Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Architecture romaine d’Asie Mineure

 | 
Laurence Cavalier

Première partie. Les monuments d’Époque impériale datés ou datables par l’étude des formes et des décors

Chapitre II. L’agora “romaine” ou agora ouest

Volltext

1La place à portiques, conventionnellement nommée par les premiers fouilleurs “agora romaine”, s'étend au nord du théâtre, en bordure de la route moderne qui traverse le site et suit à peu de chose près le tracé d'une voie antique de direction nord-sud (pl. 1, fig. 2).

  • 1 FdX, I, 73-74 et 81-82.

2Ce monument a été reconnu en 1950, mais n'a pas fait l'objet de fouilles à cette époque, les fouilleurs se contentant d'en dégager superficiellement les vestiges. Cependant, l'intérêt que portait l'équipe de fouille aux monuments funéraires et, en particulier, au pilier inscrit et au pilier des Harpyies, qui jouxtent les portiques nord et sud de l'agora, l’a menée à étudier les remaniements tardifs qui ont affecté le voisinage de ces deux tombes. On en trouve un bref compte rendu dans le tome I des Fouilles de Xanthos1.

  • 2 Anatolia Antiqua, V, 317-320.
  • 3 Anatolia Antiqua, VI, 459-462.

3Plus récemment, on a procédé, en 1995 et 1996, à des sondages dans l'angle nord-est de l'agora, à proximité du pilier inscrit, ainsi qu'en bordure du portique sud2. Ces travaux ont permis de constater que l'aménagement de l'agora avait entraîné la destruction complète des états antérieurs, la zone ayant été nivelée jusqu'au rocher. Le dégagement de la petite église installée au sud-ouest de l'agora, à l'époque byzantine, a cependant permis la découverte d'une tombe pillée datant probablement de l'époque hellénistique3. L'agora romaine aurait donc été aménagée sur l'emplacement d’une l'ancienne nécropole qui s'étendait au pied du pilier des Harpyies et qui atteignait peut-être les abords du pilier inscrit.

Description des vestiges

4L’ensemble monumental se présente sous la forme d'un quadriportique de plan carré, d’une cinquantaine de mètres de côté. La profondeur des portiques est de 5,75 m. L'accès principal à la place se faisait par une porte, à deux ou trois baies, ouverte dans le mur de fond du portique est, et qui communiquait avec la voie antique nord-sud mentionnée plus haut.

Portique est

  • 4 P = 0,78 m, H = 0,36 m. Les longueurs des blocs varient de 0,85 m à 1,24 m.
  • 5 Inédite.

5L'angle nord-est du mur de fond du portique est conservé. Il est constitué de blocs rectangulaires de calcaire4 qui ont été revêtus de dalles de marbre gris-bleu, fixées au mortier. Au sud de l'angle conservé, le mur a été remanié et comporte des blocs d'architecture remployés, dont un portant une inscription5. Le mur a été également percé pour laisser passer des canalisations de terre cuite, sans doute en rapport avec une petite construction identifiée à l'arrière du portique. A 21 m au sud de l’angle sont visibles un seuil (L = 1,32 m) et une pile (L = 3,56 m), un second seuil de longueur plus importante (L = 3, 20 m) fait de quatre blocs jointifs en calcaire dur, une seconde pile (L = 2,92 m), un troisième seuil de dimensions identiques au précédent et une troisième pile. Si cette dernière séquence est cohérente et semble indiquer l’existence d'une porte monumentale d'entrée dans l'agora, le premier seuil, situé plus bas que les deux autres et de dimensions différentes, constitue probablement un aménagement tardif.

6Au sud de la dernière pile, le mur de fond est à nouveau conservé sur 2,20 m de long et moins d’1 m de haut, puis son tracé est lisible au ras du sol. Il possède le même parement intérieur rectangulaire qu’à l'angle nord-est. En revanche, son parement extérieur, bien visible à cet endroit, est en appareil polygonal (pl. 31, fig. 95a). Plus au sud, le mur de fond n'est pas conservé.

  • 6 La deuxième contre-marche est haute de 0,26 m, la troisième de 0,395 m, le premier giron est profon (...)
  • 7 1,73 m, 1,58 m, 1,66 m.

7L'angle nord-est du stylobate est conservé, comme le sont aussi les trois degrés de la crépis6. A 1,69 m au sud de l'angle, on trouve un premier piédestal, inclus à l'époque byzantine dans un mur qui a obstrué les baies du portique. On trouve, en se dirigeant vers le sud et à 4,88 m du précédent, une succession de quatre piédestaux de même type, en place, disposés avec un entrecolonnement irrégulier7. Une base de colonne en calcaire, de type ionique-attique, est encore en place sur le premier piédestal de cette série. Elle porte au lit d’attente, dont le diamètre est au moins de 0,50 m, une mortaise de goujon et un canal de coulée. Si l'on en juge par les lits d'attente des piédestaux conservés, il n'y avait pas de liaison verticale entre les bases de colonne et ceux-ci. A 6,30 m au sud du précédent, un autre piédestal de même type est en place. La zone a été très perturbée plus au sud et le stylobate n'est plus visible. On le retrouve à 5,60 m de l'angle sud-est que l'on peut restituer.

8Le sol du portique était revêtu, dans son dernier état au moins, d’une mosaïque polychrome à grosses tesselles dont les restes sont encore visibles par endroits.

  • 8 A277, A278, A279, A280, A281, A282.

9A l’intérieur du portique, nous avons retrouvé six claveaux de calcaire8, de dimensions identiques (L = 0,62 m, P au lit d’attente = 1,01 m, H = 0,64 m), qui appartenaient probablement à des arcs ouverts dans le mur de fond du portique est et constituant l’entrée principale de l’agora. Une trentaine de blocs rectangulaires attribuables à ce mur de fond gisent dans le portique. Leur parement extérieur est soigneusement dressé et leurs faces de joint sont munies d’anathyroses.

Portique sud

10Sans être parallèle au front de scène, le mur de soutènement du portique sud servait de mur de fond au théâtre, construit dans un creux naturel quelques mètres en contrebas. Bien conservé du niveau du sol du théâtre jusqu'au sol du portique, ce mur présente un appareil polygonal (pl. 31, fig. 95d).

11Le mur de fond du portique sud, construit en appareil régulier au-dessus de l’appareil polygonal, n’est pas conservé en élévation au-dessus du niveau de circulation, à l'exception d'une petite section à proximité de l'angle sud-ouest. Le terrain a glissé vers le sud et le portique s'est complètement effondré.

  • 9 FdX, I, 74.

12On a vu que l'angle sud-est n'est pas conservé, mais on peut restituer approximativement son emplacement. A une quarantaine de mètres à l’ouest, on rencontre un seuil, flanqué par deux jambages. Cette porte servait sans doute d'accès au théâtre. Le bloc constituant le seuil provient d'un édifice “lycien”, sans doute funéraire, comme le prouve l'existence d'une grande mortaise carrée peu profonde pour tenon de pierre, caractéristique de ce type d'édifice. On observe que, en dessous du seuil, passent de nombreuses conduites d'eau en terre cuite que P. Demargne met en rapport avec une réfection du théâtre au iie siècle de notre ère9, ou peut-être plus tard. Le linteau de la porte se trouve à proximité, dans le portique.

13A l'ouest de la porte, on retrouve le mur en appareil polygonal. Au niveau du sol du portique, il est surmonté par des assises de blocs rectangulaires du même type que les blocs utilisés pour la construction du mur de fond du portique est. Il reste de ce mur une assise de parpaings surmontée d'une assise à double cours.

  • 10 Anatolia Antiqua, IV, 367.

14Le stylobate est conservé à peu de distance de l'angle sud-est. Le dernier degré de la crépis a été recalé au moyen de petites pierres, sans doute après un tremblement de terre10. Dans sa partie ouest, le stylobate a disparu sous les remaniements byzantins nécessités par la construction d'une petite église. Le portique s'achève, à l'ouest, par un seuil qui donne accès à un escalier permettant de descendre sur une terrasse ménagée en contrebas et à l'ouest de l'agora. Sur celle-ci on discerne notamment les restes d'un stylobate et des débris d'architecture, sans doute attribuables à une basilique byzantine.

15La même mosaïque à grosses tesselles habillait le sol du portique. On peut en voir une assez grande surface conservée à l'ouest du portique, à l'aplomb du monument des Harpyies.

Portique ouest

  • 11 Cinq architraves-frises, sept corniches-simas.

16Au nord et au sud de l'escalier qui desservait la terrasse ouest, le mur de soutènement est construit en appareil polygonal. Le seuil de l'escalier est postérieur et cet aménagement pourrait dater de l'époque à laquelle on a construit (ou réutilisé) la basilique sur la terrasse en contrebas et à l'ouest de l'agora. Le mur de fond du portique a subi de nombreux remaniements (construction de l'église de l'agora) et l'appareil polygonal disparaît par endroits. Plus au nord, le mur du fond a été percé par l’abside de la basilique de la terrasse. De nombreux blocs d'architecture datables de l'époque romaine ont été remployés dans la construction de l’abside, notamment des éléments d'entablement du portique11 et deux piédestaux (les trous de fixation présents dans de nombreux blocs montrent que ceux-ci ont été, à l’époque byzantine, revêtus d'un placage décoratif).

17Le mur en appareil polygonal est de nouveau conservé au nord de l’abside. On observe, dans le tronçon de mur nord qui jouxte immédiatement l’abside, la présence d'un nouveau seuil, apparemment en place, fait de quatre blocs jointifs (L totale = 3,40 m). Les traces d'un escalier qui permettait d'accéder à la terrasse ouest sont visibles. Le mur en appareil polygonal, d'apparence assez rustique, se poursuit au-delà du seuil, sans doute jusqu'à l'angle nord-ouest qui est actuellement enfoui sous les déblais et la végétation, mais que l'on peut aisément situer.

18Dans sa partie sud, le stylobate a été détruit par la construction de l'église de l'agora. On le suit sur à peu près huit mètres depuis l'angle sud-ouest, puis il disparaît complètement. Comme pour le mur du fond, l'angle nord-ouest, qui n'est actuellement pas dégagé, peut être facilement retrouvé.

Portique nord

19Le mur de fond est complètement détruit, à l'exception peut-être de deux blocs rectangulaires qui semblent en place à l'aplomb de l'angle nord-ouest présumé du stylobate. A une trentaine de mètres à l'est, dans le secteur du pilier inscrit, le mur a été complètement remanié et revêtu de plaques de marbre.

20Comme le mur du fond, le stylobate est en majeure partie détruit. On peut restituer approximativement la situation de l'angle nord-ouest. A proximité de celui-ci gisent quelques blocs ayant appartenu à une porte. On retrouve le stylobate dans sa moitié est, sous un mur tardif. Près de l’angle nord-est, il a connu les mêmes remaniements tardifs que le stylobate est, les baies du portique ayant été bouchées par un mur de briques et de mortier.

21On a pu inventorier un nombre important de blocs d'architecture d’époque romaine dans le secteur de l'agora. Une grande partie d'entre eux a été remployée dans la construction de ce qui semble être des enclos pour du petit bétail, à une époque sans doute assez récente, dans les secteurs est et nord de la place. D'autres blocs ont été réutilisés lors de la construction de l’abside de la basilique qui s'élevait sur la terrasse en contrebas de l'agora, et, aussi, dans la construction de l'église qui s'est installée sur l'agora même, dans l'angle sud-ouest. Les murs tardifs, qui ont bouché les baies du portique est, comportent également des blocs remployés. De nombreux blocs, enfin, gisent simplement à l'intérieur des portiques : c'est dans le portique est qu'ils sont les plus nombreux. L’inventaire de ces blocs montre que nous possédons une grande partie de la colonnade et de l’entablement des portiques, mais que nous n’avons pas de certitude quant aux chapiteaux. On n'a pas trouvé non plus de tuiles qui devaient constituer la couverture des portiques, mais il faut rappeler que ce secteur n'est connu que par des sondages et qu'une véritable fouille pourrait nous permettre de retrouver les éléments manquants.

Inventaire des éléments architecturaux attribuables aux portiques de l’agora ouest

Piédestaux (pl. 2, fig. 3 et pl. 34, fig. 102)

  • 12 A176, 177.
  • 13 A178, 179, 180, 181, 182, 183.

22Deux piédestaux sont conservés en place au portique nord de l’agora12, six au portique est13. Vingt et un autres piédestaux ont été retrouvés, la plupart remployés dans des constructions tardives élevées sur l’agora, ou simplement errants. Ces vingt-neuf piédestaux ont des moulurations pratiquement identiques. Il existe cependant des différences plus prononcées dans leurs dimensions, ce qui amène à les répartir en deux groupes. On constate enfin que les dimensions peuvent varier à l'intérieur du même groupe, mais de façon moins significative.

Groupe 1

A178

L = 0, 73 m

P = 0,73 m

H = 0,61 m (dimensions moyennes)

  • 14 A184, 185, 186.
  • 15 A187, 188, 241.
  • 16 A189.
  • 17 A193.
  • 18 A022, 025.
  • 19 Le piédestal A026, dont la hauteur totale n’est que de 0,52 m a été remployé dans le même enclos.

23Ce premier groupe est constitué de dix-huit piédestaux. Dans cette série entrent les huit piédestaux encore en place, trois piédestaux gisant dans le portique nord14, ou à proximité de celui-ci, trois piédestaux retrouvés dans le portique est15, un piédestal dans le portique sud16, un piédestal remployé dans l’abside de la basilique située en contrebas de l'agora17 et deux piédestaux remployés dans la construction d'un petit enclos18, dans la partie nord-est de l'agora19.

Groupe 2

A216

L = 0,66 m

P = 0,66 m

H = 0,54 m (dimensions moyennes)

  • 20 A192, 194, 195, 196, 204, 216.
  • 21 A216.

24Ce groupe comprend sept piédestaux20. Les moulurations sont les mêmes que pour le premier groupe. Le travail des parements est identique. Les dimensions diffèrent de celles du premier groupe, notamment la hauteur. Deux de ces piédestaux ont été remployés dans les murs de l'église du sud-ouest de l'agora. Trois piédestaux de cette même série ont été retrouvés à proximité du portique nord, un dernier dans le portique est21.

25Deux piédestaux qui se trouvent encore en place sur le stylobate nord de la grande basilique épiscopale présentent les mêmes moulurations et des dimensions compatibles avec celles des piédestaux de l'agora et proviennent probablement de la colonnade de celle-ci.

26Le piédestal type A178 comporte une moulure de base qui consiste en un bandeau surmonté d'une doucine renversée. Le dé est lisse, son parement montre des traces de gradine. Une ciselure longe les quatre arêtes de chacune des faces du dé. Le même type de ciselure est parfois visible à l'arête supérieure du bandeau de la mouluration de base. La mouluration de couronnement est composée, au-dessus d'une baguette, d'un filet droit, d'une doucine droite et d'un bandeau.

  • 22 Anatolia Antiqua, V, 317-320.

27L’irrégularité des dimensions des piédestaux de l’agora, que l’on retrouve pour les blocs d’entablement du même ensemble, a peut-être une explication autre que la qualité contestable du travail. Les sondages menés en 1995 et 199622 en bordure du portique sud de la place ont montré que le stylobate avait été calé à l’aide de petites pierres. Cette réparation a peut-être été effectuée à la suite d’un séisme qui aurait affecté la ville et l'on peut imaginer que les différences de hauteur des piédestaux traduisent une phase de reconstruction de la place, ou du moins de remplacement de certains de ses éléments d’architecture.

Bases de colonne (pl. 2, fig. 3 et pl. 37, fig. 107)

A219

D au lit d’attente = 0,53 m

Côté de la plinthe = 0,725 m

H de la plinthe = 0, 095 m

H totale = 0,26 m

28Mortaise carrée au lit d’attente avec canal de coulée. Surface de décharge au lit de pose.

  • 23 A218.
  • 24 A219.

29Deux bases de colonne appartenant aux portiques de l’agora ont été retrouvées. L'une d'elles est encore en place sur un piédestal du portique est23. La seconde24 a été retrouvée à l'angle nord-est du portique. Ces bases de calcaire sont de type ionique-attique. Elles étaient simplement posées sur le piédestal et la liaison verticale avec la colonne se faisait au moyen d'un goujon carré scellé au plomb. Le diamètre au lit de pose est d'environ 0,53 m.

30Les côtés de la plinthe ont été bordés d'une ciselure périmétrale. La hauteur du tore supérieur équivaut à un peu moins de la moitié de la hauteur du tore inférieur. La scotie que l'on trouve normalement sur les bases ioniques attiques a été remplacée par un cavet.

Fûts

Calcaire

D = 0,50 m

31Deux fûts monolithes lisses fragmentaires, A207 et A220, retrouvés sur l'agora romaine, appartiennent peut-être aux supports des portiques. Leur diamètre correspond en tout cas au lit d'attente des deux bases de colonne conservées.

Granit

32Une série est constituée de trois fragments de colonne (A206, A211 et A212) dont le diamètre inférieur est de 0,50-0,51 m. Ces colonnes gisent au nord de l'agora romaine, deux, dans le portique nord, une, remployée dans un enclos tardif. Le diamètre inférieur des colonnes est compatible avec les dimensions du lit d'attente des bases et il est peut-être possible d’attribuer ces blocs aux portiques de l'agora.

Marbre

  • 25 A350.
  • 26 A400, A401, A402, A403, A404, A405, A406.

33Une colonne complète25 (H = 3,59 m) de marbre vert et un fragment de colonne de marbre gris de diamètre égal à 0,50-0,52 m constituent cette série. Le diamètre de ces colonnes découvertes sur l'agora romaine convient au lit d'attente des bases du portique de la place. Plusieurs autres fûts fragmentaires26 (parties médianes) de marbre vert peuvent être rattachés à la série (H comprises entre 0,91 m et 2,25 m).

Chapiteaux à acanthes et godrons

  • 27 A327, DEP002.
  • 28 DEP003.

34Deux chapiteaux de colonne27 et un chapiteau de pilastre28 ont été découverts sur la place, un des chapiteaux de colonne ayant été remployé comme autel dans une chapelle au nord de l’agora.

A327 (pl. 2, fig. 4)

H = 0,45 m

L abaque = 0,65 m

D au lit de pose = 0,34 m

35La corbeille du chapiteau, couverte de vingt-quatre godrons concaves, possède une couronne de huit feuilles d’acanthe épineuse à cinq lobes, assez espacées, qui prennent naissance à 0,01 m au-dessus du bord inférieur du calathos, ou directement de celui-ci. Les lobes inférieurs des feuilles sont réduits et les lobes médians montrent quatre digitations. Au contact des digitations et de deux lobes adjacents se forment des œillets en amande. Les godrons possèdent des lunules qui, sur un des chapiteaux, ne sont pas toutes marquées au même niveau : quand le godron est apparent entre deux feuilles d’acanthe, la lunule est basse, sinon, elle est marquée au-dessus de la feuille.

36Au-dessus des godrons prend place une file d’oves séparés par des dards. La mouluration de l’abaque consiste en un listel surmonté d’une baguette et d’un bandeau.

DEP002 (pl. 2, fig. 6)

H = 0,37 m

L abaque = 0,65 m

D au lit de pose = 0,35 m

37La corbeille est recouverte de vingt-quatre godrons et munie d'une couronne de huit feuilles d'acanthe épineuse qui prennent naissance au lit de pose du chapiteau. Les digitations inférieures des demi-lobes des feuilles adjacentes se touchent, dessinant ainsi deux triangles superposés. Il n'y a pas de contact entre les digitations médianes.

38Les oves qui composent la mouluration couronnant les godrons sont moins arrondis et leurs enveloppes sont plus recreusées que pour les chapiteaux précédents. Le dard qui sépare les oves, au lieu d'être de la même épaisseur sur toute sa longueur, se termine par une pointe.

39La mouluration de l'abaque est du même type que les précédentes et montre une sorte de gorge entre deux bandeaux. L'ensemble laisse l'impression d'un travail plus soigné et d'une exécution plus fine que dans l’exemple précédent. Les deux chapiteaux de colonne, s’ils montrent la même syntaxe décorative, sont sans doute attribuables à deux mains, à en juger par la différence d’exécution, notamment en ce qui concerne l’ovolo.

DEP003 (pl. 2, fig. 6)

H = 0,46 m

L conservée de l'abaque = 0,50 m

P au lit de pose = 0,37 m

40Le bas du chapiteau est orné de feuilles d'acanthe épineuse qui se superposent aux godrons recouvrant le corps du chapiteau. Les feuilles sont trop abîmées pour pouvoir être mesurées et décrites. Les godrons d'angle étaient décorés d'une palmette ouverte, en partie conservée. L'ovolo qui couronne les godrons est fait d'oves séparés par des dards assez grossièrement sculptés. Les bordures sont très épaisses et peu recreusées.

41La mouluration de couronnement de l'abaque est du même type que celle de A327.

Architraves-frises29

  • 29 A021, 65, 73, 118 à 149, 173, 175, 201, 208, 232, 233, 240, 241. Pour le choix du terme, voir Ginou (...)

A122 (pl. 3, fig. 7 et pl. 46, fig. 124)

L = 2,52 m

P au lit de pose = 0,42 m

P au lit d’attente = 0,505 m

H = 0,58 m

42(Les dimensions des blocs varient, notamment en longueur où l’écart maximum est de 0,27 m. Les écarts constatés en hauteur et au lit de pose se limitent à 0,04 m).

43Le soffite des architraves-frises est décoré d'un simple panneau à extrémités concaves.

44Sur sa face extérieure, l'architrave possède trois fasces lisses, sans moulures de séparation. Les fasces sont de hauteur croissante vers le haut. Le couronnement est composé d'un filet et d'un astragale surmontés par un filet, un cavet et un bandeau plat.

45Sur la face intérieure, l'architrave ne montre que deux fasces lisses, sans moulure de séparation, le couronnement étant constitué par un talon droit en dessous d'un bandeau plat.

46Côté extérieur, la frise, convexe, est lisse. Son couronnement consiste en un astragale, un ovolo lisse et un bandeau plat.

47La face intérieure de la frise est simplement dégrossie et munie, à ses extrémités, d’encastrements destinés à recevoir les chevrons de la couverture.

48Le parement des blocs est en général assez soigneusement dressé au ciseau grain d’orge. Le lit d'attente des architraves-frises est grossièrement piqueté, mais on a pris tout de même soin de ménager le long de l'arête postérieure une ciselure qui joue le rôle de joint de décharge. Les joints montants montrent une anathyrose complète.

49Tous les blocs complets d'architrave-frise possèdent un trou de louve au lit d'attente.

Corniches-simas30

  • 30 A023, 024, 034, 035, 036, 041, 042, 043, 044, 046, 064, 071, 073, 075, 149, 150, 153, 155, 156, 157 (...)

A045 (pl. 3, fig. 8-9 et pl. 53, fig. 137)

L conservée = 1,11 m

P au lit de pose = 0,588 m

P au lit d’attente = 0,875 m

H = 0,36 m

50La base de la corniche possède une mouluration en cyma reversa. Le soffite du larmier est horizontal. Au-dessus du front du larmier, lisse, prend place un ovolo lisse, puis la sima, profilée en doucine. Quinze des blocs retrouvés sont munis de faux déversoirs en forme de tête de lion.

51Le travail des parements est assez soigné et laisse apparaître des traces de ciseau grain d’orge. Les joints montants sont munis d'anathyroses. Des encoches destinées à recevoir les extrémités des chevrons de la couverture ont été ménagées au lit d'attente de la plupart des blocs de cette série.

52La plus grande partie de ces blocs a été réutilisée dans les petits enclos du secteur nord-est de l'agora. Les autres blocs ont été découverts remployés dans l'église de l'agora, dans l’abside de la basilique située en contrebas de la place, ou gisant dans les portiques. Un seul bloc a été retrouvé, complètement hors contexte, dans l'orchestra du théâtre.

Restitution

53Les murs des portiques de l’agora, en appareil rectangulaire, reposaient sur des substructions en appareil polygonal. Ils étaient sans doute revêtus, à l'intérieur du portique, d’un placage de marbre gris-bleu. Des restes de mosaïque à grosses tesselles sont visibles dans le portique est, à proximité de l'entrée, ainsi que dans le portique sud, et l’on peut penser que les sols des portiques étaient tous revêtus de mosaïque du même type.

  • 31 On peut sans doute attribuer à cette entrée monumentalisée le bloc de console A100 retrouvé à proxi (...)

54L'entrée principale de l'agora était située à l'est et consistait sans doute en deux baies ouvertes dans le mur de fond du portique31. Le troisième seuil visible au nord des précédents correspond probablement à un aménagement tardif.

55Les blocs d'encadrement de porte et le linteau qui gisent à proximité de l'angle nord-ouest du portique montrent qu'une entrée secondaire existait dans ce secteur.

56Le seuil, encore en place dans le portique sud, témoigne de l’existence d'une autre porte qui permettait d'accéder au théâtre et à l'acropole lycienne.

57L'escalier, aménagé à l'extrémité ouest du portique sud et qui donnait accès à la place située en contrebas de l'agora, est probablement tardif et devrait donc être mis en rapport avec la basilique chrétienne installée sur cette place à une époque indéterminée. En revanche, les traces de marches d'escalier visibles au mur du fond du portique ouest et que l'on doit associer aux blocs de seuil apparemment en place, immédiatement au nord de l’abside de cette même basilique, posent problème. Dans l'état actuel des vestiges, cet escalier aboutirait à l'intérieur de la nef nord de la basilique. Il serait plus logique de penser qu'il existait avant elle et permettait d'accéder à la place en contrebas. Cette place n'a été que superficiellement dégagée et il faudra attendre de véritables fouilles pour savoir si la basilique chrétienne a pu succéder à un édifice plus ancien.

58Sur une crépis à trois degrés prenaient place des piédestaux surmontés de bases de type ionique-attique indépendantes. Les colonnes, si l’on en juge par les quelques fûts fragmentaires restés sur l’agora romaine, et dont les diamètres correspondent aux bases, étaient taillées dans des matériaux différents : calcaire, granit, marbre vert.

  • 32 C’est ce que semblait suggérer P. Demargne dans son compte-rendu des fouilles de 1951 en disant qu’ (...)
  • 33 Ginouvès 1992, 113, n. 467.

59Comme on l’a vu, on n’a pas de certitude quant à l’ordre des colonnades : on a retrouvé, lors des différents nettoyages ou sondages conduits sur cette place, des fragments de chapiteaux ioniques et corinthiens et trois exemplaires de chapiteaux à acanthes et godrons. Il est possible que les chapiteaux de l’agora aient été des chapiteaux corinthiens32, d'une part parce que, comme on le verra, c'est le type de chapiteau le plus courant à Xanthos à l'époque romaine, d'autre part parce que les soffites des architraves montrent un décor très souvent employé en relation avec des chapiteaux corinthiens33. On ne peut pas pour autant exclure l’hypothèse de chapiteaux à godrons et acanthes dont deux des exemplaires retrouvés sur l’agora présentent des dimensions à l’abaque compatibles avec celles des architraves-frises. Il est également possible d’imaginer que ces chapiteaux appartenaient à un dispositif spécifique, peut-être destiné à marquer l’entrée de la place.

60L’entablement était constitué d’une architrave-frise et d’une corniche-sima munie de faux déversoirs en tête de lion, de type ionique. Le lit d’attente des corniches a été creusé d’encoches destinées à la mise en place des chevrons de la couverture.

Destination de l’ensemble monumental

  • 34 TAM, II, 44.
  • 35 C'est l'hypothèse proposée par Moretti 1998, 239, qui se fonde notamment sur le fait que le quadrip (...)

61L'appellation “agora romaine” est, comme on l'a vu, conventionnelle et date des premières fouilles de Xanthos. Les fouilleurs de l'époque ont en effet pensé que l'agora classique de Xanthos, mentionnée sur le pilier inscrit et à l'intérieur de laquelle devait s'élever ce dernier34, se trouvait quelque part sous le quadriportique. La localisation géographique de la place, à proximité de l'acropole lycienne, du théâtre et en bordure d'un grand axe nord-sud, invitait à y voir un élément majeur du dispositif urbain. D'autant plus que le secteur est de la ville n'était pas encore fouillé et qu'on n'imaginait peut-être pas qu'il livrerait deux autres quadriportiques. Le fait que les sondages menés en 1995 et 1996 n'aient permis de retrouver aucune construction datable de l'époque classique et l'existence de ces deux autres grandes places pousse à se poser la question de la fonction de “l’agora romaine”. La prise en compte de l'immédiate proximité du théâtre nous incline également à nous demander si cette place ne constituerait pas une porticus post scaenam35. Le problème serait en partie résolu si la place et le théâtre étaient sûrement datés, car on pourrait ainsi savoir s'il s'agit d'une conception d'ensemble.

Essai de datation

62En l'absence d'inscriptions ou de textes permettant de conclure à une date précise, le seul moyen à notre disposition reste l'étude de la décoration architecturale, avec les limites que l'on connaît. Il se trouve justement que les éléments d’entablement des portiques de l’agora ne sont pas décorés. La comparaison avec d’autres ensembles micrasiatiques qui possèdent des entablements lisses de ce type indiquera cependant une séquence chronologique assez précise.

63On prendra pour référence, en Ionie, les sites de Milet et Éphèse.

  • 36 Bammer 1978-1980, 67-90.

64A Milet, les architraves-frises de l’ordre supérieur du nymphée, daté de l’époque de Domitien, sont dépourvues de décor36.

  • 37 Strocka 1978, 893-900.

65A Éphèse, le nymphée de Trajan37, élevé par l’Asiarque Tib. Claudius Aristion avant 114 p.C., possède des entablements non décorés composés d’architraves-frises à deux fasces séparées par un astragale lisse, surmontées d’une corniche à denticules de type ionique (pl. 72, fig. 202). L’entablement de la palestre des Thermes du Port, construite également par Tib. Claudius Aristion, en 92 p.C., en l’honneur de l’empereur Domitien, est un autre bon parallèle. Comme à Xanthos, l’architrave-frise à trois fasces et à frise convexe est lisse. Elle est surmontée d’une corniche ionique à denticules (pl. 72, fig. 203).

  • 38 Strong 1953, 135. Pour une datation vers 100 p.C., voir aussi Vandeput 1997, 57.

66On trouve des formules analogues en Pisidie, à Sagalassos. Le temple d'Apollon Clarios, d’ordre ionique, est doté d’un entablement lisse (pl. 84, fig. 241). Il est daté de la fin du ier siècle ou du début du iie siècle p.C.38 Le soffite des architraves porte, comme à Xanthos, un panneau à extrémités concaves. Les trois fasces de l’architrave sont séparées par des astragales lisses. La mouluration de couronnement est composée, comme c’est la plupart du temps le cas en Asie Mineure, d’un astragale, d’un ovolo et d’un cavet lisses. Les frises lisses, indépendantes à Sagalassos, ont un profil convexe et sont elles aussi couronnées par une mouluration lisse composée d’un filet, d’un astragale et d’un ovolo.

  • 39 Vandeput 1997, 367-368 et fig. 195, 199 et 200.
  • 40 D'une hauteur de 0,57 m, ce qui correspond à la hauteur des architraves-frises de l'agora romaine d (...)
  • 41 Vandeput 1997, 367.
  • 42 Vandeput 1997, 367. Aux deux monuments déjà évoqués, il faut aussi rajouter le monument de Claudia (...)

67Le portique ouest de l'agora inférieure de Sagalassos39 possédait aussi des architraves-frises lisses40, très proches des blocs correspondants du temple d'Apollon. On trouve encore deux autres exemples de cette architecture sans décor à Sagalassos : à l'odéon, daté de la fin du ier ou du début du iie siècle, et sur un monument dédié à l'empereur Trajan, non encore publié41. Il semble bien que cette architecture dépouillée soit caractéristique de Sagalassos de la deuxième moitié du ier et la première moitié du second siècle p.C.42

68Les corniches du temple d’Apollon sont des corniches-simas munies de faux déversoirs en forme de tête de lion. A la différence de celles de Xanthos, elles possèdent une file de denticules au-dessus de laquelle on trouve une cyma reversa. La mouluration qui fait la liaison avec la sima consiste en un ovolo et un filet. Les différences de dimensions entre les blocs de l’entablement, importantes à Xanthos, le sont tout autant à Sagalassos (par exemple, la longueur des corniches varie entre 0,65 m et 1,65 m).

69On peut rapprocher les corniches-simas de “l’agora romaine” de celles d’un autre monument de Xanthos, l'arc de S. M. Priscus, daté sûrement du troisième quart du ier siècle : il s’agit dans les deux cas de corniches ioniques, alors que la majorité des corniches-simas retrouvées sur le site sont des corniches corinthiennes à denticules et modillons, toutes datables au plus tôt de la deuxième moitié du iie siècle. Par ailleurs, l’homogénéité dans les formes et les décors que l’on constate dans la ville à partir de cette époque oblige, de toute façon, à attribuer tout ensemble monumental au décor différent à un autre programme de construction. Cet état de fait et la comparaison des profils des corniches de l’arc de S. M. Priscus et de celles de “l’agora romaine” permettent d’envisager une filiation entre les deux édifices (pl. 3, fig. 10-11).

70Les parallèles cités plus haut, datés entre le dernier quart du ier siècle p.C. et le premier quart du iie siècle p.C., vont dans le sens d’une datation de “l’agora romaine” de Xanthos à la même époque. En outre, la parenté manifeste entre les corniches de “l’agora romaine” et celles de l’arc de S. M. Priscus invite à penser que l’agora a pu être construite assez peu de temps après celui-ci, vers la fin du ier siècle p.C. ou au début du iie siècle p.C.

  • 43 Ginouvès 1992, 100.
  • 44 Coulton 1976, 122.
  • 45 Börker 1965.
  • 46 Type appelé “chapiteau à feuilles dressées pointues”, Ginouvès 1992, 101.
  • 47 Dès l'époque augustéenne, semble-t-il, Alzinger 1974, 92, Nr. 1-4, Abb. 123-126.
  • 48 Radt 1988, 243.

71L’attribution éventuelle aux portiques de l’agora des chapiteaux à godrons et acanthes ne serait pas incompatible avec une telle datation. Les chapiteaux à godrons concaves43 (ou à palmes) sont bien connus en Asie Mineure, puisque le type, sans doute dérivé d'un groupe de chapiteaux archaïques plus ou moins en connexion avec la région de Pergame44, a justement été repris à l'époque hellénistique dans cette ville. Ces chapiteaux appartiennent, selon C. Börker45, à la famille micrasiatique des Blattkelchkapitelle, les chapiteaux faisant partie du groupe “grec” possédant des feuilles pointues46. Ce type de chapiteau, dans sa version “enrichie” d'une couronne de feuilles d'acanthe, est bien représenté à l'époque impériale47 et notamment aux portiques du Trajaneum de Pergame (pl. 80, fig. 227 et 228), daté de 123-129 p.C.48

  • 49 Mendel 1914, no 1200 et 1201. Rohman 1998, 30-36 et Taf. 13-20.

72Les chapiteaux du Trajaneum possèdent douze feuilles d'acanthe et vingt-quatre godrons concaves49. Les feuilles d'acanthe sont plus serrées que sur l’un des exemples de Xanthos (dont la couronne ne compte que huit feuilles). Les feuilles d'acanthe sont très semblables. De chaque côté de la nervure axiale sont creusées des veines profondes qui naissent plus haut que l'arête inférieure du calathos, au contraire des veines centrales des lobes, elles aussi profondément creusées. Les lobes médians possèdent, dans les deux cas, quatre digitations. La troisième digitation, en partant du bas, porte la veine centrale, profondément recreusée au trépan. La quatrième digitation touche la digitation la plus basse du lobe adjacent. Sur les deux chapiteaux, les lobes sont séparés les uns des autres par des œillets dont l'arête inférieure est pratiquement horizontale.

  • 50 Rohmann 1988, 124.

73Les proportions du chapiteau de Xanthos rappellent celles des chapiteaux du portique du Trajaneum, dont la hauteur correspond à peu près au diamètre au lit de pose (H = 0,405-0,462 m, D = 0,410-0,452 m)50.

  • 51 Les chapiteaux à godrons concaves et acanthes qui ne présentent plus cette particularité sont en pr (...)

74La différence majeure entre les deux types de chapiteaux est que l'extrémité des godrons du Trajaneum est incurvée et retombe vers l'avant51, et que l'abaque repose directement sur leur extrémité arrondie, alors que, au-dessus de l'extrémité des godrons des chapiteaux de Xanthos, le bord du calathos est décoré d'un ovolo.

  • 52 Mansel 1975, 368-372.

75Le chapiteau du nymphée F3 de Pergé, daté de la fin de la période hadrianique52, peut être rapproché des chapiteaux de Xanthos en dépit de deux différences morphologiques : il possède deux couronnes de feuilles d'acanthe au lieu d'une seule, et l'abaque repose directement au-dessus des godrons. Mais, comme à Xanthos, les godrons ne débordent pas et s'éloignent donc de la tradition pergaménienne. Les feuilles d'acanthe du chapiteau de Pergé sont assez proches de celles de Xanthos : trois digitations pour les demi-lobes, quatre pour les lobes médians, la quatrième digitation étant plus importante que les autres et munie d'une veine centrale profonde. Au contact des digitations, les œillets sont de forme allongée.

76Mais les meilleurs parallèles aux chapiteaux de Xanthos se trouvent en Carie, à Milas, l’ancienne Mylasa. Le monument funéraire localement connu sous le nom de Gümühkesen possède des chapiteaux à godrons et acanthes stylistiquement très proches de ceux de Xanthos, à cette différence près que, comme à Pergé, ils montrent deux rangs de feuilles d’acanthe (pl. 76, fig. 215). A la porte de la ville, les chapiteaux d’imposte de l’arc possèdent également deux rangs de feuilles d’acanthe (pl. 76, fig. 216). Les feuilles sont assez espacées, leur axe médian correspond à la séparation entre deux godrons, et un godron reste entièrement visible entre chaque feuille. Cet espacement correspond à celui que l’on voit sur les chapiteaux de Xanthos. Par ailleurs, les feuilles semblent être traitées de la même façon, à l’exception du nombre de digitations, cinq par lobes, contre quatre à Xanthos. L’abaque des chapiteaux de Mylasa repose directement sur les godrons, mais ceux-ci sont moins recourbés vers l’avant que sur les chapiteaux du Trajaneum de Pergame. Les moulurations de l’abaque des chapiteaux de Mylasa correspondent enfin à celles des chapiteaux de Xanthos, puisqu’elles sont composées d’une sorte de scotie entre deux bandeaux.

  • 53 Thür 1989, 107-108. Pour une datation au iie siècle p.C., Akurgal 1986, 269.

77Les deux monuments de Mylasa n’ont fait l’objet d’aucune étude approfondie mais sont en général datés de l’époque d’Hadrien53.

  • 54 Ihḱ 2000, 119.

78Le temple de Patara, site qui n’est distant de Xanthos que de quelques kilomètres, possédait lui aussi des chapiteaux d’ante à godrons et un seul rang de feuilles d’acanthe (pl. 80, fig. 226). Les godrons sont du même type que ceux de Xanthos. Les feuilles d’acanthe ont cinq digitations. Le chapiteau est muni d’une moulure supplémentaire, entre le haut des godrons et l’abaque. Cette moulure est décorée de feuilles imbriquées. Le temple de Patara, qui n’a pas été vraiment étudié, est daté, sans plus de précision, de l’époque antonine54.

  • 55 Erim 1990, 59.
  • 56 Rohman 1998, 35 et Taf. 18-6, 20-1, 2, 3.

79Enfin, la palmette qui charge le godron d'angle du chapiteau de pilastre de Xanthos est un indice qui permet de le rapprocher des chapiteaux de pilastre de la basilique de l'agora d'Aphrodisias, datée par la décoration architecturale de la fin du ier siècle p.C.55, qui possèdent le même motif d'angle (pl. 70, fig. 195). Les chapiteaux de pilastre du Trajaneum possèdent eux aussi un motif décoratif supplémentaire aux angles56.

  • 57 Vandeput 1997, 144.
  • 58 Lanckoronski 1890, 13.

80Le kymation ionique qui orne le haut du calathos des trois chapiteaux est décoré d'oves et de dards, formule qui continue d'être utilisée après que la mode soit plutôt aux oves séparés par des flèches, à partir de la fin de l'époque hadrianique57. Ce type de kymation apparaît sur la colonnade de la porte hellénistique de Pergé, datée entre 117 et 122 et, un peu plus tard, sur les architraves-frises de la porte d'Hadrien à Attaleia (pl. 68, fig. 193b), dédiée en 128-12958. Vers le milieu du iie siècle, le motif s'affine, les oves sont plus allongés, les dards sont reliés aux enveloppes des oves par de petits pédoncules, les éléments qui composent l'ovolo sont désormais clairement distincts.

  • 59 Heilmeyer 1970, 101.

81On ne possède pas de parallèle exact pour les chapiteaux de Xanthos, qui se distinguent des autres exemples par la présence d'un ovolo sous l'abaque. Ils dérivent en tout cas du type pergaménien et sont probablement attribuables à l’un de ces ateliers locaux qui existaient sans doute dans la plupart des villes d'Asie Mineure au iie siècle59. Une datation de l’ensemble monumental à la fin du ier siècle ou au début du iie siècle me semble donc envisageable.

Anmerkungen

1 FdX, I, 73-74 et 81-82.

2 Anatolia Antiqua, V, 317-320.

3 Anatolia Antiqua, VI, 459-462.

4 P = 0,78 m, H = 0,36 m. Les longueurs des blocs varient de 0,85 m à 1,24 m.

5 Inédite.

6 La deuxième contre-marche est haute de 0,26 m, la troisième de 0,395 m, le premier giron est profond de 0,35 m, le second de 0,32 m.

7 1,73 m, 1,58 m, 1,66 m.

8 A277, A278, A279, A280, A281, A282.

9 FdX, I, 74.

10 Anatolia Antiqua, IV, 367.

11 Cinq architraves-frises, sept corniches-simas.

12 A176, 177.

13 A178, 179, 180, 181, 182, 183.

14 A184, 185, 186.

15 A187, 188, 241.

16 A189.

17 A193.

18 A022, 025.

19 Le piédestal A026, dont la hauteur totale n’est que de 0,52 m a été remployé dans le même enclos.

20 A192, 194, 195, 196, 204, 216.

21 A216.

22 Anatolia Antiqua, V, 317-320.

23 A218.

24 A219.

25 A350.

26 A400, A401, A402, A403, A404, A405, A406.

27 A327, DEP002.

28 DEP003.

29 A021, 65, 73, 118 à 149, 173, 175, 201, 208, 232, 233, 240, 241. Pour le choix du terme, voir Ginouvès 1992, 110 et no 442.

30 A023, 024, 034, 035, 036, 041, 042, 043, 044, 046, 064, 071, 073, 075, 149, 150, 153, 155, 156, 157, 158, 159, 164 à 174, 197, 199.

31 On peut sans doute attribuer à cette entrée monumentalisée le bloc de console A100 retrouvé à proximité.

32 C’est ce que semblait suggérer P. Demargne dans son compte-rendu des fouilles de 1951 en disant qu’on avait retrouvé tous les éléments des portiques, “sauf le chapiteau, mais des fragments de chapiteaux corinthiens ont été retrouvés en grand nombre”, CRAI, 1951, 65.

33 Ginouvès 1992, 113, n. 467.

34 TAM, II, 44.

35 C'est l'hypothèse proposée par Moretti 1998, 239, qui se fonde notamment sur le fait que le quadriportique n’a pas été pourvu de boutiques.

36 Bammer 1978-1980, 67-90.

37 Strocka 1978, 893-900.

38 Strong 1953, 135. Pour une datation vers 100 p.C., voir aussi Vandeput 1997, 57.

39 Vandeput 1997, 367-368 et fig. 195, 199 et 200.

40 D'une hauteur de 0,57 m, ce qui correspond à la hauteur des architraves-frises de l'agora romaine de Xanthos.

41 Vandeput 1997, 367.

42 Vandeput 1997, 367. Aux deux monuments déjà évoqués, il faut aussi rajouter le monument de Claudia Severa, autre édifice non décoré de Sagalassos attribuable à la même période.

43 Ginouvès 1992, 100.

44 Coulton 1976, 122.

45 Börker 1965.

46 Type appelé “chapiteau à feuilles dressées pointues”, Ginouvès 1992, 101.

47 Dès l'époque augustéenne, semble-t-il, Alzinger 1974, 92, Nr. 1-4, Abb. 123-126.

48 Radt 1988, 243.

49 Mendel 1914, no 1200 et 1201. Rohman 1998, 30-36 et Taf. 13-20.

50 Rohmann 1988, 124.

51 Les chapiteaux à godrons concaves et acanthes qui ne présentent plus cette particularité sont en principe plus tardifs, voir Kautzsch 1936, 11-112.

52 Mansel 1975, 368-372.

53 Thür 1989, 107-108. Pour une datation au iie siècle p.C., Akurgal 1986, 269.

54 Ihḱ 2000, 119.

55 Erim 1990, 59.

56 Rohman 1998, 35 et Taf. 18-6, 20-1, 2, 3.

57 Vandeput 1997, 144.

58 Lanckoronski 1890, 13.

59 Heilmeyer 1970, 101.

© Ausonius Éditions, 2005

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540