Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lucain en débat

 | 
Olivier Devillers
, 
Sylvie Franchet d’Espèrey

Deuxième partie. Idéologie , ordre et désordre

Pompée sous le regard de Cornélie : pour quelle image du héros ?

Régine Utard

Texte intégral

  • 1 Cf. Marti 1945, 352-354 ; Soubiran 1967, 59-60 ; 1998, 19-25.
  • 2 Soubiran 1967, 60.
  • 3 Ne serait-ce que parce que le terme même de “héros” nous semble bien inapproprié pour l’épopée du (...)

1Parler du héros du Bellum Ciuile a fait l’objet, pendant longtemps, de nombreuses controverses1. Et l’idée qu’il y a non pas un, mais plusieurs héros, figures emblématiques à la fois antithétiques et complémentaires2, montre que l’image du héros dans le Bellum Ciuile de Lucain est loin de se dégager avec autant de netteté et d’évidence que dans les épopées traditionnelles d’Homère et de Virgile3. L’Odyssée chante, en effet, les exploits d’Ulysse, “l’Homme aux mille tours”, comme l’indique le premier vers du poème : Ἄνδρα μοι ἔννεπε, Μοῦσα, πολύτροπον, ὃς μάλα πολλὰ πλάγχθη […] (Hom., Od., 1.1-2 : “C’est l’Homme aux mille tours, Muse, qu’il faut me dire, Celui qui tant erra […]”). Et l’Énéide célèbre Énée, modèle de piété, d’humanité et de courage, parti de Troie refonder une nouvelle cité, qui sera la grande Rome :

Arma uirumque cano, Troiae qui primus ab oris
Italiam fato profugus Lauiniaque uenit
litora, multum ille et terris iactatus et alto
ui superum saeuae memorem Iunonis ob iram,
multa quoque et bello passus, dum conderet urbem
inferretque deos Latio, genus unde Latinum
Albanique patres atque altae moenia Romae (Verg., Aen., 1.1-7)

“Je chante les armes et le héros qui, premier, des bords de Troie vint en Italie, prédestiné fugitif, et aux rives de Lavinium ; ayant connu bien des traverses et sur terre et sur l’abîme sous le coup de Ceux d’en Haut, à cause de la colère tenace de Junon exerçant sa cruauté, il souffrit aussi beaucoup par la guerre en attendant qu’il eût fondé sa ville et installé ses dieux dans le Latium ; d’où la race latine, les Albains nos pères et les murs de la haute Rome”.

  • 4 Dangel 2009, 9 : “Dans l’épopée latine, le héros, voire les héroïnes, sont des exempla”.

2Ainsi, jusqu’à l’époque républicaine, l’épopée romaine est une épopée mythico-historique4 qui célèbre de manière hymnique les grands événements et les grands hommes au service de la collectivité. Mais avec l’épisode de la guerre civile, guerre qui a opposé des citoyens romains entre eux et qui a vu apparaître des généraux rivalisant pour le pouvoir personnel, la perte de la concordia accompagna le destruction simultanée des grandes valeurs de la Cité.

  • 5 Cf. Dangel 2009a, 146-147.
  • 6 Dangel 2009, 19.

3Bien plus encore : les guerres civiles ont fracturé l’humain au point que, désormais, l’homo a pris le dessus sur le ciuis5. Alors que jusqu’à l’époque républicaine la cité façonnait l’homme, avec les guerres civiles se sont opérés à la fois un changement et une prise de conscience. En effet, l’homme et le citoyen ne font plus un : avec l’intrusion des sentiments et de la montée en puissance de l’émotion personnelle, ils peuvent avoir deux comportements différents. Ainsi, comme l’a souligné J. Dangel, “une véritable révolution intervient avec la guerre civile, au point de troubler jusqu’à l’épopée”6.

  • 7 Cf. Bruère 1951 ; Schönberger 1958 ; Ahl 1976, 116 et 229 ; Lausberg 1985, 1592-1605. Voir aussi, (...)
  • 8 Cf. Lausberg 1985, 1605.
  • 9 Il convient notamment de distinguer les figures historiques des figures allégoriques, comme celles (...)
  • 10 Cf. Bruère 1951, 221.
  • 11 Même si l’échange n’est pas direct et, qui plus est, différé en 8.618-662.

4Exemplaire est de ce point de vue le personnage de Pompée, l’un des trois héros du Bellum Ciuile avec César et Caton. À chacune de ces trois figures centrales est associée une femme, respectivement Cornélie, Cléopâtre et Marcia7. Épouses ou maîtresse, en même temps qu’elles s’opposent entre elles par leur caractère et leur attitude, elles permettent d’accentuer les différences entre les trois héros tout autant qu’elles les caractérisent8. Cela est d’autant plus vrai que, mis à part ces trois personnages féminins, la présence et le rôle des figures féminines9 sont de manière générale fort réduits dans le Bellum Ciuile10. Si le couple Caton-Marcia n’intervient que dans une scène symbolique, célébrant l’amour légitime (2.326-380) et si, à l’opposé, le couple adultère César-Cléopâtre n’apparaît qu’au livre 10 dans deux épisodes célèbres, la séduction de Cléopâtre (10.53-106), suivie du festin somptueux qu’elle offre à son amant (10.107-171), il en va bien différemment du couple Pompée-Cornélie. Lucain nous présente, en effet, quatre séquences distinctes, mettant en présence Pompée et Cornélie. Ces passages occupent plus de 200 v. (213,5 v. exactement) et donnent lieu à chaque fois à un échange de paroles11.

  • 12 Parallèlement, avant l’apparition de Cornélie, deux mentions font déjà allusion au personnage, dan (...)

5Mieux encore : ces séquences constituent en réalité de véritables scènes autonomes, qui sont autant de médaillons qui se détachent du récit. Ainsi, en 5.722-815 est évoquée la séparation émouvante avec Pompée et de Cornélie avant la bataille de Pharsale ; en 8.50-108 ont lieu à Lesbos les retrouvailles de Pompée vaincu, venu chercher son épouse ; en 8.577-595 est décrite la scène d’adieux entre Pompée et Cornélie, suivie en 8.618-662 de la mort de Pompée sous les yeux de sa femme. Par la suite, c’est-à-dire après la mort de Pompée, le personnage de Cornélie intervient encore à deux reprises : au livre 9, lorsque, accompagnée de son fils Sextus Pompée, elle rejoint Caton en Afrique et livre aux deux hommes les recommandations ultimes de Pompée en guise de testament (9.51-116). Enfin, en 9.167-181, Cornélie rend les honneurs funèbres à son mari défunt12.

  • 13 Marcia n’est en effet jamais présente aux côtés de son mari, Caton, lors des opérations militaires (...)
  • 14 Dangel 2006, 186.
  • 15 Sa conduite héroïque et sa mort sont racontées par Plut., Crass., 25.1-14.

6Si nous avons tenu à rappeler ces différents épisodes, c’est pour montrer que Cornélie n’est pas une femme de l’ombre ni une épouse dévouée et résignée comme Marcia13, mais qu’elle a bien des traits de l’image de la femme forte14. Ses origines lui assurent un illustre renom. Descendant d’une des plus glorieuses familles patriciennes de Rome, elle est la fille de Metellus Scipion, père “d’une naissance et d’une réputation irréprochables”, nous dit Plutarque (Pomp., 55.3). Veuve de P. Licinius Crassus, le propre fils du triumvir, tué ainsi que son père à Carrhes contre les Parthes en 5315, et remariée à Pompée, Cornélie est une femme d’élite. Elle se distingue par des qualités remarquables, comme en témoigne Plutarque : “La jeune femme, en plus de sa beauté, avait bien des charmes : très cultivée, elle s’entendait à la littérature, à la musique, à la géométrie, et elle était accoutumée à lire avec fruit les ouvrages des philosophes. À ces qualités s’ajoutait un caractère exempt de la prétention revêche que ces sortes d’études donnent aux jeunes femmes” (Plut., Pomp., 55.2-3).

7Ce sont ces qualités morales que souligne Lucain, au moment où Cornélie quitte le peuple de Mytilène qui, pendant son séjour, a pu apprécier le caractère remarquable de la jeune femme :

Tanto deuinxit amore
hos pudor, hos probitas castique modestia uultus,
quod summissa animis, nulli grauis hospita turbae
stantis adhuc fati uixit quasi coniuge uicto (8.155-158).

“Tant ont suscité de liens d’affection ici sa réserve et là sa droiture, la modestie pudique de ses traits, l’humilité de cœur d’une étrangère qui ne veut pas peser à tous ces gens : quand son destin tenait encore, elle vivait comme la femme d’un vaincu” (trad. Soubiran 1998).

  • 16 Consulter Dixon 2007.
  • 17 Dixon 2007, 1-48. L’auteur consacre ainsi un chapitre à l’image que représente Cornélie (“The icon (...)
  • 18 Dangel 2006, 186.

8Lucain semble placer ainsi Cornélie dans la lignée de la première Cornélie, la grande Cornélie républicaine. Elle aussi se distingue par ses illustres origines et qualités : fille de Scipion, plus encore que l’épouse de l’aristocrate Tiberius Sempronius Gracchus, elle fut la mère des Gracques16. Connue pour avoir mené une vie remarquable, elle incarne l’intelligence, la vertu et la fidélité. Le modèle d’exemplarité attaché à son nom (cf. Cic., Brut., 211 ; Quint., Inst., 1.1.6) provient moins encore de l’idéal de la matrona romaine qu’elle représente que des valeurs qu’elle défend17. Les fragments cités par Cornélius Nepos (Frag. 1 et 2) nous montrent une femme forte, fière, soucieuse du bien commun et de l’État. Capable d’incarner au féminin des valeurs masculines, elle illustre au plus haut point la uirtus féminine. Ce sont ces traits dont semble se souvenir Lucain, lorsqu’il évoque la Cornélie de Pompée18, dotée d’une forte personnalité et de la même grandeur d’âme.

9La première mention de Cornélie, dans les paroles que Marcia adresse à Caton (2.348-349), va tout à fait dans ce sens. Marcia, revenant auprès de Caton après avoir été cédée à son ami Hortensius, souhaite partager avec lui ses joies, mais aussi en ces temps troublés ses soucis et ses fatigues. Aussi lui demande-t-elle de pouvoir suivre le camp, en citant l’exemple de Cornélie “plus près de la guerre civile” :

Da mihi castra sequi. Cur tuta in pace relinquor
et sit ciuili propior Cornelia bello ? (2.348-349)

“Permets-moi de suivre le camp. Pourquoi serais-je laissée en sécurité et dans la paix, alors que Cornélie serait plus près de la guerre civile ?”

10L’engagement de Cornélie dans la guerre civile, sa présence auprès de son époux, font de la jeune femme un exemplum, modèle à la fois de courage et d’attachement conjugal, aux yeux de Marcia.

  • 19 Au moment de Pharsale, Cornélie est effectivement la cinquième femme de Pompée après Antistia, Aem (...)
  • 20 Tucker 1990 a étudié les emplois du mot amor dans le Bellum Ciuile : sur un total de 32 occ., ce m (...)
  • 21 Dangel à paraître (aussi dans ce volume). De la même manière, dans son analyse du second rêve de P (...)

11Difficile alors pour un noble Romain de ne pas être épris de tant de charme et de personnalité. Et lorsque Pompée épouse Cornélie en cinquième noces19, ce mariage est non un mariage de convenances, mais un mariage d’amour20. Précisément, Lucain nous décrit l’amour qui unit Pompée et Cornélie sous les traits de l’amour élégiaque, fait de passion et de sentiments. Cette intrusion de l’élégie dans l’épopée est propre, comme l’a bien montré J. Dangel, “à modifier les principes de l’écriture épique, si bien que cette ‘trans-généricité’ confère à cette poétique un aspect particulier et inquiétant : de l’exemplarité héroïque, voire des leçons générales du mythe et de l’histoire, on passe aux méfaits de la passion tragique”21.

  • 22 Voir notamment Nisard 1834, 92.

12Les commentateurs hostiles à l’image du grand Pompée se plaisent à le décrire comme “un amoureux aux cheveux gris”22. Plutarque (Pomp., 55.4-5) évoque notamment les critiques que ce mariage suscita auprès des Romains : l’écart d’âge entre les deux époux était tel que “Cornélie aurait été mieux assortie à un fils de Pompée” (Plut., Pomp., 55.4).

13Cet amour décline ainsi les thèmes de l’amour élégiaque, à commencer par l’image du seruitium amoris. Pompée est en effet tellement épris de sa femme qu’il en “néglige les affaires de la ville”, comme le rapporte Plutarque : “Les autres, avec plus de délicatesse, trouvaient que Pompée négligeait les affaires de la ville : ‘ Dans les circonstances graves où elle se trouve, disaient-ils, elle l’a choisi comme médecin, et s’est abandonnée à lui seul, et lui, il se met des couronnes sur la tête et offre des sacrifices pour ses noces, alors qu’il devrait considérer comme un malheur ce consulat, qui ne lui aurait pas été ainsi donné contrairement à la loi, si la patrie était heureuse !’” (Plut., Pomp., 55.4-5).

  • 23 Thompson 1983-1984, 208-209, oppose ainsi Énée, qui, partant à la recherche d’une terre à fonder, (...)

14Pompée célèbre ses noces, alors que la République l’attend ! Et c’est habité par la même passion qu’il n’hésite pas à partir de Rome pour affronter César en emmenant sur son navire son épouse (cum coniuge) et ses enfants (natis)23 :

Cum coniuge pulsus
et natis totosque trahens in bella penates
uadis adhuc ingens populis comitantibus exul (2.728-730).

“Chassé avec ton épouse et tes enfants et traînant à la guerre tous tes pénates, tu t’avances sur le chemin de l’exil, grand encore avec des peuples qui t’accompagnent”.

  • 24 Marquant un rythme nouveau, la strophe saphique sera utilisée par Catulle et Horace.
  • 25 de Romilly 1980, 48, précise : “Surtout Sappho a fondé le lyrisme au sens où nous l’entendons enco (...)

15Et lorsque Pompée, se rendant compte que l’affrontement avec César est imminent et inéluctable, cherche un refuge sûr pour son épouse, c’est sur l’île de Lesbos qu’il l’envoie : Cedendum est bellis ; quorum tibi tuta latebra/Lesbos erit (5.743-744 : “Il faut céder la place aux guerres ; contre elles Lesbos sera pour toi un refuge sûr”). Si, sans aucun doute, les habitants de Mytilène sont acquis à la cause de Pompée, il n’en reste pas moins vrai que l’endroit est chargé de connotations : Lesbos est en effet l’île dont est originaire la poétesse Sappho, qui composa des poèmes consacrés à la passion amoureuse, “monstre invincible, doux et amer”, et à Aphrodite. Sa poésie, portée par la strophe saphique24, est éminemment sensuelle et lyrique25.

  • 26 Cf. Mudry 1991, 87-88.
  • 27 Rutz [1950] 1989, 113-117, classe cette scène parmi les “scènes d’émotion”, marquées par la douleu (...)

16De fait, l’amour élégiaque, personnalisé et émotionnel, nous fait entrer dans l’intimité du couple. L’élégie croise alors le lyrisme26, fait d’émotions et de passion pures. La fin du livre 5 du Bellum Ciuile nous donne ainsi à voir une scène d’intimité27, sous l’égide de la Vénus conjugale (5.727-728 : Heu quantum mentes dominatur in aequas/ iusta Venus !, “Hélas ! quelle domination la Vénus conjugale exerce sur l’esprit des justes !”). Pour montrer l’image de la passion toute-puissante, Lucain insiste à plusieurs reprises sur l’évocation érotique des corps, une première fois avant la séparation des deux époux :

Nocte sub extrema pulso torpore quietis,
dum fouet amplexu grauidum Cornelia curis
pectus et auersi petit oscula grata mariti, […] (5.734-736).

“Vers la fin de la nuit, chassant la torpeur du repos, tandis que Cornélie réchauffe entre ses bras une poitrine lourde de soucis et réclame de doux baisers de son mari qui tourne la tête, […]”.

17Mais également lors de leurs retrouvailles, lorsque Cornélie défaille à la vue de Pompée et tombe à terre, évanouie :

Quem postquam propius famulae uidere fideles,
non ultra gemitus tacitos incessere fatum
permisere sibi, frustraque attollere terra
semianimem conantur eram, quam pectore Magnus
ambit et adstrictos refouet complexibus artus (8.63-67).

“Lorsque les servantes fidèles eurent vu [Pompée] de plus près, elles ne se permirent plus de s’en prendre au destin que par des gémissements étouffés ; elles s’efforcent vainement de relever de terre leur maîtresse évanouie ; Magnus la serre sur son cœur et réchauffe de ses étreintes ses membres contractés”.

18Même l’évocation de la nuit qui suivit la séparation des deux époux à la fin du livre 5 est marquée par des traits érotiques, alors que, Pompée absent, seule sur le navire qui l’emmène à Lesbos, Cornélie cherche sa présence physique :

Quae nox tibi proxima uenit
insomnis ! Viduo tum primum frigida lecto,
atque insueta quies uni, nudumque marito
non haerente latus. Somno quam saepe grauata
deceptis uacuum manibus conplexa cubile est
[atque oblita fugae quaesiuit nocte maritum] !
Nam quamuis flamma tacitas urente medullas
non iuuat in toto corpus iactare cubili
seruatur pars illa tori (5.805-813).

“Quelle nuit d’insomnie s’ensuivit pour toi ! Alors, pour la première fois, [Cornélie] connut dans un lit désert un repos glacé et inaccoutumé à la solitude ; son mari n’enlaça pas son flanc nu. Que de fois, alourdie de sommeil, elle étreignit la couche vide de ses mains déçues ; [et oublieuse de son exil, elle chercha son mari dans la nuit] ! Car malgré la flamme secrète qui brûle ses os, il ne lui plaît pas d’étendre son corps sur le lit tout entier ; elle lui garde sa place près d’elle”.

  • 28 Comme le pensent également Rutz [1950] 1989, 116 ; Radicke 2004, 347.

19Sans intérêt pour l’action et vraisemblablement fictive28, l’ensemble de cette scène finale du livre 5 révèle en fait l’état d’âme des personnages. Pompée, en pleine guerre civile, à quelques heures de la séparation des deux époux, s’abandonne à la douceur et à la chaleur de ces instants volés qu’il voudrait voir prolonger :

Mentem iam uerba paratam
destituunt, blandaeque iuuat uentura trahentem
indulgere morae, tempus subducere fatis (5.731-733).

“Les mots abandonnent son esprit déjà préparé ; [Pompée] se plaît à retarder l’avenir, à s’abandonner à un doux retard, à soustraire le temps aux destins”.

  • 29 Sur l’analyse de l’ensemble du discours (5.739-759), Tasler 1972, 119-124.

20Dans les paroles qu’il adresse à Cornélie29, il reconnaît lui-même la situation incongrue qui est la sienne (surrexisse sinu) et qui n’est pas digne (pudet) d’un général sur le point de livrer bataille :

Nam me iam Marte parato
securos cepisse pudet cum coniuge somnos
eque tuo, quatiunt miserum cum classica mundum,
surrexisse sinu (5.749-752).

“Quant à moi, alors que Mars est déjà prêt, j’ai honte de prendre aux côtés de mon épouse un sommeil tranquille et, quand les trompettes ébranlent l’univers infortuné, de sortir de tes bras”.

21Rares et surprenantes sont de telles scènes dans une épopée qui fusionne des genres majeurs que tout sépare. Lucain exploite les fibres d’un lyrisme en excès, moins encore personnel que passionnel. Marqué par l’inconvenance et en tous points opposé à l’image du uir et aux valeurs de la collectivité, il engendre une rhétorique du blâme.

22Emblématique est de ce point de vue les paroles de persuasion justificative que Pompée adresse à Cornélie lorsqu’il lui annonce sa décision de l’envoyer dans un lieu sûr (5.739-759). Au même titre que l’incongruité de la scène que nous venons d’évoquer, ce discours, prononcé au petit matin (nocte sub extrema, v. 734) par un Pompée encore allongé sur le lit conjugal aux côtés de son épouse, en accentue les aspects profondément surprenants dans le cadre d’une épopée. En témoignent les deux vers qui suivent ce discours, où la rapidité de l’évocation et du mouvement marqué par le verbe exiluit au début du v. 791 et la place centrale de l’adjectif amens, mis en valeur par les césures P et H, contrastent parfaitement avec la position allongée des personnages et leurs paroles :

Sic fata relictis
exiluit stratisP amensH tormentaque nulla
uult differre mora (5.790-792).

“Sur ces mots, [Cornélie] rejette les couvertures, bondit égarée et ne veut plus qu’un retard diffère ses tourments”.

  • 30 Narducci 1985, 1553-1556, souligne notamment qu’“à l’activité frénétique de César s’oppose une rel (...)
  • 31 Cf. Feeney 1986.

23Lucain semble insister sur les faiblesses de Pompée, qui contribue à donner du personnage l’image d’un héros en déclin30, tant sur le plan militaire que personnel. Mieux encore, nous touchons là au drame terrible et personnel de Pompée : tiraillé entre son amour pour sa femme et son devoir de sauver la République, Pompée est un homme en conflit avec lui-même. Son amour pour Cornélie paraît moins encore actualiser que symboliser les faiblesses d’un homme qui n’est plus que “l’ombre d’un grand nom” (1.135 : magni nominis umbra)31, qui n’est plus Magnus.

  • 32 Voir Johnson 1987, 69, et sur Pompée plus généralement, p. 67-100.
  • 33 Cf. Dangel 2009, 9-17.
  • 34 Dangel 2009, 16.

24Aussi l’amour qui l’unit à Cornélie est-il de l’ordre de la passion tragique et Lucain ne peut que condamner les excès d’une passion excessive, lorsqu’il s’exclame : Heu quantum mentes dominatur in aequas/ iusta Venus ! (5.727-728 : “Hélas ! quelle domination la Vénus conjugale exerce sur l’esprit des justes !”). Ainsi, la voix du poète laisse entendre une dimension épidictique qui n’exclut pas le blâme. Personnage complexe32, Pompée incarne en quelque sorte la mixité de l’homme. Loin du héros mythique, aidé par ses valeurs, en adéquation avec les dieux33, le héros historique a des qualités et des défauts. Il est uir et non plus seulement exclusivement homo ou ciuis. Alors que le héros est plus précisément “incarné par l’homme qui sait garder la maîtrise de soi pour le service des autres et de sa patrie”34, Pompée est devenu “hésitant et tremblant devant les combats” à cause de son amour pour sa femme :

Dubium trepidumque ad proelia, Magne,
te quoque fecit amorP ; quod nolles stare sub ictu
fortunae, quo mundus erat Romanaque fata,
coniunx sola fuit (5.728-731).

“Toi aussi, Magnus, l’amour t’a rendu hésitant et tremblant devant les combats ; la seule chose que tu ne voulusses pas placer sous le coup de la fortune qui décidait de l’univers et des destins romains, ce fut ton épouse”.

25C’est un Pompée à l’âme indécise (dubio) que nous donne à voir Lucain lorsque, après avoir retrouvé Cornélie, le pilote du bateau lui demande quelle direction prendre :

“Sed quo uela dari, quo nunc pede carbasa tendi
nostra iubes ?”. Dubio contra cui pectore Magnus
“Hoc solum toto” respondit “in aequore serua,
ut sit ab Emathiis semper tua longius oris
puppis, et Hesperiam pelago caeloque relinquas ;
cetera da uentis. Comitem pignusque recepi
depositum : tunc certus eram quae litora uellem ;
nunc portum fortuna dabit” (8.185-192).

“‘Mais vers quel but offrir nos voiles ? de quelle écoute en raidir le tissu ? donne ton ordre’. À quoi Magnus lui répondit, l’âme indécise : ‘ Seule consigne à respecter sur toute l’étendue marine, que ta poupe toujours des bords de l’Émathie s’éloigne davantage, qu’à la mer et au ciel tu laisses l’Hespérie ; le reste, au gré des vents. J’ai recouvré ma compagne chérie où je l’avais mise à l’abri : je savais bien alors quelle côte vouloir ; le hasard maintenant me donnera le port” (trad. Soubiran 1998).

26L’hésitation dont il fait preuve révèle moins encore son irrésolution que ses faiblesses, qui le poussent à s’en remettre aux vents et au hasard !

  • 35 Voir sur ce point Dangel 2009a 146-164.

27Bien plus encore : Pompée est influencé dans ses décisions, dans ses actes et, d’une manière générale, dans la conduite de la guerre par le sort de son épouse, ce que souligne avec force, dans l’exemple précédent qui évoque les combats de la guerre civile (5.728-731), la présence significative des termes amor et coniunx, chacun mis en valeur par sa place dans le vers : amor est rejeté en fin de proposition et placé à la césure P, coniunx est situé en tête de vers. Ainsi, en présentant un amour en pathos, la tragédie s’insère dans l’épopée, comme le souligne Aristote lorsqu’il affirme que la tragédie est un morceau d’épopée et que l’épopée a une capacité tragique (Arist., Po., 1449b18 ; 1462a14)35.

28Car si Pompée fuit du champ de bataille de Pharsale, c’est aussi pour ne pas mourir, alors que Cornélie n’est pas là :

Sed tu quoque, coniux,
causa fugae uultusque tui fatisque negatum
te praesente mori (7.675-677).

  • 36 Le passage est obscur et peut se comprendre ainsi : les destins veulent que Pompée meure sous les (...)

“Mais toi, sa femme, aussi fus cause de sa fuite, et ton visage, et le refus, ici, par les destins de mourir devant toi” (trad. Soubiran 1998)36.

  • 37 Sur l’ensemble du discours, Tasler 1972, 128-133.

29Son but, après le désastre de Pharsale, est de retrouver Cornélie, objet de “toutes ses affections”, comme il le dit lui-même aux habitants de Mytilène37 :

Nullum toto mihi”, dixit, “in orbe
gratius esse solum non paruo pignore uobis
ostendi ; tenuit nostros hac obside Lesbos
adfectus ; hic sacra domus carique penates,
hic mihi Roma fuit. Non ulla in litora puppem
ante dedi fugiens, […] (8.129-135).

“Qu’il ne soit, dit-il, dans le monde entier aucun sol plus cher à mon cœur, un gage qui n’est pas léger vous l’a montré ; Lesbos a gardé, avec cette otage, mes affections ; c’était ici maison sacrée, pénates chers, c’était Rome pour moi. Point de rivage avant le vôtre, dans ma fuite, auquel j’aie livré mon bateau, [...]” (trad. Soubiran 1998).

  • 38 Thompson 1983, 212-213. Ahl 1976, 173-189 consacre un chapitre entier à “Pompey the Lover”. Sur la (...)

30Bien plus encore : désormais, pour Pompée, là où se trouve Cornélie, son amor, là se trouve Rome. Voilà ce qui justifie un tel attachement pour Cornélie, dont la présence détermine pour Pompée où est Rome, où sont ses pénates, s’opposant sur ce point, comme l’a souligné L. Thompson, à Énée pour qui “sa patrie est son amour alors que la Rome de Pompée est Cornélie, son amour”38. Par ce processus d’assimilation surprenant, pour ne pas dire inconcevable pour tout autre Romain, la sphère privée prend le pas sur l’intérêt de la collectivité en même temps que sur ses valeurs.

  • 39 Thompson 1983, 208.
  • 40 Voir sur ce point Bruère 1951, 232.

31Ainsi, l’attachement excessif de Pompée pour son épouse est tel que ses sentiments vont le conduire à sa perte et, par là même, entraîner celle de Rome39. On peut penser, en effet, que si Pompée, après le désastre de Pharsale, n’était pas retourné à Lesbos pour emmener Cornélie avec lui, la nouvelle de sa défaite ne l’aurait pas précédé en Égypte s’il s’y était rendu directement40.

  • 41 Cet argument est évoqué également par Plut., Pomp., 76.9 et par App., BC, 2.83.

32De même, si Metellus réussit à convaincre Pompée de ne pas chercher refuge et aide chez les Parthes, mais en Égypte, le sort de Cornélie captive du roi parthe et les outrages auxquels elle risque d’être exposée (8.396-416) est un argument dissuasif qui s’ajoute aux autres arguments d’ordre patriotique41. Une fois encore la sphère privée interfère sur la sphère politique. Et la décision finalement prise lui sera fatale.

  • 42 Cf. Rambaud 1955, 284 : “Le destin est présent jusque dans la vie intime du héros. En épousant Cor (...)

33L’image de Cornélie, femme fatale42, semble alors donner raison aux imprécations de Julie, épouse défunte de Pompée, qui annonçait en songe à Pompée les malheurs à venir et la ruine de l’État :

Coniuge me laetos duxisti, Magne, triumphos :
fortuna est mutata toris semperque potentis
detrahere in cladem fato damnata maritos
innupsit tepido paelex Cornelia busto.
Haereat illa tuis per bella, per aequora signis,
dum non securos liceat mihi rumpere somnos
et nullum uestro uacuum sit tempus amori,
sed teneat Caesarque dies et Iulia noctes (3.20-27).

“Quand j’étais ton épouse, tu menais, Magnus, de joyeux triomphes ; avec le lit nuptial la fortune a tourné ; condamnée par le destin à toujours entraîner au désastre des maris puissants, Cornélie, ta maîtresse, t’a épousé près d’un bûcher encore tiède. Qu’elle reste attachée à tes enseignes dans les combats, sur les mers, pourvu qu’il me soit permis d’interrompre ton sommeil agité et qu’aucun temps ne soit libre pour votre amour : que César occupe tes jours et Julie tes nuits”.

  • 43 Cornélie va même jusqu’à se désigner du même terme péjoratif paelex, que Julie avait employé aupar (...)

34Cornélie elle-même en semble convaincue, lorsque, aux reproches que lui adresse Pompée devant l’affliction et la douleur qu’elle éprouve à son retour de Pharsale au début du livre 8, elle se lance dans un discours d’imprécations contre elle-même (8.88-105)43. La jeune femme a des mots très durs pour elle-même. Consciente du malheur de son mari, elle propose alors de se sacrifier pour le bien commun, en un processus d’expiation et de distanciation qui s’amorce à cet instant précis :

Nunc accipe poenas,
sed quas sponte luam. Quo sit tibi mollius aequor,
certa fides regum totusque paratior orbis,
sparge mari comitem. Mallem felicibus armis
dependisse caput ; nunc clades denique lustra,
Magne, tuas (8.97-102).

“Reçois ce jour mon châtiment, que je veux subir de plein gré. Pour que les flots te soient plus doux, sûre la loyauté des rois, plus disponible l’univers, disperse en mer le corps de ta compagne. J’aimerais mieux, à des victoires, avoir sacrifié ma tête ; mais aujourd’hui, Magnus, enfin lave-toi du désastre” (trad. Soubiran 1998).

35Modèle de uirtus romaine à l’image de la première Cornélie que nous avons évoquée au début, Cornélie montre à Pompée une autre voie, sublime, mais cruelle. Prête à se sacrifier, elle consent à renoncer à son amour, comme en témoignent les derniers mots de son discours :

Vbicumque iaces, ciuilibus armis
nostros ulta toros, ades huc atque exige poenas,
Iulia crudelis, placataque paelice caesa
Magno parce tuoP (8.102-105).

“Où que tu sois, vengée de notre union par la guerre civile, viens ici, cruelle Julie, et exige mon châtiment ; apaisée par la mort de la maîtresse, épargne ton cher Magnus”.

36Elle accepte que Pompée ne soit plus son époux, mais celui de Julie, comme le souligne explicitement l’emploi et la place, en fin de phrase et à la césure P, du possessif de la deuxième personne (tuo), ainsi que la disjonction expressive Magno […] tuo.

  • 44 Cf. Rambaud 1955, 273 ; Due 1962, 109-114 ; Feeney 1986, 241 ; Radicke 2004, 437. L’idée de deuoti (...)
  • 45 Cf. Lintott 1971, 502 ; Mayer 1981, 22 ; Feeney 1986, 241.

37C’est pourquoi, lorsque, arrivé en Égypte, il se rend compte que le terme de sa dernière heure est venu, Pompée n’hésite pas à affronter sa mort et à se sacrifier pour le salut de ses concitoyens44. Mieux encore, il retrouve grandeur et dignité45 :

Vt uidit comminus ensis,
inuoluit uultus atque, indignatus apertum
Fortunae praebere, caput ; tunc lumina pressit
continuitque animam, ne quas effundere uoces
uellet et aeternam fletu corrumpere famam.

Sed postquam mucrone latus funestus Achillas
perfodit, nullo gemitu consensit ad ictum
despexitque nefas seruatque immobile corpus
seque probat moriens […] (8.612-621).

“Quand il vit tout près les épées, il se voila la face, jugeant inconvenant d’offrir sa tête nue à la Fortune ; il ferma les yeux et retint son souffle, pour n’être pas tenté d’exhaler quelques plaintes, de gâcher par des pleurs une gloire éternelle. Mais quand le sinistre Achillas de sa lame eût percé son flanc, sans un gémissement il s’abandonne au coup ; plein de mépris pour l’acte ignoble, il garde son corps immobile, se met à l’épreuve en mourant […]” (trad. Soubiran 1998).

  • 46 Sur ce geste de Pompée, diversement interprété, et sur la posture elle-même, sur le sens et la fon (...)
  • 47 Grimal 1980 montre que la longue attente aux chants 6 et 7 du Bellum Ciuile témoigne déjà de l’att (...)

38La maîtrise du geste, qui consiste à se couvrir le visage et la tête au moment du meurtre46, la dignité et la contenance dont fait preuve Pompée lorsque, immobile (immobile corpus), sans la moindre plainte (nullo gemitu), il consent au coup, traduisent l’acceptation de son sort dans une attitude stoïcienne en tout point remarquable47.

  • 48 Son discours (8.639-661), marqué par l’importance prise par les phrases interrogatives, les exclam (...)

39Son attitude est d’autant plus exemplaire qu’elle contraste nettement avec celle de Cornélie, qui, moins courageuse, laisse éclater sa peine par des lamentations bruyantes48 :

At non tam patiens Cornelia cernere saeuum,
quam perferre, nefas, miserandis aethera complet
uocibus (8.637-639).

“Mais Cornélie, moins endurante à voir qu’à subir l’horrible forfait, remplit l’air de ses paroles pitoyables”.

  • 49 Cf. Tasler 1972, 153-158.
  • 50 Même sous les coups, Pompée garde sur son visage l’expression d’un héros qui a succombé sans montr (...)

40Pompée s’offre ainsi non seulement en victime expiatoire, mais, au moment de sa mort, il incarne la grauitas en gardant le contrôle de son corps et de ses pensées49, comme nous le donne à entendre Lucain50 :

Videt hanc Cornelia caedem
Pompeiusque meus. Tanto patientius, oro,
claude, dolor, gemitus ; natus coniuxque peremptum,
si mirantur, amant.” Talis custodia Magno
mentis erat ; ius hoc animi morientis habebat (8.632-636).

“‘Cornélie assiste à ce meurtre avec mon cher Pompée. Sois d’autant plus stoïque, ô ma douleur, je t’en supplie, et étouffe tes plaintes ; mon fils et mon épouse aiment leur défunt, s’ils l’admirent’. Telle était chez Magnus la maîtrise mentale, telle la loi qu’en expirant il s’imposait” (trad. Soubiran 1998).

41Conscient qu’il meurt sous les yeux de son épouse et de son fils, Pompée n’en montre que plus de courage et, par un retournement de valeurs, c’est précisément son amour qui le porte au Sublime, comme le soulignent avec force ses paroles ultimes, qui culminent sur le verbe amant, précédé du verbe mirantur, les deux derniers mots qu’il prononce.

  • 51 Dangel 2009, 11.
  • 52 Cf. Dangel 2009, 15-16.
  • 53 Cf. Lintott 1971, 502-503 ; Feeney 1986, 243.
  • 54 Johnson 1987, 80, va même jusqu’à parler de “good end”.

42Pour conclure, Lucain dans le Bellum Ciuile, n’a pas hésité à montrer les faiblesses de Pompée, que sa passion excessive pour Cornélie a accentuées, au point que le personnage est en réalité un héros inefficace face au fléau de la guerre civile, comme le sera également Caton, mais pour des raisons différentes. Ainsi, “le mode épique n’exclut pas l’évocation des accidents humains et événementiels”51, mais pour une mise à l’épreuve héroïque des personnages. C’est pourquoi, comme l’a souligné J. Dangel52, les crises et conflits humains engendrent l’héroïsme, dès lors que des hommes triomphent d’eux-mêmes et de l’adversité par leurs qualités. La forme suprême est le don de soi à une grande cause, jusqu’au sacrifice, qui honore une communauté humaine digne de ce nom et qui donne la gloire d’éternité dans la Mémoire des hommes. Loin d’être le grand perdant de la guerre civile, la victoire finale que remporte Pompée est celle qu’il remporte sur lui-même53 et qui suscite l’admiration54. Devenu un exemplum pour les siens et pour Rome, c’est dans la mort que Pompée retrouve sa grandeur et sa dignité ; c’est dans la mort qu’il se montre Magnus.

Notes

1 Cf. Marti 1945, 352-354 ; Soubiran 1967, 59-60 ; 1998, 19-25.

2 Soubiran 1967, 60.

3 Ne serait-ce que parce que le terme même de “héros” nous semble bien inapproprié pour l’épopée du Bellum Ciuile ; cf. Ahl 1976, 150-156. Sur l’image du héros dans l’épopée latine, cf. Dangel 2009, 9-19 (aussi 2004, 173-174).

4 Dangel 2009, 9 : “Dans l’épopée latine, le héros, voire les héroïnes, sont des exempla”.

5 Cf. Dangel 2009a, 146-147.

6 Dangel 2009, 19.

7 Cf. Bruère 1951 ; Schönberger 1958 ; Ahl 1976, 116 et 229 ; Lausberg 1985, 1592-1605. Voir aussi, dans ce volume, la contribution de J. Dangel, 91-104.

8 Cf. Lausberg 1985, 1605.

9 Il convient notamment de distinguer les figures historiques des figures allégoriques, comme celles de Rome (1.183-192) ou de la Fortune, ainsi que des figures mythologiques, comme la Pythie ou Érictho.

10 Cf. Bruère 1951, 221.

11 Même si l’échange n’est pas direct et, qui plus est, différé en 8.618-662.

12 Parallèlement, avant l’apparition de Cornélie, deux mentions font déjà allusion au personnage, dans les paroles adressées à Caton par Marcia (2.348-349) et dans les propos de Julie, qui apparaît en songe à Pompée (3.20-34).

13 Marcia n’est en effet jamais présente aux côtés de son mari, Caton, lors des opérations militaires. Elle est également totalement absente du livre 9, considéré traditionnellement comme “le livre de Caton”, car presque entièrement consacré à Caton.

14 Dangel 2006, 186.

15 Sa conduite héroïque et sa mort sont racontées par Plut., Crass., 25.1-14.

16 Consulter Dixon 2007.

17 Dixon 2007, 1-48. L’auteur consacre ainsi un chapitre à l’image que représente Cornélie (“The icon”, p. 49-59), car le nom de Cornélie figure dans les listes de “femmes exemplaires” dans l’Antiquité.

18 Dangel 2006, 186.

19 Au moment de Pharsale, Cornélie est effectivement la cinquième femme de Pompée après Antistia, Aemilia, Mucia et Julie.

20 Tucker 1990 a étudié les emplois du mot amor dans le Bellum Ciuile : sur un total de 32 occ., ce mot est employé cinq fois pour le couple Pompée-Cornélie.

21 Dangel à paraître (aussi dans ce volume). De la même manière, dans son analyse du second rêve de Pompée (7.1-44), Mudry 1991, 77-88, montre que certains éléments de la dernière partie de ce rêve (v. 24-44) “suggèrent dans l’inspiration et la manière une parenté avec la poésie élégiaque” et parle de “mutation du genre épique” (p. 85-87).

22 Voir notamment Nisard 1834, 92.

23 Thompson 1983-1984, 208-209, oppose ainsi Énée, qui, partant à la recherche d’une terre à fonder, fait voile sans sa femme, Créüse, et Pompée, accompagné de son amour, Cornélie.

24 Marquant un rythme nouveau, la strophe saphique sera utilisée par Catulle et Horace.

25 de Romilly 1980, 48, précise : “Surtout Sappho a fondé le lyrisme au sens où nous l’entendons encore aujourd’hui, et les lyriques latins dans leurs poèmes amoureux sont tous ses imitateurs”.

26 Cf. Mudry 1991, 87-88.

27 Rutz [1950] 1989, 113-117, classe cette scène parmi les “scènes d’émotion”, marquées par la douleur (dolor-Szene). Voir aussi Radicke 2004, 347.

28 Comme le pensent également Rutz [1950] 1989, 116 ; Radicke 2004, 347.

29 Sur l’analyse de l’ensemble du discours (5.739-759), Tasler 1972, 119-124.

30 Narducci 1985, 1553-1556, souligne notamment qu’“à l’activité frénétique de César s’oppose une relative passivité chez Pompée” (p. 1553) ; cf. également Johnson 1987, 74.

31 Cf. Feeney 1986.

32 Voir Johnson 1987, 69, et sur Pompée plus généralement, p. 67-100.

33 Cf. Dangel 2009, 9-17.

34 Dangel 2009, 16.

35 Voir sur ce point Dangel 2009a 146-164.

36 Le passage est obscur et peut se comprendre ainsi : les destins veulent que Pompée meure sous les yeux de Cornélie. Comme elle ne se trouve pas à Pharsale, Pompée n’y succombera pas.

37 Sur l’ensemble du discours, Tasler 1972, 128-133.

38 Thompson 1983, 212-213. Ahl 1976, 173-189 consacre un chapitre entier à “Pompey the Lover”. Sur la relation entre Pompée et Rome, voir aussi Morford [1967] 1996, 82.

39 Thompson 1983, 208.

40 Voir sur ce point Bruère 1951, 232.

41 Cet argument est évoqué également par Plut., Pomp., 76.9 et par App., BC, 2.83.

42 Cf. Rambaud 1955, 284 : “Le destin est présent jusque dans la vie intime du héros. En épousant Cornélia, Pompée n’a pas seulement rendu définitive sa rupture avec celui qui fut – Lucain le répète assez – son beau-père ; il s’est lié à une femme fatale. Non pas au sens vulgaire du mot, car la sentimentalité qu’elle apporte dans cette tragédie est des plus nobles, mais par une fatalité attachée à sa personne et qui mène au désastre et à la mort l’époux qui la possède, Crassus d’abord, Pompée ensuite”.

43 Cornélie va même jusqu’à se désigner du même terme péjoratif paelex, que Julie avait employé auparavant (3.23). Cf. Rutz 1963, 342-343 ; Ahl 1976, 176.

44 Cf. Rambaud 1955, 273 ; Due 1962, 109-114 ; Feeney 1986, 241 ; Radicke 2004, 437. L’idée de deuotio est annoncée dès le livre 7, lorsque Pompée se rend compte de la défaite (cf. 7.659-666).

45 Cf. Lintott 1971, 502 ; Mayer 1981, 22 ; Feeney 1986, 241.

46 Sur ce geste de Pompée, diversement interprété, et sur la posture elle-même, sur le sens et la fonction expressive du geste, on consultera Cordier 1998.

47 Grimal 1980 montre que la longue attente aux chants 6 et 7 du Bellum Ciuile témoigne déjà de l’attitude stoïcienne de Pompée. Voir également Marti 1945, 372-373.

48 Son discours (8.639-661), marqué par l’importance prise par les phrases interrogatives, les exclamations et les apostrophes, relève du mouere. Sur cet aspect, cf. Dangel 1991, 2465-2470 (aussi 1988, 44-48).

49 Cf. Tasler 1972, 153-158.

50 Même sous les coups, Pompée garde sur son visage l’expression d’un héros qui a succombé sans montrer la moindre faiblesse. Cf. 8.663-664 : At Magni cum terga sonent et pectora ferro,/permansisse decus sacrae uenerabile formae. (“Cependant Magnus, sous les coups sonores frappant son dos et sa poitrine, avait conservé la noble dignité de sa beauté auguste”). Voir Rambaud 1955, 288.

51 Dangel 2009, 11.

52 Cf. Dangel 2009, 15-16.

53 Cf. Lintott 1971, 502-503 ; Feeney 1986, 243.

54 Johnson 1987, 80, va même jusqu’à parler de “good end”.

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540