Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ombres de Thucydide

 | 
Valérie Fromentin
, 
Sophie Gotteland
, 
Pascal Payen

Deuxième partie. L’Athènes de Thucydide : enjeux du présent et construction d’un modèle

Cléon Romanesque

Charalampos Orfanos

Texte intégral

Introduction

  • 1 Les théoriciens du progrès considèrent Aristophane comme une sorte de précurseur ancien des Ancien (...)

1Cléon est une personnalité marquante du ve siècle avant notre ère ; il est unanimement qualifié de “successeur” de Périclès, bien que son portrait brossé par Thucydide soit négativement univoque. Il est aussi la première personnalité athénienne d’envergure panhellénique à intégrer la galerie de portraits de démagogues qui se termine avec Démade. Aussi sa biographie n’a-t-elle pas vocation à servir d’exemplum dans le cadre d’une “histoire maîtresse de vie”. Cléon ne peut offrir qu’un contre-exemple – le personnage a si mauvaise réputation que même les maires de l’Athènes moderne n’ont jamais jugé bon de donner son nom à la moindre voie de la capitale néo-grecque ou de sa banlieue ; pour en rester aux personnalités comiquement rudoyées par Aristophane, une Rue Lamachos, oui, mais pas de Rue Cléon ! L’hypothèse sur laquelle repose cette contribution est que la façon dont ce portrait entièrement négatif est repris, nuancé ou contesté à différents moments de l’histoire de la réception du récit thucydidéen permettrait d’évaluer l’esprit critique de telle ou telle lecture de l’Histoire de la guerre du Péloponnèse. Car, le portrait de Cléon que brosse Thucydide est la source commune de tous les textes anciens concernant l’homme politique – à l’exception notable des comédies d’Aristophane, dont on pourrait dire qu’elles sont elles-mêmes des sources pour Thucydide ; en effet, le Comique (ou la comédie en tant que genre) semble lui prêter certains éléments de sa loidoria1. Enquêter, donc, sur les portraits de Cléon à travers les temps, pourrait contribuer à la fois à l’étude de la réception de Thucydide et à celle de l’évolution des idées politiques.

  • 2 Voir Thc. 2.37.1 et 2.65.10.
  • 3 Voir Loraux & Vidal-Naquet 1990 ; cf. Avlami 2008, qui met en garde contre la tentation de rendre (...)
  • 4 Pour le dossier doxographique, voir Orfanos 2006, 26-34.
  • 5 Voir Ar., Eq., 732 : φιλῶ σ’ὦ ∆ῶῆμ’…

2Or, si Thucydide n’aime pas Cléon, c’est qu’il préfère de loin – sauf le respect qu’il doit au “nom de démocratie” – que le pouvoir soit exercé par “le premier citoyen”, celui qui se distingue par son charisme et sa vertu, plutôt qu’il ne soit atomisé en une incontrôlable et impévisible souveraineté populaire2. Aussi l’enquêteur moderne se retrouve-t-il encore aujourd’hui renvoyé d’emblée à ses propres convictions politiques et confronté à une alternative manichéenne. Soit il se méfie du peuple et, dans ce cas, il suit Thucydide dans l’échafaudage théorique d’une metrios politeia ou “régime mesuré”, soit il lui fait confiance, et, dans ce cas, il émet de sérieux doutes sur l’objectivité du récit thucydidéen. Aussi, avant même que la démocratie moderne ait à rendre des comptes, la démocratie athénienne sert-elle de terrain rétrospectif d’expérimentation pour le partage égalitaire du pouvoir politique. En effet, au moins depuis Grote, à la fin des années 1840, l’attitude de l’historien face à la démocratie grecque – face à l’“Athènes bourgeoise”3 – sera érigée en critère de modernité et, par-delà les différences entre les régimes politiques anciens et modernes, l’attitude face à Cléon deviendra un indice sur le positionnement politique de l’historien4. Mais les premiers portraits modernes de Cléon qui s’écartent de la tradition hostile initiée par Thucydide ne sont pas des portraits historiographiques ; ce sont deux fictions épistolaires du xviiie siècle qui présentent de nombreuses ressemblances entre elles, la première en anglais et la seconde en français. Ce sont ces deux œuvres littéraires que nous étudierons ici, non sans avoir illustré, dans un premier temps, à l’aide de quelques exemples, la doxa moderne sur Cléon, l’“ami du peuple”5.

*

  • 5 Ampolo 1997, 6.
  • 6 Voir Payen 2009.
  • 7 Grell 2007, 8 : “la méconnaissance du grec a certainement été un facteur déterminant, car l’étude (...)

3Après une longue éclipse pendant laquelle l’Occident n’avait pas ressenti le besoin de lire ou de réécrire l’histoire des Grecs, si ce n’est pour convoquer Alexandre, archétype du monarque, à l’appui des monarchies occidentales5, Thucydide est de nouveau diffusé en France au sortir de la Querelle6, au début du xviiie siècle. Avant Charles Rollin, on pouvait puiser des portraits à caractère exemplaire dans les écrits du “cercle” historique, les compléter de détails révélateurs en croisant les sources, mais on n’essayait ni de soumettre les sources à un examen critique ni, a fortiori, de réécrire l’histoire. Une des causes les plus importantes de cette lacune historiographique a dû être la rareté de savants ayant une connaissance suffisante de la langue grecque7.

  • 8 Rollin [1730] (1763), t. 4, 581-591.

4Dans l’Histoire ancienne de Rollin, les jugements portés sur Cléon se trouvent surtout dans une section intitulée “Caractère particulier des Athéniens”, expressément inspirée de Plutarque8. Ils relèvent, certes, de la compilation plutôt que de l’histoire au sens critique, mais, qui dit compilation, ne dit pas forcément paraphrase. Comment Rollin rend-il le ktèma thucydidéen politiquement utile aux destinataires de sa propre œuvre, à savoir les hommes de goût vivant sous les monarchies des années 1730 ? Du point de vue de la théorie politique, l’attitude de Rollin se caractérise par une appréciation globalement positive de la démocratie, dont Cléon ne serait qu’un des rares accidents malheureux, ce qui est devenu, peu ou prou, la position de toute l’historiographie moderne :

  • 9 Rollin [1730] (1763), t. 8, 720-721.

Il arrivait quelquefois que le peuple, se laissant gouverner à ses orateurs, et suivant en tout leur caprice, mettait en place des sujets indignes. On peut se souvenir du crédit absolu qu’avait sur les esprits de la multitude le fameux Cléon, qui fut chargé du commandement dans les premières années de la guerre du Péloponnèse, quoique ce fût un homme brouillon, emporté, violent, sans tête et sans mérite9.

  • 10 Balzac 1664, 183-184, reprenant en partie Plut. 806f 7-807a 13 (Préceptes politiques). Les premièr (...)

5Mais les premières tentatives modernes de saisir la figure fuyante de Cléon sont nettement antérieures à 1730 et aux premières “histoires anciennes”. En effet, à notre connaissance, la première apparition de Cléon à l’ère moderne remonte au xviie siècle, à Aristippe ou de la Cour, dissertation littéraire sur la thématique du machiavélisme, parue en 1664 et adressée à Christine, reine de Suède. L’auteur, Guez de Balzac (Angoulême, 1597-1654), issu du cercle de Modernes qui formait le goût classique, venait tout juste d’être investi par Richelieu de la fonction d’historiographe. Cela paraîtra extraordinaire au lecteur de Thucydide : le personnage de Cléon y est proposé comme le paradigme d’excès en matière de vertu, ce qui est tout sauf une reprise de la doxa antique. Guez de Balzac sélectionne la partie favorable à Cléon d’une anecdote rapportée dans les Préceptes politiques plutarquiens, selon laquelle, dès qu’il eut accès au pouvoir, en gage d’indépendance, Cléon eût congédié d’un seul coup tous ces amis10 :

Ne nous laissons donc point éblouir à la réputation de la sagesse des Grecs. […] Que cela me fait de bien, me disait autrefois un excellent homme, de voir que les héros ont fui ; que les sages ont fait des sottises ; que ce grand orateur s’est servi d’un mauvais mot ; que ce grand politique a été d’une mauvaise opinion. Ces exemples de faiblesse et d’infirmité étaient les spectacles et les passe-temps qui divertissaient quelquefois cet excellent homme. Il se moquait de Démosthène, et de son ridicule point d’honneur : mais il se moquait encore plus de Cléon, et de son extravagante probité. Celui-ci ayant été appelé au gouvernement de la république, voulut signaler l’entrée de sa charge par je ne sais quoi de bien nouveau, et de bien étrange. Le lendemain de sa promotion, il envoya prier ses amis de venir chez lui, où, étant tous arrivés, et chacun avec espérance d’avoir bonne part à sa fortune, il leur tint un discours auquel pas un d’eux ne s’attendait, et qui faillit à les faire tomber de leur haut. Il leur dit qu’il les avait assemblés en sa maison pour les en chasser et pour leur déclarer que véritablement étant personne privée, il avait été leur ami ; mais qu’étant devenu magistrat, il croyait être obligé de renoncer à leur amitié. Il s’imagina que cette déclaration était un original de vertu ; un acte de probité héroïque, la plus belle chose qui se fût faite à Athènes depuis la fondation de la ville, depuis Thésée jusqu’à Cléon. Il crut qu’il fallait qu’un homme d’État fût un ennemi public ; que, pour la première épreuve de sa vigueur, il se défît de toutes ses inclinations, et de toutes ses amitiés ; qu’il rompît tous les liens de la nature et de la société.

6Au temps de Richelieu, Cléon pouvait donc sans problème passer pour un prince ordinaire, et ses faits et gestes pouvaient être commentés et agencés pour servir à l’édification des lecteurs, car, visiblement, la démocratie, le régime politique dont celui-ci était le principal promoteur, n’était en rien une menace pour l’ordre social.

*

  • 11 On ne saura sans doute jamais ce qu’était le Cléon imprimé à Lyon – ouvrage “plein de sottises”, à (...)
  • 12 Sur le libertinage dans la littérature du xviiie siècle, voir Laroch 1979.

7Revenons à présent au xviiie siècle ; en France, la première œuvre11 qui ait attiré notre attention dans ce périple à la recherche de Cléon date de 1771. C’est un monumental roman épistolaire à la prose parfois laborieuse mais non sans intérêt, le dernier ouvrage de Claude Prosper Jolyot de Crébillon, romancier libertin12 et fils du célèbre dramaturge Prosper Jolyot de Crébillon.

  • 13 Voir Laroch 1979, 191-192.
  • 14 Laroch 1979, 191.
  • 15 Costa & Holzle 2002, 271.
  • 16 Voir Laroch 1979, 328.

8Comme on le découvre dès les premières pages, les Lettres athéniennes sont censées composer en pointillé une biographie d’Alcibiade, le personnage sans doute le plus “romanesque” de l’Antiquité grecque13. En voulant suivre la mode du “roman hellénique”14, tout en évitant de faire du sien un cours d’histoire grecque, Crébillon n’accorde aucune importance aux faits qui ont le plus marqué la vie de son héros, aux événements notoires auxquels il a été personnellement impliqué. L’auteur s’attarde en revanche sur des événements dont il n’a été qu’un témoin indirect, et ce pendant la période la plus obscure de sa vie, avant qu’Alcibiade ne devienne un personnage important de la scène politique athénienne. C’est manifestement là un choix littéraire. En effet, “c’est délibérément que Crébillon a évacué de son texte tous ces épisodes, et cette disparition est à étudier dans le cadre plus vaste d’un ensemble de phénomènes qui tendent tous à remettre en cause les mécanismes mêmes de la fiction et de sa temporalité”15. En ce sens, le roman épistolaire de Crébillon constitue une tentative de fixer les caractéristiques d’un genre de fiction galante16 à la fois nourri d’histoire politique et feignant la reléguer au second plan. L’histoire comme prétexte de la fiction ou l’inverse ?

  • 17 Thc. 4.28.5.
  • 18 Crébillon [1771] (2002), 615-616 (lettre CIII, Alcibiade à Diodote, 613-619 ; cette ultime lettre (...)

9La base de l’intrigue est une rivalité amoureuse – entièrement inventée, bien sûr – entre deux personnages historiques : le héros, Alicibiade, expéditeur ou destinataire de la plupart des lettres, et Cléon, auteur de quelques-unes, mais, surtout, cible quasi-obsessionnelle des innombrables complots dont il est fait état dans cette correspondance. Dans la première moitié du roman, leur rivalité a pour objet la conquête d’Aspasie, la maîtresse en titre de Périclès. Pour fictif qu’il soit, le personnage de Cléon est bel et bien thucydidéen, comme en témoignent les quelques exemples qui suivent. Tout d’abord, faisant clairement allusion aux événements de 425 et à la “folle” promesse de Cléon de ramener prisonniers les Spartiates de Sphactérie en moins de vingt jours, Crébillon traduit assez bien à la fois le mépris à l’égard de l’homme politique dont avaient fait preuve, selon le récit de Thucydide17, les plus “sensés” parmi ses concitoyens, mais aussi le mépris de l’historien lui-même, à peine dissimulé derrière les ricanements de ses amis politiques. L’Alcibiade fictif de Crébillon va même plus loin que Thucydide, puisque, d’après lui, Cléon n’est pas seulement risible aux yeux d’un petit nombre d’Athéniens avertis mais “souverainement ridicule aux yeux d’un Peuple”18, le même qui n’hésite pas par ailleurs à lui accorder sa confiance :

  • 19 Crébillon [1771] (2002), lettre XCV, Alcibiade à Antipe, 598.

Enfin, si nous voulons l’en croire, son Gouvernement ne sera pour nous qu’un long enchaînement de prospérités. Comme ses fanfarons même les plus zélés connaissent son peu de courage et son incapacité en quelque genre que ce soit, il n’y a personne qui ne rie de ses magnifiques promesses ; malgré cela, on le sert avec une incroyable chaleur. Voilà, peut-être, le seul homme au monde à qui le ridicule n’ait pas nui19.

  • 20 Thc. 3.41-48.

10C’est aussi parce qu’il a lu Thucydide, que Crébillon fait de l’obscur Diodote (qui s’était opposé à la ligne dure sur la question des représailles contre la rebellion oligarchique mytilénienne de 428-427) un rival potentiel de Cléon (qui l’avait défendue)20. En effet, bien que, mis à part ce discours transmis par Thucydide, aucune autre information ne nous soit parvenue à son sujet, Diodote est invité par l’Alcibiade de Crébillon à revenir de la campagne où il s’était retiré, pour débarrasser la cité de la “tyrannie” de Cléon, grâce à ses talents d’orateur :

  • 21 Crébillon [1771] (2002), 667 (lettre CXIX, Alcibiade à Diodote, 663-667).

Venez montrer au vil tyran sous qui nous avons la bassesse de ramper, ce front terrible sur lequel il n’a jamais pu lever les yeux sans pâlir. Venez l’épouvanter encore de cette foudroyante éloquence qui l’a tant de fois écrasé21.

11En plein siècle des Lumières, la cabale historiographique antique est de nouveau brodée sur le canevas de l’incapacité naturelle des couches populaires à résister aux sirènes de la démagogie.

*

  • 22 Yorke et al. 1741-1743. Deux traductions françaises (celle d’Alexandre Louis Villeterque, chez Den (...)
  • 23 Les Lettres athéniennes sont initialement publiées à Londres. Le succès littéraire de Crébillon en (...)
  • 24 Barthélemy [1790] (1830), consacre plusieurs pages (82-87) d’une notice autobiographique publiée d (...)

12Si les sources historiographiques de Crébillon sont anciennes et sa thématique intimement liée aux obsessions libertines de son milieu, l’idée de les romancer sous forme de correspondance fictive est née dans un cercle de savants britanniques, une trentaine d’années avant la publication des Lettres athéniennes. En effet, entre 1741 et 1743, un groupe composé de douze amis en fin d’études à l’Université de Cambridge fait imprimer, en quatre volumes in-8° et en douze exemplaires seulement, un roman épistolaire intitulé Athenian Letters22. L’ouvrage ne fut réimprimé qu’en 1781, dix ans après la parution des Lettres athéniennes de Crébillon, en une centaine d’exemplaires. Or, cette diffusion confidentielle n’a pas empêché Crébillon, qui avait des liens forts avec l’Angleterre23, d’en prendre connaissance et de s’en inspirer. Comme le fera un peu plus tard l’Abbé Barthélemy – son Voyage du jeune Anacharsis sera achevé en 178824 – ces romans placent dans la Grèce ancienne un témoin privilégié, suffisamment éloigné des événements pour être capable de donner aux lecteurs du xviiie siècle un aperçu objectif de l’histoire de son époque et suffisamment impliqué pour injecter la dose d’affect nécessaire à la transformation du récit en roman.

  • 25 Par exemple, Hyde 1700, cité dans Yorke et al. 1741-1743, lettres CXI, CXXXVIII et CLXVI (notes re (...)

13Mais les ressemblances s’arrêtent là, car le roman de Crébillon adopte une vision infiniment plus passionnelle que celui des signataires du roman britannique. Chez Crébillon, l’histoire d’Athènes est adaptée à l’envergure intellectuelle d’un aristocrate libertin qui ne pense qu’à ses plaisirs raffinés et dont le jugement lui est surtout dicté par le mépris de tout ce qui ne lui ressemble pas ; dans le roman anglais, en revanche, l’histoire de la Guerre du Péloponnèse telle que Thucydide nous la transmet est relayée par un contemporain directement impliqué dans l’action et, en même temps, émotionnellement distant de tous les autres acteurs, autrement dit, par une sorte d’observateur idéal. La documentation du roman anglais est aussi sérieuse que l’idée de départ est sophistiquée. En effet, la correspondance est censée avoir été rédigée en langue persane et traduite en anglais par un savant fictif dont l’impressionnante érudition tient lieu de bibliographie implicite du roman ; on y trouve des travaux de Thomas Hyde25, célèbre orientaliste, probablement l’Histoire ancienne de Rollin – traduite en anglais entre 1738 et 1740 –, et, parmi les anciens, au moins Thucydide, Xénophon (Helléniques, Anabase, Cyropédie, Revenus), Aristophane (Cavaliers), Hérodote et Plutarque. Le héros des Athenian Letters, Cléander, espion du roi de Perse en poste à Athènes, se contente de manipuler froidement les ambitions des personnages thucydidéens en exécutant des ordres du grand roi transmis par Gobryas, un dignitaire de l’Empire perse. L’essentiel de la stratégie perse consiste à semer la zizanie pour que Sparte et Athènes ne se réconcilient jamais et que la Guerre du Péloponnèse se poursuive, jusqu’à ce que les Grecs soient définitivement réduits à l’impuissance et soumis aux Perses.

  • 26 Voir, par exemple, Yorke et al. 1803, lettre XXXV, t. 1, 167 : “Puissent les Cléon et les Tolmide (...)

14Même si les auteurs s’étaient contentés de reprendre la vision thucydidéenne de l’action de Cléon, celle-ci aurait suffi à réaliser dans la fiction les objectifs stratégiques et diplomatiques des Perses, dont Yorke et ses camarades adoptent le point de vue. En effet, conformément à l’image qu’en donne Thucydide, les signataires du roman épistolaire anglais présentent Cléon comme un anti-Périclès26. Or, aux traits habituels de Cléon, ils ajoutent un acte de haute trahison. Le passage suivant est une missive du Roi de Perse, jointe à une lettre de Gobryas à Cléander et transmettant à celui-ci l’ordre royal d’utiliser tous les moyens – y compris l’argent – pour que Cléon soit le plus intransigeant possible envers Sparte, dans l’intérêt de l’Empire perse :

  • 27 Yorke et al. 1803, lettre CXLIV t. 3, 70.

Artaxerxès, à Cléon
Nous avons reçu avec satisfaction vos offres de service et nous ne doutons ni de votre sincérité ni de vos talents. Nous désirons que vous accordiez une entière confiance à tout ce que Cléander, notre agent, vous dira en notre nom. Soyez assuré que le radieux Mithras ne suit pas avec plus de régularité sa course annuelle que nous n’observons avec reconnaissance nos engagemens et les devoirs qu’ils nous imposent à l’égard de ceux qui ont mérité notre faveur27.

  • 28 Yorke et al. 1803, lettre CLX, Gobryas à Cléander, t. 3, 176-187.

15L’affaire sera conclue un peu plus tard : dans une sorte de “lettre de mission”28, dans laquelle il refuse de laisser Cléander partir à la retraite, Gobryas fournit au lecteur un nombre important d’informations sur l’activisme diplomatique et militaire développé en Thrace autour des initiatives du stratège spartiate Brasidas, auxquelles Cléon est encouragé à réagir, conformément à ses convictions, certes, mais non sans un généreux remerciement otroyé par le roi de Perse : trente talents, que Cléander aurait remis à un Cléon déguisé, à minuit, hors des murs de la cité, à en croire le récit rocambolesque de l’espion, accompagné d’une extraordinaire note du “traducteur” :

  • 29 Texte grec d’Ar., Pax, 644-648.
  • 30 Yorke et al. 1803, lettre CXLVII, t. 3, 83-84, note.

Quoiqu’aucun historien n’ait parlé de ce fait de la vie de Cléon, on peut cependant en assurer la vraisemblance d’après un passage remarquable d’une des comédies d’Aristophane intilutée La Paix et représentée cinq ans après cette entrevue de Cléon et de Cléander. Ce passage, on ne peut en douter, faisait allusion à un événement semblable. Il paraît au moins que depuis ce temps il fut généralement reconnu parmi les Athéniens que l’or de étrangers fut la vraie cause qui empêcha la conclusion du traité avec Sparte dans une occasion où l’on pouvait l’obtenir à des conditions favorables. Je soumets ce passage au jugement du lecteur instruit. Le poète introduit Mercure faisant à Trygaeus et à des Athéniens le récit des causes secrètes des troubles qui ont agité la Grèce. […]29. Ce qui peut être ainsi traduit : “Mais les étrangers, qui voyaient le mal que pouvaient leur faire les orateurs, leur fermaient la bouche avec de l’or qu’ils leur distribuaient en abondance. La Grèce en serait la victime si vous n’en étiez informés ; celui qui se rendit ainsi coupable était un corroyeur”30.

  • 31 Matt. 26.15.

16Le chiffre n’est certainement pas choisi au hasard. Les auteurs ont choisi, en effet, la monnaie la plus connue de l’Antiquité et adapté la somme à celle qui, dans toute la tradition chrétienne, est indissociablement liée à la trahison par excellence, celle de Judas et de ses “trente pièces d’argent”31. Plus loin, le champion de la démocratie qu’on qualifie encore aujourd’hui de “radicale” est même présenté comme un agent salarié du roi de Perse :

  • 32 Yorke et al. 1803, lettre CLX, Gobryas à Cléander, t. 3, 175-176 ; cf. lettre CLXIII, Cléander à G (...)

Comme le roi sait très bien qu’il est pour lui de la plus haute importance, quel que soit le résultat de toutes ces négociations avec les Athéniens, d’avoir un ami secret dans leurs conseils, il s’en réfère à votre prudence pour offrir en son nom une gratification annuelle à Cléon, et il remplira tous les engagemens que vous croirez à cet égard devoir prendre avec lui32.

17Pour acquérir son épaisseur romanesque, le portrait thucydidéen de Cléon est assombri par une accusation de haute trahison. Mais, malgré la justification apportée par la note érudite citée plus haut, cette souillure fictive sur le portrait d’un personnage historique n’est pas compatible avec la connaissance qu’ont de l’histoire grecque les lecteurs auxquels s’adresse ce roman, probablement les mêmes que ceux auxquels s’adressait Rollin à peine quelques années plus tôt. Aussi le portrait de Cléon est-il aussitôt ramené à ses tons originels ; en effet, pour criminel qu’il soit quand il se laisse acheter par les Perses, Cléon n’agit pas par pure vénalité, mais aussi par patriotisme, puisque l’objectif stratégique de la cité d’Athènes est d’écraser Sparte. En outre, il n’est pas tout à fait responsable de ses actes : la politique grecque est présentée comme un théâtre de marionnettes, avec des figures visibles, dont Cléon lui-même, qui n’ont pratiquement aucune prise sur les événements, puis, dans l’ombre, les vrais acteurs, qui tirent les ficelles.

18Du reste, les auteurs ressentent rarement le besoin de recourir à la fiction et à l’anachronisme pour caractériser Cléon ; dans la plupart des cas, leurs jugements sont de simples paraphrases, voire de fidèles traductions de ceux de Thucydide. Tel est le cas d’une lettre de Cléander, où l’espion affirme, au sujet de Cléon, que :

  • 33 Yorke et al. 1803, lettre L, t. 1, 248.

c’est l’homme le plus opposé à la paix parce que dans des tems tranquilles ses infames actions éclateraient et l’on cesserait d’ajouter foi aux calomnies dont il abreuve tous les honnêtes gens qu’il redoute33.

  • 34 Thc. 5.16.1 : γενομένης ἡσυχίας καταφανέστερος νομίζων ἂν εἶναι κακουργῶν καί άπιστότερος διαβάλλω (...)

19À la traduction du jugement final que Thucydide formule après le récit de la mort de Cléon devant Amphipolis34, Cléander ajoute seulement la dernière relative, qui ne fait qu’émousser l’efficacité rhétorique de l’original.

  • 35 Yorke et al. 1803, lettre CLXIV, Cratippus à Cléander, t. 3, 213-216 ; l’épisode des hilotes est l (...)

20Les auteurs des Athenian letters essaient d’emprunter à Thucydide son impartialité – ou, du moins le souci de l’afficher. En effet, s’il est sévère avec Cléon, le roman ne l’est pas moins avec les Spartiates, qui recherchent l’appui perse auprès de Artaphernès pour affaiblir les Athéniens en Thrace, lors des négociations précédent immédiatement l’expédition de Brasidas. Dans un autre cas, les auteurs se montrent encore plus sévères avec les Spartiates : il s’agit du jugement porté sur les responsables – dont Brasidas lui-même – de l’extermination des deux mille hilotes les plus valeureux. Les deux critiques se trouvent dans une des dernières lettres du “recueil”, écrite par le “collègue” de Cléander, l’espion perse en poste à Sparte35.

21Le point de vue des auteurs est très clairement déterminé à la fois par l’idéologie impérialiste, qui associe l’absolutisme à la tolérence et l’harmonie à la soumission des nations au monarque éclairé de la meilleure d’entre elles. En effet, à en croire la même lettre qui dresse le requisitoire contre les Spartiates, l’Empire perse, dont Cléander et Cratippus sont les agents, est un havre de paix et d’humanité :

  • 36 Yorke et al. 1803, ibid., 214-215.

Que nous sommes heureux, Cléander, de nous être attachés à cette contrée tutélaire dont tous les habitans ont les mêmes droits à la protection d’un gouvernement qui n’établit aucunes distinctions entre les Lydiens, les Mèdes, les Bactriens, les Ioniens et qui estime et récompense ces hommes laborieux qui couvrent nos champs de graines nourrissantes et nos montagnes de plantations utiles. Là, les affections domestiques s’étendent même jusqu’aux esclaves ; ici je ne vois que les bourreaux de ceux dont ils ont oublié les services, et tel est l’empire de la coutume sur les plus nobles ames, que Brasidas lui-même ne montre ni inquiétude ni remords, quoique quarante de ces malheureux aient péri sous son toit perfide et inhospitalier36.

22Renvoyés dos-à-dos, les Athéniens et les Spartiates s’avèrent inhumains, tant collectivement qu’individuellement – à travers leurs plus célèbres représentants du moment –, et, partant, tout aussi indignes les uns que les autres de l’extraordinaire place que la postérité leur a réservée dans l’histoire de l’humanité.

Conclusion

23Représentant de la tyrannie des rustres et des hommes sans goût sur les libertins raffinés, chez Crébillon, traître à une patrie qui, au fond, ne méritait pas mieux, chez Yorke et ses camarades, le Cléon romanesque, figure nouvelle dans la galerie de portraits antiques, est façonné par deux courants de pensée ou plutôt par deux états d’esprit distincts qui, à la veille de la Révolution française, témoignent d’une même appréhension face à l’éventualité de la souveraineté populaire. Car, présenter Cléon comme un cynique jouisseur quasiment apolitique – tellement l’intrigue galante prime sur les luttes de pouvoir dans les Lettres athéniennes –, ou comme un traître hyper-politique, obnubilé par son projet hégémonique au point de ne pas se rendre compte qu’il devient l’instrument d’un empire en expansion – l’Empire perse, préfiguration de l’Empire britannique –, relève du même besoin de se rassurer face à l’incompréhensible et imprévisible collectivité sur le point de s’affirmer, en faisant d’un ancien “champion du peuple” ce qu’il n’a probablement jamais été : un chef souverainement responsable des errements de la masse, un anti-prince. En ce sens, tant les douze représentants de l’élite en gestation de l’Empire britannique – lui-même en pleine mutation – que le protégé du duc d’Orléans sont des relais assez fidèles de l’analyse politique thucydidéenne, dont l’objectif historiographique coïncidait avec le projet comique d’Aristophane sur au moins un point : “diaboliser” Cléon.

Bibliographie

REFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

1. Sources

Balzac, G. de (1664) : Aristipe ou De la Cour, Elzevier, Amsterdam.

Barthélémy, J.-J. [1790] (1830) : “Troisième mémoire sur la vie ; sur Anacharsis” (1790), Voyage du jeune Anacharsis en Grèce vers le milieu du ive siècle avant l’ère vulgaire, Rolland, Paris, t. 1, 65-87 (= Mémoires sur la vie et sur quelques-uns des ouvrages de J. -J. Barthélemy, s. l., s. d.).

Crébillon, Cl. [1771] (2002) : Lettres athéniennes, Œuvres complètes (J. Sgard [dir.]), t. 4, Costa V. et D. Lolzle, éd., Classiques Garnier (1ère édition Londres, 1771), Paris.

Hardy, A. (1624-1628) : Le théâtre, J. Quesnel, Paris, t. 3.

Hyde, Th. (1700) : Historia religionis veterum Persarum, eorumque magorum, Londres.

La Fontaine, J. (1685) : La confidente sans le savoir, in Contes et nouvelles en vers G. Couton, éd., Bibliopolis, Paris, 1998-1999 (= Garnier, Paris, 1985), http ://gallica.bnf.fr/ark :/12148/bpt6k101454x.item, consulté le 30/08/08.

Lytton, Ed. B. (2004) : Athens : its rise and fall : with views of the literature, philosophy, and social life of the Athenian people (1837), O. Murray (éd.), Routledge, Londres - New York.

Ravaisson-Mollien, F., éd. (1881) : Archives de la Bastille, Règne de Louis XVI, (1709-1772), Paris.

Rigault, H. (1856) : Histoire de la Querelle des Anciens et des Modernes, Hachette, Paris.

Rollin, Ch. [1730] (1763) : Histoire ancienne des Égyptiens, des Carthaginois, des Assyriens, des Babyloniens, des Mèdes et des Perses, des Macédoniens, des Grecs (1ère éd. Paris, 1730), Frères Estienne, Paris.

Scudéry, G. de (1649) : Poésies diverses, A. Courbet, Paris.

Thorel de Campigneulles, C. Cl. Fl. de (1750) : Cléon, rhéteur cyrénéen, ou Apologie d’une partie de l’histoire naturelle [traduit de l’italien], Amsterdam (Paris).

Thorel de Campigneulles, C. Cl. Fl. de (1757) : Cléon ou le petit maître esprit-fort, Genève.

Villiers, Cl. Deschamps, sieur de (1663) : Zélinde, comédie, ou La véritable critique de l’Escole des femmes et la critique de la critique, C. Barbin, Paris.

Yorke, Ph., Ch. Yorke, G. H. Rooke, J. Green, D. Wray, J. Heaton, W. Heberden, H. Coventry, J. Lawry, C. Talbot, Th. Birch, S. Salter (1741-1743) : Athenian Letters, or, The Epistolary Correspondence of an Agent of the King of Persia, residing at Athens during the Peloponnesian War. Containing the history of the times, in despatches to the Ministers of State at the Persian Court. Besides, letters on various subjects between him and his friends, J. Bettenham, Londres.

Yorke, Ph., et alii (1803) : Lettres athéniennes ou Correspondance d’un agent du roi de Perse, à Athènes, pendant la Guerre du Péloponnèse, tr. fr. A.-L. Villeterque, Dentu, Paris, an XI, 3 vol., in-8° (deuxième édition : 4 vol., in-12°).

2. Études

Ampolo, C. (1997) : Storie greche. La formazione della moderna storiografia sugli antichi grechi, Einaudi, Turin.

Avlami, Chr. (2008) : “Civilisation versus civitas ? La cité grecque à l’épreuve de la civilisation”, Revue de Synthèse, 129, 23-56.

Barrell, R. A. (1968) : Chesterfield et la France, Nouvelles éditions latines, Paris.

Chasles, Ph. (1845) : “Portraits historiques – Le Comte de Chesterfield”, Revue des Deux Mondes, 12, 905-933.

Cornford, F. M. [1907] (1965) : Thucydides Mythistoricus, Routledge, Londres (1ère éd. Arnold, 1907).

Costa, V. et D. Holzle (2002) : “Introduction”, in : Crébillon 2002.

Fromentin, V., S. Gotteland et P. Payen, éd. (2009) : Ombres de Thucydide. Le réception de l’historien depuis l’Antiquité jusqu’au début du xxe siècle. Actes des colloques de Bordeaux, les 16-17 mars 2007, de Bordeaux les 30-31 mai 2007 et de Toulouse, les 23-25 octobre 2008, Bordeaux.

Goncourt, Ed. & J. de (1862) : La femme au dix-huitième siècle, Didot, Paris.

Grell, Ch. (2007) : “Pensar la historia griega y romana en Francia en el siglo xviii : ambigüedades y potencialidades de los ‘ Modelos históricos”, in : Romero Recio et al. 2007, 4-13.

Lang, M. L. (1972) : “Cleon as the anti-Pericles”, CPh, 67, 159-169.

Laroch, Ph. (1979) : Petits-maîtres et roués : évolution de la notion de libertinage dans le roman français du xviiie siècle, Laval.

Loraux, N. et P. Vidal-Naquet (1990) : “La formation de l’Athènes bourgeoise : essai d’historiographie 1750-1850”, in : Vidal-Naquet (1990), 161-209.

Orfanos, Ch. (2006) : Les Sauvageons d’Athènes ou la didactique du rire chez Aristophane, Paris.

Payen, P. (2009) : “Thucydide et Rollin : émergence du paradigme athénien au xviiie siècle”, in : Fromentin et al. 2009, 613-624.

Ranum, O. (1999) : “Eyeing the Libraires. Men and Women in the Police Dockets”, conférence à Johns Hopkins http ://www.ranumspanat.com/physiognomy.html, consulté le 16/03/09.

Romero Recio, M., J. Alvar, Chr. Avlami, dir. (2007) : Transferencias culturales e Historiografía de la Antigüedad (t. 2), Revista de historiografía, 7.

Stewart, Ph. et M. Ebel-Davenport (2001) : “Dossier Claude Crébillon - Henriette Marie Stafford”, Studies on Voltaire and the Eighteenth Century 12, 199-231.

Vidal-Naquet, P. (1990) : La démocratie grecque vue d’ailleurs, Paris.

Notes

1 Les théoriciens du progrès considèrent Aristophane comme une sorte de précurseur ancien des Anciens de la Querelle ; voir, par exemple, Rigault 1856, 7 : “Mais les poètes satiriques et les moralistes, qui présentent le miroir aux vices des humains, prennent aisément le parti du passé qui leur sert à humilier le présent. Chez les Athéniens, le représentant le plus décidé et le plus spirituel de l’esprit ancien, c’est Aristophane. Dans ces comédies exquises et cyniques, qui transportaient le peuple d’Athènes et qui charmaient Platon, il attaque partout l’esprit nouveau en politique, en philosophie, en littérature, et frappe avec une injuste égalité de violence Cléon, Socrate et Euripide”.

2 Voir Thc. 2.37.1 et 2.65.10.

3 Voir Loraux & Vidal-Naquet 1990 ; cf. Avlami 2008, qui met en garde contre la tentation de rendre atemporelle cette construction idéologique du xixe siècle. Des sérieux doutes sur la fiabilité des sources concernant Cléon apparaissent déjà dans les années 1830, comme le prouve la lecture de Lytton [1837] (2004), 560-567.

4 Pour le dossier doxographique, voir Orfanos 2006, 26-34.

5 Voir Ar., Eq., 732 : φιλῶ σ’ὦ ∆ῶῆμ’…

5 Ampolo 1997, 6.

6 Voir Payen 2009.

7 Grell 2007, 8 : “la méconnaissance du grec a certainement été un facteur déterminant, car l’étude attentive des sources n’était accessible qu’aux érudits qui maîtrisaient cette langue. Toute compilation suppose un travail préparatoire considérable. Dans les années 1720, Charles Rollin, dans son Traité des Études (1726-1728) soulignait qu’il n’existait toujours pas d’histoire grecque disponible en France, et il entreprit, pour sa part, de combler cette lacune”.

8 Rollin [1730] (1763), t. 4, 581-591.

9 Rollin [1730] (1763), t. 8, 720-721.

10 Balzac 1664, 183-184, reprenant en partie Plut. 806f 7-807a 13 (Préceptes politiques). Les premières apparitions littéraires de l’anthroponyme Cléon sont sans rapport avec l’homme politique athénien. En effet, le tout premier Cléon est un personnage de théâtre qui joue un rôle insignifiant dans Dorise, une pièce d’Alexandre Hardy ; voir Hardy 1624-1628, 464-465. Cf. Villiers 1663, 159. Chez Corneille, Cléon est un personnage sympathique et entièrement imaginaire ; voir Clitandre ou l’amour persécuté (1630) ; Polyeucte martyr (1641). Cf. La Fontaine 1685. En revanche, dans l’Agésilas de Corneille (1666), tragédie brodée sur le canevas de La vie de Lysandre plutarquienne, un autre personnage du nom de Cléon renvoie à un homonyme ancien, obscur logographe originaire d’Halicarnasse (voir Plut., Lys., 25.1.4 ; Ages., 20.3.2). À peu près à la même époque, le frère de Madeleine de Scudéry, Georges de Scudéry (1598-1667), a pu s’inspirer de l’homme politique mort au combat devant Amphipolis pour le héros de son curieux Sonnet sur la mort d’un brave, de date incertaine : longtemps victorieux, son Cléon imaginaire finit par mourir au combat : Et Mars même jaloux satisfait son envie :/Il tombe ce guerrier ; mais après cent guerriers ;/Et la victoire chante, en montrant ses lauriers ;/Si Mars eût pu mourir, Cléon serait en vie (Scudéry 1649, 71). Si l’identification est bonne, nous avons affaire-là, avec vingt siècles de retard et malgré le ton passablement pompier, au premier éloge funèbre en l’honneur de Cléon !

11 On ne saura sans doute jamais ce qu’était le Cléon imprimé à Lyon – ouvrage “plein de sottises”, à en croire un rapport de police ; s’il s’agit de Thorel de Campigneulles 1750 (cf. Thorel de Campigneulles 1757), il n’y est pas du tout question du Cléon thucydidéen ; la seule certitude est que le fait d’en avoir vendu un exemplaire en juin-juillet 1750 a valu à une libraire un interrogatoire la Bastille ; voir Ravaisson-Mollien 1881, t. 12, 372-373 ; cf. Ranum 1999. En tout cas, le nom de Cléon est associé au personnage-type du petit-maître au moins depuis Destouches, Le triple mariage, comédie en un acte et en prose, montée en juillet 1716 ; cf. Fagan, Le ridicule supposé, comédie en un acte, en prose, avec un divertissement, produite à l’Italien en 1743. Même traitement par Anseaume, L’École de la jeunesse ou le Barnevelt français, opéra comique joué à l’Italien en janvier 1765 et adapté de la tragédie bourgeoise anglaise Barnwell ou le Marchand de Londres.

12 Sur le libertinage dans la littérature du xviiie siècle, voir Laroch 1979.

13 Voir Laroch 1979, 191-192.

14 Laroch 1979, 191.

15 Costa & Holzle 2002, 271.

16 Voir Laroch 1979, 328.

17 Thc. 4.28.5.

18 Crébillon [1771] (2002), 615-616 (lettre CIII, Alcibiade à Diodote, 613-619 ; cette ultime lettre du Livre III prend la défense de Périclès contre les accusations d’une biographie de Périclès qu’aurait publiée Cléophon le socratique).

19 Crébillon [1771] (2002), lettre XCV, Alcibiade à Antipe, 598.

20 Thc. 3.41-48.

21 Crébillon [1771] (2002), 667 (lettre CXIX, Alcibiade à Diodote, 663-667).

22 Yorke et al. 1741-1743. Deux traductions françaises (celle d’Alexandre Louis Villeterque, chez Dentu, et celle de Mathieu Christophe, chez Ouvrier), paraîtront simultanément à Paris en 1803 ; la première sera même reéditée au cours de l’année.

23 Les Lettres athéniennes sont initialement publiées à Londres. Le succès littéraire de Crébillon en Angleterre lui avait valu l’amour de Lady Henriette Marie de Stafford, devenue sa maîtresse en 1744, puis, quatre ans plus tard, son épouse, ainsi que l’amitié du Comte de Chesterfield. Sur les débuts romanesques de sa liaison avec sa future épouse, voir Goncourt 1862, ch. 4, n. 58 ; cf. Stewart & Ebel-Davenport 2001. Sur son amitié avec Chesterfield, voir Chasles 1845 et Barrell 1968, 121-124.

24 Barthélemy [1790] (1830), consacre plusieurs pages (82-87) d’une notice autobiographique publiée d’abord indépendamment, puis comme préface à son roman, à nier farouchement toute influence des Athenian Letters et à prouver qu’il en ignorait l’existence, sans dire un mot de l’ouvrage de Crébillon. Dans une apagogie digne de son talent littéraire, il déclare même, à propos des Letters : “si j’avais eu ce modèle devant les yeux, ou je n’aurais pas commencé mon ouvrage, ou je ne l’aurais pas achevé”. La phrase est citée par Mathieu Christophe en exergue de sa traduction du roman anglais (Ouvrier, Paris 1803).

25 Par exemple, Hyde 1700, cité dans Yorke et al. 1741-1743, lettres CXI, CXXXVIII et CLXVI (notes reprises par le traducteur dans Yorke et al. 1803, t. 3, 33, 227, 231).

26 Voir, par exemple, Yorke et al. 1803, lettre XXXV, t. 1, 167 : “Puissent les Cléon et les Tolmide continuer à préparer ainsi les victoires des Perses par les dissensions des Grecs. Puissent-ils faire échouer toujours les sages desseins de Périclès” ; cf. lettre CXLVII, t. 3, 78-86. C’est ainsi que l’historiographie moderne a “sérié” les jugements et les événements du récit thucydidéen, du moins depuis le début du vingtième siècle ; voir Cornford [1907] (1965). En ce sens, les auteurs des Athenian letters font figure de pionniers. Même si je ne partage nullement l’hypothèse selon laquelle Cléon serait un oligarque, l’opposition entre les deux figures dans le récit thucydidéen est correctement relevée par Lang 1972.

27 Yorke et al. 1803, lettre CXLIV t. 3, 70.

28 Yorke et al. 1803, lettre CLX, Gobryas à Cléander, t. 3, 176-187.

29 Texte grec d’Ar., Pax, 644-648.

30 Yorke et al. 1803, lettre CXLVII, t. 3, 83-84, note.

31 Matt. 26.15.

32 Yorke et al. 1803, lettre CLX, Gobryas à Cléander, t. 3, 175-176 ; cf. lettre CLXIII, Cléander à Gobryas, t. 3, 208-209.

33 Yorke et al. 1803, lettre L, t. 1, 248.

34 Thc. 5.16.1 : γενομένης ἡσυχίας καταφανέστερος νομίζων ἂν εἶναι κακουργῶν καί άπιστότερος διαβάλλων. La calomnie est la caractéristique la plus souvent mise en avant s’agissant de Cléon. Cf. Ar., Eq., 45, où Cléon est qualifié de διαβολώτατόν τινα, “horrible langue de vipère”, ou, pour succomber à la tentation de l’anachronisme, “le diable en personne”.

35 Yorke et al. 1803, lettre CLXIV, Cratippus à Cléander, t. 3, 213-216 ; l’épisode des hilotes est la reprise sur le mode du témoin direct du récit de Thc. 4.80.3-5.

36 Yorke et al. 1803, ibid., 214-215.

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540