Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lucain en débat

 | 
Olivier Devillers
, 
Sylvie Franchet d’Espèrey

Deuxième partie. Idéologie , ordre et désordre

Le Sénat dans l’épopée de Lucain

Michèle Ducos

Texte intégral

  • 1 Voir cependant Fantham 1999a.

1La question du pouvoir se trouve presque toujours envisagée dans l’œuvre de Lucain en examinant le portrait et l’action des protagonistes. L’image qui est donnée de César, de Pompée et de Caton conduit à une réflexion sur les convictions politiques du poète. Une autre voie d’approche peut être tentée à travers la question des institutions : le portrait des sénateurs, la présence du Sénat en tant que corps dans les temps forts du poème permettent d’envisager le rôle de ce conseil dont on sait l’importance sous le Principat. Sans reprendre en détail la question des sources et de leur utilisation, mais en soulignant les procédés de Lucain, il est possible de mesurer la place qui est donnée au Sénat dans la guerre civile et d’examiner l’importance de son pouvoir de décision. La question n’a pas toujours retenu l’attention1, mais elle révèle un intérêt pour les institutions et leur fonctionnement, qui est rarement mis en évidence dans cette épopée. Elle invite plus largement à s’interroger sur le sens de cette description et par conséquent sur le projet de Lucain.

2Dans le chant 1, au début de la guerre civile, Lucain évoque en quelques vers la fuite des sénateurs :

Nec solum uulgus inani
percussum terrore pauet, sed curia : et ipsi
sedibus exsiluere patres, inuisaque belli
consulibus fugiens mandat decreta senatus (1.486-489).

  • 2 Les erreurs de Lucain qui mêle sénatus-consulte ultime du 7 janvier 49 et départ des sénateurs pou (...)

“Ce n’est pas seulement la foule, frappée d’une vaine terreur, qui est remplie d’épouvante, mais la curie : les pères eux-mêmes bondirent de leurs sièges et le Sénat, qui s’enfuit, confie aux consuls d’odieux décrets concernant la guerre”2.

  • 3 Gagliardi 1989, 104-105.
  • 4 Selon l’expression de Hellegouarc’h 1972, 428, qui se fonde lui-même sur Mispoulet 1882-1883.
  • 5 Nicolet 1974, 165-175.

3Trois termes se trouvent associés dans ces vers pour désigner le Sénat et les sénateurs : curia, qui désigne le bâtiment où se réunissent les sénateurs, puis le conseil lui-même, senatus, qui en général renvoie globalement à l’institution, patres, lorsqu’il s’agit d’évoquer les individus qui le composent, donc les sénateurs. Il est clair que, dans ce passage, curia désigne de façon générale l’ensemble du Sénat, senatus l’institution qui prend des décisions (decreta), les patres sont les individus, qui gardent le silence ou qui prennent la fuite. La réunion de ces trois termes, avec l’effet d’insistance qu’elle crée, accentue sans aucun doute la terreur qui frappe tout le peuple romain3. En même temps, Lucain invite à considérer à la fois l’institution et les hommes qui la composent. Tantôt, il évoque une curia ou un senatus, source de nombreuses décisions avant la guerre et la fuite de Rome ou pendant la guerre, en Épire (1.266-267 ; 480-489 ; 5.20) ; à d’autres moments, le poète présente le Sénat comme un uenerabilis ordo (5.13 ; 29). Le substantif exprime de façon précise le statut propre des sénateurs : ils forment un “ordre”, c’est-à-dire une catégorie juridique, “une classe de citoyens jouissant d’une situation juridique uniforme”4, ou, plus précisément, un groupe stable, défini et reconnu par l’État, possédant une fonction précise, un certain rang, une certaine dignitas5. En outre, l’adjectif uenerabilis traduit la prééminence des sénateurs en accentuant l’auctoritas qui leur est traditionnellement attachée.

  • 6 Lucain insiste fortement sur ce pouvoir de décision (voir infra), alors qu’en principe, les sénatu (...)
  • 7 Brisset 1964, 87, mentionne “l’identification du régime sénatorial avec Rome” ; voir aussi Fantham (...)

4Par ces mentions, le Sénat est envisagé de façon globale, sans référence particulière à des individus ; le terme de senatus renvoie à une institution, qui a une fonction précise dans la cité : un conseil, qui prend des décisions6 ou plutôt un conseil qui donne des avis et invite les magistrats à agir. Il n’est donc pas surprenant que ce grauissimum consilium, pour reprendre la formule de Cicéron (Sest., 137), occupe une place essentielle dans la res publica. Mais cette affirmation prend toute sa force dans une épopée où le poète se propose de décrire une guerre civile : car l’opposition entre les deux camps se trouve nécessairement amplifiée et exacerbée. Alors que César franchit le Rubicon et ne respecte pas les lois, le Sénat se fait le gardien de la légalité et entreprend la défense de la res publica7.

5C’est précisément ce que révèle l’affaire de Corfinium : L. Domitius Ahenobarbus, qui a bénéficié de la clémence de César, se trouve pardonné pour des fautes dont Lucain laisse voir le caractère paradoxal :

quod castra secutus/sit patriae Magnumque ducem totumque Senatum (2.519-520)

“pour avoir suivi le camp de la patrie, Magnus comme chef et le Sénat tout entier”.

  • 8 La même idée est présente dans d’autres discours de Pompée : 7.349-351 ; 371-373.

6Le lien étroit ainsi établi entre le Sénat et la patrie se trouve rappelé à plusieurs reprises dans l’épopée : il est affirmé par Pompée dans son discours à ses soldats au début de la guerre8 :

O uere Romana manus, quibus arma senatus/non priuata dedit (2.531-532)

“Ô véritable armée romaine, à laquelle le Sénat a confié des armes qui ne sont pas celles d’un particulier”.

7Le tour négatif (non priuata) insiste avec force sur cette idée tout en reprenant un thème souvent présent dans l’épopée : l’opposition publicus/priuatus. Caton affirme également son intention de suivre les publica signa et Pompée (2.319-320 ; infra). Défense de la res publica et défense du Sénat se trouvent étroitement associées.

  • 9 Elle figure aussi dans le discours de Scaeva (6.645).

8Par là, le Sénat n’est plus seulement une institution de la cité romaine ; inséré dans le conflit, il en devient un acteur. L’expression causa senatus figure d’ailleurs dans le discours que Lucain prête à Cicéron avant la bataille de Pharsale (7.76)9. Le substantif partes est utilisé lors de la réunion du Sénat en Épire (5.13-14 ; infra). Le Sénat s’est transformé en un parti qu’il faut défendre, une cause qu’il faut soutenir.

9Certains envisagent de la défendre énergiquement. Tel est bien le sens des propos que Petreius adresse à ses soldats ; alors qu’il ont fraternisé avec les soldats du camp adverse, en Espagne, il les invite à retrouver leur vaillance et à lutter :

Immemor o patriae, signorum oblite tuorum,
non potes hoc causae, miles, praestare, senatus
adsertor uicto redeas ut Caesare (4.212-214).

“soldat qui ne penses plus à la patrie, qui oublie tes propres enseignes, tu ne peux plus offrir à cette cause de revenir en libérateur du Sénat, après avoir vaincu César”.

10Il faut évidemment donner toute sa force à l’expression adsertor senatus qui figure dans ces vers : elle renvoie de façon précise au droit, car l’adsertor libertatis est celui qui intervient pour faire reconnaître un esclave comme un homme libre et lui accorder la liberté par la uindicatio in libertatem (Gaius, Inst., 4.14). Petreius se pose donc en libérateur face à César. Le conflit n’est plus celui de deux chefs ou de deux groupes qui suivent deux chefs ; la guerre réunit Pompée et les sénateurs dans une lutte pour la défense de la légalité et de la liberté contre César. Le Sénat devient alors un acteur de l’histoire, présent dans les temps forts de l’épopée : fuite de Rome, bataille de Pharsale.

  • 10 2.277-278 (Brutus) : pars magna senatus/et duce priuato gesturus proelia consul ; 319-320 (Caton)  (...)

11Dans ce récit de la guerre civile, le poète a fait une large place aux relations des sénateurs avec Pompée. En janvier 49, ils quittent Rome de façon précipitée à l’imitation de Pompée (1.522 : Pompeio fugiente timent). Ils se trouvent étroitement associés dans le conflit ; Brutus, puis Caton les réunissent pour mentionner la cause opposée à celle de César10.

  • 11 Mais Sénèque tend souvent à séparer parti de Pompée et cause de la res publica. Voir Griffin 1992, (...)

12Le lien même ainsi créé entre Pompée et le Sénat pose le problème de leurs relations : s’agit-il d’un rapport d’égalité ou d’un rapport de subordination ? La guerre était-elle celle de Pompée, qui entraîna les sénateurs ? C’est l’idée suggérée par Sénèque dans certaines lettres à Lucilius (Ep., 71.9)11. Pour sa part, Lucain affirme clairement l’appartenance de Pompée au parti sénatorial, lors de la réunion en Épire :

Docuit populos uenerabilis ordo/non Magni partes, sed Magnum in partibus esse (5.13-14)

  • 12 Sur l’image des rapports entre Pompée et le Sénat, voir aussi Leigh 1997, 146-147.

“Cet ordre vénérable apprit au peuple qu’il n’était pas le parti de Magnus, mais que Magnus était dans son parti”12.

13Le Sénat ne suit donc pas Pompée, c’est Pompée lui-même qui se trouve dans le parti du Sénat ; de fait son camp n’est pas un camp mais la réunion de magistrats :

Nam quis castra uocet tot strictas iure securis/tot fasces ? (5.12-13)

Qui pourrait appeler camp tant de haches sorties conformément au droit, tant de faisceaux ?”.

14Les licteurs qui les accompagnent sont certes porteurs de haches et de faisceaux ; toutefois, ce ne sont pas des armes de guerre, mais les attributs d’un imperium fondé sur le droit. Par ce renversement de perspective se trouve renforcée l’importance de ce conseil ; à côté des protagonistes, l’institution entend occuper toute sa place et ses membres jouer leur rôle. Dans le même chant, ce sont les sénateurs eux-mêmes qui confient à Pompée le destin de la patrie, à l’initiative du consul, C. Cornelius Lentulus :

consulite in medium, patres, Magnumque iubete/esse ducem (5.45-46)

ce sont encore les sénateurs (avec la foule des soldats) qui lui imposent de livrer bataille.

  • 13 Au mépris de la vérité historique car Cicéron n’était pas dans le camp de Pompée, au moment de la (...)

15Lucain a fait de Cicéron le porte-parole de ces sénateurs belliqueux13. Sans reprendre les implications historiques et littéraires de ce choix, ni s’interroger sur la façon dont il atténue la responsabilité de Pompée dans la défaite, il convient toutefois d’examiner plus précisément l’image qui est ainsi donnée du Sénat et de Pompée :

Si duce te iusso, si nobis bella geruntur,
sit iuris quocumque uelint, concurrere campo (7.79-80).

“Si c’est avec toi comme commandant, si c’est pour nous que ces guerres sont menées, qu’il soit conforme au droit de s’affronter en rase campagne, là où les soldats le voudront”.

  • 14 Gagliardi 1989, 22, souligne qu’il y a dans iusso une idée de subordination.
  • 15 Rambaud 1955, 265.

16Par ces paroles, Cicéron rappelle que Pompée est sans aucun doute un chef légitimement choisi, mais qu’il se trouve subordonné à l’autorité du Sénat, car c’est de lui qu’il a reçu son pouvoir de commandement14 : il “dirige par délégation les opérations”15. Il ne détient donc pas les pleins pouvoirs, comme le confirme l’opposition miles/comes des v. 84-85 :

Scire senatus hauet, miles te, Magne sequatur : /an comes

“le Sénat désire savoir, Magnus, s’il te suit comme un soldat ou comme un compagnon”.

  • 16 Ahl 1976, 160.

17L’antithèse est d’autant plus forte que Lucain joue sur le double sens de comes, compagnon ou membre de la cohors d’un gouverneur. Ce dernier sens possède une valeur particulièrement sarcastique, car elle implique que Pompée est un gouverneur d’une région pacifiée, mais nullement un homme de guerre16. Quoi qu’il en soit, il doit agir avec le Sénat et selon ses ordres. Lucain montre ensuite un Pompée conscient de l’issue de la bataille et de l’hostilité des destins, mais acceptant cette situation de subordination (7.87-88).

  • 17 Brisset 1964, 132.

18Mais le poète a en même temps souligné l’autorité du Sénat ; il en a fait un acteur majeur de l’histoire, qui est à l’origine du déclenchement de la bataille. Toutefois ce n’est pas sur les seuls optimates que pèse toute la responsabilité de la défaite : Lucain a omis les dissensions et les attaques, que portaient contre Pompée certains sénateurs17. C’est d’abord la miseri pars maxima uolgi (7.47) qui réclame le combat, puis les rois étrangers.

  • 18 Lounsbury 1976.

19Le récit de la bataille permet en outre de grandir l’importance du Sénat18. C’est avant tout aux sénateurs que veut s’en prendre César :

In plebem uetat ire manus monstratque senatum ;
scit cruor imperii qui sit, quae uiscera rerum,
unde petat Romam, libertas ultima mundi
quo steterit ferienda loco (7.578-581).

“Il interdit à la troupe de marcher contre la plèbe et montre le Sénat ; il sait quel est le sang de l’empire, quel est le cœur de l’État, où viser Rome, en quel endroit se trouve l’ultime liberté de l’univers qu’il faut frapper”.

20Les patres constituent les forces vives de Rome comme le montrent les termes de cruor et de uiscera ; ils représentent l’ultime rempart de la liberté. En une accumulation de noms célèbres, rassemblant les plus fameuses gentes de Rome (les Lepidus, les Metellus, les Corvinus ou les Torquatus), Lucain évoque un immense carnage, qui trouve son achèvement dans la mort de Domitius. La mort de César est alors présentée à plusieurs reprises (5.207 ; 9.17-18) comme une sorte de vengeance pour cet assassinat ; Brutus devient “le dernier espoir du Sénat” (7.588), celui qui réparera ce massacre.

21Certes, le Sénat se trouve parfois un parti qui commet des erreurs ; en janvier 49 les tribuns de la plèbe favorables à César ont quitté Rome ; mais, selon Lucain, le Sénat est responsable de ce départ :

Expulit ancipiti discordes Vrbe tribunos
uicto iure minax iactatis curia Gracchis (1.266-267).

“la curie chassa de la ville divisée les tribuns, qui s’opposaient à elle ; sans tenir compte du droit, elle les menace en nommant avec ostentation les Gracques”.

  • 19 Gagliardi, 1989, 82.

22Le poète présente comme une expulsion un départ qui fut, selon les contemporains, volontaire (Cic., Fam., 16.11.2) ; il souligne les menaces du Sénat, tout en insistant sur l’illégalité (uicto iure) commise par les sénateurs, car ils n’avaient pas tenu compte de l’intercessio des deux tribuns s’opposant au rappel de César et à son remplacement en Gaule19. Plus tard (1.488-489, texte cité supra), les mêmes sénateurs prennent “d’odieux décrets de guerre”, expression discutée qui désigne le sénatus-consulte ultime confiant les pleins pouvoirs aux consuls ; mais cette décision n’ordonnait pas la guerre. Ces déformations accentuent le rôle du Sénat et expliquent que les césariens aient voulu mettre fin au regnum senatus, selon la formule utilisée par Laelius (1.365).

23Mais le Sénat ne se réduit pas à l’incarnation d’une cause partisane : Lucain insiste sur le caractère “vénérable” de l’ordre sénatorial (5.13) et en fait ressortir l’auctoritas. Il met l’accent sur la tradition familiale de cette nobilitas, issue d’une longue lignée d’ancêtres remarquables. C’est que rappelle Pompée dans le discours qu’il adresse à ses troupes avant la bataille de Pharsale :

Subiere pericula clari/sponte uiri sacraque antiquus imagine miles (7.356-357)

“Sont venus d’eux-mêmes braver des dangers des hommes illustres, des soldats possédant des portraits d’ancêtres antiques et consacrés”.

24Les vers suivants se prolongent par l’évocation des grands hommes de l’histoire romaine (Curius, Camille et Decius).

25Le Sénat représente ainsi la tradition vivante de Rome comme le montrent les termes mêmes du poète cruor imperii, uiscera rerum (7.578 ; supra). Par ces deux images extrêmement fortes, Lucain fait voir que le Sénat est la force vitale de Rome, ce qui fait mouvoir et ce qui fait vivre le corps de l’État. Ce n’est plus un parti luttant pour une cause qui lui est propre, mais un élément fondamental, consubstantiel à la res Romana, sans lequel elle ne peut exister. Il est le centre de la libertas.

26Certes, la guerre civile avec ses bouleversements ne laisse pas voir dans toute son étendue le rôle éminent de ce conseil vénérable ; dans cette époque troublée, il ne saurait être “le gardien, le défenseur et le protecteur de l’État” pour reprendre la formule cicéronienne (Cic., Sest., 137). Mais son importance est suggérée de façon indirecte : le sénatus-consulte ultime est évoqué à travers la mission confiée aux consuls (1.488-489 ; supra). Lucain s’est aussi montré extrêmement attentif au fonctionnement du Sénat. L’importance solennelle de ses réunions, ses liens étroits avec les magistrats sont décrits de façon indirecte au moment de l’arrivée de César à Rome en avril 49 :

Phoebea Palatia complet
turba patrum nullo cogendi iure senatus
e latebris educta suis ; non consule sacrae
fulserunt sedes, non, proxima lege potestas,
praetor adest, uacuaeque loco cessere curules (3.103-107).

“La foule des pères, tirés de leur retraite, sans aucun droit de réunir le Sénat, remplit le palais de Phébus : les sièges sacrés ne brillèrent pas de la présence d’un consul ; le pouvoir le plus proche selon la loi, le préteur, n’est pas là ; et les sièges curules vides furent retirés”.

  • 20 Esposito 1999, 28.
  • 21 Mommsen 1893, 143-145.
  • 22 Fantham 1999a, 117.

27L’accumulation des négations, procédé cher à Lucain20, permet de rappeler avec précision le déroulement des séances et les règles de fonctionnement traditionnelles du conseil : il doit être convoqué par un magistrat, alors que César n’est plus qu’un priuatus, un magistrat qui doit être un titulaire de l’imperium, consul ou préteur ; en effet, ce dernier est selon le droit public romain, un collega minor des consuls (Gell. 13.15.4-6)21, idée qui trouve sa pleine illustration dans l’expression de Lucain : proxima lege potestas. Ce procédé ne fait que mieux ressortir le fait que César n’a aucun titre véritable pour réunir le Sénat ; la turba patrum, sans doute constituée des sénateurs qui ont regagné Rome à cette date, n’est qu’une caricature, une foule indistincte. L’absence des chaises curules rend encore plus évidente l’absence de légalité de cette réunion. L’étroite association du Sénat et des magistrats, quasi ministros grauissimi consilii, pour citer à nouveau Cicéron (Sest., 137), a disparu, écartée par un homme tout-puissant, un homme qui entend exercer sa domination, mais qui n’est qu’un priuatus. Certes, il est possible de mettre l’accent sur la déformation historique opérée par Lucain – car les tribuns peuvent convoquer le Sénat22. Mais la force de cette description négative permet de mieux mesurer l’importance de ce consilium. En effet, il représente la stabilité et la permanence par opposition à la succession des magistratures annuelles : c’est le consilium sempiternum dont parle Cicéron.

28Telle est précisément l’idée développée par le consul L. Cornelius Lentulus au moment où les sénateurs pompéiens se retrouvent en Épire et se réunissent dans le camp de Pompée :

Nostrum exhausto ius clauditur anno :
uos, quorum finem non est sensura potestas,
consulite in medium, patres (5.44-46).

“Nos droits se terminent avec la fin de l’année ; vous dont le pouvoir ne connaîtra pas de fin, délibérez, sénateurs”.

  • 23 Pour l’insistance sur le droit (ius, iura…), voir Fantham 1999a, 119.

29L’opposition entre deux types de pouvoir est particulièrement nette : des fonctions limitées à une année et un pouvoir dépourvu de limites définies dans le temps. Ces vers sont particulièrement riches et intéressants pour le thème qui nous occupe23. Le discours pose en effet une question fondamentale : qu’est-ce que le Sénat ? son pouvoir est-il indépendant des lieux où il s’exerce ? peut-il exister loin de la ville de Rome ? À ces questions ont été apportées au fil du temps des réponses variées. L’association avec le sol de la Ville est affirmée avec force dans un passage célèbre de Tite-Live : le discours de Camille, prononcé après la destruction de Rome par les Gaulois, alors que certains Romains songent à émigrer à Véies : “Nous avons une ville fondée d’après les auspices et les augures ; pas un coin en elle qui ne soit plein de notre culte et de nos dieux” (Liv. 5.52.1), et il ajoute : “la Fortune de ce lieu ne peut passer en un aucun autre endroit”. Dans le poème de Lucain, la réponse est très différente :

non qua tellure coacti
quamque procul tectis captae sedeamus ab urbis
cernite, sed uestrae faciem cognoscite turbae,
cunctaque iussuri primum hoc decernite, patres,
quod regnis populisque liquet, nos esse senatum (5.18-22).

“ne considérez pas sur quelle terre vous êtes rassemblés ni à quelle distance nous siégeons des toits de la ville captive, mais reconnaissez l’aspect de votre groupe, et prêts à donner tous les ordres, décidez d’abord, sénateurs, ce qui est évident pour les rois et les peuples, que nous sommes le Sénat”.

30De ces vers, la dimension religieuse a disparu ; le consul utilise le même épisode de l’histoire romaine pour en proposer une interprétation personnelle : “quand la demeure tarpéienne fut consumée par les torches des Gaulois, quand Camille habitait Véies, c’est là que fut Rome” (5.27-28), et il ajoute :

Non unquam perdidit ordo/mutato iura solo (5.29-30).

“jamais l’ordre sénatorial ne perdit ses droits en changeant de sol”

  • 24 Le Sénat doit se réunir dans un templum et les délibérations doivent se tenir à Rome ; voir Mommse (...)

31Seule subsiste l’institution ou plutôt l’ordo, l’ensemble des sénateurs, capable de délibérer en tous lieux, conservant partout son pouvoir de décision ; Lentulus n’a pas d’hésitation : l’absence de templum ne l’arrête pas, ni l’éloignement du site même de la Ville24 ; et il est un consul sûr de son droit.

32Lucain n’est pas le seul à évoquer cet épisode de la guerre civile. Dion Cassius a aussi fait place à cette question. Il rappelle qu’il y eut deux séries de magistratures en 48, à Rome, où il y eut des élections, et à Thessalonique, où il n’y eut pas d’élections, même si l’on pouvait penser que le peuple et le Sénat tout entier étaient là. Chez l’historien grec, le problème est posé en termes de droit public, par une référence à l’imperium et à la loi curiate : “bien que fussent présents les sénateurs (ils étaient près de deux cents, selon certains auteurs) et les consuls, et bien que l’on eût consacré un espace pour prendre les auspices, afin qu’ils parussent l’être légalement, de façon à donner le sentiment que, par ces moyens, c’était le peuple et la Ville entière qui se trouvaient là (la raison en était que les consuls n’avaient pas fait voter de loi curiate), on avait conservé comme magistrats les mêmes que ceux qu’on avait auparavant […] Ils étaient en effet très attachés aux coutumes ancestrales” (D. C. 41.43.2-4 ; trad. Fr. Hinard et P. Cordier). Ces considérations sont absentes chez Lucain ; au contraire, par une série de raccourcis successifs, c’est le Sénat dans sa totalité qui se trouve réuni en Épire, le camp même de Pompée qui devient le Sénat, comme nous l’avons vu plus haut.

  • 25 Cf. Plut., Pomp., 84.4 : “Son camp était appelé patrie, sa tente un Sénat”.

33Avant Lucain, une telle affirmation figurait déjà chez Cicéron (Phil., 13.26)25. Mais l’idée prend chez le poète un aspect remarquablement concret avec la mention des faisceaux des licteurs, et plus encore des haches qui les accompagnent, symbole de l’imperium militaire et du droit de vie et de mort du général sur ses soldats.

34Dans une fiction, qui peut sembler assez paradoxale, le Sénat est censé conserver son pouvoir de décision, les patres distribuent honneurs et pouvoirs ; ils confient le commandement suprême à Pompée. Le problème institutionnel est passé sous silence, ou plutôt, résolu avant d’être posé. Par là se révèle à coup sûr l’orgueil du consul, mais la puissance du conseil n’en est pas moins mise en lumière, car elle s’affirme en tous lieux, indépendamment même du sol de la Ville.

  • 26 Bourgery & Ponchont 1930.
  • 27 Soubiran 1998, 110.

35Grande est l’insistance sur ce pouvoir de décision. Elle se retrouve dans les paroles de Caton, prononçant l’éloge funèbre de Pompée, un homme qui avait su, au temps de sa puissance, respecter la liberté du Sénat, et qui était devenu rector senatus, sed regnantis (9.194-195). Les traducteurs hésitent sur le sens d’une telle expression : s’agit-il d’un “Sénat souverain”26 ou encore d’un “Sénat qui régnait en maître”27 ? la formule reste étonnante. La notion de rector peut renvoyer au modèle cicéronien du princeps, un homme qui est à la fois un guide et qui s’impose par sa personnalité et son autorité morale. Regnantis qualifie le pouvoir du Sénat. Les commentateurs ont fait observer que ce verbe perd ici sa connotation négative, car il ne saurait être question d’un pouvoir absolu et tyrannique, mais il qualifie l’institution qui a la plus grande puissance de décision, et qui exerce ainsi une forme de domination et de souveraineté.

  • 28 Brisset 1964, 163 ; Fantham 1999a, 113-115.
  • 29 Wirszubski 1950.
  • 30 Talbert 1984.
  • 31 Comme le montrent bien des passages des Annales de Tacite (13.49 ; 14.48-49…) ; voir Brisset 1964, (...)
  • 32 Puisque Lucain participa à la conjuration de Pison : Tac., Ann., 15.49.3.

36Force vive de la res publica, le Sénat se trouve évidemment associé à ses parties constitutives, les lois et les magistrats. Par là même, il incarne la cause de la liberté et reste étroitement lié aux valeurs républicaines, en particulier à la libertas28. Cette représentation d’un Sénat, organe essentiel de la cité, lieu de la liberté, insère étroitement Lucain dans son temps : la libertas républicaine (celle de Cicéron ou de Tite-Live) était associée aux lois, à l’égalité et à la présence du citoyen dans la vie politique29. Elle supposait la participation du peuple aux décisions politiques, sa présence dans les comices. Sous le Principat, le rôle des comices se réduit progressivement et disparaît à la fin du ier siècle, alors que l’importance du Sénat se trouve grandie, comme l’exprime le nombre accru de ses fonctions ou encore la valeur normative accordée aux sénatus-consultes30. Son pouvoir de décision s’affirme ; et nous avons vu le relief qu’a donné Lucain à un tel pouvoir dans son épopée. Les indications précises qu’il apporte montrent son attention au fonctionnement de l’institution En même temps, la place faite à la libertas senatus a souvent conduit à faire de Lucain le représentant d’une opposition sénatoriale et stoïcienne, proche de Paetus Thrasea qui défendait la liberté du Sénat et le respect des lois contre la toute-puissance impériale31. Faudrait-il dans ces conditions considérer le Bellum Ciuile comme un manifeste politique lié aux milieux sénatoriaux, l’épopée écrite par l’un de ceux qui se rangèrent aux côtés de Pison32 ?

37Il faut toutefois nuancer ce point de vue. La fin de la République ne représente qu’une étape dans la dictature de César et sa victoire. L’organisation politique de la cité se transforme alors. C’est ce que montre la longue description du pouvoir césarien au livre 5, qui fait en quelque sorte pendant aux affirmations de Lentulus proclamant la puissance du Sénat. Le poète souligne le pouvoir absolu de César, devenu dictateur et consul, et indique précisément les transformations qu’il apporte, et que les empereurs reprendront ensuite : les élections se trouvent vidées de leur sens :

Fingit solemnia Campus
et non admissae dirimit suffragia plebis
decantatque tribus et uana uersat in urna […]
Inde perit primum quondam ueneranda potestas
iuris inops ; careat tantum ne nomine tempus,
menstruus in fastus distinguit saecula tempus (5.392-394 ; 397-399).

“Le Champ de Mars reproduit les élections annuelles ; il dépouille les suffrages de la plèbe qui a été écartée ; il appelle les tribus et agite leur nom dans une urne vide […] Alors pour la première fois, périt un pouvoir vénérable, privé de droit ; de peur qu’une si grande époque n’ait pas de nom, un consul mensuel distingue les temps dans les Fastes”.

38Le lien entre le Sénat et les magistrats peut-il subsister quand les élections ne sont qu’une façade, quand le consulat est vidé de tout pouvoir par la pratique des consulats suffects ? Cette évolution voulue par le dictateur (qui est en même temps consul) ne renforce pas le Sénat dont Lucain ne dit rien dans ce passage. Mais il est évident qu’elle l’affaiblit.

39Ce thème est repris ensuite par Caton au chant 9 du poème (9.204-206). La liberté déjà restreinte avec Sylla et Marius n’existe plus, même en apparence, après Pompée : nunc et ficta perit. Cette façade a disparu :

Non iam regnare pudebit,/nec color imperii nec frons erit ulla senatus (9.206-207).

  • 33 Bourgery & Ponchont 1930, 138 : “il n’y aura plus de déguisement à la tyrannie” ; Soubiran 1998, 1 (...)

40Deux termes vigoureux d’interprétation délicate se trouvent utilisés ici. Color est souvent traduit par travestissement ou déguisement ; J. Soubiran choisit plus discrètement “nuance d’autorité”33. Lucain décrit ici un pouvoir absolu qui ne cherche plus à se masquer sous une belle apparence, mais s’affirme dans sa force brute et sa violence. Il n’y a évidemment plus de res publica restituta. Le Sénat lui-même est réduit à une apparence (frons) ou une façade. Il ne possède plus qu’une existence illusoire, dépourvue de pouvoir réel, une apparence qui, elle-même, s’efface. La fiction républicaine disparaît devant la tyrannie. La répartition équilibrée des pouvoirs (qui fut celle des débuts de Néron, si l’on croit Tac., Ann., 13.4.2), le respect des antiqua munia senatus n’existent plus. Pharsale apporte la ruine de la libertas et du pouvoir sénatorial ; ce modèle républicain va disparaître.

41Ce n’est pas seulement le pouvoir absolu des empereurs qui en est la cause, ce sont aussi les hommes eux-mêmes qui entraînent aussi la perte du Sénat. En effet, ce conseil ne sert pas toujours de modèle exemplaire, il n’est pas nécessairement la sagesse de la cité. Dans l’épopée de Lucain, les sénateurs sont aussi des êtres humains. Le poète a souligné leurs erreurs ou leurs décisions hâtives, Il a fait ressortir leur effroi. Les sénateurs partagent la peur de la foule romaine, au début de la guerre civile. L’arrivée de César à Rome révèle un Sénat terrorisé face à celui qui possède le pouvoir, prêt à tout accepter, y compris sa propre disparition :

  • 34 Voir Fantham 1999a, 116, qui souligne aussi les déformations historiques de Lucain.

sedere patres censere parati/si regnum, si templa sibi iugulumque senatus/exiliumque petat)34 (3.109-111).

42Il s’agit peut-être d’une situation particulièrement difficile pour les sénateurs, mais on peut aussi penser qu’elle annonce des temps où le Sénat dominé par la peur cède devant les caprices des empereurs. Existe-t-il encore des individus capables de défendre la libertas ? Lors de l’arrivée de César à Rome en avril 49, seul un tribun, L. Metellus, s’oppose au pillage du trésor public (3.115-133), Cotta se contente d’une “ombre de liberté en voulant tout ce qu’on lui ordonne” ; bien plus, il justifie sa conduite par la contrainte et la peur (3.146-149). L’épopée suggère ainsi une conclusion pessimiste : les institutions ne sont rien sans les mores, elles tirent leur force des hommes qui les composent. Lucain n’est pas le seul à adopter ce point de vue : selon Sénèque (Ben., 2.20), Brutus commit l’erreur de croire qu’il pouvait rétablir la République, alors que les vertus d’antan avaient disparu. Une telle description invite à penser que tout en accentuant la place du Sénat, en rappelant son existence, le poète montre aussi comment l’autorité et l’influence de ce vénérable conseil disparaissent. Lucain semble proposer la représentation d’un monde qui a disparu et ne peut revenir. Une telle conclusion s’accorde avec le thème de la ruine, thème récurrent dans le Bellum Ciuile. Mais le poème conduit à apporter quelques nuances à cette affirmation pessimiste, car il y a aussi place pour le refus de Metellus et bien d’autres exemples de refus d’un pouvoir tyrannique, sans parler de la lutte de Caton pour la libertas, exaltée par le poète.

43Lucain propose ainsi une représentation complexe du Sénat et des sénateurs : des hommes individualisés ou saisis en groupe, qui incarnent une cause, mais aussi un ordre et une institution qui s’affirme essentielle pour Rome grâce à son pouvoir de décision et sa permanence. Attentif à son fonctionnement, le poète se fait l’écho d’une répartition du pouvoir, qui est celle du Principat, mettant face à face l’empereur et le Sénat. Par des raccourcis historiques, par des antithèses, il montre l’importance du Sénat dans la défense de la légalité et de la libertas. L’évolution des institutions et la transformation des mœurs sous le Principat peuvent laisser penser que ce rôle est achevé et qu’il disparaît dans la ruine. Mais le poème fait aussi voir la lutte de Caton pour la libertas, l’art de conserver sa dignité et de jouer son rôle. Lucain réussit à affirmer la fragilité de l’institution, reflet des faiblesses humaines et de la peur, et sa force, issue de sa grandeur.

Notes

1 Voir cependant Fantham 1999a.

2 Les erreurs de Lucain qui mêle sénatus-consulte ultime du 7 janvier 49 et départ des sénateurs pour la Campanie (18 janvier) ont été soulignées par tous les commentateurs ; cf. Wuilleumier & Le Bonniec 1962, 90 ; de plus le sénatus-consulte ultime confiait les pleins pouvoirs aux consuls et n’ordonnait pas la guerre.

3 Gagliardi 1989, 104-105.

4 Selon l’expression de Hellegouarc’h 1972, 428, qui se fonde lui-même sur Mispoulet 1882-1883.

5 Nicolet 1974, 165-175.

6 Lucain insiste fortement sur ce pouvoir de décision (voir infra), alors qu’en principe, les sénatus-consultes n’ont pas de valeur normative, sous la République. Le Sénat donne un avis (consultum), mais dont l’autorité est grande (Mommsen 1891, 223-226).

7 Brisset 1964, 87, mentionne “l’identification du régime sénatorial avec Rome” ; voir aussi Fantham 1999a, 115.

8 La même idée est présente dans d’autres discours de Pompée : 7.349-351 ; 371-373.

9 Elle figure aussi dans le discours de Scaeva (6.645).

10 2.277-278 (Brutus) : pars magna senatus/et duce priuato gesturus proelia consul ; 319-320 (Caton) : Quin publica signa/ducemque Pompeium sequemur ?

11 Mais Sénèque tend souvent à séparer parti de Pompée et cause de la res publica. Voir Griffin 1992, 188-189 ; Fantham 1999a, 110.

12 Sur l’image des rapports entre Pompée et le Sénat, voir aussi Leigh 1997, 146-147.

13 Au mépris de la vérité historique car Cicéron n’était pas dans le camp de Pompée, au moment de la bataille ; Narducci 2003a.

14 Gagliardi 1989, 22, souligne qu’il y a dans iusso une idée de subordination.

15 Rambaud 1955, 265.

16 Ahl 1976, 160.

17 Brisset 1964, 132.

18 Lounsbury 1976.

19 Gagliardi, 1989, 82.

20 Esposito 1999, 28.

21 Mommsen 1893, 143-145.

22 Fantham 1999a, 117.

23 Pour l’insistance sur le droit (ius, iura…), voir Fantham 1999a, 119.

24 Le Sénat doit se réunir dans un templum et les délibérations doivent se tenir à Rome ; voir Mommsen 1891, 105 et n. 5 ; Plut., Pomp., 65.1 ; Cat. Mi., 53.6 fait aussi état de réunions et de décisions de ce conseil.

25 Cf. Plut., Pomp., 84.4 : “Son camp était appelé patrie, sa tente un Sénat”.

26 Bourgery & Ponchont 1930.

27 Soubiran 1998, 110.

28 Brisset 1964, 163 ; Fantham 1999a, 113-115.

29 Wirszubski 1950.

30 Talbert 1984.

31 Comme le montrent bien des passages des Annales de Tacite (13.49 ; 14.48-49…) ; voir Brisset 1964, 210-211

32 Puisque Lucain participa à la conjuration de Pison : Tac., Ann., 15.49.3.

33 Bourgery & Ponchont 1930, 138 : “il n’y aura plus de déguisement à la tyrannie” ; Soubiran 1998, 110.

34 Voir Fantham 1999a, 116, qui souligne aussi les déformations historiques de Lucain.

Auteur

Université Paris IV

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540