Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lucain en débat

 | 
Olivier Devillers
, 
Sylvie Franchet d’Espèrey

Première partie. Histoire et création littéraire

Les sentences chez Lucain

Martin Dinter

Texte intégral

1. Sentences, rhétorique, idéologie

  • 1 Magis oratoribus quam poetis imitandus (Quint., Inst., 10.1.90). Cf. Morford 1967, 85-88. Cf. auss (...)

1Les différentes études sur le Bellum Ciuile de Lucain ont définitivement établi l’appellation “épopée de la rhétorique”. Cette formulation souligne à la fois une certaine virtuosité verbale et un manque de substance, résultat de la pratique de la déclamation. M. P. O. Morford fut le premier à réhabiliter certaines techniques rhétoriques pertinentes chez Lucain et c’est lui qui essaya de le sauver des griffes de ceux qui suivaient le jugement, souvent évoqué, de Quintilien, selon lequel ce poète offre plus de rhétorique que de poésie1.

  • 2 Cf. Russell 2001, ad loc.
  • 3 Cf. Heitland, lxv-lxvii, in : Haskins 1887. Il propose une sélection des sentences de Lucain. Tuck (...)
  • 4 Cf. Hübner 1972 ; 1975 ; Martindale 1976.

2On a souvent oublié que le jugement de Quintilien, issu d’un traité de rhétorique, pourrait être considéré comme un compliment plutôt que comme un reproche et qu’il commence sur une note encore plus positive : “Lucain est ardent, dit-il, passionné et particulièrement remarquable par ses sentences” (Quint., Inst., 10.1.90 : Lucanus ardens et concitatus et sententiis clarissimus)2. En effet, Lucain a complètement assimilé et la forme gnomique et la forme rhétorique des sentences dans son épopée, un point souvent remarqué, mais rarement approfondi3. Cependant, U. Hübner et Ch. Martindale ont défini le paradoxe et l’hyperbole, si fréquents dans l’épopée de Lucain, comme des formes fondamentales de son style rhétorique4. Je voudrais, pour ma part, tenter d’approfondir davantage ce point en analysant ce que signifie véritablement le terme “rhétorique”. Mon propos ne sera pas de parler de la rhétorique de façon générale, mais d’étudier comment la rhétorique fonctionne chez Lucain, lorsqu’on l’examine de très près, dans le détail du texte, et comment elle contribue à créer un univers. Pour ce faire, j’étudierai une technique rhétorique spécifique utilisée par Lucain, celle des sentences, qu’on trouve tout au long de l’épopée sous des formes différentes. Ensuite, j’examinerai la manière dont Lucain, par le recours aux sentences comme véhicules de sa rhétorique, inverse les clichés et crée le discours ; on verra d’ailleurs que ces maximes, souvent perverties, jouent un grand rôle dans l’évocation du cosmos déformé de Lucain. Enfin, il est clair que les sentences de Lucain ont influencé la tradition postérieure de la poésie gnomique et des épigrammes rhétoriques.

  • 5 Braund 1992, xlix note 144 occurrences d’apostrophes. Sur l’impact de cette voix forte sur le lect (...)
  • 6 Keith 2000, 17 : “the poets were studied not only for examples of rhetorical techniques but especi (...)
  • 7 Cf. Keith 2000, 17.
  • 8 Cf. l’étude de Sanford 1934 et infra.

3Les lecteurs du Bellum Ciuile font l’expérience d’une épopée où la voix de l’auteur claironne plus fort que dans toute épopée précédente5. La présence de Lucain est incessante, puisqu’il s’inscrit lui-même dans son épopée, dans le but avoué de “s’immortaliser”. En effet, dans les écoles de rhétorique à Rome à l’époque impériale, “on étudiait les poètes pour y trouver non seulement des exemples de techniques de rhétorique, mais surtout des exemples d’épigrammes (sentences)”6. Les “épigrammes” tirées des épopées fonctionnaient comme un “capital culturel” que citait avidement le lecteur studieux7. L’épopée de Lucain apparaît ainsi comme une véritable mine d’or de sentences. Cette caractéristique assure à Lucain l’immortalité, mais une immortalité en fragments, car la facilité de citation autorise la réutilisation des sentences dans de nouveaux textes8. Ainsi, au moment où Lucain a pris le calame, sa volonté d’acquérir renom et immortalité par le biais des sentences était déjà un fait acquis.

  • 9 Sinclair 1995, 35 : “is not whether it is true in any absolute sense, but whether it is convincing (...)
  • 10 Cf. Sinclair 1995, 6 et chap. 3 pour un débat sur les rythmes nomothétiques dans les sentences et (...)

4On voit ainsi combien les auteurs ou les orateurs prenaient soin d’acquérir un renom par un tel moyen. Les sentences, en effet, étaient perçues comme le sommet de leur art rhétorique, contribuant à leur survie littéraire et susceptibles d’être citées ou incorporées dans de nouveaux textes. Dès lors, la bonne question à poser à propos d’une sentence n’est pas celle de savoir “si elle dit la vérité au sens propre, mais plutôt si elle est convaincante dans son contexte particulier”9. On peut dire en effet que les sentences aident à fournir une base éthique plausible pour la démonstration des positions de l’auteur et qu’elles obligent le lecteur à envisager les événements dans une optique très particulière et souvent partisane10. Les sentences traduisent donc l’ethos spécifique de l’auteur. Par la représentation des valeurs et des croyances communes, elles aident à construire l’univers du texte pour le lecteur. Par conséquent, elles mettent celui qui les crée dans une position d’autorité, évitant finement quelque justification ultérieure que ce soit. Bref, l’utilisation des sentences économise le débat et fait accepter subrepticement au lecteur les prémisses du texte.

5C’est dans cet esprit que Lucain recourt aux sentences, afin d’éclairer les principaux enjeux du Bellum Ciuile. Il donne du sens aux sentences non seulement dans le contexte immédiat, mais aussi en créant une chaîne d’idées inscrite dans une longue série. Lorsqu’on regarde le texte de près, on remarque combien les sentences peuvent prendre des formes variées et changeantes. En outre, à l’époque de Lucain, le mot “sentence” était un terme technique, employé de façon générale, à la fois pour la poésie gnomique et pour la rhétorique. L’œuvre de Lucain en offre une grande variété correspondant à ces deux tendances, depuis les sentences gnomiques et proverbiales dont le contenu est plutôt général, jusqu’aux véritables feux d’artifices de la rhétorique.

  • 11 Morales 2004, 96-151.
  • 12 Bennington 1985, 9 : “[s]ententious formulations imply a value-judgement grounded in social norms  (...)
  • 13 Morales 2004, 108 : “What are the values and norms in the society of the novel and thus what sort (...)
  • 14 Bennington 1985, 62 : “Sententiousness becomes no longer so much a ‘type of sentence’ as a force i (...)

6H. Morales a examiné les sentences dans un autre texte de grande envergure, le roman d’Achille Tatius Leucippé et Clitophon11. Elle suit l’opinion de G. Bennington selon laquelle “les formulations sentencieuses impliquent une évaluation fondée sur des normes sociales ; elles transmettent un héritage culturel et sont par nature conservatrices”12. H. Morales pose cependant la question suivante : “Quelles sont les valeurs et les normes de la société du roman et donc quel degré de crédibilité peut-on attribuer à Achille Tatius ?”13. Cette approche se révèle très judicieuse quand elle est appliquée à l’observation des phrases et des descriptions généralisantes d’un texte. Or, et ceci sera d’une importance particulière pour mon étude, G. Bennington va plus loin dans cette approche, en déclarant que “la qualité du discours sentencieux provient plutôt d’une force dans les textes que d’un genre de phrase […]. Cette force n’est pas une entité irrationnelle ou métaphysique que l’on suppose être au travail dans les textes, mais une force de loi. Si les formes manifestes du discours sentencieux imposent la loi, celles qui sont plus dissimulées […] tirent leur force d’une loi imposée ou exploitent cette loi subrepticement”14.

  • 15 Cf. Bennington 1985, 62 : “the text ‘in’which sententiousness in found becomes dispersed in an int (...)

7Ce qui unit le roman français du xviiie siècle étudié par G. Bennington, le roman Leucippé et Clitophon et l’épopée de Lucain, et qui les rend comparables sur le plan du discours sentencieux, c’est la dimension narrative. Les trois auteurs créent et révèlent leur univers personnel à travers un système de valeurs perceptible dans la narration15. Or, en ne regardant que les sentences de ces œuvres, on enlève la dimension narrative et on garde seulement l’idéologie. L’exposition par Lucain d’une histoire de César et Pompée se trouve alors réduite à l’idéologie, elle révèle tout simplement l’ethos du poète, et par conséquent c’est l’essence du texte que nous avons devant les yeux.

  • 16 Bennington 1985, 85 : “The maxim tends to supplant the fable, to stand in for it once the fiction (...)

8Nous sommes ainsi incités à nous demander ce que le Bellum Ciuile transmettait au lecteur néronien. Car Lucain a laissé ouverte la question des différentes interprétations, favorable ou défavorable à Néron : les lecteurs tiraient-ils de leur lecture des enseignements concernant l’époque de Sylla, ou celle de César et Pompée, ou la leur ? Jusqu’à quel point estimaient-ils la libertas ? En lisant les sentences de Lucain, on envisage précisément ces questions, on interprète le message de Lucain pour ses contemporains, en même temps que l’on se demande ce que cette épopée signifierait aujourd’hui. La lecture “moralisante” que je propose, négligeant le narratif au profit des sentences, réduit l’épopée de Lucain quasiment à une fable qui illustre une morale, une sentence, un epimythion – ou plutôt plusieurs. Je dirais que la fable est supplantée par la sentence : “La maxime a tendance à supplanter la fable, à la remplacer une fois que la fiction disparaît”16.

  • 17 Martindale 1993, 48 : “Traditional distinctions between oratory, history and epic poetry”.
  • 18 La critique des premiers discours de Cicéron dans le Dialogue des Orateurs de Tacite (Dial., 22.3) (...)
  • 19 Giancotti 1967, 318-338 propose plusieurs hypothèses pour déterminer l’origine de ce recueil datan (...)
  • 20 Cf. Benz 2001. Notons que Sénèque lui-même cite une des sentences de Publilius Syrus dans Ep., 94. (...)

9Il s’agit maintenant de montrer comment Lucain réussit à construire un discours rhétorique orienté, à créer un système idéologique étayé par des sentences. L’effondrement des “distinctions traditionnelles entre l’éloquence, l’histoire et l’épopée” dans le Bellum Ciuile facilite l’approche originale de Lucain qui donne du poids aux sentences dans son épopée17. Dans ce qui suit, je proposerai donc une lecture de Lucain à travers ce que j’appelle son discours sentencieux, c’est-à-dire son usage des sentences considéré comme un système, comme un langage propre à exprimer une idéologie. Les sentences jouent un rôle au-delà de la fonction strictement formelle ou structurelle, apportant une contribution importante à la signification et à l’unité du Bellum Ciuile. Elles se lisent comme un filet qui enserre les différents segments de l’épopée, ornant le texte en soulignant certains arguments éthiques et en éclairant son univers. Les sentences permettent aussi à Lucain de dépasser le contenu narratif de son poème, en découpant dans son texte des éléments isolables, que pourrait facilement s’approprier un écrivain à la recherche d’une formulation percutante. Dans une culture où il allait de soi qu’un texte pût être cité, où le public parcourait avidement les textes, à la recherche de sentences qu’il ajouterait à sa propre collection, il se peut que Lucain ait même anticipé une adaptation de son épopée, à l’image des mimes recyclés de Publilius Syrus18. Ce contemporain de César doit en effet son renom et son immortalité exclusivement à un recueil de sentences tirées de ses pièces19. Étudiées sous la forme d’un livre scolaire dans l’Antiquité et louées par Sénèque le Philosophe et Aulu-Gelle, elles étaient toujours en vogue au xixe siècle en tant que paroles édifiantes20.

  • 21 Desbordes 1979, 75. Rieks 1978, 367 identifie certains thèmes récurrents dans les ouvrages de Publ (...)
  • 22 Bonner 1966, 264-267.

10Fr. Desbordes tente de restituer les sentences de Publilius dans le contexte d’une pièce et le rôle important qu’elles auraient joué dans les mimes de l’auteur : “si les sentences ont pu figurer dans des mimes à titre de commentaires sérieux ou malicieux de l’action théâtrale, si de plus, à l’occasion, elles ont pu jouer sur la situation particulière de l’énonciation, cela semble lié au fait que la sentence marque une sorte de rupture dans le discours où elle apparaît et qu’elle fait passer du particulier au général”21. C’est exactement la méthode adoptée par Lucain afin d’éclairer les principaux enjeux du Bellum Ciuile. Il donne du sens aux sentences non seulement dans leur contexte narratif immédiat, mais aussi en les replaçant dans une chaîne d’idées qui font partie d’une longue série. St. Bonner a déjà mis en évidence le vocabulaire et les thèmes récurrents dans les sentences de Lucain, mais son étude ne revêt pas un caractère systématique22.

11Voici maintenant quelques sentences sélectionnées selon un critère thématique. Leur analyse visera à mettre en évidence les différentes nuances qui existent entre des formulations parallèles et des quasi-synonymes. L’objectif ultime sera de faire apparaître les valeurs et les concepts sous-jacents qui définissent l’univers de l’épopée de Lucain.

2. Étude particulière d’un thème majeur à travers les sentences : fvga (la fuite)

12Dans son épode 16 sur la guerre civile, Horace n’essaye pas tant de trouver un remède contre la guerre civile que de chercher une échappatoire à celle-ci. Le poème entier résonne donc du thème de la fuite ; Horace souhaite que les Romains se dirigent vers les Îles Fortunées et l’épode s’achève sur l’image d’une “heureuse fuite” (secunda fuga) : Arua beata/ petamus arua, diuites et insulas (Hor., Epod., 16.41-42 : “Gagnons les campagnes, les riches campagnes, les Îles Fortunées”) ; Aere dehinc ferro durauit saecula ; quorum/ piis secunda uate me datur fuga (Epod., 16.65-66 : “Avec le bronze, puis avec le fer il fit les âges durs, d’où s’offre aux hommes pieux l’heureuse évasion dont je suis le chantre inspiré”). Pour illustrer cette fuite heureuse, Horace prend l’exemple des Phocéens. Ce sont eux qui, ayant choisi l’exil et vogué vers l’ouest, ont fondé Marseille, une cité dont Lucain a peint la défaite sanglante infligée par les troupes de César : Nulla sit hac potior sententia, Phocaeorum/ uelut profugit exsecrata ciuitas/ agros atque Lares patrios habitandaque fana/ apris reliquit et rapacibus lupis (Epod., 16.17-20 : “La décision à toutes préférable, c’est de faire comme la cité phocéenne dont les membres, après s’être liés par des exécrations, s’exilèrent de leurs champs et de leurs Lares paternels et laissèrent leurs temples pour habitations aux sangliers et aux loups rapaces” ; cf. Luc., 3.298-762). Ainsi, après avoir pris le chemin de l’exil – présenté comme une évasion avec un dénouement heureux –, ils finiront par être replongés dans une nouvelle histoire de guerre civile.

  • 23 Austin 1971 ad loc. déclare : “Profugus is regularly used of Aeneas and the Trojan migration”, ce (...)
  • 24 Lucain intègre aussi de tels contes étiologiques. En plus du récit de Marseille, il nous dit que B (...)

13La tradition de l’épopée elle-même fournit plusieurs exemples de “fugitifs de guerre”. Le proème de l’Énéide présente clairement Énée comme fato profugus (“exilé par le sort”, Verg., Aen., 1.2)23. Et l’on s’enfuira… vers la fondation de Rome. La fuite déclenche une nouvelle histoire, ce qui correspond à une forme récurrente de l’expérience humaine : à la fuite succédera une sorte de reconstruction de la communauté24. En revanche, le “voyage épique” écrit par Lucain renverse le projet d’Énée : on ne s’enfuit pas vers la fondation de Rome, mais bien plutôt de la fondation de Rome. Dans un monde de guerre civile, Lucain retourne la logique de la fuite, dans une sorte de subversion. Et, à la différence de l’Énéide, il n’y aura cette fois aucune possibilité de s’évader. La fuite, dont la logique est totalement renversée, se transforme alors en obstacle constant, tandis que l’attention du lecteur se trouve constamment sollicitée par les sentences.

  • 25 Il est donc logique que poète inscrive le motif de la fuite dans les cieux mêmes : nubes […] nimbo (...)

14La toute première sentence nourrie par ce discours illustre donc la direction dans laquelle s’oriente l’épopée : non pas vers Rome, de façon constructive, mais en partant de Rome, de façon destructive, aussi bien physiquement qu’idéologiquement : Sic urbe relicta/ in bellum fugitur (1.503-504 : “De même, laissant Rome, on fuit vers la guerre”). Lucain se plaît à attirer l’attention du lecteur sur cette inversion de la direction, qui est en fin de compte une subversion25. Car ceux qui s’enfuient loin de la guerre civile sont respectés : Ciuis, qui fugerit, esto (7.319 : “Soit citoyen quiconque aura fui”), alors que ceux qui remportent la victoire sont mis en fuite : Victore fugato (7.824 : “Ils ont chassé leur vainqueur”). En outre, ce qu’un général appelle la fuite, un autre le perçoit comme une victoire : Heu demens, non te fugiunt, me cuncta secuntur (2.575 : “insensé ! On ne te fuit pas, tout me suit”).

15Mais ce n’est pas la seule chose qui donne au lecteur matière à réflexion. Lucain a recours à une présentation esthétiquement subversive des morts au champ d’honneur. L’idée d’une mort honorable au combat se trouve annulée par celle de la fuite, dans la mesure où les fuyards massacrés sont présentés par Lucain comme des combattants héroïques : Excipiant recto fugientes pectore ferrum (4.166 : “Qu’ils reçoivent, ces fuyards, le fer droit dans la poitrine”). De plus, le fil traditionnel de la narration, le “qui fuit qui”, est souvent emmêlé et court même le risque d’être coupé. On a ainsi une succession de paradoxes :

16ce ne sont pas les vivants qui fuient la mort, mais les morts : Fugere cadauera lectum (6.532 : “Des cadavres ont fui leur couche”) ;

17tous les soldats de Pompée fuient un seul homme : Solum totae fugerent te, Scaeua, cateruae (6.246 : “Tous ses bataillons ont fui ta seule personne, Scaeva”) ;

18la guerre fuit César : Bellum te ciuile fugit (5.316 : “La guerre civile te fuit”).

19En outre, ceux qui sont présentés comme des déserteurs ne sont pas ceux qu’on aurait perçus comme tels, comme par exemple Cornélie : Fida comes Magni uadit duce sola relicto/ Pompeiumque fugit (5.804-805 : “La fidèle compagne de Magnus s’en va seule, abandonnant le chef, et fuit Pompée”).

  • 26 Cf. Ignauum scelus est tantum fuga (9.283 : “Il n’y a de lâche forfait que dans la fuite”).

20Le livre 9, en particulier, se distingue par plusieurs passages où une tentative est faite pour mettre un terme à la fuite loin du champ de bataille de Pharsale. Dans ces passages, les sentences se répondent et développent les mêmes idées tout au long de la séquence. Dès la toute première page du livre, la marche à travers le désert est interprétée comme une aristeia qui permet aux soldats fugitifs de regagner l’honneur perdu. Ils ont ainsi l’apparence d’une flotte victorieuse : Quis ratibus tantis fugientia crederet ire agmina ? Quis pelagus uictas artasse carinas ? (9.34-35 : “Qui croirait qu’une pareille flotte transporte des bataillons en fuite ? Que la mer est trop étroite pour des vaisseaux vaincus ?”). Plus loin, Caton, en haranguant les troupes, souligne que ce qui les attend est plus qu’une simple fuite26. En effet, le désert libyen se révèle être le lieu d’une vraie tribulation, d’une série d’épreuves bien plus traumatiques que la bataille de Pharsale : Sola potest Libye turba praestare malorum/ ut deceat fugisse uiros (9.405-406 : “Seule la Libye peut montrer, par la foule de ses maux, comment il convient que fuient des hommes !”). Dès lors, les soldats de Caton souhaitent être de nouveau en Thessalie ; ils brûlent du désir d’être suivis dans la fuite par les troupes de César, pour que ces derniers puissent aussi subir les mêmes rigueurs que celles qu’ils sont en train d’éprouver : Reddite, di, clamant miseris quae fugimus arma,/ reddite Thessaliam (9.848-849 : “Ils crient : rendez-nous, ô dieux, les combats que nous avons fuis, rendez à des malheureux la Thessalie”) ; Solacia fati/ haec petimus : ueniant hostes, Caesarque sequatur/ qua fugimus (9.879-881 : “Pour toute consolation dans nos malheurs nous demandons une chose : que les ennemis viennent et que César nous poursuive par où nous fuyons”). On peut aussi interpréter ces épreuves comme une punition infligée pour la fuite, si l’on se réfère à ce qui est dit à propos de Pompée : Poena fugae Ptolemaeus erat (9.1087 : “Le châtiment réservé à ma fuite, c’était Ptolémée”). Le désert libyen constituerait le châtiment infligé au soldat, de la même façon que Ptolémée est le châtiment de Pompée.

21Finalement, l’épopée se termine là où la fuite s’achève. Mais il y n’a désormais aucune échappatoire à la guerre civile : Via nulla salutis,/ non fuga, non uirtus ; uix spes quoque mortis honestae (10.538-539 : “Aucune voie de salut, ni dans la fuite, ni dans la valeur, à peine même l’espoir d’une mort honorable”).

22Au terme de ce court aperçu des sentences de Lucain sur le thème de la fuite, nous sommes amenés à les intégrer à une réflexion qui prend en compte d’autres thèmes-clefs de l’épopée et à les interpréter dans ce cadre. Les sentences de Lucain, loin d’être de la simple dentelle rhétorique, établissent la loi, en gravant comme dans la pierre l’éthique de la guerre civile.

  • 27 Sur ce passage, cf. contribution de G. Flamerie de Lachapelle dans ce volume.

23La force de ces traits ne peut être mieux illustrée que par le groupe de sentences que l’on trouve au début du discours de Pothin, au livre 827. Si le poète se complaît alors dans la rhétorique, il a aussi pour objectif de mettre en lumière les valeurs – ou plutôt les anti-valeurs – qui gouvernent l’Égypte. Les vers qui suivent illustrent le dessein de Lucain d’établir la loi par ses sentences :

248.484 : Ius et fas multos faciunt, Ptolemaee, nocentes (“Le droit et la justice, ô Ptolémée, font souvent des coupables”) ;

258.485-486 : Dat poenas laudata fides, cum sustinet, inquit,/ quos fortuna premit (“La fidélité tant vantée s’attire un châtiment, quand elle s’attache à ceux que la fortune accable”) ;

268.486-487 : Fatis accede deisque,/ et cole felices, miseros fuge (“Prends le parti des destins et des dieux, honore les heureux : les misérables, fuis-les”) ;

278.487-488 : Sidera terra/ ut distant et flamma mari, sic utile recto (“Autant il y a de distance entre les astres et la terre, entre le feu et l’eau de la mer, autant il y en a entre l’utile et le juste”) ;

288.489-490 : Sceptrorum uis tota perit, si pendere iusta/ incipit (“Le sceptre perd toute sa force, s’il se met à tout peser au poids de l’équité”) ;

298.490 : Euertitque arces respectus honesti (“Le respect de l’honnête renverse les citadelles”) ;

308.490-491 : Libertas scelerum est quae regna inuisa tuetur/ sublatusque modus gladiis (“C’est la liberté du crime qui soutient une autorité haïe, c’est l’usage illimité de l ´ épée”) ;

318.491-492 : Facere omnia saeue/ non inpune licet, nisi cum facis (“Le droit d’agir cruellement ne s’exerce impunément que lorsqu’on l’exerce”) ;

328.492-493 : Exeat aula/ qui uolt esse pius (“Hors du trône, celui qui veut être juste !”) ;

338.493-494 : Virtus et summa potestas/ non coeunt (“Vertu et puissance souveraine ne vont pas ensemble”) ;

348.494-495 : Semper metuet quem saeua pudebunt (“La peur ne quittera pas celui que la cruauté fait rougir”).

Notes

1 Magis oratoribus quam poetis imitandus (Quint., Inst., 10.1.90). Cf. Morford 1967, 85-88. Cf. aussi De Nadaï 2000 qui étudie la rhétorique chez Lucain, mais qui prône une approche “révisionniste”.

2 Cf. Russell 2001, ad loc.

3 Cf. Heitland, lxv-lxvii, in : Haskins 1887. Il propose une sélection des sentences de Lucain. Tucker 1967, appendix 8, en fournit un catalogue plus substantiel.

4 Cf. Hübner 1972 ; 1975 ; Martindale 1976.

5 Braund 1992, xlix note 144 occurrences d’apostrophes. Sur l’impact de cette voix forte sur le lecteur, cf Bartsch 1997, 94-98 ; aussi Burck 1958, 140 : “In keinem der (römischen) Epen erfolgt die Deutung des historischen Geschehens so drängend unmittelbar, gelegentlich sogar so aufdringlich durch den Dichter wie in der Pharsalia”.

6 Keith 2000, 17 : “the poets were studied not only for examples of rhetorical techniques but especially for examples of epigrams (sententiae)”. En outre, le début d’une formation classique de rhétorique était marqué par des exercices, “in which the students worked up an anecdote climaxing in a pithy saying, elaborated a proverb or apophthegm, and composed a fable and a simple narrative”, Fantham 2004, 87. Sur la survie poétique de vers isolés de Virgile, souvent fragmentés, dans des patchworks poétiques, les centones ou centons cf. McGill 2005.

7 Cf. Keith 2000, 17.

8 Cf. l’étude de Sanford 1934 et infra.

9 Sinclair 1995, 35 : “is not whether it is true in any absolute sense, but whether it is convincing in its own particular context”.

10 Cf. Sinclair 1995, 6 et chap. 3 pour un débat sur les rythmes nomothétiques dans les sentences et le rôle d’historien nomothétique joué par Tacite.

11 Morales 2004, 96-151.

12 Bennington 1985, 9 : “[s]ententious formulations imply a value-judgement grounded in social norms ; they transmit a cultural heritage and are inherently conservative”.

13 Morales 2004, 108 : “What are the values and norms in the society of the novel and thus what sort of plausibility is relevant to Achilles Tatius ?”.

14 Bennington 1985, 62 : “Sententiousness becomes no longer so much a ‘type of sentence’ as a force in texts […]. This force is not some irrational or metaphysical entity assumed to be at work in texts, but a force of law. If the ‘overt’ forms of sententiousness lay down the law, the more concealed types […] draw their force from a law laid down, or exploit that law surreptitiously”.

15 Cf. Bennington 1985, 62 : “the text ‘in’which sententiousness in found becomes dispersed in an intertext of which sententiousness is a significant trace’ whilst ‘sententiousness ‘itself’ is dispersed throughout narratives”.

16 Bennington 1985, 85 : “The maxim tends to supplant the fable, to stand in for it once the fiction has gone”.

17 Martindale 1993, 48 : “Traditional distinctions between oratory, history and epic poetry”.

18 La critique des premiers discours de Cicéron dans le Dialogue des Orateurs de Tacite (Dial., 22.3) soutient cette idée : Nihil excerpere, nihil referre possis, et velut in rudi aedificio, firmus sane paries et duraturus, sed non satis expolitus et splendens (“Rien à extraire, rien à retenir, et, comme dans un édifice grossier, le mur est solide et durable, mais insuffisamment poli et brillant”).

19 Giancotti 1967, 318-338 propose plusieurs hypothèses pour déterminer l’origine de ce recueil datant du Ier siècle p. C. : un texte pédagogique de rhétorique, un gradus grammatical, ou encore une introduction à l’éthique et à la philosophie.

20 Cf. Benz 2001. Notons que Sénèque lui-même cite une des sentences de Publilius Syrus dans Ep., 94.43. Knecht 1986, 53-55 souligne que l’usage fréquent du calembour dans les sentences (ainsi que dans les proverbes) les avait déjà rendus utilisables en tant que textes pédagogiques pour les “débutants” en latin de l’Antiquité.

21 Desbordes 1979, 75. Rieks 1978, 367 identifie certains thèmes récurrents dans les ouvrages de Publilius tels que la vie et la mort, les caprices de la fortune, la justice et l’injustice, la sagesse et la stupidité, la liberté et l’esclavage. Il relie ces derniers thèmes à la biographie de Publilius, passé de l’esclavage à la liberté. Fantham & Duff 1996, 1276, remarquent cependant : “One would not expect a common ethical standard among maxims spoken by different characters in a mime. Some contradict others, as proverbs often do. […] many advocate selfish pragmatism […]”. Mais l’épopée offre bien entendu à Lucain un champ plus large que celui du mime pratiqué par Publilius.

22 Bonner 1966, 264-267.

23 Austin 1971 ad loc. déclare : “Profugus is regularly used of Aeneas and the Trojan migration”, ce qu’il démontre à travers un grand nombre d’exemples.

24 Lucain intègre aussi de tels contes étiologiques. En plus du récit de Marseille, il nous dit que Brindes a été fondée par des colons Dictéens, ayant fui la Crète (cf. 2.610-612). On rencontre aussi des Celtes, descendants d’une ancienne race gauloise, qui aurait fusionné avec des Ibères (4.9sq.).

25 Il est donc logique que poète inscrive le motif de la fuite dans les cieux mêmes : nubes […] nimbos rapuere fuga (4.68-70 : “les nuages entraînèrent les nimbus dans une course dévorante”). La fuite renverse aussi les normes : ainsi les tombeaux sont remplis de fugitifs (2.152 : busta repleta fuga) et les victimes sacrificielles s’enfuient des autels : admotus superis discussa fugit ab ara/ taurus et Emathios praeceps se iecit in agros,/ nullaque funestis inuenta est uictima sacris (7.165-167 : “Le taureau apprêté pour les dieux célestes s’enfuit de l’autel renversé, se jeta tête baissée dans les champs émathiens, et il ne se trouva aucune victime pour ces funestes sacrifices”).

26 Cf. Ignauum scelus est tantum fuga (9.283 : “Il n’y a de lâche forfait que dans la fuite”).

27 Sur ce passage, cf. contribution de G. Flamerie de Lachapelle dans ce volume.

Auteur

King’s College London

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540