Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lucain en débat

 | 
Olivier Devillers
, 
Sylvie Franchet d’Espèrey

Deuxième partie. Idéologie , ordre et désordre

Les têtes coupées dans le Bellum Civile de Lucain : des guerres civiles placées sous l’emblème de Méduse

Aline Estèves

Texte intégral

  • 1 Sur la dimension étiologique de la bataille de Pharsale, cf. Leigh 1997, 79.
  • 2 Radicke 2004, 375 ; 415 ; 420 ; Johnson 1987, 98-99.
  • 3 Radicke 2004, 420 ; Kaempfer 1998, 158-160.
  • 4 Leigh 1997, 78.

1Il est une bataille que Lucain, pourtant prolixe en récits d’horreurs, se refuse paradoxalement à détailler : la rencontre des troupes de César et Pompée à Pharsale, au chant 7 du poème1. À deux reprises, le poète néronien soutient que l’horreur y fut telle qu’il préfère renoncer à toute déploration individualisée : son récit, prétend-il d’abord, ne saurait traduire le caractère indicible des atrocités commises par les deux camps (7.552-556 : Hanc fuge, mens, partem belli tenebrisque relinque,/ nullaque tantorum discat me uate malorum,/ quam multum bellis liceat ciuilibus, aetas./ A potius pereant lacrimae pereantque querellae :/ quidquid in hac acie gessisti, Roma, tacebo)2 ; ses épanchements pathétiques, souligne-t-il ensuite, ne suffiraient pas à embrasser les innombrables horreurs issues de cette bataille (7.617-618 : Inpendisse pudet lacrimas in funere mundi/ mortibus innumeris ; 630-631 Mors nulla querella/ digna sua est, nullosque hominum lugere uacamus)3. Lucain se retranche en effet derrière une prétérition manifestant sa réticence horrifiée pour livrer une déclinaison typologique des meurtres occasionnés par l’affrontement : y sont cumulées, sous forme de vignettes successives, les différentes formes de crime revêtues à Pharsale par la guerre civile4.

2La plupart des morts et blessures mentionnées dans cette énumération relèvent de la topique : transpercement, troncation ou écrasement, accompagnés de brusques effusions de sang, y trouvent leur place :

ac singula fata sequentem
quaerere letiferum per cuius uiscera uolnus
exierit, quis fusa solo uitalia calcet,
ore quis aduerso demissum faucibus ensem
expulerit moriens anima, quis corruat ictus,
quis steterit dum membra cadunt, qui pectore tela
transmittant aut quos campis adfixerit hasta,
quis cruor emissis perruperit aera uenis
inque hostis cadat arma sui, quis pectora fratris
caedat (7.619-626).

  • 5 Mlle E. Rousseau nous a signalé qu’on parlait de décollation quand la tête est ôtée à un cadavre, (...)
  • 6 Depuis la proscription syllanienne, la décapitation pouvait être suivie de plusieurs outrages au c (...)

3Mais un geste s’avère manifestement plus révélateur que les autres, pour Lucain, de l’affrontement intestin : il s’agit de la décapitation/ décollation5, évoquée au sommet de l’énumération (7.626-630 : et, ut notum possit spoliare cadauer,/ abscisum longe mittat caput, ora parentis/ quis laceret nimiaque probet spectantibus ira/ quem iugulat non esse patrem), et reliée étroitement au crime parental. Le relief conféré par leur position dans le vers aux termes fratris, parentis et patrem, comme la scansion fortement dramatisée des v. 628-629, qui font se succéder rythmes sombres (SSSD) et frénétiques (DDDS), confortent l’effet dramatique de la narration. La décapitation apparaît ainsi comme un geste emblématique des horreurs perpétrées durant la guerre civile – un excès (nimia) de ressentiment pouvant même pousser l’agresseur à défigurer sa victime (laceret)6.

  • 7 Décollation et décapitation ne constituent que l’un des moyens de mettre à mort une personne en vi (...)
  • 8 Pour un inventaire des peuples concernés par cette pratique, et une bibliographie essentielle à ce (...)
  • 9 Cf. Voisin 1984.
  • 10 Voisin 1984, 247, dresse un bref inventaire de ce type de décapitation, exécutée à la hache (“puni (...)
  • 11 Martin 2005, 151. Cf. aussi Voisin 1984, 265-266 ; Richlin 1999, 198-200.
  • 12 Cf. commentaire de Richlin 1999, 196-197. Voisin 1984, 281-282, propose un historique de l’évoluti (...)
  • 13 Sur les sources grecques et latines, notamment Plutarque et Appien, cf. Martin 2005, 147-151.
  • 14 Cf. commentaire de Radicke 2004, 34-38.
  • 15 Cf. commentaire de Heuzé 2000, 31.
  • 16 Cogny 1974 : la mort de Pompée et de Priam constituaient un “exemplum commode pour illustrer le th (...)

4Le choix symbolique ainsi opéré par Lucain peut s’expliquer par les faits historiques7. Sous la République, la décollation/ décapitation, considérée comme une violence condamnable quand les peuples barbares, Gaulois, Germains et Parthes en particulier, s’en rendaient coupables8, paraissait plus acceptable si les Romains l’exerçaient à des fins de coercition civilisatrice contre ces derniers9, ou dans le cadre d’un châtiment10. Mais “depuis la proscription syllanienne au moins”, rappelle P. M. Martin, “la [décollation] de la victime [romaine] […] était devenue une pratique ‘ banale’, rendue nécessaire […] pour obtenir du questeur le pretium caedis11 ; certains, comme Sénèque, voyaient là l’influence des mœurs barbares, qui avaient pénétré le monde romain (Sen., Dial., 5 [Ir., 3], 18.1)12. La guerre civile entre César et Pompée avait en tout cas particulièrement frappé les esprits en raison du sort réservé à ce dernier par les sbires de Ptolémée, qui lui coupèrent la tête après l’avoir assassiné. Les faits étaient connus13, mais la décollation de Pompée n’en suscita pas moins un malaise profond, si bien que le sujet semble difficile à aborder pour les contemporains : César recourt à une ellipse glaciale (Caes., Ciu., 3.104 : Ab his liberaliter ipse appellatus et quadam notitia Septimii productus, quod bello praedonum apud eum ordinem duxerat, nauiculam paruulam conscendit cum paucis suis : ibi ab Achilla et Septimio interficitur)14, tandis que Virgile glisse une allusion discrète à cet événement dans l’Énéide, lorsqu’il évoque le sort réservé à Priam (Verg., Aen., 2.557-558 : Iacet ingens litore truncus,/ auulsumque umeris caput et sine nomine corpus)15. Par la suite, le thème de la tête coupée abandonnée sur le sable serait devenu un sujet à la mode, dans les écoles de rhétorique du Haut Empire : l’exercice de style s’adossait à un vécu historique qui explique sans aucun doute son succès16.

  • 17 Pour une étude du motif dans les arts iconographiques, cf. Halm-Tisserant 1989, en particulier p.  (...)
  • 18 Segal 1971 ; Moreau 1997.
  • 19 Vernant 1982.
  • 20 Dauge 1981.

5Lucain pouvait en outre s’appuyer sur la tradition épique, qui faisait de la décapitation/décollation, depuis Homère, un geste atroce manifestant l’hybris de l’agresseur17. Étudiant les occurrences du thème dans l’Iliade, Ch. Segal et A. Moreau démontrent en effet qu’il illustre la montée progressive de la violence au cœur des combats, et revêt à ce titre une dimension particulièrement repoussante et brutale18 ; J. -P. Vernant y voit en outre “une forme exacerbée de l’outrage au cadavre”, que justifie la “fureur sanguinaire” d’un guerrier poussé à commettre l’innommable par la perte d’un être cher19. En d’autres termes, décapiter l’adversaire constitue dans l’Iliade le comble de l’horreur guerrière. Lucain – à l’instar, du reste, des poètes épiques latins qui l’ont précédé – se situerait par conséquent dans la lignée d’Homère et respecterait le discours idéologique dominant à Rome, en faisant de ce geste un symbole de violence excessive, assimilant le guerrier à un Barbare20.

  • 21 Zarini 1996a, 27-28.
  • 22 Brisset 1964, 192-194 ; Zarini 1996, 51.

6Cependant, le poète néronien déplace, en l’amplifiant, le rapport symbolique : en 7.626-630, la décapitation/ décollation n’est plus synonyme d’horreur barbare, mais devient emblématique de l’horreur propre à la guerre civile21. Divers indices confortent ce discours. Lucain rattache d’abord ce geste d’agression à des mobiles crapuleux (spoliare) : il l’intègre ainsi à la thématique de la perversion morale se traduisant par l’appât du gain, largement développée dans le Bellum Ciuile, tout particulièrement lors de l’épisode égyptien22. Ensuite, par une relation de cause à effet dont la logique est pervertie (ut […] possit) – ce qui n’est pas sans rappeler le thème de la perversion morale des mots en contexte de guerre civile, dont parlaient déjà Thucydide et Platon (cf. Thc. 3.82.4 ; Plat., R., 3.560d3-8) – le geste consistant à lancer la tête loin du corps (longe mittat caput) prouve que l’agresseur connaît la victime. Enfin, le vocabulaire expressif (cadauer, lacerare, iugulare) et la scansion dramatisée du passage, où s’entrechoquent les dissyllabes pyrrhiques et spondaïques, où se cumulent les coupes, confirment la dimension démonstrative, travaillée en rhétorique du blâme, que revêt le court passage.

  • 23 Contra Schrijvers 1990, 17.

7Loin d’être isolés, ces quelques vers bardés d’effets stylistiques cristallisent un thème récurrent du Bellum Ciuile. Lucain exploite en effet de façon exponentielle le thème des têtes coupées (1.685-686 ; 2.111-112 ; 121-124 ; 150-151 ; 160-161 ; 166-173 ; 189-190 ; 7.117 ; 305 ; 626-630 ; 674-675 ; 8.11-12 ; 436-437 ; 579-582 ; 607 ; 663-691 ; 774-775 ; 9.136-140 ; 214 ; 279-281 ; 675-679 ; 1010-1014 ; 1032-1034 ; 1068-1071 ; 1081-1084 ; 10.1 ; 100-101 ; 341-342 ; 364-365 ; 518-519), si l’on en juge d’après le travail opéré par les poètes antérieurs sur ce sujet (Enn., Ann., F **xxxviii, v. 483-484 ; **xxxix, v. 485-486 Skutsch ; Verg., Aen., 2.557-558 ; 8.197 ; 9.329-334 ; 465-467 ; 471-472 ; 768-771 ; 10.394-396 ; 552-556 ; 862 ; 12.380-382 ; 509-512 ; Ov., Met., 5.103-106 ; 6.643-646 ; 658-660 ; 8.768-769). Ce serait méjuger le génie du poète néronien, nous semble-t-il, d’y voir une simple hyperbole par répétition et accumulation. De fait, l’examen approfondi des occurrences fait apparaître un réseau métaphorique cohérent : loin de cantonner le sujet à une réduplication macabre, Lucain l’utilise pour conférer au poème une dimension symbolique originale23.

  • 24 Cogny 1974, 650 : cela n’a “rien d’étonnant chez cet écrivain si constamment hyperbolique et si vi (...)

8Dans le Bellum Ciuile, la résurgence du thème de la décollation/ décapitation atteint une telle fréquence, qu’il confine à l’obsession24 – que les têtes soient effectivement tranchées, que les personnages se menacent de cette atteinte, ou qu’ils en ressassent des souvenirs fameux. Or le traitement des occurrences n’est pas linéaire, mais suit une progression ascendante : le thème fait sa première apparition dès le livre 1, puis augmente de fréquence aux livres 2, 7 et 8, pour atteindre son maximum d’occurrences aux livres 9 et 10. Lucain inscrit ainsi le thème dans une perspective diachronique favorisant l’interprétation symbolique.

  • 25 Sur ce qu’il advint du tronc de Pompée, cf. Martin 2005, 153-156.

9La première occurrence, au livre 1 (1.685-686 : Hunc ego, fluminea deformis truncus harena/ qui iacet, agnosco), apparaît en effet dans la bouche d’une matrone prise de délire divinatoire, qui entrevoit un corps décapité ballotté par les flots, dont elle ne signale pas l’identité, mais qu’elle dit reconnaître – allusion évidente au sort réservé à Pompée25. Au livre 2, c’est un vieillard anonyme qui, par comparaison avec les temps présents, évoque le souvenir d’un passé affreux, les proscriptions de Marius et Sylla, durant lesquelles la décapitation/décollation était devenue un geste si commun qu’il aurait cherché la tête de son frère parmi un monceau de cadavres décapités :

rapuitque cruentus
uictor ab ignota uoltus ceruice recisos (2.111-112).

Aut te, praesage malorum
Antoni, cuius laceris pendentia canis

ora ferens miles festae rorantia mensae
imposuit. Truncos lacerauit Fimbria Crassos (2.121-124).

certatum est cui ceruix caesa parentis
cederet (2.150-151).

colla ducum pilo trepidam gestata per urbem
et medio congesta foro (2.160-161).

cum iam tabe fluunt confusaque tempore multo
misere notas, miserorum dextra parentum
colligit et pauido subducit cognita furto.
Meque ipsum memini, caesi deformia fratris :
ora rogo cupidum uetitisque inponere flammis,
omnia Sullanae lustrasse cadauera pacis
perque omnis truncos, cum qua ceruice recisum
conueniat, quaesisse, caput (2.166-173).

  • 26 Le sort de ce personnage avait frappé les imaginations : Sen., Dial., 5 (Ir., 3), 18.1-2 ; Hinard (...)

10En outre, ce personnage compare le corps défiguré du neveu de Marius aux corps décapités que rejette la mer sur le rivage (2.173-191, dont les v. 189-190 : nec magis informes ueniunt ad litora trunci/ qui medio periere freto)26 : à nouveau, le lecteur peut percevoir dans ce détail, qui fait écho aux propos de la matrone, une évocation du sort réservé à Pompée. Après les combats de Pharsale, enfin, les protagonistes essentiels de l’action parlent tous de têtes coupées : les uns souhaitent décapiter leur ennemi, les autres évoquent ceux qui ont été décapités, d’autres encore prétendent préférer la décapitation à la servitude ; mais tous, comme en témoignent les commentaires épars du narrateur, ont à l’esprit le sort de Pompée (7.674-676 ; 712-713 ; 8.10-12 ; 607 ; 772-775 ; 9.136-140 ; 214 ; 279-281 ; 10.99-100 ; 341-342 ; 364). Il n’est pas négligeable de noter qu’aucun peuple barbare, dans le Bellum Ciuile, ne commet ce geste d’agression ; bien au contraire, non sans ironie tragique, Pompée décide de ne pas se réfugier chez les Parthes, sur les conseils de Lentulus qui fait valoir la cruauté de ce peuple, trop enclin à décapiter les Romains (8.435-439) : Magnus se réfugie donc en Égypte, où l’ironie du sort veut qu’une main romaine porte atteinte à sa tête.

11Au fil du texte, la décapitation/ décollation prend ainsi la forme d’un symbole “éternel”, puisqu’elle concerne aussi bien le passé et le présent que le futur de la guerre civile ; dans cette perspective diachronique, le sort de Pompée occupe une place centrale, comme s’il symbolisait à lui seul l’horreur de la guerre civile.

  • 27 Radicke 2004, 455.
  • 28 L’épisode acquiert d’autant plus de relief que Lucain présente la mort de Pompée comme repoussée à (...)

12Il est vrai que l’épisode cardinal du Bellum Ciuile, en matière de tête coupée, se situe sans nul conteste au livre 8 : les v. 663-691 relatent, avec force détails et exclamations indignées de la voix poétique, l’acharnement des hommes de main de Ptolémée sur le corps de Pompée27. Plus que l’importance historique de l’événement relaté, ce sont les modalités d’écriture adoptées par Lucain qui confèrent à ce passage une importance cruciale28.

  • 29 Pour Martin 2005, 151, “la nouveauté consiste à avoir décollé le chef de la victime après sa mort,(...)
  • 30 Sur le sens de ce geste, cf. Martin 2005, 152-153 ; Richlin 1999, 197.
  • 31 Sur les difficultés matérielles que représente cet embaumement, cf. Martin 2005, 156-160.
  • 32 César dans le Bellum Ciuile recommande à ses hommes de blesser l’ennemi au visage : Narducci 1979, (...)

13Le texte épouse quatre mouvements qui vont crescendo dans l’horreur, progression signalée par l’insertion de différents termes visant à souligner la surenchère de cruauté dont font preuve Achillas et Septimius, les assassins de Pompée : dans un premier temps, celui-ci est victime des coups répétés de ses assaillants, qui le frappent de dos et de face, sans que la douleur n’entame l’expression inaltérable de leur victime ; dans un deuxième temps, Septimius tranche la tête de Pompée, initiative qui tient lieu de trouvaille macabre (inuenit)29 entraînée par la ferveur criminelle (saeuus in ipso sceleris actu) et présentée par Lucain comme un surcroît d’horreur (maius scelus) ; dans un troisième temps, la tête coupée qui manifeste encore des signes de vie est plantée sur une pique30, outrage qualifié de summi fata pudoris ; mais le dernier degré est atteint lorsque Lucain évoque le traitement réservé à cette tête coupée, qui est embaumée par les Égyptiens, sur l’ordre de Ptolémée, afin d’éterniser le témoignage de son crime (sceleris superesse fidem) : cette action constitue le sommet de l’horreur, qui atteint à la monstruosité, en heurtant l’ordre naturel aussi bien que la religion (arte nefanda)31. Confirmant les commentaires du narrateur au livre 7 à propos de Pharsale, la décapitation/ décollation de Pompée atteint le comble de l’horreur parce qu’elle est opérée par des compatriotes, et parce qu’elle est suivie d’une défiguration32.

  • 33 Sur la tradition épique chez Lucain, cf. von Albrecht 1970. De plus, si Lucain ne détaille pas l’a (...)

14La gradation dans l’horreur structurant la narration s’accompagne par ailleurs d’un traitement esthétique singulier, qui conforte la dimension d’horreur superlative attribuée par Lucain à l’épisode. Pour en saisir la nouveauté, il convient de rappeler, au préalable, quel était l’usage chez les poètes épiques depuis Homère, en matière de têtes coupées33.

15Le poète grec n’insiste jamais sur le geste de troncation en lui-même, qu’il retrace en peu de vers et qui apparaît toujours très efficace (Hom., Il., 10.455-457 ; 11.145-147 ; 261 ; 13.202-205 ; 14.465-468 ; 498-500 ; 16.339-341 ; 20.481-483), mais il confère une certaine puissance évocatrice à quelques scènes, en recourant à des comparaisons qui soulignent la désarticulation du corps décapité, dont le tronc se métamorphose en billot et la tête en ballon ou en étendard. Cependant, Homère mentionne très rarement des détails organiques – tout au plus signale-t-il au chant 20 la moelle qui s’échappe de la nuque de Deucalion, tranchée par Achille.

  • 34 Sur ces passages d’Ennius, cf. Skutsch 1985, 644-647.
  • 35 Reuellere ; cadere ; decutere ; caput resoluere ; detruncare ; auellere ; secare ; auferre ; detur (...)
  • 36 Le terme a été transposé du monde végétal à l’humain ; André 1991, 219.

16Ennius34, Virgile et Ovide mettent en œuvre une esthétique qui entérine les procédés d’Homère, tout en “romanisant” les motifs macabres associés. En effet, tous relatent les scènes de décollation/ décapitation sur deux à quatre vers tout au plus, au moyen de verbes variés35, qui soulignent l’efficacité du geste meurtrier. Ils développent en outre deux motifs macabres que l’imaginaire romain lui associe volontiers : l’effusion de sang et la persistance du mouvement vital. L’effusion de sang revêt en effet dans les textes épiques latins une dimension plastique importante, si bien que les poètes se plaisent à souligner le bruit, la couleur, la chaleur ou la qualité d’aspersion du liquide. Quant aux mouvements qui agitent la tête coupée – yeux qui se révulsent, bouche qui continue de parler – et qui permettent de travailler la thématique du mort-vivant, ils traduisent chez les poètes latins un sentiment d’étrangeté confinant au fantastique, le corps décapité perdant toute identité et toute forme humaine. Du reste, Virgile assimile souvent les corps décapités à des trunci : le terme, par syllepse, traduit la métamorphose du guerrier décapité en cadavre anonyme et déshumanisé36.

  • 37 Sur les difficultés techniques que présentent la décapitation ou la décollation, quand elles sont (...)
  • 38 Pour un commentaire sur cette phrase, cf. Martin 2005, 151-152. Je remercie M. Br. Bureau de m’avo (...)
  • 39 Jouteur 2005, 375, commente : “cet expressionnisme de la laideur dans l’horreur [est] moins tribut (...)

17Or, pour relater la décapitation de Pompée, Lucain prend à rebours les procédés narratifs et esthétiques des poètes antérieurs. Il développe le sujet sur une trentaine de vers ; il insiste sur la difficulté éprouvée par les agents de Ptolémée à sectionner la tête de Pompée, car ils ignoreraient comment trancher efficacement une tête à l’aide d’un glaive37 (nondum artis erat caput ense rotare)38 : le découpage laborieux auquel ils se livrent est retracé “fibre à fibre”, au moyen d’une courte hypotypose en euidentia qui suit le travail du bourreau, passant en revue les tendons, puis les veines et les vertèbres, au fur et à mesure que s’y enfonce le couteau ; celui-ci semble même s’émousser, puisqu’au découpage des chairs (secat) succède le bris des os (frangit) : la durée (diu) qui aurait caractérisé cet “équarrissage”, dans le temps historique, trouve une expression poétique dans l’appesantissement descriptif39.

18Par ailleurs, Lucain, suivant apparemment en cela ses prédécesseurs, aborde la thématique du corps mort-vivant dans cette scène : l’adjectif semianimis est mis en valeur par sa position en tête du v. 8.670 et la coupe trihémimère qui le souligne ; les participes spirantia et languentia confèrent un peu plus d’importance à la thématique, mais elle n’est véritablement exploitée que dans le troisième mouvement du texte, au moment où la tête de Pompée est fixée sur une pique. Lucain amplifie alors le thème du corps mort-vivant, en sollicitant le champ lexical de la vie (uiuunt, pulsant, animae), et en dramatisant l’énoncé de la phrase : les subordonnées de temps introduites par dum s’accumulent sur deux vers et demi ; toutes sont antéposées à la principale qui mentionne l’empalement de la tête de Pompée, enchaînement phrastique qui confère plus de brutalité aux faits relatés. Le vocabulaire macabre de la putréfaction sur lequel se clôt le passage (tabes, cerebro, cutis, putris umor), évoquant l’embaumement de la tête, achève de singulariser le texte.

  • 40 Martin 2005, 152.
  • 41 Martin 2005, 151 ; aussi 2000, 126-135.

19Comme l’explique P. M. Martin, la prétendue ignorance du Romain Septimius et de son époque en matière de décollation n’est qu’un prétexte auquel recourt Lucain, afin de “placer une description détaillée destinée à susciter l’horreur”40. Mais le poète n’entend pas seulement flatter de la sorte le goût de ses contemporains pour de tels récits. P. M. Martin décèle ainsi dans ce passage la volonté de Lucain de “répondre directement à César”41 : à la narration elliptique et partisane de l’historien romain, Lucain répond par une description horrible aux effets gradués, visant à dénoncer ouvertement le scandale des événements.

20Il nous semble que Lucain nous invite aussi à une lecture qui relève plus de la métaphore que de la politique. L’orientation symbolique du texte est manifeste, si l’on observe comment s’insère la description de la décollation de Pompée dans la dynamique de l’ouvrage : les effets de dispositio apparaissent soigneusement calculés par le poète néronien.

  • 42 Sur le mythe de Méduse dans la tradition littéraire gréco-latine, cf. Jouteur 2005.

21En effet, la tête coupée de Pompée est à nouveau évoquée à la fin du livre 9, tandis que les conseillers de Ptolémée la présentent à César, en signe d’allégeance ; mais c’est une tête figée dans la mort et quasiment méconnaissable qu’ils lui dévoilent (9.1010-1013 ; 1032-1043). Or, entre la décapitation de Pompée au livre 8 et la présentation de sa tête à César au livre 9, Lucain a inséré un récit mythologique lourd de sens : il a longuement évoqué le mythe de Méduse42.

  • 43 Sur le rôle étiologique de cette fable dans le Bellum Ciuile, cf. Kany-Turpin 2005, 136.
  • 44 Ahl 1976, 72-73.
  • 45 Aumont 1968a.
  • 46 Cf. Saylor 2002, 458-459 (références critiques essentielles à l’étude du passage) ; cf. également (...)
  • 47 Jouteur 2005, 375 : “Méduse est aussi un monstre, un corps tronqué, réduit à une tête. Comment ne (...)
  • 48 Pour une interprétation allégorique du passage, dont les répercussions dépassent le livre 9, cf. F (...)

22Certes, Lucain assigne au mythe de Méduse un rôle explicatif : les troupes de Caton ont été décimées dans le désert de Libye et n’ont pu mener de véritable combat, parce qu’elles ont été confrontées à un fléau extraordinaire, le pullulement des serpents venimeux issus du sang qui aurait dégoutté de la tête de Méduse43. La critique a perçu l’insertion de ce mythe au milieu du récit des affaires égyptiennes comme une digression au statut ambigu, hésitant entre temps historique et temps légendaire44. Bien entendu, diverses hypothèses ont été émises : les uns estiment que Lucain a cédé au plaisir de décrire des horreurs anatomiques en euidentia45 ; d’autres jugent que le passage vise à mettre en valeur la grandeur stoïcienne de Caton46 ; enfin certains, au nombre desquels J. Dangel et I. Jouteur47, voient dans cette apparente digression sur le mythe de Méduse une métaphore du fléau que représentent les guerres civiles48.

  • 49 Kany-Turpin 2005, 135-136 : “en plaçant le domaine de Méduse aux confins de la Libye, non seulemen (...)

23La fréquence du thème des têtes coupées dans le Bellum Ciuile permet d’abonder dans le sens de cette dernière hypothèse : il semble que le poète ait voulu amener le lecteur à établir une correspondance symbolique entre le fléau monstrueux que représentent les guerres civiles dans l’ordre de l’histoire et le fléau non moins monstrueux que représente Méduse dans l’ordre du mythe49.

  • 50 Cf. Dangel 2005, 5 : “guerre civile de toutes les monstruosités qui n’ont pas de fin et qui ne ces (...)
  • 51 Dangel 2005 ; Kany-Turpin 2005, 138-139.
  • 52 Molinié 1992, 156 : “[la gémination] : variété de répétition qui consiste en l’itération d’un même (...)

24J. Dangel a démontré que Méduse est peinte par Lucain, dans le prolongement des Géorgiques de Virgile50, comme un agent contaminateur et multiplicateur de la monstruosité, puisque même décapitée, elle engendre une multitude de serpents venimeux51. Or la récurrence du motif des têtes coupées tout au long du Bellum Ciuile atteint, nous l’avons vu, des proportions supérieures aux exigences de la topique. Le poème est ainsi empreint d’une sorte de gémination52 du thème : sa résurgence fait des têtes coupées des avatars monstrueux issus de la guerre civile, à l’instar des serpents venimeux nés du sang de Méduse.

  • 53 Masters 1992, 40.
  • 54 Jouteur 2005, 375, remarque également que Lucain établit un rapport explicite entre “le venin du s (...)

25Du reste, Lucain prend soin de souligner, à travers les propos des personnages, la dimension “contaminatrice” de la décollation/ décapitation. En début de poème, les mânes de Marius et Sylla se dressent pour proférer de sinistres présages (1.580-583), texte que le lecteur peut mettre en relation avec les propos du vieillard narrant les proscriptions et leur cortège de décapitations ; ce dernier lance pour finir une prophétie, qui entérine le rapprochement entre les proscriptions et la guerre civile (2.223-224). De plus, les termes contagia et semina parsèment les récits de combats intestins ou les propos des protagonistes romains s’encourageant à lutter (1.158-159 ; 466-468 ; 3.150 ; 321-323 ; 368-369), tandis que certains, comme les Marseillais, sont fustigés en raison de leur volonté affirmée de ne pas favoriser l’éclosion des “germes de la guerre”53 ; à travers ces deux mots introduisant la métaphore de la germination, le thème des têtes coupées est lié à l’histoire de Méduse54.

26Par ailleurs, Méduse est présentée par Lucain comme un monstre dont le pouvoir horrifiant relève de l’adynaton, puisqu’elle paralyse, morte, jusqu’à ceux qui n’ont même pas eu le temps de se rendre compte qu’ils croisaient son regard :

  • 55 Cf. Jouteur 2005, 375 ; Kany-Turpin 2005, 136-137.

Hoc habet infelix, cunctis inpune, Medusa,
quod spectare licet. Nam rictus oraque monstri
quis timuit ? Quem, qui recto se lumine uidit,
passa Medusa mori est ? Rapuit dubitantia fata
praeuenitque metus ; anima periere retenta
membra, nec emissae riguere sub ossibus umbrae (9.636-641)55.

  • 56 Cf. Jouteur 2005, 376 ; D’Alessandro-Behr 2007, 60-71 : la réaction de César à la vue de la tête c (...)
  • 57 Cléopâtre est dans le même cas : cf. Dangel 2005.
  • 58 Narducci 1979, 43-48 ; Martin 2005, 153.

27Or le mode de pensée des protagonistes du Bellum Ciuile ravive d’une certaine manière l’adynaton propre à Méduse. La critique a déjà beaucoup commenté l’étrange réaction de César, pleurant des larmes feintes à la vue de la tête de Pompée56 ; mais il n’est pas le seul, dans le Bellum Ciuile, à manifester dans ses réactions une étrangeté paradoxale57. Ainsi, depuis l’Énéide, la troncation de la tête est associée à la perte d’identité du cadavre ; dans le poème de Lucain, ce sont précisément les corps décapités que l’on sait identifier (1.685-686 ; 2.160-162 ; 7.626-627 ; 9.1036)58 : la décollation manifeste soit le lien de parenté qu’entretient l’agresseur avec la victime, soit l’importance politique du personnage visé.

28Comment ne pas faire le lien, dès lors, entre l’essaimage des têtes coupées en contexte de guerre civile, et le pullulement des serpents nés de la tête de Méduse ? Histoire et mythe conjoignent autour d’un motif unique : la prolifération du mal hyperbolique, qui consacre la déshumanisation monstrueuse de Rome et de ses dirigeants.

  • 59 Jouteur 2005, 374 : “Méduse devient le miroir dans lequel se reflète au lecteur la difformité mons (...)

29Pour conclure, dans le tressage opéré par Lucain entre le mythe de Méduse et la décapitation/ décollation de Pompée, le lecteur peut déceler de nombreuses correspondances : elles constituent au fil du texte, par recoupements et entrecroisements, une métaphore du mal propre aux guerres civiles59. Lucain fait des têtes coupées l’emblème monstrueux, horrifiant jusqu’à la tétanie, des guerres civiles : de même que le mythe de Méduse a été absorbé par les temps historiques, puisque ce sont les serpents nés du sang du monstre qui auraient décimé les troupes de Caton, de même l’histoire se résorbe dans le mythe, puisque les têtes coupées prolifèrent dans le poème, à l’instar des serpents nés de Méduse.

  • 60 Fantham 1992, 119.

30En outre, les têtes coupées confèrent à la guerre civile une dimension d’autant plus absurde et scandaleuse que les protagonistes du Bellum Ciuile ne décapitent pas des monstres. Tout au contraire, ils révèlent leur monstruosité en décapitant des adversaires qui sont autant de frères, de pères ou de compatriotes, manifestant ainsi une violence qui prend à rebours les valeurs morales traditionnelles du héros, chasseur de monstres. À travers le thème de la décapitation/ décollation, Lucain, insinue ainsi que la dimension monstrueuse des guerres civiles tient précisément à leur inscription en miroir du mythe de Méduse60.

  • 61 Cf. De Nadaï 2000, 90sq. ; Jouteur 2005, 373 ; Kany-Turpin 2005, 143 ; Dangel 2005, 10 : “Lucain d (...)

31On comprend d’autant mieux, dès lors, que Lucain ait décrit la décapitation/ décollation de Pompée, tandis qu’il se refuse à détailler les combats de Pharsale : le poète fait ainsi valoir qu’en contexte de guerre civile, l’adynaton doit aussi contaminer l’esthétique, si l’on veut rendre compte avec exactitude d’une guerre monstrueuse61. Chez Homère, la tête coupée de Méduse orne les boucliers des guerriers, emblème visant à provoquer chez l’ennemi le phobos ; mais chez Lucain, la résurgence extensive des têtes coupées “historicise” Méduse. Allégorie des guerres civiles, elle place le lecteur devant une horreur réelle et multipliée, qui fascine, bouleverse et donne à réfléchir tout à la fois.

Notes

1 Sur la dimension étiologique de la bataille de Pharsale, cf. Leigh 1997, 79.

2 Radicke 2004, 375 ; 415 ; 420 ; Johnson 1987, 98-99.

3 Radicke 2004, 420 ; Kaempfer 1998, 158-160.

4 Leigh 1997, 78.

5 Mlle E. Rousseau nous a signalé qu’on parlait de décollation quand la tête est ôtée à un cadavre, de décapitation quand elle est tranchée du vivant de la personne. Cependant, dans le poème de Lucain, il est souvent impossible de déterminer si la personne décapitée est déjà morte, d’où notre emploi du syntagme liant les deux.

6 Depuis la proscription syllanienne, la décapitation pouvait être suivie de plusieurs outrages au cadavre (tête fichée sur une pique, exposée, corps démembré et défiguré) ; Hinard 1985, 40-49.

7 Décollation et décapitation ne constituent que l’un des moyens de mettre à mort une personne en visant son humiliation ; Hinard 1984.

8 Pour un inventaire des peuples concernés par cette pratique, et une bibliographie essentielle à ce sujet, cf. Voisin 1984, 241-242.

9 Cf. Voisin 1984.

10 Voisin 1984, 247, dresse un bref inventaire de ce type de décapitation, exécutée à la hache (“punition de soldats, mise à mort de personnes qui usurpent le droit de cité romain, exécution de citoyens à la suite d’une décision judiciaire […] ; exécution de prisonniers de guerre, […] de proscrits”).

11 Martin 2005, 151. Cf. aussi Voisin 1984, 265-266 ; Richlin 1999, 198-200.

12 Cf. commentaire de Richlin 1999, 196-197. Voisin 1984, 281-282, propose un historique de l’évolution socio-politique de cette pratique à Rome.

13 Sur les sources grecques et latines, notamment Plutarque et Appien, cf. Martin 2005, 147-151.

14 Cf. commentaire de Radicke 2004, 34-38.

15 Cf. commentaire de Heuzé 2000, 31.

16 Cogny 1974 : la mort de Pompée et de Priam constituaient un “exemplum commode pour illustrer le thème de la fragilité des grandeurs humaines”.

17 Pour une étude du motif dans les arts iconographiques, cf. Halm-Tisserant 1989, en particulier p. 102-105 pour la tête de Gorgone.

18 Segal 1971 ; Moreau 1997.

19 Vernant 1982.

20 Dauge 1981.

21 Zarini 1996a, 27-28.

22 Brisset 1964, 192-194 ; Zarini 1996, 51.

23 Contra Schrijvers 1990, 17.

24 Cogny 1974, 650 : cela n’a “rien d’étonnant chez cet écrivain si constamment hyperbolique et si visiblement attiré par les évocations macabres”.

25 Sur ce qu’il advint du tronc de Pompée, cf. Martin 2005, 153-156.

26 Le sort de ce personnage avait frappé les imaginations : Sen., Dial., 5 (Ir., 3), 18.1-2 ; Hinard 1984, 303-309. Richlin 1999, 193-196, montre que démembrement et décapitation revêtent une signification sociale, en assimilant le corps des citoyens à celui de personnes que leur statut social rend plus vulnérables (esclaves, gladiateurs, etc.). Sur les types de châtiments physiques réservés à cette catégorie de la population, cf. Lintott 1968, 35-51.

27 Radicke 2004, 455.

28 L’épisode acquiert d’autant plus de relief que Lucain présente la mort de Pompée comme repoussée à plus tard, dès la bataille de Pharsale : cf. Leigh 1997, 118-125.

29 Pour Martin 2005, 151, “la nouveauté consiste à avoir décollé le chef de la victime après sa mort, contrairement à ce qui se passe dans une exécution capitale” ; mais Lucain présente Pompée comme agonisant lorsqu’on lui tranche la tête : les conseillers de Ptolémée décapitent donc un mort-vivant.

30 Sur le sens de ce geste, cf. Martin 2005, 152-153 ; Richlin 1999, 197.

31 Sur les difficultés matérielles que représente cet embaumement, cf. Martin 2005, 156-160.

32 César dans le Bellum Ciuile recommande à ses hommes de blesser l’ennemi au visage : Narducci 1979, 91-109.

33 Sur la tradition épique chez Lucain, cf. von Albrecht 1970. De plus, si Lucain ne détaille pas l’affrontement de Pharsale, il décrit le champ de bataille après l’affrontement : César le passe en revue, en se délectant de ripailler au milieu des cadavres putréfiés ; ce type de description est nouveau dans la poésie épique latine, de même que l’évocation des ruines qui jonchent un lieu célèbre – même si des historiographes latins comme Salluste avaient pu en introduire dans leurs écrits ; cf. à ce sujet Perutelli 2004.

34 Sur ces passages d’Ennius, cf. Skutsch 1985, 644-647.

35 Reuellere ; cadere ; decutere ; caput resoluere ; detruncare ; auellere ; secare ; auferre ; deturbare ; disicere ; abscidere, sont parmi les plus employés.

36 Le terme a été transposé du monde végétal à l’humain ; André 1991, 219.

37 Sur les difficultés techniques que présentent la décapitation ou la décollation, quand elles sont exécutées à l’aide d’une hache et a fortiori à l’aide d’un glaive, cf. Voisin 1984, 257-259.

38 Pour un commentaire sur cette phrase, cf. Martin 2005, 151-152. Je remercie M. Br. Bureau de m’avoir signalé que la remarque de Lucain peut se comprendre comme ironique : à l’époque républicaine, la décapitation s’opérait à l’aide d’une hache (cf. Briquel 1984, 225), tandis que les exécutions sommaires sous le Principat, ainsi qu’en attestent de nombreux récits de Tacite, étaient le fait de soldats envoyés par le prince, qui égorgeaient et décapitaient les victimes à l’aide de leur glaive (Voisin 1984, 257).

39 Jouteur 2005, 375, commente : “cet expressionnisme de la laideur dans l’horreur [est] moins tributaire de l’enflure déclamatoire […] que propre à inspirer un dégoût qui donne à penser”.

40 Martin 2005, 152.

41 Martin 2005, 151 ; aussi 2000, 126-135.

42 Sur le mythe de Méduse dans la tradition littéraire gréco-latine, cf. Jouteur 2005.

43 Sur le rôle étiologique de cette fable dans le Bellum Ciuile, cf. Kany-Turpin 2005, 136.

44 Ahl 1976, 72-73.

45 Aumont 1968a.

46 Cf. Saylor 2002, 458-459 (références critiques essentielles à l’étude du passage) ; cf. également Ahl 1976, 268-271 ; Bartsch 1997, 34-35 ; Johnson 1997, 47-48 ; 55.

47 Jouteur 2005, 375 : “Méduse est aussi un monstre, un corps tronqué, réduit à une tête. Comment ne pas voir dès lors dans ce visage gorgonéen qui exprime tant l’horreur de la guerre que la stupéfaction de ses spectateurs, un renvoi explicite à la décapitation sanglante de Pompée ? Lucain a, de fait, placé son miroir symbolique en position centrale, entre l’assassinat de Pompée en Égypte au livre 8 et la présentation de la tête coupée à César au livre 9”.

48 Pour une interprétation allégorique du passage, dont les répercussions dépassent le livre 9, cf. Fantham 1992a ; Jouteur 2005, 371 ; Kany-Turpin 2005, 143.

49 Kany-Turpin 2005, 135-136 : “en plaçant le domaine de Méduse aux confins de la Libye, non seulement Lucain instaure une unité de lieu et d’action […], mais il renforce encore le caractère dramatique de la marche de Caton dans le désert parce que […] il montre la pétrification de ces régions, prisonnières de son regard. Le temps n’est plus celui de la théogonie, mais un temps suspendu, comme si Méduse continuait à menacer le monde”.

50 Cf. Dangel 2005, 5 : “guerre civile de toutes les monstruosités qui n’ont pas de fin et qui ne cessent de renaître mêmes et autres, telle apparaît la bataille de Philippes que donne à voir ici Virgile [G., 1.489-497 et 503-505] […]. Mal d’une fécondité scandaleuse, la violence prolifère sur la terre entière, en des formes diversifiées et toujours plus efficaces”.

51 Dangel 2005 ; Kany-Turpin 2005, 138-139.

52 Molinié 1992, 156 : “[la gémination] : variété de répétition qui consiste en l’itération d’un même mot ou d’un même groupe de mots, à des places diverses, à l’intérieur d’un segment assez court de texte, et produisant chaque fois un effet de support fortement accentué”.

53 Masters 1992, 40.

54 Jouteur 2005, 375, remarque également que Lucain établit un rapport explicite entre “le venin du serpent et les ravages de la guerre”, si bien que “Gorgone cristallise l’horreur des guerres civiles”.

55 Cf. Jouteur 2005, 375 ; Kany-Turpin 2005, 136-137.

56 Cf. Jouteur 2005, 376 ; D’Alessandro-Behr 2007, 60-71 : la réaction de César à la vue de la tête coupée et embaumée de Pompée relève du paradoxe. Elle peut s’expliquer néanmoins si l’on tient compte de la propagande de César, qui se présentait comme le “défenseur des valeurs familiales” (Hinard 1990, 567).

57 Cléopâtre est dans le même cas : cf. Dangel 2005.

58 Narducci 1979, 43-48 ; Martin 2005, 153.

59 Jouteur 2005, 374 : “Méduse devient le miroir dans lequel se reflète au lecteur la difformité monstrueuse de la guerre”.

60 Fantham 1992, 119.

61 Cf. De Nadaï 2000, 90sq. ; Jouteur 2005, 373 ; Kany-Turpin 2005, 143 ; Dangel 2005, 10 : “Lucain donne à voir la monstruosité en auxesis. […] Pourtant la finalité est moins la quête d’une écriture en conformité avec une machine intellectuelle méthodique, voire une émulation en copia dicendi du tumor qu’une pensée de l’insolite, développée en paradoxe et formules courtes et frappantes”.

Auteur

Université Montpellier III

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540