Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ombres de Thucydide

 | 
Valérie Fromentin
, 
Sophie Gotteland
, 
Pascal Payen

Deuxième partie. Prégnance et valeur du témoignage thucydidéen

Thucydide et l’économie, aux origines du Logos Oikonomikos

Raymond Descat

Texte intégral

1Il est de coutume, ou plutôt il était de coutume, de dire que Thucydide ne s’est pas intéressé aux faits financiers ou économiques pour les causes et le déroulement de la Guerre du Péloponnèse. Les principaux commentaires sur Thucydide insistaient sur la place de la volonté de puissance dans la construction de l’archè athénienne et considéraient que l’historien n’accordait guère d’importance aux realia des finances sans parler des contraintes de l’économie. Je n’ai jamais eu personnellement cette impression quand je lisais Thucydide, en particulier quand il évoque l’Archéologie de la Grèce, mais effectivement elle était présente chez les commentateurs.

  • 1 Kallet-Marx 1993, Kallet 2001.
  • 2 Kallet-Marx 1993, 5.

2Cette impression persistante, nous savons maintenant qu’elle est complètement fausse grâce au remarquable travail de L. Kallet et à ses deux volumes1. L. Kallet met au premier plan plusieurs choses capitales. Le profond intérêt de Thucydide pour le pouvoir s’appuie sur une réelle réflexion sur sa base financière. L. Kallet préfère parler de “finances” plutôt que d’“économie” stricto sensu, je la comprends, et si je parle d’économie pour faire simple, c’est avec la même idée, c’est-à-dire analyser ce que Thucydide considère comme les bases et le fonctionnement de la richesse publique. Le but de la recherche de L. Kallet n’est pas bien sûr de réfléchir à travers Thucydide sur l’empire athénien lui-même comme objet historique, c’est une autre question. Son but, et je suis la même voie, c’est l’histoire des idées. Comme elle l’écrit il s’agit d’“explore his (Thucydide) place in the history of the ideas about the wealth and power, and the history of the economic thought and look more comprehensively at late fifth-century attitudes toward public wealth”2.

3Tout cela est très juste et je n’ai guère à rajouter. Je n’ai nulle autre ambition que de prolonger ces réflexions comme le fait L. Kallet en parlant de la place de Thucydide dans l’histoire des idées économiques. Je prolonge cette réflexion en partant de là où elle s’est arrêtée en quelque sorte, pour reconstruire la place de Thucydide dans la pensée grecque sur l’économie. Je me suis intéressé depuis quelques années à ces questions qui méritent souvent un examen précis de chaque auteur et je remercie les organisatrices de ce colloque de m’avoir donné l’occasion de me pencher d’un peu plus près sur Thucydide.

Thucydide et les finances de la cité : periousia chrèmatôn et gnômè

4La vision qu’a Thucydide de l’archè se différencie nettement de celle de ses prédécesseurs comme Hérodote, pour qui la richesse conçue comme un concept global était une fin en elle-même pour les États. Thucydide fait des moyens financiers dont dispose la cité une base pour le pouvoir par l’intermédiaire de l’existence de surplus (périousia) et de la gestion de dépense (dapanè) que l’on peut faire avec. L. Kallet note que pour la première fois la cité adopte une forme de pouvoir, une dunamis, qui s’exprime à travers les dépenses de monnaie (1993, 13) et cette action de la cité est clairement associée à des formes d’expression de la rationalité, comme la gnômè.

  • 3 Étudié chez Kallet-Marx 1993, 21-36.

5Le vocabulaire de Thucydide est en effet là comme ailleurs très spécialisé et en dit long. Quand il parle d’absence de richesse dans les temps anciens pour les comparer avec son époque, il précise bien qu’il s’agit d’une achrèmatia, d’un manque de chrèmata. L’histoire des Grecs n’est pas marquée d’une manière banale par le passage de la pauvreté à la richesse comme on aurait à première vue l’impression en le lisant, mais par des mécanismes plus précis, c’est l’émergence du surplus, périousia chrèmatôn. C’est une structure de pensée qu’on voit bien en place dans le premier livre3 :

61.2 : à l’origine pas d’emporia ni de relations de façon sûre (adéôs) et surtout pas de périousia chrèmatôn. En revanche Minos (1.4) est le premier à avoir des prosodoi réguliers et c’est cela qui est lié à la notion de surplus. Minos est le vrai précurseur de l’empire athénien.

71.7 : on voit les villes se développer simultanément avec la périousia et on voit bien que les bienfaits de Minos sont encore rappelés en 1.8.3 où il chasse les pirates et de ce fait les gens para thalassan commencent à avoir de la ktèsis chrématôn et la périousia permet la domination sur les cités plus faibles.

8La guerre de Troie, qui est une guerre à l’ancienne, a duré dix ans car les Grecs n’avaient pas de réserves (1.11.2), ce qui est bien annoncé d’une façon plus nette au début du récit en disant qu’ils étaient dans l’achrématia (1.11.1). Donc il y a chez Thucydide une assimilation (pas une confusion mais une assimilation volontaire) de chrèma d’une manière générale et de périousia d’une manière particulière. C’est un point que L. Kallet a bien mis en lumière.

9Un autre cadre structurel de la présentation par Thucydide de l’histoire des cités grecques qui a été moins souligné, peut-être parce qu’il apparaît évident, c’est l’émergence de la notion d’utilisation de ces ressources acquises, c’est-à-dire la chrèsis. Dans la période qui suit la Guerre de Troie, qui est enfin le pendant de ce qu’a fait Minos plus tôt, on voit (1.13.1) que les Grecs s’occupent de la chrèmatôn chrèsis et les tyrans, à la différence des dominations royales traditionnelles, ont bien des prosodoi. L’idée générale qui structure donc cette conception historique, c’est qu’il y a une première étape de constitution des biens (ktèsis) après Minos et une deuxième étape d’utilisation des ces biens (chrèsis). Et on voit en 1.15.1 que le bilan des Grecs au moment des Guerres médiques, c’est que les cités qui sont alors puissantes le sont en développant le prosodos chrèmatôn et l’archè sur d’autres.

10Ce schéma réflexif qu’utilise Thucydide pour reconstruire l’histoire du monde grec peut paraître intéressant mais un peu banal ou bien seulement une variation de peu de signification autour de l’idée du progrès de la richesse dans le monde grec qui est courante. En réalité ces remarques sont bien plus éclairantes, car elles n’arrivent pas par hasard mais correspondent étroitement aux catégories fondatrices de la réflexion grecque sur l’économie, dans l’oikonomia ou le logos oikonomikos.

11On sait que les Grecs ont des concepts propres pour classer et appréhender à leur manière l’économie. Or les trois points essentiels que l’on retrouve dans les textes oikonomiques du ive siècle sont précisément ceux que l’on rencontre déjà chez Thucydide :

  • la distinction ktèsis/chrèsis comme le rappelle un passage d’un auteur sophiste du Discours à Démonicos attribué à Isocrate (1.28) : “Efforce-toi d’organiser ta fortune tant en argent (chrèmata) qu’en patrimoine (ktèmata) ; il faut savoir faire du profit pour avoir de l’argent et être capable d’acquérir pour avoir un patrimoine”
  • les dépenses calculées sur les surplus pour laisser intact le capital
  • une gestion rationnelle pour avoir des prosodoi réguliers qui est la base de la bonne économie civique.

12Le logos oikonomikos apparaît dans le milieu athénien au ve siècle mais on connaît très mal la manière dont il s’est construit. La mise en évidence de la place de Thucydide dans ce contexte est un élément capital pour mieux comprendre l’histoire de ces idées.

L’oikonomia et Périclès

13L’importance de ces concepts de l’oikonomia pour l’explication historique chez Thucydide ne porte pas seulement sur l’Archéologie mais aussi sur toute l’histoire de la guerre. Je renvoie de nouveau à L. Kallet et à son deuxième livre de 2001. La place de la périousia et de la gnômé nécessaire pour la gérer n’est pas seulement valable globalement pour le monde grec contemporain de Thucydide, il est particulièrement significatif d’Athènes, et de l’Athènes péricléenne. Le fait nouveau par rapport à l’Archéologie est la guerre qui éclate et qu’il faut gagner par une stratégie appropriée. On voit bien que la première action de Périclès dès 431 est de faire une réserve (2.24). La notion de réserve est toujours présente, et rappelée dans le discours mélien (5.103).

14Pourquoi les choses changent si nettement après la mort de Périclès ? C’est l’abandon de sa stratégie. L’irrationalité domine : il n’y a plus de réserves, le système est différent. Désormais l’acquisition est le sens de la politique, or ce n’est plus logique ni rationnel. On voit bien cela dans les discours du livre VI, par exemple dans le comportement patrimonial d’Alcibiade (6.15). C’est directement l’acquisition des biens qui est recherchée par la guerre de manière publique pour subvenir à ses besoins. La guerre n’est plus conduite avec l’idée de gérer ce que l’on a construit, comme le montre encore le sens de tamieusthai utilisé en 6.18.3 pour parler de l’empire comme d’une richesse qu’on ne peut étendre sans limites. L’irrationalité de la guerre après Périclès vient justement de ce qu’on se préoccupe d’acquisition par la guerre. À l’ancienne, peut-on dire, comme quand les chefs de pirates faisaient la guerre pour avoir du profit pour eux et pour les autres (1.5). En fait l’archè athénienne rationnelle de Périclès est liée à une richesse issue des revenus et non perçue comme une source de gain perpétuel. C’est une vraie conception oikonomique du pouvoir de la cité.

  • 4 Cf. L’économique de Xénophon.

15Les Athéniens incarnent donc particulièrement bien cet état de fait à l’époque de Périclès. On peut noter que d’autres concepts de l’oikonomia se retrouvent dans l’Oraison Funèbre du livre II. L’oikonomia4 marque une distance sociale à l’intérieur de la cité et une séparation nette des tâches : une différence est faite selon la position socio-économique entre le travail de gestion (épiméleia) du propriétaire et le travail physique de ceux qui lui sont subordonnés. On en voit déjà le reflet dans le discours de Périclès : “une même personne peut en même temps gérer ses affaires et celles de la cité et quant à ceux qui se consacrent aux différents travaux, ils peuvent cependant juger des affaires publiques sans rien qui laisse à désirer” (2.40.2). Les deux catégories sociales de la cité, les riches et les pauvres, sont ainsi à la fois distinguées et associées dans le cadre de la communauté. Le passage crucial est bien celui de l’épiméléia, privée et publique.

  • 5 Kallet 1993, 17.

16On doit donc revenir sur la place centrale de Périclès qui paraît symboliser ces aspects, même si Thucydide ne détaille pas son apport spécifique. Dans le bilan de Périclès après sa mort, l’aspect financier est quand même souligné fortement, lié à son intégrité qui est avec la gnômè sa qualité première (2.65.8). En apparence seulement évoquée, la place oikonomique de Périclès est bien présente quand Thucydide évoque l’intégrité. Car il faut faire un lien avec la présentation la plus précise que l’on ait sur ce point de Périclès, celle de Plutarque dans la Vie de Périclès (& 16). Le point commun avec T. c’est l’intégrité de Périclès. Le début du passage est clair. L’intégrité de l’homme public est lié à son comportement privé dans l’oikos en introduisant les nouveautés essentielles de la vente sur le marché de ses produits. Comme cela, il organise et rationalise ses dépenses en les fondant uniquement sur ses revenus calculés et il n’y a pas risque de confusion avec le bien public comme pouvaient le suggérer les formes de dettes anciennes. Le cœur de l’anecdote donnée par Plutarque est bien la question de la séparation du public et du privé. La question qui est au cœur de l’oikonomia, c’est en effet les rapports du comportement privé et du comportement public et comment faire pour qu’ils soient complémentaires et homogènes (L. Kallet5 note justement que le “starting point is the relationship between the polis and the oikos”).

Le contexte intellectuel de l’oikonomia péricléenne

  • 6 Voir Podlecki 1998.

17On peut prendre les choses de deux façons. D’abord se poser la question de la source de Plutarque dans ce passage (qui n’est pas celui qui a le plus intéressé les commentateurs)6. Est-ce l’un des auteurs nouveaux de biographies, comme Stésimbrote de Thasos ? Comme le passage est favorable cela me semble peu probable ou alors c’est parce qu’il précède la description des dissensions dans la famille de Périclès entraînés par cette nouveauté : mécontentement de ses fils etc. Mais il serait inutile dans ce cas, même si c’est isolé de son contexte, de tant insister sur les qualités intellectuelles thucydidéennes aussi nettes à l’action dans cette oikonomia. L’auteur aurait pu présenter cela comme l’effet d’une avarice chez Périclès par exemple. L’idée qui paraît donc plus vraisemblable, c’est que le passage est tiré d’un ouvrage qui valorise cet aspect oikonomique et cette étanchéité entre privé et public. Lequel ?

18Je ne vois guère que la possibilité des ouvrages d’Antisthène, soit en lien avec ses aspects biographiques, puisqu’il a écrit une Aspasie (mais qui serait plutôt critique sur Périclès ?), soit plus probablement en rapport avec son ouvrage sur La Victoire, oikonomikos qui est le premier connu du genre. On sait peu de choses d’Antisthène sur ce point, sinon qu’il récuse nettement le luxe privé et la dépense pour la dépense. Mais dans le livre II de Thucydide (21.3), on doit noter les critiques exprimées par la population contre Périclès en 431 qui ne veut pas combattre bien qu’étant stratège. Je pense que c’est ce type de remarques spontanées qui est à la base du livre d’Antisthène pour montrer ce qu’est la vraie stratégie, la stratégie comme oikonomia, c’est-à-dire précisément comme non-militaire stricto sensu mais qui comme une façon rationnelle de estimer et d’organiser ses ressources. C’est pour cela que le premier ouvrage oikonomique est celui d’Antisthène sur la stratégie et non un ouvrage d’économie domestique.

19Cela entraîne une conséquence très intéressante et décisive pour la restitution de l’histoire de la pensée oikonomique. Dans la question de l’origine de l’oikonomia comme genre réflexif avec ses concepts, on pourrait penser que c’est le fait privé qui a servi de modèle au fait public. En fait contrairement à ce que l’on pense, l’oikonomia comme genre intellectuel n’est pas venue du privé au public, mais au ve s. de l’inverse. Le cœur de la nouveauté de la démarche oikonomique de Périclès c’est d’appliquer au domaine privé ce qu’il applique au domaine public, gnômé, réserves etc... La politique claire de la réserve et de la part de dépense est faite d’abord dans le public par une décision commune de la cité et ensuite on fait de même dans le privé (c’est alors une totale nouveauté) comme dans l’oikonomia de Périclès pour permettre ce que l’Oraison Funèbre dit, le gouvernement des citoyens sans désir de gagner de l’argent pour les citoyens et ceux qui les dirigent. Et le contraste est net après Périclès car c’est bien cette vision traditionnelle privée qui l’emporte et pas celle que Périclès avait imposée.

20On peut souligner que c’est un aspect particulièrement important dans cette réflexion qu’on retrouve ailleurs chez Thucydide et qui est parfaitement en accord avec ce cadre de pensée. La bonne gestion commune s’oppose à une gestion publique à la façon privée, où l’acquisition est le fait essentiel et qui peut avoir deux défauts. La première est celle qui est rappelée par Thucydide, celle de la politique à l’ancienne des tyrans. Il y a en 1.17 une remarque intéressante sur la manière dont les tyrans tas poleis ôkoun (thème qui est centrale dans l’oikonomia, on le voit plus tard dans un titre de Théophraste). Ils ne pensent qu’à leur oikos et gèrent donc la cité di’asphaleias (par le principe de sauvegarde, de sécurité, qui n’est pas dans l’oikonomia de la chrèsis), ce qui empêche d’avoir une attitude koinon et phaneron. Se manifeste alors le manque d’audace (de tolma) mais on retrouve plus loin que l’expérience du risque (empeiria kindunôn) vient ensuite à Sparte comme à Athènes (18.3) (c’est cela le cœur de la notion d’audace) On voit un peu plus dans le discours des Corcyréens aux Athéniens en 33.2 que la notion de risque (à prendre pour un État, en l’occurrence Athènes) est lié à la dapanè. C’est bien le message du passage sur les tyrans, ils ne prennent pas de risque, ne faisant pas de dépenses. L’inaction par manque de réflexion est un des défauts de cette politique à la manière privée.

  • 7 Pol., 1.9/15, 1257b38-40.

21Un deuxième défaut peut être exactement l’inverse comme on le voit dans des passages qui montrent l’existence d’un débat. Ce peut être un désir de s’enrichir sans cesse, comme le déplore Aristote “certaines gens voient dans la simple accumulation des biens l’objet de l’oikonomie et persistent à penser qu’on doit conserver intacte ou augmenter indéfiniment sa richesse en espèces”7. Et cela conduit à un comportement public qui est une copie conforme du privé : “Dans une démocratie, les gens traitent des biens communs comme si c’étaient leurs propres biens.. Ils prennent pour conseillers les gens les plus audacieux” (Nicoclès 3.21). Ce n’est pas la gnômè chère à Périclès et à Antisthène.

22Thucydide, Périclès, et Antisthène font partie du même monde intellectuel où l’oikonomia est devenue un fait capital de l’action publique. La question doit être posée : qui sont les précurseurs ? De tous les sophistes, il semble bien que ce soit Protagoras qui soit le plus lié à ces idées comme le rappelle Platon, Prot., 318e : “l ‘ objet de mon enseignement c’est les meilleurs conseils au sujet des faits privés, afin de gérer au mieux sa maison, et au sujet des affaires de la cité afin d’être le plus capable par les actes et la parole”. Il est très clair que la tradition de Protagoras a bien marqué ce lien entre public et privé. Mais l’origine est plus ancienne. Dans le Menon 91e -92a Platon rappelle qu’avant Protagoras ont été sophistes “certains avant cette époque”. Cette tradition de précurseur des sophistes dans le domaine de la politique se retrouve de manière significative autour de Thémistocle et ce que dit Plutarque du maître de ce dernier Mnésiphilos de Phréarrhes (Plut., Them., 2). La politique préconisée par Périclès, celle de revenus sur lesquels on ne bâtit pas d’intérêts privés mais une vraie politique commune de la cité apparaît avec Thémistocle et sa gestion des premiers gros revenus de la cité, les nouveaux filons du Laurion en 483. Il est intéressant de noter que ce thème dans le passage de Plutarque, qui nous livre une vraie généalogie intellectuelle, se cristallise autour d’une pratique (et non pas comme plus tard de la rhétorique) et se rattache à Solon et à la notion d’action (drasterion par opposition à l’apragmia) Cette action pensée qui est aussi la caractéristique d’Athènes chez Thucydide. Cette notion de pratique aux sources de l’oikonomia est essentielle.

23Les aspects financiers ne sont pas des points isolés dans l’œuvre de Thucydide. L’historien est au cœur de la réflexion de son temps qui apporte une lumière nouvelle sur la gestion des finances publiques et leur lien étroit avec l’action politique. Il se situe au moment même où l’oikonomia apparaît comme une démarche intellectuelle autonome et en rupture avec les idées anciennes. Ce qu’il en dit permet de mieux restituer l’histoire d’une pensée en prise directe avec les décisions politiques.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Kallet-Marx, L. (1993) : Money, Expense, and Naval Power in Thucydides’ History 1-5.24, Berkeley – Los Angeles.

Kallet, L. (2001) : Money and the Corrosion of Power in Thucydides, Berkeley – Los Angeles.

Podlecki, A. J. (1998) : Perikles and his Circle, Londres – New York.

Notes

1 Kallet-Marx 1993, Kallet 2001.

2 Kallet-Marx 1993, 5.

3 Étudié chez Kallet-Marx 1993, 21-36.

4 Cf. L’économique de Xénophon.

5 Kallet 1993, 17.

6 Voir Podlecki 1998.

7 Pol., 1.9/15, 1257b38-40.

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540