Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lucain en débat

 | 
Olivier Devillers
, 
Sylvie Franchet d’Espèrey

Deuxième partie. Idéologie , ordre et désordre

Les foules de Lucain : émergence du collectif

Fernand Delarue

Texte intégral

1Au plus fort du combat, quelques vers avant la fuite de Pompée, Lucain, après avoir affirmé que l’heure n’est plus à s’apitoyer sur les morts individuelles, proclame le caractère unique de Pharsale :

Non istas habuit pugnae Pharsalia partes
quas aliae clades : illic per fata uirorum,
per populos hic Roma perit ; quod militis illic
mors hic gentis erat (7.632-635).

“Pharsale n’a pas eu le même rôle que d’autres désastres. Ailleurs, c’est par le destin des hommes, c’est ici par les peuples que Rome périt ; la mort qui était ailleurs celle du soldat est ici celle d’une nation”.

  • 1 Leigh 1997, 78.

2Jusqu’à quel point ce que dit Lucain de la spécificité de Pharsale peut-il s’appliquer aussi au Bellum Ciuile ? Ces hic, où M. Leigh a montré l’implication du poète1, renvoient-ils aussi au texte lui-même et peut-on dire que le destin des hommes fait place ici à celui des peuples ? La question n’est pas neuve, mais les vers cités invitent à la poser en d’autres termes.

  • 2 Schmitt 1995, 9.
  • 3 On s’est longtemps interrogé sur le héros du Bellum Ciuile, sans s’aviser que la même question éta (...)
  • 4 Johnson 1987, 112, n. 10. Beaucoup plus systématique, Radicke 2004, 154 : Lucain peindrait les mas (...)

3Le livre de A. W. Schmitt consacré aux Massenreden commence ainsi : “In keinem Epos der Antike, das uns erhalten ist, wird den Massen soviel Raum gegeben wie in Lukans Pharsalia”2. Or le terme de “masses”, généralement employé, comporte un présupposé. De même qu’on a longtemps considéré que toute épopée se doit d’avoir un héros3, on a admis que les “masses” s’opposent à ce héros, lui laissant a priori le rôle primordial : inférieures par nature, elles constituent comme un arrière-plan, plus ou moins obscur, plus ou moins inerte. Ce qui demeure en général implicite est vigoureusement affirmé par W. R. Johnson : “while the monsters strut their stuff in the dazzling spotlight, behind them, shadowy, almost indistinct, are casts of thousands”4. W. R. Johnson marque bien l’irruption du nombre dans l’épopée.

4Mais ces multitudes sont-elles si fantomatiques ? Les vers cités n’opposent pas héros et masse, mais l’individuel (uiri, miles) et le collectif (populi, Roma, gens).

  • 5 Est en particulier laissée délibérément de côté la foule urbaine de Rome. Ces morceaux, souvent ét (...)

5C’est à ces collectivités humaines agissantes, étrangères ou romaines, qu’on a voulu s’intéresser. Il fallait limiter un vaste sujet5. Quelques exemples montreront d’abord le rôle actif de certaines. L’analyse plus approfondie d’un bref passage permettra ensuite, en opposant Lucain aux deux grands épiques auxquels le lie l’aemulatio, Virgile et Stace, de préciser l’importance de leur rôle et leur place dans son projet. On essaiera enfin de voir comment la volonté d’accorder une place privilégiée au collectif s’inscrit dès le prooemium dans la structure même du poème.

Foules agissantes

  • 6 Le bloc commence à se dissocier (alii […] hi, v. 576-578) juste avant que commence l’énumération d (...)
  • 7 On peut ajouter l’accueil de Larissa à Pompée, mais le passage se limite à quelques vers (7.712-71 (...)
  • 8 Ces réflexions collectives sont fréquentes chez Tite-Live, mais toujours au style indirect. A. W. (...)

6Le cas le plus simple paraît être celui de deux cités grecques, Marseille et Mytilène, où nul acteur n’apparaît qui ne relève du collectif. Dans le premier cas, on peut comparer le récit par César lui-même de son entrevue avec les habitants. Dès son arrivée, il convoque les notables : euocat ad se Caesar Massilia XV primos. Cum iis agit […] (Ciu., 1.35.1). Il tente de les convaincre. Ces legati rentrent en ville, puis reviennent l’informer de la décision prise, ex auctoritate, c’est-à-dire après avoir consulté le Sénat (Ciu., 1.35.3). Rien de ce processus officiel chez Lucain. La décision est prise par la Phocais iuuentus (3.301). Puis s’enchaînent deux pluriels : ils se préparent à persuader César (parant, v. 305) et le prient, comme face à face : hostemque propinquum orant (3.305-306). Suit un discours au style direct, relevant strictement du genre délibératif avec exorde, argumentation et, en conclusion, la décision. Il est présenté comme celui de l’ensemble de la cité : sic Graia iuuentus finierat (3.355-356). Durant le siège et le début du combat naval, la iuuentus (v. 446 ; 461 ; 499 ; 516) apparaît comme un bloc indissociable, duquel proviennent toutes les initiatives6. Lucain consacre un développement plus bref à Mytilène, la cité qui a abrité Cornélie, mais sa démarche est strictement la même7. Lorsque Pompée, fuyant après Pharsale, débarque, toute la cité s’assemble sur le rivage et s’adresse à lui : tunc Mytilenaeum pleno iam litore uulgus/adfatur Magnum (8.109-110). Ce discours est une suasoire collective en forme, à laquelle Pompée répond. À Mytilène comme à Marseille, un dialogue s’instaure directement entre une collectivité et un héros. Le chagrin quand il refuse de rester à Lesbos n’est pas moins unanime (cunctos, v. 147 ; litore toto plangitur, v. 148-149). On s’attardera spécialement, infra, sur le cas, traité de la même façon, d’une place latine, Ariminum. Là, on le verra, le poète pousse plus loin encore le refus de l’individualisation : il crée ce qui, du point de vue de la narratologie est un véritable monstre, un monologue intérieur (1.247 : tacito mutos uoluunt in pectore questus) collectif au style direct (1.248-257)8.

  • 9 Piacentini 1963, 40-41 (cf. 51-53).

7Ni notables ni chefs militaires ne paraissent s’interposer entre la iuuentus et son interlocuteur. La même constatation s’impose quand on en vient à ce qui constitue un élément traditionnel de l’épopée, les catalogues9. Dans les deux grands catalogues de 1.392-465 et de 3.169-297 apparaît de la façon la plus significative le rôle des peuples. Pour en apprécier l’originalité on considèrera d’abord (comme l’a fait Lucain) le principal catalogue de l’Énéide, celui des peuples latins (Aen., 7.647-817).

  • 10 Pour les trois premiers (Mézence, Aventinus, Catillus-Cauras) : 4 vers et demi sur 31. À la fin, T (...)

8Deux traits méritent particulièrement d’être notés chez Virgile : le caractère du morceau par rapport au contexte et le mode de sélection des personnages nommés. En Aen., 7.286-640, depuis le monologue de Junon, tout a été mouvement et violence. Le catalogue, comme chez Homère (Il., 2.484-493), commence par une invocation aux Muses (Aen., 7.641-646), qui proclame qu’il s’agit d’un morceau à part (sa fin le confirme : il termine le chant 7), impliquant ralentissement de l’action, voire arrêt total. De fait il y a peu de mouvement dans le catalogue : quand il est indiqué, c’est un mouvement de rassemblement, centripète en quelque sorte (uenit, v. 750 ; aduenit, v. 803). Les troupes semblent défiler comme dans une parade : Camille se fait admirer quand elle passe (Aen., 7.812-817). D’autre part, sans le dire explicitement comme Homère (Il., 2.488-493, opposant πληθύς et ἡγεμόνες), Virgile ne nomme que les chefs. Il a procédé à un regroupement autour de 15 héros, soit 13 groupes, puisque deux comportent deux chefs (Mézence et Lausus ; Catillus et Cauras). La place faite aux simples guerriers et aux troupes paraît numériquement importante : 87 vers sur 171. Pourtant ils sont doublement “encadrés”. Encadrement formel d’abord : les héros les plus importants sont au début et à la fin ; les développements consacrés aux troupes qui les accompagnent, au milieu10. Encadrement hiérarchique ensuite, souligné par les verbes récurrents : ducere, agere, rapere, armare, in arma uocare ; sequi, insequi ; une fois comitari.

9Relevons d’abord les traits communs aux deux catalogues de Lucain. Pas d’invocation aux Muses bien entendu, séparant les catalogues de ce qui précède. L’un et l’autre interviennent au milieu du chant : les catalogues constituent des “blocs” comme les autres. En tête, le nom du général en chef, César (1.392), Magnus (3.169). Les seuls noms propres ensuite sont les noms de peuples (associés, comme chez Virgile, aux noms de contrées et de fleuves), sans que jamais, Romains ou Barbares, figure un nom de légat, de chef, de roi. Chaque catalogue se clôt par une sententia, qui globalise à l’échelle cosmique : le dernier mot est orbem.

  • 11 Contra, Masters 1992, 54-55. Les contributions de I. Meunier de P. M. Martin, dans ce volume, soul (...)
  • 12 Sur Laelius comme porte-parole, Ahl 1976, 200-201.
  • 13 Orbis a déjà été employé deux fois auparavant avec la même valeur, 1.110 et 285.

10Les catalogues ne sont pas des morceaux isolés formellement, les peuples ont remplacé les rois. Restent deux questions concernant ces peuples : leur action s’insère-t-elle dans le contexte ? agissent-ils librement ? Il faut ici distinguer les deux catalogues. Au chant 1, il n’y a nullement retardement, delay11 : le catalogue se relie sans hiatus à ce qui précède et à ce qui suit. César appelle ses troupes : sparsas per Gallica rura cohortes/euocat (1.394). Ainsi fournit-il l’impulsion première, qui leur fait quitter les camps : au deseruere du début (1.396) répond le deseritis de la fin (1.465). Au vers suivant les voici réunis avec lui (conlecto robore). Le mouvement, chez Lucain, est celui d’une manœuvre militaire qui comporte une tension entre deux centres d’attraction. Le mouvement est, ainsi que l’indiquent les emplois cités de desero, de séparation, d’arrachement, comme centrifuge : entre ces mentions des Romains, le catalogue est avant tout, paradoxalement, celui des territoires abandonnés et des peuples gaulois (17 sont mentionnés) que réjouit leur départ. D’autre part la scène succède immédiatement à celle où les légions déclarent, par la bouche de Laelius, que, pour César, on tuera père et mère et épouse et enfants, même encore à naître12. Il y a, pour user d’un terme de cinéma, raccord dans le mouvement, poursuite et élargissement du dynamisme centripète qui fait converger vers lui, et dès lors vers Rome, toutes les volontés. De même que le chef Romam petit (1.395), le poète s’exclame dans l’apostrophe finale Romam petitis (1.464) – avant de revenir, en l’élargissant au thème de la séparation, désormais consommée (présent de deseritis) : en abandonnant la Gaule, ils livrent le monde ouvert aux nations, apertum gentibus orbem13. De même que ne figure aucun nom de légat, il n’y a plus encadrement, comme chez Virgile, mais parallélisme : les Romains n’apparaissent pas comme de simples instruments. César est l’auctor, mais la responsabilité est entière des troupes qui trahissent Rome.

11L’intégration dans le mouvement du récit est moins net pour le catalogue des troupes de Pompée. Mais leur responsabilité est bien marquée, elles font librement leur choix : interea totum Magni fortuna per orbem/secum casuras in proelia mouerat urbes, “cependant, par tout l’univers, la fortune de Magnus avait attiré au combat les villes destinées à succomber avec lui” (3.169). Pas d’ordres ici : un choix délibéré, dicté par l’intérêt ou la religion, pousse à suivre la fortuna. Pas d’encadrement : ni chef ni roi n’est nommé dans ce mouvement suicidaire. Et la fin élargit à nouveau le champ : à César, uincendum pariter Pharsalia praestitit orbem, “Pharsale lui donna en une fois à vaincre l’univers” (3.297).

  • 14 Le meneur, fût-il Cicéron, est une émanation de la foule, non un individu s’en détachant, tel Ther (...)
  • 15 Cf. De Jong 1987. Le morceau est comparable à la description de l’état d’esprit des soldats de Cat (...)

12Bien que la convergence des volontés soit plus soulignée par Lucain, le moment des catalogues, chez lui comme chez Virgile, est celui où les troupes sont unanimes dans leur aspiration aux combats. Une fois la guerre engagée, on est frappé, si on considère l’ensemble de l’épopée, par l’échantillonnage de situations inconnues des épiques conservés, où la collectivité que constitue une armée est représentée avec des états d’esprit très divers, quelquefois, mais non toujours, avec un meneur qui se fait son porte-parole (Laelius, 1 ; Cicéron, 7 ; aliquis ailleurs)14 : les deux scènes de révolte, contre César (5), contre Caton (9), la fraternisation des troupes en Espagne et ses suites (4), mais aussi maintes scènes où est décrit l’état d’esprit des soldats. On observera cependant qu’on a perdu les épopées historiques antérieures. Ennius pouvait-il manquer d’évoquer la rébellion contre Scipion en Espagne ? Il n’en reste aucune trace. On ne peut rien dire des épopées de Cassius Severus et de Rabirius. Mais celle d’Albinovanus Pedo sur les campagnes de Germanicus racontait la terrible révolte des légions de Germanie à la mort d’Auguste ; et surtout le morceau conservé grâce à Sénèque le Père (Suas., 1.15) décrit les réactions collectives des soldats embarqués sur la Mer du Nord, et comporte une τις-Rede15.

  • 16 Voir en particulier Ahl 1976.

13Quoi qu’il en soit, les ressorts psychologiques sont simples, mais s’organisent de façon variée, sans monotonie. Les troupes de César, avant l’intervention de Laelius, répugnent à la guerre civile : sed diro ferri reuocantur amore/ ductorisque metu (1.355-356). Partout l’amour du fer, du sang, du crime, voire de la mort, la peur, l’avidité (5.246 praemia maiora), mais aussi le sentiment de l’injustice ou de l’absurdité de la guerre civile, l’attachement au chef... Ce sont là des traits qui ont souvent été étudiés16. Il importe seulement ici de voir qu’ils s’appliquent toujours à l’armée dans son ensemble, sans instance intermédiaire entre le soldat et le général.

  • 17 Sur la présentation de l’armée dans cet épisode, Borgo 1976, 253-255 ; Schmitt 1995, 111.
  • 18 Autres exemples du singulier miles dans le morceau : 5.246 ; 294 ; 320 ; 344 ; 353 ; cf. iuuentus  (...)

14Le texte le plus intéressant du point de vue de la technique narrative paraît être celui de la révolte des Césariens17. Il comporte en effet une réflexion sur les rapports entre chef et soldats et leur affrontement constitue une épreuve pour César (5.241 : timuit). Celui-ci apprend qu’il n’est pas maître de toutes choses : scit non esse ducis, sed militis enses (5.254). Face à face ici, un véritable singulier, dux, et un singulier collectif, miles18. L’effet de tels singuliers est analysé par l’auteur du Sublime : “le fait d’opérer, à partir de parties distinctes, un rassemblement qui les amène à l’unité donne davantage au nombre l’aspect d’un corps (τὸν ἀριθμὸν σωματοειδέστερον)” (24.1). “Le” soldat, pourvu d’un σῶμα, devient personnage collectif : le pluriel qui suit, enses, le figure tout hérissé de ces lames refusées à un chef désarmé (non esse ducis). Le fameux exemple de grammaire Caesar pontem fecit se trouve comme démystifié dans un contexte plus dangereux pour le prestige du chef. Certes les soldats reculent, ils ne comprennent pas leur force, se soumettent, “comme si César avait sur les épées même assez de pouvoir pour les mettre en mouvement inuito milite” (5.366-367), mais ils l’auraient emporté avec un chef plus faible. “Le” soldat est-il esclave de ses passions, incapable de raison ? Non, et c’est précisément ce que craint César : militis indomiti tantum mens sana timetur (5.310). Cette mens sana, Caton, lui, la rétablit après la tentative de désertion : l’exemple de l’essaim d’abeilles ramené à sa ruche, renvoyant aux textes fameux de Virgile et de Sénèque, fournit l’image même de la communauté raisonnable et une (9.285-292).

15“Personnages collectifs”, Marseillais, Mytiléniens, soldats ? On se réfèrera à Aristote pour justifier l’expression. Au chapitre 2 de la Poétique, celui-ci déclare que “ceux qui représentent (μινούμενοι) représentent des personnages en action (πϱάττοντας)” (Arist., Po., 48a1), puis, au chap. 6, que ces πράττοντες “doivent nécessairement avoir des qualités (= être tels ou tels) dans l’ordre du caractère (ἦθος) et de la pensée (διάνοια)” (Po., 49b37-38). En effet, “il y a deux causes naturelles des actions, le caractère et la pensée” (50a1-2). Le caractère est ce qui se révèle par un “choix qualifié” (πϱοαίϱεσις ; consilium). Tel est le choix des Marseillais qui osent causas, non fata sequi, “suivre un parti, et non le destin” (3.303) – le terme causas en soulignant le caractère raisonné. C’est là aussi le choix que craint César de la part de ses soldats. La διάνοια est “tout ce qui, dans les paroles, revient à faire une démonstration ou encore à énoncer une maxime” (Po., 50a6-7) : tel est bien ici le rôle de ces discours où aucune distance ne paraît s’établir. Rien ne manque à ces collectivités pour être qualifiées de personnages en action.

Quand les dieux se retirent

16Le cas des Ariminenses a été, on l’a dit, réservé. Il a paru utile de commencer par une comparaison avec Virgile et Stace : à partir de quelques remarques sur la technique du récit, on s’interrogera sur la place des personnages collectifs dans le projet de Lucain.

17César, après avoir passé le Rubicon, arrive à Ariminum à l’aube, occupe le forum et fait sonner les trompettes. Le texte décrit la réaction des habitants qui se jettent sur les armes avant de comprendre qu’il s’agit de compatriotes :

Rupta quies populi, stratisque excita iuuentus
deripuit sacris adfixa penatibus arma
quae pax longa dabat ; nuda iam crate fluentis
inuadunt clipeos curuataque cuspide pila
et scabros nigrae morsu robiginisenses.
Vt notae fulsere aquilae Romanaque signa,
et celsus medio conspectus in agmineCaesar,
deriguere metu ; gelidos pauor occupat artus,
et tacito mutos uoluunt in pectore questus (1.239-247).

“Le repos du peuple fut rompu, et la jeunesse, quittant sa couche, arracha des pénates sacrés les armes suspendues, telles que les donnait une longue paix : ils se jettent sur des boucliers vermoulus à la charpente dénudée, sur les javelots dont la pointe s’est tordue, sur les épées rugueuses sous la morsure de la sombre rouille. Quand étincelèrent les aigles bien connues et les enseignes romaines, quand apparut, haut dressé au milieu des troupes, César, ils se figèrent d’effroi, l’épouvante s’empare de leurs membres glacés et dans leur poitrine ils roulent en silence ces plaintes muettes” (trad. A. Bourgery modifiée).

18Dans un premier temps, dans les v. 239-243, les habitants s’emparent d’armes depuis longtemps abandonnées. Lucain se souvient de la scène virgilienne, située entre le moment où Junon ouvre les portes de la guerre et le catalogue, où toute l’Italie court aux armes :

Ardet inexcita Ausonia atque immobilis ante ;
pars pedes ire parat campis, pars arduos altis puluerulentus equis furit ; omnes armarequirunt.
Pars leuis clipeos et spicula lucida tergent
aruina pingui subiguntque in cote securis ;
signaque ferre iuuat sonitusque audiretubarum.
Quinque adeo magnae positis incudibus urbes
tela nouant, Atina potens Tiburque superbum,
Ardea Crustumerique et turrigeraeAntemnae.
Tegmina tuta cauant capitum flectuntque salignas
umbonum cratis ; alii thoracas aenos
aut leuis ocreas lento ducunt argento ;
uomeris huc et falcis honos, huc omnis aratri
cessit amor ; recoquont patrios fornacibus ensis (Verg., Aen., 7.623-636).

“L’Ausonie, paisible encore et immobile, s’enflamme. Les uns s’entraînent aux longues marches dans les plaines, d’autres dressés sur de hauts destriers s’élancent avec feu, couverts de poussière, tous demandent à se battre. Les uns frottent de suif gras les boucliers polis, les dards brillants, affûtent leurs haches à la pierre, on se plaît à porter les enseignes, à entendre le son des trompettes. Mieux encore, cinq grandes villes dressent des enclumes pour forger de nouvelles armes, la puissante Atina, l’orgueilleuse Tibur, Ardée, Crustumerium et Antemnes couronnée de tours. On arrondit les coiffes qui protégeront les têtes, on ploie les claies de saule destinées aux boucliers ; d’autres travaillent des cuirasses de bronze ou, d’argent ductile, étirent des jambières polies ; l’orgueil du soc et de la faucille, tout l’amour de la charrue a disparu dans cet effort ; on recuit dans les fourneaux les épées héritées des pères” (trad. J. Perret).

19Stace, quant à lui, se souvient à la fois de Virgile et de Lucain quand il présente les effets de l’intervention de Mars chargé par Jupiter de pousser au combat les Argiens :

Et iam supremaTonantis
iussa fremunt agrosque uiris annosaque uastant
oppida ; bellipotens prae se deus agmina passim
mille rapit ; liquere domos dilectaque laeti
conubia et primo plorantes limine natos :
tantus in attonitos cecidit deus. Arma paternis
postibus et fixos superum ad penetralia currus
uellere amor ; tunc fessa putri robigine pila
horrentesque situ gladios in saeua recurant
uulnera et attrito cogunt iuuenesceresaxo.
Hi teretes galeas magnorumque aerea suta
thoracum et tunicas chalybum squalore crepantes
pectoribus temptare, alii Cortynia lentant
cornua ; iam falces auidis et aratra caminis
rastraque et incurui saeuum rubuere ligones (Stat., Theb., 7.575-589).

“Et déjà grondent les ordres suprêmes du Tonnant, ils dépeuplent de leurs hommes campagnes et antiques cités ; devant lui, de tous côtés, le dieu de la guerre emporte des troupes par milliers ; c’est dans la joie qu’ils ont laissé leurs demeures, leurs épouses chéries et les enfants en larmes sur le seuil : si violent le dieu a fondu sur ces cœurs bouleversés. Les armes fixées aux portes du foyer paternel et les chars suspendus dans les sanctuaires divins, ils les arrachent avidement ; puis, javelots épuisés par une rouille lépreuse, épées hérissées de moisissure, ils les restaurent en vue de cruelles blessures et les contraignent en les aiguisant sur la pierre à retrouver la jeunesse. Ceux-ci essaient les casques polis, ajustent à leur poitrine de puissantes cuirasses aux jointures de bronze et des tuniques où bruit l’acier rugueux ; d’autres assouplissent les arcs de Gortyne ; déjà, faux, socs, herses, hoyaux recourbés, dans les forges voraces, ont cruellement rougi”.

20On pourrait intituler ces deux textes, de même que le début de celui de Lucain, “Aux armes, citoyens !”. Les échos de l’un à l’autre sautent aux yeux, sans qu’il soit besoin de les souligner ici. Ces préliminaires de la guerre sont l’occasion de décrire de simple citoyens, individus ordinaires, dans un décor qui est encore celui de la vie privée.

  • 19 Foucher 1997, 13 oppose, à propos de l’aristie de Scaeva, individuel et collectif et conclut égale (...)

21Chez Virgile, un premier vers synthétique, où Ausonia est à la fois terme géographique et personnification, puis des distinctions qui soulignent la diversité des occupations : pars (v. 624, bis ; v. 625), alii (v. 633), aut (v. 634) – plus loin, hic [...] ille (v. 638). Cinq cités jouent chacune un rôle particulier (Aen., 7.629-631) : trois ont droit à une épithète qui les singularise. Au total un élan collectif, mais un foisonnement d’occupations individuelles. Le balancement hi [...] alii reparaît chez Stace (Theb., 7.585-587) ; on ajoutera iam (v. 588). Mais c’est avant tout la variation constante des temps et des constructions qui crée l’impression d’une activité multiple, moins contrôlée et plus fébrile que chez Virgile. Lucain, lui, ne distingue ni n’analyse. Comme à Marseille et à Mytilène, la iuuentus agit d’abord (quasi-équivalent de populi, qui répond à l’Ausonia de Virgile), puis des pluriels : inuadunt, deriguere, uoluunt. Actions et émotions (quies, pauor) sont le lot de tous. On a déjà évoqué le surprenant monologue intérieur des citoyens qui suit : ce qu’il y a de plus intime dans l’homme, Lucain le transfère à la communauté. Le collectif ne laisse plus de place à l’individuel19. Les petits personnages qui s’affairent dans les plans d’ensemble des deux autres poètes se fondent dans le mouvement collectif. Et sans doute la comparaison permet-elle de saisir la cohérence du projet de Lucain.

  • 20 Delarue 2000, 256-287.

22L’épopée, considérée comme le genre le plus élevé, requiert, de même que la tragédie, des héros supérieurs à l’humanité ordinaire. Dans l’épopée antérieure à Lucain, ceux-ci vivent dans un monde régi par les dieux dont la volonté ou les caprices confèrent à l’ensemble de l’action unité et cohérence. Virgile présente ici des hommes du commun. Mais si le ton ne renonce nullement à l’élévation requise, c’est parce que ces simples individus obéissent à un principe unificateur, supérieur, la volonté de Junon (l’Ausonie étant en quelque sorte médiatrice). Chez Stace, le divin est devenu immanent : fremunt associe à la tension que créent les ordres de Jupiter la rumeur encore confuse des premières réactions humaines (de même Luc. 9.217 : fremit interea discordia uulgi). Mars agit à la fois à l’intérieur des cœurs et à l’extérieur, tout entier à ses proies attaché (Theb., 7.580 : tantus […] cecidit deus)20. Lucain, lui, on le sait assez, place les dieux hors champ. L’effet de surhumain est produit ici, dans un premier temps, par l’unanimité d’une communauté, nourrie d’une tradition patriotique séculaire et soulevée spontanément par une grande pensée et de nobles sentiments. C’est à cette condition qu’elle peut susciter l’intérêt du lecteur.

  • 21 Nos praeda furentum, v. 250, assimile l’envahisseur présent et ceux du passé, Sénons, Puniques, Ci (...)

23Les v. 1.244-247 de Lucain n’ont pas de correspondants chez les deux autres poètes. Déjà, le contraste entre l’ardeur des Ariminenses (deripuit, inuadunt) et l’état pitoyable d’armes désormais dérisoires n’est pas dépourvu de pathétique. Mais c’est avant tout la brutale asyndète opposant cette première réaction enthousiaste à ce qui l’annule qui crée une sympathie entre le lecteur, bousculé par cette rupture imprévue, et les citoyens consternés et terrifiés à la vue de César, considéré comme le successeur des envahisseurs gaulois et d’Hannibal21 : effroyable paradoxe, ce sont les armes théoriquement amies qui provoquent l’épouvante. L’intertextualité vient souligner l’effet du monstrum : l’emploi de derigo en position de rejet (v. 246) fait écho à Aen. 3.260 (les Troyens devant les Harpyes ; cf. gelidus, v. 259), 3.308 (Andromaque croit voir en Énée un fantôme) et 7.447 (Turnus devant Allecto ; cf. artus, v. 446). Un siècle après les événements, le lecteur romain ne peut que continuer à partager l’horreur d’une telle situation : ni Virgile ni Stace ne cherchent à susciter une pareille sympathie.

  • 22 Dupont-Roc & Lallot 1980, 263.
  • 23 Cf. l’éloge de Mytilène par Pompée, 8.129-146 : Accipe, numen,/ si quod adhuc mecum est, uotorum e (...)

24Aristote déclare que les caractères des héros doivent être χϱηστά, “de qualité” : “le caractère aura de la qualité, si son choix (προαίρεσις) est de qualité. Et cela est possible pour chaque genre de personne : en effet une femme peut être de qualité, un esclave aussi, même si l’on peut dire que l’une est un être inférieur, l’autre un être tout à fait bas” (Arist., Po., 54a19-22). R. Dupont-Roc et J. Lallot montrent l’importance de la notion de χϱηστόν : “Le propre de cette ‘ qualité’, dont la femme ou l’esclave peuvent être porteurs, c’est qu’elle justifie la pitié du spectateur”22. Or, pour Lucain, il en va de même pour les cités et les foules : de même que les Marseillais, les Mytiléniens ou les soldats qui, en Espagne, fraternisent, les Ariminenses sont des personnages “de qualité”, exemples de la conduite qui devrait être celle de tous les citoyens23.

  • 24 Borgo 1976, 250-256. Contra (sans appui direct sur les textes), Radicke 2004, 154.
  • 25 Stace est plus proche de Tacite, Ripoll 1998, 474-483.
  • 26 Borgo 1976, 250. Cf. l’interprétation marxisante de Berthold 1975. – Il n’est en revanche pas invr (...)
  • 27 Discussion de von Albrecht 1970, 308.

25A. Borgo, comparant Lucain et Tacite, montre bien l’absence chez notre poète du mépris à l’égard des groupes d’hommes du commun qui caractérise la vision aristocratique de l’historien24 : les collectivités ne sont pas seulement chez lui des personnages, mais de véritables héros, capables de susciter les émotions tragiques. Il se situe encore, sur ce plan, dans la tradition de Tite-Live, admirable peintre des foules et des émotions collectives, et de son patriotisme unanimiste25. Ce qui cependant était étranger à l’historien, c’est le refus de nommer des chefs responsables et la présentation de foules qui paraissent trouver en elles-mêmes en tant que telles les ressources pour prendre des décisions. Une telle présentation peut se prêter à une interprétation politique anachronique. A. Borgo n’y échappe pas tout à fait, semble-t-il, quand elle écrit que, chez Lucain, “le peuple se montre mûr et responsable dans ses actions, cohérent dans ses réactions”26. Les soldats qui suivent Laelius sont tout aussi représentatifs d’une iuuentus dévoyée et les héros collectifs sont susceptibles d’opter pour le mal comme pour le bien. Il demeure qu’en l’absence des dieux, ils sont partie prenante dans la grandeur qu’impose le genre épique. Lucain s’implique et implique le lecteur avec une intensité sans précédent chez les poètes conservés dans ces manifestations des foules où triomphe ce que P. Grimal appelle sa “poésie de l’anonyme”27.

Au-dessus du microcosme

  • 28 Conte 1966, 51.

26On tend à oublier, quand on étudie une œuvre antique, que l’auteur entendait que le lecteur commençât sa lecture par le commencement de l’ouvrage, “avant lequel”, comme le dit Aristote, “il n’y a rien”. Une telle lecture montre que ce n’est pas de façon épisodique que se manifestent les personnages collectifs dont on a relevé quelques exemples. Dans son étude désormais classique du prooemium, G. B. Conte caractérise ainsi l’épopée historique romaine : “la gloire du combattant individuel, qui chez Homère (ϰλεά ἀνδϱῶν) est un honneur pour lui-même et pour sa race, devient seulement exemplaire de la haute valeur du populus Romanus et de ses magistrats”28. Divers traits de l’ouverture de l’épopée le soulignent, Lucain va plus loin encore en ce sens.

  • 29 Après Lucain, Valerius suit Apollonios (deum […] natis), Stace associe en une seul syntagme humani (...)
  • 30 Tradition de l’épopée savante : Naevius et Ennius commençaient par l’invocation aux Muses. Chez Si (...)
  • 31 Conte 1966, 48.

27Si on compare les premiers vers avec arma uirumque cano, ce qui a disparu saute aux yeux : uirum. La remarque mérite d’être développée. L’épopée, nous dit-on, évoque “les rois et les héros” (Call., Telch., 3-4), reges et proelia (Verg., Ecl., 6.3) ; y sont contés res gestae regumque ducumque et tristia bella (Hor., AP, 73). Au premier vers de son épopée, Livius Andronicus avant Virgile a repris par uirum l’homérique ἀνδϱά ; le nom d’Achille figure au premier vers de l’Iliade ; le pluriel φῶτων chez Apollonios29. En face de ces individualités, le Bellum Ciuile est l’épopée de la collectivité romaine, populumque potentem (1.2). Le lien avec la tradition30 n’est pourtant nullement rompu, car cette collectivité a un corps, elle est σωματοειδής, pour reprendre le terme du Sublime : in sua uictrici conuersum uiscera dextra (3). La métaphore de Virgile, neu patriae ualidas in uiscera uertite uires (Aen., 6.833), est reprise et poussée jusqu’à la complète personnification d’une victime qui devient en même temps le meurtrier. G. B. Conte analyse et commente cette figure audacissima, soulignant en particulier l’application au collectif du singulier dextra, sur lequel renchérit encore le possessif placé fortement en relief sua31. Le paradoxe provocant que constitue cette figure violente proclame aussitôt le projet de Lucain.

28De fait, nulle part dans le prooemium on ne descend au niveau des acteurs individuels. Le premier vers, restituant toute sa force à l’expression figée bellum ciuile, remet au premier plan les ciues. C’est en modifiant le sens d’acies que Stace reprendra cognatas acies, “des troupes de même sang” (v. 4), pour l’appliquer aux fils d’Œdipe, fraternas acies, “un conflit entre frères” (Theb., 1.1). La seule référence aux chefs et à leur conflit est présentée de façon abstraite par rupto foedere regni : encore importe-t-il de noter que le foedus regni ne concerne pas seulement César et Pompée, mais aussi Crassus. Quant à certatum, le terme paraît se référer à l’ensemble des combattants : on rivalise en commun pour mieux assurer la catastrophe commune, ainsi que le soulignent les polyptotes qui suivent (1.4-7).

  • 32 Conte 1966, 52.
  • 33 En particulier Ahl 1976, 88-89 (et n. 14). Une bonne part de ce que dit Grimal 1970 au sujet de Lu (...)
  • 34 Ainsi, dans la présentation de l’histoire de Rome du Catilina (6-13), deux noms propres d’hommes s (...)

29Ce n’est ensuite que peu à peu que Lucain en vient aux chefs des deux camps. L’apostrophe du v. 8 fait écho au début de l’Épode 7 d’Horace, mais alors que ce dernier s’adresse aux chefs, Lucain interpelle l’ensemble des citoyens : quis furor, o ciues, quae tanta licentia ferri ? Tandis que l’expression populus potens est reprise aux v. 83 et 109 (cf. 159), ce n’est qu’après l’éloge de Néron, sur lequel on ne s’attardera pas ici, et les considérations cosmiques (1.67-82) qu’il est à nouveau question non de César et de Pompée, mais du premier triumvirat. L’apostrophe est adressée cette fois à la cité, considérée collectivement comme responsable : tu causa malorum,/facta tribus dominis communis, Roma (1.84-85). Citons de nouveau G. B. Conte : “c’est contre ceux-ci [= les ciues Romani], protagonistes insensés en même temps victimes indolentes de la catastrophe de cette respublica dont ils auraient dû être les héroïques défenseurs, que le poète lance son invective angoissée”32. Encore après son éclatante synkrisis, avant d’en venir au récit proprement dit, Lucain tient à souligner la responsabilité de tous ceux qui composent la communauté romaine (1.158-182). On a souvent souligné le caractère sallustéen du morceau33 : un trait commun (dans la tradition des Origines de Caton ?) est précisément le refus des noms propres d’hommes34. Bref, la construction même de l’épopée invite à la considérer comme le récit d’une crise fatale, non comme celui de la lutte entre deux homme : la façon dont le troisième, Caton, celui qui porte le jugement juste, n’apparaît que dans une scène du chant 2, avant de venir au premier plan au début de 9 paraît assez le confirmer.

  • 35 Cf. Lapidge 1979 ; Narducci 2004.

30Ce qu’on a voulu avant tout montrer ici, c’est comment Lucain adapte sa technique narrative à une telle conception, en considérant les foules, même en-dehors de Rome et de ses armées, pour elles-mêmes, non en tant que collection d’individus, en privilégiant dans sa présentation le collectif. La présentation collective est l’un des moyens, en l’absence visible des dieux, de s’élever au-dessus des mesquineries du microcosme, de l’anecdotique, pour atteindre à la grandeur épique (sa fonction est par là comparable à celle des développements astronomiques35). Ne méritent d’être distingués dans ces foules que les individus que des épreuves exceptionnelles préservent des vulgarités de la vie commune, lors de la bataille de Marseille ou dans le désert de Libye – et bien entendu ceux qui s’élèvent bien loin au-dessus de l’humanité moyenne jusqu’à un niveau quasi-divin. On n’a certes pas eu tort de s’intéresser avant tout à ce trio fascinant de héros. Mais les héros collectifs du Bellum Ciuile, cités ou fragments d’une Rome déchirée, méritent bien, eux aussi, quelque intérêt.

Notes

1 Leigh 1997, 78.

2 Schmitt 1995, 9.

3 On s’est longtemps interrogé sur le héros du Bellum Ciuile, sans s’aviser que la même question était aussi posée, indépendamment, à propos des trois épopées flaviennes.

4 Johnson 1987, 112, n. 10. Beaucoup plus systématique, Radicke 2004, 154 : Lucain peindrait les masses “nach Massgabe kaiserlicher (stoischer) Massenpsychologie” (formule répétée p. 236 et qui ne paraît pas totalement claire).

5 Est en particulier laissée délibérément de côté la foule urbaine de Rome. Ces morceaux, souvent étudiés, mériteront d’être traités séparément.

6 Le bloc commence à se dissocier (alii […] hi, v. 576-578) juste avant que commence l’énumération des hommes voués à une mort remarquable.

7 On peut ajouter l’accueil de Larissa à Pompée, mais le passage se limite à quelques vers (7.712-716).

8 Ces réflexions collectives sont fréquentes chez Tite-Live, mais toujours au style indirect. A. W. Schmitt croit que ce discours “sort” de la continuité narrative et que Lucain s’adresse ici directement au lecteur (Schmitt 1995, 188 : “aus der Handlung ausgelöst” ; cf. 20-28) : il est, semble-t-il, abusé par sa référence peu justifiée aux chœurs tragiques. La situation est différente, toute possibilité d’action ou de discussion étant exclue, mais le discours exprime la pensée (διάνοια, cf. infra) des habitants comme dans les cas précédents.

9 Piacentini 1963, 40-41 (cf. 51-53).

10 Pour les trois premiers (Mézence, Aventinus, Catillus-Cauras) : 4 vers et demi sur 31. À la fin, Turnus (ipse, 10 vers ; les troupes, 10) ; Camille, 1 vers sur 15. Sur les places initiales et finales, cf., à propos des arguments, Cic., Orat., 50 : de firmissimis alia prima ponet, alia postrema, inculcabitque leuiora.

11 Contra, Masters 1992, 54-55. Les contributions de I. Meunier de P. M. Martin, dans ce volume, soulignent également, de points de vue différents, l’intégration et le dynamisme de ce catalogue.

12 Sur Laelius comme porte-parole, Ahl 1976, 200-201.

13 Orbis a déjà été employé deux fois auparavant avec la même valeur, 1.110 et 285.

14 Le meneur, fût-il Cicéron, est une émanation de la foule, non un individu s’en détachant, tel Thersite ou Drancès.

15 Cf. De Jong 1987. Le morceau est comparable à la description de l’état d’esprit des soldats de Caton en 9.848-880.

16 Voir en particulier Ahl 1976.

17 Sur la présentation de l’armée dans cet épisode, Borgo 1976, 253-255 ; Schmitt 1995, 111.

18 Autres exemples du singulier miles dans le morceau : 5.246 ; 294 ; 320 ; 344 ; 353 ; cf. iuuentus : 5.323 ; 365 ; 373.

19 Foucher 1997, 13 oppose, à propos de l’aristie de Scaeva, individuel et collectif et conclut également au recul de l’individu. Mais les points de vue sont complémentaires : il en montre l’aspect négatif (anonymat des victimes) ; les exemples choisis ici en soulignent l’aspect positif (intégration dans une collectivité agissante).

20 Delarue 2000, 256-287.

21 Nos praeda furentum, v. 250, assimile l’envahisseur présent et ceux du passé, Sénons, Puniques, Cimbres et Teutons (1.254-256).

22 Dupont-Roc & Lallot 1980, 263.

23 Cf. l’éloge de Mytilène par Pompée, 8.129-146 : Accipe, numen,/ si quod adhuc mecum est, uotorum extrema meorum :/da similis Lesbo populos (8.142-144).

24 Borgo 1976, 250-256. Contra (sans appui direct sur les textes), Radicke 2004, 154.

25 Stace est plus proche de Tacite, Ripoll 1998, 474-483.

26 Borgo 1976, 250. Cf. l’interprétation marxisante de Berthold 1975. – Il n’est en revanche pas invraisemblable que V. Hugo, qui a lu et même traduit Lucain, ait été sensible à cet aspect de son talent et que, par son intermédiaire, une influence se soit exercée sur des auteurs “progressistes” (au premier rang desquels É. Zola).

27 Discussion de von Albrecht 1970, 308.

28 Conte 1966, 51.

29 Après Lucain, Valerius suit Apollonios (deum […] natis), Stace associe en une seul syntagme humanité et guerre dans la Thébaïde (fraternas acies : cf. infra), reprend le nom du fils de Pélée dans l’Achilléide (magnanimum Aeaciden).

30 Tradition de l’épopée savante : Naevius et Ennius commençaient par l’invocation aux Muses. Chez Silius Italicus, l’autre représentant conservé de l’épopée historique, Aeneadum est au second vers, en rejet.

31 Conte 1966, 48.

32 Conte 1966, 52.

33 En particulier Ahl 1976, 88-89 (et n. 14). Une bonne part de ce que dit Grimal 1970 au sujet de Lucain pourrait aussi s’appliquer à Salluste.

34 Ainsi, dans la présentation de l’histoire de Rome du Catilina (6-13), deux noms propres d’hommes seulement, ceux d’Énée et de Sylla.

35 Cf. Lapidge 1979 ; Narducci 2004.

Auteur

Université Poitiers

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540