Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lucain en débat

 | 
Olivier Devillers
, 
Sylvie Franchet d’Espèrey

Deuxième partie. Idéologie , ordre et désordre

Un tombeau pour un grand nom : le traitement de la dépouille de Pompée chez Lucain

Fabrice Galtier

Texte intégral

1Dès les premiers vers du Bellum Ciuile, l’image de l’ombre de Crassus errant après la défaite de Carrhes introduit une thématique qui traverse tout le poème. Cette thématique, déjà présente dans l’épopée homérique et que l’on retrouve dans l’Énéide, touche à ce que devient le corps des protagonistes après leur mort, que celle-ci ait eu lieu sur le champ de bataille ou dans d’autres circonstances. Cadavres mutilés ou laissés à l’abandon, scènes de funérailles ou vision de tombeaux reviennent ainsi de manière récurrente dans l’œuvre de Lucain. Il eût été difficile, dans le cadre restreint d’une communication, de traiter d’un ensemble aussi vaste. Cependant, un faisceau de représentations s’en détache, qui mérite à lui seul une étude particulière : celui qui se constitue autour du sort réservé au cadavre de Pompée. Si ce thème est essentiellement exploité dans les livres 8 et 9, le poète l’évoque en réalité, comme un leitmotiv, tout au long de son récit. Notre propos consiste essentiellement à montrer comment l’évocation de la destruction de l’identité corporelle de Pompée s’inscrit dans un processus permettant d’en refonder l’image.

  • 1 Loupiac 1998, 167.

2Quatre motifs récurrents scandent, tout au long du poème, le sort auquel est livré le cadavre de Pompée. Le premier est celui du corps décapité, abandonné aux caprices des éléments, gisant sur une plage égyptienne ou flottant dans la mer. Une première version en est donnée, dès le livre 1, à travers la vision prophétique d’une matrone, qui lui fait entrevoir, parmi différents théâtres d’opération de la guerre civile, les rives du Nil où gît un cadavre mutilé qu’elle reconnaît aussitôt, sans le nommer (1.685-686). Ainsi que le souligne A. Loupiac, d’emblée est donnée l’image scandaleuse d’un corps doublement profané, par sa mutilation et son abandon1. Par la suite, les allusions à ce motif initial se répètent jusqu’à la fin du livre 8 (3.291 ; 5.475 ; 6.307-308 ; 8.698-711). Là, intervient le récit de l’inhumation des restes de Magnus par le fidèle Cordus. La découverte du tronc ballotté par les vagues est alors suivie de la crémation du corps, puis de l’érection d’une modeste tombe (8.712-793). Cette double opération est à l’origine de deux nouveaux motifs, le bûcher et la sépulture, que l’on retrouve plusieurs fois par la suite. Le bûcher apparaît aux yeux de Cornélie, puis il est mentionné par Sextus Pompée (9.54-77 ; 142-143) ; la sépulture fait l’objet de différents développements de la part du narrateur, à la fin du livre 8. Son existence est évoquée par César et surtout par Pothin (9.1089-1093 ; 10.378-381). À ces multiples évocations du destin du tronc mutilé doit être ajouté un dernier motif, celui de la tête coupée, dont la reprise clôt le livre 9. Précisons enfin que la mort de Pompée donne lieu à trois cérémonies funéraires : celle qu’improvise Cordus, celle qu’organise le clan républicain, en présence de Cornélie et de Caton, celle enfin qu’ordonne César lorsqu’on lui a présenté la tête de son ennemi (8.712-793 ; 9.167-217 ; 1089-1095).

La déchéance de Pompée

3L’insistance de Lucain sur l’indignité du traitement subi par les restes de Pompée a frappé les commentateurs. On assiste, en effet, à un processus d’avilissement du cadavre qui, en altérant profondément ce qui constitue l’aspect visible de la personne de Pompée, menace directement son individualité.

  • 2 Martin 2005, 153.

4Notons d’abord qu’après sa mort, la tête est séparée du tronc. Ce dernier, ballotté par les vagues contre les écueils, est déchiré par les arêtes de rochers qui semblent largement issus de l’imaginaire lucanien2. Ici, ce n’est pas, comme chez Homère, la poussière, la terre qui macule le corps comme pour l’assimiler à elle, c’est l’eau qui pénètre par les innombrables plaies comme pour se mêler à la chair et absorber de l’intérieur la substance de la dépouille mortelle. Lucain impose l’image d’un deformis truncus (1.685), à ce point méconnaissable que, d’une manière paradoxale, seule l’absence de tête permet de l’identifier. Le poète pousse le processus de dégradation du corps aussi loin que la vraisemblance le lui permet. Mais il le prolonge sur un autre plan, par l’intermédiaire de ce qu’imaginent les proches de Magnus, ignorant ce qu’il est advenu exactement du tronc. Employant une formule hyperbolique, Cornélie regrette de ne pouvoir réunir les membres de Magnus dispersés par la mer (9.58). Sextus estime que son père a pu être mis en pièce par les chiennes de Pharos ou d’avides oiseaux nécrophages (9.141-142). Que ce soit dans les flots ou sur la terre ferme, les restes de Pompée sont envisagés comme soumis à un processus de dispersion.

  • 3 Esposito 1996, 106sq.
  • 4 Sur les procédés qui sont décrits, Martin 2005, 156sq.
  • 5 Richard 1980, 1127.
  • 6 Bartsh 1997, 10sq.

5Quant à la tête, il n’est pas anodin que Sextus estime son sort pire que l’abandon du tronc aux bêtes sauvages (9.145 : Seruata de parte queror, “c’est pour la partie conservée que je me lamente”). Selon un procédé narratif à la limite du vraisemblable, il raconte à son frère avoir vu comment on l’avait promenée dans la ville, fixée au bout d’une pique, et avoir appris qu’elle était conservée pour être montrée à Jules César. Comme le signale P. Esposito, le motif de la tête exhibée comme trophée, déjà traité par Virgile, est repris par Lucain de manière à en exploiter toutes les potentialités3. Le poète s’attache ainsi à représenter le processus de momification qui permettra de la conserver, et qu’il juge explicitement comme sacrilège (8.688-689) : Tunc arte nefanda summota est capiti tabes, “alors, selon une technique impie, on enlève le pus de la tête”4. Cette technique va en effet à l’encontre des pratiques funéraires normalement admises à Rome, ce dont témoigne Tacite, lorsqu’il signale l’embaumement du corps de Poppée, qu’il estime lui aussi contraire à l’usage romain de la crémation (Tac., Ann., 16.6.1)5. La description précise du traitement que l’on fait subir à la tête accroît l’impression de sacrilège. Le crâne est vidé de ses diverses substances internes, tandis que la face est artificiellement raffermie par les drogues qu’on y injecte : manipulation monstrueuse en ce qu’elle transgresse de nombreux interdits. Au lieu d’être détruites par l’action purificatrice des flammes, les parties putrescibles sont ainsi soumises à une action humaine qui pervertit l’ordre de la nature. La chair et le sang sont traités de manière à couper court au processus normal de destruction auquel ils sont destinés. L’apparence du visage, qui, dans les flammes ou la terre, doit être soustraite aux regards des vivants, est artificiellement vouée à demeurer offerte à leurs yeux. En lui ôtant une partie de sa propre matière et en lui incorporant des substances exogènes, les différentes opérations pratiquées sur la tête de Pompée lui imposent une forme d’avilissement en quelque sorte complémentaire de celle qu’a subie le tronc. C’est parce qu’elle doit demeurer identifiable, c’est-à-dire, identique à elle-même, que, paradoxalement, elle devient autre, non seulement dans sa structure matérielle, mais dans son essence. Réduite à l’état d’accessoire destiné à prouver à César la mort de son ennemi, la tête de Pompée n’est plus qu’un objet qui renvoie à une identité sans représenter un sujet. Pour reprendre, selon une perspective un peu différente, une problématique explorée par Sh. Bartsch6, le traitement auquel on a soumis la tête de Pompée implique la négation, en tant que personne, de l’individu dont il permet justement la reconnaissance.

  • 7 Vernant 1982, 69sq.

6Si elle est soumise à un processus de dégradation qui combine dispersion et réification, la dépouille de Pompée est pourtant l’objet de deux tentatives d’inhumations, exception faite de l’hommage funèbre célébré par le clan pompéien. Mais celles-ci laissent, à l’évidence, et pour le moins, un arrière-goût d’inachevé. Chez Homère, les dieux écartaient finalement les cadavres de Sarpédon, Patrocle ou Hector de l’avilissement qu’on cherchait à leur faire subir. Apollon fait laver le corps du premier de la poussière et du sang noir qui le défigurait. Thétys préserve la chair de Patrocle de la putréfaction. Quant à Hector, Achille a beau le traîner dans la poussière et le livrer à ses chiens, Apollon et Aphrodite le protègent contre les atteintes des bêtes et des éléments7. Dans le monde de la guerre civile décrit par Lucain, seul un faible mortel vient au secours du tronc abandonné de Pompée, et Cordus, le jeune homme providentiel, n’incarne en rien un héros impavide, plein de sa propre force. Dès son entrée en scène, le personnage apparaît comme dominé par la crainte (8.715sq.). Caractérisé comme pauidus, il met à profit la tombée de la nuit pour sortir d’une retraite où il s’est dissimulé. Seule sa pietas lui permet de surmonter sa peur (timor) pour procéder à l’inhumation, et c’est en tremblant (trepidus) qu’il prépare le bûcher. À nouveau rempli d’effroi (attonitus) lorsqu’il aperçoit la première lueur du jour, il est tenté d’interrompre la cérémonie funèbre et de quitter aussi furtivement la scène qu’il y est entré, en quête d’une nouvelle cachette : partagé entre son sens du devoir et sa peur, c’est finalement dans la précipitation qu’il achèvera sa tâche. Sa lutte contre la mer, lorsqu’il tente d’en extraire Pompée, révèle par ailleurs les limites de sa vigueur physique. Incapable de soustraire le corps au mouvement des vagues, il doit s’aider du flux pour le pousser vers la rive (8.723-726) : Tenet ille ducem complexibus artis/ eripiente mari ; tunc uictus pondere tanto/ expectat fluctus pelagoque iuuante cadauer/ impellit, “il tient son chef dans ses bras, malgré la mer qui le lui arrache ; alors, vaincu par un poids si lourd, il attend le flux et avec l’aide des vagues, il pousse le cadavre”.

  • 8 Ainsi demande-t-il à la fortune d’accorder à Magnus “l’humble cercueil des funérailles plébéiennes (...)
  • 9 Loupiac 1998, 169.

7De fait, les difficultés rencontrées par l’humble questeur lors de cette première opération annoncent les conditions laborieuses dans lesquelles se déroulera l’inhumation. La piété et l’ingéniosité dont il fait preuve ne peuvent compenser totalement ni ses propres faiblesses, ni les circonstances difficiles dans lesquelles il agit. Pas de bois, sinon celui d’une embarcation disloquée, pas de feu si ce n’est la braise d’un bûcher abandonné. Une simple pierre fournit un semblant de stèle. Cordus lui-même se plaint de ne pouvoir offrir à son chef des funérailles qui soient dignes de son rang. Il ne peut que tenter de lui donner l’équivalent de funérailles plébéiennes8. Recourant à ce qu’A. Loupiac nomme une “figure de frustration”, Lucain fait énumérer au jeune homme tout ce qui manque à la cérémonie : le lit funéraire accompagné du cortège des triomphes, l’hommage ultime des soldats, les aromates qu’on répand sur le bûcher9. Cordus, qui se qualifie de sordidus ustor (8.738), ne saurait totalement pallier l’absence de Cornélie. Car, outre la différence de rang social, c’est elle qui, en tant qu’épouse, devrait, selon le rituel, porter la torche destinée à enflammer la base du bûcher. Le poète multiplie les notations qui donnent de ces funérailles une image profondément dégradée, comme si, à la somme des actes de Cordus devaient être soustraits tant de manques et d’irrégularités qu’au final, l’opération atteindrait tout juste le niveau de conformité requis pour être reconnue comme une inhumation à part entière. La description, extrêmement précise, des gestes de Cordus fait surgir toute l’imperfection de la cérémonie improvisée, à l’opposé exact de ceux que l’on voit accomplir à Énée et ses compagnons, lorsqu’il s’agit d’inhumer le cadavre abandonné de Misène (Verg., Aen., 6.176-235). À défaut d’un autel funéraire, le corps repose à ras du sol, sur un lit de planches qu’il faut allumer sur le côté. Cordus, pour se procurer le feu nécessaire, se voit contraint de commettre un sacrilège, en dérobant les tisons d’un bûcher situé à proximité. Le rituel est interrompu dans son déroulement, lorsque, effrayé par les premières lueurs du jour, il cherche à s’enfuir, avant de se raviser. Décidé à en finir au plus vite, il arrose d’eau de mer, en guise de libation, des restes seulement à demi calcinés, auxquels la chair adhère encore (8.743sq.). Si l’inhumation des restes de Pompée lui permet d’échapper à l’état de déréliction le plus infamant, les conditions indignes dans lesquelles elle se déroule n’en constituent pas moins une nouvelle étape dans sa déchéance.

  • 10 Entre autres, Narducci 1973, 317-325 ; Esposito 1996, 111sq ; Scarcia 1996, 125sq ; Erasmo 2005, 3 (...)
  • 11 Narducci 1979, 46.
  • 12 8.729-735 : Non pretiosa petit cumulato ture sepulchra/ Pompeius, Fortuna, tuus, non pinguis ad as (...)
  • 13 Ullman 1921, 76-77. Auguste reçoit le titre de pater patriae en 2 p. C. (RGDA, 35) et presque tous (...)
  • 14 Notons d’ailleurs que, selon D. C. 56.42, lors des funérailles d’Auguste, les enseignes triomphale (...)
  • 15 Ce n’est pas le cas dans la version donnée par Plutarque, où l’affranchi Philippus, qui procède à (...)

8Nombre de commentateurs ont souligné que l’image du corps décapité faisait écho à celle qui est dépeinte par Virgile dans l’Énéide, lorsqu’il décrit le tronc de Priam gisant, sans sépulture, sur la plage10. S’inscrivant dans une tradition probablement fort ancienne, Lucain joue sur une correspondance destinée, entre autres, à mettre en relief le caractère éphémère de la puissance des hommes et de leur empire11. Si le texte suggère un rapprochement entre les fins de Pompée et de Priam, on peut aussi y discerner certaines allusions aux funérailles des premiers Julio-Claudiens. Le faste dont Cordus déplore l’absence12 ressemble à celui qui entoure les funérailles d’Auguste, telles que les évoque Dion Cassius (D. C. 56.34-42), ou celle de Germanicus rapportées par Tacite (Tac., Ann., 3.2). L’encens que l’on brûle en abondance, l’étalage, par le cortège funèbre, des anciens triomphes, le défilé de l’armée autour du brasier constituent autant d’éléments mentionnés par le jeune questeur qui se retrouvent dans les descriptions des historiens anciens. Allant plus loin, certains commentateurs ont pu établir des liens entre plusieurs éléments précis du récit de Lucain et la cérémonie au cours de laquelle César fut incinéré. Deux points, dans la prière de Cordus, attirent particulièrement l’attention. Dans la proposition ut Romana suum gestent pia colla parentem, le terme parens fait irrésistiblement penser au titre de parens patriae que la plèbe décerna au dictateur, lorsqu’elle lui fit édifier une colonne honorifique13. En outre, on s’est interrogé sur l’expression proiectis armis, employée par Cordus à propos des soldats qui défileraient autour du bûcher. Cela signifiait-il que les hommes porteraient leurs armes pointées vers le sol ? Plusieurs exégètes penchent pour une autre hypothèse, qui me semble en effet plus convaincante : les soldats, dans l’esprit de Cordus, auraient jeté leurs armes dans le feu, à l’instar de ce qui se produisit effectivement lors des funérailles de César : arma sua quibus exculti funus celebrabant (Suet., Jul., 84.7)14. Le parallèle qui semble ici s’instaurer apparaît d’autant plus troublant que, dans le cas de César comme dans celui de Pompée, le bûcher est improvisé. Chacun sait en effet qu’un autel funéraire fut dressé sur le Champ de Mars, mais que le lit funèbre, porté au forum devant la tribune aux harangues, fut incendié sur place avec le concours de la plèbe, qui entassa autour tout ce qui permettait d’alimenter le brasier : bois sec, banquettes et même tribunaux des juges (Suet., Jul., 84.6-7 ; Plut., Caes., 68.1). Derrière l’image de Cordus procédant seul15, et dans des conditions précaires, à l’inhumation de Pompée, se dessine en filigrane, et contrastant violemment avec elle, le tableau des funérailles de César, auxquelles concourt tout un peuple rassemblé.

L’inversion des valeurs

9L’ultime étape de la déchéance pompéienne est constituée par la tombe que Cordus improvise à la hâte : une fosse recouverte d’une mince couche de sable, dont le jeune questeur marque l’emplacement à l’aide d’une simple pierre, sur laquelle il trace quelques mots avec un brandon éteint (8.789-793). L’image de cette misérable sépulture a une portée d’autant plus grande qu’elle a pour cadre le territoire égyptien. Déjà, lorsqu’il avait décrit le traitement infligé à la tête de Pompée, Lucain n’avait pas manqué de rappeler le scandale que constituait l’abandon du corps décapité à la mer alors que Ptolémée gardait les pyramides de ses anciens rois et, surtout, le tombeau d’Alexandre (8.692-699). Plus tard, ne sachant ce qu’il est advenu exactement du tronc, Cn. Pompée s’emporte et souhaite extraire Alexandre de son sanctuaire, arracher les Pharaons à leur pyramide, pour les précipiter dans les eaux (9.153-156). Il ignore qu’en réalité, c’est à l’humiliante tombe du général romain que s’oppose désormais ces monuments funéraires, symboles d’un univers impie où s’exerce l’inversion des valeurs. La dignité des tombeaux s’y révèle en effet inversement proportionnelle aux mérites de celui qui y est abrité. À la stèle de Magnus, qui, si elle ne portait pas d’épitaphe, pourrait être confondue avec une pierre d’amarrage, s’oppose la majesté des “montagnes artificielles” qui ont été élevées sur les cendres des rois égyptiens (8.695-697 ; 9.155), ou le marbre et l’or des temples offerts par Rome à son tyran (8.835 ; 859-860).

10Cependant, l’élément qui crée le contraste le plus frappant entre la tombe de Pompée et les autres sanctuaires est bien son manque de consistance. Rien n’apparaît plus fragile que cette sépulture, dont le caractère éphémère est essentiellement traduit par l’image récurrente d’un tas de cendres que le moindre souffle peut disperser (8.789-790 ; 856 ; 867-868). Significativement, Lucain lui oppose la lourde masse de marbre promise à la pérennité (8.865-866) : Proderit hoc olim quod mansura futuris/ ardua marmoreo surrexit pondere moles, “te sera un jour profitable le fait de ne pas avoir eu, promise à la pérennité, une lourde masse de marbre dressée sur ton corps”. Mais surtout, il évoque, au début du livre 10, la protection qu’assure à la dépouille d’Alexandre la crypte sacrée creusée pour lui dans la cité d’Alexandrie. Le poète s’exclame ainsi :

sacratis totum spargenda per orbem
membra uiri posuere adytis ; fortuna pepercit
manibus, et regni durauit ad ultima fatum (10.22-24).

“Les membres de cet homme qu’il fallait disperser tout à travers le monde, on les a déposés dans ce sanctuaire sacré. La Fortune épargna ses restes, et le destin de sa couronne jusqu’au bout s’est perpétué”.

  • 16 En établissant cette opposition, Lucain suit l’exemple de Manilius (Man. 4.50-55) ; Luisi, 1983-19 (...)
  • 17 Sur le jugement de Pompée comme porteur, malgré tout, des valeurs républicaines, Esposito 1996, 12 (...)
  • 18 Sur le lien que Lucain établit entre Alexandre le Grand et César, lire, entre autres, Brisset 1964 (...)

11Au fils de Pella, fléau fatal du monde (10.34 : terrarum fatale malum), un tombeau assure à la fois la protection de son intégrité physique et l’immortalité, tandis que le corps de Pompée, déjà mutilé, risque de s’éparpiller dans la poussière égyptienne, et que la modeste épitaphe hic situs est Magnus, tracée au charbon de bois, est condamnée à s’effacer de la stèle improvisée16. L’inversion du sort réservé aux corps respectifs des deux hommes par rapport aux valeurs politiques dont ils se trouvent investis est d’autant plus symbolique que César se présente comme l’héritier du modèle néfaste incarné par le roi grec, qui, le premier, a voulu imposer à l’univers le pouvoir d’un seul17. Sa trajectoire, de Rome aux rivages de l’Égypte, rejoint celle du Macédonien justement dans l’antre mortuaire où, d’après Lucain, il a lui-même pénétré, désireux de se recueillir dans ce qui est devenu, en quelque sorte, le conservatoire de la tyrannie incarnée par son fondateur (10.14-19)18.

Le renversement des positions

12Ainsi les outrages subis par les restes de Pompée et les conditions avilissantes de leur inhumation forment les différentes étapes d’une indigna ruina (2.731) qui semble devoir passer par tous les cercles de l’humiliation pour renforcer l’opposition entre la figure politiquement ambiguë de Magnus et celle, plus nettement caractérisée, de César. Contredisant les affirmations de Plutarque (Plut., Pomp., 80.10), Lucain condamne la dépouille de Pompée à demeurer sur la terre égyptienne, puisqu’il affirme en 8.837-840 que ses cendres n’ont pas été rapportées à Rome. Malgré les ordres de César, dont on ne sait d’ailleurs s’ils furent suivis d’effet, le lecteur reste sur l’image d’un corps brisé, menacé de dispersion. C’est elle qui prévaut encore à travers les paroles prononcées par Pothin (10.378-381) : Aspice litus […] tumulumque e puluere paruo/ aspice Pompei non omnia membra tegentem, “regarde ce rivage […] regarde ce tombeau fait d’un peu de poussière qui ne recouvre pas tout le corps de Pompée”.

  • 19 Pompée devient, en 8.841, une “ombre digne d’hommages religieux” (sacris dignam umbram) ; Le Bonni (...)

13Cette dévalorisation apparente constitue en réalité le prélude nécessaire à un mécanisme de renversement des positions qui placera Magnus au-dessus de César et de ses descendants. C’est dans les derniers vers du livre 8 que s’amorce ce mouvement, lorsque débute un processus de sacralisation de la figure pompéienne qui rejaillit sur la modeste tombe et permet, dans un premier temps, sa réhabilitation. Dans un second temps c’est, paradoxalement, le caractère éphémère de la tombe qui, en retour, contribue à l’immortalisation de Pompée (8.837-872)19.

  • 20 Elle peut ainsi rivaliser avec les mausolées julio-claudiens.
  • 21 Sur la signification politique de ce passage, dans lequel Pompée est assimilé à la République, Ahl (...)
  • 22 Le Bonniec 1970, 194 ; Esposito 1996, 117.
  • 23 Il s’agit là d’un écho à 8.859-860 : “enseveli dans les temples et l’or tu serais ombre moins préc (...)

14Ce processus s’accomplit par degrés successifs : le narrateur, désireux de rapporter les cendres de Magnus à Rome, imagine d’abord que la nécessité d’arrêter un fléau pourrait imposer leur retour dans l’Vrbs. On songe aux restes de héros mythiques, comme Thésée, rapportés en grande pompe dans leur cité. Il évoque ensuite l’hommage que viendraient rendre à l’humble sépulture des voyageurs qui se détourneraient du sanctuaire de Zeus, sur le Mont Cassius. L’aura de Pompée rejaillirait alors sur la pierre qui le couvre. Dès lors, la médiocrité de la tombe ne serait plus un obstacle à sa vénération. Lucain en compare la modestie avec celle des lieux frappés par la foudre, objet d’un culte remontant aux Étrusques20. Parvenu à cette étape, le poète se sent autorisé à procéder à un complet retournement : le caractère dérisoire du sepulcrum non seulement ne s’oppose plus à la sacralisation du nom pompéien, mais contribue paradoxalement à l’immortalisation du personnage. La dispersion prochaine des cendres, en effaçant les traces de la mort de Pompée, pourra remettre en question son trépas, le convertir en fable. Seule restera une pierre nue (8.871-872) : Atque erit Aegyptus populis fortasse nepotum/ tam mendax Magni tumulo, quam Creta Tonantis, “et l’Égypte sera peut-être, pour la foule de nos neveux, aussi menteuse avec le tombeau de Magnus que la Crète avec Zeus Tonnant”)21. Ce tour de force rhétorique annonce l’ouverture du livre 9, qui décrit l’envol vers la voûte céleste de l’ombre que les efforts de Cordus ont libérée de sa dépouille mortelle. Promise à l’immortalité astrale, l’âme de Magnus se fixe d’abord dans le cœur de ceux qui prolongeront son action, Brutus et Caton22. Lucain a soin de préciser que ne peuvent accéder aux sphères éternelles ni ceux qui reposent dans l’or, ni ceux dont l’encens a parfumé la tombe (9.10)23. La majesté de leurs sépultures ne peut permettre aux Julio-Claudiens de s’arroger le droit à l’apothéose. En 7.457-459, le poète dénigrait déjà le culte dont ont pu bénéficier, après César, certains de ses descendants :

Bella pares superis facient ciuilia diuos
fulminibus manes radiisque ornabit et astris
inque deum templis iurabit Roma per umbras.

  • 24 À rapprocher de 6.809 : et Romanorum manes calcate deorum (“et des dieux romains piétinez les rest (...)

“Les guerres civiles créeront des dieux égaux à ceux d’en haut, Rome ornera les mânes de foudres, de rayons, d’astres, et dans les temples des dieux, elle jurera sur des ombres”24.

15Un peu plus loin dans le même livre, Lucain refuse à l’âme de César de connaître un sort privilégié par rapport aux âmes de ceux auxquels, à Pharsale, il refuse le bûcher (7.816-817) : non altius ibis in auras,/ non meliore loco Stygia sub nocte iacebis, “tu n’iras pas plus haut dans les airs, tu n’auras pas meilleur endroit pour demeurer dans la nuit du Styx”).

  • 25 Esposito 1996, 116sq.
  • 26 Erasmo 2005, 358-359.

16À la fausse apothéose dont se glorifient les Césars, Lucain oppose l’immortalité astrale que son récit offre au vaincu de Pharsale. Se trouve ainsi rétablie par la parole poétique une hiérarchie des valeurs dont elle dénonce par ailleurs le bouleversement. L’image de l’âme de Pompée s’élevant jusqu’aux limites inférieures de l’éther, où séjournent les grands serviteurs de la patrie, est ainsi peut-être moins à comprendre d’un point de vue ontologique que d’un point de vue poétique25. Elle relève d’un mode de glorification qui place Pompée aux côtés de ceux qu’exalte la mémoire collective. Nous retrouvons ici la problématique du tombeau. Car, parmi les moyens privilégiés utilisés pour inscrire un individu dans la mémoire sociale, se trouve le mémorial constitué par le monument funéraire aussi bien que le chant épique. Sans insister sur la portée encomiastique du texte lucanien, nous soulignerons le fait que, outre l’éloge prononcé par Caton, le poète doit prendre lui-même en charge l’énumération des hauts faits que Cordus n’a pu inscrire, faute de place et de temps, sur la pierre servant de stèle (8.806-817)26.

L’épitaphe et le nom

  • 27 Mayer 1981, 184.
  • 28 Le tertre herbeux sur lequel César pose le pied semble de fait d’une taille anodine, alors que l’o (...)
  • 29 Cic., Arch., 24 : “O fortunate, inquit, adulescens, qui tuae uirtutis Homerum praeconem inueneris! (...)

17Le jeune questeur, quant à lui, n’a pu écrire que quelques mots : hic situs est Magnus. Cette épitaphe nous ramène au désordre du réel qui scandalise le poète. Ce grand nom de Pompée, nous dit Lucain, se trouve maintenant placé tout en bas, près du tertre, lui qu’on lisait auparavant en haut des frontons des temples (8.820). Il est clair que la position occupée par le terme désignant Magnus constitue une nouvelle marque concrète, tristement ironique, de la déchéance qui le frappe. En outre, si, à la fin du livre 8, Lucain imagine que la mort de Pompée puisse être convertie en fabula, lui permettant ainsi d’accéder à une forme d’immortalité, il est conscient qu’une telle perspective ne pourrait s’offrir au vaincu de Pharsale qu’à la condition que son nom ne s’abîme pas lui aussi dans l’oubli. L’oubli est le danger que fait peser sur lui cette inscription placée si bas qu’on peut à peine l’apercevoir. Le poète signale qu’à moins qu’on ne le lui montrât, le nom tracé sur la pierre ne pourrait être vu par un Romain de passage (8.821-822)27. Or on sait l’importance accordée par les Romains à la lecture du nom gravé sur la stèle. Lire le nom c’est, en le prononçant, faire revivre le mort dans le souvenir des vivants. Que la cendre se disperse, que s’efface l’épitaphe, et la stèle redeviendra une simple pierre. Il faut rappeler ici un épisode situé à la fin du livre 9, lorsque César visite le site de Troie. Alors qu’il pose le pied sur un talus herbeux, son guide le prévient qu’il est en train de fouler le tombeau d’Hector. Seule la parole du monstrator permet encore d’identifier un tombeau que le temps a transformé en une simple élévation de terrain28. Le paysage troyen offre ainsi au regard de César des rocs, des bois, des grottes qui ne se différencient d’autres éléments naturels que par le nom célèbre qui leur est associé. Nullum est sine nomine saxum écrit Lucain à leur propos (9.973) : “nulle pierre n’est sans nom”. Ce nom qui se confond, dans le terme nomen, avec le renom, c’est la parole homérique qui en est l’origine. Le majestueux tombeau d’Hector, réduit à un simple talus, ne peut, à lui seul, faire vivre la mémoire d’Hector. Qu’importe, en fin de compte, la majesté du tombeau, puisque tôt ou tard il sera anéanti. À la réalité condamnée à périr, Lucain oppose sa transmutation par la parole poétique, seule capable de résister au temps. Quand César traverse l’Hellespont, Lucain évoque “ces ombres qui doivent tant aux poètes” (9.963 : multum debentes uatibus umbras). Il se souvient de Cicéron représentant Alexandre devant le tombeau d’Achille au cap Sigée : “heureux jeune homme s’écria-t-il, d’avoir trouvé Homère comme héraut de ta vaillance” et Cicéron ajoute : “et c’est bien vrai, car si pour lui cet art n’avait pas existé, le même tombeau qui avait recouvert son corps eût aussi enseveli son nom”29.

  • 30 Sur l’utilisation par Lucain de l’adjectif sacer, Bartsch 1997, 80.

18Pompée vivant n’était plus, au début du Bellum Ciuile, que “l’ombre d’un grand nom” : magni nominis umbra (1.135). Au terme de son parcours, ce qui était métaphore est finalement devenu, dans l’ordre du discours lucanien, une réalité. Pompée est bel et bien devenu une ombre, attachée à un grand nom. Ce à quoi la parole épique peut conférer l’immortalité, c’est à ce sacer nomen qui est l’épure de tout ce que l’ambitieux triumvir était auparavant30. À ce titre, la cérémonie funèbre durant laquelle Cornélie brûle les vêtements portés par son époux lors de ses triomphes, a une signification particulière (9.167-178). Ultime hommage à l’absent, où la parure triomphale, souvenir de la gloire passée, se substitue au corps, elle se convertit, à l’image du poème, en célébration d’un nom. Ce n’est pas un hasard si l’éloge prononcé par Caton fait de Pompée un clarum et uenerabile nomen/ gentibus (9.202-203), “un nom illustre et révéré des peuples”. C’est à travers ce nom que la parole poétique forge pour Pompée une nouvelle identité, une unité qui s’oppose à la dislocation du corps.

  • 31 On se rappellera qu’à l’inverse, le nom de Misène restera à jamais attaché au lieu où il a été pie (...)
  • 32 Ahl 1976, 185.

19On notera que chez Virgile, Priam décapité était justement un cadavre sine nomine (Verg., Aen., 2.554sq.)31. Chez Lucain, on le sait, l’absence de tête est, au contraire, la seule indication permettant, malgré tout, d’identifier Pompée. Malgré la réalité d’une déchéance, qui rejoint, à certains égards, celle du roi de Troie, le nom reste attaché à ce deformis truncus que la matrone en délire parvient encore à reconnaître (1.685-686)32. On ne saurait épuiser la richesse du réseau de significations qu’engendre le jeu d’échos lucanien, assurément porteur d’une réflexion sur le caractère fondamentalement corruptible de toute réalité matérielle face à une parole poétique potentiellement inaltérable. Nous relèverons, en outre, la capacité de celle-ci à rétablir un ordre que la guerre civile bouleverse. Pour ce faire, Lucain ne se contente d’ailleurs pas de faire advenir à la lumière le nomen de Pompée, il est aussi des êtres qu’il voudrait condamner à l’obscurité. C’est le cas d’Alexandre. Dans toute la digression qui lui est consacrée, le roi macédonien n’est jamais désigné par son nom. Demeurant l’innommé, le tyran rejoint l’innommable.

Notes

1 Loupiac 1998, 167.

2 Martin 2005, 153.

3 Esposito 1996, 106sq.

4 Sur les procédés qui sont décrits, Martin 2005, 156sq.

5 Richard 1980, 1127.

6 Bartsh 1997, 10sq.

7 Vernant 1982, 69sq.

8 Ainsi demande-t-il à la fortune d’accorder à Magnus “l’humble cercueil des funérailles plébéiennes” : uilem […] plebei funeris arcam (8.736).

9 Loupiac 1998, 169.

10 Entre autres, Narducci 1973, 317-325 ; Esposito 1996, 111sq ; Scarcia 1996, 125sq ; Erasmo 2005, 344-345 ; Martin 2005, 153.

11 Narducci 1979, 46.

12 8.729-735 : Non pretiosa petit cumulato ture sepulchra/ Pompeius, Fortuna, tuus, non pinguis ad astra/ ut ferat e membris Eoos Fumus odores,/ ut Romana suum gestent pia colla parentem,/ praeferat ut ueteres feralis pompa triumphos,/ ut resonent trisiti cantu fora, totus ut ignes/ proiectis amerens exercitus ambiat armis, “il ne demande pas un tombeau de prix où l’on a accumulé l’encens, ton cher Pompée, ô Fortune ; il ne demande pas qu’une grasse fumée exhale de son corps vers les astres les parfums d’Orient, que de pieuses épaules romaines le portent comme un père, que le cortège funèbre étale ses anciens triomphes, que les places retentissent de chants lugubres, que toute l’armée en deuil défile, après y avoir jeté les armes, autour de son bûcher”.

13 Ullman 1921, 76-77. Auguste reçoit le titre de pater patriae en 2 p. C. (RGDA, 35) et presque tous ses successeurs le porteront (une exception notable : Tibère). Sur le sens de ce titre, Meslin 1985, 118-122.

14 Notons d’ailleurs que, selon D. C. 56.42, lors des funérailles d’Auguste, les enseignes triomphales et les récompenses militaires furent également jetées dans le bûcher. Dans ce sens, Ullman 1921, 77 ; Mayer 1981, 174-175. Soubiran 1998, 220 évoque diverses hypothèses sans prendre nettement parti.

15 Ce n’est pas le cas dans la version donnée par Plutarque, où l’affranchi Philippus, qui procède à l’inhumation, est aidé par un vieillard qui aurait fait ses premières armes sous le commandement de Pompée (Plut., Pomp., 80.1-5).

16 En établissant cette opposition, Lucain suit l’exemple de Manilius (Man. 4.50-55) ; Luisi, 1983-1984, 108, n. 15.

17 Sur le jugement de Pompée comme porteur, malgré tout, des valeurs républicaines, Esposito 1996, 120.

18 Sur le lien que Lucain établit entre Alexandre le Grand et César, lire, entre autres, Brisset 1964, 105 ; Ahl 1976, 224-225 ; Croisille 1990a, 270-275.

19 Pompée devient, en 8.841, une “ombre digne d’hommages religieux” (sacris dignam umbram) ; Le Bonniec 1970, 163.

20 Elle peut ainsi rivaliser avec les mausolées julio-claudiens.

21 Sur la signification politique de ce passage, dans lequel Pompée est assimilé à la République, Ahl 1976, 189.

22 Le Bonniec 1970, 194 ; Esposito 1996, 117.

23 Il s’agit là d’un écho à 8.859-860 : “enseveli dans les temples et l’or tu serais ombre moins précieuse”.

24 À rapprocher de 6.809 : et Romanorum manes calcate deorum (“et des dieux romains piétinez les restes”).

25 Esposito 1996, 116sq.

26 Erasmo 2005, 358-359.

27 Mayer 1981, 184.

28 Le tertre herbeux sur lequel César pose le pied semble de fait d’une taille anodine, alors que l’on peut imaginer, à l’instar de Sénèque, que le tombeau d’Hector était une masse énorme et somptueuse (Sen., Tro., 482sq.).

29 Cic., Arch., 24 : “O fortunate, inquit, adulescens, qui tuae uirtutis Homerum praeconem inueneris! Et uere; nam, nisi illi ars illa exstitisset, idem tumulus, qui corpus eius contexerat, nomen etiam obruisset”.

30 Sur l’utilisation par Lucain de l’adjectif sacer, Bartsch 1997, 80.

31 On se rappellera qu’à l’inverse, le nom de Misène restera à jamais attaché au lieu où il a été pieusement inhumé : Verg., Aen., 6.234-235.

32 Ahl 1976, 185.

Auteur

Université Montpellier III

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540