Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Lucain en débat

 | 
Olivier Devillers
, 
Sylvie Franchet d’Espèrey

Introduction. Le débat contemporain sur lucain

Sylvie Franchet d’Espèrey

Full text

  • 1 Walde, éd. 2005.

1Une guerre peut en cacher une autre. La première est évidemment la guerre civile entre César et Pompée, sujet de l’épopée de Lucain ; la seconde est une guerre verbale, une guerre de l’interprétation de cette œuvre, heureusement moins cruelle. Elle a opposé dans les années 1980-1990 principalement des Anglo-saxons et des Italiens. Nous sommes donc en terrain neutre. À la vérité il y a eu un terrain plus neutre encore, puisque en 2004 un colloque a rassemblé des spécialistes de Lucain en Suisse, à Bâle. Je veux parler du symposion “Lucan im XXI. Jahrhundert” organisé par Chr. Walde1.

  • 2 Narducci 1979 ; 1985 ; 2002.

2Je voudrais ici évoquer la mémoire du professeur E. Narducci, qui a été le représentant sans doute le plus illustre de l’école italienne et qui avait donné son accord pour participer à notre colloque. Sa connaissance intime de l’œuvre de Lucain qui, avec celle de Cicéron, l’a accompagné tout au long de sa vie, aurait été très précieuse pour le sujet de notre colloque. Son décès brutal, il y a un an, nous prive de sa présence à Bordeaux et prive la communauté scientifique d’un chercheur hors du commun2.

  • 3 Esposito & Nicastri, éd. 1999.
  • 4 Narducci 1999, 39-83.
  • 5 Henderson 1987.

3C’est lui qui, d’une certaine manière, avait lancé les hostilités en publiant, dans le volume Interpretare Lucano, édité par P. Esposito et L. Nicastri3, un article polémique, plein à la fois de verve et de sérieux : “Deconstructing Lucan”4. La déconstruction en question, qui se réfère à J. Derrida, représente la pointe extrême de ce que j’appellerai pour faire court et d’une manière schématique l’école anglo-saxonne. On la trouve dans sa forme la plus radicale chez J. Henderson, qui joue beaucoup sur les signifiants, laissant ouverte la question du sens5. Les autres ouvrages relèvent, à mon avis, moins du déconstructivisme proprement dit que du formalisme en général, avec un recours aux instruments de la linguistique, de la sémiotique et des théories de la lecture. Car la question centrale est bien la suivante : comment lire le Bellum Ciuile ? quel sens donner à cette œuvre puissante, éblouissante même, mais souvent contradictoire ?

Histoire du débat : quelles questions ?

  • 6 Oudendorpius 1728.
  • 7 Marmontel 1766.
  • 8 Durry, éd. 1970.
  • 9 Rutz, éd. 1970.
  • 10 Ahl 1976.

4À la vérité, la personne et l’œuvre de Lucain ont toujours été un lieu de débat. Jusqu’au xixe et même au xxe siècle, on posait ce débat en termes d’évaluation. La question était : Lucain est-il ou non un bon poète ? L’idée d’une décadence nécessaire après Virgile s’imposait à tous et les préfaces de Fr. Oudendorp6 ou de M. Marmontel7 au xviiie siècle sont à cet égard révélatrices : on fait le compte des défauts et des qualités et on porte un jugement de valeur. À une époque plus récente (1900-1975), les critiques se sont régulièrement posé trois questions majeures : Lucain est-il ou non stoïcien ? Lucain est-il ou non républicain ? Le Bellum Ciuile est-il ou non une véritable épopée ? De cette orientation témoignent notamment deux volumes collectifs édités en 1970 : le Lucain des “Entretiens de la Fondation Hardt”8 et le recueil de la série “Wege der Forschung”9. L’aboutissement de ce type de critique est sans doute le livre majeur de Fr. M. Ahl, Lucan. An Introduction10.

5Or la nouveauté de ces dernières décennies, c’est qu’on pose les questions autrement. La révolution structuraliste a fait qu’à partir des années’70, on a quitté grosso modo un modèle de critique contextuel pour un modèle textuel. La philologie, l’ancrage dans un contexte historique, avec toutes ses harmoniques politiques, philosophiques, religieuses, culturelles, la volonté de situer l’œuvre dans un vaste continuum de l’histoire littéraire, tout cela a été négligé ou du moins minimisé, au profit d’une approche de l’œuvre comme texte, c’est-à-dire comme un système clos de signifiants et de signifiés, en dehors de tout référent. La question devient dès lors : comment fonctionne ce texte ? comment en résoudre les contradictions apparentes sans faire appel à des éléments extérieurs ? Bien sûr, cette présentation est schématique et la plupart des critiques, ayant une solide formation philologique et historique, ont pu combiner les avantages des différentes approches. Mais il reste que les deux grandes tendances (contextuelle et textuelle) existent et que cette dichotomie permet de clarifier les présupposés du débat.

À nouvelles questions réponses nouvelles

6Parmi les nombreuses orientations de la critique contemporaine, je retiendrai deux démarches particulièrement intéressantes et fructueuses. La première, qui se rattache au modèle textuel, consiste à prendre acte des contradictions du texte et à leur donner un sens. La seconde consiste à mettre l’accent sur la lecture, à envisager les choses du point de vue du lecteur, et non plus du point de vue du créateur.

  • 11 Je ne retiens pas l’hypothèse de l’achèvement de l’œuvre, émise notamment par Masters [1992] 2007  (...)

7Je voudrais, à titre préliminaire, faire une remarque importante : le modèle textuel de la critique se heurte dans le cas de Lucain à un fait capital, l’inachèvement de l’épopée. On n’a pas pour le Bellum Ciuile cette clôture qui permet d’envisager le texte comme un système11. Or la lecture interprétative est la seconde lecture, celle qui intègre la fin et porte sur l’ensemble un regard rétrospectif ; et cette lecture manque pour le Bellum Ciuile.

Prendre acte des contradictions du texte

  • 12 Johnson 1987.
  • 13 De Nadaï 2000.

8Assumer les contradictions du texte, cela veut dire renoncer à les résoudre, à trouver une explication. On part du postulat qu’une contradiction peut avoir un sens en elle-même. À l’extrême, cela donne un Lucain qui assume l’absence de sens, une forme de nihilisme : ainsi, pour W. R. Johnson12, tout, chez Lucain, est à l’image de sa vision d’un cosmos éclaté, discors machina ; ainsi encore, pour J.-Chr. De Nadaï13, la perte du sens s’accompagne de l’abandon de la fonction mimétique de la poésie : il n’y a plus rien à imiter.

  • 14 Marti 1945.
  • 15 Bartsch 1997.
  • 16 Leigh [1997] 2006.
  • 17 Masters [1992] 2007.

9Le recours à la linguistique du discours, a ouvert des perspectives moins radicales et tout aussi intéressantes. Car il y a au moins, au terme de ces trente dernières années, un acquis important de la critique lucanienne : l’existence dans le Bellum Ciuile de plusieurs voix narratives. C’est, je crois, B. M. Marti14 qui la première a décelé la présence de deux narrateurs, l’un contemporain des événements racontés, qui souffre de la guerre civile, qui se lamente et qui condamne ; l’autre contemporain de Néron, proche de l’auteur Lucain, qui met en relation le passé et le présent et qui prend position dans le conflit. Mais tous les ouvrages récents font la même analyse. Je pense en particulier aux livres de Sh. Bartsch15, de J. -Chr. de Nadaï, de M. Leigh16 et d’E. Narducci. Cependant cette distinction ne résout pas totalement la question “Lucain est-il ou non républicain ?”, car la seconde voix narrative, celle du contemporain de Néron, reste ambivalente sur le plan politique : elle est le plus souvent considérée comme républicaine, mais pas toujours. Faut-il aller plus loin et parler d’un Lucain “schizoïde”, ayant en lui sa part pompéienne et sa part césarienne, comme le fait J. Masters17 ? Dans ce cas, il me semble qu’on quitte à nouveau le texte, non pas pour un retour au référent historique, mais pour une sorte de critique des profondeurs, plus aventureuse. Il reste en tout cas pour la deuxième voix, la voix néronienne, une question non résolue : celle de l’éloge de Néron au début du poème. Quant à la première voix, celle du contemporain de la guerre civile, elle est souvent analysée actuellement (E. Narducci et M. Leigh) comme une irruption du narrateur dans le texte en tant que personnage, en tant que persona du récit. Cela permet, entre autres avantages, de donner une substance nouvelle aux exclamations et aux apostrophes qui tiennent une si grande place dans le récit : le narrateur est placé sur le même plan que ses personnages, au milieu d’eux.

Envisager le Bellum Civile sous l’angle de la lecture

10Est-ce une nouvelle manière de sortir du texte ? En un sens, non : le lecteur dont il est question est en général le “lecteur modèle” d’U. Eco et c’est à partir d’indices présents dans le texte qu’on le reconstruit. Mais ce lecteur modèle est quand même conçu par l’auteur, avec ses références personnelles et collectives. Il est donc indirectement lié au contexte historique de la création. Le lecteur auquel Lucain pensait était un sujet de Néron. Il importe donc de trouver dans le texte les indices qui diront, par exemple, s’il est plutôt favorable ou défavorable au régime. En fait, on ne fait que reculer le problème.

  • 18 Ou encore dans la visite de César à Troie au livre 9.

11Mais ce type de critique s’intéresse aussi aux lecteurs postérieurs, en particulier au lecteur contemporain : on assiste alors à l’irruption d’un autre référent, celui du monde du lecteur, en l’occurrence le monde du xxie siècle. Ce lecteur, comme tout autre, projette sur le texte ses propres références et ses propres structures. En fait, on retrouve là un phénomène que les historiens ont largement analysé : l’impossibilité d’atteindre à l’objectivité tant dans l’écriture de l’histoire que dans sa lecture. S’agissant d’un texte littéraire, qui ne vise pas à l’objectivité, ce qui devient inaccessible, c’est la vérité du texte, son sens ultime. Et c’est là qu’on retrouve le déconstructivisme. Car toute interprétation devient légitime, on peut trouver – ou mettre – dans le texte ce qu’on veut. C’est le reader-reponse criticism, ce que A. Compagnon appelle le modèle “indéterminé” de la critique moderne. Il me semble que c’est celui de W. R. Johnson, qui va jusqu’à voir dans le Bellum Ciuile des éléments comiques, en particulier dans la figure de Caton18. Une telle appréciation serait à mon avis exclue pour un lecteur contemporain de Lucain, même si l’on a pu à toute époque se moquer des grands hommes.

12En revanche, se référer à des événements contemporains, comme la shoah ou la guerre du Viêt-Nam, ainsi que le fait Sh. Bartsch, relève d’une autre démarche, plus féconde : la perception de la violence d’aujourd’hui donne des instruments pour la lecture de la violence d’autrefois. De même, le lecteur d’aujourd’hui peut prendre appui sur la vision contemporaine du féminin pour analyser des aspects du texte négligés jusqu’alors. L’intérêt de ce type de lecture “contextualisée” est de mettre en évidence à la fois des thèmes universels et leur actualisation constante. Il convient simplement de garder à l’esprit la relativité des choses.

  • 19 Jauss 1978.
  • 20 Conte [1974] 1985.

13Le basculement de la perspective, qui envisage l’œuvre littéraire du point de vue de la lecture, a eu des effets bénéfiques sur le plan de l’analyse littéraire. Je pense à l’esthétique de la réception telle que l’a élaborée H. R. Jauss19. Elle a permis en effet de renouveler et même de refonder la notion de genre. Une œuvre littéraire sera considérée comme une épopée si le lecteur y trouve ce qu’il attend de la lecture d’une épopée, si elle se conforme à un code bien défini depuis Homère. En même temps, il y a une évolution du genre, précisément parce qu’à chaque génération les attentes ne se limitent pas au respect du code, mais le plaisir du lecteur est lié aussi à une nouveauté : il faut que l’œuvre parle à sa conscience, réponde à ce qu’il y a en lui de “modernité”. La rupture que constitue le Bellum Ciuile dans la lignée des épopées a été analysée en ces termes notamment par G. B. Conte20.

  • 21 Narducci 1985.
  • 22 Conte 1988.

14Enfin, l’accent mis sur la lecture s’est révélé extrêmement fécond dans l’approche de tout un pan de la littérature antique : la poésie hellénistique ainsi que – pour une large part – la poésie latine de l’époque républicaine et augustéenne. Le phénomène de l’allusion y est central : l’allusion à un texte littéraire antérieur y est volontaire et destinée à être perçue par un lecteur compétent, chez qui elle suscite le plaisir de la reconnaissance. Si un tel état d’esprit est bien présent chez Ovide, je ne pense pas qu’il existe chez Lucain, du moins sous cette forme-là. Ce qu’on trouve chez Lucain est d’une autre nature : E. Narducci a mis en évidence la tecnica allusiva antifrastica par laquelle le poète reprend des fragments virgiliens pour les retourner, pour en subvertir le sens par le seul changement de contexte et d’orientation21. Chez Lucain, l’intertextualité n’est pas ludique, mais sérieuse et porteuse de sens. J’ai été frappée de voir qu’exactement en même temps deux savants, G. B. Conte22 et M. Leigh, ont relevé et commenté dans des termes analogues la reprise par Lucain de l’expression virgilienne Venit summa dies, transférée de la chute de Troie à la bataille de Pharsale. Ce qui change alors, c’est que dans le Bellum Ciuile le drame n’est compensé par rien de positif, alors que dans l’Énéide le dernier jour de Troie est aussi le premier jour de Rome. La lecture “intertextuelle”, en particulier dans son rapport à Virgile, contribue à la découverte du sens. Elle est évidemment induite par l’écriture : le poète invite au rapprochement pour mieux faire percevoir la spécificité de sa création, dans ce qu’elle a de plus fondamental.

15Une remarque au passage, qui permet de “boucler la boucle” : le fait que deux spécialistes aient pu écrire au même moment et dans deux lieux différents la même choses, est bien une illustration de l’influence exercée par le contexte historico-culturel sur le lecteur-interprète, et ceci sans rien ôter au mérite de l’un ni de l’autre. On dit aussi, tout simplement : “les idées sont dans l’air”.

Orientations du colloque

16On le voit, ces nouvelles manières d’aborder le texte retrouvent bien souvent les anciennes. Mais elles les dépassent aussi. C’est ainsi que, s’agissant par exemple de l’intertextualité, personne ne se contentera désormais d’une simple recherche des sources, du type de la Quellenforschung. Et surtout ces méthodes critiques renouvellent l’intérêt pour les textes littéraires, d’autant plus qu’ils sont plus complexes. Et le Bellum Ciuile est à l’évidence une œuvre complexe. Il conviendra toutefois de définir des limites : ce sont celles qui séparent le sens du non-sens. Nous serons aujourd’hui, je le crois, du côté du sens.

17Un parti pris du colloque est le retour à l’histoire, donc à un référent extérieur au texte. Mais le propre d’une épopée historique est de mettre en relation deux contextes : celui des événements racontés et celui de l’auteur. Une telle tension peut jeter une lumière nouvelle sur certaines contradictions. Par ailleurs, la science historique a elle-même évolué et l’on peut s’attendre là aussi à du nouveau.

18La rhétorique, dont l’usage a toujours été reconnu chez Lucain, a un double visage : d’un côté, elle est un code qui permet le déchiffrement du texte, hors du temps ; d’un autre côté, elle est le reflet d’une éducation et par son intermédiaire, c’est encore le contexte historique et culturel qui intervient dans l’interprétation. Modèle textuel et modèle contextuel ne sont pas, là non plus, exclusifs l’un de l’autre.

19Enfin, la création poétique sera mise en relation avec l’idéologie, au sens le plus large, qui inclut à la fois des invariants – comme la violence et la mort, la présence du féminin – et leur inscription dans un contexte culturel toujours en évolution.

Notes

1 Walde, éd. 2005.

2 Narducci 1979 ; 1985 ; 2002.

3 Esposito & Nicastri, éd. 1999.

4 Narducci 1999, 39-83.

5 Henderson 1987.

6 Oudendorpius 1728.

7 Marmontel 1766.

8 Durry, éd. 1970.

9 Rutz, éd. 1970.

10 Ahl 1976.

11 Je ne retiens pas l’hypothèse de l’achèvement de l’œuvre, émise notamment par Masters [1992] 2007 ; Quint 1993.

12 Johnson 1987.

13 De Nadaï 2000.

14 Marti 1945.

15 Bartsch 1997.

16 Leigh [1997] 2006.

17 Masters [1992] 2007.

18 Ou encore dans la visite de César à Troie au livre 9.

19 Jauss 1978.

20 Conte [1974] 1985.

21 Narducci 1985.

22 Conte 1988.

© Ausonius Éditions, 2010

Terms of use: http://www.openedition.org/6540