Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Lucain en débat

 | 
Olivier Devillers
, 
Sylvie Franchet d’Espèrey

Troisième partie. Aspects historiques et symboliques

La “barbarisation” du bellvm civile chez Lucain

Paul M. Martin

Full text

  • 1 Un rapide sondage à l’aide du CD-Rom de la BTL permet de repérer près d’une centaine d’occurrences (...)
  • 2 Cf., dans ce volume, U. Eigler.
  • 3 Nous renvoyons à la liste des auteurs de récits de guerre civile dressée par Jal 1982, 90 sq., n. (...)
  • 4 Cf. Jal 1963, 60sq.
  • 5 Cf., entre autres, Wuilleumier & Le Bonniec 1962, 13-14.
  • 6 Cf. Luc. 1.95sq. (fratricide romuléen) ; 111sq. ; 289sq. (gendre contre beau-père) ; 376sq. (fratr (...)

1Chacun sait que Bellum Ciuile est le véritable nom, donné par les meilleurs manuscrits, du poème de Lucain. Les occurrences de bellum ciuile et d’expressions renvoyant à la guerre civile sont, comme attendu, fort nombreuses1. Sans compter les mentions de la guerre civile passée entre Marius et Sylla, ou future entre les républicains et les forces triumvirales (2.98sq. ; 4.822 ; 6.301 ; 794 ; 7.307sq. ; 8.25 ; 271 ; 9.204)2. En narrant ainsi la guerre qui opposa César à Pompée, Lucain, au demeurant, ne faisait pas, en soi, œuvre originale3. Le récit de guerre civile était devenu, pourrait-on dire, un genre à lui tout seul4. Dès le v. 1, l’expression bella […] plus quam ciuilia avertit cependant le lecteur que le récit qui va suivre se distingue des autres par un “plus”. En quoi consiste ce “plus” ? Le rapprochement fait avec des vers de Sénèque (Sen., Phoen., 354-356 : Non satis est adhuc/ ciuile bellum : frater in fratrem ruat,/ nec hoc sat est) a conduit habituellement les critiques à comprendre l’expression comme signifiant que la guerre civile a pris l’aspect atroce d’une guerre fratricide5. Et il est certain que les allusions au caractère fratricide ou “familial” de la guerre ne manquent pas6. C’est pourtant vers une autre interprétation de ce “plus” que nous voudrions conduire le lecteur.

  • 7 Cf. le reproche que ses troupes font à César, 5.269 : Tot mihi pro bellis bellum ciuile dedisti.

2Constatons d’abord que le simple thème de l’affrontement entre concitoyens paraît dominant. Pour César en tout cas, les choses sont apparemment claires. Les “cohortes disséminées dans les campagnes gauloises” (1.394 : sparsas per Gallica rura cohortes) que César rappelle au début de la guerre sont clairement présentées comme des forces romaines “d’occupation”, chargées de surveiller qui les Lingons, qui les Ruthènes, etc. – toutes populations barbares qui se réjouissent du départ de l’occupant romain. En fait, tout se passe, au début du moins, comme si César abandonnait à elle-même la Gaule conquise par lui pour porter ses forces vers une nouvelle guerre, civile cette fois. César est bien l’homme qui “enchaîne des guerres aux guerres” (2.442-443 : conserta[que] bellis / bella gerat)7 et qui a “honte d’avoir l’air d’un concitoyen” (2.446 : pudet […] ciuem[que] uideri).

3Cette désinvolture de César à l’égard de sa propre conquête fait partie de la présentation négative par Lucain de la guerre des Gaules, dont la conquête est présentée comme ayant été difficile pour un résultat somme toute négligeable : Bellantem geminis tenuit te Gallia lustris,/ pars quota terrarum ? (1.283-284 : “Pendant deux lustres la guerre t’a retenu aux combats, et pour quelle faible partie de la terre ?”).

  • 8 Cf. 7.285sq. ; comparer avec Caes., Ciu., 1.7.7 : Hortatur cuius imperatoris ductu VIIII annis rem (...)
  • 9 Pompée aussi insiste sur leur âge en 2.561.

4C’est une minimisation abusive d’une entreprise qui eut pour résultat d’augmenter sensiblement l’imperium romain en le recentrant sur son Ouest. Cette interprétation minimaliste est d’ailleurs contredite par la mention que Curion fut corrompu par les richesses gauloises (4.820 : captus spoliis Gallorum). Au demeurant, César, dans sa harangue aux soldats avant le franchissement du Rubicon, ne manque pas lui non plus de rappeler la longueur de la guerre à ses “camarades de combat, qui affrontez les mille dangers de Mars avec moi, victorieusement, depuis neuf ans” (1.299-300 : Bellorum o socii, qui mille pericula Martis / mecum [ait] experti decimo iam uincitis anno)8. En contrepoint, les soldats se plaignent, eux, des pertes subies pendant la guerre des Gaules (2.264-265 : partem tibi Gallia nostri / eripuit) et de la lassitude due à leur âge (5.274-277 : Iam respice canos/ inualidasque manus et inanis cerne lacertos./ Vsus abit uitae, bellis consumpsimus aeuum./ Ad mortem dimitte senes, “Regarde nos cheveux blancs désormais, considère nos mains débiles, nos bras flasques. Nous n’avons pas profité de la vie, nous avons consumé notre vie dans les guerres. Laisse aller des vieillards à la mort”)9. Pompée à son tour insiste sur l’interminable longueur de cette guerre et sur son coût humain (2.568-570 : Multisne rebellis/ Gallia iam lustris aetasque inpensa labori/ dant animos ?, “D’où lui vient cette audace ? D’avoir mis plusieurs lustres à vaincre la résistance de la Gaule et dépensé une génération à cette entreprise ?”). Paroles hypocrites, puisqu’à l’époque où ils s’entendaient, “c’est lui qui donna à son beau-père du sang romain à verser” (2.477 : donauit socero Romani sanguinis usum).

5Il ne fait donc pas de doute que César est bien, comme il se désigne lui-même, “le vainqueur des peuples du Nord” (5.661 : arctoas domui gentes) et ce mérite lui est reconnu maintes fois dans le poème (cf. 2.268 ; 3.74sq. ; 5.344 ; 6.146 ; 7.286sq. …). Ennemi des Gaulois, il le demeure même pendant la guerre civile lorsque, malgré les gémissements des Gaulois, il abat leur bois sacré près de Marseille (7.445sq.).

  • 10 Cf., dans ce volume, U. Eigler.

6Le récit semble donc devoir se dérouler ainsi : César, vainqueur des Gaules, marche à la tête de ses légions de vétérans romains contre Pompée, déclenchant ainsi une guerre civile qui prend la suite de la guerre civile entre Marius et Sylla et qui annonce celle qui scellera le tombeau de la liberté républicaine10.

  • 11 Cf. Jal 1982, 90sq.
  • 12 Cf. Christ 1938, 6-20.
  • 13 Cf. 3.296-297 ; 7.634-640.
  • 14 Trait souligné par Canfora [1999] 2001, 221. Pour la partie orientale, une excellente thèse, malhe (...)
  • 15 Cf. 1.290-291 ; 7.72-73.
  • 16 Comparer 1.392-465 (forces de César) et 3.169-295 (alliés de Pompée).

7Si Lucain s’en était tenu à ce schéma classique, son Bellum Ciuile ne serait qu’un poème de plus sur les tristia bella (Verg., Ecl., 6.6)11. Mais l’originalité de Lucain, en tant que narrateur de guerre civile, se trouve, entre autres, dans sa capacité à faire passer dans son récit la perception – qu’acquirent alors très tôt les combattants de cette guerre12 – que cette guerre civile fut en même temps, si l’on peut dire, la “Première Guerre mondiale” (cf. 6.6 : certatum totis concussi uiribus orbis)13 puisque la totalité du monde romain y fut impliqué14. L’enjeu du conflit, dit Lucain, n’était pas seulement le pouvoir à Rome, mais la domination sur le monde (1.285 : tibi Roma subegerit orbem ; 3.296-297 : Acciperet felix ne non semel omnia Caesar,/ uincendum pariter Pharsalia praestitit orbem)15. L’affrontement entre César et Pompée est donc vu par le poète comme le choc des deux parties du monde romain : Occident contre Orient16.

8Ainsi s’explique l’interprétation spontanément faite par Florus de l’expression bellum plus quam ciuile, qu’il a sans doute dans la tête au moment où il aborde le récit de cette même guerre civile :

Caesaris furor atque Pompei urbem, Italiam, gentes, nationes, totum denique qua patebat imperium quodam quasi diluuio et inflammatione corripuit, adeo ut non recte tantum ciuile dicatur, ac ne sociale quidem, sed nec externum, sed potius commune quoddam ex omnibus etplus quam bellum (Flor., Epit., 2.13.3-4).

“La fureur de César et de Pompée s’empara de la Ville, de l’Italie, des peuples, des nations, de tout l’Empire en un mot, sur toute son étendue, comme une sorte de déluge ou d’embrasement général, de sorte qu’il n’est pas exact de l’appeler seulement guerre civile, ni même guerre sociale, et pas davantage guerre étrangère, mais plutôtquelque chose qui est formé de tous ces éléments et qui est plus qu’une guerre”.

  • 17 Wuilleumier & Le Bonniec 1962 ad loc.
  • 18 Cf. Jal 1962, 20sq.
  • 19 Cf. Touahri 2004.
  • 20 Touahri (à paraître).
  • 21 Ce peut aussi être une allusion ironique au statut d’hostis intérieur que lui attribue le sénatus- (...)

9Nous ne sommes pas de ceux qui pensent que Florus “a mal compris la formule de Lucain”17. Il nous semble au contraire qu’il a fort bien compris que, dans cette guerre, pour la première fois, la distinction commune, juridique18, mais aussi épique19, entre bellum externum et bellum ciuile a tendu à s’effacer : “L’entrelacement des deux niveaux de guerre, étrangère et civile, est […] la marque originale que le poète a donnée au traitement de la guerre civile”20. En témoigne le nom d’hostis que César se donne à lui-même – dernier mot de sa réponse au fantôme de la patrie – au moment du franchissement du Rubicon (1.203 : qui me tibi fecerit hostem)21 et la centaine d’occurrences du mot hostis et de ses dérivés qu’on relève dans le poème.

  • 22 Flor., Epit., 2.13.5 oppose de même aux Gallici Germanique dilectus l’accumulation bigarrée des fo (...)
  • 23 Le poète revient avec insistance sur le caractère étranger des forces pompéiennes, au moment de Ph (...)
  • 24 À rapprocher du jugement de Cicéron sur la continuation de la guerre en Afrique après Pharsale : n (...)
  • 25 Cf. 512-516, dont l’authenticité ne fait pas de doute à nos yeux : l’usage de flèches enflammées e (...)

10Ce pourrait n’apparaître que comme une manière d’exprimer le caractère inexpiable de cette guerre civile. Mais, à l’énumération bariolée, complaisamment décrite, des alliés de Pompée répond la description détaillée des zones géographiques de l’Occident celto-germanique d’où proviennent les forces césariennes22. Pour autant, la balance de l’hétérogénéité des races qui composent les armées semble pencher du côté des forces pompéiennes23. En outre Lucain ne manque pas de rappeler que des Celtibères combattent contre César aux côtés d’Afranius (4.10) et que la mort de Curion, pour méritée qu’elle soit, n’en est pas moins celle d’un Romain face à des Africains vengeurs d’Hannibal (4.788sq.)24. Enfin, à la bataille de Pharsale, les peuples d’Orient, rassemblés au centre du dispositif pompéien (7.221-232), non seulement sont stigmatisés par César qui constate que “peu de bras y feront une guerre civile” (7.274-275 : ciuilia paucae/ bella manus facient ; cf. 270-285), mais, avoue le poète, ces peuples orientaux ne cherchent qu’à “répandre le sang romain” (7.511 : Romanus cunctis petitur cruor)25.

  • 26 Il est question aussi de l’Hibérie en 7.232, mais il s’agit sans doute de la contrée caucasienne d (...)
  • 27 Caes., Ciu., 3.60.5 précise que les deux chefs gaulois n’ont pas déserté seuls ; cf. aussi 79.6 ; (...)
  • 28 Cf. App., BC, 2.49. De manière révélatrice, Carsana 2007, 170 ne commente pas le seul membre de ph (...)

11Un seul peuple “occidental”26 est mentionné dans le camp pompéien ; il est interpellé par le poète en ces termes : “De là, Gaulois farouches, vous avez marché sur votre ennemi coutumier”, César et ses troupes (7.231 : inde, truces Galli, solitum prodistis in hostem). Qui sont ces “Gaulois” ? Les six cents Galates de Déjotarus (Caes., Ciu., 3.4.3 ; cf. App., BC, 2.49) ? Les trois cents Gallogrecs de Tarcondarius Castor et de Domnilaus (Caes., Ciu., 3.4.5 ; Flor. 2.13.5) ? Les Allobroges déserteurs du camp de César27 ? Les cinq cents Gaulois et Germains de la garde du corps du roi Ptolémée, ex-“Gabiniens” amenés d’Alexandrie, et dont on sait qu’ils étaient complètement orientalisés (Caes., Ciu., 3.4.4) ? La manière dont Lucain en parle, le fait aussi qu’il distingue soigneusement, un peu plus loin, les Galates des Gaulois (7.540-541) font penser qu’il s’agit de véritables Celtes occidentaux, sans qu’on sache s’il faut ou non les confondre avec les mystérieux cavaliers celtes mentionnés par le seul Appien – peut-être des Celtibères ? – parmi les contingents pompéiens28. En tout cas, il y avait des Gaulois qui combattaient sous Pompée contre “leur ennemi habituel” César.

12À part eux, l’armée de Pompée est une armée orientale. Cette orientalisation appuyée des forces pompéiennes entre dans le processus de la perte de l’identité romaine par Pompée, dont le point d’aboutissement sera son projet d’aller demander de l’aide aux Parthes après Pharsale (8.289-327). À Pharsale, si l’on peut dire, seuls les morts pompéiens sont des Romains, tués par des Romains (cf. 7.496-502 ; 564 ; 578-585 ; 597-600). Inversement, seuls des bras barbares sont montrés frappant les soldats de César (7.510-544). Si le but du poète était d’absoudre les Pompéiens de toute culpabilité dans l’effusion de sang, le résultat n’en est pas moins étrange, qui fait des Césariens les victimes des seuls Barbares.

  • 29 Une correspondance interne de plus à ajouter à celles qui sont étudiées dans ce volume par P. Espo (...)

13Non moins étrange est le fait que le schéma décrit ci-dessus, qui met les Barbares du côté de Pompée et ne veut voir chez César, contre l’évidence, que des troupes romaines engagées à Pharsale, est l’exacte reproduction inversée du schéma mis en place par le poète pour le début de la guerre civile29. À ceci près que les Barbares sont des Gaulois.

  • 30 Noter que Lucain contredit le mensonge de César, qui place son discours aux soldats avant le franc (...)

14Nous avons vu César rappeler ses légions chargées de surveiller la Gaule récemment conquise. Au moment du franchissement du Rubicon, ce sont bien des enseignes romaines qui sont “portées hâtivement dans les eaux gonflées du fleuve” (1.204-205 : tumidumque per amnem/ signa tulit propere ; cf. 23sq. ; 268). Et ce sont bien les “manipules en armes” qui sont “convoqués aux enseignes” pour entendre la harangue de César (1.296 : Conuocat armatos extemplo ad signa maniplos)30.

  • 31 L’analyse de ce processus est excellemment faite dans ce volume par I. Meunier.
  • 32 César leur octroiera la ciuitas en 48.

15Pourtant la terreur ressentie par les populations d’Italie est tout autre : c’est le metus Gallicus, la vieille peur ancestrale du Gaulois. Par petites touches31, le poète fait monter cette peur dans les âmes romaines. Il commence par rappeler que le Rubicon constitue une “frontière nette” entre “les champs gaulois et les laboureurs ausoniens” (1.215-216 : Gallica certus/ limes ab Ausoniis disterminat arua colonis). Ce qui est exact, mais ne tient pas compte du fait que la Gaule Cisalpine avait commencé d’être soumise dès avant la Deuxième Guerre punique et que la Cispadane avait obtenu la ciuitas depuis 89 : de part et d’autre du Rubicon, il n’y avait donc bien que des ciues Romani. Quant à la Transpadane, ses habitants étaient, depuis la même date, citoyens de droit latin32. Pourtant, la réaction des gens d’Ariminum, à l’arrivée des troupes de César, ne laisse pas de surprendre : ils se jettent sur leurs armes rouillées et vermoulues par une longue paix (1.239sq.) en apercevant “les aigles bien connues, les enseignes romaines” (1.244 : notae […] aquilae Romanaque signa). Réaction incompréhensible, jusqu’au moment où on les entend évoquer le péril gaulois et germanique, avant même la crainte hannibalique, en se plaignant d’être toujours “en première ligne” :

O male uicinis haec moenia condita Gallis !
[…]
Nos primi Senonum motus Cimbrumque furentem
uidimus et Martem Libyes cursumque furoris
Teutonici (1.248 ; 254-256).

“Ô nos murailles, fâcheusement bâties au voisinage des Gaulois ! […]
Nous, les premiers, nous avons vu les invasions des Sénons et le Cimbre
en furie, et le Mars libyen et la charge de la fureur teutonne”.

16C’est toute l’histoire de la colonie d’Ariminum, fondée en 268 (Liv., Per., 15 ; Vell. 1.14.7 ; Eutrop. 2.16 ; Paean. 2.16 ; Hist. Misc., 2.22) pour, en effet, surveiller les Gaulois de la plaine padane, que ces plaintes sont censées retracer. Non sans approximation : les Sénons n’ont jamais pu menacer, lors de leurs raids en Italie, une colonie qui, en 390 (Liv. 3.35sq.) comme en 284 (Pol. 2.19.7-13 ; Liv., Per., 12 ; App., Samn., 6.1-2 ; Celt., 11.1-2 ; Oros. 3.22.12-14 ; August., C. D., 3.17 ; Hist. Misc., 2.13), n’existait pas encore ! Des Celtes transalpins menacèrent bien la ville vers la fin du iiie siècle, mais sans l’atteindre (Liv., Per., 20 ; Pol. 2.24sq. ; Diod. 25.13 ; Plin., Nat., 3.138 ; Eutrop. 3.5…). Quant aux Cimbres et aux Teutons défaits par Marius et par Catulus en 102 et 101, il faut avoir une bonne vue pour les distinguer, depuis Ariminum, jusqu’à Aix et Verceil où ils furent arrêtés (Liv., Per., 68 ; Plut., Mar., 15.23 ; Vell. 2.12 ; Flor., Epit., 1.38 ; Fron., Str., 2.4.6…) ! La seule mention exacte, dans cette plainte, est l’allusion – sans intérêt pour le présent sujet – à la Deuxième Guerre punique, où Ariminum, restée fidèle à Rome, devint une importante place stratégique (cf. Liv. 21.15.6 ; 51.6-7 ; 63.1…). En fait, tout se passe comme si l’arrivée de César était délibérément assimilée au péril gaulois, en omettant volontairement toute mention de la guerre civile, y compris d’ailleurs de la guerre syllanienne, dont Ariminum eut pourtant à souffrir (Cic., Verr., 1.36). Pourtant, dira-t-on, le poète mentionne bien que les enseignes – pluriel épique, car, à cette date, une seule légion, et encore incomplète, a franchi le Rubicon – sont romaines. Mais ce que voient les habitants, c’est, rangé derrière ces enseignes, l’ennemi “héréditaire” celtique, semblable aux Sénons, Cimbres, Teutons ou autres Gaulois alliés et mercenaires d’Hannibal.

17Comme s’il avait entendu les plaintes des gens d’Ariminum, César, dans sa harangue aux soldats, dénonce cette assimilation abusive :

Non secus ingenti belloum Roma tumultu
concutitur quam si Poenus transcenderit Alpes
Hannibal. […]
Quid ? si mihi signa iacerent
Marte sub aduerso ruerentque in terga feroces
Gallorum populi ? (1.303-305 ; 307-309).

“Du tumulte des guerres Rome n’est pas moins frappée que si le Punique Hannibal avait franchi les Alpes. […] Que serait-ce si mes enseignes gisaient à terre sous les coups contraires de Mars et si se ruaient dans notre dos les farouches peuples gaulois ?”.

  • 33 Cf. 6.145 : les feras […] gentes contre lesquelles s’est battu le centurion Scaeva.

18Il tente donc de faire reconnaître la réalité : c’est lui le vainqueur des Gaules et l’Italie n’a donc rien à craindre des Gaulois feroces33. Mais, en même temps, il reconnaît que les mesures prises contre lui l’assimilent aux plus féroces hostes de Rome : Hannibal et les Gaulois. Il est vrai aussi que Lucain va insister lourdement sur la faute stratégique que commet César en dégarnissant la Gaule chevelue des légions chargées de surveiller tous ces peuples belliqueux, impatients du joug romain trop récent, fanatisés par leur clergé druidique, et auxquels s’ajoute, en profil perdu, l’ombre menaçante du Barbare germanique transrhénan (1.396-465).

19Ce n’est pourtant pas cette menace, somme toute lointaine, qui va terroriser la ville de Rome à l’approche de César :

  • 34 Nous retenons la correction de Cl. Van Jever, au lieu du Alpes des Mss, en raison de leur localisa (...)

[…] explicat audacis ruere in certamina turmas
adferat et […]
barbaricas saeui discurrere Caesaris alas ;
ipsum omnes aquilas conlataque signa ferentem
agmine non uno densisque incedere castris.
Nec qualem meminere uident : maiorque ferusque
mentibus occurrit uictoque inmanior hoste.
Hunc inter Rhenum populos Albimque34 iacentes,
finibus arctois patriaque asede reuolsos,
pone sequi, iussamque feris a gentibus Vrbem
Romano spectante rapi (1.474-484).

“[…] on raconte que […] que d’audacieux pelotons de cavalerie font des raids-éclairs et que les escadrons barbares du féroce César chevauchent de tous côtés ; lui-même, dit-on, s’avance à la tête de plusieurs colonnes, aigles et enseignes réunies, à marches forcées. Ils ne le voient pas comme dans leur souvenir : plus grand, sauvage, tel il se présente, plus monstrueux que l’ennemi qu’il a vaincu. On dit que des peuples situés entre Rhin et Elbe, arrachés à leurs terres nordiques et à leur patrie d’origine, marchent derrière lui et que, sur son ordre, la Ville va être ravagée par ces populations sauvages sous les yeux des Romains”.

20Certes le poète a pris soin de nous dire que ce sont là des rumeurs nées d’uneuana […] fama, des nuntia […] falsa (1.469 ; 471-472 ; 484sq.). Il n’en demeure pas moins que ces bruits alarmistes trouvèrent une audience suffisante dans la Ville pour provoquer une panique générale (1.486-522). Et le poète soulignera que, même si les rumeurs de massacres demeurèrent infondées, Rome, ville ouverte, n’en fut pas moins la proie de César et de ses troupes : Ipsa caput mundi, bellorum maxima merces,/ Roma capi facilis 1.655-656 ; cf. 5.19 : captae […] urbis).

21Or, dans son histoire, Rome ne fut qu’une fois la proie de l’ennemi : quand, justement, les Gaulois s’en emparèrent (cf. Liv. 5.34sq.). Alors, rappelle Lentulus pour justifier la fuite du Sénat en Épire :

Tarpeia sede perusta
Gallorum facibus Veiosque habitante Camillo
illic Roma fuit (5.27-29).

“Une fois le site tarpéien carbonisé par les torches des Gaulois, comme Camille habitait Véies, c’est là que fut Rome”.

  • 35 Sur le sac de Delphes, voir Cic., Diu., 1.81 ; V. Max. 1.1.18…

22Rome est là où siège le chef de la résistance à l’envahisseur gaulois, Camille, jadis, Pompée aujourd’hui. Et sans doute n’est-ce pas un hasard si le poète rappelle incidemment que la Grèce où l’affrontement aura lieu a jadis elle aussi subi le sac gaulois (cf. 5.134sq.)35. César et ses troupes sont donc bien assimilés à l’envahisseur gaulois. Que dis-je ? Ils sont l’envahisseur gaulois, à en croire Pompée au début de la guerre :

Ardent Hesperii saeuis populatibu agri,
Gallica per gelidas rabies effunditur Alpes,
iam tetigit sanguis pollutos Caesaris enses.
[…]
O rabies miseranda ducis ! (2.534-536 ; 544).

“Les champs d’Hespérie flambent en cruels ravages, la rage gauloise se répand à travers les Alpes glacées, déjà le sang a touché les épées souillées de César. […] Ô misérable rage du chef !”.

23La même rage anime donc César et ses hordes gauloises lancées à l’assaut de l’Italie. Au contraire, lui, Pompée, commande à “la véritable armée romaine” (2.532 : uere Romana manus).

24Nous sommes, on le voit, dans une exacte inversion de la situation de Pharsale, où la romanité se trouvait du côté de César, face à la barbarie orientale de l’armée pompéienne ; simplement, du côté de César, il s’agit d’une barbarie occidentale. Or, si l’une est méprisable jusque dans sa cruauté, l’autre fait remonter les plus vieilles terreurs romaines devant le metus Gallicus.

25Fiction poétique, dira-t-on, ou noircissement délibéré de l’action césarienne : comme si la guerre civile ne suffisait pas, le poète y ajoute une fiction de guerre étrangère. Ce serait une erreur de croire cela.

26D’abord, qu’il y ait à Rome une véritable peur fantasmatique des Gaulois, encore à l’époque de César, est un fait avéré. Il suffit de relire Diodore de Sicile (Diod. 5.25sq. ; cf. Liv. 38.17) ou le Pro Fonteio de Cicéron et ses éloges de l’action “civilisatrice” menée par César contre la barbarie celtique (cf. aussi Cic., Pis., 74 ; Balb., 64) pour se convaincre que la peur du Gaulois restait tenace à Rome, un demi-siècle après la descente des Cimbres et des Teutons et quelques années après la menace allobroge de s’allier à Catilina (Sal., Cat., 40sq. ; cf. Cic., Font., 26 ; 36 ; Har., 42 ; Mur., 42).

27Mais qu’en est-il de l’invasion de l’Italie par César ? Pour apprécier les réactions de l’opinion publique, nous possédons un document de première main : la correspondance de Cicéron durant cette période. Elle est tout à fait éclairante. Dès la fin décembre 50, Cicéron, pour expliquer qu’il faut céder aux exigences de César, argumente :

Imbecillo resistandum fuit, et id erat facile ; nunc legiones XI, equitatus
quantum uolet, Transpadani […] (Cic., Att., 7.7.6).

“C’est quand il était faible qu’il aurait fallu lui résister, et c’était facile. Aujourd’hui : onze légions, toute la cavalerie qu’il voudra, les Transpadans […]”.

  • 36 Sur le recrutement de la cavalerie de César, cf. Rambaud [1969] 1987 ; Le Bohec 2001, 86sq.
  • 37 Rambaud [1969] 1987 et Le Bohec 2001 ont tous deux fait justice du mythe, longtemps tenace chez le (...)

28Les forces d’abord dénombrées sont, outre les onze légions qui quadrillent la Gaule, une cavalerie potentiellement innombrable et les Tranpadans. Autrement dit, des Gaulois : les Transpadans, à qui il a promis la ciuitas – promesse qu’il tiendra bientôt – et, au-delà, l’innombrable réservoir d’hommes constitué par les peuples soumis de la Gaule transalpine. L’excellence de cette cavalerie gauloise, recrutée dans toutes les Gaules – cisalpine, narbonnaise et chevelue – et en Espagne, renforcée d’escadrons germains36, était connue (par ex. Caes., Gal., 7.80). Quant à la distinction établie par César entre ce qui semble une cavalerie attachée à la légion, légionnaire ou composée d’alarii provinciaux de droit latin37, et une cavalerie auxiliaire, de notre point de vue ici, elle apparaît comme négligeable : le statut juridique de ces cavaliers, dont certains étaient citoyens de fraîche date, d’autres auxiliaires, ou alliés, ou mercenaires, importe moins que leur aire d’origine, incontestablement celtique. À 90 % la cavalerie de César était, géographiquement et ethniquement, gauloise.

  • 38 Cf. Martin (à paraître).

29Le franchissement du Rubicon, avec Ariminum comme premier cantonnement, se fit le 12 janvier avec cinq cohortes de la XIIIe légion (1.231sq. ; cf. Caes., Gal., 1.8.1 ; Plut., Caes., 32, 3 et 8 ; App., BC, 2.35 ; D. C. 41.4 ; Oros. 6.15.3 ; Zon. 10.7). Six jours après, les consuls et une partie du Sénat quittèrent précipitamment la Ville en proie à l’angoisse de l’arrivée imminente de César. Revenons sur cette panique. Peut-être le bruit avait-il couru que César marchait directement sur Rome : il semble en avoir eu l’intention au départ (cf. D. C. 41.4 ; Zon. 10.7)38. Mais un autre bruit s’était répandu, sans doute propagé par des réfugiés (cf. Plut., Caes., 33.1-2 ; Pomp., 61.3-4 ; App., BC, 2.35), et dont César lui-même se fait l’écho, après Cicéron : Caesar enim aduentare iam iamque et adesse eius equites falso nuntiabantur, “De fausses nouvelles circulaient : César approchait déjà ; déjà ses cavaliers étaient là” (Caes., Ciu., 1.14.1 ; cf. Cic., Att., 7.17.5 : Sed audio maiorem quendam in Vrbem timorem esse).

30Bien sûr, comme Lucain, César tient à souligner qu’il s’agit de faux bruits. Il reste que c’est bien la crainte de l’approche de la cavalerie gauloise de César qui provoqua la panique à Rome.

31Il n’en est pas moins vrai aussi que la principale raison, donnée par César lui-même, pour ne pas faire entrer de nuit ses troupes dans Corfinium est la crainte d’exactions qui seraient commises par la soldatesque à la faveur de la nuit (Caes., Ciu., 1.21.2). Crainte non exempte de vraisemblance, si l’on en juge par la nécessité où se trouva César, après la reddition de la ville, de protéger les officiers pompéiens des “outrages et des insultes de ses soldats” (Caes., Ciu., 1.23.3 : a contumeliis militum conuiciisque). La terreur manifestée par les pompéiens enfermés dans Corfinium, si grande que certains envisageaient de se suicider plutôt que d’être faits prisonniers par les troupes de César (Caes., Ciu., 1.22.6), avait donc quelque fondement. César utilise certes ces circonstances pour montrer sa lenitas, mais il n’en trahit pas moins, pour une fois, le fait que l’avance de ses forces ne se faisait pas sans provoquer la terreur.

32Pourtant, au lendemain de la fuite de Pompée et des magistrats, Cicéron, tout en s’insurgeant contre César qui “saisit des villes de citoyens (= des colonies) pour se frayer un accès plus facile vers sa patrie” (Cic., Att., 7.11.1 : occupare urbes ciuium quo facilio sit aditus ad patriam), refuse de croire que le péril césarien soit égal au péril gaulois et justifie qu’on abandonne Rome : Vrbem ut relinquas ? ergo idem, si Galli uenirent ? (Cic., Att., 7.11.3 : “Abandonner la Ville ? Donc comme si les Gaulois revenaient ?”).

33Il répond ainsi à l’argumentation de Pompée, que Lucain, lui, mettra dans la bouche de Lentulus. Mais on aura remarqué que ce sont les Gaulois auxquels Cicéron pense spontanément pour décrire le péril redouté par ses concitoyens. Cela signifie que la comparaison était “dans l’air”.

34Pourtant, malgré la crainte des atrocités de César (Cic., Att., 7.12.2 [22/01] : omnia taeterrime facturum puto ; cf. 17.4 : Totam enim Italiam flagraturam bello intellego), Cicéron a du mal à considérer ce qui se passe comme une véritable guerre civile, considérant que tout cela est la faute du seul César, qui – autre rencontre avec Lucain – traite la patrie comme une praeda (Cic., Att., 7.13a. 1 [23/01]). Malgré la crainte récurrente du pillage (Cic., Fam., 14.14.1 ; Att., 8.2.3), Cicéron pense encore, fin janvier, que les choses pourront s’arranger, car César, s’il marchait sur Rome, risquerait de perdre sa conquête gauloise, qu’il laisserait dégarnie de troupes et qui lui est hostile (Cic., Fam., 16.12). Nous retrouvons là l’un des griefs principaux opposés par Lucain à César au début de la guerre civile.

35Cependant, au mois de mars, après que Caelius lui eut vanté la qualité des troupes césariennes, aguerries par les années de campagnes en Gaule (Cic., Fam., 8.15.1), Cicéron s’inquiète :

Nam ego hunc ita paratum uideo peditatu, equitatu, classibus, auxiliis Gallorum
quos Matius elapizen, ut puto, sed certe dicebat […] <milia> peditum, equitum
sex polliceri sumptu suo annos decem (Cic., Att., 9.13a. 4).

“Car l’autre, je le vois tellement paré en infanterie, en cavalerie, en marine, en troupes auxiliaires de Gaulois que Matius, en se vantant – je pense – n’en affirme pas moins s’engager à entretenir à leurs frais […] mille fantassins, six mille cavaliers”.

  • 39 App., BC, 2.49 compte même dix mille cavaliers gaulois dans l’armée de César, mais ce chiffre semb (...)

36On ne peut qu’être frappé par la conformité de ce chiffre de six mille cavaliers – celui des fantassins est corrompu dans les manuscrits – avec celui qui est donné par César des forces de cavalerie engagées au début de la campagne d’Espagne, forte de trois mille cavaliers et d’autant provenant de la Gaule pacifiée par lui et – précise-t-il – sous ses ordres depuis le début de la campagne des Gaules (Caes., Gal., 1.39.2)39. Il est probable qu’ils avaient opéré également lors de la campagne d’Italie, avant de l’accompagner en Espagne.

  • 40 César le reconnaîtra lui-même, en faisant parler avec mépris Labienus de ces soldats de César “rec (...)
  • 41 Cf. Rambaud 1965, 35 ; 38sq.
  • 42 Le Bohec 2001, 328sq.
  • 43 Cf. Rambaud 1965, 35 ; 38sq.
  • 44 Rambaud [1962] 1970, 48, suggère qu’il pourrait s’agir des Gaulois de Narbonnaise, de droit latin, (...)
  • 45 Sur le caractère majoritairement celtique des populations et des recrues d’Italie du Nord, cf. Che (...)

37Une fois reconnu que la cavalerie de César était massivement celtique, posons-nous la question de l’identité ethnique des légions qui opérèrent pendant la campagne d’Italie. Elles aussi étaient composées de Gaulois40. En effet, la XIIIe légion, première à avoir foulé le sol italien, avait été recrutée en 57 avec des Gaulois de Cisalpine, probablement de Transpadane (Caes., Gal., 2.2.1)41. Elle sera bientôt rejointe par la XIIe, puis par la VIIIe (Caes., Ciu., 1.15.3 ; 18.5 ; cf. Luc. 2.466sq.)42. Toutes deux avaient également été levées en 57, selon toute vraisemblance avec des recrues de Cispadane, la XIIe au début de l’année (Caes., Gal., 2.2.1)43, la VIIIe, pour faire face au danger d’Arioviste. Qui plus est, la VIIIe, avant d’arriver en Italie, avait été renforcée par vingt-deux cohortes d’alliés ou, plus probablement, d’alarii recrutés en Gaule44, et par trois cents cavaliers germains envoyés par le roi de Norique (Caes., Ciu., 1.18.5), fidèle allié de César depuis le début de la guerre des Gaules (Caes., Gal., 1.54.3). Ces légions, qui avaient fait avec César toute la campagne des Gaules, s’étaient illustrées notamment, ensemble ou séparément, de 57 à 50, à la bataille de la Sambre, à Lutèce, à Gergovie, à Alésia, contre les Bellovaques et contre Ambiorix (Caes., Gal., 5.53.6 ; 7.47.7 ; 51.2 ; Hirt., Gal., 8.2-3 ; 24.2 ; Oros. 6.8.1). On comprend mieux désormais la panique que provoqua l’arrivée de ces légionnaires aguerris, dont la tenue réglementaire n’arrivait pas à cacher l’ethnie gauloise45, et qui étaient accompagnés de farouches cavaliers gaulois et germains munis de leur équipement traditionnel.

38Ce que ne fait guère apparaître le récit césarien, sinon pour s’en moquer, à savoir cette panique générale devant des troupes dont la composition ethnique était quasi exclusivement gauloise, Lucain le restitue parfaitement. Les vers de Lucain, paradoxalement, sont plus véridiques que la prose de César. La déformation historique du second a opéré une distorsion de la réalité vécue par les Italiens plus grande que l’amplification poétique du premier.

39Il n’est pas jusqu’à l’ambiguïté sur la nature de cette armée de César, mise en valeur par Lucain, qui ne corresponde à une réalité vécue. Ainsi entend-on le même Cicéron, après avoir insisté sur la “force de frappe” gauloise de César, déclarer – ce qui est juridiquement exact – qu’à Brindes, c’est “une armée du peuple romain” qui bloque Pompée (Cic., Att., 9.12.3). Mieux ! Pompée n’a d’autre dessein que de se constituer des troupes aussi allogènes que celles de César, déplore-t-il :

hoc a primo cogitauit, omnis terras, omnia maria mouere, reges barbaros incitare, gentis feras in Italiam
armatas adducere, exercitus conficere maximos. […]
Conculcari, inquam, miseram Italiam uidebis proxima aestate ab utriusque
immanibus copiis ex omni genere conlectis ; nec tam <dir>eptio permiscenda
[…] quam univers<us i>am interitus (Cic., Att., 8.11.2 et 4].

“depuis le début il [Pompée] n’a songé qu’à remuer terres et mers, à soulever les rois barbares, à mener en Italie des peuples sauvages en armes, à organiser d’ immenses armées. […] Tu vas voir, dis-je, l’été prochain, la malheureuse Italie piétinée par les troupes épouvantables qu’ils auront l’un et l’autre formées de n’importe quel peuple ; et il faut craindre non tant le pillage […] qu’une destruction totale”.

40Hormis l’erreur de localisation – l’Italie, et non la Grèce – et de prévision temporelle – il faudra un an de plus – la prédiction de Cicéron s’avèrera exacte : à l’occidentalisation barbare de César répond l’orientalisation non moins barbare de Pompée. On croirait lire Lucain ! Avec la différence que Cicéron a perçu et dénoncé dès le début du conflit cette “barbarisation” générale.

41Et ce n’est pas une impression fugitive. Cicéron, dans la même période, revient deux fois en mars 49 sur ce scandale d’une Italie martyrisée par des peuples barbares. D’abord pour dénoncer le dessein pompéien d’affamer la patrie italienne en faisant bloquer ses approvisionnements par des flottes orientales :

nostri principes antiquissimam et sanctissimam parentem, patriam, fame necandam putent.
[…] Omnis haec classis Alexandrea, Colchis, Tyro, Sidone, Arado, Cypro, Pamphylia,
Lycia, Rhodo, Chio, Byzantio, Lesbo, Zmyrna, Mileto, Coo ad intercludendos commeatus
Italiae et ad occupandas frumentarias prouincias comparatur (Cic., Att., 9.9.2).

“nos premiers citoyens pensent qu’il faut faire mourir de faim la patrie, notre mère très antique et très vénérable. […] L’ensemble de cette flotte, en provenance d’Alexandrie, de Colchide, de Tyr, de Sidon, d’Arados, de Chypre, de Pamphylie, de Lycie, de Rhodes, de Chios, de Byzance, de Lesbos, de Smyrne, de Milet, de Cos, a pour mission d’ intercepter les approvisionnements de l’Italie et de s’emparer des provinces productrices de blé”.

42Le jugement est rude, qui place Pompée dans la position où Lucain mettait César au début de son poème : en ennemi meurtrier de la mère-patrie. Et l’énumération bariolée des ports de Méditerranée orientale qui s’apprêtent à en faire le blocus est à rapprocher de la liste bigarrée, dressée par Lucain, des peuples orientaux qui soutiennent les armes de Pompée.

43Puis, répondant à Atticus qui lui suggérait de rejoindre Pompée, Cicéron s’indigne :

Me, quem non nulli conseruatorem illius Vrbis, quem parentem esse dixerunt, Getarum
et Armeniorum et Colchorum copias ad eam adducere ? (Cic., Att., 9.10.3).

  • 46 Lintott 2008, 287, n. 25, fait remarquer que la mention des Gètes n’a rien de fantaisiste : une am (...)

“Moi, que nombre de concitoyens ont appelé sauveur de notre Ville, père de notre Ville, mener contre elle des hordes de Gètes, d’Arméniens, de Colchidiens ?”46.

44Allons ! Les choses sont claires : dans cette guerre, si “civile” soit-elle, il n’y a le choix qu’entre deux barbaries : la barbarie occidentale de César, la barbarie orientale de Pompée. C’est ce que dit aussi Lucain, avec cette nuance que la guerre commence par la barbarie occidentale de César et s’achève à Pharsale par la barbarie orientale de Pompée – explication de son échec ? On ne peut en tout cas qu’être frappé par la lucidité de Cicéron d’une part, dès le début de la guerre, et par la conformité, d’autre part, de la vision de Lucain avec ce que ressentit alors le plus fin analyste politique contemporain de la situation.

  • 47 Pichon 1912
  • 48 Cf. Rambaud 1960 ; Lounsbury 1975 ; Martin 2000, 116sq.
  • 49 Cf. Jal 1982 ; Martin 2000, 116sq. Sur les lectures de Lucain, qui ont pu nourrir son inspiration, (...)
  • 50 Cf. Jal 1982 ; Sussman 1978, 137-152.
  • 51 Hypothèse de Canfora [1999] 2001, 187.
  • 52 Cf. Malcovati 1953 ; Brisset 1964.
  • 53 Elles se poursuivent au-delà du début de la guerre civile. On ne peut, par exemple, qu’être frappé (...)

45Et, du coup, un problème se pose. D’où Lucain tenait-il une approche aussi exacte des sentiments des Romains contemporains de l’événement ? On tombe sur la crux des sources de Lucain. Depuis R. Pichon47, le problème n’a pas beaucoup avancé : certes, César comme source a été quelque peu réhabilité48, mais la source principale de Lucain est toujours considérée, à juste titre d’ailleurs, comme étant Tite-Live, même si la part d’autres auteurs d’ouvrages perdus demeure probable, sans qu’on puisse la mesurer exactement49. On sait, par exemple, que son grand-oncle, Sénèque le Rhéteur, avait écrit une histoire des guerres civiles (Sen., De Vita patris, 3 F 18 Haase)50, qui a pu inspirer Lucain51. Quant à l’influence cicéronienne, elle n’a jusqu’à présent été étudiée que sous l’angle de la pensée de Lucain52. Or, au vu de toutes les coïncidences entre le texte de Lucain et les lettres de Cicéron contemporaines des événements53, nous osons poser la question : se pourrait-il que la lecture de la correspondance de Cicéron ait pu inspirer le poète ?

  • 54 Cf. Shakleton Bailey 1999, 2 ; Hutchinson 1998, 4.
  • 55 Sur Cicéron et Sénèque, voir Gambet 1970 ; Grimal 1984.
  • 56 Par exemple, un rapprochement vient d’être fait entre l’adresse à Pompée après Pharsale (7.706 : u (...)

46Une chose est sûre : il a pu les lire. En effet, il est assuré désormais que les lettres Ad Familiares ont circulé au moins à partir des années 30 et les lettres Ad Atticum dès 60 à peu près54. Or les lettres de Cicéron Ad Familiares étaient connues et appréciées de Sénèque le Rhéteur, à en juger par l’une de ses Suasoires (Sen., Suas., 7.13), et il est fort plausible de penser qu’il les a utilisées pour son histoire des guerres civiles. Quant aux lettres à Atticus, elles étaient connues de l’oncle de Lucain, Sénèque le Philosophe, qui y fait référence à deux reprises dans ses Lettres à Lucilius (Sen., Ep., 21.4 ; 118.1-2)55. Les témoignages des deux Sénèque font même partie des tout premiers que nous possédions sur la Correspondance de Cicéron. Ajoutons, pour les lettres à Atticus, que la manière dont Sénèque en parle montre que Lucilius aussi les connaissait. On peut en inférer que Lucain était dans le même cas, vu sa proximité avec son oncle. On ne peut en tout cas qu’être frappé par le fait que, dans la famille de Lucain, qu’il s’agisse de son grandoncle ou de son oncle, ces lettres semblent avoir été particulièrement appréciées. Dans ces conditions, l’hypothèse d’une influence sur Lucain d’une lecture des lettres écrites par Cicéron pendant la guerre civile ne paraît pas devoir être écartée. Pour être invérifiable, l’hypothèse n’en est pas moins étayée par les nombreuses correspondances qu’on peut trouver entre le poème de Lucain et la correspondance de Cicéron. Notre présent travail ne fait qu’esquisser une voie de recherche qui, à notre avis, pourrait s’avérer féconde56.

47Nous suggérons donc d’ajouter la Correspondance de Cicéron aux sources qui ont servi de matériau de base à la fabrication du Bellum Ciuile de Lucain. Cette hypothèse permet seule en effet de comprendre l’étonnante conformité d’inspiration et de ton, sur le thème de la “barbarisation” de la guerre civile, que nous avons constatée entre Cicéron et Lucain.

Notes

1 Un rapide sondage à l’aide du CD-Rom de la BTL permet de repérer près d’une centaine d’occurrences renvoyant directement à la guerre civile. L’expression la plus courante est bellum ciuile (au sing. ou au pl. ; à différents cas ; dans cet ordre ou dans l’ordre inverse). On trouve en seconde position l’expression ciuilibus armis. On rencontre aussi : ciuilis dextrae ; proelia ciuilia ; rabies ciuilis ; odiis ciuilibus ; ciuile nefas ; impia arma ; ciuile facinus…

2 Cf., dans ce volume, U. Eigler.

3 Nous renvoyons à la liste des auteurs de récits de guerre civile dressée par Jal 1982, 90 sq., n. 6.

4 Cf. Jal 1963, 60sq.

5 Cf., entre autres, Wuilleumier & Le Bonniec 1962, 13-14.

6 Cf. Luc. 1.95sq. (fratricide romuléen) ; 111sq. ; 289sq. (gendre contre beau-père) ; 376sq. (fratricide, parricide et meurtre de l’épouse enceinte)…

7 Cf. le reproche que ses troupes font à César, 5.269 : Tot mihi pro bellis bellum ciuile dedisti.

8 Cf. 7.285sq. ; comparer avec Caes., Ciu., 1.7.7 : Hortatur cuius imperatoris ductu VIIII annis rem publicam felicissime gesserint plurimaque proelia secunda fecerint, omnem Galliam Germaniamque pacauerint […].

9 Pompée aussi insiste sur leur âge en 2.561.

10 Cf., dans ce volume, U. Eigler.

11 Cf. Jal 1982, 90sq.

12 Cf. Christ 1938, 6-20.

13 Cf. 3.296-297 ; 7.634-640.

14 Trait souligné par Canfora [1999] 2001, 221. Pour la partie orientale, une excellente thèse, malheureusement inédite, en traite : Umbdenstock-Roiron 1998.

15 Cf. 1.290-291 ; 7.72-73.

16 Comparer 1.392-465 (forces de César) et 3.169-295 (alliés de Pompée).

17 Wuilleumier & Le Bonniec 1962 ad loc.

18 Cf. Jal 1962, 20sq.

19 Cf. Touahri 2004.

20 Touahri (à paraître).

21 Ce peut aussi être une allusion ironique au statut d’hostis intérieur que lui attribue le sénatus-consulte ultime qui le frappe.

22 Flor., Epit., 2.13.5 oppose de même aux Gallici Germanique dilectus l’accumulation bigarrée des forces orientales pompéiennes : Deiotarus, Ariobarzanes, Tarcondimontus, Cotys et Rhascypolis, omne Thraciae, Cappadociae, Macedoniae, Ciliciae, Graeciae totiusque robur orientis.

23 Le poète revient avec insistance sur le caractère étranger des forces pompéiennes, au moment de Pharsale, en 7.509sq. ; 525sq. ; 635sq.

24 À rapprocher du jugement de Cicéron sur la continuation de la guerre en Afrique après Pharsale : non esse barbaris auxiliis fallacissimae gentis rem publicam defendendam (Att., 11.7.3).

25 Cf. 512-516, dont l’authenticité ne fait pas de doute à nos yeux : l’usage de flèches enflammées est banal et la portée des puissants arcs à double courbure était augmentée par un tir pointé à 45° vers le ciel, provoquant cette “nuit compacte de traits” (nox [...] telis conserta) évoquée au v. 520.

26 Il est question aussi de l’Hibérie en 7.232, mais il s’agit sans doute de la contrée caucasienne du même nom, où Pompée avait porté ses armes (cf. Plut., Pomp., 34.6-8 ; D. C. 38.3). Soubiran 1998, 184, pense, à cause de la mention de la caetra, arme typiquement espagnole ou africaine (cf. Serv., ad Aen., 7.732 ; Sil. 3.278), qu’il s’agit de troupes espagnoles amenées à Pompée par Afranius (cf. Caes., Ciu., 3.88.3). Mais le poète a pu attribuer des armes semblables à un peuple homonyme des Ibères d’Espagne.

27 Caes., Ciu., 3.60.5 précise que les deux chefs gaulois n’ont pas déserté seuls ; cf. aussi 79.6 ; 84.5.

28 Cf. App., BC, 2.49. De manière révélatrice, Carsana 2007, 170 ne commente pas le seul membre de phrase ἱππέε῞τέ τινε῞Κελτῶν.

29 Une correspondance interne de plus à ajouter à celles qui sont étudiées dans ce volume par P. Esposito.

30 Noter que Lucain contredit le mensonge de César, qui place son discours aux soldats avant le franchissement du Rubicon : Caes., Ciu., 1.7 ; contra Suet., Jul., 33 ; D. C. 41.4.

31 L’analyse de ce processus est excellemment faite dans ce volume par I. Meunier.

32 César leur octroiera la ciuitas en 48.

33 Cf. 6.145 : les feras […] gentes contre lesquelles s’est battu le centurion Scaeva.

34 Nous retenons la correction de Cl. Van Jever, au lieu du Alpes des Mss, en raison de leur localisation finibus arctois. Le poète parle ici des populations de la Germanie profonde : il y avait eu le précédent de 53, où César avait appelé les peuples à l’entour à la curée contre les Éburons (Caes., Gal., 6.34sq.).

35 Sur le sac de Delphes, voir Cic., Diu., 1.81 ; V. Max. 1.1.18…

36 Sur le recrutement de la cavalerie de César, cf. Rambaud [1969] 1987 ; Le Bohec 2001, 86sq.

37 Rambaud [1969] 1987 et Le Bohec 2001 ont tous deux fait justice du mythe, longtemps tenace chez les historiens militaires de Rome, de la disparition de la cavalerie légionnaire.

38 Cf. Martin (à paraître).

39 App., BC, 2.49 compte même dix mille cavaliers gaulois dans l’armée de César, mais ce chiffre semble excessif : cf. Carsana, 2007, 169. À moins qu’il corresponde à l’effectif total des auxiliaires gaulois que César fit passer en Grèce ?

40 César le reconnaîtra lui-même, en faisant parler avec mépris Labienus de ces soldats de César “recrutés ces dernières années en Gaule citérieure, et dont la plupart proviennent des colonies transpadanes” (Caes., Ciu., 3.87.4)

41 Cf. Rambaud 1965, 35 ; 38sq.

42 Le Bohec 2001, 328sq.

43 Cf. Rambaud 1965, 35 ; 38sq.

44 Rambaud [1962] 1970, 48, suggère qu’il pourrait s’agir des Gaulois de Narbonnaise, de droit latin, mobilisés en 52 pour faire face à la menace de Vercingétorix (cf. Caes., Gal., 7.65.1).

45 Sur le caractère majoritairement celtique des populations et des recrues d’Italie du Nord, cf. Chevallier 1983, notamment 95sq. ; 194sq. (recrutement militaire) ; 429 ss (faciès ethnique et religieux) ; 503sq. (crainte qu’ils continuaient de susciter à Rome au ier siècle a.C.).

46 Lintott 2008, 287, n. 25, fait remarquer que la mention des Gètes n’a rien de fantaisiste : une ambassade avait été envoyée par Pompée à leur roi Burebista (cf. Syll.3 762.21sq.).

47 Pichon 1912

48 Cf. Rambaud 1960 ; Lounsbury 1975 ; Martin 2000, 116sq.

49 Cf. Jal 1982 ; Martin 2000, 116sq. Sur les lectures de Lucain, qui ont pu nourrir son inspiration, voir Marti 1964.

50 Cf. Jal 1982 ; Sussman 1978, 137-152.

51 Hypothèse de Canfora [1999] 2001, 187.

52 Cf. Malcovati 1953 ; Brisset 1964.

53 Elles se poursuivent au-delà du début de la guerre civile. On ne peut, par exemple, qu’être frappé par le parallélisme des jugements de Cicéron et de Lucain sur Pompée durant la guerre civile, d’abord négatifs, puis de plus en plus nuancés, pour finir par être positifs. Le génie de Lucain serait d’avoir intégré cette évolution dans une eschatologie épique.

54 Cf. Shakleton Bailey 1999, 2 ; Hutchinson 1998, 4.

55 Sur Cicéron et Sénèque, voir Gambet 1970 ; Grimal 1984.

56 Par exemple, un rapprochement vient d’être fait entre l’adresse à Pompée après Pharsale (7.706 : uincere peius erat) et deux passages de lettres de Cicéron écrites après Pharsale (Cic., Fam., 9.6.3 : extremum malorum omnium esse ciuilis belli uictoriam ; 9.3 : miserius nihil quam ipsa uictoria) par Franchet d’Espèrey 2009, 357-359.

© Ausonius Éditions, 2010

Terms of use: http://www.openedition.org/6540