Version classiqueVersion mobile

Ombres de Thucydide

 | 
Valérie Fromentin
, 
Sophie Gotteland
, 
Pascal Payen

Deuxième partie. L’Athènes de Thucydide : enjeux du présent et construction d’un modèle

Thucydide et Rollin : émergence du paradigme athénien au xviiie siècle

Pascal Payen

Texte intégral

  • 1 Le déclin de l’histoire ancienne et de la connaissance de l’Antiquité se manifeste par l’absence pr (...)
  • 2 C’est pourquoi chez C. Desmoulins, l’éloge d’Athènes passe d’abord par une critique de Sparte : cf. (...)
  • 3 Cf. Mossé 1989, 89, 97, 155 et passim. Voltaire publie en 1729 une tragédie, Brutus, représentée à (...)

1La plupart des hommes des Lumières et, à leur suite, des orateurs de la Révolution française, auraient pu faire leur l’aveu de Camille Desmoulins qui, en 1789, “se désespérait de ne pas être né grec ou romain”. Cet enthousiasme cache néanmoins, à l’exception de quelques individus, une connaissance superficielle de l’Antiquité, en particulier dans le domaine grec1. Les modèles, politiques notamment, y sont empruntés à Rome – à la Rome républicaine – plus qu’aux Grecs, et, parmi ces derniers, à Lacédémone bien plus qu’à Athènes2. La Révolution, on le sait, est avant tout romaine et spartiate. Il suffirait, pour s’en convaincre, de rappeler la faveur exceptionnelle dont jouissent les deux Brutus, souvent confondus dans le même personnage, sous les traits enviés du fondateur, du législateur ou du tyrannicide3, ou le mot célèbre de Robespierre, dans son rapport du 18 floréal an II (7 mai 1794) : “Les siècles et la terre sont le partage du crime et de la tyrannie ; la liberté et la vertu se sont à peine reposées un instant sur quelques points du globe. Sparte brille comme un éclair dans des ténèbres immenses”.

  • 4 Surprenantes, car largement favorables à Athènes et hostiles à Sparte. Cf. Mossé 2007.
  • 5 L’Antiquité grecque fournit à Rousseau le cadre – “je me supposerai dans le Lycée d’Athènes” – qui (...)
  • 6 Cf. toutefois Grell 1993, 138-139 ; Grell 1995, 285-301, 429-433, 794-826, 1000-1016, et Ampolo 199 (...)

2Ces lignes de force appellent toutefois, de la part de l’historien, des nuances pour apprécier plus justement ce que furent l’importance et la signification de l’héritage grec. Fut-il en particulier si exclusivement lacédémonien ? Parmi les partisans d’Athènes, Camille Desmoulins n’est pas tout à fait isolé. Il faut compter avec lui les physiocrates, Turgot, Condorcet, Diderot, traducteur, en 1743, de l’œuvre de Temple Stanyan, The Grecian History (1707-1739), ou les surprenantes Recherches philosophiques sur les Grecs publiées à Berlin, en 1787, puis à Paris, en 1788, par le protestant Cornelius De Pauw4. Ensuite, peut-on affirmer à la fois que les hommes de la Révolution sont presque exclusivement laconophiles et qu’ils doivent l’essentiel de leur culture antique à la lecture des Vies parallèles de Plutarque ? Qu’advient-il alors, dans leur réflexion, des sept Vies consacrées à des Athéniens, de Solon à Nicias, sans compter le mythique fondateur Thésée ? On soulignera encore que les Modernes qui ont contribué à forger les connaissances et la réflexion sur l’Antiquité – Montesquieu, Rousseau, Mably – n’offrent pas une doctrine univoque ou bien ne prétendent nullement faire œuvre d’historien, à l’image de Rousseau dans le Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes5. À l’inverse, le corpus d’Histoires anciennes qui prend forme à partir de Rollin et du second quart du xviiie siècle est resté longtemps négligé6, alors qu’il constitue le fonds de la culture partagée par les hommes des Lumières.

  • 7 Le volume II de Temple Stanyan, The Grecian History paraît en 1739. Cf. Roberts 1994, 158-161.
  • 8 Rollin, Histoire ancienne [1731-1738] (1821-1825). Les deux premiers volumes, parus en 1730, sont d (...)
  • 9 Rollin Traité des études [1726-1728] (1819), vol. I, 58.
  • 10 Rollin, Histoire ancienne, Préface, vol. I, 41, 42.
  • 11 La Querelle des Anciens et des Modernes 2001.
  • 12 Rollin, Histoire ancienne, Préface, vol. I, 41.
  • 13 Rollin, Histoire ancienne, Préface, vol. I, 23.
  • 14 Voltaire, Œuvres historiques, notamment, 48.
  • 15 Rollin, Histoire ancienne, Préface, vol. I, 24.
  • 16 Rollin, Histoire ancienne, Préface, vol. I : l’histoire profane “annonce partout la grandeur de Die (...)
  • 17 Voltaire, article “Éloquence”, Encyclopédie : l’éloquence de l’histoire réside “dans les réflexions (...)
  • 18 Rollin, “Avertissements de l’auteur”, tous réunis par Letronne, dans l’édition de 1821-1825, au vol (...)
  • 19 Rollin, Histoire ancienne, Préface, vol. I : “je déclare que je ne me fais point un scrupule ni une (...)
  • 20 Payen 2007.

3Dès la parution de son œuvre, tel est le rôle qu’occupe Charles Rollin (1661-1741), le premier en Europe à publier, entre 1730 et 17387, vers la fin de sa vie, une œuvre historique de grande ampleur, en treize volumes, sous le titre : Histoire ancienne des Égyptiens, des Carthaginois, des Assyriens, des Babyloniens, des Mèdes et des Perses, des Macédoniens et des Grecs8. Il précise, dans le Traité des études, paru entre 1726 et 1728, qu’il faut entendre par cette énumération “toute l’histoire ancienne distinguée de celle de Rome”9. La véritable audace de cette entreprise tient au fait que, pour la première fois, ait été conçu le projet d’écrire “une histoire suivie de l’Antiquité”10, avant tout à partir des historiens grecs, alors que Rollin travaille dans un contexte doublement défavorable aux Grecs. Le premier contexte, large, est celui de la longue crise qui touche la culture humaniste et l’apprentissage du grec en France, dès la fin du xvie siècle. Le second, dans les années 1720, est lié à l’illustre Querelle : les Modernes l’emportent sur les Anciens auprès desquels se sont rangés les érudits11 ; or ceux-ci étaient les seuls à s’occuper des Grecs ; ce fait contribue au discrédit des Grecs, par rapport auxquels les Romains étaient jugés, eux, “modernes”. Et pourtant c’est chez les historiens de langue grecque que Rollin puise “ce qui [lui] paraîtra de plus intéressant pour les faits et de plus instructif pour les réflexions”12. Par là, Rollin introduit une mutation dans la conception et l’écriture de l’histoire. Loin de s’en tenir encore, comme le Père Rapin dans La Comparaison de Thucydide et de Tite-Live (1681), à “l’examen de l’élocution”, c’est-à-dire à des questions stylistiques et littéraires, loin de se contenter de ce qu’il nomme d’emblée “la stérile connaissance des faits de l’Antiquité” et “la sombre recherche des dates et des années où chaque événement s’est passé”13 – ce que Voltaire fera semblant de ne pas voir dans ses Remarques sur l’histoire et ses Nouvelles considérations sur l’histoire14, pour mieux s’en prendre à ce rival dont l’épistémologie, en matière d’historiographie, est parfois très proche de la sienne –, Rollin fait porter l’essentiel sur les “réflexions”. Par là, il entend la recherche des causes et de l’enchaînement des événements. Ainsi apprend-on grâce à l’histoire “comment les sciences et les arts ont été inventés, cultivés, perfectionnés […], leur origine et leur progrès”15. Bien que le cadre de pensée soit celui du providentialisme hérité de Bossuet16, on comprend que même Voltaire ait redouté un tel esprit, éclectique et érudit, que n’effrayaient pas même les prémices de l’histoire philosophique. La polémique a dû porter précisément sur le terme de “réflexion”, que Voltaire semble avoir tenté de s’approprier17 et que Rollin prend soin de justifier, de préciser dans les “Avertissements” au quatrième et au treizième volume18. Or dans l’Histoire ancienne, ce sont les historiens grecs qui se trouvent associés à cette nouvelle méthode, attentive au “fond” de l’histoire. Rollin recourt à ce corpus de façon ostensible : de ces auteurs, qu’il “cite”, “pille“, “compile”19, il donne une liste à deux reprises ; et il les érige en autorités20, multipliant les commentaires, les notes et les citations du texte grec.

  • 21 Grell 1993, 137.
  • 22 Momigliano 1992, 57.
  • 23 Vidal-Naquet 1990, 230.
  • 24 Le xviiie siècle n’est pas monolithique. L’expression “les hommes de la Révolution” désigne, par co (...)
  • 25 C’est aussi le moment de Montesquieu, bien étudié, lui, notamment pour ce qui concerne Polybe. Cf. (...)
  • 26 Loraux et Vidal-Naquet [1979] (1990).

4Ces données conduisent à formuler deux problèmes principaux. Lorsque le récit historique aborde le ve siècle, quelle place occupe Thucydide dans l’analyse, face au prestige des Vies de Plutarque ? Est-il assuré qu’il fut “la grande victime des Lumières”21, “qu’un climat général d’opinion [qui lui soit] clairement favorable […] ne se dessine pas avant la seconde partie du xviiie siècle”22, ou que “Thucydide [fut] un auteur fort ignoré de la génération de 1789 au bénéfice de Plutarque”23. Le problème mérite d’être abordé à partir d’une chronologie plus fine de la réception de Thucydide24, notamment pour les deux décennies qui se situent après la Querelle et avant Rousseau : entre Rome et Sparte, avec le temps de Rollin25. Le second problème concerne la nature de l’expérience et de l’histoire d’Athènes que privilégie Rollin, à partir de Thucydide et des autres sources qu’il prend en compte, avant tout Plutarque et Diodore de Sicile. Face à la Rome républicaine des premiers siècles, patrie des armes et de la vertu, face à Sparte, modèle de participation et de liberté politiques, que peut faire valoir l’histoire athénienne ? Rollin pose-t-il les prémisses d’une Athènes cité des arts et du commerce, cité de la liberté d’entreprendre, qui triomphera dans l’historiographie du xixe siècle, notamment en Angleterre et en France26 ? Il n’est assurément pas le seul à réfléchir à ces problèmes. Jean-François Melon, secrétaire de John Law, publie en 1734, au moment où paraissent les volumes de l’Histoire ancienne, un Essai politique sur le commerce très remarqué. Un tel contexte fournit bien des raisons pour examiner de près l’œuvre historique de Rollin sur la Grèce ancienne.

5Pour apporter quelques éléments de réponse, trois questions serviront de repères, brèves dans leur formulation et toutes rapportées à l’Histoire ancienne de Rollin. Quels contextes ? Quel Thucydide ? Quelle Athènes ?

Contextes et aléas de l’oubli de Thucydide à la fin du xviie et au début du xviiie siècle

  • 27 Rollin, Traité des études, vol. III, “Avertissement”, 1-6.
  • 28 Les livres 5 à 29 sont consacrés à l’histoire des Grecs. Cf. annexe 1.
  • 29 Morineau 1988, 427-431 pour Thucydide.
  • 30 Cf. annexes 2.

6Parmi les réformes que Rollin préconise dans son Traité des études, figure la nécessité d’un enseignement plein de l’histoire27. En l’absence de tout manuel d’étude pour l’histoire grecque, il se met aussitôt à la tâche et publie en quelques années treize volumes réunissant les vingt-neuf livres de l’Histoire ancienne28. Mais le contexte dans lequel il travaille est, en France, celui d’un oubli des historiens grecs. Aucun d’entre eux ne fait l’objet d’une édition en grec entre 1670 et 173029. Plus encore, la Guerre du Péloponnèse ne bénéficie d’aucune traduction entre la “belle infidèle” de Nicolas Perrot d’Ablancourt, en 1662, réimprimée en 1714, et la version de Pierre-Charles Lévesque, en 1795. La dernière édition du texte grec, accompagnée de la traduction latine de Lorenzo Valla, est celle que publie Henri Estienne, en 1564, et qu’utilise Rollin, dans une réimpression de 158830.

  • 31 Nous connaissons au moins quatre auteurs qui ont choisi de poursuivre la “chaîne” des historiens en (...)
  • 32 Marcellin., Vit. Thuc., 29, avec les analyses de Canfora 2008, 257-258.
  • 33 Denys d’Halicarnasse est très critique à l’égard de Thucydide, dont il condamne le style obscur (Su (...)
  • 34 Cic., de Orat., 56-57 ; Orat., 30, 32.
  • 35 Thucydide est le modèle constant de Lucien dans Comment il faut écrire l’histoire ; cf. § 39, 42-43 (...)
  • 36 Phot., Bibl., 60, 19 b 18-20.
  • 37 Cf. annexe 1.
  • 38 Burke 1966 ; Momigliano 1992, 56-60 ; Grell 1995, 287-301.
  • 39 Margolin 2007, 296-297 ; Saladin 2000, 343-347.
  • 40 Margolin 2007, 541.
  • 41 Burke 1966, 137-138 ; Grell 1995, 298.
  • 42 Édition et traduction de B. Boudou dans Mars et les Muses dans l’Apologie pour Hérodote d’Henri Est (...)

7Pourtant, dans la tradition ancienne, grecque et latine, à partir de Xénophon, Thucydide est considéré comme le modèle de l’“histoire véritable”. Le nombre de ses continuateurs, directs ou indirects31, l’atteste, de même que les analyses que lui consacrent les théoriciens anciens de l’histoire : Praxiphane, un élève de Théophraste, auteur comme son maître d’un Peri historias32, Denys d’Halicarnasse33, Cicéron34, Lucien35. Ce modèle domine encore toute l’historiographie byzantine. Le patriarche Photios, au ixe siècle, ne lui consacre pas un chapitre ou une notice de sa Bibliothèque, mais c’est à travers les catégories de la tradition thucydidéenne – “recherche de la vérité”, souci de l’“exactitude”, unité d’un récit sans “digressions” – qu’il analyse l’œuvre d’Hérodote36 et celle des autres historiens, païens et chrétiens. Au xve siècle, Thucydide bénéficie du même mouvement, sinon de redécouverte – car l’oubli n’avait pas été complet, même en Occident –, du moins de meilleure connaissance et de plus large diffusion des historiens anciens. La courbe des éditions et traductions de son œuvre37 est parallèle à celle d’Hérodote ou de Polybe jusqu’à la fin du xvie siècle38. En témoigne le cardinal et théologien humaniste Jérôme Aléandre (1480-1542) qui, en provenance de Venise et Padoue, laisse à Blois, où il séjourne en 1514, un coffre de livres contenant notamment un Thucydide grec relié avec un Xénophon39. Étienne Dolet (1509-1546) prône l’idée que la langue est le principal vecteur d’“éloquence”, de culture, et, parmi les Grecs, il retient Thucydide, aux côtés de Démosthène, Aristote, Platon, Hérodote et Homère40. Mais déjà s’amorce le mouvement de crise de la culture humaniste, dont le point de départ fut peut-être la condamnation du grec comme “langue de l’hérésie” par le Concile de Trente (1545-1563) ; l’Index librorum prohibitorum, proclamé par Rome, en 1557, asphyxie l’imprimerie grecque. Il s’ensuit un oubli rapide des auteurs qui écrivent dans une langue de moins en moins enseignée. Parmi les historiens, les latins – Salluste, Valère-Maxime, César, Quinte-Curce – jouissent d’une faveur incontestée et durable, jusqu’à la Révolution, et Flavius Josèphe, le premier des Grecs, n’arrive, pour le nombre des éditions et traductions, qu’en onzième position, tandis que Thucydide se situe encore après Plutarque, Xénophon (pour la Cyropédie) et Hérodote, juste devant Polybe41. Certes il jouit encore d’une grande faveur dans la seconde moitié du xvie siècle auprès de ceux qui poursuivent la tradition de l’humanisme. Henri Estienne le considère comme une “source” et un modèle pour l’action et pour l’écriture de l’histoire, dans son Apologia pro Herodoto (1566)42. Louis le Roy le range parmi les plus “éminents” historiens avec Hérodote, Polybe, Salluste, Tite-Live, Tacite, dans son traité De la vicissitude ou variété des choses en l’univers (1576). Casaubon traduit en latin la Vie de Thucydide de Marcellinos. Beaucoup plus révélatrice d’une culture partagée est l’absence de Thucydide, et de tout historien grec, dans les statuts des Collegia de la Faculté des arts de Paris, promulgués en 1598.

8La crise de la culture humaniste et le déclin de l’érudition philologique en France n’expliquent cependant pas seuls l’oubli dont Thucydide est l’objet. Il existe, pour la période qui suit et qui s’étend du milieu du xviie siècle jusqu’à la décennie 1780, trois obstacles durables à la lecture et à la compréhension de son œuvre.

  • 43 Cic., de Orat., II, 36.
  • 44 Perrot d’Ablancourt [1662a] (1972), 191.
  • 45 Perrot d’Ablancourt, [1662b] (1972), 197-198.

9Le premier est la permanence de l’histoire humaniste, d’inspiration cicéronienne. Sur le plan esthétique, l’histoire est considérée comme un genre rhétorique, aussi bien dans la conduite du récit que dans la recherche d’un style qui adopte les canons de la mesure attique. Sur le plan moral, l’histoire humaniste doit servir à l’instruction et à l’édification des lecteurs : elle est magistra vitae, selon la formule célèbre du De oratore, et pourvoyeuse d’exempla, nuntia vetustatis43. Ce modèle est largement présent chez Perrot d’Ablancourt, pour qui Thucydide est à la fois maître de vertu44 et maître d’éloquence45. Il constitue aussi un des cadres de la réflexion de Rollin sur l’histoire, tout au long de la préface générale de l’Histoire ancienne, et figurait déjà dans le Traité des études, notamment dans un passage théorique important : l’Avant-propos au livre 5, intitulé “De l’utilité de l’histoire” :

  • 46 Historia testis temporum, lux veritatis, vita memoriae, magistra vitae, nuntia vetustatis. Cic. Lib (...)
  • 47 Rollin, Traité des études, tome III, livre 5 : De l’Histoire, avant-propos : “De l’utilité de l’his (...)

Ce n’est pas sans raison que l’Histoire a toujours été regardée comme la lumière des temps46, la dépositaire des événements, le témoin fidèle de la vérité, la source des bons conseils et de la prudence, la règle de la conduite et des mœurs. Sans elle, renfermés dans les bornes du siècle et du pays où nous vivons, resserrés dans le cercle étroit de nos connaissances particulières et de nos propres réflexions, nous demeurons toujours dans une espèce d’enfance, qui nous laisse étrangers à l’égard du reste de l’univers, et dans une profonde ignorance de tout ce qui nous a précédés, et de tout ce qui nous environne. Qu’est ce que ce petit nombre d’années qui compose la vie la plus longue ? […] Cependant c’est à ce point imperceptible que se bornent nos connaissances, si nous n’appelons à notre secours l’étude de l’histoire, qui nous ouvre tous les siècles et tous les pays ; qui nous fait entrer en commerce avec tout ce qu’il y a de grands hommes dans l’Antiquité ; qui nous met sous les yeux toutes leurs actions, toutes leurs entreprises, toutes leurs vertus, tous leurs défauts ; et qui, par les sages réflexions qu’elle nous fournit, ou qu’elle nous donne lieu de faire, nous procure en peu de temps une prudence anticipée, fort supérieure aux leçons des plus habiles maîtres […]
On peut dire que l’Histoire est l’école commune du genre humain47.

  • 48 Rapin, La Comparaison de Thucydide et de Tite-Live, 224. Sur les aspects psychologiques et moraux q (...)
  • 49 Thc. 1.22.4.
  • 50 Thc. 1.1.2 ; 1.22.4.

10Dans le cadre conceptuel de l’histoire humaniste, le rapport à la vérité, dans l’ordre de la connaissance, et la réflexion politique de Thucydide sont évalués en termes moraux, et non appréhendés en fonction de la critique historique. Le Père Rapin, dans sa Comparaison de Thucydide et de Tite-Live (1681), témoigne lui aussi de la force de ce topos pour la réflexion historiographique : “c’est par une morale si pure que Thucydide a établi la réputation de sa sincérité dans tous les siècles suivants et qu’il a mérité la créance de tous les peuples”48. Or c’est à ce titre seulement qu’il peut devenir une référence en matière politique : “Je soutiens […] qu’on ne trouvera pas ailleurs la raison mise en œuvre, par toutes les maximes les plus sages du gouvernement, mieux que dans son histoire”. Une telle conception, qui subordonne les plans du politique et de la connaissance à la morale ne coïncide en rien avec la réflexion de l’historien : l’“acquis pour toujours”, le ktèma es aiei49 qu’il construit dans et par son œuvre n’est pas d’ordre moral ; il ressortit à la connaissance “claire” (to saphes skopein) que le lecteur acquiert du passé. Et de celui-ci il pourra se servir “utilement” pour “trouver” (heureîn), c’est-à-dire “comprendre” les événements à venir (tôn mellontôn)50. Thucydide fournit non point des modèles ou des repères moraux, mais des outils intellectuels pour comprendre la nature humaine, lorsque l’action politique conduit à la guerre.

  • 51 Rousseau 1750, 12 : “O Sparte ! opprobre éternel d’une vaine doctrine ! Tandis que les vices condui (...)
  • 52 Mably 1763 : “Cet homme divin [Lycurgue] mit [les Spartiates] sur la route du bonheur. Son opératio (...)
  • 53 Jaucourt 1765, 152 : “Il semble que la nature n’ait jamais produit des hommes qu’à Lacédémone”.
  • 54 Turpin 1776, 674 : après les victoires de Guerres médiques “les Athéniens, séduits par leurs prospé (...)

11Le deuxième obstacle à la lecture de Thucydide tient à la question des modèles politiques. Le contexte de la seconde moitié du xviie siècle conduit à placer l’État romain en parallèle avec les monarchies modernes, plus aisément que le régime des cités grecques. Et, à l’intérieur du monde grec, de plus en plus mal connu, c’est la Sparte de Lycurgue, dont les préceptes tels que la soumission de tous à la loi ont valeur intemporelle et s’inscrivent dans une critique de l’absolutisme, notamment chez Fénelon. Avant Rollin, l’Athènes de Thucydide n’intéresse pas les historiens ou les penseurs du politique, et après lui, Sparte aura des admirateurs aussi influents que Rousseau, Mably et Jaucourt. Dans le Discours sur les sciences et les arts (1750), Lacédémone est le paradigme des peuples qui ont su échapper à la dépravation causée par les sciences et les arts51. Le grand homme de Mably, l’Athénien Phocion – dont les Entretiens, sont publiés en 1763 – doit prendre exemple sur Lycurgue pour dégager les principes de la politique52. Jaucourt rédige le long article “Lacédémone” de l’Encyclopédie, qui reprend tous les traits du mythe, tel que l’a forgé Rousseau53, alors qu’Athènes n’a droit qu’à un article très critique, rédigé tardivement par Turpin, dans le Supplément de 1776, où la cité de Thucydide sert d’anti-modèle à la Sparte de Lycurgue54.

  • 55 La traduction des Vies parallèles des hommes illustres remonte à 1559.

12Le troisième obstacle qui éloigne Thucydide d’un public vient de la connaissance que l’on a des deux cités. Sparte, à travers la Vie de Lycurgue de Plutarque, traduite par André Dacier en 1721, dans une langue plus accessible que celle d’Amyot55, apparaît comme un modèle mythique, appartenant à une Antiquité imaginaire. Par différence, l’image d’Athènes que trace Thucydide est trop historique, trop inscrite dans les aléas du temps, trop complexe : suivant la ligne d’un progrès dans l’“Archéologie” ; puissante et expansionniste dans la “Pentékontaétie” ; tantôt victorieuse, tantôt vaincue pendant la guerre ; tiraillée entre des lignes politiques peu conciliables, incarnées par Périclès, Cléon, Nicias, Alcibiade. Dès lors mieux vaut renoncer à Thucydide, et, si l’on veut réfléchir à partir d’Athènes, se tourner, comme Mably, vers la Vie de Phocion.

13À côté d’une Sparte si intemporelle qu’elle peut être dépourvue de repères historiques et n’être plus qu’une hypothèse pour la réflexion, comme chez Rousseau, Athènes est donc disponible pour une analyse historique dont les phases permettent de reconstituer quelques-unes des étapes de la réception et de la réapparition de Thucydide au xviiie siècle. La première d’entre elles se trouve dans l’Histoire ancienne de Rollin.

L’“histoire véritable” de Thucydide dans l’Histoire ancienne de Rollin

  • 56 L’exposé chronologique de l’histoire grecque s’étend de l’année 2184 a. C. (fondation du petit roya (...)
  • 57 Rollin, Histoire ancienne, tome vol. 9, livre 27, 209-253.
  • 58 Rollin, Histoire ancienne, tome 9, livre 27, 217.
  • 59 Thc. 1.20.3 ; 21.1 ; 22.1 ; Cic., De or., II, 36 ; Luc., H. conscr., 42 ; Rollin, Traité des études (...)

14Dans le vaste ensemble que constitue l’Histoire ancienne56, Thucydide est présent en trois lieux. Il figure tout d’abord dans les deux listes qui encadrent l’œuvre : l’une, entre la “Préface” générale et l’“Avant-propos”, énumère les “principaux auteurs grecs cités dans le texte de l’Histoire ancienne”, avec, pour chacun d’eux, l’édition de travail de Rollin : Thucydide y occupe la deuxième place après Hérodote ; l’autre liste est celle des vingt notices formant la section intitulée “Des historiens grecs”, du livre 27 : Thucydide y possède sa propre notice, après Hérodote, qu’il retrouve dans une rubrique spéciale appelée “Comparaison d’Hérodote et de Thucydide”. C’est dans cette section d’une cinquantaine de pages57 – où Rollin marque une faveur particulière pour Polybe et Plutarque – qu’il examine l’apport des historiens grecs sur le fond de l’histoire et non plus (ou plus seulement) pour des raisons littéraires. À l’encontre de Denys d’Halicarnasse, il réévalue Thucydide pour “avoir sacrifié la gloire de sa patrie à l’amour de la vérité”, qui “est certainement la première et la plus essentielle qualité de l’historien”58, selon la tradition de l’“histoire véritable” qui conduit de Thucydide lui-même à Cicéron et Lucien, et dont s’emparent Rollin aussi bien que Voltaire59. Thucydide est ensuite présent dans les livres 7 et 8, consacrés à l’histoire continue du ve siècle. Il figure enfin, de manière plus diffuse, dans la longue section du livre 10 qui interrompt l’exposé chronologique de l’histoire grecque, en particulier dans le parallèle consacré au “gouvernement de Sparte” et au “gouvernement d’Athènes”

  • 60 Opuscules 1771, vol. I, p. 7 et note 5, 26-27.
  • 61 Rollin, Traité des études, tome III, 211-362.

15Avant d’en venir à la manière dont Rollin interprète Thucydide dans ces deux exposés, il faut souligner à quel point leur auteur semble avoir possédé une exceptionnelle connaissance de la langue grecque, fait de plus en plus rare au xviie siècle et propre à ceux qui sont passés par Port-Royal. Selon Crévier, disciple, ami et légataire de Rollin, ce dernier se plaisait parfois à écrire en grec, au fil de la plume, les cours de théologie dictés en latin, et il conversait en grec avec Boivin le Jeune, son collègue au Collège de France, pour se préparer à la soutenance de leur thèse. Les éditeurs des Opuscules de Rollin précisent qu’il lit dans le texte Hérodote, Thucydide, Xénophon, Polybe, Diodore, Denys d’Halicarnasse et Plutarque60, ce que confirme la liste des éditions dont il dispose. Il apparaît donc très tôt comme un des rares savants de son temps en mesure d’entreprendre une histoire qui repose sur une longue fréquentation personnelle des textes, associée à une réflexion sur l’histoire et sur l’éducation. Celle-ci a fait l’objet de larges développements dans le Traité des études ; Rollin y propose une longue ébauche61 de ce que devrait contenir l’enseignement d’une histoire des Anciens, consacre une section très développée à montrer “[l’]utilité et [la] nécessité d’une étude de la langue grecque”, et dresse un programme précis des méthodes d’apprentissage.

  • 62 Les Vies de Thémistocle, d’Aristide, de Cimon, de Périclès, de Nicias, d’Alcibiade couvrent l’histo (...)
  • 63 Le cadre chronologique adopté par Rollin ressemble beaucoup à celui de Diodore, mais il s’agit auss (...)
  • 64 Rollin, Histoire ancienne, vol. 3, livre 7, 101, note 1 = Thc. 2.46.1.
  • 65 Ainsi, vol. 3, livre 7, 3 : “Ce fut vers ce prince [Artaxerxès] que Thémistocle se réfugia, selon T (...)
  • 66 Voltaire, dans ses Remarques sur l’histoire (1742), s’en prend conjointement à l’histoire ancienne, (...)

16Quelles sont les méthodes de travail et les formes de pensée de Rollin, telles qu’elles apparaissent à travers l’utilisation qu’il fait de Thucydide ? Les notes et les incises révèlent, tout d’abord, qu’il ne le considère pas comme un auteur à part. Dans les livres 7 et 8, consacrés à l’Athènes du ve siècle postérieure aux Guerres médiques, il figure aux côtés du Plutarque des Vies62 et de Diodore, selon un ordre qui varie en fonction de la source principale sur laquelle s’appuie Rollin63. Les notes infrapaginales reflètent la présence des sources : quatre-vingt-huit (42 %) renvoient à Plutarque, soixante-sept (32 %) à Thucydide, et cinquante-trois (25 %) à Diodore. Les notes qui concernent Thucydide sont de trois types. Dans soixante-trois cas, elles précisent simplement la référence, avec le nom de l’auteur, le numéro du livre et la page de l’édition Estienne. Dans un seul cas, il s’agit, sans référence, d’une citation du texte grec seul, un passage de la fin de l’oraison funèbre64. Dans trois cas, la référence est accompagnée d’une précision documentaire et historique. Ces soixante-sept références correspondent à deux cent trente trois pages de texte. À cela s’ajoutent huit passages du texte où Rollin, dans une incise plus ou moins développée, signale sa dette ou formule un jugement sur Thucydide, toujours favorable65. Lorsqu’un seul auteur est pris pour source, la référence n’est pas toujours indiquée, soit que Rollin compte sur les connaissances de ses lecteurs, soit qu’il se situe dans la perspective de l’histoire humaniste, selon laquelle écrire l’histoire revient à reproduire à très peu près l’auteur ancien, considéré comme modèle indépassable. On n’hésitera pas à parler de “compilation”, car Rollin lui-même reprend ce terme à son compte, notamment dans la polémique qui l’oppose à Voltaire66.

17Quelles sont, dans le texte même, les différentes formes d’emprunts à Thucydide ou de reformulation. La typologie qui est proposée suit une courbe allant de la reprise la plus explicite et la plus littérale à la plus éloignée de la lettre du texte. Cinq cas peuvent être distingués.

181. La citation, explicite et littérale, n’est présente qu’une fois, nous l’avons noté, ce qui étonne, eu égard aux habitudes de Rollin. Faut-il l’expliquer par la difficulté de la langue de Thucydide, pour un ouvrage destiné à l’origine à un public scolaire ?

  • 67 Rollin, Histoire ancienne, vol. 3, livre 7, p. 116-120 = Thc. 3.9-13.
  • 68 Rollin, Histoire ancienne, vol. 3, livre 8, p. 194-196 = Thc. 7.11-15.
  • 69 Rollin, Histoire ancienne, vol. 3, livre 7, p. 100 = Thc. 2.34.
  • 70 Rollin, Histoire ancienne, vol. 3, livre 8, p. 218-219 = Thc. 7.87.

192. La traduction s’éloigne d’un degré de la littéralité de la citation ; elle peut être marquée explicitement par des guillemets – ainsi du discours des Mityléniens à Olympie67, ou de la lettre de Nicias lue à l’Ecclésia68 –, mais ceux-ci disparaissent lorsqu’il s’agit d’un récit, comme pour la description des préparatifs de l’oraison funèbre69, ou pour la situation des soldats athéniens dans les latomies de Syracuse70.

203. Le troisième cas de figure est constitué par le résumé et la paraphrase, qu’il est très difficile de distinguer dans le détail (le résumé appartient au registre de l’explicite, ce qui n’est pas toujours le cas de la paraphrase). Ils constituent, quantitativement, le procédé le plus fréquent, aussi bien pour la Pentékontaétie que pour le temps de la guerre du Péloponnèse. Dans ce second cas, Rollin souligne d’emblée que Thucydide est sa source principale :

  • 71 Rollin, Histoire ancienne, vol. 3, livre 7, 92.

La guerre du Péloponnèse dont j’entreprends de parler, commença vers la fin de la première année de la 87e olympiade, et dura vingt-sept ans ; Thucydide en a écrit l’histoire jusqu’à la vingt-unième année inclusivement. Il marque avec beaucoup d’exactitude tout ce qui s’est passé chaque année, qu’il divise en campagnes et en quartiers d’hiver. Je n’entrerai pas dans un si grand détail, et je me contenterai d’en extraire ce qui me paraîtra de plus curieux et de plus intéressant. Plutarque et Diodore de Sicile me seront aussi d’un grand secours, et me fourniront beaucoup de lumières71.

  • 72 Rollin, Histoire ancienne, vol. 3, livre 7, 104-106 = Thc. 2.60-64.
  • 73 Rollin, Histoire ancienne, vol. 3, livre 7, 94 = Thc. 2.11.
  • 74 Rollin, Histoire ancienne, vol. 3, livre 7, 122 = Thc. 3.37-41, 42-48.
  • 75 Rollin, Histoire ancienne, vol. 3, livre 7, 126-127 = Thc. 3.53-59, 61-67.
  • 76 Rollin, Histoire ancienne, vol. 3, livre 8, 213 = Thc. 7.77.

21Thucydide constitue la trame narrative d’un récit condensé dans une proportion comprise entre un quart et un cinquième. Ce principe s’applique en particulier à de nombreux discours, reproduits de la sorte au style direct, tel le dernier discours de Périclès72, ou au style indirect : le second discours d’Archidamos73, les discours de Cléon et de Diodote, au livre III74, les discours des Platéens et des Thébains dans le même livre75, ou le dernier discours de Nicias, en Sicile76.

224. Les références en note, dont il a été question, constituent la quatrième forme d’emprunt, explicite, mais non-littérale.

  • 77 Rollin, Histoire ancienne, vol. 3, livre 7, 128.
  • 78 Rollin, Histoire ancienne, vol. 3, livre 7, 158 (dialogue mélien : Thc. 5.27-116).

235. Les ellipses signalées, qui prennent alors la forme de prétéritions, peuvent être considérées comme une dernière catégorie d’emprunt. Après avoir rapporté le massacre des Platéens, au livre III, Rollin intervient à la première personne : “J’omets plusieurs événements particuliers des campagnes suivantes, qui se passaient toujours de la même sorte, les Lécédémoniens faisant régulièrement chaque année des courses dans l’Attique, et les Athéniens dans le Péloponnèse, outre quelques attaques de place de part et d’autre, en différents endroits”77, ce qui équivaut à passer sous silence la stasis à Corcyre. De même pour toute la fin du livre V, avec le dialogue mélien : “Je passe sous silence plusieurs événements peu considérables, pour en venir au plus important de tous, qui est l’expédition des Athéniens en Sicile”78.

  • 79 Rollin, Histoire ancienne, vol. 3, livre 7, 13.
  • 80 Rollin, Histoire ancienne, vol. 3, livre 7, 16-17.
  • 81 Rollin, Histoire ancienne, vol. 3, livre 7, 58, note 2.

24Les différents registres qui montrent comment Rollin use du texte de Thucydide comme d’un palimpseste se retrouvent pour Plutarque et Diodore. Rollin instaure un dialogue entre ses sources, en changeant d’“autorité”, d’une page voire d’une phrase à l’autre. Pour retracer les victoires de Cimon, à l’Eurymédon, la comparaison montre que Rollin79 suit Plutarque (Cim., 12.5-13), plus développé (une page et demie), plutôt que Thucydide, plus ramassé (1.100.1 : cinq lignes). Mais à la page suivante, à propos des affaires de la côté de thrace et du siège de Thasos, de 465 à 463 a. C., c’est Thucydide, plus précis (1.100.2 – 101), qui lui sert de référence principale, non Plutarque (Cim., 14). Lorsque Rollin croise l’apport des deux auteurs, Thucydide apporte le plus souvent une version moins dramatique, moins porteuse de leçon. À propos de la mort de Thémistocle, il reproduit d’abord la version de Plutarque, celle du suicide par absorption de sang de taureau ou de poison ; mais il estime “plus vraisemblable” la mort de maladie, retenue par l’historien et il avoue qu’il “s’en tient au sentiment de Thucydide”, qualifié à l’occasion d’“historien sensé”80. Cet art d’écrire l’histoire tend donc à montrer que Rollin dispose de son Thucydide sous les yeux, de son Thucydide complet et non de notes de lectures que lui-même ou Crévier auraient préparées. Preuve en est, semble-t-il, dans une assez longue note81 où Rollin revient sur les causes du “décret mégarien” :

Plutarque dit [Per. 30.4] que quelques-uns prétendaient que c’était Périclès qui avait fait donner ce décret pour venger l’injure particulière d’Aspasie, de chez qui les Mégariens avaient enlevé deux courtisanes ; et il cite les vers d’Aristophane, qui, dans une comédie intitulée Les Acharniens [v. 524-527], fait ce reproche à Périclès. Mais Thucydide, auteur contemporain, et qui était bien informé de ce qui se passait à Athènes ne dit pas un mot de cet enlèvement : et il est plus digne de foi qu’un poète qui faisait profession de médisance et de satire.

25Cette note fait entrer le lecteur dans le cabinet de travail de Rollin historien. La vérité y est du côté de Thucydide, non d’Aristophane et de Plutarque ; Rollin n’est en mesure de relever une absence dans le récit de Thucydide – “[Thucydide] ne dit pas un mot de cet enlèvement…” –, que parce qu’il dispose du texte sous les yeux.

  • 82 Grell 1995, 984-985.
  • 83 Rollin, Traité des études, III, 192-196 : “Chercher surtout la vérité” est la première des règles q (...)

26De la citation à l’ellipse Rollin lit et se forge un Thucydide différent, maître non plus de vertu et d’éloquence, comme dans la tradition de Perrot d’Ablancourt et du Père Rapin82, mais de vérité et d’exactitude, un Thucydide rendu à lui-même et à l’épistémologie qu’il met en place dans les chapitres qui suivent l’“Archéologie”. Rollin travaille en compilateur et fort peu, certes, en pratiquant une histoire critique, comme celle que met en œuvre son contemporain Louis de Beaufort en étudiant les premiers siècles de la République romaine, mais sa “compilation” repose sur plusieurs auteurs, sans cesse confrontés, rapprochés, soumis à la comparaison. Il se trouve ainsi dans l’obligation, presque à chaque phrase, d’opérer un choix, de retenir l’auteur qu’il estime être le plus près de la “vérité” et d’une rigoureuse “exactitude”, donc le plus thucydidéen, à travers le filtre de Cicéron83. Ainsi se trouve réintroduit l’auteur de La Guerre du Péloponnèse à une place qu’il n’occupait plus ou pas dans l’historiographie humaniste. Dans cette perspective, La guerre du Péloponnèse est lue comme l’histoire du conflit entre Athènes et Sparte, non comme la description d’une galerie d’hommes illustres. L’apport de Thucydide à la compréhension du ve siècle oblige les lecteurs des années 1730, sinon à une conversion complète du regard, du moins à une vision renouvelée qui invite à concilier histoire des grandes individualités et histoire des cités. Dans cette nouvelle configuration historiographique, que devient Athènes ?

Prémices du paradigme athénien

  • 84 Montaigne, Essais, I, chap. XXV, éd. Villey, I, 183.
  • 85 Bossuet, Discours sur l’histoire universelle (1681), iiie partie, chap. V (éd. J. Truchet, Paris, G (...)
  • 86 Comparer Montaigne : “À Athènes on apprenoit à bien dire, et icy [à Lacédémone] à bien faire”, avec (...)

27Le parallèle entre Sparte et Athènes ne date pas du début du xviiie siècle. Il remonte à l’Antiquité, à Thucydide lui-même, aux penseurs du ive siècle : Xénophon, Isocrate, Platon, et aux orateurs, notamment dans le choix des exemples empruntées à l’histoire du ve siècle ou aux événements récents. Il connaît par la suite une fortune ininterrompue, ancrée dans la mémoire culturelle des Grecs, telle que la façonnent Plutarque ou Aelius Aristide au iie siècle, en un temps de “renaissance”. Chez les Modernes, Montaigne reprend le lieu commun84, ainsi que Bossuet, dans la troisième partie du Discours sur l’histoire universelle85. Rousseau s’inspire de l’auteur des Essais pour conclure le Discours sur les sciences et les arts ; il y oppose une Athènes des “vices” et des “beaux-Arts”, à une Sparte qui, en “chassant de ses murs les Arts et les Artistes, les Sciences et les Savants”, se rend “aussi célèbre par son heureuse ignorance que par la sagesse de ses Loix”86.

  • 87 Rollin, Histoire ancienne, vol. 4, livre 10, 22-24.
  • 88 Rollin, Histoire ancienne, vol. 4, livre 10, 48.
  • 89 Telle que l’ont nommée N. Loraux et P. Vidal-Naquet [1979] (1990).
  • 90 Dans le même temps se développe la polémique sur la place du luxe et des richesses dans la marche d (...)

28C’est à cette tradition du parallèle entre les deux cités que se rattache Rollin, dans le premier chapitre du livre 10 de l’Histoire ancienne, intitulé “Du gouvernement politique”. La synopsis de l’histoire d’Athènes insiste sur les temps du gouvernement populaire, depuis Solon, qui a instauré la “liberté” et l’“égalité”, en “donnant aussi aux pauvres quelque part au gouvernement dont ils étaient exclus”, jusqu’à 40487. Mais Athènes n’était pas seulement une cité politique. Par l’éducation qu’elle donnait, écrit Rollin, elle “était, à proprement parler, l’école et le domicile des beaux-arts et des sciences” ; et il poursuit : “l’étude de la poésie, de l’éloquence, de la philosophie, des mathématiques, y avait une large vogue”88. Telle est bien l’Athènes ambivalente que propose Rollin : une Athènes politique et une Athènes culturelle, mais point encore une “Athènes bourgeoise”89, archétype des régimes représentatifs et des démocraties libérales, celle que l’on trouve chez George Grote et son continuateur Victor Duruy90.

29La section “Du gouvernement d’Athènes” condense les lignes de force du récit historique construit à partir de l’apport, neuf, de Thucydide. Rollin ne se contente pas de résumer ses sources. L’opération historiographique qu’il met en œuvre comprend trois termes principaux.

  • 91 Rollin, Histoire ancienne, vol. 4, livre 10, 104-106 = Thc. 2.60-64.
  • 92 Rollin, Histoire ancienne, vol. 4, livre 10, 116-120 = Thc. 3.9-13.
  • 93 Rollin, Histoire ancienne, vol. 4, livre 10, 120.

301. Tout d’abord, la ligne première du récit se concentre autour d’une opposition presque terme à terme qui situe Athènes en regard de Sparte. Rollin la repère aussi bien dans l’argumentation du dernier discours de Périclès91 que dans le discours des Mityléniens à Olympie92. C’est pourquoi il choisit de les rapporter l’un et l’autre, longuement pour le premier, en entier pour le second : Sparte y apparaît comme “l’ancienne et perpétuelle rivale d’Athènes”, et les propos des Mityléniens donnent “une idée juste […] de la disposition des peuples à l’égard des Athéniens et des Lacédémoniens”93. Cette opposition est le vecteur de l’histoire des cités. De même, après avoir fait l’ellipse des événements de Corcyre, au livre III, il reprend avec l’épisode du blocus de Sphactérie et de l’occupation de Pylos, qui oppose très directement les deux cités.

  • 94 Thc. 2.65.5.
  • 95 Rollin, Histoire ancienne, vol. 4, livre 10, 48.
  • 96 Thc. 2.41.1.
  • 97 Thc. 2.63.1-3.
  • 98 Pour Rollin, “l’histoire est l’œuvre des grands hommes qui ont su mêler leurs propres intérêts à ce (...)

312. Ensuite, à l’intérieur du diptyque ainsi mis en place, Rollin donne la priorité à Athènes. Il élimine tout ce qui irait en sa défaveur, lorsqu’elle semble exercer le droit du plus fort, contre Mélos, ou être plus ou moins impliquée dans les causes de la stasis généralisée qui s’empare du monde des cités à partir de la situation qui prévaut à Corcyre. Il insiste, à l’inverse, sur les moments où elle apparaît comme victime d’une dureté excessive, dans les latomies de Syracuse. Dans ce contexte, la raison pour laquelle l’oraison funèbre est évoquée seulement en trois lignes pourrait sembler étrange, d’autant que la seule citation grecque extraite de Thucydide lui appartient, nous l’avons souligné : “les grands hommes se forment où le mérite est le mieux récompensé”. Il serait possible d’objecter que, si Rollin fait d’Athènes un modèle, c’est qu’il ne suit pas la thèse thucydidéenne selon laquelle les fautes et les maux de la cité ont entraîné sa chute ; choisir Athènes, l’ériger en exemple d’une part, suivre Thucydide d’autre part seraient deux orientations contradictoires. À cette objection, il existe plusieurs éléments de réponse. Tout d’abord, Rollin ne lit pas chez Thucydide l’histoire d’une Athènes en déclin, parce qu’étant aussi un grand lecteur de Plutarque, il met l’accent sur Périclès, le grand homme de la cité. Or c’est bien Thucydide, le premier, qui l’affirme, avant Plutarque : “c’est de son temps qu’elle fut la plus grande (megistè)94”. Ensuite, Rollin reconnaît et respecte la position ambivalente et complexe de Thucydide à l’égard de l’histoire et de l’expérience athéniennes : d’un côté, Athènes “était, à proprement parler, l’école et le domicile des beaux-arts et des sciences”95, de même qu’elle était, pour Périclès, “l’école de la Grèce” (tès Hellados paideusin)96 ; d’un autre côté, elle a mis en place un “empire-tyran” qui fait usage de sa “force” de manière “despotique”, mais dont il est devenu impossible aux Athéniens de se séparer, au risque de disparaître eux-mêmes97. L’unique formule de Thucydide que cite Rollin en note souligne qu’Athènes est grande, parce qu’elle est productrice de grands hommes, ligne interprétative que développe Plutarque ; elle explique également les raisons du choix de Rollin qui condense l’oraison funèbre dans cette sentence98.

  • 99 Rollin, Histoire ancienne, vol. 4, livre 10, 111, et 27-28.
  • 100 Thc. 2.65.8 et 9.
  • 101 Rollin, Histoire ancienne, vol. 4, livre 10, 21, et 36 : “un gouvernement démocratique et populaire (...)
  • 102 Rollin, Histoire ancienne, vol. 4, livre 10, 32, à rapprocher de Thc. 2.65.9.
  • 103 Rollin, Histoire ancienne, vol. 4, livre 10, 111, proche de Thc. 2.65.8.
  • 104 Thc. 2.38 et 40, 1.

323. Enfin – troisième ligne de force dans la mise en place du paradigme athénien –, Rollin définit, à travers Périclès, une Athènes qui excelle dans le double registre de ses institutions politiques et “du commerce et des arts”. D’un côté, Athènes est la cité où triomphent la “parole” politique – “cultiv[ée] avec le plus de soin” par Périclès – et les “délibérations publiques”99. Rollin reprend à son compte les mots de Thucydide100, pour faire du régime athénien un idéal de constitution mixte associant royauté – dont il crédite Sparte dans “Du gouvernement de Sparte” – et “gouvernement populaire”101 : “Périclès, écrit Rollin, s’était acquis un tel crédit dans l’esprit du peuple, qu’on pourrait dire que sous un gouvernement républicain, il s’était fait un pouvoir monarchique102”. D’un autre côté, Athènes se distingue par “les moyens que sut employer [Périclès] pour faire fleurir le commerce et tous les arts”, de sorte qu’il s’acquit “la confiance de tous les Athéniens”103. Cet accord général qui résulte des activités de l’esprit n’est évidemment pas sans évoquer l’oraison funèbre104.

  • 105 Nous devons cette référence à Chantal Grell (Grell 1995, 508-513, notamment 512).

33L’œuvre de Rollin a ainsi largement contribué à ce que les philosophes découvrent les Grecs dans le temps long de leur histoire, à partir de l’expérience politique des cités, elle-même considérée à travers le parallèle entre Sparte et Athènes. L’Histoire ancienne devint, aussitôt publiée, un ouvrage de référence, dont paraissent des traductions allemande dès 1739, anglaise en 1759, italienne l’année 1792. L’œuvre de Rollin est lue de Montesquieu, de Voltaire, de Frédéric II, de Rousseau, pour le Discours sur les sciences et les arts ; Crébillon y renvoie explicitement, aux côtés de Thucydide qui plus est, dans l’“Avis au lecteur” de son vaste roman épistolaire : Lettres athéniennes extraites du portefeuille d’Alcibiade, paru en 1771. L’influence de Rollin fut déterminante pour la naissance et la constitution du paradigme athénien. Cette influence reste encore difficile à apprécier, faute d’études monographiques sur ce corpus. Signalons seulement le grand nombre d’ouvrages importants qui prennent en compte ce problème dans les décennies qui suivent. De l’Esprit des lois est publié en 1748, où Montesquieu s’efforce de dégager les “lois” propres à l’ordre du politique, en tenant compte notamment des cités grecques et de leurs institutions. En 1749, paraissent les Observations sur les Grecs de Mably, et l’année suivante le premier Discours sur les sciences et les arts de Rousseau, où les Grecs figurent en anti-modèle. Antoine Yves Goguet, un conseiller au Parlement de Paris, se livre à une critique de Rousseau et de Mably, notamment à propos de la prétendue supériorité de la constitution de Sparte, dans un ouvrage qui paraît en 1758 : De l’origine des lois, des arts et des sciences, & de leurs progrès chez les anciens peuples du Déluge au retour des Hébreux de la captivité de Babylone105. En 1764, Jean-Pierre de Bougainville fait paraître un mémoire en faveur des institutions grecques, lu à l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres : “Vues générales sur les Antiquités grecques du premier Âge et sur les premières histoires de la nation grecque”. Mably rectifie ses vues de 1749, dans ses Observations sur l’histoire des Grecs ou des causes de la prospérité et des malheurs des Grecs (1766). Les Grecs, et plus seulement les Romains, apparaissent ainsi, dans les années 1730-1760, comme porteurs d’expériences politiques qui peuvent contribuer à une réflexion plus générale.

34Rollin contribue à faire connaître et reconnaître à la fois l’œuvre de Thucydide et la cité d’Athènes, au travers d’un ouvrage qui, dans l’écriture de l’histoire, conserve pour l’essentiel les traits d’une compilation fidèle à l’héritage humaniste. Comment expliquer ce phénomène ?

  • 106 Sur les historiens grecs dans leur ensemble à cette période, cf. Grell 1995, 984-988.

35Une première raison vient de ce que Rollin, lecteur de Thucydide au sortir de la Querelle106, réunit, dans le rapport aux Anciens, la figure de l’antiquaire issue de la tradition érudite, grâce, en particulier, à sa connaissance du grec, celle de l’historien, venue du courant humaniste, celle du philosophe pour qui la réflexion historique permet de comprendre – selon les termes de la préface – “comment les sciences et les arts ont été inventés, cultivés, perfectionnés” et suivent la ligne d’un “progrès”.

36Une deuxième explication réside en ce que la réflexion et l’entreprise de Rollin se situent en un moment où l’histoire grecque et les historiens grecs qui, comme Thucydide, la rendent possible, acquièrent valeur d’autorité. Dans un paysage historiographique et intellectuel qui, dans le premiers tiers du xviiie siècle, a presque oublié la langue grecque et les Grecs, l’entreprise est singulière ; avec Rollin, l’histoire grecque entre dans la galerie des savoirs que l’on révère en même temps qu’ils commencent à se constituer. Charles Rollin est à la fois un lecteur de Thucydide et un partisan des Anciens qui cherchent à comprendre les raisons de leur défaite ; autrement dit, la confiance, humaniste, qu’il accorde à Thucydide s’arrête et se renouvelle dès qu’il voit en lui un historien politique.

37Enfin, l’Athènes qu’il définit, à la lecture de Thucydide, et parallèlement à celle de Plutarque, est une Athènes politique, qui s’est dotée des institutions d’un “gouvernement démocratique et populaire”, depuis Solon, régime auquel ses grands hommes donnent une teinture monarchique. Cette double composante politique fait d’Athènes une cité éclairée, donc une cité ouverte aux arts et aux lettres. Rollin pose ainsi les conditions, pour qu’Athènes soit en mesure de s’imposer face à Sparte, et pour qu’elle devienne la cité de la libre circulation, du commerce et des échanges, modèle des régimes représentatifs. Un nouveau paradigme historiographique est en place, dont les études sur l’Antiquité sont encore largement tributaires.

1502 : Θουκυδίδης. Thucydides [De bello Peloponnesiaco]…, Venetiis, in domo Aldi, mense maio MDII. – Venetiis, 1502, in-fol°.

Le volume contient aussi les biographies de Thucydide d’Aphtonios, de Marcellinos, de la Souda, et des extraits de Denys d’Halicarnasse sur la langue de l’historien.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

1. Sources

Rollin, Charles (1726-1728) : Observations sur la manière d’enseigner et d’étudier les Belles Lettres par rapport à l’esprit et au cœur, ou Traité des études, 4 vol., Paris, J. Estienne, avec un Supplément [consacré aux enfants et aux jeunes filles], placé en tête du tome 1, dans l’édition de 1731. L’édition utilisée dans la présente étude est celle de 1819, Paris, Audot (Supplément, p. 1-81).

— (1731-1738) : Histoire ancienne des Égyptiens, des Carthaginois, des Assyriens, des Babyloniens, des Mèdes et des Perses, des Macédoniens, des Grecs, 13 vol., Paris, Vve Estienne, in Œuvres complètes, nouvelle édition accompagnée d’observations et d’éclaircissements historiques par M. Letronne, Paris, Firmin Didot, 1821-1825, vol. I-XII (citée dans la réédition de 1846 en 10 vol.).

Opuscules (1771) : Opuscules de feu M. Rollin, rassemblés par les frères Estienne, 2 vol., Paris.

Bossuet (1681) : Discours sur l’histoire universelle, Paris.

Jaucourt (1765) : “Lacédémone”, Encyclopédie, IX, 152-160.

Mably (1763) : Entretiens de Phocion sur le rapport de la morale avec la politique, Paris.

Montesquieu [1748] (1979) : De l’Esprit des lois, chronologie, introduction, bibliographie par V. Goldschmidt, Paris.

Perrot d’Ablancourt, N. [1662a] (1972) : Dédicace “Au Roy” de sa traduction : L’Histoire de Thucydide, de la guerre du Péloponnèse, continuée par Xénophon, Paris, A. Courbé, in : Lettres et préfaces critiques, R. Zuber (éd.), Paris, 190-192.

— [1662b] (1972) : “Préface” de sa traduction : L’Histoire de Thucydide, de la guerre du Péloponnèse, continuée par Xénophon, Paris, A. Courbé, in : Lettres et préfaces critiques, R. Zuber (éd.), Paris, 193-209.

Rapin (1681) : La Comparaison de Thucydide et de Tite-Live. Avec un jugement des défauts & des beautez de leurs Ouvrages, Paris.

Rousseau [1750] (1964) : Discours sur les sciences et les arts, in : Œuvres complètes, tome III, Paris.

— [1754] (1964) : Discours sur l’origine, et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, in : Œuvres complètes, tome III, Paris.

Turpin (1776) : “Athènes”, Encyclopédie, Supplément I, 669-676.

Voltaire [1742] (1957) : Remarques sur l’histoire, Genève, in : Œuvres historiques, édition établie et annotée par R. Pomeau, Paris.

— [1744] (1957) : Nouvelles considérations sur l’histoire, Paris, in : Œuvres historiques, édition établie et annotée par R. Pomeau, Paris.

2. Études

Ampolo, C. (1997) : Storie greche. La formazione della moderna storiografia sugli antichi Greci, Milan.

Borghero, C. (1974) : La polemica sul lusso nel Settecento francese, Turin.

Burke, P. (1966) : “A Survey of the Popularity of Ancient Historians, 1450-1700”, H & T, 5, 135-152.

Cambiano, G. (2003) : Polis. Histoire d’un modèle politique, tr. fr. d’après l’édition italienne de 2000 (s. l. [Bari]), Paris.

Canfora, L. (1992) : “Hobbes e Tucidide”, QS, 18, 61-73.

— (2008) : “L’histoire est une philosophie qui s’exprime par des exemples”, Europe, 945-946, 252-258.

Finley, M. I. (1976) : Démocratie antique et démocratie moderne, Paris.

Foucault, D. et P. Payen, dir. (2007) : Les Autorités. Dynamiques et mutations d’une figure de référence à l’Antiquité, Grenoble.

Grell, Ch. (1993) : L’Histoire entre érudition et philosophie. Essai sur la connaissance historique à l’âge des Lumières, Paris.

— (1995) : Le dix-huitième siècle et l’antiquité en France, 1680-1789, Voltaire Foundation, n ° 330-331, Oxford.

Grell, Ch. et Chr. Michel, dir. (1989) : Primitivisme et mythe des origines dans la France des Lumières, 1680-1820, Paris.

Guelfucci, M. -R. (2006) : “Polybe et Montesquieu : aspects d’une réflexion sur le pouvoir”, Anabases, 4, 125-139.

Guion, B. (2008) : Du bon usage de l’histoire. Histoire, morale et politique à l’âge classique, Paris.

Hartog, Fr. (1989) : “L’œil de Thucydide et l’histoire véritable”, Poétique, 82, 22-30, repris in : Évidence de l’histoire. Ce que voient les historiens, Paris, 2005, p. 75-88.

La Querelle des Anciens et des Modernes (2001) : édition établie et annotée par Anne-Marie Lecoq, avec un essai de Marc Fumaroli : Les Abeilles et les Araignées (p. 7-218), et une postface de Jean-Robert Armoghate : “Une ancienne querelle” (p. 801-849), Paris.

Loraux, N. et P. Vidal-Naquet (1979) : “La formation de l’Athènes bourgeoise. Essai d’historiographie, 1750-1850”, in : Vidal-Naquet 1990, 161-209, 362-383.

Margolin, J.-Cl. (2007) : Anthologie des humanistes européens de la Renaissance, Paris.

Momigliano, A. (1992) : Les fondations du savoir historique, tr. fr. d’après l’édition anglaise de 1990 (Oxford), Paris.

Morineau, D. (1988) : La réception des historiens anciens dans l’historiographie française (fin XVIIe – début XVIIIe), Thèse de Doctorat, Paris IV-Sorbonne.

Mossé, Cl. (1989) : L’Antiquité dans la Révolution française, Paris.

— (2007) : “Une image négative de Sparte à la fin du XVIIIe siècle. La quatrième partie des Recherches philosophiques sur les Grecs de Cornelius De Pauw”, in : Foucault & Payen 2007, 51-57.

— (2007) : “L’autorité des historiens grecs dans l’Histoire ancienne de Rollin (1731-1738)”, in : Foucault & Payen 2007, 171-194.

Quantin, J. -L. (1989) : “Le mythe du législateur au XVIIIe siècle”, in : Grell & Michel 1989, 153-164.

Roberts, J. Tolbert (1994) : Athens on Trial. The Antidemocratic Tradition in Western Thought, Princeton.

Saladin, J. -Chr. (2000) : La bataille du grec à la Renaissance, Paris.

Vidal-Naquet, P. (1976) : “Tradition de la démocratie grecque”, in : Finley 1976, 7-44, repris dans Vidal-Naquet 2000, 219-245.

— (2000) : Les Grecs, les historiens, la démocratie, Paris.

— (1990) : “La place de la Grèce dans l’imaginaire des hommes de la révolution”, in : Vidal-Naquet 1990, 211-243, 384-391.

— (1990) : La démocratie grecque vue d’ailleurs, Paris.

Annexes

ANNEXE 1 - SYNOPSIS DE L’HISTOIRE ANCIENNE (1731-1738) DE ROLLIN

[Exposé chronologique]

Livre 1. Histoire ancienne des Égyptiens

Livre 2. Histoire ancienne des Carthaginois

Livre 3. Histoire ancienne des Assyriens

Livre 4. Commencement de l’Empire des Perses et des Mèdes

Livre 5. Histoire de l’origine et des premiers commencements des différents États de la Grèce

Livre 6 à 10. Histoire des Perses et des Grecs

Livre 10. sous-titré : Mœurs et coutumes des Grecs

Livre 11. Histoire des deux Denys, tyrans de Syracuse

Livre 12. Suite de l’Histoire des Perses et des Grecs, depuis la paix d’Antalcide jusqu’à la mort d’Artaxerxès-Mnémon

Livre 13. Suite de l’Histoire des Perses et des Grecs sous le règne d’Ochus

Livre 14. Histoire de Philippe

Livre 15. Histoire d’Alexandre

Livre 16. Histoire des successeurs d’Alexandre depuis la mort de ce prince jusqu’à la bataille d’Ipsus

Livre 17-22. Suite de l’Histoire des successeurs d’Alexandre

Livre 23. Fin de l’Histoire des successeurs d’Alexandre

[Sur les Sciences et les Arts chez les Grecs]

Livre 24. Des sciences et des arts

Livre 25. De la science militaire

Livre 26. Des grammairiens, des philologues, des rhéteurs, des sophistes

Livre 27. Des Belles Lettres

Livre 28. Des sciences supérieures

Livre 29. Des Mathématiques

Table chronologique (66 p.)

Table générale des matières (= index, 166 p.)

ANNEXE 2 - ÉDITIONS ET TRADUCTIONS DE THUCYDIDE : PRINCIPAUX REPÈRES JUSQU’AU xviiie SIÈCLE

1448-1452 : Lorenzo Valla achève la première traduction latine connue de Thucydide, à la demande du pape Nicolas V.

1483 : Thucydidis Historia belli Peloponnesiaci, latina a Laurentio Valla facta, s. l. n. d., in-fol°. Probablement imprimée à Trévise, par Giovanni Rossi ou Rosso, de Verceil, vers 1483. Réimprimée à Paris en 1513, à Cologne en 1550, à Bâle en 1564, à Francfort en 1589, avec les corrections d’Henri Estienne et la traduction latine, par Isaac Casaubon, de la Vie de Thucydide de Marcellinus.

1527 : L’Histoire de Thucydide, de la guerre qui fut entre les Péloponnésiens et Athéniens, translatée en langue françoyse par feu messire Claude de Seyssel, Paris, Josse Badius, 1527, in fol°.

Traduction réimprimée à Paris, en 1545, 1555, 1559.

1564 : Θουκυδίδου τοῠ Ὀλόρυ περὶ τοῠ ∏ελοποννησιακοῠ πολέμου βιβλία ὀκτώ.

Thucydidis, Olori filii, de Bello Peloponnesiaco libri octo. Iidem latine, ex interpretatione Laurentii Valae, ab Henrico Stephano recognita, s. l., excudebat H. Stephanus, 1564, in-fol°.

Réimprimée en 1588, 1594.

1600 : Histoire de la guerre des Péloponnésiens et des Athéniens, traduction française de Jean-Louis de Jaussaud, Genève, Jacques Chouet.

1629 : Eight Bookes of the Peloponnesian Warre written by Thucydides, sonne of Olorus. Interpreted with Faith and Diligence immediatly out of the Greeke by Thomas Hobbes The Author of the Booke DE CIVE Secretary to the late Earl of Devonshire – London, L. Sadler, 1629, in-fol°.

1662 : L’Histoire de Thucydide, de la guerre du Péloponnèse, continuée par Xénophon, de la traduction de Nicolas Perrot, sieur d’Ablancourt. Paris, A. Courbé, 1662, in-fol°.

1696 : Θουκυδίδου τοῠ Ὀλόρυ περὶ τοῠ ∏ελοποννησιακοῠ πολέμου βιβλία ὀκτώ Thucydidis, Olori filii, de Bello Peloponnesiaco libri octo. Edidit John Hudson, Oxford, 1696, in-fol°.

Le texte grec est accompagné de la traduction latine de Valla, corrigée par H. Estienne et par Aemilius Portus, et amendée de nouveau par Hudson, ainsi que des scholies grecques.

1731 : Θουκυδίδου τοῠ Ὀλόρυ περὶ τοῠ ∏ελοποννησιακοῠ πολέμου βιβλία ὀκτώ. Thucydidis, Olori filii, de Bello Peloponnesiaco libri octo, cum adnotationibus integris Henrici Stephani et Joannis Hudsoni. Recensuit et notas suas addidit Josephus Wasse. Editionem curavit Carolus Andreas Dukerus, Amsterdami, apud R. et J. Wetstenios et G. Smith, 1731, in-fol°.

Duker a repris, après sa propre préface, notamment celles de Hudson et Estienne. Le texte de Thucydide est accompagné de la traduction latine de Valla, amendée par Estienne, Portus, Hudson. On trouve également des études de H. Estienne sur les scholies grecques…

Édition reprise à Glasgow, en 1759, 8 vol., in-8°.

1795 : Histoire de Thucydide, fils d’Olorus, traduite du grec par Pierre-Charles Lévesque – Paris, J. B. Gail, an IV-1795, 4 vol., in-4°.

Notes

1 Le déclin de l’histoire ancienne et de la connaissance de l’Antiquité se manifeste par l’absence presque totale, dans la France du xviiie siècle, d’éditions des historiens anciens, grecs en particulier (Morineau 1988, 421-455), et par le manque de grandes histoires de l’Antiquité, hormis celle de Rollin (Grell 1993, 133-142).

2 C’est pourquoi chez C. Desmoulins, l’éloge d’Athènes passe d’abord par une critique de Sparte : cf. Vidal-Naquet 2000, 235.

3 Cf. Mossé 1989, 89, 97, 155 et passim. Voltaire publie en 1729 une tragédie, Brutus, représentée à Paris l’année suivante, avec un héros en républicain inflexible. David représente, en 1789, les licteurs rapportant à Brutus le corps de ses fils. Sur le mythe du législateur au xviiie siècle, cf. Quantin 1989.

4 Surprenantes, car largement favorables à Athènes et hostiles à Sparte. Cf. Mossé 2007.

5 L’Antiquité grecque fournit à Rousseau le cadre – “je me supposerai dans le Lycée d’Athènes” – qui lui permet d’avoir “le Genre Humain pour Auditeur”, mais ce cadre est avant tout théorique : “Commençons donc par écarter tous les faits, car ils ne touchent point à la question. Il ne faut pas prendre les Recherches dans lesquelles on peut entrer sur ce Sujet, pour des vérités historiques, mais seulement pour des raisonnements hypothétiques et conditionnels” (Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes [1754], p. 132-133).

6 Cf. toutefois Grell 1993, 138-139 ; Grell 1995, 285-301, 429-433, 794-826, 1000-1016, et Ampolo 1997.

7 Le volume II de Temple Stanyan, The Grecian History paraît en 1739. Cf. Roberts 1994, 158-161.

8 Rollin, Histoire ancienne [1731-1738] (1821-1825). Les deux premiers volumes, parus en 1730, sont datés de 1731.

9 Rollin Traité des études [1726-1728] (1819), vol. I, 58.

10 Rollin, Histoire ancienne, Préface, vol. I, 41, 42.

11 La Querelle des Anciens et des Modernes 2001.

12 Rollin, Histoire ancienne, Préface, vol. I, 41.

13 Rollin, Histoire ancienne, Préface, vol. I, 23.

14 Voltaire, Œuvres historiques, notamment, 48.

15 Rollin, Histoire ancienne, Préface, vol. I, 24.

16 Rollin, Histoire ancienne, Préface, vol. I : l’histoire profane “annonce partout la grandeur de Dieu” (p. 24).

17 Voltaire, article “Éloquence”, Encyclopédie : l’éloquence de l’histoire réside “dans les réflexions incorporées naturellement au récit”.

18 Rollin, “Avertissements de l’auteur”, tous réunis par Letronne, dans l’édition de 1821-1825, au vol. I : “Quelques personnes croient que dans mon Histoire les réflexions sont beaucoup trop longues et trop fréquentes” (p. 52 : “Avertissement” du quatrième volume, le terme est présent à quatre reprises dans cette page ; 54, 56).

19 Rollin, Histoire ancienne, Préface, vol. I : “je déclare que je ne me fais point un scrupule ni une honte de piller partout, souvent même sans citer les auteurs que je copie” ; “je serais très-content […], si je pouvais être un bon compilateur” ; “les auteurs anciens d’où je tire les faits que je rapporte ici” (p. 43-44).

20 Payen 2007.

21 Grell 1993, 137.

22 Momigliano 1992, 57.

23 Vidal-Naquet 1990, 230.

24 Le xviiie siècle n’est pas monolithique. L’expression “les hommes de la Révolution” désigne, par commodité, plusieurs générations qui, des contemporains de la Querelle à Camille Desmoulin, ont peu en commun, et ces rapprochements n’ont guère de valeur “statistique” : “Statistiquement, Thucydide est inconnu des hommes de la Révolution, qui ont au contraire tous lu, directement ou indirectement, les Vies parallèles de Plutarque”, écrit P. Vidal-Naquet (2000, 229). S’ils ont lu Plutarque, ils connaissent Thucydide, qui fait partie de la bibliothèque de l’auteur des Vies.

25 C’est aussi le moment de Montesquieu, bien étudié, lui, notamment pour ce qui concerne Polybe. Cf. Guelfucci 2006 ; Cambiano 2003, 314, 332, 346, et les remarques de Vidat-Naquet 2000, 232.

26 Loraux et Vidal-Naquet [1979] (1990).

27 Rollin, Traité des études, vol. III, “Avertissement”, 1-6.

28 Les livres 5 à 29 sont consacrés à l’histoire des Grecs. Cf. annexe 1.

29 Morineau 1988, 427-431 pour Thucydide.

30 Cf. annexes 2.

31 Nous connaissons au moins quatre auteurs qui ont choisi de poursuivre la “chaîne” des historiens en étant ses continuateurs : Xénophon, Théopompe, Philistos de Syracuse, Cratippos. Cf. Momigliano 1992, 50-59.

32 Marcellin., Vit. Thuc., 29, avec les analyses de Canfora 2008, 257-258.

33 Denys d’Halicarnasse est très critique à l’égard de Thucydide, dont il condamne le style obscur (Sur Thucydide, 24, et l’ensemble de la Seconde Lettre à Ammée), mais dont il loue l’unité du sujet, le refus de la fable, le souci de la vérité (Sur Thucydide, 6-8). Cf. G. Aujac, in Denys d’Halicarnasse, Opuscules rhétoriques, t. IV, Paris, CUF, 1991, 18-33.

34 Cic., de Orat., 56-57 ; Orat., 30, 32.

35 Thucydide est le modèle constant de Lucien dans Comment il faut écrire l’histoire ; cf. § 39, 42-43, 49, 51.

36 Phot., Bibl., 60, 19 b 18-20.

37 Cf. annexe 1.

38 Burke 1966 ; Momigliano 1992, 56-60 ; Grell 1995, 287-301.

39 Margolin 2007, 296-297 ; Saladin 2000, 343-347.

40 Margolin 2007, 541.

41 Burke 1966, 137-138 ; Grell 1995, 298.

42 Édition et traduction de B. Boudou dans Mars et les Muses dans l’Apologie pour Hérodote d’Henri Estienne, Genève, Droz 2000, 537.

43 Cic., de Orat., II, 36.

44 Perrot d’Ablancourt [1662a] (1972), 191.

45 Perrot d’Ablancourt, [1662b] (1972), 197-198.

46 Historia testis temporum, lux veritatis, vita memoriae, magistra vitae, nuntia vetustatis. Cic. Lib. 2. de Orat. n. 36 [note de Rollin].

47 Rollin, Traité des études, tome III, livre 5 : De l’Histoire, avant-propos : “De l’utilité de l’histoire”, 6, 8 et 11.

48 Rapin, La Comparaison de Thucydide et de Tite-Live, 224. Sur les aspects psychologiques et moraux qui prévalent dans les traités du Père Rapin, cf. Guion 2008, 284-288, 493-497.

49 Thc. 1.22.4.

50 Thc. 1.1.2 ; 1.22.4.

51 Rousseau 1750, 12 : “O Sparte ! opprobre éternel d’une vaine doctrine ! Tandis que les vices conduits par les beaux Arts s’introduisaient ensemble dans Athènes, tandis qu’un Tyran y rassemblait avec tant de soin les ouvrages du Prince des Poëtes, tu chassais de tes murs les Arts et les Artistes, les Sciences et les Savants”.

52 Mably 1763 : “Cet homme divin [Lycurgue] mit [les Spartiates] sur la route du bonheur. Son opération fut simple. Au lieu de consulter leurs préjugés, il ne consulta que la nature. Il descendit dans les profondeurs tortueuses du cœur humain, et pénétra les secrets de la Providence. Ses lois faites pour réprimer nos passions ne tendirent qu’à développer et affermir les lois mêmes que l’auteur de la nature nous prescrit par le ministère de la raison dont il nous a doué, et qui est le magistrat suprême et seul infaillible des hommes”.

53 Jaucourt 1765, 152 : “Il semble que la nature n’ait jamais produit des hommes qu’à Lacédémone”.

54 Turpin 1776, 674 : après les victoires de Guerres médiques “les Athéniens, séduits par leurs prospérités, s’abandonnèrent à une confiance présomptueuse […] [Athènes] releva ses remparts, et Sparte, retenue par l’équité de ses loix, eut assez de pudeur pour n’oser l’en punir”.

55 La traduction des Vies parallèles des hommes illustres remonte à 1559.

56 L’exposé chronologique de l’histoire grecque s’étend de l’année 2184 a. C. (fondation du petit royaume de Sicyone) jusqu’à 30 a. C. (mort de Cléopâtre), soit du livre 5 au livre 23. Sur les principes chronologiques que suit Rollin – question qui est au centre de nombreux débats au xviiie siècle –, cf. le paragraphe intitulé Division de l’histoire grecque en quatre âges, vol. 2, livre 5, p. 192-193. Cf. Grell 1995, 791-820.

57 Rollin, Histoire ancienne, tome vol. 9, livre 27, 209-253.

58 Rollin, Histoire ancienne, tome 9, livre 27, 217.

59 Thc. 1.20.3 ; 21.1 ; 22.1 ; Cic., De or., II, 36 ; Luc., H. conscr., 42 ; Rollin, Traité des études, tome III, livre 5, 6 : “l’Histoire […] le témoin fidèle de la vérité” ; Voltaire 1776 : “l’Histoire est le récit des faits donnés pour vrais”. Sur cette tradition, et les distinctions à opérer, cf. Hartog 2005.

60 Opuscules 1771, vol. I, p. 7 et note 5, 26-27.

61 Rollin, Traité des études, tome III, 211-362.

62 Les Vies de Thémistocle, d’Aristide, de Cimon, de Périclès, de Nicias, d’Alcibiade couvrent l’histoire athénienne.

63 Le cadre chronologique adopté par Rollin ressemble beaucoup à celui de Diodore, mais il s’agit aussi de l’ordre annalistique, que connaît toute l’historiographie ancienne classique, à commencer par Thucydide lui-même (2.1).

64 Rollin, Histoire ancienne, vol. 3, livre 7, 101, note 1 = Thc. 2.46.1.

65 Ainsi, vol. 3, livre 7, 3 : “Ce fut vers ce prince [Artaxerxès] que Thémistocle se réfugia, selon Thucydide, et au commencement de son règne ; car d’autres auteurs, comme Strabon, Plutarque, Diodore placent cet événement sous Xerxès, son prédécesseur” : Thucydide figure comme autorité et référence première. L’assertion de Rollin tend à montrer que Thucydide fournit la trame pour l’ordre et l’interprétation des événements.

66 Voltaire, dans ses Remarques sur l’histoire (1742), s’en prend conjointement à l’histoire ancienne, à Hérodote et à Rollin (p. 43) : “M. Rollin, dans sa compilation de l’histoire ancienne…”, et à propos du même Rollin : “Ce qui manque d’ordinaire à ceux qui compilent l’histoire, c’est l’esprit philosophique”. De même dans les Nouvelles considérations sur l’histoire (1744), 48 : “Traiter l’histoire ancienne, c’est compiler…”. La notice consacrée à Rollin, dans le “Catalogue de la plupart des écrivains français”, en annexe au Siècle de Louis XIV, on lit ceci : “C’est encore la meilleure compilation qu’on ait en aucune langue, parce que les compilateurs sont rarement éloquents et que Rollin l’était. Son livre vaudrait beaucoup mieux si l’auteur avait été philosophe”. À quoi Rollin avait répondu par avance dans sa “Préface”, 43 : “Je serais très-content […], si je pouvais être un bon compilateur”.

67 Rollin, Histoire ancienne, vol. 3, livre 7, p. 116-120 = Thc. 3.9-13.

68 Rollin, Histoire ancienne, vol. 3, livre 8, p. 194-196 = Thc. 7.11-15.

69 Rollin, Histoire ancienne, vol. 3, livre 7, p. 100 = Thc. 2.34.

70 Rollin, Histoire ancienne, vol. 3, livre 8, p. 218-219 = Thc. 7.87.

71 Rollin, Histoire ancienne, vol. 3, livre 7, 92.

72 Rollin, Histoire ancienne, vol. 3, livre 7, 104-106 = Thc. 2.60-64.

73 Rollin, Histoire ancienne, vol. 3, livre 7, 94 = Thc. 2.11.

74 Rollin, Histoire ancienne, vol. 3, livre 7, 122 = Thc. 3.37-41, 42-48.

75 Rollin, Histoire ancienne, vol. 3, livre 7, 126-127 = Thc. 3.53-59, 61-67.

76 Rollin, Histoire ancienne, vol. 3, livre 8, 213 = Thc. 7.77.

77 Rollin, Histoire ancienne, vol. 3, livre 7, 128.

78 Rollin, Histoire ancienne, vol. 3, livre 7, 158 (dialogue mélien : Thc. 5.27-116).

79 Rollin, Histoire ancienne, vol. 3, livre 7, 13.

80 Rollin, Histoire ancienne, vol. 3, livre 7, 16-17.

81 Rollin, Histoire ancienne, vol. 3, livre 7, 58, note 2.

82 Grell 1995, 984-985.

83 Rollin, Traité des études, III, 192-196 : “Chercher surtout la vérité” est la première des règles qui constituent “l’âme de l’histoire” ; Histoire ancienne, vol. 9, livre 27, 217 : “La vérité […] doit être le fondement de l’histoire”. Cf. supra, note 59.

84 Montaigne, Essais, I, chap. XXV, éd. Villey, I, 183.

85 Bossuet, Discours sur l’histoire universelle (1681), iiie partie, chap. V (éd. J. Truchet, Paris, GF-Flammarion, 1966, notamment p. 386-388).

86 Comparer Montaigne : “À Athènes on apprenoit à bien dire, et icy [à Lacédémone] à bien faire”, avec Rousseau, Discours sur les sciences et les arts, 30 : “… cette distinction glorieuse qu’on remarquoit jadis entre deux grands Peuples ; que l’un savoit bien dire, et l’autre, bien faire”.

87 Rollin, Histoire ancienne, vol. 4, livre 10, 22-24.

88 Rollin, Histoire ancienne, vol. 4, livre 10, 48.

89 Telle que l’ont nommée N. Loraux et P. Vidal-Naquet [1979] (1990).

90 Dans le même temps se développe la polémique sur la place du luxe et des richesses dans la marche de l’État, qui donne une place de premier rang à Athènes. À l’Essai politique sur le commerce, de Jean-François Melon, déjà mentionné, il faut ajouter la prise de position de Voltaire, toujours dans la décennie 1730, avec Le Mondain et la Défense du mondain ou apologie du luxe (1736), ainsi que l’article “Luxe” du Dictionnaire philosophique (“Quel bien fit Sparte à la Grèce ? Eut-elle jamais des Démosthène, des Sophocle et des Phidias ? Le luxe d’Athènes a fait des grands hommes en tous genres”), et les analyses de Montesquieu, De l’Esprit des Lois (1748), livre XXVI, chap. VI (“Du commerce des Anciens”) et VII (“Du commerce des Grecs”). L’Athènes classique doit sa prospérité à la circulation des richesses, des produits, favorisée par les techniques, les sciences et les arts. Dès lors, à côté de Plut., Per., 12, peut être convoqué Thc. 2.38 ; 39, 1 ; 40, 1. Cf. Borghero 1974.

91 Rollin, Histoire ancienne, vol. 4, livre 10, 104-106 = Thc. 2.60-64.

92 Rollin, Histoire ancienne, vol. 4, livre 10, 116-120 = Thc. 3.9-13.

93 Rollin, Histoire ancienne, vol. 4, livre 10, 120.

94 Thc. 2.65.5.

95 Rollin, Histoire ancienne, vol. 4, livre 10, 48.

96 Thc. 2.41.1.

97 Thc. 2.63.1-3.

98 Pour Rollin, “l’histoire est l’œuvre des grands hommes qui ont su mêler leurs propres intérêts à ceux de l’État” : Cambiano [2000] (2003), 310.

99 Rollin, Histoire ancienne, vol. 4, livre 10, 111, et 27-28.

100 Thc. 2.65.8 et 9.

101 Rollin, Histoire ancienne, vol. 4, livre 10, 21, et 36 : “un gouvernement démocratique et populaire”.

102 Rollin, Histoire ancienne, vol. 4, livre 10, 32, à rapprocher de Thc. 2.65.9.

103 Rollin, Histoire ancienne, vol. 4, livre 10, 111, proche de Thc. 2.65.8.

104 Thc. 2.38 et 40, 1.

105 Nous devons cette référence à Chantal Grell (Grell 1995, 508-513, notamment 512).

106 Sur les historiens grecs dans leur ensemble à cette période, cf. Grell 1995, 984-988.

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search