Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lucain en débat

 | 
Olivier Devillers
, 
Sylvie Franchet d’Espèrey

Deuxième partie. Idéologie , ordre et désordre

Caton et la libertas : l’apport de Lucain

Isabelle Cogitore

Texte intégral

  • 1 Fantham 2003, 98 définit trois types de sources sur Caton : “public forms of hagiography, private (...)

1Le suicide de Caton à Utique fait partie des moments symboliques de l’histoire politique, dans les derniers sursauts de la République romaine. L’image qui en est restée et qui a pris la force d’un mythe est celle d’une mort atroce, dont l’atrocité même en vient à représenter l’agonie de la République et de la libertas. De fait, le thème politique de libertas, dont le fil court à travers toute l’histoire romaine et sa tradition, jusqu’à notre Révolution et même au-delà, a été étroitement associé à la figure de Caton. Mais lorsqu’on revient sur les textes contemporains de cette mort, puis sur la place de Caton dans l’œuvre de Lucain, tout n’est pas si clair et des précisions doivent être apportées1.

2Un premier point intéressant est que Cicéron, dans sa Correspondance, ne réagit pas à la nouvelle du suicide de Caton et ne semble donc pas lier cette mort à une affirmation de la liberté, soit parce que le contexte est à ce point troublé qu’il ne lui permet pas de voir si loin, soit parce qu’il considère que la liberté détient encore, en sa personne, un défenseur. En revanche, il est apparemment le premier à écrire sur Caton après sa mort, à la demande de Brutus, dès le printemps 46 a. C. :

Itaque hoc sum aggressus statim Catone absoluto – quem ipsum numquam attigissem tempora timens inimica uirtuti, nisi tibi hortanti et illius memoriam mihi caram excitanti non parere nefas esse duxissem –, sed testificor me a te rogatum et recusantem haec scribere esse ausum (Cic., Orat., 35).

  • 2 La fin de la phrase laisse planer un doute : Cicéron parle-t-il de l’Orator ou du livre sur Caton (...)

3La demande de Brutus, visiblement pressante, visait sans doute une forme de commémoration, memoriam, liée à la question de la vertu. Cicéron a donc accepté cette tâche très tôt2 mais, à la mi-juin, il déclare se heurter à un “problème d’Archimède”, comme il le dit lui-même en grec dans une lettre. Il s’agit d’une difficulté de rédaction qui touche l’éclairage qu’il entend donner à la figure de Caton :

Non adsequor ut scribam quod tui conuiuae non modo libenter, sed etiam aequo animo legere possint […] Sed uere laudari ille uir non potest nisi haec ornata sint, quod ille ea quae nunc sunt et futura uiderit, et ne fierent contenderit et facta ne uideret uitam reliquerit (Cic., Att., 12.4.2).

4La réflexion sur l’inscription de Caton dans le tissu politique, à travers les réactions attendues des auditeurs, ainsi que par le biais du verbe laudari ne laissent à mon sens guère de doutes : Cicéron a entrepris d’écrire un éloge politique de Caton. Ce dernier y était sans doute présenté, si l’on se fonde sur ce passage de la correspondance, comme un témoin des faits (uiderit) et également comme la source d’une réflexion sur les événements à venir (futura), que sa décision de se suicider entérine. Le livre semblerait porteur d’une charge affective ou du moins d’une capacité à agiter les esprits des auditeurs visés, convives de Brutus. En somme, la difficulté que Cicéron rencontre tient précisément au fait qu’il n’envisage pas de renoncer à un portrait politique de Caton : il refuse de se limiter à la peinture des qualités morales, grauitas, constantia, et de laisser de côté les interventions de Caton au Sénat : autant de points que Brutus et ses amis, auditeurs attendus de l’œuvre, n’avaient pas souhaité voir soulignés, quand ils attendaient une approche peut-être plus philosophique. Rappelons en outre que Cicéron, au lendemain de Thapsus, déclarait à Varron qu’il entendait bien ne pas renoncer à écrire et à lire des ouvrages politiques (Cic., Fam., 9.2.5).

  • 3 Cf. Hill 2004, 33-64 sur Cicéron et le suicide, en particulier celui de Caton.
  • 4 Schmidt 1893, 244, cité dans la notice de la CUF, vol. 7, p. 24 (non uidi). Bardon 1952, 278, réfu (...)

5Si l’on admet que l’orientation de l’ouvrage de Cicéron accordait à Caton une place politique, comment comprendre qu’il ait attendu la mi-juin pour se rendre compte de cette difficulté, qui est inhérente au sujet ? On peut proposer plusieurs solutions. Première hypothèse : peut-être Cicéron n’avait-il pas commencé immédiatement à rédiger son éloge de Caton, à cause de la rédaction des Paradoxes des Stoïciens, au printemps 46. Le problème reste entier, car l’orateur pouvait se douter, sans même avoir commencé, que le livre sur Caton ne serait pas simple à écrire, ne serait-ce que parce qu’il amenait à poser la question du suicide3. L’autre possibilité est que la requête de Brutus aurait changé. Il aurait d’abord demandé à Cicéron un ouvrage sur la mémoire du grand homme, puis, la situation devenant plus tendue avec l’arrivée de César à Rome le 25 mai 46, aurait précisé sa requête dans un sens plus contraignant. Cette hypothèse rejoint celle qu’a formulée O. E. Schmidt4 selon qui Brutus aurait demandé à Cicéron d’écrire sur Caton de façon à effacer les traces d’anti-césarianisme latent du Brutus. La lecture du passage de l’Orator cité plus haut va dans le même sens ; Cicéron semble bien n’avoir guère eu le choix, dans la rédaction de son livre sur Caton, et il a dû obéir à Brutus (cf. le verbe parere dans le passage cité plus haut). De plus, la suite du passage, qui concerne au premier chef l’Orator, peut aussi s’appliquer à l’éloge de Caton :

Volo enim mihi tecum commune esse crimen, ut, si sustinere tantam quaestionem non potuero, iniusti oneris impositi tua culpa sit, mea recepti ; in quo tamen iudicii nostri errorem laus tibi dati muneris compensabit (Cic., Orat., 35).

“Je veux en effet que l’accusation nous touche tous deux, afin que, si je n’ai pas pu être à la hauteur d’un si grand sujet, la faute retombe sur toi pour m’avoir imposé un fardeau au-dessus de mes forces, et sur moi pour l’avoir accepté ; mais en cela l’éloge mérité d’avoir fait cela pour toi compensera mon erreur de jugement”.

  • 5 Clarke 1981, 27 arrivait à la même conclusion, en supposant que Cicéron cherchait à se mettre sous (...)

6La communauté d’intérêt qui lie Brutus et Cicéron vaut aussi pour l’éloge de Caton : Cicéron a été forcé à écrire l’Orator, comme il avait été contraint d’écrire sur Caton. Au-delà de ce qui pourrait être le lieu commun d’une captatio beneuolentiae sans difficulté, on discerne la volonté de bénéficier de la protection de Brutus pour les deux écrits concernés, l’éloge de Caton et l’Orator5.

  • 6 Cf. Bardon 1952, 276-280 sur l’ensemble de ces textes perdus.
  • 7 Pecchiura 1965, 29 est sans doute un peu rapide quand il affirme que Brutus cherchait à exalter “s (...)

7Malgré ces doutes et ces hésitations, Cicéron termine son ouvrage vraisemblablement au début de l’été 46, comme le laisse deviner une lettre du 20 juillet dans laquelle il se déclare charmé de son Caton (Cic., Att., 12.5.2 : Cato me quidem delectat)6. Mais la perte de l’œuvre limite toute hypothèse plus poussée sur son contenu La réaction de Brutus montre que, pour sa part, il ne fut pas satisfait de la production cicéronienne : dès le printemps 45, il écrit à son tour un Caton, que Cicéron critique, entre autres, pour un manque d’informations concernant le procès de Catilina : selon Brutus, Caton aurait été le principal responsable du verdict, tandis que Cicéron lui en attribue la formulation, mais non la responsabilité (Cic., Att., 12.21.1 : Catonem primum sententiam putat de animaduersione dixisse, quam omnes ante dixerant praeter Caesarem […] Cur ergo in sententiam Catonis ? Quia uerbis luculentioribus et pluribus rem eandem comprehenderat). On en tirera en tout cas la conclusion que l’ouvrage de Brutus pouvait constituer un examen des grands moments de la vie politique à laquelle Caton avait pris part7. En outre, cet ouvrage s’inscrit dans une série, puisque, également en 45, un épicurien, M. Fadius, envoie à Cicéron un Caton : Catonem tuum mihi mitte ; cupio enim legere ; me adhuc non legisse turpe utrique nostrum est (Cic., Fam., 7.24.2). Ce texte, également perdu, devait être politiquement engagé, si on en croit l’allusion à un danger, quoiqu’elle soit obscure, car fondée sur un jeu de mot, que Cicéron signale dans une lettre dès le lendemain de sa demande à Fadius : Sed heus tu, manum de tabula ! Magister adest citius quam putaramus ; uereor ne in catomum Catonianos ! (Cic., Fam., 7.25.1 : “Hé là ! bas les pattes, lâche la tablette ! Le maître est venu plus tôt qu’on ne l’avait pensé ; je crains la catastrophe pour les catoniens !”). La métaphore de l’élève posant ses tablettes, manum de tabula, est filée par la mention du magister et l’expression in catomum désigne la position de l’élève qui va être fouetté, en un jeu de mots intraduisible, que je tâche de rendre ici par l’assonance catastrophe/catoniens. Écrire ce Caton n’était pas anodin pour l’épicurien non plus.

  • 8 La polémique est vive sur cet ouvrage d’Hirtius, lui aussi perdu. Certains considèrent qu’il s’agi (...)
  • 9 Abel 1961, 230-231 sur l’organisation de l’Anticato en un ou deux livres. Taylor 1977, 298 envisag (...)
  • 10 D’autres lettres font état de ces échanges littéraires sur l’œuvre de César, cf. Cic., Att., 13.50

8C’est ensuite au tour de César d’écrire, après Hirtius8, un ouvrage qui a pu s’intituler Anticato. Sans développer ici ce point, mon hypothèse est que César, en écrivant ce pamphlet, a voulu déplacer la polémique sur un plan purement littéraire, afin d’enlever toute force politique au livre (de Cicéron ? de Brutus ? des deux ?) et à la figure de Caton9. Une lettre de Cicéron, du 9 mai 45, va dans ce sens : qualis futura sit Caesaris uituperatio contra laudationem meam perspexi eo libro quem Hirtius ad me misit ; in quo colligit uitia Catonis, sed cum maximis laudibus meis (Att., 12.40.1). Le vocabulaire est celui de la rhétorique (uituperatio, laudatio, cum maximis laudibus) ; et c’est également ce qu’on voit dans les lettres de l’été 45, concernant les écrits de César et Cicéron, qui montrent la circulation de copies du livre de César et contiennent toutes un vocabulaire de “critique littéraire” et non de polémique politique : legi epistulam : multa de meo Catone, quo saepissime legendo se dicit copiosiorem factum, Bruti Catone lecto se sibi uisum disertum (Att., 13.46.2)10.

9L’Anticato de César joue donc un peu le rôle de contre-feu et détourne la portée du livre de Cicéron vers des questions littéraires et rhétoriques, moins dangereuses. La figure de Caton perd de son acuité politique.

10La fortune de Caton se poursuit sous Auguste puisque ce dernier, dans sa vieillesse, compose des Rescripta Bruto de Catone, qui forment peut-être le discours auquel Macrobe fait allusion :

Non est intermittendus sermo eius quem Catonis honori dedit. Venit forte in domum in qua Cato habitauerat. Dein Strabone in adulationem Caesaris male existimante de peruicacia Catonis ait : “quisquis praesentem statum ciuitatis commutari non uolet et ciuis et uir bonus est”.Satis
serio et Catonem laudauit et sibi, nequis adfectaret res nouare, consuluit (Macr. 2.4.18).

  • 11 Pecchiura 1965, 38-40.
  • 12 Goar 1987, 29.
  • 13 Suet., Aug., 85.1 : Multa uarii generis prosa oratione composuit ex quibus nonnulla in coetu famil (...)
  • 14 Goar 1987, 29-30 préfère y voir la réaction d’un Auguste exaspéré par les trop nombreuses louanges (...)

11Selon P. Pecchiura11, Auguste poursuivait dans ses Rescripta le but de condamner les idées de Caton, sans pour autant renoncer à valoriser la figure du héros ; R. J. Goar, en revanche, pense que l’utilisation de l’image de Caton entrait dans le cadre de la res publica restituta voulue par Auguste12. Pour ma part, je soulignerai simplement que, selon Suétone, Auguste lisait son œuvre devant un public choisi, composé d’amis, in coetu familiarium uelut in auditorio, public dans lequel Tibère avait aussi sa place13. Auguste était déjà âgé, iam senior, et la question de sa succession se posait : on peut supposer que la lecture de ses Rescripta ne devait pas desservir le collègue du prince et que, de ce fait, la figure de Caton y était bien grandie, mais sans danger. On ajoutera à cela que le titre présente l’œuvre comme une réponse à Brutus : la question est de savoir où se situait Auguste par rapport à Brutus et sur quel (quels ?) point(s) il lui répondait. L’exercice était sans nul doute acrobatique, puisque blâmer Caton rapprochait Auguste de César, mais en faire l’éloge le posait en pacificateur. Auguste était, il est vrai, un maître en matière d’ambiguïtés14

12De fait, on retrouve chez Horace une position semblable, quand il place Caton dans le panthéon des mythes politiques :

Romulum post hos prius an quietum
Pompili regnum memorem, an superbos
Tarquini fasces, dubito, an Catonis
nobile letum ? (Hor., Carm., 1.12.33-36).

  • 15 Cf. Brown 1991. F. Villeneuve, dans son édition de la CUF, souligne l’opposition entre le bellique (...)
  • 16 Goar 1987, 23 rappelle l’admiration sans faille d’Horace pour Caton ; l’expression iustum et tenac (...)
  • 17 Martin 2000, 123 parle d’un éloge “momifiant”.

13La présence de Tarquin le Superbe dans cette énumération a parfois surpris, mais joue un rôle dans une gradation15. Le texte continue par la suite avec les grands noms de Regulus, des Scauri, de Paul Émile, Fabricius, Curius, Camille, Marcellus, pour arriver, au v. 47, à l’apparition du sidus Iulium. La récupération est pour ainsi dire totale et Caton est mythifié, englobé dans un devenir historique, dans un discours héroïque qui trouve son achèvement et sa perfection en Auguste16. Mais, comme on le voit, il n’y a pas de référence à la libertas (comme c’est d’ailleurs le cas dans la poésie augustéenne en général). Caton est dé-réalisé, pétrifié17 : son image est séparée du thème de la libertas, qui est par ailleurs soumis à une entreprise de récupération au bénéfice de la dynastie.

  • 18 Roller 2001, 53 souligne cette association entre Caton et la uirtus chez Lucain, mais elle est ant (...)

14Cette stature se maintient sous Tibère dans une certaine mesure : Caton apparaît dans l’histoire romaine de Velleius Paterculus, lors du procès des complices de Catilina ; il y est défini par sa uirtus et assimilé à elle : homo uirtuti simillimus (Vell. 2.35.2)18. Mais sa mort est, par une esquive commode, sacrifiée sur l’autel de la brièveté : immédiatement après avoir signalé la jonction des troupes pompéiennes grâce à Caton, l’historien relate la guerre d’Afrique en quelques phrases, après avoir affirmé admonet promissae breuitatis fides quanto omnia transcursu dicenda sint (Vell. 2.55.1) et la fin du héros est dissimulée derrière une expression lapidaire et allusive : inclinatae hostium copiae. Ainsi Caton n’est un exemple de vertu que pour les épisodes antérieurs à la guerre civile : Velleius est prudent, comme on sait !

  • 19 Freyburger 1998, 113. Bloomer 1992, 187-190 insiste sur ce qu’il appelle “an extraordinary rhetori (...)

15On rencontre la même attitude chez Valère Maxime, avec toutefois un éloge plus marqué de Caton, incarnation de la libertas, qui apparaît ici dans l’auréole de la gloire rhétorique : Quid ergo ? Libertas sine Catone ? Non magis quam Cato sine libertate ! (V. Max. 6.2.5)19. Mais quand il développe les relations entre Caton et César, Valère Maxime se tourne vers la flatterie envers le fondateur de la dynastie :

Marcum quoque Porcium Catonem admiratio fortis ac sincerae uitae adeo uenerabilem Senatui fecit, ut, cum […] in carcerem duceretur, uniuersus senatus illum sequi non dubitaret. Quae res diuini animi perseuerantiam flexit (V Max. 2.10.7).

16L’anecdote commence comme un exemple à la louange de Caton et se termine par une flatterie envers César, si bien qu’elle est surtout un exemple de la prudence politique de Valère Maxime. Enfin chez Sénèque le Rhéteur, Caton semble définitivement statufié, loin des humains :

erratis, optimi iuuenes, nisi illam uocem non M. Catonis sed oraculi creditis ; quid enim est oraculum ? Nempe uoluntas diuina hominis ore enuntiata : et quem tandem antistitem sanctiorem inuenire diuinitas potuit quam M. Catonem ? (Sen., Con., 1, praef., 9).

17Il est un symbole du passé républicain, sa grandeur même et son héroïsme servent désormais à embellir le passé de Rome et favoriser la glorification du destin de la Ville, destin qui culmine avec le Principat. Caton est le symbole de la fermeté sénatoriale, dans la suasoire qui présente Cicéron demandant la vie sauve à Antoine ; deux rhéteurs, Q. Haterius et Claudius Marcellus Aeserninus, utilisent l’image de Caton pour repousser cette éventualité : M. Cato, solus maximum uiuendi moriendique exemplum mori maluit quam rogare (Sen., Suas., 6.2 ; même idée en 6.4).

  • 20 Ainsi chez Pers. 3.44-47 : Saepe oculos, memini, tangebam paruus oliuo/grandia si nollem morituro (...)

18Ainsi, quand paraissent les Controverses et suasoires de Sénèque le Rhéteur, soit probablement sous Caligula, Caton est un idéal vertueux, un mythe que les enfants doivent chercher à honorer dans leurs exercices rhétoriques20. Sa mort même sert à une sorte de rédemption de la politique par la philosophie : l’homme intègre, choisissant la mort, devient un philosophe, au détriment de l’homme politique qui faisait ce choix pour marquer son opposition à César. Le suicide de Caton est érigé en paravent de la guerre civile. Une équation se pose donc, qui pourrait s’exprimer ainsi : Caton = suicide = libertas.

19Dans les épigrammes du pseudo-Sénèque, d’attribution douteuse et de chronologie claudienne ou proto-néronienne, la même image de Caton est présente : il y est présent dans deux séries de deux pièces, l’une concentrée sur la mort elle-même, le moment du suicide, et l’autre sur la question du tombeau, ainsi que, avant cela, dans une épigramme très courte et très travaillée, qui pose la question de la défaite ou de la victoire sous la forme du paradoxe :

Inuictum uictis in partibus, omnia Caesar
uincere qui potuit, te, Cato, non potuit (Épigrammes, 397 Riese).

20Ainsi est posée une première série de questions et de réponses, à travers les jeux sur l’idée de vaincre, entre voix passive et voix active, ou encore avec le préfixe négatif in-uictum. Les deux vers élaborent l’image d’un Caton inaltérable, que sa grandeur même place hors du temps ; César lui-même n’est rien de plus qu’une figure rhétorique. Quand l’auteur des Épigrammes s’arrête sur la mort de Caton, la peinture dépasse le cadre humain :

  • 21 Sur cette épigramme, Damschen 2003.

Ictu non potuit primo Cato soluere uitam :
defecit tanto uulnere ui<c>ta manus.
Altius inseruit digitos : qua spiritus ingens
exiret, magnum dextera fecititer.
Opposuit Fortuna moram [in]uoluitque Catonis
sciremus ferro plus ualuisse manum (Épigrammes, 398 Riese)21.

  • 22 Fort intéressant le livre de Brugnoli & Stok 1996, sur ce thème de la mort de Pompée.
  • 23 Comme dans l’épigramme 402 Riese : Pompeius totum uictor lustrauerat orbem,/at rursus toto uictus (...)

21La deuxième série d’épigrammes concernant Caton tourne autour de la question du tombeau. Elle semble amenée, si l’ordre des pièces est d’origine, par les réflexions sur le tombeau de Pompée22. L’idée se poursuit donc logiquement et non chronologiquement : la mort de Caton a été évoquée avant celle de Pompée, mais les pensées sur le lieu de sépulture du grand rival de César amènent une comparaison entre lui et Caton. Les similitudes entre les deux personnages sont soulignées par un même lexique, un même jeu sur l’idée d’être vainqueur ou vaincu23. Une épigramme surtout les réunit dans une même déploration :

  • 24 Cf. aussi 414 Riese.

Litore diuerso Libyae clarissima longe
nomina uix ullo condita sunt tumulo,
Magnus et hoc Magno maior Cato. Quam procul a te
aspicis heu cineres, Roma, iacere tuos ! (Épigrammes, 413 Riese)24.

“Sur deux rivages opposés de Libye, les noms de loin les plus illustres ont à peine une tombe, le Grand Pompée et Caton encore plus grand que le Grand Pompée. Ah ! Comme tu vois loin de toi, Rome, reposer tes propres cendres !”.

  • 25 Pline le Jeune restera fidèle à cette image de Caton, cf. Méthy 2003.

22Ainsi Pompée et Caton sont-ils tous deux exaltés, hors de toute référence concrète, César lui-même n’étant plus le personnage historique à l’origine de la lignée impériale, mais une figure divine. Les Épigrammes, malgré toutes les difficultés d’attribution qu’elles soulèvent, entrent parfaitement dans l’évolution que nous avons discernée, qui donne à Caton une portée presque mythologique25.

  • 26 Marti 1945, 358-359 considère que le portrait de Caton en sage stoïcien est uniquement statique. N (...)

23Chez Lucain, on peut voir coexister, me semble-t-il, cet aspect “pétrifié” de Caton26 et un aspect beaucoup plus riche et plus politique, qui passe par l’affirmation désormais sans fard d’un lien entre Caton et la libertas, qui n’avait trouvé d’expression que chez Valère Maxime, et ce sous une forme limitée, comme on l’a vu. Lucain rejoint Valère Maxime dans une maxime qui a beaucoup fait pour la fixation du thème catonien : Victrix causa deis placuit, sed uicta Catoni (1.128).

  • 27 Bartsch 1997, 114-115 : Caton ne se bat plus que pour un idéal perdu.
  • 28 Sur la désillusion, cf. Leigh 1997, 157.

24La formulation, fondée sur le parallélisme de structure et l’opposition de sens, accentue l’idée que la cause est perdue27. Lucain affirme même la vanité de ce thème, apposant au nom de Caton l’expression nomina uana (1.313)28. Et la mort même du héros est présentée comme un résultat inévitable de la guerre civile, quand le poète énumère les événements terribles, la mort de Scipion, de Juba, de Caton : nec sancto caruisset uita Catone (6.311) ; l’irréel du passé, caruisset, inscrit cette mort dans la lignée des destins. Sur ce plan, Lucain ne se démarque donc pas de l’image que nous avons cernée jusqu’ici, celle d’un Caton pétrifié, immuable, mais sans réelle épaisseur, et surtout dépourvu de connotations politiques.

  • 29 Je reste réservée quant à l’hypothèse selon laquelle Lucain tout à la fois glorifierait et moquera (...)

25Mais le Caton de Lucain ne se limite pas à cela et c’est vers le livre 9 du Bellum Ciuile qu’il faut se tourner pour saisir pleinement la portée du personnage29. Caton y apparaît en effet comme le continuateur de Pompée, celui qui prend le relais. Dès le début du livre, ce statut est affirmé :

At non in Pharia manes iacuere fauilla
nec cinis exiguus tantam conpescuit umbram.
[…]
Hinc super Emathiae campos et signa cruenti
Caesaris ac sparsas uolitauit in aequore classes
et scelerum uindex in sancto pectore Bruti
sedit et inuicti posuit se mente Catonis (9.1-2 ; 15-18).

  • 30 Grenade 1950, 47.

26L’âme de Magnus s’élançant hors de la flamme du bûcher, parcourt le ciel dans une apothéose stoïcienne, pour finalement (hinc) redescendre et trouver sa place dans le cœur de Brutus et l’esprit de Caton30 : une lignée se construit ainsi, lignée des défenseurs de la res publica, loin du sang répandu par César. Tout ce passage, qui constitue le début du livre 9, est conçu pour amener, à partir du v. 19, à la caractérisation de Caton, ille en début de v. 19, qui va devenir le moteur du livre.

27Et précisément, le tournant est là, qui redonne à Caton le statut politique qu’il avait perdu. Lucain prend le temps de préciser comment se déroule cette passation non pas de pouvoir, mais de symbole : Brutus, mentionné au v. 17 disparaît ensuite du poème, tandis que Caton prend toute la place :

Nil causa fecit in armis
ille sua : totae post Magni funera partes
libertatis erant (9.28-30).

28La libertas est ainsi ce qui définit Caton selon Lucain. De la sorte se dessine une nouvelle équation, annulant celle que posaient les textes du début du Principat (Caton = suicide = liberté) : ici on lit Caton = guerre civile = liberté. C’était rendre à Caton son statut politique, le signaler comme l’Opposant à la tyrannie, l’étendard de la libertas et l’incarnation de la guerre civile, qui est une guerre pour la liberté.

29L’originalité du Caton de Lucain apparaît plus nettement dans les paroles mêmes que Lucain lui prête, lorsqu’il prononce l’éloge funèbre de Magnus. Les premiers mots de son discours sont : ciuis obit, “un citoyen est mort”, et aussitôt après commence cette phrase qui s’appuie sur la libertas, affirmée comme hors de toute atteinte :

Salua
libertate potens et solus plebe parata
priuatus seruire sibi, rectorque Senatus
sed regnantis erat (9.192-195).

30La position de Pompée par rapport à elle est, selon le Caton de Lucain, un respect sans faille : cet accent sur lalibertas dans le discours funèbre de Caton pour Pompée place ainsi cette thématique au cœur de la politique, dans ses liens avec le Sénat ou la plèbe. Et ce qui était éloge funèbre, ducis laudes (9.216), devient une réflexion sur l’histoire de la libertas.

Olim uera fides Sulla Marioque receptis
libertatis obit : Pompeio rebus adempto
nunc et ficta perit (9.204-206).

31On retrouve dans ce passage certaines caractéristiques de la libertas qui existent dans la plupart des textes littéraires : la fragilité ainsi que le jeu sur les apparences et la réalité. Toutefois il y a dans le passage de Lucain une originalité, qui, à ma connaissance, n’a pas été soulignée : Caton voit dans la mort de Pompée la disparition d’un reste de liberté, d’une fiction : son jugement fait ainsi remonter au début du iie siècle la disparition de la liberté, ce qui est déjà intéressant en soi. Mieux encore, Lucain lui prête une formulation étonnante, uera fides libertatis, qui pose un problème : faut-il traduire “la vraie confiance en la liberté” ou, en tirant des informations de ficta dans la phrase suivante, traduire “la certitude d’une vraie liberté” ? L’intervention du terme fides dans la réflexion sur la liberté est, à ma connaissance, un hapax dans l’histoire de la libertas, alors que l’opposition entre réalité et illusion est une constante pour ce thème. Peut-être est-ce aussi un apport de Lucain que d’ajouter ainsi, avec fides, un terme à connotation morale forte et qui souligne l’idée d’une continuité dans le temps ?

32À la suite de ce discours, Caton assume pleinement l’héritage de Magnus. Mais si la liberté est détruite, le héros n’a plus pour charge que d’accompagner celle-ci dans la mort : ici intervient de nouveau le suicide, sous forme d’annonce : scire mori sors prima uiri. Le discours se termine par l’appel de la mort, et l’éloge devient discours programmatique.

33Dans cette assimilation de Caton à la libertas, l’épisode de la désertion du Cilicien Tarcondimontus est éclairant : un des Ciliciens, nourri d’une lucidité politique que bien des Romains pouvaient lui envier, affirme que la guerre civile se résume désormais à Caton, et que, sans Pompée, elle n’a plus de raison d’être (9.227-229). Le raisonnement du Cilicien se fonde sur des hommes, des individus, sur une fidélité personnelle à Pompée, que les Ciliciens refusent de transférer à Caton, ainsi privé de toute légitimité. Or Caton lui oppose une tout autre logique ; il pose un intérêt qui transcende les individus et qui est la patrie et la liberté :

Potuit uestro Pompeius abuti
sanguine : nunc patriae iugulos ensesque negatis,
cum prope libertas ? (9.263-265).

  • 31 Stemmler 2002, 159 discerne des exempla logiques et rationnels et d’autres, symboliques, qui trans (...)

34On retrouve donc ici l’équation Caton/guerre civile/ libertas, revendiquée par Caton et exploitée comme un thème de son parti. C’est à Lucain qu’on doit cette équation, qui donne en outre à Caton un rôle bien différent de celui de Pompée31.

35Il convient ici de revenir sur un point important de cette transmission de Pompée à Caton : le rôle de Cornélie, la femme de Pompée. Apprenant la mort de son mari par la fumée du bûcher qu’elle voit depuis le bateau qui doit l’éloigner de l’Égypte, elle prononce une lamentation funèbre in absentia ; privée du rôle qui aurait dû lui revenir dans une cérémonie funèbre, elle décrit l’attitude qui aurait été la sienne, dans les circonstances d’un deuil normal. Nous sommes donc devant un discours qui souligne l’absence : absence de celui qui est mort, absence de son bûcher, absence de la femme auprès du bûcher. Un monde béant se dessine. Et pourtant, de là s’élève une réalité, celle de continuer la lutte. Cornélie s’adresse d’abord à Sextus pour assumer cette continuité : mais cela ne dure guère qu’un vers et demi :

Tu pete bellorum casus et signa per orbem,
Sexte, paterna moue (9.84-85).

36Aussitôt après, elle énonce les recommandations de Pompée, qu’elle appelle mandata, leur donnant de la sorte à la fois un sens de testament et de décision officielle. Elle répète ainsi, au discours direct, ce que Pompée dicte à ses fils ; après la demande de continuer la guerre civile, Magnus terminait par la désignation d’un chef unique, pour mener cette lutte :

Vni parere decebit,
si faciet partes pro libertate, Catoni (9.96-97).

  • 32 Dans mon HDR, à paraître aux Ausonius Éditions.

37L’enchâssement des paroles de Pompée dans le discours de Cornélie est plus qu’un artifice, à mon sens. J’ai en effet pu souligner ailleurs32, en travaillant sur la libertas dans les textes littéraires, que les femmes en sont très souvent les vecteurs, tout particulièrement à l’époque néronienne et dans le cercle stoïcien. Le rôle de Cornélie est ici conforme à celui qu’eut par exemple Arria Maior, femme de Caecina Paetus, accusé de complot en 42, ou encore Arria Minor, femme de Thrasea.

  • 33 Il me semble qu’en un sens, c’est précisément ce statut de victime qui permet la véritable théâtra (...)
  • 34 Sans implication politique, d’après Sion-Jenkis 2000, 87 ; mais cette opinion s’appuie sur l’idée (...)
  • 35 Goar 1987 fait descendre son étude de la figure de Caton jusqu’au ve siècle. Cf. aussi Pecchiura 1 (...)

38Le livre 9 du Bellum Ciuile est ainsi celui qui redonne à Caton un véritable statut politique, même si c’est celui d’un vaincu33 : sans exclure la dimension philosophique et morale, qui informe tout le livre 9, y compris de manière symbolique (par exemple à travers l’épisode des serpents), Lucain redessine les contours d’un homme politique ; le mythe est également présent, mais il va dans le sens du politique : le Caton pétrifié de l’époque augustéenne et tibérienne, le héros des exercices rhétoriques est, grâce à Lucain, un symbole politique, une incarnation de la libertas, dans ce qu’elle a d’instable et de voué à la catastrophe constante. Avec Sénèque, Caton trouve ou retrouve une dimension philosophique et morale34. La dimension politique retrouvée ouvre ensuite sur une dimension tragique : les auteurs d’époque flavienne suivirent cette voie, par exemple avec Curiatius Maternus, auteur d’un Cato, tragédie dont Tacite se fait l’écho dans le Dialogue des Orateurs (Dial., 2.1 ; 3.2). L’image de Caton subit alors une nouvelle évolution35. Mais l’empreinte de Lucain reste forte.

Notes

1 Fantham 2003, 98 définit trois types de sources sur Caton : “public forms of hagiography, private judgements of Cicero’letters, Caesarian polemic”. Cette définition ne couvre pas tous les aspects des sources, d’autant que les pertes ont été considérables. Pour une biographie de Caton, Afzelius 1941 reste utile (réunion de toutes les sources).

2 La fin de la phrase laisse planer un doute : Cicéron parle-t-il de l’Orator ou du livre sur Caton quand il signale sa tentative de refus ? Il me semble que les démonstratifs hoc et haec désignent plutôt l’Orator, tandis que l’ouvrage sur Caton est désigné par ipsum.

3 Cf. Hill 2004, 33-64 sur Cicéron et le suicide, en particulier celui de Caton.

4 Schmidt 1893, 244, cité dans la notice de la CUF, vol. 7, p. 24 (non uidi). Bardon 1952, 278, réfute cette idée et considère que le Caton de Brutus était plus dangereux pour César que celui de Cicéron, ce qu’il appuie par le titre que, plus tard, l’empereur Auguste donna à un ouvrage hostile à Caton, Rescripta Bruto de Catone (selon Suet., Aug., 85). Quoique intéressante, cette hypothèse ne permet pas de rendre compte de l’initiative de César, contrairement à l’idée de O. E. Schmidt. En tout cas, elle insiste sans doute avec raison sur l’importance de l’écrit de Brutus, également soulignée par Jal 1963, 206-207.

5 Clarke 1981, 27 arrivait à la même conclusion, en supposant que Cicéron cherchait à se mettre sous la protection de Brutus en 46. McMullen 1966, 5 propose de voir l’éloge de Caton par Cicéron comme une réponse à l’inclusion, par César, de la mort de Caton dans son triomphe.

6 Cf. Bardon 1952, 276-280 sur l’ensemble de ces textes perdus.

7 Pecchiura 1965, 29 est sans doute un peu rapide quand il affirme que Brutus cherchait à exalter “sia la figura del sapiente stoico che quella del difensore della libertà repubblicana”. Trop peu d’éléments permettent d’appuyer cette hypothèse. En revanche, Jal 1963, 206-207 souligne avec raison l’importance du Caton de Brutus et la rapidité des réactions à ces écrits.

8 La polémique est vive sur cet ouvrage d’Hirtius, lui aussi perdu. Certains considèrent qu’il s’agissait d’un ouvrage préparatoire à l’Anticato de César. Cf. Goar 1987, 14-18 et, plus ancien mais très net, Dyroff 1908.

9 Abel 1961, 230-231 sur l’organisation de l’Anticato en un ou deux livres. Taylor 1977, 298 envisage que le livre de César contienne une accusation de maiestas mais elle n’argumente pas cette hypothèse. Sur les choix philosophiques dans cet ouvrage, cf. Michel 2001. Très approfondi sur l’Anticato, faisant partie de la littérature d’invective, Tschiedel 1981.

10 D’autres lettres font état de ces échanges littéraires sur l’œuvre de César, cf. Cic., Att., 13.50.

11 Pecchiura 1965, 38-40.

12 Goar 1987, 29.

13 Suet., Aug., 85.1 : Multa uarii generis prosa oratione composuit ex quibus nonnulla in coetu familiarium uelut in auditorio recitauit, sicut “Rescripta Bruto de Catone” quae uolumina iam senior ex magna parte legisset, fatigatus Tiberio tradidit perlegenda.

14 Goar 1987, 29-30 préfère y voir la réaction d’un Auguste exaspéré par les trop nombreuses louanges de Caton.

15 Cf. Brown 1991. F. Villeneuve, dans son édition de la CUF, souligne l’opposition entre le belliqueux Romulus et le pacifique Numa Pompilius, ainsi qu’entre le tyran Tarquin et Caton. Remarquons surtout qu’Horace, en nommant Tarquin, a évité le nom de Brutus, le tyrannicide, derrière qui se profilait la figure de l’assassin de César : peut-être est-ce la raison de cette formulation ?

16 Goar 1987, 23 rappelle l’admiration sans faille d’Horace pour Caton ; l’expression iustum et tenacem propositi uirum (Carm., 3.3) serait une allusion à Caton et viendrait même du Caton de Cicéron.

17 Martin 2000, 123 parle d’un éloge “momifiant”.

18 Roller 2001, 53 souligne cette association entre Caton et la uirtus chez Lucain, mais elle est antérieure. Sur Caton et Velleius, De Vivo 1990 ; Schmitzer 2000, 176-186.

19 Freyburger 1998, 113. Bloomer 1992, 187-190 insiste sur ce qu’il appelle “an extraordinary rhetoricization” de Caton, qui se substitue à la libertas.

20 Ainsi chez Pers. 3.44-47 : Saepe oculos, memini, tangebam paruus oliuo/grandia si nollem morituro uerba Catoni/dicere non sano multum laudanda magistro,/quae pater adductis sudans audiret amicis.

21 Sur cette épigramme, Damschen 2003.

22 Fort intéressant le livre de Brugnoli & Stok 1996, sur ce thème de la mort de Pompée.

23 Comme dans l’épigramme 402 Riese : Pompeius totum uictor lustrauerat orbem,/at rursus toto uictus in orbe iacet.

24 Cf. aussi 414 Riese.

25 Pline le Jeune restera fidèle à cette image de Caton, cf. Méthy 2003.

26 Marti 1945, 358-359 considère que le portrait de Caton en sage stoïcien est uniquement statique. Narducci 2001 souligne en revanche l’originalité de Caton par rapport au modèle stoïcien traditionnel. Cf. aussi George 1991.

27 Bartsch 1997, 114-115 : Caton ne se bat plus que pour un idéal perdu.

28 Sur la désillusion, cf. Leigh 1997, 157.

29 Je reste réservée quant à l’hypothèse selon laquelle Lucain tout à la fois glorifierait et moquerait Caton ; cf. Johnson 1987, 44. Plus intéressante, l’idée que Caton s’humanise dans le livre 2, selon D’Alessandro Behr 2007, 150-160.

30 Grenade 1950, 47.

31 Stemmler 2002, 159 discerne des exempla logiques et rationnels et d’autres, symboliques, qui transmettent par leur auctoritas une forme de normativité non rationnelle ; en poussant cette analyse, on pourrait considérer que Caton offrait l’avantage de combiner ces deux forces.

32 Dans mon HDR, à paraître aux Ausonius Éditions.

33 Il me semble qu’en un sens, c’est précisément ce statut de victime qui permet la véritable théâtralisation de la figure de Caton chez Lucain ; sur la théâtralisation, Leigh 1997, 181.

34 Sans implication politique, d’après Sion-Jenkis 2000, 87 ; mais cette opinion s’appuie sur l’idée que Caton n’a pas non plus de dimension politique chez Lucain. Sur Sénèque et Caton, non traité ici, cf. Griffin 1968 et mon HDR, à paraître.

35 Goar 1987 fait descendre son étude de la figure de Caton jusqu’au ve siècle. Cf. aussi Pecchiura 1965.

Auteur

Université Grenoble III

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540