Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Hellenistic Karia

 | 
Carbon Jan-Mathieu van Bremen Riet

Part six. Cities

La crise financière des cités grecques d’Asie Mineure au ier siècle a.C. et la lettre de Cicéron à Q. Minucius Thermus (FAM. 13.56)

Fabrice Delrieux

Texte intégral

  • 1 Sauf avis contraire, les dates données dans cette étude s’entendent a. C.
  • 2 Cic. Fam. 15.15.2; Plut. Caes. 48.1; App. BC 2.13.92; DC 42.6.3. Sur ces mesures, cf. Merola 2001a (...)
  • 3 I. Ephesos 251 (= Syll.3 760).
  • 4 Robert 1955, 259 (Alabanda); CIG 2215 (Chios); I.Knidos 41 (Cnide); Eilers 2002, C74 (Pergame); Ro (...)

1En 48 a. C., peu après Pharsale1, Jules César, de passage à Éphèse, annonça aux Grecs de la province d’Asie qu’il mettait fin à la perception de la dîme par les publicains et qu’il leur faisait remise du tribut d’un tiers2. Pour le remercier, cités, dèmoi et ethnè dressèrent ensemble à Éphèse une statue en l’honneur du ‘descendant d’ Arès et Aphrodite, dieu manifeste et commun sauveur du genre humain’3. Sans doute au même moment, Alabandiens, Chiotes, Cnidiens, Pergaméniens, Phocéens, Samiens et Tralliens en élevèrent d’autres sur le territoire de leurs cités respectives4.

  • 5 Fam. 13.56.1-3. Sur la date, discutée, de ce courrier, cf. Tyrrell & Purser 1914, no. 231 (peut-êt (...)
  • 6 Sans doute du Latmos plutôt que de la Salbakè pour des raisons de vraisemblance géographique (Robe (...)
  • 7 Celle-ci est pour l’essentiel de L.-A. Constans et J. Bayet (Paris, 1962), mais tient compte des a (...)

2Loin d’être convenus, ces marques de reconnaissance et leur degré de sincérité étaient proportionnés aux graves difficultés financières dans lesquelles les excès des publicains, mais aussi des magistrats, des trafiquants et des financiers romains avaient plongé la province au cours des années précédentes. À une époque où l’empire finançait d’abord les intérêts de quelques-uns avant ceux de la Res Publica, les richesses de l’Asie constituaient une proie tentante. Malgré son entrée récente dans la province, la Carie en arriva très vite au même stade que les autres régions d’Asie ainsi qu’en témoigne une lettre écrite en 51/50 par Cicéron, gouverneur de Cilicie, à son collègue de la province d’Asie, Q. Minucius Thermus5. Celui-ci y recommande un ami, Cluvius Puteolanus, inquiet de ne pas recevoir l’argent que lui doivent les cités d’Alabanda, Bargylia, Caunos, Héraclée6, Mylasa, et un particulier, Philoclès d’Alabanda. Cette fameuse affaire, à laquelle est lié le nom de Pompée, est pour nous l’occasion de nous intéresser, à travers l’exemple carien (peu étudié jusqu’ici), à l’endettement des provinciaux au milieu du ier siècle et aux moyens employés par ces derniers pour y répondre. La lettre de Cicéron étant au centre de notre réflexion, nous en reproduisons ci-après le texte avec une traduction7.

La Carie vers 50 a.C. (sont indiquées par une pastille blanche les cités nommées dans Cicéron, Fam. 13.56).

Cicero Thermo propr. s.
1. Cluuius Puteolanus ualde me opservat ualdeque est mihi familiaris. Is ita sibi persuadet, quod in tua prouincia negotii habeat nisi te prouinciam obtinente meis commendationibus confecerit, id se in perditis et desperatis habiturum. Nunc quoniam mihi ab amico officiosissimo tantum oneris imponitur, ego quoque tibi imponam pro tuis in me summis officiis, ita tamen ut tibi nolim molestusesse.
Μυλασεῖς et Ἀλαβαωεῖς pecuniam Cluuio debent. Dixerat mihi Euthydemus, cum Ephesi essem, se curaturum ut ecdici a Mylasinis Romam mitterentur. Id factum non est. Legatos audio missos esse, sed malo ecdicos, ut aliquid confici possit. Qua re peto a te ut et eos et Ἀλαβαωεῖς iubeas ecdicos Romam mittere. 2. Praeterea Philocles Alabandensis ὑποθήκας Cluuio dedit. Eae commissae sunt. Velim cures ut aut de hypothecis decedat easque procuratoribus Cluuii tradat aut pecuniam soluat, praeterea Heracleotae et Bargylietae, qui item debent, aut pecuniam soluant aut fructibus suis satis faciant. 3. Caunii praeterea debent, sed aiunt se depositam pecuniam habuisse. Id uelim cognoscas et, si intellexeris eos neque ex edicto neque ex decreto depositam habuisse, des operam ut usurae Cluuio instituto tuo conseruentur.
His de rebus eo magis laboro quod agitur res Cn. Pompei etiam, nostri necessarii, et quod is magis etiam mihi laborare uidetur quam ipse Cluuius; cui satis factum esse a nobis ualde uolo. His de rebus te uehementer etiam atque etiam rogo.

  • 8 Selon J. Ma, dont nous remercions ici la remarque, c’est sans doute en raison de leurs statuts dif (...)

Cicéron salue Thermus, propréteur.
1. Cluvius de Pouzzoles a bien des égards pour moi et il est bien de mes amis. Le voilà qui se persuade, ayant des intérêts dans ta province, que si, grâce à mes recommandations, il n’en vient pas à bout du temps où tu y gouvernes, il n’a plus qu’à les classer au compte des pertes sans recours. Ainsi, puisqu’un ami des plus serviables me charge d’une si lourde responsabilité, à mon tour de t’en charger au nom des services si importants... que tu m’as rendus, – sans pourtant vouloir t’en ennuyer.
Les Mylasiens et les Alabandiens doivent de l’argent à Cluvius. Euthydème m’avait dit, quand j’étais à Éphèse, qu’il veillerait à ce que des fondés de pouvoir fussent envoyés à Rome par les Mylasiens8. Cela n’a pas été fait. On me dit qu’ils ont envoyé des ‘délégués’; mais je préfère des fondés de pouvoir, pour qu’on puisse aboutir à quelque chose de sûr. Aussi te demandé-je de leur ordonner, et aussi aux Alabandiens, d’envoyer à Rome des fondés de pouvoir. 2. En outre, Cluvius a des hypothèques sur Philoclès d’Alabanda; et elles sont exécutoires. Je désirerais que, par tes soins, Philoclès vide les lieux hypothéqués pour les remettre aux intendants de Cluvius ou qu’il solde sa dette; et puis que les Héracléotes et les Bargyliètes, qui doivent aussi, ou bien soldent la dette, ou bien s’acquittent au moyen de leurs revenus. 3. Et puis les Cauniens doivent: mais ils affirment que la somme a été déposée. Je désirerais que tu t’en informes et, si tu trouves qu’il n’y a eu de dépôt régulier ni conformément à l’édit ni sur décret, que tu t’emploies à ce que, conformément à tes principes, les créances de Cluvius continuent à être assurées.
De ces questions je m’inquiète d’autant plus qu’il s’agit des intérêts de Cn. Pompée aussi, qui nous est si cher, et qu’il me paraît s’en inquiéter encore plus que Cluvius: je tiens beaucoup à ce qu’il ait par nous satisfaction. J’insiste encore, vivement, auprès de toi pour le règlement de ces questions.

Une pression considérable

Des finances fragilisées

  • 9 Cic. Flac. 27-8.
  • 10 Cic. Flac. 34 (206 000 drachmes pris à Acmonia de Phrygie), 40 (une somme indéterminée prise à Dor (...)
  • 11 Cic. Flac. 67 et 69.
  • 12 Cic. Flac. 55. Sur le proconsulat de L. Valerius Flaccus père, cf. Ferrary 2000a, 337-8, et Dmitri (...)
  • 13 Cic. Flac. 90 et 91. Malgré cette extorsion, Cicéron précise que Falcidius tira des bénéfices de s (...)
  • 14 Cic. Clu. 130. Sur les dates de ce gouvernement, cf. Magie 1950, 249 et 1125-6, n. 42.
  • 15 Cic. Scaur. 35; Cic. Fam. 8.6.1. Sur d’autres noms, dignes de figurer dans cette liste, cf. Canali (...)

3Il est un fait que, même en dehors des expéditions militaires d’envergure, l’administration provinciale romaine pouvait se livrer à des prélèvements importants. Ainsi reprocha-t-on à L. Valerius Flaccus, gouverneur d’Asie en 62-61, de s’être emparé des fonds perçus auprès des cités pour l’équipement d’une flotte de guerre apparemment sans objet9. On l’accusa également d’avoir extorqué de l’argent à certaines villes de la province10, de s’être approprié une partie de l’or que les Juifs d’Asie destinaient à Jérusalem et dont il avait interdit le transfert11, ou bien encore d’avoir pris à Tralles les fonds que des cités y avaient déposés pour financer des fêtes et des jeux en l’honneur de son père, gouverneur d’Asie entre 96 et 9012. Même les Romains résidant en Asie n’échappèrent pas à sa rapacité, à commencer par un certain Falcidius qui, ayant acheté 900 000 sesterces le droit de prélever les impôts de la cité de Tralles, dut verser 50 talents à L. Valerius Flaccus pour la ratification de son achat13. Ce comportement justifie les nombreuses assignations de pecuniis dont firent l’objet les gouverneurs d’Asie à la fin de la République, ainsi Terentius Varro en 74, pour son action semble-t-il dans les années 77-7614, et C. Claudius Pulcher, en poste entre 55 et 5315.

  • 16 App. Mith. 21.82. Sur la Carie durant la première guerre mithridatique, cf. Marek 1988, 285-308.
  • 17 Cf. App. Mith. 63.263 et 92.418; Cic. Man. 12.33; Plut. Pomp. 24.6.
  • 18 Cic. Q. fr. 1.1.33.

4En plus des extorsions pratiquées par les Romains, la région était victime également de la rapacité de leurs ennemis. Tel fut le cas durant la première guerre mithridatique quand, pour ne prendre que l’exemple carien, Mithridate VI infligea une amende (au montant inconnu) aux Stratonicéens qui lui étaient hostiles16. Vers la même époque, les pirates ciliciens profitèrent du conflit pour se jeter sur les cités et les sanctuaires du bord de mer, en particulier en Carie et dans ses environs. Ainsi furent pris et pillés les villes et les sanctuaires de Claros, Clazomènes, Colophon, Cnide, Didymes, Iasos et Samos17. Parfois, le pillage des cités pouvait être le fait, avec l’assentiment des Romains, d’autres cités. C’est ce qui se produisit encore en Carie après 85, quand Caunos, donnée par Sylla à Rhodes, fut accablée d’impôts par ses nouveaux maîtres. La pression fiscale était telle que, vers 59, les Cauniens et ceux qui subissaient le même sort ‘vinrent implorer du Sénat la grâce de payer le tribut à nous (Romains) plutôt qu’aux Rhodiens’18.

La marche au surendettement

  • 19 Cf. Ferrary 1980, 325, Badian 1983, 87-8, Ferrary 2001a, 101, et Ferrary 2002, 143.
  • 20 Cf. Cic. Att. 5.16.2.
  • 21 Migeotte 1984, 340 et n. 285.

5Si elles étaient soumises à des prélèvements excessifs, les populations locales avaient de grandes difficultés à se faire entendre dans leur province. En effet, telle qu’elle était organisée, la perception des impôts directs échappait au contrôle des magistrats romains. De plus, le renouvellement des adjudications tous les cinq ans se faisait sans prise en compte des variations du revenu annuel des imposables et seulement en fonction des besoins des Romains. Enfin, confrontés à l’influence des publicains et à leur utilité matérielle et politique, les gouverneurs devaient agir avec prudence à leur égard19. Toutes les conditions étaient donc réunies pour produire une pression fiscale intense. Or, pour répondre aux exigences des Romains, les cités ne disposaient que d’une marge de manœuvre restreinte: les impôts rentraient sans doute mal ou pas du tout20, et les contributions volontaires privées ne suffisaient pas ou demeuraient ponctuelles21. Le recours à l’emprunt paraissait donc inéluctable. C’est ce que firent certainement les cinq cités de Carie nommées dans la lettre de Cicéron à Q. Municius Thermus, ainsi que des particuliers parmi lesquels Philoclès d’Alabanda, menacé de saisie dans la même lettre, mérite un examen approfondi.

  • 22 Flac. 51. Sur C. Appuleius Decianus, cf. Nicolet 1974, 706-7 et 781-3.28, et Pepe 1988, 5-15.
  • 23 Cic. Flac. 46-8.
  • 24 Migeotte 1984, 331.
  • 25 Hatzfeld 1919, 321.
  • 26 Nous rapprocherons cet acte d’évergétisme éventuel d’un autre du même genre survenu à la fin du ii(...)

6De prime abord, les difficultés rencontrées par Philoclès en rappellent d’autres du même genre dans le corpus cicéronien, ainsi la saisie, vers 59, des biens de Lysanias de Temnos par C. Appuleius Decianus qui, sans doute par contrat hypothécaire, lui a prêté une somme d’argent à fort taux d’intérêt22. À la même époque, en 61-59, C. et M. Fufius reçoivent d’Hermippos l’argent que leur devait Héracleidès de Temnos dont il s’était porté garant23. La situation est en revanche moins claire en ce qui concerne Philoclès d’Alabanda. En effet, Cicéron se contente de dire que Cluvius a des hypothèques sur lui et que celles-ci sont arrivées à échéance au moment où il écrit à Q. Minucius Thermus. Aussi, comme l’a remarqué L. Migeotte24, il est difficile de dire si la dette contractée par Philoclès est strictement privée, à l’image de celles de Lysanias et Héracleidès, où si Philoclès s’est engagé auprès de Cluvius pour garantir une partie de l’emprunt d’Alabanda également endettée auprès de Cluvius. D’après J. Hatzfeld, il se serait substitué ‘comme débiteur à sa propre patrie’25, ce que nous nuancerons dans la mesure où la cité et Philoclès doivent ensemble de l’argent à Cluvius, preuve selon nous que Philoclès, même s’il a hypothéqué des biens personnels en faveur de sa patrie, ne s’est pas engagé pour l’ensemble des dettes de celle-ci26.

  • 27 La possibilité de pratiquer des taux usuraires, impossibles en Italie, était une des raisons pouss (...)
  • 28 Syll.3 748, l. 35-6. Pour l’ensemble du texte, cf. aussi Migeotte 1984, no. 24, et Fezzi 1998, 327 (...)
  • 29 Cic. Att. 5.21.12. Sur cette affaire, cf. Tyrrell & Purser 1914, 337-44, Carcopino 1947, 114-21, e (...)
  • 30 Royer 1967, 426.
  • 31 Cic. Att. 6.1.3-4.

7Quoi qu’il en soit, les emprunts contractés l’étaient à des taux souvent très élevés27. Nous retiendrons ici le cas des frères N. et M. Cloatius qui, en 71/70, imposèrent un intérêt de 48% (ramené ensuite à 24%) sur les sommes qu’ils avaient prêtées à la cité de Gytheion en Laconie28. C’est au même taux que, en 56, M. Scaptius et P. Matinius étranglèrent, au nom de Brutus, les habitants de Salamine de Chypre29. Face à de tels taux et compte tenu de la fragilité de leurs finances, les débiteurs pouvaient être acculés à contracter des emprunts simplement pour rembourser ceux auxquels ils étaient déjà soumis. Tel est ce qui arriva au roi Ariobarzane III de Cappadoce qui, d’après J. P. Royer30, emprunta au moins 833 talents à Brutus pour s’acquitter d’une partie de l’énorme dette qui le liait à Pompée31.

  • 32 Cf. TAM II. 2, 508, l. 20-1. En raison du mauvais état du texte, gravé sur un bloc de calcaire tro (...)
  • 33 Plut. Luc. 20.4 (trad. R. Flacelière et É. Chambry, Paris, 1972). Cf. Migeotte 1984, 340, n. 290, (...)
  • 34 de Callataÿ 1997, 357.

8L’Asie n’échappa pas à ce phénomène et les 300 000 drachmes prêtés sans intérêt aux Cariens par un inconnu dans la première moitié du Ier siècle sont un acte d’évergétisme exceptionnel dans la région32. C’est ce qui explique pourquoi, au lieu des 20 000 talents réclamés par Sylla, les cités en payèrent ‘le double aux prêteurs qui, en y joignant les intérêts, (firent) porter le total à cent vingt mille talents’33. Comme le rappelle Fr. de Callataÿ, ‘ce qui n’était au départ qu’une amende, soit un appauvrissement ponctuel pour l’économie de la province, devint une charge fixe, toujours plus lourde à supporter par la faute de l’accumulation des dettes’34.

L’exacerbation du phénomène

  • 35 Pourtant l’Asie était riche. C’est ce qui permit d’ailleurs aux cités de retrouver la stabilité et (...)
  • 36 Plin. Nat. 7.127 et 36.21. Selon L. Migeotte (1984, 326), ‘l’endettement de Cnide, à cause de sa g (...)
  • 37 App. Mith. 63.261 (trad. P. Goukowsky, Paris, 2001). Sur la mise en gage des revenus immobiliers d (...)
  • 38 Luc. 20.1-2 (trad. R. Flacelière et É. Chambry, Paris, 1972). Il ne faut toutefois pas perdre de v (...)

9Dans de telles conditions, la situation financière des cités ne pouvait que s’aggraver35. Ainsi à Cnide, sans que nous puissions établir avec certitude un lien avec l’impôt de Sylla, la cité était à ce point accablée de dettes que, dans les années 70 semble-t-il, le roi de Bithynie Nicomède IV Philopator proposa aux Cnidiens de rembourser ce qu’ils devaient en échange de leur statue d’Aphrodite réalisée par Praxitèle36. Tenant à ce véritable trésor, ceux-ci refusèrent. Mais d’autres n’eurent pas cette force de caractère et prirent le risque d’être dépouillés de leur patrimoine, ou plutôt des revenus que ceux-ci engendraient. Certains donnèrent ainsi en gage à leurs créanciers ‘leurs théâtres, (...) leurs gymnases, ou leur rempart, ou leurs ports ou tout autre édifice public’37. Il faut dire qu’à cette époque, à en croire Plutarque, l’Asie ‘était en proie à des malheurs indicibles et incroyables. Elle se trouvait ravagée et réduite en servitude par les publicains et les usuriers, qui forçaient les particuliers à vendre leurs fils de belle prestance et leurs filles vierges, et les cités à se défaire de leurs ex-voto, de leurs tableaux et de leurs statues sacrées. Pour finir, les citoyens eux-mêmes étaient adjugés comme esclaves, non sans avoir subi auparavant des sévices encore plus cruels: torture, prison, chevalet, stations en plein air, l’été sous un soleil brûlant, l’hiver dans la boue ou la glace, si bien que l’esclavage leur semblait être un allégement de leur misère et un repos’38.

  • 39 Ferrary 1999, 71 et n. 8; 2001a, 103.
  • 40 Cf. App. BC 1.102. Dans la lex Antonia de Termessibus de c. 70, le Sénat de Rome accorde d’un côté (...)
  • 41 Ainsi à Éphèse (Str. 14.1.26), Ilion (I.Ilion 10 et 71), Pergame (Sherk 1969, 12), Priène (I.Prien (...)

10Les cités libres n’étaient pas à l’abri de tels dérèglements. Comme le rappelle J.-L. Ferrary, leur statut leur permettait en principe d’échapper aux publicains, d’adresser un recours au Sénat en cas de besoin, ou bien encore de conserver leur autonomie juridictionnelle39. En réalité, leur marge de manœuvre était fonction des intérêts de Rome ou de ceux qui s’en réclamaient40. Elles devaient donc toujours lutter pour préserver leurs droits menacés par les sociétés fermières et les autorités provinciales romaines41.

  • 42 Bresson 2002a, 157. D’après J. Reynolds (Reynolds 1982, 4-5), Aphrodisias pourrait avoir reçu la l (...)
  • 43 Deux écoles s’opposent sur la date d’entrée de la Carie dans la province d’Asie. Pour les uns (ain (...)
  • 44 Plb. 30.21.3; App. Mith. 23.89.
  • 45 Cic. Q. fr. 1.1.33; App. Mith. 23.92.
  • 46 I.Stratonikeia 505, l. 55-8. Les aménagements du sanctuaire d’Hécate à Lagina, dans lesquels J. Ch (...)
  • 47 Contre Robert 1954, 99-100, cf. Sherk 1969, 103, d’après l’inscription no. 17 de son catalogue (te (...)
  • 48 Bresson 2002, 158-60. Sur les rentrées fiscales à Caunos, cf. l’inscription caunienne du ier siècl (...)
  • 49 Bresson 2002a, 161.
  • 50 App. Mith. 23.89: les Cauniens ‘arrachèrent de l’autel d’Hestia les Italiques réfugiés auprès de l (...)

11En Carie, comme le montre l’exemple de Caunos selon A. Bresson, ces pressions peuvent avoir commencé dès avant la première guerre mithridatique42. À cette époque pourtant, l’essentiel du territoire carien ne faisait pas encore partie de la province d’Asie43. De plus, Caunos jouissait de la liberté depuis que les Romains la lui avaient accordée en 16744. D’autres villes de la région bénéficiaient du même statut et avaient reçu, après la guerre de 88-85, des territoires et des avantages financiers en récompense de leur fidélité à Rome. Ainsi Rhodes acquit Caunos et des îles environnantes45; de son côté, Stratonicée entra en possession de Pédasos, Thémessos, Kéramos, de terres, de villages, d’octrois et de revenus de villes46; enfin, Tabai s’agrandit peut-être de la région abritant le village fortifié de Thyessos47. Dans le cas des Cauniens, A. Bresson fait remarquer qu’ils habitaient au débouché d’une importante voie de communication avec l’arrière-pays lycien, voire la Phrygie, et tiraient de substantiels revenus des droits de douane qu’ils prélevaient sur les marchandises passant chez eux48. Cette source d’enrichissement pourrait avoir éveillé la convoitise de trafiquants qui, ‘profitant du rapport de force écrasant en faveur de Rome, durent essayer de s’emparer des trafics avec l’arrière-pays, mais aussi des terres et des biens’49. Les abus auxquels ils se livrèrent peut-être pourraient expliquer le massacre des Italiens de Caunos en 8850.

Des réactions variées

Des mesures ponctuelles

  • 51 À sa manière, sans doute dans le cadre d’une propagande philhellénique, Mithridate VI Eupator lutt (...)
  • 52 Sur la date de son gouvernement, cf. Balsdon 1937, 8-10, Magie 1950, 1064, n. 47, Badian 1956, 104 (...)
  • 53 Diod. 37.5.2 (trad. F. Hoefer, Paris, 1846). Cf. aussi, dans d’autre domaines, Cic. Att. 6.1.15. S (...)

12La situation difficile dans laquelle se débattaient les cités d’Asie et les risques d’instabilité que cela faisait courir au pouvoir de Rome dans la région poussèrent certains magistrats romains à prendre des décisions en faveur des provinciaux51. Ainsi, au tout début du ier siècle, Q. Mucius Scaevola, alors gouverneur d’Asie52, fit condamner, avec l’aide de son légat P. Rutilius Rufus, ‘les fermiers mis en cause et les forç(a) à restituer aux parties lésées les dommages pécuniaires qu’ils leur avaient faits’53. De même, il ‘livr(a) aux offensés les fermiers de l’État condamnés devant la justice’. Tel fut le cas d’un esclave d’une société fermière qui subit le supplice de la croix.

  • 54 Plut. Luc. 20.3 (trad. R. Flacelière et É. Chambry, Paris, 1972). L’intérêt était fixé à 1% par mo (...)
  • 55 En agissant ainsi, M.-C. Ferriès nous fait remarquer que Lucullus condamnait le système romain des (...)
  • 56 Cf. aussi, dans un contexte plus général, Plut. Luc. 7.7. Déjà, après la première guerre mithridat (...)

13Durant l’hiver 71/70, Lucullus, récent vainqueur de Mithridate, ‘ordonna d’ abord que l’intérêt fût à un pour cent et pas davantage54; ensuite il annula les intérêts qui dépassaient le montant de la somme due; en troisième lieu (et ce fut la mesure la plus importante) il stipula que le créancier ne pourrait s’approprier que le quart des revenus du débiteur; celui qui aurait ajouté l’intérêt au capital serait privé de tout55. Ainsi, en moins de quatre ans, toutes les dettes furent éteintes, et les propriétés furent rendues libres de toute charge à leurs possesseurs’56.

  • 57 Cic. Q. fr. 1.1.25 (trad. L.-A. Constans, Paris, 1962). Dans ce contexte, les Magnètes du Sipyle s (...)
  • 58 Sur l’impôt des édiles, cf. Cic. Q. fr. 1.1.26 (trad. L.-A. Constans, Paris, 1962). Sur la taxe na (...)

14De son côté, Q. Tullius Cicero, frère de Cicéron et gouverneur d’Asie entre 61 et 58, veilla à ce qu’aucune cité ne contractât de dette nouvelle et en libéra plusieurs ‘du fardeau écrasant des dettes anciennes’. De plus, ‘les dépenses imposées aux cités et les taxes auxquelles elles sont soumises (furent) réparties équitablement entre tous les habitants de leur territoire’57. D’autres furent supprimées, ainsi ‘cette injuste et lourde charge, l’ impôt des édiles’, et la taxe levée dans les villes côtières pour l’entretien d’une flotte destinée à prévenir le retour, hypothétique, de la piraterie58.

  • 59 Cf. Delplace 1977, 251 et n. 107, pour la bibliographie.
  • 60 Cf. Cic. Att. 6.1.15.

15Q. Minucius Thermus semble s’être aussi intéressé à la question. En effet, dans sa lettre au gouverneur d’Asie, Cicéron invite celui-ci à vérifier si, comme le prétendent les Cauniens, la somme due à Cluvius Puteolanus a bien été déposée ‘conformément à l’édit (ou) sur décret’. L’allusion est claire. En prenant possession de sa province, tout gouverneur publiait un édit visant à faire connaître les règles juridiques qu’il comptait suivre durant sa magistrature. À l’aide des décrets, il lui était ensuite possible d’adapter ses premières résolutions en fonction des cas particuliers. Nous ignorons ce que contenaient exactement l’édit et les décrets de Q. Minucius Thermus. Nous pouvons cependant nous en faire une idée grâce aux dispositions prises à la même époque par Cicéron en Cilicie. Sans entrer dans les détails de ce dossier59, nous rappellerons simplement que son édit s’articulait autour de trois chapitres: les affaires particulières (attributions d’héritages, vente de biens, etc.), les affaires réglées conformément aux édits des préteurs urbains, enfin les affaires d’ordre provincial. Dans ce dernier cas, les questions financières étaient au centre des préoccupations. Ainsi étaient abordés les problèmes touchant aux comptes des cités (éviter les dépenses superflues), aux dettes et aux taux d’intérêt (fixés au mieux à 12% l’an), ou encore aux contrats (soumis au droit grec ou au gouverneur selon les parties concernées) et à tout ce qui regardait les publicains (à ménager sans heurter les Grecs)60. Sans doute les mesures de Q. Minucius Thermus étaient-elles, au moins en partie, de même nature.

  • 61 Cf. Cic. Fam. 1.9.26, et Cic. Planc. 33, pour l’hostilité des publicains envers Q. Mucius Scaevola (...)

16Hélas pour les provinciaux, les décisions prises par Q. Mucius Scaevola, Lucullus, Q. Tullius Cicero, voire Q. Minucius Thermus, ne durèrent que le temps de leur gouvernement. En effet, l’édit d’un gouverneur n’engageait que lui; de plus, les publicains ne manquèrent pas, à Rome, de se venger systématiquement du tort qu’on avait fait subir à leurs affaires. Furent ainsi visés Q. Mucius Scaevola, dont la sévérité à leur égard lui attira de solides inimitiés, P. Rutilius Rufus, condamné en 92 pour extorsion de fonds durant son séjour en Asie (!), Lucullus rappelé en Italie en 67 à la suite d’intrigues, enfin Q. Tullius Cicero lui aussi inquiété à son retour à Rome en 5861. De tels tourments n’invitaient certainement pas les gouverneurs moins résolus à soutenir les provinciaux.

Le recours aux ambassades

  • 62 Cf. Canali de Rossi 1997, 281-2, 325 (pour Éphèse, c. 100), 294, 338 (pour Ilion, en 89), 279-81, (...)
  • 63 Sur l’envoi d’autres ambassadeurs aphrodisiens auprès des Romains au ier siècle, toujours pour des (...)
  • 64 Pour le texte, cf. Canali de Rossi 2002, 100-104, no. 166 (presque identique dans idem, 1997, 338- (...)

17De leur côté, les cités pouvaient aussi faire preuve d’initiative. Ainsi, en conflit avec les sociétés fermières à la fin du iie /début du ier siècle, Éphèse, Ilion et Pergame envoyèrent chacune des ambassadeurs défendre leurs intérêts devant le Sénat de Rome62. Pour des raisons identiques, d’autres ambassades furent formées au nom d’un regroupement de cités. C’est ce qui arriva, sans doute dans les années 70, à deux Aphrodisiens qui, au nom du koinon des Grecs d’Asie, révélèrent au Sénat et aux magistrats romains les exactions commises par les publicains à l’encontre de ses membres63. L’affaire donna lieu à un décret voté par le koinon et trouvé à Aphrodisias. Nous le reproduisons ci-après avec une traduction64.

[ἔδοξεν τῷ κοινῷ˙ γνώμη π]ροέδρων καὶ γραματέως (sic)˙ ἐπεὶ τῶν πολέω[ν | καὶτῶν ἔθνων ἐπιβαρυμένων] ὑπò τε τῶν δημοσιώvωό καὶ τῶν γεινομένω [ν | έπιταγῶν ---]ου καὶ εἰς τὴνἐσχάτην άπóγvωσιν παρ᾽ ἑνίω[ν | καθεστηκότων, τò κoινòν] τ ῶν Ελλήνων συνελθòν ὁμοθυμαδòν ἔκρινε|5| [---]α ἐν τῇ Έφεσίων πόλχ πέμψαι πρεσβευτὰς πρòς|[τήν τε σύνκλητον καὶ το] ὺς ἡγουμένους ἐκ τῶνπρώτων καὶ μάλιστα τιμω|[μένων διαλεξομένους αὐτ]υῖς περί τε τῶν προγεγραμμένων καὶ τῶν ἂλλων τῶ[ν| συμφερόντων καὶ αὺτ]οὺς ἀξιώσοντας ἀντιλαβέσθαι τῆς ἐπαρχήας καὶ ὑ[.. | ---]νην αὺτήν, καὶ αἱρεθέντων πρεσβευτῶν ἐν οἷς καὶ |10| [Διονυσίου καὶ Ίερ]οκλέους τῶν Ίάσονος τοῦ Σκύμνου τῶν ᾽Αφροδισιέων, πολ[ι|τευομένοων δὲ καὶ] ἐν Τράλλεσιν, ὧν καὶ μὴ ἐπιδημούντών, ἔπεμψαν οἱ προέδρο[ι | --- π]αρ᾽ ᾽Αφροδισιέων δῆμον γράμ[μα]τα περὶ τε το ῦ εἱρῆσθαι αὐτοὐ[ς |--- συμπρεσβεύ]σοντας δι ὰ τò κοινῇ συμφέρον τῶν ῾Ελλήνων, γινωσκομένης | [παρὰ τοὶς Ἓλλη]σιντῆς ἐπ᾽ ἀρετῆ και δόξη διαλήψεως καθότι τὰ κατὰ μέρος |15| [περὶ ἑκάστων διὰ] τῶν ἐξαπεσταλμένωνὑπὲρ αὐτῶν γραμμάτων δηλοῦ |[ται διò παρόντε]ς καὶ κληθέντες ὑπò τοῦ δήμου συναχθέίσηςἐλκησιας (sic) | [ἀνεδέξαντο ἐπι]τελεσειν τὴν πρεσβήαν - δι᾽ ἢν κα πρεσβήαν πολλούς I [καὶμεγάλους] κινδύνους ὑπομειναντες καὶ ἀναδόντες τὰ ψηφίσματα | [τῆ τε συνκλή]τῳ καὶτοῖς ἡγουμένοι ς καὶ {καὶ} προσεδρεύσαντες ἐν πάν |20| τι καιρω τοῖς] ἡγουμενοις καὶ πολλοὺςκαὶ μεγάλους ἀγῶνας [ἀ]ναδεξάμε|[νοι ὑπ ὲρ τοῦ] κοινοῦ τῶν Ἑλλήνων καὶ παρατύχοντεςπᾶσιν τοῖς ἀγῶσιν καὶ πο[ι|ήσαντες τὴ]ν πρεσβήαν καλήν καὶ εὐτυχῆ καὶ ἀξίαν τοῦ κοινού τῶν Ἑλλήνων| [καὶ τῆς περὶ] αὐτῶν διαλῆψεως, κατωρθώσαντο (sic) τὰ μέγιστα καὶ συμφέροντα τοῖς | [ἐν πάση τῇ]᾽Ασί [ᾳ] δήμοις τε καὶ ἔθνεσιν - δεδόχθαι τῷ κοινῷ τῶν έπὶ τῆς ᾽Ασί |25| [ας Έλλήνω]ν ἐπηνῆσθαι τοὺςπρογεγραμμένους ἂνδρας καὶ έστεφαν<ῶ>σθαι χρυσῷ | [στεφάνῳ ἑκά]τερον αὐτῶν ἐφ᾽ ᾗ εἰσηνέγκαντοἀνδρήα τε καὶ σπουδῇ | [καὶ στῆσ]αι αὐτῶν· καὶ ἰκόνας (sic) χαλκὰς παρ᾽ ᾧ ἂν βούλωται δήμῳ ἢ ἔθνειγεν[ο|μ ένης έπιγρα]φῆς οἱ ἐν τῇ ᾽Ασιᾳ δῆμοι καὶ τὰ ἔθvη ἐτίμησαν Διοvύσιοv καὶ ῾Ιεροκλήν | [τοὺς᾽Ιάσονο]ς τοῦ Σκύμνου κατορθωσαμέvους τὰ μέ<γ> ι στα ἀρετῆς {ἕvεκ} |30| ἕνεκεν.

  • 65 Sur le sens du mot & hgoçumenoj à la fin de l’époque républicaine, cf. notamment Chaniotis 2004, 3 (...)
  • 66 Sur le sens des mots dèmos et ethnos dans un tel document, cf. Merola 2001b, 183-93, et Sartre 200 (...)

Il a plu au koinon, sur proposition des proèdres et du secrétaire, attendu que, les cités et les ethnè étant accablées par les publicains et les impôts... étant tombées dans un désespoir extrême du fait de quelques-uns, le koinon des Grecs s’est réuni et a décidé à l’unanimité... dans la cité des Éphésiens, d’envoyer devant le Sénat et les magistrats65 des ambassadeurs choisis parmi les hommes de premier plan et les plus honorés, pour s’entretenir avec eux des choses susdites et des autres sujets d’intérêt, et pour qu’ils acceptent de s’occuper de la province et de la... ; (attendu que), Dionysios et Hiéroclès fils d’Iasôn fils de Skymnos, Aphrodisiens et détenant la citoyenneté à Tralles, comptant au nombre des ambassadeurs désignés et n’étant pas présents, les proèdres ont envoyé... des lettres au peuple des Aphrodisiens relatives à leur désignation pour aller, avec le reste de l’ambassade, vers le bien commun des Grecs, leur réputation en matière de mérite et de gloire étant connue des Hellènes et comme cela est montré tour à tour pour chacun dans les lettres envoyées en leur faveur; ceci fait que, (les deux hommes) étant présents et ayant été priés par le peuple réuni en assemblée de se charger d’accomplir l’ambassade au cours de laquelle, ayant enduré de nombreux et grands dangers, ayant remis les décrets au Sénat et aux magistrats, ayant fait le siège des magistrats en toute occasion, ayant engagé de nombreux et grands procès dans l’intérêt du koinon des Grecs, ayant assisté à tous les procès, ayant accompli l’ambassade d’une manière belle, heureuse et digne du koinon des Grecs et de leur réputation, ayant assuré les plus grands intérêts des dèmoi et des ethnè de toute l’Asie66; plaise au koinon des Grecs d’Asie que soit fait l’éloge des hommes susnommés, que chacun d’eux soit couronné d’une couronne d’or pour le courage et le zèle dont ils ont fait preuve, qu’on élève des statues de bronze à leur image chez le dèmos ou l’ethnos qu’ils voudront, avec pour inscription: ‘les dèmoi et les ethnè d’Asie ont loué, en raison de leur mérite, Dionysios et Hiéroclès fils d’Iasôn fils de Skymnos, qui ont accompli avec succès les plus grandes choses’.

  • 67 Dans les versions antérieures à celle de Canali de Rossi 2002, le texte n’est pas toujours lu de l (...)
  • 68 Ce que F. Canali de Rossi restitue l. 3 (2002, 100). Or, comme l’indique J. Reynolds (1982, 30), l (...)
  • 69 Nous remercions M.-C. Ferriès de nous avoir suggéré ce que dut être le parcours de Dionysios et Hi (...)

18Malgré les lacunes, le nombre et la variété des restitutions67, le texte se comprend sans grandes difficultés. Ainsi, accablé par les publicains et peut-être par des impôts trop lourds68, le koinon des Grecs d’Asie dépêche une ambassade devant le Sénat et les magistrats de Rome pour leur demander de réagir. Parmi les envoyés figurent deux hommes importants, Dionysios et Hiéroclès d’Aphrodisias, qui, arrivés sur place, font preuve d’une grande activité. En effet, après avoir remis les décrets que le koinon leur a confiés, ceux-ci se livrent, sans doute avec le soutien (indispensable) de patrons, à des délégations répétées auprès des magistrats et s’engagent, certainement avec les mêmes appuis, dans des procès que l’on sait onéreux: frais de séjour durant la durée de la procédure, recrutement des avocats, corruption éventuelles des membres des jurys, etc.69. Leurs démarches ayant toutes été couronnées de succès, le koinon d’Asie manifeste comme il se doit sa reconnaissance en votant un décret en leur honneur.

  • 70 Cf. déjà Nicolet 1974, 353, Ferrary 1999, 72-3, Ferrary 2001a, 104, et Ferrary 2002, 140. Rares so (...)

19L’heureuse issue de cette entreprise montre, comme celles conduites par les Éphésiens, les Iliens et les Pergaméniens, que l’action des publicains dans les provinces pouvait être contrariée, à condition toutefois d’aller défendre sa cause à Rome devant les plus hautes autorités de l’État. Mais que l’on ne s’y trompe pas, les pierres d’Asie (et d’ailleurs) ne conservent le plus souvent que le souvenir des litiges réglés en faveur des cités les ayant fait graver70. Le silence est donc ici lourd de sens.

L’appel à des personnalités influentes

  • 71 Cette expression, vague à première vue, apparaît souvent dans les textes citant des intermédiaires (...)

20Pour l’emporter face aux puissantes sociétés fermières, les provinciaux devaient pouvoir compter sur le plus de soutiens possible. Or, dans le décret du koinon d’Asie, Dionysios et Hiéroclès furent à l’évidence des pièces maîtresses dans le jeu joué par la ligue auprès des Romains. En effet, les dispositions prises pour les envoyer à Rome suffisent à montrer que celle-ci comptait beaucoup sur eux pour se faire entendre. Ainsi, leur absence d’Éphèse aurait dû motiver l’élection de remplaçants, ce qui ne fut pas le cas. De plus, la lettre officielle les prévenant de leur désignation ne leur a pas été envoyée directement mais fut adressée au peuple des Aphrodisiens, lequel pria les intéressés (marque d’honneur supplémentaire) d’accepter la mission. Il faut dire que Dionysios et Hiéroclès étaient des ‘hommes de premier plan’ (l. 6)71.

  • 72 Cf. MacDonald 1992, 63, Type 62. Comme l’a déjà remarqué Th. Drew-Bear (1972, 468), l’abondante sé (...)
  • 73 Selon M.-C. Ferriès, peut-être furent-elles du même type que celles évoquées plus loin dans le déc (...)

21Déjà leur père, Iasôn fils de Skymnos, compta au nombre des monétaires dont le nom fut gravé sur des drachmes de Plarasa-Aphrodisias à la fin de l’époque hellénistique72. De leur côté, Dionysios et Hiéroclès, citoyens d’Aphrodisias et de Tralles (l. 10-11), étaient connus aussi bien dans leurs patries que dans le reste de la province d’Asie, et certainement aussi dans les milieux dirigeants romains, ce qui expliquerait pourquoi on tint absolument à ce qu’ils fussent ambassadeurs. En effet, le décret voté en leur honneur souligne que, dès avant leur mission en Italie, ils avaient accompli des actions dignes d’éloges sans qu’on nous précise lesquelles (l. 13-16)73. Par ailleurs, leur prestige, leurs relations personnelles et peut-être leur connaissance du latin pouvaient leur servir à approcher plus facilement des hommes politiques romains importants, dont le soutien était essentiel à Rome.

  • 74 Cic. Ver. 2.4.10 (trad. H. de la Ville de Mirmont, Paris, 1960). Cette situation est cependant un (...)
  • 75 Selon F. Canali de Rossi (2002, 102), la procédure judiciaire visait peut-être un gouverneur trop (...)

22C’est ce que comprirent par exemple les ambassadeurs de Sicile qui, venus dénoncer en 70 les exactions de C. Verrès dans leur province, prirent contact avec des sénateurs et trouvèrent en Cicéron leur défenseur. Comme le firent sans doute Dionysios et Hiéroclès, ‘c’ est pénétrés de cette douleur qu’ils ont présenté aux conseils des requêtes (...) Pour moi (...) ils sont même parvenus par leur affliction et par leurs larmes à me faire presque dévier de ma ligne de conduite, à me faire accepter d’intenter à Verrès une accusation à laquelle mes principes et mes goûts répugnaient tout à fait; à vrai dire, cependant, le rôle dont je me suis chargé dans cette cause me semble bien plutôt celui d’un défenseur que celui d’un accusateur’74. Dans le cas du koinon d’Asie, un parrainage de poids ne pouvait être aussi que bienvenu, surtout en prévision des procès auxquels il est fait allusion dans le décret pour Dionysios et Hiéroclès (l. 20-1)75. C’est assurément un homme du même genre que ces derniers qui, à Éphèse, défendit la cause des Mylasiens auprès de Cicéron.

  • 76 Sur ce personnage, cf. en dernier lieu Delrieux & Ferriès 2004a, 41-71, et 2004b, 499-515.
  • 77 14.2.24.
  • 78 Str. 14.2.24. Sur cette maîtrise du verbe, cf. Delrieux & Ferriès 2004a, 55.
  • 79 Cf. déjà Campanile 1997, 243-4, et Delrieux & Ferriès 2004a, 54.
  • 80 Sur cette date, cf. Habicht 1984, 70, n. 6, et Migeotte 1984, 330, n. 257.
  • 81 14.2.24.
  • 82 Sur Hybréas fils de Léôn, cf. Delrieux & Ferriès 2004a, 41-71, et 2004b, 499–515. À sa mort, Euthy (...)

23À moins de l’avoir fait avant, dans des circonstances aujourd’hui obscures, le nouveau gouverneur de Cilicie ne prend pas la peine de présenter Euthydème à Q. Minucius Thermus. De toute évidence, l’un et l’autre le connaissent assez pour que son nom seul suffise à l’identifier. Il est vrai que l’intéressé jouissait d’un grand prestige76. Grâce à Strabon, nous savons qu’Euthydème, ‘qui avait hérité de ses ancêtres une fortune opulente et une grande considération, et très habile au surplus, était non seulement puissant dans sa patrie (Mylasa), mais avait été jugé digne d’ occuper le premier plan en Asie’77. Cette dernière remarque, que l’on rapprochera des ‘hommes de premier plan’ qu’étaient Dionysios et Hiéroclès, laisse entendre qu’Euthydème, orateur de talent78, exerça certainement des fonctions importantes au sein du koinon des Grecs d’Asie79. Ceci expliquerait sa présence à Éphèse, siège du koinon, quand Cicéron y débarqua, sans doute en juillet 5180. Strabon ajoute qu’à Mylasa, ‘à la fois puissant et utile à la cité, (il) commandait tout, de telle sorte que, même s’il tendait à la tyrannie, cela s’excusait parce qu’il s’appliquait à rendre service’81. Ce pouvoir était d’ailleurs d’autant moins accablant que son détenteur acceptait une opposition locale animée par Hybréas, promis lui aussi aux premiers rôles après sa mort82. Euthydème était donc un homme de grande stature, particulièrement précieux dans des circonstances difficiles comme celles évoquées dans la lettre de Cicéron.

De grands enjeux

Des créanciers d’importance

  • 83 Flac. 54.
  • 84 Pour la Carie, cf. Migeotte 1984, 331.
  • 85 Cicéron avait déjà agi en ce sens dans le passé. Ainsi, en 60, pour défendre les intérêts de T. Po (...)

24Tous les Cariens nommés dans la lettre à Q. Minucius Thermus sont endettés auprès d’une même personne, Cluvius Puteolanus. Dans l’incapacité de le payer, ils étaient dans une situation comparable à celle de leur voisine Tralles quelques années auparavant. En effet, lors du procès de L. Valerius Flaccus en 59, Cicéron rappelle que cette cité devait de l’argent à un créancier, Castricius, qui n’arrivait pas non plus à se faire payer83. Comme sans doute en Carie, la dette remontait à plusieurs années et était semble-t-il importante84. Aussi, pour obtenir gain de cause, Castricius en appela en 62/61 au gouverneur de la province, L. Valerius Flaccus, qui força les Tralliens à verser ce qu’ils devaient. Sans doute Cicéron attendait-il et Cluvius Puteolanus espérait-il une action comparable de la part de Q. Minucius Thermus, ne serait-ce qu’en raison des acteurs impliqués dans l’affaire85.

  • 86 Sur ce personnage, dont le prénom était M. ou M’, cf. Sirago 1977, 50-61, Andreau 1983, 9-20 (avec (...)
  • 87 Cic. Fam. 13.55.1, et 13.57.2. Sur M. Anneius, cf. Deniaux 1993, 450-51.9.
  • 88 Pour T. Pinnius, cf. Cic. Fam. 13.61, et Deniaux 1993, 540-41.79. Pour Caerellia, cf. Cic. Fam. 13 (...)

25Cluvius Puteolanus n’est pas un inconnu dans l’entourage de Cicéron. En effet, ce financier, originaire du principal port de commerce d’Italie, était un proche de l’orateur qui fut sans doute un temps son conseiller juridique, qui lui confia de l’argent pour le faire fructifier et qui hérita une partie de ses biens à sa mort en 4586. Ces liens étroits suffiraient déjà à expliquer l’intérêt que Cicéron porta à ses affaires en Orient. Seulement, la recommandation de Cluvius Puteolanus au gouverneur de la province d’Asie n’est pas un cas isolé. En effet, pour ne prendre que des exemples propres à cette région, Cicéron intervint aussi, pour les mêmes raisons et à la même date, en faveur de M. Anneius, créancier de Sardes87. La même année, il contacta aussi le gouverneur de Bithynie-Pont, P. Silius, au nom de T. Pinnius, détenteur d’une créance de huit millions de sesterces sur la ville de Nicée, ou encore P. Servilius Isauricus vers 45 pour lui recommander Caerellia, détentrice sans doute aussi de créances sur des cités88. Cependant, à la différence de ces trois personnages et de l’aveu même de Cicéron, Cluvius Puteolanus n’était pas un simple créancier.

  • 89 Sur la recommandation des affaires de ce personnage à P. Silius, gouverneur de Bithynie-Pont en 51 (...)
  • 90 I.Magnesia 139. Sur ce personnage, cf. Cébeillac 1987, 3-12, et Deniaux 1993, 482.
  • 91 F. Münzer, RE, IV. 1 (1900), s.v. Cluvius, col. 121.7.
  • 92 Nicolet 1974, 844-5.107.
  • 93 Coarelli 1983, 139.
  • 94 Selon J. Hatzfeld (1919, 127), le début de la lettre à Q. Minucius Thermus pourrait laisser entend (...)

26En effet, non seulement il défendait ses intérêts, mais il veillait, comme intermédiaire de crédits, sur ceux de Cn. Pompée. À ce titre, il était dans le cas de son contemporain L. Egnatius Rufus que Cicéron recommanda à plusieurs reprises pour des affaires dont il n’était sans doute que le gestionnaire via des fondés de pouvoir89. Par ailleurs, son implication dans les dossiers cariens de Pompée pourrait tenir au fait que la région n’était pas étrangère à sa famille. En effet, toujours au ier siècle, des honneurs (dont une couronne d’or) furent accordés par les Magnètes du Méandre à N. Cluvius, fils de M’, bienfaiteur du peuple et pieux envers Artémis Leukophryènè90. Selon F. Münzer, cet homme, magistrat dans plusieurs villes de Campanie et décédé à Pouzzoles, était un parent et probablement un associé de Cluvius91. D’après Cl. Nicolet, il aurait été également chevalier, manceps d’une société de publicains92. Pour F. Coarelli, hostile à cette idée, il se serait plutôt livré au commerce des esclaves dans la cité qui lui rendit hommage93. En tous les cas, aux yeux d’investisseurs étrangers comme Pompée, cette implantation des Cluvii en Carie ou sur ses marges et leur connaissance apparente du terrain en faisaient des partenaires financiers de grand intérêt94.

  • 95 Royer 1967, 419.
  • 96 Cic. Att. 6.1.3-4. Cf. Royer 1967, 426, pour le calcul de la somme empruntée par Ariobarzane. Par (...)

27Pour sa part, la mention de Pompée comme créancier dans la lettre à Q. Minucius Thermus n’a pas lieu de surprendre en Asie Mineure. Comme le rappelle J.-P. Royer, celui-ci passait ‘pour être le plus grand capitaliste d’Asie’95. Ses débiteurs étaient nombreux, voire importants, à l’image du roi Ariobarzane III de Cappadoce qui lui emprunta une très grosse somme d’argent, sans doute plus de 3 000 talents96. Nous ne savons rien en revanche des sommes investies par Pompée en Carie. Toutefois, le ton pressant de Cicéron à la fin de sa lettre à Q. Minucius Thermus semble indiquer, d’une part que celles-ci devaient être suffisamment importantes pour que Pompée lui-même s’inquiétât de leur recouvrement, d’autre part que ce dernier avait grand besoin d’argent. Il est vrai que, au milieu du ier siècle, les circonstances l’y contraignaient.

Des besoins financiers urgents

  • 97 Sur l’ampleur de ce phénomène, cf. Delrieux & Ferriès 2004a, 61.
  • 98 Caes. Civ. 3.31.2 (trad. P. Fabre, Paris, 1964).

28En effet, les affaires de recouvrement de créances étaient nombreuses à cette époque; les exemples de M. Anneius, T. Pinnius et Caerellia évoqués plus haut suffisent à le montrer97. La perspective d’un affrontement entre Pompée et César (et encore après le début du conflit) engendra sur le marché monétaire romain une restriction de la masse monétaire en circulation et conduisit chaque parti à exiger des provinces placées dans sa zone d’influence, ainsi l’Asie pour les Pompéiens, l’argent qu’elles lui devaient. Entre autres exemples, César signale que ‘la flotte que (Pompée) avait tirée d’ Asie, des Cyclades, de Corcyre, d’Athènes, du Pont, de Bithynie, de Syrie, de Cilicie, de Phénicie, d’Égypte, était considérable; considérable celle dont il avait ordonné la construction de tous côtés; considérables les sommes d’argent qu’il avait exigées et recueillies en Asie, en Syrie, de tous les rois, dynastes, tétrarques, et des villes libres d’Achaïe; considérables celles qu’il s’était fait verser par les compagnies de publicains des provinces qu’il occupait’98. Dans sa recherche de fonds, Pompée put compter sur ses partisans au nombre desquels était son beau-père, Q. Caecilius Metellus Pius Scipio, dont l’âpreté au gain n’échappa pas à César.

  • 99 Caes. Civ. 3.31.2 (trad. P. Fabre, Paris, 1964).
  • 100 César ayant intérêt à noircir son adversaire, peut-être faut-il voir derrière la ‘cupidité’ de Met (...)
  • 101 Caes. Civ. 3.32.1-3 et 6 (trad. P. Fabre, Paris, 1964). Les avis sont partagés sur le nom de la ré (...)
  • 102 Caes. Civ. 3.33.1 (trad. P. Fabre, Paris, 1964). L’opération n’eut finalement pas lieu car Pompée (...)

29Ainsi apprend-on que celui-ci, gouverneur de Syrie en 49/48, demanda aux cités et aux tyrans de la région des sommes d’argent importantes: ‘il avait de même exigé des publicains de sa province les arrérages de deux années qui n’avaient pas été payés et les avait obligés à verser à titre d’avance la somme due pour l’année suivante’99. En Asie, qu’il traversa fin 49/début 48 pour mener des renforts de troupes à son gendre quelques mois avant Pharsale, ‘il exigeait avec la dernière rigueur par toute la province le versement des contributions qu’il avait imposées; de plus, il imaginait, pour satisfaire sa cupidité, toutes sortes de catégories d’impôts100. Il levait une taxe de capitation sur chaque esclave comme sur chaque homme libre; il réclamait un impôt sur les colonnes, sur les portes, du blé, des soldats, des armes, des rameurs, des machines de guerre, des corvées de transport. Que l’on réussît seulement à trouver un nom, il semblait que c’en fût assez pour exiger une taxe. (...) Aussi les dettes de la province se multiplièrent-elles (...) Cela n’empêcha point de réclamer aux citoyens romains de cette province (...) des sommes déterminées, qu’on prétendait être des emprunts exigés au terme du sénatus-consulte; aux publicains, étant donné qu’ils avaient amassé des capitaux à prêter, on réclama les redevances de l’année suivante’101. Les sanctuaires n’échappèrent pas à ces prélèvements forcés. Tel fut le cas à Éphèse, lorsque Metellus Scipio ordonna ‘d’enlever du temple de Diane le trésor que l’on y conservait depuis fort longtemps’102.

Des retards de paiement calculés

  • 103 Delrieux & Ferriès 2004a, 62.

30Malgré ces pressions et le cycle infernal des intérêts cumulés, les débiteurs ne gagnaient pas à payer sur le champ ce qu’on leur demandait. En effet, quand Cicéron écrivit à Q. Minucius Thermus, le conflit opposant Pompée à César n’était pas encore réglé. Aussi, en Carie, les cités et les particuliers endettés auprès du premier avaient tout intérêt à retarder le plus longtemps possible le règlement des échéances car, ‘soit Pompée gagnait et le butin le rendrait plus généreux, soit il perdait et la dette avait de bonnes chances d’ être enterrée’103. Les Mylasiens firent sans doute ce calcul.

  • 104 Ce n’est pas la première fois que Mylasa a recours aux ecdici. Déjà, à l’époque hellénistique, des (...)
  • 105 Migeotte 1984, 330. Cf. aussi Hauvette-Besnault & Dubois 1881, 104 (le mot (ἔκδικος ‘désigne un co (...)
  • 106 Comme le fit Brutus à la même époque pour ses intermédiaires M. Scaptius et P. Matinius en conflit (...)

31On se souviendra qu’Euthydème promit à Cicéron que ses compatriotes, pour liquider leur différend avec Cluvius Puteolanus (et Pompée), enverraient à Rome des ecdici, ou ‘fondés de pouvoir’ 104. Or, Cicéron apprit quelques temps après que les Mylasiens avaient dépêché des legati, soit des délégués aux compétences très limitées. L. Migeotte rappelle en effet que ces derniers n’avaient ‘que le pouvoir de faire une requête et non, comme les (ecdici), celui de plaider la cause de leur patrie, à titre d’avocats’105. Le choix de ces hommes permettait donc à ceux qui les envoyaient de gagner un temps que des créanciers comme Pompée ne pouvaient pas en revanche se permettre de perdre. D’où les inquiétudes de celui-ci; d’où l’insistance de Cicéron auprès de Q. Minucius Thermus106; d’où peut-être aussi l’objet d’une lettre parfois associée à cette affaire.

  • 107 Pour le texte de Milet, cf. notamment Milet I. 2.3, et Sherk 1969, 272-6.52 et RDGE, 52. Pour celu (...)

32De ce document, nous sont parvenues deux copies très mutilées, l’une trouvée à Milet, l’autre à Priène107. La première étant mieux conservée que la seconde, c’est elle que nous reproduisons et traduisons ci-après.

  • 108 Les lignes 1 à 36 sont tirées de Sherk, RDGE, 52 et les lignes 37 à 60 de Canali de Rossi 2000, 16 (...)

[--]ρα[..]σι[--|--- ἡ]μεĩς τα[---|---]ι κάγώ δὲ [---|---]ν κατὰ [--|5|--τή]ς έπαρχε[ίας ---|---]ναι ψευ[δ- --|--]φερε ι [--|--]ἔλασσ[oν ---|---]τησεμ […]νολo[---|10|---]α εμo[……]ν ἥμελλo[ν---|--- έπαρ]χείας […]εσθαι ποιη[--|--]ν ʼΕφεσ[…] ταύτης καἰ [--|--]τo ησ[….]στιον ἐ πιΓ[---|---]ενο[....τ]ο ὺς νόμους [---15|---]τε[….]νων κα ὶ τoυ[--|--]λε[..]ματα καί πυ[--|--]oυμ[ ..]μoι κατὰ τὴ [ν..|..]ον […ἠνε] γκάμην ὑπ[--|--]σ[…] τὴν σπουδ[ὴν --|20|--]ν καὶ εἰςὑ Γ[--|--] εἰδἐvαι θέλω κ[---|--- α] ὐτὸς τῂν έπα[ρχεῖαν? ---|---] ἐπ ὶ ξένωι [--|--] (12 ligne manquent) [……… ὑπ] ò Κο ΐν[τ]oυ T[ουλλί]ο[υ |..]Ιρας […]έπ’ ἀκυρώσει ὧ[ν] άνείλ[ηφε - Μάρ|κω] ι Κικέρ[ων] ι συντυχὼν εὐχαρ ίστησε,[τ ὰ ταχ]|4θ|θέντα ἐπ[ιμ]ελῶς συντηρῶν τὰ ἐπ' ἐμ[οῦ μὴ δια]| λύεν. ὅθεν τώς ὐμεῖς τήν τινων περὶ, [τα ῦτα ἀ]|να ίδειαν ἀνέσχησθε, τεθαύμακα’ δι’ ἂς [αἰτίας] | πρóς τε τò κονòν τῶν Ελλήνων γέγραφα,[πρòς | ὑ]μᾶς. Έφεσίους,Τραλλανούς. Άλαβανδεῖς. Μ[υ|45|λ]ασεῖς. Σμρναίους. Περγαμηνούς. Σαρδιανο[ύς]. | ‘Αδραμυτηνούς, ἴνα τε ὑμεῖς πρòς τὰς ἐν τῆι δ[ιοι|κ]ήσει τῆ ι ἰδίαι πόλεις διαποστελησθε ἔν τε τῶι ἐπ[ι]|φανεστάτωι τóπωι ἐν στυλοπαραστάδι έπι |λίθου λευκοῦ ἐvχαραχθηναι φροντίσητε τ[αῦ]|50|τα τὰ γράμματα, ἳνα κονῶς πάσηι τῆι ἐπαρχεία[ι τò]| δίκαιον ἐσταμένον ᾖι εις τòν ἀ εί χρόνον, αἴ τε ἅλ|λαι πάσαι πόελις καὶ δῆμοι τò᾽ α ὑτòν παρ'αὑτοῖς | ποιήσωσιν, εἴς τε τὰ δημόσια ἀποθῶνται νομο[φυ]λά|κια κα ὶ χρηματιστήρια. τὴν δέ αιτίαν δι ἤν έλλη[νι]|55|κοίς ἔγραψα, μὴv έπιζητήσητε κατὰ νοῦν γὰρ ές|χον, μή τι παρὰ τὴν έρμηνείαν ἔλασσον τὰ γεγραμ|μένα νοήσαι δύνησθε. τὴν δὲ έπιστο λὴ[ν] ἔδωκα | Τιμοκήλῆι ᾽Αναξαγόρου καί Σωσικράτηι Πυθίωνος | πρεσβευταίς Μαγήτων τῶν προς τ[ώ] ι Μαιάν|60|δρωι. ναc. ἔρρωσθε.108

  • 109 Sur le peu à en tirer, cf. Canali de Rossi 2000, 165-6.

... (lignes 1 à 36 non traduites)109... de Quintus Tullius... à propos de l’annulation de ce qu’il avait reçu et, ayant rencontré Marcus Cicéron, il le remercia pour ce qui a été fait, tout en prenant soin de ne pas transgresser les mesures prises de mon temps. Aussi, eu égard à cela, je suis étonné que vous ayez supporté l’impudence de certains. C’est pourquoi j’ai écrit au koinon des Grecs, à vous, aux Éphésiens, aux Tralliens, aux Alabandiens, aux Mylasiens, aux Smyrniens, aux Pergaméniens, aux Sardiens et aux Adramyttiens afin que vous envoyiez cette lettre dans les cités relevant de votre administration, (afin que) vous veilliez à ce qu’elle soit gravée à l’endroit le plus en vue, sur un pilastre en pierre blanche, afin que, pour toute la province, le droit soit établi pour toujours, (afin que) toutes les autres cités et (tous les autres) peuples fassent la même chose chez eux et déposent (la lettre) dans les nomophylakia (= archives?) et les chrematisteria (= tribunaux?) publics. Quant à la raison pour laquelle j’ai écrit en grec, ne la demandez pas; j’ai en effet pensé que, en raison de la traduction, vous pourriez ne pas bien comprendre ce qui a été écrit; j’ai donné la lettre à Timoclès fils d’Anaxagoras et à Sosicratès fils de Pythiôn, ambassadeurs des Magnètes du Méandre. Portez-vous bien.

  • 110 Sur le rôle fiscal du conventus dans la province d’Asie au début de l’Empire, cf. Habicht 1975, 64 (...)

33Le nom de l’auteur (un magistrat romain) et l’objet de cette lettre sont aujourd’hui perdus, et ce qu’il en reste est trop imprécis pour les rétablir avec assurance. Ce dont on est sûr est que, dans une affaire impliquant Cicéron (que l’on remercie pour un service rendu, l. 39-40) et sans doute son frère Q. Tullius (l. 38), des dispositions prises sous une magistrature de l’auteur inconnu n’ont pas été respectées (l. 40-43). Ce manquement devant cesser, des décisions ont été prises pour que, notamment, ‘le droit soit établi pour toujours’ dans la province d’Asie (l. 51-52). Le texte de celles-ci a ensuite été envoyé, via des ambassadeurs de Magnésie du Méandre (l. 58-61), au koinon des Grecs d’Asie et aux chefs-lieux de conventus de la région (l. 43-47), dont Alabanda et Mylasa en Carie, à charge pour eux de diffuser le document dans les cités relevant de leur juridiction (l. 47-48)110. Enfin, pour qu’il n’y ait pas d’ambiguïté dans l’interprétation des résolutions, ces dernières ont été traduites en grec, signe de leur importance (l. 55-58).

  • 111 Sur cette date, cf. Milet I. 2.3, RDGE, 52, et Canali de Rossi 2000, 167, n. 24. G. W. Bowersock p (...)
  • 112 RDGE, 52.
  • 113 RDGE, 52.
  • 114 Merkelbach 1995, 74. Sur ce personnage, cf. aussi Eilers 1995, 77-82. M.-C. Ferriès nous fait rema (...)
  • 115 Merkelbach 1995, 76.
  • 116 Canali de Rossi 1997, 409; 2000, 168-9.
  • 117 Canali de Rossi 2000, 169-70. Cf. DC 40.52.1-2.
  • 118 Canali de Rossi 2000, 170-1.

34La lettre ayant été écrite dans les années 56-50111, R. K. Sherk estime que son auteur pourrait avoir été Q. Minucius Thermus à l’époque de son gouvernement de l’Asie112. Dans un tel contexte, la lettre aurait pu être une réponse, adressée à toutes les cités de la province, au message de Cicéron sur les problèmes de Cluvius Puteolanus et les inquiétudes de Pompée113. Selon R. Merkelbach, elle serait plutôt liée, d’après les l. 42-43, aux abus (peut-être exagérés par Cicéron) du questeur de la province d’Asie en 51-50, L. Antonius, frère de Marc Antoine114. En réaction, Q. Minucius Thermus aurait alors écrit à tous ses administrés pour rappeler leurs droits et les devoirs auxquels les magistrats romains étaient tenus dans sa province115. Enfin, F. Canali de Rossi propose une troisième voie en partant du fait que, selon toute apparence, la lettre anonyme fut écrite hors d’Asie, par quelqu’un de plus important qu’un gouverneur116. D’après lui, l’auteur en serait Pompée qui, pour lutter contre les fausses ambassades de cités lors des procès (notamment de repetundis) organisés à Rome, prit sans doute ce problème en compte lorsqu’il réforma le système judiciaire romain durant son consulat de 52117. Ses mesures n’ayant pas mis fin à tous les écarts, il aurait alors écrit aux cités d’Asie pour leur rappeler le droit118. L’envoi en 51/50 de legati au lieu d’ecdici par les Mylasiens et l’inutilité calculée de cette démarche s’inscriraient bien dans ce contexte.

  • 119 Sur la mise en cause des réformes césariennes et leur défense, cf. Nicolet 2000, 355-65, et Delrie (...)

35La défaite de Pompée en 48 fut certainement un soulagement pour ses débiteurs, à commencer, s’ils l’étaient encore, par les Cariens nommés dans la lettre de Cicéron à Q. Minucius Thermus. De même, les mesures financières prises par César lors de son passage en Asie furent une autre bonne nouvelle pour les cités de la région119. Ainsi avantagées, ces dernières pouvaient espérer retrouver le chemin de la prospérité comme ce fut le cas à plusieurs reprises dans le passé, quand les autorités provinciales romaines privilégiaient la modération aux abus. Cependant, cet apaisement ne devait à nouveau avoir qu’un temps.

  • 120 Cf. Freber 1993, 16 sq.
  • 121 Aux exigences financières des ‘Libérateurs’ en 43, s’ajoutèrent celles de Marc Antoine en 41 et le (...)

36Tout d’abord, les réformes de 48 laissaient encore aux publicains le droit de prélever les impôts indirects, tels les portoria120. Ensuite, l’assassinat de César en 44 relança les guerres civiles, fatales aux finances des provinciaux. En effet, les tribulations de l’Asie, et tout particulièrement de la Carie, soumise tour à tour au pouvoir de partis opposés, multiplièrent les exigences romaines par deux121. Ainsi, l’Asie retombait pour plus de dix ans dans le cercle vicieux des prélèvements et des dettes.

Notes

1 Sauf avis contraire, les dates données dans cette étude s’entendent a. C.

2 Cic. Fam. 15.15.2; Plut. Caes. 48.1; App. BC 2.13.92; DC 42.6.3. Sur ces mesures, cf. Merola 2001a, 459-72, et Merola 2001b, 72-84.

3 I. Ephesos 251 (= Syll.3 760).

4 Robert 1955, 259 (Alabanda); CIG 2215 (Chios); I.Knidos 41 (Cnide); Eilers 2002, C74 (Pergame); Robert 1955, 257 (Phocée); Eilers 2002, C53 (Samos); Caes. Civ. 3.105.6 (Tralles). Sur les inscriptions en l’honneur de Jules César en Orient, cf. Raubitschek 1954, 65-75.

5 Fam. 13.56.1-3. Sur la date, discutée, de ce courrier, cf. Tyrrell & Purser 1914, no. 231 (peut-être décembre 51), et Shackleton Bailey 1977, no. 131 (début 50).

6 Sans doute du Latmos plutôt que de la Salbakè pour des raisons de vraisemblance géographique (Robert 1954, 153, n. 1; Migeotte 1984, 330, n. 256; Delrieux & Ferriès 2004a, 59, n. 41). Parmi les partisans d’Héraclée de la Salbakè, cf. Bogaert 1968, 224, Sirago 1977, 54, et Deniaux 1992, 226.

7 Celle-ci est pour l’essentiel de L.-A. Constans et J. Bayet (Paris, 1962), mais tient compte des ajustements de L. Migeotte (1984, 331, n. 260).

8 Selon J. Ma, dont nous remercions ici la remarque, c’est sans doute en raison de leurs statuts différents que les cités nommées par Cicéron ne sont pas traitées de la même manière. C’est là un sujet que nous traiterons ailleurs.

9 Cic. Flac. 27-8.

10 Cic. Flac. 34 (206 000 drachmes pris à Acmonia de Phrygie), 40 (une somme indéterminée prise à Dorylée de Phrygie), 44 (15 000 drachmes et ‘une autre somme plus considérable’ prises à Temnos d’Éolide).

11 Cic. Flac. 67 et 69.

12 Cic. Flac. 55. Sur le proconsulat de L. Valerius Flaccus père, cf. Ferrary 2000a, 337-8, et Dmitriev 2005, 104-5, n. 175.

13 Cic. Flac. 90 et 91. Malgré cette extorsion, Cicéron précise que Falcidius tira des bénéfices de ses activités à Tralles (Flac., 91). L. Valerius Flaccus aurait également mis la main sur les biens d’une certaine Valeria, décédée intestat, au mépris des intérêts de son mari (Flac. 84).

14 Cic. Clu. 130. Sur les dates de ce gouvernement, cf. Magie 1950, 249 et 1125-6, n. 42.

15 Cic. Scaur. 35; Cic. Fam. 8.6.1. Sur d’autres noms, dignes de figurer dans cette liste, cf. Canali de Rossi 2002, 103.

16 App. Mith. 21.82. Sur la Carie durant la première guerre mithridatique, cf. Marek 1988, 285-308.

17 Cf. App. Mith. 63.263 et 92.418; Cic. Man. 12.33; Plut. Pomp. 24.6.

18 Cic. Q. fr. 1.1.33.

19 Cf. Ferrary 1980, 325, Badian 1983, 87-8, Ferrary 2001a, 101, et Ferrary 2002, 143.

20 Cf. Cic. Att. 5.16.2.

21 Migeotte 1984, 340 et n. 285.

22 Flac. 51. Sur C. Appuleius Decianus, cf. Nicolet 1974, 706-7 et 781-3.28, et Pepe 1988, 5-15.

23 Cic. Flac. 46-8.

24 Migeotte 1984, 331.

25 Hatzfeld 1919, 321.

26 Nous rapprocherons cet acte d’évergétisme éventuel d’un autre du même genre survenu à la fin du iie siècle, toujours en Carie, à Olymos. Là, des ‘citoyens choisis’ garantirent un emprunt de 7 000 drachmes contracté en faveur du sanctuaire d’Apollon et Artémis en manque de liquidités (I.Mylasa 628; Migeotte 1984, 329).

27 La possibilité de pratiquer des taux usuraires, impossibles en Italie, était une des raisons poussant les financiers romains à prêter de l’argent aux cités d’Asie dans le besoin. Il leur était également plus facile de rentrer dans leurs fonds dans la mesure où ils n’avaient pas affaire à des citoyens romains, lesquels étaient protégés par des droits fondamentaux. Enfin, l’Asie était riche (cf. Cic. Man. 6.14), fortement monétarisée et possédait des garanties de paiement rassurantes sous la forme de patrimoines immobilier et foncier. Nous remercions M.-C. Ferriès de nous avoir éclairé sur ce point.

28 Syll.3 748, l. 35-6. Pour l’ensemble du texte, cf. aussi Migeotte 1984, no. 24, et Fezzi 1998, 327-37.

29 Cic. Att. 5.21.12. Sur cette affaire, cf. Tyrrell & Purser 1914, 337-44, Carcopino 1947, 114-21, et Migeotte 1984, 254-8, no. 75. Les taux d’intérêt au ier siècle n’étaient pas tous aussi exorbitants. Ainsi, à Ténos, au milieu du siècle, un certain L. Aufidius Bassus accepta de percevoir des intérêts à seulement 12% et 8% sur des prêts consentis à la cité (Migeotte 1984, 221-3, no. 64, l. 24-6 et 28-9). Dans un cas, l’argent fut même prêté sans intérêt (ibid., l. 41-2). À Olymos en Carie, l’emprunt de 7 000 drachmes évoqué plus haut, fut contracté au taux de 12% l’an (I.Mylasa 864, l. 6-9: prêt courant sur douze mois, ‘à un intérêt de six oboles par mine et par mois’; trad. Migeotte, 1984, 328).

30 Royer 1967, 426.

31 Cic. Att. 6.1.3-4.

32 Cf. TAM II. 2, 508, l. 20-1. En raison du mauvais état du texte, gravé sur un bloc de calcaire trouvé à Pinara en Lycie, nous ignorons l’identité du généreux bienfaiteur et les raisons à l’origine de l’emprunt carien. Selon L. Migeotte, l’endettement de la Carie à cette époque ‘est à rapprocher de celui des villes d’ Asie, provoqué d’abord par le paiement de l’indemnité à Sylla, dans les années 84-68 (...), puis par les désordres des cités et les exactions des Romains, avant le gouvernement de Quintus Cicero en 62-59’(1984, 337, n. 273). De même, la somme prêtée ‘est sans commune mesure avec celles que les Grecs, à titre individuel, avançaient habituellement aux cités: seuls les prêts de Brutus à Salamine de Chypre (...) et de Pinnius à Nicée (...) peuvent en être rapprochés’ (ibid., 337). Le bienfaiteur inconnu des Cariens serait-il donc aussi un étranger?

33 Plut. Luc. 20.4 (trad. R. Flacelière et É. Chambry, Paris, 1972). Cf. Migeotte 1984, 340, n. 290, pour les taux d’intérêt peut-être à l’origine de cette somme. Sur les mesures, notamment financières, de Sylla en Asie au lendemain de la première guerre mithridatique, cf. entre autres Magie 1950, 232-8, Brunt 1956, 17-25, Bertrand 1978, 802-7, et Kallet-Marx 1995, 264-73.

34 de Callataÿ 1997, 357.

35 Pourtant l’Asie était riche. C’est ce qui permit d’ailleurs aux cités de retrouver la stabilité et la prospérité sous les gouvernements bienveillants de Lucullus et Q. Tullius Cicero (Plut. Luc. 20.3; Cic. Q. fr. 1.1.25).

36 Plin. Nat. 7.127 et 36.21. Selon L. Migeotte (1984, 326), ‘l’endettement de Cnide, à cause de sa gravité même, se placerait bien entre 84 et 68 avant J.-C., quand les cités d’Asie durent se charger de dettes pour payer l’indemnité de Sylla. Cette datation conviendrait d’autre part au règne de Nicomède IV Philopator (94-74)’.

37 App. Mith. 63.261 (trad. P. Goukowsky, Paris, 2001). Sur la mise en gage des revenus immobiliers des cités, cf. Migeotte 1980, 169-70.

38 Luc. 20.1-2 (trad. R. Flacelière et É. Chambry, Paris, 1972). Il ne faut toutefois pas perdre de vue que cette commisération est en partie un poncif chez Plutarque qui décrit, presque dans les mêmes termes, la situation de la Grèce d’Europe durant les guerres civiles. L’appauvrissement des cités et de leurs citoyens, objet de tensions sociales signalées par Cicéron (Q. fr. 1.1.25), se fit aussi sentir dans le numéraire de bronze qui, au moins en Ionie, semble avoir été massivement refrappé à un cours forcé, sans doute pour permettre aux cités de s’acquitter de la dette qu’on leur avait imposée (Callataÿ 1997, 329). De même, par manque d’argent, des charges, la célébration de cultes, des panégyries ou encore des banquets publics ne furent plus assurées avec régularité (Bertrand 1978, 804).

39 Ferrary 1999, 71 et n. 8; 2001a, 103.

40 Cf. App. BC 1.102. Dans la lex Antonia de Termessibus de c. 70, le Sénat de Rome accorde d’un côté la liberté à Termessos de Pisidie et lui reconnaît la pleine jouissance de ses biens. De l’autre, il lui épargne les réquisitions, sauf si les circonstances l’exigent, et dispense les publicains et leurs marchandises de payer les taxes levées par les Termessiens. Sur ce document, cf. Ferrary 1985, 419-57, et RS I, 331-40.

41 Ainsi à Éphèse (Str. 14.1.26), Ilion (I.Ilion 10 et 71), Pergame (Sherk 1969, 12), Priène (I.Priene 111, l. 112-19). Nous retiendrons également l’exemple d’Héraclée du Pont où, aux dires de Memnon (FGrHist 434, F 27, 5-6; cf. aussi Phot. 224.232b-33a), les publicains tentèrent en 74 d’imposer les habitants au même titre que leurs voisins entrés dans la nouvelle province de Bithynie. Pourtant, les Héracléotes étaient libres et alliés de Rome. Sur ces exactions et les réactions violentes qu’elles engendrèrent, cf. Bittner 1998, 95-96, et Dueck 2006, 54 et 57-8. Sur la liberté des cités grecques dans la république romaine des iie et ier siècles, cf. Ferrary 1999, 69-84, et 2002, 139-42 (Santangelo 2004, 247-61, pour Héraclée du Pont). Sur les contributions financières des cités libres attendues par les Romains, cf. Bernhardt 1980, 190-207. Plus généralement, sur la perception des impôts par les Romains dans la province d’Asie, cf. par exemple Ferrary 1978, 778-80.

42 Bresson 2002a, 157. D’après J. Reynolds (Reynolds 1982, 4-5), Aphrodisias pourrait avoir reçu la liberté de Sylla avant de la perdre peut-être provisoirement durant la guerre entre Césariens et Libérateurs. Si elle jouissait en même temps de l’immunité fiscale (sur les cas où elle ne fut pas accordée, cf. Ferrary 1999, 71, n. 8), ce serait donc sans prise en compte de son statut que les publicains s’attaquèrent à ses revenus dans les années 70 (1982, no. 5). Il en alla peut-être de même à Alabanda. En effet, cette cité, chef-lieu de conuentus depuis au moins le milieu du Ier siècle (Canali de Rossi 2000, 164, l. 8 sq.), est une cité libre sous Pline l’Ancien (Nat. 5.109). Selon M. Sartre, elle aurait détenu ce privilège depuis Sylla (2003, 242), ce qui ne la protégea pas de l’endettement comme le montre la lettre de Cicéron à Q. Minucius Thermus.

43 Deux écoles s’opposent sur la date d’entrée de la Carie dans la province d’Asie. Pour les uns (ainsi Macro 1980, 663), l’événement se serait produit après la guerre d’Aristonicos, pour les autres (cf. Reynolds 1982, 2-3) après la première guerre mithridatique. Avec des arguments solides, D. W. Baronowski, à la suite notamment de Chr. Marek (1988, 302), penche pour la seconde hypothèse tout en admettant que la ‘Caria Hydrela’, située entre le Méandre et le Lycos, fut intégrée dans la province dès ses origines (1996, 241-8).

44 Plb. 30.21.3; App. Mith. 23.89.

45 Cic. Q. fr. 1.1.33; App. Mith. 23.92.

46 I.Stratonikeia 505, l. 55-8. Les aménagements du sanctuaire d’Hécate à Lagina, dans lesquels J. Chamonard vit un signe de la prospérité de Stratonicée après la première guerre mithridatique (1895, 260-2), ne datent pas de cette époque (cf. Delrieux 2007, 220).

47 Contre Robert 1954, 99-100, cf. Sherk 1969, 103, d’après l’inscription no. 17 de son catalogue (texte amélioré dans Crawford & Reynolds 1974, 290, l. 12-13).

48 Bresson 2002, 158-60. Sur les rentrées fiscales à Caunos, cf. l’inscription caunienne du ier siècle p. C. sur les droits de douane (Velissaropoulos 1980, 223-9 et 345-9.8).

49 Bresson 2002a, 161.

50 App. Mith. 23.89: les Cauniens ‘arrachèrent de l’autel d’Hestia les Italiques réfugiés auprès de la statue de cette déesse, dans la salle du Conseil, et, après avoir tué les petits enfants sous les yeux de leurs mères, puis celles-ci, ils finirent par les maris’ (trad. Goukowsky, Paris, 2001). Le pouvoir romain une fois rétabli en Asie, Sylla priva la cité de sa liberté et la donna aux Rhodiens (Cic. Q. fr. 1.1.33).

51 À sa manière, sans doute dans le cadre d’une propagande philhellénique, Mithridate VI Eupator lutta également contre l’endettement des cités et des particuliers. Ainsi, durant la première guerre mithridatique, il annonça aux premières une remise de leurs dettes et promit aux seconds, lors des ‘vêpres éphésiennes’, l’annulation de la moitié des leurs s’ils éliminaient leurs créanciers italiens (App. Mith. 22.86 et 48.190; Just. 38.3.9). Pour la chronologie de ces mesures, cf. Callataÿ 1997, 288, n. 56.

52 Sur la date de son gouvernement, cf. Balsdon 1937, 8-10, Magie 1950, 1064, n. 47, Badian 1956, 104-12, Nicolet 1974, 545-6, Marshall 1976, 117-30, Sumner 1978, 153, Kallet-Marx 1989, 305-12, et Ferrary 2000b, 163-4.

53 Diod. 37.5.2 (trad. F. Hoefer, Paris, 1846). Cf. aussi, dans d’autre domaines, Cic. Att. 6.1.15. Sur les dérives financières romaines en Asie avant la première guerre mithridatique, cf. Ferrary 2002, 137-8.

54 Plut. Luc. 20.3 (trad. R. Flacelière et É. Chambry, Paris, 1972). L’intérêt était fixé à 1% par mois, soit 12 % l’an, comme à Rome.

55 En agissant ainsi, M.-C. Ferriès nous fait remarquer que Lucullus condamnait le système romain des intérêts cumulés.

56 Cf. aussi, dans un contexte plus général, Plut. Luc. 7.7. Déjà, après la première guerre mithridatique, Lucullus n’était pas resté indifférent aux malheurs de l’Asie. Chargé alors par Sylla de percevoir les 20 000 talents imposés aux cités de la région, Lucullus ‘se montra non seulement intègre et juste, mais aussi plein de mansuétude dans l’accomplissement d’une mission si austère et pénible’(Plut. Luc. 4.1; trad. R. Flacelière et É. Chambry, Paris, 1972). C’est à cette ligne de conduite qu’il se tint en 71/70 pour recouvrer ce que les cités devaient encore des 20 000 talents: ‘il en (régla) avec équité les moyens de paiements’ (Chapot 1904, 41).

57 Cic. Q. fr. 1.1.25 (trad. L.-A. Constans, Paris, 1962). Dans ce contexte, les Magnètes du Sipyle sont reconnaissants à Q. Tullius Cicero de les avoir protégés contre L. Sestius Pansa (Cic. Q. fr. 2.9.2). Cf. aussi les liens étroits entre ce gouverneur et Tralles (Cic. Flac. 12.52).

58 Sur l’impôt des édiles, cf. Cic. Q. fr. 1.1.26 (trad. L.-A. Constans, Paris, 1962). Sur la taxe navale, cf. Cic. Flac. 33.

59 Cf. Delplace 1977, 251 et n. 107, pour la bibliographie.

60 Cf. Cic. Att. 6.1.15.

61 Cf. Cic. Fam. 1.9.26, et Cic. Planc. 33, pour l’hostilité des publicains envers Q. Mucius Scaevola, Liv. Periochae 70, Vell. 2.13, et Nicolet 1974, 543-9, pour le procès intenté contre P. Rutilius Rufus, Cic. Man. 2.5, Plut. Luc. 20.5, et Nicolet 1974, 353-4, pour le rappel de Lucullus, ou encore Mamoojee 1994, 48-50, pour les ennuis de Q. Tullius Cicero. Bien entendu, la politique interférait souvent avec ces affaires financières.

62 Cf. Canali de Rossi 1997, 281-2, 325 (pour Éphèse, c. 100), 294, 338 (pour Ilion, en 89), 279-81, 324 (pour Pergame, peut-être en 101).

63 Sur l’envoi d’autres ambassadeurs aphrodisiens auprès des Romains au ier siècle, toujours pour des raisons (quand elles sont connues) autres que financières, cf. Reynolds 1982, nos 2, 3, 6, 28, 41, et Chaniotis 2004, 378-86. Sur le koinon des Grecs d’Asie à la fin de l’époque hellénistique, cf. notamment Campanile 1994, 13-17, Ferrary 2001b, 26-8, Dmitriev 2005, 106-15, et Campanile 2007, 129-40.

64 Pour le texte, cf. Canali de Rossi 2002, 100-104, no. 166 (presque identique dans idem, 1997, 338-9, 383). Le document fut déjà publié et traduit en français par Th. Drew-Bear (1971, 286-8; 1972, 443-71). Les restitutions proposées au début de chaque ligne différant plusieurs fois d’une édition à l’autre, la traduction donnée ici est de notre fait (il y en a une autre dans Bertrand 1992, no. 145). La date du texte retenue dans cette étude est celle avancée par Th. Drew-Bear (1972, 471), en opposition avec J. H. Oliver, favorable à l’époque augustéenne, trop tardive semble-t-il (ibid., 195-7).

65 Sur le sens du mot & hgoçumenoj à la fin de l’époque républicaine, cf. notamment Chaniotis 2004, 384-5.

66 Sur le sens des mots dèmos et ethnos dans un tel document, cf. Merola 2001b, 183-93, et Sartre 2003, 215.

67 Dans les versions antérieures à celle de Canali de Rossi 2002, le texte n’est pas toujours lu de la même façon. Ainsi trouve-t-on dans Reynolds 1982, 26-7, no. 5, et Canali de Rossi 1997, 338-9, no. 383, sans prise en compte des lettres pointées: l. 1, [-- γνώμη π]ροέδρων dans Canali de Rossi 1997; l. 2, , [καί τῶν ἔθνών θλιβομένων] et γεινομένων dans Reynolds 1982; l. 2-3: γεινομένω[ν |---]ου dans Canali de Rossi 1997; l. 3, [--- παντα χ]ού dans Reynolds 1982; l. 4, ἔκρινε[ν] dans Reynolds 1982; l. 5, [έν συνκλήτω συνεδρί]ᾳ dans Reynolds 1982; l. 6-7, τιμω|[μένων τοὺς δείξοντας dans Reynolds 1982, et το[ῖς | Ἓλλησιν συμφερόντοων καὶ αὐτ]οὺς dans Canali de Rossi 1997; l. 7-8 dans Reynolds 1982, et το[ῖς | Ἓλλησιν συμφερόντοων καὶ αὐτ]οὺς dans Canali de Rossi 1997; l. 8-9, ὑ[περ|σπίζειν φθειρομέ]νην dans Reynolds 1982; l. 10-11, πολ[ι|τευομένων δὲ ἁμ] ὰ ἐν Τράλλεσιν dans Reynolds 1982; l. 12, [περὶ τούτων π]αρ᾽ ᾽Αφροδισινέων et γράμ[μ]ατα dans Reynolds 1982; l. 13, [συπρεσβεσ]σαντας dans Reynolds 1982; l. 15, [ἐπῃνημένα διὰ] dans Reynolds 1982; l. 17, ὰνεδέζαντο] τελέσειν dans Reynolds 1982 et Canali de Rossi 1997; l. 21-22, ποι|[ήσαντες τὴ]ν dans Reynolds 1982; l. 24, [ἐν τῇ ᾽Ασᾳ π] ᾶσιν δήμοις dans Reynolds 1982; l. 25, χρυσῷ dans Reynolds 1982; l. 27, [καὶ καταστῆσ]αι dans Reynolds 1982; l. 27-28, γεν|[ομένης ἐπιγρα]φῆς dans Reynolds 1982. Pour un apparat critique des lectures précédant celle de J. Reynolds (Erim 1969, 94; Oliver 1972, 196; Drew-Bear 1971, 286-7. II; Drew-Bear 1972, 444), cf. Reynolds 1982, 27-8.

68 Ce que F. Canali de Rossi restitue l. 3 (2002, 100). Or, comme l’indique J. Reynolds (1982, 30), les causes de malheurs autres que les publicains peuvent être ici très variés: ‘another group of people associated with them (such as money-lenders, debt-collectors, soldiers), or another aspect of the system (such as debt, tribute, tribute assessments, Sulla’ s indemnity, some other demand for goods and services, interest on loans), or (...) a more general feature of the times (such as wars or invasions)’. Dans Plut. Luc. 20.1, la province d’Asie est ‘ravagée et réduite en servitude par les publicains et les usuriers’ (trad. R. Flacelière et É. Chambry, Paris, 1972).

69 Nous remercions M.-C. Ferriès de nous avoir suggéré ce que dut être le parcours de Dionysios et Hiéroclès à Rome. Selon F. Canali de Rossi (2005, 105 sq.), l’écho de ces procès pourrait se faire entendre dans Cic. Flac. 52-3.

70 Cf. déjà Nicolet 1974, 353, Ferrary 1999, 72-3, Ferrary 2001a, 104, et Ferrary 2002, 140. Rares sont les inscriptions où l’on apprend que les décisions du Sénat ne vont pas dans le sens souhaité par les cités (cf. la lex Antonia de Termessibus évoquée plus haut).

71 Cette expression, vague à première vue, apparaît souvent dans les textes citant des intermédiaires entre le koinon des Grecs d’Asie et les Romains (cf. déjà Euthydème de Mylasa dans Str. 14.2.24). D’après M.-C. Ferriès, elle avait donc un sens précis qui n’échappait certainement pas à ceux qui l’employaient.

72 Cf. MacDonald 1992, 63, Type 62. Comme l’a déjà remarqué Th. Drew-Bear (1972, 468), l’abondante série à laquelle appartiennent ces monnaies est le plus souvent datée de l’époque augustéenne (cf. par exemple Head 1897, 26-27.6-14). La mention de ses fils dans un décret des années 70 invite plutôt à placer au moins les pièces nommant Iasôn à la fin du iie /début du ier siècle (même conclusion dans Drew-Bear 1972, 469).

73 Selon M.-C. Ferriès, peut-être furent-elles du même type que celles évoquées plus loin dans le décret. Ceci expliquerait bien le souci du koinon de voir Dionysios et Hiéroclès réitérer leurs exploits.

74 Cic. Ver. 2.4.10 (trad. H. de la Ville de Mirmont, Paris, 1960). Cette situation est cependant un peu particulière. Comme nous l’a rappelé M.-C. Ferriès, si Cicéron accéda aux demandes des ambassadeurs siciliens, c’est parce qu’il avait noué de solides contacts durant sa questure en Sicile et qu’il avait besoin de relancer sa carrière.

75 Selon F. Canali de Rossi (2002, 102), la procédure judiciaire visait peut-être un gouverneur trop tolérant envers les publicains. S’agirait-il de Terentius Varro, en poste en Asie en 77-76 et accusé de concussion en 74? Pourraitil aussi s’agir, en baissant la date du décret jusque dans les années 50, d’A. Minucius Thermus ou de C. Valerius Flaccus, l’un et l’autre poursuivis par des cités parmi lesquelles se trouvait Tralles, ville dont Dionysios et Hiéroclès étaient les citoyens (ibid., 103)?

76 Sur ce personnage, cf. en dernier lieu Delrieux & Ferriès 2004a, 41-71, et 2004b, 499-515.

77 14.2.24.

78 Str. 14.2.24. Sur cette maîtrise du verbe, cf. Delrieux & Ferriès 2004a, 55.

79 Cf. déjà Campanile 1997, 243-4, et Delrieux & Ferriès 2004a, 54.

80 Sur cette date, cf. Habicht 1984, 70, n. 6, et Migeotte 1984, 330, n. 257.

81 14.2.24.

82 Sur Hybréas fils de Léôn, cf. Delrieux & Ferriès 2004a, 41-71, et 2004b, 499–515. À sa mort, Euthydème fut héroïsé par ses compatriotes (Robert 1935, 335; Akarca 1959, 28-9, n. 2) et laissa au moins un fils, son digne héritier (I.Mylasa 402: pour Ouliadès fils d’Euthydème, ‘bienfaiteur et rejeton (d’une famille) de bienfaiteurs’).

83 Flac. 54.

84 Pour la Carie, cf. Migeotte 1984, 331.

85 Cicéron avait déjà agi en ce sens dans le passé. Ainsi, en 60, pour défendre les intérêts de T. Pomponius Atticus, à qui les Sicyoniens devaient de l’argent, il demanda au gouverneur d’Achaïe de lui confier des troupes pour récupérer sa créance (cf. Cic. Att. 1.13.1). Sur cette affaire, cf. notamment Deniaux 1993, 544-5 (avec la bibliographie antérieure).

86 Sur ce personnage, dont le prénom était M. ou M’, cf. Sirago 1977, 50-61, Andreau 1983, 9-20 (avec un commentaire de Sirago 1977, 19-20), et Deniaux 1993, 480-82.35, dont nous résumons ici les principales observations.

87 Cic. Fam. 13.55.1, et 13.57.2. Sur M. Anneius, cf. Deniaux 1993, 450-51.9.

88 Pour T. Pinnius, cf. Cic. Fam. 13.61, et Deniaux 1993, 540-41.79. Pour Caerellia, cf. Cic. Fam. 13.72.1-2, et Deniaux 1993, 473-74.28.

89 Sur la recommandation des affaires de ce personnage à P. Silius, gouverneur de Bithynie-Pont en 51-50, à Q. Marcius Philippus et Q. Gallius, gouverneur et questeur (ou légat) de Cilicie en 47-46, ou encore à Appuleius, proquesteur d’Asie en 46, cf. Cic. Fam. 13.43.1-2, 13.44, 13.45, 13.47, 13.74, et Deniaux 1993, 494-6.46.

90 I.Magnesia 139. Sur ce personnage, cf. Cébeillac 1987, 3-12, et Deniaux 1993, 482.

91 F. Münzer, RE, IV. 1 (1900), s.v. Cluvius, col. 121.7.

92 Nicolet 1974, 844-5.107.

93 Coarelli 1983, 139.

94 Selon J. Hatzfeld (1919, 127), le début de la lettre à Q. Minucius Thermus pourrait laisser entendre que Cluvius Puteolanus avait des intérêts ailleurs en Asie.

95 Royer 1967, 419.

96 Cic. Att. 6.1.3-4. Cf. Royer 1967, 426, pour le calcul de la somme empruntée par Ariobarzane. Par l’argent qu’on lui devait, Pompée disposait aussi d’un moyen de pression lui permettant de maintenir ses débiteurs dans une dépendance fort utile en période de troubles.

97 Sur l’ampleur de ce phénomène, cf. Delrieux & Ferriès 2004a, 61.

98 Caes. Civ. 3.31.2 (trad. P. Fabre, Paris, 1964).

99 Caes. Civ. 3.31.2 (trad. P. Fabre, Paris, 1964).

100 César ayant intérêt à noircir son adversaire, peut-être faut-il voir derrière la ‘cupidité’ de Metellus Scipio le soucis pour ce dernier de combler, dans les meilleurs délais, les besoins que lui imposait la guerre à venir entre Pompée et César (nous remercions M.-C. Ferriès de nous avoir fait part de cette idée).

101 Caes. Civ. 3.32.1-3 et 6 (trad. P. Fabre, Paris, 1964). Les avis sont partagés sur le nom de la région où ces prélèvements eurent lieu. On l’aura noté, César se contente de l’appeler ‘la province’. Cependant, comme Civ., 3.32, commence après que César a laissé Metellus Scipio hiverner à Pergame et comme il finit avant la tentative sacrilège de celui-ci contre le trésor d’Artémis d’Éphèse, on en a logiquement déduit que les événements évoqués entre-temps appartenaient à l’Asie (Chapot 1904, 52; Magie 1950, 403-4). Or, selon P. Fabre, ‘comment Scipion, malgré sa prepotenza, aurait-il pu se conduire avec tant de désinvolture dans une province qui ne relevait pas de son gouvernement? C’était déjà assez d’établir des troupes’ (in Caes. Civ. 3, Paris, 1964, 33, n. 1). Par ailleurs, à la fin du chapitre 32, la formule altérée des manuscrits ut in sorte fecerant (ou in forte fecerant, ou forte fecerant) fut d’abord corrigée en ut in Syria fecerant, ce qui donnait un sens à l’ensemble (‘étant donné qu’ ils avaient amassé des capitaux en Syrie’) et permettait de reconnaître l’Asie dans la ‘province’ nommée au début du chapitre. Or, toujours selon P. Fabre, cette conjecture ‘n’a qu’un rapport bien lointain avec la leçon des mss. J’ai adopté une autre conjecture, infiniment plus proche du texte, et que m’a proposée M. L.-A. Constans, ut ii sortem: sors ayant, dans la langue financière, le sens de ‘capital’, d’’argent que l’on prête pour en tirer des intérêts’(...), paraît bien à sa place ici’(ibid., 34-5, n. 3). P. Fabre ajoute un dernier argument: le chapitre 32 commence par le mot interim (‘pendant ce temps’), ce qui ‘paraît ramener à autre chose, donc à la Syrie’ (ibid., 33, n. 1). Ces remarques semblent avoir séduit. Pourtant, l’idée d’une Asie oppressée par Metellus Scipio doit être à notre sens toujours envisagée (nous remercions ici M. Sartre de nous avoir fait part de son sentiment à ce sujet). En effet, outre la cohérence géographique entre la fin du chapitre 31 et le début du chapitre 33 évoquée plus haut, les exactions financières de Metellus Scipio dans le chapitre 32 peuvent facilement aller de pair avec le pillage de cités asiatiques signalé à la fin du chapitre 31 (le mot interim serait ici une transition naturelle entre les deux chapitres, le second servant de complément au premier). Par ailleurs, les publicains évoqués dans le chapitre 32 ne sont pas traités de la même manière que ceux du chapitre 31, indiscutablement associés à la Syrie. Dans le premier cas, Metellus Scipio réclame les arrérages de deux ans de tribut (sans doute en liaison avec les troubles consécutifs à l’invasion de la Syrie par les Parthes en 51-50) et le tribut de l’année suivante; dans le second, il ne demande que le tribut de l’année suivante (le paiement du tribut en Asie n’ayant pas été perturbé au cours des années précédentes). De plus, imaginer que les publicains des chapitres 31 et 32 sont tous de Syrie signifierait la répétition incomplète d’une information à deux endroits du récit pourtant très proches l’un de l’autre. Autre détail, si le chapitre 32 concernait la Syrie, il aurait été mieux venu de le placer avant le passage racontant le départ de Metellus Scipio pour l’Asie. Enfin, Metellus Scipio frappa des cistphores durant son séjour à Pergame (Stumpf 1991, 41-42.68). Sans doute le put-il grâce à l’argent amassé, de la manière que l’on sait maintenant, dans la province.

102 Caes. Civ. 3.33.1 (trad. P. Fabre, Paris, 1964). L’opération n’eut finalement pas lieu car Pompée demanda à Metellus Scipio de le rejoindre en Grèce au plus vite pour combattre César qui venait de débarquer en Macédoine (Caes. Civ. 3.33.1-2, et 3.105.2). La même année, T. Ampius, autre partisan de Pompée, tenta aussi de s’emparer du trésor d’Artémis, mais l’arrivée de César en Asie l’en empêcha (Caes. Civ. 3.105.1).

103 Delrieux & Ferriès 2004a, 62.

104 Ce n’est pas la première fois que Mylasa a recours aux ecdici. Déjà, à l’époque hellénistique, des (ἔκδικοι apparaissent dans des décrets votés, l’un en l’honneur d’un (ἔκδικος chargé de juger des Mylasiens accusés d’avoir soustrait du domaine public un territoire sacré, et donc ses revenus (I.Mylasa 132, l. 5), l’autre en celui d’un (ἔκδικος à qui on demanda de rendre la justice, un temps salie par des actes ou des tentatives de corruption (ibid., 134, l. 3 et 5).

105 Migeotte 1984, 330. Cf. aussi Hauvette-Besnault & Dubois 1881, 104 (le mot (ἔκδικος ‘désigne un commissaire investi du droit de régler en dernier ressort les affaires d’une ville, particulièrement en matière de finances’); P. Brandis, RE V. 2 (1905), col. 2160, s.v. ἐκδίκος; Magie 1950, 1131, n. 64; L.-A. Constans et J. Bayet, in Cic. Fam. 13.56.1-3, Paris, 1964, 116, n. 4 (‘les (ἔκδικοι et les legati représentent à Rome les intérêts des villes: mais seuls les premiers peuvent juridiquement plaider et décider en leur nom’); Shackleton Bailey 1977, 131, n. 9.

106 Comme le fit Brutus à la même époque pour ses intermédiaires M. Scaptius et P. Matinius en conflit avec Salamine de Chypre (Cic. Fam. 5.21.10 et 6.1.5), Pompée pourrait avoir recommandé Cluvius Puteolanus à Cicéron pour régler ses propres affaires (cf., dans cet esprit, Migeotte 1984, 330, n. 257).

107 Pour le texte de Milet, cf. notamment Milet I. 2.3, et Sherk 1969, 272-6.52 et RDGE, 52. Pour celui de Priène, cf. par exemple I.Priene 106.

108 Les lignes 1 à 36 sont tirées de Sherk, RDGE, 52 et les lignes 37 à 60 de Canali de Rossi 2000, 165. Dans les éditions du texte antérieures à ces références, le texte n’est pas toujours lu ou restitué de la même manière. Ainsi trouve-t-on, l. 14, [---]ενοι//[... .. τ]οὺς dans Milet I. 2.3; l. 15, [---]τε[.........]Ινων dans Milet I. 2.3; l. 22, [---α]υτὸς τὴν ἐπα[---] dans Milet I. 2.3; l. 23, στρατηγὸς] ἐπὶ ξένω[ν] (?) dans RDGE, 52; l. 37, [............. ]ọ Κοΐν[τ]ου Ṭ[.....]ọ[........] dans Milet I. 2.3, RGDE, 52, Merkelbach 1995, 74, et Canali de Rossi 1997, 409; l. 38, [..]. ρας [......] dans Abbott & Johnson 1926, 286, et Merkelbach 1995, 74; l. 38/39, ἀμεολ[ηφε καὶ Μάρ|κω]ι dans Milet I. 2.3, RGDE, 52, Merkelbach 1995, 74, et Canali de Rossi 1997, 409; l. 38-9, ἀμεολ[ηφε καὶ Μάρ|κω] dans Abbott & Johnson 1926, 286; l. 40/41, τὰ ἐπ’ἐμ[οὶ μὴ δια[?]]|λύειν dans Milet I. 2.3, Abbott & Johnson 1926, 286, RGDE, 52, Merkelbach 1995, 74, et Canali de Rossi 1997, 409; l. 51, αἰεί dans RDGE, 52, et Canali de Rossi 1997, 409; l. 53, νομο[φυλά] ḳια dans Milet I. 2.3, Abbott & Johnson 1926, 286, et RDGE, 52; l. 55/56, γὰρ [ἔσ]|χον dans Milet I. 2.3, Abbott & Johnson 1926, 287, et RGDE, 52; l. 56/57, τὰ [γεγραμ|μ]ένα dans Milet I. 2.3, Abbott & Johnson 1926, 287, et RDGE, 52; l. 57, τὴν δὲ ἐπιστολὴ[ν ἔδωκα] dans Milet I. 2.3, Abbott & Johnson 1926, 287, et RGDE, 52; l. 58, [Τι]μοκλῆι et Πυ[θίωνος] dans Milet I. 2, 102, Abbott & Johnson 1926, 287, et RDGE, 52; l. 59, [πρ]εσβευταῖς dans Milet I. 2.3, et RDGE, 52; l. 59/60, πρὸς τ[ῶι Mαιάν|δρ]ῳι dans Milet I. 2.3, Abbott & Johnson 1926, 287, et RDGE, 52. Dans la copie trouvée à Priène, seules sont conservées les dernières lignes de la lettre que l’ont peut lire de la manière suivante dans I. Priene 106 (en tenant compte des modifications de la p. 310): [---ἵνα κοινῶς πάσηι τῆι ἐπαρχίσι τὸ δίκαιον ἑσταμένον ἦι ει’]ς τὸν αἰεὶ χρό[νον, αἵ τε ἄ]λλαι πᾶσαι πόλεις καὶ [δῆμοι τὸ αὐτὸ παρ’αὑτ]οῖς πο|ήσωσιν, εἴς τε τὰ δημόσια [ἀ]πο[θῶνται νομφυ]λάκια καὶ χρ [η]|5|]ματιστή[ρ]ια. τὴν δὲ αἰτία[ν δι’ἥν ἑλληνικοῖς,] μ[ὴ]τήσητε’κατὰ νοῦν γάρ ἔσ[χον, μή τι παρὰ τὴν ἑρμη]Pείαν ἔλα[σ] |σον τὰ γεγραμμένα[ν δι’ἥν ἑλληωικοῖς ἔγραψα,] μ[ὴ] ἐπι[ζη]|τήσητε’ κατὰ νοῦν γὰρ ἔσ[χον, μή τι παρὰ τὴν ἑρμη]Pείαν ἔλα[σ]|σον τὰ γεγραμμένα ωοῆ[σσιν δύνησθ]ε’τὴν δὲ ἐπιστολὴ[ν] ἔ|δωκα Τιμοκλεῖ Ἀναξα[γόρου καὶ Σωσικ]ράτει Πυθίωνος πρε[σ]|βευταῖς Μαγνήτων τῶν π[ρὸς τῶ]ι Μαιάνδρωι.

109 Sur le peu à en tirer, cf. Canali de Rossi 2000, 165-6.

110 Sur le rôle fiscal du conventus dans la province d’Asie au début de l’Empire, cf. Habicht 1975, 64-91.

111 Sur cette date, cf. Milet I. 2.3, RDGE, 52, et Canali de Rossi 2000, 167, n. 24. G. W. Bowersock propose c. 29, reconnaît Octavien dans l’auteur de la lettre et voit dans le Cicéron des l. 39-40 le fils de l’orateur (1970, 226; cf. aussi Habicht 1975, 69). Ceci n’est pas possible selon Canali de Rossi 2000, 169.

112 RDGE, 52.

113 RDGE, 52.

114 Merkelbach 1995, 74. Sur ce personnage, cf. aussi Eilers 1995, 77-82. M.-C. Ferriès nous fait remarquer que L. Antonius n’a pas eu que des mauvais côtés, mais il était l’homme des banquiers et des publicains, ainsi qu’en atteste ses statues à Rome (Cic. Phil. 6.12-13).

115 Merkelbach 1995, 76.

116 Canali de Rossi 1997, 409; 2000, 168-9.

117 Canali de Rossi 2000, 169-70. Cf. DC 40.52.1-2.

118 Canali de Rossi 2000, 170-1.

119 Sur la mise en cause des réformes césariennes et leur défense, cf. Nicolet 2000, 355-65, et Delrieux & Ferriès 2004a, 63, n. 57.

120 Cf. Freber 1993, 16 sq.

121 Aux exigences financières des ‘Libérateurs’ en 43, s’ajoutèrent celles de Marc Antoine en 41 et les dévastations de Q. Labiénus en 40/39. La situation était alors telle que le Mylasien Hybréas, représentant les Grecs d’Asie devant Antoine qui réclamait le versement d’un tribut exceptionnel, dit au triumvir que ‘c’ en est fait de nous’(Plut. Ant. 24.7-8; trad. de R. Flacelière et E. Chambry, Paris, 1977). Sur cette période douloureuse, cf. Delrieux & Ferriès 2004a, 64-9.

Table des illustrations

Légende La Carie vers 50 a.C. (sont indiquées par une pastille blanche les cités nommées dans Cicéron, Fam. 13.56).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/2849/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 282k

Auteur

Université de Savoie (Chambéry)

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540