Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lucain en débat

 | 
Olivier Devillers
, 
Sylvie Franchet d’Espèrey

Deuxième partie. Idéologie , ordre et désordre

Cadaver dans le Bellum Civile

Nathan Calonne

Note de l’éditeur

Les nombres entre parenthèses représentent la quantité d’occurrences du mot pour une œuvre de la taille de l’Énéide de Virgile, soit 12920 v.

Texte intégral

1Le traitement réservé au corps humain dans le Bellum Civile par Lucain contribue grandement à le singulariser au sein de la tradition épique, et même plus largement de la littérature latine. Il est en effet en net décalage par rapport aux canons traditionnels de la pensée et de l’art antiques. Ce décalage n’est cependant pas le résultat de la seule volonté du poète de se différencier de ses prédécesseurs, et l’aemulatio ne constitue pas à notre avis la meilleure clé de lecture de la représentation du corps dans le Bellum Civile. C’est ailleurs qu’il faut en chercher le sens, bien plutôt dans une logique interne à l’œuvre : on pourrait dire pour résumer que le corps n’est plus dans le Bellum Civile le support d’une identité héroïque, mais au contraire le point faible qui révèle la fragilité de l’univers épique et de son système de valeurs. La représentation générale du corps dans le poème a donc constamment vocation métaphorique : outre qu’elle permet de dire de la manière la plus brutale la violence à l’œuvre durant les guerres civiles, elle sert une réflexion plus vaste et plus diffuse, de nature politique et historique.

2À cet égard, l’analyse des emplois du terme cadaver dans le Bellum Civile nous a semblé emblématique du travail de Lucain.

3Le premier fait remarquable dans les emplois de corpus et cadavuer – les deux termes pouvant désigner le cadavre en latin – dans le Bellum Civile est leur usage massif par Lucain, comme on le constate dans le tableau ci-dessous :

4Si l’on additionne les occurrences de corpus et cadaver, on en compte 98 dans le Bellum Civile, contre seulement 122 chez Virgile, qui avait déjà considérablement multiplié leur présence par rapport à Homère (18 occurrences de démas et sôma dans l’Iliade). Seules les Métamorphoses comptent un nombre plus important de ces deux termes, mais cette différence considérable par rapport aux autres œuvres s’explique essentiellement par le sujet même du poème d’Ovide, le corps humain et ses transformations.

  • 1 Le terme apparaît à 52 reprises dans les Declamationes.
  • 2 C’est la seule occurrence chez lui ; cadaver n’apparaît pas.
  • 3 Aucune occurrence n’est à relever chez Plaute.

5Si l’on examine maintenant dans le détail ces emplois, le fait le plus marquant est l’extraordinaire inflation, chez Lucain, de l’emploi de cadaver, comparable à nul autre parmi les œuvres des poètes épiques et des historiens choisis comme termes de comparaison. En outre, une telle prédilection pour le terme cadaver est sans autre exemple dans toute la littérature latine antique, dans laquelle le TLL ne répertorie au total que 351 occurrences, ce qui, comparé aux 36 du Bellum Civile, est très peu ; le seul auteur qui utilise fréquemment le terme est Quintilien, dans ses Déclamations1, et une lecture rapide des passages concernés laisse à penser que ses emplois sont lourds de pathétique, et permettent de créer à peu de frais l’émotion que se doivent de susciter ces exercices rhétoriques. Cadaver n’apparaît par contre qu’une seule fois chez Celse (1.1.75), qui est aussi le seul médecin à l’utiliser, ce qui prouve que le mot n’avait rien de technique ou de scientifique. On le rencontre d’ailleurs chez Lucilius, et Térence emploie même un cadaverosus (Hec., 441)2 ; cadaver est donc un mot ancien appartenant au latin courant, bien qu’il soit peu employé, en tout cas dans la langue littéraire ; sa rareté même dans les genres littéraires appartenant au genus humile, tel que la comédie3, ou au genus medium, comme la satire, invite à penser que même la langue non littéraire et le sermo cotidianus n’en usaient qu’avec parcimonie.

  • 4 Une occurrence chez Valerius Flaccus ; 17 chez Silius Italicus, mais son épopée est beaucoup plus l (...)

6Comment alors faut-il interpréter cette exceptionnelle fréquence de cadaver dans le Bellum Civile, alors que, de surcroît, cette innovation de Lucain n’a eu pour ainsi dire aucune postérité auprès des poètes épiques latins ultérieurs4 ? L’emploi courant que fait Quintilien de cadaver dans ses Déclamations, et qui se retrouve aussi, bien que dans une moindre mesure, dans les Controverses de Sénèque le Rhéteur, oriente indubitablement cadaver du côté du pathétique – pour employer une caractérisation floue et extensive. Reste cependant à définir précisément la nature de ce pathétique suscité par l’emploi de cadaver plutôt que de corpus (qui peut lui aussi s’appliquer à un mort, un cadavre), afin de ne pas voir seulement dans cette originalité un nouvel avatar du tumor rhétorique que l’on a longtemps reproché à Lucain.

7Notre travail sera articulé autour de trois axes. Dans un premier temps, nous ferons un point rapide sur les différences sémantiques entre corpus et cadaver, les deux termes pouvant désigner le cadavre dans les textes latins. Nous étudierons ensuite ce que devient cette distinction chez Lucain : si elle reste valable dans certains cas, elle est le plus souvent insuffisante pour comprendre le choix opéré par le poète entre corpus et cadaver. Nous montrerons enfin comment Lucain réactive l’origine étymologique de cadaver pour en faire le moyen d’une réflexion historique et politique sur l’idée de décadence de Rome.

  • 5 Allara 1995. C’est à notre connaissance la seule contribution sur la question.

8Nous prendrons comme point de départ de notre réflexion un article d’A. Allara, qui tente précisément d’éclaircir la différence entre corpus et cadaver5. Partant du constat que trois termes désignent en latin le mort, mortuus quand la personne vient de mourir, et corpus ou cadaver dans les autres cas, A. Allara pose le principe, légitime à notre avis, que l’utilisation de deux termes distincts (mortuus mis à part du fait de son sens spécifique) permet de supposer l’existence, sinon de deux réalités différentes, du moins de deux perceptions, de deux attitudes différentes à l’égard du corps du mort. La difficulté que souligne une telle prémisse est que corpus n’a pas du tout le même champ sémantique initial que cadaver, puisqu’il peut désigner aussi bien un corps vivant qu’un cadavre, comme c’est du reste le cas dans beaucoup d’autres langues, et n’a donc pas la force macabre qui frappe d’emblée dans cadaver. A. Allara intègre cet élément dans son analyse, ce qui l’amène à opposer deux attitudes antithétiques face à la mort et au corps mort, qui seraient matérialisées dans la langue par l’opposition entre corpus et cadaver.

9Voici quelles sont ses conclusions : corpus désigne le cadavre auquel la communauté rend les honneurs funéraires, ou veut rendre ces honneurs ; l’emploi de corpus, mot qui peut être utilisé aussi bien pour parler des vivants que des morts, suppose une volonté d’établir une continuité entre la vie et la mort, continuité qui consiste pour les proches du défunt à reconstituer une image de la personne conforme à ce qu’elle était de son vivant. L’instauration de cette continuité s’accomplit à travers une série d’actes ritualisés, qui vont du lavement et de l’habillement du corps à la disposition de ses restes dans une tombe portant son nom et attestant son existence, en passant par le rapatriement du corps si nécessaire, la procession mortuaire, etc. L’emploi de corpus plutôt que de cadaver marque la volonté de la part des vivants de pérenniser, par la ritualisation de la mort, à la fois l’identité du défunt, et l’intégrité du monde des vivants à travers la création d’espaces, la tombe, le cimetière, qui sont à la fois lieu de contact maîtrisé entre les deux mondes, et lieu de séparation, de différence, mettant à distance la mort et toutes les semences de désordre qu’elle véhicule.

10Si l’emploi de corpus indique une prise en charge de la mort par les vivants et l’instauration d’une continuité pacifiée, cadaver au contraire, selon les analyses du même auteur, marque une faillite de cette réappropriation : le cadaver désigne le corps laissé à l’abandon, soit par impuissance ou négligence, soit par volonté délibérée d’outrager le mort ; en effet, le mot apparaît le plus souvent au fil de descriptions de situations extrêmes, où les suites de la mort ne peuvent plus être conjurées. Ainsi que l’écrit A. Allara, “ cadaver indique un point de non-retour sur lequel les vivants n’ont plus de prise”. À la mention d’un cadaver est souvent associée l’évocation des outrages subis par le corps : défiguration, corruption, putréfaction, dévoration par les charognards, etc. A. Allara conclut son étude en soulignant le rôle essentiel des vivants dans l’établissement de la distinction entre corpus et cadaver.

11Cette thèse nous semble incontestable dans son ensemble ; elle confirme d’ailleurs les représentations immédiates attachées aux deux termes et à la relation qu’ils entretiennent l’un avec l’autre. Dans le détail cependant, ces conclusions doivent être précisées ; les occurrences étudiées par A. Allara en effet – et cela est particulièrement vrai pour celles qui sont empruntées au Bellum Civile – ne résistent pas toujours à un examen approfondi, qui révèle que le travail de Lucain est plus complexe, ou, plus exactement, plus authentiquement littéraire. Elle évoque deux passages du poème : en 8.712-822, Cordus, à la recherche du corps de Pompée jeté à la mer par Pothin et ses comparses, arrache aux flots un cadaver : pelagoque iuuante cadaver/ impellit (8.725-726) ; s’aidant des vagues qui le charrient, il tire le cadavre sur la plage. L’emploi de cadaver, placé en fin de vers, souligne ainsi la déréliction de la dépouille de Pompée, mutilée et abandonnée par son camp en fuite, livrée à l’injure du temps et des éléments. En revanche, comme le souligne A. Allara, c’est un corpus que Cordus dépose sur le bûcher :

Summas dimouit harenas
et collecta procul lacerae fragmenta carinae
exigua trepidus posuit scrobe. Nobile corpus
robora nulla premunt, nulla strue membra recumbunt :
admotus Magnum, non subditus, accipit ignis
(8.754-758).

“Il creusa la surface du sable, et déposa les débris recueillis alentour d’une carène disloquée, dans l’étroite fosse. Pour peser sur le noble corps, pas de bois, pas d’empilement où reposent ses membres ; le feu qui reçoit Magnus n’est pas au-dessous de lui, mais à côté” (trad. Soubiran 1998 modifiée).

  • 6 8.737 : lacerum corpus siccos effundat in ignes ; 744-745 : paruos iuuenis procul aspicit ignes/ co (...)

12Les deux autres occurrences de corpus dans l’épisode confirment apparemment l’interprétation d’A. Allara : toutes deux6 parlent de corps, celui de Pompée et celui d’un jeune homme inconnu, auxquels on rend ou a rendu les honneurs funèbres. On peut toutefois lui opposer le caractère paradoxal de cadaver dans le premier passage, qui évoque précisément les soins que l’on a du mort, et annonce les honneurs qui lui seront rendus malgré tout, ce qui aurait pu inciter Lucain à employer plutôt corpus ici.

13A. Allara cite également dans son article le v. 626 du livre 6, qui décrit Érictho errant au milieu des cadavres :

Maestum tecta caput squalenti nube pererrat
corpora caesorum tumulis proiecta negatis.

“Sa face lugubre couverte d’une vapeur ténébreuse, elle erre parmi les corps gisants des morts qui n’ont pas droit à une sépulture”.

14Elle justifie l’emploi de corpus dans ce passage, au lieu de cadaver que l’on attendrait, par une opposition ainsi créée entre les corpora des soldats épars, mais susceptibles d’être ensevelis, et les cadavera utilisés par Érictho pour ses pratiques magiques. L’argument nous semble peu convaincant : la précision tumulis proiecta negatis souligne plutôt l’abandon total des cadavres, morts anonymes et sans gloire (le tumulus est en effet plus qu’un simple tombeau), victimes d’escarmouches avant l’affrontement décisif, et que la guerre civile laisse aussitôt derrière elle. D’ailleurs, le terme negatis suggérerait plutôt que la sépulture leur a été délibérément refusée.

15La vérité est donc qu’aucun détail chez Lucain ne justifie un partage rigoureux entre corpora et cadavera. De plus, corpus, dans la suite de l’épisode, apparaît encore très souvent, notamment pour désigner le soldat qu’Érictho fait revenir à la vie (6.540 ; 544 ; 620 ; 631 ; 637 ; 720), à peu près aussi souvent que cadaver (6.532 ; 550 ; 584 ; 621 ; 639 ; 727 ; 755 ; 776 ; 822).

16Par ailleurs, pour prendre d’autres exemples entrant en contradiction avec les conclusions d’A. Allara, l’expression nobile corpus qui caractérisait, dans le premier passage qu’elle évoque, le cadavre de Pompée auquel Cordus rend les derniers honneurs, apparaît ailleurs dans le Bellum Civile ; or, si le contexte est similaire, l’image contredit nettement celle du livre 8. Toute la deuxième partie du livre 4 est consacrée à la campagne de Curion en Afrique, et se clôt, après sa défaite face aux armes de Juba et son suicide, par une suspension de la narration qui s’attarde, en une sorte de point d’orgue, sur le tableau de son cadavre abandonné dans le champ de bataille désormais désert, avant que le poète lui décerne, en guise d’adieu, ce que l’on pourrait appeler un blâme funèbre :

Ante iaces quam dira duces Pharsalia confert,
spectandumque tibi bellum Civile negatum est.
Has urbi miserae uestro de sanguine poenas
ferre datis, luitis iugulo sic arma, potentes.
Felix Roma quidem ciuisque habitura beatos,
si libertatis superis tam cura placeret
quam uindicta placet.
Libycas en nobile corpus
pascit aues, nullo contectus Curio busto
(4.803-810).

  • 7 Ou bien : “aucun tombeau ne t’apaise”, si l’on opte pour la leçon nullo contentus Curio busto du ma (...)

“Te voici étendu avant que Pharsale cruelle ne mette les chefs aux prises, le spectacle de la guerre civile t’a été refusé. Puissants, vous payez de votre sang la malheureuse Rome, et votre gorge purifie vos armes. Fortunée serait Rome, heureux ses citoyens, si les dieux avaient autant à cœur sa liberté que sa vengeance. Noble corps en pâture aux oiseaux de Libye, Curion, aucun tombeau ne te recouvre”7.

17L’écho entre la fin de Curion et celle de Pompée que crée la reprise de l’expression nobile corpus invite à les comparer, et rend plus éclatant l’hommage rendu par le poète à Pompée, défenseur de la patrie et de la République, Hesperii maiestas nominis una (8.760), tandis que Curion, lui, les a vendues : emere omnes, hic uendidit Vrbem (4.824).

18Que nobile corpus puisse à la fois désigner un cadavre livré aux charognards et un mort que l’on honore montre que les analyses d’A. Allara, tout à fait pertinentes sur le plan anthropologique, ne permettent pas pour autant de rendre compte du travail poétique de Lucain. C’est ailleurs qu’il faut en chercher les raisons.

19Ce qui ressort des quelques passages considérés jusqu’à présent, c’est que l’emploi de corpus, au lieu de cadaver que l’on attendrait, est motivé par la volonté de créer un contraste pathétique entre la charge d’humanité de corpus, qui suscite la pitié, et le criminel outrage à l’être humain que constitue l’abandon des morts. Ainsi en va-t-il pour le corps de Curion ; telle est aussi la tonalité de cette autre évocation du cadavre de Pompée, cette fois dans la bouche de son fils Sextus : apprenant à son frère la mort de leur père, il décrit son assassinat par les sbires de Ptolémée, sa tête promenée par la ville, et le sort de son cadavre :

Nam corpus Phariaene canes auidaeque uolucres
distulerint, an furtiuus quem uidimus ignis
soluerit ignoro
(9.141-143).

“Son corps, les chiennes de Pharos et les oiseaux rapaces l’ont-ils déchiqueté, le feu furtif que nous avons aperçu l’a-t-il consumé, je ne sais”.

  • 8 Hic <illi occurrit> multum fleti ad superos belloque caduci/ Dardanidae.
  • 9 Cf. par ex. V. Max. 6.3.1d ; Tac., Ann., 1.22 ; Juv. 3.32 ; Suet., Cal., 59.1 ; Dom., 15.3 ; 18.3 ; (...)
  • 10 Cf. entre autres Caes., Gal., 2.27.4 ; B. Hisp., 32.2 ; V. Max. 7.6.5 ; Sil. 15.768 ; Juv., 10.186  (...)
  • 11 Lucr., 3.719 ; 4.680 ; 6.1155 ; Curt. 5.1.11 ; Mart. 6.62.4 ; Suet., Nero, 48.2 ; etc.

20À la lecture de ces quelques exemples se pose donc à nouveau la question : qu’est-ce qui, au fond, gouverne le choix de corpus ou de cadaver ? Les auteurs anciens eux-mêmes semblent embarrassés par cadaver ; en témoignent par exemple les définitions que Servius, à plusieurs reprises, se sent tenu d’en donner dans ses commentaires virgiliens. Ainsi ad Aen., 6.4818 : Caduci qui bello ceciderunt, id est mortui, a cadendo ; unde et cadavera dicta. Et ailleurs : sane haec corpora siue proieci iubebantur, a cadendo, siue quod sepultura carebant, « cadavera » dicta (ad Aen., 9.143). Ou encore : et cadaver est corpus nondum sepultum, dictum cadaver careat honore sepulturae (ad Aen., 7.264). Aux yeux de Servius, cadaver a donc un sens d’abord dépourvu de toute affectivité et une acception précise, technique presque, puisqu’il désigne le corps spolié des honneurs funèbres. Le grammairien semble pourtant hésiter entre deux étymologies : une formation à partir de cadere et une autre de carere sepultura, faisant de cadaver un mystérieux mot-valise. Et il est vrai que les emplois les plus fréquents du mot dans la littérature latine semblent confirmer, sinon cette dernière étymologie, du moins le sémantisme qu’elle suppose : dans nombre de cas, c’est la volonté d’insister précisément sur l’absence de sépulture qui dicte l’emploi du mot plutôt que de corpus9, tandis que l’image de la chute et du corps gisant est plus rare10. Le plus souvent cependant, cadaver est associé à l’évocation des outrages auxquels est exposé le corps mort11.

  • 12 Il n’y a qu’une occurrence de cadauer dans tout le Bellum Ciuile, en 3.49, et les cadavres en quest (...)
  • 13 On ne rencontre ainsi dans le Bellum Ciuile que six occurrences de mots de la famille de mors : 2.5 (...)

21Ces quelques éléments constituent de maigres pistes pour interpréter le travail de Lucain. On peut toutefois en tirer plusieurs conclusions. Il est certain tout d’abord que la prédilection pour cadaver que Lucain partage avec Quintilien et Sénèque le Rhéteur ressortit à l’ambition de créer des effets pathétiques. Cette dimension apparaît plus clairement encore si l’on compare la somme de cadavres que compte le Bellum Civile avec leur absence presque complète dans le récit que donne César des événements12. La guerre civile n’offre plus chez Lucain le même visage. Et sans doute le poète grossit-il un trait que la pudeur tout intéressée de César avait passé sous silence : de discrète qu’elle était dans les Commentaires13, la mort devient omniprésente dans le Bellum Civile, et les guerres civiles sont restituées dans toute leur sanglante vérité. Ce point est cependant trop évident pour que l’on s’y attarde davantage, et c’est sur une autre singularité du Bellum Civile que nous allons maintenant nous appesantir.

  • 14 Fontanier 1993, 351 : “la dérivation consiste à employer dans une même phrase ou dans une même péri (...)

22En effet, à relire les passages où apparaît le mot cadaver, on remarque que Lucain, à plusieurs reprises, semble jouer, plus ou moins explicitement, sur l’étymologie du mot. En deux endroits ce jeu est explicite, prenant même la forme d’une sorte de polyptote, ou de dérivation exactement14. Tout d’abord, au cours de l’évocation, au livre 2, des massacres occasionnés par les guerres entre Sylla et Marius, Lucain écrit :

Iam quot apud Sacri cecidere cadavera portum,
aut Collina tulit stratas quot porta cateruas,
[…] (2.134-135).

“Bientôt, combien de cadavres tombèrent à Sacriport, combien de bataillons amoncelés supporta la Porte Colline, […]”.

23C’est donc l’étymologie de cadaver par cadere que choisit Lucain, et le rapprochement des deux mots côte à côte dans le vers ne peut passer inaperçu. La même figure revient, plus frappante encore, au cours de la scène de nécromancie à laquelle se livre Érictho quand, après que le cadavre a délivré sa décevante prophétie, la sorcière apprête une mixture destinée à lui interdire à jamais tout nouveau retour à la vie :

Sic postquam fata peregit,
stat uultu maestus tacito mortemque reposcit.
Carminibus magicis opus est herbisque, cadaver
ut cadat, et nequeunt animam sibi reddere fata
consumpto iam iure semel
(6.820-824).

“Après avoir achevé ses prophéties, il reste figé, son visage muet de douleur, et réclame de mourir à nouveau. Il faut herbes et incantations pour que tombe le cadavre, les destins ne peuvent reprendre la vie sur laquelle une fois déjà ils ont exercé leur droit”.

24L’ensemble de ce passage approfondit, à tous les niveaux, la tonalité macabre qui naît de l’adynaton. Ainsi voit-on, dans les vers qui suivent, le cadavre se jeter spontanément dans les flammes de son propre bûcher. Tout, ici, est sous le signe du paradoxe, et de la confusion qui en découle. Le mort se tient debout, stat, et réclame de mourir, mais la vie, anima, qu’il a retrouvée sans pour autant cesser d’être un cadavre, ne peut lui être reprise. Le tableau est encadré de mots et d’expressions qui se font écho, sans pour autant se répondre : fata, d’un vers à l’autre, n’a pas le même sens : tandis que fata peregit pourrait, hors de son contexte, avoir la même signification que consumpto [...] iure, et vouloir dire la vie parvenue à son terme. Ces fluctuations du sens transcrivent la nouvelle discontinuité, la porosité de la frontière entre vie et mort. Toute l’ironie macabre de la scène, enfin, est concentrée dans le rejet cadaver/ ut cadat, où l’écho étymologique est érigé en logique dernière, et le caractère quasi incantatoire de la formule donne la clef de cet univers, un univers où tout est sens dessus dessous.

25En réactivant l’origine étymologique de cadaver, Lucain l’associe aux champs sémantique et lexical de la ruine et de la chute, et aux images qui les accompagnent. En voici les exemples les plus significatifs pris dans l’ensemble du Bellum Civile :

  • conpressum turba stetit omne cadaver (4.787) ;

  • cumulo crescente cadavera murum/ admouere solo (6.180-181) ;

  • quodcumque iacet nuda tellure cadaver (6.550) ;

  • nec se paulatim per membra leuat (6.755) ;

  • latis proiecta cadavera campis (7.565) ;

  • iacet aggere magno/ patricium campis […] cadaver (7.597-598) ;

  • nondum stante modo crescens […] cadaver (9.804).

26La récurrence dans ces vers des mêmes images permet à notre avis d’interpréter l’emploi massif de cadaver par Lucain : il est dicté au fond par une réflexion générale sur la chute de Rome et sur la nature de la décadence. Un empire décadent est comme un cadavre debout, qui triche avec les lois de la vie.

27On retrouve là le lieu commun dans la littérature latine d’une Rome s’effondrant sous son propre poids, auquel Lucain sacrifie aussi. Ainsi :

moeniaque in praeceps laturos plena tremores
hi possunt explere uiri, quos undique traxit
in miseram Fortuna necem, dum munera longi
explicat eripiens aeui populosque ducesque
constituit campis, per quos tibi, Roma, ruenti
ostendat quam magna cadas
(7.414-419).

  • 15 Cf. sur ce passage le riche commentaire de De Nadaï, 2000, 23sq. Nous citons sa traduction.

“le vide causé par les tremblements de terre qui abîment les murailles populeuses, ces hommes pourraient le combler, que la fortune arracha de toutes parts pour un déplorable massacre, déployant, héritage des siècles, les peuples et les chefs, à travers ces plaines où elle montre, ô Rome, dans ton anéantissement, ta grandeur”15.

  • 16 On retrouve la même image à trois reprises dans le Bellum Ciuile : 2.297 (Roma cadat) ; 8.529 (Roma (...)
  • 17 D’autres passages opèrent le même rapprochement, bien que de manière moins évidente : 1.303-308 ; 7 (...)

28Cette Roma ruens évoquée ici, ce sont, de manière tragiquement incarnée, tous les cadavera qui jonchent les plaines de Pharsale. Et cadas, au v. 419, ne peut qu’évoquer tous ces cadavres dont il est question dans le passage sans qu’ils soient jamais explicitement nommés, à commencer par le cadavre de Rome16. La collision Roma ruenti n’est d’ailleurs pas sans autre exemple dans le Bellum Civile, Lucain jouant de cette assonance, qu’il est au demeurant le seul à avoir exploitée. Elle apparaît en 4.791 (Romanam ruinam), en 7.739 (uulturis ut primum laeuo fundata uolatu/ Romulus infami compleuit moenia luco,/ usque ad Thessalicas seruisses, Roma, ruinas), en 8.528-529 (Tu, Ptolemae, potes Magni fulcire ruinam,/ sub qua Roma iacet ?) ; et encore en 2.197-199, où Romae et ruinae se répondent en fin de vers, à un vers d’intervalle17.

29Lucain réinvestit l’origine étymologique de cadaver, de sorte que la description de la violence infligée aux soldats s’inscrit dans le cadre d’une réflexion synthétique ; un réseau métaphorique se crée qui associe dans un même mouvement de chute les hommes, le monde et Rome, si bien qu’en filigrane de ces emplois de cadaver dans le Bellum Civile, c’est une analyse de la décadence et du déclin qu’il est possible de lire.

30La comparaison de ces différents éléments permet donc d’interpréter la présence massive de cadaver dans le Bellum Civile comme une métaphore de l’abandon du corpus Romae, corps autrefois vivant, mais qui gît maintenant comme un soldat frappé à mort. On entrevoit ainsi que la peinture de la violence infligée aux corps des hommes dit davantage qu’elle-même, et nourrit, avec des moyens poétiques, une réflexion éminemment politique sur le destin de l’empire romain : la violence subie par les individus est indissociable d’une autre violence, celle qui atteint le corps politique en son entier, dans sa cohérence organique.

Notes

1 Le terme apparaît à 52 reprises dans les Declamationes.

2 C’est la seule occurrence chez lui ; cadaver n’apparaît pas.

3 Aucune occurrence n’est à relever chez Plaute.

4 Une occurrence chez Valerius Flaccus ; 17 chez Silius Italicus, mais son épopée est beaucoup plus longue que celle de Lucain.

5 Allara 1995. C’est à notre connaissance la seule contribution sur la question.

6 8.737 : lacerum corpus siccos effundat in ignes ; 744-745 : paruos iuuenis procul aspicit ignes/ corpus uile suis nullo custode cremantis (il s’agit d’un bûcher anonyme sur la plage où le corps de Pompée s’est échoué).

7 Ou bien : “aucun tombeau ne t’apaise”, si l’on opte pour la leçon nullo contentus Curio busto du manuscrit P.

8 Hic <illi occurrit> multum fleti ad superos belloque caduci/ Dardanidae.

9 Cf. par ex. V. Max. 6.3.1d ; Tac., Ann., 1.22 ; Juv. 3.32 ; Suet., Cal., 59.1 ; Dom., 15.3 ; 18.3 ; Apul., Met., 3.17 ; 4.7 ; etc.

10 Cf. entre autres Caes., Gal., 2.27.4 ; B. Hisp., 32.2 ; V. Max. 7.6.5 ; Sil. 15.768 ; Juv., 10.186 ; Flor., Epit., 1.22 ; 2.13 (dans tous ces exemples, c’est l’image des corps entassés qui prédomine) ; cf. aussi Verg., Aen., 6.481 (déjà mentionné) ; Apul., Met., 6.21 (dormiens cadauer) ; etc.

11 Lucr., 3.719 ; 4.680 ; 6.1155 ; Curt. 5.1.11 ; Mart. 6.62.4 ; Suet., Nero, 48.2 ; etc.

12 Il n’y a qu’une occurrence de cadauer dans tout le Bellum Ciuile, en 3.49, et les cadavres en question sont évidemment dans le camp pompéien : libenter etiam ex perfugis cognoscebant [les soldats de César] equos eorum tolerari, reliqua uero iumenta interisse ; uti autem ipsos ualitudine non bona cum angustiis loci et odore taetro ex mutitudine cadauerum et cotidianis laboribus, insuetos operum, tum aquae summa inopia adfectos.

13 On ne rencontre ainsi dans le Bellum Ciuile que six occurrences de mots de la famille de mors : 2.5 ; 41 ; 3.10 ; 18 ; 91 ; 106 ; 110.

14 Fontanier 1993, 351 : “la dérivation consiste à employer dans une même phrase ou dans une même période, plusieurs mots dérivés de la même origine”.

15 Cf. sur ce passage le riche commentaire de De Nadaï, 2000, 23sq. Nous citons sa traduction.

16 On retrouve la même image à trois reprises dans le Bellum Ciuile : 2.297 (Roma cadat) ; 8.529 (Roma iacet) ; 8.545 (Romana iacent).

17 D’autres passages opèrent le même rapprochement, bien que de manière moins évidente : 1.303-308 ; 7.60-62 ; 404-405 ; 660-664 ; 8.798-799.

Table des illustrations

Légende Note *
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/3168/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 46k

Auteur

Université Paris XII

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540