Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Hellenistic Karia

 | 
Carbon Jan-Mathieu van Bremen Riet

Part three. Carian Inflections

Chrysaor, Bellérophon, Pégase en Carie

Pierre Debord

Texte intégral

  • 1 Hésiode, Théogonie, 273-86 (trad. J.-L. Backès) ; sur Chrysaor amant de Callirhoè et père de Géryo (...)

1Du point de vue grec, la geste de Méduse et de sa descendance est parfaitement balisée dès l’époque d’Hésiode1 :

Et les Gorgones qui habitent
près de l’Océan fameux,
à la limite, vers la nuit
(là où sont les Hespérides
qui chantent clair) : Sthennô, Euryalè,
Méduse qui a souffert.
Elle est mortelle ; les deux autres
ne meurent pas, ne vieillissent pas.
Avec elle seule a couché
Celui qui a les cheveux bleus
dans une prairie douce,
au milieu des fleurs de printemps.
Persée lui trancha la tête,
la sépara du cou.
Alors jaillit le grand Chrysaor et le cheval Pégase.
Ils tenaient leurs noms, l’un
de ce qu’il était né près des sources
d’Océan, l’autre de ce qu’il avait
en main une épée d’or.
L’un s’envola quittant la terre
… et il apporte à Zeus lesage
le tonnerre et l’éclair.

  • 2 Cf. West 1966, ad loc. Cf. à propos de Pégase, Hutter 1995, 92-5 ; cf. aussi id. 2003, 223 et 269.
  • 3 Laumonier 1958, 206 n. 1. Très représentatif est le commentaire de Sauzeau 1997, 104 sq. n. 10 : ‘ (...)
  • 4 Cf. évidemment les ‘poulains’ de Corinthe au type de Pégase ; sur ces derniers Will. 1954, e.g. 40 (...)
  • 5 Par exemple, la naissance de Chrysaor sur le fronton du temple de Corcyre, les monnaies d’Acarnani (...)
  • 6 Bousquet 1988, 12-53 (SEG 38, 1476) ; Hadzis 1997, 1-14.
  • 7 Signalons la synthèse de Benda-Weber 2005 : Chrysaor, 264-7 ; Bellérophon, 242-6 et 250-3. Il conv (...)

2Mémorisons particulièrement ces deux derniers vers (286-8). L’une des premières questions qui se posent est celle de la source d’inspiration du poète2. On observera que, dans la variation des lectures que l’on fait de la religion ‘grecque’, la tendance actuelle est plutôt de minimiser les influences ‘orientales’. Tel n’était pas le point de vue d’A. Laumonier3 qui écrit à propos de Pégase à Corinthe : ‘L’idée que le mythe s’est formé en Grèce puis est passé de là en Asie n’est pas soutenable telle quelle aujourd’hui’. On peut naturellement objecter à ce postulat que le mythe apparaît comme fondateur à Corinthe4, qu’il se diffuse de là dans les colonies corinthiennes5 et devient un thème banal de l’art grec. Cela vaut pour l’époque archaïque mais à l’autre extrémité de l’éventail chronologique de nos sources se trouvent les érudits mythographes dont les Ethnica d’Étienne de Byzance sont le principal et ultime relais. On doit observer que ces travaux sont élaborés par des ‘Grecs’ qui peuvent être des Cariens profondément hellénisés (e.g. Apollonios d’Aphrodisias, auteur de Karika, souvent cité par Étienne) ayant éprouvé la nécessité de reconstruire un passé, une histoire en relation avec le monde grec. Le phénomène a débuté bien plus tôt : on pense par exemple aux affirmations d’Hérodote à propos de la fondation et du peuplement d’Halicarnasse. Mises en série, les informations fournies par Etienne semblent impliquer que la Lycie a servi de relais entre la Grèce et la Carie. Cela crée un système tripartite dont le matériel hellénistique fournit déjà la trame : on pense par exemple au décret des Xanthiens pour les Kyténiens de Doride6 dont l’un de principaux intérêts (cf. ci-après) est de montrer que l’état très lacunaire de nos sources nous conduit à des schématisations abusives, toujours susceptibles d’être amendées ou remaniées7.

Les testimonia

Bellérophon

  • 8 Cf. e.g. Will 1954, 145-68 ; Jouan 1995, 271-87.
  • 9 Cf. e.g. Curnis 2001, 25-33. Cette conjonction entre Lycie et Cilicie pourrait suggérer que dans l (...)
  • 10 Il., 6.152-211.
  • 11 Étienne de Byzance s.v.
  • 12 Βελλεροφόντ[ην] κτιστὴν ὁ δήμος·Smith 1996, 56 et fig. 50-1 ; cf. Chaniotis, EBGR 2000, 221 sq., n (...)
  • 13 Étienne de Byzance s.v.
  • 14 Hydisos : Bellérophon sur Pégase. Imhoof-Blumer 1901, p. 135 no. 3, Tafel V 8 (fig. 2) ; Bargylia  (...)
  • 15 Laumonier 1958, 205 : BMC Caria, p. 152, 38 (pl. XXIV, 2) ; SNG von Aulock, pl. 84, 2662 (fig. 3), (...)
  • 16 BMC Caria 152, 36-7 ; Weber Coll. 6566 (pl. 231).
  • 17 Imhoof-Blumer 1912, 193, n. 2 et pl. III 1.

3Il est perçu comme un héros corinthien8 ayant émigré en Lycie9. Le récit de Glaukos dans l’Iliade10 précise sa généalogie (stemma 1). Il n’est pas pour autant absent de l’horizon carien. Il est lui-même fondateur à Bargylia, ainsi dénommée à cause de Bargylos, son ami, tué par Pégase11. C’est à cette même qualité de ‘fondateur’ que l’on fait référence à Aphrodisias12. Et c’est manifestement un topos que de l’associer à la notion de colonisation puisqu’il est qualifié d’οἰκιστὴς ἐσθλός dans l’inscription de Salmakis évoquée ci-après. Hydisos revendique comme éponyme l’un de ses fils13. Hydisos et Bargylia ont émis des monnaies qui affirment cette parenté14. Stratonicée choisit également de nommer15 ou de représenter le héros16. Bellérophon monté sur Pégase apparaît enfin sur des bronzes d’Alabanda17. Notons déjà que pour la Carie nous n’avons pas de témoignage le concernant qui soit antérieur à l’époque hellénistique.

Pégase

  • 18 Publiée par Isager 1998, 1-23 (SEG 48, 1330) ; cet article est repris dans Isager & Pedersen 2004. (...)

4Outre l’histoire malheureuse d’Hydisos (supra), Étienne de Byzance retient seulement le doublet Ped-asa – Peg-asa, qu’il cite d’ailleurs par la seconde forme et celle-ci lui sert assez souvent d’ethnique de référence. L’inscription de Salmakis sur le territoire d’Halicarnasse apporte de précieux compléments18. Le catalogue des colonisateurs d’Halicarnasse commence ainsi :

  • 19 Col I, vers 23-26 : Παλλάτ τε πτερόεντος ἐπηέριον δαματῆρα Πηγάσου οἰκιστὴν ἐσθλὸν ἐπηγάγετο ἔνθ’ (...)

Et Pallas conduisit ici volant à travers les airs le dompteur de Pégase ailé, excellent colonisateur, où marchant dans les pas de Bellérophon, elle établit les limites de la terre Pégaside19.

  • 20 Le lien entre Athéna, Pégase et Bellérophon n’est donc nullement artificiel, cf. Will 1954, 145.
  • 21 Sur les différentes Pedasa, Pedasos, Pidasa, cf. Robert 1987, 186-96. À noter aussi un Apollon Pid (...)

5Selon la tradition locale, c’est donc Athéna qui a conduit Bellérophon et Pégase et permis la délimitation de la Pégaside20. Cette nouvelle inscription nous apprend aussi qu’à l’époque hellénistique (au moins) l’étymologie du toponyme Pedasa était bien comprise. Ce dernier est bien attesté en Carie21.

  • 22 Imhoof-Blumer 1901, 281 ; Inv. Waddington, 2359, 2365 ; BMC Caria, p. 102, 1-2 (pl. XVII, 1-2) ; S (...)
  • 23 Laumonier1958, 206, cf. infra.
  • 24 Avers Zeus, BMC Caria, p. 150, 24 (pl. XXIII, 18 [=fig. 6])-26 ; avers Hécate 27 (pl. XXIII, 19 [= (...)
  • 25 Supra notes 15 et 16.
  • 26 Laumonier 1958, 436 sq. ; SNG Tübingen, 3341 (ier s. a.C.), Zébu/Pégase. Cf. infra p. 243 et notes
  • 27 BMC Caria, p. 11, 11 ; SNG Cop. Caria, 23 (fig. 8). Selon Laumonier 1958, 433 : ‘on reconnaîtrait (...)
  • 28 Pégase volant au revers de Zeus Areios casqué, Imhoof-Blumer 1901, I, 134 no. 1, pl. V 7 (ier s. a (...)
  • 29 BMC Caria, pl. XVII, 5 (fig. 10).
  • 30 Bronze, iie-ier s. a.C., SNG Tübingen, 3372 ; SNG von Aulock, pl. 79, 2516 (fig. 11)-2517 : tête d (...)

6Les types monétaires à l’effigie de Pégase sont particulièrement abondants. La première représentation dans l’ordre chronologique provient d’Halicarnasse22. Plusieurs séries sont attribuables aux ve-ive s. et cette date haute pousse A. Laumonier à y voir l’influence de Corinthe23, puis viendraient, selon lui, un groupe de monnaies ‘chrysaoriennes’ au type de Pégase : à Stratonicée dès le ier s. a.C.24, il est associé plus tard à Bellérophon25 ; à Antioche-Alabanda26, Alinda27, Hydisos28, Euromos29. Pégase volant aussi à Bargylia30. Notons déjà qu’à Alabanda et à Hydisos sont figurés soit un foudre ailé soit Pégase, soit les deux. La liste des occurrences pourrait être accrue en incluant des cités périphériques de la Carie ou plus lointaines.

Les Chrysaor - Zeus Chrysaoreus

  • 31 Et aussi de Pausanias 5.21.10.
  • 32 Cf. Debord 1994, 108-9 ; Id. 2003, 126-31.
  • 33 Bousquet 1988, sp. 4-5.
  • 34 Hadzis 1997, 6.
  • 35 Il. 12.313.

7À la différence du précédent le nom de Chrysaor apparaît assez fréquemment chez Étienne de Byzance. Tout d’abord dans la séquence Chrysaoris-Idrieus-Stratonicée qui découle des notices Χρυσαορίς et Ἰδριάς31. Il paraît assez clair que ce thème s’est élaboré dans une ‘ambiance’ stratonicéenne et partant chrysaorienne32. La première notice ajoute, en attribuant la paternité de cette affirmation à Epaphroditos, que Chrysaoris désigne toute la Carie. Puis viennent les mentions de Chrysaor, dans des relations de filiation. Idrieus est fils de Chrysaor, c’est du moins ce que dit explicitement la notice Eὐρoμός, mais notons déjà que, sous l’entrée Ἰδριάς, Idrieus est le fils de Kar (cf. infra). Sous Μύλασα nous apprenons que Mylasos est fils de Chrysaor (donc frère d’Idrieus) et Étienne donne à cette occasion une généalogie de Chrysaor qui permet de reconstituer le stemma 2 ci-contre. Ce Chrysaor fils de Glaukos n’est donc pas celui d’Hésiode mais c’est à lui que se réfèrent vers 205 a.C. les Xanthiens pour souligner les liens qui unissent leur cité à la Doride33. À noter que dans cette généalogie Glaukos est le fils d’Hippolochos et non de Sisyphe. Il y a donc aussi deux Glaukos34. Celui de l’inscription est évidemment le héros de l’Iliade35, parti de la région du Xanthe vers Troie avec Sarpédon.

  • 36 Mellink 1998, 35-6 ; 57-8 et pl. XXVII–XXVIII. À propos de ce thème, elle affirme : ‘here we clear (...)
  • 37 Borchhardt 1976, 84-5 ; Id. 1993, 48 et Taf. 18-19. I.Stratonikeia 485.

8Bien entendu, Chrysaor fils de Méduse n’est pas absent au sud-ouest de l’Anatolie, on note sa présence peu après 550 dans un contexte funéraire au nord-est de la Lycie36. Mais dès le ive s. c’est plutôt au thème Persée/Méduse que l’on s’attache, tant à l’heroon de Periklès à Limyra qu’à Stratonicée37.

9La relation de Zeus Chrysaoreus n’est évidente avec aucun des deux Chrysaor. À vrai dire l’information existant sur ce dernier est fort mince en l’absence de sources littéraires explicites et surtout parce que le sanctuaire stratonicéen du dieu n’a pas été retrouvé. Retenons cependant quelques idées en première analyse :

  • Il ressort des notices d’Étienne que c’est plutôt du fils de Glaukos que pourrait se revendiquer la ligue chrysaorienne (ce qui ne va pas sans difficultés induites, cf. infra).
  • En tout état de cause Zeus Chrysaoreus ne saurait sans examen, comme on le fait parfois38 être assimilé à l’un des Chrysaor mais bien plutôt à rapprocher de Zeus Idrieus (infra).
  • Contrairement à ce qui a été noté pour Pégase, la numismatique n’est ici pratiquement d’aucune aide. En effet, en l’état de la documentation il est impossible de reconnaître Chrysaor sur l’une quelconque des monnaies de l’Asie Mineure. Quant à Zeus Chrysaoreus, il est très difficile d’identifier avec certitude une représentation spécifique qui le distinguerait des autres Zeus cariens, dont on connaît le nombre et la variété39.

Propositions pour une grille d’analyse : les hautes périodes

Lycie ou Lukka ?

  • 40 Hadzis 1997, 5 (je souligne).
  • 41 Sur ces questions, I. Adiego dans Adiego et al. 2005 ainsi que Debord 2009.

10Comme il a été noté plus haut un certain nombre d’indices concordants orientent vers la Lycie (inscription de Xanthos, Étienne). Encore faut-il analyser correctement cette information. Il est tout à fait difficile d’admettre le point de vue de C. D. Hadzis selon laquelle : ‘Nous apprenons ici ce que les anciens savaient mais que nous ne savions plus : les colons qui créèrent les cités grecques de Carie venaient de Lycie40. La question paraît devoir être formulée autrement. Les récents progrès accomplis dans le déchiffrement du carien ont permis quelques avancées importantes et entre autres de mieux cerner le ‘paysage’ religieux de la Carie classique. Sont apparus les noms de Tarḫunt et récemment de Armo41 qui nous orientent vers le monde louvite. Ainsi, jusqu’au succès (pour partie nominal) des dieux grecs, ce qui était en place au IIe millénaire perdure dans les aspects structurants de la religion du ive s. a.C.

  • 42 Cf. Carruba 1996, 39.
  • 43 Bryce 2003, 74.

11Autre facteur, les chroniques hittites mentionnent de nombreux toponymes dont l’identification est considérée aujourd’hui comme relativement sûre : Ijalanda (Alinda), Waliwanda (Alabanda), Atrija (Idrias), Wallarima (Hyllarima)42. Or ces localités sont mises en relation avec les Lukka, soit qu’elles appartiennent à cet univers soit qu’au moins les liens entre cette région de la Carie et la ‘Lycie’ soient très étroits43.

Chrysaor - Pégase

  • 44 Artémis, Hdt 8.7.7 ; Déméter, Hymne homérique à Déméter, 4.
  • 45 Chantraine, DELG, s.v. (ἄoρ. Sauzeau 1997, 103-18.
  • 46 Laumonier1958, 207-9 : ‘doublet carien caro-lycien de Bellérophon, esprit de l’éclair et puissance (...)
  • 47 Étienne s.v. Μάσταυρα.
  • 48 Adiego 2000, 148-9 : saoürχri.
  • 49 En observant que cela n’impliquerait nullement l’existence de la Ligue chrysaorienne à une époque (...)

12Hésiode propose une étymologie de Chrysaor, qui a été maintes fois reprise, le nom serait composé des termes χρυσ- de la famille de χρύσος, l’‘or’ et ἄορ l’‘épée’. Il conviendrait donc de traduire ‘à l’épée d’or’ mais on a déjà observé que cette traduction ne convenait guère pour différentes divinités qui reçoivent également ce qualificatif, Artémis et Déméter entre autres44, d’où l’idée qu’en grec, le sens pourrait être plus large, par exemple ‘arme d’or’45. Déjà A. Laumonier soulignait le caractère artificiel de cette étymologie46 en alléguant entre autres le nom de la rivière Chrysaoras qui arrose Mastaura47, lequel ne saurait s’expliquer par le grec. Il est donc beaucoup plus pertinent de penser que le radical chrys-appartient au fond commun indo-européen pour désigner l’or et par extension ce qui illumine, ce qui brille – cette observation devient d’autant plus valide si l’on accepte la lecture proposée par I. Adiego pour la ligne 3 de l’inscription carienne de Sinuri48. Dans ce cas le mot appartiendrait au vocabulaire vernaculaire (quel que soit alors le sens qu’il prend dans ce texte)49.

  • 50 Hutter 1995, 79-7 ; cf. aussi Id. 2003, 223 et 269 ; Malten 1925, 121-60 (sp. 138) soutenait déjà (...)
  • 51 Singer 1996, sp. 185-9.
  • 52 Ce qui rendrait compte de la variante Pidasa du toponyme.
  • 53 Starke 1990, 103-6.
  • 54 Hutter 1995, 91-5 ; id. 2003, 222.
  • 55 Supra, n. 14, 16, 17.
  • 56 Foudre ailé aussi à Bargasa, tête de Zeus/foudre ailé, Robert, 1980, 371 (fig. 17) ; Alinda, SNG C (...)
  • 57 Cf. Sauzeau 1997, 106 : ‘Chrysaor pourrait donc bien représenter l’éclair foudroyant lui-même et n (...)

13Revenons à Pégase, l’étymologie proposée par Hésiode est assez fantaisiste. M. Hutter50 a émis récemment une hypothèse qui paraît extrêmement séduisante. Pour lui le cheval ailé tire son nom de piḫaššašši, l’‘éclair’, forme locale du Grand Dieu de l’orage chez les Louvites. Ce dieu a acquis ses lettres de noblesse, y compris à la source du pouvoir hittite, dans la mesure où il est le dieu personnel du roi Muwattalli (II)51. L’épithète dérive du louvite piḫaš52, ‘brillant’, ‘éclairant’53. Il s’agirait donc d’une manifestation locale de Tarḫunt dont la connexion avec les chevaux54 est établie par ailleurs. Deuxième remarque, nous avons noté plus haut qu’à Hydisos et Alabanda55 les séries monétaires portaient en parallèle Pégase ailé et le foudre ailé56. Serait-il trop aventuré de considérer qu’il s’agit de deux manières d’illustrer une même réalité57, en rappelant le vers 289 de la Théogonie cité plus haut nous aurions alors la séquence :

Évolutions et contradictions

Zeus Idrieus – Zeus Chrysaoreus

  • 58 Robert 1950, 34-5.
  • 59 IG, I3 71, II 143-4 (= ATL A9).
  • 60 I.Iasos 52.

14En 1950, L. Robert58 écrivait que l’on n’avait aucune preuve de l’existence d’une cité du nom d’Idrias mentionnée seulement par Étienne de Byzance. S’il s’agit d’une ville ou a fortiori d’une cité, on ne peut soutenir le contraire. En revanche, le vocable désigne clairement une région et/ou une entité assez vaste. Comme indiqué plus haut les Idrieis apparaissent dans les chroniques hittites et ils figurent encore dans la liste des tributs attiques59 où ils sont associés en syntélie avec d’autres peuples dont les Kyromeis et les Hymesseis. Il est assez tentant de penser qu’une ligue réunit diverses communautés à l’est et au nord de Mylasa et on observera qu’un Zeus Idrieus est mentionné dès le ive s. a.C. à Iasos60. On rappellera que, bien entendu, c’est l’Idrias qui a donné son nom au dynaste Idrieus et non l’inverse. L’Idrias a donc une existence à la fois ancienne et bien documentée.

15Il n’en va pas de même pour Chrysaoris pour lequel il n’existe pas le moindre témoignage concret et on observera que ceux qui concernent Zeus Chrysaoreus et la ligue chrysaorienne ne sont pas antérieurs à l’époque hellénistique.

Pégase et la ligue chysaorienne

  • 61 Cf. la bibliographie supra note 18.
  • 62 E.g. SNG von Aulock, Pl. 74, 2379 [= Fig. 22]-2384. La métonomasie est due à Antiochos II (Robert (...)
  • 63 E.g. SNG von Aulock, Pl. 74, 2385-7 [2386 = Fig. 23].
  • 64 Sur le lien entre la diplomatie d’Antiochos III, les Chrysaoriens et Antioche-Alabanda, Debord 200 (...)
  • 65 L. Robert 1973, 452 et n. 111, soutient que Pégase était ‘un emblème des Chrysaoriens’ mais en mêm (...)
  • 66 Laumonier 1958, 205 (et note 1)-206. Théogonie, 287-336.

16Nous avons observé plus haut que Pégase figurait souvent sur les monnaies cariennes. Cela dit il y a un hiatus assez clair entre les émissions d’Halicarnasse et les séries tardo-hellénistiques. A. Laumonier l’explique par un sens différent qu’il conviendrait selon lui d’attribuer aux monnaies d’Halicarnasse (influence corinthienne) et aux monnaies ‘chrysaoriennes’. La question de Pégase à Halicarnasse mérite d’être revisitée à partir de l’inscription de Salmakis61. On y indique que, guidé par Athéna, Bellérophon a été le premier oikiste, mais la fondation concerne non pas Halicarnasse mais Pégasa (sur ce point précis on rejoint donc la notice d’Étienne de Byzance), ce qui nous ramène à la problématique du chapitre II. 2. Dans cette construction il y a donc au moins deux strates – l’une préhellénique, l’autre supposée liée à la colonisation grecque – qui procèdent d’un nouvel habillage de la tradition mythique au plus tard à l’époque hellénistique. Un cas particulièrement intéressant est celui d’Antioche des Chrysaoriens-Alabanda. Pégase apparaît pour la première fois au revers de la tête d’Apollon sur les monnaies d’Antioche, (re)fondation séleucide62, et les mêmes thèmes sont conservés lorsque la cité retrouve son ancien nom63. Il est donc tentant de lier cette innovation 1) à la fondation séleucide, 2) à la ligue chrysaorienne, puisque celle-ci a joué un rôle important dans le dispositif politique et religieux de la dynastie64. La floraison du thème de Pégase sur les monnaies doit-elle pour autant être considérée de façon systématique comme une preuve d’affiliation à la ligue Chysaorienne65 ? A. Laumonier66 à propos des monnaies de Stratonicée écrit : ‘qu’elles sont sans doute liées aux légendes chrysaoriques et aux villes membres du système’, mais en note il nuance son propos en soulignant que ce lien n’est pas évident en raison du caractère disparate de l’ensemble numismatique ainsi constitué (avec des cités n’ayant à coup sûr pas appartenu au koinon). Cette attitude prudente doit emporter l’adhésion mais l’exemple d’Alabanda montre que dans un certain nombre de cas Pégase peut être clairement mis en relation avec les Chrysaoriens.

Chrysaor et les parentés mythiques

  • 67 Malgré Robert 1973, 452, pour lequel ‘Pégase… entrait dans les légendes hellénisantes de cette con (...)

17Il y a là un important paradoxe puisque nous savons par Étienne de Byzance que le Chrysaor revendiqué par les Chrysaoriens comme leur éponyme n’était pas le frère de Pégase67.

  • 68 Théogonie, 287-336.

18Comme le montre le stemma 3, Chrysaor I appartient à une belle lignée de monstres où figurent entre autres Echidna et la Chimère68. Soulignons, comme cela a déjà été fait à maintes reprises, combien la prolixe descendance de Phokys et Kèto est liée au monde chtonien/infernal ; on serait tenté de dire qu’elle synthétise bon nombre des angoisses et des phobies de l’humanité. Remarquons aussi qu’elle est l’enjeu de l’affrontement entre Héraklès, exterminateur d’une partie notable de cette lignée, et Héra qui au contraire la nourrit ou la protège.

  • 69 Schachermeyr 1950, 184 n. 33.
  • 70 Tel est par exemple le point de vue de Bousquet 1988, cf. déjà Will 1954, 158.
  • 71 Sur Sisyphe comme nom ‘hérophore’ à Alabanda, Robert 1938, 212-13 ; Id. 1973, 459.
  • 72 Existence simultanée : I.Labraunda, I, 5, l. 14-18 ; cf. Debord 2003, 25 et 137.

19La généalogie de Chrysaor II (telle qu’elle est proposée par Étienne) et celle de Bellérophon présentent de telles similitudes qu’il était raisonnable de conclure : soit que les deux héros étaient frères69 – mais aucun texte antique à ce jour ne soutient cette solution ; soit que Chrysaor avait été, consciemment ou non, ‘travesti’ en Bellérophon – héros fondateur/ colonisateur par excellence70. On pouvait suspecter la prise de distance par rapport à Chrysaor (I), si peu fréquentable, d’avoir été forgée tardivement. L’inscription de Xanthos amène à poser différemment la question. Ici Chrysaor est l’arrière-petit-fils de Bellérophon, par Hippolochos et Glaukos. On affirme donc clairement son affiliation lycienne, ce que C. D. Hadzis souligne tout à fait à bon escient. Faut-il cependant considérer que le texte d’Étienne (ou de sa source) a été corrompu au point d’être amputé de trois noms, ce qui, selon elle, la rendrait incompréhensible. C’est évidemment une hypothèse recevable mais il me semble que l’on doit plutôt appliquer un principe général qui consiste à prendre en compte tant que cela est raisonnable les informations telles qu’elles nous sont parvenues. La généalogie xanthienne fait évidemment la part belle aux origines lyciennes, c’est même l’objectif visé dans l’inscription. Les enjeux n’étaient pas les mêmes du côté carien et il parait tout à fait possible que l’on ait généré en Carie un stemma où Chrysaor était plus directement lié à Éole et Sisyphe71. Ce point de vue peut paraître tout théorique, mais il est tout à fait intéressant de constater à titre de comparaison qu’Idrieus est donné tantôt comme fils de Chrysaor, tantôt comme fils de Kar. Dans ce cas il ne s’agit pas d’une erreur, mais cette contradiction indique que, simultanément ou non, deux généalogies ont été proposées correspondant par ailleurs à deux ligues (Cariens, Chrysaoriens) qui ont semble-t-il fonctionné en même temps, ce qui pourrait suggérer une certaine rivalité entre les deux72. Quoiqu’il en soit, cette filiation était celle de l’époque hellénistique et ce fait plaide encore plus pour une élaboration contemporaine de la constitution même de la ligue chrysaorienne.

  • 73 Metzger & Moret, 1999, e.g. 301.
  • 74 Robert 1948, 5-15.
  • 75 Antonetti 1999, 368-9.
  • 76 Cf. en général Curty 1995 ; Lücke 2000.

20Il serait très simplificateur de trop cloisonner les choses. Dès la colonisation les Grecs ont véhiculé avec eux les données religieuses et donc le stock de mythes provenant de leurs patries d’origine. Il ne fait aucun doute pour eux que Bellérophon, Pégase et Chrysaor appartiennent à l’horizon corinthien, aux colonies de Corinthe et plus généralement au Nord-Ouest du Péloponèse. C’est là que sont fixées les images et donc les mythes qu’elles illustrent. Pourtant, la tombe de Kizilbel montre que le thème hésiodique est parfaitement connu en Anatolie occidentale et plusieurs détails plaident pour une certaine adaptation aux modes de pensée locaux73. Que doit-on conclure pour le deuxième Chrysaor ? La prise en compte simultanée de l’inscription de Xanthos et d’un décret d’époque hellénistique et probablement corinthien trouvé à Délos74 où est fait mention d’une ἀρχαίας φυλᾶς Ἀορέων conduit Cl. Antonetti75 à considérer justement que le lien Aor (fils de Chrysaor)-Alétès ne peut avoir été forgé que dans le contexte corinthien. On observera tout aussitôt que cet Aor est absent de Carie où en revanche figurent d’autres descendants de Chrysaor (Mylasos, etc.), qui n’ont d’autre intérêt que local. À partir de l’époque hellénistique de façon systématique (mais le phénomène est naturellement très antérieur) il convient de rechercher des parentés et des filiations, les plus anciennes et les plus honorables possibles avec le monde grec afin de démontrer sa syngeneia avec les cités de la Grèce d’Europe76. Le décret de Xanthos montre bien que chacun pouvait y trouver son compte : espoir de financement pour les uns, surcroît d’honorabilité pour les autres. On perçoit qu’une telle démarche supposait des amodiations et une certaine réécriture de ce qui constituait le fondement même de l’entité carienne.

Conclusion

  • 77 On ne voit pas à quelle autre période historique pourrait correspondre cette constante lycienne.
  • 78 Hdt. 1.173 ; 7.92.
  • 79 Étienne de Byzance s.v. Tremçilh.

21À partir d’un ‘stock’ de mythes très anciens puisqu’ils remontent manifestement au moins au IIe millénaire, on constate qu’à l’époque archaïque la diffusion des thèmes a été très large, s’articulant sans doute sur un substrat indo-européen commun. Hésiode est en quelque sorte le témoin de ces échanges mais il en est aussi l’‘élément fixant’ – la référence future. En Carie, tout comme en Lycie, l’image d’une ‘grande Lycie’ renvoie de façon quelque peu brouillée mais certaine77 à la ‘nébuleuse’ Lukka. Dès le début de l’époque classique, les cités côtières revendiquent leur grécité, ce qui suppose l’apport de colons grecs, et par conséquent de fondateurs réels ou fictifs. Un seul exemple de ces efforts, parfois laborieux, de reconstruction : selon Hérodote, Lykos frère et rival malheureux d’Égée se réfugie chez les Termiles qui donnent son nom à leur pays78. On constate que Bellérophon peut – parmi d’autres – tenir le rôle d’oikiste. Ainsi d’après Alexandre Polyhistor79, c’est lui qui est à l’origine du changement de nom de la Lycie ; de la même manière il est le fondateur de Pégasa. Tout cela dans une perspective d’intégration, ou à tout le moins de parenté avec le monde grec. Le concept de syngeneia impose la recherche des fondements d’une koinè, dont évidemment les auteurs ont seulement la conscience intuitive qu’elle est alimentée par de lointaines références communes.

  • 80 Il. 6. 200-205.

22D’autre part les mythes sont adaptés, ‘retravaillés’ en fonction de l’évolution des mentalités. Le Chrysaor d’Hésiode ne correspond plus aux modes de pensée de l’époque hellénistique, il subit donc une mutation qui en fait un probable doublet de Bellérophon, lui-même héros positif si l’on oublie la fin tragique de sa descendance selon Homère80. Pégase subsiste sans qu’on s’attache à la contradiction qu’il y a désormais à le lier à Chrysaor et cela d’autant plus aisément qu’il continue à être associé à l’éclair qui était sa caractéristique primordiale. L’un des facteurs du succès des Chrysaoriens résulte de cette capacité de synthèse entre données héritées fortement ancrées dans les traditions locales et volonté affichée d’adhérer à la koinè hellénistique. Ils peuvent alors entrer au plus haut niveau dans les jeux politiques qui caractérisent le début de l’époque hellénistique.

Fig. 1. Aphrodisias.

Fig. 2. Hydisos.

Fig. 3. Stratonicée.

Fig. 4-5. Halicarnasse.

Fig. 6-7. Stratonicée.

Fig. 9. Hydisos.

Fig. 10. Euromos.

Fig. 11. Bargylia.

Fig. 12. Bargylia.

Fig. 13. Bargylia.

Fig. 14. Stratonicée.

Fig. 15. Kéramos.

Fig. 16. Aphrodisias.

Fig. 17 Bargasa.

Fig. 18. Kydrama.

Fig. 19. Alinda.

Fig. 20. Myndos.

Fig. 21. Myndos.

Fig. 22 Antioche-Alabanda.

Fig. 23. Alabanda.

Notes

1 Hésiode, Théogonie, 273-86 (trad. J.-L. Backès) ; sur Chrysaor amant de Callirhoè et père de Géryon, ibid. 287-8 et 979-82. Cf. aussi Ps.-Apollodore, Bibl., 2.4.2.

2 Cf. West 1966, ad loc. Cf. à propos de Pégase, Hutter 1995, 92-5 ; cf. aussi id. 2003, 223 et 269.

3 Laumonier 1958, 206 n. 1. Très représentatif est le commentaire de Sauzeau 1997, 104 sq. n. 10 : ‘du point de vue linguistique le propos d’A. Laumonier paraît tout à fait dépassé’. Mais cf. infra note 56.

4 Cf. évidemment les ‘poulains’ de Corinthe au type de Pégase ; sur ces derniers Will. 1954, e.g. 407.

5 Par exemple, la naissance de Chrysaor sur le fronton du temple de Corcyre, les monnaies d’Acarnanie, etc.

6 Bousquet 1988, 12-53 (SEG 38, 1476) ; Hadzis 1997, 1-14.

7 Signalons la synthèse de Benda-Weber 2005 : Chrysaor, 264-7 ; Bellérophon, 242-6 et 250-3. Il convient de souligner que ce livre est particulièrement utile pour les témoignages iconographiques ; mais, en dépit de sa date de parution très récente, il souffre d’avoir été rédigé plus anciennement et donc de ne pas intégrer par exemple le décret pour les Kyténiens et la littérature afférente. Cf. aussi les notices du LIMC : ‘Gorgo’, IV 1, 2, 1988, 313-14 et ‘Pegasos’, VII 1, 2, 1994, 214-30.

8 Cf. e.g. Will 1954, 145-68 ; Jouan 1995, 271-87.

9 Cf. e.g. Curnis 2001, 25-33. Cette conjonction entre Lycie et Cilicie pourrait suggérer que dans le cas de Bellérophon également d’anciennes racines anatoliennes ne sont pas à exclure.

10 Il., 6.152-211.

11 Étienne de Byzance s.v.

12 Βελλεροφόντ[ην] κτιστὴν ὁ δήμος·Smith 1996, 56 et fig. 50-1 ; cf. Chaniotis, EBGR 2000, 221 sq., no. 350. Un relief figurant Bellérophon conduisant Pégase (associé à Apollon) est intégré à la frise dite ‘de Ninos’ (tardoantique) au côté de Sémiramis et Ninos et aussi de l’Aphrodite locale, figurés sur les panneaux connus à ce jour (fig. 1).

13 Étienne de Byzance s.v.

14 Hydisos : Bellérophon sur Pégase. Imhoof-Blumer 1901, p. 135 no. 3, Tafel V 8 (fig. 2) ; Bargylia : même scène, BMC Caria p. 72 no. 7-8 (ier s. a.C.) ; Imhoof-Blumer 1883, 306 no. 27. Sur le monnayage de Bargylia, W. Weiser dans I.Iasos 181-5.

15 Laumonier 1958, 205 : BMC Caria, p. 152, 38 (pl. XXIV, 2) ; SNG von Aulock, pl. 84, 2662 (fig. 3), Pégase volant à gauche, légende BEΛ. Notons qu’il s’agit d’une des rares représentations de Pégase seul sur des monnaies postérieures à l’époque hellénistique.

16 BMC Caria 152, 36-7 ; Weber Coll. 6566 (pl. 231).

17 Imhoof-Blumer 1912, 193, n. 2 et pl. III 1.

18 Publiée par Isager 1998, 1-23 (SEG 48, 1330) ; cet article est repris dans Isager & Pedersen 2004. On consultera aussi ibid. D’Alessio 2004, sp. 47 ainsi que Lloyd-Jones 1999, sp. 7-8.

19 Col I, vers 23-26 : Παλλάτ τε πτερόεντος ἐπηέριον δαματῆρα Πηγάσου οἰκιστὴν ἐσθλὸν ἐπηγάγετο ἔνθ’ ὅτε δὴ στείψασα μετ’ ἴχνεσι Βελλεροφόντεῳ Πηγασίδος γαίης τέρμονας ἱδρύεται. Cf. Aristophane, Oiseaux, 576 : πτερόεντα κεραυνόν, ‘le foudre ailé’.

20 Le lien entre Athéna, Pégase et Bellérophon n’est donc nullement artificiel, cf. Will 1954, 145.

21 Sur les différentes Pedasa, Pedasos, Pidasa, cf. Robert 1987, 186-96. À noter aussi un Apollon Pidanaseus dans une kômè au sud de Didymes, I.Didyma 70 et 77.

22 Imhoof-Blumer 1901, 281 ; Inv. Waddington, 2359, 2365 ; BMC Caria, p. 102, 1-2 (pl. XVII, 1-2) ; SNG Copenhagen, Caria, pl. 8, 336 (fig. 4), Pégase/chèvre, ve s a.C. ; SNG Tübingen, 3377 (fig. 5), Pégase/cithare, 400-367 a.C.

23 Laumonier1958, 206, cf. infra.

24 Avers Zeus, BMC Caria, p. 150, 24 (pl. XXIII, 18 [=fig. 6])-26 ; avers Hécate 27 (pl. XXIII, 19 [= fig. 7])-30 groupe A de Meadows 2002, 114 ; Inv. Wadd, 2564 ; SNG Cop. Caria, pl. 11, 491-2 ; SNG von Aulock, pl. 83, 2658 ; SNG Tübingen, 3479-84 Il paraît tout à fait intéressant de noter que Meadows 2002, 115 date ce groupe de bronzes du milieu du iie s. a.C.

25 Supra notes 15 et 16.

26 Laumonier 1958, 436 sq. ; SNG Tübingen, 3341 (ier s. a.C.), Zébu/Pégase. Cf. infra p. 243 et notes.

27 BMC Caria, p. 11, 11 ; SNG Cop. Caria, 23 (fig. 8). Selon Laumonier 1958, 433 : ‘on reconnaîtrait volontiers un symbole indigène’.

28 Pégase volant au revers de Zeus Areios casqué, Imhoof-Blumer 1901, I, 134 no. 1, pl. V 7 (ier s. a.C.) ; Id. 1908, p. 90 ; SNG von Aulock, pl. 80, 2553 (fig. 9). Bellérophon sur Pégase cf. supra n. 14.

29 BMC Caria, pl. XVII, 5 (fig. 10).

30 Bronze, iie-ier s. a.C., SNG Tübingen, 3372 ; SNG von Aulock, pl. 79, 2516 (fig. 11)-2517 : tête d’Artémis Kindyas/Pégase volant ; SNG Cop. Caria, 175 (fig. 12), 176 ; statue d’Artémis/Pégase ou protomé de Pégase ; 178 : protomé de Pégase/protomé de cerf (fig. 13) ; SNG Tübingen, 3373.

31 Et aussi de Pausanias 5.21.10.

32 Cf. Debord 1994, 108-9 ; Id. 2003, 126-31.

33 Bousquet 1988, sp. 4-5.

34 Hadzis 1997, 6.

35 Il. 12.313.

36 Mellink 1998, 35-6 ; 57-8 et pl. XXVII–XXVIII. À propos de ce thème, elle affirme : ‘here we clearly enter the world of stories and images developed by the Greeks’. Cf. cependant Metzger & Moret 1999, 305-13 et fig 8-10.

37 Borchhardt 1976, 84-5 ; Id. 1993, 48 et Taf. 18-19. I.Stratonikeia 485.

38 Mastrocinque 1979, fournit un bon exemple de ces assimilations hasardeuses, e.g. 226 : ‘Il sistema Crisaoreo dal i secolo a.C. al iii d.C. conio una serie di monete con l’effigie di Pegaso, il fratello di Crisaore. Anche il Crisaore ellenizzato, cioè Zeus Crisaoreo, appare nelle monete carie dal ii secolo a.C. in poi’.

39 Selon A. Laumonier, il faudrait reconnaître Zeus Chrysaoreus sur les monnaies plinthophores de Stratonicée (Laumonier 1958, 333, e.g. SNG von Aulock, 2653, fig. 14 ; SNG Tübingen, 3464-72 SNG Keckman. Ensemble des exemplaires d’hémidrachmes connus : Meadows 2002, 81-91, pl. 19-26) et de Kéramos ; ibid., 204, sur ces dernières cf. aussi Spanu 1997, sp. fig. 3, 1-16 (8 [= fig. 15]) ; SNG Tübingen, 3413, daté là entre 166 et 100 a.C. A. Laumonier propose aussi Alabanda (437) tout en observant que le type monétaire n’est pas semblable aux précédents. Les plinthophores correspondent en effet à un moment où des intérêts politiques et économiques communs réunissent un certain nombre de cités cariennes sous la conduite de Stratonicée immédiatement après le ‘reflux’ rhodien de 167 (Debord 2001, 170 sq.) ; le Zeus représenté appartient donc bien à l’horizon stratonicéen, mais est-ce le Panamaréen ou le Chrysaoreus ? Rien n’est sûr en ce domaine d’autant que la prise en compte des autres monnayages plinthophores permet de constater que l’on fait figurer des thèmes issus de l’imagerie locale, par exemple à Kallipolis ou encore à Aphrodisias (Aphrodite/foudre ailé : MacDonald 1992, type 35 pl. IV (datée là du ier s. a.C.) ; SNG Cop. Caria, 69 (fig. 16)).

40 Hadzis 1997, 5 (je souligne).

41 Sur ces questions, I. Adiego dans Adiego et al. 2005 ainsi que Debord 2009.

42 Cf. Carruba 1996, 39.

43 Bryce 2003, 74.

44 Artémis, Hdt 8.7.7 ; Déméter, Hymne homérique à Déméter, 4.

45 Chantraine, DELG, s.v. (ἄoρ. Sauzeau 1997, 103-18.

46 Laumonier1958, 207-9 : ‘doublet carien caro-lycien de Bellérophon, esprit de l’éclair et puissance céleste, facilement converti en Zeus par les Grecs’.

47 Étienne s.v. Μάσταυρα.

48 Adiego 2000, 148-9 : saoürχri.

49 En observant que cela n’impliquerait nullement l’existence de la Ligue chrysaorienne à une époque aussi ancienne.

50 Hutter 1995, 79-7 ; cf. aussi Id. 2003, 223 et 269 ; Malten 1925, 121-60 (sp. 138) soutenait déjà la thèse d’un Pégase ‘oriental’ et pour lui Gorgo serait hittite (ibid. 155-6).

51 Singer 1996, sp. 185-9.

52 Ce qui rendrait compte de la variante Pidasa du toponyme.

53 Starke 1990, 103-6.

54 Hutter 1995, 91-5 ; id. 2003, 222.

55 Supra, n. 14, 16, 17.

56 Foudre ailé aussi à Bargasa, tête de Zeus/foudre ailé, Robert, 1980, 371 (fig. 17) ; Alinda, SNG Cop. Caria, 18, Jeune Héraclès ( ?)/foudre ailé dans une couronne de laurier ; Kidrama (bronze, iie-ier s. a.C.), SNG von Aulock, pl. 74, 2583 (fig. 18), au revers d’une tête de Zeus, cf. Robert & Robert 1954, 338-52 ; à Alinda BMC Caria, p. 10 no. 8 (pl. II 10 = Fig. 19) ; à Plarasa-Aphrodisias aigle sur foudre ailé, BMC Caria, p. 26, no. 6-9 (pl. V. 5-6) ; MacDonald 1992, types 11-28 ; SNG Cop. Caria, 69, Aphrodite/foudre ailé dans un carré en creux ; tête de Zeus/foudre ailé à Myndos ; SNG Cop Caria, pl. 10, 446 (bronze iie-ier s. a.C., Fig. 20) ; Dionysos/foudre ailé : SNG von Aulock, 2637 (Fig. 21) ; SNG Tübingen, 3458 (iie-ier s. a.C.). Le foudre est présent sur nombre de séries anatoliennes, seul ou support de l’aigle de Zeus, mais il tend à disparaître à l’époque de la domination de Rome.

57 Cf. Sauzeau 1997, 106 : ‘Chrysaor pourrait donc bien représenter l’éclair foudroyant lui-même et nous ramener au Zeus carien’, mais il pense indispensable de reprendre un peu ce qu’il vient d’affirmer en ajoutant : ‘-et grec’.

58 Robert 1950, 34-5.

59 IG, I3 71, II 143-4 (= ATL A9).

60 I.Iasos 52.

61 Cf. la bibliographie supra note 18.

62 E.g. SNG von Aulock, Pl. 74, 2379 [= Fig. 22]-2384. La métonomasie est due à Antiochos II (Robert 1973, 460).

63 E.g. SNG von Aulock, Pl. 74, 2385-7 [2386 = Fig. 23].

64 Sur le lien entre la diplomatie d’Antiochos III, les Chrysaoriens et Antioche-Alabanda, Debord 2003, 138-41.

65 L. Robert 1973, 452 et n. 111, soutient que Pégase était ‘un emblème des Chrysaoriens’ mais en même temps souligne que la présence du thème sur les monnaies impériales n’a pas le même sens. Akarca 1959, 99 émet l’hypothèse que les monnaies figurant à l’avers Hélios avec un aigle sur la joue et au revers la rose rhodienne pourraient avoir été émises par la ligue Chrysaorienne ; la solution alternative (Mylasa) paraît plus attractive (cf. ibid. 85 et 100).

66 Laumonier 1958, 205 (et note 1)-206. Théogonie, 287-336.

67 Malgré Robert 1973, 452, pour lequel ‘Pégase… entrait dans les légendes hellénisantes de cette confédération de la Carie, comme les [Pégase et Chrysaor] unit Hésiode etc.’.

68 Théogonie, 287-336.

69 Schachermeyr 1950, 184 n. 33.

70 Tel est par exemple le point de vue de Bousquet 1988, cf. déjà Will 1954, 158.

71 Sur Sisyphe comme nom ‘hérophore’ à Alabanda, Robert 1938, 212-13 ; Id. 1973, 459.

72 Existence simultanée : I.Labraunda, I, 5, l. 14-18 ; cf. Debord 2003, 25 et 137.

73 Metzger & Moret, 1999, e.g. 301.

74 Robert 1948, 5-15.

75 Antonetti 1999, 368-9.

76 Cf. en général Curty 1995 ; Lücke 2000.

77 On ne voit pas à quelle autre période historique pourrait correspondre cette constante lycienne.

78 Hdt. 1.173 ; 7.92.

79 Étienne de Byzance s.v. Tremçilh.

80 Il. 6. 200-205.

Table des illustrations

Légende Stemma 1.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/2762/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Stemma 2.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/2762/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/2762/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Stemma 3.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/2762/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende Fig. 1. Aphrodisias.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/2762/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Légende Fig. 2. Hydisos.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/2762/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 3. Stratonicée.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/2762/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende Fig. 4-5. Halicarnasse.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/2762/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende Fig. 6-7. Stratonicée.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/2762/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende Fig. 8. Alinda.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/2762/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende Fig. 9. Hydisos.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/2762/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende Fig. 10. Euromos.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/2762/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende Fig. 11. Bargylia.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/2762/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende Fig. 12. Bargylia.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/2762/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende Fig. 13. Bargylia.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/2762/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende Fig. 14. Stratonicée.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/2762/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende Fig. 15. Kéramos.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/2762/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Fig. 16. Aphrodisias.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/2762/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Fig. 17 Bargasa.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/2762/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende Fig. 18. Kydrama.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/2762/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende Fig. 19. Alinda.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/2762/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende Fig. 20. Myndos.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/2762/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende Fig. 21. Myndos.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/2762/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende Fig. 22 Antioche-Alabanda.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/2762/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 23. Alabanda.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/2762/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 44k

Auteur

Ausonius - Université de Bordeaux 3

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540