Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ombres de Thucydide

 | 
Valérie Fromentin
, 
Sophie Gotteland
, 
Pascal Payen

Troisième partie. Thucydide politique : l’histoire au service de la philosophie

Thucydide et Voltaire : enjeux et constructions d’une filiation problématique

David Bouvier

Texte intégral

  • 1 Lettre de Frédéric II à Voltaire (D1482) ; pour la correspondance de Voltaire, les références renv (...)
  • 2 Par exempe, Vercruysse 1987, 173, n. 25.
  • 3 Renwick 1990, 3.
  • 4 Sur l’illusion qui veut reconnaître Thucydide comme un collègue de l’historien moderne, cf. Loraux (...)
  • 5 Pierse 2008, 8-9.
  • 6 Pierse 2008, 175 : “Thucydides is usually depicted as the first ancient historian to define specif (...)

1Évoquée le plus souvent en passant, sans jamais constituer l’objet d’une enquête propre, la relation de Voltaire à Thucydide est réduite, quand elle est abordée, à deux constats qui s’opposent. Pour un premier groupe, Voltaire s’inscrit dans la lignée de Thucydide, il est un “nouveau Thucydide”1, il l’a “lu avec attention”2 et le prolonge ; il sait être Thucydide3. Ici, au nom d’un rationalisme partagé, Voltaire, fondateur de l’histoire moderne, est collègue de Thucydide4. Dans l’introduction de son Voltaire historiographe, Síofra Pierce cite l’historien athénien comme modèle d’une historiographie consciente de ses difficultés et de sa potentialité philosophique : “Just as Thucydides did, Voltaire, too, has to grapple with elusive abstraction of history, and with the practical difficulties of sources, perspectives and bias, and to mould the results into narratives worthy of a philosophe”5. Le philosophe historien se serait donc inspiré de l’historien philosophe dans un raccourci qui postule la filiation de deux maîtres de la tradition historiographique occidentale. Le danger est alors d’idéaliser Thucydide pour mieux louer Voltaire de l’avoir suivi6.

  • 7 Bertrand 1897, 73 ; voir aussi les remarques de Jory 1976, 1169 ; pour Voltaire comme “père de l’h (...)
  • 8 Mat-Hasquin 1981, 225.
  • 9 De Romilly [1956] 1967, 244-245.

2Dans l’autre camps, on se plaint au contraire du peu d’intérêt que Voltaire, “père de l’histoire moderne”7, a accordé aux historiens antiques. Pour un académicien comme Louis Bertrand, auteur d’un essai sur La fin du classicisme, ce désintérêt diminue d’ailleurs son autorité. Plus prudente et vérifiant la difficulté de démêler dans une œuvre immense la part des influences directes et indirectes, Michèle Mat-Hasquin, auteur d’un ouvrage de référence sur Voltaire et l’antiquité grecque, en arrive à se demander “en lisant les jugements, aussi rares que peu circonstanciés, portés par Voltaire sur Thucydide, s’il connaissait de l’œuvre de l’historien athénien autre chose que le titre et le sujet”8. Entre le Voltaire de Jeroom Vercruysse qui a “bien lu” sa Guerre du Péloponnèse, et celui qui n’en connaissait peut-être que le titre, comment trancher ? De Thucydide à Voltaire, la distance est trop grande, les cheminements des traditions sont trop nombreux et entrecroisés pour que l’on puisse formuler ou établir, sans risque de surinterprétation, des constats univoques ; la “raison” est une donnée trop relative pour que l’on puisse postuler une continuité allant du rationalisme de Thucydide, si bien défendu par une helléniste comme J. de Romilly9, à celui du philosophe des Lumières. Mais Voltaire a pris trop de place dans la pensée du xviiie siècle pour que l’on ne s’interroge pas, malgré la difficulté, sur la façon dont il a pu concevoir sa relation à Thucydide. Sans être déterminante, sa conception n’en est pas moins révélatrice de la complexité du dialogue entre modernes et anciens. Il y a une résistance de Voltaire à Thucydide qu’il faut comprendre.

Voltaire nouveau Thucydide

  • 10 Le 8 août 1736, première lettre de Frédéric II à Voltaire.
  • 11 Selon la formule de Mme de Staël, rappelée par Aizpurua 1994, 8.
  • 12 D4241.
  • 13 D3893.
  • 14 D5523.
  • 15 Mervaud 1985, 501.

3En 1736, Voltaire à bientôt 42 ans. Il commence une importante correspondance avec Frédéric II, jeune prince de Prusse, promu au trône en 1740, à moins de 30 ans10. “Allemand par la nature et français par l’éducation”11, Frédéric, défenseur de l’Aufklärung, s’appuie sur l’amitié du philosophe pour promouvoir sa politique éducative, tandis que Voltaire aspire à le convertir à ses idées, convaincu qu’il peut agir utilement sur ce roi philosophe “que la nature semble avoir fait exprès pour lui”12. Durant quarante ans, le roi et le philosophe se sont pensés complémentaires ; leur lettres révèlent les heures d’enthousiasme, les déceptions, les trahisons et les retours de passion : “Je vous ai aimé tendrement, j’ai été fâché contre vous, je vous ai pardonné et actuellement je vous aime à la folie”13. À chaque fois le lien se renoue ; jamais non plus, aucun des deux épistoliers n’oublie la valeur littéraire d’une correspondance promise à la publication14. À la mort de Voltaire, le 30 mai 1778, Frédéric II, engagé dans la Kartoffelkrieg, compose pour son maître un éloge funèbre grandiloquent et emphatique15. Il le lit le 26 novembre de la même année à l’Académie royale des sciences et belles lettres de Berlin, dans une assemblée extraordinaire convoquée pour cet effet. Le souverain prussien a trop admiré Voltaire pour ne pas aller jusqu’au bout d’une politique de glorification qui faisait partie de son programme. Et au terme de cet éloge, Voltaire est comparé à Thucydide :

  • 16 Frédérique II, Éloge de Voltaire, lu à l’Académie royale des sciences et belles-lettres de Berlin,(...)

L’on peut dire, s’il m’est permis de l’exprimer ainsi, que M. de Voltaire valait seul toute une académie. Il y a de lui des morceaux où l’on croit reconnaître Bayle armé de tous les arguments de sa dialectique ; d’autres, où l’on croit lire Thucydide16.

4Marchant sur “les traces de Locke”, “émule de Sophocle”, égalant Térence ou Molière, Voltaire a droit à une apothéose dont Frédéric II peint lourdement les détails : chevauchant Pégase “qui étend ses ailes”, le philosophe poète est transporté “au haut de l’Hélicon, où le dieu des muses lui adjuge sa place entre Homère et Virgile”. Voltaire vaut à lui seul toute une académie ; il concentre en lui tous les génies de la culture européenne ; lire Voltaire dispense de lire ses prédécesseurs. L’éloge de Frédéric ressasse jusqu’à l’excès et la maladresse une rhétorique usée et purement décorative. Mais, le compliment a son histoire ; quarante ans plus tôt, Frédéric II comparait déjà Voltaire à Thucydide.

Historique d’un compliment

  • 17 D1482.

5Dès le début de sa correspondance, Frédéric a fait référence à l’historien grec. Dans une lettre datée du 17 avril 173817, excusant un talent encore sauvage, il exhibe sa verve poétique dans des alexandrins à la gloire du maître :

  • 18 Variante “attend tout de tes riches présents”.

Le Ciel te réservait pour éclairer la France.
Tu sortais triomphant de la carrière immense
Que l’épopée offrait à tes désirs ardents ;
Et, nouveau Thucydide, on te vit avec gloire
Remporter les lauriers consacrés à l’ histoire.
Bientôt, d’un vol plus haut, par des efforts puissants,
Ta main sut débrouiller Newton et la nature ;
Et Melpomène, enfin, languissant sans parure,
Va se féliciter de tes riches présents18.

  • 19 D1844.
  • 20 Bouvier 2007, 320-321.
  • 21 Villey 1908, 105.
  • 22 D1251.
  • 23 D16503.
  • 24 Mervaud 1985, 46-48.
  • 25 Mervaud 1985, 442.

6Le compliment revient moins d’un an plus tard dans une lettre envoyée de Berlin le 3 février 1739 : “Il y a à Cirey une académie composée de l’élite de l’univers, il y a des philosophes qui traduisent Newton, il y a des poètes héroïques, il y a des Corneille, il y a des Catulle, il y a des Thucydide ; et l’ouvrage de cette académie se publie sous le nom de Voltaire comme l’action de toute une armée s’attribue au chef qui la commande”19. À cette époque, Voltaire n’a pourtant publié en matière d’histoire qu’une première version, en 1731, de l’Histoire de Charles XII, qu’il révise en 1738 ; il a aussi commencé le Siècle de Louis XIV, mais rien ne confirme encore les grands travaux à venir. Le titre de “nouveau Thucydide” relève d’une rhétorique en vogue que Frédéric II prise plus que d’autres et que Voltaire emprunte à son tour volontiers. Le genre épistolaire a son code de bienséances qu’il faut suivre ; la surenchère y compte plus que l’innovation. La référence aux figures antiques que l’on surpasse est un lieu commun. On est loin du xvie siècle où le poète rêvait d’égaler Homère20, même si un Henri Estienne accordait déjà à Philippe de Commines le titre de “nouveau Thucydide”21. Le xviiie a rompu avec les Anciens et la comparaison avec l’Antiquité revient sans cesse pour s’assurer que la dette est affranchie. À Frédéric, Voltaire écrit : “Vous pensez comme Trajan, vous écrivez comme Pline […] Berlin sera sous vous auspices l’Athènes de l’Allemagne, et pourra l’être de l’Europe”22. Et, Frédéric répond : “Ferney s’élève sur les ruines de Delphes”23. Frédéric loue en Voltaire le Socrate français, le nouveau Thucydide ou l’Homère du xviiie siècle ; Voltaire lui répond en le comparant à Alcibiade, Marc-Aurèle, Titus ou Salomon24. Comme des politesses que l’on se fait, on s’échange des titres, des surnoms, des références antiques, “garanties de noblesse et plaisir d’une culture commune”25.

  • 26 D15985 ; cf. aussi D18589.

7“Nouveau Thucydide” : le compliment devient d’autant plus aisé que Voltaire est bientôt historiographe du roi (en 1745), cependant que son œuvre historique s’impose. En 1769, il se mêle de la guerre russo-turque, envoie un projet de chars de combat à Catherine II et appelle Frédéric à une “croisade d’honneur” pour chasser les Turcs “du pays de Xénophon, de Socrate, de Platon et d’Euripide”26. Mais Frédéric a ses raisons de ne pas entrer en Grèce, il joue sur les arguments et ironise à son tour, se fâchant contre les Grecs qu’il assimile sans autre à l’occupant ottoman : ces “barbares possesseurs de belles contrées” qui, “si jamais les sciences refleurissent chez eux, seront jaloux qu’un Gaulois par sa Henriade ait surpassé leur Homère, que ce même Gaulois l’ait emporté sur Sophocle, se soit égalé à Thucydide, laissant loin derrière lui Platon, Aristote et toute l’école du portique”. La Grèce est désormais terre barbare où le génie s’est tari. Mais qu’importe puisque l’histoire veut qu’Athènes renaisse ailleurs en Europe et qu’il est des esprits comme Voltaire pour dépasser les plus grands noms de l’Antiquité. Remarquons que si Voltaire ne fait “qu’égaler” Thucydide, il l’“emporte” sur Sophocle et relègue loin derrière lui les malheureux Platon et Aristote.

  • 27 D19192, réponse à D19190.
  • 28 Nonnotte 1762.

8Enfin à un Voltaire qui se sent en fin de vie, Frédéric adresse le 18 novembre 1774 une réponse pour l’enjoindre à ne pas suivre Louis XV dans la mort. Dans l’Hadès, il ne trouverait que des fantômes jaloux de son génie : “Homère, Virgile, Sophocle, Euripide, Thucydide, Démosthène et Cicéron ; tous ces gens ne vous verraient arriver qu’à contrecœur”27. Jusqu’à la fin, la relation des deux épistoliers se construit dans un dialogue croisé avec l’Antiquité. Mais ne nous y trompons pas : l’émulation fait partie d’un jeu complexe. On se réfère à l’Antiquité pour montrer qu’on la dépasse. “Nouveau Thucydide”, cela ne veut pas dire que Frédéric II établit une filiation ou une continuité idéologique entre l’historien d’Athènes et un Voltaire qui s’est depuis L’Histoire de Charles XII, roi de Suède, imposé comme l’inventeur d’une nouvelle idée de l’histoire. Frédéric ne fait point allusion à un Voltaire qui serait excellent connaisseur ou imitateur de son modèle grec. Égaler, dans cette perspective d’émulation, ne veut pas dire imiter. Frédéric ne demande pas à Voltaire – qui l’aurait refusé tout net – d’écrire d’après ou à la manière de l’historien grec. Le nom de Thucydide est employé ici par antonomase. C’est un titre ! Frédéric II n’attend guère un Voltaire qui sache ses classiques, puisqu’il est bien plus remarquable que, sans nulle dette aux modèles antiques, Voltaire puisse être, peut-être sans même l’avoir même lu, un historien au génie équivalent à celui de Thucydide. Remarquons, au contraire, que pour dénigrer Voltaire, son rival Nonnotte écrivait froidement : “M. de Voltaire n’a pas traité l’histoire en grand homme comme les Tite-Live et les Thucydide”28.

Voltaire et l’autorité de Thucydide

  • 29 Lettre adressée à M. de la Harpe, folliculaire des philosophes ; cf. Vidal-Naquet 2000b, 59.
  • 30 Payen 2007, 176 et Grell 1995, 980-988.
  • 31 Payen 2007, 186 ; cf. aussi Grell 1995, 986.
  • 32 Grell 1995, 987.

9Voltaire pouvait-il être flatté par le compliment de Frédéric ? En 1771, dans une lettre de Jacques-Julien Bonnaud la qualification d’“Hérodote du xviiie siècle” servait à dénoncer ses fantaisies et à le discréditer29. La comparaison avec Thucydide est, elle, flatteuse, mais remarquons qu’elle correspond à une nouvelle attitude. Il faut rappeler l’appauvrissement de la culture humaniste française durant le xviie siècle. L’exil des humanistes suite à la révocation de l’Edit de Nantes en 1685 ne pouvait qu’aggraver le déclin de l’étude du grec déjà en souffrance. On peut observer, après Chantal Grell et Pascal Payen, qu’entre 1670 et 1730, “aucun historien grec n’est publié en France dans sa langue, tandis que les traductions deviennent difficiles à trouver”30. Aucune traduction de Thucydide n’a été publiée entre celle de Nicolas Perrot d’Ablancourt (en 1662) et la nouvelle traduction de Pierre-Charles Lévesque, qui paraît en 1795, dix-sept ans après la mort de Voltaire. La préférence va alors aux historiens latins ; parmi les Grecs, Flavius Josèphe et Plutarque suscitent plus d’intérêt que Thucydide sur qui pesait le jugement négatif de Denys d’Halicarnasse. La réhabilitation de la Guerre du Péloponnèse est alors surtout le fait de Charles Rollin qui réévalue Thucydide pour “avoir sacrifié la gloire de sa patrie à l’amour de la vérité”, “première qualité de l’historien”31. Voltaire et Frédéric II avaient lu attentivement Rollin. Frédéric II avait même correspondu avec lui ; quand il désigne Voltaire comme un “nouveau Thucydide”, il ne le fait pas sans s’appuyer sur le jugement autorisé de Rollin qui avait renversé la préférence accordée, par l’Église notamment, à Hérodote. L’Enquête avait l’avantage de cautionner les chronologistes qui s’efforçaient “de concilier les récits profanes avec la Bible”32.

  • 33 Mat-Hasquin 1981, 224.
  • 34 Remarques sur l’histoire, in Pomeau 1957, 42-43.
  • 35 Remarques sur l’histoire, in Pomeau 1957, 44.
  • 36 Remarques sur l’histoire, in Pomeau 1957, 44.

10Mais, malgré cela, jusqu’où Voltaire pouvait-il être sensible au compliment de Frédéric ? On sait qu’au contraire de certains de ses contemporains, il ne tenait guère les historiens grecs en très haute estime33. Il est plus prompt à faire la somme de leurs erreurs et de leurs exagérations qu’à relever leurs qualités. Si Voltaire a apprécié Rollin, il l’a aussi directement attaqué dans ses Remarques sur l’histoire34. Voltaire veut être l’écrivain d’une nouvelle histoire ; il est l’homme d’une époque nouvelle : “mais je voudrais qu’on commençât une étude sérieuse de l’histoire au temps où elle devient véritablement intéressante pour nous”35, soit vers la fin du xve siècle. Il évoque l’imprimerie qui rend l’histoire “moins incertaine” ; la découverte de l’Amérique qui a changé la conception que l’Europe doit avoir d’elle-même. Et dans cette nouvelle Europe, relève-t-il, “les arts, qui font la gloire des États, sont portés à un point que la Grèce et Rome ne connurent jamais. Voilà l’histoire qu’il faut que le monde sache !”36.

  • 37 Nouvelles considérations sur l’histoire, in Pomeau 1957, 48 ; voir aussi 47 : “j’aimerais apprendr (...)
  • 38 Thc. 3.82.2.
  • 39 Leigh 2004, 77.

11Tout cela éloigne Voltaire des historiens grecs. Mais ne peut-on pas imaginer une place à part pour Thucydide ? Bien avant Voltaire qui chante la nouvelle Europe, il avait, le premier, compris l’importance de minimiser les époques et événements traités par ses prédécesseurs pour imposer son sujet. Il avait critiqué la propension au fabuleux. Quand Voltaire énumère les questions fondatrices de son projet historiographique, il commence par des questions qui pourraient bien venir de Thucydide : “quel a été le vice radical et la vertu dominante d’une nation ; pourquoi elle a été puissante ou faible sur la mer ; comment et jusqu’à quel point elle s’est enrichie ?”37 Il n’est pas jusqu’à l’idée, chère à Voltaire, d’une influence des mœurs sur les esprits qui ne puisse trouver son parallèle chez Thucydide, lorsque ce dernier évoque “les réalités du moment” qui modèlent “les passions”38. À quoi l’on pourrait ajouter leur commune expérience d’un point de vue lié à l’exil39 et leur intérêt pour les récits de guerre. Ces parallèles restent, bien sûr, trop vagues et isolés, pour que l’on puisse en déduire une forme d’influence. Au mieux invitent-ils à s’interroger davantage sur un statut qui aurait valu à Thucydide d’être pour Voltaire, parmi les Anciens, un historien différent ?

Occurrences du nom de Thucydide chez Voltaire

  • 40 Pour l’inventaire qui suit, je cite les textes selon les éditions du Voltaire électronique. Le nom (...)
  • 41 Philosophie de l’histoire, chap. 52, 270.
  • 42 Essai sur les mœurs, chap. 121, § 3066.

12Examinons à l’aide du Voltaire électronique, les occurrences du nom de Thucydide dans le corpus des œuvres de Voltaire (la correspondance mise à part)40. Comme beaucoup d’autres écrivains, Voltaire recourt au nom de Thucydide pour désigner par antonomase un historien accompli ; c’est admettre et accréditer l’idée commune que Thucydide, parfois associé à d’autres noms, représente par définition une discipline qu’il a contribué à instaurer. Voltaire fustige ainsi les peuples ignorants de l’histoire, amalgamant avec plaisir barbares, primitifs et chrétiens : “croira-t-on de bonne foi que des Tartares vagabonds qui dorment sur la neige, ou des Troglodytes qui se cachent dans des cavernes, ou des Arabes errants et voleurs, aient eu des Thucydides et des Xénophons ?”41. À l’opposé, Voltaire peut reconnaître que l’Italie “eut dans Guichardin, son Thucidide, ou plutôt son Xénophon ; car il commanda quelquefois dans les guerres qu’il écrivit”42.

  • 43 Du Siècle de Constantin, § 2. Voir aussi Flavius Josèphe qualifié de “Thucydide juif” (Bible enfin (...)

13Thucydide est encore historien modèle quand Voltaire ironise, par comparaison, sur les historiens sans valeur des chrétiens ou des Juifs : “Les chrétiens commençaient alors à écrire l’histoire ; mais ils n’avaient pris ni Tite-Live ni Thucydide pour modèle”43. Critique qui peut se retourner contre ses compatriotes dans un mouvement d’humeur :

  • 44 Discours aux Welches, § 1 et 43.

“O Welches, mes compatriotes ! si vous êtes supérieurs aux anciens Grecs et aux anciens Romains, ne mordez jamais le sein de vos nourrices […] ; voyez qui vous êtes et d’où vous venez […] Avez-vous mieux écrit que Tite-Live, Tacite, Thucydide et Xénophon ? Quel auteur au-dessus du médiocre a écrit jusqu’ici vos annales ?”44

14Thucydide inaugure l’histoire. Son nom fixe une époque et tient lieu de repère :

  • 45 L’ingénu, chap. 11, § 129.

“Je ne vois, avant Thucydide, que des romans semblables aux Amadis, et beaucoup moins amusants. [...] Ah ! s’il nous faut des fables, que ces fables soient du moins l’emblème de la vérité !”45

15Ou encore

  • 46 Le philosophe ignorant, p. 101. Voir aussi Essai sur les mœurs, chap. des arts, § 545 : “Homère es (...)

“Toute l’antiquité est si ténébreuse jusqu’à Thucidide et Xénophon que je suis réduit à ne savoir presque pas un mot de ce qui s’est passé sur le globe que j’habite, avant le court espace d’environ trente siècles ; et dans ces trente siècles, encore, que d’obscurités ! que d’incertitudes ! que de fables !46

  • 47 Histoire du docteur Akakia et du natif de Saint-Malo, § 70.
  • 48 Instruction du gardien des Capucins de Raguse à frère Pédiculoso, § 16.
  • 49 Dieu et les hommes, chap. 27, p. 395-396. Plus difficile à classer, cette allusion : “Il n’y a poi (...)

16Ce Thucydide, reconnu dans sa valeur de premier historien modèle, se charge aussi de l’austérité que peut impliquer sa discipline : “il est un peu plus difficile de prédire l’avenir que de savoir lire Tite-Live ou Thucydide”47. Mais difficile, Thucydide devient allié précieux quand son autorité permet de ruiner l’Écriture : “Quand vous serez en Égypte, informez-vous d’où venait la cavalerie que le pharaon envoya dans la mer Rouge à la poursuite des Hébreux […]. Relisez les Mille et une Nuits, et tout l’Exode, dont Hérodote, Thucydide, Xénophon, Polybe, Tite-Live, font une mention si particulière, ainsi que tous les auteurs égyptiens”48. Le raisonnement est le même pour le déluge universel : “Ni Thucidide, ni Hérodote, ni aucun historien n’a déshonoré sa plume par une telle fable”49.

  • 50 Voir aussi Fragments historiques sur l’Inde, § 435 : “Si l’auteur persan Féristha avait pris pour (...)
  • 51 Mat-Hasquin 1981, 224-225 et n. 9.

17Autant d’usages du nom de Thucydide qui suggèrent la reconnaissance d’un historien qui fait autorité50. Voltaire partage ici le point de vue de Frédéric, il pouvait donc bien accepter son compliment, lui qui prétend instaurer une nouvelle histoire. Mais il ne s’agit là que d’une façon de parler et aucun de ces passages ne prouve une lecture attentive de La guerre du Péloponnèse. Nous retrouvons le jugement de M. Mat-Hasquin quand elle observe la défiance de Voltaire à l’égard des historiens anciens, mais relève deux exceptions apparentes : Thucydide et Polybe. Citant le chapitre 11 de L’Ingénu et l’article “De Diodore de Sicile et d’Hérodote” des Questions sur l’Encyclopédie, sur lequel je vais revenir, elle remarque, sur la base de ces rapides indications, que Thucydide est pour Voltaire “le premier historien digne de ce nom” et que Polybe est loué pour avoir décrit “supérieurement la guerre de Rome et Carthage”. Mais aussitôt après cette concession, elle nuance que l’on chercherait en vain “une quelconque explication de l’éloge décerné à Polybe et que l’on peut se demander en lisant les jugements, aussi rares que peu circonstanciés, portés par Voltaire sur Thucydide s’il connaissait de l’œuvre de l’historien athénien autre chose que le titre et le sujet”51. Son propos sur Thucydide s’arrête à cette aporie que nous pouvons renforcer par un autre constat. Si l’on relève, dans l’édition du Voltaire électronique, les occurrences des noms d’historiens anciens, on peut compter 1535 citations du nom de César, 198 d’Hérodote, 164 de Plutarque, 162 de Tacite, 91 de Tite Live, 66 de Diodore ; 66 de Suétone, 65 de Lucien, 56 de Xénophon, mais 27 seulement de Polybe et 28 de Thucydide. Pourquoi Voltaire cite-il finalement le moins les historiens qu’il pouvait apprécier le plus ?

Voltaire critique de Thucydide

18Pour dépasser l’aporie, poursuivons notre inventaire des mentions de Thucydide dans l’œuvre de Voltaire. Il ne reste que trois autres passages, repris cependant dans plusieurs traités, où Voltaire s’exprime à peine plus longuement sur Thucydide. À l’article “Éloquence” de l’Encyclopédie, Voltaire reproche à Thucydide d’avoir confondu histoire et rhétorique :

  • 52 À l’article “Esprit” de l’Encyclopédie, Voltaire met en question la valeur de la rhétorique de Dém (...)

On demande si l’éloquence est permise aux historiens ; celle qui leur est propre consiste dans l’art de préparer les événements, dans leur exposition toujours nette, élégante, tantôt vive et pressée, tantôt étendue et fleurie, dans la peinture vraie et forte des mœurs générales et des principaux personnages ; dans les réflexions incorporées naturellement au récit, et qui n’y paraissent point ajoutées. L’éloquence de Démosthène ne convient point à Thucydide ; une harangue directe qu’on met dans la bouche d’un héros qui ne la prononça jamais n’est guère qu’un beau défaut52.

  • 53 Lee 2006 et Nablow 2004.

19Il est vrai que, si Voltaire peut écrire, à l’imitation d’Homère, une épopée en l’honneur d’Henri IV où les discours directs ont belle place, il est beaucoup moins enclin à faire parler les personnages du Siècle de Louis XIV. C’est un écart important avec Thucydide, qui renvoie aussi à sa conception de l’éloge funèbre, conception qui évolue et qu’il attache plutôt à la poésie53.

  • 54 Vidal-Naquet 2000a, 7.
  • 55 Articles pour l’Encyclopédie, article “Histoire”.
  • 56 Thc. 1.21.1 (cf. aussi 6.38.2).

20À l’article “Histoire” de l’Encyclopédie, Voltaire critique plus nettement La guerre du Péloponnèse. Créateur avec d’autres de l’histoire universelle, il regarde de haut cette guerre à mort entre deux coalitions de cantons de la péninsule balkanique qu’il juge dérisoire54. Voltaire mentionne Thucydide rapidement pour constater sévèrement que ce “successeur d’Hérodote, se borne à nous détailler l’histoire de la guerre du Péloponnèse, pays qui n’est pas plus grand qu’une province de France ou d’Allemagne”55. Repris dans le Pyrrhonisme de l’histoire (1768), le constat relève de la mauvaise foi. En aucun cas, on ne saurait réduire l’œuvre de Thucydide à une chronique descriptive, ne serait-ce que parce qu’il s’est lui-même démarqué des logographes56.

  • 57 Articles pour l’Encyclopédie, article “Histoire”.

21Si l’on s’en tient à cet article, Voltaire s’y intéresse à Hérodote plus qu’à Thucydide : Hérodote “fut le premier historien comme Homère le premier poète épique ; et tous deux saisirent les beautés propres d’un art inconnu avant eux”. Et de louer le “spectacle admirable dans Hérodote” de “cet empereur de l’Asie & de l’Afrique, qui fait passer son armée immense sur un pont de bateau d’Asie en Europe, qui prend la Thrace, la Macédoine, la Thessalie, l’Achaïe supérieure, & qui entre dans Athènes abandonnée & déserte”. À l’évidence, Voltaire préfère cette guerre qui révèle la victoire “d’un petit peuple généreux & libre, sur toute l’Asie esclave” ; peut-être “ce qu’il y a de plus glorieux chez les hommes”57.

  • 58 Questions sur l’Encyclopédie, article “De Diodore de Sicile et d’Hérodote”, § 1542.

22Thucydide semble perdre ici le prestige d’historien modèle que Voltaire lui accorde volontiers dans les tournures formulaires. Reste une dernière citation, pour le moins curieuse, qui introduit un élément de confusion. À l’article “De Diodore de Sicile et d’Hérodote” des Questions sur l’Encyclopédie, Voltaire attribue à Thucydide les guerres médiques : “L’histoire honnête de Thucidide, et qui a quelques lueurs de vérité, commence à Xerxès : mais avant cette époque, que de temps perdu !”58 De quoi relancer la question d’un Voltaire lecteur trop rapide de Thucydide ? À moins qu’il ne s’agisse d’un lapsus révélateur, le désir d’un Thucydide qui aurait mis son talent dans le récit d’une guerre contre les barbares et non dans celui d’une guerre civile.

Les notes de Voltaire dans son Thucydide

23Résumons-nous. Voltaire fait sienne des expressions qui font de Thucydide un historien paradigmatique. Il peut ainsi, sans contradiction, louer Guichardin d’être le Thucydide de son temps et accepter pour lui-même le même compliment. Cela ne signifie nullement qu’il perpétue une conception thucydidéenne de l’histoire. Il peut être un “nouveau Thucydide” sans devoir l’imiter. Mais s’il est libre de le critiquer, il ne s’y est guère attardé, passant vite sur un ouvrage dont il ne semble pas prêt à estimer le sujet. Peut-on aller plus loin ?

  • 59 Au fond Voltaire de la Bibliothèque nationale de Russie à Saint-Pétersbourg, l’ouvrage porte le nu (...)
  • 60 Les marginalia de Voltaire à sa traduction de Thucydide seront publiés dans le tome 144 des Œuvres (...)
  • 61 J’exprime également mes remerciements au Directeur de la Voltaire Foundation, le Professeur Nichol (...)

24Voltaire possédait, annotée par lui, une réédition de la traduction de Nicolas Perrot d’Ablancourt, L’histoire de Thucydide de la guerre du Péloponnèse, continuée par Xénophon. Il s’agit de l’édition en 3 volumes, publiés entre 1714 et 1738 chez Michel-Etienne David. Le volume I est riche de la préface de d’Ablancourt et de plusieurs extraits du Comment il faut écrire l’histoire de Lucien. Le texte de Thucydide est suivi d’une traduction des Mémorables de Xénophon59. Dans le Corpus des notes marginales de Voltaire, le volume qui doit contenir les notes à l’œuvre de Thucydide n’est pas encore paru60 ; mais je dois à Natalia Elaguina, Conservatrice du Fond Voltaire, l’obligeance de m’avoir communiqué ces notes avant leur publication61. Que disent-elles et qu’indiquent les signets ? Vu leur petit nombre, je peux ici en offrir le détail.

– Voltaire a marqué d’un trait et annoté la page 14 du tome 1 qui correspond à Thc. I. 13, à savoir la construction des premières trières à Corinthe. Thucydide compte trois siècles entre ces première trières et la fin de la guerre du Péloponnèse et 260 ans entre la première bataille navale, dont nous avons connaissance, et cette même date. Voltaire note : “calcul ridicule”. C’est la seule note écrite dans les trois volumes.

25Mais Voltaire a aussi travaillé avec des signets, annotés ou non ; il a également corné des pages. Suivons ces signes au fil du texte.

– Un signet sans note entre les pages 20-21 du livre I, à savoir les paragraphes connus de tous, 21-23, sur les causes de la guerre ainsi que sur la méthode et les objectifs de Thucydide.
– Un signet avec l’annotation “valeur du talent d’or” entre les pages 148-149, à savoir Thc. 2.13, à propos des tributs levés par Périclès.
– Un signet annoté “oraison funebre des citoiens tuez a la guerre” entre les pages 164-165 qui correspondent aux paragraphes introduisant l’oraison funèbre de Périclès (Thc. 2.34-35).
– Un signet annoté “eloge des atheniens par pericles” entre les pages 174-175, cœur de l’oraison (Thc. 2.42-3).

– Un signet non annoté entre les pages 220-221 pour marquer, après la victoire de Phormion sur la flotte péloponnésienne, le début d’un discours de Brasidas et Cnèmos exhortant leurs troupes, un morceau de rhétorique donc (Thc. 2.85-87).
– La page 545 est cornée. Elle correspond à la fin du discours des Méliens (Thc. 5.113).
– Enfin, la page 37 du tome 2 (seule indication hors du tome 1) est cornée ; elle correspond au discours d’Athénagoras, qui, à Syracuse, répond à Hermocratès (Thc. 6.36-37).

  • 62 Vercruysse 1987, 173, n. 25.

26Soit au total 8 indications, réparties sur les 6 premiers livres. C’est trop peu pour confirmer l’avis de J. Vercruysse qui, connaissant l’existence de l’exemplaire annoté, prétend que Voltaire “a lu avec attention l’Histoire de la guerre du Péloponnèse62. Mais c’est assez pour lever le doute de M. Mat-Hasquin qui se demande si Voltaire connaissait autre chose de Thucydide que le titre de son œuvre. À coup sûr, le philosophe des Lumières a commencé une lecture attentive de l’historien athénien, plume en main pour l’annoter. Sans que cela puisse être une certitude, observons, d’après l’exemple de son Flavius Josèphe, que Voltaire n’annote jamais aussi volontiers un auteur que quand il peut l’attaquer et le critiquer. Il est remarquable que, sur 8 indications, 5 signalent des discours, ces “morceaux d’éloquence” condamnés par Voltaire historien ; remarquable encore que la première note, à même l’exemplaire, soit déjà au § 13 du livre I pour qualifier de “ridicule” la chronologie de l’apparition des trières. Mais c’est la seule note de ce type, comme si Voltaire s’était découragé d’attaquer Thucydide. On peut alors se demander si l’absence de référence à Thucydide dans le corpus de Voltaire ne tient pas au fait que l’historien d’Athènes était plus difficile à prendre en faute que d’autres. Non pas un exemple inimitable, mais un rival difficile à dépasser sur son propre terrain.

Histoire et tragédie

  • 63 Girard 1860, 205 et 221.
  • 64 D4761. Cf. aussi Pomeau 1957, 10.
  • 65 Vidal-Naquet 2000a, 27, renvoyant à Cornford [1907].

27Resterait une dernière voie pour poser la question d’une filiation conduisant de Thucydide à Voltaire. Dans un Essai sur Thucydide, Jules Girard écrivait en 1860 : “L’histoire est à la fois une science et un art. Voltaire, réclamant pour lui le droit d’être l’historien de la France, disait qu’il n’y avait que les gens qui avaient fait des tragédies qui pussent jeter quelque intérêt dans notre histoire...”63. Et l’on peut citer ces lettres où Voltaire compare son travail d’historien à celui d’un tragédien : “Il faut une exposition, un nœud et un dénouement dans une histoire comme dans une tragédie”64. Voltaire fut poète avant d’être historien ; auteur de l’Henriade pour se préparer au Siècle de Louis XIV. Peut-on suivre Girard et penser que la citation s’applique aussi à l’art de Thucydide ? Il serait aisé de rappeler comment Pierre Vidal-Naquet a fait sienne l’ancienne thèse de F. M. Cornford sur une “dimension proprement tragique dans l’œuvre de Thucydide qui pourrait être définie comme la tragédie d’Athènes”65.

  • 66 D.H, Th., 37-8.

28Mais une fois encore, si Thucydide et Voltaire peuvent partager l’idée d’une dramatisation du récit historique, cela ne suffit pas à établir une véritable continuité. Revenons sur les harangues de Thucydide dénoncées par Voltaire. Dans l’Antiquité déjà, on s’était interrogé sur leur pertinence ; dans son traité Sur Thucydide, Denys d’Halicarnasse s’indigne des propos prêtés aux généraux athéniens dans le dialogue avec les Méliens, mais il admet leur portée dramatique66. La dimension tragique de La guerre du Péloponnèse est indissociable de ces débats contradictoires ; Thucydide construit son histoire avec ces discours. Or – et c’est presque un paradoxe – Voltaire, brillant orateur, a récusé l’usage des discours directs dans l’écriture de l’histoire. C’est peut-être bien le point faible de son histoire. Mais a-t-il imité la rhétorique de Thucydide dans d’autres “morceaux d’éloquence” ?

  • 67 Éloge funèbre des officiers qui sont morts dans la guerre de 1741, éd. Nablow 2004, 222.

29On a vu le philosophe marquer d’une note l’oraison funèbre de Périclès dans son édition de Thucydide. Lui-même auteur de plusieurs éloges funèbres, Voltaire aurait pu être tenté d’imiter le maître du genre. Dans son Éloge funèbre des officiers qui sont morts dans la guerre de 1741, il introduit son propos en louant la Grèce, “exemple des nations”, d’avoir établi et consacré l’usage de l’éloge funèbre : “Coutume digne d’Athènes, digne d’une nation valeureuse et humaine, digne de nous ! Pourquoi ne la suivrions-nous pas, nous longtemps les heureux rivaux en tant de genres de cette nation respectable ?” À qui renvoie ce “nous” ? Au peuple français, héritier des Grecs par l’intermédiaire de Rome, ou à Voltaire avant tout qui joute avec Thucydide sans le nommer et pour mieux l’oublier ? Car la rhétorique de Voltaire, grandiloquente et pathétique, inspirée par un classicisme académique, emprunte ailleurs ses images : “C’est votre sang qui nous a valu des victoires ; c’est sur vos corps déchirés et palpitants que vos compagnons ont marché à l’ennemi…”67. Ne pas imiter Thucydide, mais le dépasser sur son terrain !

  • 68 Mat Hasquin 1981, 148.
  • 69 Arist., Rh., 1.7, 1365a31-33 et 3.10, 1411a1-4, ainsi que Plut., Per., 8.
  • 70 On a supposé, de manière vraisemblable, l’existence de deux oraisons au moins, l’une en 439 a. C. (...)

30Dans son œuvre, Voltaire mentionne Périclès à une vingtaine de reprises ; le plus souvent pour parler du “Siècle de Périclès”, de “l’Athènes de Périclès”, ou pour désigner, par antonomase, l’homme politique ouvert à la culture : “les Cicérons et Les Périclès fréquentaient le théâtre”68. L’unique renvoi explicite à son oraison funèbre se trouve à l’article “Esprit” de l’Encyclopédie. Mais Voltaire ne fait référence ni à Thucydide, ni directement à Périclès, mais à Aristote, excellent maître, lui qui enseigne dans sa Rhétorique “la manière de dire les choses avec esprit” et qui sait recenser les bons exemples. Ainsi pour la métaphore, Aristote est loué d’avoir cité l’image de Périclès qui, pour dire les jeunes guerriers morts au combat, évoque “l’année dépouillée de son printemps”. Or cette image, commentée à deux reprises69 dans la Rhétorique et également mentionnée dans la Vie de Périclès de Plutarque, manque chez Thucydide ; elle appartient à une autre version de l’oraison funèbre ou à une autre oraison70. Le maître d’éloquence n’est pas ici le Périclès de Thucydide, pourtant lu par Voltaire, mais celui d’Aristote !

  • 71 Lee 2006, 267-269.
  • 72 Leigh 2008, 211-214.

31Au terme de l’enquête, il apparaît difficile de défendre l’existence d’un lien direct entre l’histoire de Thucydide et celle de Voltaire. De la réticence à l’égard du fabuleux jusqu’à l’idée d’un récit riche d’une tension dramatique, les points de rencontre ne manquaient pas. Sur un plan philosophique, Voltaire aurait pu emprunter à Thucydide beaucoup plus ; mais sa conception de l’historiographie, sa condamnation radicale des « morceaux d’éloquence » notamment, l’écartent de l’historien athénien comme elle l’écartent de Bossuet71. Je rejoins alors l’avis de John Leigh : ce n’est sans doute pas dans ses œuvres historiques que Voltaire a été le meilleur historien72. Le philosophe était sans doute plus proche de Lucien qui, lui-même admirait Thucydide, mais imitait Hérodote.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Sources

Frédéric II [1778] : Éloge de Voltaire, lu à l’Académie royale des sciences et belles-lettres de Berlin, Berlin [s. d.].

Frédéric II, éd. Aizpurua, P. (1994) : De la littérature allemande, Paris.

Nonnotte, Cl. Fr. (1762) : Les erreurs de M. de Voltaire, Paris, Avignon.

Voltaire, éd. Beuchot, M. (1934) : Œuvres de Voltaire (I), Paris.

Voltaire, éd. Pomeau, R. (1957) : Œuvres historiques, Paris.

Voltaire, éd. Besterman, T. (1968-1977) : Correspondence and related documents, Œuvres complètes de Voltaire 85-135, Genève, Banbury, Oxford. [Dans cette deuxième édition de Besterman, dite définitive, le numéro des lettres est précédé d’un “D”].

Voltaire, éd. Besterman, T. et al. (1968-) : Les Œuvres complètes de Voltaire/The Complete Work of Voltaire, Genève, Banbury, Oxford.

Voltaire, éd. Vercruysse, J. (1987) : Œuvres alphabétiques, Œuvres complètes de Voltaire 33, Oxford.

Voltaire, éd. Renwick, J. (1990) : “La guerre civile de Genève”, in : Œuvres de 1767 (I), Œuvres complètes de Voltaire 67A, Oxford, 1-152.

Voltaire, éd. Nablow, R. (2004) : “Éloge funèbre des officiers morts dans la guerre de 1741”, in : Œuvres de 1746-1748 (III), Œuvres complètes de Voltaire 30C, Oxford.

Voltaire, éd. Elaguina, N. (2006-) : Corpus des notes marginales de Voltaire, Œuvres complètes de Voltaire 136-, Oxford.

Voltaire électronique CD-Rom, Oxford, 1998 ; (Voltaire Foundation Ltd. & Chadwyck-Healey Ltd.)

Études

Aizpurua, P. (1994) : Frédéric II de Prusse. De la littérature allemande, Paris.

Bertrand, L. (1897) : La fin du classicisme et le retour à l’antique dans la seconde moitié du XVIIIe siècle et les premières années du XIXe, en France, Paris.

Besterman, Th., dir. (1976) : Transactions of the Fourth international congress on the Enlightenment, SVEC 153, Oxford.

Bouvier, D. (2007) : “Autorité et statut de l’épopée antique”, in : Foucault & Payen 2007, 313-325.

Canfora, L. (1983) : “Analogie et histoire”, History and Theory, 22, 22-42.

Cornford, Fr. M. [1907] 1965 : Thucydides mythistoricus, Londres.

Dagen, J. et A.-S. Barrovecchio, dir. (2006) : Voltaire et le grand siècle, SVEC 2006 : 20, Oxford.

Foucault, D. et P. Payen, dir. (2007) : Les Autorités. Dynamiques et mutations d’une figure de référence à l’Antiquité, Grenoble.

Girard, J. A. (1860) : Essai sur Thucydide, Paris.

Grell, Ch. (1995) : Le Dix-huitième siècle et l’antiquité en France, 1680-1789, II, SVEC 331, Oxford.

Jory, D. H. (1976) : “Voltaire and the Greeks”, in : Besterman 1976, 1169-87.

Lee, J. P. (2006) : “Voltaire et Bossuet : les infortunes de l’éloquence”, in : Dagen & Barrovecchio 2006, 263-269.

Leigh, J. D. (2004) : Voltaire : a sense of history, SVEC 2004 : 05, Oxford.

Loraux, N. (1980) : “Thucydide n’est pas un collègue”, QS, 12, 55-81.

Mat-Hasquin, M. (1981) : Voltaire et l’Antiquité grecque, SVEC 197, Oxford.

Mervaud, Chr. (1985) : Voltaire et Frédéric II : une dramaturgie des lumières, 1736-1778, SVEC 234, Oxford.

Payen, P. (2007) : “L’autorité des historiens grecs dans l’Histoire ancienne de Rollin”, in : Foucault & Payen 2007, 171-194.

Pierse, S. (2008) : Voltaire Historiographer : Narrative Paradigms, SVEC 2008 : 5, Oxford.

Romilly, J. de (1967) : Histoire et raison chez Thucydide, Paris.

Vidal-Naquet, P. (2000a) : “Raison et déraison dans l’histoire”, Thucydide, La guerre du Péloponnèse, Paris, 5-31.

– (2000b) : Les Grecs, les historiens, la démocratie. Le grand écart, Paris.

Villey, P. (1908) : Les sources et l’évolution des Essais de Montaigne, Paris.

Notes

1 Lettre de Frédéric II à Voltaire (D1482) ; pour la correspondance de Voltaire, les références renvoient à l’édition de Besterman 1968-1977. J’exprime ici mes remerciements à Aurélie Matthey pour l’aide qu’elle m’a apportée dans les recherches demandées par cette étude.

2 Par exempe, Vercruysse 1987, 173, n. 25.

3 Renwick 1990, 3.

4 Sur l’illusion qui veut reconnaître Thucydide comme un collègue de l’historien moderne, cf. Loraux 1980.

5 Pierse 2008, 8-9.

6 Pierse 2008, 175 : “Thucydides is usually depicted as the first ancient historian to define specific and more limited parameters of history : diplomacy, war and politics, a combination that would come to define the very genre, history, as it evolved. Thucydides, again in contrast to Herodotus, was adamant that he had separated myth from fact in his work of history and, as Williams asserts, he had also invented historical time as we conceive it”. C’est idéaliser le projet de Thucydide en projetant chez l’historien ancien une conception de l’histoire qu’il ne pouvait avoir.

7 Bertrand 1897, 73 ; voir aussi les remarques de Jory 1976, 1169 ; pour Voltaire comme “père de l’histoire moderne”, cf. Mat-Hasquin1981, 223.

8 Mat-Hasquin 1981, 225.

9 De Romilly [1956] 1967, 244-245.

10 Le 8 août 1736, première lettre de Frédéric II à Voltaire.

11 Selon la formule de Mme de Staël, rappelée par Aizpurua 1994, 8.

12 D4241.

13 D3893.

14 D5523.

15 Mervaud 1985, 501.

16 Frédérique II, Éloge de Voltaire, lu à l’Académie royale des sciences et belles-lettres de Berlin, Berlin, G. J. Decker, [1778] repris dans Beuchot 1934, 23 (pour la citation).

17 D1482.

18 Variante “attend tout de tes riches présents”.

19 D1844.

20 Bouvier 2007, 320-321.

21 Villey 1908, 105.

22 D1251.

23 D16503.

24 Mervaud 1985, 46-48.

25 Mervaud 1985, 442.

26 D15985 ; cf. aussi D18589.

27 D19192, réponse à D19190.

28 Nonnotte 1762.

29 Lettre adressée à M. de la Harpe, folliculaire des philosophes ; cf. Vidal-Naquet 2000b, 59.

30 Payen 2007, 176 et Grell 1995, 980-988.

31 Payen 2007, 186 ; cf. aussi Grell 1995, 986.

32 Grell 1995, 987.

33 Mat-Hasquin 1981, 224.

34 Remarques sur l’histoire, in Pomeau 1957, 42-43.

35 Remarques sur l’histoire, in Pomeau 1957, 44.

36 Remarques sur l’histoire, in Pomeau 1957, 44.

37 Nouvelles considérations sur l’histoire, in Pomeau 1957, 48 ; voir aussi 47 : “j’aimerais apprendre quelles étaient les forces d’un pays avant une guerre, et si cette guerre les a augmentées ou diminuées” ; cfr. Thc. 1.13.

38 Thc. 3.82.2.

39 Leigh 2004, 77.

40 Pour l’inventaire qui suit, je cite les textes selon les éditions du Voltaire électronique. Le nom de Thucydide apparaît sous les formes Thucydide, Thucydides, Thucidide, Tucidide (j’ai préservé ces variantes).

41 Philosophie de l’histoire, chap. 52, 270.

42 Essai sur les mœurs, chap. 121, § 3066.

43 Du Siècle de Constantin, § 2. Voir aussi Flavius Josèphe qualifié de “Thucydide juif” (Bible enfin expliquée, § 871) ; Abdias, Marcellus et Égésippus désignés comme “les Thucydide et les Xénophon des chrétiens” (Discours aux confédérés catholiques, § 18). Sur l’incompétence des chrétiens à comprendre les historiens anciens, cf. Saint-Paul qui parle de la charité mais “ne discute pas si Xénophon l’emporte sur Thucydide” (Les honnêtetés littéraires, § 167). Voir aussi l’ironie sur le “Thucydide Saint Nil”, auteur de la légende de Théodote (Questions sur l’Encyclopédie, art. Martyrs, § 129).

44 Discours aux Welches, § 1 et 43.

45 L’ingénu, chap. 11, § 129.

46 Le philosophe ignorant, p. 101. Voir aussi Essai sur les mœurs, chap. des arts, § 545 : “Homère est longtemps avant Thucydide”.

47 Histoire du docteur Akakia et du natif de Saint-Malo, § 70.

48 Instruction du gardien des Capucins de Raguse à frère Pédiculoso, § 16.

49 Dieu et les hommes, chap. 27, p. 395-396. Plus difficile à classer, cette allusion : “Il n’y a point de plus belle harangue dans Thucidide que celle que les écrivains turcs mettent dans la bouche de Mahomet 4, lorsqu’il harangua son Divan pour faire résoudre le siège de Candie” (Notebooks, Saint-Fargeau notebook, p. 144, f. 77v).

50 Voir aussi Fragments historiques sur l’Inde, § 435 : “Si l’auteur persan Féristha avait pris pour une histoire de l’Inde l’ancienne fable morale des quatre jog, ce serait comme si Thucydide avait commencé l’histoire de la Grèce à la naissance de Vénus et à la boîte de Pandore”.

51 Mat-Hasquin 1981, 224-225 et n. 9.

52 À l’article “Esprit” de l’Encyclopédie, Voltaire met en question la valeur de la rhétorique de Démosthène : “Démosthène n’a point de jolies pensées quand il anime les Athéniens à la guerre ; s’il en avait, il serait un rhéteur, et il est un homme d’État.”

53 Lee 2006 et Nablow 2004.

54 Vidal-Naquet 2000a, 7.

55 Articles pour l’Encyclopédie, article “Histoire”.

56 Thc. 1.21.1 (cf. aussi 6.38.2).

57 Articles pour l’Encyclopédie, article “Histoire”.

58 Questions sur l’Encyclopédie, article “De Diodore de Sicile et d’Hérodote”, § 1542.

59 Au fond Voltaire de la Bibliothèque nationale de Russie à Saint-Pétersbourg, l’ouvrage porte le numéro d’inventaire BV 3298.

60 Les marginalia de Voltaire à sa traduction de Thucydide seront publiés dans le tome 144 des Œuvres complètes de Voltaire.

61 J’exprime également mes remerciements au Directeur de la Voltaire Foundation, le Professeur Nicholas Cronk, pour l’autorisation de reproduire ici ces notes encore non publiées.

62 Vercruysse 1987, 173, n. 25.

63 Girard 1860, 205 et 221.

64 D4761. Cf. aussi Pomeau 1957, 10.

65 Vidal-Naquet 2000a, 27, renvoyant à Cornford [1907].

66 D.H, Th., 37-8.

67 Éloge funèbre des officiers qui sont morts dans la guerre de 1741, éd. Nablow 2004, 222.

68 Mat Hasquin 1981, 148.

69 Arist., Rh., 1.7, 1365a31-33 et 3.10, 1411a1-4, ainsi que Plut., Per., 8.

70 On a supposé, de manière vraisemblable, l’existence de deux oraisons au moins, l’une en 439 a. C. à Samos et l’autre en 430 a. C. à Athènes.

71 Lee 2006, 267-269.

72 Leigh 2008, 211-214.

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540