Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lucain en débat

 | 
Olivier Devillers
, 
Sylvie Franchet d’Espèrey

Troisième partie. Aspects historiques et symboliques

Nature et rôle du début du discours de pothin dans le bellvm civile de lucain (8.484-495)

Guillaume Flamerie de Lachapelle

Texte intégral

  • 1 Pompée avait aidé le père de Ptolémée XIII à conserver son trône (8.481 ; 9.131-132 ; D. C. 39.55.3 (...)

1Au début du livre 8 du Bellum Ciuile, Pompée vient de perdre la bataille décisive et prend la funeste résolution de se réfugier auprès de Ptolémée XIII, roi d’Égypte, qui est en quelque sorte son obligé1. Une fois la nouvelle connue à la cour lagide, un débat oppose Acorée et Pothin, deux conseillers du monarque, qui n’est encore qu’un enfant. Le premier recommande au souverain d’accueillir, par reconnaissance, Pompée, alors que le second, privilégiant un pragmatisme qui confine au cynisme, le presse de se débarrasser du malheureux afin de complaire à César vainqueur. C’est à ce discours de Pothin que nous nous intéresserons.

  • 2 D’après App., BC, 2.354, il s’occupait du trésor, Achillas dirigeant l’armée, et Théodote jouant le (...)
  • 3 La représentation de sa mort, lors du triomphe de César, suscitait déjà la joie du peuple de Rome ( (...)
  • 4 Cf. P. Corneille, La mort de Pompée (1642), où Cléopâtre le traite d’“âme de boue” (1.3.265), d’“âm (...)

2Pothin, eunuque qui exerçait dans les faits un type de corégence2, pâtit d’une image peu flatteuse chez les Anciens3 comme chez les Modernes4 : veule et médiocre, il se signalerait essentiellement, d’après nos sources, par une lâcheté qui n’a d’égale que l’incompétence, puisque ses vils conseils entraînent la chute du royaume d’Égypte et la mort ignominieuse de son protégé au milieu des marais du Nil. Lui-même finit décapité sur ordre de César en raison de son double jeu permanent au cours de la guerre d’Alexandrie.

  • 5 Bonner 1966, 287-288 ; Tremoli 1970 (Utard 2008 laisse cet exorde de côté).

3Le Bellum Ciuile ne redore guère son blason : quand il s’adresse à son maître, Pothin semble n’être que le pâle héraut d’une attitude pusillanime et inefficace, un de ces insignifiants satellites qui peuplent tous les récits historiques. Est-ce cette nullité qui lui a valu un certain désintérêt de la part de la critique ? Toujours est-il que son discours a été peu étudié, et que seule sa forme, spécieuse, mais brillante, a donné lieu à un examen particulier5.

4Pourtant, parce qu’elle est assez longue, et parce que, contrairement à son habitude et aux possibilités que lui laissait la réalité historique, Lucain ne l’oppose pas à un discours antithétique d’une dimension comparable, cette intervention occupe une fonction particulière qu’il convient de préciser. Notre démonstration se concentrera autour de son début et progressera suivant cinq étapes :

  1. Indépendamment de la situation politique et militaire immédiate, le discours de Pothin a le statut d’un manifeste théorique en faveur d’un régime politique bien précis : la tyrannie.

  2. Loin de se caractériser par la monstruosité ou la démesure, comme c’est le cas dans la plupart des précédents littéraires (éloquence, épopée, tragédie), cette tyrannie se donne à voir superficiellement comme un modèle de mesure et d’équilibre.

  3. C’est parce qu’elle emprunte et pervertit la phraséologie stoïcienne.

  4. Au-delà du contenu de son intervention, le personnage de Pothin semble même être construit comme un double négatif de Sénèque.

  5. Quelle lumière nouvelle ces quatre points jettent-ils sur l’interprétation du poème dans son ensemble ?

Un manifeste théorique en faveur de la tyrannie

Une organisation originale

  • 6 Même phénomène dans les discours de Cotta (3.152) et Lentulus (8.452-453) ; cf. Bonner 1966, 265 ; (...)

5Le discours se compose de deux parties de longueur inégale : l’Égyptien commence par énumérer une série de principes universels (8.484-495), qui sont ensuite appliqués à la situation présente (8.496-535), à travers une exhortation dirigée vers Ptolémée et une adresse à Pompée. La péroraison revient aux pensées d’ordre général qui avaient inauguré le discours6.

Discours de Pothin d’après Lucain
1. Exordium théorique (484-495) : l’utile doit être préféré à l’honnête
Il faut négliger ius, fides, uirtus et pietas
2. a. Analyse de la situation présente (496-513) : accueillir Pompée n’est pas honorable
– Pompée méprise Ptolémée (496-498)
– Il faut garantir l’Égypte du désastre (498-503)
– Dans sa cruauté insensée, Pompée ne cherche qu’à entraîner l’Égypte dans sa chute (503-512)
2. b. Analyse de la situation présente (513-526) : accueillir Pompée n’est pas possible
– Pompée ne peut se sauver, car il est condamné par les destins (513-517)
– Les destins ordonnent donc de tuer Pompée (517-524)
– De toute façon, la nation égyptienne est trop faible pour défendre Pompée (524-527)
3. Peroratio (527-535) Reprise des arguments généraux et particuliers, avec sententia évoquant le début du discours.

  • 7 Quint., Inst., 3.8.55-57 : César doit-il pardonner à Théodote d’avoir abattu Pompée ? C’est peut-êt (...)
  • 8 Selon Quint., Inst., 3.8.16, il arrivait régulièrement, dans les discours délibératifs, que l’on ex (...)

6À propos d’un épisode historique sans doute largement étudié dans les écoles de rhétorique7, Lucain respecte apparemment les règles du type délibératif, dans lequel on examine si l’utile doit être préféré à l’honnête (discours cynique de Pothin), avant d’envisager ce qui est honorable (appel à l’orgueil national et personnel de Ptolémée), puis ce qui est possible (la situation empêche tout à fait de recueillir Pompée)8.

Le statut particulier de l’exorde du point de vue historique et rhétorique

7À y regarder de plus près pourtant, dans son exorde, Pothin s’éloigne aussi bien de la vraisemblance historique que des habitudes littéraires. D’après Plutarque, notre source la plus complète, l’habile rhéteur Théodote aurait prononcé un discours dont voici l’architecture (Plut., Pomp., 77.6-7) :

Discours de Théodote d’après Plutarque
1. Réfutatio
a. Contre ceux qui veulent accueillir Pompée
– César serait leur ennemi
– Pompée serait leur maître
b. Contre ceux qui veulent seulement le chasser
– Pompée leur en voudrait
– César leur en voudrait
2. Confirmatio
Nécessité d’assassiner Pompée
– Plaire à César
– Éliminer un grave danger
3. Peroratio
νεκρὸζ οὐ δάκνει (“Un cadavre ne mord pas”)

  • 9 Si les traités de rhétorique recommandent généralement de placer la confirmatio avant la refutatio (...)

8Un tel discours est plus plausible d’un point de vue historique, puisqu’il s’appuie sur une analyse précise de la situation politique et militaire, au moment où il faut prendre une décision capitale ; il reflète également mieux que ne le fait Lucain les tensions qui parcourent l’entourage du souverain lagide. Il se conforme enfin aux règles rhétoriques : la refutatio doit précéder la confirmatio si les discours des adversaires ayant parlé auparavant ont fait forte impression9.

  • 10 Ce que déconseillent, pour le discours délibératif, Cic., Part., 13 ; 97 ; Quint., Inst., 3.8.10, e (...)
  • 11 Ce que blâment Rhet. Her., 1.11 ; Cic., Inu., 1.26 ; Quint., Inst., 4.1.71 ; sur ce défaut, cf. Lou (...)
  • 12 E. g. Rhet. Her., 3.4 : Iustitiae partibus utemur si aut innocentium aut supplicium misereri dicemu (...)
  • 13 Cic., Inu., 1.26. Quint., Inst., 3.8.9, tolère un exorde éloigné des considérations présentes dans (...)
  • 14 Toutes les caractéristiques des sententiae sont présentes : brièveté, antithèse, paradoxe, présents (...)
  • 15 Quint., Inst., 10.1.90 (en général) ; Bonner 1966, 287 ; Soubiran 1998, 35 (sur ce discours en part (...)
  • 16 Aussi le mot sententia n’a-t-il pas le sens de “maxime” quand Cic., Inu., 1.25, écrit : exordium se (...)
  • 17 Bonner 1966, 264 ; 285 ; voir, dans ce volume, M. Dinter.
  • 18 E. g. Vulteius exhortant à combattre (4.476-520) ; Lentulus devant le Sénat (5.17-47) ; Pompée hara (...)

9Lucain, à l’inverse, si fin connaisseur des règles gouvernant l’organisation rhétorique d’un discours délibératif, y déroge volontairement. Quatre éléments rendent en effet ce début insolite : l’exorde est, proportionnellement au reste du discours, assez long10 ; il est banal (uulgare), commun (commune), et pourrait s’appliquer à d’autres causes11 ; il contredit les loci communes recommandés dans les traités de rhétorique pour le genre délibératif, où le respect de la iustitia, de la pietas et de la fides est présenté comme essentiel12 ; il n’a pas de lien direct avec la situation13. Il se compose en effet presque uniquement de sententiae14, travers lucanien qu’ont noté Anciens et Modernes15, et qui est contraire au principe selon lequel un exorde ne doit pas être excessivement spéculatif16. Ici, elles sont trop nombreuses pour viser simplement à asseoir l’ethos de l’orateur, et il n’est pas certain qu’il s’agisse seulement d’une tendance de l’époque17. En tout cas, à l’intérieur même du Bellum Ciuile, aucun discours ne contient autant de sententiae, aucun ne commence d’une telle façon : le genre délibératif y revêt une forme plus classique18.

Un manifeste en faveur de la tyrannie

  • 19 Le terme “tyrannie” doit bien sûr être compris comme une réalité morale, et non institutionnelle, p (...)
  • 20 Il était contre-productif de vanter le bien à un scélérat ; Quint., Inst., 3.8.38.
  • 21 Le pragmatisme de Pothin a certes des applications en politique extérieure, mais elles paraissent i (...)

10Plutôt qu’à une analyse pragmatique de la situation présente et des mesures concrètes qu’elle implique de prendre, cette amorce fait penser à un exposé doctrinal en faveur de la tyrannie19. Dans les vers qui précèdent l’intervention de Pothin, le narrateur a d’ailleurs, d’une certaine façon, préparé le lecteur à entendre un discours théorique en précisant que l’eunuque est habile dans l’art de “persuader les méchants et de connaître les tyrans” (8.482 : suadere malis et nosse tyrannos)20, suggérant une réflexion globale sur une organisation interne du pouvoir : de fait, la première partie du discours se réfère à l’exercice d’un pouvoir à l’intérieur d’un pays (regna inuisa) plutôt que dans la politique extérieure21.

11Cette intervention va donc bien au-delà des contingences immédiates et offre au lecteur une réflexion sur une position politique générale : celle de la tyrannie. Il importe à présent de déterminer de quelle espèce de tyrannie il s’agit.

Pothin, ou la tyrannie pragmatique

  • 22 Sur ce point, cf. Dunkle 1967, 151 ; 167-169, pour qui les vices principaux du tyran sont la uis, l (...)
  • 23 Briquel 1995, praes. 176-180.

12Il est évident que Pothin dessine le portrait d’un despote possédant plusieurs défauts caractéristiques de ce type de gouvernement, comme la uis (8.489 ; 492) ou la saeuitia (8.492 ; 495). Cependant, l’eunuque est assez roué pour construire un discours cohérent et mesuré : la domination qu’il propose est loin de la pure caricature du tyran violent et brutal qu’on trouve dans la tradition rhétorique de la fin de la République (Verrines)22, dans l’épopée virgilienne (Mézence)23 ou dans le théâtre sénéquien (Thyeste).

  • 24 Le seul trait qui en relève est que Ptolémée abandonne ses amis et néglige un suppliant, attitude c (...)
  • 25 En cela, Pothin s’éloigne du discours d’un Atrée (Thy., 180 : iratus Atreus, malgré le rapprochemen (...)
  • 26 Bien qu’on puisse voir dans la préconisation de ne pas respecter les lois (8.484) une forme de libi (...)
  • 27 Sur le bon plaisir comme guide des tyrans, cf. e. g. Pyrrhus dans Sen., Tro., 335.
  • 28 Comme un Atrée, prêt à faire périr le monde avec lui (Thy., 180-191) ; le tyran est alors un insati (...)

13Certains vices typiques du tyran sont en effet absents du discours de Pothin : la superbia (hybris) est fort discrète24, l’ira n’apparaît jamais25 et il n’est guère question de rabies, puisqu’il déconseille vivement à Ptolémée de défendre son pouvoir par les armes, en préconisant de renoncer à combattre César (8.525-526) ; la libido, également passée sous silence26, ne doit pas guider l’action politique : les inclinations personnelles sont secondaires (8.521-522)27. Il recommande la pondération et la conscience de ses propres limites, puisque le roi doit agir proportionnellement aux faibles forces dont il dispose (8.527) ; l’impietas ne relève pas du discours habituel du potentat qui défie les dieux, mais résulte d’un simple calcul stratégique (8.492-494). Bref, le modèle exposé par Pothin demeure loin de l’archétype du tyran se complaisant dans l’embrasement du monde28, pour qui les massacres sont une uoluptas toujours ardente (Sen., Cl., 1.25.2).

14Cette apparente mesure vient de la ressemblance toute extérieure avec les théories stoïciennes en général, et en particulier avec celle que Sénèque expose dans le De Clementia.

La perversion du discours stoïcien

  • 29 Certains identifient ce Cornutus avec l’auteur de la Theologia Graeca ; à partir de là, Lapidge 197 (...)
  • 30 Même si le degré d’adhésion de Lucain est l’objet d’un débat : Pichon 1912, 165-216, voit en Lucain (...)

15Même s’il fut surtout instruit par un certain Cornutus, dont on ne sait à peu près rien29, Lucain est généralement regardé comme un Stoïcien, adepte des préceptes de son oncle30. Il était en tout cas assez familier de la doctrine de la Stoa pour jouer dessus dans le discours qu’il prête à Pothin.

  • 31 Cf. e. g. Cic., Mur., 61-62, et le commentaire de Sinclair 1993, 562 et n. 4.

16Extérieurement, les exhortations de ce dernier font penser aux raides objurgations prêtées aux Stoïciens : les verbes d’obligation déontologique comme decet (8.527 ; 534), ou matérielle, comme necesse est (8.523), sont ainsi multipliés. L’abondance des sententiae évoque aussi le discours stoïcien, auquel on reproche parfois son schématisme désincarné31.

  • 32 La reprise sophistique d’arguments stoïciens de la part de personnages malhonnêtes est un procédé q (...)

17Il convient à cet égard de s’arrêter sur le jeu, constant dans cet exorde, entre une première partie de la sententia qui paraît conforme au discours stoïcien, et une seconde partie qui trompe complètement l’attente, le balancement se faisant souvent d’un vers à l’autre32.

  • 33 Postgate 1917, 91, rapproche la tournure laudata fides de Sen., Cl., 1.2.1 ; même thème dans Ben., (...)
  • 34 Schrijvers 1989.

18La première phrase du discours est ainsi à double entente : Ius et fas multos faciunt, Ptolomaee, nocentes (“Le droit des dieux et le droit des hommes rendent, Ptolémée, de nombreux individus coupables”). Elle peut d’abord se comprendre dans un sens sénéquien : si l’on s’en remet strictement au droit, alors il est vrai qu’il existe parmi nous bien des coupables et que nous sommes, à vrai dire, tous fautifs d’une façon ou d’une autre, ce qui nous invite à être cléments et à accueillir ceux qui sont chus (Cl., 1.6.1-3) ; un souverain doit d’ailleurs particulièrement s’appliquer à réconforter un Grand de ce monde qui a perdu son rang (Cl., 1.21.2-3). Mais ce n’est pas ainsi que l’entend Pothin. L’obstination à se conformer au droit a rendu coupables ceux-là même qui le respectent : la conclusion est inverse du De Clementia, et implique qu’il faut renoncer non seulement à la clémence, mais encore au ius. Le sens réel qu’ont ces paroles dans l’esprit de Pothin apparaît dès les vers suivants, puisque la laudata fides reçoit un châtiment33. On retrouverait là un procédé courant dans le Bellum Ciuile, qui correspond en partie à ce que les rhétoriciens anciens appelaient interpretatio : des paroles volontairement ambivalentes reçoivent une explication immédiate qui supprime l’ambiguïté34.

  • 35 Loi psychologique que déplore Ov., Pont., 2.3.10 ; 6.23-24, et que Pothin reprendra à son compte (8 (...)
  • 36 Une fois encore, Pothin s’éloigne du tyran paroxystique, qui fait périr les felices, et non les mis (...)
  • 37 Cf. Sen., Dial., 1 (Prou.), 5.7 ; Ep., 107.11 ; Delarue 1996, 229.
  • 38 Ce qui contredit également la formule de Caton au chant 2 : sed quo fata trahunt uirtus secura sequ (...)

19Pothin prône ensuite une soumission à la fortuna et aux dei, qui seraient contrariés si l’on portait secours à leurs victimes. Le lexique employé et la présence des dei montrent qu’il ne s’agit pas seulement du banal constat cynique selon lequel il est plus prudent de suivre la fortuna35 : c’est bien une perversion délibérée du discours philosophique stoïcien. La fin du v. 486, apparemment stoïcienne (Fatis accede deisque) est ainsi en opposition avec le début du v. 487, où, à la faveur d’un chiasme spectaculaire, il s’agit de ratifier les injustices de la fortuna en honorant les felices et en se détournant des miseri. Cette lâcheté ignominieuse contraste singulièrement avec Cl., 2.6.3, où le bon prince s’oppose (intercedere) aux coups du sort subis par des malheureux. Ici, Ptolémée usera de son pouvoir pour aggraver la situation de Pompée36. Un tel détournement du discours stoïcien reviendra quand Pothin reconnaîtra qu’au lieu de suivre les destins37, il est “emporté” par eux (8.522 : rapimur quo cuncta feruntur)38.

  • 39 Caton, en 9.578-579, exprimera une idée plus conforme à la pensée stoïcienne : s’il existe bien qua (...)

20La sententia suivante, mettant en parallèle des éléments physiques et moraux (l’honnête serait aussi éloigné de l’utile que l’eau du feu ; 8.487-488 : Sidera terra ut distant et flamma mari, sic utile recto), conserve la même structure binaire, avec un début reprenant approximativement une idée stoïcienne, et une fin l’annihilant : s’il est vrai, comme commence par le dire Pothin au prix d’une légère simplification, qu’il existe quatre éléments distincts dans la physique du Portique (D. L. 7.136-137 ; Sen., Dial. 4 [Ir., 2], 19.1)39, il est absurde de prétendre que l’utile est opposé au rectum : toute la pensée stoïcienne proclame le contraire, et cela est particulièrement visible dans le De Clementia (Cl., 1.11.4). Chez les Stoïciens, la comparaison avec la nature dans une démonstration d’ordre moral ou politique vise à établir le bien ; ici, c’est l’inverse qui se produit. La métaphore cosmique est utilisée au service de la spéciosité et de la fraude.

  • 40 La fragilité du pouvoir personnel est un lieu commun de la philosophie (Cl., 1.7.1 ; 19.5 ; 21.1-2  (...)
  • 41 Arx désigne souvent le pouvoir tyrannique : TLL, s. u. arx, col. 739, l. 44-62 ; OLD, s. u. arx, 1c (...)
  • 42 La métaphore provient peut-être aussi de Sen., Her. F., 403 : arma non seruant modum ; cf. aussi le (...)
  • 43 Ce qui est aussi le cas des tyrans du théâtre sénéquien, ainsi que Mader 1998-1999 l’a montré à pro (...)

21La suite du discours prend encore plus clairement le contre-pied du De Clementia. Le sceptre peut choir : c’est un constat de départ commun à Sénèque et à Pothin40, mais les remèdes préconisés sont diamétralement opposés. Selon l’eunuque, en effet, le monarque perd sa force sans la violence (8.489-490), alors que précisément, suivant le De Clementia, c’est l’abus de la uis et l’abandon du iustum qui sapent le pouvoir royal (Cl., 1.8.7 ; 11.4) ; la bonté ruine les arces (8.490), alors que la clementia les fortifie selon Sénèque (Cl., 1.19.6)41 ; la métaphore de l’épée se retrouve également d’une façon inversée : l’arme, maîtrisée dans Cl., 1.1.3 (constrictum), est ici sans frein (sublatus modus)42. Au lieu d’instaurer un lien de fides avec ses sujets, le roi doit les accabler de sa violence43.

  • 44 Due 1970, 215, y décèle une allusion à Dial., 4 (Ir., 2), 12.2, mais le De Clementia était bien moi (...)

22L’idée si crûment exposée, selon laquelle le pouvoir est inconciliable avec la vertu, est tout aussi contradictoire avec le De Clementia (Sen., Cl., 1.5.3 ; 2.2.3…)44.

  • 45 Contrairement à Bourgery & Ponchont [1930] 1993, nous ne comprenons pas facis comme l’équivalent d’ (...)

23La sententia qui suit : Facere omnia saeue/non impune licet, nisi cum facis, “On ne peut agir en tout cruellement, sauf quand c’est toi qui agis” (8.492-493)45, se comprend si on l’oppose à Cl., 1.5.4 : Occidere contra legem nemo non potest, seruare nemo praeter me, “Tuer contre la loi, tout le monde le peut, épargner contre elle, personne, sauf moi”. La structure est similaire dans les deux cas (infinitif en tête dépendant d’un verbe de possibilité nié, formule finale mettant en valeur le pouvoir d’un seul), mais les idées sous-jacentes sont rigoureusement opposées. Pour Pothin, le pouvoir souverain se définit par la cruauté ; pour Sénèque, par la bonté. En outre, la formule du Bellum Ciuile est ambiguë et peut aussi s’interpréter ainsi que le fait J. D. Duff (Loeb) : “If all your deeds are cruel, you will suffer for it the moment you cease from cruelty”, ce qui renvoie à une idée longuement exposée dans le De Clementia : la cruauté se nourrit d’elle-même et ne peut que croître indéfiniment (Cl., 1.12.3-4). Tout se passe comme si, dans une parole apparemment opposée au De Clementia, se dissimulait une formule qui en rappelle un principe essentiel. L’ambiguïté, selon nous délibérée, invite à procéder à cette lecture à deux niveaux.

  • 46 La peur est aussi l’un des éléments qui caractérisent le tyran des pièces de Sénèque, comme souvent (...)

24L’ultime sententia (8.494-495) contredit clairement le De Clementia : celui qui aura toujours peur, c’est le prince saeuus, et non le clemens, ce dernier étant, au contraire, tout à fait en sûreté (Sen., Cl., 1.13.2-3 ; Œd., 705-706)46.

Un écho de la situation à Rome ? Pothin et Sénèque

  • 47 Hosius 1892, 343, avait du reste déjà indiqué quelques parallèles entre le discours de Pothin et de (...)

25Nous venons de mettre en évidence la reprise pervertie de plusieurs thèmes chers au stoïcisme, que Sénèque a lui-même développés, en particulier dans le De Clementia47. Ne pouvons-nous aller plus loin ? Lucain, au-delà des influences livresques qui ont nourri l’artificieuse rhétorique de Pothin, n’a-t-il pas sciemment voulu mettre en scène un double inversé de Sénèque ?

  • 48 Luc. 5.61, souligne qu’il a reçu l’épée alors qu’il était puer, ce qui rappelle Sen., Cl., 1.11.3.
  • 49 Grimal 1978, 121-123.

26Car plusieurs éléments invitent à penser que ce passage du Bellum Ciuile est une transposition de la situation que connaît Rome au moment du De Clementia. D’abord, comme Néron, Ptolémée est un tout jeune homme48 qui, au moment où Pothin s’exprime, n’a pas commis de crimes assez graves pour qu’on le suspecte de tyrannie ; son pouvoir, qui repose sur une certaine légitimité dynastique, est cependant contesté par un membre de sa fratrie ; il est lui aussi entouré d’une foule de conseillers au sein desquels les désaccords sont nombreux. La scène du Bellum Ciuile peut aussi être vue comme un redoublement pervers du De Clementia si l’on admet que ce dernier traité était le reflet de discours prononcés devant l’ensemble de la cour49 : la prise de parole solennelle de Pothin pourrait rappeler une de ces interventions. Portant sur des points précis, celles-ci contenaient sans doute aussi, si l’on en juge d’après les reproches de certains Anciens à l’encontre de Sénèque, des sententiae en grand nombre, auxquelles pouvait faire penser, sur la forme, l’exorde de Pothin (cf. Tac., Ann., 13.11.2 ; Quint., Inst., 10.1.129 : Multae in eo [sc. Seneca] claraeque sententiae).

27En somme, le début du discours de Pothin comporte quatre traits importants : il est une apologie théorique de la tyrannie, largement disjointe de la situation politique de 49 ; il est superficiellement modéré et raisonnable ; il emprunte une phraséologie stoïcienne ; il présente un doublet pervers de la vie de la cour sous Néron. Dégageons maintenant de ces éléments une conclusion valable pour l’interprétation de l’ensemble du poème.

Conclusions pour l’interprétation politique du Bellvm Civile

  • 50 E. g. Kenney 1965, 298-299 ; Ourliac 1965, 484-485 ; Mayer 1981, 141-147, qui ne consacre pas une l (...)
  • 51 Martindale 1984 ; George 1991 ; Holmes 1999, 75-77.
  • 52 Castresana Udaeta 1956, 122-123 ; Brisset 1964, 175-223, praes. 209-210 ; Cizek 1972, 170 ; Bérange (...)

28En laissant de côté ceux pour qui Lucain ne fait ici qu’œuvre de poète, sans lien avec la situation politique de son temps50, deux grandes lignes d’exégèse politique du Bellum Ciuile ont prévalu : pour les uns, Lucain rejette le Principat dans ses bases mêmes51 ; pour les autres, il ne critique que le côté tyrannique de la domination personnelle, étant tout prêt par ailleurs à approuver une monarchie éclairée52.

  • 53 Rudich 1997, 146-148 ; cf. déjà Due 1970, 215.

29Ainsi, d’après les premiers, la façon dont Lucain rapporte le débat prouve son opposition résolue à toute forme de gouvernement monarchique53 : Acorée ne se limite-t-il pas à prononcer quelques paroles rapportées au discours indirect, comme s’il ne pouvait exister d’arguments valables en faveur d’une monarchie honorable ? Les voix monarchiques raisonnables paraissent être moins étouffées qu’impuissantes et la situation même de l’Égypte, dont les millions d’habitants dépendent d’un conseiller sans scrupules et d’un monarque inepte, semble refléter les dangers de tout pouvoir personnel. Dans cette hypothèse, Lucain n’hésiterait pas à attaquer Sénèque, sous le masque de Pothin, ni à dénoncer la fausseté de ses conseils, d’ailleurs voués à l’échec. La rage du poète républicain aurait eu raison des liens d’affection qui l’unissait jadis à son oncle.

  • 54 Dewar 1994, 203.
  • 55 Codoñer 2003.
  • 56 Soubiran 1998, 215, ad 8.483.
  • 57 Pour McCloskey & Phinney 1968, 86, Lucain écarte Théodote parce qu’il était sensible aux accusation (...)
  • 58 D’après Brisset 1964, 209, Lucain aurait peut-être visé Tigellin. D’une façon plus générale, selon (...)
  • 59 Brisset 1964, 210 ; McCloskey & Phinney 1968, 85 ; Soubiran 1998, 23 et n. 29, ont relevé les point (...)
  • 60 Haffter 1957, pensant que le Bellum Ciuile est achevé, argue de la mort frappante de Pothin (10.515 (...)
  • 61 Lycus dans Sen., Her. F., 353 : Ars prima regni est posse in inuidia pati ; Œdipe dans Œd., 704-705 (...)

30Nous croyons pourtant que la reprise des thèmes du De Clementia tend au contraire à valider le point de vue d’un Sénèque, pour les raisons suivantes : – aucun témoignage ancien ne fait état de dissensions entre Lucain et Sénèque, unis jusque dans la mort. Il est donc peu vraisemblable que le poète ait, d’une façon ou d’une autre, critiqué son oncle54 : s’il avait dû s’opposer au point de vue monarchiste défendu avec constance par Sénèque55, il se serait gardé de suggérer une quelconque convergence entre l’infâme Pothin et le Stoïcien et aurait privilégié une attaque ex abstracto ; – Lucain prend d’ailleurs soin de protéger son oncle : la plupart des versions historiques placent ce discours, non dans la bouche de Pothin, mais dans celle d’un Grec du nom de Théodote (Liv., Per., 112.1 ; Vell. 2.53, qui y associe Achillas ; Plut., Pomp., 77.6-7 ; App., BC, 2.84.354). Le choix de faire intervenir Pothin n’est sans doute pas fortuit : outre une raison métrique56, Théodote présentait un certain nombre de points communs avec Sénèque – amour de la rhétorique, précepteur du jeune homme – qui auraient affaibli le contraste entre la sagesse du Cordouan et la vilenie régnant à la cour lagide. Or il fallait à tout prix éviter que l’on voie dans celui qui prononce ce discours un masque de Sénèque, ce qui aurait été le risque avec un Théodote57 : les ennemis de Sénèque auraient pu s’en servir contre le Cordouan. Pothin devait donc clairement incarner l’inverse de Sénèque58. Au chant 10, la mise en valeur du vertueux Acorée, qui évoque l’auteur des Questions naturelles59, incite aussi à penser que Lucain a délibérément supprimé toute lecture virtuellement anti-sénéquienne du personnage de Pothin ; – Pothin finit mal : même s’il est peu probable que sa mort conclue le poème, Lucain n’ayant certainement pas achevé son œuvre60, son échec personnel et celui de Ptolémée annulent les postulats qu’il a développés dans son discours, où il prétendait que le crime serait salvateur. Partant, c’est l’ensemble de son propos qu’il faut lire à contresens : la nature de la monarchie est de s’appuyer sur la clémence et, d’une certaine façon, sa fin complaisamment mise en valeur par le poète signe le triomphe des thèses de Sénèque ; – la tyrannie que décrit Pothin est clairement construite en opposition aux valeurs sur lesquelles le Principat repose depuis Auguste et son clupeus uirtutis (uirtus, clementia, iustitia, pietas) : la uirtus est inconciliable avec le pouvoir absolu (8.494-495) ; la cruauté est indispensable au régime monarchique (8.491-492)61 ; la iustitia dessert celui qui la pratique (8.484-486) et ne se conçoit pas chez un roi (8.489-490) ; l’impiété est le corollaire du pouvoir royal (8.493-494 ; cf. Sen., Thy., 249-250 ; 447-449 ; 888-895).

  • 62 Brisset 1964, 193-223 ; Croisille 1990a, 275-276 ; contra Kenney 1965, 299 ; Rutz 1965, 59-61. À ce (...)
  • 63 La perfidia imprègne tout le discours de Pothin (praes. 8.485 ; 524 ; 535).

31Cela confirmerait que Lucain est l’un des écrivains qui, au sein de la cour, combattent le tropisme égyptien du princeps62, d’autant qu’aux quatre vices essentiels s’ajoute la perfidia, travers typiquement rattaché à l’Orient, et notamment à l’Égypte63. Les valeurs du Principat, quant à elles, ne sont nullement dégradées, dans l’esprit du lecteur, par la vilenie de celui qui les conteste. Elles en paraissent même plus désirables.

  • 64 Le mot clementia apparaît seulement dans son acception météorologique (8.366 : clementia caeli), co (...)
  • 65 Leigh 1997, 63-66, remarque aussi que Lucain ne parle que de la uenia de César, et jamais de sa cle (...)

32En fin de compte, dans le Bellum Ciuile, la clementia, absente du chaos des guerres civile64, est doublement attaquée : Pothin et la tyrannie de type oriental sont ouvertement hostiles à toute indulgence, toute humanité ; chez César et les adeptes d’une tyrannie “à la romaine”, elle n’est présente que sous une forme dégradée, la uenia arbitraire et blâmable (Sen., Cl., 2.7.1-3), à laquelle Domitius se fait une gloire d’échapper65.

33L’idéal de gouvernement de Sénèque, reposant sur la clementia, n’est donc mis à mal chez Lucain ni par la cruauté de Pothin, ni par l’hypocrisie de César : ces deux contre-exemples symétriques, à l’inverse, tendent même à la renforcer.

34Concluons : le début du discours de Pothin présente un caractère insolite, car il s’apparente moins à l’exorde classique d’un discours délibératif qu’à une théorisation de la tyrannie. Il ne s’agit pas d’une tyrannie insensée, mais d’une politique apparemment fondée et modérée par la raison. En réalité bien sûr, ces conceptions ne sont pas valables, car elles sapent les principes stoïciens en donnant parfois l’illusion de les respecter. En allant un peu plus loin, on peut voir dans l’influent Pothin un double négatif de Sénèque : outre le contenu, la situation même du discours évoque le De Clementia. Il ne faut cependant pas en conclure que le poète attaque son oncle à travers Pothin : bien au contraire, la faillite de sa politique conforte les principes exposés dans le De Clementia, qui se dessine alors comme le véritable modèle à suivre : un régime personnel est un bien pour l’État si le souverain applique une politique équilibrée et bienfaisante. Annoncer le danger d’un régime monarchique dépassant toute mesure serait donc l’un des objets de ce si surprenant exorde.

Annexes

Annexe

Traduction du passage étudié ; parallèles avec la pensée de Sénèque

Le début du discours de Pothin se compose de sententiae dont la structure est souvent binaire. La première partie de la sententia reprend directement un principe stoïcien, ou, du moins, revêt une teinture stoïcienne, et la seconde, contraire à ces principes, déçoit l’attente ainsi créée.

1 Ius et fas multos faciunt, Ptolomaee, nocentes ;
1’ dat poenas laudata fides, cum sustinet, inquit, quos fortuna premit .2 Fatis accede deisque
2’et colefelices, miseros fuge. 3 Sidera terra
ut distant et flamma mari,
3’sic utile recto.
4 Sceptrorum uis tota perit, si pendere iusta
4’ incipit, euertitque arces respectus honesti.
5 Libertas scelerum est, quae regna inuisa tuetur, sublatusque modus gladiis. 6 Facere omnia saeue non inpune licet, 6’nisi cum facis. 7 Exeat aula
7’qui uultesse pius.8 Virtus et summa potestas
8’non coeunt;9 semper metuet 9’ Quem saeua pudebunt.

Le droit humain et le droit divin, Ptolémée, créent bien des coupables ; la loyauté qu’on loue tant est châtiée, quand elle secourt ceux que la fortune accable. Obéis aux destins et aux dieux : honore les chanceux, fuis les malheureux. La même distance sépare les astres de la terre, la flamme de l’onde, que l’utile du droit. Le pouvoir des trônes s’effondre entièrement, si <le souverain> commence à se mêler du juste ; le respect de l’honnête abat les forteresses. C’est la liberté laissée aux crimes qui protège les gouvernements haïs, ainsi que la mesure ôtée aux glaives. Il est impossible d’agir cruellement en tout, sauf quand c’est toi qui agis. Qu’il quitte la cour, celui qui veut être fidèle au devoir. La vertu et le pouvoir suprême sont incompatibles ; il aura toujours peur, celui qui répugnera aux décisions cruelles.

Loci similes :
1 = Dial., 4 (Ir., 2), 28.8 ; Cl., 1.6.1-3. 1’ Cl., 1.21.2-3 ; Ben., 7.16.3 ; Ep., 92.19.
2 = Dial., 7 (De Vit. Beat.), 15.4 ; 1 (Prou.), 5.8 ; Ep., 76.23 ; 107.12.
2’ Cl., 1.21.1-3 ; 2.6.2-4 ; Ep., 48.8.
3 = Nat., 6.16.2. 3’ Cl., 1.11.4.
4 = Ep., 4.7.4’ Dial., 4 (Ir., 2), 9.1 ; Cl., 1.19.6.
5 Cl., 1.11.4 ; Ep., 105.7-8. 6 = Cl., 1.15.1.
6 Cl., 1.13.3 ; 1.26.1.
7’ Cl., 1.26.1 ; 2.1.4.
8’
Cl., 1.5.3. 9 = Ep., 105.7.
9’ Cl., 1.13.2-3 ; Ep., 27.2 ; 97.13-16.

Notes

1 Pompée avait aidé le père de Ptolémée XIII à conserver son trône (8.481 ; 9.131-132 ; D. C. 39.55.3), et semble avoir posé en tuteur de l’adolescent (Liv., Per., 112.2), ce dont on trouve un écho dans le discours de Domitius (8.448-449), ainsi que dans Eutrop. 6.21.3 ; Amp. 35.6 ; cf. aussi Sen., Dial., 9 (Tranqu.), 16.1.

2 D’après App., BC, 2.354, il s’occupait du trésor, Achillas dirigeant l’armée, et Théodote jouant le rôle de “conseiller spécial” ; Luc. 10.95-96 lui prête en tout cas une grande influence sur Ptolémée.

3 La représentation de sa mort, lors du triomphe de César, suscitait déjà la joie du peuple de Rome (App., BC, 2.420) ; Caes., Ciu., 3.108.1-2, le désigne comme le véritable instigateur de la trahison ; Plut., Caes., 48.6, lui reproche son hybris ; Flor., Epit., 2.13.60, voit en lui un ne uirile quidem portentum.

4 Cf. P. Corneille, La mort de Pompée (1642), où Cléopâtre le traite d’“âme de boue” (1.3.265), d’“âme basse” (2.1.379) ou de “monstre de l’Égypte” (2.4.582) ; Rollin [1738-1752] 1856, III, 421 : “scélérat eunuque” ; Bouché-Leclercq 1903, II, 181 : “un valet de chambre qui avait pris goût au métier de ministre” ; Adcock 1932, 668 : “an adventurer”…

5 Bonner 1966, 287-288 ; Tremoli 1970 (Utard 2008 laisse cet exorde de côté).

6 Même phénomène dans les discours de Cotta (3.152) et Lentulus (8.452-453) ; cf. Bonner 1966, 265 ; Utard 2008, 439-440.

7 Quint., Inst., 3.8.55-57 : César doit-il pardonner à Théodote d’avoir abattu Pompée ? C’est peut-être à ce thème aussi que fait allusion la suasoria de Theodoto évoquée par Sen., Con., 2.4.8. Cf. Jal 1963, 304-307.

8 Selon Quint., Inst., 3.8.16, il arrivait régulièrement, dans les discours délibératifs, que l’on examinât d’abord s’il convenait de faire telle chose, puis, ensuite, si celle-ci pouvait être faite.

9 Si les traités de rhétorique recommandent généralement de placer la confirmatio avant la refutatio (e. g. Rhet. Her., 3.8), Arist., Rhet., 3.1418 b. 9-22, et Cic., Inu., 1.25, notent qu’il est souvent nécessaire de mettre à bas l’argumentation adverse avant d’exposer la sienne propre, ce qui donne du crédit à la version de Plutarque.

10 Ce que déconseillent, pour le discours délibératif, Cic., Part., 13 ; 97 ; Quint., Inst., 3.8.10, et, en général, Rhet. Her., 1.11.

11 Ce que blâment Rhet. Her., 1.11 ; Cic., Inu., 1.26 ; Quint., Inst., 4.1.71 ; sur ce défaut, cf. Loutsch 1994, 56-57, n. 185. Même s’il s’agit de répondre à Acorée, Pothin va au-delà de la nécessité de réfuter un discours opposé au précédent (supra, n. 9), puisque le lecteur ignore la teneur précise des propos d’Acorée.

12 E. g. Rhet. Her., 3.4 : Iustitiae partibus utemur si aut innocentium aut supplicium misereri dicemus oportere […] si fidem magnopere censebimus conseruandam […] si quod ius in parentis, deos, patriam natura conpararuit, id religiose colendum demonstrabimus.

13 Cic., Inu., 1.26. Quint., Inst., 3.8.9, tolère un exorde éloigné des considérations présentes dans le seul genus demonstratiuum. Le manque de rapport entre le début de ce discours et la situation existante a été relevé par Mayer 1981, 141.

14 Toutes les caractéristiques des sententiae sont présentes : brièveté, antithèse, paradoxe, présents gnomiques, impératifs, rythme binaire, verbes impersonnels, absence de justification extérieure, discours de forme catégorique…

15 Quint., Inst., 10.1.90 (en général) ; Bonner 1966, 287 ; Soubiran 1998, 35 (sur ce discours en particulier).

16 Aussi le mot sententia n’a-t-il pas le sens de “maxime” quand Cic., Inu., 1.25, écrit : exordium sententiarum et grauitatis plurimum debet habere (Loutsch 1994, 54, n. 177). Rhet. Her., 4.25 et Quint., Inst., 8.5.7-8, recommandent que les sententiae soient très discrètes.

17 Bonner 1966, 264 ; 285 ; voir, dans ce volume, M. Dinter.

18 E. g. Vulteius exhortant à combattre (4.476-520) ; Lentulus devant le Sénat (5.17-47) ; Pompée haranguant ses hommes (7.337-382) ; Pompée préconisant l’alliance avec les Parthes (8.262-327), et Lentulus lui répondant (8.331-435) ; Caton persuadant la troupe de ne pas déserter (9.256-283).

19 Le terme “tyrannie” doit bien sûr être compris comme une réalité morale, et non institutionnelle, puisque Ptolémée porte bien le titre de roi.

20 Il était contre-productif de vanter le bien à un scélérat ; Quint., Inst., 3.8.38.

21 Le pragmatisme de Pothin a certes des applications en politique extérieure, mais elles paraissent ici très secondaires.

22 Sur ce point, cf. Dunkle 1967, 151 ; 167-169, pour qui les vices principaux du tyran sont la uis, la superbia, la libido et la crudelitas.

23 Briquel 1995, praes. 176-180.

24 Le seul trait qui en relève est que Ptolémée abandonne ses amis et néglige un suppliant, attitude caractérisant le superbus : cf. Cic., Red. Sen., 17, et aussi V. Max. 9.5.3 ; Sen., Med., 253.

25 En cela, Pothin s’éloigne du discours d’un Atrée (Thy., 180 : iratus Atreus, malgré le rapprochement de Mader 1998-1999, 39, n. 20) ou de Dial., 4 (Ir., 2), 28.8 (Codoñer 2003, 71-72) ; Med., 202-205 ; Œd., 519 (Malaspina 2004, 281), et se rapproche de la froide pondération d’un Lycus (Her. F., 397-413).

26 Bien qu’on puisse voir dans la préconisation de ne pas respecter les lois (8.484) une forme de libido : cf. Dunkle 1967, 168.

27 Sur le bon plaisir comme guide des tyrans, cf. e. g. Pyrrhus dans Sen., Tro., 335.

28 Comme un Atrée, prêt à faire périr le monde avec lui (Thy., 180-191) ; le tyran est alors un insatiabile gentium malum (Cl., 1.25.1).

29 Certains identifient ce Cornutus avec l’auteur de la Theologia Graeca ; à partir de là, Lapidge 1979, a jugé que Lucain avait suivi en grande partie la doctrine cosmologique exposée dans ce traité.

30 Même si le degré d’adhésion de Lucain est l’objet d’un débat : Pichon 1912, 165-216, voit en Lucain un disciple zélé et fervent, Due 1970, praes. 210-224, signale des nuances. En tout cas, à propos de problèmes précis (la divination et la conception cyclique du temps), Wiener 2006, 131-220, a montré que Sénèque avait exercé une réelle influence sur la composition du Bellum Ciuile.

31 Cf. e. g. Cic., Mur., 61-62, et le commentaire de Sinclair 1993, 562 et n. 4.

32 La reprise sophistique d’arguments stoïciens de la part de personnages malhonnêtes est un procédé qu’adoptait déjà Sénèque dans ses tragédies (e. g. Phaed., 481-482 ; cf. Grimal 1965, 14 ; 18 ; Malaspina 2004, 276, n. 26). On trouvera le texte latin, sa traduction et la liste des parallèles avec la pensée sénéquienne à la fin du présent article.

33 Postgate 1917, 91, rapproche la tournure laudata fides de Sen., Cl., 1.2.1 ; même thème dans Ben., 5.10.4.

34 Schrijvers 1989.

35 Loi psychologique que déplore Ov., Pont., 2.3.10 ; 6.23-24, et que Pothin reprendra à son compte (8.535), s’opposant ainsi frontalement aux préceptes stoïciens (Sen., Ben., 7.16.6 ; Ep., 9.8-12 et passim).

36 Une fois encore, Pothin s’éloigne du tyran paroxystique, qui fait périr les felices, et non les miseri (Sen., Her. F., 513 : miserum ueta perire, felicem iube ; idée comparable dans Thy., 246-247 ; Ag., 995).

37 Cf. Sen., Dial., 1 (Prou.), 5.7 ; Ep., 107.11 ; Delarue 1996, 229.

38 Ce qui contredit également la formule de Caton au chant 2 : sed quo fata trahunt uirtus secura sequetur (2.287) : cf. Narducci 1985, 1557 ; 2002, 385-386.

39 Caton, en 9.578-579, exprimera une idée plus conforme à la pensée stoïcienne : s’il existe bien quatre éléments distincts (en comprenant caelum comme l’élément igné, cf. Lapidge 1989, 1406), tous sont unis par la présence de la divinité.

40 La fragilité du pouvoir personnel est un lieu commun de la philosophie (Cl., 1.7.1 ; 19.5 ; 21.1-2 ; Ep., 4.7, à propos de la mort de Pompée) et du théâtre (Tro., 258-275 ; Med., 221-222 ; Œd., 512-513) de Sénèque, mais aussi des écoles de rhétorique fréquentées par Lucain : Sen., Suas., 1.9 ; 2.3.

41 Arx désigne souvent le pouvoir tyrannique : TLL, s. u. arx, col. 739, l. 44-62 ; OLD, s. u. arx, 1c ; cf. aussi Sen., Phoen., 660 : Inuisa numquam imperia retinentur diu ; Med., 196 : Iniqua numquam regna perpetuo manent.

42 La métaphore provient peut-être aussi de Sen., Her. F., 403 : arma non seruant modum ; cf. aussi le v. 342 : omnis in ferro est salus. En 4.577-579, l’épée est le symbole du despotisme.

43 Ce qui est aussi le cas des tyrans du théâtre sénéquien, ainsi que Mader 1998-1999 l’a montré à propos d’Atrée, qu’il oppose constamment, à cet égard, au bon roi du De Clementia.

44 Due 1970, 215, y décèle une allusion à Dial., 4 (Ir., 2), 12.2, mais le De Clementia était bien moins éloigné dans les mémoires des auditeurs…

45 Contrairement à Bourgery & Ponchont [1930] 1993, nous ne comprenons pas facis comme l’équivalent d’un “on” français, impliquant qu’il suffit d’être cruel pour garantir sa propre impunité, mais comme une deuxième personne du singulier, désignant Ptolémée.

46 La peur est aussi l’un des éléments qui caractérisent le tyran des pièces de Sénèque, comme souvent à Rome ; Cic., Amic., 52-53…

47 Hosius 1892, 343, avait du reste déjà indiqué quelques parallèles entre le discours de Pothin et des œuvres philosophiques et théâtrales de Sénèque.

48 Luc. 5.61, souligne qu’il a reçu l’épée alors qu’il était puer, ce qui rappelle Sen., Cl., 1.11.3.

49 Grimal 1978, 121-123.

50 E. g. Kenney 1965, 298-299 ; Ourliac 1965, 484-485 ; Mayer 1981, 141-147, qui ne consacre pas une ligne de son commentaire au rapport entre ces vers et la situation politique contemporaine.

51 Martindale 1984 ; George 1991 ; Holmes 1999, 75-77.

52 Castresana Udaeta 1956, 122-123 ; Brisset 1964, 175-223, praes. 209-210 ; Cizek 1972, 170 ; Béranger 1973, 393.

53 Rudich 1997, 146-148 ; cf. déjà Due 1970, 215.

54 Dewar 1994, 203.

55 Codoñer 2003.

56 Soubiran 1998, 215, ad 8.483.

57 Pour McCloskey & Phinney 1968, 86, Lucain écarte Théodote parce qu’il était sensible aux accusations lancées contre les Annaei, adeptes de la rhétorique ; pour Umbdenstock-Roiron 1998, 589, il veut aussi dénoncer un modèle égyptien de monarchie théocratique, différent des vues du Grec Théodote.

58 D’après Brisset 1964, 209, Lucain aurait peut-être visé Tigellin. D’une façon plus générale, selon Rieks 1967, 191, le poète a pu s’inspirer des vices de la cour de Néron pour brosser un tel tableau ; Umbdenstock-Roiron 1998, 594 ; 780, considère que Pothin synthétise les vices de différents affranchis impériaux et de Tigellin. Dans cette description d’une cour en proie à diverses camarillas d’intrigants, Lucain se conforme éventuellement aussi à une vision romaine plus ancienne des cours hellénistiques (Sonnabend 1986, 40-42). Contra Ahl 1976, 55, n. 69 ; Rudich 1997, 147.

59 Brisset 1964, 210 ; McCloskey & Phinney 1968, 85 ; Soubiran 1998, 23 et n. 29, ont relevé les points communs entre Sénèque (Nat., 4a. 2.16-30) et Acorée (10.210-267) au sujet des crues du Nil. Sénèque nous paraît donc plus proche d’Acorée que de Caton (identification proposée par Croisille 1982).

60 Haffter 1957, pensant que le Bellum Ciuile est achevé, argue de la mort frappante de Pothin (10.515-519), à qui Lucain laisse un grand rôle (p. 121-122).

61 Lycus dans Sen., Her. F., 353 : Ars prima regni est posse in inuidia pati ; Œdipe dans Œd., 704-705 : Odia qui nimium timet/regnare nescit : regna custodit metus ; Étéocle dans Phoen., 654 : Regnare non uult, esse qui inuisus timet. Luc. 3.82-83, contrairement à l’ensemble de la tradition, prête les mêmes sentiments à César.

62 Brisset 1964, 193-223 ; Croisille 1990a, 275-276 ; contra Kenney 1965, 299 ; Rutz 1965, 59-61. À ce moment de notre exposé, il importe de faire justice d’une thèse avancée par Grimal 1971, voyant dans les rites égyptiens une des sources du De Clementia, à partir de Cl., 1.8.4 (Multa contra te lux est, omnium in istam conuersi oculi sunt ; prodire te putas ? oreris !, “Une puissante lumière t’entoure, et tous tournent leur regard vers elle ; tu penses faire un pas dehors ? Tu te lèves <tel le soleil> !”), alors que 1.8.5 nous paraît marquer une analogie avec Jupiter plutôt qu’avec Pharaon : a) tous les peuples écoutent ses paroles (uocem tuam, quae ubique sunt, gentes excipi<u> nt), de la même façon que le monde méditerranéen comptait de nombreux sanctuaires destinés à recueillir les oracles joviens ; b) qu’il frappe quelqu’un, et tout se trouve ébranlé, ce qui est bien l’une des caractéristiques de Jupiter ; c) le pouvoir dont dispose Néron est pareil à la foudre, apanage de Jupiter (ut fulmina ; cf. aussi 1.19.1) ; d) la recommandation de se montrer affable envers tous (Cl., 1.13.4) implique une simplicité et une bonhommie qui semblent contraires au faste pharaonique.

63 La perfidia imprègne tout le discours de Pothin (praes. 8.485 ; 524 ; 535).

64 Le mot clementia apparaît seulement dans son acception météorologique (8.366 : clementia caeli), comme si la clémence était vouée à ne jamais apparaître chez les hommes…

65 Leigh 1997, 63-66, remarque aussi que Lucain ne parle que de la uenia de César, et jamais de sa clementia, mais en tire des conclusions très différentes des nôtres.

Auteur

Université Bordeaux 3 - Institut Ausonius

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540