Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Hellenistic Karia

 | 
Carbon Jan-Mathieu van Bremen Riet

Part two. Hekatomnid Karia and its legacy

Du nouveau sur les Hékatomnides d’après les inscriptions de Iasos

Gianfranco Maddoli

Texte intégral

  • 1 C’est le sujet pour l’époque classique de l’excellente thèse de doctorat de R. Fabiani, soutenue e (...)

1Comme chacun sait, l’histoire de Iasos (l’actuelle Kıyıkıslacık) n’a pas encore été retracée de façon organisée et globale1. Même si l’on prend en compte le précieux témoignage de Thucydide pour les années 412/1 et le souvenir, rien que le souvenir, d’une politeia perdue d’Aristote, les sources littéraires concernant la cité carienne sont pauvres et présentent un caractère surtout anecdotique. Par conséquent, l’apport fondamental pour la reconstitution des grandes lignes de l’histoire de Iasos vient de l’archéologie et des sources épigraphiques.

  • 2 Berti & Graziano 1994 ; PP 1999 et 2001.
  • 3 Pugliese Carratelli 1961-1962 ; 1967-1968 ; 1969-1970 ; 1985a ; 1985b ; 1985c ; 1987 ; 1989 ; 1993
  • 4 Maddoli 2007. Les premiers de ces textes furent édités dans Maddoli 2001.
  • 5 I.Iasos (1985).
  • 6 Maddoli 1995.

2Un important groupe d’inscriptions2 qui provient des fouilles systématiques du site commencées en 1960 par D. Levi, poursuivies sous la direction de C. Laviosa et aujourd’hui de F. Berti, a déjà été édité en partie par G. Pugliese Carratelli3. À l’exception de fragments de faible intérêt, l’autre partie – qu’il m’a confiée – est parue récemment dans un numéro spécial de la revue La Parola del Passato4. Mis à part les petits fragments peu significatifs qui seront édités dans un second temps, le groupe de nouveaux textes (environ une quarantaine), est essentiellement constitué de décrets de proxénie. On y trouve aussi un texte de chorégie, lui aussi gravement endommagé, mais les documents de nature plus spécifiquement politique ne manquent pas. Ces nouvelles inscriptions s’ajoutent au corpus des épigraphes déjà connues que nous devons à l’excellent travail de Wolfgang Blümel5. Il a eu le grand mérite d’avoir rassemblé et ordonné, en 1985, les centaines de textes aujourd’hui en partie éparpillés ou disparus, qui avaient été transcrits et publiés par des érudits ayant voyagé en Asie Mineure dès la fin du xviiie siècle, puis par des chercheurs de la fin du xixe et des débuts du xxe6.

  • 7 Cf. PP 2005, où toute la bibliographie précédente est citée.
  • 8 Diod. 14.98.3.
  • 9 Arr. An. 1.23.7.
  • 10 Hornblower 1982; Ruzicka 1992.

3L’histoire de Iasos et celle de la Carie sont étroitement imbriquées. Nos inscriptions apportent des éléments nouveaux et intéressants, surtout à partir de la fin du ve siècle, époque à laquelle les textes gravés sur les pierres de Iasos deviennent plus nombreux7. C’est justement au cours de cette période – sous Hékatomnos – que la Carie émerge comme satrapie autonome, une autorité qui ne pouvait provenir que d’une investiture et d’une reconnaissance de la part du Grand Roi (et qui existait probablement déjà sous son père Hyssaldomos)8. Avec la conquête d’Alexandre le Grand – c’est-à-dire au moment où la veuve d’Hidrieus, Ada, dernière fille d’Hékatomnos, fait d’Alexandre son fils adoptif – la dynastie hékatomnide peut être considérée comme éteinte. Alexandre en effet, quittant la région pour poursuivre ses conquêtes, lui reconnaît le titre de satrape9. C’est donc pendant les trois premiers quarts du ive siècle que la ville de Iasos vécut vis-à-vis des Hékatomnides, soumission et impatience, avantages et inconvénients. Ceci probablement à cause de la proximité de Mylasa, berceau de la dynastie et siège du koinon des Cariens, mais aussi de l’heureuse situation côtière de Iasos, son port protégé non loin de celui d’Halicarnasse, où Mausole transféra sa capitale pour des raisons politiques et stratégiques10.

  • 11 I.Mylasa 1.
  • 12 I.Mylasa 2.
  • 13 Pugliese Carratelli 1985 et 1987.
  • 14 I.Iasos 1.
  • 15 I.Mylasa 3. Les trois décrets de Mylasa sont gravés sur la même pierre: Tod II no. 138.

4La documentation épigraphique relative à l’époque hékatomnide connue jusqu’à présent donne, de l’autorité des satrapes, une image de force et de pouvoir de répression. Concernant la ville voisine de Mylasa, on sait qu’il y eut en 367/6 une conspiration manquée, menée par Arlissis, ambassadeur de Mausole à la cour du Grand Roi11. Suite à cette tentative infructueuse, toujours à Mylasa, eut lieu en 361/0 l’outrage perpétré par les fils de Peldemos contre une statue d’Hékatomnos, infamie qui fut punie par la confiscation et la vente de leurs biens12. Cet épisode eut des répercussions à Iasos, où une inscription plus tardive rapporte un décret allant dans une direction politiquement opposée, puisque les trois fils de Peldemos y sont maintenant honorés sous les titres de proxenoi et euergetai13. À Iasos encore, un long décret, conservé à présent au Louvre, fait connaître les acquéreurs des biens confisqués à ceux qui ‘complotèrent contre Mausole et la cité des Iaséens’, un épisode qui se situe entre 367 et 35414. À la même époque, un attentat manqué, organisé par un certain Manitas, est également attesté à Mylasa15. Il n’est pas exclu que ce dernier événement puisse être lié à l’outrage fait à la statue d’Hékatomnos par les fils de Peldemos. Tout cela donne un tableau qui dans l’ensemble nous montre le visage despotique des satrapes, contre lesquels se rebellaient les représentants des autres familles cariennes.

5La nouvelle documentation fait apparaître d’autres éléments, directement ou indirectement en lien avec la dynastie hékatomnide, qui contribuent dans une large mesure à enrichir l’histoire de Iasos. Je les présenterai brièvement, et dans la mesure du possible dans l’ordre chronologique, en renvoyant pour de plus amples détails aux publications en cours les concernant.

  • 16 Hdt. 5.118.2; Hornblower 1982, 26.
  • 17 Briant 1996, 514-6.

61) Nous n’en sommes pas certains, mais il est assez probable que le Pixodaros fils de Mausole, originaire de la cité de Cnide, qu’Hérodote nous présente au moment où, en 498, il propose une stratégie de défense contre l’avancée des Perses, soit un ancêtre de la famille des Hékatomnides16. Hérodote rappelle qu’il avait épousé la fille de Syennesis, roi de Cilicie, soulignant indirectement le lien fort, au moins à partir de ce moment, que cette famille influente et représentative de la Carie entretenait avec la Cilicie, région stratégique sur la grande route qui reliait l’Asie Mineure à la Babylonie17.

  • 18 Maddoli 2007, 1.1 (inv. no 3942); Thc. 5.43-4 et 8.5-6.
  • 19 Pour l’histoire de la Cilicie, cf. Asheri, 1991, 35-65 (surtout 45-6) et Casabonne 2004, 61-2 (pou (...)

7Le texte iaséen le plus ancien que nous avons récemment publié se rapporte à une époque que la mention des Spartiates, de Endios en particulier, nous fait situer entre 412 et 411 a.C., dans un contexte bien défini par le récit de Thucydide18. Il s’agit d’un ensemble de brefs décrets, malheureusement très endommagés par le temps et les fractures de la pierre. Dans le premier de ces décrets il est question de la concession de la politeia, et très probablement de la proxénie, à Syennesis, que l’on définit comme φίλος ϰαὶ εὐεργέτης. Il y est également question d’ambassadeurs à envoyer au souverain de Cilicie, évidemment pour lui communiquer ces honneurs concédés par la cité qui, à ce moment-là, était en bons termes avec Sparte comme l’inscription elle-même le suggère19.

  • 20 Hdt. 6.25.2; aussi Asheri 1991, 45-6.
  • 21 Xen. Anab. 1.2.
  • 22 Pour les événements de cette période, cf. Briant 1996, 608-9. Pour les relations entre Sparte et l (...)
  • 23 Diod. 14.98.3.

8Le texte, je le répète, est très lacunaire: il manque le début et la fin des lignes, mais la substance du contenu parait sans équivoque. Iasos, après l’élimination de Amorge, soustraite au pouvoir d’Athènes et désormais alliée de Sparte, est livrée à Tissapherne. C’est à ce moment-là que la cité carienne confirme une vieille amitié, qui avait lié dès le début du siècle le souverain cilicien avec la famille des Hékatomnides. Et c’est alors que les Hékatomnides – les descendants d’un Mausole qui vécut à la fin du vie siècle, et qui résident désormais à Mylasa probablement dès la fin de la révolte ionienne – commencent à exercer une autorité croissante en Carie, alors que les Perses occupent la région et soumettent les cités à leur pouvoir20. Grâce à l’opportunisme qui ne connaît pas d’époque, l’ancienne famille, autrefois rempart de la liberté des Cariens, s’est transformée en garante du pouvoir du nouveau maître perse. En 401, donc à peine quelques années plus tard, Syennesis, roi de Cilicie, presque sûrement le même que celui de notre nouvelle inscription, entra en contact personnel avec Cyrus qui marchait contre son frère Artaxerxès II. Le récit de Xénophon révèle clairement le souci du Cilicien de sauvegarder sa propre autonomie tout en restant en bons termes avec la Perse, quel qu’en soit le souverain21. Cyrus avait eu le soutien des Spartiates lors de son entreprise vouée à l’échec, et les Spartiates, ayant désormais mis en tutelle la liberté des cités grecques d’Asie, continuèrent, sous Thibron puis Dercillide, à rivaliser avec Tissapherne pour le contrôle de la Carie. En 396, Agésilas succédant à Dercillide, Tissapherne tombe en disgrâce auprès du Grand Roi et il est décapité: il est bien possible que ce soit à ce moment-là que la Perse crée la satrapie de Carie, la confiant à Hyssaldomos, alors que se prépare à Sparte un tournant politique philoperse qu’Antalcide scellera par la paix qui porte son nom22. Racontant les événements de 391 Diodore évoque Hékatomnos, en tant que ὁ Καρίας δυνάστης et Καρῶν δυνάστης, chargé par le Grand Roi de participer comme navarque à la répression de la révolte de Chypre23. La flotte carienne est évidemment un atout important pour le maintien de la domination perse, et Iasos constitue un port bien protégé, de grande importance stratégique. En conclusion, même si c’est en termes assez problématiques, la nouvelle inscription complète le récit de Thucydide et contribue à éclaircir le contexte historique dans lequel naîtra la satrapie perse qui sera confiée aux Hékatomnides.

92) La seconde nouveauté digne d’intérêt provient de deux inscriptions retrouvées pendant la campagne de fouilles de 2004. Elles témoignent de l’existence à Iasos d’un édifice portant le nom de Mausole. Il s’agit du même mot bien connu qui désigne le monument imaginé par le satrape pour pérenniser la mémoire de son nom à Halicarnasse, l’une des ‘sept merveilles’ du monde antique: Μαυσσώλλειον. Cette mention est aussi surprenante qu’intéressante, et constitue la plus ancienne attestation du terme que la tradition antique utilise pour désigner le μνήμα ou τάφος de Mausole (c’est ainsi que le définissent les sources de la période hellenistico-romaine). Ce mot, grâce à la célébrité de ce monument, fut ensuite étendu à toute une catégorie d’édifices commémoratifs dont la taille et la richesse étaient telles, qu’elles provoquaient un θαῦμα.

  • 24 Maddoli 2007, 11. A et 11. B (inv. nos. 7152 et 7154).
  • 25 Hornblower 1982, chap. 9; Vlad Borrelli 1961.

10Le nouveau témoignage apparaît dans deux décrets de proxénie gravés sur deux blocs contigus et superposés de la parastas droite de l’entrée de l’édifice: le premier pour Agepolis, fils de Pythokles de Samos, le second pour les quatre fils de Stròngylos de Kalymnos24. Il est dit de l’un des deux décrets qu’il devait être situé ἐν τῇ παραστάδι τοῦ Μαυσσωλλείου, de l’autre ἐν τῇ παραστάδι τῆς ἐπὶ τῆς εἰσόδου τοῦ Μαυσσωλλείου (l. 21). Sans entrer dans la problématique relative au grand édifice d’Halicarnasse, à la réalisation duquel travaillèrent, comme on le sait, les plus grands artistes de l’époque25, il suffira de dire que le monument mentionné dans les inscriptions iaséennes n’est sûrement pas celui-là, mais plutôt une construction locale portant le même nom et dédiée au souverain satrape, même si, bien sûr, il n’avait ni la même dimension ni la complexité que le Maussoleion homonyme d’Halicarnasse.

  • 26 I.Priene 108.

11D’après le lieu où l’on a retrouvé les blocs de pierre, aux marges de l’agora, on peut déduire que la façade de l’édifice donnait sur l’agora même, et cela semble correspondre avec la figure du personnage dont on voulait honorer la mémoire. Mais cette observation pose un problème intéressant, qui nous renvoie aussi à la très grande construction d’Halicarnasse telle que voulue par le satrape: s’agit-il d’un monument commémoratif, d’un cénotaphe, ou d’un édifice cultuel à situer parmi les plus anciens témoignages du culte rendu aux souverains, comme par exemple, l’Alexandreion de Priène construit aux environs de 334 a.C.26? Futil érigé du vivant de Mausole, de par sa volonté, ou bien après sa mort, de par la volonté d’Hidrieus ou de Pixodaros ? En tout cas, un tel monument, comme une statue, présuppose de la part des Iaséens des honneurs évergétiques.

  • 27 Str. 14.2.17, Plin. Nat. 36.30.

12À la question ‘qui a commissionné le Mausolée d’ Halicarnasse ?’on ne peut pas non plus donner de réponse sûre. Strabon et Pline en attribuent la construction à Artémise, mais il semble indiscutable que la conception du monument, situé au centre de la cité, entrait dans une planification globale, qui ne peut que remonter à Mausole lui-même27. Par conséquent, on peut dire que, au moins comme projet, le futur édifice fut une idée du dynaste. Est-ce que ce fut alors ce même Mausole qui demanda ou imposa à la fidèle Iasos d’ériger en son honneur un monument analogue – bien que sans doute plus petit – sur son territoire ? On sait combien Mausole s’est investi dans la restructuration urbaine de nombreuses cités cariennes, parmi lesquelles, à en juger par les constructions de cette période, on doit vraisemblablement inclure Iasos. Mais ce pourrait bien être Hidrieus ou Pixodaros qui, désirant imiter l’exemple d’Halicarnasse et rendre hommage à leur frère ou à leur dynastie, auraient fait ériger ce bâtiment. Étant donné que la question ne repose que sur ce seul nom remarquable de ‘mausolée’, elle ne peut pour l’instant que demeurer ouverte.

133) Les fouilles de Iasos ont apporté l’an dernier, de précieux témoignages sur Hidrieus, le frère et successeur de Mausole. De l’une des deux salles de la stoa occidentale de l’agora provient un grand bloc de calcaire parallélépipédique portant une inscription. Il s’agit sûrement d’une partie de la base d’un monument plus vaste, composé d’au moins trois éléments. Le bloc retrouvé, en effet, n’est pas taillé sur les côtés et présente des cavités prévues pour insérer des crampons de fixation. L’épigraphe, qui paraîtra dans le cadre de la publication de l’ensemble des inscriptions iaséennes, se compose de deux distiques élégiaques en l’honneur d’Hidrieus, gravés en très beaux caractères du ive siècle. Légèrement abîmée aux lignes 1 et 2 (mais on peut en reconstituer le texte sans beaucoup de difficultés), elle souffre aussi d’une profonde abrasion du patronyme Hékatomnos, qui semble d’ailleurs avoir été faite volontairement.

14Le contenu et la forme de l’inscription devront trouver en d’autres lieux l’attention qui leur est due, mais d’ores et déjà, on peut affirmer que le monument, qui devait accueillir vraisemblablement des statues représentant la famille du satrape, fut érigé par la cité, soit du vivant d’Hidrieus, soit sous la satrapie de Pixodaros, donc entre 341 et 335. Le premier distique célèbre la dynastie qui a rendu Iasos prospère et célèbre (ici, les βασιλεῖς mentionnés sont très probablement les dynastes locaux, et non les rois de Perse), alors que le second chante Hidrieus qui rétablit l’eunomia et consolida le pouvoir ancestral à l’a fin des δεινὰ πάθη qui l’avaient menacé. Dans ces ‘terribles moments de souffrances’, il n’est pas difficile de voir les oppositions et les attentats politiques qui marquèrent Iasos et Mylasa durant la satrapie de Mausole.

  • 28 Pour Choirilos, cf. Crusius dans RE 3.2. (1899), s.v. Choirilos, col. 2361-2; Ziegler, Kl. P I (19 (...)

15Peut-on tenter de donner un nom – mais ce n’est qu’une conjecture – à l’auteur de ces vers? Il s’agirait du poète épique de Iasos, Choirilos, qui vécut à cette époque, et dont la tradition rapporte qu’il fut célèbre mais discrédité de la cour d’Alexandre le Grand, où il pourrait s’être établi après avoir milité contre les derniers Hékatomnides28.

16L’abrasion profonde du nom d’Hékatomnos – si elle fut faite volontairement, ce qui semble probable – témoigne d’une certaine haine envers l’ancien satrape. S’il en est ainsi, on se demande en particulier si l’on ne se trouverait pas ici en présence d’une trace indirecte de l’épisode attesté à Mylasa, puis à Iasos, par les inscriptions évoquées ci-dessus, relatives aux fils de Peldemos qui furent coupables d’avoir endommagé une statue d’Hékatomnos. L’épisode s’est produit au temps de Mausole, vers 361, et par conséquent il n’est pas à rattacher directement à ce monument, qui est certainement postérieur de quelques années. Il n’est cependant pas à exclure que l’abrasion ait été l’œuvre de représentants de la faction opposée aux Hékatomnides et dont l’objectif aurait été de marquer ainsi leur solidarité avec les trois condamnés. Par la suite, le climat politique changeant, ces derniers furent réhabilités.

  • 29 Maddoli 2007, 20. B (inv. no. 6501).
  • 30 Sur le sanctuaire, son histoire et ses inscriptions, cf. Labraunda I, p. 1 sq.
  • 31 I.Labraunda 1-4; peut-être le même Korris dont il est question aux nos. 11-12.
  • 32 I.Iasos 36.
  • 33 I.Labraunda II, p. 200
  • 34 I.Iasos 164.3, text que Crowther (1990, 145), date de 192/1 (stephanephoros ὁ τρίτος μετὰ Μενίππον (...)
  • 35 Inv. no. 6511.

4) Un quatrième élément de nouveauté nous fait passer du ive aux iiie et iie siècles. Il s’agit d’un décret en l’honneur du prêtre de Zeus Labraundos, Hékatomnos, fils de Korris29. Il devait être gravé en deux exemplaires: l’un devait se trouver à Iasos, sur les murs du temple d’Apollon [π]αρImage τImage τῶν προγόνων αὐτοῦ ψήφισμα, ‘à coté du décret de ses ancêtres’ ou ‘pour ses ancêtres’ (ligne 15), nous ne le savons pas, et l’autre, au sanctuaire de Labraunda, dans un endroit laissé à la discrétion du grand prêtre. L’inscription fournit un élément important pour la reconstruction du tissu généalogique de la famille sacerdotale, qui remonte, on le sait, aux dynastes de Mylasa et donc aux satrapes de la Carie. Le début de l’inscription manque, mais pour le reste, le texte est complet et bien conservé. Comme chacun sait, la ligue des Cariens se réunissait dans le sanctuaire de Labraunda dont les Hékatomnides avaient assumé les charges sacerdotales et avaient entièrement réorganisé l’aménagement des bâtiments30. Les inscriptions de Labraunda ont depuis longtemps fait connaître un certain Korris qui, parce qu’il revendiquait des terrains contre la cité de Mylasa31, en appelle au jugement de Seleucos II, lequel à son tour va impliquer le stratège Olympichos, un personnage à qui Iasos avait rendu honneur32. Nous sommes donc dans la seconde moitié du iiie siècle. Toujours à Labraunda, nous connaissons un Hékatomnos, successeur de Korris, ainsi que d’autres personnages du même nom, que l’on peut situer entre le deuxième et le premier siècle. Se fondant là-dessus, et dans l’optique dynastique d’un sacerdoce héréditaire, Crampa a proposé une généalogie des prêtres de Labraunda33. Le nouvel ‘Hékatomnos fils de Korris’ de notre inscription confirme l’existence de ce couple onomastique déjà attesté, ce qui permet de revoir, compléter et réorganiser le schéma de Crampa d’une manière vraisemblable, même si les résultats n’en sont pas absolument certains. En l’absence d’informations internes à l’inscription qui permettraient de la dater de manière sûre, un éclairage peut nous venir du nom d’un des ambassadeurs à envoyer à Labraunda, un certain Poseidippos le fils d’Hermonax (ligne 23). Ce dernier pourrait être soit le père, soit le fils, d’un Hermonax, le fils de Poseidippos, connu à Iasos par trois documents, dont un texte de chorégie daté des premières décennies du iie siècle34 par Ch. Crowther. La seconde hypothèse (Poseidippos ambassadeur, fils de Hermonax le fils de Poseidippos) permettrait d’insérer facilement Hékatomnos dans la généalogie, le situant dans la seconde moitié du iie siècle. Cette nouvelle généalogie que l’on pourrait ainsi reconstituer se développerait suivant un modèle qui n’est pas tout à fait certain, mais qui ne présente pas de contradictions et résout de nombreuses apories concernant les autres personnages dont la mémoire a survécu35.

  • 36 Voir Maddoli 2007, 310-16, pour une discussion des alternatives possibles dans cette généalogie.

175) Pour terminer, une autre inscription mérite d’être mentionnée: elle est gravée sur un autel qui fut retrouvé en plusieurs morceaux en 1994, à proximité de l’agora. Il est à présent reconstitué36 et sera à court terme objet de publication; l’inscription nous conduit à la nouvelle période politique, inaugurée par Alexandre le Grand: elle est indubitablement plus tardive, comme l’indiquent les caractères que l’on peut dater au moins de la seconde moitié du iiie siècle (A avec la barre centrale brisée, P avec la seconde jambe plus longue, etc.). De par son contenu, elle renvoie toutefois à l’époque du début des entreprises d’Alexandre le Grand, dans la phase déclinante de la dynastie hékatomnide. L’autel porte l’inscription ΑΛΕΞΑΝΔΡΟΥ ΚΑΙ ΟΛΥΜΠΙΑΔΟΣ. La pierre est de réemploi: au-dessus des deux noms, une ligne complètement effacée et illisible montre que le monument avait peut-être à l’origine au moins un autre destinataire. Mais peut-être cette ligne avait-elle aussi contenu les noms des mêmes destinataires, reproposés à une époque postérieure sous une forme et avec une graphie différentes. Il est impossible de le savoir pour le moment. Nous devons plutôt nous demander quel a pu être le contexte originel dans lequel la réunion des noms d’Alexandre et de sa mère trouvait sa justification.

  • 37 Habicht 1970; Badian 1976; cf. en particulier Plut. Alex. 27-8.
  • 38 Bieber 1949.

18Le culte des souverains qu’Alexandre favorisa à son propre égard est largement attesté dans les cités grecques d’Asie Mineure dès le début du iiie siècle et a été étudié par Habicht et par Badian37. La nouveauté de l’inscription iasiéenne réside avant tout dans la présence d’Olympias aux côtés de son fils. Il lui était particulièrement attaché, surtout à partir du moment où son père l’eut répudiée en faveur de Cléopâtre (337). L’association des deux personnages nous était déjà connue par quelques représentations iconographiques38, mais pas leur culte. Après l’assassinat de Philippe (336), assassinat auquel on disait qu’elle avait également pris part, Olympias demeura aux côtés d’Alexandre jusqu’en 331, année où elle se retira en Épire, tandis qu’Alexandre commençait en 334 sa campagne victorieuse contre la Perse, conquérant l’une après l’autre les cités de la côte, et entrant finalement en Carie.

  • 39 Plut. Alex. 10.
  • 40 I.Iasos 24 et 27. Pour la libération des Perses, cf. I.Iasos 30.
  • 41 Syll.3 312 (= I.Iasos T 50); voir également Athen. 13.538b.

19Les relations entre la Macédoine et la Carie des Hékatomnides existaient depuis longtemps: Plutarque raconte que Pixodaros avait cherché à s’allier avec la famille du souverain en proposant à Philippe de lui donner sa propre fille pour la marier à Arrhidée, le frère mi-dément d’Alexandre. Avec le consentement de Pixodaros, ce dernier se proposa pour remplacer son frère, mais Philippe II s’y opposa fermement39. Toutefois, les relations entre les Hékatomnides et Alexandre ne s’éteignirent pas, et quand le jeune roi macédonien arriva en Carie, il fut accueilli par Ada, veuve d’Hidrieus, que Pixodaros avait reléguée à Alinda. Ada l’adopta même comme son fils, faisant ainsi de lui l’héritier légitime des Hékatomnides. À son tour, Alexandre reconnut Ada comme reine et la nomma satrape de Carie. La présence conjointe d’Olympias dans le culte d’Alexandre s’explique très bien après l’adoption de ce dernier par Ada. L’autel avait pour but de souligner la véritable filiation maternelle d’Alexandre, et à travers elle, sa prétendue filiation avec Zeus. Pour Iasos, nous disposons notamment de témoignages épigraphiques relatifs à deux personnages locaux notables, Gorgos et Minnion, qui soutinrent auprès d’Alexandre, avec succès, quelques requêtes de la cité libérée des Perses40. Gorgos était du reste un homme de cour, l’hoplophylax du souverain, comme nous en informe une inscription de Samos41.

  • 42 Will 1979, 260; Will 1982, 366-71.

20Nous ne sommes pas en mesure de dire si les honneurs divins rendus à Alexandre et à sa mère à Iasos remontent à ce moment-là, mais on peut certainement y rattacher le fait que la cité tenait à souligner sa fidèle dévotion envers le souverain macédonien, sans doute à des fins politiques. Il est en fait possible que la dédicace remonte à l’époque où la Carie retourna sous l’autorité macédonienne, à partir de 227, sous Antigonos Doson, puis Philippe V42. Antigonos Doson était le fils de Démétrios II le Beau, qui avait épousé une Olympias. L’hommage rendu par Iasos au grand Alexandre et à sa mère sous la forme d’un culte, pourrait donc, indirectement mais fort clairement, être un hommage envers le nouveau souverain et sa mère Olympias, ce qui les inscrivait dans une continuité dynastique et reconnaissait en Doson l’héritier et le continuateur de son illustre prédécesseur. N’oublions pas qu’Alexandre le Grand, de par son adoption par d’Ada, était devenu l’héritier légitime de la dynastie locale des Hékatomnides.

  • 43 Will 1979, 218-9.

21Une seconde possibilité – cependant plus difficile à justifier – permettrait d’expliquer le couple Alexandre-Olympias. Il pourrait s’agir d’Alexandre II, fils de Pyrrhus roi d’Épire et de Lanassa, qui épousa une Olympias. Mais on ne voit pas les raisons de l’implication de Iasos dans la politique épirotique, qui, à ce moment-là (c’est l’époque de la guerre chrémonidéenne), est surtout tournée contre la Macédoine et vers l’Occident43.

  • 44 Parmi la nombreuse bibliographie à ce propos cf. Treves 1953; Bohm 1989; Croisillé 1990.
  • 45 FGrHist. 115, F355.

22Une troisième possibilité, qu’il faudrait approfondir, entraînerait une datation de l’autel – ou du moins de l’inscription – au premier siècle p. C. L’aspect formel des caractères qu’on y trouve supporte cette éventualité. Dans la perspective d’une utilisation idéologique du passé et dans le cadre de la propagande d’Auguste – nouvel Alexandre et réconciliateur des Grecs avec les Troyens, de l’Europe avec l’Asie – dans le cadre aussi, du conflit millénaire qui fut provoqué par Pâris, l’autre Alexandre44, ‘Alexandre et Olympias’ s’intègrent parfaitement. Il faut noter que l’Épire joue un rôle important dans le foisonnement des légendes troyennes. Hélénos, fils de Priam est le fondateur de Buthronte en Épire, et il est aussi celui qui épousa Andromaque. Cette dernière était déjà l’épouse de Pyrrhus Néoptolème, fils d’Achille. Olympias, comme l’atteste déjà Théopompe, revendiquait d’appartenir au ghenos de Pyrrhus, fils d’Achille, aussi bien qu’à celui d’Hélénus, fils de Priam45.

  • 46 Voir sur ce sujet Maddoli 2006.

23Voilà les principaux éléments d’information nouveaux concernant la Carie hékatomnide, qui ressortent des inscriptions de Iasos, restées jusqu’à présent inédites. On pourrait enrichir l’histoire politique de la région et de cette aire géographique en ajoutant une très probable satrapie de Pixodaros en Lycie – parallèle à celle exercée sur la Carie par Mausole, puis par Hidrieus entre 358 et 341, année où il succéda à Hidrieus. C’est une information qui m’a parue décelable à partir d’une relecture des problèmes posés par la célèbre stèle trilingue de Xanthos46.

Notes

1 C’est le sujet pour l’époque classique de l’excellente thèse de doctorat de R. Fabiani, soutenue en 1999 auprès des universités de Pérouse, Pise et Pavie, et qui est aujourd’hui en cours de publication. Voir aussi Fabiani 2004.

2 Berti & Graziano 1994 ; PP 1999 et 2001.

3 Pugliese Carratelli 1961-1962 ; 1967-1968 ; 1969-1970 ; 1985a ; 1985b ; 1985c ; 1987 ; 1989 ; 1993.

4 Maddoli 2007. Les premiers de ces textes furent édités dans Maddoli 2001.

5 I.Iasos (1985).

6 Maddoli 1995.

7 Cf. PP 2005, où toute la bibliographie précédente est citée.

8 Diod. 14.98.3.

9 Arr. An. 1.23.7.

10 Hornblower 1982; Ruzicka 1992.

11 I.Mylasa 1.

12 I.Mylasa 2.

13 Pugliese Carratelli 1985 et 1987.

14 I.Iasos 1.

15 I.Mylasa 3. Les trois décrets de Mylasa sont gravés sur la même pierre: Tod II no. 138.

16 Hdt. 5.118.2; Hornblower 1982, 26.

17 Briant 1996, 514-6.

18 Maddoli 2007, 1.1 (inv. no 3942); Thc. 5.43-4 et 8.5-6.

19 Pour l’histoire de la Cilicie, cf. Asheri, 1991, 35-65 (surtout 45-6) et Casabonne 2004, 61-2 (pour Syennesis).

20 Hdt. 6.25.2; aussi Asheri 1991, 45-6.

21 Xen. Anab. 1.2.

22 Pour les événements de cette période, cf. Briant 1996, 608-9. Pour les relations entre Sparte et la Perse à cette époque et la position d’Alcibiade, cf. Lewis 1977. Par rapport à l’histoire locale de Iasos, cf. Fabiani 2004, 28-36, avec discussion de la bibliographie la plus récente.

23 Diod. 14.98.3.

24 Maddoli 2007, 11. A et 11. B (inv. nos. 7152 et 7154).

25 Hornblower 1982, chap. 9; Vlad Borrelli 1961.

26 I.Priene 108.

27 Str. 14.2.17, Plin. Nat. 36.30.

28 Pour Choirilos, cf. Crusius dans RE 3.2. (1899), s.v. Choirilos, col. 2361-2; Ziegler, Kl. P I (1964), s.v. Choirilos von Iasos, col. 1153.

29 Maddoli 2007, 20. B (inv. no. 6501).

30 Sur le sanctuaire, son histoire et ses inscriptions, cf. Labraunda I, p. 1 sq.

31 I.Labraunda 1-4; peut-être le même Korris dont il est question aux nos. 11-12.

32 I.Iasos 36.

33 I.Labraunda II, p. 200

34 I.Iasos 164.3, text que Crowther (1990, 145), date de 192/1 (stephanephoros ὁ τρίτος μετὰ Μενίππον); cf. aussi I.Iasos 177.3 et 204.6.

35 Inv. no. 6511.

36 Voir Maddoli 2007, 310-16, pour une discussion des alternatives possibles dans cette généalogie.

37 Habicht 1970; Badian 1976; cf. en particulier Plut. Alex. 27-8.

38 Bieber 1949.

39 Plut. Alex. 10.

40 I.Iasos 24 et 27. Pour la libération des Perses, cf. I.Iasos 30.

41 Syll.3 312 (= I.Iasos T 50); voir également Athen. 13.538b.

42 Will 1979, 260; Will 1982, 366-71.

43 Will 1979, 218-9.

44 Parmi la nombreuse bibliographie à ce propos cf. Treves 1953; Bohm 1989; Croisillé 1990.

45 FGrHist. 115, F355.

46 Voir sur ce sujet Maddoli 2006.

Auteur

Università di Perugia

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540