Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lucain en débat

 | 
Olivier Devillers
, 
Sylvie Franchet d’Espèrey

Troisième partie. Aspects historiques et symboliques

L’espace géographique dans le récit lucanien. Lucain et Ératosthène de Cyrène

Piet H. Schrijvers

Texte intégral

  • 1 Getty 1955, XXXVII-XLIII.
  • 2 Bourgery 1928.

1Depuis des siècles on a critiqué, non pas toujours sine ira et studio, le poète Lucain pour ses erreurs et ses confusions géographiques. Dans l’édition de Fr. Oudendorpius (1728), celles-ci sont maintes fois signalées comme des cas d’anakolouthia (“absence de cohérence”, terme d’Oudendorpius lui-même). Au xixe siècle le commentaire de Ch. E. Haskins et W. E. Heitland (1887) consacre un paragraphe spécial à Lucain et à ses “blunders, inconsistencies and laxity, chiefly in geography, which will suffice to prove how shallow was the erudition so ostentatiously displayed”, jugement répété par R. J. Getty en 19551. Le terme error ou errores apparaît plus d’une fois dans l’édition de A. E. Housman et se propage jusqu’aux commentaires les plus récents. L’article de A. Bourgery sur la géographie de Lucain2, qui se répercute dans le commentaire de P. Wuilleumier et H. Le Bonniec sur le livre 1, commence par constater : “La géographie de Lucain n’est pas exempte d’erreurs et d’incertitudes”. Néanmoins, à la fin de son article, A. Bourgery devait reconnaître que les exposés géographiques de notre poète témoignent d’une très grande érudition et qu’étrangement Lucain n’est pas cohérent dans ses propres fautes. Prenons un exemple : en 6.633-636, il se serait trompé dans la localisation des deux montagnes Thessaliennes, l’Ossa et le Pélion, en les plaçant respectivement au sud et au nord au lieu de leur attribuer la position exacte nord-sud. Toutefois, une telle confusion serait étonnante de la part du poète qui, ailleurs dans son poème, a l`air de bien connaître cette région, mentionne correctement le lac Bébé (Boebeis, 7.176) situé derrière ces deux montagnes, et qui est bien au courant – douze vers après cette soi-disant erreur – du fait que l’Ossa avoisine l’Olympe dans le Nord (6.347-348).

  • 3 Pinter 1902.
  • 4 Aujac 2001, 112.

2La série de jugements négatifs sur la connaissance géographique de Lucain a sans doute contribué au fait que sa géographie a été assez négligée et ignorée au cours du xxe siècle. Elle est restée en grande partie terra incognita aussi bien parmi les spécialistes de Lucain que parmi les historiens de la géographie ancienne. La dernière monographie sur notre sujet est une dissertation allemande de 51 pages, qui date de 19023. Dans mes efforts en vue de suppléer à cette lacune scientifique, je veux partir d’une constatation faite par une éminente spécialiste en géographie ancienne, G. Aujac, qui, dans sa présentation assez récente (2001) d’Ératosthène de Cyrène comme “le pionnier de la géographie”, fait remarquer : “Les écrivains latins qui, au ier siècle p.C., traitent de géographie, sont à peu près tous influencés par l’enseignement d’Ératosthène, relayé par la carte d’Agrippa”4. Cette observation, correcte et féconde en elle-même, implique toutefois un certain nombre de restrictions qu’à mon tour je voudrais enlever par les remarques préliminaires qui suivent.

  • 5 Cf. Schrijvers 2005.
  • 6 Cf. pour ces débuts de la géographie poétique des Romains, Schrijvers 2009.
  • 7 Voir Hollis 2007, n. 112.
  • 8 Cf. Desanges 1988, 14-17.

3G. Aujac mentionne le poème astrologique de Manilius, le traité géographique de Pomponius Mela et la partie géographique de l’Histoire Naturelle de Pline l’Ancien (livres 3-6). Les rapports évidents qui ont existé dans l’Antiquité entre géographie et poésie montrent que la culture scientifique et la culture littéraire des Anciens n’étaient pas encore aussi séparées l’une de l’autre qu’elles le sont de nos jours, avec ses “two cultures”5. Cependant, dans l’aperçu de G. Aujac, la poésie géographique des Romains est, à mon avis, quelque peu négligée : l’auteur ne mentionne nulle part notre poète Lucain et, comme elle lie l’influence d’Ératosthène à la carte d’Agrippa et la fait commencer ainsi à l’époque augustéenne, elle ignore que son influence sur la poésie latine apparaît déjà largement au cours du ier siècle a.C., chez les poètes néotériques et d’autres écrivains imprégnés de la civilisation hellénistique. On pense au Propempticon Pollionis d’Helvidius Cinna, à Varro Atacinus, auteur d’une Chorographia et du Bellum Sequanicum, à la collection de trois poèmes géographiques en l’honneur de Messalla6 et ensuite à l’œuvre de Virgile et d’Ovide. Par exemple, parmi ces écrivains romains la description par Ératosthène de la terre avec ses cinq zones a été très populaire et imitée plusieurs fois7. N’oublions pas d’ailleurs que dans la poésie hellénistique gréco-romaine il existait un rapport étroit entre géographie et politique (militaire), qui commence déjà chez Callimaque et Théocrite, se continue dans le cadre des cercles littéraires autour de Messalla et d’Octavien-Auguste et plus tard dans les rapports entre Lucain et son empereur, Néron, dont l’intérêt porté, par exemple, aux sources du Nil est attesté chez Sénèque et Pline l’Ancien (Plin., Nat., 6.181 ; Sen., Nat., 6.8.3-4) et se reflète dans le poème de Lucain8.

  • 9 Hiller 1872.

4Un autre aspect des points de contact entre poésie et géographie, quelque peu négligé par les historiens de la géographie littéraire et scientifique des Anciens, est le fait qu’Ératosthène lui-même a été un poète bien connu, mentionné en tant que tel dans le traité Du Sublime (33.5), et que les fragments de son œuvre poétique suggèrent – ce qui n’étonne pas – combien sa propre expertise et son intérêt pour la géographie se reflètent dans sa poésie. Il est donc probable que, non seulement comme savant, mais aussi comme poète, Ératosthène a influencé la poésie latine plus tardive, par ses différentes formes d’intégration de matériaux géographiques dans des textes poétiques. À propos de son epyllion/poème didactique Hermes, l’éditeur allemand E. Hiller9 avait déjà signalé comment les connaissances de ce “pionnier de la géographie” se manifestent dans son poème :

  • le récit de la naissance du jeune Hermès constitue le point de départ (pour ne pas dire le prétexte) d’une description géographique de l’Arcadie (deux fleuves sont dûment mentionnés dans les fragments)10 ; il s’agit probablement d’une description relativement indépendante d’une région, ce qu’on appelle une chorographia ;
  • le vol du troupeau d’Apollon par Hermès mène à une description géographique de la marche de ce dernier à travers la Grèce (cf. les errances de Léto dans l’hymne de Callimaque) ; il s’agit ici d’une description géographique du type itinerarium ;
  • on trouve enfin une présentation de la terre avec ses cinq zones décrites d’un point de vue cosmique (ou, autrement dit, du vol d’oiseau).
  • 11 Cf. Mendell 1941 ; Schrijvers 2009 ; en général Jones 2005.

5Le très grand nombre de renseignements géographiques chez Lucain (qui s’accompagne conventionnellement de nombreuses références aux fleuves comme points de repère)11 provient d’une union de deux traditions :

  • la liaison traditionnelle, héritage d’Hérodote, entre géographie – y compris ethnographie – et historiographie ;
  • la liaison traditionnelle entre géographie et poésie, commençant bien entendu par l’Odyssée d’Homère, mais devenue plus populaire depuis l’hellénisme.
  • 12 Voir pour la combinaison mythologie-géographie par ex. Ramin 1979 ; Hübner 2000a.
  • 13 Cf. Schrijvers 1990.

6Toutes les formes de présentation géographique utilisées par Ératosthène sont représentées chez Lucain, avec cette restriction que les points de départ mythologiques (tels que les voyages d’Hermès, auxquels on peut ajouter ceux d’Héraclès, de Léto, d’Ulysse, des Argonautes et de tant d’autres)12 sont remplacés pour la plus grande partie par des points de départ historiques (néanmoins le livre 9 du Bellum Ciuile renferme quelques digressions “géomythiques” sur Hercule, le jardin des Hespérides et l’arrivée de Persée en Afrique). Ainsi on trouve chez Lucain des chorographiae de la Gaule, de l’Italie et de l’Orient liées au catalogue des troupes de César, à la fuite de Rome et au catalogue des troupes de Pompée (1.392-465 ; 2.392-438 ; 3,169-297), ainsi qu’une chorographia de la Thessalie liée au récit de la bataille de Pharsale (6.333-412). On trouve également des itinéraires comme ceux de César, visiteur de Troie (9.950-998)13 et de Caton en Afrique (9.411sq.).

  • 14 Cf. par ex. le vol de Mercure autour de l’Atlas dans Verg., Aen., 4.246-260, ou le voyage par char (...)
  • 15 Cf. Geus 2002, 116 ; 118.
  • 16 La prophétie et le conseil de voyage de Circé à Ulysse (Od., 12.37-141) est le début d’une longue (...)

7L’épopée de Lucain connaît également ses voyageurs qui se déplacent dans le ciel. C’est le voyage (ou le séjour) aérien qui rend possible la focalisation propre au vol d’oiseau14. On peut citer chez Lucain 1.678-694 (matrone Romaine) : quo ferar, o Paean ; 9.690-699 (Persée) : itque super Libyen ; 7.447-450 (Jupiter) : spectabit ab alto. Vu son emploi narratif des temps des verbes, Ératosthène paraît avoir mis la description cosmique de la terre dans la bouche de son personnage Hermès15, en suivant ainsi la longue tradition du récit de voyage homérique. De même, la description du Nil par Lucain (10.172sq.) est le sujet d’une conversation (entre César et le prêtre Acorée), comme c’est le cas de l’exposé “scientifique” du pilote de Pompée aux v. 8.171-18616.

  • 17 Terminologie proposée par Janni 1984.

8La présence de l’itinerarium et du periplous comme formes de présentation géographiques aboutit à des descriptions géographiquement ininterrompues en focalisation horizontale (du type “Guide Bleu”). La description cosmique en focalisation d’en haut, c’est-à-dire cartographique (au sens moderne), offre des panoramas globaux (au plein sens du mot) devant lesquels le spectateur (auditeur-lecteur) est capable de sauter d’un bout à l’autre et peut apercevoir les frontières d’une région déterminée ou du monde entier sans les parcourir par étapes. Dès l’époque hellénistique, la géographie poétique gréco-romaine applique donc la différence essentielle entre “spazio hodologico” et “spazio cartografico”17.

  • 18 Aujac 2001, 65-86.

9Les ambitions de Lucain dans le domaine de la géographie se révèlent dans la largeur de vue et le caractère scientifique de ses exposés, qui sont impensables sans le rôle de pionnier d’Ératosthène. Le traité de ce dernier, qui était le premier à porter le titre de Geographia, contenait, comme G. Aujac l’a clairement montré18, trois livres consacrés respectivement à :

  • la géographie physique (géologie), portant sur les changements de la surface terrestre, à la suite des mouvements de l’eau et du sol ;
  • la géographie géométrique (géodésie ou arpentage de la terre, de l’oikoumené et des différentes régions), dans laquelle les localisations et les distances sont déterminées en accord avec des phénomènes astronomiques (en particulier la longueur et la direction de l’ombre ainsi que la longueur des heures du jour et de la nuit) ;
  • la géographie descriptive : description de l’oikoumené (y compris l’ethnographie) et production de cartes géographiques.
  • 19 Pour le problème des courants, Aujac 1966, 295-302.

10On retrouve ces trois parties de la géographie scientifique ancienne dans le poème de Lucain. Tout d’abord, il rattache des exposés physiques à ses descriptions géographiques. Je mentionne ici son aperçu d’explication des marées dans sa description de la Gaule (1.409-419 : litus dubium), l’information selon laquelle la plaine thessalienne a été autrefois un grand marais, à cause de l’absence d’un déversement des eaux à travers la vallée de Tempé (6.343-360), la description des Syrtes (cf. 9.304 : in dubio pelagi terraeque) et les différentes explications du débordement du Nil au livre 10. Signalons aussi l’intérêt porté dans la géographie ératosthenienne aux courants dans les détroits (par exemple dans l’Euripe de Chalcis et dans le détroit de Byzance), intérêt qui se reflète dans quelques courtes digressions de Lucain à ce propos (2.710 ; 5.232-236 ; 9.956-960)19.

  • 20 Van Campen 1991 ; Fantham 1992.

11Ensuite, comme G. Aujac l’a mis en évidence, localisation et mesure des distances par le moyen du gnomon se trouvent, à partir d’Ératosthène, à la base de la géographie scientifique. La mesure et la direction de l’ombre ne figurent pas dans l’œuvre de Virgile, mais elles sont mentionnées plus d’une fois par Lucain (9.528-532 ; 538-539 : localisation de l’oracle d’Hammon ; 10.236-237 ; 305 : site tropical de Méroë). Dans l’énumération de ses victoires, Pompée mentionne aussi l’Égypte et umbras nusquam flectente Syene (Aswan ; 2.587). Dans les commentaires les plus récents sur le livre 220, cette observation géographique n’a pas été assez mise en relief. Le fait que, pendant le solstice d’été, le soleil se trouve perpendiculaire à Syene est sans doute le phénomène astronomique le plus connu dans l’histoire de la géographie ancienne, car cette donnée se trouvait à la base de la célèbre mesure de la terre par Ératosthène.

12La géographie astronomique est également en jeu dans la localisation déjà signalée des monts Ossa et Pélion, dans laquelle Lucain se serait si pitoyablement trompé. Sa description de la Thessalie commence ainsi (6.333-336) :

Thessaliam, qua parte diem brumalibus horis
attollit Titan, rupes Ossaea coercet ;
cum per summa poli Phoebum trahit altior aestas,
Pelion opponit radiis nascentibus umbras.

  • 21 Braund 1992
  • 22 Cf. Riemann 1967, 47-49 ; Murray 1972, 203 ; 210.
  • 23 Cf. pour le sens et la terminologie, Col. 1.6.1 : [uilla] urbana rursus in hibernacula et aestiua (...)
  • 24 Fantham 1992, 53.
  • 25 Voir Sherk 1974, 558-559 et la conclusion de Dilke 1987, 256 : “In general it may be concluded tha (...)

13À l’expression courante, mais peu exacte, selon laquelle le soleil se lève à l’est, Lucain ajoute une précision plus scientifique : durant la période du solstice d’hiver (brumalibus horis) le soleil se lève dans le sud-est, durant celle du solstice d’été (altior aestas) dans le nord-est. Jusque dans la traduction la plus récente de Lucain21, l’accusation stéréotypée a été répétée : “In fact, Lucan appears to have reversed the true positions of Ossa and Pelion”. C’est le moment de présenter une défense de notre poète. L’ouverture de sa description de la Thessalie montre clairement le caractère conventionnel du contenu (inuentio), de la structure (dispositio) et du style/vocabulaire (elocutio) des descriptions géographiques, qui forment pour ainsi dire un sousgenre littéraire avec ses propres conventions. On rattache généralement ce passage de Lucain à la description de la Thessalie par Hérodote (Hdt. 7.129), directement ou indirectement (dans le deuxième cas, la tradition passe probablement par Ératosthène, grand admirateur d’Hérodote qu’il cite souvent)22. La délimitation géographique par des montagnes est exprimée en latin de façon stéréotypée par des termes tels que spectare ad (en grec βλέπειν πρός), uergere in (cf. Caes., Gal., 1.1 et aussi Luc. 2.429 : [Apenninus] Gallica rura uidet). Les expressions de ce genre désignent en premier lieu une direction ou orientation, non pas une localisation. Hérodote et Strabon situent (ou orientent) la côte thessalienne où se trouve le Pélion, vers l’est (Hdt. 7.129 : πρὸς τὴν ἠω῝ ; Strab. 9.5.1 : πρὸς ἕω). Comme le littoral entre l’Ossa et le Pélion fait une inflexion légère de NE-SO vers NO-SE (cf. fig. 1), Lucain est plus précis que ses prédécesseurs grecs : l’Ossa donne plutôt sur le SE, le Pélion nettement sur le NE23. Que, dans leurs rapports mutuels, l’Ossa se trouve dans le nord, près de l’Olympe, et le Pélion dans la partie sud du littoral, cela allait sans dire pour un lecteur ancien. Quant à l’erreur moderne qui consiste à parler d’une erreur de Lucain, il paraît utile à ce propos de réfuter le commentaire récent d’E. Fantham sur la description de l’Italie : “It puts a demand on the spatial imagination of Roman readers, who had verbal topographies but no maps”24. Premièrement, cette généralisation sur l’absence de cartes géographiques chez les lecteurs Romains est erronée ; selon les historiens de la géographie ancienne, il y avait des cartes (militaires et scientifiques) disponibles à Rome25. D’ailleurs, la présentation cartographique d’un grand nombre de données géographiques par Lucain, dont je parlerai plus bas, présuppose qu’en tout cas le poète a pu consulter des cartes ! Il me paraît plus regrettable de dire que les descriptions géographiques de Lucain “put a demand on the spatial imagination of modern readers, who still dispose only of Lucan’s verbal topographies and do not get maps”, et cela même après la parution en 2000 d’un précieux instrument de travail qu’est le grand Barrington, Atlas of the Greek and Roman World. Dans les éditions, commentaires et traductions de Lucain (du xviiie jusqu’au xxe siècle) que je connais, j’ai trouvé deux cartes géographiques (chez Oudendorpius 1728 et S. H. Braund 1992, cf. fig. 2 et 3), de caractère sommaire et assez pauvre, situation qui reflète et prolonge l’ignorance et la négligence traditionnelle à l’égard de la géographie lucanienne.

Fig. 1. Talbert 1985, 7.

Fig. 2. Fr. Oudendorpius, M. Annaei Lucani Pharsalia, Lugduni Batavorum 1728.

Fig. 3. Braund 1992, no 1-2.

  • 26 Cf. le texte et commentaire de Biffi 1999 et les discussions chez Postl 1970 et Huss 1990.

14Après avoir mentionné quelques exemples de géographie physique et astronomique chez Lucain, je voudrais traiter de la troisième partie de la Géographie d’Ératosthène et discuter quelques traces possibles de son influence sur les descriptions géographiques du poète romain, plus spécialement sur les cartes mentales (mental maps) qu’il offre à ses lecteurs. Je commence par un exemple très spécifique et concret d’imitation. Ératosthène, directeur de la Bibliothèque d’Alexandrie, comptait aussi dans l’Antiquité pour une autorité dans le domaine de la géographie de l’Égypte. C’est pourquoi Strabon le cite amplement en tant que tel au début du livre 17, qui traite de l’Égypte et de la Libye26. Lucain suit de près (directement ou indirectement, peu importe a mon avis) quelques indications de son prédécesseur grec en ce qui concerne les sources et le courant du haut Nil. Il faut comparer l’ouverture de sa description du Nil (blanc) au livre 10 avec quelques observations d’Eratosthène citées par Strabon (cf. fig. 4) :

[…] medio consurgis ab axe ;
ausus in ardentem ripas attollere Cancrum
in Borean is rectus aquis mediumque Booten,
cursus in occasus flexu torquetur et ortus,
nunc Arabum populis, Libycis nunc aequus harenis (10.287-291).

[…] τὸν δ᾽Ἀστάπουν [Nil Blanc] ἄλλον εἶναι, ῥέοντα ἔϰ τινων λιμνων ἀπὸ μεσημβρίας, καὶ σχεδὸν τὸ κατ᾽εὐθεῖαν σῶμα τοῦ Νείλου τοῦτον ποιεῖν […] παραπλήσιον ὄντα κατὰ τὸ σχῆμα τῷΝ κειμένῳ (Strab. 17.1.2 ; cf. Diod. 1.32.2) : καμπὰς ποιεῖται μεγάλας, ποτὲ μὲν ἐπὶ ἀνατιλὴν καὶ τὴν Ἀραβίαν ἐπιστρέφων, ποτὲ δ᾽ ἐπὶ τὴν δύσιν καὶ τὴν Λιβύην ἐκκλίνων

  • 27 Voir, à côté des études de G. Aujac, l’aperçu dans Jacob 1991, 105-111.
  • 28 Gassner 1972, 176-182 ; cf. aussi par ex. aux v. 2.407-409 ; 426-427 les transitions sud-nord Aufi (...)

15Pour ses descriptions de l’oikoumené en son entier et celles des différents pays et régions, Ératosthène suivait la tradition de partir de la morphologie concrète de la surface terrestre, c’est-à-dire des points de repère spécifiques tels que littoraux, montagnes, fleuves et, en cas de besoin, habitations des populations. En outre, son approche astronomique aboutit à une description plutôt géométrique de la forme et des frontières des parties de l’oikoumené, par le tracement de lignes (grammai) selon un plan cadastral. Sa carte mondiale montrait les lignes principales dans un réseau de cercles de latitude (appelées kukloi ou parallelloi) et de longitude (mesembrinoi-méridiens ; fig. 5)27. C’est la même combinaison de phénomènes morphologiques visibles et de lignes géométriques que l’on retrouve dans les descriptions géographiques de Lucain. Dans sa dissertation Kataloge im römischen Epos, J. Gassner signalait déjà la particularité suivante dans les catalogues géographiques de Lucain : “Erweiterung des Raumes durch Entgegensetzung von Extrempunkten, das ‘Springen’ zwischen entfernten Orten”28.

Fig. 4. Yoyotte et al.1998.

Fig. 5. H. Bengtson et V. Milojčić, Grosser Historischer Weltatlas, 1, 12d.

  • 29 Écoutons l’avertissement de Nicolet, 1991, 8 : “There is, therefore, a geography of Virgil, of Hor (...)

16Dans le but d’éliminer deux soi-disant erreurs de Lucain, je prends comme exemple sa description de la Gaule. Le catalogue des troupes de César qui partent de la Gaule (1.392-446) commence au lac Léman et aux Vosges et, en passant par les fleuves Isère (Isara), Rhône, Aude (Atax), Var, le lecteur arrive (1.408) à la statio Menoeci = Monaco. Ici Lucain trace une ligne droite (cercle de latitude) vers l’ouest et, en passant par la digression physique sur les marées de l’océan (Oceanus 1.411 ; 416), il saute du sud-est au sud-ouest de la Gaule, jusqu’au fleuve Aturus (l’Adour) qui se jette dans l’Océan (à Biarritz) : tum rura Nemetis/qui tenet et ripas Aturi [...] signa mouet (1.419-422). La mention du Nemes (sg. coll. de Nemetes, peuple germanique vivant aux bords du Rhin, à la hauteur de Karlsruhe) pose un problème géographique dans ce contexte. Les éditeurs et traducteurs modernes, qui partent du principe de l’ignorance ou de la confusion chaotique de Lucain (ou qui ne s’intéressent pas tellement à la géographie d’un poète)29 gardent cette anomalie géographique dans leur texte, parfois sans commentaire. P. Wuilleumier et H. Le Bonniec nous disent : “peut-être Lucain a-t-il commis une nouvelle confusion verbale”, une confusion, selon leur opinion, avec les Namnetes, vivant autour de Nantes. Toutefois, le lecteur se trouve toujours sur la route vers Biarritz, donc l’anakolouthia géographique reste en vigueur (sans parler du problème prosodique). Au contraire, si l’on part de l’expertise géographique de Lucain et de sa manière de sauter d’une extrémité à l’autre selon une ligne plus ou moins droite, l’émendation, proposée par Schrader (xviiie siècle), et reposant sur l’hypothèse d’une confusion dans la transmission du texte (non pas chez le poète) doit, à mon avis, être acceptée et il faut lire et traduire : Nemausus = la ville de Nîmes, située sur la ligne E-O (de Monaco à Biarritz).

17La description par Lucain du départ des légions de César se prolonge, indiquant l’ouest et le centre de la Gaule par des renvois aux peuples qui habitent dans ces endroits. Au v. 1.431 le lecteur arrive au point le plus septentrional : les Bataui (aux Pays-Bas) et l’énumération se continue en ces termes :

Vangiones, Batauique truces, quos aere recuruo
stridentes acuere tubae ; qua Cinga pererrat
gurgite, qua Rhodanus raptum uelocibus undis
in mare fert Ararim, qua montibus ardua summis
gens habitat cana pendentes rupe Cebennas.
[…]
Tu quoque laetatus conuerti proelia, Treuir,
et nunc tonse Ligur […] (1. 431-435 ; 441-442).

  • 30 La correction fut déjà proposée par Gelsomino 1961, 654-655 sur la base de Vibius Sequester, De fl (...)

18Tout d’abord, je fais remarquer qu’à l’aide de la combinaison Vangiones (vivant aux bords du Rhin, à la hauteur de Trèves) – Bataui (vivant près des bouches du Rhin et de la Meuse), Lucain trace une ligne de démarcation vers le NO qui est continuée à la fin, par la succession Treuir – Ligur, vers le SE jusqu’à l’Italie. Le poète a vraiment l’air de faire de son mieux pour transmettre une carte mentale de la Gaule en hexamètres latins. La mention du fleuve Cinga au v. 432 pose un problème géographique “classique”, discuté depuis des siècles. En effet, le Cinga est – correctement – mentionné par Lucain (4.21) comme affluent de l’Èbre espagnol. Un grand nombre d’émendations a été proposé au cours des siècles : Sulga (Sorgues), Sequana (Seine), Liger (Loire), Scaldis (Schelde), Cirta (Hérault) – parfois le patriotisme local paraît un facteur irrésistible dans les émendations de geographica, et cela également dans la transmission médiévale du texte (cf. 1.436-440) ! Si nous partons de nouveau de l’expertise géographique de Lucain et de sa méthode qui consiste à “sauter” d’un bout à l’autre, l’émendation Cirta est nettement préférable : Lucain saute encore une fois, maintenant de l’extrême nord vers l’extrême sud de la Gaule (Gallia Narbonensis, l’Hérault, Montpellier)30.

19Terminons cette esquisse de la géographie ératosthénienne chez Lucain par quelques remarques méthodiques et de caractère plus général sur l’histoire philologique des errores de notre poète dans ce domaine. Tout d’abord, il va de soi que la perception humaine, y compris la perception géographique, est déterminée par des influences culturelles, donc historiques. Pour comprendre et évaluer la géographie de Lucain, il faut donc connaître la géographie ancienne, c’est-à-dire pour Lucain surtout la géographie ératosthénienne.

  • 31 Cf. Dicks 1960, 11, qui parle d’Hipparque comme “modern ideal of a scientist – patient, painstakin (...)
  • 32 Voir sur ce point Jacob 1991, 123 ; Hübner 2000b, 97-100.
  • 33 Cf. Pichon 1912, 10.
  • 34 Cf. Nicolet 1991, chap. 3 intitulé “Errors and Truths : The Geographical Knowledge of the Time”.

20Pour prononcer un jugement de valeur d’après des critères anciens il faut se rendre compte que, dans une combinaison de pragmatisme et de probité intellectuelle, Ératosthène se contentait à toutes fins utiles d’approximations et d’indications globales, d’arrondissements numériques, bref de “plus ou moins”. C’est pour cette “souplesse” qu’il fut critiqué par l’astronome Hipparque (iie siècle a.C.) qui est glorifié dans nos jours comme modèle de scientifique moderne, pour ses exigences d’exactitude minutieuse31. Remarquons toutefois que cette critique ne fut pas partagée dans les cercles érudits de l’Antiquité plus tardive (par exemple, Strabon était sévère contre cette hypercritique d’Hipparque)32. Je suis d’accord avec R. Pichon sur le fait qu’un certain nombre de soi-disant erreurs de Lucain a peu d’intérêt33 – en tout cas aux yeux du lecteur ancien, qui n’était pas spécialiste et méprisait quelque peu les spécialistes. Pour autant, la connaissance géographique de Lucain n’a pas exclusivement consisté en un “bagage d’écolier”. Le poète s’est efforcé d’intégrer la géographie scientifique et moderne de son temps dans son épopée historique. Là où il commet des “erreurs” flagrantes (comme, par exemple, dans la géographie de la Libye), il s’agit parfois d’erreurs voulues pour leurs effets et possibilités narratives. C’est sans doute aussi le cas pour une erreur historique comme la présence de Cicéron à la bataille de Pharsale au livre 7. Dans ces cas, le terme d’“erreur” n’est pas approprié, s’agissant d’un poète ; il s’agit de modifications et d’interventions conscientes “in stile cavaliere” (licentia poetica), que l’on doit accepter et que l’on peut goûter. Il nous faut également tenir compte du niveau des connaissances géographiques dans l’Antiquité34 et non pas évaluer Lucain d’après des critères modernes.

  • 35 Van Wees 1970, 76.
  • 36 Entre-temps un commentateur moderne est résolument venu au secours de Lucain en justifiant la ment (...)

21D’ailleurs, depuis le ier siècle a.C., le genre de la géographie poétique latine acceptait une certaine marge d’inexactitude dans l’emploi métonymique d’épithètes géographiques (pars pro toto, totum pro parte) et d’attributions ethnographiques (cf. la longue note, quelque peu négligée dans les commentaires sur Lucain, de A. E. Housman ad 7.871 : more poetis usitato locutus). Pour ce qui est de la géographie poétique dans l’Énéide de Virgile, P. G. van Wees35 parle à propos d’expressions quelque peu imprécises telles que Helena Argiua (Aen., 1.650), (cf. Sidonia Dido), d’un emploi a uicinitate, terme emprunté du commentaire de Servius, ad Aen., 8.165 : cum sciamus poetas uicinas omnes pro uno habere ciuitates. Prenons comme exemple la première “erreur” géographique de Lucain, signalée en tant que telle par A. Bourgery pour prouver que le poète ne paraît pas toujours avoir une idée très nette de l’orientation. Il s’agit du v. 5.417 : César déclare à ses soldats qu’il leur faut “couper les flots tout droit poussés par le seul Aquilon” (sed recti fluctus soloque Aquilone secandi), le vent du Nord. Selon A. Bourgery et d’autres, Lucain placerait donc la côte illyrienne plus au sud qu’elle ne l’est réellement. Encore une fois il est incohérent dans ses propres fautes, puisque, au v. 3.1, il montre Pompée quittant l’Italie, poussé par le souffle de l’Auster, le vent du Sud. Le dossier de A. Bourgery n’est pas complet, car Lucain répète son erreur au v. 2.646, où Pompée ordonne aux consuls : uos […] primus in Epirum Boreas agat. Tandis que E. Fantham dans son commentaire ad 2.646 suit encore la tradition d’imputer ici une faute ou une négligence à Lucain (“L. is more accurate in book 3”), A. E. Housman a expliqué (et excusé) cette mention d’un Aquillon ou Boréas comme un cas de pars pro toto, caractéristique de la poetica licentia : “hoc genus maxime in uentorum uocabulis conspicitur”, et il renvoie à Verg., Aen., 1.575 : ubi Noto Troiani a Sicilia Carthaginem compulsi dicuntur, qui uentus Aquilo fuerit necesse est. En général, à l’opposé des commentateurs de Lucain et de la tradition que nous avons évoquée, ceux de Virgile ne sont pas tellement choqués de ce genre de “fautes” chez leur poète (ils se taisent ou ils s’en tirent brièvement, cf. Austin ad 1.575 : “Noto is used for the general term”)36.

22Terminons par deux petits exemples de “confusion” chez Lucain, pris cette fois dans sa description de l’Égypte :

23a) quidquid ab occiduis Libye patet arida Mauris/ usque Paraetonias Eoa ad litora Syrtis (3.294-295) ;

24b) et Pelusiaci tam mollis turba Canopi (8.543).

25Les commentateurs nous disent :

  • 37 Hunink 1992.

26ad a) : “Lucan is rather inexact here, as the city [Paraetonion] lays many miles East of the Syrtes, but he has been followed by Sil. 5.356”37 ;

27ad b) : R. Mayer accepte plutôt l’explication de A. E. Housman (pars pro toto) et traduit : “Egyptian Canopus”.

  • 38 Cf. déjà Postgate (1907-1908), 169, mentionné par Mayer 1981, ad 8.543 : “both words retain their (...)

28Du point de vue purement géographique les indications de Lucain sont très précises et sensibles : il s’agit de points de repère clairs et conventionnels (Paraetonion se trouve sur la ligne O-E qui part des colonnes d’Hercule, et marque la frontière occidentale de l’Égypte, Pelusium et Canopus délimitent le delta du Nil38). Le problème n’est-il pas plutôt d’ordre linguistique ? Comment décrire (et traduire !) le rapport sémantique entre l’épithète géographique et le substantif/nom propre pars pro toto, totum pro parte, c’est-à-dire une sorte d’hypallage (un cas de subordination au lieu de juxtaposition au v. 8.543) ou catachrèse a vicinitate ? En tout cas, quod licet poetis neotericis, Vergilio (ac Ouidio ac Silio), licet etiam Lucano !

Notes

1 Getty 1955, XXXVII-XLIII.

2 Bourgery 1928.

3 Pinter 1902.

4 Aujac 2001, 112.

5 Cf. Schrijvers 2005.

6 Cf. pour ces débuts de la géographie poétique des Romains, Schrijvers 2009.

7 Voir Hollis 2007, n. 112.

8 Cf. Desanges 1988, 14-17.

9 Hiller 1872.

10 Powell 1925, fr. 6-7.

11 Cf. Mendell 1941 ; Schrijvers 2009 ; en général Jones 2005.

12 Voir pour la combinaison mythologie-géographie par ex. Ramin 1979 ; Hübner 2000a.

13 Cf. Schrijvers 1990.

14 Cf. par ex. le vol de Mercure autour de l’Atlas dans Verg., Aen., 4.246-260, ou le voyage par char aérien de Médée chez Ov., Met., 7.350 ss. Voir en général, pour l’histoire de cette focalisation cosmique ou cartographique dans des narrations, Schrijvers 2007, 229-231.

15 Cf. Geus 2002, 116 ; 118.

16 La prophétie et le conseil de voyage de Circé à Ulysse (Od., 12.37-141) est le début d’une longue tradition de conversations ou de discours géographiques dans l’épopée gréco-romaine (cf. A. R. 2.311-407 ; Verg., Aen., 374-462).

17 Terminologie proposée par Janni 1984.

18 Aujac 2001, 65-86.

19 Pour le problème des courants, Aujac 1966, 295-302.

20 Van Campen 1991 ; Fantham 1992.

21 Braund 1992

22 Cf. Riemann 1967, 47-49 ; Murray 1972, 203 ; 210.

23 Cf. pour le sens et la terminologie, Col. 1.6.1 : [uilla] urbana rursus in hibernacula et aestiua sic digeratur ut spectent hiemalis temporis cubicula brumalem orientem, cenationes aequinoctialem occidentem.

24 Fantham 1992, 53.

25 Voir Sherk 1974, 558-559 et la conclusion de Dilke 1987, 256 : “In general it may be concluded that, as far as we know at present, up to about 170 B.C. maps were relatively unfamiliar to most Romans. From that time onward their use steadily increased. By the time of Julius Caesar or Augustus they were used by a wide range of people, had become indispensable for the surveying of land, public works, and other engineering projects, and were important for legal, strategic, traveling, scholarly, and didactic purposes”.

26 Cf. le texte et commentaire de Biffi 1999 et les discussions chez Postl 1970 et Huss 1990.

27 Voir, à côté des études de G. Aujac, l’aperçu dans Jacob 1991, 105-111.

28 Gassner 1972, 176-182 ; cf. aussi par ex. aux v. 2.407-409 ; 426-427 les transitions sud-nord Aufidus Eridanus, Siler-Macra/Lunae pour indiquer les deux littoraux de l’Italie dans toute leur longueur. À propos du catalogue des troupes de Pompée (3.169-297), Hunink 1992 fait remarquer (et s’étonne) que Lucain saute sans cesse du nord au sud, de l’ouest à l’est (cf. 3.190 ; 214 ; 229 ; 247 ; 249 ; 253 ; 256 ; 277 ; 283).

29 Écoutons l’avertissement de Nicolet, 1991, 8 : “There is, therefore, a geography of Virgil, of Horace, and of Ovid. Indeed nearly all literature is open to a geographic reading, particularly history”.

30 La correction fut déjà proposée par Gelsomino 1961, 654-655 sur la base de Vibius Sequester, De fluminibus, fontibus, lacubus, nemoribus, paludibus, montibus, gentibus quorum apud poetas mentio fit ; elle a été acceptée dans l’édition de D. R. Shackleton Bailey.

31 Cf. Dicks 1960, 11, qui parle d’Hipparque comme “modern ideal of a scientist – patient, painstaking, accurate”.

32 Voir sur ce point Jacob 1991, 123 ; Hübner 2000b, 97-100.

33 Cf. Pichon 1912, 10.

34 Cf. Nicolet 1991, chap. 3 intitulé “Errors and Truths : The Geographical Knowledge of the Time”.

35 Van Wees 1970, 76.

36 Entre-temps un commentateur moderne est résolument venu au secours de Lucain en justifiant la mention de l’Aquillon à l’aide d’une explication nautique et géographique (van Campen, 1991, ad 2.645 renvoyant à de Saint-Denis 1935, 426 et aux Instruments Nautiques de l’Adriatique).

37 Hunink 1992.

38 Cf. déjà Postgate (1907-1908), 169, mentionné par Mayer 1981, ad 8.543 : “both words retain their proper sense and refer to the western and eastern month of the Nile – a sort of universalising doublet”.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Talbert 1985, 7.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/3195/img-1.jpg
Fichier image/, 71k
Légende Fig. 2. Fr. Oudendorpius, M. Annaei Lucani Pharsalia, Lugduni Batavorum 1728.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/3195/img-2.jpg
Fichier image/, 312k
Légende Fig. 3. Braund 1992, no 1-2.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/3195/img-3.jpg
Fichier image/, 142k
Légende Fig. 4. Yoyotte et al.1998.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/3195/img-4.jpg
Fichier image/, 107k
Légende Fig. 5. H. Bengtson et V. Milojčić, Grosser Historischer Weltatlas, 1, 12d.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/3195/img-5.jpg
Fichier image/, 183k

Auteur

Universiteit Leiden

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540