Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ombres de Thucydide

 | 
Valérie Fromentin
, 
Sophie Gotteland
, 
Pascal Payen

Première partie. Thucydide source des historiens anciens

Les références à Thucydide dans les scholies des œuvres dramatiques de l’époque classique

Monique Trédé-Boulmer

Texte intégral

1Les quelques remarques que je vais présenter, à la demande des organisateurs, sur la présence de Thucydide dans les scholies d’Eschyle, Sophocle, Euripide et Aristophane seront brèves car les allusions à l’historien dans les scholies, comme nous allons voir, sont peu nombreuses : 2 scholies aux Perses d’Eschyle, 7 scholies aux pièces d’Euripide, rien pour Sophocle et moins d’une trentaine de scholies à Aristophane.

  • 1 Cf. Wilson 2007.

2Je vous proposerai donc dans un premier temps une mise au point concise sur ces ensembles tronqués, disjoints que sont les scholies de nos manuscrits, ces commentaires réunis au fil du temps, dont la datation relative n’est pas envisageable, de l’aveu même de Nigel Wilson1, sans doute l’un des meilleurs connaisseurs actuels de ces érudits byzantins dont nous sommes ici tributaires. Ces scholies relèvent à l’origine de la grammatikè technè – cet art qui, comme son nom l’indique, traite des grammata – les lettres –, i.e. l’instrument qui sauve la parole de l’oubli en réinstallant le mot prononcé dans son contexte d’oralité, voire dans son contexte musical ; cet art ne se désintéresse pas pour autant des écrivains-prosateurs – les suggrapheis, qui s’aidaient certes de l’écriture mais étaient censés écrire comme on parlait.

  • 2 Voir les fr. 142-179 Rose des Problèmes homériques.

3Ce système d’interprétation est sans doute né spontanément de la manière d’enseigner aux enfants grecs les œuvres des poètes grecs. Les premiers témoignages de cette étude de la lettre et de l’interprétation des textes des poètes nous sont connus dès le vie siècle, avec Théagène de Rhégion, et ensuite par les enquêtes des sophistes sur la langue d’Homère et des poètes ; elle se poursuit avec l’école d’Aristote2, mais ne prend son véritable essor qu’avec les travaux des Alexandrins à partir du iiie siècle a. C. : c’est un art d’annoter, d’éclairer et d’interpréter les textes qui permet de perpétuer ou de retrouver, selon les époques et les contextes, la valeur même de la parole prononcée.

4C’est bien là ce qui ressort de la définition de la grammatikè technè qui nous est parvenue sous le nom d’un élève d’Aristarque, Denys de Thrace, connu aussi comme Denys le Grammairien, qui partit pour Rhodes à la mort de son maître (144 a. C.) mais fut formé à Alexandrie. Or, pour Denys de Thrace,

“la grammaire est la connaissance empirique de ce qui se dit couramment (hôs epi to polu) chez les poètes et les prosateurs”.

5Cette connaissance, poursuit Denys, comporte six parties :

6la lecture à haute voix, en prêtant attention à la musique des mots, à leur intonation (ce qui implique la mise au point de signes diacritiques pour guider la lecture),

7l’explication – exègèsis – des tropes, c’est à dire l’élucidation de tours comme l’hyperbate, de figures comme la métaphore ou l’allégorie, tous éclaircissements qui portent sur la forme du texte et donnent lieu à des gloses ou paraphrases fournissant un équivalent plus courant,

8l’élucidation de mots dialectaux ou sortis de l’usage (i.e. la traduction des glôssai par un équivalent en usage dans la koinè ou la prose classique) ou encore de données factuelles – matérielles, institutionnelles, historiques etc… – de tout ce qui rend malaisée en première lecture la compréhension du texte,

  • 3 Comme le précise un scholiaste “il s’agit de découvrir, en dépliant le sens (ton noun anaptussonta (...)

9l’analyse étymologique3, qui est une autre manière de rendre compte du sens,

10la situation du mot dans le système morphologique de la langue par le recours à l’analogie,

  • 4 Sur Denys de Thrace et sa Grammatikè Technè on se reportera à l’étude de Jean Lallot, La grammaire (...)

11enfin, la krisis poièmatôn i.e. la critique des poèmes dont Denys affirme que c’est la partie la plus noble de l’art et qui peut aboutir à un verdict d’authenticité-ou de batardise : c’est “le jugement sur l’œuvre” qui permettait par exemple à Aristarque d’obéliser les vers homériques qu’il jugeait apocryphes4.

12Il s’agit donc d’établir le texte et d’en rendre compte par la lecture (point 1), de l’éclairer (points 2 à 5), de l’évaluer (point 6).

13Cette brève présentation permet d’indiquer d’emblée que les scholies se référant à Thucydide dans notre corpus relèvent exclusivement des catégories 2 et 3 : il s’agit soit de la mise en parallèle de traits de la langue poétique ou de tours figurés avec des expressions thucydidéennes, soit d’éclaircissements concernant des faits, des realia, personnages ou événements. Passons-les brièvement en revue.

Eschyle

14Deux scholies faisant référence à Thucydide figurent dans les manuscrits anciens, et sont repris textuellement par Triclinius dans son édition d’Eschyle. Elles concernent les vers 121 et 558 des Perses.

15v. 121 : oa oa, tout’epos gunaikoplèthès homilos apuôn ; le scholiaste commente l’ordre des mots qui “se trouve non seulement chez les poètes mais aussi chez Thucydide”. Et Triclinius enregistre dans son édition cette remarque du scholiaste du manuscrit B.

16v. 558 : “Fantassins et marins, tel un grand vol d’oiseaux vêtus de sombre azur, les nefs les ont emmenés…” Le scholiaste note que “Xénophon, Thucydide et toute la tribu des historiens (ethnos historikôn) confirment” ces transports de fantassins sur des navires.

Euripide

17Sur les sept scholies mentionnant Thucydide six portent sur un point de langue :

18Hippolyte, v. 269 : sur l’emploi du neutre pluriel adunata, anti tou adunaton ; “on le rencontre aussi chez Thucydide (hôs kai Thoukudidès)” ; cf. I, 125.

19Andromaque v. 1120 : à propos de l’expression khôrei de prumnan un parallèle thucydidéen est fourni (touto de kai Thoukudidès phèsi, prumnan anakrouontes) ; cf. I, 50.

20Hécube, v. 370 : le scholiaste traite d’une question de changement de genre que l’on rencontre aussi par’Isokratei kai Thoukudidèi.

21v. 764 : sur la valeur dérivée de la préposition hupo le scholiaste indique kai para Thoukudidèi : hupo nukta ephugon (passim).

22Oreste v. 1649 : à propos de l’expression dikèn huposches le renvoi est fait à Thucydide : marturei de kai Thoukudidès legôn... (cf. I, 28).

23Phéniciennes, v. 688 : à propos d’amunesthai suivi de l’accusatif, au sens d’“écarter”, un parallèle thucydidéen est allégué (cf. I, 42).

24Seule la scholie au v. 9 des Troyennes où est cité le Phocidien “Epeios, habitant du Parnasse” renvoie au récit de Thucydide pour apporter un éclaircissement historique : les Athéniens rendirent Delphes aux Phocidiens kathaper Thoukudidès phèsi. (cf. I, 112).

Aristophane

25Comme on pouvait s’y attendre les éclaircissements historiques prédominent dans les scholies à Aristophane, qui présentent 19 éclaircissements historiques sur 28 scholies. Elles concernent souvent un personnage historique ou commentent un fait de civilisation. Mentionnons :

26Acharniens, v. 145 sur Sitalkès (renvoi à Thc. 2.29)

27-v. 270 sur Lamachos (cf. VI, 8)

28Cavaliers v. 55 sur Cléon et Démosthénès à Pylos (cf. IV, 28)

29-v. 793 sur Cléon obstacle à la paix (cf. V, 16)

30-v. 1054 sur la folle promesse de Cléon à propos de l’affaire de Sphactérie (cf. IV, 28)

31-v. 762 sur un instrument de navigation comme la delphis (cf. VII, 41)

32-v. 1331 sur les agrafes d’or que portaient les Ioniens à date ancienne (cf. I, 6)

33Guêpes v. 453 sur les bataillons spartiates (cf. V, 68)

  • 5 Scholie que nous retrouverons identiques pour commenter 3 passages de Lysistrata.

34-v. 502 sur la tyrannie d’Hippias5 (cf. VI, 54)

35v. 1094 sur les Hermocopides (cf. VI, 61) ; et le scholiaste nous précise que sur ce point Thucydide et Philochore sont en désaccord.

36Oiseaux v. 147 sur la Salaminienne, trière officielle que les Athéniens dépêchent à la poursuite d’Alcibiade (cf. VI, 53)

37-v. 484 sur Mégabyze et Zopyros (cf. I, 109)

38-v. 556 sur la guerre sacrée ; les témoignages de Thucydide et Eratosthène sont allégués (cf. I, 112)

39-v. 1569 sur Lespodias, dont Thucydide confirme qu’il fut stratège (cf. VIII, 86)

40Lysistrata v. 453 sur les bataillons de Sparte (cf. V, 68)

41-v. 619 sur la tyrannie d’Hippias (cf. VI, 54)

42-v. 1094 sur les Hermocopides (cf. VI, 61)

43Grenouilles v. 540 sur Théramène (cf. VIII)

44Ploutos v. 1193 sur les ressources financières d’Athènes déposées sur l’Acropole (cf. II, 13)

45Les neuf autres scholies commentent des faits de langue :

46Acharniens v. 1 sur l’emploi de

47-v. 12 sur un tour hyperbolique

48-v. 394 sur l’emploi du neutre pluriel équivalent du neutre singulier

49Nuées v. 608 sur l’équivalence entre xuntuchon et kata tuchèn xumban (kai Thoukudidès houtôs)

50Grenouilles v. 484 (cf. I, 49)

51Ploutos v. 73

52-v. 445 sur l’équivalence para polu/kata polu (cf. I, 29)

53-v. 470 (cf. III, 3)

54-v. 917 sur le sens de kathistatai (cf. I, 1)

55Il faut admettre que ces résultats sont décevants et la conclusion de l’enquête n’a rien de fracassant :

  1. la langue de Thucydide a des traits de la langue poétique
  2. les parallèles tirés des premiers livres sont nombreux mais les livres V, VI, VII et VIII sont également mis à contribution et Thucydide est allégué au même titre que d’autres historiens – Xénophon, Théopompe, Philochore, Eratosthène etc…
  • 6 On se reportera sur ce point à l’article que Jacques Bompaire a consacré à cette question (Bompair (...)
  • 7 Cf. Aelius Théon, Progumnasmata, texte établi et traduit par M. Patillon, CUF, Paris 1997.

56Reste à s’interroger sur la relativre pauvreté de ces résultats, pauvreté encore plus étonnante si l’on songe au rôle attribué aux historiens classiques dans les progumnasmata des rhéteurs6. Le commentaire qu’Ulpien d’Ascalon donna des 18 discours démosthéniens au ive siècle de notre ère fait en permanence appel à Thucydide, multiplie les comparaisons, analyse les filiations, dressant un parallèle, par exemple, entre les stratégies persuasives de Démosthène dans les Olynthiennes et le discours des Corcyréens venus solliciter l’alliance d’Athènes au livre I de Thucydide. La consultation de l’excellente édition des Progumnasmata d’Aelius Théon que nous a donnée P. Patillon7 nous confirme sans ambiguïté que les rhéteurs font le plus grand usage des historiens classiques.

  • 8 Comme on voit clairement chez Lucien dont il serait bon de relire Le maître de rhétorique (§ 16 en (...)
  • 9 Il suffit de constater le mépris qu’un érudit comme Nigel Wilson, merveilleux connaisseur des scho (...)

57C’est qu’à côté de la grammatikè technè, et à sa suite, un autre art a fait son entrée au ve siècle dans le système d’éducation grec : la rhètorikè technè, conçue comme art de parler en public. Les premiers maîtres de rhétorique se sont alors référés aux poètes que les tenants de la grammatikè technè annotaient et interprétaient, et ont aussi cherché à rivaliser avec eux. Les deux arts – grammatikè technè et rhètorikè technè – avaient à l’origine des finalités différentes et auraient pu rester distincts : la grammatikè éclaire, explique, a un but herméneutique ; elle pouvait ainsi servir de propédeutique à la rhètorikè qui, elle, cherche à rendre créatif et apprend l’art de composer un discours. Il faut relire de ce point de vue le Protagoras de Platon ou le Contre les Sophistes et le Sur l’Échange d’Isocrate, textes qui distinguent nettement l’art oratoire, conçu comme poiètikon pragma, de l’étude des grammata. Dès le ive siècle les deux types de spécialités se regardaient avec méfiance. Avec la disparition de la démocratie la rhètorikè technè semble perdre de sa finalité première : elle devient discipline académique ; elle crée un système de règles, s’exerce à la critique littéraire, impose un style d’expression, invente des exercices stéréotypés8 et fait régulièrement appel aux textes des historiens classiques qu’elle commente et prend pour modèles ; elle aurait ainsi confisqué à son profit les historiens. Sans doute avons nous là la raison de notre déception : aux scholiastes, ces grammatikoi qui n’ont cessé de se copier les uns les autres, peut-être aurions-nous dû préférer pour notre enquête les rhéteurs de la seconde sophistique9 ?

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Bompaire, J. (1976) : “Les historiens classiques dans les exercices préparatoires de rhétorique”, Recueil Plassart, Études sur l’antiquité grecque offertes à André Plassart par ses collègues de la Sorbonne, Paris, 1-7.

Wilson, N. (2007) : “Scholiasts and Commentators”, GRBS, 47, 39-70.

Notes

1 Cf. Wilson 2007.

2 Voir les fr. 142-179 Rose des Problèmes homériques.

3 Comme le précise un scholiaste “il s’agit de découvrir, en dépliant le sens (ton noun anaptussontas) pourquoi telle chose s’appelle de telle façon”. Les étymologies du Cratyle de Platon correspondent d’une certaine manière à cette définition.

4 Sur Denys de Thrace et sa Grammatikè Technè on se reportera à l’étude de Jean Lallot, La grammaire de Denys le Thrace, CNRS Éditions, Paris 1998.

5 Scholie que nous retrouverons identiques pour commenter 3 passages de Lysistrata.

6 On se reportera sur ce point à l’article que Jacques Bompaire a consacré à cette question (Bompaire 1976).

7 Cf. Aelius Théon, Progumnasmata, texte établi et traduit par M. Patillon, CUF, Paris 1997.

8 Comme on voit clairement chez Lucien dont il serait bon de relire Le maître de rhétorique (§ 16 en particulier) ou le Lexiphane 21 en particulier).

9 Il suffit de constater le mépris qu’un érudit comme Nigel Wilson, merveilleux connaisseur des scholiastes, porte à un rhéteur comme Ulpien d’Ascalon, pour se convaincre que la rivalité entre rhètores et grammatikoi a traversé les siècles…

Auteur

École Normale Supérieure (Paris)

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540