 42 Hanfmann 1983, 156 et fig. 224 et 237 ; Yegül 1986, 57 et 136, no 10, et fig. 136.
  • 43 Ward-Perkins 1993, 59 et Pl. 32c ; 83 et fig. 43,44, c ; Pl. 43c.
  • 44 Ward-Perkins 1993, 64 et fig. 8.

56La décoration particulière des bas de colonne retrouvés dans le théâtre fournit un premier indice pour la datation de l’édifice. Le fait qu'il existe une zone ornée de feuilles d'acanthe entre la base et le fût de la colonne n'est pas rare33. On trouve déjà cette formule, sans doute d'origine égyptienne34 ou syrienne35, en Asie Mineure, à l'époque hellénistique, au gymnase de Stratonicée de Carie36 (pl. 90, fig. 260). On trouve également cette décoration à l'époque augustéenne37, à Mylasa, au temple d’Auguste et de Rome38. Une formule comparable a été employée à Milet, à la porte de l’agora (Markttor), datée de l’époque d’Hadrien39 : les bases qui portent les colonnes de l’ordre supérieur sont décorées de feuilles d’acanthes droites. Les bas de colonne du premier niveau du nymphée de Selgé, datable de la fin du règne d’Antonin le Pieux, portaient une couronne de huit feuilles d’acanthe40. Dans la même ville, l’extrémité sud de la rue à colonnades était marquée par un arc datable du milieu du iie siècle p.C. Les bases des colonnes de celui-ci étaient décorées de feuilles d’acanthe41. Certaines des colonnes de la façade de la Cour de Marbre de Sardes (pl. 85, fig. 245), datée de l'époque sévérienne, sont ainsi décorées42. On retrouve des colonnes de ce type loin de l'Asie Mineure, à Lepcis Magna, dans la basilique et dans le nymphée, datés eux aussi de l'époque sévérienne43 et cette décoration particulière est considérée par J. B. Ward-Perkins comme une caractéristique de l'art sévérien à Lepcis44.

  • 45 Rohmann 1995, 109-121. L'auteur montre que ce type d'acanthe, particulièrement prisé aux ve et ve s (...)

57La forme des acanthes qui décorent le bas des colonnes du théâtre est caractéristique de l'aboutissement d'une évolution qui commence dès le ier siècle p.C.45 et qui touche toute l'Asie Mineure à partir de la seconde moitié du iie siècle. Les feuilles, très allongées, possèdent des lobes complètement indépendants qui montrent une surface plate et non plus concave. Les digitations des lobes présentent de nombreuses indentations, vestiges des trous forés pour sculpter les bordures de la feuille. Les nervures sont profondes. Les reliefs sont assez plats et ils ne sont animés que par le contraste créé par les recreusements des détails.

  • 46 Vandeput 1997, 112.
  • 47 Mansel 1975, 368-372.
  • 48 Bernardi Ferrero 1966, 24.
  • 49 Bernardi Ferrero 1966, 57-72.

58Ce type d'acanthe se rencontre fréquemment, en particulier dans des édifices de la fin du IIe ou du début du iiie siècle p.C. C'est le cas au théâtre de Sagalassos, daté des années 180-20046. C'est également le cas au nymphée F2 de Pergé, daté de 198 p.C.47 (pl. 83, fig. 240). Le traitement des acanthes des théâtres de Kibyra48 et d’Hiérapolis49, tous deux datés de l'époque sévérienne, est aussi comparable. On notera que la forme extrêmement allongée des feuilles rappelle les rinceaux et buissons d’acanthe qui décorent les frises de nombreux monuments d’Asie Mineure.

  • 50 Atik 2000, 314 ; Barsanti 1990, 141 et fig. 64.
  • 51 Peschlow-Bindokat 1975, 373-392 et Taf. 75-3.
  • 52 Construits sous les Antonins et sans doute rénovés vers la fin du iiie siècle p.C., Sagalassos, V, (...)
  • 53 Ward-Perkins & Gibson 1976-1977, 331.

59Les acanthes des bas de colonne TH298 et TH299 ont été traitées de façon particulière : on les a représentées comme si, poussées par le vent, elles s’enroulaient autour du fût de la colonne. Certains chapiteaux du théâtre d’Hiérapolis (pl. 75, fig. 211) possèdent des feuilles d'acanthe du même type, c’est le cas également de certains chapiteaux du théâtre de Pergé50. Dans ces deux cas, les lobes des acanthes montrent de très nombreuses indentations qui n’apparaissent pas si prononcées à Xanthos. Un seul chapiteau, daté du iiie siècle51, de la rue à colonnades de Pompéiopolis en Cilicie, présente le même décor. Des chapiteaux de pilastre ornés d’acanthes tournoyantes ont été utilisés dans le caldarium 1 des thermes de Sagalassos pour lesquels nous ne disposons pas de datation précise52. On trouve également des chapiteaux à acanthes tournoyantes dans deux édifices de Cyrène, datés de l’époque des Sévères : “l’édifice aux chapiteaux tournoyants” et le propylon sévérien53.

60Les couronnes de feuilles d’acanthe portées par le calathos des chapiteaux corinthiens du théâtre montrent un usage intensif du trépan qui transforme les nervures des feuilles en canaux profondément creusés et permet de forts contrastes d'ombre et de lumière. La veine centrale est plate et sèchement délimitée par deux profonds sillons sur chacun de ses côtés, sillons qui n'atteignent cependant pas l'arête inférieure de la corbeille. Par rapport aux exemples de l’époque hadrianique, la forme même de la feuille a changé : les digitations les plus basses des lobes sont maintenant parfaitement horizontales et forment ensemble un quart-de-cercle ; les œillets ont perdu leur forme arrondie et sont beaucoup plus allongés. En outre, le contact entre la deuxième digitation d'un lobe et la digitation la plus basse du lobe situé au-dessus crée un second œillet en forme de triangle.

  • 54 Qui ne sont pas précisément datés, mais flottent entre la première moitié et le milieu du iie siècl (...)

61La décoration du chapiteau change elle aussi et, dès l'époque flavienne, le décor végétal envahit de plus en plus la corbeille, au détriment des crosses qui sont repoussées très haut et n'ont plus qu'un rôle décoratif. Le résultat de ce processus est particulièrement visible sur le chapiteau TH039 où la zone des crosses est réduite au quart de la corbeille du chapiteau et où les hélices étonnent par leurs très faibles dimensions. La comparaison de TH039 avec les chapiteaux de pilastre des portiques de l'agora de Pergé54 (pl. 83, fig. 236) montre bien que les éléments qui constituent la charpente même du chapiteau sont négligés et que l'on a privilégié la valeur décorative de celui-ci.

  • 55 Datés par la décoration architecturale de 160-180, Vandeput 1997, 105.
  • 56 Gerkan & Krischen 1928, 59 ; Strocka 1981, 20.

62Mais, bien que la décoration végétale prenne de plus en plus de place sur la corbeille des chapiteaux de Xanthos, celle-ci n'est pas complètement envahie, comme c'est le cas pour les chapiteaux de pilastre du nymphée de l'agora supérieure de Sagalassos55, ou encore sur les chapiteaux des thermes de Faustine à Milet, datés de 160-170 (pl. 76, fig. 213)56. Les feuilles d'acanthe n'ont pas non plus la rigidité géométrique extrême que possèdent les feuilles des chapiteaux de Sagalassos (pl. 85, fig. 234) ou de Milet.

  • 57 Sur cette transformation des formes à l’époque sévérienne, voir Gros 1998, 497.
  • 58 Bohtz, 1981, 44, fig. 10.
  • 59 Datés d’après le tremblement de terre de 178 p.C., Kantar & Naumann 1950, 108.
  • 60 Atik 2000, 309 et Abb. 25, 26, 31.
  • 61 Gerner Hansen 1996, 24, 26 et Abb. 6, 27, Taf. 34-3.

63Le traitement des volutes qui prennent la forme de bandes plates57, la schématisation des caulicoles, voire leur disparition, sont des traits qui se retrouvent à l’époque antonine, au temple de Déméter de Pergame58, sur les chapiteaux de l’agora de Smyrne59 (pl. 88, fig. 252), puis à l’époque sévérienne, par exemple sur les chapiteaux du théâtre de Pergé60. Les volutes “étriquées” des hélices du chapiteau de pilastre trouvent un parallèle proche sur des chapiteaux de pilastre ayant appartenu à un tripylon, à Kyaneai, et qui serait datable du iiie siècle p.C.61

  • 62 Akurgal 1987, Pl. 222.
  • 63 Vandeput 1997, 39.
  • 64 Atik 2000, 308, fig. 26.

64Le motif de la file de godrons, employé au couronnement des chapiteaux TH296 et TH297, ne peut pas servir de critère de datation. Il est en effet employé sur les chapiteaux du temple d’Euromos en Carie (pl. 75, fig. 209), daté de l’époque hadrianique62. Il se retrouve sur les chapiteaux du tetrapylon d'Aphrodisias, daté au plus tôt de la fin de l'époque antonine63. Il a été également adopté sur des chapiteaux du théâtre de Pergé64 et sur certains des chapiteaux de la rue à colonnades de Pompéiopolis, deux ensembles datés de l’époque sévérienne.

65On trouve également des feuilles d’acanthe sur les frises ainsi que sur les modillons des corniches du théâtre.

  • 65 Vandeput 1997, 198 et Pl. 50-3, 4.
  • 66 Mert 2002, 21 et Abb. 21-22.
  • 67 Bernardi Ferrero 1970, 205.

66Les feuilles d'acanthe qui composent le rinceau des frises de Xanthos sont très proches par leur forme des feuilles très allongées, fortement structurées par une profonde nervure axiale et possédant des lobes clairement indépendants, qui décorent les bas de colonne.. Les lobes des feuilles du rinceau sont composés de trois digitations très écartées, qui montrent une surface plate animée par de fins bourrelets. L'usage du trépan est manifeste (restes de trous parfaitement circulaires), mais les feuilles sont moins dentelées que celles des bas de colonne ce qui peut dénoter une différence de main, ou simplement une différence dans le degré de finition du travail. Les éléments du décor sont traités en fort relief et se détachent très distinctement du fond. Le rinceau qui décore un linteau de porte de la frons scaenae du théâtre de Sidé daté du milieu du iie siècle est comparable à l'exemple de Xanthos, à cette différence qu'il est peuplé de motifs très variés au contraire de Xanthos où le motif floral, à quatre ou six feuilles, paraît récurrent. Un autre parallèle est constitué par les frises des portes de la frons scaenae du théâtre de Sagalassos, daté de l'époque sévérienne65. Les feuilles d’acanthe qui entrent dans la composition du rinceau de la corniche du temple de Cnide, daté lui aussi de l’époque sévérienne66, montrent des caractéristiques semblables. Enfin, au théâtre de Myra, daté du ier quart du iiie siècle67, les acanthes que portent les rinceaux des frises sont exactement du même type que celles de Xanthos (pl. 78, fig. 221).

  • 68 Heilmeyer 1970, 97-98.

67Les feuilles d'acanthe qui décorent le soffite des modillons des corniches du théâtre montrent la plupart des caractéristiques des acanthes datables de l'époque post-hadrianique : durcissement général du relief, digitation inférieure du lobe médian complètement horizontale, œillets perdant leur forme arrondie pour devenir de simples fentes68.

Anthémion

68L’anthémion est la séquence décorative la plus souvent employée sur les blocs du théâtre. Il décore les cavets des architraves et des architraves-frises, une face des frises et les simas des corniches. Deux types d’anthémions sont représentés :

69Type 1 : anthémion de palmettes lisses, dressées, alternativement ouvertes et fermées, sans élément de liaison.

70Type 2 : anthémion de palmettes acanthisées, alternativement ouvertes et fermées, pendantes et dressées, liées par un ruban.

Type 1 (pl. 61, fig. 156)

  • 69 Vandeput 1997, 83-88 et Pl. 37-3.
  • 70 Ward-Perkins 1980, Pl. XXIIa ; Vandeput 1997, 86 et Pl. 104-4.
  • 71 Vandeput 1997, 105 ; 277, Pl.44 et App. 2.
  • 72 D. de Bernardi Ferrero attribue ce bloc à la troisième phase de construction du théâtre qu'elle sit (...)
  • 73 Bernardi Ferrero 1966, 22, fig. 26.

71Ce type d’anthémion présente des variations. Sur le cavet de l’architrave TH054 – sans doute le bloc le mieux conservé du théâtre – il est composé de palmettes à cinq feuilles. Toutes les feuilles des palmettes fermées naissent de l’arête inférieure du cavet alors que les trois feuilles supérieures des palmettes ouvertes naissent d’une feuille médiane élargie et plus haute, dans l’axe des dards de l’ovolo sous-jacent. Les feuilles les plus basses des palmettes sont flanquées, de part et d’autre, d’une excroissance de pierre, arrondie mais pas autrement travaillée. Les palmettes sont stylisées à l’extrême et bien séparées les unes des autres, ce qui rend le motif parfaitement lisible et très élégant. Le modelé est inexistant, les motifs sont comme découpés dans la pierre. Il n’y a aucun autre anthémion de ce type à Xanthos. On trouve un parallèle à Sagalassos, sur une architrave remployée dans la basilique E1 qui provient peut-être du temple de Dionysos69 et qui est datable de la fin de l’époque hadrianique ou du début de l’époque antonine. A Sagalassos cependant, de part et d’autre des feuilles inférieures des palmettes se trouve une petite volute percée en son centre d’un trou foré au trépan. La même disposition a été adoptée pour les palmettes de l’arc hadrianique de Pergé70. La correspondance entre l’anthémion et l’ovolo est la même à Xanthos et Pergé, mais, à Pergé, les perles sont beaucoup moins allongées et les flèches, comme les pointes des oves, tombent entre deux pirouettes, alors qu’à Xanthos, les dards correspondent à l’axe des perles. Toujours à Sagalassos, l’anthémion du couronnement de certaines architraves du nymphée de l’agora supérieure, daté de 160-180 p.C.71 (pl. 84, fig. 242b), constitue un excellent parallèle à l’exemple de Xanthos : même forme des palmettes, lisibilité du motif, correspondance axiale avec l’ovolo sous-jacent. On trouve un autre bon parallèle au théâtre de Termessos72 : un bloc de frise de cet édifice présente en effet un ovolo surmonté d'un anthémion de palmettes ouvertes et fermées, où les palmettes, comme à Xanthos, naissent dans l'axe des dards. Un anthémion comparable décore un bloc du théâtre de Kibyra, daté du iiie siècle p.C.73 La même composition est employée au théâtre de Tlos daté par D. de Bernardi Ferrero de la deuxième moitié du iiie siècle p.C. Là encore, les palmettes sont sculptées dans l’axe des dards de l’ovolo (pl. 92, fig. 267).

72Les anthémions qui décorent les cavets des architraves-frises sont moins bien conservés, mais montrent la même disposition, à ceci près que toutes les feuilles des palmettes naissent du bord inférieur de la moulure et que le motif est moins clair du fait que les palmettes sont plus proches les unes des autres.

73Les blocs de frise portent un anthémion de grandes palmettes sur une des faces. Les palmettes possèdent sept feuilles. Les deux feuilles inférieures naissent d’une sorte de bandeau de serrage de forme triangulaire qui se termine, à la base, par deux petites volutes recourbées vers l’intérieur. De ce même bandeau jaillit une tige centrale élargie, traitée en forme de rectangle, qui donne naissance, plus haut dans la moulure, aux trois feuilles supérieures.

74Le même type d’anthémion a été utilisé pour la décoration des simas d’une série de corniches. La dernière variante se trouve sur un bloc de sima qui provient peut-être d’une niche du bâtiment de scène. On y retrouve le même bandeau de serrage triangulaire avec ses extrémités recourbées en volutes vers l’intérieur. Un bourrelet en marque l’axe et anime les feuilles des palmettes. Le motif est moins rigide que dans les exemples précédents. Cet anthémion trouve un nouveau parallèle au théâtre de Tlos (pl. 92, fig. 268). La schématisation extrême de l’anthémion de Tlos pousse cependant à dater le bloc de Xanthos plus tôt.

Type 2 (pl. 62, fig. 160)

75L’anthémion alterne des palmettes acanthisées ouvertes, dressées et pendantes. Les palmettes, qui possèdent cinq feuilles à trois digitations (feuilles latérales), sont liées par un ruban plat. Les feuilles inférieures naissent en réalité du ruban et sont “rattachées” à la palmette par le bandeau de serrage. Dans le théâtre, on en trouve un second exemple sur le linteau de la porte du parascaenium est.

  • 74 Strocka 1978, 893-900, Pls. 281-288.
  • 75 Hörmann 1929, 263-274.
  • 76 Kramer 1983, 145-166.
  • 77 Vandeput 1997, 105.
  • 78 Bernardi Ferrero 1966, 59-67.
  • 79 Mitchell 1995, 137, Pl. 72.
  • 80 Mansel 1963, 69.

76Ce type d’anthémion est très courant au iie siècle p.C. On le voit déjà à Éphèse, à l’entablement du premier niveau de la bibliothèque de Celsus (113-117 p.C.74, pl. 73, fig. 204), mais aussi au nymphée F2 d’Aspendos, dont la datation n’est pas précise (milieu75 ou deuxième moitié du iie siècle p.C.76), sur les corniches du nymphée de l’agora supérieure de Sagalassos (160-18077, pl. 84, fig. 242), au théâtre de Hiérapolis dédié en 211-21278. Des palmettes acanthisées, très proches de celles de Xanthos, décorent les corniches de la rue à colonnades de Cremna, dont la construction date d’entre la fin du iie siècle p.C. et l’époque sévérienne79. On trouve un autre parallèle à Sidé, au nymphée proche du rempart tardif : les palmettes acanthisées pendantes de l’anthémion des corniches sont, comme à Xanthos, très largement étalées sur la sima et leurs feuilles sont animées par de fins bourrelets. Le nymphée, qui n’a pas fait l’objet d’une véritable publication, est daté de la deuxième moitié du iiie siècle p.C.80

Kymation ionique

Oves et dards

77La quasi-totalité des architraves et des architraves-frises portent ce type de kymation ionique au couronnement. C’est aussi le cas des corniches du groupe 2 qui montrent ce décor en bordure des modillons et entre-modillons ainsi que sous la sima.

  • 81 Mansel 1975, 76-79.
  • 82 Bernardi Ferrero 1966, 65, fig. 111.

78Dans tous les cas, les motifs individuels sont très larges, les oves complètement détachés de leurs enveloppes et “coupés” par l’arête supérieure de la moulure. Les dards prennent la forme d’une barre verticale de largeur constante très largement distante des bordures des oves. Bien que ce type de kymation soit de plus en plus délaissé au cours du iie siècle p.C. au profit de la formule oves et flèches, on le trouve sur les frises des portiques de l’agora de Pergé (première moitié ou milieu du iie siècle p.C.81 (pl. 83, fig. 238). Les corniches des thermes de Faustine à Milet, (160-170 p.C.), comme certaines corniches des portiques de l’agora de Smyrne, reconstruits après le tremblement de terre de 178 ou encore le linteau d’une porte du théâtre de Hiérapolis82 portent un kymation ionique composé d’oves et de dards. Le couronnement des architraves du théâtre de Tlos est décoré d’un kymation ionique de même type.

Oves et flèches

79Le motif apparaît plus rarement au couronnement des architraves (un exemple) et des architraves-frises (trois exemples). On le trouve en revanche plus souvent sur les corniches-simas (six exemples dont trois pour le groupe 1. L’état de conservation de la sima des trois autres blocs portant un kymation ionique à flèches ne permet pas leur attribution à un groupe).

80On retrouve les mêmes caractéristiques générales que sur le schéma oves-dards : les motifs sont élargis de sorte que les enveloppes, qui se prolongent jusqu’aux pirouettes, n’enserrent pas les oves. La forme de la flèche, très prononcée, renvoie à des exemples du début du iie siècle p.C., comme la bibliothèque de Celsus, mais peut être tout aussi bien comparée à des exemples de la fin du siècle, voire du début du siècle suivant.

  • 83 Mansel 1956, 34-120 ; Ward-Perkins 1980, 51. Vandeput 1997, pl. 104.5.
  • 84 Construit dans la seconde moitié du règne d'Hadrien, inachevé à la mort de celui-ci, dédié plus tar (...)
  • 85 Vandeput 1997, 270, pl. 37.3.
  • 86 Vandeput 1997, 84-85.
  • 87 Strocka 1981, 29.
  • 88 Vandeput 1997, 75.

81Le traitement très nerveux de l'ovolo des corniches-simas du groupe 1, où les oves sont bien dégagés de leurs enveloppes et séparés par des flèches à hampe triangulaire, rappelle beaucoup le style de l'ovolo que l'on trouve sur un bloc d'entablement de l'arc honorifique de Pergé situé près de la porte hellénistique sud, daté de 117-12283 (pl. 82, fig. 235). Un ovolo de même type décore un bloc d’architrave provenant du temple d'Antonin le Pieux à Sagalassos84, aujourd'hui remployé dans la basilique E185, avec des blocs provenant d'un autre monument contemporain, jusqu'ici non identifié, et qui présente aussi le même type de kymation ionique86. C'est également le cas au gymnase de Vedius à Éphèse, daté de 147-14987. Ce dernier décor diffère cependant de celui de Xanthos, car on n'y trouve plus aucune correspondance verticale entre les motifs, comme c'est assez souvent le cas sur les monuments d'époque antonine88. Le kymation ionique des architraves-frises des portiques de l'agora de Smyrne (pl. 88, fig. 253), ressemble à celui du bloc de Xanthos, mais les éléments qui le composent sont beaucoup plus distants les uns des autres et les oves encore plus détachés de leurs enveloppes, ce qui donne une apparence plus lâche au schéma. Enfin, à l'entablement d'une des portes du bâtiment de scène du théâtre sévérien de Hiérapolis, les flèches du kymation ionique sont beaucoup plus allongées, la hampe étant très réduite par rapport à la pointe de la flèche, au contraire de l'exemple de Xanthos.

Kymation lesbique (pl. 64, fig. 174 et 175)

  • 89 Ginouvès 1985, 183.
  • 90 Strong 1953, 148-149.

82On trouve ce motif sous l’anthémion qui décore les simas des corniches du groupe 1 ou au couronnement des faces intérieures des architraves-frises. La cyma reversa est chaque fois ornée de rais-de-cœur en étrier89. Des éléments qui composent le kymation lesbique, des corniches, seule la feuille cordiforme a conservé son intégrité. L’étrier a perdu sa cohésion : le dard est complètement indépendant et l’on a renoncé au modelé en recherchant les forts contrastes d’ombre et de lumière obtenus par le recreusement des motifs. Étriers et feuilles cordiformes sont décapités par l’arête supérieure de la moulure. Cette tendance à la stylisation, déjà perceptible à la bibliothèque de Celsus, à Éphèse, apparaît comme une caractéristique de la fin du iie siècle p.C.90 et devient la règle au iiie siècle p.C. Le kymation lesbique des corniches reste cependant dans la tradition hadrianique, au contraire de celui des architraves-frises, extrêmement stylisé et presque complètement désintégré.

  • 91 Strocka 1988, 303 ; Rohmann 1995, 115 ; Rohmann 1998, 94-104 ; 116.
  • 92 Crema 1939, 281, 286
  • 93 Strong 1953, 135.

83L’existence d’une cyma reversa entre la corona et la sima est un trait hérité de l’époque hellénistique. On trouve encore cette disposition à la bibliothèque de Celsus (corniches des deux ordres), ainsi qu’au sanctuaire des Dieux égyptiens de Pergame (pl. 81, fig. 229 et 230), daté de l’époque d’Hadrien91. C’est également le cas sur les corniches des thermes d’Hadrien à Aphrodisias92 et, dans la même ville, sur celles du Tetrapylon daté au plus tôt de l’époque antonine. Au iie siècle p.C., il semble cependant que la règle soit de placer un ovolo à cet endroit93.

Perles et pirouettes (pl. 64, fig. 174 et 175)

84Des astragales ornés de perles et pirouettes décorent pratiquement tous les types de blocs du théâtre : bases à acanthes, architraves et architraves-frises, frises, corniches piédroits des portes… Dans tous les cas les perles sont longues et souvent irrégulières, hexagonales ou proches du cylindre, parfois à facettes. Dans quelques cas, les perles, en général allongées, sont de forme ovale. De petits segments de pierre les relient aux pirouettes, souvent en forme de losange. L’exécution est en général assez peu soignée.

  • 94 Strocka 1981, 29.
  • 95 Mansel 1975, 76-79.
  • 96 Strocka 1981, 29.
  • 97 Ginouvès 1969, 83, no 2.

85Ce motif décoratif, qui alterne des perles allongées et des pirouettes losangées, est extrêmement courant en Asie Mineure à partir du milieu du iie siècle p.C.94 On le trouve par exemple sur les architraves des portiques de l’agora de Pergé, datée du milieu ou de la deuxième moitié du iie siècle p.C.95 ou encore à Éphèse, au gymnase de Védius, dédié en 147 ou 149 p.C.96 Il est très souvent employé à l’époque des Sévères97, comme au théâtre de Hiérapolis, au nymphée de Laodicée du Lycos ou au gymnase de Sardes.

  • 98 Mansel 1975b, 369-371.

86Les perles ovales apparaissent sur nombre d’édifices d’époque hadrianique, par exemple à la porte d’Hadrien à Antalya ou au nymphée F3 de Pergé98.

  • 99 Yegül 1986, 170.

87Sur les corniches-simas du groupe 1, un astragale de perles et pirouettes surmonte les denticules. On trouve assez rarement cette moulure décorative à cet endroit où l’on attend plutôt un kymation lesbique ou un ovolo. Cet arrangement a été adopté à Pergé, sur les corniches du nymphée F3. A Éphèse, les corniches du gymnase de Vedius montrent une composition similaire, de même que les corniches de la Cour de Marbre du gymnase de Sardes, dédié sous Caracalla99.

Rinceaux (pl. 65, fig. 180 et 181)

88On trouve des rinceaux sur les architraves-frises et les frises du théâtre. D’un bloc à l’autre, la qualité du travail, le ductus du rinceau, tout comme l’état de conservation, peuvent grandement varier. Les rinceaux sont, en général, très largement acanthisés et, si l’on en juge par le seul bloc de frise intégralement conservé, ils s’organisent symétriquement de part et d’autre d’une grande palmette lisse ouverte. Les rinceaux s’enrichissent de rosettes aux feuilles pointues trilobées qui rappellent les digitations des feuilles d’acanthe, elles-mêmes fortement structurées par une nervure axiale profondément creusée. Sur certains exemples, les rinceaux sont extrêmement denses et occultent complètement le champ.

89L’organisation des rinceaux du théâtre de Xanthos rappelle celle du rinceau des architraves-frises de la Porte d’Hadrien à Antalya (pl. 68, fig. 193b). Cette constatation vaut particulièrement pour les architraves-frises TH130 et TH373 : sur la première, le rinceau n’est que partiellement conservé, mais on y voit un élément que l’on ne retrouve pas sur d’autres blocs, en l’occurrence une tige adventice qui s’enroule autour de la tige principale ; sur la seconde, les bractées, bien marquées, sont cannelées et semblables à des caulicoles. Mais, à Xanthos, dans la plupart des cas, le motif est beaucoup moins aéré, les éléments qui le composent moins lisibles. On trouve un parallèle plus satisfaisant au théâtre de Termessos, daté d’entre 175 et 200 et au Nymphée de Sagalassos, daté de 160-180 p.C. (pl. 91, fig. 264). Le rinceau qui décore les encadrements de porte du théâtre de Myra, daté du premier quart du iiie siècle p.C., est également comparable, bien qu’il soit dépourvu de motifs floraux.

Feuilles de laurier imbriquées

  • 100 Ginouvès 1992, 123 et no 565.

90Ce motif décore la mouluration de base d’une des corniches du théâtre. Sa présence à cet endroit, où l’on trouve normalement une simple mouluration en talon, est connue dans l'architecture grecque archaïque et classique100. Dans l'architecture d'époque romaine d'Asie Mineure, cette zone qui fait la transition avec la file de denticules, quand elle existe, peut porter toutes sortes de décors. On trouve ainsi un kymation ionique à la porte d'Hadrien à Antalya, un kymation lesbique au bâtiment de scène du théâtre d'Aspendos, au théâtre de Sagalassos et aussi au théâtre de Hiérapolis, des palmettes inversées liées par un rinceau au nymphée d'Aspendos, au théâtre de Kibyra et au nymphée de Laodicée du Lycos où l’on voit aussi, au même endroit, sur une autre série de corniches, un décor de feuilles d'acanthe dressées. Mais, à ma connaissance, il n'existe jamais de décor de feuilles imbriquées dans cette zone, ce décor étant en revanche fréquent sur les moulurations de socles, les linteaux (théâtre de Myra, “temple antonin” de Patara…) et les soffites des architraves, comme c'est le cas sur l'architrave TH042 du théâtre de Xanthos, mais aussi les chapiteaux de pilastre, comme au nymphée F3 de Pergé. Le bloc TH143 appartenait peut-être à l’entablement d’une niche du bâtiment de scène du théâtre. Une seconde bizarrerie de ce bloc vient du fait qu'on attendrait une assise de denticules en dessous de la base de la corniche et qu'il nous faut imaginer qu'il existait, à l'entablement du bâtiment de scène du théâtre, des denticules sculptés dans un bloc indépendant dont on n'a nulle part la trace.

Ornementation des soffites (pl. 8, fig. 26-31)

  • 101 On trouve un motif similaire au Temple de Zeus à Aizanoi, Wegner 1978-1980, 97.
  • 102 Ce décor, très répandu en Asie Mineure au iie siècle, a été notamment employé, dans un cadre décoré (...)
  • 103 Autre motif extrêmement courant à l'époque impériale. Il apparaît par exemple à Sagalassos à la por (...)
  • 104 Là encore, un motif habituel en Asie Mineure, cf. Ginouvès 1969, 91, no 4, qui ne donne que des exe (...)

91Les soffites des architraves du théâtre montrent une grande variété de décors : le plus souvent, les cadres portent comme ornement des feuilles cordiformes sculptées sur une moulure en talon. Les panneaux montrent des décors divers : un méandre à svastikas (TH176101), des rosettes à quatre pétales, reliées par une tige (TH277), des feuilles de laurier imbriquées (TH42102), un guillochis triple (TH54103), un rinceau de lierre avec rosettes (TH67104). A ces blocs, l’on peut ajouter les trois architraves remployées dans le rempart citées plus haut. RE110 possède un soffite décoré d'un rinceau de lierre et encadré de feuilles cordiformes traitées de la même façon que sur les blocs provenant du théâtre. Le soffite de RE105 est décoré d'un motif végétal très peu lisible, encadré par des feuilles cordiformes du même type que celles qui décorent les blocs du théâtre. Mais les décors des soffites, employés sur une très longue période, ne fournissent pas d'indice susceptible de dater un monument.

Essai de datation

  • 105 Une inscription mentionnant Fronto Neratius, gouverneur en 79 de la province de Galatie et de Cappa (...)

92L'inscription d'Opraomas de Rhodiapolis fournit un terminus post quem pour une phase de restauration du théâtre. On ne sait pas dans quelles proportions le tremblement de terre de 145 p.C. a affecté Xanthos, mais toujours est-il que le théâtre en a souffert puisqu'une partie de la donation lui a été attribuée. Nous ne disposons d'aucun indice historique, ni d'aucune donnée de fouille qui nous permette de savoir si le dernier état du théâtre avant 145 était hellénistique ou romain105.

  • 106 Pour une datation au iiie siècle, Schreiter 1996, 134 et no 153.

93L'étude de la décoration architecturale des blocs provenant du bâtiment de scène du théâtre permet cependant d'affiner la datation de celui-ci. Certains éléments architectoniques doivent être datés à coup sûr de l'époque sévérienne : c'est le cas des bas de colonne décorés d'un anneau de feuilles d'acanthe tournoyantes ou dressées106 car, dans ce cas, les trois facteurs pris en compte (motif, localisation de celui-ci sur le bloc, traitement du relief) pointent tous dans la même direction. Les frises et les corniches du groupe 2 ne trouvent de parallèles précis que dans des exemples du iiie siècle. C'est aussi le cas du bloc de sima au décor de palmettes très stylisées, jumelles de celles que l'on peut voir au théâtre voisin de Tlos. Un indice supplémentaire pour l'attribution des blocs du théâtre à cette période est constitué par un bloc d'architrave-frise sur mur, encore in situ, à l'ouest de la porte qui donnait accès, depuis la parodos est, à l'escalier qui pouvait desservir à la fois les coulisses et les gradins passant au-dessus de la parodos. La frise porte un anthémion composé de palmettes alternativement dressées et renversées, traitées comme s'il s'agissait d'acanthes et reliées par une tige secondaire en forme de S. Les digitations des lobes sont traitées au trépan (pl. 62, fig. 160), ce qui donne aux feuilles ce contour dentelé fréquent dans la deuxième moitié du iie siècle et caractéristique des frises présentes sur de nombreux édifices sévériens, comme le nymphée F2 de Pergé ou le théâtre d’Hiérapolis.

  • 107 Exemples à Éphèse, au temple d’Hadrien (pl. 74), à Pergame, au Sanctuaire des Dieux égyptiens (pl. (...)
  • 108 Naumann & Kantar 1950, 107-108.
  • 109 Strong 1953, 135.

94Les choses sont en revanche moins claires en ce qui concerne les corniches-simas du groupe 1. En effet, si la stylisation des palmettes de la sima va dans le sens d’une datation à l’époque sévérienne, d’autres caractéristiques des blocs n’appartiennent pas à la même tradition. D’une part, la présence du motif décoratif sur les flancs des modillons des corniches du second groupe invite à ne pas dater ces derniers trop bas, puisque ce décor supplémentaire apparaît fréquemment à l'époque d'Hadrien107, pour disparaître graduellement à partir de la deuxième moitié du iie siècle. On notera cependant que les corniches-simas de l’agora de Smyrne, datée d’après 178108, portent également un motif de console, d’ailleurs assez schématisé, aux modillons (pl. 89, fig. 257). D’autre part, le fait qu’une cyma reversa marque la transition entre la corona et la sima semble être plutôt une caractéristique du ier siècle ou du début du iie siècle p.C.109 Enfin, sur les trois exemples cités d’astragales de perles et pirouettes couronnant les denticules, deux datent de la première moitié du iie siècle p.C. En revanche, on ne trouve sur aucun des blocs du théâtre de Xanthos la stricte correspondance entre ovolo et perles et pirouettes (la pointe de l’ove et les dards ou flèches retombant entre les pirouettes) qui caractérise habituellement les blocs d’époque hadrianique.

  • 110 Début des travaux vers 160-170, deuxième niveau, terminé et dédié sous Septime Sévère, début de la (...)

95Si l’on s’attache maintenant aux dimensions des blocs, on constate qu’il n’y a pas de corniche-sima de petit module appartenant au groupe 1. Il serait dès lors tentant d’attribuer les corniches du groupe 1 au premier niveau du front de scène et les corniches du groupe 2 au second niveau de celui-ci. Les corniches du groupe 1 sont encore dans la tradition hadrianique et il est difficile de les dater avec précision. On peut cependant penser que les corniches du groupe 2, qui ont perdu tout lien avec la tradition du début du iie siècle p.C., sont un peu plus tardives. On observe le même phénomène au théâtre de Pergé dont le bâtiment de scène a connu trois phases de construction datables par l’étude de la décoration architecturale et qui correspondent logiquement aux trois ordres de l’édifice110. Certains des blocs assignés à la phase tardo-antonine de construction présentent encore des caractéristiques de l’époque d’Hadrien et, si l’on admet que Pergé a pu souffrir d’un certain retard provincial, l’explication vaut pour Xanthos. De même, si l'on admet une datation à l'époque sévérienne du dernier état, on ne résout pas le problème de l'écart chronologique entre la mort d'Opramoas en 151-152 p.C. et l'exécution des travaux, car le retard provincial vaut pour toutes les périodes. On peut envisager deux possibilités.

96La première : le tremblement de terre de 145 p.C. a ravagé le théâtre hellénistique et, dans ce cas, il a fallu entièrement le reconstruire et c'est à ce moment que le plan en a été modifié. Mais on a vu que la somme de trente mille deniers accordée par Opramoas ne pouvait suffire à mener à bien des travaux d'une telle ampleur. Il faudrait donc que Xanthos ait reçu d'autres fonds dont l'épigraphie ne nous aurait pas conservé la trace, ce qui reste possible. Le bâtiment de scène aurait été reconstruit en dernier, après le remaniement du koilon, et il serait dès lors plus vraisemblable que la décoration architecturale porte la marque de la mode de la fin du siècle.

  • 111 Les dons d'Opramoas de Rhodiapolis concernent une trentaine de villes lyciennes. Pour la seule vall (...)

97La seconde : le remaniement du théâtre avait déjà eu lieu et il faut alors considérer qu'entre l'attribution effective des fonds promis et le début des travaux sans doute difficiles à mettre en œuvre dans une région sinistrée111, le bâtiment de scène n'a pu être restauré qu'à l'époque des Sévères.

  • 112 Dinstl 1986-1987, 220.

98Le théâtre de Xanthos, en tout cas, ne constitue pas un cas isolé, puisqu'on constate que les choses ont dû se passer de la même façon à Limyra, en Lycie orientale. Là aussi, le théâtre a été endommagé en 145. Les Limyréens ont reçu dix mille deniers d'Opramoas pour sa restauration et l'étude de la décoration architecturale de l'édifice le place à la fin du iie siècle112. En conclusion et compte tenu des arguments de tous ordres, il semble raisonnable d’attribuer la dernière phase de la décoration du théâtre de Xanthos à l’époque sévérienne. Il faudra cependant attendre la publication complète du théâtre pour pouvoir encore affiner la chronologie de l’édifice.

Notes

1 On trouvera les premiers résultats des fouilles dans CRAI, 1954, 104-113 et CRAI, 1955, 111-117. Voir aussi Frézouls 1982, 344-441 ; 1990, 875-890. Je remercie J. des Courtils de m'avoir laissé consulter les notes prises par E. Frézouls pendant la fouille.

2 En dernier lieu, Moretti 1998, 52-55.

3 Ce qui correspond aux recommandations de Vitr. 5.3.1-8.

4 De celui de 143 p.C., mais aussi probablement d’autres séismes survenus dans l’Antiquité tardive, comme celui qui affecta la grande basilique byzantine de la ville au ve siècle.

5 Frézouls 1990, 887-888.

6 Estimation de J.-Ch. Moretti.

7 FdX, I, 108-110.

8 FdX, I, 58-64.

9 FdX, I, 59.

10 Donderer 1966, 159-160.

11 FdX, I, 110 et no 3.

12 Heberdey 1897 ; TAM, II, 3, 905. Voir aussi Balland 1981, 190 et no 117.

13 A titre de comparaison, on sait par une autre inscription que Xanthos a reçu du même Opramoas un second versement de 250 000 deniers, Balland 1981, 191-192 et no 124.

14 TH009, 019, 106, 236, 272, 303.

15 Ginouvès 1985, 168.

16 TH298 et TH299.

17 TH300 et TH304.

18 Diamètre inférieur.

19 Diamètre supérieur.

20 TH056.

21 BE003.

22 Grand module : TH057 et TH145, TH175. Petit module : TH446 et TH053, TH169.

23 Le “Normalkapitell” allemand, c’est-à-dire “un calathos entouré de deux couronnes d’acanthes, derrière lesquelles surgissent deux caulicoles par face – la collerette de ces caulicoles atteignant le sommet de la seconde couronne – d’où sortent des calices dont les feuilles supportent, vers l’extérieur, les volutes et vers l’intérieur les hélices ; l’abaque est orné, au centre de ses quatre côtés, par un fleuron dont la tige, dissimulée ou non par une feuille intermédiaire ou une palmette, monte entre ou derrière les enroulements opposés des hélices (…)”, Gros 1993, 29.

24 TH022, 042, 047, 054, 067, 139, 149, 158, 168, 176, 312, 351, 359, 371, 381.

25 Ginouvès 1985, 90 et no 4. Il s’agit des blocs TH047, TH168 et d’un troisième bloc, non numéroté.

26 TH375.

27 RE105, 110 et RN001.

28 TH130 et 310.

29 TH357 et TH358.

30 Dinstl 1986-1987, 154 et no 20.

31 TH008, 037, 044, 060, 153, 155, 159, 163, 179, 258, 263, 264 et 265.

32 TH164, 184, 235, 250 et 251.

33 Ginouvès 1992, 77 et no 166 ; Schreiter 1995, 161-347 ; Schreiter 1996, 113-140.

34 Ward-Perkins 1948, 59-80 et Pl. VI-XI. Sur les origines du type, 64, no 19. Makowiecka 1969, 115-131 ; Pensabene 1993, 121-122, 488-491 et Tav. 87, 88.

35 Shoe Merrit 1969, 199 et 203, no 65.

36 Rumscheid 1994, 141 ; Mert 1999, 205 et no 868.

37 En Occident, on notera également l’utilisation de la formule au nymphée de Nîmes, Naumann 1937, pl. 19-1.

38 Mert 1999, 205. Voir le dessin d’après Pococke publié dans Rumscheid 2001, 117, Abb. 1.

39 Strocka 1981, 29.

40 Machatschek & Schwarz 1981, 66 et Abb. 33.

41 Ibid., 70, Abb. 38.

42 Hanfmann 1983, 156 et fig. 224 et 237 ; Yegül 1986, 57 et 136, no 10, et fig. 136.

43 Ward-Perkins 1993, 59 et Pl. 32c ; 83 et fig. 43,44, c ; Pl. 43c.

44 Ward-Perkins 1993, 64 et fig. 8.

45 Rohmann 1995, 109-121. L'auteur montre que ce type d'acanthe, particulièrement prisé aux ve et ve siècles p.C., apparaît déjà au ier siècle p.C.

46 Vandeput 1997, 112.

47 Mansel 1975, 368-372.

48 Bernardi Ferrero 1966, 24.

49 Bernardi Ferrero 1966, 57-72.

50 Atik 2000, 314 ; Barsanti 1990, 141 et fig. 64.

51 Peschlow-Bindokat 1975, 373-392 et Taf. 75-3.

52 Construits sous les Antonins et sans doute rénovés vers la fin du iiie siècle p.C., Sagalassos, V, 2000, 362 et 364, fig. 159.

53 Ward-Perkins & Gibson 1976-1977, 331.

54 Qui ne sont pas précisément datés, mais flottent entre la première moitié et le milieu du iie siècle p.C., Vandeput 1997, 39.

55 Datés par la décoration architecturale de 160-180, Vandeput 1997, 105.

56 Gerkan & Krischen 1928, 59 ; Strocka 1981, 20.

57 Sur cette transformation des formes à l’époque sévérienne, voir Gros 1998, 497.

58 Bohtz, 1981, 44, fig. 10.

59 Datés d’après le tremblement de terre de 178 p.C., Kantar & Naumann 1950, 108.

60 Atik 2000, 309 et Abb. 25, 26, 31.

61 Gerner Hansen 1996, 24, 26 et Abb. 6, 27, Taf. 34-3.

62 Akurgal 1987, Pl. 222.

63 Vandeput 1997, 39.

64 Atik 2000, 308, fig. 26.

65 Vandeput 1997, 198 et Pl. 50-3, 4.

66 Mert 2002, 21 et Abb. 21-22.

67 Bernardi Ferrero 1970, 205.

68 Heilmeyer 1970, 97-98.

69 Vandeput 1997, 83-88 et Pl. 37-3.

70 Ward-Perkins 1980, Pl. XXIIa ; Vandeput 1997, 86 et Pl. 104-4.

71 Vandeput 1997, 105 ; 277, Pl.44 et App. 2.

72 D. de Bernardi Ferrero attribue ce bloc à la troisième phase de construction du théâtre qu'elle situe au dernier quart du iie siècle, Bernardi Ferrero 1974, 33.

73 Bernardi Ferrero 1966, 22, fig. 26.

74 Strocka 1978, 893-900, Pls. 281-288.

75 Hörmann 1929, 263-274.

76 Kramer 1983, 145-166.

77 Vandeput 1997, 105.

78 Bernardi Ferrero 1966, 59-67.

79 Mitchell 1995, 137, Pl. 72.

80 Mansel 1963, 69.

81 Mansel 1975, 76-79.

82 Bernardi Ferrero 1966, 65, fig. 111.

83 Mansel 1956, 34-120 ; Ward-Perkins 1980, 51. Vandeput 1997, pl. 104.5.

84 Construit dans la seconde moitié du règne d'Hadrien, inachevé à la mort de celui-ci, dédié plus tard à Antonin, Vandeput 1997, 77.

85 Vandeput 1997, 270, pl. 37.3.

86 Vandeput 1997, 84-85.

87 Strocka 1981, 29.

88 Vandeput 1997, 75.

89 Ginouvès 1985, 183.

90 Strong 1953, 148-149.

91 Strocka 1988, 303 ; Rohmann 1995, 115 ; Rohmann 1998, 94-104 ; 116.

92 Crema 1939, 281, 286

93 Strong 1953, 135.

94 Strocka 1981, 29.

95 Mansel 1975, 76-79.

96 Strocka 1981, 29.

97 Ginouvès 1969, 83, no 2.

98 Mansel 1975b, 369-371.

99 Yegül 1986, 170.

100 Ginouvès 1992, 123 et no 565.

101 On trouve un motif similaire au Temple de Zeus à Aizanoi, Wegner 1978-1980, 97.

102 Ce décor, très répandu en Asie Mineure au iie siècle, a été notamment employé, dans un cadre décoré d'un kymation lesbique, au temple d'Hadrien à Éphèse. Le motif central du décor est constitué par une rosette à quatre pétales, alors qu'il ne s'agit à Xanthos que d'une simple boucle.

103 Autre motif extrêmement courant à l'époque impériale. Il apparaît par exemple à Sagalassos à la porte nord-ouest de l'agora inférieure, datée de l'époque de Tibère, mais aussi au nymphée de l'agora supérieure et au temple d'Antonin le Pieux, Vandeput 1997, 104. On le trouve au portique ionique de Milet, daté du ier siècle, Wegner 1957, 94.

104 Là encore, un motif habituel en Asie Mineure, cf. Ginouvès 1969, 91, no 4, qui ne donne que des exemples du iie et iiie siècle.

105 Une inscription mentionnant Fronto Neratius, gouverneur en 79 de la province de Galatie et de Cappadoce a été découverte “à proximité du vomitoire est”. Il est possible qu’elle soit en rapport avec des travaux effectués dans le théâtre à l’époque flavienne, CRAI, 1954, 114.

106 Pour une datation au iiie siècle, Schreiter 1996, 134 et no 153.

107 Exemples à Éphèse, au temple d’Hadrien (pl. 74), à Pergame, au Sanctuaire des Dieux égyptiens (pl. 81).

108 Naumann & Kantar 1950, 107-108.

109 Strong 1953, 135.

110 Début des travaux vers 160-170, deuxième niveau, terminé et dédié sous Septime Sévère, début de la construction du troisème niveau et du réaménagement du proskenion dans le premier quart du iiie siècle p.C., Inan et al. 2000, 321-322.

111 Les dons d'Opramoas de Rhodiapolis concernent une trentaine de villes lyciennes. Pour la seule vallée du Xanthe, les villes de Patara, Pinara, Tlos et Xanthos ont reçu des fonds.

112 Dinstl 1986-1987, 220.

© Ausonius Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search