Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lucain en débat

 | 
Olivier Devillers
, 
Sylvie Franchet d’Espèrey

Première partie. Histoire et création littéraire

Le renouvellement du motif épique du catalogue dans le Bellum Civile de Lucain (1.392-522) : dangers et pouvoirs de la fama

Isabelle Meunier

Texte intégral

  • 1 La présentation des héros italiques (Verg., Aen., 8.647-817) suit l’ordre alphabétique ; O’Hara Ja (...)

1Le catalogue de forces armées est un passage obligé de toute épopée. Des évolutions de ce topos ont néanmoins été constatées d’une œuvre à l’autre. On a montré combien Virgile avait su adapter ce motif à son poème en le dotant d’une structure élaborée obéissant à l’influence de la poésie alexandrine1. Stace aussi a réfléchi sur cette figure et semble se féliciter d’avoir dépassé les auteurs de l’Iliade et de l’Énéide, dans le catalogue du livre 10 de la Thébaïde. Mais les travaux des chercheurs ont oublié, en cette matière, la fécondité de Lucain.

2C’est donc sur le renouvellement du motif épique du catalogue chez Lucain que portera cet article ; il s’efforcera de montrer comment ce type de développement est rigoureusement inséré dans le cours de l’épopée et quel rôle, nouveau semble-t-il, il y joue.

3Le passage autour duquel sera centrée cette analyse s’étend du v. 392 au v. 486 du livre 1 et se compose de deux ensembles : on trouve tout d’abord un catalogue des cohortes de César dispersées aux quatre coins de la Gaule et dont il bat le rappel avant de marcher sur la capitale italienne. Puis vient la description de la terreur s’emparant des habitants de Rome au fur et à mesure que la rumeur annonce l’arrivée imminente du général. Or c’est justement autour du thème de la fama que s’articule, on le verra, l’ensemble du texte étudié.

1. Les Romains pris au piège de la rumeur : création et propagation de la fama

  • 2 Williams 1961.

4Le dénombrement des troupes césariennes marque une pause dans le récit ; elle est soulignée par l’emploi du même groupe de mots, Caesar ut, au début des v. 392 et 466, qui encadrent l’inventaire. Mais, comme cela a été développé pour l’Énéide2, cette mise entre parenthèses de la narration n’est possible que dans la mesure où le catalogue est rigoureusement inséré dans le cours de l’épopée. C’est pourquoi il peut être instructif d’examiner, dans un premier temps, le passage que l’on peut lire juste après l’inventaire.

1.1. Refus de l’allégorie symbolique de Fama : Virgile complété

5César a franchi le Rubicon et s’est emparé sans difficulté d’Ariminum :

Caesar, ut inmensae conlecto robore uires
audendi maiora fidem fecere, per omnem
spargitur Italiam uicinaque moeniaconplet.
Vana quo/ qu(e) ad//ue/ros// ac/ cessit/ fama ti/ mores
inru/pitqu(e) ani /mos//popu/ li// cla/ demque fu/ turam
intulit/et//ue/ lox// prope/ rantis/ nuntia/ belli
innume/ rassolu/ it//fal/ s(a)in// prae/ conia linguas (1.466-472).

“Quand, dans le rassemblement de ces forces immenses,
César eut trouvé la hardiesse de pousser plus avant,
Il se répand dans toute l’Italie et occupe les villes fortes voisines.
Mensongère, la rumeur s’ajouta aux craintes légitimes,
Envahit les esprits, insinua en tous l’image de la défaite
Et, rapide messagère d’une guerre imminente,
Délia mille langues pour de fausses nouvelles” (Lacroix & Quintin 1996).

  • 3 Wuilleumier & Le Bonniec 1962, ad loc., 87, pour les références à Virgile et Ovide.
  • 4 Hardie 1986, 274-275.

6De nombreux échos textuels3 évoquent le célèbre passage du livre 4 de l’Énéide. Ph. Hardie a montré de façon fort convaincante que la monstrueuse Fama de Virgile peut être vue, précisément parce qu’elle est elle-même hyperbolique, comme un emblème de l’hyperbole : elle représente la capacité de la parole à dépasser la vérité tout en en émanant4. Or c’est bien cette thématique d’une parole d’autant plus pervertie qu’elle est largement répandue, que Lucain reprend ici. Mais si on retrouve les caractéristiques de la Fama de Virgile, le traitement qu’en propose le poète du Bellum Ciuile n’est pas le même : la personnification n’est qu’ébauchée, comme si Lucain voulait la rappeler et lui rendre un rapide hommage, pour pouvoir ensuite s’en écarter et démontrer ainsi toute la puissance créatrice dont il est capable.

  • 5 Ovide s’était déjà adonné à l’exercice de l’image poétique renouvelée dans ses Métamorphoses (Met. (...)

7Loin de vouloir renchérir sur la monstrueuse créature du poète augustéen5, Lucain choisit donc délibérément un angle d’attaque renouvelé. Il ne fait pas porter son attention sur la personne sur le compte de qui de faux bruits circulent, mais sur les hommes qui propagent la fama. Ce point de vue lui impose une posture poétique différente : il ne cherche pas à construire une nouvelle personnification terrifiante pour accabler, de façon dramatique, une unique victime, mais propose une étude précise du phénomène de la rumeur qui se répand parmi le peuple. Or la première conclusion qui s’impose prend la forme d’une mise en garde du poète : la rumeur peut être plus néfaste à ceux qui la propagent qu’à celui dont il est question. En effet, dans le Bellum Ciuile, les victimes de cette parole pervertie sont ceux qui font courir le bruit de l’arrivée d’un César, déjà triomphant, soutenu par des hordes de barbares, ceux qui voient par avance le désastre qui les attend, et qui subiront effectivement la domination du tyran à qui la rumeur, loin de nuire, comme à la malheureuse Didon, profite grandement.

  • 6 Narducci 2002, 101-106 : exemple du refus des topoi de la prise de ville, dans le passage qui suit (...)

8Avant même d’appréhender, avec Lucain, l’analyse détaillée du phénomène socio-politique qu’est la rumeur, on peut, déjà dans ce court extrait, constater que le poète semble avoir voulu donner une version plus rigoureuse de la personnification virgilienne : il n’a repris, littéralement, que les linguas du monstre ; on retrouve, cependant, les yeux à travers la vision du désastre futur, les oreilles, suggérées par le terme praeconia, la bouche, dès le vers suivant où un homme prend la parole, et les plumes, sans doute dans l’idée de rapidité. Mais il y a alors un élément prépondérant du Bellum Ciuile, qui n’apparaît pourtant qu’après coup chez Virgile : l’animus, le cœur humain, siège de l’imagination, est en effet absent de la personnification de Fama au livre 4. Il n’est mentionné qu’avec le personnage d’Iarbas, amant malheureux de la Carthaginoise, aux oreilles duquel la nouvelle des amours de Didon et Énée parvient, et dont l’animus s’enfle alors de colère. Lucain semble bien, ce n’est pas une habitude isolée6, compléter Virgile, en vue d’une plus grande précision. L’extrait proposé présente, étape qu’avait laissée de côté le poète augustéen, la description du processus intellectuel qui va conduire les hommes à proférer exagérations et mensonges. Les mots soulignés par les coupes des v. 469-472 sont lourds de sens : le premier et le dernier précisent, avec les adjectifs ueros et falsa, les ingrédients qui composent la fama, tandis que les deux autres vers révèlent ses moyens de diffusion, à travers les termes populi et uelox. On ne peut pas ne pas remarquer à quel point ces vers du Bellum Ciuile obéissent à une progression logique qui correspond à la réalité du phénomène : la fama part, en effet, d’une vérité qui stimule l’imagination des êtres humains effrayés, et se transforme en circulant parmi le peuple, avec une rapidité qui va croissant, pour aboutir à un mensonge.

9Il paraît donc possible de lire, ici, une discrète critique de la conception de la fama développée dans l’Énéide. Le texte virgilien est convoqué pour être complété et l’allégorie est refusée.

1.2. L’analyse du processus de la rumeur : une fama terrifiante, malgré son visage humain

10Lucain entre alors dans l’analyse concrète du processus, et montre comment la fama, portée par l’animus, construit le faux à partir du vrai :

estqui tauriferis ubi se Meuania campis
explicat audaces ruere in certamina turmas
adferat, et qua Nar Tiberino inlabitur amni
barbaricas saeui discurrere Caesaris alas ;
ipsum omnes aquilas conlataque signa ferentem
agmine non uno densisque incedere castris.
Nec qualem meminere uident : maiorque ferusque
mentibus occurrit uictoque inmanior hoste.
Hunc inter Rhenum populos Alpemque iacentes
finibus Arctois patriaque a sede reuolsos
pone sequi, iussamque feris a gentibus urbem
Romano spectante rapi. Sic quisque pauendo
dat uires famae, nulloque auctore malorum
quae finxere timent (1.473-486).

  • 7 En gras, modifications et ajouts personnels ; entre crochets, ce qu’il faut supprimer.

Quelqu’un dit que, dans les plaines à troupeaux autour de Mévanie,
Des bataillons se livrent à d’intrépides coups de force,
Et que là où le Nar se jette dans le Tibre,
Déferle la cavalerie étrangère du féroce César,
Qu’en tête de toutes les aigles et enseignes réunies,
Il avance avec plusieurs colonnes et plante partout son camp.
On ne le voit plus comme dans le passé : on l’imagine, plus grand, sauvage,
Encore plus inhumain que l’ennemi qu’il a vaincu.
[On dit que] les peuples vivant entre l’Alpe et le Rhin,
Arrachés de leur pays du nord et des terres de leurs pères,
Le suivent [ou “suivraient”], [que] des barbares ont [ou “auraient”] ordre de piller Rome
Sous les yeux d’un Romain ! Ainsi de ses effrois chacun
Alimente la rumeur et, sans preuve aucune du malheur,
Craint tout ce qu’il imagine”7.

11La fama est, par essence, une parole complexe, multiple et mouvante ; faire entendre les propos qu’elle répand, au style direct, en les plaçant dans la bouche d’un, ou même de plusieurs personnages, constituerait donc un affaiblissement de sa nature. Virgile ne s’y est pas trompé, qui préfère résumer, au style indirect, la teneur des bruits qui courent.

  • 8 Laird 1999, 176.
  • 9 Laird 1999, 167-183, à voir aussi sur le statut particulier du discours indirect libre dans l’Anti (...)

12Or le choix, fait par Lucain, de refuser l’allégorie, pose des difficultés supplémentaires : comment concevoir, en effet, une étude concrète du phénomène, sans jamais autoriser la fama à prendre la parole ? La question est résolue, dans le Bellum Ciuile, par une subtile utilisation des différents types de discours. Un homme seul, annonce d’abord, par un discours indirect, que César et ses troupes sont proches. Puis rapidement, une ébauche de style indirect libre fait son apparition : en effet, si le verbe introducteur explicat n’a pas été répété, il n’est guère loin. Enfin, dans les v. 481-484, un véritable discours indirect libre se met en place : c’est une façon pour le poète, dans la mesure où le verbe introducteur disparaît, de se rapprocher de la parole proférée, comme pour la faire retentir aux oreilles du lecteur. Cette impression est d’autant plus forte que, A. Laird l’a déjà observé, ces vers sont ambigus8 : ils peuvent aussi être compris comme les propos du narrateur, et relèveraient alors du discours direct. Les emplois du discours indirect libre qui ont été analysés chez Virgile (effet de réel, manière de faire parler un groupe et association subtile entre propos du personnage et ceux du narrateur9) sont donc réunis ici pour faire entendre la fama, dans toute la complexe réalité de sa parole.

13Ainsi, au fur et à mesure que l’on avance dans le texte et que la rumeur se répand dans Rome, ce qu’elle dit s’apparente de plus en plus à un discours direct, sans pourtant jamais en devenir pleinement un. Loin de figer la fama dans la bouche d’un seul personnage, Lucain parvient à lui donner la parole, tout en préservant ses particularités : voix changeante et indisciplinée, elle existe presque par elle-même, sans que l’on sache précisément qui, de tous les Romains et du narrateur, participe à sa propagation, nulloque auctore malorum.

14Fama, parole de tous, et de personne, est construite avec beaucoup de justesse, sur des frayeurs qui, traversant les siècles, sont constitutives de l’imaginaire collectif des Romains.

15Lucain se plie scrupuleusement à la rectification qu’il avait apportée à l’allégorie de Virgile ; en effet, les v. 479-480 montrent l’animus à l’œuvre. Ainsi, la figure de César, dans l’esprit des Romains du moins, prend de l’ampleur et se fait plus farouche, conformément au motif du grandissement épique affectant, en général, les héros sur le point de combattre ; mais si Énée est souvent qualifié d’ingens, il s’agit toujours d’une impression née à la vue du Troyen, et non d’une image mentale, comme ici. Lucain semble donc avoir voulu se livrer, derechef, à une discrète mise en cause de l’esthétique classique, qui, en passant sous silence le rôle de l’imagination, brûle les étapes qui lui sont si chères dans ce développement. Rien d’étonnant, dès lors, à ce que ces deux vers constituent la charnière qui fait définitivement basculer le passage dans une terrifiante fantasmagorie forgée par l’esprit humain : quae finxere timent.

  • 10 Cf., dans ce volume, la contribution de P. M. Martin.
  • 11 Brunt 1971, 474-475 ; Goudineau [1990] 2000, 370.
  • 12 Cizek 1982, 296 : il y eut 80 000 morts du côté romain.
  • 13 Le Roux 1998, 328.

16Le poète a clairement montré que la rumeur était un mélange subtil de vérité et d’invention. Mais que considère-t-il, dans les propos de la fama, comme élément mensonger ? La déformation concerne, apparemment, la présence massive de ces tribus barbares à la suite de César. Il est significatif qu’elles “envahissent” le texte, précisément après les deux vers présentant le rôle de l’imagination dans la constitution de la rumeur, alors que jusque là elles étaient restées discrètes, apparaissant seulement dans l’expression barbaricas […] alas : les v. 479-480 fonctionnent donc comme le pivot, fondé sur l’imagination, qui transforme une vérité – César arrive à Rome, accompagné, notamment, d’une cavalerie d’alliés gaulois, qui, conformément à la tradition, vient prendre place dans les ailes – en effrayante exagération : le général approche à la tête d’une horde de barbares constituée de tous les peuples vivant entre les Alpes et le Rhin ; plus redoutable que les Gaulois qu’il a battus, il s’est laissé pervertir par cette victoire et est devenu le pire d’entre eux et donc le plus grand ennemi de l’Vrbs. L’absence, manifeste dans ce passage (v. 481-484), de troupes romaines auprès de César prend ainsi un sens. Mon propos n’est pas de savoir quelle était effectivement la proportion de Gaulois parmi les hommes de l’imperator10 ; je cherche simplement à mettre en lumière l’art de Lucain, dans la peinture qu’il offre de la propagation de la fama : s’appuyant sur une réalité – la présence de Gaulois dans la troupe césarienne – qui avait aussi pris la forme de rumeurs, déformantes il va sans dire, propagées par les adversaires de César11, le poète parvient à décomposer, en restant fidèle à la vérité historique, le phénomène du bruit qui court, sans renoncer néanmoins à une véritable écriture poétique, qui touche profondément son auditoire : en effet, à la fois pleinement historien et pleinement poète, il tente de faire “entendre” la rumeur à son public romain, le plaçant en situation d’éprouver, en quelque sorte, l’angoisse des personnages. La crainte des barbares s’empare d’ailleurs d’autant mieux de l’esprit des auditeurs contemporains que, depuis l’épisode des oies du Capitole, elle est encore vivace, même un siècle après la conquête de la Gaule, dans l’imagination populaire. Sous Tibère, les rébellions des Trévires et des Éduens menés par Julius Florus et Julius Sacrovir, auxquels se rallièrent les Andécaves et les Turons, avaient entretenu, dans une certaine mesure, ce sentiment (Tac., Ann., 3.40-47). La difficile lutte, menée de 60 à 63, par Rome contre la reine bretonne Boudicca joua aussi un rôle12. On comprend dès lors pourquoi la révolte de Vindex, qui en 68 contribue à mettre fin au règne de Néron, fait “renaître des craintes séculaires à l’égard des comportements gaulois”13.

  • 14 Tupet 1981.

17Les grands poètes savent jouer de ces frayeurs communes à tout un peuple : Virgile se serait inspiré des contes que l’on racontait aux enfants pour construire sa personnification de Fama14, Lucain, lui, de ceux que les adultes utilisaient pour manipuler la foule.

18Ainsi, Lucain relève la gageure de proposer la peinture d’une fama beaucoup plus réaliste que celle de ses prédécesseurs, sans atténuer – et peut-être même en faisant croître – la crainte qu’elle provoque dans l’auditoire. Elle est doublement une fama à visage humain : propagée par tout un chacun, personnages et narrateur confondus, elle suscite la terreur, tant au sein de l’œuvre que dans le cœur du public, où elle réactive des peurs ancestrales.

19Or le traitement poétique de la matière historique, tel que l’analyse précédente l’a mis en évidence, atteint les sommets de l’art dans le catalogue des forces de César, pour l’étude duquel ces préliminaires vont se révéler utiles.

2. Le lecteur pris au piège de la rumeur : fama prend la parole

20Contrairement à Virgile, Lucain propose un inventaire aussi long que complexe, dont il est difficile d’avoir une vue d’ensemble. Il se décompose néanmoins en trois temps, rythmés par deux digressions, sur les marées, puis sur les druides et bardes gaulois. Ainsi, le seul élément a priori susceptible de donner une forme d’unité à cet ensemble, relève, non du fond, mais de la forme : à tout moment, le narrateur, omniprésent, affirme sa prise de parole par les divers moyens que la grammaire met à sa disposition, trop nombreux, hélas, pour que nous puissions nous y arrêter.

2.1. Une confusion voulue

21Le catalogue du livre 1 du Bellum Ciuile renouvelle à plus d’un titre le motif de la présentation de troupes :

Caesar, [...]
, sparsas per Gallica rura cohortes
euocat et Romam motis petit undique signis.
Deseruere cauo tentoria fixa Lemanno
castraque quaeVosegi curuam super ardua ripam
pugnaces pictis cohibebant Lingonas armis.
Hi uada liqueruntIsarae, qui, gurgite ductus
per tam/ multa su/ o,// fa/ mae// ma/ ioris in/ amnem
lapsus ad aequoreas nomen non pertulit undas.
Soluuntur flaui longa statione Ruteni (1.394-408).

“César […], de ses cohortes dispersées aux quatre coins des Gaules
[Il] bat le rappel, fait lever partout les enseignes et marche sur Rome.
Les unes ont quitté les tentes plantées sur la rive encaissée du Léman
Et le camp haut perché qui, sur le flanc arrondi des Vosges,
Retenait les belliqueux Lingons aux armes peintes.
Les autres ont laissé les flots de l’Isère qui dévale ses gorges
Si longtemps et va dans un fleuve plus célèbre
Se jeter, sans avoir porté son nom jusqu’à la mer.
Sont enfin libérés de leurs occupants les Ruthènes blonds”.

  • 15 Catul. 64.35-42. Le point vers lequel convergent les invités est justement Pharsale (v. 37).
  • 16 Baier 2001, 59-60.

22Les remarques de Th. Baier sur le dénombrement des hommes de Pompée au livre 3 s’appliquent aussi à cet inventaire : empruntant à Catulle le principe d’un catalogue dynamique15, envisagé sous l’angle du point de départ des troupes, et non en fonction du point où elles se regroupent, Lucain cherche à impliquer les confins du monde dans la guerre civile, pour en mieux montrer la gravité16. Mais cette substitution des lieux aux hommes, si caractéristique de son art, se double, dans le cas des forces de César, d’une série de glissements, lourds de sens. Leur étude est d’autant plus indispensable que l’écriture touffue et volontairement “désorganisée” de Lucain cherche à les dissimuler.

23Le poème présente tout d’abord la liste des régions gauloises libérées du joug césarien ; les troupes romaines ont beau être le sujet des verbes deseruere et liquerunt, elles cèdent vite la place, dans l’esprit du lecteur, aux lieux qu’elles abandonnent, et sur lesquels le texte fait porter l’attention. Ensuite, Lucain passe insensiblement du lieu à la peuplade qui l’habite : ce sont tout d’abord les Lingons, à l’accusatif, puis les Ruthènes, cette fois en position de sujet d’un verbe passif.

24Le poète met ainsi en place les conditions nécessaires à un second glissement, qui, après l’excursus sur les marées, prend de l’ampleur dans la deuxième partie du catalogue :

[…] gaudetque amoto Santonus hoste
et Biturix longisque leues Suessones in armis,
optimus excusso Leucus Remusque lacerto,
optima gens flexis in gyrum Sequana frenis,
et docilis rector monstrati Belga couinni,
[…]
Tu quoque laetatus conuerti proelia, Treuir,
et nunc tonse Ligur, quondam per colla decore
crinibus effusis toti praelate Comatae,
et quibus inmitis placatur sanguine diro
Teutates […] (1.422-426 […] 441-445).

“[…] ; le départ de l’ennemi réjouit Santons,
Bituriges et Suessons souples sous leurs longues armes ;
Les Leuques et les Rèmes experts à darder le javelot,
Les Séquanes experts, eux à faire volter leurs chevaux à la bride,
Les Belges, bons conducteurs du char dont ils ont pris l’ usage.
[…]
Toi aussi, tu es content, Trévire, que les combats changent de lieu,
Et toi, Ligure, aux cheveux courts et qui jadis
Par la chute élégante de tes boucles sur ton cou surpassais toute la Gaule chevelue,
Et vous qui apaisez d’un sang sinistre l’inhumain Teutatès […]”.

25Dès lors, les régions quittées par les Romains sont systématiquement remplacées par les noms des Barbares qui les peuplent. En passant par l’étape intermédiaire d’une liste de lieux, Lucain a réussi le tour de force consistant à transformer le dénombrement des forces césariennes en une énumération de guerriers gaulois ! Certes, le sens de ce catalogue est encore rappelé au début de ce passage puisque Lucain dit au v. 422 que les peuplades gauloises libérées se réjouissent amoto hoste – unique mention, par ailleurs, du soldat romain, dans ces vers. Mais à la faveur de l’énumération qui se prolonge, dépourvue de verbe explicitant le rôle des hommes mentionnés, la confusion s’insinue dans l’esprit du lecteur et peut-être encore plus dans celui de l’auditeur, qui ne peut revenir en arrière. Se soumettant alors à la logique du catalogue épique, qui présente habituellement les forces armées réunies derrière un chef, et conforté dans ses habitudes par la mention des qualités guerrières propres à chaque tribu gauloise – les v. 423-426 décrivent d’ailleurs les différents corps d’une armée, des fantassins aux chars –, le destinataire du texte tombe dans le piège de Lucain : les variations sur les cas, ainsi que la double substitution, discrète et habilement menée, des territoires libérés aux forces armées ayant levé le camp, dans un premier temps, puis du nom des populations à la zone géographique, finissent par donner l’impression au lecteur que non seulement ses soldats suivent César, mais que c’est aussi le cas des tribus barbares.

26On pourrait objecter l’argument suivant : Lucain reprend, au v. 441, le thème de la joie éprouvée par les nations libérées, qui empêcherait donc de les adjoindre aux combattants du triumvir. Certes, mais à y regarder de près, le texte dit seulement que ce grand bonheur vient du fait que la guerre a changé de théâtre : la joie peut alors se comprendre comme le furor du guerrier d’autant plus enclin au ravage qu’il va se porter contre l’ennemi ancestral, l’Italien. La fin du passage évoquant les sacrifices humains que les Gaulois faisaient en l’honneur de leurs dieux renforce cette impression : sur le point d’envahir Rome les barbares, qui semblent dans les rangs de César, s’attirent la faveur de leurs divinités.

27Venons-en à présent au troisième temps du catalogue, très bref (v. 463-465), qui est séparé du reste par la seconde digression :

uos quoque, qui fortes animas belloque peremptas
laudibus in longum uates dimittitis aeuum,
plurima securi fudistis carmina, Bardi.
[…] Certe populi quos despicit Arctos
felices errore suo, quos ille timorum
maximus haut urguet leti metus. Inde ruendi
in ferrum mens prona uiris animaeque capaces
mortis, et ignauum rediturae parcere uitae.
Et uos, crinigeros Belgis arcere Caycos
oppositi, petitis Romam Rhenique feroces
deseritis ripas et apertum gentibus orbem (1.447-449 […] 458-465).

“Vous aussi, chantres, qui par vos louanges, promettez à l’éternité
Les âmes des braves tombés à la guerre ;
Rassurés, vous avez à foison répandu vos poèmes, bardes […].
Heureux les peuples que regarde l’Ourse
Grâce à leur illusion, puisque la crainte suprême,
La peur de la mort, ne les tourmente pas. De là chez ces hommes
Un cœur prompt à courir sur l’épée, une âme capable d’embrasser la mort,
Et la honte de conserver une vie qu’ils retrouveront bientôt.
Vous, soldats, remparts contre les assauts des Chauques à la longue crinière,
Vous gagnez Rome et, quittant les bords sauvages du Rhin,
Vous laissez le monde grand ouvert aux Barbares”.

  • 17 Gagliardi 1989, ad loc., 100.

28Le développement sur les druides et les bardes poursuit le travail amorcé précédemment. À la lecture du texte de César (Caes., Gal., 6.13-14), considéré par D. Gagliardi comme la source de Lucain pour ce passage17, on constate que les vers ont été travaillés pour donner une place prépondérante au sang et à la mort qui n’apparaissaient pas chez le triumvir. Le poète du Bellum Ciuile a donc cherché à effrayer son lecteur. Même si le texte dit bien, dans un premier temps, que les barbares sont désormais securi et ab armis, Lucain, sous prétexte de présenter leurs caractéristiques, développe ensuite le thème du grand courage des guerriers gaulois qui ne craignent pas la mort, felices errore suo – conviction diamétralement opposée à celle des Romains qui éprouvent de ueros timores (v. 469) : ces valeureuses tribus s’apprêtent, semble-t-il, à mettre à l’épreuve leurs qualités de combattants. Comment, dès lors, le lecteur pourrait-il encore se souvenir avec précision que ce ne sont pas là les troupes qui vont suivre César dans la guerre civile ? Les derniers vers du passage, qui constituent le troisième temps du dénombrement des forces armées, portent d’ailleurs la confusion à son comble : le narrateur, sans signaler le moindre changement dans la logique de son catalogue, s’y adresse cette fois, non plus aux peuplades gauloises libérées du joug césarien, mais aux soldats romains qui, eux, accompagnent effectivement la marche sur la capitale du général. Ces hommes n’ont donc pas leur place dans la liste des tribus mentionnées auparavant ; mais terminer ainsi est particulièrement habile de la part de Lucain : le lecteur, dans l’esprit duquel se mêlent les barbares qui ne sont plus désormais soumis à la domination de César et les forces armées s’apprêtant bel et bien à affronter les soldats de Pompée, reste ainsi sur l’impression d’avoir lu le dénombrement des forces de César, constituées en majeure partie de soldats gaulois !

29Tout se passe en fait, dans ce catalogue, comme si le poète insistait d’autant plus sur le goût de ces peuples pour la guerre que leur énergie destructrice, une fois rassemblée en ordre de bataille, est sur le point de se diriger, comme elle l’a souvent fait par le passé, contre Rome – alors que c’est précisément ce que ne dit pas le texte –, se rapprochant ainsi du tyran traître à sa patrie.

2.2. Le narrateur se fait fama

  • 18 Laird 1999, 90-94.

30Énumérer toutes les peuplades libérées de l’occupation romaine revient à citer en creux, si l’on peut dire, les différentes légions qui se mettent à suivre César. Le poète dit explicitement la chose aux v. 402, 422 et 441, comme pour ne pas être accusé d’imprécision ; mais il sait encore mieux faire oublier, notamment par l’insistance sur les qualités guerrières des barbares, la réalité de ce catalogue, que la rappeler. La confusion qu’il installe dans l’esprit du lecteur est tout à fait volontaire : non seulement César arrive bientôt à Rome, mais il est accompagné des peuplades farouches qu’il a vaincues en Gaule. Ainsi la voix du narrateur signalée, dans l’inventaire, par moult apostrophes et marques de l’“oralité” poétique, est une parole mouvante, volontairement confuse, qui s’empare de la vérité pour créer le mensonge : elle n’est, en définitive, pas autre chose que la fama sévissant à Rome dans le passage précédemment étudié et qui, dans l’économie de l’œuvre, suit le catalogue. La rumeur y exprimait la complexité de ses propos à travers les différents types de discours rapportés, afin de s’approcher au plus près de la parole proférée, mais sans jamais basculer dans le discours direct qui aurait constitué un affaiblissement de sa nature. Et Lucain, pleinement conscient de la richesse littéraire que pouvait présenter la voix de la fama, a aussi su éviter cet écueil dans le catalogue : il s’agit d’un discours direct, certes, mais d’un discours direct libre qui, tel que le définit A. Laird, respecte les caractéristiques de la rumeur18. On peut, selon le critique, parler de discours direct libre dès lors que l’artiste retranscrit, à la première personne, l’idée et non la lettre de paroles prononcées. Or le catalogue de Lucain remplit trois des cinq critères qui, pris séparément, suffisent à affirmer qu’on a affaire à un discours direct libre : il est en vers – ce qui le démarque d’emblée des rumeurs qui ont réellement couru –, il retranscrit les propos d’un groupe – tous les Romains qui répandent la fama – et la nature même de cette parole permet d’affirmer qu’il s’agit de propos itératifs. De plus, il n’y a pas de verbe introducteur, qui aurait attribué les propos à un locuteur déterminé et aurait figé les “on-dit” dans la bouche d’un unique, voire de plusieurs personnages. Ainsi le narrateur devient authentiquement la fama, dans le plein respect de la complexité de sa parole.

31Il est d’ailleurs significatif qu’il se distingue, ici, nettement de l’auteur, ou du moins d’une forme de narrateur omniscient qui semble être celui qui gouverne l’ensemble de l’œuvre. La digression sur les marées mérite d’être relue dans cette perspective. En effet, le manque d’intérêt scientifique témoigné, dans cet excursus, par le narrateur ne laisse pas d’étonner : si la voix qui dit “je” se défend absolument de vouloir connaître la cause des marées, il est curieux de constater qu’en 6.479 (texte du narrateur) et en 10.204 (discours d’Acorée, double possible du narrateur ?), le texte est catégorique et affirme que la lune a une grande influence sur le phénomène. N’est-ce pas la preuve que le narrateur qui s’exprime dans le catalogue prête sa voix à la fama et lui donne ainsi le visage d’un inintérêt pour la vérité, qui lui va si bien ?

  • 19 Cf. texte supra. Cf. aussi la répétition du motif du fleuve se jetant dans un autre plus grand aux (...)
  • 20 Prop. 3.3.5-6 […] 15-18 […] 22-24, par ex.

32Outre la teneur, l’organisation des propos du narrateur et le statut de ce dernier, un ultime indice semble confirmer que le catalogue constitue bien l’occasion, pour Lucain, de faire entendre la voix de la rumeur. Au début de l’inventaire, à la faveur d’une notation géographique, on voit apparaître la fama, mise en valeur entre les coupes du v. 40019 ; or ce fleuve qui se jette dans un autre, si grand qu’il va jusqu’à faire disparaître le nom du premier, est peut-être à considérer comme une image de la rumeur qui se répand et se transforme au cours du chemin qu’elle parcourt. C’est pourquoi cette mention de fama est sans doute un indice laissé par Lucain pour orienter la lecture. Mais ce n’est pas tout. Dans la mesure où le fleuve est, dans la littérature latine20 qui l’a empruntée à Callimaque, une image de l’épopée, il va falloir se demander dans quelle mesure Lucain assume le rôle paradoxal de porte-voix d’une parole pervertie, celle de la rumeur.

2.3. Implications poétiques : théorie et pratique de la rumeur

  • 21 Hardie 2002, 13.
  • 22 L’Vrbs est abandonnée alors que César n’est même pas sur place ; sa fama a remporté la victoire, s (...)

33Comme l’a écrit Ph. Hardie, la personnification de Fama chez Virgile est l’image du poète à demi-crédule et à demi-coupable de ses propres pouvoirs comme inventeur d’histoires21. Or le renouvellement du motif du catalogue chez Lucain, qui consiste à faire entendre, au style direct libre, les propos de la rumeur, implique de manière encore plus aigue, une mise en question du rôle de l’écrivain. En effet, la digression qui commence par une apostrophe aux bardes gaulois – sursaut de conscience de l’auteur au sein d’un développement dont le narrateur n’est pas celui qui dit “je” dans le reste du Bellum Ciuile – pose clairement le problème : à travers ces doubles barbares du uates romain – ils sont désignés, au v. 448, par ce terme par ailleurs souvent employé à propos du poète –, Lucain semble s’interroger lui-même : l’artiste est-il fondé à chanter les guerriers les plus violents, leur conférant ainsi, par ses vers, une gloire éternelle, comme le font ses homologues gaulois ? A-t-il, en l’occurrence, le droit de se faire complice de la redoutable fama de César, puissante parole mensongère qui a livré au triumvir, sans même qu’il ait à combattre, la ville de Rome et après elle, le monde entier22 ?

34La réponse est donnée peu après par le texte : Lucain ne s’autorise à être la voix de la fama dans le catalogue que dans la mesure où il la dénonce juste après, dans le passage qui décrit, étape par étape, du vrai au faux, sa dispersion à travers la population romaine. Ainsi Lucain combine utilisation de la puissance mystificatrice de la rumeur pour susciter la crainte, chez ses auditeurs, et analyse détaillée et objective du phénomène. Il mêle, de façon fort originale, “pratique” et “théorie” de la fama, refusant de se faire durablement l’allié de la force qui a ouvert à César les portes de l’Vrbs. L’insertion du catalogue des troupes de César, dressé par la fama elle-même, juste avant la description critique de la propagation des rumeurs, est donc pleinement justifiée.

35Cependant, la réflexion métapoétique soulevée par l’apostrophe aux bardes ne se réduit pas à la dichotomie entre “pratique” et “théorie”. L’effet recherché par Lucain dans la composition de ce catalogue qui donne la parole à la rumeur est, en soi, une dénonciation de la fama : susciter, chez le lecteur, un sentiment de frayeur – en faisant appel à des craintes ancestrales communes à toute la population romaine –, et non l’admiration souvent provoquée par les dénombrements militaires, n’est pas anodin.

  • 23 Perceau 2002, 164-171 sur le “discours en catalogue” des vaisseaux dans l’Iliade (2.484sq.). La po (...)

36Réactivant les caractéristiques de ce que S. Perceau a défini comme “discours en catalogue”, Lucain refuse cependant de s’en servir pour fonder une “rhétorique de l’empathie” telle qu’on peut la voir à l’œuvre chez Homère23. Il s’agit bien, pour le poète du Bellum Ciuile, d’installer une communication particulière entre émetteur et récepteur afin de présenter à ce dernier “les différentes facettes d’une réalité perçue dans sa complexité” – la complexité de la parole de fama en l’occurrence. Mais il cherche à provoquer chez son auditoire une réaction inverse de celle qui est suscitée par Homère : condamnant et César et sa terrifiante alliée la rumeur, il met l’accent sur la responsabilité des Romains qui ont colporté et redouté la fama. Par ce “discours en catalogue” renouvelé, il fonde donc une rhétorique de l’indignation qui n’a d’autre but que de mettre en garde ses contemporains.

37De la pratique à la théorie, fama est proférée et utilisée, puis analysée et dénoncée par Lucain. Il renouvelle, en véritable artiste, le motif de l’inventaire, qui devient, tenu au style direct libre, le “discours en catalogue” d’une rumeur perverse.

Conclusion

  • 24 Batinsky 1992 : Lucain présente, par la substitution des barbares aux troupes romaines, un catalog (...)
  • 25 La fin du chant 7 de l’Énéide en est un exemple. Le chant 8 s’ouvre sur le début de l’affrontement

38Le renouvellement du catalogue est réel à plus d’un titre : ce n’est ni comme forme de grandissement épique24, ni par souci de vraisemblance martiale – au sens où il faut laisser le temps aux troupes de se rassembler avant le début du combat25 – que ce texte a vu le jour. En effet, dans la mesure où il ne s’agit pas d’un catalogue de forces armées à proprement parler, sa fonction dans l’économie de l’œuvre ne peut être que différente ; l’arrivée de César à Rome, accompagné des troupes qu’il a fait venir de Gaule n’aura effectivement lieu qu’au livre 3. En revanche, les ravages provoqués par la fama dans l’Vrbs trouvent tout naturellement leur place après le catalogue dans lequel on entendait la rumeur naître et grandir. Ce dernier est la transposition, dans le fil du récit, du temps dont avait besoin la fama pour se répandre et atteindre la Ville éternelle. Lucain, en renouvelant le motif traditionnel du catalogue de forces armées, nous en dit long sur la fama : elle est une force indispensable, plus puissante que des bataillons de soldats traditionnellement mis en avant dans l’épopée, pour qui veut remporter la guerre.

  • 26 Aussi Fantham 1992, ad loc., 176, sur les raisons de la clémence de César.
  • 27 Wuilleumier & Le Bonniec 1962, 74 : Lucain respecte la version que César avait accréditée (Caes., (...)

39Enfin, une des raisons de l’existence de ce grand passage consacré à la fama est certainement à chercher dans les jugements que l’histoire a pu porter sur les deux généraux. Dans la mesure où Pompée semble bien avoir déclenché les hostilités (1.488-489), il était difficile pour Lucain de faire retomber la faute sur son héros maudit, dont la progression à travers l’Italie avait, en plus, été marquée par une grande clémence (2.512-515)26. Le choix de focaliser son récit sur la progression de la fama permettait, certes, à Lucain de mettre en garde ses lecteurs sur la puissance de ce genre de parole ; mais c’était aussi l’occasion pour lui, par une utilisation particulièrement diabolique d’une parole qu’il condamne néanmoins, de montrer César sous un jour beaucoup plus violent, dans l’esprit des Romains du moins, et conforme à l’image qu’il a dans le reste du Bellum Ciuile, sans pour autant être en contradiction avec l’histoire27. On ne peut que constater le succès total de Lucain : à travers l’épouvantable panique romaine, le lecteur ne peut s’empêcher de voir le sanguinaire César. La plus grande réussite du poète est certainement d’avoir proposé une version assez plausible pour que ses successeurs, qui cherchaient à faire œuvre d’historien, la reprennent. C’est elle, en effet, que suit apparemment Dion Cassius (D. C. 41.8.5-6) : devant l’exagération de son propos qui nous parle d’une armée presque exclusivement composée de Gaulois, on est en droit de se demander s’il n’a pas été fortement influencé par le Bellum Ciuile, qu’il aurait lu comme un livre d’histoire.

Notes

1 La présentation des héros italiques (Verg., Aen., 8.647-817) suit l’ordre alphabétique ; O’Hara James 1989.

2 Williams 1961.

3 Wuilleumier & Le Bonniec 1962, ad loc., 87, pour les références à Virgile et Ovide.

4 Hardie 1986, 274-275.

5 Ovide s’était déjà adonné à l’exercice de l’image poétique renouvelée dans ses Métamorphoses (Met., 12.39-62).

6 Narducci 2002, 101-106 : exemple du refus des topoi de la prise de ville, dans le passage qui suit la propagation de la fama dans Rome. Aux analyses du critique, il faut ajouter une remarque. Lucain refuse d’autant plus les clichés littéraires qu’il ne s’agit pas d’une prise de ville classique : Rome n’est pas envahie par des soldats, mais est anéantie par la fama. Cette redoutable alliée de César provoque même, bien avant le combat, la fuite des habitants.

7 En gras, modifications et ajouts personnels ; entre crochets, ce qu’il faut supprimer.

8 Laird 1999, 176.

9 Laird 1999, 167-183, à voir aussi sur le statut particulier du discours indirect libre dans l’Antiquité, à mi-chemin entre l’expression des pensées des personnages et les hésitations du poète, même si les grammairiens ne le considéraient pas comme un effet de style.

10 Cf., dans ce volume, la contribution de P. M. Martin.

11 Brunt 1971, 474-475 ; Goudineau [1990] 2000, 370.

12 Cizek 1982, 296 : il y eut 80 000 morts du côté romain.

13 Le Roux 1998, 328.

14 Tupet 1981.

15 Catul. 64.35-42. Le point vers lequel convergent les invités est justement Pharsale (v. 37).

16 Baier 2001, 59-60.

17 Gagliardi 1989, ad loc., 100.

18 Laird 1999, 90-94.

19 Cf. texte supra. Cf. aussi la répétition du motif du fleuve se jetant dans un autre plus grand aux v. 433-434.

20 Prop. 3.3.5-6 […] 15-18 […] 22-24, par ex.

21 Hardie 2002, 13.

22 L’Vrbs est abandonnée alors que César n’est même pas sur place ; sa fama a remporté la victoire, seule (1.486-522). Cf. aussi 2.598-600 : les Romains ont été vaincus par la fama Caesaris, avant même d’avoir vu le triumvir.

23 Perceau 2002, 164-171 sur le “discours en catalogue” des vaisseaux dans l’Iliade (2.484sq.). La poésie épique était conçue comme une conversation entre l’aède et son public ; le poète peut donc choisir cette forme particulière de communication qu’est, à côté du dialogue ou du monologue, le catalogue, “à certaines occasions exceptionnelles qui demandent une écoute et une complicité toute particulière de son auditoire” (p. 153).

24 Batinsky 1992 : Lucain présente, par la substitution des barbares aux troupes romaines, un catalogue “in reverse” : condamnation du sanguinaire César, il refuse de satisfaire à sa fonction habituelle qui est de faire l’éloge du chef entourés de nobles soldats.

25 La fin du chant 7 de l’Énéide en est un exemple. Le chant 8 s’ouvre sur le début de l’affrontement.

26 Aussi Fantham 1992, ad loc., 176, sur les raisons de la clémence de César.

27 Wuilleumier & Le Bonniec 1962, 74 : Lucain respecte la version que César avait accréditée (Caes., Ciu., 1.8.1 : reliquas legiones ex hibernis euocat) pour atténuer sa responsabilité dans le déclenchement de la guerre civile.

Auteur

Université Paris IV

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540