Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lucain en débat

 | 
Olivier Devillers
, 
Sylvie Franchet d’Espèrey

Deuxième partie. Idéologie , ordre et désordre

L’énigme du prologue et le sens de l’Histoire dans le Bellum Civile : une hypothèse interprétative

François Ripoll

Texte intégral

1L’éloge de Néron contenu dans le prologue du Bellum Ciuile est sans doute le passage de cette épopée qui a fait couler le plus d’encre, et l’on est plus loin que jamais d’un consensus sur son interprétation. À l’intérieur même de cet éloge, le passage le plus surprenant est encore celui où le poète présente paradoxalement la guerre civile de 49-48 comme une bénédiction, puisqu’elle a ouvert la voie, à terme, à l’avènement de Néron, et ce sont surtout ces vers que je voudrais tenter d’éclairer :

Quod si non aliam uenturo fataNeroni
inuenere uiam magnoque aeterna parantur
regna deis caelumque suo seruireTonanti
non nisi saeuorum potuit post bellaGigantum,
iam nihil, o superi, querimur, scelera ista nefasque
hac mercede placent ; diros Pharsalia campos
impleat et Poeni saturentur sanguine manes ;
ultima funesta concurrant proelia Munda ;
his, Caesar, Perusina fames Mutinaeque labores
accedant fatis et quas premit aspera classes
Leucas et ardenti seruilia bella sub Aetna :
multum Roma tamen debet ciuilibus armis,
quod tibi res acta est (1.33-45).

Mais si les destins n’ont pas trouvé d’autre voie pour l’avènement de Néron, si lourd est le prix à payer pour assurer aux dieux un règne éternel, si le ciel n’a pu servir le Tonnant son maître qu’après la guerre des cruels Géants, alors, dieux du ciel, nous ne nous plaignons plus : cette récompense nous fait aimer ces crimes impies. Que Pharsale emplisse ses plaines maudites et que les mânes puniques soient rassasiés de sang ; que dans la funeste Munda se livre l’ultime combat ; qu’à ces coups du sort s’ajoutent, César, la famine de Pérouse et les épreuves de Modène, les flottes qu’écrase l’âpre Leucade et les guerres serviles sous l’ardent Etna : Rome doit malgré tout beaucoup aux guerres civiles, puisque c’est pour toi que cela s’est produit”.

2Mais il faut auparavant rappeler quelles sont les principales interprétations en vigueur dans la critique à propos de l’éloge de Néron dans son ensemble afin de situer ma propre position. Il y a, en simplifiant un peu, quatre façons possibles de comprendre ce passage :

  1. L’éloge de Néron est ironique est insincère. Cette tendance interprétative se subdivise elle-même en deux “écoles”. Soit l’éloge contient des critiques voilées à travers un jeu de double sens ; c’est l’hypothèse des scoliastes médiévaux, réfutée de façon convaincante, me semble-t-il, par P. Grimal1. Soit l’exagération même de l’éloge est destinée à le décrédibiliser aux yeux du lecteur averti ; thèse qui a fait pour sa part l’objet d’une réfutation solide et argumentée par M. Dewar2. La théorie de l’éloge ironique, sous une forme ou sous une autre, a néanmoins encore des partisans3.
  2. L’éloge de Néron est sincère et non ironique. Il a été écrit à une période où Lucain était en faveur auprès du prince, et traduit soit un zèle authentique envers ce dernier, soit un désir de lui montrer une image idéale de ce qu’un bon Prince doit s’efforcer d’être4. Ce n’est qu’après la brouille supposée avec Néron (dont parle son biographe Vacca) que Lucain aurait basculé dans l’opposition. Cette thèse du revirement politique, appuyée notamment par l’autorité de P. Grimal, semble majoritaire, en particulier dans la critique française. Parmi les difficultés qu’elle soulève, il y en a une à laquelle les critiques n’ont peut-être pas accordé toute l’attention qu’elle mérite : pourquoi les éditeurs posthumes du Bellum Ciuile, peu suspects de sympathies néroniennes, ont-ils conservé, après 68, un passage en contradiction aussi flagrante avec l’évolution personnelle du poète et avec l’orientation générale de son œuvre5 ?
  3. L’éloge de Néron n’est ni sincère ni ironique. Parfaitement conforme à l’idéologie du Principat néronien, il n’est là que pour protéger, par un loyalisme de façade, une œuvre dont les intentions profondes sont tout autres. Il s’agirait donc d’un morceau détachable, sans véritable rapport avec le reste de l’épopée6. Cette thèse du “paravent” hypocrite répond moins que la précédente à l’objection que je viens de formuler : les héritiers de Lucain n’avaient-il pas intérêt, après la chute et la damnatio memoriae du tyran, à ôter du poème un masque de courtisan devenu non seulement inutile, mais même, susceptible de brouiller le message du poète-martyr de l’antinéronisme ?
  4. L’éloge de Néron est à la fois sincère et ironique. C’est l’hypothèse que je souhaite développer ici. Je voudrais suggérer en effet qu’ironie et sincérité sont bien présentes dans ce passage, mais ne se situent peut-être pas là où croient les voir les tenants respectifs des hypothèses 1  et 2  susmentionnées, que cet éloge est indissociable du reste de l’épopée, et que l’ensemble véhicule une vision cohérente et unitaire de l’Histoire romaine. Je m’efforcerai donc de montrer comment ce complexe parfaitement structuré qu’est le Bellum Ciuile intègre de façon tout à fait naturelle et logique cet éloge apparemment paradoxal des “bienfaits” de la guerre civile et du Néronisme7.
  • 8 On trouve une réflexion analogue (à une moindre échelle) à propos de l’avènement de Trajan chez Pl (...)
  • 9 C’est clairement ce qui se dégage de la discussion entre Vénus et Jupiter, Aen., 1.229-296.
  • 10 Fata […]/ inuenere uiam (1.33) rappelle fata uiam inuenient (Aen., 3.395 ; 10.113).
  • 11 Cf. les v. 291-296 du chant 1, qui se réfèrent au principat d’Auguste. La même impression se dégag (...)
  • 12 Il est vrai que l’idée d’éternité est associée au règne de Jupiter auquel Néron est comparé (1.34) (...)

3Si l’on prend ce passage des v. 33-45 au pied de la lettre, at its face value comme disent les Anglo-Saxons, l’idée directrice est simple : la guerre civile de 49-48 est un mal d’où, à terme, a fini par sortir un bien, l’avènement de Néron. Cette idée ne devait pas être aussi difficile à admettre aux lecteurs antiques qu’elle peut le sembler à nos yeux de “Modernes”8. Après tout, Virgile ne dit pas autre chose dans l’Énéide, lorsqu’il suggère que la chute de Troie, qu’il dépeint sur le mode pathétique et tragique, était une nécessité pour que naquît de ses cendres la future nation romaine vouée à l’hégémonie mondiale9. Telle est donc la lecture, appuyée par un précédent virgilien auquel renvoient des échos intertextuels précis10, que Lucain propose à ses lecteurs en général, et au prince en particulier : “certes, je vais chanter des événements douloureux et tragiques, mais gardez néanmoins à l’esprit qu’au bout du compte, tout cela a abouti à une fin positive”. Toutefois, dès ce prologue, une différence apparaît entre Lucain et son “modèle” virgilien. Dans l’Énéide, le règne d’Auguste apparaît en lui-même comme le couronnement du destin de Rome et la “fin de l’Histoire”, au double sens du terme : celui d’un but providentiel et celui d’un point final. Avec ce règne s’instaure une stabilisation générale qui semble figer le devenir historique en le soustrayant à la loi du retour cyclique11. Or dans le prologue du Bellum Ciuile, l’idée d’une stabilisation générale, liée à la notion de paix universelle, est exprimée au subjonctif de souhait et non à l’indicatif futur (1.60-62) ; en outre, elle est associée au catastérisme posthume du prince, et non au règne même de celui-ci12 ; un règne dont on chercherait du reste en vain un éloge direct dans le Bellum Ciuile. Certes, ce passage peut et doit tout de même être compris comme un éloge : Néron est tellement bénéfique de son vivant (idée sous-entendue) qu’il deviendra une divinité tutélaire après sa mort ; tel est bien le sens obvie qui doit s’imposer à la lecture. Il n’en reste pas moins un paradoxe (et une différence importante avec Virgile) Lucain dit que l’avènement de Néron est une bénédiction, mais il ne dit pas clairement en quoi il est une bénédiction. D’où une question que l’on peut être amené à se poser : se pourrait-il que le règne de Néron soit un but de l’Histoire, mais non pas sa fin utlime ? Et dans ce cas, quelle serait celle-ci ?

  • 13 Cf. Narducci 1979.
  • 14 Cf. Due 1970.

4Les prises de position de Lucain sur l’avenir politique à long terme sont rares et contradictoires. En plaine bataille de Pharsale, le pessimisme l’emporte dans le discours du narrateur : redituraque nunquam libertas (7.432) et in totum mundi prosternimur aeui (7.632). Cette vision du Principat dans son ensemble comme fin de l’Histoire, mais sous la forme d’une servitude éternelle, fait assez mauvais ménage avec l’éloge providentialiste de Néron, et peut conforter soit la thèse du prologue hypocrite, soit celle du revirement politique. On est en tout cas ici dans la perspective de la “providence cruelle”13 ou du “Stoïcien qui a perdu la foi”14. Mais un peu plus loin, avec l’éloge de Caton, le discours est différent :

Ecce parens uerus patriae, dignissimus aris,
Roma, tuis, per quem nunquam iurare pudebit,
et quem, si steteris umquam ceruice soluta,
nunc, olim, factura deum es (9.601-604).

  • 15 Nunc, olim est une réminiscence de Verg., Aen., 4.627 (prophétie de Didon sur son vengeur futur Ha (...)

“Le voici le vrai Père de la Patrie, le plus digne, Rome, de tes autels, celui par qui l’on n’aura jamais honte de jurer, et dont, si jamais tu te redresses, libérée du joug, tu feras, maintenant ou plus tard15, un dieu”.

  • 16 Il est tenu pour acquis à l’heure actuelle que les trois chants publiés du vivant du poète (en 62 (...)
  • 17 Pour la fonction “chorale” du narrateur, cf. notamment Marti, 1964, 180-181 ; Zehnacker 2002, 287- (...)
  • 18 Les deux peuvent bien sûr se combiner, et c’est généralement le cas ; mais quand il y a contradict (...)

5Certes, cette “libération” est évoquée dans une conditionnelle à l’éventuel. Mais Lucain pouvait-il prendre le risque d’être plus affirmatif ou plus précis ? Il faut songer aux conditions d’élaboration du Bellum Ciuile dans ces derniers chants, contemporains de la mise en place de la conjuration de Pison. Interdite de publication16, l’œuvre devait être récitée dans un cercle restreint d’amis de confiance (lesquels n’étaient pas forcément des conjurés), ce qui permettait certaines libertés, sans toutefois en dire trop au risque de compromettre, par des indiscrétions toujours possibles, l’entreprise en cours. À la fois ferme pour ce qui est de l’attachement aux principes, mais vague quant aux modalités de leur application, cette déclaration relève en somme d’une audace mesurée tout à fait adaptée au contexte. Il n’en reste pas moins qu’il y a une contradiction apparente entre les déclarations du chant 7 et celle du chant 9. Cela tient, me semble-t-il, au caractère polyvalent du narrateur lucanien : tantôt “témoin” fictif des guerres civiles immergé dans le tumulte de l’histoire, il fait entendre la voix désespérée d’un chœur tragique17 commentant “à chaud” les événements en amplifiant le pathétique de l’instant (cf. 7.58-60 ; 803-808 ; 865) ; tantôt uates omniscient percevant de plus haut le cours des destins, il donne ici ou là un aperçu (au reste plus ou moins complet) sur ce dernier (7.205-213 ; 8.869-872 ; 9.982-984) ; cette polyphonie même participe peut-être d’une stratégie délibérée de “brouillage des pistes”. Toujours est-il que ces déclarations contradictoires du chant 7 et du chant 9 semblent bien relever, compte tenu de leur contexte respectif, de ces deux logiques différentes : une “fonction pathétique” et une “fonction idéologique”18. On sera donc tenté d’accorder ici plus de poids à la seconde déclaration, et pas seulement parce qu’elle vient après l’autre dans l’ordre du poème.

  • 19 Cf. à ce propos George 1991, 254-257.
  • 20 Pour une démonstration plus complète, voir dans le présent volume la contribution d’I. Cogitore, d (...)

6On retiendra donc que le narrateur envisage comme une éventualité la chute du joug de la servitude corrélativement à l’assomption de Caton au rang de divinité tutélaire d’une Rome libérée (c’est-à-dire, en clair, d’un nouveau régime postérieur à celui des Césars). De quel régime s’agit-il ? Il faut beaucoup de mauvaise foi pour refuser de voir derrière ces vers l’espoir d’un retour de la République. Certes, l’épisode de la traversée du désert de Libye dans lequel s’insère cet éloge met l’accent sur l’aspect moral de l’héroïsme catonien, fondé sur la quête d’une ascèse intérieure par l’épreuve ; mais les v. 9.601-603 ont en eux-mêmes une coloration nettement civique. En outre, la marche dans le désert n’est qu’une partie de la geste de Caton au chant 9 : dans l’épisode précédent de ce même chant (9.217-293), il a adressé aux soldats de Pompée mutinés un discours hautement politique, transformant une armée attachée à la personne de son chef (témoignage d’une perversion “pré-impériale” de l’idéal civique républicain) en une armée dévouée à la cause de la libertas. Au reste, son éloge de Pompée au début de ce même chant, était bel et bien un éloge de la République autant voire plus que de Magnus lui-même (cf. surtout 9.193-194). Ce Caton lucanien, que l’on a parfois présenté un peu rapidement comme l’incarnation apolitique d’un idéal de sagesse purement intérieure, est donc bien le refondateur de l’authentique esprit républicain en même temps que le champion de la uirtus stoïcienne19. C’est cette exemplarité autant politique que morale qui doit en faire la divinité tutélaire et le mythe fondateur d’une libertas un jour restaurée20.

  • 21 Delarue 1996, 224-227.
  • 22 … et écho direct de la fameuse diatribe contre le culte impérial de 7.457-459.
  • 23 Je reviendrai plus loin sur cet aspect à propos de Pompée et de César.
  • 24 Il ne peut y avoir de “retournement de fortune” pour un héros qui acquiesce totalement et par avan (...)
  • 25 La présence latente du paradigme herculéen dans le cadre stoïcien des labores à valeur qualifiante (...)
  • 26 Ce qui est aussi le cas de Pompée dans le Bellum Ciuile, où le poète souligne bien (en particulier (...)
  • 27 … acceptée, il faut le souligner, aussi bien par des critiques “pessimistes” (comme E. Narducci) q (...)
  • 28 Démonstration convaincante dans Rutz [1950] 1989. Cet ouvrage développe aussi la thèse de la compo (...)

7Ce rôle capital de Caton rejoint les remarques des critiques, notamment F. Delarue21, qui voient en lui le Héros Suprême du Bellum Ciuile. Rappelons que des trois “héros” de l’épopée, il est le seul auquel soit promise une véritable apothéose (9.601-604). Le sort posthume de Caton, promu au rang de deus, l’élève non seulement au-dessus de César, promis aux ténèbres du Styx (7.815-817), mais aussi de Pompée, placé parmi les semideos manes dans une zone inférieure de l’éther (9.1-11). La divinisation civique de Caton s’oppose à la damnation “mythologique” de César (réplique à son apothéose politique22) et dépasse la transfiguration philosophique de Pompée. De plus, si l’on examine de près les passages consacrés à la “geste” de Caton (et surtout le chant 9), on voit nettement que l’itinéraire de ce dernier est porté par une logique différente de celui de Pompée et de César. Le schéma tragique fondé sur un essor suivi d’une chute brutale23 est remplacé par une trajectoire rectiligne, sans péripétie ni métabolè24, et surtout, téléologiquement orientée : l’accession au statut “divin” est ce vers quoi tendent tous les épisodes mettant en scène Caton ; ils illustrent les diverses modalités de la uirtus par laquelle il méritera l’apothéose25. L’attention du lecteur n’est pas attirée sur l’enchaînement des causes entraînant la chute du héros, comme dans une tragédie26, mais sur les moyens par lesquels le héros réalisera un but plus ou moins fixé a priori, comme dans l’Énéide. La représentation de Caton ressortit donc davantage à un schéma épique qu’à une logique tragique (à ceci près que le héros n’apparaît pas comme le serviteur d’une Providence transcendante à l’instar d’Énée, mais comme étant lui-même une forme de Providence immanente). Ces constatations sont à mettre en relation avec une hypothèse hautement vraisemblable, et de ce fait, largement majoritaire dans la critique27 : le suicide de Caton comme scène finale de l’épopée28. Mais là où les critiques divergent, c’est sur la tonalité et le sens de cette scène. Final sombre et désespéré consacrant le naufrage définitif de l’idéal républicain et le refuge dans une liberté purement intérieure ? Ou martyre fondateur d’une mythologie stoïco-républicaine susceptible d’enflammer par son exemple les champions présents et futurs de la libertas ? Le primat du finalisme épique dans le parcours du héros d’une part, la déclaration du narrateur en 9.601-603 d’autre part, vont dans le sens d’une orchestration positive de cet épisode. Il se pourrait donc bien, si l’on suit cette logique, qu’il y ait un après-Principat, c’est-à-dire une forme de restauration républicaine à l’horizon de l’Histoire.

  • 29 La principale réfutation du républicanisme de Lucain se trouve dans Brisset 1964, 175-230.
  • 30 Sur ce problème, outre George 1991, voir Martindale 1984.
  • 31 On pense un peu au principe du retour cyclique inversé dessiné par Virgile dans la Quatrième Bucol (...)
  • 32 C’est, en simplifiant un peu, la position majoritaire dans la critique française, de P. Grimal à J (...)

8On met parfois en doute que Lucain ait pu envisager, même sur le mode de l’idéal purement théorique, l’éventualité d’un retour à la République29, au motif que plus personne n’y croyait sérieusement en 65 p. C. Mais plusieurs critiques se sont inscrits en faux contre cette affirmation, qui relève largement de la pétition de principe30. On s’appuie en général, pour l’étayer, sur le fait que la conjuration de Pison n’avait pour but que de remplacer un prince par un autre et non de changer la forme du régime ; mais le raisonnement est un peu rapide. La coalition antinéronienne à l’origine de la conjuration devait fédérer des gens de sensibilités diverses, unis dans leur hostilité à l’empereur en place. Tacite (Ann., 15.52.3) nous dit que le consul Vestinus aurait été écarté du complot en raison de son inclination pour un rétablissement de la libertas ; mais cela indique simplement que Vestinus faisait partie des “impatients”, partisans d’un retour immédiat à la République : cela n’exclut nullement que d’autres républicains de cœur, fermes sur les principes, mais souples et réalistes dans leur application, aient envisagé une restauration républicaine à plus long terme, le principat de Pison n’étant qu’un début, et peut-être, le commencement d’un nouveau cycle dont cette restauration serait l’aboutissement31. Était-ce la position de Lucain ? Nous n’en savons rien, mais le cas de Vestinus prouve au moins qu’il y avait bien des gens qui continuaient à rêver à un retour de la République en 65 p. C. Que Lucain n’ait pas pu être républicain de cœur parce que Sénèque ne l’était pas n’est pas un argument valable, bien que souvent formulé32. L’idée que Lucain ait été un “clone” idéologique de son oncle trouve en effet un démenti dans le texte même du Bellum Ciuile, lorsque Lucain loue le tyrannicide de Brutus (7.586-596 ; 10.341-342) ; un acte que Sénèque désapprouve (Ben., 2.20). Enfin, que Lucain n’ait pas pu chérir en son for intérieur la République parce qu’il avait été, à un moment de sa vie, un proche de Néron ne va pas non plus de soi : sa position sociale et familiale, liée à une convergence de goûts artistiques, a très bien pu l’amener à devenir un membre de l’entourage du prince sans pour autant l’empêcher de vénérer au fond de son cœur la mythologie républicaine. À ce titre, le Bellum Ciuile pourrait bien être, à un certain degré, une forme d’exutoire à un républicanisme latent réprimé par les contraintes de la vie sociale et politique.

  • 33 Pour une mise au point récente sur la question, Mineo 2006, 84sq.
  • 34 Delarue 1996, 220-222.

9Certes, le tableau de la République romaine que brosse le poète dans le prologue (1.158-182) semble exclure l’idée que Lucain ait pu regretter un régime aussi déliquescent. Mais à le lire attentivement, il n’y a rien dans ce passage qui contienne une critique fondamentale du principe républicain, ni même des institutions romaines à cette époque. On y chercherait en vain, par exemple, une critique de la rotation des magistratures supérieures, du mode de recrutement de la classe dirigeante, ou du système d’administration des provinces. Ce que Lucain critique, ce n’est pas la République en soi, mais l’état de décomposition morale où elle était en 49. La critique est fondamentalement morale et non politique, et ne ferme nullement la porte à l’idée d’une refondation de l’esprit civique inspirée par l’exemple de Caton. Si l’on met bout à bout les divers éléments de réflexion politique dans le Bellum Ciuile, on s’aperçoit qu’ils constituent en fait un ensemble tout à fait cohérent, et parfaitement finalisé : la République romaine fondée après la chute des Tarquins était entrée dans une phase de déclin irréversible, suivant un processus cyclique familier à la pensée historiographique romaine aussi bien qu’à la philosophie stoïcienne de l’Histoire33. L’avènement de Jules César inaugure donc un nouveau cycle, celui du régime des Césars ; c’est après la fin de ce second cycle que peut advenir une troisième étape, celle d’une République rénovée et moralisée, purifiée par l’ascèse d’une longue “traversée du désert”, et éclairée par la haute figure de Caton. Ce schéma dialectique en trois étapes se substituerait assez aisément au schéma virgilien en deux étapes sans finalement remettre en cause le mouvement d’ensemble (cycle tragique transcendé par la perspective téléologique d’une stabilisation finale). C’est ainsi que l’on peut réconcilier les “deux logiques” apparemment contradictoires du Bellum Ciuile dont parle F. Delarue34, la “logique virgilienne” et la “logique catonienne”, sans recourir aux notions d’hypocrisie ou de revirement.

  • 35 Voir notamment Arruns, 1.631-638.
  • 36 Voir sur ce point O’Higgins 1988 ; Delarue 1996, 228.
  • 37 Vindicis an gladii facinus poenasque furorum/regnaque ad ultores iterum redeuntia Brutos/ut peraga (...)
  • 38 Voir à ce sujet O’Higgins 1988, 214-215. Mais le pluriel peut aussi s’expliquer par une allusion l (...)
  • 39 En 10.344, le tyrannicide de Brutus est qualifié d’exemplum.

10Une question que l’on ne peut dès lors s’empêcher de se poser est : quand et comment le régime des Césars peut-il s’effondrer ? Pour la première partie de la question, le narrateur, on l’a vu, brouille les pistes : nunquam, dit-il au chant 7 (432) ; nunc, olim, dit-il au chant 9 (604). On n’en saura pas plus : il ne fallait évidemment pas s’attendre à trouver un calendrier précis de la chute du Principat dans le Bellum Ciuile. Tel l’oracle d’Apollon au chant 5, qui se garde de dévoiler tout l’avenir pour ne pas risquer de compromettre l’accomplissement des destins (5.198-209), le poète uates (comme le font souvent du reste les prophéties dans cette épopée35), est tenu de faire de la rétention d’information36. Pour la deuxième question (comment ?), un coin du voile est peut-être levé précisément au chant 5 (206-208), où le narrateur parle de “la royauté revenue pour trouver de nouveaux Brutus”37 ; le pluriel pourrait laisser entendre que Marcus Brutus n’est pas le dernier en date d’une lignée de tyrannicides38. Même si le problème de chronologie relative entre la composition du chant 5 et la mise en place de la conjuration de Pison ne rend pas évidente l’idée d’une allusion à cette dernière (ce qui au demeurant, serait plutôt risqué), on en retire l’impression générale que tout tyran appelle son Brutus, suivant là aussi un processus cyclique39. Mais de ce côté non plus, on ne pouvait attendre, de toute manière, de réponse claire et directe. Il y a cependant une idée qui se dégage avec netteté et insistance du Bellum Ciuile : c’est que la Roche Tarpéienne est près du Capitole. Plus précisément, c’est quand un régime ou un individu condamné par le destin paraît au faîte de sa puissance que sa chute est imminente, parce que les germes de sa déchéance sont déjà en lui. La règle se vérifie aussi bien au niveau collectif, avec le destin de la République romaine, qu’au plan individuel, avec le destin personnel de Pompée, mais aussi de César dont la chute future est clairement annoncée à deux reprises (cf. 7.586-595 ; 10.340-344). Ce processus d’effondrement des grandeurs excessives apparaît en fait comme surdéterminé dans le Bellum Ciuile. Il repose en effet sur la combinaison de trois principes :

  • un principe historico-philosophique de type immanent : la grandeur qui s’écroule sous son propre poids40 (cf. 1.70-72) ;
  • un principe tragique de type transcendant : l’inuidia des dieux ou du destin vis-à-vis de tout ce qui s’élève trop haut (1.70 ; 81). C’est, comme l’a bien noté H. Le Bonniec41, la notion de Némésis tragique42 que Lucain combine, dans son prologue, avec la conception stoïcienne du destin pour lui donner plus de puissance affective ;
  • un principe tragique de type immanent : la “faute” tragique qui provoque la chute du héros depuis un haut degré de grandeur par le mécanisme du retournement de fortune (un cas parfaitement illustré par la trajectoire de Pompée43 ; mais la notion de culpabilité morale existe aussi au plan de la collectivité romaine : cf. 1.157-182).

11La notion de grandeur démesurée est donc étroitement liée à la perspective de la chute ; un principe qui se retrouve au niveau individuel avec Pompée et César, et au niveau collectif avec la République romaine. Il y a un lien de sympathie implicite entre la situation de chacun de ces deux personnages et celui du régime qu’il représente : la République finissante avec Pompée, le Principat naissant avec César ; ce qui suggère peut-être que le destin de ce dernier (et donc, sa chute) a une valeur ominale pour le régime qu’il a fondé. Quoi qu’il en soit, l’application de cette loi universelle à la suite de l’Histoire suggère que le régime des Césars doit logiquement s’effondrer, au sommet de son apogée apparente, sous le poids de ses contradictions internes et de ses fautes morales.

  • 44 Voir Cizek 1982, 141-143.
  • 45 Il est en fait fort peu vraisemblable que Lucain ait brutalement pris conscience en 62 de la vérit (...)

12Question : où se situe l’apogée du Principat d’après le Bellum Ciuile ? Ou en d’autres termes, qui est le plus grand, d’après ce poème, de tous les Césars ? La réponse se trouvait évidemment dans le prologue, et la boucle est désormais bouclée. Sur le plan historique, on concevra aisément qu’un poète hostile a priori à Néron et attentif à guetter tout signe avant-coureur de dégradation morale dans un règne apparemment solide ait trouvé suffisamment de matière dans les années 59-61 (période supposée de gestation du Bellum Ciuile) pour alimenter son inspiration sans attendre la disgrâce effective de son oncle en 62 : meurtre d’Agrippine, perte d’influence progressive de Sénèque, jeux de 59 et 60 (Iuuenalia et Neronia) à coloration hellénisante de plus en plus affirmée, sans parler d’autres signes annonciateurs d’un changement de cap au cours de l’année 6144 (modification du mode de recrutement des consuls, renforcement des signes de l’absolutisme dans l’iconographie monétaire, accentuation de la réforme culturelle). C’est aussi dans ce contexte qu’il faut replacer le prologue du Bellum Ciuile45.

  • 46 Cf. 7.593-596, où le narrateur recommande à Brutus d’attendre que César ait atteint le sommet de s (...)
  • 47 Le fait est que Lucain va plus loin que n’importe quel autre poète de cour dans la flagornerie (cf (...)

13Nous avons à présent tous les éléments pour relire l’éloge de Néron et en percevoir la logique profonde. Oui, l’éloge est sincère : Lucain est effectivement heureux que les guerres civiles aient débouché, à terme, sur le principat de Néron ; non parce que ce dernier représente la Fin ultime de l’Histoire (impression que donne la lecture “au premier degré” du passage), mais parce qu’il n’est qu’une partie, et peut-être bien la dernière, d’un cycle appelé à se refermer : le cycle de la dominatio ouvert par le succès de César à Pharsale. Si le règne de Néron est l’apogée du régime julio-claudien (dont il manifeste de façon éclatante la perversité intrinsèque), c’est que la fin de ce régime est proche, à l’exemple de César abattu au faîte de sa puissance46. C’est après cela que pourra s’ouvrir une ère nouvelle, fondée sur un idéal républicain purifié, enrichi de l’apport moral du stoïcisme, et placé sous le patronage de Caton. Oui, l’éloge est ironique, mais l’ironie n’est pas dans le discours du poète : c’est une ironie de l’Histoire qui, espère le poète, se chargera de ramener a posteriori à leur vraie portée les éloges décernés à Néron. Quand le fin mot de l’histoire aura été donné, on saura ce que le poète avait voulu dire. Et peut-être le caractère hyperbolique de l’éloge vise-t-il à hâter d’une certaine manière la chute du Prince en attirant sur sa tête l’inuidia que le destin, suivant le schéma tragique, réserve aux grandeurs démesurées47. Telle devait être du moins l’espérance secrète de Lucain avant même qu’il ne se décide à donner, au moment de la conjuration de Pison, un “coup de pouce” au destin par des actes et plus seulement par des incantations. On comprend mieux, dans ces conditions, que les éditeurs posthumes du Bellum Ciuile aient conservé pieusement ce passage, qui donne finalement son plein sens au poème : la chute des Julio-Claudiens en 68 ne venait-elle pas de réaliser au moins une partie du programme de Lucain, lui donnant ainsi raison a posteriori de saluer avec enthousiasme l’avènement de celui qui devait s’avérer le fossoyeur de sa propre dynastie ?

Notes

1 Grimal 1960, 299-305.

2 Dewar 1994, 199-211.

3 C’est notamment le cas de Gagliardi 1989, 53sq. La variante la plus ingénieuse (et la plus séduisante aussi) de cette thèse est l’interprétation de Biondi 2003, fondée sur un jeu subtil de double sens.

4 Voir principalement Dumont 1986.

5 La plupart des critiques ne se posent pas la question, et ceux qui ont tenté de le faire n’y ont apporté que des réponses très faibles. Pour Grimal 1960, 134, c’est parce que l’éloge de Néron est “ingénieux et brillant” que les éditeurs, “soucieux de la gloire posthume du poète”, auraient “tenu à conserver ce prologue, même si la mort du poète avait, depuis lors, démontré la vanité de l’image idyllique qu’il avait tracée”. Singulière façon de défendre la mémoire du poète que de faire apparaître de façon éclatante son manque de clairvoyance politique, fût-il exprimé avec talent ! Dumont 1986, 39-40 a bien senti le problème, et propose deux autres interprétations, au reste difficilement compatibles et aussi peu satisfaisantes l’une que l’autre. Soit le prologue aurait été conservé parce que Néron n’y serait que “la figure contingente du Bon Prince, du Sage, à l’existence absolue duquel Lucain continuait de croire” : hypothèse peu crédible, car l’éloge vise bien nommément Néron, et personne d’autre ! Soit le maintien de l’éloge serait destiné, en faisant apparaître à quel point Lucain a été abusé, à “montrer le caractère dérisoire des espérances humaines” ; une hypothèse en forme de pirouette, qui masque mal la difficulté de l’auteur à trouver une explication en laquelle elle croie elle-même…

6 C’est notamment la position de Sullivan 1985, p. 145. On peut d’ailleurs d’étonner que cette hypothèse, qui n’est pas la plus absurde des trois, ne soit pas plus répandue ; c’est sans doute parce que l’idée d’un Lucain aussi parfaitement hypocrite gêne un peu la critique…

7 Je précise néanmoins que, faute de preuve décisive (qui n’existe du reste en faveur d’aucune des trois interprétations précitées), je considère la conclusion de mon raisonnement comme une hypothèse plausible fondée sur des vraisemblances ; d’où le sous-titre de cet exposé.

8 On trouve une réflexion analogue (à une moindre échelle) à propos de l’avènement de Trajan chez Plin., Pan., 6.2 : si tamen haec sola erat ratio quae te publicae salutis gubernaculis admoueret, prope est ut exclamem tanti fuisse (“si pourtant c’était là le seul moyen que tu fusses placé au gouvernail du salut public, je suis près de m’écrier que le prix n’était pas trop élevé”) ; le panégyriste fait référence à la sédition de Casperius Aelianus contre Nerva à propos du châtiment des meurtriers de Domitien, qui a indirectement préparé la voie à l’adoption de Trajan (cf. Cizek 1983, 110-113).

9 C’est clairement ce qui se dégage de la discussion entre Vénus et Jupiter, Aen., 1.229-296.

10 Fata […]/ inuenere uiam (1.33) rappelle fata uiam inuenient (Aen., 3.395 ; 10.113).

11 Cf. les v. 291-296 du chant 1, qui se réfèrent au principat d’Auguste. La même impression se dégage de l’éloge d’Auguste en G., 3.26-39.

12 Il est vrai que l’idée d’éternité est associée au règne de Jupiter auquel Néron est comparé (1.34), et l’on peut considérer à la rigueur qu’elle rejaillit implicitement sur le règne de Néron, mais la correspondance n’est pas absolue terme à terme entre comparant et comparé (la Gigantomachie du v. 36 n’a pas, elle, de correspondant direct dans le règne de Néron), de sorte que l’on peut en rester à l’idée que la comparaison se limite au motif d’un “grand” règne payé au prix de lourds conflits.

13 Cf. Narducci 1979.

14 Cf. Due 1970.

15 Nunc, olim est une réminiscence de Verg., Aen., 4.627 (prophétie de Didon sur son vengeur futur Hannibal). L’arrière-plan intertextuel renforce la solennité de la prophétie lucanienne.

16 Il est tenu pour acquis à l’heure actuelle que les trois chants publiés du vivant du poète (en 62 ou 64 selon les critiques) sont les trois premiers.

17 Pour la fonction “chorale” du narrateur, cf. notamment Marti, 1964, 180-181 ; Zehnacker 2002, 287-289.

18 Les deux peuvent bien sûr se combiner, et c’est généralement le cas ; mais quand il y a contradiction entre les deux, il est logique de conférer à la seconde une dimension auctoriale supérieure.

19 Cf. à ce propos George 1991, 254-257.

20 Pour une démonstration plus complète, voir dans le présent volume la contribution d’I. Cogitore, dont les vues rejoignent parfaitement les miennes.

21 Delarue 1996, 224-227.

22 … et écho direct de la fameuse diatribe contre le culte impérial de 7.457-459.

23 Je reviendrai plus loin sur cet aspect à propos de Pompée et de César.

24 Il ne peut y avoir de “retournement de fortune” pour un héros qui acquiesce totalement et par avance à son destin sans essayer de lui échapper (cf. 2.287) ; il ne peut pas non plus y avoir de “conversion” à la sagesse (comme par ex. dans Hercule sur l’Œta) pour un personnage revêtu d’entre de jeu des attributs moraux du sapiens. Quant à l’eupatheia du sage stoïcien, elle écarte ipso facto le pathos tragique. Caton est au-delà du tragique.

25 La présence latente du paradigme herculéen dans le cadre stoïcien des labores à valeur qualifiante qui sous-tend son parcours (notamment dans la marche de Libye) va tout à fait dans ce sens.

26 Ce qui est aussi le cas de Pompée dans le Bellum Ciuile, où le poète souligne bien (en particulier dans les chants 7 et 8) les étapes du processus qui emporte le héros. Mais dans le cas de César aussi, l’attention n’est pas tant concentrée sur les buts politiques du personnage et les moyens mis en œuvre pour les réaliser que sur le caractère mécanique et inhumain de la progression d’un héros mû essentiellement par la dynamique de ses passions. Pour une analyse “tragique” de ces deux personnages, voir surtout Glaesser 1984.

27 … acceptée, il faut le souligner, aussi bien par des critiques “pessimistes” (comme E. Narducci) que par les “optimistes” (F. Delarue).

28 Démonstration convaincante dans Rutz [1950] 1989. Cet ouvrage développe aussi la thèse de la composition en trois tétrades centrées respectivement sur César, Pompée et Caton, qui va tout à fait dans le sens de notre analyse.

29 La principale réfutation du républicanisme de Lucain se trouve dans Brisset 1964, 175-230.

30 Sur ce problème, outre George 1991, voir Martindale 1984.

31 On pense un peu au principe du retour cyclique inversé dessiné par Virgile dans la Quatrième Bucolique.

32 C’est, en simplifiant un peu, la position majoritaire dans la critique française, de P. Grimal à J. -M. Croisille (Croisille 1996) en passant par J. Brisset.

33 Pour une mise au point récente sur la question, Mineo 2006, 84sq.

34 Delarue 1996, 220-222.

35 Voir notamment Arruns, 1.631-638.

36 Voir sur ce point O’Higgins 1988 ; Delarue 1996, 228.

37 Vindicis an gladii facinus poenasque furorum/regnaque ad ultores iterum redeuntia Brutos/ut peragat fortuna taces ? (“Ou bien l’acte d’un glaive vengeur, le châtiment de ces fureurs et la royauté revenue pour trouver de nouveaux Brutus, veux-tu les taire pour que la Fortune achève son œuvre ?”).

38 Voir à ce sujet O’Higgins 1988, 214-215. Mais le pluriel peut aussi s’expliquer par une allusion latente à la chute de Caligula.

39 En 10.344, le tyrannicide de Brutus est qualifié d’exemplum.

40 Voir notamment Liv., praef., 4 ; Sen., Con., 1, praef., 6 ; Sen., Ep., 71.13-15.

41 Le Bonniec 1970, 180-182.

42 Cf. notamment Sen., Ag., 57sq.

43 Je renvoie, pour la démonstration, à Glaesser 1984.

44 Voir Cizek 1982, 141-143.

45 Il est en fait fort peu vraisemblable que Lucain ait brutalement pris conscience en 62 de la véritable orientation du régime néronien. On a objecté aux partisans d’un prologue entièrement ironique que cela supposait un Néron bien naïf ; mais la thèse d’un prologue entièrement sincère suppose, elle, un Lucain bien naïf…

46 Cf. 7.593-596, où le narrateur recommande à Brutus d’attendre que César ait atteint le sommet de sa tyrannie pour l’abattre. Une telle prescription devait prendre un relief particulier autour de l’année 64, où l’absolutisme néronien s’affirmait de façon éclatante.

47 Le fait est que Lucain va plus loin que n’importe quel autre poète de cour dans la flagornerie (cf. Delarue 1996, 219), poussant l’emphase jusqu’à substituer Néron à tous les dieux…

Auteur

Université Toulouse II

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540