Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lucain en débat

 | 
Olivier Devillers
, 
Sylvie Franchet d’Espèrey

Troisième partie. Aspects historiques et symboliques

Le Pompée de Lucain et le modèle livien

Bernard Mineo

Texte intégral

  • 1 Pichon 1912.
  • 2 Sur l’ensemble des sources de Lucain, cf. Malcovati 1947 ; Lintott 1971, 489.

1Que Tite-Live ait été une source importante de Lucain est une réalité bien établie depuis longtemps, grâce notamment aux travaux de R. Pichon1. Depuis lors, on a cependant pu faire valoir l’influence possible d’autres auteurs, de Cicéron, d’Asinius Pollion, de César lui-même ou encore de Sénèque le Rhéteur2. Au demeurant, il ne s’agira pas de nous lancer ici dans une nouvelle recherche des sources, mais uniquement d’essayer de faire paraître combien le Pompée de Tite-Live avait de fortes chances de ressembler à celui de Lucain. Compte tenu de l’importance déjà reconnue à l’influence livienne sur cet auteur, cette démonstration pourrait paraître dépourvue d’intérêt. Pourtant la compatibilité des deux représentations ne va pas de soi. Tite-Live a, en effet, la solide réputation d’être un fervent admirateur de Pompée, attaché à ce dernier personnage comme à une sorte de symbole vivant de la libera res publica. Cette réputation de l’historien padouan nous renvoie de fait à un passage des Annales de Tacite rapportant les propos de Cremutius Cordus (Tac., Ann., 4.34), lequel, faisant l’éloge du franc-parler de l’historien, avait prétendu que celui-ci avait couvert Pompée d’éloges au point qu’Auguste l’aurait qualifié de pompéien et sans que cela ne nuisît à leur amitié : “Tite-Live, que son éloquence et sa véracité mettent au premier rang des historiens, a exalté Pompée avec de tels éloges qu’Auguste l’appelait Pompéien, et leur amitié n’en souffrit nullement”.

  • 3 P. Jal, dans son édition des fragments, propose de lire de C. Mario au lieu de la leçon habituelle (...)

2Un autre texte, dont l’établissement même est très controversé, a également contribué à orienter l’interprétation du pompéianisme de Tite-Live. Il s’agit d’un passage des Questions Naturelles de Sénèque où l’on apprend que l’historien aurait disserté sur le jugement qu’il fallait porter sur la naissance de César : cette dernière avait-elle été pour les Romains un bien ou un mal (Sen., Nat., 5.18.4)3 ?

3Or cet enthousiasme supposé de Tite-Live pour le parti de Pompée, notamment pendant la guerre civile, est en contradiction apparente avec le peu de chaleur que Lucain manifesta véritablement pour Magnus dans son œuvre.

4Nous essaierons donc de montrer ici que le portrait en demi-teinte du Pompée du Bellum Ciuile de Lucain, dont nous nous attacherons tout d’abord à rappeler les principaux aspects, a, en réalité, toutes les chances d’être en accord, dans les grandes lignes, avec la peinture que Tite-Live proposait de ce personnage pour la période allant du triumvirat aux guerres civiles ; il importera surtout de placer cette représentation de Pompée dans le cadre d’une philosophie de l’histoire que les deux auteurs semblent avoir eue en partage, et qui mettait en perspective le projet de res publica restituta, cet espoir vécu par Tite-Live au moment où il entreprit de composer son Ab Vrbe Condita, un espoir entretenu au début du principat de Néron et déçu par la suite.

5R. Pichon et J. Brisset ont déjà souligné à quel point le portrait que brossait Lucain de Pompée dans les premiers chants du Bellum Ciuile était loin d’être aussi flatteur que ce à quoi on aurait pu s’attendre s’agissant du porte-drapeau de l’autorité sénatoriale et des derniers défenseurs de cette liberté qui tient tant à cœur au poète.

6Aveuglé par sa grandeur passée, vaniteux et présomptueux (1.134-135 ; 2.576-596), Pompée n’est en réalité plus que l’ombre de lui-même. Alors que son adversaire est animé par une énergie guerrière, un furor dont la puissance destructrice et meurtrière est gage de sa future victoire, Pompée n’a plus, quant à lui, sa vaillance d’antan : c’est un général amolli par la paix qui va affronter le vainqueur des Gaules (1.131) ; ses décisions stratégiques sont sévèrement condamnées par le poète, que ce soit son abandon de Rome (2.439-440 ; 526-610), ou son embarquement à Brindes (2.708) que Lucain regarde comme une fuite honteuse et non pas comme un choix stratégique cohérent.

7Celui qui apparaît finalement comme un piètre stratège s’avère généralement incapable de prendre l’initiative. À Pharsale, ce sont les autres, son état-major, les soldats, qui le poussent à livrer bataille, tandis qu’il se résigne pour sa part à subir l’accomplissement des destins (7.91-92).

8Ce n’est qu’à la fin, entre Dyrrachium et Pharsale, que Lucain rend quelques couleurs à Pompée : alors que son succès à Dyrrachium aurait pu lui donner une chance d’en finir avec César, Pompée, retenu par des sentiments tardifs de pietas, refuse d’être responsable de la mort de son beau-père (6.305) ; contrairement aux conseils qu’on lui donne, il ne cherche pas à profiter de son avantage pour reprendre pied en Italie, de crainte de semer mort et destruction dans la péninsule (6.300-305 ; 7.93).

9Le portrait moral que brosse Lucain du personnage de Pompée dans les premiers chants du Bellum Ciuile est donc en demi-teinte, voire souvent négatif, malgré la dignité de sa fin. Il en va de même pour son comportement politique et sa responsabilité personnelle dans le déclenchement de la guerre civile.

10Selon Lucain, la clé du comportement politique de Pompée tient au souci excessif qui l’anime de défendre sa dignitas : “César ne peut supporter un supérieur, Pompée un égal” (1.125-126). Le vainqueur de Sertorius a appris à goûter l’ivresse de la popularité, et se comporte avec démagogie (1.130-133) : “en quête de la renommée, il fait beaucoup pour le vulgaire ; il se laisse entièrement porter par le souffle populaire et se grise des applaudissements de son théâtre”.

11Cette attitude s’explique essentiellement par son ambitio, qui s’est manifestée de façon précoce. Mais le moment décisif qui fait pencher Magnus dans une voie pernicieuse, contraire à sa grandeur première, c’est celui où il décide de s’associer à César et à Crassus pour un impossible partage de la royauté (1.83-85).

12Lucain ne manque pas du reste de poser directement la question de la valeur de la cause pompéienne au début du poème dans des vers devenus célèbres (1.128) : “Qui avait le plus le droit de prendre les armes ? on ne peut le savoir sans impiété. Chacun se recommande d’un grand arbitre : la cause du vainqueur plut aux dieux, mais celle du vaincu à Caton”.

  • 4 Lintott 1971, 495.

13Le choix entre Pompée et César, au début de l’épopée, paraît de fait presque impossible (comme cela avait été le cas pour Cicéron). Brutus, le dernier des Romains, ne choisit du reste ni l’un, ni l’autre, il choisit Caton (2.246-248). Celui-ci, en effet, craint qu’en cas de victoire, Pompée, tout autant que César, ne soit susceptible de devenir un dominus (2.320-323) : “Si la fortune le favorise, lui aussi se promet l’empire du monde entier, cela n’est pas douteux ; qu’il m’ait donc pour soldat au jour de la victoire, de peur qu’il s’imagine avoir vaincu pour lui”. Une accusation que l’on retrouve dans la bouche de César qui présente son adversaire comme un nouveau Sylla, maître en l’art du crime (1.325-326)4.

  • 5 Boissier 1892, 272 ; Brisset 1964, 170. L’idée que les deux partis étaient également coupables est (...)
  • 6 Les institutions sont du côté de Pompée (2.532-533).

14En soi, au moment où s’engage le conflit, la cause de l’ambitieux Pompée, de l’ancien complice de César au triumvirat, ne paraît donc pas fondamentalement meilleure que celle du non moins ambitieux César5. Si la balance penche cependant incontestablement du côté de Pompée, ce n’est pas tant en raison de la valeur de sa cause personnelle que de la qualité de ses soutiens et notamment de celui de Caton, symbole de l’attachement à la liberté et à l’autorité du Sénat dont Pompée est supposé être le garant6. Ainsi que l’écrit Lucain avant son récit de la bataille de Pharsale, Pompée est soutenu par ceux qui craignent la royauté, César par l’inverse (7.386).

15Après le départ de Brindes, le poète rehausse cependant progressivement la cause du personnage, de même qu’il lui avait rendu, ainsi qu’on l’a vu, des scrupules moraux. De fait, cette cause est devenue plus légitime depuis que Pompée a été investi d’un pouvoir officiel par le Sénat, qui lui a remis, à Thessalonique, les pouvoirs jusqu’ici détenus par les consuls (5.48-49). La lutte redevient alors celle de la royauté contre la liberté (7.386).

  • 7 L’éloge de Caton est nuancé, puisque celui-ci commence par préciser que Pompée était loin de valoi (...)

16Cette évolution, morale et politique, du personnage de Pompée est en réalité susceptible de s’expliquer par une logique interne au Bellum Ciuile, dont J. Brisset a naguère démontré l’unité du propos, hostile du début à la fin à la forme prise par le gouvernement de Néron. Il a pu, en effet, paraître nécessaire au poète, au moment où s’engageait l’agôn entre César et Pompée, d’accuser les contrastes entre les deux figures et les deux camps : Pompée devait redevenir, dès lors, un peu plus digne de la cause qu’il était supposé représenter, tandis que César finissait de consommer son rôle de démon destructeur (7.793sq.). Malgré son ambitio initiale, son rôle politique depuis le triumvirat, le chef du parti sénatorial démentait finalement tous les soupçons que sa conduite avait alimentés et qui faisaient de lui un Sylla en puissance. Le Pompée syllanien virtuel disparaît alors tandis que s’affirme un Pompée finalement digne de l’éloge funèbre que le poète (8.798sq.) et Caton (9.192-196 ; 198-200)7, adresseront à celui qui, en définitive, avait toujours fini par déposer les armes pour reprendre la toge, et avait su rester simple citoyen quand le peuple était prêt à l’accepter comme maître, même s’il n’avait pas toujours su respecter les limites du droit.

  • 8 Sur le destin stoïcien de Lucain, Brisset 1964, 53-78. J. Brisset montre en particulier comment Lu (...)

17Lors même que la cause de Pompée gagne progressivement en légitimité, on ne peut cependant manquer de s’interroger sur les raisons qui ont poussé Lucain, au début du conflit, à ne pas trancher plus nettement sur la justice de la cause des deux protagonistes. La raison tient en réalité sans doute à ce que les motifs juridiques ne pèsent pas lourd face à la logique historique à l’intérieur de laquelle l’auteur intègre l’action de ses personnages, qui ne sont, en réalité, que des agents d’un destin très stoïcien8 qui les dépasse : “La Fortune travaille, écrit Lucain, à justifier la révolte du chef et à légitimer ses armes. De la ville divisée, le Sénat a chassé deux tribuns qui le bravent ; foulant aux pieds le droit, elle les menace en leur jetant le nom de Gracques” (1.265-267).

18Lucain intègre en effet les événements à l’intérieur d’une conception biologique du destin des cités toutes condamnées à périr dès lors qu’elles ont fini de se développer : “C’est l’enchaînement jaloux des destins, le droit refusé à ce qui s’élève de tenir longtemps, la lourde chute sous un poids excessif, Rome incapable de se soutenir [...] Les grandeurs s’effondrent sur elles-mêmes. C’est le terme de ce que les dieux ont assigné au développement de ce qui prospère” (1.70-82).

19On comprend que le déclin est aussi progressif qu’il est inéluctable : les vieillards qui gémissent devant la perspective de la guerre se représentent les maux de l’affrontement entre Sylla et Marius. Ils savent que la présente confrontation sera plus dure, parce les ressources déployées par les maîtres d’une Rome devenue maîtresse du monde sont plus considérables que celles qui avaient alimenté les luttes d’antan. Ils savent aussi que les conséquences politiques futures seront encore plus terribles (2.223-234).

20Lucain ne manque pas de souligner les mécanismes de cette évolution fatale, qui relativise la responsabilité de ses acteurs ; selon lui, c’est le développement même de la puissance qui a introduit les germes de la destruction : “Mais il y avait dans l’État de ces germes cachés de guerre qui ont englouti les peuples puissants. Lorsqu’en effet la fortune, en assujettissant le monde, eut introduit des richesses excessives, quand les mœurs eurent fléchi sous la prospérité, quand le butin et le pillage eurent invité au luxe, plus de bornes à l’or et aux constructions” (1.159-162).

  • 9 Grimal 1970, 76-77.

21Dans un tel contexte, la concorde que souhaite si fort Lucain (4.189sq.), ne trouve plus guère de place. Ce qui se produit, en réalité, n’est autre que la nouvelle phase d’un conflit plus ancien qui oppose populares et optimates, une phase qui dépasse en violence toutes les précédentes, à proportion de la puissance universelle qui est désormais celle de Rome. Dans ce face à face traditionnel, Lucain a clairement réparti les rôles en faisant de Pompée le défenseur de l’aristocratie sénatoriale, à l’instar de Sylla sous les auspices duquel le personnage avait commencé sa carrière, comme le rappelle César dans sa harangue d’Ariminium (1.330)9.

  • 10 Brisset1964, 68.
  • 11 Brisset 1964, 75 ; Touahri 2004, 309.

22César et Pompée ne sont donc, comme l’écrivait très justement J. Brisset10, que des agents du destin. Le poète marque bien du reste que la défaite du parti pompéien et la mort de Pompée étaient inéluctables, décidées à l’avance (2.732-736 ; 6.332-413). La violence destructrice et meurtrière de César s’explique précisément par sa fonction dans cette partie où se joue l’avenir de Rome : il est celui qui doit détruire le vieux monde : son furor ne s’explique donc pas seulement par le modèle épique achilléen, mais aussi par une conception philosophique de l’histoire. Selon la même logique, Pompée, à l’inverse, doit permettre cet effondrement ultime de la Rome qu’il est supposé représenter. Lucain avait besoin d’un Pompée dont le comportement ambigu et jaloux se prêtât à cette mécanique dialectique qui conduisait à la guerre civile ; il fallait aussi que ce chef permît, par ses atermoiements et ses faiblesses stratégiques, la défaite de son parti ; à la fin, il lui prêtait une dignité croissante, au fur et à mesure qu’il admettait d’assumer en toute lucidité le rôle tout stoïcien que lui avait confié le destin, celui d’être le fossoyeur du vieux monde. Pompée accepte en la circonstance de se sacrifier, dans un acte de deuotio qui autorisera la survie ultime de la cité (7.647-656)11.

  • 12 Brisset 1964, 35.

23Il est clair aussi que, dans cette évolution historique, la formation du premier triumvirat constituait, aux yeux de Lucain, une étape décisive : “C’est toi qui es la cause de tes maux Rome, devenue le bien commun de trois maîtres, et ces funestes traités pour un impossible partage de la royauté” (1.83-85)12. Lucain ne fait du reste ici aucune distinction entre César et Pompée, et les condamne tous deux.

  • 13 Selon Suétone (Aug., 93), Nigidius Figulus aurait prédit la grandeur d’Octave.

24L’histoire suit donc un cours logique, qui insère l’action des individus à l’intérieur d’un ordre des choses. Peu nombreux sont ceux capables de comprendre les présages, comme Nigidius Figulus (1.670-672), qui proclame que la paix ne reviendra que lorsque Rome aura un maître. Mais le dominus en question n’est lui-même que l’instrument qui permettra, contre toute attente, l’avènement d’une ère nouvelle, celle qu’ouvrira l’héritier du dictateur abattu13.

  • 14 Rambaud 1955, 263-266 allait jusqu’à penser que les qualités morales (pietas, moderatio) dont il f (...)
  • 15 Poulin 2006, 332.

25On voit donc que le Pompée de la guerre civile n’est pas l’objet d’une dévotion particulière de la part de Lucain. Sa grandeur appartient au passé ; pour la période qui commence avec la formation du premier triumvirat, le personnage est l’objet de sévères critiques. Sa responsabilité personnelle dans le déclenchement de la guerre est égale à celle de son beau-père (comme instrument du destin, comme ambitieux). Si Pompée est progressivement revalorisé après Brindes, c’est pour rehausser le lustre du rector Senatus14 qu’il fut et qu’il convient désormais d’idéaliser, préfiguration de la nouvelle respublica dont la deuotio du personnage autorise la naissance. Lucain reprend ici un thème que l’on retrouve dans la littérature de son époque, et notamment chez Sénèque, lequel avait présenté Pompée dans un premier temps comme un princeps ciuitatis idéal (Dial., 6 [Marc.], 22.4-5) qui aurait pu être empereur, mais préféra rester simple citoyen soumis à l’autorité du Sénat15.

26Or cette place que Lucain assigne à Pompée dans l’histoire correspond en réalité très étroitement à celle que devait lui reconnaître Tite-Live dans une logique historique très comparable.

Le Pompée de Tite-Live

27De fait, le cadre général de l’histoire livienne s’accorde bien avec celui de Lucain et propose une même mise en perspective du rôle, des responsabilités de César et de Pompée, selon la logique idéologique qui prévalait au moment de la res publica restituta.

  • 16 Syme [1939] 1987, 317.

28Notons, tout d’abord, qu’il n’y avait rien d’étonnant en réalité à ce que Tite-Live eût couvert Pompée d’éloges sans encourir l’hostilité du prince, d’autant que ces éloges n’interdisaient sans doute pas l’expression de critiques. Tout dépend des domaines concernés par ces jugements : la geste militaire de Pompée, qui lui valut le cognomen de Magnus, peut aisément justifier des éloges ; cela n’implique pas nécessairement que Tite-Live ait apprécié le comportement de Pompée depuis la formation du premier triumvirat et pendant la guerre civile. Le franc-parler de Tite-Live sur la grandeur de l’adversaire de César ne risquait du reste pas de choquer brutalement Auguste. Il est même possible que cela eût cadré avec la politique intérieure que celui-ci s’employait à mettre alors en œuvre. Le fait est que pendant cette période qui suivait immédiatement deux décennies marquées par les guerres civiles, Tite-Live avait fait le pari de la réussite du projet augustéen de restauration morale, de rétablissement de l’unité nationale (concordia) autour du prince qui prétendait rétablir l’état de droit, rendre son auctoritas au Sénat et rétablir ainsi la libertas. Dans ce contexte particulier de réconciliation nationale, la figure de Pompée, ainsi que celle d’autres ennemis de César comme Caton, avaient pu être récupérées, sans que cela parût offensant pour le prince, au contraire16.

  • 17 Brisset 1964, 59. De même Lintott 1971, 493.

29Or ce rôle que Tite-live reconnaissait à Pompée dans son œuvre ne peut être en réalité pleinement compris en dehors de la conception générale de l’histoire de cet auteur, qui n’est pas sans présenter d’étonnants points d’analogie avec la réflexion historique de Lucain, ainsi que l’avait déjà relevé J. Brisset17. De fait, l’évolution des cités s’inscrit, pour Tite-Live comme pour le poète, dans une logique organiciste, celle-là même qu’il évoque clairement dans la préface et qui condamne au déclin et à la destruction les cités dès lors qu’elles ont atteint leur maturité :

“Mon sujet demande, en outre, un immense travail, puisqu’il remonte à plus de sept siècles et qu’après un début fort modeste, l’État romain s’est accru au point de plier aujourd’hui sous sa propre grandeur. De plus, la grande majorité des lecteurs goûteront peu, j’en suis sûr, le récit de nos toutes premières origines et des événements qui viennent immédiatement après, et auront hâte d’arriver à ces derniers temps où, après une longue supériorité, la puissance romaine se détruit elle-même (pridem praeualentis populi uires se ipsae conficiunt)” (Liv., praef., 4, trad. CUF).

30On retrouve là très précisément l’explication historique globale que Lucain propose au début du Bellum Ciuile ; un peu plus loin, Tite-Live précise sa conception du destin organiciste de Rome, et notamment de ses modalités :

“Ce qu’il me plairait que l’on s’emploie, chacun pour sa part, à étudier attentivement, c’est la vie et les mœurs d’autrefois, ce sont les grands hommes et les politiques qui permirent, dans la paix comme dans la guerre, d’établir notre empire et de l’étendre [partum et auctum imperium] ; que l’on s’attache, ensuite, à suivre par l’esprit d’abord une sorte de dissension morale, accompagnant un relâchement progressif de la discipline, puis, un relâchement de plus en plus marqué, et finalement le début d’un mouvement d’effondrement précipité, jusqu’à nos jours, où il ne nous est pas plus possible d’endurer nos vices que leurs remèdes” (Liv., praef., 9, éd. Oxford).

  • 18 Mineo 2006.
  • 19 Grimal 1978, 108-123 ; discussion dans ce volume par Fr. Ripoll.
  • 20 Même si la nature royale du régime n’est plus cachée, Sénèque ne continue pas moins de faire référ (...)

31Si cette conception organiciste de la cité constitue, à dire vrai, un lieu commun de la représentation historiographique, elle n’en est pas moins pour l’historien, comme pour Lucain, un cadre déterminant pour rendre compte des événements. À l’intérieur de ce cadre conceptuel général, Tite-live a, en outre, introduit une architecture particulière et distingué deux cycles historiques romains, dont j’ai essayé de démontrer la réalité dans un ouvrage récent18 : le premier de ces cycles, de nature historico-légendaire, partait de la fondation de l’Vrbs pour aboutir à la prise de Rome par les Gaulois, et à sa refondation par Camille ; le second devait probablement aboutir à cette deuxième mort que constituait aux yeux de l’auteur les guerres civiles, et à la refondation augustéenne, contemporaine des débuts de la composition de l’œuvre. Voulant proposer à ses lecteurs une grille d’explication des affrontements qui avaient conduit à la destruction de la libera res publica, Tite-Live avait projeté de façon analogique les mécanismes historiques dont il avait été le témoin dans le récit de la fin du premier cycle romain, qui ne laisse aucun doute sur l’interprétation livienne : c’est la discorde civique opposant patriciens et plébéiens, préfiguration de l’affrontement entre populares et optimates, qui avait conduit fatalement à la prise de Rome par les Gaulois, avant sa refondation sous les auspices d’un chef soucieux de respecter l’auctoritas sénatoriale, la libertas du peuple. Camille était de ce fait revêtu des mêmes qualités politiques qu’Auguste au moment où celui-ci entendait rétablir l’état de droit à Rome après sa victoire à Actium (res publica restituta). Au livre 6, Tite-Live montrait comment le même Camille savait ne pas abuser de sa prééminence morale dans l’État qu’il continuait de servir toutes les fois que le Sénat et le peuple romain le souhaitaient ; un comportement en contrepoint de celui d’un autre sauveur de la Patrie, Manlius Capitolinus, qui incarnait narrativement le risque de dérive tyrannique que contenait en soi l’auctoritas exceptionnelle d’un homme d’État. Tels avaient été aussi l’espoir et la crainte de nombreux hommes politiques romains au moment de l’accession de Néron au pouvoir : celui-ci allaitil être un prince républicain, respectueux du Sénat, ou allait-il devenir un tyran ? L’éloge de Néron que Lucain a intégré dans son poème exprimait sans doute les espérances des premières années du règne, que l’Apocoloquintose, ou le premier discours de Néron au Sénat (Tac., Ann., 13.4)19 – composé sans doute par Sénèque – essayaient d’entretenir, même si très vite la vitrine républicaine de ce principat néronien est oublié dans le De Clementia20 ; l’éloge de Lucain constituerait donc une sorte de témoin permettant de mesurer la déception de ceux qui au lieu d’un garant de la libertas avaient finalement mis à leur tête un nouveau tyran.

32On notera encore que les mécanismes historiques liviens sont de même nature que ceux que l’on observe chez Lucain : c’est en effet la puissance qui nourrit la superbia des grands et introduit les germes d’un déclin. Ce dernier commence, pour l’historien padouan, aux lendemains de la bataille du Métaure, qui fit disparaître le metus hostilis. À partir de là, selon une modalité très progressive exposée dans la préface de l’œuvre, la logique qui allait aboutir, au terme de cette tendance historique, aux guerres civiles et à la mort de la République, se mettait en place, en plusieurs étapes déjà signalées par la tradition historiographique.

33Les victoires successives de Rome introduisent de fait le goût du luxe qui grandit de façon exponentielle, au fur et à mesure que s’accroît la puissance de la Ville. Les Romains se trouvant libérés de la crainte de l’ennemi, les rivalités politiques reprennent de plus belle, alimentées par l’ambition des chefs que la puissance, désormais irrésistible, de Rome pousse dans des guerres de plus en plus lointaines, source d’une gloire personnelle que les généraux se disputent avec une férocité grandissante. Tite-Live a bien inscrit symboliquement dans son récit la logique de ce nouveau cours historique lorsqu’il rapporte le triomphe de Scipion au livre 30, premier imperator à passer à la postérité grâce au surnom évoquant le peuple qu’il a vaincu. Il inaugure une série de généraux aboutissant, explique Tite-Live, à Felix Sulla et à Magnus (30.45). En outre, dans le débat où l’historien a voulu opposer au Sénat Fabius Cunctator et le même Scipion sur l’opportunité de cette expédition africaine qui allait ouvrir les portes de la domination mondiale de Rome, Fabius dénonce, tel un uates, la nature même du projet du jeune homme ambitieux qu’il affronte, un projet qui, selon lui, ne sert pas l’intérêt de la République, mais celui du général intéressé par sa seule gloire, et qui se comporte de fait regio more (Liv. 27.42.22).

34L’action politique de ces personnages s’intègre donc à l’intérieur d’une évolution et d’une mécanique historique complexes qui font d’eux des agents d’un destin. Les conséquences de leurs actes sont donc avant tout fonction de leur place à l’intérieur d’une dialectique historique qui les dépasse, ce qui relativise leur responsabilité historique, comme c’est le cas pour le Pompée et le César de Lucain.

  • 21 Sur la probabilité d’une référence, en réalité à Marius cf. supra, n. 4.

35C’est ce qui explique que les héros liviens soient souvent extrêmement ambivalents, leur psychologie complexe, de même que chez Lucain, la fonction destructrice de César n’interdit pas que lui soient reconnus une grandeur épique, un génie stratégique. Pareille contradiction entre la valeur militaire et le comportement politique d’un personnage n’est au demeurant pas rare chez Tite-Live. Il semble même que l’historien ait explicitement fait état d’une semblable contradiction à propos de Marius (cf. Per., 80.9-10). Et c’est sans doute la même lecture complexe de l’histoire qui aura inspiré à l’auteur sa dissertation sur le jugement qu’il fallait porter sur la naissance de César21.

36De cette reconstitution du rôle de Pompée que nous suggérons en nous appuyant jusqu’à présent sur la seule logique de l’ouvrage, à défaut de preuves, nous avons quelques indices que nous fournissent surtout deux textes importants.

  • 22 Bingham 1978 ; Jal 1984.
  • 23 Jal 1967, introduction ; Lintott 1971, 493-496.

37Tout d’abord les résumés (periochae) des livres perdus de Tite-Live, dont le témoignage, sans constituer véritablement une preuve, peut assurément être pris au sérieux22. L’autre témoignage est celui de Florus. On croit savoir aujourd’hui que son œuvre ne constituait pas à proprement parler un résumé de Tite-Live pour la période traitée par l’historien padouan. La personnalité de Florus, des considérations qui lui sont contemporaines, l’influence d’autres sources que les sources liviennes, voire la lecture du Bellum Ciuile de Lucain, ont pu guider la plume de cet auteur23. Pour autant, il ne s’agit pas de passer d’un extrême à un autre, et personne ne songe sérieusement à contester que le texte de Tite-Live constitue l’assise fondamentale du récit de Florus.

38D’autres ouvrages peuvent être de quelque utilité, capables qu’ils sont de refléter la tradition livienne (l’Histoire romaine de Velleius Paterculus, la Vie de Pompée de Plutarque, la Guerre Civile d’Appien, ou l’Histoire de Dion Cassius). Mais ils posent de tels problèmes de sources que leur témoignage devra être pris avec beaucoup de circonspection et ne sera cité que comme un élément d’appoint à la démonstration.

39L’examen des periochae et de l’histoire de Florus fait, quant à lui, ressortir clairement la complexité du Pompée livien que Tite-Live devait brosser, comme le laisse supposer la philosophie historique de l’ouvrage.

  • 24 Sur les biais pro-pompéiens des periochae, cf. Hayne 1990.
  • 25 Flor., Epit., 1.40.27 : “Pendant ce temps, Gnaeus Magnus, poursuivant les restes de la rebellion a (...)

40Les periochae confortent notamment l’idée selon laquelle certains aspects de la carrière politique de Pompée, surtout ceux précédant l’alliance de ce dernier avec César, ont pu faire l’objet d’un traitement favorable au personnage24 ; il est aussi assez aisé de reconnaître la place privilégiée occupée par Pompée dans le récit livien (ainsi son nom apparaît plus souvent que celui de César). Le témoignage de Florus semble au reste confirmer le grand cas que Tite-Live a pu faire de la geste militaire de Pompée avant le triumvirat25.

41La stature de Pompée, dans le texte de Florus, est du reste tout aussi flatteuse pour ses autres expéditions militaires, qu’il s’agisse de la guerre contre les pirates ou de sa campagne contre Sertorius (Flor., Epit., 1.41 campagne contre les pirates ; 2.10.5-6 campagne contre Sertorius).

42En revanche, lors de l’affrontement entre les deux imperatores, il est probable que Tite-Live, à l’instar de Lucain (2.728-730), avait bien souligné les échecs stratégiques successifs de Pompée, qui, au lieu de décider de quitter l’Italie, comme l’affirme Cicéron, en était chassé par César, ainsi que le laisse entendre Per., 109 : C. Caesar […] Cn. Pompeium ceterosque partium eius Italia expulit, “C. César [...] chassa d’Italie Cn. Pompée et tous les autres membres de son parti”. Florus, quant à lui, insiste sur le déshonneur que constitue la fuite sans gloire de Pompée et du Sénat (Epit., 2.13.20), une version des faits au reste confirmée par Dion Cassius. Aussi, comme chez Lucain (1.486-528), le Pompée de Tite-Live semble-t-il avoir perdu le contrôle de la situation dans le conflit, et ne paraît plus maître de sa stratégie.

  • 26 Pour Plutarque (Pomp., 66.6), Pompée ne voulait pas donner l’impression de fuir devant César.

43Signalons cependant ici une possible divergence entre la tradition livienne et Lucain, peut-être apparente dans le récit où Appien évoque la fuite honteuse de Pompée après Pharsale, et sa fin sans grandeur, sous les coups d’un déserteur de sa propre armée, Septimius (App., BC, 2.52). Si ce texte reflète bien la version livienne, ce qui n’est pas certain, on devine que l’élévation spirituelle de Pompée dans le récit de Lucain a quelque chance d’être une création du poète stoïcien. La pietas tardive que Lucain prête à Pompée est du reste contredite elle aussi par César (Caes., Ciu., 3.70), Plutarque (Pomp., 65.3), Appien (BC, 2.62), qui expliquent le refus de passer en Italie par des raisons stratégiques, voire des raisons d’amour-propre26.

  • 27 Cette insistance avait déjà été repérée par Jal 1984, II, 72, n. 2 de la Per., 91.

44Pour ce qui est de la façon dont Tite-Live présentait le comportement politique, et notamment l’ambitio de Pompée à partir de la formation du triumvirat, il n’est rien en revanche qui ne soit compatible avec la version de Lucain. Ainsi l’épitomateur indique de façon répétitive27 le très jeune âge de Pompée à différents moments de sa carrière : en 81, lorsqu’il obtint un triomphe à 24 ans, ce qui n’était arrivé à personne auparavant, ainsi qu’il est souligné dans le texte (Per., 89.7 : et quattuor et XX annos natus, adhuc eques Romanus, quod nulli contigerat, ex Africa triumphauit) ; en 77, lorsqu’il fut envoyé avec un commandement proconsulaire contre Sertorius alors qu’il n’était que simple chevalier romain (Per., 91.1) ; en 70, enfin, lorsqu’il parvint au consulat sans avoir même exercé la questure et en n’étant encore que simple chevalier. L’auteur de l’Abrégé évoque du reste cette réalité à l’intérieur d’une longue parenthèse, ce qui laisse penser que Tite-Live avait lui-même considérablement insisté sur ce point : Per., 97.6 : M. Crassus et Cn. Pompeius consules facti (Senatus consulto Pompeius, antequam quæsturam gereret, ex equite Romano) tribuniciam potestatem restituerunt. Or on sait que ce type d’indication, dans le récit livien, correspond sans conteste au portrait de personnages dont le comportement se caractérise par une ambitio démesurée (Scipion l’Africain, Flamininus), une qualité pernicieuse à long terme, puisqu’elle est au cœur de la logique historique qui conduit Rome à la guerre civile et au déclin.

45Le succès précoce de cette ambitio, qui confère à Pompée une potentia exceptionnelle, est également perçu comme une source de danger pour la paix civile par Florus : cet auteur explique ainsi que “l’excès de puissance de Pompée (nimia Pompei potentia) provoqua, comme à l’accoutumée, la jalousie de citoyens jouissant de la paix” (Flor., Epit., 2.13.8, trad. P. Jal).

46Notons encore que l’ambition naturelle de Pompée est soulignée très clairement par Dion Cassius (41.53.2) ; il ne veut être le second de personne (41.54.1) ; l’ambition de Pompée, comme celle de César ont conduit à la guerre civile, même si la nature de ces ambitions est différente : Pompée veut être aimé de tout le monde, César n’en a cure (41.54.3).

47On relèvera également ici la parfaite convergence d’approche sur ce point de l’auteur de l’abrégé et de Florus. Ce phénomène est du reste tout aussi net lorsque l’on aborde la question de la formation du premier triumvirat.

  • 28 Le terme de conspiratio n’est pas nécessairement négatif en latin et peut désigner simplement l’en (...)

48Le résumé du livre 103 indique ainsi que Pompée avait été partie prenante d’un complot contre l’État, une conspiratio, soit une entreprise éminemment blâmable du point de vue livien (conspiratio inter tres ciuitatis principes facta est)28.

49Même chose chez Florus, qui souligne d’abord que le ressentiment éprouvé par Pompée du fait de l’attitude de ses adversaires politiques, à l’origine de l’association entre Pompée, César et Crassus, le fit sortir du droit chemin (Epit., 2.13.9 : dolor transuersum egit) et le poussa à défendre sa dignitas, tandis que César cherchait à développer la sienne : Flor., Epit., 2.13.11 : Sic igitur Caesare dignitatem comparare, Crasso augere, Pompeio retinere cupientibus, omnibusque pariter potentiae cupidis de inuadenda re publica facile conuenit, “Ainsi, César désirant acquérir du prestige, Crassus, accroître le sien, Pompée, le garder, et tous désirant également le pouvoir, il leur fut facile de s’entendre pour s’emparer de l’État” (trad. P. Jal).

50Le thème de la dignitas revient plus loin dans le texte de Florus, pour la période qui suit la mort de Julie : “La puissance de César était suspecte à Pompée et la position de Pompée insupportable à César. L’un ne tolérait pas d’égal ni l’autre de supérieur” (2.13.14).

51Il est probable en revanche que Tite-Live n’ait pas cherché à établir ces contrastes de comportement que Lucain avait fait paraître pour opposer un César destructeur à un Pompée victime, le mal au bien ; Florus semble de fait prêter un même furor aux deux personnages au début de la guerre : “La fureur de César et de Pompée s’empara de la Ville, de l’Italie, des peuples, des nations de tout l’empire…” (Epit., 2.13.3, trad. P. Jal) et l’on notera qu’Appien prête des scrupules aussi bien à Pompée qu’à César, avant Pharsale, et les montre tous deux cédant aux larmes avant de livrer bataille (App., BC, 2.11.77). À l’origine de cet écart possible entre le récit livien et celui de Lucain, il y a peut-être le souci du poète de donner des couleurs plus tragiques et plus épiques à cet affrontement en le présentant de façon manichéenne.

  • 29 Levi 1949, 75 ; Brisset 1964, 199-203.
  • 30 L’éloge même de Néron (1.33-66), en décalage par rapport à la réalité de son gouvernement, reflète (...)

52Du point de vue idéologique, le Pompée de Tite-Live avait donc toutes les chances de ressembler à celui de Lucain, même si le poète a donné des inflexions particulières à son personnage en l’idéalisant pour obéir à l’esthétique de l’épopée et à ses conceptions philosophiques et politiques. Le Pompée de Lucain finit, par son sacrifice final, en héros stoïcien, digne de Caton et des couleurs républicaines qu’il portait. Les rares indices dont nous disposons pour reconstituer la version livienne laissent penser que le Pompée de Tite-Live n’était pas ce héros de la résignation et de l’abnégation. Par contre, Tite-Live et Lucain semblent avoir mis en perspective l’action de Pompée de la même façon et l’ont rendu coresponsable du conflit, du fait de son ambition, tout en situant son rôle dans le cadre plus général d’une philosophie de l’histoire qu’ils ont en partage, et qui fait de la guerre civile la fin d’un cycle historique, mais aussi le seuil possible d’une ère nouvelle où l’état de droit est rétabli, l’autorité du Sénat respectée grâce à l’autorité d’un prince, les valeurs morales traditionnelles rétablies. C’est en tout cas cet espoir d’une res publica restituta qui animait Tite-Live lorsqu’il commença son ouvrage autour de 27, au début du principat d’Auguste. Sénèque et Lucain avaient conçu de pareilles espérances de rénovation politique et de restauration des traditions nationales après les règnes de Caligula et de Claude29. La conception de l’histoire de Lucain porte donc les mêmes espoirs d’une renaissance romaine que l’œuvre livienne, mais elle veut surtout témoigner d’un écart entre la réalité et le rêve, d’une profonde désillusion30, qui fut au reste peut-être également celle de Tite-Live lorsque ce dernier dut prendre acte de l’évolution dynastique du pouvoir augustéen, bien contraire à l’idée qu’il se faisait du rôle d’un princeps républicain qui aurait dû être un nouveau Camille, prêt à s’effacer, dès lors que l’État n’aurait plus eu besoin de lui.

Notes

1 Pichon 1912.

2 Sur l’ensemble des sources de Lucain, cf. Malcovati 1947 ; Lintott 1971, 489.

3 P. Jal, dans son édition des fragments, propose de lire de C. Mario au lieu de la leçon habituellement retenue de Caesare maiori (1979, 253-256).

4 Lintott 1971, 495.

5 Boissier 1892, 272 ; Brisset 1964, 170. L’idée que les deux partis étaient également coupables est exprimée par les poètes augustéens : Hor., Carm., 2.1.4-5 ; Verg., Aen., 6.826sq.

6 Les institutions sont du côté de Pompée (2.532-533).

7 L’éloge de Caton est nuancé, puisque celui-ci commence par préciser que Pompée était loin de valoir les ancêtres pour ce qui était de connaître les limites du droit (9.190-191).

8 Sur le destin stoïcien de Lucain, Brisset 1964, 53-78. J. Brisset montre en particulier comment Lucain assimile fatum à fortuna, comme le font Tite-Live et les poètes augustéens.

9 Grimal 1970, 76-77.

10 Brisset1964, 68.

11 Brisset 1964, 75 ; Touahri 2004, 309.

12 Brisset 1964, 35.

13 Selon Suétone (Aug., 93), Nigidius Figulus aurait prédit la grandeur d’Octave.

14 Rambaud 1955, 263-266 allait jusqu’à penser que les qualités morales (pietas, moderatio) dont il fit preuve entre Dyrrachium et Pharsale, ainsi que la façon dont il se rangea à l’avis général des sénateurs suggéraient que le poète avait voulu présenter Pompée comme un princeps cicéronien, ce qui paraît peu convaincant, dans la mesure où l’on ne retrouve pas chez Lucain l’auctoritas propre au princeps cicéronien, qui pousse à suivre son avis en raison de sa sagesse particulière, même s’il est vrai qu’au début du passage, Lucain désigne Pompée du titre de rector. Or c’est l’inverse qui se produit dans ce passage (cf. Brisset 1964, 120). Il semble, par contre plus vraisemblable de retrouver cette idée dans l’éloge funèbre prononcé par Caton, lorsque celui-ci rappelle que Pompée fut rector Senatus (9.194-195), terme qui peut laisser penser que l’on avait pu voir en lui une sorte de rector rei publicae cicéronien, une préfiguration du principat augustéen.

15 Poulin 2006, 332.

16 Syme [1939] 1987, 317.

17 Brisset 1964, 59. De même Lintott 1971, 493.

18 Mineo 2006.

19 Grimal 1978, 108-123 ; discussion dans ce volume par Fr. Ripoll.

20 Même si la nature royale du régime n’est plus cachée, Sénèque ne continue pas moins de faire référence à Auguste, réconcilié avec le Sénat et devenu pompéien (Sen., Cl., 1.9.1).

21 Sur la probabilité d’une référence, en réalité à Marius cf. supra, n. 4.

22 Bingham 1978 ; Jal 1984.

23 Jal 1967, introduction ; Lintott 1971, 493-496.

24 Sur les biais pro-pompéiens des periochae, cf. Hayne 1990.

25 Flor., Epit., 1.40.27 : “Pendant ce temps, Gnaeus Magnus, poursuivant les restes de la rebellion asiatique, parcourait d’un vol les extrémités des nations et des terres” ; 31 : “C’est ainsi que, sous la conduite de Pompée, le peuple romain parcourut en tout sens l’Asie dans sa plus grande largeur et donna une position centrale à une province qui se trouvait précédemment à l’extrémité de l’Empire” (trad. P. Jal).

26 Pour Plutarque (Pomp., 66.6), Pompée ne voulait pas donner l’impression de fuir devant César.

27 Cette insistance avait déjà été repérée par Jal 1984, II, 72, n. 2 de la Per., 91.

28 Le terme de conspiratio n’est pas nécessairement négatif en latin et peut désigner simplement l’entente harmonieuse entre bons citoyens. Ce n’est assurément pas le cas dans la Per., 103.6-7 où la référence à cette conspiratio est immédiatement suivie du rappel de la violence des mesures adoptées pour faire passer les lois agraires.

29 Levi 1949, 75 ; Brisset 1964, 199-203.

30 L’éloge même de Néron (1.33-66), en décalage par rapport à la réalité de son gouvernement, reflèterait la désillusion de Lucain : Pfligersdorffer1959, 370-371 ; Brisset 1964, 219-220.

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540