Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ombres de Thucydide

 | 
Valérie Fromentin
, 
Sophie Gotteland
, 
Pascal Payen

Deuxième partie. Prégnance et valeur du témoignage thucydidéen

La Purification de Délos de 425 : Thucydide est-il fiable ?

Francis Prost

Texte intégral

  • 1 Jockey 1999, 18-20 ; sur la méthode archéologique de Thucydide en général, voir Schnapp 1993, 57-6 (...)

1Il est bien connu que la première apparition de l’archéologie comme pratique scientifique et comme outil heuristique est indissociablement liée à la naissance d’une conscience historique1. Et c’est bien chez les premiers historiens grecs que l’on trouve les prémices d’une méthode archéologique, c’est-à-dire d’un discours raisonné fondé sur la présentation de preuves matérielles en vue de reconstituer le passé. À ce titre, l’œuvre de Thucydide constitue une étape décisive dans la prise en compte des témoignages de cette nature, puisqu’elle offre, pour la première fois dans l’ensemble des sources historiques occidentales, un raisonnement archéologique comme en pratiquent aujourd’hui les archéologues de toute obédience et de toute école.

2En effet, dans le premier livre de la Guerre du Péloponnèse, on trouve un ensemble de chapitres (1.1-21) que les Modernes ont pris l’habitude d’appeler conventionnellement l’Archéologie, et qui constitue un exposé historique portant sur des faits anciens, et donc plus difficiles à établir que les faits contemporains de l’historien athénien. Cet ensemble de chapitres traite de toute la période allant des origines de la Grèce jusqu’à la Guerre du Péloponnèse. Or, dans l’énoncé des différentes dominations sur la mer que connut le monde égéen, Thucydide déclare (1.8.1) :

  • 2 Trad. J. de Romilly.

“Parmi les pirates les plus actifs, se trouvaient les habitants des îles, notamment les Cariens et les Phéniciens, qui s’étaient installés dans la majeure partie de l’archipel. En voici la preuve : lorsque, au cours de la Guerre du Péloponnèse, les Athéniens purifièrent Délos, ils débarrassèrent l’île des tombeaux qui s’y trouvaient et il apparut que plus de la moitié d’entre eux étaient des tombes cariennes. On s’en aperçut en observant l’équipement guerrier enseveli avec les corps et le mode de sépulture, qui est encore celui des Cariens d’aujourd’hui”2.

3Ici, pour Thucydide, l’interprétation historique est validée non pas par un témoignage oral ou une tradition textuelle, mais par l’observation de vestiges matériels. Au moment même où l’écriture de l’histoire se distingue, à partir du ve siècle, d’une simple chronographie et où une certaine rationalité remplace les mythographies traditionnelles, Thucydide est le premier historien à se montrer préoccupé des objets et des pratiques culturelles. On retrouve dans ce texte deux aspects fondamentaux dans le raisonnement : il fonctionne par association, puisqu’il fonde ses preuves sur un ensemble de données, en l’occurrence les tombes, et par classification, puisqu’il les répartit dans deux groupes distincts en fonction des caractéristiques du mobilier funéraire (les armes) et du mode d’inhumation. En fait, dans ce raisonnement, on peut même dénombrer quatre critères permettant la distinction des tombes cariennes et des tombes grecques.

  1. un critère quantitatif : plus de la moitié des tombes purifiées en 425 sont cariennes.
  2. un critère objectif : ces tombes sont les seules à contenir des armes.
  3. un critère qualitatif : ces tombes présentent le même mode d’inhumation.
  4. un critère comparatif : ce mode d’inhumation est encore pratiqué à l’époque de Thucydide en Carie.
  • 3 Romilly 1967, 250-251 : I, 57 ; V, 2 ; V, 3 ; VI, 2 ; VI, 5, etc.

4Ces quatre critères témoignent du très grand degré de rationalisation du discours historique auquel parvient Thucydide. Il procède en s’appuyant sur des indices matériels, et sur la comparaison avec les données de son temps, comme le ferait n’importe quel archéologue ou ethno-archéologue. Cette méthode comparatiste est utilisée par l’historien à plusieurs reprises3 dans son récit et constitue la vraie nouveauté dans la manière d’écrire l’histoire. En cela, elle contribue à renforcer l’impression de fiabilité du récit thucydidéen et donne l’illusion que la rationalité à l’œuvre est celle qui caractérise notre propre approche de l’histoire.

  • 4 Sur les problèmes historiques soulevés par cette domination carienne, voir Hornblower 1982, 9-14.
  • 5 Hornblower 1991, 12 ; Giuffrida 1976, 133-151. Sur les Lélèges et les Cariens, voir en dernier lie (...)

5Quel est l’objectif de Thucydide dans ce texte ? Il s’agit d’asseoir les fondements d’une chronologie. En effet, les premiers chapitres du livre de l’historien athénien visent à établir le passage des différents peuples qui ont dominé les mers. Les pirates cariens furent chassés par Minos, peu avant la guerre de Troie (1.8.2-4)4. Hérodote (1.171) présente un témoignage en contradiction avec cette chronologie, puisqu’il affirme que les Cariens, placés sous la sujétion de Minos, restèrent dans les Cyclades et n’en furent chassés que lors de l’arrivée des Doriens et des Ioniens en Grèce. C’est alors qu’ils devinrent exclusivement continentaux. Quoi qu’il en soit de ces problèmes de compatibilité chronologique5, Thucydide assure la fiabilité de son discours sur les successions thalassocratiques en Égée avec d’autant plus de force qu’il se fonde sur des preuves matérielles et des comparaisons.

  • 6 Romilly 1967, 249.

6Pour autant, la méthode n’est pas sans soulever des difficultés. J. de Romilly elle-même, pourtant soucieuse de mettre en évidence tous les procédés de rationalisation dans la Guerre du Péloponnèse, a souligné que, tout en se préoccupant de fournir des preuves, Thucydide en donne seulement le principe général6. Après tout, il ne dit rien sur la nature de l’équipement militaire, ni non plus sur le mode de sépulture que révélèrent les tombes cariennes de Délos lors de la purification. Au fond, contrairement à un historien d’aujourd’hui, Thucydide ne permet jamais à son lecteur de le contrôler. Se pose dans ces conditions un problème important avec le récit de Thucydide : a-t-on les moyens de le croiser avec d’autres sources, susceptibles d’en vérifier la validité ? A-t-on les moyens de produire le détail des éléments matériels que l’historien paraît mobiliser au service de son discours, sans pourtant jamais les préciser lui-même ? Le texte sur la purification délienne est sur ce point l’un des rares passages pour lesquels il soit possible de pratiquer un tel recoupement, depuis que, en 1898, D. Stavropoulos découvrait, non loin de l’église d’Haghia Kyriaki sur l’île de Rhénée, en face de Délos, la fosse dans laquelle les Athéniens avaient déposé les vestiges des sépultures transférées en 425. L’objectif ici est de dresser un bilan des études qui, depuis cette découverte, ont tenté de faire coïncider les données matérielles avec le texte de l’historien.

  • 7 Stavropoulos 1898, 100-104 ; Stavropoulos 1899, 66-69 ; Hodkinson 1902, 47-48 ; Rhomaios 1929, 186 (...)

7Car – et c’est le moins que l’on puisse dire – les choses ne vont pas de soi. Mis à part d’anciennes présentations rapides7, la fosse et son contenu n’ont jamais été publiés de façon globale, mais, en raison des classements établis par matériels dans la collection de l’Exploration Archéologique de Délos, ils ont été dispersés dans plusieurs ouvrages ou ont été tout simplement négligés. La fosse, de forme à peu près quadrangulaire (21 x 23 m), couvrait une superficie de 500 m2 environ et était délimitée au nord, à l’est et au sud par un mur de soutènement. Dans les niveaux les plus profonds, D. Stavropoulos mettait au jour une couche d’ossements mêlée à de la céramique sur une épaisseur de 16 cm, le tout soigneusement recouvert de dalles de pierre rectangulaire, conservées seulement en trois endroits de la surface. L’hypothèse qu’il s’agit du dépôt des vestiges des tombes de la première purification par Pisistrate en 540, celle qui affecta la zone des grands sanctuaires déliens, n’a jamais pu être vérifiée, car, en cette fin du xixe siècle, la céramique n’a pas été recueillie et étudiée d’après la stratigraphie. Sur les dalles se trouvaient, sur une épaisseur de 50 cm environ, une couche remplie de terre, d’ossements et d’éléments mobiliers divers sur lesquels je vais revenir ; les fouilleurs dégageaient, à l’ouest et à l’est de cette fosse, plusieurs compartiments étroits, semblables à des tombes à ciste de petites dimensions, séparés par des dalles de marbre et même parfois superposés les uns aux autres ; enfin, 21 des 29 sarcophages en poros, répartis inégalement au sud-est et au nord de la fosse, contenaient un matériel du ve siècle, avec des vases à figures noires, à figures rouges et des figurines de terre cuite, ainsi que des vases de marbre.

8Ce dépôt, aussitôt fouillé, a été interprété comme contenant au moins les vestiges funéraires de la seconde purification, puisque la céramique récoltée fournit un terminus post quem, les tessons les plus récents datant tous des années 430 environ. La principale question qui a retenu l’attention des chercheurs a consisté à savoir si le contenu des tombes purifiées à Délos et transportées à Rhénée en 425 représentait toutes les tombes ouvertes à cette occasion, ou bien seulement les tombes grecques. En clair, puisque Thucydide établit deux catégories de tombes, les tombes cariennes et les tombes grecques, il convient de se demander si le matériel récolté dans la fosse est celui de toutes les tombes purifiées, ou bien s’il appartient aux seules tombes grecques, celui des tombes cariennes ayant été détruit ou transporté ailleurs.

  • 8 Cook 1955, 268.
  • 9 Parker 1983, 37-38.
  • 10 LSCG 154 B, l. 17-32 ; pour “le dème”, voir cependant la correction logique de Parker 1983, 29, no (...)

9La seconde hypothèse présente contre elle plusieurs arguments. Aucun autre dépôt n’a jamais été découvert à Rhénée qui puisse faire penser que les tombes cariennes aient été déposées à l’écart. Il est vrai, la zone de la nécropole n’est que partiellement fouillée, mais, pour autant que l’on puisse s’en faire une idée d’après les prospections et les études modernes qui y ont été menées, rien n’a été exhumé qui puisse passer pour une seconde fosse de purification. Cette seconde fosse passerait d’ailleurs d’autant moins inaperçue qu’elle devrait contenir, selon les informations de Thucydide, plus de la moitié des tombes purifiées de 425, soit plus du double de la taille de la fosse découverte. R. M. Cook ajoutait en outre que, sans même parler des scrupules religieux des Athéniens vis-à-vis du monde des morts, quel qu’il soit, il était peu vraisemblable qu’ils aient une confiance sans bornes dans leur expertise archéologique pour risquer d’être impies en détruisant ou en dispersant les vestiges des seules tombes cariennes8. Certes, la destruction de tombes est attestée dans leur histoire, y compris de tombes athéniennes, comme celles des Alcméonides au moment de leur départ en exil (Plutarque, Vie de Solon, 12.3), mais il est surtout bien attesté que le contact avec les cadavres ou ossements humains entraînent, quelle que soit leur origine, une souillure qui exige des rites de purification et des précautions bien précises9. Le célèbre règlement de Cos sur la pureté rituelle dans les sanctuaires de l’île, daté du iiie siècle, énonce la prescription suivante10 :

“[Si un mort est sans sépulture] dans le dème ou si une tombe présente à ciel ouvert des ossements humains, que le mort ou les ossements soient emportés et inhumés par les démotes”.

10Il est peu probable que les Athéniens aient détruit sans plus autre procès les tombes cariennes ; et comme aucune découverte jusqu’à présent ne permet de penser qu’ils les ont réinstallées à Rhénée, il faut donc se concentrer sur la seule et unique fosse actuellement disponible.

  • 11 Laumonier 1956, 12.
  • 12 Les données chiffrées de tous ces objets varient d’un rapport à l’autre et d’une étude à l’autre. (...)
  • 13 Zaphiropoulou 1973, 600-617.

11Or, si la fosse de Rhénée ne contient pas les seules tombes grecques, mais toutes les tombes, il convient de rechercher dans le matériel exhumé les éléments qui permettent de distinguer les tombes cariennes des tombes grecques. Quel est ce matériel ? Les fouilleurs ont sorti de la fosse et conservés 2068 vases complets ou fragmentaires, 92 figurines de terre cuite11, 21 objets de marbre (vases, œufs), 14 coupes de bronze, une double hache en bronze, unr poignée de miroir en bronze, un bouton et des fragments de feuilles d’or, 75 faucilles de fer, 2 épées de fer, de la verrerie et des ossements humains12. Si certaines pièces ne soulèvent guère de difficulté à propos de leur présence dans les tombes grecques, comme les vases de marbre (alabastre, pyxides à vasque entre autres), sans doute d’origine parienne13, en revanche les archéologues se sont focalisés sur certains matériels pour savoir ce que les Athéniens avaient pu interpréter comme carien.

  • 14 Zaphiropoulou 2003.
  • 15 Seuls 146 ont été publiés : Dugas 1935.
  • 16 Seuls 122 ont été publiés : Dugas 1952.
  • 17 Rhomaios 1929, 209 ; Couilloud-Le Dinahet 1995, 67.
  • 18 Poulsen 1909, 31-32 et 36.
  • 19 Cook 1955, 268-270.

12C’est la céramique, bien évidemment, qui a d’emblée retenu l’attention. Cette céramique de la fosse se présente de la manière suivante : 1 tesson mycénien ; 511 vases de l’époque géométrique ; 830 vases orientalisants (dont 287 vases dits méliens14, 230 aryballes et alabastres corinthiens15, 76 vases rhodiens, 37 vases crétois ; des vases eubéens, des vases chypriotes) ; 379 vases attiques à figure noire et 347 à figure rouge16. Ainsi, selon les analyses des archéologues17, 20 % des vases appartiennent au viiie siècle, 43 % à la période 700-530, enfin 35 % à la période 550-525. Au viiie siècle, toute la céramique est cycladique, à l’exception de quelques vases attiques ; vers 700, viennent s’ajouter aux vases cycladiques les importations de Rhodes, de Corinthe, de Crête ou de l’Eubée ou de Chypre, même si la part des vases méliens, d’origine parienne, reste prépondérante (40 % de la part totale de la céramique orientalisante) ; enfin, à partir de la moitié du vIe siècle, la céramique attique est quasiment la seule représentée. Qans tout ce matériel céramique, qu’est-ce que les Athéniens ont pu regarder comme carien ? F. Poulsen considérait que les céramiques géométriques et les céramiques orientalisantes, qui n’étaient plus en usage et étaient passées de mode au ve siècle, pouvaient seules avoir été interprétées comme cariennes par les Athéniens18. R. M. Cook partageait cet avis, avec cependant une réserve pour la céramique orientalisante19, dans la mesure où il établissait une rupture décisive dans les pratiques funéraires entre la période géométrique et la période orientalisante, puisqu’il estimait qu’après 700, presque aucune tombe n’avait dû contenir d’armement. Toutes ces interprétations se heurtent néanmoins à plusieurs objections. La première est quantitative : à ne retenir que la céramique géométrique, 20 %, il est impossible d’être en adéquation avec l’information de Thucydide, selon laquelle plus de la moitié des tombes étaient cariennes ; ou alors, il faut postuler que les tombes cariennes contiennent seulement un vase quand les tombes grecques en auraient contenu trois ou quatre fois plus, ce qui est peu vraisemblable, en tout cas aucunement constaté ; inversement, on peut toujours, de manière désespérée, penser que les tombes cariennes ne contenaient pas toutes de la céramique, et qu’elles ont été identifiées grâce à d’autres critères, comme l’armement par exemple, mais alors, il faudrait supposer que les tombes avec vase n’avaient pas d’armes, et les tombes avec armes n’avaient pas de vases, ce qui serait très étonnant et, de toute manière, quantitativement impossible – les 75 serpettes et les deux épées ne permettant pas d’atteindre le chiffre exigé. Si, en revanche, l’on englobe la céramique géométrique et la céramique orientalisante de manière à ce que le nombre des tombes cariennes soit plus grand que celui des tombes grecques, on se heurte alors à une autre information donnée par Thucycide, qui nous dit que les tombes cariennes se distinguaient par leur mode de sépulture ; or, les modes funéraires n’ont pas fondamentalement variés dans les Cyclades entre la période orientalisante et l’époque de l’historien. Bref, les données céramiques de la fosse ne sont pas compatibles avec les données de Thucydide.

  • 20 Rhomaios 1929, 212-214, fig. 20-21 ; voir encore Gallet de Santerre 1958, 43 ; Themelis 1976, 55-6 (...)
  • 21 Plassart 1928, 49 note 7. Les trouvailles des tombes de Rhénée proviennent des fouilles de D. Pipp (...)
  • 22 Robert 1953, 29-30. Voir Fr. Prost, Le sanctuaire d’Anios, EAD, à paraître.
  • 23 Je n’entre pas dans le problème de la signification de ces serpettes déposées dans les tombes : si (...)
  • 24 Cook 1955, 267-268, s’était demandé si ce n’était pas plutôt la présence même des armes qui était (...)

13Le deuxième type de données matérielles à avoir retenu l’attention est l’armement. Si les deux épées de la fosse ne sont en rien distinctives, et si les particularités cariennes en matière de bouclier ou de casque, connues par Hérodote (1.171) ne peuvent être concernées ici puisque les Cariens passent selon la tradition pour les avoir transmises très tôt aux Grecs, en revanche les quelque 75 serpettes de fer exhumées de Rhénée ont focalisé le débat : F. Poulsen, repris par K. A. Rhomaios20, a rappelé que, selon Hérodote (7.3), les Cariens sous Xerxès avaient pour armes, outre celles dont usaient les Grecs, des serpettes et des poignards (διρέπανα καί ἐγχειρίδα). A. Plassart s’est opposé à cette thèse en raison de serpettes trouvées dans deux tombes de Rhénée datées de la fin du ve siècle21. À ces deux tombes, il convient d’en ajouter une troisième, celle trouvée dans l’une des tombes de l’Archégésion à Délos même : F. Robert mentionne l’existence d’une faucille, qui n’a pas été conservée, mais par ses dimensions, sa date (580 a. C. environ) et son matériau, le fer, elle peut figurer dans la série22. La confusion de Thucydide devenait étrange : comment aurait-il attribué à une population antique et non ionienne ce qui constituait encore au ve siècle une pratique funéraire à Rhénée ? M. -Th. Couilloud-Le Dinahet a préféré parler récemment d’instruments agricoles, leur enlevant toute valeur militaire23. On peut toujours imaginer que les armes découvertes par les Athéniens en 425 et que Thucydide décrit comme cariennes ont été volées ou détruites et qu’elles n’ont pas été transférées dans le dépôt de Rhénée. En tout cas, en l’état actuel de notre documentation, les armes livrées par la fosse ne sont pas en adéquation avec le texte de Thucydide24.

  • 25 Themelis 1976, 56 et 59-60, avec toute la bibliographie antérieure.
  • 26 Morris 1987 et Morris 1992.

14Le troisième critère distinctif qui a fait l’objet d’enquêtes est le mode de sépulture. Les hypothèses à ce sujet sont allées bon train, en raison du manque de précision de Thucydide, mais aussi à cause de l’absence de toute donnée dans la fosse : le transfert à Rhénée des vestiges en 425 avait à jamais détruit les principaux indices qui permettaient la reconnaissance des pratiques funéraires cariennes. Malgré ces difficultés, les archéologues n’ont pas renoncé à leurs hypothèses sur les modes de sépulture et, notamment, sur le traitement du mort, ou bien inhumé, ou bien incinéré. P. G. Themelis25 a supposé à Délos, à côté des courantes tombes à ciste à inhumation (Skelett-Kistengräber), l’existence d’une autre forme de tombes, les tombes à ciste à incinération (Aschen-Kistengräber), dont la forme serait répandue à Naxos ou Tinos, et dont les origines entretiendraient des liens avec l’Asie Mineure : on en retrouve notamment sur le site carien d’Assarlik. Les Cariens, que P. G. Themelis comprend comme une des premières populations de la mer Égée, auraient utilisé des tombes à ciste à incinération, quand les tombes à ciste à inhumation étaient les plus courantes du temps de Thucydide. P. G. Themelis abonde dans le sens de K. A. Rhomaios, lorsque celui-ci décrit comme cariens les tombes découvertes par G. Pipas sur la colline de Parakastri à Rhénée, qui renfermaient les restes de corps brûlés et présentaient une forme de construction semblable aux tombes à ciste cariennes d’Assarlik. Pourtant, on peut douter que la crémation à elle seule ait pu être un critère de distinction entre des tombes cariennes et des tombes grecques. Athènes, à l’époque protogéométrique et géométrique, a connu la crémation en alternance ou en concurrence avec l’inhumation26, et l’épopée homérique offre de prestigieux exemples de bûchers funéraires : il est difficile de croire qu’un Athénien du ve siècle se soit fondé sur ce seul élément pour décrire comme barbare une telle pratique.

  • 27 Long 1958, 297-306.
  • 28 Paton 1887, 66-87.

15En fait, le seul élément qui puisse faire l’objet d’une véritable recherche est le contexte carien du ve siècle, c’est-à-dire les tombes de Carie contemporaines de Thucydide, qui lui servent de point de comparaison dans l’identification des tombes déliennes. Ainsi, dans son article de 1958, M. Long27 s’est appuyée sur les modes de sépultures connus en Carie pour déterminer avec quel type de tombe délienne les tombes cariennes pouvaient présenter des points communs. En se fondant sur les tombes découvertes à Assarlik28, datées du début de la période protogéométrique à l’époque géométrique, elle trouve deux types, les tombes à ciste – type inutilisable puisqu’il est assimilable aux tombes athéniennes courantes du ve siècle – et les tumuli à chambre. C’est ce second type qui permet à M. Long d’établir un contraste avec les sépultures athéniennes classiques, et ce à la fois en raison de leur mode de construction et des pratiques d’inhumation. En effet, ces tumuli, attestés jusqu’au ve siècle, recouvrent une chambre funéraire rectangulaire, dotée d’un dromos et prévue pour contenir, parfois, plus d’une urne pour recueillir les cendres des défunts. Il s’agit donc de tombes collectives, fondées sur la crémation, et organisées selon un dispositif avec chambre et dromos. En outre, le matériel découvert dans ses tumuli présente notamment des armes, comme des pointes de lance ou des couteaux à lames incurvées en fer. Du coup, forte de ce point de comparaison, elle avance que les seuls parallèles possibles à Délos sont les tombes de l’époque mycénienne, qui s’apparentent aux sépultures cariennes d’Assarlik par le caractère collectif et par un même aspect monumental. Le tumulus à chambre, connu encore en Carie au ve siècle, est très dissemblable des tombes attiques contemporaines, mais il reproduit presque exactement le type mycénien construit avec un dromos et une chambre funéraire, et destiné à renfermer plusieurs individus. Thucydide aurait donc décrit des tombes mycéniennes qu’il a identifiées comme cariennes parce qu’elles avaient cours encore en Carie.

  • 29 Wilamowitz 1906, 76-77. Cette idée a été reprise par Couilloud-Le Dinahet 1995, 71, sans pourtant (...)

16Cette démonstration est importante, parce qu’elle renoue avec l’ancienne idée29 que les tombes cariennes de Thucydide n’avaient pas été mélangées avec les tombes grecques et que la fosse de purification de Rhénée ne présentait que le contenu des tombes reconnues par les Athéniens comme grecques. En effet, dans la fosse de purification, un unique tesson mycénien a été retrouvé. Il faut supposer que les tombes cariennes, c’est-à-dire les tombes de l’époque mycénienne, ont été déplacées et déposées ailleurs à Rhénée ou ont été totalement détruites. On revient donc à notre seconde hypothèse de départ que, pourtant, plusieurs arguments avaient rejetée. Il est vrai, présentées de la sorte, les données matérielles contenues dans la fosse et celles que l’on suppose exister hors de la fosse semblent coïncider avec les informations livrées par Thucydide : en expulsant hors de la fosse tout ce qui est décrit comme carien par l’historien, on évite de devoir rendre compte du critère quantitatif (plus de la moitié des tombes sont cariennes) ou objectif (l’armement) – dont on a vu le caractère problématique – pour ne plus s’en tenir qu’aux critères qualitatif et comparatif. C’est une solution de facilité, d’autant plus commode qu’encore une fois, puisqu’aucune autre fosse n’a été à ce jour découverte, on évite soigneusement de donner les moyens de contrôler l’hypothèse.

  • 30 Gallet de Santerre 1958, chap. III, IV et V, en particulier le chapitre IV qui porte sur l’habitat (...)
  • 31 Farnoux 1993, 271-274.
  • 32 Hadzidakis 1997, 40-47.
  • 33 Rolley 1977, 139-142 ; Rolley 1983, 109-115.

17En fait, cette hypothèse mycénienne doit être elle aussi rejetée. Tout d’abord, elle suppose l’existence d’un site mycénien à Délos d’envergure. En effet, il faudrait que Délos, comme d’ailleurs le pense M. Long, offre dans son sol le témoignage d’une présence humaine et matérielle de l’Âge du Bronze qui soit susceptible d’alimenter une nécropole et les tumuli qui la composent. Qu’en est-il réellement ? C’est H. Gallet de Santerre qui, le premier, a développé l’idée de structures palatiales et d’un centre religieux important à l’époque mycénienne30. Il se fondait sur l’interprétation de l’espace dallé situé sous le sanctuaire, sous le Trésor 5 en particulier, comme une cour centrale comparables aux cours des palais égéens, crétois notamment. Toutes les pièces attenantes à cet espace ont été comprises comme les pièces d’un palais organisées en fonction de la cour. Autour de ce complexe, un habitat aurait été construit. L’idée d’un grand site mycénien était née. Pourtant, aujourd’hui, les chercheurs sont loin de souscrire à une telle reconstitution. Sans préjuger des résultats du réexamen complet des données mycéniennes de Délos préparé par A. Farnoux31, il apparaît déjà d’emblée que le fameux palais ne présente aucun des traits caractéristiques des autres palais de l’Âge du Bronze. Si centre mycénien il y avait dans la zone délienne, c’est plutôt à Mykonos qu’il conviendrait de le chercher : encore récemment, la découverte de tombes à tholos alimente les hypothèses32. Quoi qu’il en soit, c’est plutôt sous l’aspect d’un “petit village très resserré” (Cl. Rolley)33 que le site mycénien de Délos est présenté aujourd’hui. Surtout, des tombes mycéniennes ont probablement existé à Délos, comme l’attestent la Thékè (GD 32) et, moins sûrement, le Séma (GD 41). Mais elles ne sont pour le moment situées que dans la zone des sanctuaires, zone qui a fait l’objet de la première purification sous Pisistrate. Probablement épargnées pour raisons religieuses, elles témoignent cependant d’un emplacement bien circonscrit. Si l’on veut que les tombes cariennes de Thucydide purifiées en 425 soient mycéniennes, il faut supposer que ces tombes étaient dispersées dans le territoire délien. Ce territoire, pourtant, couvrant quelque 4 km2, n’a, jusqu’à aujourd’hui, révélé aucun établissement mycénien. Il est donc plus qu’improbable que les tombes mycéniennes aient pu fournir de quoi représenter plus de la moitié des tombes purifiées en 425, et aient donc pu être considérées comme cariennes par Thucydide. Dernière difficulté : si la couche profonde de la fosse de Rhénée contient bel et bien les vestiges de la première purification, il est alors étrange qu’elle n’ait pas présenté de céramique mycénienne. Sans trop spéculer sur l’unique tesson mycénien récolté, on peut penser que le site délien de l’Âge du Bronze n’était aucunement important et n’avait déjà plus guère laissé de traces, même vers 540, au moment de la première purification.

  • 34 Si de rares tumuli à chambre de Carie, comme à Beçin, ont manifestement été prévus pour un unique (...)
  • 35 Plut., Sol., 10.4-5, citant Héréas de Mégare, Jacoby, FGrHist 486f.

18La démonstration de M. Long reposait encore sur l’idée qu’elle se faisait des types de tombes cariennes et, en particulier, sur celui du tumulus à chambre. Elle considérait ces tombes comme caractérisées par un fait, constatable aussi en Grèce pour l’époque mycénienne : elles seraient prévues dès l’origine pour contenir plusieurs défunts. Pourtant, quand bien même ce point pourrait être établi avec assurance pour la Carie34, il ne saurait entrer en ligne de compte dans le raisonnement tenu par Thucydide : l’inhumation collective n’est en rien un élément jugé barbare, susceptible de déterminer un critère de différenciation entre des tombes grecques et des tombes cariennes. Plutarque35 rapporte dans la Vie de Solon, à propos de la possession de Salamine, que les Athéniens revendiquaient l’île en arguant du fait que ses habitants inhumaient leurs morts de manière individuelle, comme les Athéniens, alors que les Mégariens, eux, plaçaient trois à quatre défunts par tombe. Seule, donc, la forme de la tombe pouvait conduire les Athéniens à interpréter certaines des tombes déliennes comme cariennes.

  • 36 Henry 2009.

19Mais, là encore, à propos des tumuli à chambre de Carie, nos connaissances ont progressé et ne permettent plus de proposer la reconstitution qui sert de point d’appui aux hypothèses de M. Long. Les fouilles d’Assarlik sont loin de former l’unique source sur l’architecture funéraire qui avait cours au ve siècle en Carie. Une thèse récente d’O. Henry36 sur ces pratiques cariennes témoigne au contraire de la grande diversité des sépultures. Disons d’emblée que Thucydide et les Athéniens avaient très peu de chance d’avoir connaissance du tumulus à chambre carien. Les tombes découvertes à Assarlik, toutes antérieures à 700, étaient certainement enfouies au ve siècle ; en outre, ce type de sépulture est minoritaire parmi les tombes cariennes datées des vie-ve siècles, les seules susceptibles d’être connues des Athéniens. Certes, les tombes datées de la période sont très peu nombreuses : 13 tombes ont été répertoriées sur 10 sites. Mais, seuls les sites du nord de la Carie, Harpasa et Kavaklı, présentent quelques tumuli à chambre d’époque classique. Cependant, comme le remarque O. Henry, en raison du triangle de décharge construit au-dessus de la chambre, que l’on ne trouve que dans ces sépultures de cette région septentrionale de Carie, ces tombes rappellent plutôt les tombes des élites lydiennes de la vallée de l’Hermos, situées tout juste plus au nord. En fait, aujourd’hui, les spécialistes ont plutôt tendance à rechercher hors de la Carie les influences susceptibles d’expliquer tel ou tel aspect funéraire carien.

  • 37 Voir la thèse récente d’O. Mariaud, Nécroionia. Archéologie, espace et société. Recherches sur les (...)
  • 38 Gates 1983.

20Surtout, on ne saurait parler de type carien. Les découvertes en Ionie viennent renforcer cette constatation. Cette région présente une diversité des types de sépultures comparables à celle de la Carie, mais avec quelques particularités : si l’on constate l’utilisation des traditionnelles tombes à ciste ou des enchytrismes, on observe la présence de sarcophages jusque dans la première moitié du ve siècle. On trouve aussi en Ionie, comme l’a étudié tout récemment O. Mariaud37, des tombes à tumulus et à chambre, particulièrement fastueuses, qui peuvent renvoyer à des modèles mycéniens et qui affirment les ambitions funéraires du titulaire de telle sépulture. On peut citer par exemple la tombe dite “de Tantale” à Smyrne, qui a la forme d’un grand tumulus (29,6 m de diamètre), avec chambre et dromos, ou encore la tombe du début de l’époque classique située près du mausolée de Bélévi, près d’Éphèse, avec un tumulus encore plus imposant (75 m de diamètre) et avec une antichambre, une chambre et un dromos. Mieux, c’est à Rhodes qu’est bien attesté le type de tombe à tumulus à chambre, proche typologiquement des sépultures d’époque mycénienne, mais encore bien vivace à l’époque archaïque et au début de l’époque classique : à Ialysos et à Camiros, plusieurs tombes à chambre, parfois taillées dans la roche, parfois dotées d’un tumulus, attestent la persistance du type38. On ne peut donc considérer la Carie comme unique lieu où des types de sépultures rappelant les pratiques mycéniennes se seraient maintenus, tant la permanence de ces modèles semblent se retrouver dans des régions différentes, en Asie Mineure comme dans les îles grecques. En définitive, Thucydide et les Athéniens qui ont purifié les tombes déliennes n’ont, selon toute vraisemblance, jamais pu prendre les tombes mycéniennes de Délos pour des tombes cariennes. Ni le caractère supposé collectif des sépultures déliennes, ni une forme architecturale supposée rappeler les tombes mycéniennes ne peuvent expliquer l’interprétation carienne de Thucydide : non seulement la Carie ne présente aucune pratique funéraire qui puisse la désigner comme “barbare”, puisque l’inhumation collective est perçue par nos sources comme pouvant caractériser des Grecs, mais en outre le type architectural de tombe qui pourrait rappeler des modèles mycéniens n’est pas exclusif de la Carie. Enfin, il est loin d’être prouvé que la Délos mycénienne ait pu fournir une fosse qui accueille deux fois plus de matériel que la fosse de Rhénée : les dimensions du site mycénien de l’île n’avaient probablement pas de quoi alimenter de telles estimations.

21On en revient donc au point de départ : si les tombes cariennes de Thucydide ne sont pas en dehors de la fosse de Rhénée, c’est qu’elles font partie du matériel exhumé de cette fosse – et, pourtant, nous ne parvenons pas à les distinguer des tombes grecques. Il faut bien conclure par un constat d’échec : les données du terrain ne correspondent pas à celles du texte de l’historien. On peine, en l’état actuel des connaissances, à proposer une solution qui satisfasse l’ensemble des informations livrées par la fouille, et les critères déterminés par la démonstration de Thucydide.

  • 39 Cook 1955, 270.

22Faut-il s’en tenir à cet échec ? En fait, si la convergence des sources ne fonctionne pas, elle reste instructive. Car elle conduit inévitablement à jeter la suspicion sur le texte de Thucydide. Non pas qu’il faille supposer un problème d’édition. Non pas qu’il faille non plus évoquer une erreur de Thucydide : l’historien était convaincu qu’il existait bel et bien deux types de tombes et que ces deux types de tombe se distinguaient selon des critères clairement établis. Il n’y a pas, contrairement à ce que pensait R. M. Cook39, de négligence ou d’approximation de la part de Thucydide pour les informations matérielles et pour l’archéologie en général. Mais il s’agit plutôt de mettre en question sa façon de penser : l’historien était persuadé du bien-fondé de sa distinction quand celle-ci nous apparaît – encore une fois d’après l’état de nos connaissances actuelles – comme le résultat d’une erreur d’interprétation ou d’une méconnaissance de certaines réalités matérielles.

23Au fond, c’est moins la méthode que le cadre de pensée qu’invitent à remettre en cause les problèmes posés par la purification de 425. Pour rationnelle qu’elle soit, cette méthode historique de Thucydide n’en est pas universelle pour autant : si la méthode participe d’une objectivation des données assez proche de celle qui anime l’historien aujourd’hui, elle n’en est pas moins dépendante d’un ensemble de structures mentales propres aux Grecs, spécifiques aux Athéniens du ve siècle. Pour méthodique qu’elle soit, l’histoire reconstituée par Thucydide n’en a pas moins sa propre relativité historique. Il n’y a pas lieu de revenir sur la “sincérité” dans le discours de Thucydide : l’historien était persuadé de la fiabilité des preuves matérielles qu’il avance comme des faits pour soutenir sa reconstitution d’une Égée carienne. De même que les Grecs croyaient à leurs mythes, de même l’historien croit à la validité des distinctions qu’il énonce. Pour autant, il n’est pas sûr que sa version proposée à propos des tombes déliennes ait procédé d’une méthode très différente de celle qui caractérise le récit d’un autre épisode de peu antérieur, le transfert des os de Thésée de Skyros par Cimon (Plutarque, Thes., 36). Après la découverte fortuite d’ossements de grande taille sur l’île de Skyros, les Athéniens les interprétèrent comme ceux de Thésée et décidèrent de les rapporter à Athènes pour fonder un sanctuaire en l’honneur du héros, figure politiquement œcuménique dans l’Athènes du ve siècle. Dans ce cas, les ossements procèdent de ce qui, dans notre rationalité historique, s’apparente à une manipulation idéologique. Comment ne pas songer, avec le contexte de la purification de 425, qu’une telle idéologie n’a pas fonctionné dans l’ouverture des sépultures et dans le transfert à Rhénée ? Ce qui nous manque, c’est la clef d’explication pour formuler des hypothèses à propos de la question fondamentale posée par toute cette affaire : quel intérêt les Athéniens avaient-ils à regarder certaines tombes comme cariennes, d’autres comme grecques dans le contexte des Cyclades du troisième quart du ve siècle ?

24En définitive, la fiabilité de Thucydide procède d’un leurre. Elle repose sur une situation documentaire qui l’isole tant les recoupements font défaut et tant nous peinons à en vérifier la teneur. Ce superbe isolement est d’autant plus trompeur que le récit de l’historien, par la rationalité d’une méthode si semblable à la nôtre, paraît garantir les exigences d’une démonstration prouvée et fondée. Pourtant, cette histoire thucydidéenne, si elle n’est pas uniquement une façon de dire, n’est jamais guère plus qu’une façon de voir.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Akurg al, E. (1983) : Alt-Smyrna I. Wohnschichten und Antentempel, Ankara.

Boardman, J. (1971) : “Sickles and Strigils”, JHS, 91, 136-137.

Cook, R. M. (1955) : “Thucydides as Archaeologist”, BSA, 50, 266-270.

Descat, R. (2001) : “Les traditions grecques sur les Lélèges”, in : Fromentin & Gotteland 2001, 169-178.

Dugas, Ch. (1935) : Les vases orientalisants de style non mélien, EAD, XVII.

– (1952) : Les vases attiques à figures rouges, EAD, XXI.

Farnoux, A. (1993) : “Délos à l’époque mycénienne : recherches en cours”, in : Zerner 1993, 271-274.

Finley, M. (1986) : The Use and Abuse of History, Londres.

Fromentin, V. et S. Gotteland, éd. (2001) : Origines Gentium, Bordeaux.

Gallet de Santerre, H. (1958) : Délos primitive et archaïque, Paris.

Gates, Ch. (1983) : From Cremation to Inhumation. Burial Practices at Ialysos and Kameiros during the middle archaic Period, ca. 625-525 B. C., Los Angeles.

Giuffrida, M. (1976) : “I Cari e Minosse nelle tradizioni di Erodoto e Tucidide”, Studi di storia antiqua offerti dagli allievi a E. Manni, Rome, 133-151.

Hadzidakis, P. J. (1997) : “Une tombe mycénienne dans l’île de Mykonos”, Archéologia, n o 333 (avril 1997), 40-47.

Hägg, R., éd. (1983) : The Greek Renaissance of the 8th cent. B. C., Copenhague.

Hellmann, M.-Chr. (2006) : L’architecture grecque. 2. Architecture religieuse et funéraire, Paris.

Henry, O. (2009) : Tombes de Carie. Architecture funéraire et culture carienne, VIe-IIe siècle av. J. -C., Rennes.

Hodkinson, J. H. (1902) : JHS, 47-48.

Hornblower, S. (1982) : Mausolus, Oxford.

– (1991) : A commentary on Thucydides, I. Books I-III, Oxford.

Jockey, Ph. (1999) : L’archéologie, Paris.

Laumonier, A. (1956) : Les figurines de terre cuite, EAD, XXIII.

Long, C. (1958) : “Greeks, Carians and the Purification of Delos”, AJA, 62, 297-306.

Miltner, Fr. et H. (1931) : “Bericht über eine Voruntersuchung in Alt-Smyrna”, JÖAI, 27, 127-188.

Morris, I. (1987) : Burial and Ancient Society : the Rise of the Greek City State, Londres.

– (1992) : Death-Ritual and Social Structure in Classical Antiquity, Londres.

Parker, R. (1983) : Miasma. Pollution and Purification in early Greek Religion, Oxford.

Paton, W. R. (1887) : JHS, 16, 66-87.

Plassart, A. (1928) : Les sanctuaires et les cultes du Mont Cynthe, EAD, XI.

Poulsen, Fr. (1909) : “Fragment d’un grand vase funéraire découvert à Délos”, Monuments Piot, 16, 25-37.

Rhomaios, K. A. (1929) : Arch. Delt., 186-209.

Robert, F. (1953) : “Le sanctuaire de l’archégète Anios à Délos”, RA, 8-40.

Rolley, Cl. (1977) : Les trépieds à cuve clouée, Fouilles de Delphes V, 3.

– (1983) : “Les grands sanctuaires panhelléniques”, in : Hägg 1983, 109-114.

Romilly, J. de (1967) : Histoire et raison chez Thucydide, Paris.

Sansone, D. (1988) : Greek Athletics and the Genesis of Sport, Berkeley.

Schnapp, A. (1993) : La conquête du passé. Aux origines de l’archéologie, Paris.

Stavropoulos, D. (1898) : Arch. Et., 100-104.

– (1899) : Arch. Et., 66-69.

Themelis, P. G. (1976) : Frühgriechische Grabbauten, Berlin.

Wilamowitz-Moellendorff, U. von (1906) : Sitzungsberichte der Königlich-Preussischen Akademie der Wissenschaften, 76-77.

Zaphiropoulou, Ph. (1973) : “Vases et autres objets de marbre de Rhénée”, Études déliennes, Suppl. BCH 1, 600-617.

– (2003) : La céramique “mélienne”, EAD, XLI.

Zerner, C., éd. (1993) : Wace and Blegen Conference : Pottery as Evidence for Trade in Aegean Bronze Age, Londres.

Notes

1 Jockey 1999, 18-20 ; sur la méthode archéologique de Thucydide en général, voir Schnapp 1993, 57-63.

2 Trad. J. de Romilly.

3 Romilly 1967, 250-251 : I, 57 ; V, 2 ; V, 3 ; VI, 2 ; VI, 5, etc.

4 Sur les problèmes historiques soulevés par cette domination carienne, voir Hornblower 1982, 9-14.

5 Hornblower 1991, 12 ; Giuffrida 1976, 133-151. Sur les Lélèges et les Cariens, voir en dernier lieu Descat 2001, 169-178.

6 Romilly 1967, 249.

7 Stavropoulos 1898, 100-104 ; Stavropoulos 1899, 66-69 ; Hodkinson 1902, 47-48 ; Rhomaios 1929, 186-209. Voir en dernier lieu la mise au point de Couilloud-Le Dinahet 1995, 66-71.

8 Cook 1955, 268.

9 Parker 1983, 37-38.

10 LSCG 154 B, l. 17-32 ; pour “le dème”, voir cependant la correction logique de Parker 1983, 29, note 23.

11 Laumonier 1956, 12.

12 Les données chiffrées de tous ces objets varient d’un rapport à l’autre et d’une étude à l’autre. Les chiffres fournis par Cook 1955 sont incompréhensibles. Couilloud-Le Dinahet 1995, 66, parle de 2067 vases dénombrés quand Long 1958, 299, parle de 2068 ; Cook 1955, 268, parle de 50 serpettes de fer quand Long 1958, 299, parle de 75 ; etc. Si l’on ajoute les problèmes de transfert du matériel évoqué par Dugas 1952, 4-5, et rappelés par Couilloud-Le Dinahet 1995, 66-67, on n’accordera qu’une importance toute relative au données chiffrées évoquées ici.

13 Zaphiropoulou 1973, 600-617.

14 Zaphiropoulou 2003.

15 Seuls 146 ont été publiés : Dugas 1935.

16 Seuls 122 ont été publiés : Dugas 1952.

17 Rhomaios 1929, 209 ; Couilloud-Le Dinahet 1995, 67.

18 Poulsen 1909, 31-32 et 36.

19 Cook 1955, 268-270.

20 Rhomaios 1929, 212-214, fig. 20-21 ; voir encore Gallet de Santerre 1958, 43 ; Themelis 1976, 55-68.

21 Plassart 1928, 49 note 7. Les trouvailles des tombes de Rhénée proviennent des fouilles de D. Pippas, à l’Ouest de Rhénée, à Parakastri, dans la nécropole de la petite cité de Rhénée. Voir la chronique des fouilles dans BCH 48, 1924, p. 484 ; Rhomaios 1929, 214.

22 Robert 1953, 29-30. Voir Fr. Prost, Le sanctuaire d’Anios, EAD, à paraître.

23 Je n’entre pas dans le problème de la signification de ces serpettes déposées dans les tombes : si l’interprétation comme arme est la plus souvent évoquée, Poulsen 1909, 25-37, y voyait une forme de prémonnaie et donc d’ancêtre de l’obole de Charon, alors que Boardman 1971, 136-137, développé par Sansone 1988, 126-127, y voyait des formes anciennes de strigiles. Couilloud-Le Dinahet 1995, 70 note 56, critique à juste titre cette interprétation : les formes des lames des serpettes sont bien trop évasées pour pouvoir remplir l’office de strigiles. Elle-même propose une interprétation eschatologique de ces instruments dans le contexte funéraire. Ces serpettes, rapprochées de certains ex-votos spartiates, seraient consacrées par les jeunes garçons vainqueurs aux Artémisia et emportées dans leurs tombes à leur mort : ainsi, elles serviraient de talismans pour l’au-delà auquel introduit Artémis. Toutes ces hypothèses s’appuient cependant sur très peu de données précises et concrètement datées : rappelons que les premières attestations des Artémisia ne sont jamais antérieures à l’époque de l’Indépendance…

24 Cook 1955, 267-268, s’était demandé si ce n’était pas plutôt la présence même des armes qui était distinctive aux yeux de Thucydide, plutôt que leur type. Ainsi, pour lui, les tombes cariennes étaient bien les tombes de l’époque géométrique, puisqu’il estimait que la présence des armes avait tendance à disparaître du contexte funéraire de la période orientalisante, ce qui expliquait le contraste entre ces tombes avec armes et les autres tombes du monde grec de l’époque classique. Il supposait donc que le petit nombre d’armes découvertes dans la fosse était dû au vol par les Athéniens en 425 ou à leurs destructions. Long 1958, 305, a elle aussi essayé d’interpréter l’utilisation funéraire des armes comme un critère d’identification : elle supposait que la coutume de placer des armes dans les tombes, comme cela se pratiquait à l’époque mycénienne, protogéométrique et géométrique, avait disparu en même temps que s’imposaient les tombes à inhumation individuelle, mais elle reconnaissait que trop peu d’indices archéologiques autorisaient cette hypothèse. En fait, à moins de croire que les Athéniens ont volé des armes, et donc à moins de raisonner ex absentia, aucun élément ne permet de penser que la présence d’armes en elle-même a constitué un critère dans le raisonnement de Thucydide : encore une fois, les 75 serpettes de la fosse ont pour parallèles bien contextualisés la tombe de l’Archégésion, de 580 a. C., et celles de Rhénée, de la seconde moitié du ve siècle.

25 Themelis 1976, 56 et 59-60, avec toute la bibliographie antérieure.

26 Morris 1987 et Morris 1992.

27 Long 1958, 297-306.

28 Paton 1887, 66-87.

29 Wilamowitz 1906, 76-77. Cette idée a été reprise par Couilloud-Le Dinahet 1995, 71, sans pourtant qu’elle cite l’étude de M. Long.

30 Gallet de Santerre 1958, chap. III, IV et V, en particulier le chapitre IV qui porte sur l’habitation.

31 Farnoux 1993, 271-274.

32 Hadzidakis 1997, 40-47.

33 Rolley 1977, 139-142 ; Rolley 1983, 109-115.

34 Si de rares tumuli à chambre de Carie, comme à Beçin, ont manifestement été prévus pour un unique mort prestigieux, dynaste ou prince, il est difficile de savoir si les autres tumuli ont été prévus dès l’origine pour plusieurs défunts, dans la mesure où les cas de réoccupation sont fréquents. Voir plus bas, note 36.

35 Plut., Sol., 10.4-5, citant Héréas de Mégare, Jacoby, FGrHist 486f.

36 Henry 2009.

37 Voir la thèse récente d’O. Mariaud, Nécroionia. Archéologie, espace et société. Recherches sur les nécropoles et les sociétés d’Ionie à l’époque archaïque (700-500 av. J. -C.), thèse soutenue en juin 2007 à l’Université Bordeaux 3. Voir aussi Miltner 1931, 127-188 ; Akurgal 1983, 58 ; Hellmann 2006, 290-291.

38 Gates 1983.

39 Cook 1955, 270.

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540