Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lucain en débat

 | 
Olivier Devillers
, 
Sylvie Franchet d’Espèrey

Première partie. Histoire et création littéraire

L’insertion de quelques descriptiones locorum dans la narration chez lucain : le jeu avec la tradition épique

Jean-Pierre Aygon

Texte intégral

  • 1 Pour une mise au point sur ce topos, cf. Aygon 2008, 373sq.
  • 2 Servius l’a clairement identifiée dans son commentaire ad Aen., 10.653 : descriptio per parecbasin (...)
  • 3 Nous utiliserons cette expression parce que le terme parecbasis est trop général (équivalent d’exc (...)
  • 4 Ou aphodos, pour Barchiesi (ibid.), qui se réfère à ce terme cité par Quint., Inst., 9.3.87, car p (...)
  • 5 Enn., Ann., 1.21 Skutsch (Macr. 6.1.11) : Est locus Hesperiam quem mortales perhibebant, “il est u (...)
  • 6 Le récit reprend avec un anaphorique (6.413-414 : hac ubi damnata fatis tellure locarunt,/ castra (...)
  • 7 L’ouverture de la descriptio de la salle du banquet, dans le palais de Cléopâtre, en semble proche (...)

1La délimitation d’une ecphrasis topou par des frontières nettes est un procédé qui connaît peu de transformations depuis Homère et conserve dans la poésie latine une couleur épique marquée. C’est un topos bien connu qui comporte trois stylèmes1 : – la parecbasis2 ou “rupture narrative”3 ; – la “borne liminaire”, signalée avec netteté par une expression particulière (en latin, du type : Est locus, Est + nom de lieu ; Erat…, Fuit…, Vrbs est, etc…) ; – le retour à la narration4 marqué par un terme anaphorique. Or, dans le Bellum Ciuile, on ne trouve aucun exemple, à l’ouverture d’une descriptio, de la formule Est locus…, qui remonte à Ennius5. De plus, de nombreuses variantes forgées par Virgile ou Ovide ne s’y rencontrent pas. Ce type de délimitation solennelle n’est pas utilisé au livre 6 pour la célèbre et ample description de la Thessalie (333-413)6, ni aux v. 642sq., alors qu’il s’agit d’un lieu bien décrit en douze vers, et important, puisque la longue scène de nécromancie va s’y dérouler. On relève toutefois, sur un ensemble d’environ trente descriptiones locorum, quelques occurrences où le poète emploie – ou semble employer – cette forme d’insertion codifiée7, et ce sont ces cas particuliers que nous avons retenus comme objets de notre étude : comment faut-il les interpréter ?

1. Vrbs est… (Brindes, 2.610-627) : signification d’une exception apparente

  • 8 Et non Vrbs et…, coquille de l’édition CUF de 1997 (que nous a signalée J. Soubiran), intervenue d (...)

Vrbs est8 Dictaeis olim possessa colonis,
quos Creta profugos uexere per aequora puppes
Cecropiae uictum mentitis Theseauelis.
Hinc latus angustum iam se cogentis in artum
Hesperiae tenuem producit in aequora linguam,
Hadriacas flexis claudit quae cornibusundas.
Nec tamen hoc artis inmissum faucibus aequor
portus erat, si non uiolentos insula Coros
exciperet saxis lassasque refunderetundas.
Hinc illinc montes scopulosae rupis aperto
opposuit natura mari flatusque remouit,
ut tremulo starent contentae funecarinae.
Hinc late patet omne fretum, seu uela ferantur
in portus, Corcyra, tuos, seu laeua petatur
Illyris Ionias uergens Epidamnos inundas.
Huc fuga nautarum, cum totas Hadria uires
mouit et in nubes abiere Ceraunia cumque
spumoso Calaber perfunditur aequore Sason.
Ergo, ubi nulla fides rebus post terga relictis
nec licet ad duros Martem conuertere Hiberos, […]

2Le début Vrbs est… semble parfaitement correspondre à la tournure classique que nous avons rappelée. Mais en fait, ce n’est que très partiellement que Lucain suit ce modèle conventionnel. En effet, le nom de la ville décrite – Brundisium – est donné avant la descriptio (v. 609), au lieu d’être précisé dans le développement descriptif lui-même. En outre, le repli de Pompée à Brindes est mentionné explicitement dans les deux vers précédents (2.607-609 : sic uiribus impar/ tradidit Hesperiam profugusque per Apula rura/ Brundisii tutas concessit Magnus in arces) : il ne s’agit donc absolument pas, pour reprendre les termes de Servius, d’une descriptio per parecbasin facta, et “ajoutée par avance à un développement” (ante dictis adiungitur), puisqu’elle est au contraire reliée à ce qui se trouve en amont : il n’y a pas de rupture narrative.

  • 9 La traduction de Bourgery [1926] 19765 rend (volontairement ?) cette inadaptation de la formule Vr (...)

3En cela, la formule abrupte en tête du v. 610 doit surprendre un lecteur familier de l’usage virgilien de ce tour9. Normalement, le schéma aurait dû être le suivant : – Vrbs est… ; – descriptio, avec le nom de la ville, son histoire, des éléments de caractérisation ; – “C’est là que… (Huc…) Pompée vint se réfugier…” (contenu sémantique des v. 607-609). D’ailleurs, la reprise de la narration n’est pas marquée par un terme anaphorique renvoyant au lieu décrit, mais par un connecteur logique (Ergo, v. 627), qui fait le lien à la fois avec la narration qui précède la descriptio (Pompée dans sa fuite se réfugie à Brindes et va quitter l’Italie), et le dernier élément de cette descriptio (Brindes est un port qui permet d’aller sur l’autre rive de l’Adriatique).

  • 10 Cf. Thompson 1983-1984, 208-209.

4On peut donc se demander pourquoi Lucain a voulu utiliser la iunctura Vrbs est… dans un contexte où elle ne s’imposait pas, et d’une manière qui crée une distorsion par rapport à l’emploi habituel de cette tournure, distorsion qui attire l’attention du lecteur sur cette expression un peu incongrue, et ce d’autant plus que, en règle générale, le poète évite de l’employer. Or le v. 610 rappelle le v. 12 du chant 1 de l’Énéide, au début de la descriptio rapide de Carthage10 : Vrbs antiqua fuit (Tyrii tenuere coloni)/ Karthago [...]. Le rapprochement devait être évident pour un lecteur familier de l’Énéide : mêmes termes en tête et en fin de vers : Vrbs […] coloni(s) ; même contenu sémantique, concernant les fondateurs de la cité : tenuere/ est […] possessa ; origine de ces fondateurs : Tyrii/ Dictaeis ; époque ancienne : antiqua/ olim. Par le début Vrbs est… Lucain souligne fortement l’écho virgilien.

  • 11 Radicke 2004, 222, relève cet écho virgilien, et propose une interprétation qui va dans le même se (...)
  • 12 P. M. Martin nous a confirmé ce fait lors du colloque et a précisé que, s’il y avait bien un îlot, (...)
  • 13 C’est une reprise d’Homère (Od., 13.93sq., retour d’Ulysse dans sa patrie) : “Il est un port au pa (...)

5Un second rapprochement vient renforcer ce rappel de l’Énéide : le port naturel où Énée a abordé, sur la côte d’Afrique, après avoir subi une violente tempête, rappelle par certains de ses caractères le port de Brindes. Dans les deux cas en effet, une île protectrice ferme l’entrée, ce qui est rendu avec des termes identiques, portus et insula, dans le même vers : Verg., Aen., 1.159-161 : Est in secessu longo locus : insula portum/ efficit obiectu laterum, quibus omnis ab alto/ frangitur inque sinus scindit sese unda reductos ; Luc. 2.616-618 : Nec tamen hoc artis inmissum faucibus aequor/ portus erat, si non uiolentos insula Coros/ exciperet saxis11. L’idée est la même : c’est grâce à l’île qu’il y a un port. C’est d’autant plus frappant qu’en réalité aucune île ne protège l’entrée du chenal conduisant au port de Brindes, bien connu des Romains12. En outre, l’accent est mis sur une autre similitude entre ces sites naturels, l’existence de deux montagnes escarpées et élevées qui protègent des vents et des flots de la mer : Verg., Aen., 1.162-164 : Hinc atque hinc uastae rupes geminique minantur/ in caelum scopuli, quorum sub uertice late aequora tuta silent ; Luc., 2.619-620 : Hinc illinc montes scopulosae rupis aperto/ opposuit natura mari flatusque remouit…/13.

  • 14 Thompson 1983-1984, 208sq., suggère qu’il y a bien mise en rapport de Pompée avec Énée dans ce pas (...)
  • 15 Radicke 2004, 223, observe à juste titre que chez Lucain l’atmosphère est bien différente, plus so (...)
  • 16 Il est admis que le Bellum Ciuile est, dans une certaine mesure, une anti-Énéide, cf. Soubiran 199 (...)
  • 17 Il y a peut-être aussi un écho avec l’arrivée de Dédale à Cumes (dans le même mouvement que celui (...)
  • 18 Cf. Narducci 2002, 111-116 ; Moretti 1985 ; Berno 2004. Pour Leigh 1997, 149, la comparaison avec (...)

6Ainsi, la descriptio de Lucain fusionne les éléments appartenant à deux lieux décrits dans l’Énéide : la ville de Carthage (Aen., 1.12sq.) et le port naturel où Énée a débarqué (Aen., 1.159-169). Si le poète veut que le lecteur de sa descriptio de Brindes établisse un rapport entre l’arrivée d’Énée en Afrique et le départ de Pompée d’Italie, il doit “artificiellement” associer dans sa description de Brindes (qui est à la fois un port naturel et une cité au passé historique) des traits empruntés d’une part au lieu où Énée a débarqué en Afrique avec ses vaisseaux et d’autre part à la cité qui l’a accueilli, Carthage14. Le lecteur est ainsi conduit à établir un lien entre le voyage effectué par le héros troyen et le mouvement de Pompée dans sa fuite : ce sont des déplacements exactement opposés, et ces deux lieux symboliques jouent un rôle décisif dans leur destin. En effet, Énée voyageait de l’Orient vers l’Occident, de la mer vers la terre, trouvant protection et salut auprès de Didon, allant d’une ville en ruines vers une nouvelle cité ; à l’inverse, Pompée va d’Occident en Orient, de la terre vers la mer, se dirigeant vers sa mort, son départ coïncidant avec l’abandon d’une ville dont la ruine se profile15. D’une certaine manière, Pompée est un anti-Énée16, car en partant vers la Grèce il remonte le cours du temps17 et il ira jusqu’à devenir le double du roi Priam, une fois assassiné en Égypte et sa tête détachée de son corps abandonné sur le rivage18.

  • 19 Cf. Casamento 2005.
  • 20 Cf. les analyses de Wiener 2006, 176sq., à comparer avec celles de Schiesaro 2003 ; 2003a. Ainsi, (...)

7Le “clin d’œil” Vrbs est… est donc une sorte de “trompe l’œil” : il ne s’agit pas du tout pour Lucain de reprendre à son compte le schéma rituel de l’ecphrasis topou avec ses trois stylèmes – il le détourne et le transforme au moment même où il paraît le reprendre –, mais de renvoyer à l’un des emplois virgiliens pour donner à cet écho une signification précise, en soulignant que le temps de cette épopée historique, paradoxalement, mais conformément aux conceptions stoïciennes, n’est pas linéaire, mais répétitif19 ou circulaire20.

2. Lvcvs erat… (3.399-425) : le bois de Marseille

Lucus erat longo numquam uiolatus ab aeuo

8[…] (suivent 26 vers de description)

Hanc iubet inmisso siluam procumbere ferro ;

  • 21 Cf. Hunink 1992, ad loc. ; Aygon 2008, 380-382.

9Ici, Lucain respecte en tout point le schéma rituel des bornes de la descriptio loci et lui donne une longueur significative, peu ordinaire dans son épopée pour la description d’un lieu d’ampleur limitée (27 v.) : – le bois, son nom ou sa situation, ne sont pas mentionnés avant la descriptio, et le lieu n’est pas rattaché à la narratio avant d’être décrit, il y a donc une véritable rupture narrative ; – Lucus erat… est une iunctura dactylique et un incipit fréquents dans la poésie latine21 ; – la transition avec la narration suit le modèle classique : terme anaphorique et immédiate insertion dans l’action entreprise avec énergie par César : Hanc iubet inmisso siluam procumbere ferro (3.426).

10Trois interprétations ont été proposées pour ce texte célèbre, que l’on peut résumer ainsi :

  • Lucain met en valeur l’impiété extraordinaire de César, qui détruit avec cynisme et brutalité tout un univers ancien de croyances religieuses, c’est un “mythic, cosmic monster, well in accord with ancient epic tradition”22 ;
  • Le poète exprime indirectement sa condamnation de formes dépassées de superstition, de fausse religion, et admet un point d’accord avec César, qui est un personnage complexe, pas un complet “villain” : c’est la thèse défendue par M. Leigh23 ;
  • La description du bois possède une valeur métapoétique : Lucain y affiche son aemulatio avec les auteurs qui l’ont précédé, façon pour le poète de s’insérer dans la tradition épique. Tel est le point de vue de J. Masters24.
  • 25 Cf. infra, notre point 4, où il est montré que l’insertion de la descriptio du jardin des Hespérid (...)
  • 26 C’est d’autant plus remarquable que, dans la tradition épique, le topos de la coupe d’arbres est d (...)
  • 27 Cf. Aygon 2008, 375.
  • 28 Mais les bois sacrés faisaient généralement l’objet d’un grand respect à Rome (comme en Grèce), cf (...)
  • 29 Cf. Armisen-Marchetti 1990, dans son analyse de la Lettre 41, p. 93 : “Sénèque […] étend à la prés (...)

11Pour notre part, nous relevons d’abord que c’est la seule occurrence, dans tout le Bellum Ciuile25, d’une descriptio loci respectant scrupuleusement, par ses caractères stylistiques, le modèle traditionnel d’Homère à Sénèque26. Nous avons observé par ailleurs que ces bornes rituelles conféraient au lieu ainsi présenté un caractère immuable, quasi sacré27. Toutefois, ce type de sacré lié à la superstition est totalement contestable pour le stoïcien qu’est Lucain28 ; il est par exemple très différent du sentiment religieux que Sénèque déclare ressentir dans un lucus29.

  • 30 Cf. Leigh 1999, 172, n. 15. Dans la liste des descriptiones (trop) souvent développées hors de pro (...)
  • 31 Cf. notamment la forêt qui obscurcit l’entrée de la caverne par où Érichto communique avec le mond (...)

12Par ailleurs, cette forme de description d’un bois sacré constitue un topos poétique particulièrement prisé, dont les poètes n’ont pas manqué d’abuser, si l’on en croit notamment Horace et Juvénal30. Or c’est la seule descriptio développée d’un lucus dans le Bellum Ciuile, si l’on excepte celles du bois de Jupiter Hammon (lumineux et non obscur) et du jardin des Hespérides (proche d’un locus amoenus), sur lesquelles nous reviendrons pour y chercher une confirmation de notre thèse. Les occasions ne manquaient pas31, mais après cette description longue et détaillée, il n’y en aura plus aucune autre qui s’apparente à ce type.

  • 32 Pour une intéressante analyse des côtés “pompéien” et “césarien” en Lucain, cf. Masters 1992, 9-10 (...)

13Nous proposons donc l’hypothèse suivante, qui concilie l’analyse de M. Leigh et une interprétation métapoétique : en utilisant uniquement pour ce bois sacré sinistre l’insertion codifiée traditionnelle, Lucain pourrait avoir voulu signaler qu’il congédiait définitivement, comme une forme dépassée, ce trait de l’épopée “non historique”, dans un geste ironique qui rapproche son attitude de celle de César32. Lucain répudierait donc à la fois ce merveilleux conventionnel et sa mise en œuvre rituelle. En cela, le Bellum Ciuile appartient bien à un type nouveau d’épopée, “historico-philosophique”, comme va le montrer a contrario l’analyse de deux autres descriptiones de forêts sacrées dans le poème : celle qui entoure le temple de Jupiter-Hammon, qui apparaîtra comme l’antithèse absolue du topos développé dans la description du lucus de Marseille, et celle de la silua aux pommes d’or, qui est explicitement située dans le monde révolu de la légende, présentée et acceptée comme jeu poétique.

3. Un contrepoint révélateur (9.522-530) : le bois sacré qui entoure le temple de Jupiter Hammon

Ventum erat ad templum Libycis quod gentibus unum
inculti Garamantes habent. Stat sortiger illic
Iuppiter, ut memorant, sed non aut fulmina uibrans
aut similis nostro, sed tortis cornibus Hammon.
Non illic Libycae posuerunt ditia gentes
templa, nec Eois splendent donaria gemmis :
quamuis Aethiopum populis Arabumque beatis
gentibus atque Indis unus sit Iuppiter Hammon,
pauper adhuc deus est, nullis uiolata per aeuum
diuitiis delubra tenens, morumque priorum
numen Romano templum defendit abauro.
Esse locis superos testatur silua per omnem
sola uirens Libyen. Nam quidquid puluere sicco
separat ardentem tepida Berenicida Lepti
ignorat frondes : solus nemus abstulit Hammon.
Siluarum fons causa loco, qui putria terrae
alligat et domitas unda conectitharenas.
Hic quoque nil obstat Phoebo, cum cardine summo
stat librata dies ; truncum uix protegit arbor,
tam breuis in medium radiis conpelliturumbra.
Deprensum est hunc esse locum qua circulus alti
solstitii medium signorum percutit orbem.

  • 33 On pourrait aussi considérer que l’ensemble de la description commence au v. 511 : Ventum erat
  • 34 Le repère géographique, sans descriptio, sert ainsi souvent à marquer le début d’une nouvelle séqu (...)
  • 35 Comme si le poète voulait souligner qu’il renversait les règles habituelles.

14La descriptio du bois lui-même (en 9 v. : 522-530) contraste fortement avec celle de la forêt de Marseille33, car, d’abord, les trois stylèmes traditionnels manquent : – pas de rupture narrative (le lien entre le récit et le lieu est formulé dès le début, au v. 511, Ventum erat ad templum […]34) ; – pas de borne liminaire (la uariatio Esse locis…, v. 522, paraît trop éloignée des formules habituelles) ; – l’anaphorique hunc […] locum, v. 531, sert à introduire une explication, au sein même du développement descriptif, et non la reprise de la narration, qui est marquée exceptionnellement, bien plus loin, par une formule asyndétique (proche de certains débuts classiques d’excursus descriptifs), avec le verbe stare en tête de vers : Stabant ante fores […] au v. 54435.

  • 36 Lucus a une connotation souvent positive chez Virgile, mais surtout négative chez Sénèque (cf. Ayg (...)
  • 37 À la différence d’autres textes, qui insistent sur la luxuriance de la végétation, cf. Diod. 17.50 (...)
  • 38 Toujours mentionnée dans les autres textes évoquant l’oasis d’Hammon. Soubiran 1998 ad loc. relève (...)

15En outre le mot lucus, étrangement, n’est pas employé36 et les dieux occupent une place moindre dans la descriptio même (superos, v. 522 ; Hammon, v. 525 ; Phoebo pour désigner le soleil, v. 528). Le poète ne donne aucune précision sur la nature des arbres qui composent la forêt37, avec un seul adjectif pour caractériser la silua, par sa couleur, dans cette sèche ecphrasis : uirens, v. 523. On ne trouve aucune trace de merveilleux ; la bizarrerie célèbre de la source du Soleil, froide le jour, brûlante la nuit38, est curieusement passée sous silence. L’existence d’une forêt, uniquement en ce lieu, dans un immense désert (sola, v. 523 ; solus, v. 525), est expliquée rationnellement par la source (Siluarum fons causa, v. 526a), avec un développement “scientifique” très précis sur la nature du sol (v. 526b-527).

  • 39 Les autres descriptiones du bois d’Hammon insistent sur l’ombre épaisse du lieu, qu’il s’agisse de (...)
  • 40 C’est d’ailleurs sur ce motif de la tam breuis […] umbra que se clôt la descriptio du bois au v. 5 (...)

16Un seul élément pittoresque est mentionné : l’étroitesse de l’ombre, due à la position du soleil dans le ciel à midi et à la nature du palmier ; c’est tout le contraire de l’ombre épaisse habituelle du lucus39 ; cet aspect est à la fois surprenant et symboliquement capital : s’opposant à l’obscurité des luci traditionnels, cette lumière doit correspondre à une religion compatible avec la raison. C’est sans doute aussi pour mettre en valeur ce seul paradoxe d’un bois lumineux, quasiment sans ombre, que le poète n’a pas mentionné le célèbre phénomène de la température variable de l’eau de la source40, qui n’avait pas à ses yeux de signification particulière.

  • 41 L’originalité de Lucain dans cette descriptio est soulignée à juste titre par Seewald 2002, 22-23 (...)
  • 42 Sur la dimension allégorique du livre 9, cf. notamment Viarre 1982 ; Leigh 2000.
  • 43 Cf. Seewald 2002, 22-23 et ad loc. ; Tommasi Moreschini 2005, 153-54, note bien que “Lucan refers (...)
  • 44 Son refus de consulter cet oracle n’en sera que plus éclatant.
  • 45 Le contraste est rehaussé par les points communs : cultes non romains, cultes anciens, cultes frus (...)
  • 46 Guillemin 1952, 277 a aussi fort pertinemment noté que ce passage n’avait rien de commun avec l’év (...)
  • 47 Cf. supra.

17Lucain laisse donc de côté, dans ce passage, aussi bien les éléments du topos poétique du lucus que ceux liés à l’oasis d’Hammon. C’est une descripio minimaliste et originale41, avec une importante dimension symbolique42. L’atmosphère limpide et pure de ce bois se distingue de celle qui se dégage des luci obscurs où l’on éprouve la crainte des dieux : il s’agit d’un sentiment religieux bien différent, suscité par la seule nature, dont les curiosités sont expliquées rationnellement par l’existence d’une source et la situation géographique, en rapport avec tout le cosmos. C’est un sacré totalement compatible avec une vision du monde stoïcienne43, celle de Caton (qui précisément va se rendre en ce lieu44) ou de Lucain, fournissant, nous semble-t-il, un contrepoint significatif au bois de Marseille45, avec un style descriptif très différent, en rupture avec la tradition épique, aussi bien pour le mode d’insertion de la descriptio que pour les motifs développés46. Cet écho en forme d’antithèse puissante corrobore à la fois l’interprétation de M. Leigh concernant l’abattage du bois de Marseille (la critique de superstitions obscurantistes47) et sa possible valeur métapoétique (l’abandon d’un procédé traditionnel de l’épopée).

4. Fvit avrea silva… (9.360-364) : le jardin des Hespérides, topos mythologique

[…] Fuit aurea silua
diuitiisque graues et fuluo germine rami
uirgineusque chorus, nitidi custodia luci,
et numquam somno damnatus lumina serpens
robora conplexus rutilo curuatametallo.
Abstulit arboribus pretium nemorique laborem
Alcides, passusque inopes sine pondere ramos
rettulit Argolico fulgentia pomatyranno.
His igitur depulsa locis eiectaque classis […].

  • 48 En outre, la construction grammaticale a été discutée, cf. la correction proposée par Housman 1927 (...)

18Cette autre descriptio d’un bois sacré dans le Bellum Ciuile, malgré l’emploi de la tournure Fuit […] silua (v. 360), ne respecte pas le schéma habituel de l’ecphrasis topou épique. D’abord, il n’y a pas de rupture par rapport au récit, mais insertion dans le continuum narratif : la majeure partie des vaisseaux de Caton ont échappé aux dangers des Syrtes et arrivent aux abords du lac Triton (v. 345-347) : pars ratium maior […]/ torpentem Tritonos adit inlaesa paludem. Suivent quelques éléments légendaires concernant ce lieu (Hanc, ut fama, deus […], v. 348-354) : c’est une triple digression mythologique. La descriptio du Jardin des Hespérides est placée dans cette digression, à la suite du fleuve Léthon, autre lieu proche du lac Triton (9.355-358 : Quam iuxta Lethon tacitus praelabitur amnis,/ infernis, ut fama, trahens obliuia uenis,/ atque, insopiti quondam tutela draconis,/ Hesperidum pauper spoliatis frondibus hortus). De plus, le nom du lieu décrit (Hesperidum […] hortus) précède la descriptio, contrairement au schéma classique. Quant à la reprise de la narration, elle se fait d’abord abruptement au v. 365 (Abstulit…), puis par le groupe nominal His igitur locis, au v. 368, qui ne désigne pas ce seul endroit précis, mais toute la région évoquée48.

  • 49 L’interprétation de ce commentaire est problématique. Soubiran 1998 ad loc., se demande si le ton (...)
  • 50 Sur cette valeur de fuit… chez Virgile et Ovide, dans la borne liminaire d’une descriptio loci, cf (...)
  • 51 Pour De Nadaï, 2000 54sq., ce serait un écho au locus amoenus traité par Hor., Epod., 16.41-50, ma (...)

19Par ailleurs, une intervention du poète-narrateur (359-360)49 précède l’excursus mythologique et la descriptio du lieu, comme pour bien signaler encore la nature merveilleuse du bois et de la légende, prendre ses distances avec elle, et demander l’indulgence pour la fantaisie du poète (uates ici), qui va sacrifier à un rituel de l’épopée classique (plus explicitement que par les deux ut fama qui précèdent aux v. 348 et 356) : Inuidus, annoso qui famam derogat aeuo,/ qui uates ad uera uocat. Fuit aurea silua […] La connotation du Fuit […] silua correspond bien au contexte de légende merveilleuse, car le parfait accentue la distance entre le présent et une époque révolue50 ; l’élément dominant est la couleur dorée et éclatante de ce passé mythique, avec cinq adjectifs pour évoquer l’éclat fauve de ce tableau, véritable “chromo” de l’âge d’or disparu : aurea, fuluo, nitidi, rutilo, fulgentia51.

  • 52 Cf. Leigh 2000, 108 : “the sense that Cato is following in Hercules’foot step is underlined by his (...)
  • 53 Cf. Wick 2004 ad 348-367.

20Le passage consiste finalement moins en une description de ce bois extraordinaire qu’en l’histoire de son dépouillement, et il souligne par contraste, presque avec humour, l’aspect du jardin, tel qu’il apparaît dans le monde “réel”, historico-géographique, à l’époque de Caton (d’une manière circulaire : pauper spoliatis frondibus hortus, v. 358 ; inopes […] ramos, v. 366), privé de sa richesse ancienne et étincelante, tellement différent depuis le passage d’Hercule52. Peut-être le poète joue-t-il avec l’image de l’âge d’or perdu, symbolisé par un pseudo locus amoenus figé dans une lumière dorée et irréelle. Deux images sont juxtaposées, celle du bois dans sa splendeur passée et celle de son état après le vol des pommes d’or53 : le temps du merveilleux de l’épopée traditionnelle n’est plus d’actualité...

Conclusion

  • 54 Cf. l’étude féconde d’Esposito 2004 (la négation comme “cifra stilistica privilegiata” du Bellum C (...)
  • 55 Cette différence aurait été plus manifeste encore si nous avions analysé – ce qui était impossible (...)
  • 56 De même, l’usage exceptionnel, à une seule reprise dans l’ensemble du Bellum Ciuile, d’un stylème (...)

21Cette étude stylistique montre que Lucain attache beaucoup d’importance à certains détails formels, dont l’interprétation permet de mieux caractériser et de mieux comprendre son œuvre54. D’abord, on voit comment, en renonçant le plus souvent à faire appel au topos canonique de la descriptio loci, le poète se démarque délibérément de l’esthétique virgilienne et d’un modèle dominant jusqu’à lui : on peut parler de “rupture”55. Et, lorsqu’il utilise “à contre-emploi” le stylème Vrbs est (2.610-627), c’est pour rendre plus évident un écho à l’Énéide56, par lequel il met l’accent sur le rapport d’inversion qui oppose les destins d’Énée et de Pompée. Il semblerait ensuite qu’en ayant réservé précisément au bois de Marseille (3.399-425) le seul emploi de la formule rituelle complète, avec ses trois stylèmes, Lucain ait voulu souligner que, comme César abattant cette forêt en faisant fi des anciennes superstitions, il rejetait cette forme, jugée désuète, de l’ancienne épopée. Quant au locus amoenus du jardin des Hespérides (9.360-364), il est clairement situé dans un monde révolu. Enfin, la descriptio du bois sacré de Jupiter Hammon (9.522-530), composée dans un style descriptif très différent de celui de la tradition épique – aussi bien pour le mode d’insertion de l’ecphrasis que pour les motifs développés –, répond antithétiquement au locus horridus du lucus de Marseille, sans constituer pour autant un locus amoenus, mais en proposant la vision d’un lieu symbolique en accord avec une forme de religiosité proche de la pensée stoïcienne, convenant parfaitement au personnage de Caton.

Notes

1 Pour une mise au point sur ce topos, cf. Aygon 2008, 373sq.

2 Servius l’a clairement identifiée dans son commentaire ad Aen., 10.653 : descriptio per parecbasin facta, non enim a superioribus pendet, sed ante dictis adiungitur, “la description, insérée sous la forme d’une digression, n’est pas reliée à ce qui précède, mais est ajoutée par avance à un développement”.

3 Nous utiliserons cette expression parce que le terme parecbasis est trop général (équivalent d’excursus ou de “digression”). Il y a en effet une rupture dans le fil logique de la narration par l’adjonction d’un élément d’une autre nature sans connexion avec ce qui précède immédiatement, le lien étant fait après la descriptio. Barchiesi 1987, 66, a forgé l’expression “salto asindetico”.

4 Ou aphodos, pour Barchiesi (ibid.), qui se réfère à ce terme cité par Quint., Inst., 9.3.87, car parfois utilisé en prose pour désigner des formules du type sed redeo ad propositum.

5 Enn., Ann., 1.21 Skutsch (Macr. 6.1.11) : Est locus Hesperiam quem mortales perhibebant, “il est un pays que les mortels appelaient Hespérie”.

6 Le récit reprend avec un anaphorique (6.413-414 : hac ubi damnata fatis tellure locarunt,/ castra duces), mais on ne trouve pas de formule liminaire au v. 333 : Thessaliam, qua parte diem brumalibus horis/ attollit Titan, rupes Ossaea coercet.

7 L’ouverture de la descriptio de la salle du banquet, dans le palais de Cléopâtre, en semble proche (Ipse locus templi [...] instar erat, 10.111-112), mais le verbe erat n’y est qu’une simple copule. Tout au plus peut-on relever un jeu avec ce topos dans une question, au moment où Pompée va être assassiné (8.545-546), dans une apostrophe aux dieux : Vllusne in cladibus istis/ est locus Aegypto, Phariusque admittitur ensis ?, “Est-il dans ce désastre un rôle pour l’Égypte, l’épée de Pharos y est-elle admise ?” (trad. Soubiran 1998).

8 Et non Vrbs et…, coquille de l’édition CUF de 1997 (que nous a signalée J. Soubiran), intervenue dans la correction de la graphie erronée de Urbs… dans les éditions antérieures.

9 La traduction de Bourgery [1926] 19765 rend (volontairement ?) cette inadaptation de la formule Vrbs est…, car le début “Il est une ville…”, suppose que l’on n’ait pas parlé de cette ville auparavant. Mais il faudrait peut-être comprendre et traduire différemment : “la ville (cette ville) fut jadis la possession de colons dictéens” : est n’est-il pas en fait un auxiliaire employé avec possessa (parfait passif), et non une forme pleine au sens de “il y a, il existe”, autre façon de jouer avec le topos et de le “détourner” ? Quoi qu’il en soit, l’absence de terme anaphorique en latin, renvoyant à Brundisii du vers précédent, ne peut que surprendre (on attendrait plutôt, par ex. : Haec urbs...).

10 Cf. Thompson 1983-1984, 208-209.

11 Radicke 2004, 222, relève cet écho virgilien, et propose une interprétation qui va dans le même sens que la nôtre (“Die Imitation leitet den Kontrast zwischen Aeneas und Pompeius ein”), mais que nous avons développée davantage, cf. infra. Sur la construction d’un panorama dans la description de Brindes, cf. König [1957] 1970, 454 ; Ahl 1976, 78 ; Fantham 1992, ad loc. ; Saylor 2000, 194.

12 P. M. Martin nous a confirmé ce fait lors du colloque et a précisé que, s’il y avait bien un îlot, il se trouvait au fond d’une des rades. Strab. 6.3.6 ne mentionne pas d’île : “fermé par une entrée unique, il [le port] comprend plusieurs rades abritées des vagues du large et nanties elles-mêmes de criques, ce qui le fait ressembler à la ramure d’un cervidé » (cf. App., BC, 5.237). On pourrait objecter que les indications géographiques de Lucain sont souvent plus qu’approximatives, cf. à la fin de la descriptio de Brindes la situation “calabraise” erronée de l’île de Sason, qui se trouve en fait sur la côté de l’Illyrie, fermant la baie de Vlora (aujourd’hui île de Sazan en Albanie). Mais précisément, il s’agit de proposer une interprétation à l’“invention” de cette île, à moins que le mot ne désigne la langue de terre protectrice, qui est une presqu’île : mais, même en ce cas, l’emploi du terme insula demande une explication. Saylor 2000, 194, n. 14, renvoie à Horsfall 1985 : ce type de description correspond à des “standard literary scenes” où il faut chercher des sens métaphoriques, plutôt qu’une fidélité topographique.

13 C’est une reprise d’Homère (Od., 13.93sq., retour d’Ulysse dans sa patrie) : “Il est un port au pays d’Ithaque […]. Deux escarpements abrupts y projettent leur pointe, accroupis près du port. Ils l’abritent au-dehors contre les grandes vagues […]” (trad. L. Bardollet).

14 Thompson 1983-1984, 208sq., suggère qu’il y a bien mise en rapport de Pompée avec Énée dans ce passage, mais fait le parallèle entre le départ d’Énée de Carthage et celui de Pompée quittant Brindes, pour souligner le rôle néfaste de l’amor chez ce dernier, qui cause sa perte, à la différence d’Énée qui sait s’arracher au furor de Didon.

15 Radicke 2004, 223, observe à juste titre que chez Lucain l’atmosphère est bien différente, plus sombre, avec la présence de la défaite (uictum mentitis Thesea uelis), de la violence (uiolentos Coros) ou de la fatigue (lassas undas).

16 Il est admis que le Bellum Ciuile est, dans une certaine mesure, une anti-Énéide, cf. Soubiran 1998, 15-16, 25sq. ; Narducci 2002, 76sq. Conte 1988, 38, qualifie d’“antifrastico” le rapport entre Lucain et Virgile.

17 Il y a peut-être aussi un écho avec l’arrivée de Dédale à Cumes (dans le même mouvement que celui des fondateurs de Cumes ou de Brindes, et d’Énée), déplacements d’Est en Ouest dont celui de Pompée est l’inverse. Cf. Aen., 6.14-16 : Daedalus, ut fama est, fugiens Minoia regna (cf. Luc. 2.611 : quos Creta profugos uexere per aequora puppes)/ praepetibus pennis ausus se credere caelo,/ insuetum per iter gelidas enauit ad Arctos […].

18 Cf. Narducci 2002, 111-116 ; Moretti 1985 ; Berno 2004. Pour Leigh 1997, 149, la comparaison avec le taureau (2.601sq.) fait de Pompée un héros épique ; en 2.728-730, Lucain “casts Pompey as Aeneas (cf. Aen., 3.11-12), Priam and Augustus as he quits Italy”. Mais, si Pompée accède bien à la dignité de “héros”, son rôle dans l’histoire est celui d’un “anti-Énée”. Sur l’ambivalence de ce personnage, “pivot” dans l’interprétation de l’ambiguïté de toute l’œuvre, cf. Bartsch 1997, 73-100.

19 Cf. Casamento 2005.

20 Cf. les analyses de Wiener 2006, 176sq., à comparer avec celles de Schiesaro 2003 ; 2003a. Ainsi, la bataille de Pharsale se déroule “le jour suprême”, comparable pour Rome à celui de la ruine de Troie (Venit summa dies, Aen., 2.324 est repris par Luc. 7.195 ; cf. Narducci 2002, 81).

21 Cf. Hunink 1992, ad loc. ; Aygon 2008, 380-382.

22 Phillips 1968, 300 ; cf. Santini 1999, 209. César est un destructeur : à l’imparfait (lucus erat), qui signale l’existence dans le passé de ce bois sacré, s’oppose l’immédiateté de l’intervention de l’homme politique rapportée au présent : iubet. En même temps la brièveté de l’ordre (un vers) s’oppose à la longueur de la description qui a précédé. Ainsi est soulignée la violence impie de l’homme contre la nature et l’annulation d’un long passé de vénération. Il y a peut-être aussi une assimilation du bois abattu à Pompée, cf. Masters 1992, 27.

23 Leigh 1999, 179 : “The light, the light of reason, enters a place of darkness, and the expectation of divine vengeance is signally disappointed”. Le critique souligne l’absence de punition divine à la fin, v. 447-449 (à la différence de la version traditionnelle, où l’impiété, d’Érysichton par ex., est châtiée). Il rapproche ensuite l’attitude rationaliste de César de celle d’Auguste (effectuant de grands travaux entre l’Averne et le lac Lucrin) et du point de vue que l’on trouve chez Strabon (5.4.5), ou encore dans l’Hercule sur l’Œta du ps. -Sénèque : “Lucan’s Caesar may seem an unlikely champion of reason but the narrator’s closing commentary on the fiction of divine retribution requires his agency, requires his survival” (p. 201).

24 Masters 1992, 25-29, s’appuie sur les valeurs littéraires des termes topos, locus, lucus, silua, (silua – grec kulê – désigne métaphoriquement, dans le langage de la rhétorique, le fond thématique, la “matière” d’un développement, cf. aussi Cogny 1981 ; Malaspina 2006) pour proposer une interprétation allégorique de cette déforestation, qui représenterait “the plundering of poetic material from another source” (p. 27). Radicke 2004, 222, n’est pas convaincu, mais son point de vue est critiqué par A. Augoustakis dans son compte rendu (BMCR, 2004.11.15) : “R. rejects any metapoetic connotations in Caesar’s cutting of the grove, without much explanation, although the word silua has long been recognized as a key term for a poet’s discussion of poetics”.

25 Cf. infra, notre point 4, où il est montré que l’insertion de la descriptio du jardin des Hespérides (9.360-364) ne respecte pas le modèle canonique.

26 C’est d’autant plus remarquable que, dans la tradition épique, le topos de la coupe d’arbres est d’ordinaire traité sous la forme d’une descriptio mixte, qui mêle l’ecphrasis du lieu (les arbres) à celle des actions (leur abattage), cf. Aygon 2004, 140-147. Ici, les deux phases sont bien distinctes, et la référence au modèle ennio-virgilien n’apparaît qu’ensuite, v. 440sq. : Procumbunt orni […].

27 Cf. Aygon 2008, 375.

28 Mais les bois sacrés faisaient généralement l’objet d’un grand respect à Rome (comme en Grèce), cf. les occurrences rassemblées par Armisen-Marchetti 1990 ; Leigh 1999, 182-185.

29 Cf. Armisen-Marchetti 1990, dans son analyse de la Lettre 41, p. 93 : “Sénèque […] étend à la présence de la sagesse le sentiment du sacré que communique le spectacle de la nature sauvage”.

30 Cf. Leigh 1999, 172, n. 15. Dans la liste des descriptiones (trop) souvent développées hors de propos, Horace avait mentionné le bois sacré (AP, 16-17 : cum lucus […]/ describitur), et Servius lui-même renvoie à ce passage d’Horace dans son commentaire de la descriptio per parecbasin, ad Aen., 10.653 (sicut etiam Horatius docet in Arte Poetica). Cf. encore les moqueries de Juv. 1.7sq. Pour Pers. 1.70, savoir “décrire un bois sacré”, ponere lucum, c’est être capable d’écrire de la haute poésie. Cf. les échos avec les descriptiones de deux bois sacrés chez Sénèque (Oed., 530sq. ; Thy., 650-682). Phillips 1968 a montré que l’épisode du bois de Marseille n’avait aucune réalité historique et a mis l’accent sur la parenté textuelle avec l’épisode d’Érysichton chez Ovide (Met., 8).

31 Cf. notamment la forêt qui obscurcit l’entrée de la caverne par où Érichto communique avec le monde souterrain : qualifiée de pallida […] silua, elle est décrite rapidement en 6.643-645.

32 Pour une intéressante analyse des côtés “pompéien” et “césarien” en Lucain, cf. Masters 1992, 9-10. Par ailleurs, si abattage du bois et rejet de l’insertion canonique vont de pair, c’est encore un signe de la distance que Lucain cherche à prendre par rapport à ses modèles, notamment Virgile, un signe de cette “anxiety of influence” à laquelle J. Masters fait référence.

33 On pourrait aussi considérer que l’ensemble de la description commence au v. 511 : Ventum erat

34 Le repère géographique, sans descriptio, sert ainsi souvent à marquer le début d’une nouvelle séquence narrative, cf. chez Horace la même formule, S., 1.9.35 : Ventum erat ad Vestae […].

35 Comme si le poète voulait souligner qu’il renversait les règles habituelles.

36 Lucus a une connotation souvent positive chez Virgile, mais surtout négative chez Sénèque (cf. Aygon 2004, 85-86). Chez Lucain, sur 5 occ. (ce qui est fort peu par rapport à silua, 39 occ., et nemus, 26 occ.), il est employé trois fois à propos des rites barbares gaulois (1.454 : incolitis lucis ; 3.399 : lucus erat ; 3.425 : dominum… luci, à l’ouverture et à la clausule de la descriptio), une fois avec un adjectif dépréciatif, pour l’asile créé par Romulus (7.438 : infami… luco) et une seule fois avec une valeur positive, mais pour un lucus qui va perdre ses pommes d’or (9.362 : nitidi… luci), cf. infra. Ce mot est constamment mis en valeur par sa place dans le vers (3 fois en fin d’hexamètre, 1 fois au début, 1 fois en rejet, à la césure). Pour le lexique et l’imaginaire de la forêt à Rome, cf. Malaspina, notamment 2006, qui présente une mise au point et des perspectives de recherche.

37 À la différence d’autres textes, qui insistent sur la luxuriance de la végétation, cf. Diod. 17.50.1 : “toutes sortes d’arbres, et surtout une abondance d’arbres fruitiers”) ; Arr., An., 3.4.1 (arbres fruitiers, oliviers, palmiers). Cf. aujourd’hui l’oasis tunisienne de Tozeur, où trois types de cultures sont associées (palmiers qui s’élèvent jusqu’à 20 m, vergers au-dessous, puis cultures maraîchères). La dimension réduite de l’ombre des arbres évoqués ici (9.529-530) fait référence à des palmiers.

38 Toujours mentionnée dans les autres textes évoquant l’oasis d’Hammon. Soubiran 1998 ad loc. relève les loci similes et cette absence surprenante, que Seewald 2002, 270, juge à raison délibérée, et où il pense que “Lucan implizit polemisiert” (contre toute forme d’explication irrationnelle). Toutefois, comme Lucrèce (Lucr. 6.848-878), il aurait pu avancer une cause naturelle à ce phénomène. Wick 2004 ad 526 constate que l’on est réduit à des spéculations, et pense que Lucain a voulu mettre l’accent sur les considérations astronomiques et éviter d’accumuler d’une manière hétéroclite diverses curiosités.

39 Les autres descriptiones du bois d’Hammon insistent sur l’ombre épaisse du lieu, qu’il s’agisse de celle d’un géographe ou d’un poète virgilien. Cf. Diod. 17.50. 4 : “le temple d’Hammon est ombragé par de nombreux et grands arbres” ; Sil. 3.666-667 : Verum ubi defessi lucos nemorosaque regna/ cornigeri Iouis et fulgentia templa subimus,/ […] ; 675-676 : Has umbras nemorum et connexa cacumina caelo/ calcatosque Ioui lucos prece, […] ; 684 : hic, ubi nunc aram lucosque uidetis opacos, […] ; 688-690 (miracle de la poussée en un instant d’une forêt séculaire) : Mox subitum nemus atque annoso robore lucus/exiluit ; qualesque premunt nunc sidera quercus,/ a prima uenere die.

40 C’est d’ailleurs sur ce motif de la tam breuis […] umbra que se clôt la descriptio du bois au v. 530. En outre, cet arbre sans feuillage fait écho au fameux chêne auquel est comparé Pompée au livre 1 (cf. 1.140 : trunco non frondibus efficit umbram). Si un vieux chêne aux branches dénudées (symbolisant les biens et la puissance perdus) est l’image de Pompée, le palmier ne pourrait-il pas représenter Caton dont la force est semblable à celle du tronc bien droit et solide de cet arbre, avec son feuillage limité (i. e. les seuls vrais biens qu’il possède), mais tout juste suffisant (uix protegit) pour protéger sa seule personne ? Les commentaires de Seewald 2002 ad loc., ne nous paraissent pas convaincants : si l’ombre – motif habituel du locus amoenus – est ici absente, cela ne constitue pas un élément négatif, Lucain insistant sur la lumière qui domine, sans évoquer la chaleur torride, qui pourrait être désagréable. Quoi qu’il en soit, il nous semble clair que Lucain ne cherche nullement à traiter ici le topos du locus amoenus.

41 L’originalité de Lucain dans cette descriptio est soulignée à juste titre par Seewald 2002, 22-23 et ad loc., comme par Wick 2004 ad 511-543 : “Lukan übernimmt jedoch erstaunlich wenig Material aus seinen Quellen”. Ce qui est particulièrement surprenant, c’est à la fois l’absence d’ombre et l’insistance, dans la descriptio du temple, qui précède, sur la pauvreté du décor (topos de la prisca paupertas, cf. Rutz 1970a, 244). En effet, Diodore, Quinte-Curce et Silius Italicus mentionnent explicitement l’éclat du temple et du culte. Le sanctuaire de l’oasis de Siwa est en effet consacré au dieu égyptien Ammon-Rê, c’est une ‘ succursale’ ancienne du sanctuaire de Thèbes, sa richesse est incontestable. Sur ce temple africain et Zeus-Hammon, parfois confondu à tort avec Baal-Hammon, cf. Lipinski 1986 ; 1995 ; Xella 1991 ; Bénabou 2005. L’hypothèse d’Aumont 1968 – selon laquelle Lucain aurait pensé à un autre sanctuaire de Jupiter-Ammon, plus modeste et plus proche de la côte – n’est guère convaincante ; cf. Soubiran 1998 ad 9.523-525.

42 Sur la dimension allégorique du livre 9, cf. notamment Viarre 1982 ; Leigh 2000.

43 Cf. Seewald 2002, 22-23 et ad loc. ; Tommasi Moreschini 2005, 153-54, note bien que “Lucan refers sympathetically to Jupiter Ammon and his shrine” et que la description de l’oasis de Siwa “contrasts both wih the vanishing Delphic temple, and with the repellent Thessalian land”, sans toutefois relever l’opposition avec le lucus de Marseille et son culte celtique, pourtant étudiés p. 144-147.

44 Son refus de consulter cet oracle n’en sera que plus éclatant.

45 Le contraste est rehaussé par les points communs : cultes non romains, cultes anciens, cultes frustes, au caractère “primitif”, sans éléments artistiques (contre toute vraisemblance pour le temple d’Hammon).

46 Guillemin 1952, 277 a aussi fort pertinemment noté que ce passage n’avait rien de commun avec l’évocation du culte de Jupiter Hammon, Aen., 4.198-202. De plus Caton, en allant jusqu’à refuser de consulter l’oracle, agit à l’inverse d’Iarbas qui supplie Jupiter, avec succès : Virgile fait naître de cette même prière la réaction du dieu, qui envoie Mercure auprès d’Énée. C’est en cela encore que les deux épopées s’opposent : aucun appel à une divinité ne fait “avancer l’histoire” chez Lucain.

47 Cf. supra.

48 En outre, la construction grammaticale a été discutée, cf. la correction proposée par Housman 1927 (hos […] locos) et la mise au point de Wick 2004, ad loc.

49 L’interprétation de ce commentaire est problématique. Soubiran 1998 ad loc., se demande si le ton n’est pas ironique et observe que “pour le scholiaste A, toutefois, c’est le jardin lui-même qui est malveillant (inuidus se rapporterait à hortus) : privé aujourd’hui des fruits d’or, il paraît attester qu’il ne les a jamais eus, et contester l’assertion des poètes”. En effet, le caractère véridique du bois aux fruits d’or ne semble pas pouvoir être assumé par le poète/narrateur. C’est pourquoi nous nous risquons à proposer une interprétation voisine : est jaloux du talent du poète celui qui exige que celui-ci respecte la vérité. Lucain demanderait qu’on lui accorde le droit de se livrer à une petite fantaisie poétique, licence qu’il s’accorde bien volontiers ailleurs, mais toujours en précisant explicitement – comme ici – qu’il s’agit de fama, i. e. de faits mythiques. Cf. l’interprétation similaire de Seewald, 2002, 18. Cf. aussi Bartsch 1997, 137 (Lucain se veut libre de ne pas respecter la vérité) et Wick 2004 ad loc. (qui souligne la mise à distance critique du topos mythologique).

50 Sur cette valeur de fuit… chez Virgile et Ovide, dans la borne liminaire d’une descriptio loci, cf. Aygon 2008, 380-383.

51 Pour De Nadaï, 2000 54sq., ce serait un écho au locus amoenus traité par Hor., Epod., 16.41-50, mais Lucain soulignerait le caractère onirique, irréel, de cette silua, où le commentateur voit, p. 60, une “manifestation de cette tyrannie du temps dramatique, qui rend dérisoire dans la Pharsale toute tentative de s’abandonner à l’heureuse évidence horatienne”. Mais nous le suivons plus difficilement lorsqu’il suggère, p. 58 : “dans le jardin dépouillé de ses fruits d’or, le poète paraît contempler la figure de son échec”.

52 Cf. Leigh 2000, 108 : “the sense that Cato is following in Hercules’foot step is underlined by his arrival at the now desolate Garden of the Hesperides”.

53 Cf. Wick 2004 ad 348-367.

54 Cf. l’étude féconde d’Esposito 2004 (la négation comme “cifra stilistica privilegiata” du Bellum Ciuile).

55 Cette différence aurait été plus manifeste encore si nous avions analysé – ce qui était impossible dans le cadre de cette brève étude – la façon dont Lucain insère les autres descriptiones locorum (une trentaine au total) : il évite surtout la rupture asyndétique avec la narration (stylème 1) et les formules rituelles (stylème 2), tandis que les termes anaphoriques (stylème 3) sont plus fréquents. De plus, le poète rattache souvent le début d’une descriptio à ce qui précède par des mots qui soulignent la valeur explicative de l’excursus. Ainsi, les événements et les lieux s’entremêlent dans un mouvement fluide d’enchaînements de causes et d’effets, ce qui convient mieux à une narration “historico-philosophique”, mais aussi à une poésie qui se veut novatrice.

56 De même, l’usage exceptionnel, à une seule reprise dans l’ensemble du Bellum Ciuile, d’un stylème virgilien (la tournure Quis tantus… ?) permet à Lucain de mettre en exergue une véritable citation de l’Énéide, chargée de sens : Quis furor, o ciues, quae tanta insania ferri/ […] ?, 1.12, est un écho explicite au cri de Laocoon (Aen., 2.42 : Quae tanta insania, ciues ?). Par cette apostrophe, Lucain se met à la place du Troyen lucide, mais condamné par un destin hostile, qui dénonce en vain la folie de ses concitoyens : Rome est la nouvelle Troie qui va périr, et les guerres civiles apparaissent d’emblée comme le “cheval de Troie” qui causera la perte de Rome. Pour une autre interprétation, qui ne contredit pas la nôtre, de cette référence virgilienne de Lucain, cf. Hershkowitz 1998, 198 (ce serait une question programmatique annonçant le rôle primordial du furor dans le Bellum Ciuile).

Auteur

Université Toulouse II

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540