Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lucain en débat

 | 
Olivier Devillers
, 
Sylvie Franchet d’Espèrey

Troisième partie. Aspects historiques et symboliques

L’Idée de l’Afrique chez Lucain

Paolo Asso
Traduction de Rostom Mesli

Texte intégral

Qu’on me permette d’exprimer mes plus chaleureux remerciements à S. Franchet d’Espèrey et O. Devillers, qui ont eu l’amabilité de m’inviter au colloque de Bordeaux et la générosité d’accueillir ma communication dans le présent volume. Je veux également remercier l’ensemble des participants du colloque qui en ont fait un moment agréable et joyeux, et qui m’ont tous énormément appris. Je dois en particulier à P. M. Martin l’étonnante anecdote que je cite à la n. 8. Je remercie également pour les conversations aussi instructives que plaisantes qu’ils m’ont accordées Th. Baier, M. Dinter, M. Ducos, P. Esposito, U. Eigler, M. Leigh, L. Sannicandro, R. Utard et Chr. Walde. C’est un honneur pour moi d’avoir pu travailler avec des lecteurs aussi avisés de Lucain.

L’Afrique, c’était le corps plutôt que le visage. C’était la violence des sensations, la violence des appétits, la violence des saisons.

J. M. G. Le Clézio, L’Africain (2004)

1L’épopée de Lucain est une épopée de violence ; à la violence envisagée de façon thématique – celle qui caractérise la guerre civile – s’ajoutent des violences dont certaines s’exercent sur les corps, et d’autres pas : l’Afrique est une terre violente, que Lucain imagine exclusivement de façon presque sensuelle et qui n’est pas très éloignée de celle que décrit J. M. G. Le Clézio dans les lignes placées en exergue.

  • 1 C’est sans doute en effet la mangouste que désigne l’ichneumon. Sur cet animal, aussi Plin., Nat., (...)

2Intégrant cette violence tout à la fois de la “matière” et de l’“idée” africaines, Lucain présente une vision complexe de l’Afrique, corps aussi bien que visage, manifestée dans une grande variété de registres linguistiques et conceptuels : dans le Bellum Ciuile, le mot Africa a une large extension qui va de la notion géographique la plus ordinaire à des conceptions romaines complexes, historiques et historico-littéraires, évoquant, sur le plan littéraire, des souvenirs comme la gloire acquise par les Scipions dans les guerres contre Carthage, et les campagnes victorieuses de Marius contre Jugurtha. Bien loin de n’être qu’un simple répertoire d’événements historiques permettant aux poètes de célébrer les gloires d’une conquête passée, l’Afrique, chez Lucain, est également louée pour ses qualités matérielles : la richesse de son sol, ses bois précieux et la vigueur de ses habitants, ces hommes puissants, capables d’affronter des climats rigoureux et de soutenir les combats les plus acharnés. Pourtant, comme on pourrait s’y attendre, les caractéristiques les plus remarquables de l’Afrique de Lucain concernent ses créatures sauvages. Le poète, en effet, décrivant les êtres vivants qui peuplent l’Afrique, ne sépare pas les humains des animaux ; c’est par exemple en biologiste qu’il observe les guerriers africains, ainsi le roi d’Afrique Juba (allié de Pompée) – qu’il compare à la mangouste (4.720-729)1, cet animal capable de résister aux serpents venimeux d’Afrique qui vont, dans l’un des passages les plus spectaculaires et les plus pittoresques du poème, décimer l’armée de Caton. Les corps et les visages de l’Afrique ont toute la violence des crimes perpétrés par les Romains contre eux-mêmes.

  • 2 Ainsi que le rappelle Lucain, suivant l’étymologie gigas > ge-gaos.
  • 3 Voir Asso 2002.

3La dimension sauvage de l’Afrique est exploitée de façon optimale dans l’une des rares incursions que s’autorise Lucain dans le domaine du mythe, lorsque, dans le livre 4, Hercule terrasse Antée, le Géant né de la terre de Libye2. Dans le récit qu’il fait de ce combat mythique, le poète représente une Afrique hypostase de la Terre (= Tellus = Gè), dans des termes qui renvoient à la Gigantomachie, ce qui rapproche généalogiquement l’Afrique du Chaos et illustre sa puissance destructrice. Le mythe d’Hercule et Antée permet en fait à Lucain d’établir un lien entre le combat des forces théologiques et des forces cosmologiques qui menaçaient l’ordre olympien instauré par Zeus, et les guerres civiles qui menacent, elles, l’ordre républicain. C’est, à un niveau mythique, l’Afrique elle-même qui menace Rome parce que sommeillent en elle des forces chaotiques qui menacent de se réveiller à tout moment3.

4Je voudrais ici proposer une interprétation de l’idée de l’Afrique, et de ses fonctions dans le Bellum Ciuile. Présentant l’Afrique dans toute sa complexité et dans les contradictions inhérentes à son statut de continent, de province romaine et d’hypostase de la Terre Mère, Lucain ne se contente pas de laisser deviner ce qu’il y a de romano-centré dans son approche de l’Afrique ; sur le plan géographique et géopolitique pour ainsi dire, il interroge, au moyen de sa poétique de guerre civile, la notion d’identité romaine.

5L’Afrique, entendue comme province romaine constituée après la destruction de Carthage par Scipion Émilien en 146 a.C., ne va pas au-delà du territoire de Carthage. La Libya de Lucain (ou Libye suivant son nom grec que Lucain semble préférer) est plus proche, sur le plan conceptuel et dans son extension territoriale, de l’entité géographique que nous appelons aujourd’hui l’Afrique. En Libye se trouvait le royaume de Juba, qui s’étendait, en latitude, depuis l’Atlas jusqu’au sanctuaire du dieu Hammon et, en longitude, du littoral de la Méditerranée jusqu’à la zone équatoriale. Chez Lucain, la Libye est tantôt le continent, tantôt une partie de celui-ci, comme on le verra plus loin ; mais c’est la fonction symbolique de l’Afrique qui éclaire le mieux la conception géopolitique qu’a Lucain de l’espace africain.

  • 4 Cf. aussi Verg., G., 1.299 ; Hes., Op., 391-392.

6Dans le livre 4, la Libye est explicitement identifiée à la Terre Mère – la Gè d’Hésiode – (4.593-597), et elle commence à avoir les dimensions qui, au livre 9, feront voir sa fonction de force de la nature – les serpents et les tempêtes de sable (9.311-318 ; cf. 4.884-887). Chez Lucain, chacune de ses fonctions, et virtuellement chaque évocation et chaque allusion, fait de l’Afrique/Libye une “ennemie”. L’Afrique elle-même est hostile à Rome, mais Lucain semble regarder comme positives certaines de ses qualités. Rome éprouve du respect pour les combats guerriers des peuples africains, dont les corps sont robustes et les visages belliqueux : en effet, même si, aux yeux d’un Romain comme Lucain, ces hommes peuvent passer pour des paysans à demi-sauvages qui, sous un soleil brûlant et dans une nudité vertueuse (4.334)4, labourent les territoires humides et salins des Syrtes, on voit aussi en eux de vigoureux guerriers, des partenaires commerciaux relativement civilisés, et des alliés avec qui les Romains ont des relations politiques et aussi commerciales. Les caractères négatifs de l’Afrique n’en restent pas moins fondamentaux, et cela même lorsque Lucain a l’honnêteté de reconnaître ses aspects positifs ; c’est en effet d’Afrique que proviennent les produits luxueux qui sont supposés corrompre la virilité de la classe dominante romaine. Fût-ce comme une source inépuisable d’énergie contre Rome, l’Afrique laisse une vive empreinte dans l’imagination du lecteur, dès sa première évocation, au v. 1.255, où plane l’ombre de Marius, le visage romain de la violence de l’Afrique.

7La puissance politique et la fortune personnelle de Marius sont les conséquences directes de sa victoire en Afrique contre Jugurtha. Marius devint cet homo nouus qui révolutionna la constitution romaine au cours des six premiers de ses sept consulats. Ses réformes militaires sont universellement considérées comme le début du processus qui rendit les légionnaires romains toujours plus dépendants de leur chef. Cette fidélité à la personne du général constitua l’un des motifs récurrents des guerres civiles depuis Marius jusqu’à Octave et au-delà.

  • 5 Asso 2010, 211-212 ad 4.581-588.

8Les réminiscences des guerres civiles passées, racontées dans le livre 2, posent le contexte des événements africains des livres 4 et 9. Ayant établi son camp près de Naraggara, dans la région autour de Zama, à l’emplacement même où Scipion avait installé son propre camp durant la campagne de 202 a.C. contre Hannibal, Curion affronte les Numides de Juba, alliés à Pompée, et perd deux légions césariennes. Puis dans le livre 9, Pompée est assassiné au moment où il débarque en Égypte ; Caton, quant à lui, se supprime après avoir été défait à Thapsus. Bien que la mort de Caton se situe au-delà du cadre chronologique du poème, elle entre en résonance avec d’autres événements tragiques de l’histoire de Rome que nous avons vu associés à l’Afrique. Ces allusions à des événements sinistres concernent des personnages comme Hannibal ou Marius, mais le combat mythique d’Hercule et d’Antée permet à Lucain d’élever l’histoire de Rome jusqu’à la noblesse du mythe. Au même titre que les événements situés au-delà du cadre chronologique de la Guerre civile, le mythe est l’un des moyens utilisés par Lucain pour annoncer la suite du récit. Comme j’ai essayé de le montrer dans mon commentaire sur le livre 4 (à paraître), la technique de Lucain qui consiste à introduire différents moyens de différer la progression du récit, repose sur l’alternance subtile des registres linguistiques, certaines expressions signalant le passage de l’histoire à la philosophie, à l’histoire naturelle et au mythe. Le discours scientifique (ou historico-naturel), avec sa terminologie technique propre, sert à impressionner le lecteur (ou le public de la récitation) et ajoute de la crédibilité à la prétention de vérité du uates romain. À la fin du livre 4, nous sommes introduits en Afrique avec Curion, le légat de César, qui commence par l’emporter contre Varus, avant d’être défait par Juba, dans un passage qui mêle discours mythique et discours scientifico-naturel5.

  • 6 Bibliographie complète dans Asso 2002.

9Débarquant sur la rive africaine, Curion marche jusqu’à la rivière Bagrada et arrive sur le site du combat mythique que se livrèrent Hercule et Antée. Curion adopte le comportement d’un universitaire en voyage ; c’est un personnage idéal pour un poète érudit qui n’entend pas laisser passer pareille occasion de montrer son érudition en matière de mythologie. Au fur et à mesure que progresse le récit du mythe, toute une variété de nuances vient enrichir les différentes interprétations que le public de Lucain pourrait avoir des épisodes militaires qui suivent ce combat mythique. C’est une question qui fournit l’occasion de raconter le combat entre Hercule et Antée. Curion demande à un paysan dont le nom ne nous est pas donné pourquoi l’endroit où il se trouve s’appelle Royaume d’Antée. De façon tout à fait explicite, Curion demande une étiologie étymologique parce qu’il cherche à connaître les causae de cet ancien nom – la formule noscere causas qui, on le sait, provient de Lucrèce, est une marque évidente de l’intérêt de Lucain pour la science. Le récit étiologique est rapporté directement au style direct dans les termes de la théogonie6.

10À la fin de son récit mythique, le paysan anonyme fait allusion à l’autre nom sous lequel les Romains connaissent cet endroit. C’est là le nom que Curion veut entendre. L’endroit s’appelle également Castra Cornelia (ou Castra Corneliana), parce que P. Cornelius Scipio Africanus Maior y avait installé son camp lors de la campagne militaire au cours de laquelle il vainquit Hannibal. Curion pense – à tort – tirer un présage favorable pour sa propre campagne du fait qu’il établit son camp à l’endroit même où Scipion avait installé le sien (4.581-660). Lucain, par conséquent, donne à son récit de la campagne africaine de Curion une signification téléologique, chacun sachant très bien que, plaçant une confiance excessive dans les présages favorables que lui donnaient les victoires d’Hercule et de Scipion, Curion s’abusera lui-même après qu’il aura défait Varus. Le recul, pourtant – celui qu’avait le public de Lucain – nous garantit que Curion trouvera la mort dans ses combats contre les forces de Juba Ier, le roi des Numides alliés à la faction de Pompée. La connaissance que nous avons de la fin de la République romaine vient, elle aussi, contredire l’optimisme de Curion. Curion était devenu l’un des ennemis politiques de Juba le jour où il avait proposé au Sénat d’ajouter le Royaume de Numidie aux possessions romaines d’Afrique. Dans son combat victorieux contre Curion, Juba avait aussi un motif personnel.

11Bien que la biographie historique de Juba soit familière, il n’est pas inutile de s’arrêter un instant sur la valeur symbolique de l’Afrique et des Africains dans le poème de Lucain. Qui est le Juba de Lucain ? Ou, plus précisément, qui fait tomber Curion en Afrique ? Le simple fait que je pose cette question laisse deviner ma réponse : c’est l’Afrique elle-même qui défait Curion, l’Afrique qu’incarnent Juba et ses forces africaines. Curion est un Romain, mais comme cela a été noté, il n’est pas le représentant de Rome. Et il ne faut pas non plus simplement voir dans Juba un allié de Pompée et un ennemi, par conséquent, de César et Curion. Si l’opposition Curion/Varus était un équivalent simple et schématique des oppositions Scipion/Hannibal ou Hercule/Antée, il devrait s’ensuivre que Curion soit le héros vainqueur et Varus le scélérat défait. Et qu’en est-il de l’opposition Juba/Curion ? Juba est africain, mais sa victoire, c’est, tout autant que la sienne, celle de Rome et de la République romaine – ce qui la fait rentrer dans le cadre thématique de la guerre civile romaine. La valeur herméneutique du modèle interprétatif fondé sur des oppositions simples reste, de toute façon, limitée, dans la mesure où, dans une guerre civile, “allié” et “adversaire” sont des catégories ambiguës.

12Pour essayer de mieux comprendre l’identité de l’ennemi de Curion en Afrique, il nous faut nous intéresser aux forces africaines que commandent Varus et Juba et nous tourner, pour finir, très brièvement, vers quelques vers du livre 9, où Lucain revient à la géographie africaine avec une critique assez originale de l’ancienne théorie des continents.

13Commençons par les peuples africains qui sont placés sous le commandement de Juba.

14Le catalogue militaire est une caractéristique de l’épopée, mais Lucain, dans les campagnes précédentes du livre 4, a totalement négligé ce stylème – peut-être parce qu’en Espagne comme en Illyrie, les forces déployées des deux côtés sont romaines et qu’il n’y aurait par conséquent que peu de place pour les aspects exotiques censés stimuler la curiosité ethnographique du poète et de son auditoire. En Afrique en tout cas, les troupes de Juba fournissent une matière extrêmement féconde au poète.

15Le premier extrait décrit l’Afrique comme une province romaine, trace les frontières de la Libye et offre un catalogue des forces poly-ethniques de Juba :

  • 7 Housman 1927 : “pro a medio Bentleius et Maduigius requirebant Eoo ; sed medius cardo linea est orb (...)
  • 8 Arzux est une conjecture de J. D. Morgan pour la leçon afer des manuscrits (qui aurait bien pu être (...)

Omnis Romanis quae cesserat Africa signis
tum Vari sub iure fuit ; qui robore quamquam
confisus Latio regis tamen undique uires
exciuit,
Libycas gentis, extremaque mundi
signa suum comitata Iubam. Non fusior ulli
terra fuit domino : qua sunt longissima, regna
cardine ab occiduo uicinus Gadibus Atlans
terminat, a medio
7 confinis Syrtibus Hammon ;
at, qua lata iacet, uasti plaga feruida regni
distinet Oceanum zonaeque exusta calentis.
Sufficiunt spatio populi : tot castra secuntur,
Autololes Numidaeque uagi semperque paratus
inculto
Gaetulus equo, tum concolor Indo
Maurus, inops Nasamon, mixti Garamante perusto
Marmaridae volucres, aequaturusque sagittas
Medorum, tremulum cum torsit missile,
Mazax,
et gens quae nudo residens
Massylia dorso
ora leui flectit frenorum nescia uirga,
et solitus uacuis errare mapalibus
Arzux8
uenator ferrique simul fiducia non est
uestibus iratos laxis operire leones
(4.666-686).

“Tous les territoires africains qui avaient cédé devant les armées romaines étaient alors sous les ordres de Varus. Bien qu’il eût confiance en la force des Romains, Varus, de toutes parts, enrôla les forces dont le roi disposait, les peuples de Libye, les plus éloignées des enseignes du monde, suivant leur Juba. Jamais roi ne régna sur une plus vaste terre. Là où il est le plus étendu, son royaume a pour bornes, à l’ouest, l’Atlas, près de Gadès, et à l’est Hammon, près des Syrtes. En largeur, toutefois, la région chaude de son vaste royaume sépare l’Océan de l’étouffante zone tropicale. Les peuples, assez nombreux pour occuper cet espace, suivent l’armée de Juba. Il y a là les Autololes, les Numides nomades et les Gétules toujours prêts à partir sur leurs chevaux indomptables. Puis viennent les Maures qui ont la même couleur que les Indiens, les pauvres Nasamons, les rapides Marmarides mêlés aux Garamantes brûlés par le soleil, et les Mazaces dont les flèches rivalisent avec celles des Mèdes quand ils lancent leurs javelots frémissants, et les habitants de Massyle, qui montent sans selle et conduisent avec une petite baguette leurs montures qui n’ont jamais connu le mors ; et les Arzuges, chasseurs accoutumés aux longues marches dans les villages désolés et qui, lorsqu’ils savent ne plus pouvoir compter sur leurs armes, prennent des lions furieux dans les plis de leurs vêtements”.

16La première image que l’on a de ces peuples nomades, ce sont leur corps plutôt que leurs visages, puisqu’on commence par apercevoir les enseignes qu’ils portent, extrema signa (v. 669-670), signa signifiant par métonymie arma. La figure de style nous invite à regarder de plus près l’apparence étrange de ces combattants africains ; mais avant de faire la liste des ethnonymes exotiques de l’armée de Juba, Lucain décrit la terre de ce dernier en rappelant les frontières de son royaume dans des termes mythologiques et scientifiques relativement précis.

17Il commence par la définition proprement romaine de l’Afrique : omnis Romanis quae cesserat Africa signis, tous les territoires africains qui avaient cédé devant les armes romaines (v. 666) ; Africa, par opposition à Libye, renvoie au continent, à l’entité géopolitique la plus proche de notre notion moderne de l’Afrique comme continent. En ce sens, Africa apparaît sept fois dans l’œuvre de Lucain, trois fois dans chacun des livres 4 et 9, et une fois dans le livre 7, après la bataille de Pharsale.

18Signa, par métonymie, représente les armées consulaires qui combattirent en Afrique dans les siècles précédents, et avaient fait d’une partie du continent une province romaine. C’est le sens de la proposition subordonnée relative quae cesserat signis Romanis – non pas toute l’Afrique, mais seulement la partie de l’Afrique qui constitue la Province romaine du même nom. Le v. 666 n’est qu’un fragment de la phrase – son sujet grammatical. La phrase se poursuit avec tum Vari sub iure fuit : Varus est à la tête de la province romaine d’Afrique.

19Varus, partisan de Pompée, joue un rôle important dans ce récit parce que c’est sub eius iure, “sous son commandement”, que se trouve la partie de l’Afrique que contrôle Rome. L’expression sub iure permet à Lucain de rappeler la légitimité de l’autorité de Varus en Afrique, eu égard à la loi romaine, mais dans la suite, il ne s’intéresse plus qu’à l’aspect militaire de la situation. L’Afrique étant un concept mouvant, une interprétation plus nuancée d’Africa en tant que concept géographique et géopolitique à la fois, appelle un examen plus approfondi, qui clarifie certaines de ses complexités.

20La liste que dresse Lucain des forces de Varus donne un premier aperçu des habitants de l’Afrique. L’armée pompéienne de Varus est multi-ethnique. En plus des forces romaines (robore […]/ Latio), il a enrôlé (exciuit) les peuples libyens (Libycas gentis), qui se signalent éminemment par leurs extrema signa. L’expression undique uires (complément d’objet direct de exciuit) souligne l’immensité d’une Afrique dont les peuples ont été, “de toutes parts”, appelés à prendre les armes. Plus encore, l’expression Libycas gentis est une asyndète placée en apposition au nom uires qui la précède. Si la partie romaine de l’armée de Varus ne donne pas lieu à une description des soldats sous la forme d’un catalogue, sa partie africaine, en revanche, appelle une illustration à travers l’utilisation particulière de la conjonction -que, tandis que, dans la formule extremaque mundi/ signa, les enseignes étrangères, placées en enjambement, sont mises en valeur par leur position au début de l’hexamètre. Cette utilisation caractéristique de la conjonction de coordination à valeur explicative et, ainsi que de son doublet enclitique-que, est une caractéristique connue de l’écriture de Virgile, tout particulièrement employée dans le catalogue des Italiens au livre 7 et dans la liste des étrangers que l’on voit au triomphe d’Auguste tel qu’il est décrit sur le bouclier d’Énée au livre 8.

  • 9 Gransden 1976, ad 8.226-227.

21Exactement comme les appositions de Virgile, les longues phrases de Lucain privilégient des mots aux significations complémentaires. Comme le remarque K. W. Gransden, chaque mot, par son sens, “appuie et renforce l’autre”9.

22Dans le cas qui nous intéresse, uires, qui a le sens de “forces militaires”, appuie et renforce le sens de Libycas gentis, qui à son tour permet de mieux comprendre le sens de uires, tandis que l’addition extremaque mundi/ signa donne à la description des forces de Varus les couleurs exotiques des enseignes étrangères, extrema signa ; signa (qui recouvre peut-être bien les enseignes africaines mêlées aux Aigles romaines) représente, par métonymie, l’armée toute entière et connote par conséquent l’armée multi-ethnique dans son entier, placée sous les ordres du roi Juba, exactement comme au v. 666, signis Romanis représente l’armée romaine toute entière et non ses seules enseignes.

23Pourtant, on sait que les Aigles romaines, qui étaient lourdes au sens propre, étaient aussi chargées de signification. Il est donc surprenant que Lucain parle de signa dans le cas d’une armée qui n’est pas, à proprement parler, romaine. Ce contingent non romain de l’armée de Varus obéit à un roi étranger et est une force multi-ethnique composée de peuples libyens (pas si différente, après tout, des armées multi-ethniques de mercenaires celtes et libyens qu’utilisait Hannibal).

24Le fait qu’il n’y ait aucune description de l’armée de Varus saute aux yeux si l’on songe qu’en fait Varus et Juba sont à la tête de contingents séparés, mais déployés sur le même front africain. Pour autant, Lucain n’insiste pas seulement sur les Libyens ; c’est aussi la Libye en tant que telle qui l’intéresse. En effet, après avoir défini l’Afrique romaine comme le territoire contrôlé par l’administrateur impérial romain de la province, le poète nous donne les coordonnées géographiques de la Libya/ Africa et du royaume de Juba, dans les termes de la poésie pré-ptolémaïque.

25Dans le langage hyperbolique qui le caractérise, Lucain explique qu’aucun roi, jamais, n’a eu sous sa domination un si vaste territoire (6.671-672 : non fusior ulli/ terra fuit domino). “Là où il est le plus étendu, son royaume a pour bornes, à l’ouest, l’Atlas, près de Gadès, et à l’est Hammon, près des Syrtes.” (6.671-673) : telle est la longitude du royaume.

26En latitude (quae lata iacet), la région chaude du vaste royaume sépare l’Océan de la zone ardente (exusta loca). Comme l’a observé A. E. Housman, dans la description qu’en donne Lucain, le royaume de Juba, en latitude, s’étend de l’Océan qui est au nord et dont la Méditerranée ne serait donc qu’une sorte de baie, jusqu’à la zone tropicale au sud. On le voit, ces coordonnées sont données en termes poétiques. Les extrema signa de Juba sont d’autant plus extrêmes et étranges qu’ils entourent les régions les plus lointaines du monde connu. L’Atlas, le sanctuaire d’Hammon, l’Océan et la zone tropicale désignent couramment en poésie des lieux extrêmes et éloignés. Le livre 4, d’ailleurs, s’ouvrait sur l’image des extrema mundi, le pays éloigné des Iberi, à l’ouest, qui, sur de longues étendues, borde l’Océan. Ici, à la fin du livre 4, Lucain revient au motif des “confins du monde”, avec la description du royaume de Juba et des troupes numides alliées à Pompée, que commande le Roi.

  • 10 Hunink 1992, 105.

27Après avoir situé le royaume de Juba sur la carte, Lucain va le peupler. Comme l’a montré V. J. C. Hunink dans son commentaire du livre 310, on trouve des listes et des catalogues dans quasiment chaque livre du Bellum Ciuile. Il n’y a pourtant que deux autres catalogues militaires : les armées gauloises que commande César (1.392-465) et les alliés orientaux de Pompée (3.169-297). Le catalogue de Lucain se distingue notablement des catalogues traditionnels de l’épopée – ceux, par exemple, que l’on trouve chez Homère au chant 2 de l’Iliade, ou la liste des peuples d’Italie et de leurs leaders au chant 7 de l’Énéide (Aen., 7.561sq.). La principale différence réside dans le fait que Lucain s’intéresse beaucoup plus aux masses qu’aux individus. Jamais dans ces trois catalogues Lucain ne mentionne les chefs militaires.

28Le poète de l’Iliade invoque les Muses et leur demande de lui accorder dix langues, dix bouches, une voix inlassable et un cœur de bronze. Lucain, de son côté, n’a pas de Muse à invoquer dans ses trois catalogues. Son génie est purement humain. Sans recourir à une inspiration de nature divine, Lucain dit simplement que les populi sont assez nombreux pour occuper le vaste espace de l’Afrique. La fonction militaire de ces masses est d’obéir au roi Juba (6.676-686).

29Le catalogue est plutôt court, puisqu’il ne dépasse pas onze vers, mais il suffit à esquisser quelques-uns des traits que Lucain et ses contemporains associaient à l’Afrique. Lucain place ces tribus africaines suivant un ordre vaguement géographique. Cela produit sur le lecteur qui parcourt ces vers l’impression d’une tournée ethnographique qui lui permet de n’observer qu’en passant ces peuples nomades dont les caravanes arpentent sans cesse les vastes étendues désertiques de l’Afrique du Nord – tout simplement parce que les peuples nomades sont effectivement en mouvement perpétuel. Ou bien peut-être faut-il voir dans ce catalogue de peuples exotiques ce qu’un œil romain aurait vu au cours d’un triomphe, une image devenue familière depuis le triomphe d’Auguste représenté sur le bouclier d’Énée au livre 8 de l’Énéide.

  • 11 Asso 2010, 259-260 ad 684.

30Lucain énumère dix peuples chamitiques (qui parlaient probablement tous différentes formes de berbère) : les Autololes, les Numides, les Gétules, les Maures, les Nasamons, les Marmarides, les Garamantes, les Mazaces, les habitants de Massyle et peut-être les Arzuges11. Exactement comme au chapitre 17 du Bellum Iugurthinum de Salluste, l’ethnographie de Lucain est dominée par des peuples nomades, ce qui complique le travail du géo-ethnographe, obligé de s’intéresser à des peuples en mouvement perpétuel, qui n’ont ni fines ni frontières : c’est par leurs tenues et leur types ethniques qu’on les distingue.

  • 12 Cf. 4.746 : Numidae fugaces ; Isid., Orig., 14.5.9 : Numidia ab incolis passis uagantibus sic uocat (...)
  • 13 Cf. RE, 17.2, 1348 (Windberg).
  • 14 OCD, 1054-1055, s. u. “Numidia”.

31On peut donc admirer le talent de Juba qui parvient à contrôler ces masses en mouvement constant. Le fait que les Numides n’aient pas de frontières est souligné de façon emphatique par la figure de style étymologique Numidaeque uagi. En grec, nomades signifie “itinérant à la recherche de pâturages”12. C’est donc le besoin de pâtures qui forçait les Numides à une transhumance perpétuelle. Avant la guerre contre Jugurtha, qui fut menée et remportée par Marius (112-106 a. C.), “Numides” renvoyait, dans les sources anciennes, non à un groupe ethnique particulier, mais à diverses tribus berbères nomades13. Chez Polybe, par exemple, Masinissa était le roi des Libyens, c’est-à-dire des peuples africains pour qui le nom de Libyens est employé dans un sens générique qui renvoie à Libyè, le nom grec du continent. À partir de la guerre contre Hannibal, les tribus numides s’organisèrent elles-mêmes en confédérations, l’une dirigée par Syphax, allié à Carthage, l’autre dirigée par Masinissa, allié à Rome ; mais sous Juba Ier (69-46 a. C.)14, ces distinctions ont perdu de leur sens, au moins parce que les Numides s’unifièrent sous Masinissa et se tournèrent vers l’agriculture, ce qui leur permit de réduire, sinon de cesser totalement, leurs perpétuelles transhumances. Cette Numidie sédentarisée produit quantité de céréales, de vin et d’olives dans les plaines, tandis que les régions montagneuses restent principalement consacrées à l’élevage.

32Il faut peut-être considérer qu’Autololes et Gétules sont des tribus numides, mais les sources ne nous permettent pas tellement d’établir de distinctions très précises. Chez Silius Italicus, par exemple, le nom des Autololes est souvent utilisé comme une synecdoque pour désigner les Africains en général. Les Gétules étaient célèbres pour diriger leurs chevaux sans utiliser de mors – inculto equo. Le point de vue romain et ethnocentrique de Lucain l’amène à voir dans cette coutume une différence qui, pour ainsi dire, n’est pas neutre, l’adjectif incultus signalant un manque, un défaut propre aux Gétules et à leur culture, mais qui est étendu à tout le peuple africain.

  • 15 Gsell 1927, 88-90.

33Ce que Lucain relève chez les Maures s’organise à nouveau autour d’une figure étymologique – concolor Indo faisant référence au grec mauros qui signifie “sombre, obscur”. Évidemment, cette étymologie – de même que celle de “Numide” que Lucain fait provenir des mots grecs nomas et nomazein – est incomplète, pour ne pas dire qu’elle est tout simplement fausse. Un passage d’Isidore (560 ?-636) a permis de faire l’hypothèse que ni nomas ni nomazein ne sont des mots grecs, mais rien n’a été proposé pour expliquer la signification supposée de “Numide”. Quant à mauros, St. Gsell a proposé de le relier à la racine sémitique de Maouharim qui signifie “occidentaux”15. Dans le Bellum Iugurthinum, Salluste s’appuie sur les libri Punici (un ouvrage d’histoire en langue punique, écrit par le roi numide Hiempsal II) pour dire que Mauros est le terme libyen pour désigner les Mèdes, les Perses et les Arméniens qui sont venus en Afrique.

34Ce qui importe, pour notre interprétation de l’idée d’Afrique chez Lucain, ce n’est cependant pas tant l’exactitude de l’étymologie avancée, que le fait que ces étymologies à la fois décrivent, mais aussi soulignent les caractéristiques ethniques de ces peuples africains, et le fait que ces caractéristiques ne sont pas exprimées dans un langage neutre, mais reflètent au contraire le point de vue romanocentrique de nos sources.

35Le peuple des Nasamons, par exemple, est dit inops et pauper, en raison de l’usage qui consistait à tirer de maigres revenus des navires naufragés dans la Syrte où, en effet, Pline l’Ancien les situe également. Les Garamantes sont célèbres chez Hérodote pour cultiver la terre fangeuse et salée de la Syrte, sur laquelle ils commencent par répandre un nouveau terreau, avant d’y semer les graines qui fourniront enfin la moisson. Lucain évoque au livre 3 la coutume des Nasamons qui consiste à labourer nus au soleil, ce qui fournit peut-être une explication au fait qu’au livre 4 leurs corps soient dits perusti – brûlés. Selon toute vraisemblance, il s’agit d’une étiologie implicite de leur teinte sombre. Enfin, au livre 4, les Nasamons, nous dit-on, habitent de fragiles cabanes, uolatiles au sens où le vent peut les emporter.

36Les Maramarides sont, dit le texte, rapides ou ailés, sans qu’on sache très bien ce qui leur vaut ces qualificatifs. Peut-être sont-ils en fait le même peuple que les Psylloi évoqués par Lucain au livre 9, en lien avec leur faculté de guérir les morsures de serpent. Chez Silius Italicus, autre poète porté sur les éléments mystérieux, les Marmarides sont appelés medicum uulgus.

  • 16 Bates 1914, 42-3.

37Les Mazaces sont admirés pour leurs vertus au tir à l’arc. Certains historiens pensent pourtant que ce nom, comme celui des Numides, désigne en fait plusieurs groupes ethniques africains, si l’on en croit l’étymologie proposée par O. Bates à partir du radical sémitique MZGH qui signifie “peuple libre ou noble”16.

  • 17 Pease 1935, ad Aen., 4.41 : Numidae infreni.

38Avec les habitants de Massyle, Lucain revient à la façon de monter les chevaux, sans mors, ce qui suscitait l’étonnement des Anciens17. Comme nous l’avons dit plus tôt, ces habitants de Massyle, qui étaient à l’extrémité occidentale, furent unifiés sous le règne de Masinissa, le roi des Numides allié à Rome.

39Les Arzuges sont peut-être le dernier groupe ethnique évoqué dans cette liste. Nous ne savons à peu près rien d’eux, sinon qu’ils sont mentionnés dans un vers de Sidoine Apollinaire à partir duquel J. D. Morgan a proposé de lire Arzux dans notre vers, au lieu d’Afer qui était la leçon des manuscrits, au motif que, après tous ces noms exotiques, l’expression Afer uenator semblait bien trop simple. Que l’on accepte ou non cette conjecture, le dernier groupe est en tout cas un peuple africain, et Arzux convient dans ce contexte, car ce que Lucain en dit, c’est qu’ils savent chasser et capturer les lions vivants, ce qui intéresse bien sûr les Romains qui aimaient avoir des lions pour leurs jeux du cirque.

40Le regard de Lucain sur les Africains qu’il passe en revue dans le catalogue des armées de Juba atteste du fait qu’il conçoit l’Afrique comme une entité complexe, un monde sauvage et dangereux, mais un monde intéressant, qui n’est pas totalement dénué de caractères positifs, un monde situé à la lisière du monde, éloigné et fort différent de Rome. Différent en quoi et à quel degré ? Peut-être pouvons nous esquisser un début de réponse en nous intéressant à un dernier passage du Livre 9.

41Ne regardons que la description de l’Afrique comme continent (ou comme partie de continent) :

tertia pars rerum Libye, si credere famae
cuncta uelis ; at, si uentos caelumque sequaris,
pars erit Europae. nec enim plus litora Nili
quam Scythicus Tanais primis a Gadibus absunt
unde Europa fugit Libyen et litora flexu
Oceano fecere locum ; sed maior in unam
orbis abit Asiam. nam, cum communiter istae
effundant Zephyrum, Boreae latus illa sinistrum
contingens dextrumque Noti discedit in ortus
Eurum sola tenens
(9.411-420).

“Si l’on croit l’opinion courante en toutes choses, la Libye est la troisième partie du monde ; mais si l’on se fie aux vents et au ciel, elle fait partie de l’Europe. Les rives du Nil, en effet, ne sont, pas plus que le scythe Tanaïs, éloignées de Gadès où l’Europe fuit l’Afrique et où leurs rivages se sont courbés pour faire place à l’Océan. L’Asie à elle seule occupe une plus grande partie du monde. Tandis que le vent d’Ouest embrasse les deux premières, l’Asie touche le côté gauche du vent du Nord, et le côté droit du vent du sud, et en s’étendant à l’est, elle tient à elle seule le vent de l’Est”.

42Ainsi commence l’une des nombreuses digressions que nous rencontrons dans le livre 9, celui du poème qui consacre de loin le plus de place à l’Afrique. Les trois premiers vers sont les plus importants pour nous.

  • 18 Plin., Nat., 3.3 : Terrarum orbis uniuersus in tres diuiditur partes, Europam Asiam Africam.

43L’étude géographique de Lucain commence par la formule si credere famae/ cuncta uelis. Si nous voulons nous fier à la fama en toutes choses, la Libye est la troisième partie du monde, c’est-à-dire le troisième continent après l’Europe et l’Asie. Pour Lucain et ses contemporains, le monde en effet était divisé en trois parties18 (fig. 1).

Fig. 1. Everyman’s Library : Atlas of Ancient and Classical Geography, ed. E. Rhys (Londres, 1907).

  • 19 La Periodos Gês (“Voyage autour du monde”) d’Hécatée fut écrite c. 500 a.C. et comprenait deux livr (...)

44L’expression si credere famae, pourtant, laisse deviner que Lucain ne souscrit pas à cette division tripartite. Les géographes anciens s’intéressaient énormément aux continents. Hécatée de Milet fut le premier à diviser la terre en trois continents, et à ajouter l’Afrique à l’Europe et à l’Asie. L’Afrique est, par conséquent, la dernière arrivée dans la liste des continents. Lucain, à présent, critique cette division tripartite d’une façon assez originale. Bien loin d’être un continent de plein droit, l’Afrique n’est en fait qu’une partie de l’Europe ! Ce qui est fabuleux ici, c’est qu’avant Hécatée, l’Afrique était considérée comme une partie… de l’Asie (fig. 2)19.

Fig. 2. Adaptée de Dilke 1985, 56.

45L’originalité de Lucain, c’est de faire de l’Afrique une composante de la partie du monde dont Rome est aussi une composante. Lucain propose une poétique universelle de la guerre civile dans laquelle la guerre civile que mène Rome en territoire africain est d’autant plus déchirante et destructrice qu’elle se déroule sur le même continent ou dans la même partie du monde.

46Pour conclure, je dirai que l’Afrique chez Lucain est un espace exotique, hostile et dangereux, mais aussi, et tout à la fois, une partie de notre monde, du monde qui a vu naître Rome. C’est une perspective assez différente de celle qu’exprime Virgile à travers les mots qu’Enée adresse à sa mère déguisée en chasseresse : Ipse ignotus, egens, Libyae deserta peragro,/ Europa atque Asia pulsus. (Aen., 1.384-385 : “Et moi, inconnu, dans le besoin, je parcours les solitudes libyennes, exilé loin de l’Europe et de l’Asie”). Chez Virgile, l’Afrique vient en troisième position, après l’Europe et l’Asie, et elle s’en distingue clairement. Virgile cherche à rapprocher Didon et Énée l’un de l’autre, en suggérant qu’ils sont tous deux exilés de parties civilisées du monde, mais qu’ils ont échoué dans les solitudes désertiques de l’Afrique, où Didon est entourée de sauvages, “invaincus à la guerre”, comme Vénus elle-même l’a dit à Énée quelques cinquante vers plus tôt : Punica regna uides, Tyrios et Agenoris urbem :/ sed fines Libyci, genus intractabile bello. (Aen., 1.338-339 : “Tu vois le royaume punique, les Tyriens et la ville d’Agenor, mais c’est la terre africaine, celle de la race invaincue à la guerre”).

47Pour Lucain, l’Afrique a contaminé l’Europe, ou peut-être, dans la conception que Lucain s’en fait, l’Europe et l’Afrique appartiennent désormais de façon non problématique à la même partie du monde, même si elles essaient de rester séparées géographiquement, comme peut s’en convaincre le voyageur qui, entrant dans la Méditerranée par Gibraltar, voit les deux côtes se séparer l’une de l’autre. L’Europe essaie de fuir la contagion libyenne, Europa fugit Libyen, mais Lucain, soutenant la division bipartite de l’Europe, semble suggérer que la tentative européenne d’échapper à la Libye a échoué. La nature sauvage de Rome a, pour finir, amené les citoyens à retourner leurs armes contre eux-mêmes et les a projetés dans le cauchemar sans fin des guerres civiles.

Notes

1 C’est sans doute en effet la mangouste que désigne l’ichneumon. Sur cet animal, aussi Plin., Nat., 8.24 et Ael., NA, 3.22.

2 Ainsi que le rappelle Lucain, suivant l’étymologie gigas > ge-gaos.

3 Voir Asso 2002.

4 Cf. aussi Verg., G., 1.299 ; Hes., Op., 391-392.

5 Asso 2010, 211-212 ad 4.581-588.

6 Bibliographie complète dans Asso 2002.

7 Housman 1927 : “pro a medio Bentleius et Maduigius requirebant Eoo ; sed medius cardo linea est orbis terrae antiquis noti media inter ortum occasumque […] dicit igitur longitudinem regni Iubae ab Atlante usque ad Hammonem pertinere”. Comme on le voit par la traduction des v. 671-673, par medio cardine Lucain désigne la frontière orientale du royaume de Juba.

8 Arzux est une conjecture de J. D. Morgan pour la leçon afer des manuscrits (qui aurait bien pu être dérivée d’une notation en marge, destinée à expliquer l’ethnonyme Arzux). Shackleton Bailey 1997 accepte la conjecture dans son texte : “Arzux J. D. Morgan (Austur conieceram ; cf. SB3) : afer Ω”. P. M. Martin a extrait les informations suivantes des Archives d’Outre-Mer (AOM) – Aix-en-Provence série F 80, et il a eu la gentillesse de me les communiquer par courrier électronique : “Dans la nuit du 24 au 25 mai 1849, dans la Montagne des Lions (Djebel Khar), au lieu-dit Arzelef, situé près de la route Oran-Mostaganem, le dénommé Bartolo Navarro, berger de son état, a tué d’un coup de fusil la dernière lionne de la montagne, qui attaquait son troupeau de moutons. L’animal mesurait 2,6 m de la tête à la queue. Attesté par le capitaine du Génie Pascal Eugène Chaplain, Directeur du centre de colonisation de Saint-Cloud (Gdydal), le 25 mai 1849”. P. M. Martin a aussi observé que le toponyme Arzelef pourrait signifier que l’aire géographique de la tribu des Arzuges s’étendait de la mer à la montagne des lions ; ainsi s’expliquerait le fait que les pêcheurs d’Arzew aient utilisé la même technique de rabattage des poissons (en les prenant dans les plis de larges toiles) que leurs congénères chasseurs d’Arzelef. Pour la source de l’anecdote, P. M. Martin précise que Bartolo Navarro était un employé de son trisaïeul José Huertas, arrivé en 1845 à Oran en balancelle ; il était originaire de San Javier (Province de Murcia), en Espagne.

9 Gransden 1976, ad 8.226-227.

10 Hunink 1992, 105.

11 Asso 2010, 259-260 ad 684.

12 Cf. 4.746 : Numidae fugaces ; Isid., Orig., 14.5.9 : Numidia ab incolis passis uagantibus sic uocata, quod nullam certam habere sedem. Nam lingua eorum incertea sedes et uagae ‘numidia’ dicuntur. Comme l’observe Verrius Flaccus (dans l’Epitome de Festus) : Numidas dicimus quod Graeci Nomadas, siue quod id genus hominum pecoribus negotietur, siue quod herbis ; ut pecora, aluntur.

13 Cf. RE, 17.2, 1348 (Windberg).

14 OCD, 1054-1055, s. u. “Numidia”.

15 Gsell 1927, 88-90.

16 Bates 1914, 42-3.

17 Pease 1935, ad Aen., 4.41 : Numidae infreni.

18 Plin., Nat., 3.3 : Terrarum orbis uniuersus in tres diuiditur partes, Europam Asiam Africam.

19 La Periodos Gês (“Voyage autour du monde”) d’Hécatée fut écrite c. 500 a.C. et comprenait deux livres, “Europe” et “Asie” ; ce dernier intégrait aussi l’Afrique ou Libye. On pense qu’Hécatée voyagea en Asie et en Égypte et qu’il conçut sa carte à partir de celle de son compatriote Anaximandre de Milet. Sur la figure, cf. aussi Nenci 1954 ; FGH 1.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Everyman’s Library : Atlas of Ancient and Classical Geography, ed. E. Rhys (Londres, 1907).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/3201/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 2. Adaptée de Dilke 1985, 56.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/3201/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k

Auteur

Rostom Mesli (Traducteur)

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540