Version classiqueVersion mobile

Ombres de Thucydide

 | 
Valérie Fromentin
, 
Sophie Gotteland
, 
Pascal Payen

Troisième partie. Thucydide politique : l’histoire au service de la philosophie

Thucydide en Italie et en France vers le milieu du xvie siècle

Giuseppe Cambiano

Texte intégral

  • 1 Sur Seyssel traducteur cf. Dionisotti 1995 et sur la diffusion des historiens anciens cf. Burke 196 (...)

1L’espace qui sépare la traduction latine de Thucydide par Lorenzo Valla vers la moitié du xve siècle et la traduction en anglais par Thomas Hobbes au début du xviie siècle, n’est pas vide. Claude de Seyssel en 1545 traduit Thucydide en français à partir de la traduction latine de Valla1 et en 1564 une traduction en italien par le florentin Francesco di Soldo Strozzi paraît à Venise comme troisième tome d’une série de Historici greci, prévue en 12 tomes. La première édition avait été publiée en 1545, avec une dédicace au duc de Florence Cosimo de’ Medici. Mais ce que je me propose ici est d’analyser deux types de réception de Thucydide vers la moitié ou peu après la moitié du xvie siècle, c’est-à-dire par Giovanni Della Casa, l’auteur du célèbre Galateo, et Jean Bodin. C’est surtout sur le cas moins connu de Della Casa que je m’arrêterai.

  • 2 Della Casa 1564, 146-201. Carrai 2007, 107, remarque que pour Vettori “difficile si dimostrò, in pa (...)
  • 3 Cf. Wilson 1992, 71-72. Sur la question des manuscrits qui étaient à la base de la traduction de Va (...)
  • 4 Carrara 2007, 125-126.
  • 5 Ibid., 148.
  • 6 Ibid., 127-128. Au début de 1551 Della Casa envoie à Vettori “poche corretioni” sur le texte de la (...)

2En 1564 un recueil posthume des écrits latins de Della Casa est publié à Florence par les soins du meilleur philologue italien de cette époque, Piero Vettori, avec le titre Latina Monimenta. Ce recueil contient aussi la traduction latine de plusieurs discours (environ dix-huit) tirés surtout des trois premiers livres de l’histoire de Thucydide, qui sont présentés avec le sous-titre de Plures orationes Thucydidis, conversae ab eodem : nec tamen omnes continentes. quod suspicari licet factum esse, quia non nullae ipsarum, interiectae inter has, perierint, ce qui fait soupçonner que d’après Vettori Della Casa avait traduit d’autres pages de Thucydide, qui peut-être avaient disparu2. Depuis plusieurs années, dans la culture européenne, la traduction de Valla représentait la traduction par excellence de Thucydide ; Della Casa toutefois s’engageait dans une nouvelle traduction. Il faudrait sans doute comparer les deux traductions pour établir les différences. Mais pourquoi Della Casa traduisait-il ces discours et non pas le tissu de la narration thucydidéenne ? À cause des difficultés d’interprétation qu’ils présentaient ? Nous pouvons nous rappeler que Valla lui-même en 1448 avait envisagé la nécessité de recourir au cardinal Bessarion pour être aidé dans sa traduction des discours de Thucydide, mais on peut douter que celui-ci soit intervenu3. Dans sa préface à l’édition des écrits de Della Casa, Piero Vettori soulignait la difficulté de traduire un historien tel que Thucydide et ajoutait : “Contiones vero has propter obscuritatem sententiarum, orationisque brevitatem, ne dicam asperitatem et duritiem, maiorem adhuc molestiam in se continere non sine causa (ut arbitror) credidi”. Il jugeait l’entreprise de Della Casa comme la réponse à un défi, mais en même temps comme une simple exercitatio par rapport à ses entreprises les plus considérables. Mais c’était précisément l’expérience politique et diplomatique de Della Casa qui lui avaient permis, selon Vettori, d’interpréter correctement les passages les plus difficiles du texte thucydidéen. Vettori toutefois n’envisageait aucun rapport entre les contenus des discours de Thucydide et le contenu de cette expérience et reléguait ces traductions au plan d’une exercitatio. Sans doute Della Casa avait un intérêt formel, stylistique et rhétorique, pour s’engager dans cette entreprise. Nous savons par Vettori qu’il “avait toujours dans les mains” le de elocutione de Démétrios de Phalère4 et qu’il était un lecteur attentif de la Rhétorique d’Aristote5, mais il tirait aussi des extraits de la Politique aristotélicienne6. Par conséquent on ne peut pas exclure que Della Casa fût intéressé aussi par le contenu des discours de Thucydide.

  • 7 Thc. 2.36.2-3 et 41.2.
  • 8 Ibid., 1.140.1-144.4.
  • 9 Ibid. 2.60.1-64.6
  • 10 Ibid., 2.63.1-2.
  • 11 Ibid., 1.73.1-78.4.
  • 12 Ibid., 1.76.1-2.
  • 13 Ibid., 3.37.1-40.7.
  • 14 Ibid., 3.42.1-48.2.
  • 15 Ibid., 3.47.5.
  • 16 Ibid., 2.71.2-4.
  • 17 Ibid., 1.32.1-36.3 ; 1.37.1-43.4 ; 1.68.1-71.7 ; 2.721 et 3 ; 2.73.3 ; 3.9.1-14.2.

3Je crois qu’on peut classer les discours qu’il traduit en deux groupes. À part il y a le discours de Périclès qui transforme, comme on sait, l’éloge aux morts pour la patrie en un éloge d’Athènes. Mais ce discours présente aussi le thème de l’imperium transmis aux Athéniens par leurs ancêtres7. Ainsi, dans un autre discours, traduit par Della Casa, Périclès tâche de convaincre ses concitoyens d’entrer en guerre contre les Lacédémoniens8, introduisant aussi le célèbre argument, sur lequel Machiavel avait déjà réfléchi, que la guerre dépend des ressources économiques (pecunia). Et dans un autre discours encore, dans lequel il justifiait d’avoir exhorté à la guerre9, Périclès introduisait l’argument que l’alternative était ou de céder et de tomber sous la domination d’autrui ou de combattre : ce qui était en question, c’était la perte de l’imperium, qui était presque une tyrannie considérée comme occupare iniustum, mais deponere periculosum10. En fait, c’est le thème de l’impérialisme athénien qui était central dans plusieurs discours traduits par Della Casa, qui présentaient des arguments en faveur de et contre la justification de l’empire. Tel, par exemple, le discours adressé par les Athéniens aux Lacédémoniens au début de la guerre11, où l’on objecte que si les Lacédémoniens avaient exercé eux-mêmes l’imperium, ils auraient attiré sur eux la même haine que les Athéniens. Cet argument permettait de construire une généralisation sur le caractère ‘ naturel’ de l’imperium du plus fort sur le plus faible12. Le même sujet est repris dans le discours de Cléon sur la punition de Mytilène13 : si l’on justifie la rébellion de Mytilène, alors l’empire ne pourra pas être légitimé. Au discours de Cléon s’oppose le discours de Diodote14, que Della Casa traduit et dans lequel on prêche une certaine indulgence, mais toujours pour des raisons d’utilité ad imperium tuendum15. Dans ce même groupe se situe le discours des ambassadeurs de Platée auprès de l’armée lacédémonienne16. Le deuxième groupe de discours traduits par Della Casa concerne les mesures nécessaires pour se défendre des agressions impérialistes et donc la nécessité de convaincre les autres cités à s’allier contre un danger ou un ennemi commun ou, au moins, à rester dans la neutralité. Tels sont les discours des Corcyréens aux Athéniens, auxquels répondent les habitants de Corinthe, le discours de ces derniers aux Lacédémoniens, les discours du roi de Sparte Archidamos aux Platéens, qui toutefois restent fidèles à l’alliance avec Athènes, et enfin le discours des habitants de Mytilène aux Lacédémoniens17. Nous ne savons pas si Della Casa traduisait aussi le texte qui pour nous représente le texte par excellence sur l’impérialisme athénien, c’est-à-dire le dialogue entre les Athéniens et les Méliens, mais il faut se rappeler que ce texte est un dialogue et c’est là peut-être la raison pour laquelle Della Casa ne le traduisait pas.

  • 18 Della Casa 1558, 57-85 (en réalité, 57-64, qui continue avec les pages 69-85). Une édition moderne (...)
  • 19 Della Casa 1558, 60-61.
  • 20 Ibid., 61-62.

4Nous ne connaissons pas les dates exactes de composition de ces traductions ; en tout cas elles paraissent remonter à la dernière partie de la vie de Della Casa. Nommé en 1544 archevêque de Benevento, il fut envoyé comme nonce à Venise par le pape Paolo III Farnese, charge pour laquelle il séjourna à Venise jusqu’à la mort du pape en 1549. En 1547 Pierluigi Farnèse, auquel le pape avait donné comme duché, avec Parme, la cité de Piacenza, était assassiné ; son successeur aurait dû être son fils Ottavio Farnèse, marié avec la fille naturelle de l’empereur Charles V, Marguerite d’Autriche, mais l’empereur s’empara de Piacenza. À cette occasion Della Casa composa deux discours : le premier adressé à l’empereur pour l’inviter à restituer Piacenza à son possesseur et le deuxième pour inviter le Sénat de Venise à entrer dans l’alliance avec le pape, le roi de France et les Suisses contre Charles V. Au cœur de ces discours il y avait les mêmes topoi qui sont au centre des discours de Thucydide qu’il traduisait. C’est dans le premier discours, publié lui aussi dans un recueil posthume par les soins de Erasmo Gemini, Rime et prose, en 156818, qu’apparaît le premier emploi de l’expression ‘ raison d’État’, qui sera au centre de la pensée politique à la fin du xvie siècle et au début du xviie. Della Casa imagine qu’il y a des gens qui soutiennent que l’empereur ne restituera jamais la cité, contrairement à la raison civile, parce que la raison des États ne le permet pas : “cheche disponga sopra ciò la ragion civile ; conciosia che la ragion de gli stati nol comporta”. La thèse de la prééminence de la raison d’État sur la raison civile est qualifiée par Della Casa non seulement comme n’étant pas chrétienne, mais aussi peu humaine (“anchora poco humana”), parce que “l’equità & l’honestà” sont les fondements de la raison civile, tandis que la raison d’État ne vise qu’à l’utilité. Mais si la raison par laquelle les États sont gouvernés ne vise qu’à l’utilité, sans aucun souci pour aucune loi, ni divine ni naturelle, quelle sera la différence entre les tyrans et les rois et entre les cités et les corsaires ou encore entre les hommes et les animaux sauvages ? Cette interrogation rhétorique permet à Della Casa de conclure que l’empereur n’acceptera pas le conseil de ces mauvais conseillers19. La dichotomie juste-utile était au centre, comme nous avons vu, de plusieurs discours de Thucydide, dans lesquels étaient employés des instruments argumentatifs, que Della Casa lui-même emploie dans son discours. La ruse rhétorique de Della Casa consiste à montrer que les vertus dont Charles V est doté empêchent qu’il ne raisonne qu’en termes de raison d’État et non de raison civile. Della Casa fait référence au comportement de l’empereur dans le passé, lorsqu’il avait laissé libres des cités qu’il pouvait aisément conquérir, par exemple Gênes et Lucques, Modène etc. Cela signifie qu’en lui “la giustizia et l’honestà vinse et superò la cupidigia et l’appetito”20.

  • 21 Yates 1978.
  • 22 Brandi [1937] 1962, 100.
  • 23 Orlando furioso XV, xxi-xxvi.
  • 24 Meinecke [1924] 1970, 46-48.
  • 25 Della Casa 1558, 70-71.

5Depuis longtemps on a remarqué que nous trouvons ici le premier emploi de l’expression “raison d’État”. Habituellement ce thème est lié au nom de Tacite, ce qui sera confirmé dans les années suivantes, mais dans le cas de Della Casa le point de référence était, je crois, Thucydide et, précisément, les discours dans lesquels on trouvait des argumentations qui pouvaient être incluses dans la notion de raison d’État et qui étaient liées à la question de l’empire dans sa composante impérialiste, que l’essor de Charles V avait réactivée dans le cadre d’une politique non strictement européenne. Il suffit de rappeler le pages dédiées à la renaissance de l’idée d’empire dans le livre de Frances Yates, Astrea21. Karl Brandi, dans son importante biographie de Charles V, cite les mots employés par le conseiller de Charles, Mercurino di Gattinara, lorsqu’il saluait l’élection de Charles au siège impérial : “Sire, poiché Dio vi ha concesso la prodigiosa grazia di elevarvi, sopra tutti i re e principi della cristianità, ad una potenza che fino ad oggi ebbe soltanto il vostro predecessore Carlo Magno, voi siete sul cammino della monarchia universale, della riunione della cristianità sotto un solo pastore”22. Dans la troisième édition de l’Orlando furioso (1532) Ariosto avait mis les mots de l’Évangile de Jean (“il n’y aura qu’un seul troupeau et un seul pasteur”), habituellement référés au Christ et au pape, dans la bouche de la prophétesse qui vaticinait à Astolphe l’avenir d’une monarchie universelle, qui englobait aussi le nouveau monde23, c’est-à-dire la monarchie de Charles V. Après la mort de Charles, l’empire se réduira, mais le fantôme menaçant d’une monarchie universelle sur l’Europe, représenté au début par l’Espagne et après par la France de Louis XIV, hantera et nourrira une littérature politique qui arrivera jusqu’à Montesquieu. En fait, comme l’avait déjà remarqué Meinecke, Della Casa se situait à l’intérieur de la logique de la raison d’État : les deux parties engagées dans cette controverse pour Piacenza mettaient en jeu “tous les arts de la politique machiavélienne”24. Della Casa était très attentif à insérer dans son discours l’argument selon lequel la restitution de Piacenza était une chose non seulement juste et bonne d’après la raison civile, mais aussi utile. De cette façon il absorbait dans la notion de ‘ justice’ celle d’utilité et, par conséquent, dans la notion de ‘raison civile’ celle de ‘ raison d’État’. En fait, la restitution de Piacenza aurait gagné à l’empereur l’appui des forces de l’Église, tandis que sa conservation aurait été dangereuse, car plusieurs princes auraient nourri des soupçons et se seraient opposés à l’empereur25. L’utilité consistait donc à augmenter le nombre des alliés et à réduire celui des adversaires. Était ainsi posé le problème des alliances, qui lui aussi était fondamental dans les discours thucydidéens et qui est central dans le deuxième discours de Della Casa adressé la même année au sénat de Venise pour exhorter la cité à abandonner sa neutralité et à adhérer à la Ligue constituée par le pape Paul III avec le roi de France, les Suisses et des princes italiens contre Charles V.

  • 26 Cf. Carrai 2007, 87 et 101. Selon Santosuosso 1979, 98, c’était le neveu de Della Casa, Annibale Ru (...)
  • 27 Lisio [1897] 1957, 196-197.
  • 28 Della Casa 1879
  • 29 Cf. Chabod [1958] 1967.
  • 30 Gaspari Contareni vita, remaniée et completée par Vettori, qui la publia in Della Casa 1564, 89-145 (...)
  • 31 Lisio [1897] 1967, 201.
  • 32 Ibid., 212-215.
  • 33 Ibid., 216-217.

6Le recueil posthume de 1558 ne comprenait pas ce discours et on a fait l’hypothèse, juste à mon avis, que l’exclusion dépendait de la violence de l’attaque de Della Casa envers l’empereur26. Le discours ne sera publié qu’en 1667 à Paris dans l’édition des œuvres en prose de Della Casa par les soins de Gilles Ménage. Della Casa était bien conscient qu’il s’adressait à une cité comme Venise qui penchait vers la paix et la tranquillité : “io non richieggo alcuno – disait-il – che, potendo aver onesta et ancora dimessa pace, elegga più tosto utile né gloriosa guerra”27. Un autre discours inachevé de Della Casa a été conservé : adressé à la noblesse de Venise, il tissait l’éloge de la République de Venise et de son immutabilité et continuité pendant les siècles28. Après la débâcle de Agnadello en 1509 Venise avait cessé de viser à une expansion territoriale vers l’intérieur de l’Italie et avait entrepris une politique défensive d’autoconservation29. Le mythe de Venise exempte de conflits et immuable dans le temps se répandait alors dans la culture européenne : il suffit de penser à Machiavel ou au florentin Donato Giannotti, en exil à Venise. En 1543, peu avant les deux discours de Della Casa, avait été publié à Paris chez Vascosan le livre du cardinal Gasparo Contarini De magistratibus et republica Venetorum libri quinque, qui était un des textes fondateurs du mythe européen de Venise pacifique à l’intérieur et à l’extérieur. Della Casa avait été lié à Conyarini, un des protagonistes de la réforme catholique, et dans ses dernières années il composa une vie du cardinal qui resta inachevée30. Connaissant le penchant de Venise pour la paix, Della Casa était contraint d’employer des arguments efficaces pour la convaincre de la guerre contre l’empereur. Dans ce cas aussi nous retrouvons des topoi qui ont leurs parallèles dans les discours de Thucydide qu’il traduisait. Je ne m’arrêterai que sur son examen de la nature de l’empire, non seulement de celui de Charles V, mais de l’empire en tant que tel. Contrairement au discours adressé à l’empereur, ici Della Casa souligne explicitement le caractère impérialiste de la politique de Charles V, mais cette différence s’explique par la différence des destinataires des deux discours, ce qui confirme que ces discours étaient associés à la logique de la ‘ raison d’État’. Della Casa remarquait que Charles V n’était pas seulement guidé par le désir habituel chez tous de s’emparer des terres d’autrui, mais par l’intention délibérée d’accroître ses forces et de dominer les autres : quel est son but sinon d’avoir “l’Italia e l’universo in sua forza, e la sua potenza e la sua signoria dilatare e distendere più là, che i confini del mondo non sono ?”31. Charles V n’aime pas la paix, il “veut tout” et, par conséquent, il n’épargnera pas Venise. Dans l’autre discours Della Casa citait une série de précédents qui montraient que Charles V n’était pas animé par la volonté d’accroître son empire. Ici, au contraire, les précédents montrent le caractère impérialiste de sa politique, qui culmine avec le sac de Rome en 152732. Della Casa en arrive à accuser l’empereur de profiter de la diffusion de la prédication de Luther en Allemagne pour dissoudre le pouvoir spirituel de l’Église et les puissances temporelles allemandes : “Fra’Martino Lutero, privato e semplice fraticello, sommosse alcune persone materiali et idiote in Alamagna ad eresia. Chi è stato poi in quella picciola nascenza quasi venenosa unghia ? O chi la ha inasprita e putrefatta et a pestifera mortalità ridotta altri che l’imperatore, per dividere e per partire le spirituali forze di santa Chiesa e le temporali di Alamagna, e divise et indebolite insieme amendue occuparle et usurparle” au but de construire un empire “fra le ceneri dell’afflitta e guasta e diserta cristianità” ?33

  • 34 Ibid., 209.
  • 35 Ibid., 230.
  • 36 Kantorowicz 1957.
  • 37 Lisio [1897] 1957, 229.
  • 38 Ibid., 230.
  • 39 Ibid., 238.

7Mais au delà de la contingence historique, le discours de Della Casa présente des éléments généraux, qui seront articulés conceptuellement par Bodin et surtout par Hobbes. En fait, Della Casa distingue entre l’empereur comme individu et l’empire comme “uffizio”, impliquant qu’indépendamment des qualités vertueuses ou vicieuses de l’individu, l’empire a une nature inévitablement impérialiste, si bien qu’on pourrait dire qu’il a son fondement nécessaire dans la raison d’État et dans une forme de machiavélisme. Della Casa affirme explicitement qu’il ne vise pas à attaquer la personne de Charles V, mais “l’uffizio ed il magistrato ch’egli ha”, lequel “richiede che esso presuma di poter con ragion comandare ad ognuno, e che a ciascuno si convenga a lui dichinarsi et i suoi comandamenti ubidire”34. Dans cette perspective les considérations d’ordre moral n’ont aucun rôle à jouer, comme les discours de Thucydide aussi le montraient clairement. Della Casa esquissait un portrait sanglant des ambitions de l’empire en tant que tel. Charles V visait à l’élection de son fils, le futur Philippe II, comme roi des Romains, dans le but d’assurer la continuité de l’empire35. La distinction entre fonction et individu qui ‘représente’ la fonction était déjà exprimée dans quelques textes anciens, mais avait trouvé sa fondation surtout dans la théologie politique médiévale. Comme cela a été brillamment démontré par Ernst Kantorowicz dans son livre sur les deux corps du roi, un élément essentiel était l’idée chrétienne de corps mystique : la distinction entre corps matériel et corps spirituel du Christ était le précédent au concept sécularisé des deux corps du roi36. Mais Della Casa, appliquant cette distinction au couple empire-empereur, chargeait le premier concept d’une négativité totale. Il est clair que dans cette perspective il n’y avait qu’une possibilité de salut, la lutte pour une liberté commune contre la puissance excessive de l’empereur. Il n’y avait que la voie de l’alliance contre l’empire, à laquelle Venise aussi devait adhérer, abandonnant sa tranquillité37. L’alternative était “ou la guerre ou la servitude” ; contre la force il n’y a que la force38. Mais à ce point il fallait aussi démontrer que la Ligue avait de bonnes probabilités de victoire, et dans ce but Della Casa continuait à insérer dans son discours des topoi propres aux discours thucydidéens, en particulier le proverbe selon lequel la guerre “i suoi nervi ha d’oro”39.

  • 40 Bodin 1650, 36-37, 44.

8La notion d’empire chez Della Casa présupposait la notion de pouvoir, même si son attention était centrée sur l’exercice du pouvoir à l’extérieur. La notion de pouvoir est centrale, comme on sait, pour le concept de souveraineté élaboré par Bodin, qui lui aussi recourt à des textes de Thucydide. En fait l’élément central de la souveraineté est ce que Max Weber aurait appelé le monopole de la force, et dans ce sens Thucydide fournit à Bodin des textes importants à l’appui. Dans la Methodus ad facilem historiarum cognitionem Bodin indique trois paramètres d’après lesquels classifier et juger les historiens : nature, doctrine et participation aux activités politiques et militaires. Il va sans dire que les meilleurs historiens sont ceux qui présentent tous ces caractères. Mais cela ne garantit pas immédiatement l’impartialité d’un historien. Bodin est bien conscient que l’impartialité totale d’un historien est presque impossible, surtout celle des historiens engagés dans l’action, qui sont amenés à mentir en faveur d’eux-mêmes ou par crainte des princes et ont tendance à représenter leurs concitoyens sous une lumière favorable et leurs ennemis ou d’autres peuples négativement40. Le critère essentiel pour donner du crédit à un historien devient alors précisément son attitude envers les ennemis et les adversaires ou envers les amis. S’il parle positivement de ses adversaires aussi (individus ou peuples) et juge sévèrement ses amis, l’historien jouira du maximum de crédit. Plusieurs fois Bodin associe Thucydide aux historiens qu’il approuve, bien qu’il ne soit pas auteur d’une histoire universelle.

  • 41 La Popelinière [1599] 1982, t. I, 143.
  • 42 Ibid., 227-228.
  • 43 Ibid., t. II, 79. Cf. en général Huppert 1970.

9Le même jugement sera repris et amplifié dans L’Histoire des histoires, avec l’Idée de l’histoire accomplie (1599) de Lancelot du Voisin de la Popelinière, qui aurait vu en Thucydide, imité par Tacite, le modèle véritable de l’historien, dont l’histoire est l’image véritable de tout ce qui peut advenir à d’autres peuples41. D’après La Popelinière, Thucydide était justement nommé “le prince de l’Histoire”, à cause de la bonté de son language et de la vérité de sa narration, contrairement à ce qu’avaient soutenu Cicéron et Denys d’Halicarnasse. À cela correspond chez La Popelinière un jugement négatif sur Polybe, qui, s’étant “dégagé” de toute religion, lui était toujours paru éloigné de la vertu véritable. Il n’y avait aucun doute que Polybe n’égale ni “n’approche de bien près Thucydide en jugement et en prudence politique”. En tout cas, si Polybe convenait aux princes, Thucydide à cause de son “obscure brièveté” convenait plus aux conseillers qu’aux princes42. Toutefois La Popelinière aussi, tout comme Bodin, admettait que l’histoire de Thucydide est une histoire partiale, ainsi que celles de Xénophon et de Salluste, car elle ne recouvre qu’un petit segment de l’histoire grecque43. La discussion aurait eu une continuation.

  • 44 Lipsius 1604, 16.
  • 45 Casaubon 1991, 26.

10En 1604 Justus Lipsius aussi jugeait Thucydide, à l’envers de Polybe, plus approprié aux conseillers du prince qu’au prince, et, si parmi les historiens latins, il attribuait le prix à Tacite, suivi par Salluste et Tite Live, parmi les historiens grecs, à côté de Polybe, la primauté appartenait sans doute à Thucydide, qui res nec multas nec magnas nimis scripsit, sed palmam fortasse praeripit omnibus qui multas et magnas44. Cinq ans après, en 1609, paraît à Paris la première édition complète de Polybe, par les soins du huguenot Isaac Casaubon, accompagnée d’une traduction latine et de commentaires. Dans la préface, adressée à Henri IV de France, Casaubon renversait la hiérarchie établie par Lipsius, opposant Polybe, qui faisait le portrait d’une époque meilleure, à Tacite, qui décrivait une époque sombre. Contre ceux qui affirment que Tacite doit être consulté par les politiques, il objectait que le maître véritable de la politique est le livre VI des Histoires de Polybe. Par rapport à Polybe, Thucydide lui-même était contraint à céder, bien qu’il eût écrit ses Histoires à partir de son expérience politique directe : historiae ad usum politicorum scriptae mortalium, credo, primus, exemplum postfuturis mirandum potius quam imitandum dedit. Néanmoins il restait inférieur à Polybe de même que la Grèce, hoc est angustae terrae angulus, était inférieure aux autre parties de l’ancienne oikoumene, autrement dit Thucydide n’était pas un véritable historien universel45.

  • 46 Bodin 1650, 48 ; voir aussi p. 46.
  • 47 Ibid., 50.
  • 48 Ibid., 24. La même confusion entre les deux Thucydide se retrouve dans la République. Voir, par exe (...)

11Bodin ne compare pas explicitement Thucydide à Tacite, d’une part, et à Polybe, de l’autre, mais il est clair que Thucydide reste pour lui un point d’appui décisif pour la construction d’une théorie politique. Ce qu’il juge positivement chez Thucydide, comme chez Xénophon, Polybe, Tacite ou Salluste, est le rectum judicium aussi bien dans l’urbana disciplina que dans la militari46. Thucydide, qui appartient au groupe des historiens qui ont participé activement aux événements de leur temps, est particulièrement apprécié parce que ses concitoyens, les Athéniens, l’avaient accusé d’avoir écrit plusieurs choses favorables aux Lacédémoniens, et de cette façon ils avaient donné témoignage de sa qualité de verus scriptor. Le fait d’avoir soumis son écrit au jugement d’une cité libre était le signe de la fides de son histoire47. Comme la plupart des gens de son temps, Bodin identifiait Thucydide de Mélésias, adversaire de Périclès, avec l’historien, et cette erreur devenait une preuve décisive de l’impartialité de Thucydide : en fait, il n’avait pas hésité à louer dans son histoire les mérites de son adversaire Périclès, qui avait contribué à l’envoyer en exil48. Même lorsque cette équivoque sera dissipée, l’image de Thucydide historien impartial par excellence restera inaltérée pendant les siècles : encore August Bœckh dans son Enzyklopädie des sciences philologique, qui restera comme le texte de base de la formation des philologues allemands pendant plusieurs décennies, qualifiera Thucydide d’“unparteisch”.

  • 49 Bodin 1650, 192.
  • 50 Ibid., 248.
  • 51 Bodin 1583, 255 (livre 2, chap. 1).
  • 52 Ibid., 527. Sur le thème des changements politiques à Athènes Louis Le Roy insistait dans sa traduc (...)
  • 53 Bodin 1583, 529.
  • 54 Ibid., 945-946 (livre 6, chap. 4), où à côté de Périclès était cité Laurent le Magnifique, dont le (...)
  • 55 Ibid., 351 (livre 3, chap. 1). Cf. Cambiano [2000] 2003, 179-188.

12Quels sont les usages de Thucydide chez Bodin ? Dans la Methodus prend forme une série de thèmes qui seront repris et développés dans la République. En premier lieu Thucydide esquisse une image négative des petits gouverments populaires et aristocratiques grecs, laquelle renforce par opposition le jugement bodinien positif sur la monarchie, dans laquelle la souveraineté trouve sa meilleure expression. Thucydide – ainsi que Xénophon, Aristote (qui toutefois était critiqué sur de nombreux points) et Plutarque – témoignait que pendant la guerre du Péloponnèse, les Athéniens visaient à imposer le status popularis aux autres cités et les Lacédémoniens l’optimarum status49. Cela confirme la dimension impérialiste de la politique de ces cités, qui d’après la narration de Thucydide s’avèrent caractérisées par une instabilité constitutive. Cet aspect concernait en premier lieu la démocratie athénienne50, mais Bodin renvoyait aussi à l’exemplaire description thucydidéenne de la stasis de Corcyre dans le troisième livre de son histoire. Ces aspects auraient été accentués dans la République, dans laquelle on peut constater, à mon avis, une lecture encore plus fouillée de Thucydide. Dans la République aussi – dans la section qui concerne les “révolutions” – Thucydide est cité pour confirmer que le but des Athéniens était de changer les aristocraties en démocraties et celui des Lacédémoniens l’inverse51. De même dans le livre IV, chap. 1, sur la naissance, la croissance, le perfectionnement, la décadence et la ruine des États, Bodin affirme que la maladie des changements de régime est fréquente dans les démocraties. Du témoignage de Thucydide, Xénophon et Plutarque il résulte que les Athéniens avaient changé de régime six fois pendant moins d’un siècle, et sept fois les Florentins, contrairement à Venise52. Et lorsqu’il parle des changements dans les aristocraties, produits par des factions internes aux aristocrates, Bodin reprend la description thucydidéenne de la stasis de Corcyre53. D’après Bodin, si l’on considère toutes les démocraties de tous les temps, on pourra constater qu’elles ont été toujours en guerre ou à l’extérieur ou à l’intérieur et qu’elles ont été gouvernées apparemment par le peuple, mais en réalité par quelques citoyens ou par le plus sage, qui occupait la place de prince ou de monarque : c’est le cas de Périclès, comme Thucydide l’avait montré54. Et le fait que la monarchie masquée de Périclès n’était pas perçue comme une réalité positive par Bodin est confirmé par son jugement négatif – appuyé cette fois sur Plutarque – à propos de la dissolution de l’Aréopage par Périclès, qui pour gagner la faveur du peuple, avait attribué le pouvoir entièrement à l’assemblée du peuple, ce qui causa la ruine de l’État athénien55.

  • 56 Bodin 1650, 210.
  • 57 Ibid., 314.
  • 58 Bodin 1583, 69 (livre 1, chap. 6).
  • 59 Ibid., 475 (livre 3, chap. 7). La référence est à Thc. 1.5.1-2.
  • 60 Voir Hobbes 1983, 31 (De cive 5.2) et 1996, 67 (Leviathan 1.10).
  • 61 Bodin 1583, 146. La référence est à Thc. 1.139-141.
  • 62 Ibid., 280 (livre 2, chap. 3). La référence est à Thc. 1.13.1. Il s’agit d’un point que Bodin jugea (...)

13Mais je crois que la partie de l’histoire de Thucydide la plus méditée par Bodin est l’“archéologie”, c’est-à-dire les premiers chapitres du premier livre. L’archéologie contenait de précieuses indications sur le passage des villages aux cités, grâce aussi à la constructions de murs et à la culture des terres56, mais surtout constituait un solide point d’appui pour démolir – déjà dans le chapitre 3 de la Methodus, qui vise à réfuter la conception des quatres monarchies – la théorie des aurea saecula originels et pour construire une phénoménologie du pouvoir, qui présente comme constitutif l’emploi de la force et de la violence même. Thucydide, verissimus historiae parens, est le témoin précieux du caractère totalement barbare et sauvage de la Grèce peu avant son temps, quand les latrocinia étaient exercés palam par terre et par mer. Quand il n’y avait pas encore des murs et des constructions de protection, le jus était dans les armes et les anciens coloni étaient dépossédés des terres par les nouveaux arrivés. Il s’agissait de mœurs barbares qui peu à peu avaient cessé parmi les Grecs, mais qui avaient duré plus longtemps chez d’autres nations, comme le montrait la description des Germani par César, chez lesquels latrocinia… nullam habent… infamiam57. Il s’agit d’un thème thucydidéen qui revient dans la République aussi, pour renforcer la thèse que l’État tire son origine de la force et de la violence. Dans ce contexte Bodin emploie une double procédure, qui caractérise aussi la Politique du très critiqué Aristote : une question est résolue en premier lieu par une argumentation rationnelle et ensuite confirmée par la référence aux faits. Bodin aussi est convaincu que la raison et la lumière naturelle nous amènent à croire que telle était l’origine des États, c’est-à-dire que les premiers hommes jugeaient que le sommet de la vertu et de l’honneur consistait dans le meurtre, le saccage, l’assujettissement des autres58. Ailleurs Bodin ajoute que chez Thucydide nous lisons qu’en Grèce, peu de temps avant son âge, “le brigandage n’éstoit point mesprisé : & quand on rencontroit quelques voyageurs allant par mer ou par terre, la première chose qu’on faisoit, dit le mesme auteur, devant qu’approcher, c’estoit demander les uns aux autres, Estes. vous brigands, messieurs ?”59. Sur ce point Bodin aurait été suivi par Hobbes, qui aurait fait référence lui aussi à ce même passage thucydidéen60. Le témoignage de Thucydide permettait de conclure qu’Aristote et Cicéron s’étaient trompés, lorsqu’ils avaient accepté l’affirmation d’Hérodote selon laquelle les premiers rois étaient élus à cause de leur justice et de leur vertu. Il va sans dire que cette discussion était tout à fait adaptée à la théorie bodinienne de la souveraineté, fondée sur le monopole de la force. Il s’agissait d’un aspect qui était développé surtout dans le livre I, chap. 8, où Bodin réfute ceux qui soutiennent que les princes doivent se sentir obligés de jurer d’observer les lois. “En quoy faisant ils anéantissent & dégradent la maiesté souveraine, qui doit estre sacrée, pour en faire une Aristocratie : ou bien une Démocratie”. Et encore une fois il cite Thucydide à l’appui61. À la conception bodinienne de la souveraineté une monarchie héréditaire ou “par droit successif” était plus appropriée qu’une monarchie élective et cet aspect lui paraissait confirmé par l’‘archéologie’ de Thucydide, qui montrait que les rois anciens arrivaient au pouvoir par hérédité et que l’évolution avait été de la monarchie héréditaire à la monarchie élective et aux seigneuries aristocratiques ou démocratiques : sur ce point aussi la raison était du côté de Thucydide et non pas d’Aristote62.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

1. Sources

Bodin, J. (1583) : Les six livres de la République, Paris.

— (1650) : Methodus ad facilem historiarum cognitionem, Amsterdam.

Casaubon, I. (1991) : Polibio, par G. F. Brussich, avec une note de L. Canfora, Palermo.

Della Casa, D. (1558) : Rime, et prose, Vénice.

Della Casa, G. (1564) : Latina monimenta, Florence.

— (1729) : Opere, Vénice.

— (1879) : Poesie e prose scelte, Milan.

Hobbes, Th. (1983) : De cive, éd. H. Warrender, Oxford.

— (1996) : The Leviathan, éd. R. Tuck, Cambridge.

La Popelinière, L. du V. de [1599] (1982) : L’Histoire des histoires, avec l’Idée de l’histoire accomplie, reprint en 2 tomes de la 1ère éd., Paris.

Lipsius, J. (1604) : Ad libros Politicorum Notae. Et De una religione Liber, Antverpiae.

2. Études

Alberti, G. B. (1957) : “Tucidide nella traduzione latina di Lorenzo Valla”, Studi italiani di filologia classica, 29, 224-249.

— (1985) : “Lorenzo Valla traduttore di Tucidide”, AA. VV., Tradizione classica e letteratura umanistica : Per Alessandro Perosa, Rome, t. I, 242-253.

Albonico, S. (1997) : “Approssimazioni all’oratoria di della Casa”, in : Barbarisi & Berra 1997, 437-56.

— (2007) : “Un caso dimenticato di filologia d’autore, L’Orazione a Carlo V”, in : Carrai 2007, 513-537.

Berra, C. (2007) : “Lo Zibaldone greco-latino di Giovanni Della Casa : B. N. F. II. I. 100”, in : Carrai 2007, 171-231.

Barbarisi, G. et C. Berra, éd. (1997) : Per Giovanni della Casa. Ricerche e contributi, Milan.

Blackwell, C. et S. Kusukawa, éd. (1999) : Philosophy in the Sixteenth and Seventeenth Centuries. Conversations with Aristotle, Ashgate.

Brandi, K. [1937] (1962) : Carlo V, trad. it. d’après la 1ère éd. allemande de 1937, Turin.

Burke, P. (1966) : “A Survey of the Popularity of Ancient Historians. 1450-1700”, History and Theory, 5, 35-52.

Cambiano, G. [2000] (2003) : Polis. Histoire d’un modèle politique, trad. fr. d’après la 1ère éd. italienne de 2000, Paris.

Carrai, S. (2007) : “La tradizione delle opere di Giovanni Della Casa e il problema della loro edizione”, in : Carrai 2007, 87-108.

—, éd. (2007) : Giovannni Della Casa ecclesiastico e scrittore, Rome.

Carrara, E. (2007) : “Il carteggio in volgare di Giovanni Della Casa con Piero Vettori”, in : Carrai 2007, 125-170.

Chabod, F. [1958] (1967) : “Venezia nella politica italiana ed europea del Cinquecento”, La civiltà veneziana del Cinquecento, Florence 1958, 27-55, réimprimé in Scritti sul Rinascimento, Turin, 663-683.

— (1971) : Storia di Milano nell’epoca di Carlo V, Turin.

Couzinet, M. D. (1996) : Histoire et méthode à la Renaissance. Une lecture de la Methodus ad facilem historiarum cognitionem de Jean Bodin, Paris.

Crawford, M. H. et C. R. Ligota, éd. (1995) : Ancient History and the Antiquarians, Essays in Memory of Arnaldo Momigliano, Londres.

Di Benedetto, A., éd. (1970) : Giovanni Della Casa e altri trattatisti cinquecenteschi del comportamento, Turin.

Dionisotti, A. C. (1995) : “Claude de Seyssel”, in : Crawford & Ligota 1995, 73-103.

Ferlato, F. (1979) : Il testo di Tucidide e la traduzione latina di Lorenzo Valla, Palerme.

Fryde, E. B. (1983) : Humanism and Renaissance Historiography, Londres.

Huppert, G. (1970) : The Idea of Perfect History. Historical Erudition and Historical Philosophy in Renaissance France, Urbana - Chicago - Londres.

Kantorowicz, E. (1957) : The King’s Two Bodies, Princeton.

Lardet, P. (1999) : “La Politique d’Aristote en français par Louis Le Roy (1568)”, in : Blackwell & Kusukawa 1999, 126-145.

Lisio, G., éd. [1897] (1957) : Orazioni scelte del secolo XVI, préf. de G. Folena, reprint de la première édition, Florence.

Meinecke, F. [1924] (1970) : L’idea della ragion di stato nella storia moderna, trad. it. d’après la 1ère éd. allemande de 1924, Florence.

Pissavino, P. (1993) : “Hobbes e Della Casa traduttori di Tucidide”, Il Pensiero politico, 26, 341-355.

Santosuosso A. (1979) : Vita di Giovanni della Casa, Rome.

Wilson, N. G. (1992) : From Byzantium to Italy, Londres.

Yates, F. A. [1975] (1978) : Astrea. L’idea di Impero nel Cinquecento, trad. it. de la 1ère éd. anglaise de 1975, Turin.

Notes

1 Sur Seyssel traducteur cf. Dionisotti 1995 et sur la diffusion des historiens anciens cf. Burke 1966.

2 Della Casa 1564, 146-201. Carrai 2007, 107, remarque que pour Vettori “difficile si dimostrò, in particolare, dare un testo attendibile delle trasduzioni di alcune orazioni di Tucidide, anche perché i manoscritti originali recavano tali e tante aggiunte e correzioni che ingenerarono nella copia di servizio inevitabili fraintendimenti ed errori”. Parmi ceux qui avaient exhorté Della Casa à cette traduction, est mentionné don Diego Hurtado de Mendoza (1503-1575), qui fut ambassadeur à Vénice et à Rome, entre 1539 et 1547, et en 1542 représenta Charles V au concile de Trento.

3 Cf. Wilson 1992, 71-72. Sur la question des manuscrits qui étaient à la base de la traduction de Valla voir Alberti 1957 et 1985, Ferlato 1979. Sur la traduction de Valla cf. aussi Fryde 1983, 87-99. La même difficulté se pose pour la question des manuscrits ou des éditions imprimées de Thucydide, suivies par Della Casa.

4 Carrara 2007, 125-126.

5 Ibid., 148.

6 Ibid., 127-128. Au début de 1551 Della Casa envoie à Vettori “poche corretioni” sur le texte de la Politique (ibid., p. 151). Cf. aussi Berra 2007, surtout 171-74, à propos d’un Zibaldone greco-latino composé par Della Casa à une époque postérieure à septembre 1553.

7 Thc. 2.36.2-3 et 41.2.

8 Ibid., 1.140.1-144.4.

9 Ibid. 2.60.1-64.6

10 Ibid., 2.63.1-2.

11 Ibid., 1.73.1-78.4.

12 Ibid., 1.76.1-2.

13 Ibid., 3.37.1-40.7.

14 Ibid., 3.42.1-48.2.

15 Ibid., 3.47.5.

16 Ibid., 2.71.2-4.

17 Ibid., 1.32.1-36.3 ; 1.37.1-43.4 ; 1.68.1-71.7 ; 2.721 et 3 ; 2.73.3 ; 3.9.1-14.2.

18 Della Casa 1558, 57-85 (en réalité, 57-64, qui continue avec les pages 69-85). Une édition moderne des deux discours se trouve in Di Benedetto 1970, 267-299 et 301-319. Sur les différentes rédactions du discours à Charles V cf. Albonico 2007, 513-537 et, pour une comparaison avec Démosthène, Albonico 1997. L’usage de Thuydide comme modèle pour ce discours a été déjà remarqué en général par Santosuosso 1979, 99, et Pissavino 1993. Dans une lettre a Carlo Gualtieruzzi du 25 septembre 1546, Della Casa fait mention de sa traduction de Thucydide (Della Casa 1729, t. V, 228), ce qui peut constituer un terminus ante quem. D’après Lisio [1897] 1957, 252, il n’y a aucune preuve que ce discours ait été réellement prononcé, mais cela ne signifie pas que le discours ne soit qu’un exercice rhétorique, comme le soutenait Lisio. Sur les événements de la prise de Piacenza cf. Chabod 1971, 196-211.

19 Della Casa 1558, 60-61.

20 Ibid., 61-62.

21 Yates 1978.

22 Brandi [1937] 1962, 100.

23 Orlando furioso XV, xxi-xxvi.

24 Meinecke [1924] 1970, 46-48.

25 Della Casa 1558, 70-71.

26 Cf. Carrai 2007, 87 et 101. Selon Santosuosso 1979, 98, c’était le neveu de Della Casa, Annibale Rucellai, qui en avait empêché la publication. Je cite ce discours de l’édition publiée par Lisio [1897] 1957, 195-247.

27 Lisio [1897] 1957, 196-197.

28 Della Casa 1879

29 Cf. Chabod [1958] 1967.

30 Gaspari Contareni vita, remaniée et completée par Vettori, qui la publia in Della Casa 1564, 89-145. Cf. Carrai 2007, 107.

31 Lisio [1897] 1967, 201.

32 Ibid., 212-215.

33 Ibid., 216-217.

34 Ibid., 209.

35 Ibid., 230.

36 Kantorowicz 1957.

37 Lisio [1897] 1957, 229.

38 Ibid., 230.

39 Ibid., 238.

40 Bodin 1650, 36-37, 44.

41 La Popelinière [1599] 1982, t. I, 143.

42 Ibid., 227-228.

43 Ibid., t. II, 79. Cf. en général Huppert 1970.

44 Lipsius 1604, 16.

45 Casaubon 1991, 26.

46 Bodin 1650, 48 ; voir aussi p. 46.

47 Ibid., 50.

48 Ibid., 24. La même confusion entre les deux Thucydide se retrouve dans la République. Voir, par exemple, livre 4, chap. 1, p. 534. Sur la conception de l’histoire chez Bodin cf. Couzinet 1996, en particulier p. 283-285 sur Thucydide. Je me permets de renvoyer à Cambiano [2000] 2003, 169-170, 249-251.

49 Bodin 1650, 192.

50 Ibid., 248.

51 Bodin 1583, 255 (livre 2, chap. 1).

52 Ibid., 527. Sur le thème des changements politiques à Athènes Louis Le Roy insistait dans sa traduction de la Polique d’Aristote. En 1600 paraîtra à Paris une nouvelle édition, Les Politiques d’Aristote, augmentée des livres 9 et 10, “composez en Grec au nom d’Aristote par Kyriac Strosse, Patrice Florentin : Traduicts & annotez par Fréderic Morel interprète du Roy”. Ici on affirme que pour représenter les changements auxquels une démocratie est exposée, il suffit de “réciter ceux qui sont advenus en la Démocratie Athénienne” et on introduit la traduction française d’une demi page de Polybe, de deux paragraphes de Diodore et d’une douzaine de pages du livre 8 de Thucydide (cf. Lardet 1999).

53 Bodin 1583, 529.

54 Ibid., 945-946 (livre 6, chap. 4), où à côté de Périclès était cité Laurent le Magnifique, dont le régime était jugé par Pier Soderini comme un état apparemment populaire, mais en réalité une pure tyrannie.

55 Ibid., 351 (livre 3, chap. 1). Cf. Cambiano [2000] 2003, 179-188.

56 Bodin 1650, 210.

57 Ibid., 314.

58 Bodin 1583, 69 (livre 1, chap. 6).

59 Ibid., 475 (livre 3, chap. 7). La référence est à Thc. 1.5.1-2.

60 Voir Hobbes 1983, 31 (De cive 5.2) et 1996, 67 (Leviathan 1.10).

61 Bodin 1583, 146. La référence est à Thc. 1.139-141.

62 Ibid., 280 (livre 2, chap. 3). La référence est à Thc. 1.13.1. Il s’agit d’un point que Bodin jugeait essentiel, car il y revenait au livre 6, chap. 5, où il dit que “nous trouvons en Grèce, qui est le pays d’Aristote, que les Atheniens, Lacédémoniens, Sicyioniens, Corinthiens, Thebains, Epirotes, Macédoniens, ont eu plus de six cents ans Rois par droit de succession légitime”, et en note il cite Thc. 1.13.1 contre l’opinion d’Aristote (Pol., 3.9.1285 b).

Auteur

Scuola Normale Superiore di Pisa

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search