Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lucain en débat

 | 
Olivier Devillers
, 
Sylvie Franchet d’Espèrey

Troisième partie. Aspects historiques et symboliques

Le passage du Rubicon : un itinéraire de l’information

Olivier Devillers

Texte intégral

  • 1 En dernier lieu Narducci 1980 ; 2002, 195-204 ; Peluzzi 1999, 128-132 ; aussi Frings 1995 (spéc. s (...)
  • 2 Sur le fait que l’anecdote trouve son origine dans l’historiographie, Radicke 2004, 99. De façon g (...)

1L’image de la patrie se dressant face à César sur le point de franchir le Rubicon ne se trouve que dans le Bellum Ciuile (1.183-222). Elle a néanmoins été forgée à partir d’influences et emprunts divers. Ceux-ci ont été abondamment étudiés, en particulier sur le plan littéraire1. Nous nous attacherons ici au volet historiographique du dossier en tentant de cerner la première formulation de l’image2.

1. César et Hannibal

2Il faut attendre la Vie de César de Suétone pour voir une représentation qui offre quelque parallèle avec le Bellum Ciuile : une figure de grande taille encourage les troupes césariennes à franchir le Rubicon.

Cunctanti ostentum tale factum est. Quidam eximia magnitudine et forma in proximo sedens repente apparuit harundine canens ; ad quem audiendum cum praeter pastores plurimi etiam ex stationibus milites concurrissent interque eos et aeneatores, rapta ab uno tuba prosiliuit ad flumen et ingenti spiritu classicum exorsus pertendit ad alteram ripam. Tunc Caesar : “Eatur”, inquit, “quo deorum ostenta et inimicorum iniquitas uocat. Iacta alea est”, inquit (Suet., Jul., 32).

“Alors qu’il hésitait, un signe miraculeux se présenta : un homme d’une taille et d’une beauté exceptionnelles apparut soudain, assis tout prés de là et jouant du pipeau ; des bergers accoururent pour l’écouter, ainsi que de très nombreux soldats des postes de garde, et, parmi eux, se trouvaient aussi des joueurs de trompette ; ayant pris son instrument à l’un d’eux, l’homme s’élança vers le fleuve et, entonnant une sonnerie avec un souffle extraordinaire, il tendit vers l’autre rive. Alors César dit : ‘ Allons où nous appellent les signes des dieux et l’injustice de mes ennemis. Le dé est jeté’”.

  • 3 Les principales étapes en sont : arrivée au Rubicon dont la fonction de limite est reconnue (sur l (...)
  • 4 Par ex. Gascou 2004, 22 ; Peluzzi 1999, 136-137 ; Radicke 2004, 171-172 (aussi p. 17). Asinius Pol (...)
  • 5 Berti 1987a, 218 (+ n. 16) ; Peluzzi 1999, 138.
  • 6 La contamination de deux traditions est confirmée par le fait que la version suétonienne demeure q (...)
  • 7 Par ex. Narducci 1980, 175 ; Tucker 1988, 247 (“a totally different vision from that portrayed in (...)
  • 8 Gascou 1984, 23 ; Peluzzi 1999, 139 ; cette dernière propose même, après Berti 1987a, 218, que la (...)
  • 9 Par ex. Berti 1987a, 215 ; Peluzzi 1999, 134 ; aussi Tucker 1988, 246. En Ciu., 1.11.1, César reco (...)
  • 10 Cf. Foulon 2000 ; D’Arco 2002 ; Briquel 2004 ; Devillers & Krings 2006.

3L’évocation d’une “apparition” se greffe ici sur la trame bien connue, associée à la citation alea iacta est3, que l’on trouve chez Plutarque (Caes., 2.5-7 ; Pomp., 60.3-4) et Appien (BC, 2.35), et qui provient en dernier recours d’Asinius Pollion4. Remontant à un témoin oculaire, cette version n’aurait mentionné aucun élément prodigieux5, si bien que l’anecdote teintée de merveilleux qui figure chez Suétone serait un ajout6. Si un rapprochement entre cet ajout et Lucain est tentant, il n’en reste pas moins que dans le Bellum Ciuile, la Patrie semble vouloir empêcher César d’avancer, tandis que, chez Suétone, la figure de haute taille lève ses hésitations7 : d’où l’hypothèse selon laquelle la version suétonienne serait de matrice procésarienne et la version lucanienne la réponse républicaine à celle-ci8. Il reste qu’en attirant l’attention sur le Rubicon, l’anecdote conservée par Suétone paraît en désaccord avec César lui-même qui, dans son De Bello ciuili ne dit rien du passage du fleuve, péripétie qui rappelait l’illégalité de son entreprise9. Ceci pourrait amener à remettre en cause le caractère pro-césarien qui lui est prêté habituellement. C’est dans cette perspective que nous considérerons un autre rapprochement, avec un épisode de la Deuxième Guerre punique, à savoir un rêve prêté à Hannibal avant sa campagne en Italie10. Nous reproduisons la version qu’en donne Tite-Live (21.22.6-9) :

Ab Gadibus Carthaginem ad hiberna exercitus rediit ; atque inde profectus praeter Onussam urbem ad Hiberum maritima ora ducit. Ibi fama est in quiete uisum ab eo iuuenem diuina specie qui se ab Ioue diceret ducem in Italiam Hannibali missum ; proinde sequeretur neque usquam a se deflecteret oculos. Pauidum primo, nusquam circumspicientem aut respicientem, secutum ; deinde cura ingenii humani cum, quidnam id esset quod respicere uetitus esset, agitaret animo, temperare oculis nequiuisse ; tum uidisse post sese serpentem mira magnitudine cum ingenti arborum ac uirgultorum strage ferri ac post insequi cum fragore caeli nimbum. Tum quae moles ea quidue prodigii esset quaerentem, audisse uastitatem Italiae esse ; pergeret porro ire nec ultra inquireret sineretque fata in occulto esse.

“De Cadix, Hannibal revint à Carthagène, aux quartiers d’hiver de l’armée ; puis, dépassant la ville d’Onusa, il s’avança vers l’Èbre et la côte. Là, dit-on, lui apparut en songe un jeune homme d’apparence divine qui lui dit avoir été envoyé par Jupiter pour le guider en Italie ; qu’il le suive et ne le quitte jamais des yeux ; d’abord effrayé, il l’aurait suivi, sans regarder autour de lui ni derrière ; bientôt, poussé par une curiosité bien naturel, inquiet de connaître ce qu’on lui avait interdit de regarder, il n’aurait pu s’empêcher d’y jeter un œil ; il aurait alors vu derrière lui un serpent d’une grandeur prodigieuse, qui s’avançait au milieu d’un vaste abattis d’arbres et d’arbrisseaux, tandis que derrière lui éclatait un orage, avec des coups de tonnerre. Comme il demandait ce que signifiait cet animal monstrueux, ce prodige, on lui aurait dit que c’était la dévastation de l’Italie : qu’il continue donc d’avancer sans poser d’autres questions et qu’il respecte les secrets de la destinée”.

  • 11 Cette version du songe d’Hannibal aurait été connue à travers une source que l’on incline à identi (...)

4Il n’est pas inutile de noter les principales divergences entre cette version du rêve et celle qui est connue par Cicéron, lequel se réfère à Coelius Antipater et, au-delà, à l’historien procarthaginois Silénos (Cic., Diu., 1.49 = Coel., hist., fr. 11 Chassignet = Silen., FGH, 175 F2) : Tite-Live situe le songe au moment de la traversée de l’Èbre, alors que Cicéron le place après la prise de Sagonte ; il fait intervenir une figure masculine à l’allure remarquable, alors que Cicéron fait apparaître Jupiter lui-même ; il montre cette figure en train d’inviter Hannibal à le suivre, alors que, chez Cicéron, Jupiter donne un guide au Carthaginois. Ces trois divergences avec la version cicéronienne correspondent précisément aux principaux points de convergence entre le texte de Tite-Live et l’anecdote suétonienne relative à César et au Rubicon : passage de fleuve, figure masculine, invitation à être suivi. Cette observation permet une première hypothèse : l’épisode narré par Suétone aurait eu, dans une version antérieure, pour modèle ce qui est arrivé à Hannibal, du moins selon la version qu’en donne Tite-Live11.

  • 12 Cf. aussi V. Max. 1.7. ext. 1. Sur l’image d’Hannibal dans cette partie des Punica, Vessey 1982.

5Or, chez Tite-Live, selon une clé de lecture qu’on retrouve, accentuée encore, chez Silius Italicus (Sil. 3.163-214)12, le récit du songe s’intègre à une dénonciation de l’hybris d’Hannibal, jouet du destin qui, en traversant un fleuve à l’invitation d’un homme qu’il reconnaît comme un messager divin, s’engage dans une entreprise qui s’avérera fatale pour lui. Un tel portrait ne convient-il pas pour César qui, en franchissant le Rubicon, initie le processus qui mènera aux ides de Mars ? De plus, comparé de la sorte à Hannibal, César n’est-il pas assimilé à un hostis ?

6Rapproché ainsi de la version livienne du rêve d’Hannibal, l’épisode évoqué par Suétone, loin d’être pro-césarien, dénonce les intentions agressives de César ainsi que sa pratique orgueilleuse, et contient en filigrane l’annonce de son échec final et de sa mort (après de premiers succès considérables).

  • 13 Montero 2000. L’article porte essentiellement sur les prodiges annonciateurs de sa mort. Sur César (...)
  • 14 Montero 2000, p. 244 : “Antes y después de la dictadura de César, pero sobre todo durante ella, lo (...)
  • 15 Montero 2000, 241. Aussi sur la dimension sacrilège du passage du Rubicon, Berti 1987a, 225-233.

7Une telle orientation paraît pouvoir être replacée dans le contexte plus général d’une exploitation anti-césarienne des omina vers la fin de la vie de César. Selon S. Montero13, en effet, plusieurs des présages, souvent annonciateurs de danger, que reçoit César – et que dans bien des cas il méprise – sont liés aux honneurs qu’il accumule et à sa prétendue aspiration à la monarchie. Ils le rattachent aux rois hellénistiques : Alexandre, Pyrrhus ou Agésilas, ce qui le discrédite et dénonce son adfectatio regni14. Il ne faut pas oublier que les haruspices montrèrent publiquement leur collaboration avec l’oligarchie sénatoriale et ne cachèrent pas leur hostilité à la forme monarchique de gouvernement. En tout cas, un des omina mortis analysés par S. Montero – et qu’il explique par la critique de César – concerne des chevaux consacrés lors du passage du Rubicon (Suet., Jul., 81, 2)15.

8Néanmoins, il reste que cette connotation d’hostilité à César est absente de l’anecdote telle que la relate Suétone. Ce dernier paraît même, avec sa mentalité d’auteur de l’époque antonine, comprendre l’apparition du jeune homme comme un signe de la faveur divine. La raison en serait soit que l’allusion hannibalienne n’ait pas été opérante pour le biographe, soit qu’il ait connu l’anecdote à travers une source qui avait déjà elle-même désamorcé cette dimension.

2. Passages de fleuves et image de la Patrie sous Auguste

  • 16 Par ex. Bringmann 2006.
  • 17 Toher 2003.

9Sous Auguste, l’évocation du Rubicon s’encadre dans la délicate question de la place donnée à César16. Pour ce qui nous concerne, une orientation intéressante paraît fournie par un article M. Toher, sur la présentation de César chez Nicolas de Damas, Il y est montré combien, chez cet auteur, la figure césarienne diffère de l’héroïsation qui ressort des portraits laissés par les biographes de l’époque trajanienne, Plutarque et Suétone, qui écrivent à un moment où César connaît une renaissance comme prototype de l’empereur-conquérant. Plus précisément, il y est souligné, spécialement à propos du récit de l’assassinat (Nic. Dam. 58-106), comment sa description est dominée par deux tendances, l’une à mettre en évidence sa passivité, l’autre à en faire un contraire d’Octave/Auguste17.

  • 18 Narducci 2002, 198-200 (aussi 1980, 177-178) ; Radicke 2004, 102, 173 ; aussi Peluzzi 1999, 141.

10Cette dernière sensibilité entrerait en jeu à propos du Rubicon. La nouvelle dynastie a pu vouloir, en ce cas aussi, prendre ses distances envers César. C’est en ce sens que nous invoquerons un épisode – sur lequel E. Narducci a attiré l’attention18 – relatif aux campagnes de Drusus I, beau-fils d’Auguste, en Germanie. Celui-ci, d’après Suétone, aurait arrêté son avancée parce que lui apparut une femme d’une taille plus qu’humaine qui l’aurait invité à ne pas avancer plus loin :

Is Drusus in quaesturae praeturaeque honore dux Raetici, deinde Germanici belli Oceanum septemtrionalem primus Romanorum ducum nauigauit transque Rhenum fossas naui et immensi operis effecit, quae nunc adhuc Drusinae uocantur. Hostem etiam frequenter caesum ac penitus in intimas solitudines actum non prius destitit insequi, quam species barbarae mulieris humana amplior uictorem tendere ultra sermone Latino prohibuisset (Suet., Cl., 1).

“Pendant sa questure et sa préture, Drusus commanda dans la guerre de Rhétie et dans celle de Germanie. Il fut le premier des généraux romains qui navigua sur l’océan Septentrional. Par un travail immense, il fit creuser au-delà du Rhin les fossés qui portent encore son nom. Après avoir souvent battu l’ennemi et l’avoir poussé jusqu’au fond de ses solitudes, il ne cessa de le poursuivre que lorsqu’une femme étrangère d’une grandeur plus qu’humaine, sous l’image d’un fantôme, lui eut défendu en latin de s’avancer au-delà”.

  • 19 Narducci 2002, 198-199, s’il rapproche cette image de celle d’Hannibal, ne met pas le parallélisme (...)

11L’information, que Suétone extrait du contexte des guerres de Germanie pour l’insérer dans son évocation du père de Claude, est à compléter par Dion Cassius (D. C. 55.1.3), qui conduit à situer l’événement sur l’Elbe. Cette représentation, mêlant passage d’un fleuve et événement prodigieux, semble elle aussi potentiellement référentielle au modèle hannibalien19. Deux points sont alors à souligner.

  • 20 Narducci 1980, 177-178 trouve des ressemblances entre la patrie décrite par Lucain et les représen (...)

12D’une part, il n’est pas question d’un jeune homme de grande taille, mais d’une femme de grande taille. E. Narducci se demande s’il ne peut s’agir d’une allégorie de la Germanie20. Nous ne rejetterons pas cette interprétation et même y trouverons une confirmation de l’analogie que nous supposons avec l’épisode du songe d’Hannibal : lorsque ce dernier se retourne, il voit une nation étrangère, l’Italie dévastée (uastitatem Italiae ; aussi Cic., Diu., 1.49 : uastitatem esse Italiae).

13D’autre part, la figure n’invite pas à suivre, mais interdit de suivre. Tel est assurément le sens dans lequel la référence hannibalienne était activée, sur le mode du contraste : la dynastie julio-claudienne n’est pas la dynastie barcide et la Germanie ne sera pas son Italie, expédition d’abord heureuse, puis funeste.

  • 21 Narducci 1980, 177-178.
  • 22 Mineo 2006.
  • 23 Sur le fait que Tite-Live aurait surtout loué César pour ses conquêtes gauloises, Martin 2000, 112 (...)
  • 24 Sur la signification de l’Elbe dans les Res gestae, par ex. Deininger 2000 (spéc. p. 751-757) ; Fu (...)

14Mais en devenant un anti-Hannibal, Drusus ne devient-il pas aussi, dans une certaine mesure, un contre-César ? Une telle lecture n’est pas à exclure, surtout si l’on songe aux sources possibles de l’anecdote sur Drusus. E. Narducci en retient deux : soit Albinovanus Pedo, soit le livre 142 de Tite-Live21. Attachons-nous surtout au second, ne serait-ce que parce que la campagne de Drusus en 9 a. C., au terme de l’Ab Vrbe condita, a pu représenter un moment significatif. Si l’on accepte que l’adhésion au projet augustéen constitue l’horizon culturel de l’œuvre livienne22, il faut admettre que le Padouan y ait traité César dans l’optique où l’a traité Nicolas de Damas, c’est-à-dire sous l’angle à la fois de l’analogie et du contraste avec Auguste et, plus largement, sa famille. Ainsi, chez Florus, représentant de la tradition livienne, si César est loué pour sa clémence, qualité que reprend Auguste (cf. Flor., Epit., 2.13 ; 90-91), et pour sa conquête de la Gaule, succès dont les campagnes en Germanie peuvent passer pour un équivalent (cf. Flor., Epit., 1.45), il est blâmé pour son rôle dans le déclenchement des guerres civiles et pour sa dictature (Flor., Epit., 1.47.13 ; 2.13.3)23. Le parallèle entre César et Drusus irait dans le même sens. Les deux hommes, loués en tant que conquérants, se différencieraient par leur attitude une fois leurs conquêtes achevées : César commet un acte illégal en franchissant le Rubicon, tandis qu’en ne franchissant pas l’Elbe, Drusus fait preuve de saine prudence, dans la ligne de la politique extérieure d’Auguste (on notera à cet égard l’insistance sur l’Elbe dans les Res Gestae, RGDA, 26.2)24.

  • 25 De façon générale, Radicke 2004, 28.
  • 26 Conformément à une vision selon laquelle le César de Tite-Live aurait mêlé traits positifs et néga (...)
  • 27 Sur le philo-césarisme de cette version, Berti 1987a, 217 ; aussi Radicke 2004, 17 ; 39 (à propos (...)
  • 28 Aussi Liv., Per., 109 : cum exercitu in Italiam uenit. Pour Gascou 1984, 18-19, Tite-Live ne citai (...)
  • 29 En faveur de l’opinion selon laquelle Tite-Live traitait du Rubicon, Pichon 1912, 94 ; Berti 1987a (...)
  • 30 L’absence de référence au Rubicon peut aussi s’expliquer par un choix de l’auteur ; ainsi Plut., C (...)

15Par ailleurs, les rapprochements que nous avons observés entre ces trois images, celles d’Hannibal, de César et de Drusus, ne pourraient-ils déjà avoir été exploitées par un même un auteur ? Si tel était le cas, il ne pourrait s’agir que de Tite-Live. C’est lui qui a conservé le passage sur Hannibal et c’est au récit qu’il en fait (plutôt qu’à celui qui figure chez Cicéron ; supra) que correspond l’évocation du jeune homme apparaissant sur le Rubicon telle que l’a conservée Suétone, lequel avait par ailleurs connaissance de la tradition livienne25. Cette dernière observation vaut aussi pour l’Elbe, mentionnée, outre par Suétone, par Dion Cassius, un auteur lui aussi dépendant de Tite-Live. En somme, il n’est pas à exclure que, dans l’Ab Vrbe condita, passages de l’Èbre, du Rubicon et de l’Elbe aient formé un triptyque signifiant, organisé selon une gradation, de l’ennemi de Rome (Hannibal) au protecteur de Rome (Drusus) en passant par la figure intermédiaire de César, lequel, après avoir servi sa patrie, a tourné ses armes contre elle26. Pour ce qui concerne spécifiquement le Rubicon, cette élaboration livienne aurait amené le Padouan à préserver une version plus critique envers César que celle que procurait Asinius Pollion, davantage philo-césarien27. Une objection à cette reconstruction réside dans le fait que les auteurs considérés comme appartenant à la tradition livienne, Florus (Epit., 2.13.18-19) et Dion Cassius (D.C. 41.4) en particulier, n’insistent guère sur le Rubicon28. L’argument peut toutefois être relativisé29 en tenant compte que la nature de ces ouvrages les conduisait à abréger fortement leurs modèles30.

3. Lucain : le Rubicon et le Principat

  • 31 C’est encore la conclusion principale de Radicke 2004.
  • 32 Aliter Radicke 2004, 172, qui estime que Lucain aurait trouvé chez Tite-Live la version dérivant d (...)
  • 33 Cf. 6.7 placet alea fati, allusion possible au célèbre alea iacta est ; cf. Bourgery [1926] 19583, (...)

16Si, comme on le pense généralement, Tite-Live est la source majeure de Lucain31 et si l’on accepte la reconstruction ci-dessus, l’auteur du Bellum Ciuile aurait eu comme source sur le Rubicon un récit intégrant l’anecdote sur un jeune homme à l’allure exceptionnelle reproduite par Suétone32. C’est précisément de cette anecdote qu’il serait parti, plutôt que la version signalant la citation alea iacta est, qu’il aurait pourtant connue33. En outre, utilisant Tite-Live, Lucain était en mesure d’intégrer, comme y aurait invité l’auteur de l’Ab Vrbe condita, son évocation du passage du fleuve à un réseau d’analogies conduisant à l’image d’un César hannibalien (comparaison avec le passage de l’Èbre) et partiellement non augustéen (comparaison avec le passage de l’Elbe). On trouve d’ailleurs trace de l’une et l’autre de ces influences dans les vers consacrés au Rubicon dans le Bellum Ciuile.

  • 34 Cf. 3.299 ; Radicke 2004, 176, 247.
  • 35 Cf. 1.213-222 (lien entre le passage du Rubicon et celui du Pô par Hannibal, Liv. 21.47.4-5 ; Radi (...)

17Ainsi, au début de l’épisode, Lucain signale le passage des Alpes (1.183 : Iam gelidas Caesar cursu superauerat Alpes). Si le trait prend place dans une tendance du poète à accorder aux Alpes une place particulière en tant que symbole de la mainmise de César sur les éléments naturels34, il ravive parallèlement – ce n’est pas la seule fois dans le Bellum Ciuile – la dimension hannibalienne35.

  • 36 Narducci 1980, 175-177 ; Peluzzi 1999, 129-130.
  • 37 Aussi D. C. 55.1.3 : τοῖ δῆτα ἐπείγῃ. Par ex., Radicke 2004, 173.
  • 38 On signalera un autre indice de contamination : la Patrie semble s’adresser à César et à ses solda (...)

18La suite, pourtant, apparaît nettement référentielle à l’image de Drusus sur l’Elbe : une figure féminine interdit le franchissement d’un fleuve (1.185-192). Si l’on considère l’interpellation de César par la Patrie (1.190-192), ses premiers mots, aux accents virgiliens36, Quo tenditis ultra ?, font même écho à ceux que l’on trouve dans le texte de Suétone sur Drusus, tendere ultra37. Il demeure que c’est la Patrie qui se dresse devant César est Rome, ce qui renvoie à l’image initiale du rêve d’Hannibal (lequel voit l’Italie dévastée) et assimile César à un hostis. Il y a en somme contamination des deux références, à Hannibal et à Drusus38.

  • 39 Cf. toutefois 1.200-203 ; Raaflaub 1974, 219.

19Par ailleurs, César franchit le fleuve, non pas en référence au contexte historique précis dans lequel il se trouvait – il est peu fait mention de la légalité ou de la dignitas39 –, mais au nom même de principes augustéens. Trois éléments vont dans ce sens.

  • 40 Cette liste a été parfois considérée comme ironique ; contra Frings 1995, 120, n. 23.
  • 41 Grimal 1970, 57 ; Narducci 2002, 204 ; aussi contribution de M. Leigh dans ce volume.
  • 42 Sur ce dernier point, Peluzzi 1999, 144 (aussi p. 145-146 sur un lien entre la diffusion du culte (...)
  • 43 Peluzzi 1999, 142-155.

20Premièrement, la liste des divinités que César invoque (1.195-200)40 n’est pas élaborée dans une perspective républicaine, mais dans celle de la théologie dynastique julio-claudienne, et elle regroupe les puissances tutélaires du Principat41. Le Jupiter Tonnant est celui du sanctuaire élevé par Auguste devant l’Area Capitolina. Le Jupiter Latin renvoie à Albe, ville fondée par Iule, ancêtre des Iulii. Les Pénates de Rome sont également référentiels à la légende d’Énée. Suétone informe qu’Auguste permit le culte du nomen imperatoris seulement en relation avec celui du nomen Romae, et uniquement en milieu provincial, où l’Vrbs était déjà honorée comme divinité (Suet., Aug., 52)42. Ces observations seront de plus rapprochées de celles qu’a rassemblées E. Peluzzi sur la description de la Patrie, envisagée notamment d’un point de vue iconographique, en relation avec la représentation habituelle de Cybèle, divinité elle-même associée à la célébration de la gens Iulia et des origines troyennes de Rome43.

  • 44 Grimal 1970, 58.

21Deuxièmement, l’aspect militaire est fortement marqué dans la réponse de César, ce qui renvoie à la centralité de la composante militaire dans le Principat depuis Auguste44. À ce propos, aux échos possibles suggérés pour ce texte, nous ajouterons celui-ci : en adsum, uictor terra marique (1.201) n’est sans faire songer à Bella terra et mari ciuilia externaque toto in orbe terrarum saepe gessi uictorque (RGDA, 3.1).

  • 45 Peluzzi 1999, 129.

22Troisièmement, César se met fortement en évidence, par une réponse longue, qui le place pratiquement sur le même pied que Rome, une assimilation entre individu et collectivité romaine qui est elle aussi un trait majeur de l’idéologie impériale dès Auguste. Au vocatif Roma au début du v. 200 répond au début du v. 202 l’épithète détachée, Caesar, et au v. 203 la juxtaposition me tibi renforce l’idée de deux composantes indissociables, voire en voie de s’assimiler. Cette idée est peut-être même en filigrane des descriptions qui sont faites de l’un et de l’autre et qui soulignent les mêmes éléments : les cheveux et les membres. Même le mot caesarie – par ailleurs virgilien45 – dans le portrait de la Patrie (1.189) est un écho au nom du conquérant des Gaules. C’est ainsi fort de cette stature aux dimensions de la patrie que César s’accorde une permission que lui refuse celle-ci : si ciues, huc usque licet, dit-elle (1.192) ; liceat modo répond-t-il (1.202), et il reprend le cours d’un bellum que le temps de l’anecdote n’a fait que suspendre.

  • 46 Cf. Grimal 1970, 59 : “on verra […] dans cette première vision du héros, comme l’incarnation du pr (...)
  • 47 Par ex. Devillers 2009. On peut aussi considérer comme proche de la pensée tacitéenne la formule p (...)

23En somme, la trouvaille de Lucain est de confondre en une seule vision le triptyque trouvé chez Tite-Live : Èbre, Rubicon, Elbe. Son César, en franchissant le Rubicon, renoue avec la pratique hannibalienne, mais il n’est pas pour autant en rupture avec l’idéologie augustéenne, puisqu’il énonce des principes augustéens46 et agit sur fond d’une situation (confrontation avec une Patrie) que la propagande d’Auguste a imaginée pour Drusus. La visée d’un tel dispositif serait, au-delà de la condamnation du seul César, de mettre en cause aussi le discours politique de ceux qui l’ont suivi et de signifier qu’au-delà d’un homme, c’est un régime et une dynastie qu’il met en cause. À cet égard, il n’est pas un hasard que les trois traits qui émergent du discours de César (principe dynastique, soutien de l’armée, assimilation princepatrie) soient autant de thèmes qui se retrouvent chez Tacite, en relation avec une méditation sur la libertas47.

Notes

1 En dernier lieu Narducci 1980 ; 2002, 195-204 ; Peluzzi 1999, 128-132 ; aussi Frings 1995 (spéc. sur les reformulations de l’image jusqu’au ive siècle p. C.). Les antécédents littéraires du passage se situent sur le plan rhétorique et épique. Pour ce qui est de la rhétorique, on citera le fait que la patrie figure (en relation avec la guerre civile) parmi les exemples les plus communs de prosopopée chez Rhet. Her., 4.53.66 (Narducci 1980, 175-176 ; Peluzzi 1999, 131 ; Radicke 2004, 173 ; pour une liste de passages avec la prosopopée de la patrie, Jal 1963, 307). Cf. aussi la Patrie indiquant à Catilina la voie de l’exil (Cic., Catil., 1.17-18 ; Grimal 1970, 56 ; aussi Gascou 1984, 23, n. 22 ; Frings 1995, 119 ; Peluzzi 1999, 131) ; discours de la Patrie et des parentes chez ps. -Sal., Ep., 13.1 (Peluzzi 1999, 132). Pour ce qui est des précédents épiques, cf. l’épiphanie d’Athéna à Achille chez Homère (Il., 1.194-218 ; Narducci 1980, 175 ; Lausberg 1985, 1589 ; Peluzzi 1999, 130) ; aussi présence chez Ennius d’un discours entre Scipion et la Patrie (Cic., Fin., 2.106 ; Frings 1995, 118 ; Peluzzi 1999, 132). Surtout, on renverra aux multiples échos virgiliens – et ovidiens – qui ont été relevés (spéc. Peluzzi 1999, 128-132).

2 Sur le fait que l’anecdote trouve son origine dans l’historiographie, Radicke 2004, 99. De façon générale, sur la dette de Lucain aux historiens pour ce qui regarde les prodiges, Février 2006, 423.

3 Les principales étapes en sont : arrivée au Rubicon dont la fonction de limite est reconnue (sur la localisation du cours d’eau et son statut, par ex. Berti 1987a, 212-214), hésitation de César qui médite sur la décision à prendre, propos de celui-ci à ses amis, décision de franchir le fleuve, alea iacta est.

4 Par ex. Gascou 2004, 22 ; Peluzzi 1999, 136-137 ; Radicke 2004, 171-172 (aussi p. 17). Asinius Pollion est mentionné par Plut., Caes., 32.7 d’une façon qui semble indiquer que le biographe suit son récit. Sur son goût pour les dicta memorabilia, Berti 1987a, 218, n. 17 ; aussi Ehrhardt 1995 (à propos de Suet., Jul., 30.3-4).

5 Berti 1987a, 218 (+ n. 16) ; Peluzzi 1999, 138.

6 La contamination de deux traditions est confirmée par le fait que la version suétonienne demeure quelque peu bancale d’un point de vue logique, puisqu’il y a contradiction entre le lancement de dé (hasard) et l’intervention du jeune homme (volonté divine). Parallèlement, le fait qu’Asinius Pollion soit l’auteur de la version incluant la citation alea iacta est exclut qu’il soit aussi celui de l’apparition du jeune homme (c’est ce que pense Hermann 1935, 436, repris par Brisset 1964, 87).

7 Par ex. Narducci 1980, 175 ; Tucker 1988, 247 (“a totally different vision from that portrayed in Lucan’s epic poem”).

8 Gascou 1984, 23 ; Peluzzi 1999, 139 ; cette dernière propose même, après Berti 1987a, 218, que la source en ait été la Vita Caesaris de C. Oppius ou l’autobiographie de Cornelius Balbus. Toutefois, l’hypothèse de Berti 1987a se distingue dans la mesure où, pour elle, ce serait la version anticésarienne qui aurait d’abord été formulée par une propagande sénatoriale dont Lucain garderait trace (ainsi dans le livre 1, en relation avec le personnage de Nigidius Figulus), tandis que la version de Suétone constituerait la réponse adressée par les amis de César. Sur la version de Suétone comme représentative d’une propagande favorable à César, aussi Narducci 2002, 199.

9 Par ex. Berti 1987a, 215 ; Peluzzi 1999, 134 ; aussi Tucker 1988, 246. En Ciu., 1.11.1, César reconnaît toutefois implicitement qu’il a quitté les limites de sa province ; Gascou 1984, 18, n. 15 ; aussi Brisset 1964, 86 (qui parle d’“aveu indirect”). De même, Cicéron ne dit mot du Rubicon ; par ex. Berti 1987a, 214, 231. Ceci conduit Gascou 1984, 19 à penser que si le passage du Rubicon a dû être mentionné par les contemporains de César, “il ne semble pas avoir été dès cette époque considéré comme un acte symbolique et soit magnifié comme un acte d’audace, soit blâmé comme la rupture de la légalité […] et c’est la littérature postérieure qui en a exalté le souvenir”.

10 Cf. Foulon 2000 ; D’Arco 2002 ; Briquel 2004 ; Devillers & Krings 2006.

11 Cette version du songe d’Hannibal aurait été connue à travers une source que l’on incline à identifier avec un auteur appartenant à l’annalistique ancienne et écrivant durant des Guerres puniques ou peu après ; Devillers & Krings 2006, 342-343.

12 Cf. aussi V. Max. 1.7. ext. 1. Sur l’image d’Hannibal dans cette partie des Punica, Vessey 1982.

13 Montero 2000. L’article porte essentiellement sur les prodiges annonciateurs de sa mort. Sur César comme peu enclin à croire en la signification des présages, Suet., Jul., 59.1 : ne religione quidem ulla a quoquam incepto absterritus umquam uel retardatus est ; 77 ; aussi App., BC, 2.488 ; 636 ; 638 ; 641 ; 645. Sur les présages annonçant des dangers à César, mais dont il ne tint pas compte, Cic., Diu., 1.119 : Quae quidem illi portendebatur a dis immortalibus ut uideret interritum, non ut caueret ; spéc. avant sa mort : V. Max. 8.11.2 ; Suet., Jul., 81.4 ; Plut., Caes., 63.3 ; App., BC, 2.488 ; 641 ; D.C. 44.18.4.

14 Montero 2000, p. 244 : “Antes y después de la dictadura de César, pero sobre todo durante ella, los haruspices, fieles defensores de los intereses optimates, habían alertado del riesgo de monarquía. La interpretación de prodigia y omina fue una de sus armas preferidas”. Suet., Jul., 81, mentionne, à propos du premier prodige relatif à la mort de César : cuius rei, ne quis fabulosam aut commenticiam putet, auctor est Cornelius Balbus, familiarissimus Caesaris ; Peluzzi 1999, 139-140 se fonde sur ces mots pour conclure à l’existence d’une littérature prodigieuse émanant des proches de César ; mais la précision de Suétone pourrait tout aussi bien être interprétée comme le signe du caractère exceptionnel d’un prodige rapporté par les cercles proches de César (ce qui a contrario indiquerait que les prodiges émanaient généralement de milieux qui lui étaient hostiles).

15 Montero 2000, 241. Aussi sur la dimension sacrilège du passage du Rubicon, Berti 1987a, 225-233.

16 Par ex. Bringmann 2006.

17 Toher 2003.

18 Narducci 2002, 198-200 (aussi 1980, 177-178) ; Radicke 2004, 102, 173 ; aussi Peluzzi 1999, 141.

19 Narducci 2002, 198-199, s’il rapproche cette image de celle d’Hannibal, ne met pas le parallélisme en perspective d’un point de vue historiographique et s’y attache prioritairement comme à un modèle littéraire.

20 Narducci 1980, 177-178 trouve des ressemblances entre la patrie décrite par Lucain et les représentations des femmes germaines (Tac., G., 17.3) ; cet aspect est envisagé avec prudence par Peluzzi 1999, 141-142.

21 Narducci 1980, 177-178.

22 Mineo 2006.

23 Sur le fait que Tite-Live aurait surtout loué César pour ses conquêtes gauloises, Martin 2000, 112-118 ; Mineo 2008, 287. Sur le lien entre Florus et cette tradition livienne, Zecchini 1978, 115-123.

24 Sur la signification de l’Elbe dans les Res gestae, par ex. Deininger 2000 (spéc. p. 751-757) ; Funke 2005. L’exploitation d’Hannibal comme anti-modèle en matière de politique extérieure chez Florus a été relevée par Brizzi 1984 (lequel explique toutefois le trait davantage par l’influence de Caton que par celle de Tite-Live).

25 De façon générale, Radicke 2004, 28.

26 Conformément à une vision selon laquelle le César de Tite-Live aurait mêlé traits positifs et négatifs (par ex. Radicke 2004, 24), les premiers en écho avec l’action d’Auguste et les second en contraste avec elle.

27 Sur le philo-césarisme de cette version, Berti 1987a, 217 ; aussi Radicke 2004, 17 ; 39 (à propos plus particulièrement de la version d’Appien).

28 Aussi Liv., Per., 109 : cum exercitu in Italiam uenit. Pour Gascou 1984, 18-19, Tite-Live ne citait pas le passage du Rubicon ; Peluzzi 1999, 155 suppose même un motif à son silence : le fait qu’en 43 a. C., après la bataille de Modène, Octave lui-même marcha sur Rome, passant à son tour le Rubicon (sur cet événement dans les sources, Berti 1987a, 219-220 ; 232). Par ailleurs, le Rubicon est mentionné très brièvement par Vell. 2.49.4 : ratus bellandum Caesar cum exercitu Rubiconem transiit ; sur le rattachement de Velleius à une tradition livienne, cf. remarques de Hellegouarc’h 1982, XXXVI-XXXVII ; 1984, 416. Enfin, Oros. 6.15.3 évoque Tite-Live à propos du Rubicon, mais son renvoi à l’historien (ut ait Liuius), portant sur un seul aspect de la traversée, n’implique pas nécessairement que ce dernier ait traité l’événement en détail.

29 En faveur de l’opinion selon laquelle Tite-Live traitait du Rubicon, Pichon 1912, 94 ; Berti 1987a, 216, n. 13 (avec également l’idée que l’historien padouan aurait été critique envers César) ; Radicke 2004, 171 + n. 60. Avec prudence, Tucker 1988, 246 : “Livy […] may have described Caesar’s famed incursion in more detail” (aussi p. 248).

30 L’absence de référence au Rubicon peut aussi s’expliquer par un choix de l’auteur ; ainsi Plut., Cat. Mi., 51.5-52.1 évoque l’occupation d’Ariminum sans signaler le passage du fleuve.

31 C’est encore la conclusion principale de Radicke 2004.

32 Aliter Radicke 2004, 172, qui estime que Lucain aurait trouvé chez Tite-Live la version dérivant d’Asinius Pollion et incluant la citation alea iacta est.

33 Cf. 6.7 placet alea fati, allusion possible au célèbre alea iacta est ; cf. Bourgery [1926] 19583, ad loc. ; Brisset 1964, 87, n. 6 ; Berti 1987a, 216, n. 16. Pour sa part, Radicke 2004, 176-177 y voit un écho en 1.226, dans les mots te, Fortuna, sequor, prononcés après que le général a touché la rive opposée.

34 Cf. 3.299 ; Radicke 2004, 176, 247.

35 Cf. 1.213-222 (lien entre le passage du Rubicon et celui du Pô par Hannibal, Liv. 21.47.4-5 ; Radicke 2004, 175) ; 254-257 ; 303-305 ; 4.349-350 ; 7.799-801. Plus largement sur la dimension hannibalienne de César dans le Bellum Ciuile, Ahl 1976, 199-200 ; Narducci 2002, 206-209 (aussi p. 191-192) ; Radicke 2004, 123 (avec possibilité d’une influence de Sénèque qui présente Hannibal comme prototype de la feritas), 139, 226, 429 (aussi p. 389, 396, n. 73) contribution de U. Eigler dans ce volume.

36 Narducci 1980, 175-177 ; Peluzzi 1999, 129-130.

37 Aussi D. C. 55.1.3 : τοῖ δῆτα ἐπείγῃ. Par ex., Radicke 2004, 173.

38 On signalera un autre indice de contamination : la Patrie semble s’adresser à César et à ses soldats (cf. 2e pers. pl.), conformément à ce que l’on trouve dans la représentation mettant en scène un jeune homme chez Suétone, alors qu’à propos de Drusus, la Patrie semble interpeller directement le général romain.

39 Cf. toutefois 1.200-203 ; Raaflaub 1974, 219.

40 Cette liste a été parfois considérée comme ironique ; contra Frings 1995, 120, n. 23.

41 Grimal 1970, 57 ; Narducci 2002, 204 ; aussi contribution de M. Leigh dans ce volume.

42 Sur ce dernier point, Peluzzi 1999, 144 (aussi p. 145-146 sur un lien entre la diffusion du culte de Rome et celui de l’empereur). Sur le culte de Rome, Mellor 1981 ; aussi Knoche 1952.

43 Peluzzi 1999, 142-155.

44 Grimal 1970, 58.

45 Peluzzi 1999, 129.

46 Cf. Grimal 1970, 59 : “on verra […] dans cette première vision du héros, comme l’incarnation du principat futur, la préfiguration du système politique et théologique qui, finalement, triomphera”.

47 Par ex. Devillers 2009. On peut aussi considérer comme proche de la pensée tacitéenne la formule prêtée à Nigidius Figulus en 1.670 : cum domino pax ista uenit ; cf. Devillers 2003, 88 et n. 107. Nous ajouterons que cet entrelacement des connotations se retrouve au niveau des allusions littéraires, particulièrement virgiliennes. Si l’apparition de la Patrie à César fait songer à l’apparition de Vénus à Énée la nuit où Troie fut détruite (Verg., Aen., 2.589-592 ; mêmes contrastes de lumière, mêmes dimensions surhumaines des deux figures ; Narducci 1980, 175 ; 2002, 196 ; aussi Peluzzi 1999, 129), d’autres échos renvoient à Turnus, ainsi la comparaison avec le lion (1.205-212), qui jette une ombre de furor animal (cf. Verg., Aen., 9.792sq. ; 12sq. ; Narducci 2002, 201-204) ; pour un autre écho à Turnus, 1.192-194 : perculit horror […] uestigia ripa (cf. spéc. Verg., Aen., 12.867-868 ; aussi pour Mézence, Aen., 10.726 [mais voir aussi Aen., 2.378]). À nouveau, l’association de César avec un discours augustéen (Énéide) entraîne, parallèlement à la valorisation dynastique (renvoi à Énée), une forme de dénonciation comme hostis (renvoi à Turnus). Enfin, dans une perspective d’allusion à Auguste, on relèvera l’écho entre cursu superauerat Alpes (1.183) et Ov., Tr., 1.11.5 : cursu superauimus Isthmon, dans l’évocation du voyage d’exil.

Auteur

Université Bordeaux 3 - Institut Ausonius

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540