Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ombres de Thucydide

 | 
Valérie Fromentin
, 
Sophie Gotteland
, 
Pascal Payen

Première partie. Thucydide et la formation d’une “science de l’Antiquité”

La réception de Thucydide chez C. Paparrigopoulos, Histoire de la nation hellénique (1860-1874)1

Mélina Tamiolaki

Texte intégral

Introduction : théories de la réception, questions de terminologie

  • 1 Je remercie Pascal Payen pour l’invitation au colloque sur la réception de Thucydide aux temps mode (...)
  • 2 Voir à ces sujets, Martindale 2006, 1-13. Cf. aussi, en général, Machor & Goldstein 2001, “Introduc (...)

1Le terme “réception” est chargé d’une polysémie et d’une ambivalence. La polysémie résulte du fait qu’en réalité toutes les lectures peuvent être considérées comme une sorte de réception : par exemple, la manière dont Thucydide réagit, même tacitement, contre Hérodote constitue une sorte de réception d’Hérodote qui peut être comparable à la manière dont les auteurs modernes lisent, interprètent ou corrigent les textes classiques, la distance chronologique créant naturellement différentes formes de réception. L’ambivalence est liée à un débat récent sur le “sens” du texte, sur les théories du texte et du lecteur et par conséquent sur la relation entre le texte classique et sa lecture, son élaboration, sa transformation. Dans ce cas, des questions importantes se posent : peut-on parler d’un “sens” objectif du texte ? Si le “sens” est sujet à des interprétations diverses, comment la réception peut-elle être définie ? Quel est le rôle du lecteur dans cette procédure de transformation2 ?

  • 3 Cf. par exemple, Flemming 2006, 137 : “J’espère avoir démontré que l’emploi des termes comme ‘ déto (...)
  • 4 Puisqu’il s’agit parfois aussi d’un film ou d’une pièce théâtrale ou musicale. Voir, par exemple, H (...)
  • 5 Cf. Martindale 2006, 5 : “la réception… fournit une manière intellectuellement cohérente d’éviter e (...)

2L’évolution surprenante des études sur la réception (reception studies) au cours de dernières décennies a conduit à des théories qui tendent à une élimination de l’emploi de termes comme “transformation”, “abus”, “détournement”3 et à une autonomisation du texte (ou de l’objet culturel4) moderne, dont la valeur (esthétique, littéraire ou autre) est souvent dissociée de la lecture (exacte ou non) des textes classiques qui l’ont inspirée. Cette nouvelle perspective, dans la mesure où elle conduit à un dialogue réciproque entre le passé et le présent, est féconde5.

  • 6 Cette distinction nous paraît importante, puisque les outils méthodologiques développés pour les th (...)

3Néanmoins, les termes mentionnés ci-dessus peuvent s’avérer utiles dans deux perspectives. La première consiste en un examen détaillé des éléments de la réception des textes classiques. Les termes mentionnés peuvent ainsi être employés non pas pour offrir une évaluation négative du texte moderne, mais plutôt pour définir avec une exactitude plus grande la relation entre le texte moderne et sa source d’inspiration ancienne. Ce qui contribue à une meilleure compréhension du texte moderne sans présupposer une sorte de querelle esthétique avec le texte ancien. La deuxième perspective revient à une distinction nécessaire entre la réception littéraire, qui concerne surtout les textes poétiques, et la réception plutôt politique des textes de prose (comme l’historiographie ou la philosophie)6. Dans le deuxième cas, le fait que les priorités politiques l’emportent souvent sur les buts littéraires ou esthétiques légitime (et parfois impose) l’emploi des termes comme “transformation”, ou même “abus” ou “déformation”.

La réception de Thucydide pendant le xixe siècle

4Les lectures de Thucydide au xixe siècle peuvent être divisées en deux catégories : a) les lectures plutôt philologiques, qui exaltent ses qualités littéraires, essaient de trouver les étapes de composition de son histoire et expriment leur admiration pour son esprit critique. Telles sont les lectures de Niebuhr, Ranke, Meyer, Schwartz ; b) les lectures qu’on pourrait caractériser de politiques : dans ce cas, Thucydide n’est pas l’unique objet d’étude, mais sa lecture constitue une partie d’une étude ou d’une réflexion plus générale sur la civilisation grecque. À cette catégorie appartiennent les œuvres des historiens ou des hommes politiques de cette période, comme celles de Grote, Fustel de Coulanges, Benjamin Constant et d’autres.

  • 7 Voir à ce propos, Kakridis 1978.

5En ce qui concerne plus précisément la Grèce du xixe siècle, la réception de l’antiquité devrait être examinée à travers le prisme de la conquête ottomane et de la lutte pour l’indépendance qui a abouti à la fondation de l’État grec en 1830. Dans cette perspective, le tournant vers l’Antiquité observé pendant cette période et un peu avant, pendant la période dite des Lumières Grecques (Νεοελληνικός Διαφωτισμός), est considéré comme une sorte de préparation intellectuelle à la guerre de l’indépendance : les Grecs étaient appelés à s’approprier la tradition glorieuse de leurs ancêtres, ce qui les conduirait dans un premier temps à imiter leurs exploits et à se libérer des Ottomans. Le projet d’Adamance Coray de faire l’édition des auteurs grecs, ainsi que la tendance des Grecs à donner des noms anciens à leurs enfants7, sont des initiatives inscrites dans ce processus.

  • 8 Pour cette édition, voir Charilaou 1998, 29-44. Cf. Kontiadi-Tsitsoni 1992-1995, 207-215.
  • 9 Coray avait prêté ses notes manuscrites à Pierre-Charles Lévesque, qui les a utilisées dans son édi (...)

6À l’instar de l’Europe occidentale, l’étude de Thucydide en Grèce se caractérise aussi par deux tendances : on peut distinguer d’une part les études plus strictement philologiques et d’autre part les lectures plutôt politiques. À la première catégorie appartient la première édition de Thucydide accompagnée d’une traduction en grec moderne par Néophytos Doucas, qui a été publiée à Vienne en 18058. Déjà en 1793, Adamance Coray avait commencé à préparer une édition de Thucydide, mais il ne l’a jamais publiée9. À la deuxième catégorie appartiennent les études dont le but n’est pas l’explication de Thucydide per se, mais son exploitation pour les messages historiques et politiques, dans le contexte plus général d’une réflexion sur la civilisation ou l’histoire grecque. Tel est le cas de la lecture de Thucydide par C. Paparrigopoulos.

Paparrigopoulos et la construction de la continuité de la nation hellénique

  • 10 Les Phanariotes étaient une sorte d’élite grecque qui vivait à Constantinople depuis la deuxième mo (...)
  • 11 Pour la vie de Paparrigopoulos, nous renvoyons à l’étude classique de Dimaras 1986.

7Né à Constantinople en 1815, Constantinos Paparrigopoulos provenait du milieu des Phanariotes10. Il a fréquenté un lycée français et a continué ses études auprès des enseignants fameux de l’époque, comme Géorgios Génnadios. Il n’a jamais effectué d’études supérieures à l’université. Son intelligence, son activité intellectuelle et politique, en combinaison avec les relations qu’il entretenait dans le milieu des Phanariotes dont il provenait, l’ont beaucoup aidé dans son parcours professionnel. Paparrigopoulos a travaillé au Ministère de la Justice et dans l’enseignement secondaire, avant de devenir Professeur à l’Université. De plus, il avait des activités de journaliste : il était membre du comité d’édition de la revue Spectateur de l’Orient et il écrivait aussi dans d’autres revues de cette période. En ce qui concerne ses convictions politiques, il gardait des relations étroites avec I. Kolettis, le chef du parti français en Grèce11.

8Paparrigopolos fut le premier historien à écrire une histoire de la nation hellénique des temps anciens jusqu’aux temps modernes. Le but de cette œuvre était de démontrer que le peuple grec, malgré ses contacts, mélanges, confrontations avec d’autres peuples, se caractérisait par une homogénéité, une unité et une continuité. Cette continuité est prouvée tant par sa langue que par son caractère, qui reste le même au cours des siècles, son trait le plus important étant le goût de la liberté et la volonté de résistance face aux conquérants.

  • 12 Voir précisément, Sigalas 2001, qui offre une analyse pénétrante de la naissance et de la transform (...)
  • 13 Voir Miliori 2000, 69-104 ; cf. récemment, Güthenke 2008.

9Le contexte historique dans lequel cette œuvre est née est complexe et marqué par certains facteurs qui définissent les relations (intellectuelles et politiques) entre la Grèce du xixe siècle et l’Europe occidentale : les Grecs s’efforcent de se débarrasser du joug ottoman avec l’appui des puissances occidentales. L’influence des partis anglais, français, russe alterne en Grèce, en créant chaque fois de nouvelles conditions géopolitiques12. En outre, le courant du philhellénisme exerce une influence importante, en encourageant davantage l’intérêt pour la Grèce moderne13.

  • 14 Pour les idées de Fallmerayer et la naissance de l’historicisme grec, voir surtout Véloudis 1970, 4 (...)

10L’interaction entre l’intérêt des pays occidentaux pour la civilisation grecque ancienne et leur volonté de se mêler aux affaires politiques de la Grèce moderne pendant une période qui se caractérise par des problèmes graves, politiques et économiques, crée une situation particulière. Ainsi, malgré (et peut-être à cause de) l’admiration pour la civilisation ancienne, nombreux sont ceux qui déclarent être déçus par les Grecs modernes, une déception qui s’exprime dans les textes des philosophes, des savants ou des voyageurs et culmine avec Jacob Philippe Fallmerayer. Dans son traité, Geschichte der Halbinsel Morea während des Mittelalters. Teil 1 : Untergang der peloponnesischen Hellenen und Wiederbevölkerung des leeren Bodens durch slavische Volksstämme, Stuttgart 1830, le savant allemand insiste sur les mélanges des Grecs avec d’autres peuples au cours des siècles (notamment les Slaves), pour conclure que du sang grec ne coule pas dans les veines des Grecs modernes. L’idée principale qui sous-tend ces approches est l’exaltation de l’Antiquité et l’indifférence pour l’histoire grecque après la bataille de Chéronée (338 a. C.). Tout ce qui suit cette bataille est considéré comme une étape du déclin de la civilisation grecque14.

  • 15 Pour les problèmes du terme “hellénisme” chez Droysen, voir Momigliano 1983, 384 : “C’est J. G. Dro (...)
  • 16 Voir, Momigliano 1983, 392-393, et 390 : “La Macédoine étant la Prusse de l’Antiquité, il est logiq (...)
  • 17 Pour ces transformations, voir Koubourlis 1998, 45-46.

11La mise en question de ces approches a commencé en 1833, avec la publication de la Geschichte des Hellenismus de J. G. Droysen. En employant le terme “hellénisme” pour l’époque hellénistique, Droysen l’a identifié avec la diffusion de la civilisation grecque pendant la période des successeurs d’Alexandre15. L’hellénisme constitue ainsi une force positive et dynamique, qui assimile les influences étrangères et s’impose à elles, en devenant aussi finalement le véhicule de l’expansion du christianisme. Le but de Droysen n’était pas de défendre les Grecs modernes contre les accusations sur leur identité ambivalente. Droysen était prussien et voyait dans la Grèce antique un modèle pour l’Allemagne de son temps16. Or, l’histoire de Droysen est devenue un présupposé important pour la naissance de l’histoire de Paparrigopoulos. Celui-ci a étendu la problématique de Droysen, tout d’abord en amplifiant le contenu du mot hellénisme. Chez Paparrigopoulos, l’hellénisme ne fait pas seulement référence à l’époque hellénistique. Toutes les périodes de l’histoire grecque sont caractérisées par ce mot : Premier hellénisme (de l’antiquité), hellénisme macédonien, hellénisme byzantin, hellénisme contemporain (la révolution grecque pour l’indépendance). De cette manière, l’historien homogénéise l’histoire grecque et construit une continuité en effectuant une transformation du terme inauguré par Droysen17.

  • 18 Il faudrait mentionner surtout les œuvres de Kozakis-Typaldos 1839, de Rénieris 1841 et de Zampélio (...)
  • 19 Pour la montée du nationalisme pendant le xixe siècle en Europe, voir à titre indicatif, Hobsbawm 1 (...)
  • 20 Voir à ce propos, Koubourlis 2005b, 28. Cf. aussi, Kitromilides [1996] (2000), 492, qui remarque qu (...)
  • 21 La Grande Idée constitue en principe un projet de libération (à court ou à long terme) des territoi (...)

12L’histoire de Paparrigopoulos naît donc dans un contexte qui combine un fort intérêt politique et intellectuel pour la Grèce avec un débat sur l’identité néohellénique et sur la manière dont cette identité peut définir l’avenir politique des Grecs. Les germes de l’idée de la continuité existaient déjà avant Paparrigopoulos18, mais l’histoire de Paparrigopoulos constitue la première tentative consciente et exhaustive de construction de la continuité grecque. Évidemment, cette histoire s’insère dans une tentative d’écriture des histoires nationales observée également dans les pays occidentaux pendant la même période19. Mais le nationalisme grec se caractérise par une dualité. À un premier niveau, il pourrait être caractérisé comme défensif, puisque les Grecs essaient de se libérer des Ottomans. À un deuxième niveau, le contenu amplifié et dynamique que Paparrigopoulos attribue au mot hellénisme contribue à la création de l’une image plutôt agressive d’une nation, qui, en raison de sa mission civilisatrice, se propose non seulement de se libérer des Ottomans, mais aussi d’étendre son pouvoir, le but ultime étant de jouer un rôle important dans les évolutions politiques de l’Europe, et plus précisément des Balkans, et finalement de “gouverner l’Orient”20. De telles idées circulaient en Grèce et étaient particulièrement promues par I. Kolettis, dans sa présentation de la dite Grande Idée en 184421.

La présence de Thucydide dans l’histoire de la nation hellénique

  • 22 Le titre en grec moderne est Ἱστορία τοῦ Ἑλληνικοῦ ἔθνους. En 1878 Paparrigopoulos a publié une tra (...)
  • 23 Voir Dimaras 1986, 221-235, pour le plan général de l’histoire de Paparrigopoulos.

13L’Histoire de la nation hellénique22 de Paparrigopoulos est divisée en cinq volumes. Chaque volume est divisé en livres (biblçia), qui couvrent des épisodes différents de la civilisation grecque ; chaque livre est ensuite subdivisé en chapitres. Ainsi, le premier volume est divisé en deux livres (temps pré-historiques, premiers temps historiques), tandis que le deuxième en comprend trois (consacrés respectivement aux guerres médiques, à la guerre du Péloponnèse et à ce que Paparrigopoulos appelle, “déclin du premier hellénisme”)23. Il est clair que, contrairement à ses homologues anglais ou allemands, Paparrigopoulos consacre peu d’espace à l’antiquité grecque. Dans les deux volumes consacrés à cette période, Thucydide apparaît plusieurs fois.

La familiarisation de Paparrigopoulos avec l’œuvre de Thucydide

  • 24 À notre connaissance, un examen systématique de l’emploi des sources anciennes par Paparrigopoulos (...)

14L’exercice auquel nous nous livrons, à savoir une étude de l’emploi de Thucydide chez Paparrigopoulos, pourrait être étendu à un examen détaillé de toutes les sources anciennes que l’historien grec a utilisées pour l’écriture de son histoire24. Mais l’insistance sur Thucydide paraît plus justifiée : tout d’abord à cause de la connaissance profonde du texte de Thucydide, qui est cité ou paraphrasé à plusieurs reprises dans l’Histoire de la nation hellénique ; ensuite, parce que Paparrigopoulos, sans doute influencé par les courants intellectuels de son temps, exprime une admiration profonde pour l’historien ancien ; en fin de compte, le thème même de l’histoire de Thucydide, le récit d’une guerre civile, constitue un domaine riche en messages didactiques, tels que ceux que Paparrigopoulos veut transmettre à ses contemporains.

  • 25 Pour donner un exemple, voir Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 1, 390 : “Les Spartiates, en raiso (...)
  • 26 Paparrigopoulos considère la question des origines de la guerre du Péloponnèse comme très important (...)
  • 27 Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 2, 236 ; Paparrigopoulos donne une version libre du premier dis (...)
  • 28 Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 2, 159. Paparrigopoulos esquisse un portrait de Périclès en se (...)
  • 29 Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 2, 225-226.

15Paparrigopoulos se réfère à Thucydide selon les manières suivantes : a) dans la plupart des cas il cite le texte ancien, mais sans se référer au chapitre précis25 ; b) quand il considère la citation comme importante, il donne le chapitre précis26 ; c) plusieurs fois il utilise des versions libres du texte de Thucydide : dans ce cas, l’historien ancien est mentionné comme source, mais les événements sont décrits et enrichis par des jugements et des interprétations qui portent la plume de Paparrigopoulos27 ; d) de plus, il est intéressant de noter que la familiarité de Paparrigopoulos avec la langue et le texte de Thucydide est si profonde qu’il s’approprie souvent des expressions de Thucydide, sans mentionner qu’elles appartiennent au grand historien classique28 ! ; e) enfin, une deuxième conséquence de cette familiarité, est que les passages de Thucydide sont parfois cités dans des contextes différents de ceux de l’histoire de Thucydide29.

  • 30 Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 1, 240.

16Paparrigopoulos se réfère pour la première fois à Thucydide à propos de la guerre de Troie. Il exalte sa méthode et arrive à la conclusion que seul Thucydide a présenté les événements de la guerre de Troie “dénués de leur pourpre mythique”30. Thucydide est considéré par Paparrigopoulos comme le prototype de l’historien objectif. L’historien grec n’hésite pas à comparer Thucydide à ses homologues modernes à propos de l’emploi de l’imagination pour la reconstruction des traditions mythiques de la Grèce :

  • 31 Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 1, 247-248 (nous soulignons).

Telle est la différence entre Thucydide et Homère […] : il s’agit de la différence entre le peintre qui peint des personnages réels et le peintre qui peint des personnages idéaux [...]. Cependant, les interprètes de l’âge mythique de la Grèce modifient sans cesse le prototype qu’ils ont devant eux et construisent chacun un nouveau monde […]. Ces interprétations sont peut-être très érudites et très intelligentes, mais elles sont si divergentes, qu’on ne peut pas comprendre en nous fondant sur elles quelle est l’histoire réelle et certaine de ces temp-là31.

17Paparrigopoulos procède à une évaluation de Thucydide dans une tentative de comparaison avec les deux autres historiens classiques, Hérodote et Xénophon. Or, malgré son admiration profonde pour Thucydide, il ne semble pas sous-estimer Hérodote non plus. Au début de son chapitre intitulée “La guerre agressive. L’hégémonie des Athéniens”, il commente :

  • 32 Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 2, 143-144 (nous soulignons).

Malheureusement, à partir de ce moment, nous n’aurons plus comme guide le naïf Hérodote […]. Il est vrai qu’Hérodote ne dispose ni du jugement philosophique, ni de l’expérience pratique, ni de l’esprit politique de Thucydide. Cependant, Hérodote a écrit au milieu du ve siècle, Thucydide vers la fin de ce siècle ; entre-temps, l’esprit grec a mûri. À part cela, Thucydide s’est avéré supérieur à la période qu’il a décrite, tandis qu’Hérodote a donné une image exacte de son temps. Mais l’œuvre d’Hérodote est peut-être plus précieuse que celle de Thucydide : chez le deuxième, on admire surtout la génie de l’historien, tandis que chez le premier on admire avant tout l’image de la nation qui constitue l’objet de la narration32.

  • 33 Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 2, 145.

18Son attitude à l’égard de Xénophon est différente. Paparrigopoulos énonce ouvertement l’infériorité de Xénophon par rapport à Thucydide et défend la thèse selon laquelle la préférence de Xénophon pour le régime oligarchique est erronée, ce qui rend son œuvre insuffisante33.

La soumission de l’histoire de Thucydide au schéma intellectuel et historiographique de Papparigopoulos

19Un examen plus proche des passages de Thucydide que Paparrigopoulos a utilisés dans son histoire révèle comment l’historien grec a soumis Thucydide à son schéma intellectuel en insistant sur certains événements, en minimisant ou en en omettant d’autres, en modifiant parfois le contenu et le sens du texte ancien. Les transformations principales sont au nombre de trois : tout d’abord, la réception positive de l’hégémonie athénienne ; ensuite, la perception de l’hégémonie athénienne comme une tentative pour créer la première nation hellénique ; enfin, le jugement négatif sur Périclès, qui est considéré par Paparrigopoulos comme le responsable du déclin du régime démocratique.

  • 34 Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 2, 147. Cf. aussi, 175 : Athènes est caractérisée “admirable po (...)
  • 35 Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 2, 145.

20Paparrigopoulos exprime une admiration profonde pour les exploits militaires des Athéniens. Déjà dans son récit sur les expéditions qui ont suivi la bataille de Platée, il écrit : “comment ne pas admirer l’activité inépuisable de cette race et ne pas la considérer digne de la fortune qui l’attendait” ?34. Ensuite, bien qu’il se fonde presque exclusivement sur Thucydide et suive de près son texte dans la description des événements, dans son récit sur la Pentékontaétie, il n’exploite pas toutes les informations du texte de Thucydide. Paparrigopoulos a justifié cette attitude en exprimant son chagrin que la Pentékontaétie soit trop courte35, mais il apparaît que cette attitude est surtout dictée par un élément qui se superpose, son admiration pour la puissance athénienne.

21Cette admiration le conduit à minimiser la portée de l’esclavage et de l’oppression exercée sur les alliés par les Athéniens. Voici comment il décrit et même justifie la transformation de l’hégémonie athénienne en empire :

  • 36 Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 2, 164-165.

Pendant un certain nombre d’années, tous les membres de l’alliance ont maintenu leur autonomie […] et la cité d’Athènes avait seulement la présidence, la stratégie de l’alliance […]. Néanmoins, peu à peu, cette stratégie a été transformée en despotisme ou domination […] ; la caisse de Délos a été transférée à Athènes et cette cité s’est révélée une souveraine absolue sur toutes les cités auxquelles elle présidait auparavant. Cette transformation était naturelle. L’exécution des décisions du conseil (σύνοδος) sur les obligations de chaque cité devait être confiée à quelqu’un, elle a donc été confiée comme il était normal, aux Athéniens, qui étaient les chefs et présidaient l’alliance. Les Athéniens donc au début ont organisé la perception de l’impôt de chaque cité, en confiant cette tâche à des fonctionnaires, qui étaient appelés des hellénotames… Mais puisque ni l’argent ni les navires n’étaient régulièrement versés, les Athéniens ont été contraints de recourir à la violence à l’égard des alliés. Et cela fut la première occasion d’intervention dans les affaires des cités alliées […]36.

22L’élément de la soumission des alliés est totalement passé sous silence dans la description suivante :

  • 37 Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 2, 175.

Les parties diverses de l’État athénien ne formaient pas une seule et unique constitution (πολιτεία). Les cités auxquelles les Athéniens présidaient maintenaient leur existence indépendante, qui était limitée seulement par le fait que les Athéniens étaient leurs hégémones. En d’autres termes, l’État des Athéniens était constitué par une politeia imposée à d’autres. Par conséquent, si Athènes tombait entre les mains des ennemis, à savoir si la cité dominante était absente, les autres cités recouvreraient toute leur indépendance et l’édifice des Athéniens s’effondrerait37.

  • 38 Thc. 1.98.1-4 : “En premier lieu, les Athéniens assiégèrent Éion... sous les ordres de Cimon, fils (...)
  • 39 Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 2, 79-180.
  • 40 Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 2, 174. Cf. Thc. 1.105.5.

23L’écart avec le récit de Thucydide est évident. Le vocabulaire du texte ancien montre clairement la démarche impérialiste des Athéniens38. En revanche, pour Paparrigopoulos, les expéditions des Athéniens sont conçues surtout comme des étapes glorieuses de la création de leur grande puissance. Sa description de la soumission d’Égine le montre aussi clairement : “cette île fut contrainte de démolir ses murailles, de livrer aux Athéniens ses navires et de conclure un accord pour le paiement d’un impôt annuel […]. Cette série continue de triomphes était parfois interrompue par certains événements de mauvaise chance”39. Dans le même contexte, à propos de la guerre de 460 a. C. entre les Éginètes, les Épidauriens et les Corinthiens, d’une part, et les Athéniens, d’autre part, Paparrigopoulos présente le résultat comme un triomphe des Athéniens, tandis que Thucydide atteste que le combat naval était indécis (ἰσόρροπον)40.

24Dans cette perspective, selon Paparrigopoulos, la notion d’esclavage ne constitue qu’une perception des alliés, qui est justifiée, mais qui doit être gérée par les Athéniens, s’ils souhaitent perpétuer leur hégémonie :

  • 41 Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 2, 219-220 (nous soulignons).

Les cités alliés considéraient qu’elles étaient asservies aux Athéniens, d’autant plus que, la guerre contre les Perses terminée, le noble prétexte de leur alliance initiale avec les Athéniens disparut. Il était donc impossible que le reste de la nation hellénique accepte d’avoir la même fortune [...]. Il était néanmoins certain que cette domination ne pouvait pas être maintenue longtemps, seulement dans les conditions posées par Périclès, à savoir l’abandon de toute revendication continentale. Puisque les Athéniens ont été convaincus d’obéir à ce juste jugement [...] les choses ont bien avancé pendant un certain temps et la période entre le traité de Trente ans et le début de la guerre du Péloponnèse, qui a duré presque quinze ans, n’a pas été moins glorieuse que la précédente, malgré l’amputation que l’hégémonie athénienne avait subie41.

  • 42 Thc. 6.87.2.
  • 43 Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 2, 255-256.

25En fin de compte, la description du statut des alliés des Athéniens donnée par Paparrigopoulos ne prend pas en considération la complexité du texte thucydidéen, qui établit des distinctions subtiles entre les alliés libres, autonomes et upoteleis42. Paparrigopoulos donne une description plus simplifiée, qui divise les alliés seulement en libres et soumis43.

26Cette lecture de la puissance athénienne est justifiée par le dessein principal de l’œuvre de Paparrigopoulos. Il s’agit d’une histoire écrite à partir du présent. Les textes anciens ne sont donc pas examinés dans leur contexte, mais leurs informations sont adaptées et modifiées selon le but de l’historiographe. Paparrigopoulos semble hanté par une inquiétude pour l’avenir du nouvel État grec fondé en 1830. La continuité et la réussite de cet État doivent être fondées sur le passé de la Grèce. Paparrigopoulos construit ce passé en lisant l’histoire grecque comme une série de tentatives de création d’une unité politique. Dans cette perspective, la puissance athénienne est conçue comme une première tentative importante, mais qui a échoué.

27Ce qui constitue le deuxième point de divergence entre Paparrigopoulos et Thucydide. Dans ce cas, il ne s’agit pas d’une sélection ou d’une omission des informations du texte thucydidéen ; il s’agit d’une prise de distance consciente et d’une description qui sert exclusivement le but de l’historiographe. Cet élément explique aussi à son tour la première transformation : Paparrigopoulos n’insiste pas sur l’esclavage des alliés ; les Athéniens sont exempts de leurs fautes à l’égard des alliés, car ils avaient un but sacré, l’unité de la nation.

28Le caractère anachronique de cette lecture conduit à des imprécisions, contradictions ou même confusions sur le plan du vocabulaire et plus précisément sur l’emploi des mots ἔθνος (nation), κράτος (État), Φυλή (race), qui sont substitués à des mots plus adaptés au monde ancien, comme πόλις. Ainsi, Paparrigopoulos parle de l’État des Athéniens qui veulent unir sous leur tutelle toute la nation :

  • 44 Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 2, 191-192, 211.

Pendant cette période, à savoir pendant la moitié du ve siècle, les Athéniens non seulement ont contraint les Perses à reconnaître l’indépendance de tous les territoires grecs. Mais encore ils ont achevé un autre exploit, peut-être plus admirable : ils ont créé, au sein du monde grec, un grand État (κράτος), qui était mu et dirigé par une volonté, qui provenait de la cité d’Athènes, un État que l’histoire grecque connaissait pour la première fois, puisqu’on voyait la nation (ἔθνος) divisée en plusieurs cités indépendantes. Telle était la cité d’Athènes (πόλις) vers le milieu du ve siècle. Cette cité avait réussi à avoir sous sa domination une grande partie de la nation hellénique44.

  • 45 Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 2, 171.
  • 46 Pour l’emploi de ces termes pendant le xixe siècle, voir Dimaras 1986, 77-82.
  • 47 Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 2, 213 (nous soulignons).

29En même temps, Paparrigopoulos parle de l’union en un seul État grec45. De plus, il oppose la race ionienne à la race dorienne, mais il parle aussi de la race grecque46. Voici comment il clôt son chapitre sur la période de la Péntakontaétie : “Il serait juste de dire que presque la moitié de la nation hellénique était unie sous les Athéniens. Périclès, pour sa part, pensait à appeler à Athènes un conseil de toutes les cités, en préparant ainsi l’unification de la nation[…]. Par conséquent, en ce moment mémorable de l’histoire grecque, on pourrait prétendre que nos ancêtres allaient achever entre autres le but nécessaire de toute grande nation, l’unité sous un commandement”47.

  • 48 Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 2, 223. Cf. aussi le prologue du premier volume de l’histoire d (...)
  • 49 Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 2, 261.
  • 50 Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 2, 334. À cette phrase de Paparrigopoulos, Karolidis ajoute un (...)

30Plus bas, l’union de la nation est décrite comme “le rêve non achevé de la nation hellénique pendant la première période de son histoire”48. Ce qui donne aussi, selon Paparrigopoulos, une dimension de noblesse à la lutte des Athéniens pour leur hégémonie pendant la guerre du Péloponnèse : “Si les Athéniens luttaient pour défendre leur empire, ils se battaient néanmoins aussi pour l’unité nationale”49. Et voici comment il exprime son désarroi devant l’échec de cette tentative et la fin de la guerre : “ce qui a provoqué et rallumé pendant vingt-sept ans sans cesse la guerre du Péloponnèse fut le régime problématique des Athéniens autant à l’intérieur qu’à l’extérieur. C’est-à-dire le fait que nos ancêtres n’avaient pas connu les principes sains sur lesquels devraient être fondés avec sûreté l’unité de la nation et le règlement de ses affaires intérieures. Pour ces raisons la première tentative de formation d’un grand État grec a échoué”50.

  • 51 Pendant la discussion qui a suivi cette communication, Bruno Bleckmann a posé la question de savoir (...)

31L’obsession de Paparrigopoulos pour l’idée d’union nationale et son désarroi devant l’échec des Athéniens à constituer un seul État dominant définissent aussi le portrait de Périclès. Dans ce cas, il est encore une fois intéressant d’observer comment l’historiographe grec s’écarte de Thucydide, en transformant et même en critiquant son texte. Périclès est considéré par Paparrigopoulos comme le responsable du déclin du régime démocratique. Selon l’historiographe grec, les mesures de Périclès sur les θεωρικά ont nourri l’inertie du peuple en conduisant à la montée des démagogues dans l’Assemblée et par conséquent à la défaite lors de la guerre du Péloponnèse et à la chute de l’empire athénien51.

  • 52 Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 2, 161, 171.
  • 53 Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 2, 180. Ce qui provoque le commentaire de Karolidis sur l’inexa (...)

32Dans cette perspective, en comparant les approches politiques différentes de Périclès et de Cimon, Paparrigopoulos privilégie Cimon, parce que ce dernier ne défendait pas de mesures radicales en faveur du peuple52. Qui plus est, son admiration pour les exploits militaires de Cimon est telle qu’il dit de Périclès : “il n’a eu que rarement des réussites militaires”53. C’est dans un contexte de critique de Périclès, qu’il interprète et commente la fameuse phrase de Thucydide, qu’il applique également à ses successeurs :

  • 54 Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 2, 162 (nous soulignons).

Même durant la vie de Périclès, la corruption morale du peuple athénien a commencé à être évidente. Rappelons ce que dit Thucydide sur cet homme dans l’éloge admirable qu’il a fait de lui : ‘ ἐγίγνετό τε λόγῳ μὲν δημοκρατία͵ ἔργῳ δὲ ὑπὸ τοῦ πρώτου ἀνδρὸς ἀρχή’. En d’autres termes, le régime, au lieu d’être démocratique, s’est avéré monarchique ; et le peuple, au lieu d’exercer un contrôle sur l’homme qui était le chef […] était contrôlé par lui. Et cela est bon, quand le chef est Périclès. Mais s’il y a des Cléons, des Hyperboles, des Théramènes et des Critias ? C’est pour cette raison que nous avons eu l’occasion de dire ailleurs que la politeia fleurit moralement et politiquement, quand elle n’est pas détournée par ses magistrats mais quand elle contrôle et juge leur comportement en étant toujours prête à se battre contre toute déviation. Les Athéniens jouissaient d’un très grand essor pendant les cinquante premières années du ve siècle a. C. Et ils auraient peut-être pu continuer à être prudents, si le point de vue de Cimon avait été suivi, si les mesures de Périclès n’étaient pas intervenues54.

  • 55 Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 2, 207-211.

33C’est dans le même contexte que Paparrigopoulos “intervient” dans le texte de Thucydide. Tout d’abord, en ce qui concerne l’Epitaphios. Contrairement à Thucydide, Paparrigopoulos place une version libre de l’Epitaphios (des paragraphes 37 à 41 du deuxième livre) après la description des exploits militaires de Cimon55. Conscient de cette transformation, il la justifie plus bas de la manière suivante :

  • 56 Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 2, 263-264 (nous soulignons).

Il est vrai que, quand Périclès parlait, la puissance des Athéniens était encore intacte ; néanmoins, ce spectacle admirable d’une puissance qui vit à l’aise dans la philosophie et qui combine les exploits militaires avec les joies de la paix, convenait plus à la période précédente, à savoir vingt ans auparavant, quand les Athéniens avaient triomphé en Afrique et en Asie, que pendant cette année, quand les Athéniens voyaient l’Attique ravagée par les ennemis. C’est pour cette raison que nous avons jugé plus juste de placer ce discours pendant les années de Cimon. En outre, il faut avouer que cette image d’un essor avait un caractère abominable en étant incluse dans une cérémonie pour les morts ; en outre, cette oraison funèbre allait s’avérer le discours funéraire de l’essor même des Athéniens, qui un peu plus tard, ont subi la première blessure cruciale56.

  • 57 Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 2, 244.

34De plus, toujours à propos de Périclès, Paparrigopoulos corrige deux fois le texte de Thucydide. Le premier exemple provient du récit concernant les accusations des Lacédémoniens contre Périclès à cause de ses liens avec les Alcméonides et le sacrilège de Cylon. Paparrigopoulos cite et commente Thucydide : “‘ὢν γὰρ δυνατώτατος τῶν καθ΄ ἑαυτὸν καὶ ἄγων τὴν πολιτείαν ἠναντιοῦτο πάντα τοῖς Λακεδαιμονίοις͵ καὶ οὐκ εἴα ὑπείκειν͵ ἀλλ΄ ἐς τὸν πόλεμον ὥρμα τοὺς Ἀθηναίους’. Ces paroles de l’historien et surtout les demandes des Lacédémoniens montrent comment l’influence de Périclès pendant les dernières années de sa stratégie s’était avérée immense. Néanmoins, il ne faut pas penser qu’il dormait sur des roses”. Paparrigopoulos consacre ensuite une page et demi de son histoire à décrire l’opposition à Périclès57.

35Le deuxième exemple provient de la description de la réaction des Athéniens après le premier discours de Périclès sur le déclenchement de la guerre. Paparrigopoulos donne une version libre du discours de Périclès et commente ensuite :

Périclès a parlé ainsi. Les Athéniens, atteste Thucydide, en pensant qu’il les conseillait bien, ont décidé de répondre aux Lacédémoniens selon les conseils de Périclès et de dire à tout le monde qu’ils ne cèderaient à personne, mais qu’ils étaient prêts à résoudre le conflit en ayant recours à la justice et aux traités. Par conséquent, les ambassadeurs des Lacédémoniens sont rentrés sans avoir rien obtenu (ἄπρακτοι) et aucune autre ambassade ne fut envoyée aux Athéniens. Cependant, malgré l’éclat et l’intelligence du discours de Périclès, il faut avouer qu’en premier lieu, nous ne pouvons pas comprendre comment les Athéniens ont pensé que les conseils de Périclès étaient bons et comment ils ont accepté toutes ses propositions.

  • 58 Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 2, 251-253. Cf. 262.

36Dans l’analyse qui suit, Paparrigopoulos énumère les catégories de personnes qui devraient être insatisfaites des propositions de Périclès et qui ne souhaitaient pas la guerre : les riches possesseurs de terre d’Attique, les hommes prudents et justes d’Athènes. Pour conclure : “Néanmoins, comme nous l’avons noté aussi auparavant, les hommes prudents, intelligents et justes n’étaient plus prédominants dans l’Assemblée […] à partir de la période des mesures salariales de Périclès, l’Assemblée était essentiellement constituée par la masse des hommes de la mer, qui étaient non seulement indifférents à l’égard de la catastrophe imminente pour la terre attique, mais aussi peut-être la désiraient, car l’envie des pauvres à l’égard des riches est naturelle”58.

En guise de conclusion

  • 59 Pour la réception de l’histoire de Paparrigopoulos en Grèce et à l’étranger, voir Dimaras 1986, 294 (...)

37L’Histoire de Paparrigopoulos manque d’une stricte méthodologie scientifique : l’historien ne donne que rarement les citations des textes anciens qu’il utilise ou paraphrase ; de plus, il se réfère parfois vaguement aux historiens modernes sans préciser exactement leurs noms. Ces caractéristiques ont suscité des critiques négatives. La réponse (peu satisfaisante) de l’historiographe à ces critiques était que son œuvre n’était pas destinée à l’élite des érudits mais visait à instruire le peuple. En effet, l’influence de cette histoire a été grande : elle a été enseignée à l’école et à l’université et elle a reçu un prix de l’Association pour l’Encouragement des Études Grecques de Paris59.

  • 60 La phrase est citée par Dimaras 1986, 362.

38Notre étude sur l’emploi de Thucydide par Paparrigopoulos a révélé un autre aspect problématique de cette œuvre : la soumission des sources anciennes et plus précisément de Thucydide au schéma historiographique préconçu de l’historien. Il est néanmoins nécessaire de noter que l’historiographe ne se rend pas absolument compte des transformations qu’il effectue sur les textes anciens ; d’une certaine manière, l’interprétation anachronique des sources anciennes précède leur lecture. C’est pour cette raison qu’on ne peut pas reprocher à Paparrigopoulos une déformation intentionnelle du texte de Thucydide. En outre, son respect absolu pour Thucydide en tant qu’historien-modèle, en combinaison avec la description détaillée qu’il donne dans son histoire sur la tâche de l’historien, montre qu’il essaie, lui aussi, d’atteindre cet idéal. Une preuve en est encore apportée par une lettre de Paparrigopoulos au directeur d’édition du journal ἘΦημερίς, dans laquelle il explique pourquoi il ne veut pas collaborer avec ce journal. La raison est l’absence d’humour, un trait que Paparrigopoulos considère qu’il partage avec Thucydide. Il écrit donc : “Λέων ἐγέλασε ἐνταῦθα ; le scholiaste a commenté ainsi le récit de Thucydide sur le sacrilège de Cylon. Voudriez-vous donc avoir comme collaborateur de votre journal quelqu’un qui n’a ri qu’une ou deux fois dans sa vie intellectuelle ?”60. Paparrigopoulos ressent donc une affinité et une proximité avec Thucydide, qu’il traite comme un collègue.

  • 61 Pour cette discussion, voir l’étude de Haynes 2006, 44-54 (particulièrement, p. 44-49).

39En guise de conclusion, certaines questions de réception peuvent être discutées. Un aspect du débat sur la lecture et l’interprétation des textes traite le thème du “préjugé”. H. -G. Gadamer défend le caractère inévitable d’une sorte de préjugé dans l’étude des textes et tente de dissocier ce mot de ses connotations négatives. J. Hambermas, d’autre part, indique les difficultés d’une telle approche61. Ce débat devient encore plus compliqué à cause des interprétations diverses qu’on donne de l’expression “sens” (meaning) du texte. Si nous essayons d’appliquer ces schémas à notre étude, nous avons les problèmes suivants : quel est le “sens” du texte de Thucydide ? Quel est le “sens” de l’histoire de Paparrigopoulos ? Comment agit Paparrigopoulos en tant que lecteur de Thucydide ? Et comment agit le spécialiste moderne de l’antiquité en tant que lecteur de Thucydide ? Si nous reprochons à Paparrigopoulos une lecture insuffisante ou inexacte de Thucydide, présupposons-nous que nous possédons le “sens” objectif du texte ancien ? S’il y a une sorte de “préjugé”, celui-ci concerne-t-il seulement une catégorie de lecteurs, dans ce cas les auteurs dont la réception est analysée ?

40Évidemment, le fait que chaque interprétation est sujette à une sorte de subjectivité atténue la notion de préjugé. Dans cette perspective, on pourrait prétendre que même la réaction de Paparrigopoulos contre l’idéalisation de Périclès ne constitue pas une déformation du texte ancien, mais une sorte de critique d’un préjugé de Thucydide. La comparaison systématique que nous avons entreprise entre le texte de Thucydide et sa lecture par Paparrigopoulos peut ainsi s’avérer fructueuse d’une double manière ; d’une part, elle peut contribuer à l’éclaircissement du sens des deux textes, et d’autre part, elle peut placer la question du préjugé à un autre niveau : non pas tant examiner si le préjugé est positif ou négatif, mais plutôt le considérer comme un élément constitutif du sens, un élément dont la fonction concrète demande une interprétation. Telle est la voie que nous avons tenté de suivre en analysant la réception (ou le préjugé) de Paparrigopoulos au sujet de Thucydide…

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

1. Sources du xixe siècle citées

Ἡ τῆς τρίτης Σεπτεμβρίου ἐν Ἀθήναις ἐθνικὴ συνέλευσις, Πρακτικά, Athènes 1844 [L’assemblée nationale du 3 septembre (1844) à Athènes, Procès verbaux].

Kozakis-Typaldos, G. (1839) : Φιλοσοφικὸν Δοκίμιον περὶ τῆς προόδου καὶ τῆς πτώσεως τῆς Παλαιᾶς Ἑλλάδος, Athènes [Essai philosophique sur le progrès et la chute de l’Hellade ancienne].

Paparrigopoulos, C. (1843) : Περὶ τῆς ἐποικίσεως σλαβικῶν τινῶν Φύλων εἰς τὴν Πελοπόννησον, Athènes [Sur l’établissement de certaines tribus slaves en Péloponnèse].

– (1844) : Τὸ τελευτα τον ἔτος τῆς ἑλληνικῆς ἐλευθερίας, Athènes [Le dernier an de la liberté hellénique].

– (1978) : Histoire de la civilisation hellénique, Paris.

– [1860] (1930) : Ἱστορία τοῦ ἑλληνικοῦ ἔθνους. Ἔκδοσις Ὀγδόη εἰκονογραΦημένη μετὰ προσθηκῶν, σημειώσεων καὶ βελτιώσεων ἐπὶ τῇ βάσει τῶν νεωτάτων πορισμάτων τῆς ἱστορικῆς ἐρεύνης ὑπὸ Παύλου Καρολίδου, Ἀθῆναι, τόμος Πρῶτος [Histoire de la nation hellénique. Huitième édition avec des illustrations, des additions, des notes et des améliorations sur la base de résultats récents de la recherche historique par Paulos Karolidis, vol. 1].

– [1860] (1930) : Ἱστορία τοῦ ἑλληνικοῦ ἔθνους. Ἔκδοσις Ὀγδόη εἰκονογραφημένη μετὰ προσθηκῶν, σημειώσεων καὶ βελτιώσεων ἐπὶ τῇ βάσει τῶν νεωτάτων πορισμάτων τῆς ἱστορικῆς ἐρεύνης ὑπὸ Παύλου Καρολίδου, Ἀθῆναι, τόμος Δεύτερος [Histoire de la nation hellénique. Huitième édition avec des illustrations, des additions, des notes et des améliorations sur la base de résultats récents de la recherche historique par Paulos Karolidis, vol. 2].

Rénieris, M. (1841) : Φιλοσοφία τῆς Ἱστορίας. Δοκίμιον, Athènes [Philosophie de l’histoire. Essai].

Zampélios, Sp. (1852) : Ἄσματα δημοτικὰ τῆς Ἑλλάδος. Ἐκδοθέντα μετὰ μελέτης ἱστορικῆς περὶ μεσαιωνικοῦ ἑλληνισμοῦ, Corfu [Chants populaires de l’Hellade. Édités avec une étude historique sur l’hellénisme médiéval].

Ténédios, M. (1977) : Διατριβὴ εἰς Θουκυδίδην, Vienne [Dissertation sur Thucydide].

2. Études

Charilaou, N. (1998) : “Η πορεία του Θουκυδίδη στη νεοελληνική σκέψη. Η έκδοση του Νεόφυτου Δούκα 1805-1806”, Μνήμων 20, 29-44 [Thucydide dans la pensée néohellénique, édition de Néophytos Doukas 1805-1806].

Chryssos, E. éd. (1996) : Ἕνας νέος κόσμος γεννιέται. Ἡ εικόνα τοῦ ἑλληνικοῦ πολιτισμοῦ στὴ γερμανικὴ ἐπιστήμη κατὰ τὸν 19ο αἰῶνα, Athènes, MIET [La naissance d’un nouveau monde. L’image de la civilisation hellénique dans la science allemande au xixe siècle].

Dakin, D. [1982] (1984) : Ἡ ἑνοποίηση τῆς Ἑλλάδας 1770-1923 (Μετάφραση : Α. Ξανθόπουλος. Τίτλος πρωτοτύπου : The Unification of Greece 1770-1923, London 1972), Ἀθῆνα, ΜΙΕΤ [L’unification de la Grèce 1770-1923. Traduction de l’anglais en grec moderne par A. Xanthopoulos. Titre de l’original : The Unification of Greece 1770-1923, Londres 1972].

De Romilly, J. (1990) : Thucydide. Histoire de la guerre du Péloponnèse, Paris.

Dimaras, K. Th. (1986) : Κωνσταντῖνος Παπαρρηγόπουλος. Ἡ ἐποχή του. Ἡ ζωή του. Τὸ ἔργο του, Athènes, MIET [Constantinos Paparrigopoulos. Son époque. Sa vie. Son œuvre].

Flemming, K. (2006) : “The Use and Abuse of Antiquity. The Politics and Morality of Appropriation”, in : Martindale & Thomas 2006, 127-137.

Funke, P. (1996) : “Ἡ ἀρχαῖα Ἑλλάδα : ἕνα ἀποτυχημένο ἔθνος ; Ζητήματα πρόσληψης καὶ ἑρμηνείας τῆς ἀρχαίας ἑλληνικῆς ἱστορίας στὴν γερμανικὴ ἱστοριογραφία τοῦ 19ου αιῶνα”, in : Chryssos 1996, 83-105 [La Grèce ancienne : une nation qui a échoué ? Questions de réception et d’interprétation de l’histoire grecque ancienne dans l’historiographie allemande du xixe siècle].

Güthenke, C. (2008) : Placing Modern Greece, Oxford.

Hardwick, L., (2006) : “Remodelling Receptions : Greek Drama as Diaspora in Performance”, in : Martindale & Thomas 2006, 204-215.

Hardwick, L., C. Stray, éd. (2008) : A Companion to Classical Receptions, Oxford.

Haynes, K. (2006) : “Text, Theory and Reception”, in : Martindale & Thomas 2006, 44-54.

Hobsbawm, E. J. (1990) : Nations and Nationalism since 1780 : Programme, Myth, Reality, Cambridge.

Jauss, H. R. (2001) : “The Identity of the Poetic Text in the Changing Horizon of Understanding”, in : Machor & Goldstein 2001, 7-28.

Kakridis, I. (1978) : Οἱ ἀρχαῖοι Ἕλληνες στὴν νεοελληνική παράδοση, Athènes, MIET [Les Grecs anciens dans la tradition néohellénique].

Kitromilides, P. [1996] (2000) : Νεοελληνικός Διαφωτισμός. Οἱ πολιτικές καὶ κοινωνικές ἱδέες (μετάφραση : Στ. Νικολούδη. Τίτλος πρωτοτύπου : Tradition, Enlightment and Revolution, Harvard University Ph. D. Diss. 1978), Αθῆνα, ΜΙΕΤ [Lumières grecques. Les idées politiques et sociales. Traduction de l’anglais en grec moderne par St. Nicoloudi. Titre de l’original : Tradition, Enlightment and Revolution, Thèse, Harvard 1978].

Kontiadi-Tsitsoni, E. (1992-1995) : “Ὁ Θουκυδίδης κατὰ τὸν αἰῶνα τοῦ ἑλληνικοῦ Διαφωτισμοῦ”, ΕΕΦΣΠΑ 30, 207-215 [Thucydide pendant le siècle des Lumières grecques].

Koubourlis, I. (1998) : “Ἐννοιολογικὲς πολυσημίες καὶ πολιτικὸ πρόταγμα : ἕνα παράδειγμα ἀπὸ τον Κ. Παπαρρηγόπουλο”, Τὰ Ἱστορικά, 15 (28/29), 31-56 [Polysémies sémantiques et projet politique : un exemple chez C. Paparrigopoulos].

– (2005a) : “Η ιδέα της ιστορικής συνέχειας του ελληνιϰού έθνους στους εϰπροσώπους του ελληνιϰού Διαφωτισμού : η διαμάχη για το όνομα του έθνους και οι απόψεις για τους αρχαίους Μαϰεδόνες ϰαι τους Βυζαντινούς”, Δοϰιμές 13/14, 137-191 [L’idée de la continuité historique de la nation

hellénique chez les représentants des Lumières grecques : le débat sur le nom de la nation et les opinions sur les anciens Macédoniens et les Byzantins].

– (2005b) : Recherches sur la formation de l’histoire nationale grecque. L’apport de Spyridon Zambélios, Athènes. Kyrtatas, D. (2002) : Καταϰτώντας την αδρχαιότητα : Ιστοδριογδραφιϰές διαδρομές, Athènes, Polis [À la conquête de l’Antiquité. Parcours historiographiques].

Machor, J. L. et P. Goldstein (2001) : “Introduction”, in : Machor & Goldstein 2001, ix-xvii.

–, éd. (2001) : Reception Study. From Literary Theory to Cultural Studies, New York - Londres.

Martindale, Ch. (2006) : “Thinking Through Reception”, in : Martindale & Thomas 2006, 1-13.

Martindale, Ch. et R. Thomas, éd. (2006) : Classics and the Uses of Reception, Blackwell.

Michelakis, P. (2006) : “Reception, Performance and the Sacrifice of Iphigenia”, in : Martindale & Thomas 2006, 216-226.

Miliori, M. (2000) : “Αρχαίος ελληνιϰός φιλελληνισμός στη βρετανιϰή ιστοριογραφία του 19ου αιώνα. Οι πολιτιϰές και ηθιϰές διαστάσεις του ‘ εθνιϰού’ϰαι οι ευρύτερες πολιτισμιϰές σημασιοδοτήσεις της ελληνιϰής ιστορίας”, Μνήμων 22, 69-104 [Le philhellénisme grec ancien dans l’historiographie britannique du xixe siècle. Les dimensions politiques et morales du ‘ national’et les significations culturelles plus larges de l’histoire grecque].

Momigliano, A. (1983) : Problèmes d’historiographie ancienne et moderne (trad. de l’anglais et de l’italien par Tachet, A., E. Cohen, L. Ervard et A. Malamond), Paris.

– (1983) : “J. G. Droysen entre les Grecs et les Juifs”, in : Momigliano 1983, 383-401.

Murari Pires, F. (2006) : “Thucydidean Modernities : History Between Science and Art”, in : Rengakos & Tsakmakis 2006, 811-837.

Rengakos, A. et A. Tsakmakis, éd. (2006) : Brill’s Companion to Thucydides, Leyde - Boston - Brill.

Sebastiani, B. B. (2006) : “Políbio como modelo epistemológico de Konstantinos Paparrigópoulos”, Byzantion. Nea Hellas 25, 55-78.

Sigalas, N. (2001) : “Ἑλληνισμὸς καὶ Ἐξελληνισμός : ὁ σχηματισμὸς τῆς νεοελληνικῆς ἔννοιας ἑλληνισμός”, Τὰ Ἱστορικά, 18/34, 3-70 [Hellénistes, hellénisme et idéologie nationale. De la formation du concept d’‘hellénisme’en grec moderne].

Tamiolaki, H. (2007) : La réflexion sur la liberté et l’esclavage chez Hérodote, Thucydide et Xénophon, Thèse, Paris IV.

Véloudis, G. (1970) : “Jacob Philipp Fallmerayer und die Entstehung des neugriechischen Historismus”, Südost-Forschungen 29, 43-90.

White, H. (1973) : Metahistory. The Historical Imagination in 19th Century Europe, Baltimore - Londres.

Notes

1 Je remercie Pascal Payen pour l’invitation au colloque sur la réception de Thucydide aux temps modernes, ainsi que les participants pour la discussion de ma communication. Dimitris Foufoulas m’a aidée à concrétiser mon idée (au début assez vague) de travailler sur l’historiographie néohellénique. Je suis également reconnaissante à Ioannis Koubourlis pour sa disponibilité et sa bienveillance lors de ma visite à la Fondation Nationale de la Recherche Scientifique (Athènes), pour son aide à la collecte du matériel concernant ce sujet, ainsi que pour ses commentaires au cours de l’élaboration de ce travail. J’ai traduit en français tous les passages de l’histoire de Paparrigopoulos utilisés dans cette étude, ainsi que les citations des auteurs modernes. Pour la traduction du texte de Thucydide, j’utilise la traduction de J. de Romilly 1990.

2 Voir à ces sujets, Martindale 2006, 1-13. Cf. aussi, en général, Machor & Goldstein 2001, “Introduction”, ix-xvii. Voir aussi, récemment, le volume édité par Hardwick & Stray 2008.

3 Cf. par exemple, Flemming 2006, 137 : “J’espère avoir démontré que l’emploi des termes comme ‘ détournement’ ou ‘ abus’, bien qu’il soit encore considéré comme politiquement et moralement nécessaire, pourrait cependant s’avérer théoriquement et intellectuellement inutile”.

4 Puisqu’il s’agit parfois aussi d’un film ou d’une pièce théâtrale ou musicale. Voir, par exemple, Hardwick 2006, 204-215 ; cf. Michelakis 2006, 216-226.

5 Cf. Martindale 2006, 5 : “la réception… fournit une manière intellectuellement cohérente d’éviter et le présentisme brut (“une lecture qui, de façon péremptoire, assimile un texte aux soucis contemporains”) et l’historicisme brut. L’antiquité et la modernité, le présent et le passé, sont toujours impliquées l’une dans l’autre, toujours en dialogue”.

6 Cette distinction nous paraît importante, puisque les outils méthodologiques développés pour les théories de la réception concernent surtout les textes poétiques. Voir, par exemple, Jauss 2001, 7-28.

7 Voir à ce propos, Kakridis 1978.

8 Pour cette édition, voir Charilaou 1998, 29-44. Cf. Kontiadi-Tsitsoni 1992-1995, 207-215.

9 Coray avait prêté ses notes manuscrites à Pierre-Charles Lévesque, qui les a utilisées dans son édition de Thucydide en citant le philologue grec. Voir à ce propos, Kontiadi-Tsitsoni 1992-1995, 209-210. Outre Coray, Manouil Ténédios, avait aussi fait pendant la même période une édition du texte de Thucydide en insistant sur ses messages politiques. Il s’agit de l’ouvrage Διατριβή εις Θουκυδίδην, Vienne 1799. Pour les germes de la conscience historique néohellénique pendant la période des Lumières grecques, voir Kitromilides [1996] (2000), 83-124. Cf. toutefois, Kyrtatas 2002, 102-111, qui note que le texte des historiens était moins populaire que les textes anciens à visée proprement morale.

10 Les Phanariotes étaient une sorte d’élite grecque qui vivait à Constantinople depuis la deuxième moitié du xviie siècle. Ils étaient appelés ainsi car ils habitaient le quartier Phanari de Constantinople, qui était le siège du Patriarcat orthodoxe depuis 1599. Les Phanariotes, en raison de leurs activités commerciales, ont pu acquérir une indépendance économique, ont fait des études supérieures en l’Europe occidentale et ont obtenu ensuite des postes importants à la Cour ottomane. Voir plus en détail, Kitromilides [1996] (2000), 32-42.

11 Pour la vie de Paparrigopoulos, nous renvoyons à l’étude classique de Dimaras 1986.

12 Voir précisément, Sigalas 2001, qui offre une analyse pénétrante de la naissance et de la transformation du terme “hellénisme” en Grèce du xixe siècle, en prenant en considération les évolutions politiques et géopolitiques de cette période.

13 Voir Miliori 2000, 69-104 ; cf. récemment, Güthenke 2008.

14 Pour les idées de Fallmerayer et la naissance de l’historicisme grec, voir surtout Véloudis 1970, 43-90.

15 Pour les problèmes du terme “hellénisme” chez Droysen, voir Momigliano 1983, 384 : “C’est J. G. Droysen qui a introduit le mot ‘ hellénisme’(Hellenismus) pour désigner la civilisation du monde de langue grecque après Alexandre. Lui-même n’a pas dit très clairement quelles limites chronologiques il entendait donner à la période qu’il voulait exploiter […]. Droysen n’a jamais conçu les principales caractéristiques de la période qu’il se proposait d’étudier”.

16 Voir, Momigliano 1983, 392-393, et 390 : “La Macédoine étant la Prusse de l’Antiquité, il est logiquement passé de la Macédoine à la Prusse. L’histoire de l’hellénisme fut pour lui une praeparatio evangelica à l’histoire de la Prusse”. Cf. Funke 1996, 99-105.

17 Pour ces transformations, voir Koubourlis 1998, 45-46.

18 Il faudrait mentionner surtout les œuvres de Kozakis-Typaldos 1839, de Rénieris 1841 et de Zampélios 1852. Voir à ce propos, Kitromilides [1996] (2000), 476-486, Koubourlis 2005a, 137-191. Pour Zambélios, voir aussi l’étude détaillée de Koubourlis 2005b.

19 Pour la montée du nationalisme pendant le xixe siècle en Europe, voir à titre indicatif, Hobsbawm 1990.

20 Voir à ce propos, Koubourlis 2005b, 28. Cf. aussi, Kitromilides [1996] (2000), 492, qui remarque que le nationalisme grec n’était pas en réalité tout à fait similaire à l’impérialisme des pays occidentaux observé pendant le xixe siècle. Dans la même perspective, Dakin [1982] (1984), 26, note que les Grecs n’avaient pas de projets expansionnistes très clairs.

21 La Grande Idée constitue en principe un projet de libération (à court ou à long terme) des territoires grecs qui étaient sous le joug ottoman. Pour l’énonciation de cette idée dans l’Assemblée nationale grecque par Kolettis, voir Ἡ τῆς τρίτης Σεπτεμβρίου ἐν Ἀθήναις ἐθνικὴ συνέλευσις, Πρακτικά, Αθῆναι 1844, 190-191. Cf. aussi, pour l’activité politique de Kolettis pendant cette période, Dakin [1982] (1984), 129-132. Ce n’est pas par hasard, si c’est pendant cette période que C. Paparrigopoulos a publié deux autres traités qui comprenaient les germes de son histoire : Paparrigopoulos 1843, Paparrigopoulos 1844. Le premier constituait une première réponse aux approches de Fallmerayer, tandis que le deuxième se référait à la conquête romaine.

22 Le titre en grec moderne est Ἱστορία τοῦ Ἑλληνικοῦ ἔθνους. En 1878 Paparrigopoulos a publié une traduction en français de l’épilogue de son histoire. Il l’a intitulée Histoire de la civilisation hellénique. Pour les connotations de cette traduction, voir Koubourlis 1998, 50 : “le terme français ‘ nation’renvoie, après la Révolution française, à ce que Paparrigopoulos appelle ‘ la version politique’du terme ἔθνος […]. Néanmoins, il ne s’agit pas exactement d’une histoire de la civilisation (nous soulignons) hellénique”. Nous préférons traduire le mot ἔθνος par “nation”, précisément pour désigner la différence entre ce qu’était l’histoire de Paparrigopoulos (une histoire nationale, inscrite dans le cadre de la montée du nationalisme présent en Europe au xixe siècle ; cf. en général, White 1973) et la manière dont elle était conçue par lui : une conception particulière de l’ἔθνος hellénique, qui insiste sur la mission civilisatrice de l’hellénisme. Voir à ce sujet, en général, Sigalas 2001, 3-70.

23 Voir Dimaras 1986, 221-235, pour le plan général de l’histoire de Paparrigopoulos.

24 À notre connaissance, un examen systématique de l’emploi des sources anciennes par Paparrigopoulos n’a pas été entrepris jusqu’à maintenant. Les études sur sa relation avec une source ancienne sont également rares ; voir par exemple, pour la relation de Paparrigopoulos avec Polybe, Sebastiani 2006, 55-78.

25 Pour donner un exemple, voir Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 1, 390 : “Les Spartiates, en raison de l’éducation qu’ils recevaient, n’aimaient pas la discussion et n’étaient pas bons pour discuter […] ; c’est pour cette raison que Thucydide, en parlant d’un homme très illustre, Brasidas, écrit avec une sorte de dédain que, en tant que Lacédémonien, ‘ ἦν οὐκ ἀδύνατος εἰπεῖν’”.

26 Paparrigopoulos considère la question des origines de la guerre du Péloponnèse comme très importante ; c’est pour cette raison que, dans cette partie de son histoire, il suit de très près le texte de Thucydide, afin de démontrer que l’historien, d’une part, hésite à attribuer la responsabilité à sa ville natale, mais, d’autre part, révèle finalement que les Athéniens sont les déclencheurs de la guerre. Dans ce cas, il se réfère précisément aux chapitres 23 et 88 du premier livre de Thucydide ; Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 2, 240, 242.

27 Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 2, 236 ; Paparrigopoulos donne une version libre du premier discours des Corinthiens devant les Lacédémoniens. Ensuite, il décrit en style indirect la réponse des Athéniens et ajoute un commentaire à la fin.

28 Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 2, 159. Paparrigopoulos esquisse un portrait de Périclès en se fondant sur Plutarque et Thucydide. Il emploie l’expression thucydidéenne χρημάτων ἀδωρότατος. Cf. aussi, p. 290, où Paparrigopoulos transmet en version libre le jugement de Thucydide sur l’envoi de Cléon à Pylos sans mentionner l’historien : “Le pire était que quand les Athéniens ont décidé l’envoi d’une nouvelle expédition, ils ont confié à Cléon unanimement la stratégie ; probablement, pour les mêmes raisons qu’ils l’ont envoyé aussi à Sphactérie : les plus prudents, en espérant qu’ils allaient se débarrasser de cet homme, et le peuple, parce qu’il croyait qu’il allait vraiment triompher par son activité”. Ici, Paparrigopoulos donne le récit du passage 4.28.5 de Thucydide sans toutefois citer le texte ancien.

29 Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 2, 225-226.

30 Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 1, 240.

31 Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 1, 247-248 (nous soulignons).

32 Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 2, 143-144 (nous soulignons).

33 Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 2, 145.

34 Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 2, 147. Cf. aussi, 175 : Athènes est caractérisée “admirable pour son activité inépuisable”.

35 Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 2, 145.

36 Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 2, 164-165.

37 Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 2, 175.

38 Thc. 1.98.1-4 : “En premier lieu, les Athéniens assiégèrent Éion... sous les ordres de Cimon, fils de Miltiade, ils la prirent et la livrèrent à l’esclavage (πολιορκίᾳ εἷλον καὶ ἠνδραπόδισαν). Puis l’île de Skyros, dans la mer Égée, alors habitée par les Dolopes, eut le même sort, et ils y formèrent une colonie (ἠνδραπόδισαν καὶ ᾤκισαν αὐτοί). Ils firent la guerre contre Carystos, […] et, avec le temps, réglèrent la situation par un accord. Après quoi, ils combattirent contre Naxos, qui avait fait défection : ils l’assiégèrent et l’amenèrent à composition : ce fut la première cité alliée asservie contrairement à la règle (πρώτη τε αὕτη πόλις ξυμμαχὶς παρὰ τὸ καθεστηκὸς ἐδουλώθη) ; mais le cas devait se reproduire ensuite avec les autres […]”. Pour l’analyse de cette phrase et la bibliographie relative, voir notre thèse, Tamiolaki 2007, 110-114.

39 Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 2, 79-180.

40 Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 2, 174. Cf. Thc. 1.105.5.

41 Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 2, 219-220 (nous soulignons).

42 Thc. 6.87.2.

43 Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 2, 255-256.

44 Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 2, 191-192, 211.

45 Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 2, 171.

46 Pour l’emploi de ces termes pendant le xixe siècle, voir Dimaras 1986, 77-82.

47 Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 2, 213 (nous soulignons).

48 Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 2, 223. Cf. aussi le prologue du premier volume de l’histoire de la nation hellénique : Paparrigopoulos [1860] (1930), 177-191, entreprend une comparaison entre la Grèce ancienne et la Rome dans le but de répondre à la question pourquoi la Grèce n’a pas achevé l’unité nationale, tandis que Rome y a réussi.

49 Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 2, 261.

50 Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 2, 334. À cette phrase de Paparrigopoulos, Karolidis ajoute un commentaire quasi-ironique : “selon le point de vue des Grecs de ces temps là, il s’agissait d’une tentative d’asservissement politique de toute la Grèce”. Cf. toutefois, Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 2, 221, une attitude critique vis-à-vis l’attitude des Athéniens : “l’imposition arbitraire des impôts sur les alliés par les Athéniens était injuste”.

51 Pendant la discussion qui a suivi cette communication, Bruno Bleckmann a posé la question de savoir si Paparrigopoulos utilise d’autres sources dans sa critique du régime démocratique. En effet, il est remarquable que la critique adressée par Paparrigopoulos à Périclès sur les θεωρικά et l’inertie du peuple reprend précisément une idée présente dans le Gorgias de Platon (515e). Néanmoins, l’historiographe grec ne cite pas Platon et c’est surtout le texte de Thucydide qu’il exploite ou même transforme.

52 Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 2, 161, 171.

53 Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 2, 180. Ce qui provoque le commentaire de Karolidis sur l’inexactitude de cette phrase.

54 Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 2, 162 (nous soulignons).

55 Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 2, 207-211.

56 Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 2, 263-264 (nous soulignons).

57 Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 2, 244.

58 Paparrigopoulos [1860] (1930), vol. 2, 251-253. Cf. 262.

59 Pour la réception de l’histoire de Paparrigopoulos en Grèce et à l’étranger, voir Dimaras 1986, 294-326.

60 La phrase est citée par Dimaras 1986, 362.

61 Pour cette discussion, voir l’étude de Haynes 2006, 44-54 (particulièrement, p. 44-49).

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540