Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ombres de Thucydide

 | 
Valérie Fromentin
, 
Sophie Gotteland
, 
Pascal Payen

Deuxième partie. L’Athènes de Thucydide : enjeux du présent et construction d’un modèle

Grote et la réception de Thucydide en France sous la IIe République et le Second Empire

Pierre Pontier

Texte intégral

  • 1 Voir surtout Momigliano [1952] (1983) ; Roberts 1994, 237-255 ; Whedbee 2004.
  • 2 Clarke 1962, 18-30. Voir aussi, sur le rôle de Grote dans la vie culturelle de son temps, Turner 19 (...)

1En Angleterre, la publication de l’History of Greece de George Grote à partir de 1846 est un événement important ; l’œuvre dépasse les tentatives précédentes par son ampleur et son érudition et devient rapidement un ouvrage de référence. Par ailleurs, conçue en réaction à l’History of Greece du conservateur Mitford hostile à la démocratie athénienne, elle propose une vision nouvelle de l’histoire grecque favorable à Athènes et à son régime1. La vie et la personnalité de Grote expliquent ces éléments de rupture. Ce dernier connaît très bien le monde des affaires et la vie politique anglaise à laquelle il a activement participé durant une dizaine d’années. Proche de Jeremy Bentham, de James et de John Stuart Mill, Grote défend les positions du milieu libéral et radical2.

  • 3 Grote qualifie Thucydide d’“an observer rather less than impartial” (1856, VIII, 122 = Grote 1864-1 (...)

2L’orientation générale de l’œuvre tend par suite à infléchir l’image consensuelle d’un Thucydide rationaliste, objectif et impartial. Grote juge l’historien grec de façon relativement critique : en cherchant à restaurer la réputation des sophistes et de certains hommes politiques (Cléon en particulier), il remet en cause l’objectivité de l’historien3, reprenant le reproche bien connu, selon lequel Thucydide ne pouvait pardonner à Cléon son implication dans sa condamnation à l’exil après son échec militaire à Amphipolis.

  • 4 Sur la réception de Grote, voir Chambers 1996, 19-22 ; Demetriou 1999, 245-267, en particulier 248- (...)

3Cette partie de l’œuvre de Grote a suscité en Angleterre de nombreuses réactions souvent positives4. La réception française de l’History of Greece est plus difficile à cerner ; de façon logique, elle est moins immédiate et plus diffuse. Il est toutefois possible de percevoir dans quelle mesure l’image de Thucydide évolue en France après 1848. Il n’y a pas de consensus apparent : si certains n’hésitent pas à faire participer l’historien grec aux débats politiques suscités par le climat troublé de l’époque, d’autres restent attachés à son image traditionnelle d’historien rationnel et objectif. Tout dépend des lecteurs, du moment historique, et du genre de publications. Afin de mesurer l’influence de la lecture de Grote sur la façon dont les intellectuels français considèrent Thucydide à partir de la Révolution de 1848, nous pouvons distinguer les réactions des journaux ou revues de l’approche d’un historien, Victor Duruy, et du regard un peu distancié d’autres savants.

Thucydide, Grote et les révolutions

  • 5 Shilleto 1851.

4L’œuvre de Grote, rapidement rééditée en Angleterre, reçoit l’approbation globale des critiques, même si elle a suscité les réserves de quelques érudits de profession, dont un philologue de Cambridge, Shilleto, qui a publié un pamphlet dont le titre, explicite, est “Thucydides or Grote ?”5. De façon générale, les discussions les plus polémiques autour de l’œuvre de Grote s’en prennent à son parti pris athénien.

  • 6 Voir Duruy 1851 : “À l’histoire maintenant arriérée de Gillies, écrite à la façon du xviiie siècle, (...)
  • 7 Sainte-Beuve 1867.
  • 8 Ces comptes rendus publiés entre 1847 et 1854 ont été repris dans Mérimée 1855.

5En France, certains savants, Victor Duruy par exemple, reconnaissent les qualités de l’œuvre de Grote6. La publication rapide des premiers tomes de la traduction française est même saluée par Sainte-Beuve dans le Constitutionnel7. Bien avant cette traduction, l’anglophile Prosper Mérimée, proche des idées politiques et religieuses de Grote, publie plusieurs comptes rendus de son œuvre dans la Revue des Deux-Mondes8. Sans être un spécialiste d’histoire grecque, l’auteur de La Vénus d’Ille, féru d’Antiquité, passionné par la Grèce, se trouve à un moment de son existence où l’histoire l’intéresse plus que la fiction.

6Il salue tout d’abord la méthode choisie par l’historien à l’égard de ses sources. Il loue l’originalité de l’approche, qui est celle d’un érudit autant que celle d’un homme engagé dans les luttes de son temps. Il apprécie aussi la forme souple du commentaire historique, quasianalytique, qui permet à Grote d’éviter l’écueil d’une construction systématique et frauduleuse de l’histoire :

  • 9 Mérimée 1855, 182.

Traduire Thucydide dans une de nos langues modernes, c’est, disent les doctes et répètent les ignorants après eux, c’est [ sic] une entreprise impossible. Se servir de son témoignage pour l’appliquer à un système historique nouveau, n’est-ce pas tenter de construire un édifice moderne avec des matériaux taillés, et merveilleusement taillés, pour un monument inimitable ? C’est entre ces deux écueils que M. Grote avait à louvoyer, et il l’a fait avec une habileté singulière. Au mérite de traducteur il a joint celui de critique érudit et de commentateur ingénieux9.

  • 10 Voir Pontier 2007, 73-75 surtout.

7En réalité, Grote suit très scrupuleusement le cours des événements en donnant de longues traductions ou paraphrases de Thucydide agrémentées de commentaires érudits qui donnent souvent raison à l’historien grec. Mérimée, qui préfère la souplesse d’une méthode aux rigidités d’un “système”10, est bien conscient de l’écart qui sépare Thucydide de la science historique moderne : le double mérite de Grote est d’être proche de sa source sans y être asservi, et d’en être un observateur critique sans vouloir la déconstruire, pour reprendre la métaphore architecturale qui est une relecture du κτμαζ αεί thucydidéen. Pour Mérimée, l’historien grec est bien une référence obligée, mais un modèle qui demeure “inimitable” pour l’historien moderne.

8Toutefois, avec un certain recul, Mérimée met en évidence le manque d’impartialité de l’historien grec comme de l’historien anglais. Thucydide ne peut être impartial, car il n’est après tout qu’un homme directement impliqué dans les conflits de son temps :

  • 11 Mérimée 1855, 185.

Thucydide et Xénophon étaient des exilés ; le dernier fut pensionnaire de Sparte. À ce titre, leur témoignage doit être suspect de partialité ; cependant il a toujours été accepté de confiance, et les modernes ont même exagéré, en les répétant, leurs critiques contre la démocratie. M. Grote s’est fait son apologiste, et, à notre sentiment, il a été souvent heureux dans ses efforts pour la justifier des nombreux méfaits qu’on lui impute11.

  • 12 Voir Demetriou 1999, 103.

9Par conséquent, si l’on peut prendre en défaut Thucydide, c’est sur ses opinions relatives à la démocratie athénienne. Or les historiens antérieurs n’avaient pas osé remettre en cause le jugement de Thucydide sur les démagogues12. L’“erreur” que Mérimée relève reprend ainsi l’un des aspects les plus saillants du jugement de Grote ; Thucydide manquerait d’impartialité à l’égard de Cléon parce que ce dernier serait responsable de son exil :

  • 13 Mérimée 1855, 168.

Suivant M. Grote, Cléon n’est point encore jugé, et cette opinion si nouvelle mérite qu’on l’examine de près. Rappelons-nous que M. Grote n’est point un partisan à outrance de la démocratie, et qu’il fuit le paradoxe. Ce n’est pas parce que Cléon fut un corroyeur, ce n’est pas parce qu’il fut l’idole de la lie du peuple que M. Grote prend sa défense, le seul sentiment de justice l’anime, et c’est pour avoir lu avec attention les pièces du procès qu’il en demande la révision13.

  • 14 Voir sur ce point Mérimée 1855, 163 et Glaudes 2003, “Petit précis d’historiographie” (p. 117-122). (...)
  • 15 Mérimée 1855, 169-171 ; Grote 1856, VI, 665-668 = Grote 1864-1867, IX, 235-247.

10Cette conception de l’historien-juge est bien conforme à la vision mériméenne de l’histoire14. À titre d’exemple, Mérimée reprend entièrement à son compte la lecture par Grote des événements de Sphactérie et des deux expéditions d’Amphipolis, celle où Thucydide n’a pu empêcher Brasidas de s’emparer de la cité, et celle où Cléon a trouvé la mort. Il défend ainsi un point de vue un peu iconoclaste15.

  • 16 Mérimée 1855, 184.

11Toutefois, l’éloge de Mérimée s’accompagne de quelques réserves. L’écrivain français n’est que trop conscient du fait que l’historien de 1850 est aussi le “spectateur de la lutte qui partage l’Europe entre la démocratie et l’aristocratie”16. L’image de l’historien grec pourrait ainsi être brouillée par les doutes que l’on peut avoir sur son impartialité, l’indulgence déférente qu’on a pu lui témoigner, et le contexte politique troublé qui peut peser sur les esprits, en France et ailleurs.

  • 17 Voir Grote 1856, VI, 43-63 (= Grote 1864-1867, VIII, 42-58) : “The allies had little practically to (...)
  • 18 Cf. Thc. 2.41.
  • 19 Mérimée 1855, 178.
  • 20 Mérimée 1855, 175 ; Grote 1864-1867, VIII, 178. Sur la conception qu’a Grote de la liberté individu (...)

12À propos de la Ligue de Délos, il se montre ainsi méfiant à l’égard de l’argumentation de l’historien anglais qui tend à justifier l’impérialisme athénien et à démontrer que les alliés avaient plus de raisons d’être satisfaits de l’alliance que de se plaindre17. Il condamne l’indulgence excessive de Grote à l’égard de ce qui est à ses yeux une usurpation de pouvoir. Son jugement favorable à la démocratie athénienne est plus mesuré. Il cède au lyrisme lorsqu’il reprend la fameuse expression de Périclès, qui qualifie Athènes d’“école de la Grèce”18 : “Athènes nous apparaît comme une école ouverte où toutes les qualités, tous les instincts se développent et se perfectionnent pour le bonheur de l’humanité”. Il oppose sans ambiguïté l’école d’Athènes à la “caserne” spartiate dont les mouvements sont dictés par “l’inspiration de cinq inquisiteurs”19. Mais, sans angélisme, l’auteur de Tamango souligne d’une part que la liberté de parole repose aussi sur l’obéissance à la loi, l’une des forces à ses yeux de la conscience athénienne, et surtout que l’équilibre de la société athénienne est fondé sur l’activité économique d’esclaves et d’étrangers domiciliés à Athènes mais privés de droits civiques. Mérimée réagit ainsi aux longues citations de l’oraison funèbre de Périclès et aux commentaires enthousiastes de l’historien anglais. Là où Grote voit “un jeu libre d’imagination et une diversité d’occupations privées, unis à une réciprocité d’aimable indulgence entre les individus les uns à l’égard des autres”, Mérimée, arguments historiques à l’appui, s’empresse de souligner froidement que “tout homme libre était un être privilégié, un aristocrate”20. Ces quelques réserves à l’égard du régime athénien peuvent aussi s’expliquer par le fait que Mérimée, qui n’est pas encore un sénateur proche de Napoléon III, est un Français récemment traumatisé par les conflits sociaux et les événements de 1848, au point de se laisser prendre au piège de l’analogie historique dont il a pourtant si bien montré les limites :

  • 21 Mérimée 1855, 172. Sur l’influence de la Révolution de 1848 sur Mérimée et sur ses comptes rendus d (...)

Cléon sans doute était corroyeur, c’est-à-dire qu’il possédait, exploitait des esclaves, lesquels préparaient les cuirs, mais il n’était pas plus artisan que plusieurs de nos candidats parisiens aux élections de 1848 n’étaient ouvriers, bien qu’ils en usurpassent le titre21.

  • 22 L’article de Mérimée est publié dans la Revue des Deux-Mondes le 1er juin 1849, l’essai de Shilleto (...)

13En fin de compte, entre Grote et Thucydide, Mérimée choisit plutôt le camp de Grote, tout en restant déférent à l’égard de l’historien grec. La qualité principale du compte rendu de Mérimée est sa mesure et la clairvoyance avec laquelle il montre que le débat épistémologique soulevé un peu plus tard par Shilleto (Thucydide ou Grote ?) n’a finalement pas lieu d’être22.

  • 23 Voir Hatin 1866, 418. Au moment où le Correspondant publie l’article de Champagny, Charles Lenorman (...)
  • 24 Champagny 1851.
  • 25 Champagny 1851, 387 n. 1, ne cite qu’un seul passage de Grote issu de la fin du tome VIII.

14L’œuvre de Grote a suscité des réactions beaucoup moins favorables, notamment en 1851, sous la plume de Franz de Champagny, dans le Correspondant, journal catholique dont la ligne éditoriale est plus conservatrice que celle de la Revue des Deux-Mondes23. L’homme est un catholique militant, futur académicien, fils d’un ministre de Napoléon, et de la même génération que Mérimée. Son compte rendu est un texte violent qui, par son hostilité viscérale aux révolutions, s’inscrit dans l’actualité politique de son temps24. De façon notable, Champagny rend compte des huit premiers volumes de l’œuvre de Grote sans attendre la publication des quatre derniers. Sans doute est-ce la matière des tomes V à VIII, l’histoire d’Athènes au ve siècle jusqu’à la mort de Socrate, qui a suscité sa réaction virulente, à l’instar de Shilleto, mais sous une forme différente25.

15À travers Grote, Champagny s’en prend en réalité aux Anglais admiratifs à distance des révolutions des autres. Il lui reproche sa peinture partiale de la démocratie athénienne et de ses “démagogues” ; par ricochet, le Thucydide de Champagny est un homme marqué par les révolutions de 1848 et un ardent défenseur de l’ordre public :

  • 26 Par cette formulation ambiguë, Champagny pourrait faire allusion à Mérimée.
  • 27 Gustav von Struve et Heintze ont participé à divers mouvements révolutionnaires en Europe centrale (...)
  • 28 Champagny 1851, 386.

Et pour que le livre en question nous arrive (si tant est que nous ayons été deux Français à le lire26) avec une plus forte teinte d’ironie, l’auteur, au milieu de l’aristocratique Angleterre, s’y pose en démocrate. À deux mille deux cents ans de distance, l’admiration est peu dangereuse. Il s’est pris de goût pour les Cléon et les Cléophon de la vieille Athènes, comme tels de ses compatriotes se sont épris de MM. Struve, Heintze27, Ledru-Rollin et autres. Ces démagogues vus à distance lui paraissent de fort agréables personnages : et il veut à toute force persuader à Xénophon et à Thucydide, qui ne sont pas de cet avis, qu’ils ont tort, qu’ils ne savent pas rendre justice à leurs démagogues ; qu’ils possédaient là des trésors qu’ils n’ont pas appréciés ; que le régime démocratique d’Athènes était la plus belle chose du monde (il en parle bien à son aise !), absolument comme ceux qui veulent aujourd’hui persuader à la France et à l’Italie qu’elles ne connaissent pas leur bonheur, qu’elles ont bien tort de réagir contre leurs révolutions et d’expulser leurs démagogues28.

16L’utilisation de l’analogie historique déplace la polémique sur le terrain de la politique contemporaine, des révolutions de 1848 et de leurs conséquences. Champagny reprend aussi le lieu commun de l’origine aristocratique des “génies” grecs de l’époque classique. Il l’utilise comme argument d’autorité et de vérité historique. Si la démocratie n’a pas séduit ces génies issus de l’aristocratie (de Thucydide à Aristophane), c’est qu’elle était viciée. Dans ce contexte, il n’y a pas d’autre objectivité possible aux yeux de Champagny que celle d’être un homme de parti, de préférence aristocratique. Il n’est pas surprenant qu’il s’en prenne à Cléon et à l’argumentation de Grote. D’un point de vue stylistique, sa vision parisienne du personnage ne manque certes pas de panache :

  • 29 Champagny 1851, 388.

La question athénienne n’est donc pas si surannée qu’elle le semble : et quant à moi, j’ai si bien vu le démagogue Cléon, je l’ai tant de fois entendu pérorer dans son club, je l’ai rencontré tant de fois à la tête, ou pour mieux dire à la queue de l’émeute, je l’ai si souvent écouté à la tribune du palais Bourbon ; que lorsque ensuite je le rencontre au Pnyx, haranguant le peuple d’Athènes et démasquant pour la deux-centième fois les traîtres qui conspirent contre la patrie, c’est une connaissance parisienne que je salue29.

  • 30 Champagny 1851, 389.

17Tout l’article cherche donc à démonter la défense de Cléon, en usant systématiquement de l’analogie historique. Champagny fait une relecture paradoxale de Thucydide, qui tendrait à démontrer que l’oligarchie est non seulement “la vie naturelle des peuples” mais surtout “le principe victorieux”30. Il insiste sur les dysfonctionnements de la démocratie athénienne, grâce à la comparaison maritime très platonicienne du “navire sans pilote” : l’“instabilité universelle” d’Athènes rendrait presque enviable la Constitution de 1848. Il refuse même à la constitution le nom de démocratie, la qualifiant de “monarchie” de fait, dans le meilleur des cas, c’est-à-dire sous le commandement de Périclès. De façon révélatrice, la seule source qu’il cite est Thucydide, ce qui lui permet d’apporter une caution scientifique à sa démonstration :

La noblesse, la fortune, l’illustration militaire reprenaient ainsi le terrain qu’elles avaient perdu. C’était une monarchie au lieu d’une oligarchie, voilà tout. Et le temps le plus glorieux de cette démocratie, ce furent les trente années pendant lesquelles a régné le démocrate Périclès, aristocrate d’origine, de fortune, de mœurs. “Alors, dit Thucydide, la démocratie existait de nom ; mais en réalité, Athènes vivait sous le commandement d’un seul chef”.

  • 31 Thc. 2.65.9 :’Eγγνετó τε λóγ µν δηµοκρατα, ργ δπò το πρώτουνδρòζρχή ; “sous le nom de (...)
  • 32 Champagny 1849, 452.
  • 33 Champagny 1851, 403.

18La traduction de cette citation est cependant légèrement orientée31. De façon plus générale, sans être pour autant favorable à Sparte, la lecture de Champagny déforme le célèbre passage du livre II de Thucydide qui oppose la grandeur péricléenne à la médiocrité des dirigeants qui lui ont succédé. Ce n’est pas tant la démocratie que l’idée de révolution qui rebute Champagny, comme il le souligne dans un autre article32 : le mal suprême, à ses yeux, c’est le “mal révolutionnaire et antichrétien”. Par suite, on comprend pourquoi il n’hésite pas à convoquer le fantôme de l’historien grec en spectateur effaré devant les massacres de 1793 : “Et quand on pense que huit jours de massacres politiques à Corcyre, où les temples furent profanés par le sang, font reculer d’horreur Thucydide ; qu’eût-il dit de ce long massacre exécuté pendant un an et demi, par des gens qui ne reconnaissaient ni temples, ni dieux ?”33.

  • 34 Ces pages 407-408 de l’article de Champagny (1851) susciteront l’approbation enthousiaste d’un lect (...)

19Face aux horreurs de la révolution impie qui auraient fait frémir l’historien grec, Champagny fait valoir les beautés de la « révolution chrétienne », à qui l’on doit, selon lui, être redevable, dix-neuf siècles plus tard, de l’abolition de l’esclavage34. Dans cette instrumentalisation des idées, de la chronologie et de l’histoire, la lecture de Grote n’est qu’un prétexte à une polémique politique, où l’historien grec, en homme de parti, joue le rôle d’une figure tutélaire respectueuse des valeurs aristocratiques, voire chrétiennes, et de l’ordre.

Thucydide, Grote et Duruy

  • 35 Voir Momigliano [1952] (1983), 373 n. 3 ; Loraux et Vidal-Naquet [1979] (1990), 204-210 sur Duruy. (...)
  • 36 Duruy 1862, “Préface de la première édition”, IX. En réalité, Duruy réécrit cette préface, cf. Duru (...)

20À la même époque, le jugement de Victor Duruy semble plus proche de celui de Mérimée que de celui de Champagny. L’historien utilise beaucoup les huit tomes parus au moment où il rédige son Histoire grecque, n’hésitant pas à l’occasion à paraphraser Grote35. Sa lecture de Thucydide, comme de Grote, est influencée par les positions pro-athéniennes qu’il affiche dès l’introduction : “Oui, s’il le faut, j’avoue ma sympathique affection pour cette glorieuse république qui eut des partis et des révolutions, mais point de guerres civiles ni de révoltes d’esclaves ; pour la ville, non de Cléon, mais de Périclès ; de Démosthène, non de Démade, et que ses deux grands ennemis, Philippe et Alexandre, ne purent jamais haïr”36.

  • 37 Duruy 1862, I, XII.
  • 38 Voir l’hostilité récurrente à l’égard de Duruy du Journal Général de l’Instruction Publique, 1851, (...)
  • 39 Maury 1856.

21Cet aveu lyrique est d’autant plus courageux qu’il était à contre courant. Même si le futur ministre de Napoléon III peut s’inscrire dans un courant de pensée qui s’épanouit depuis un siècle et propose une image consensuelle d’une “Athènes bourgeoise”, Duruy, élève de Michelet, et professeur d’histoire de l’enseignement secondaire en 1851, n’avait cependant pas l’impression d’exprimer un avis consensuel. À ses yeux, l’opinion dominante est favorable à Sparte37. Par ailleurs, les prises de position de Duruy en faveur d’Athènes lui ont valu un compte rendu critique de Charles Nisard, pour le compte du très officiel Journal Général de l’Instruction Publique38. L’ouvrage rencontre toutefois un succès certain et la reconnaissance de ses pairs, parmi lesquels on peut citer Alfred Maury39.

  • 40 Voir Grote 1856, VI, 8-9 n. 1 (=Grote 1864-1867, VIII, 10-11 n. 1) et le résumé fidèle de Duruy 186 (...)
  • 41 Duruy 1862, II, 89-90 n. 1 : “L’Empire d’Athènes n’était donc impopulaire qu’auprès d’une faction, (...)
  • 42 Duruy 1862, I, 452 n. 2.

22Duruy propose une lecture de Thucydide proche des analyses de Grote. Le récit historique s’inspire souvent de la trame narrative de l’historien anglais, par exemple lors de la présentation de la Ligue de Délos. Ce dernier s’appuie en effet sur le silence de Thucydide pour réfuter l’idée que le tribut levé sur les alliés aurait été doublé quelques années après le début de la Guerre du Péloponnèse. Duruy reprend dans l’ordre les témoignages invoqués par Grote, son raisonnement, et ses conclusions40. Toujours sous l’influence de Grote, il minimise le mécontentement des alliés41. Par ailleurs, il insiste aussi sur l’origine aristocratique de Thucydide et sur sa défiance à l’égard de la démocratie : “N’oublions pas non plus que tous nos renseignements nous viennent des amis de l’oligarchie, de ceux qui sont systématiquement contraires à la démocratie, ou qui ont souffert par elle : Thucydide, à qui Denys d’Halicarnasse reproche son amertume et sa sévérité pour sa patrie, Aristophane, dont les virulentes satires ne sont pas plus impartiales que ne l’étaient nos pièces politiques [...]”42.

  • 43 Duruy 1862, II, 88, allusion probable à Thc. 8.1.4.

23À d’autres reprises, Duruy se contente, au cours de son récit, de faire une allusion rapide à l’orientation du récit thucydidéen qu’il juge tendencieuse, par exemple lorsqu’il traite du redressement rapide d’Athènes après la déroute sicilienne : “Cependant, la constance d’Athènes n’en fut pas ébranlée. Thucydide est forcé d’en convenir”43. L’allusion, même rapide, semble mettre en avant une réticence de l’historien grec à reconnaître les vertus athéniennes.

  • 44 Duruy 1862, II, 65 n. 1 ; Grote 1856, VII, 150-151 n. 1 (= Grote 1864-1867, X, 58-59 n. 1).
  • 45 Duruy 1862, II, 64 n. 1 ; cette note a été remaniée dans l’ultime refonte et la sentence assertive (...)

24Mais pour l’historien français, il est parfois plus difficile de défendre Athènes, lorsque Thucydide insiste sur les travers de cette dernière. À propos d’un chapitre du dialogue des Méliens qu’il résume, Duruy commente ainsi les paroles des Athéniens : “la théorie de la force a été rarement exprimée d’une manière aussi nette”. Cependant, une note tempère cette condamnation ; elle reprend un rapprochement fait par Grote avec une anecdote narrée par Thiers dans Le Consulat et l’Empire. Il s’agit d’une réponse faite par M. Jackson au prince régent du Danemark ; cet exemple permet de prouver que les Athéniens n’ont pas plus brutalement exprimé ce droit de la force que l’ambassade anglaise quelques années auparavant44. L’analogie historique est un moyen d’atténuer le caractère choquant que peut avoir l’expression politique du droit de la force. Duruy, comme Grote, juge de plus le langage du dialogue peu compatible avec celui d’un “député” qui représente le peuple athénien. Il ajoute un plaidoyer qu’il a dû trouver déplacé, puisqu’il l’a supprimé de l’ultime réédition en trois volumes : cette défense soulignait que les Athéniens n’avaient pas inventé le droit du plus fort, que d’autres peuples qu’eux, dans le passé comme dans le présent, avaient commis des crimes. Duruy conclut son développement par cette sentence certes bien frappée, mais d’un optimisme qu’il a cherché à tempérer trente ans plus tard : “Ce qui est vieux comme le monde, c’est la force ; ce qui se dégage lentement, c’est le droit ; mais son règne arrive”45.

  • 46 Duruy 1862, II, 5, 29.
  • 47 Duruy 1862, II, 32-33.
  • 48 Duruy 1862, II, 43 : “Bornons-nous à remarquer que, si tout l’honneur de cette affaire revient réel (...)
  • 49 Voir Thc. 5.10.9 ; Diod. 12.74.2. Duruy 1862, II, 49, avoue curieusement sa préférence pour la vers (...)
  • 50 Duruy 1887-1889, I, 467 : dans un ajout, évoquant les événements de Corcyre (Thc. 3.82-83), il déno (...)
  • 51 Duruy 1862, II, 100 n. 1.

25Enfin, les positions de Duruy peuvent parfois sembler hésitantes. Même s’il se plaît à rappeler que l’historien grec appartient à un parti aristocratique46, ce qui l’autorise à remettre en cause son impartialité, il a une vision équivoque du personnage de Cléon : “Cléon, qui fut une fois convaincu de vénalité, Cléon, mauvais orateur, mauvais général et flatteur de la populace, avait pourtant de l’énergie”47. Duruy hésite entre la critique de la démagogie et la défense de Grote : ainsi souligne-t-il la bonne conduite militaire de Cléon lors des événements de Sphactérie, sans adopter le ton polémique de Grote et sans condamner aussi nettement que lui la partialité de Thucydide48. À l’inverse, il se montre plus indulgent que Grote dans son récit de la mort de Cléon49. Cette incertitude de jugement à l’égard de Cléon s’accentue au fil des éditions, puisque sans retrancher aucun de ses commentaires, Duruy revient à une position plus hostile au démagogue athénien50. Enfin, lorsqu’il aborde le récit de la révolution oligarchique de 411, il est en accord avec l’historien anglais sur tous les points, à l’exception de son jugement sur Antiphon qu’il considère comme étant d’une sévérité excessive51.

26L’influence de Grote est évidente sur la matrice de l’Histoire grecque de Duruy, beaucoup moins nette sur les ajouts des éditions suivantes ; elle s’explique par une proximité de leurs vues politiques au début des années 1850. Elle oriente son jugement sur Thucydide, qui reste globalement favorable, et son traitement parfois circonspect de la source historique.

Des limites de l’influence de Grote

  • 52 Voir Joubert 1863, 39.
  • 53 Voir Egger 1885, 17 ; et Villemain 1860, 677 : “L’intérêt des fortes études classiques, le recours (...)

27Quant aux autres savants, ils ont en général une position plus réservée sur le Thucydide de Grote. L’helléniste Léo Joubert, qui se tient à l’écart du débat politique, se contente de mentionner sans la discuter la réhabilitation de Cléon en “habile et hardi représentant de la démocratie” parmi les “rectifications” apportées par Grote52. Cette position distanciée peut s’expliquer par la permanence en France d’une image idéalisée de l’historien grec dont témoigne une initiative de l’Académie Française qui propose Thucydide comme sujet de l’un de ses concours. Le principal instigateur de ce concours est le secrétaire perpétuel, Abel-François Villemain (1790-1870), homme politique et homme de lettres, qui s’était fait connaître au début du siècle pour ses talents précoces d’écrivain en remportant le prix d’éloquence proposé par l’Institut avec son Éloge de Montaigne (1812). Il aurait lui-même rédigé le sujet du concours de 185853 :

  • 54 Voir Académie Française 1858, 26.

Étude sur le génie historique et oratoire de Thucydide : faire connaître les caractères de sa composition et de son style par des analyses, par des traductions fidèles et expressives, par des rapprochements avec les historiens anciens et modernes, par l’examen des principaux jugements dont il a été l’objet ; apprécier son influence sur plusieurs des grands écrivains de l’Antiquité54.

  • 55 Girard [1860] (1884).
  • 56 Girard [1860] (1884), 5 et 239 : “C’est donc la pensée qui conduit et qui gouverne le style de Thuc (...)

28Avec un tel programme, on est loin de la démarche historique de Grote, et plus proche de la rhétorique de l’éloge. Jules Girard (1825-1902), ancien élève de l’École Française d’Athènes, maître de Conférences à l’École Normale, est le vainqueur de ce concours. Dans l’avant-propos de son Essai sur Thucydide, publié en 186055, il ne dissimule pas le caractère programmatique de son ouvrage qui étudie les harangues, les récits et les descriptions, et l’art dans Thucydide (la composition, le style). La vision de l’historien est éloquente et littéraire à défaut d’être historique ; l’étude, essentiellement formelle, s’attache à la composition de l’œuvre plutôt qu’à son contenu historique ; elle vise surtout à illustrer et justifier le jugement suivant : “Partout c’est un mélange harmonieux d’inspiration et de raisonnement, d’idéal et de naturel ; partout c’est l’action forte et mesurée de l’esprit qui domine le monde des sens et se domine lui-même, connaît ses limites et son but, n’empiète pas sur la réalité, mais la subordonne à des conceptions supérieures”56.

  • 57 Thc. 8.97.2.

29Sur les opinions politiques de Thucydide, Girard évite de s’avancer et compose un Thucydide ni oligarque, ni démocrate, adepte de l’équilibre, de la mesure et du bon ordre. Ainsi commente-t-il le fameux commentaire de l’historien à la suite de la chute du régime oligarchique des Quatre Cents57 :

  • 58 Girard [1860] (1884), 281.

Peut-on tirer de ce jugement lui-même un système de politique ? Non ; mais on peut y voir une preuve de modération et de bon sens ; ennemi des excès de la démocratie, [Thucydide] ne l’est pas moins de ceux dont l’oligarchie vient de donner le spectacle, et, ayant égard aux institutions républicaines de son pays, il voit tout naturellement une condition de calme et de prospérité dans l’équilibre des deux principes qui se disputent le pouvoir58.

  • 59 Girard [1860] (1884), 45.
  • 60 Parmi les historiens modernes, Garsonnet 1859, mentionne seulement Thiers et Guizot, “deux talents (...)

30Les commentaires historiques de Girard sont rares. C’est la vérité philosophique qui l’intéresse, non la vérité de l’histoire. Alors qu’il cite soigneusement quelques savants (dont Karl-Otfried Müller59 et des professeurs français de son temps), il évite toute mention de l’historien anglais qu’il devait pourtant connaître. On retrouve cette réticence dans un mémoire d’E. Garsonnet paru à la même époque60.

31Chez K. Hillebrand, Professeur à la Faculté des lettres de Douai, et traducteur de l’Histoire de la Littérature grecque de Karl-Otfried Müller, cette retenue se teinte de mépris ; ainsi le traducteur ajoute-t-il une note importante dans un passage du chapitre consacré à Thucydide où le savant allemand s’attarde sur la clarté et l’exactitude de l’historien grec et fait un parallèle avec les comédies d’Aristophane :

  • 61 Müller [1841] (1865), I, 553.

On sait que la véracité, ou pour mieux dire l’impartialité de Thucydide a été fortement attaquée de nos jours par un érudit de premier mérite, mais qui n’a peut-être pas la première qualité de l’historien, l’intuition, absolument nécessaire dans l’absence presque complète de contrôle matériel. M. Grote, entraîné peut-être par sa sympathie pour la démocratie athénienne, a accusé Thucydide, tout comme Aristophane, de partialité et d’injustice ; il a surtout essayé de défendre Cléon contre ces deux redoutables peintres. Nous ne pensons pas que M. Grote ait réussi à ébranler la confiance qu’inspire à tout esprit non prévenu la lecture de la Guerre du Péloponnèse et des comédies d’Aristophane : la garantie de véracité dont parle Müller vaut bien tous les témoignages matériels61.

32La note nous confirme la renommée publique, sinon scientifique, acquise par Grote dans ces années 1860 qui voient la parution de la traduction française de son Histoire de la Grèce ; elle montre aussi les réserves que certains professeurs pouvaient avoir à l’égard d’un “érudit” qui aurait la prétention d’être un “historien” et surtout de remettre en cause l’impartialité de l’historien modèle. Hillebrand renvoie Grote à sa propre partialité politique en faveur de la démocratie athénienne.

  • 62 Voir sur Egger la notice de l’Annuaire de l’Association pour l’encouragement des Études Grecques, 1 (...)
  • 63 Voir Egger 1873.
  • 64 Voir Egger 1885.
  • 65 À propos de Cléon, Croiset 1886, 61-64, semble faire une allusion aux critiques de Grote pour les r (...)

33Enfin, dans deux articles du Journal des Savants, Émile Egger (1813-1885), titulaire de la chaire de littérature grecque de la faculté de Paris de 1855 à sa mort et membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres62, a aussi sur Thucydide une position mesurée et éloignée des débats historiques. À la différence de Girard, dont il souligne les limites de l’Essai, il fait preuve d’un sens critique aigu à l’égard des problèmes de composition et des difficultés de traduction63. Loin de se complaire dans un pur éloge, Egger, jadis proche de Villemain, relève les difficultés posées par la méthode “chronologique” de Thucydide, par le livre VIII, et par la composition des discours64. Cette vision philologique de Thucydide, moins rhétorique que celle de Girard, est assez proche de celle d’Alfred Croiset65 ; elle annonce par certains aspects ce que seront en France les études sur Thucydide au xxe siècle.

34En France, la publication de l’œuvre de Grote a donc eu une influence assez modérée sur l’image que l’on se faisait de Thucydide. Les positions de l’historien anglais ont fait l’objet d’une discussion parfois animée en raison d’un contexte politique délicat. Cette politisation de Thucydide s’inscrit dans un débat européen et constitutionnel qui opposent entre autres démocrates et aristocrates. À cet égard, les idées politiques de Grote ont pu susciter des réactions contrastées en France, comme l’a montré la charge de F. de Champagny. D’autres savants se tiennent en retrait de ce débat politique ; on peut toutefois percevoir comment la vision idéalisée de l’historien grec cède la place à une analyse critique plus scientifique du texte, peut-être grâce à Grote, mais aussi grâce à l’évolution des sciences historiques et philologiques.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

1. Sources

Académie française. Séance publique annuelle du jeudi 19 août 1858, Paris, 1858.

Annuaire de l’Association pour l’encouragement des études grecques en France, Paris, 1885.

Champagny, Fr. de (1849) : “De la Démocratie en France, par Monsieur Guizot”, Le Correspondant, 23, 21 janvier 1849, 449-460.

— (1851) : “Histoire de la Grèce, par Georges Grote Esq.”, Le Correspondant, 28, 10 Juillet 1851, 385-413.

Croiset, A. éd. (1881) : Thucydide. Morceaux choisis, Paris.

— (1886) : Thucydide. Histoire de la Guerre du Péloponnèse. I-II, Paris.

Duruy, V. (1851) : Histoire grecque, Paris.

— (1862) : Histoire de la Grèce ancienne, I-II, Paris.

— (1887-1889) : Histoire des Grecs, I-III, Paris.

Egger, E. (1873) : “Des principales et récentes traductions françaises d’Hérodote, de Thucydide et de Xénophon”, Journal des Savants, Juillet 1873, 401-413.

— (1885) : “Essai sur Thucydide, par Jules Girard”, Journal des Savants, Janvier 1885, 16-23.

Garsonnet, E. (1859) : “Des Caractères de l’historien moderne dans Thucydide”, Revue Européenne, 2, 5-28.

Girard, J. [1860] (1884) : Essai sur Thucydide, Paris.

Grote, G. [1846-1856] (1856) : History of Greece, I-XII, Londres.

— (1864-1867) : Histoire de la Grèce (Sadous tr.), I-XIX, Paris.

Hatin, E. (1866) : Bibliographie historique et critique de la presse française, Paris.

Joubert, L. (1858) : “Les nouveaux historiens de l’Antiquité”, Revue Contemporaine, 15 juillet, repris dans Joubert 1863, 1-55.

— (1863) : Essais de critique et d’histoire, Paris.

Lallier, Fr. (1852) : “Lettre à M. Ch. Lenormant, Rédacteur en chef du Correspondant, sur la suppression de l’esclavage par le christianisme”, Correspondant, 30, 25 août 1852, 577-590.

Maury, A. (1856) : “‘Histoire Grecque’ de V. Duruy”, Athenaeum, 5, Juillet 1856, 596-597.

Mérimée, Pr. (1855) : Mélanges historiques et littéraires, Paris.

Müller, K. -O. [1841] (1865) : Histoire de la Littérature grecque, tr. fr. Hillebrand, Paris.

Recueil des discours, rapports et pièces diverses, lus dans les séances publiques et particulières de l’Académie Française, 1850-1859, Deuxième partie, Paris, 1860.

Sainte-Beuve, Ch. -A. (1865) : “Histoire de la Grèce, par M. Grote”, Le Constitutionnel, Lundi 10 avril 1865, repris dans Sainte-Beuve (1867), 46-69.

— (1867), Nouveaux Lundis, t. X, Paris.

Shilleto, R. (1851) : Thucydides or Grote ?, Cambridge - Londres.

Villemain, A. -Fr. (1860) : “Rapport de M. Villemain sur les concours de l’année 1858”, in : Recueil des discours, 665-684.

2. Études

Bolgar, R. R. éd. (1979) : Classical Influences on Western Thought A. D. 1650-1870, Cambridge.

Calder, W. et S. Trzaskoma, éd. (1996) : George Grote reconsidered, Darmstadt.

Chambers, M. (1996) : “George Grote’s History of Greece”, in : Calder & Trzaskoma 1996, 1-22.

Clarke, M. L. (1962) : George Grote : A Biography, Londres.

Darbo-Peschanski, C. (2007) : L’Historia. Commencements grecs, Paris.

Demetriou, K. N. (1999) : George Grote on Plato and Athenian Democracy, Francfort.

Demetriou, K. N. éd. (2004) : Classics in the Nineteenth Century : Responses to George Grote, Bristol.

Geslot, J.-C. (2009) : Victor Duruy, historien et ministre, Lille.

Glaudes, P. (2003) : “Les duperies de l’histoire dans la Chronique du règne de Charles IX”, Revue des Sciences Humaines, 270, 105-129.

— éd. (2008) : Mérimée et le bon usage du savoir, Toulouse.

Hornblower, S. (1996) : A Commentary on Thucydides, II, Oxford.

Horvath-Peterson, S. (1984) : Victor Duruy and French Education, Baton Rouge - Londres.

Liddell, P. (2006) : “Liberty and obligations in George Grote’s Athens”, Polis, 23, 139-161.

— (2009) : “European colonialist perspectives on Athenian power : before and after the epigraphic explosion”, in : Ma 2009, 13-42.

Loraux, N. et P. Vidal-Naquet. (1979) : “La formation de l’Athènes bourgeoise : essai d’historiographie 1750-1850”, in : Bolgar 1979, repris dans Vidal-Naquet 1990, 161-210.

Ma, J., N. Papazarkadas et R. Parker, éd. (2009) : Interpreting the Athenian Empire, Londres.

Momigliano, A. (1952) : George Grote and the study of Greek history, Londres.

— [1952] (1983) : “George Grote et l’étude de l’histoire grecque” (tr. fr. d’après Momigliano A. 1952), Problèmes d’historiographie ancienne et moderne, Paris, 360-382.

Murari Pires, Fr. (2006) : “Thucydidean modernities : history between science and art”, in : Rengakos & Tsakmakis 2006, 811-837.

Payen, P. (2004) : “L’‘ombre’des Grecs”, RPh, 78, 141-154.

Pontier, P. (2007) : “Mérimée et l’interprétation du mythe”, Anabases, 5, 59-76.

— (2008) : “Mérimée et l’histoire de la Grèce : critique de George Grote”, in : Glaudes 2008, 21-37.

Rengakos, A. et A. Tsakmakis, éd. (2006) : Brill’s Companion to Thucydides, Leyde - Boston.

Roberts, J. T. (1994) : Athens on Trial. The antidemocratic tradition in Western thought, Princeton.

Turner, F. M. (1981) : The Greek heritage in Victorian Britain, New Haven - Londres.

Vidal-Naquet, P. (1990) : La démocratie grecque vue d’ailleurs, Paris.

Whedbee, K. E. (2004) : “Reclaiming rhetorical democracy : George Grote’s defense of Cleon and the Athenian demagogues”, RSQ, 34, 71-95.

Notes

1 Voir surtout Momigliano [1952] (1983) ; Roberts 1994, 237-255 ; Whedbee 2004.

2 Clarke 1962, 18-30. Voir aussi, sur le rôle de Grote dans la vie culturelle de son temps, Turner 1981, 212-234 (et 86), et sur sa vision d’Athènes et de la ligue de Délos, Liddell 2009, 17-20.

3 Grote qualifie Thucydide d’“an observer rather less than impartial” (1856, VIII, 122 = Grote 1864-1867, XI, 163). Ce qualificatif est un élément de rupture important ; Roberts 1994 rappelle à quel point la réputation d’impartialité de Thucydide est restée constante depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours : “the reputation of Thucydides remains untarnished, and his judgments about the Athenian assembly retain their authority” (p. 297-298). Voir aussi Murari Pires 2006, 828-829.

4 Sur la réception de Grote, voir Chambers 1996, 19-22 ; Demetriou 1999, 245-267, en particulier 248-250 ; Demetriou 2004.

5 Shilleto 1851.

6 Voir Duruy 1851 : “À l’histoire maintenant arriérée de Gillies, écrite à la façon du xviiie siècle, succède celle de Mitford, qui n’est qu’un long pamphlet monarchique ; à Mitford, l’évêque Thirlwall, d’un esprit bien plus impartial et libre, et aux huit volumes de M. Thirlwall, les dix ou douze de M. Grote” (p. II) ; et surtout : “Quoiqu’il en ait paru huit volumes de six à sept cents pages chacun, le dernier n’arrive qu’à la fin de la guerre du Péloponnèse. C’est un ouvrage remarquable par l’érudition étendue de l’auteur, et par l’indépendance de ses appréciations. Nous ne partageons pas toujours les opinions de M. Grote, mais nous nous plaisons à reconnaître tout ce que nous lui devons, ainsi qu’à M. Thirlwall. Ils nous ont donné le courage de dire bien des choses que nous n’aurions pas osé soutenir contre les préjugés régnants, si nous n’avions retrouvé beaucoup de nos impressions dans leurs livres” (p. II n. 2). Le jugement de Duruy est contemporain du pamphlet de Shilleto.

7 Sainte-Beuve 1867.

8 Ces comptes rendus publiés entre 1847 et 1854 ont été repris dans Mérimée 1855.

9 Mérimée 1855, 182.

10 Voir Pontier 2007, 73-75 surtout.

11 Mérimée 1855, 185.

12 Voir Demetriou 1999, 103.

13 Mérimée 1855, 168.

14 Voir sur ce point Mérimée 1855, 163 et Glaudes 2003, “Petit précis d’historiographie” (p. 117-122). Mérimée adapte à ses fins une vision de l’histoire bien connue qui est aussi ancienne que l’histoire elle-même, voir Darbo-Peschanski 2007, 39-62.

15 Mérimée 1855, 169-171 ; Grote 1856, VI, 665-668 = Grote 1864-1867, IX, 235-247.

16 Mérimée 1855, 184.

17 Voir Grote 1856, VI, 43-63 (= Grote 1864-1867, VIII, 42-58) : “The allies had little practically to complain of.” (p. 63).

18 Cf. Thc. 2.41.

19 Mérimée 1855, 178.

20 Mérimée 1855, 175 ; Grote 1864-1867, VIII, 178. Sur la conception qu’a Grote de la liberté individuelle au sein de la démocratie athénienne, voir Liddell 2006.

21 Mérimée 1855, 172. Sur l’influence de la Révolution de 1848 sur Mérimée et sur ses comptes rendus de Grote, voir Pontier 2008, 24-27.

22 L’article de Mérimée est publié dans la Revue des Deux-Mondes le 1er juin 1849, l’essai de Shilleto en 1851.

23 Voir Hatin 1866, 418. Au moment où le Correspondant publie l’article de Champagny, Charles Lenormant est rédacteur en chef du journal. Or ce dernier entretient des liens étroits avec Mérimée, en dépit de leurs divergences religieuses. Nous sommes par conséquent porté à croire que Champagny ne pouvait ignorer la série d’articles de Mérimée publiés dans la Revue des Deux-Mondes (voir aussi note 26).

24 Champagny 1851.

25 Champagny 1851, 387 n. 1, ne cite qu’un seul passage de Grote issu de la fin du tome VIII.

26 Par cette formulation ambiguë, Champagny pourrait faire allusion à Mérimée.

27 Gustav von Struve et Heintze ont participé à divers mouvements révolutionnaires en Europe centrale en 1848, l’un à Karlsruhe, l’autre à Prague.

28 Champagny 1851, 386.

29 Champagny 1851, 388.

30 Champagny 1851, 389.

31 Thc. 2.65.9 :’Eγγνετó τε λóγ µν δηµοκρατα, ργ δπò το πρώτουνδρòζρχή ; “sous le nom de démocratie, c’était en fait le premier citoyen qui gouvernait”, tr. J. de Romilly (CUF) ; Champagny ne reprend aucune des traductions alors en cours (Levesque, Gail et Didot).

32 Champagny 1849, 452.

33 Champagny 1851, 403.

34 Ces pages 407-408 de l’article de Champagny (1851) susciteront l’approbation enthousiaste d’un lecteur du Correspondant, voir Lallier 1852, 578.

35 Voir Momigliano [1952] (1983), 373 n. 3 ; Loraux et Vidal-Naquet [1979] (1990), 204-210 sur Duruy. Cet article sous-estime l’influence de Grote sur la première édition de l’Histoire Grecque : “la seconde édition paraîtra en 1862, avec de substantielles additions et des corrections significatives : de 1851 à 1862, Duruy a lu Grote et l’Empire s’est installé” (380 n. 229). En réalité, Duruy a déjà lu et utilisé l’essentiel de l’œuvre de Grote dans la première édition (voir n. 6) ; les additions de l’édition en deux volumes de 1862 qui porte le nouveau titre d’Histoire de la Grèce ancienne ne sont pas le fruit de la lecture de Grote ; toutes les allusions à l’historien anglais, à l’exception de la note 1 de l’Avertissement (p. II) et de la note 1 p. 173 (tome II) qui n’introduit aucune modification dans le texte de Duruy, figurent déjà dans la première édition. La troisième édition augmentée et illustrée qui s’intitule Histoire des Grecs (1887-1889) intègre d’autres lectures de travaux plus récents et comprend de nouveaux chapitres ou développements, entre autres sur les arts et hommes de lettres que Duruy juge importants (voir par exemple sur Thucydide, II, 322-326). Voir aussi sur Duruy et la construction historiographique de l’“Athènes bourgeoise”, Payen 2004, 145 n. 8.

36 Duruy 1862, “Préface de la première édition”, IX. En réalité, Duruy réécrit cette préface, cf. Duruy 1851, X. L’ajout (significatif !) est en italique.

37 Duruy 1862, I, XII.

38 Voir l’hostilité récurrente à l’égard de Duruy du Journal Général de l’Instruction Publique, 1851, 557-560 (Nisard) et 1853, 190 ; voir Loraux et Vidal-Naquet [1979] (1990), 205-206 ; Horvath-Peterson 1984, 12 ; Geslot 2009, 124-126.

39 Maury 1856.

40 Voir Grote 1856, VI, 8-9 n. 1 (=Grote 1864-1867, VIII, 10-11 n. 1) et le résumé fidèle de Duruy 1862, I, 446 n. 1 : “Boeckh, Shoemann et Hermann soutiennent, malgré le silence de Thucydide, que le tribut des alliés fut doublé quelques années après le commencement de la Guerre du Péloponnèse. Grote le nie. [...]”.

41 Duruy 1862, II, 89-90 n. 1 : “L’Empire d’Athènes n’était donc impopulaire qu’auprès d’une faction, et non dans la masse générale des alliés. Je l’ai dit déjà vingt fois, mais je ne puis trop le répéter, l’assertion contraire étant jusqu’à présent presque partout admise, si ce n’est dans les deux ouvrages de MM. Thirlwall et Grote. [...]”. Voir Grote 1856, VI, 553 (= Grote 1864-1867, IX, 147 : “les mouvements contre [Athènes] provenaient de minorités de parti, du même caractère que ce parti plataéen qui introduisit les assaillants thébains dans Platée, au commencement de la guerre du Péloponnèse”).

42 Duruy 1862, I, 452 n. 2.

43 Duruy 1862, II, 88, allusion probable à Thc. 8.1.4.

44 Duruy 1862, II, 65 n. 1 ; Grote 1856, VII, 150-151 n. 1 (= Grote 1864-1867, X, 58-59 n. 1).

45 Duruy 1862, II, 64 n. 1 ; cette note a été remaniée dans l’ultime refonte et la sentence assertive modifiée sous forme de question : “Ce qui est vieux comme le monde, c’est la force ; ce qui se dégage lentement, c’est le droit : faut-il croire que son règne ne viendra pas ?” (1887-1889, II, 518)

46 Duruy 1862, II, 5, 29.

47 Duruy 1862, II, 32-33.

48 Duruy 1862, II, 43 : “Bornons-nous à remarquer que, si tout l’honneur de cette affaire revient réellement à Démosthène, Cléon y apporta une énergie qui ne fut pas inutile ; qu’il ne paraît pas, même dans le récit de Thucydide, s’être mal comporté comme soldat ou capitaine [...]”.

49 Voir Thc. 5.10.9 ; Diod. 12.74.2. Duruy 1862, II, 49, avoue curieusement sa préférence pour la version de Diodore de Sicile que Grote rejette pourtant clairement (Grote 1856, VI, 646 n. 1 = Grote 1864-1867, IV, 228 n. 1), admettant la fuite de Cléon. De nos jours, les historiens préfèrent en général la version de Thucydide, voir Hornblower 1996, 448.

50 Duruy 1887-1889, I, 467 : dans un ajout, évoquant les événements de Corcyre (Thc. 3.82-83), il dénonce en effet une “démagogie tracassière, ombrageuse et féroce, qui envahira tout, délibérant pour le Sénat, exécutant pour les magistrats, et qui, oublieuse des aïeux, renversera l’autel qu’ils avaient élevé à la Pitié. Son guide politique sera Cléon, le corroyeur, qui fera massacrer tout un peuple [...]”.

51 Duruy 1862, II, 100 n. 1.

52 Voir Joubert 1863, 39.

53 Voir Egger 1885, 17 ; et Villemain 1860, 677 : “L’intérêt des fortes études classiques, le recours au génie sévère de l’antiquité contre les influences du matérialisme et du faux goût, avaient dicté notre choix”.

54 Voir Académie Française 1858, 26.

55 Girard [1860] (1884).

56 Girard [1860] (1884), 5 et 239 : “C’est donc la pensée qui conduit et qui gouverne le style de Thucydide : elle l’assimile presque à sa nature et lui fait rendre presque aussitôt toutes les idées qu’elle lui confie”.

57 Thc. 8.97.2.

58 Girard [1860] (1884), 281.

59 Girard [1860] (1884), 45.

60 Parmi les historiens modernes, Garsonnet 1859, mentionne seulement Thiers et Guizot, “deux talents si élevés”, qui “ont trouvé d’avance dans Thucydide leur élève et leur maître” (p. 7).

61 Müller [1841] (1865), I, 553.

62 Voir sur Egger la notice de l’Annuaire de l’Association pour l’encouragement des Études Grecques, 1885, 289-343.

63 Voir Egger 1873.

64 Voir Egger 1885.

65 À propos de Cléon, Croiset 1886, 61-64, semble faire une allusion aux critiques de Grote pour les réfuter. En revanche, dans un recueil scolaire, il mentionne les éloges de Grote, “le savant historien de la Grèce”, à l’égard de son prédécesseur grec (Croiset 1881, XXXII).

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540