Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ombres de Thucydide

 | 
Valérie Fromentin
, 
Sophie Gotteland
, 
Pascal Payen

Première partie. Thucydide source des historiens anciens

À l’Affût des rapports Théopompe-Thucydide : quelques éléments de repérage

Antonio Luis Chávez Reino

Texte intégral

L’auteur tient à exprimer ses chaleureux remerciements aux organisateurs du colloque, en particulier à Valérie Fromentin pour son humanité et sa gentillesse.

“Da wir im Grund nicht wissen, woher diese Dinge kommen mögen, so ist gleichviel, ob wir sie von oben oder von unten empfangen, wenn sie uns nur immer zur Beobachtung reizen, Gedanken veranlassen und zu Bescheidenheit freundlich nötigen. Est quaedam etiam nesciendi ars et scientia. Hermannus”
Goethe, Schriften zur Meteorologie
(Gesamtausgabe, XX. Bd., Stuttgart, 1960), p. 269

Au préalable

1Y a-t-il eu une influence quelconque de Thucydide sur Théopompe ? S’est-elle manifestée, tout particulièrement, dans la façon dont Théopompe a traité l’histoire du ve siècle dans ses Philippiques ? Pouvons-nous en déceler les traces parmi les fragments ? C’est en ces termes simples que se pose notre enquête.

  • 2 Voir ci-dessous, aux pages 323, les témoignages qui présentent les Helléniques de Théopompe comme (...)
  • 3 Ce qu’attestent Porphyre chez Eus., PE X 3, 9-11 (= Porph., F408 Smith ; Théopompe, FGrHist 115 T3 (...)

2Si les termes sont simples, la question et ses enjeux ne le sont pas, selon nous. À part le fait que les Helléniques de Théopompe nous sont présentées comme étant une continuation de l’œuvre inachevée de Thucydide, aucune donnée positive ne permet d’établir un rapport sûr entre les deux historiens2. Et puisque Théopompe est censé avoir voulu surpasser Xénophon avec ses Helléniques3, rien n’empêche qu’il ait écrit son ouvrage sans même avoir eu connaissance de l’Histoire de la guerre du Peloponnèse — idée inattendue, sans doute, et déconcertante, mais irrécusable d’un point de vue strictement logique.

  • 4 Connor 1968, 106.

3Théopompe ne connaissait pas l’œuvre de Thucydide... ? Précisons notre pensée. Nous serions, nous aussi, enclin à souscrire, comme point de départ, à l’idée que W. R. Connor a prudemment formulée sur le rapport Théopompe-Thucydide : “Theopompus’ familiarity with Thucydides’ history is not likely to be disputed”4. La tradition de nos études, pour ainsi dire, nous pousse de ce côté. Il se trouve cependant qu’un tel point de départ risque de compromettre fatalement une enquête visant justement à tirer au clair s’il y a eu, oui ou non, influence d’un historien sur l’autre, car la distance est minime entre l’idée que Théopompe ne pouvait pas ne pas connaître son Thucydide et celle selon laquelle tout point de rapprochement implique forcément une dette de Théopompe envers son devancier. L’existence de rapprochements est a priori envisageable, en dépit même de l’état piteusement fragmentaire dans lequel nous sont parvenus les ouvrages de Théopompe : nous avons affaire à deux historiens grecs proches dans le temps, ce qui entraîne nécessairement des recoupements dans les aspects méthodologiques, ainsi que la possibilité de coïncidences fortuites dans les contenus. Mais il s’agit justement d’établir si ces rapprochements trahissent une dette, s’ils relèvent d’une dépendance quelconque, voire s’ils attestent la rémanence d’un héritage thucydidéen dans l’historiographie du ive siècle : car aucun principe de méthode ne serait plus trompeur que de chercher dans ces points de contact la preuve d’une dépendance en supposant a priori que Théopompe ne pouvait pas ne pas connaître son Thucydide ; ce serait tout simplement l’expression d’une petitio principii.

  • 5 Certes, le nom de Thucydide paraît dans les Fragmenta Florentina des Helléniques d’Oxyrhynchos (co (...)

4Loin de nous, donc, toute velléité d’embrasser un scepticisme radical que rien n’autorise et qui serait tout aussi contestable que son opposé. Toujours est-il que nous avons affaire à une matière qui relève amplement du domaine de l’interprétation, et l’interprétation est déterminée, ici plus qu’ailleurs, par l’attitude qu’adopte l’interprète. Nous ne lisons pas les ouvrages de Théopompe et, en l’absence de tout emprunt ou de toute mention explicites de Thucydide dans les fragments de l’historien de Chios5, c’est à nous, les interprètes, d’établir les points de rapprochement et de leur donner une signification, et cela en travaillant la plupart du temps, s’agissant de Théopompe, avec fragments isolés de tout contexte. Or le risque est grand que, dans ces conditions, l’analyse critique cède le pas aux idées préconçues et aux partis pris. C’est pourquoi nous avons voulu nous borner à souligner les doutes que suscitent à nos yeux certaines démarches critiques plutôt que de bâtir de nouvelles hypothèses. Ainsi, notre contribution au débat consistera en une délimitation de l’horizon de l’enquête. Puis nous signalerons, d’une façon brève et dépouillée, les rapprochements qui, objectivement, nous paraissent devoir entrer en ligne de compte.

Le F395 de Théopompe comme pierre de touche

  • 6 Théopompe, FGrHist 115 F395.
  • 7 Thc. 2.45.1. Voir, par exemple, F. Jacoby, FGrHist IID, Berlin, 1927, p. 402 (ad 115 F395) ; Lane (...)
  • 8 Hornblower 1995, 56 : “There is solider evidence for knowledge of Thucydides : Theopompus tried to (...)

5Le F395 de Théopompe dit ceci : “Car je sais qu’on juge souvent les vivants avec malveillance, tandis que les morts, quand les années ont passé, on cesse de les jalouser”6. On s’accorde d’habitude à trouver dans ces mots un écho de Thucydide, qui fait dire à Péricles dans l’Oraison funèbre : “car chez les vivants on jalouse tout rival, mais qui n’est pas sur votre chemin se voit accorder une bienveillance sans réserves”7. Un savant aussi éminent que Simon Hornblower est allé jusqu’à soutenir que nous avons ici la preuve solide et concrète que Théopompe connaissait son Thucydide8.

  • 9 Théon le Rhéteur, Prog., 63.13-19, p. 6 Patillon. Les traductions données ci-dessus sont celles de (...)

6Preuve solide et concrète ? C’est beaucoup dire, et Hornblower ne se serait sûrement pas senti autorisé à le faire sans le soutien que lui apporte Théon le Rhéteur, à qui nous devons la survie du fragment et qui a le premier établi le rapprochement avec Thucydide9.

  • 10 Théon, Prog., 63.13-22, p. 6 Patillon, citant Dem., Cor., 315.
  • 11 Théon, Prog., 62.32-63, 13, p. 5-6 Patillon, citant Hom., Il., 9.593-4, Dem. 19.65 et Aeschin. 3.1 (...)

7Emprunt à Thucydide, volonté d’améliorer la formulation de Thucydide... En fait, quand on regarde de plus près le contexte de la notice chez Théon, les choses ne sont plus aussi évidentes. Traitant de la paraphrase, l’un des exercices progymnasmatiques, Théon rapproche de la phrase péricléenne non seulement les paroles de Théopompe signalées ci-dessus mais aussi une formule du discours Sur la couronne de Démosthène, dont voici la teneur : “car qui au monde ne sait que les vivants sont tous plus ou moins en butte à la jalousie, tandis que les morts, nul d’entre leurs ennemis même ne les hait ?”10. Cette citation de Démosthène nous permet déjà de constater que Théon entend rapprocher non pas les contextes d’énonciation – ce que le fragment de Théopompe, isolé comme il l’est de son entourage, ne pouvait pas à lui seul nous apprendre – mais plusieurs formulations d’une même idée, la paraphrase consistant précisément à formuler une même pensée de diverses façons. De même, dans un exemple précédent, Théon rapproche de deux vers homériques qui décrivent la prise d’une ville un passage de Démosthène décrivant à son tour les dégâts infligés par Philippe à la Phocide et un autre d’Eschine ayant trait à la destruction de Thèbes11. Or personne ne saurait soutenir sérieusement que ces deux orateurs ont tiré leur inspiration des vers homériques cités par Théon ou qu’ils se sont inspirés l’un de l’autre. Les contextes des passages cités sont là pour démontrer qu’il s’agit simplement d’un vague rapport au niveau des contenus, qui ont tous trait aux malheurs qu’entraîne la prise d’une ville.

  • 12 Stobée 4.57.7 : Διονυσίου Σωτείρας∙ Πρòς τòν τελευτήσανθ’ ἕκαστος, κἂν σφόδρα | ζῶν ἐχθρòς ᾗ τις, (...)

8D’autre part, tout comme Théopompe débute avec le verbe ἐπίσταμαί, Démosthène introduit sa sentence par la formule τίς οὐκ οἶδεν ὅτί, qui annonce quelque chose de très connu, voire un lieu commun ou un aphorisme. Or, cette même pensée (à propos de l’envie qu’on ne porte plus aux morts) se trouve être formulée au moins trois autres fois, outre les trois passages signalés par Théon, dans la littérature ancienne qui nous est parvenue : chez le comique Denys, notamment, et chez un tragédien anonyme, tous les deux cités par Stobée, ainsi que dans les Odes d’Horace12. Nous avons donc très probablement affaire à des formulations variées d’une pensée qui puise dans un réservoir commun de sagesse morale. Vouloir prendre la première formulation connue pour la source originale ou la matrice de toutes les autres serait tout simplement faire preuve de naïveté.

9Rien n’est donc moins sûr que d’utiliser le témoignage de Théon pour prouver que Théopompe connaissait bien son Thucydide.

  • 13 Théon, Prog., 63.22-29, p. 6 Patillon. L’exemple ayant trait au Panégyrique d’Isocrate revient sou (...)
  • 14 Voir Schubart & von Wilamowitz 1907, n ° 138, p. 84, l. 28-30 : φθóνος γὰρ οὐδέίς, φησί που Δημοσθ (...)

10Admettons cependant que le rhéteur Théon ait vraiment entendu dire que Théopompe, tout comme Démosthène, s’était inspiré de la formule de Thucydide. Il soutient aussitôt après que Philistos a pris chez Thucydide toute l’histoire de l’expédition sicilienne des Athéniens, que Démosthène a tiré parti des discours de Lysias, Lycurgue et Isée, et qu’Isocrate s’est inspiré pour son Panégyrique de l’oraison funèbre de Lysias et du discours Olympique13. Il se trouve d’ailleurs qu’un poète tardif, célébrant au ive s. a. C. la mort d’un professeur de rhétorique de l’université de Berytus, cite la phrase de Démosthène à propos de l’envie qu’on ne porte plus aux morts en soulignant que l’orateur l’a prise ἐκ τοῦ παλαιοῦ συγγραφέως. Il y voit donc, lui aussi, un emprunt à Thucydide14. Devrons-nous pour cela attribuer plus de crédibilité au témoignage de Théon en tant que preuve que Théopompe connaît Thucydide et lui est redevable de l’aphorisme sur l’envie ? Il s’en faut de beaucoup, à ce qu’il nous semble.

  • 15 Stemplinger 1912, 38-40.
  • 16 Théon, Prog., 62.10-64.26 et 69.28-70.7, p. 4-8 et 14 Patillon.
  • 17 Porph., F408 Smith, chez Eus., PE, 10.3.9-11 (= Théopompe, FGrHist 115 T35 et F21) et 14-15.
  • 18 Théon, Prog., 70.5-7, p. 14 Patillon ; Eus., PE, 10.3.9-11 (= Porph., F408 Smith ; Théopompe, FGrH (...)
  • 19 Théon, Prog., 69.32-70.6, p. 14 Patillon ; Eus., PE, 10.3.14-15 (= Porph., F408 Smith). Il faut no (...)

11Comme Eduard Stemplinger l’a signalé dans son livre célèbre Das Plagiat in der griechischen Literatur, ces rapprochements établis par Théon sont à mettre en rapport avec le sujet de la κλοπή15. Théon partage avec d’autres rhéteurs et grammariens un goût prononcé pour le repérage d’échos et de rapprochements chez les auteurs classiques. Ce goût se manifeste tout particulièrement quand le rhéteur aborde dans son ouvrage le motif de la paraphrase et celui de l’élaboration (ἐξεργασία)16. Il n’est pas sans signification que deux des trois rapprochements qu’il établit dans ce dernier cas se retrouvent dans le fragment de la Φιλόλογος ἀκρόασις de Porphyre qui nous a été conservé par Eusèbe17. Théon et le sophiste Nicagoras chez Porphyre s’accordent notamment à établir, seuls entre tous les auteurs anciens connus, un lien entre les Helléniques de Xénophon et celles de Théopompe. Qui plus est, dans les deux cas le critère d’après lequel se fait la comparaison est le concept d’ἐξεργασία : Théopompe est censé avoir poli davantage la matière que Xénophon avait déjà traitée dans ses Helléniques18. Théon est loin de faire grief à Théopompe d’avoir adopté cette démarche, tandis que Nicagoras donne de l’historien de Chios une image très peu flatteuse ; la communauté des notices est pourtant évidente, et elle se trouve soulignée par le fait que le même rapport est aussi établi par les deux auteurs, et du même point de vue, entre Hypéride et Démosthène, cette dernière notice côtoyant celle qui a trait à Théopompe et Xénophon. Nous sommes donc très probablement en face de deux manifestations d’une même tradition19.

  • 20 C’est ce qu’on appelle le Prioritätstopos, qui tire vraisemblablement son origine de l’apologétiqu (...)
  • 21 Voir l’essentiel dans Männlein-Robert 2001, 251-292, qui complète et corrige ce qui a été dit par (...)
  • 22 Eus., PE, 10.3.23 (= Porph., F409 Smith). Voir aussi Eus., PE, 10.3.12-13 (= Porph., F408 Smith).

12Afin d’étayer sa thèse selon laquelle la sagesse juive (et donc la sagesse chrétienne) est plus ancienne que la sagesse grecque et que les Grecs ont emprunté à l’Orient le meilleur de leur culture, Eusèbe tient à souligner dans sa Préparation évangélique que les Grecs n’ont pas eu scrupule à se plagier entre eux20. Pour le prouver, il a recours à un curieux passage de la Φιλόλογος ἀκρόασις de Porphyre où est décrit un banquet qui s’est tenu chez Longin et lors duquel des érudits fameux s’amusèrent à relever les κλοπαί de leurs héros littéraires, parmi lesquels Euripide, Ménandre et Platon lui-même, dont ils étaient en train de fêter l’anniversaire21. Par un trait d’humour, Porphyre ne s’est pas privé de signaler les sources où il dit avoir puisé son dossier de plagiats, et Eusèbe a eu tout intérêt à reproduire cette liste22. Nous devons à ce concours de circonstances de pouvoir retracer sommairement la tradition des écrits sur les κλοπαί, et par là, de disposer d’un aperçu sommaire sur l’arrière-fond des pratiques grammaticales auxquelles Théon lui-même est largement redevable.

13La “chasse” aux rapprochements et la “chasse” aux plagiats partagent, en fait, une même matière et ne se distinguent, à l’extrême, que par le produit élaboré qui en résulte : d’une part, un apparat érudit qui tire sa matière d’un commerce assidu avec les textes “classiques” et qui est l’apanage d’une longue tradition de grammariens et de rhétoriciens qui se sont consacrés à l’exégèse ou à l’enseignement ; d’autre part, une littérature curieuse où le goût pour l’anecdotique est pimenté d’ingrédients piquants et ironiques. Au delà de ces paramètres, il n’y a pas lieu d’établir une distinction foncière quant aux démarches ou aux procédés mis en œuvre par les uns et par les autres, et même si a priori l’on serait enclin à attribuer plus de sérieux et un plus grand esprit critique aux représentants du premier groupe, les faits dé montrent qu’il n’en est rien, et qu’on a procédé partout avec la même légèreté.

  • 23 Clément d’Alexandrie, Strom., 6.2.24.1-2.
  • 24 Ἔφορον est ici une conjecture très vraisemblable de Cobet et Wilamowitz.
  • 25 Antiphon le Sophiste, 87 B60 Diels-Kranz = F60 Pendrick. Le fragment est d’habitude rattaché à l’é (...)
  • 26 Comme le dit très bien K. Ziegler (Ziegler 1950, col. 1990) à propos de toute la première série de (...)
  • 27 Ce qui est l’opinion courante. Ziegler y voit par contre, comme partout ailleurs dans la première (...)

14Considérons, à titre d’exemple, ce rapprochement établi par Clément d’Alexandrie dans le sixième livre de ses Stromates, où confluent des éléments disparates de la tradition des κλοπαί mis au service de l’apologétique chrétienne23. Clément dit : “L’on trouvera de même que, Platon ayant dit ‘Car en toute créature la première croissance, si elle part bien, peut plus que tout pour porter la nature à sa perfection et lui donner l’achèvement approprié’, l’historien Éphore écrit ‘C’est comme pour les créatures agrestes : aucune ne peut être apprivoisée dès qu’elle a dépassé le premier âge’”24. Éphore aurait donc emprunté à Platon une idée qui, à tout prendre, paraît plutôt banale. L’emploi de métaphores agricoles pour illustrer des propos concernant l’éducation est notamment un usage très répandu chez les auteurs anciens. Le hasard a voulu que nous conservions justement un fragment d’Antiphon le sophiste où la même idée est formulée d’une façon plus complète : “C’est la première des choses humaines, crois-je, que l’éducation, car partout quand le début est bon, il est à croire que la fin le sera aussi. C’est ce qui se passe quand on sème la terre : telle est la semence, il est à croire que telle sera aussi la récolte. De même, lorsqu’on dépose le germe d’une noble éducation dans un corps jeune, c’est un élément qui vit et fleurit jusqu’au bout de son existence sans que ni la pluie ni la sécheresse puissent l’anéantir”25. S’il y a dette d’un auteur envers un autre, pourquoi retenir Platon plutôt qu’Antiphon comme “source” d’Éphore ? Ou ne s’agit-il pas, plutôt, de trois formulations différentes d’une même pensée relevant d’un patrimoine commun de sagesse morale26 ? Le rapprochement Éphore-Platon que l’on trouve chez Clément est le fait d’une mentalité “classiciste”, pour laquelle les idées exprimées par Platon ne peuvent être que de Platon et toute idée semblable apparaissant dans la littérature contemporaine ou postérieure est à prendre pour un écho du grand philosophe. Ce cas est tout a fait semblable au rapprochement établi par Théon au sujet de l’aphorisme sur l’envie : il n’y a pas de différence foncière entre ces deux rapprochements, même si, avec Théon, nous avons affaire à la tradition des grammariens et des rhéteurs et, avec Clément, vraisemblablement, à une pièce du “butin” des chasseurs de plagiats27.

15Tout compte fait, nous ne devons donc pas accorder une grande valeur au rapprochement que Théon établit entre les formules de Théopompe et de Thucydide. En fonction de ses intérêts didactiques, Théon a systématisé des éléments disparates issus d’une longue tradition rhétorique et grammaticale. Pour ce qui est de la paraphrase et de l’élaboration, le rhéteur a notamment passé au tamis de son système des exemples relevant d’une pratique dont le fragment de Porphyre nous permet de suivre vaguement les traces et d’évaluer la portée. Rien n’autorise à tirer de ces exemples la preuve d’une dépendance quelconque ou d’une dette littéraire.

16Certes, la possibilité que Théopompe se soit vraiment inspiré de la phrase que Thucydide met dans la bouche de Périclès demeure toujours ouverte. Mais il ne s’agit que d’une possibilité ; il ne saurait être question de poser le témoignage de Théon comme preuve.

  • 28 Il est fort douteux que Théon fût en mesure d’établir laquelle des deux formulations, celle de Thé (...)
  • 29 Dans la Souda, s.v. Δημοσθένης (Δ454) (= Théopompe, FGrHist 115 T5b) il est dit que l’orateur συνε (...)
  • 30 Théon, Prog., 138.25-27, p. 106 Patillon. Cf. Capone & Franco 2004 et Chávez Reino 2009. La notice (...)
  • 31 Pour l’essentiel, on se reportera à Rohde 1894, 117-119, Reed 1976, surtout p. 97-122, et Pownall (...)
  • 32 Théon, Prog., 68.27-28, p. 13 Patillon (= FGrHist 115 F255 et 257) et Théon, Prog., 110.33-35, p.  (...)

17À supposer même que l’on n’ait pas affaire à un aphorisme appartenant au réservoir commun de la sagesse morale, mais à un emprunt littéraire, pourquoi devrait-on poser comme source de l’emprunt l’ouvrage de Thucydide plutôt que le discours de Démosthène28 ? Nulle part la riche tradition ancienne de critique stylistique et littéraire ne parle d’une influence quelconque de Thucydide sur Théopompe, tandis qu’il est des notices anciennes qui évoquent un contact direct entre Théopompe et Démosthène du point de vue de la formation rhétorique, ainsi qu’une “parenté” stylistique entre eux29. La plus remarquable de ces notices se trouve justement dans les Progymnasmata de Théon, mais elle est demeurée méconnue du fait qu’elle se trouve dans la partie de l’ouvrage conservée uniquement par la traduction arménienne, traduction qui n’a été publiée que tout récemment. On y lit notamment, au sujet de l’exercice nommé “audition”, que Théopompe a entendu Démosthène prononcer son discours contre Leptine et qu’il s’est inspiré pour son propre ouvrage des paroles de l’orateur30. La critique moderne a, elle aussi, établi des rapports étroits entre la manière de Théopompe et les traits caractéristiques des orateurs du ive siècle, dont notamment Demosthène31. Il faudrait aussi tenir compte du fait que Théon ne rattache l’aphorisme de Théopompe sur l’envie à aucune des œuvres de ce dernier alors qu’il connaît non seulement ses Philippiques et ses Helléniques mais aussi ses éloges de Philippe et d’Alexandre32.

18Nous n’entendons évidemment pas soutenir qu’il faille substituer à l’hypothèse d’un emprunt à Thucydide celle d’un emprunt à Démosthène. Ce que nous voulons mettre en vue, c’est tout simplement le fait que le témoignage de Théon ne démontre rien, et que, sur un plan strictement logique (c’est-à-dire, si l’on juge d’après une échelle de probabilité), les possibilités restent ouvertes quant à l’“origine” de l’aphorisme théopompéen, l’hypothèse Thucydide n’étant pas plus probable que les autres. On n’est donc pas fondé à bâtir sur cette “preuve” présumée des théories sur la formation de Théopompe.

19Le fragment 395 illustre parfaitement les problèmes de méthode que pose notre enquête. Si on l’étudie dans le contexte où il est attesté, le fragment peut difficilement passer pour une preuve que Théopompe a une dette envers Thucydide. Le fait qu’il nous soit présenté comme tel et qu’on renchérisse au point de dire que Théopompe a voulu améliorer la formule de Thucydide a moins à faire avec le contenu objectif du fragment qu’avec le réceptacle subjectif où nous versons l’information qu’il nous apporte.

Du préjugé “classiciste” au préjugé “génériste” et au-delà

  • 33 Patillon & Bolognesi 1997, VII-CXIV.

20Traquer le “classicisme” qui opère chez Théon, en décrire les traits principaux et les liens qui les rattachent à la tradition rhétorique propre au genre des progymnasmata nous mènerait loin de notre sujet. Qu’il suffisse de renvoyer le lecteur aux pages de l’introduction dont M. Patillon a doté son édition du texte33. Y sont soulignés la forte dimension propédeutique du traité, qui informe la matière utilisée, notamment dans le choix des exemples servant d’illustrations, et son arrière-plan culturel, où l’imitation des modèles “classiques” ou “canonisés” joue un rôle fondamental. Dans ce cadre, les procédés qu’on veut illustrer à l’aide d’exemples tirés des classiques acquièrent eux-mêmes le statut d’éléments de culture aisément projetables sur les modèles à imiter : “La paraphrase consiste à dire autrement ce que quelqu’un a déjà dit”. “Les anciens faisaient de même, en voici les exemples qu’il nous convient d’imiter”, etc.

21Mais comment se fait-il qu’aujourd’hui l’on soit enclin à admettre tout bonnement que l’exemple avancé par Théon prouve que Théopompe s’est inspiré de Thucydide ? D’où vient qu’on aille jusqu’à supposer que Théopompe a eu la volonté de rivaliser avec Thucydide en améliorant la formulation d’une de ses γνῶμαι ? C’est que l’interprétation du fragment ne se fait pas, pour ainsi dire, “à froid”. Même à travers les apports individuels, elle implique toujours tout un ensemble de présupposés, de convictions, de postulats qui ressortissent à la tradition à laquelle s’est formé l’interprète, et il est, dans la tradition des études théopompéennes, des vecteurs qui mènent aisément l’interprète à une telle conclusion. Pour le dire brièvement, au préjugé classiciste s’est substitué un préjugé “génériste” (qu’on nous passe le mot) qui supplée le déficit de nos connaissances sur Théopompe et qui ressortit à l’idée qu’on s’est faite de la nature et l’évolution du “genre” historique.

  • 34 Koch 1792 et Koch 1803.
  • 35 Koch 1803, 1-5.
  • 36 Creuzer 1802 et Creuzer 1806.
  • 37 Creuzer 1803, 319-320 (= 1845, 249-250).

22Les premières études de l’âge moderne consacrées à Théopompe furent écrites, en 1792 et 1803, par Friedrich Koch34. Disciple de Friedrich August Wolf, Koch soutenait qu’il serait insensé de pretendre connaître l’historiographie ancienne en se limitant à l’étude des grandes figures dont l’œuvre s’est conservée, et il prôna l’étude des historiens fragmentaires comme seul moyen d’obtenir une image cohérente du genre35. L’idée selon laquelle la connaissance scientifique, organique et totale, de la littérature ancienne devait prendre la place d’un classicisme arbitraire et dilettante était à la base du nouveau concept d’Altertumswissenschaft fondé par Wolf. C’est de là que partirent les premières tentatives pour tirer au clair les traits caractéristiques de Théopompe. Vers la même époque et avec ces mêmes présupposés, Friedrich Creuzer entreprit, lui aussi, son programme d’édition des fragments des historiens grecs36. Or Creuzer, théoricien patenté, fut aussi le premier à tracer une histoire de l’historiographie grecque en termes évolutifs, dans laquelle le concept d’“historiographie isocratique” reçut pour la première fois un contenu, en tant que “stade” (doté de traits d’identité propres) de l’évolution du genre37. Le “métier” de Théopompe commençait à être vu comme quelque chose de foncièrement différent et de potentiellement inférieur au “métier” de Thucydide.

  • 38 W. von Humboldt, Über die Aufgabe des Geschichtsschreibers (1822), dans Gesammelte Werke, I, Berli (...)
  • 39 Pour l’importance “séminale” qu’ont ces deux écrits pour la théorie historique moderne, on se repo (...)
  • 40 Roscher 1842 (préface aux p. VII-XII, introduction sur l’art historique aux p. 3-78, en particulie (...)

23Esprit enclin à la spéculation intellectuelle, Creuzer intégra à son histoire de l’historiographie ancienne les idées nouvelles qui, à son époque, commençaient à façonner la conception moderne de la science historique. À peine vingt ans plus tard, ces idées prirent une forme cohérente dans deux écrits qui sont à la base de la théorie historique moderne : Ueber die Aufgabe des Geschichtschreibers de Wilhelm von Humboldt et Idee der Universalhistorie de Leopold von Ranke38. Aussi bien Humboldt que Ranke envisagèrent comme point de départ de leurs discussions un problème qui était très en vogue à l’époque, celui des rapports de l’histoire avec la poésie et la philosophie, la science et l’art. Selon eux, la composante artistique de l’histoire ne relève pas de la libre création poétique, mais relève de l’intelligence de l’historien qui sait d’abord saisir et puis refléter dans son récit la signification virtuelle des faits qu’il raconte, laquelle repose sur le sens même qu’ont les faits dans la réalité politique, vrai domaine de la connaissance historique39. Or, c’est justement cette thèse qui sous-tend la première monographie qui a été écrite aux temps modernes sur la figure de Thucydide en tant qu’historien : le Leben, Werk und Zeitalter des Thukydides du disciple de Ranke Wilhelm Roscher40. L’ouvrage est notamment précédé d’une introduction intitulée Eine Einleitung zur Aesthetik der historischen Kunst überhaupt, et, dans la préface, Roscher définit Thucydide, tout simplement, comme “den grössten Meister meiner Kunst”. Il soutient aussi que seul un historien peut vraiment apprécier Thucydide, de même que seul un médecin saurait apprécier Hippocrate. Non seulement la dimension artistique de l’œuvre de Thucydide est dès lors identifiée à l’essence de l’histoire, mais, en sens inverse, le caractère de la discipline historique moderne est projeté, par le biais du modèle canonique que Thucydide désormais incarne, sur les diverses manifestations de l’historiographie ancienne. Il en résulte la conception, pour l’antiquité, d’un genre historique unitaire, lequel est conçu en termes d’évolution, en amont et en aval de Thucydide. Tout élément qui ne s’assimile pas au modèle thucydidéen est censé être un archaïsme ou une aberration, voire un renoncement au vrai caractère historique et, de ce fait, un élément étranger au genre ou relevant du postiche. Ce n’est pas par hasard qu’apparaît alors un concept voué à devenir déterminant pour l’appréciation de l’historiographie ancienne : celui d’historiographie rhétorique.

  • 41 Comme chaînons du processus menant à la condamnation de Théopompe, il faudrait tout au moins citer (...)
  • 42 Meyer 1909, 155. Paradoxalement, pour G. Busolt les Helléniques d’Oxyrhynchos, qu’il identifiait l (...)

24Il ne serait pas difficile de montrer comment le processus qui mène à la consécration de Thucydide comme paradigme de l’histoire mène aussi à la négation du caractère historique de l’œuvre de Théopompe. L’estime qu’un secteur de la critique a toujours accordée à l’historien de Chios s’est doublée, auprès d’un autre secteur non moins représentatif, depuis le début du xixe siècle, de fortes préventions contre sa condition d’orateur. Plus on se rapproche du xxe siècle, plus ces préventions s’accentuent et deviennent dominantes, au point qu’on finit par dénier à Théopompe la condition d’historien, en le qualifiant de simple Gelehrter ou, encore pire, de historisch ganz verständnisslose[r] Rhetor, et cela par rapport, surtout, à l’art incommensurable de l’historien politique qu’est Thucydide41. Ce lien rattachant la condition de Théopompe à son degré d’adaptation au “genre” thucydidéen a été clairement mis en lumière quand parurent, en 1908, les fragments de Londres des Helléniques d’Oxyrhynchos : pour E. Meyer, qui attribua le texte à Théopompe, le caractère thucydidéen du récit démontrait que Théopompe fut wirklich ein Historiker, kein Rhetor (opinion éphémère qui dura aussi longtemps que la mode passagère d’attribuer le texte à Théopompe)42.

  • 43 Strebel 1935 (nous citons les pages 7 et 16-19).

25Cette vision des choses a notamment laissé son empreinte dans la seule monographie développée qui ait été écrite jusqu’à présent sur le sujet de la survie de Thucydide. Il s’agit de la thèse de H. G. Strebel Wertung und Wirkung des Thukydideischen Geschichtswerkes in der griechisch-römischen Literatur43. Strebel débute ainsi : “L’historiographie hellénique a sans doute atteint son sommet avec Thucydide. Dans aucune autre œuvre historique des Grecs les lois éternellement valables de la recherche historique n’ont été développées d’une manière aussi claire et conséquente que dans l’histoire de la Guerre du Peloponnèse de Thucydide, laquelle peut être qualifiée, dans le vrai sens du terme, de vade-mecum pour le politicien”. Puis, quand c’est le tour de déterminer quelle influence Thucydide a exercée sur Éphore et Théopompe, il n’est plus question de Geschichtschreibung, mais bien de Geschichtsmacherei : ces deux-là ne sont pas des historiens, mais des rhéteurs qui écrivent de l’histoire en étant tout à fait ignorants de la science politique qui en fait l’essence. Jeune homme, Théopompe aurait écrit ses Hélleniques sous l’influence de la personnalité de Thucydide, à qui il aurait été redevable non seulement du point de départ mais aussi de l’agencement (?!) de son ouvrage. Mais plus âgé, au moment de rédiger les Philippiques, il se serait laissé aller à sa vraie manière, moulée à l’école et sous la tutelle d’Isocrate, s’écartant ainsi du droit chemin tracé par la vraie science historique.

26On se tromperait si l’on voulait voir dans tout cela une simple question d’appréciation. L’adéquation au “genre” n’a pas seulement conditionné, a posteriori, l’estimation de Théopompe comme auteur ; elle a bien plutôt déterminé, a priori, l’interprétation des témoignages et la compréhension des données. Tout ce qui, dans la tradition concernant Théopompe, a trait à sa condition d’orateur, à ses liens avec Isocrate, à sa forte personnalité littéraire, etc. a été passé au tamis de ce supposé “genre” historique. Mainte notice ancienne (même de portée limitée), au lieu d’être interprétée et évaluée d’après le contexte (immédiat et médiat) où elle apparaît, a reçu une interprétation abusive fondée sur ces préjugés. Et, à l’inverse, tout ce qui, dans les fragments de Théopompe, évoque ce “genre” historique est automatiquement considéré comme un héritage thucydidéen, qu’il s’agisse de l’analyse politique, du dessin des caractères ou de la réflexion méthodologique.

27Certes, la crise de l’idéologie historiste a entraîné, à la longue, une révision de la conception moderne de Thucydide. D’abord, les historiens se sont finalement rendu compte que Thucydide n’était pas un collègue, pour parler comme N. Loraux. Plus tard, les tendances postmodernes, tout en mettant en évidence le mirage scientiste de la théorie historique moderne, ont accentué l’intérêt et le goût justement pour les aspects les plus originaux de l’œuvre de Thucydide en tant que vision ou construction tout à fait personnelle de la réalité présente et passée. Néanmoins cette révision n’a pas encore eu une répercussion nette et décisive ni sur la conception du “genre” historique ancien ni sur l’étude des historiens pour lesquels nous ne disposons pas d’un texte qui puisse nous fournir les repères essentiels et la cohérence d’une pensée à déconstruire.

28Il n’est pas de notre intention de nous perdre dans une discussion au sujet des rapports qu’entretient, dans l’historiographie du ive siècle, la libre création de l’historien comme individu avec la tradition du genre. Nous ne saurions, d’ailleurs, que faire état de notre perplexité et de nos doutes. Nous tenons seulement à souligner quelle importance cette difficile question revêt pour qui s’interroge sur la possible influence de Thucydide sur ses successeurs.

29Nul doute que la tradition exerce, dans l’historiographie comme dans tout autre genre littéraire, ce qu’on pourrait appeler une “pression colonnale”, en employant une métaphore tirée de la linguistique. C’est elle qui dessine les contours d’un “genre”. Or, ce genre historiographique n’a rien à voir avec cette présumée science historique qui a été façonnée sur la base de présupposés modernes et identifiée avec la méthode de Thucydide. C’est-à-dire qu’il n’existe pas une τέχνη historique, une méthode définie qu’on pourrait seulement apprendre et assimiler à l’“école” de l’historien athénien. Les éléments qu’on a rattachés à cette présumée science historique (analyse politique, dessin des caractères, réflexions d’ordre théorique, etc.) ont une réalité en dehors du domaine strictement historiographique. Et, à l’inverse, il est dans la tradition historiographique des éléments pour lesquels Thucydide a montré un intérêt minime ou nul, et qui n’ont, de ce fait, pas eu de place parmi les composants de la méthode historique.

  • 44 Cf. Ath. 12.543b-c (FGrHist 115 F20) et Plut., Lys., 30.2 (F333), à comparer surtout à Thc. 4.81.
  • 45 Ath. 12.532a-b (FGrHist 115 F105), à comparer à Thc. 4.65 et 7.13.2, 7.13.4 et 7.13.48.
  • 46 Surtout Dion. H., Pomp., 6.3 (FGrHist 115 F 26).

30Mais venons-en au concret. On est tenté de rapprocher du Brasidas thucydidéen le Lysandre théopompéen, en ce sens que l’un et l’autre semblent incarner la face positive/efficace de la politique extérieure spartiate44. De même, ce que Théopompe dit au sujet de la hargne du peuple athénien envers ses généraux évoque vaguement des passages thucydidéens45. Enfin, les propos que Théopompe a tenus dans l’introduction à ses Philippiques entretiennent un certain rapport avec Thucydide 5.26.546. Or, eu égard aux considérations que nous venons de faire, une question se pose d’emblée : est-ce que ces divers éléments, qu’il s’agisse de l’analyse politique ou des questions ayant trait aux sources de l’historien, sont nécessairement à mettre au compte d’une influence de Thucydide ? Ensuite, il nous paraît nécessaire de formuler un caveat : à supposer que Théopompe ait subi dans ces différents cas une influence de Thucydide, n’encourt-on pas le risque de tomber dans ce piège qui consiste à reconstruire le sens imparfait des notices fragmentaires d’après ce que nous lisons au complet dans Thucydide ?

31L’ars nesciendi devrait, dans ce cas aussi, jouer son rôle. Gentiment.

Appendice : les rapprochements concrets comme données brutes

a) Théopompe, auteur du livre 8 de Thucydide

  • 47 Marcellin, Vit. Thuc., 43 (FGrHist 115 T 16) : “ ὅτι δὲ οὐδὲ Ξενοφῶντός ἐστιν (sc. ἡ ὀγδόη ἱστορία (...)

32Le grammarien Marcellin signale dans sa Vie de Thucydide que d’aucuns (τινές) ont soutenu que le livre 8 de Thucydide serait l’œuvre de Théopompe, ce qu’il rejette d’un ton cassant47. Aucun indice ne permet de dévoiler l’identité de la personne ou des personnes qui ont tenu ce propos, et les raisons de l’attribution demeurent de même obscures. Cependant, comme, dans le même contexte, Marcellin rejette l’attribution du livre à Xénophon pour des raisons d’ordre stylistique, il se peut que l’attribution à Théopompe doive, elle aussi, être mise en rapport avec la critique stylistique.

b) Théopompe comme continuateur de Thucydide

33Cinq témoignages nous renseignent sur le fait que les Helléniques de Théopompe continuaient l’œuvre de Thucydide : Polybe 8.13.3 (FGrHist 115 T19) ; Diodore 13.42.5 (T13), et 14.84.7 (T14) ; Marcellin, Vit. Thuc., 45 (T15) ; et la Souda, s.v. . Θεόπoμπoς Χῖoς (Θ 172) (T1). Cf. Plotius, Bibl., 176.121a. 27-30.

  • 48 Le rapport Polybe-Thucydide pose un problème à lui seul. Polybe mentionne Thucydide seulement ici, (...)

34De ces cinq notices, seule la première (Polybe) a des chances d’être l’écho d’une expression de Théopompe lui-même (ὅς [sc. Théopompe] γ’ ἐπιβαλόμενος γράφειν τὰς Ἑλληνικὰς πράξεις ἀφ’ ὧν Θουκυδίδης ἀπέλιπε...). Il est cependant impossible de déterminer si les paroles de Polybe impliquent vraiment une déclaration de l’historien de Chios, ou s’il s’agit simplement d’une inférence ou d’une information provenant de la tradition48. Les autres notices ont toutes un caractère purement externe.

c) Coïncidences dans les sujets

  • 49 Ath. 6.272a (FGrHist 115 F13).

35c 1) Ce que Théopompe disait au livre 6 des Helléniques sur les hilotes49 complète l’information que Thucydide en donne en 1.101.2.

  • 50 Harp., s. v. Πεδάριτος (Π42) et Souda, s. v. Παιδάριτος (Π848) (FGrHist 115 F8), à rapprocher de T (...)

36c 2) Théopompe parlait au livre 2 de ses Helléniques du même Pédaritos, harmoste de Chios, dont Thucydide raconte les opérations et la mort au livre 8 de son histoire50. À en juger d’après le témoignage d’Harpocration, Théopompe émettait un jugement sur le Spartiate qui est absent du texte de Thucydide.

  • 51 Plut., Them., 19.1 (FGrHist F85), 25.3 (F86) et 31.3 (F87), à comparer à Thc. 1.90-93 et 1.136-138

37c 3) Ce que, d’après Plutarque, Théopompe disait de Thémistocle (fortification d’Athènes, valeur de ses biens confisqués, errance après l’exil), tantôt contredit, tantôt complète l’information rapportée par Thucydide51.

  • 52 Scholies à Lucien, Tim., p. 115 Rabe (FGrHist 115 F96).

38c 4) Ce que Théopompe rapporte au livre 10 de ses Philippiques sur la mort d’Hyperbolos se trouve faire écho à Thucydide 8.73.3, à ceci près que la notice de Théopompe comporte un détail supplémentaire sur le καταποντισμóς du cadavre52.

  • 53 Ps.-Plut., Moralia [Vie des dix orateurs], 833a-b (FGrHist 115 F120), à comparer à Thc. 8.68.1-2.

39c 5) L’auteur des Vies des dix orateurs dit que Théopompe signala une autre date et une autre raison que Thucydide pour la mort d’Antiphon. Or, il avoue ses doutes quant à la véritable identité de l’Antiphon qui faisait le sujet du commentaire de Théopompe53.

  • 54 Ath. 6.265b-c (FGrHist 115 F122).

40c 6) Le développement sur les esclaves de Chios qu’on lisait au livre 16 des Philippiques54 ont un vague (et bref) précédent dans Thucydide 8.40.2.

  • 55 Scholies à Aristophane, V. 1013 (FGrHist 115 F178).

41c 7) De même, les propos de Théopompe sur les ξενηλασίαι à Sparte ont un rapport assez vague avec les allusions que Périclès fait à la même procédure dans Thucydide 1.144.2 et 2.39.1. Or, tandis que Thucydide ne s’intéresse qu’à l’aspect politique de la ξενηλασία, Théopompe semble avoir réfléchi sur les causes économiques du phénomène55.

  • 56 Ps.-Lucien, Macr., 10 (FGrHist 115 F310).

42c 8) Il se peut que Théopompe ait parlé du Térès I, roi des Odryses qui fait le sujet d’une petite digression au livre 2 de Thucydide (2.29.2-3). Or, sa notice pouvait aussi bien concerner un des deux autres rois porteurs du même nom. En tout cas, ce qu’il disait concrètement de Térès (il vécut 92 ans) ne se lit pas chez Thucydide56.

  • 57 Scholies à Thucydide, 6.4.3 (FGrHist 115 F358), à comparer à Thc. 6.4.3.

43c 9) Théopompe soutenait une autre thèse que Thucydide, paraît-il, au sujet de l’origine du nom de la ville de Géla, en Sicilie57.

  • 58 Str. 10.1.3 (FGrHist 115 F387), à comparer à Thc. 1.114.3.

44c 10) Théopompe s’accordait avec Thucydide pour dire qu’Oréon, en Eubée, avait été colonisée par les Athéniens lors de l’expédition de Périclès (ca. 446 a. C.) et que la population locale avait été déportée. Or, il ajoutait des détails concernant l’origine des colons athéniens et le destin des déportés qui ne se lisent pas chez Thucydide58.

d) Histoire athénienne du ve siècle

  • 59 Connor 1968. Les données factuelles nous semblent seulement devoir être complétées par la constata (...)

45Pour ce qui est de l’information concernant, in globo, les deux développements sur l’histoire athénienne du ve siècle dans les Philippiques (digression sur les démagogues athéniens, à la fin du livre 10 F85-96, et digression sur les “manipulations” des traités, dans le livre 25 F153-155), on se reportera toujours à l’étude fouillée de W. R. Connor59. On retiendra aussi l’essentiel de ses conclusions au sujet du rapport Théopompe-Thucydide qui se dessine dans ces fragments : l’information de Théopompe va, presque toujours, au-delà de ce que l’on lit chez Thucydide. Les présupposés et les intérêts qui président à cette information paraissent autres que ceux de Thucydide. Parfois, Théopompe s’accorde avec d’autres sources connues.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Blass, F. (18922) : Die attische Beredsamkeit, II, Isokrates und Isaios, Leipzig.

Böckh, A. (1817) : Die Staatshaushaltung der Athener, I, Berlin (2e éd., Berlin, 1851 ; 3e éd., par M. Fränkel, Berlin, 1886).

Boardman, J. et C. E. Varphopoulos-Richardson, dir. (1986) : A Conference at the Homereion in Chios 1984, Oxford.

Busolt, G. (1908) : “Der neue Historiker und Xenophon”, Hermes, 43, 255-285.

— (1910) : “Zur Glaubwürdigkeit Theopomps”, Hermes, 45, 220-249 et 468.

Capone, A. et C. Franco (2004) : “Teopompo di Chio nei Progymnasmata di Elio Teone : note esegetiche”, QS, 59, 176-182.

Chávez Reino, A. L. (2009) : “ΔEINA OY ΔΕΙΝΩΣ ΛEΓEIN. Sobre la apreciación del estilo de Teopompo en Dionisio de Halicarnaso y en el tratado Περὶ ἑρμηνείας de Demetrio”, in : Lanzillotta et al. 2009, 143-179.

Connor, W. R. (1968) : Theopompus and fifth-century Athens, Washington.

Creuzer, Fr. (1802) : Historicorum Graeciae principum perditorum Fragmenta se editurum proponit Georgius Friedericus Creuzer, Professor Marburgensis, in Commentarii Societatis Philologicae Lipsiensis, II, 2, Leipzig - Plauen, 335-338.

— (1803) : Die historische Kunst der Griechen in ihrer Entstehung und Fortbildung, Leipzig (2e éd., soignée par J. Kayser [=Deutsche Werke, III/1], Leipzig).

— (1806) : Historicorum Graecorum antiquissimorum fragmenta, Hecataei historia, itemque Charonis et Xanthi omnia, ed., colleg., emend., explicuit ac de cujusque scriptoris aetate, ingenio, fide comment. est Fr. Creuzer, Heidelberg.

Flower, M. A. (1994) : Theopompus of Chios. History and Rhetoric in the Fourth Century BC, Oxford.

Heath, M. (1996) : “The Family of Minucianus ?”, ZPE, 113, 66-70.

— (2002-2003) : “Theon and the history of the progymnasmata”, GRBS, 43, 129-160.

Hirzel, R. (1892) : “Zur Charakteristik Theopomps”, RhM, 47, 359-389.

Hornblower, S. (1995) : “The Fourth-Century and Hellenistic Reception of Thucydides”, JHS, 115, 47-68.

Iggers, G. G. (1968) : The German Conception of History. The National Tradition of Historical Thought from Herder to the Present, Middletown (Conn.).

Iggers, G. G. et K. von Moltke (1973) : The Theory and Practice of History. Leopold von Ranke, Indianapolis - New York.

Jacoby, F. (1927) : Die Fragmente der grieschicher Historiker, IID, Berlin.

Kaibel, G. (1893) : Stil und Text der ΠΟΛΙΤΕΙΑ ΑΘΗΝΑΙΩΝ des Aristoteles, Berlin.

Koch, F. (1792) : De Theopompo Chio Historico Graecorum quondam celeberrimo, Stettin ; repris dans Magazin für Philologen, 1, 1796, 262-268.

— (1803) : Prolegomena ad Theopompum Chium, Stettin (aussi Leipzig, 1807) ; repris dans Archiv für Philologie und Pädagogik, 1, 1824, fasc. III, p. 397-419.

Lane Fox, R. (1986) : “Theopompus of Chios and the Greek world, 411-322 BC”, in : Boardman & Varphopoulos-Richardson 1986, 105-120.

Lanzillotta, E., V. Costa et G. Ottone (2009) : Tradizione e Trasmissione degli storici greci frammentari. In ricordo di Silvio Accame, Atti del II Workshop Internazionale Roma, 16-18 febbraio 2006, Tivoli.

Männlein-Robert, I. (2001) : Longin, Philologe und Philosoph. Eine Interpretation der erhaltenen Zeugnisse (Beiträge zur Altertumskunde, 143), Munich - Leipzig.

Meyer, E. (1909) : Theopomps Hellenika, Halle.

Niebuhr, B. G. (1848) : Vorträge über alte Geschichte, hrsg. von M. Niebuhr, II, Berlin.

Nietzsche, F. (1922) : Gesammelte Werke (Musarionausgabe), Vorlesungen 1872-1876, Munich.

Page, D. L. (1942) : Greek Literary Papyri, I, Londres - Cambridge (Mass.).

Pane, R. (1997) : “Il fr. 153 Jacoby di Teopompo alla luce della versione armena di Teone”, in : Valvo 1997, 153-158.

Patillon, M. et G. Bolognesi (1997) : Aelius Théon, Progymnasmata, Paris, CUF.

Pownall, F. (2005) : “The Rhetoric of Theopompus”, CEA, 42, 255-278.

Reed, K. (1976) : Theopompus of Chios : History and Oratory in the Fourth Century, Diss. University of California Berkeley.

Riese, A. (1870) : “Der Historiker Theopompos. Erste Studie”, JKPh, 101, 673-684.

Rohde, E. (1894) : “Zum griechischen Roman”, RhM, 48, 110-140 (= Kleine Schriften, II, Tübingen - Leipzig, 1901, 9-25).

Roscher, W. (1842) : Leben, Werk und Zeitalter des Thukydides. Mit einer Einleitung zur Aesthetik der Historischen Kunst überhaupt (Klio. Beiträge zur Geschichte der historischen Kunst, I), Göttingen.

Schlissel, O. (1926-1927) : “Die Familie des Minukianos”, Klio, 21, 361-373.

Schlosser, F. (1824) : c. -r. de F. C. Dahlmann, Forschungen auf dem Gebiete der Geschichte, 2 Bde., Altona, 1822-1823, Heidelberger Jahrbücher der Literatur, 48, 764-768.

Schubart, W. et U. von Wilamowitz, éd. (1907) : Berliner Klassikertexte, V, 1, Berlin.

Shrimpton, G. (1991) : Theopompus the Historian, Montréal - Kingston.

Stemplinger, E. (1912) : Das Plagiat in der griechischen Literatur, Leipzig - Berlin.

Strebel, H. G. (1935) : Wertung und Wirkung des Thukydideischen Geschichtswerkes in der griechisch-römischen Literatur (Eine literargeschichtliche Studie nebst einem Exkurs über Appian als Nachahmer des Thukydides), Inaug. -Diss. Munich, Speyer a. Rh.

Thraede, K. (1962) : RLAC, 5, s. v. Erfinder II, col. 1241-1278.

Valvo, A., dir. (1997) : La diffusione dell’eredità classica nell’età tardoantica e medievale. Forme e modi di trasmissione, Alexandrie.

Wachsmuth, C. (1895) : Einleitung in das Studium der alten Geschichte, Leipzig.

von Wilamowitz, U. (1893) : Aristoteles und Athen, I-II, Berlin.

Ziegler, K. (1950) : RE, 20, s. v. Plagiat, col. 1984-1991.

Notes

2 Voir ci-dessous, aux pages 323, les témoignages qui présentent les Helléniques de Théopompe comme une continuation de Thucydide.

3 Ce qu’attestent Porphyre chez Eus., PE X 3, 9-11 (= Porph., F408 Smith ; Théopompe, FGrHist 115 T35 et F21) et Théon le Rhéteur, Prog., 70.6-7, p. 14 Patillon. Voir ci-dessous, p. 314.

4 Connor 1968, 106.

5 Certes, le nom de Thucydide paraît dans les Fragmenta Florentina des Helléniques d’Oxyrhynchos (col. 1, l. 31, p. 7 Chambers), mais, à supposer même que cet ouvrage soit à identifier aux Helléniques de Théopompe, ce qui est fort douteux, la condition nécessairement hypothétique de l’identification ôte à la mention de Thucydide toute valeur démonstrative de portée générale.

6 Théopompe, FGrHist 115 F395.

7 Thc. 2.45.1. Voir, par exemple, F. Jacoby, FGrHist IID, Berlin, 1927, p. 402 (ad 115 F395) ; Lane Fox 1986, 107, Shrimpton 1991, 114 et Flower 1994, 91 et n. 73.

8 Hornblower 1995, 56 : “There is solider evidence for knowledge of Thucydides : Theopompus tried to improve on a formulation in the Funeral Oration. This specific evidence for knowledge...”.

9 Théon le Rhéteur, Prog., 63.13-19, p. 6 Patillon. Les traductions données ci-dessus sont celles de M. Patillon.

10 Théon, Prog., 63.13-22, p. 6 Patillon, citant Dem., Cor., 315.

11 Théon, Prog., 62.32-63, 13, p. 5-6 Patillon, citant Hom., Il., 9.593-4, Dem. 19.65 et Aeschin. 3.157.

12 Stobée 4.57.7 : Διονυσίου Σωτείρας∙ Πρòς τòν τελευτήσανθ’ ἕκαστος, κἂν σφόδρα | ζῶν ἐχθρòς ᾗ τις, γίγνεται φίλος τότε = Dionys. Com., F6 Kassel-Austin ; et Stobée 4.57.12 : Μιμνέρμου *** ... ἐκ Νεοπτολέμου ∙Δεινοὶ γὰρ ἀνδρὶ πάντες ἐσμὲν εὐκλεεῖ | ζῶντι φθονῆσαι, κατθανόντα δ’ αἰνέσαι = Mimn. Trag., F1 Nauck2 = Tragica adespota, F6b Kannicht. Horace, Odes, 3.24.30 : uirtutem incolumem odimus, sublatam ex oculis quaerimus inuidi.

13 Théon, Prog., 63.22-29, p. 6 Patillon. L’exemple ayant trait au Panégyrique d’Isocrate revient souvent dans les sources (Ps. -Plut., Vie des dix orateurs, 837f : Isocrate a copié Gorgias et Lysias ; Philostr., VS, 505 [2.20.32 Kayser] : il a copié Gorgias ; Phot., Bibl., 260.487b. 32-40 : on peut l’accuser d’avoir copié Archinos, Thucydide et Lysias, mais pour Photius ce sont plutôt des coïncidences dans le fond et dans la forme). Il n’est pas tout à fait clair si Théon entend parler de l’Olympique de Lysias ou bien du discours de Gorgias (comme c’est le cas pour le Ps. -Plutarque et pour Philostrate) ; en tout cas, il paraît évident que nous avons affaire à des échos d’une même notice. Les variantes témoignent justement de la banalité du rapprochement.

14 Voir Schubart & von Wilamowitz 1907, n ° 138, p. 84, l. 28-30 : φθóνος γὰρ οὐδέίς, φησί που Δημοσθένης | ἐκ τοῦ παλαιοῦ συγγραφέως ἀποσπάσας, | πρòς τούς θανόντας τοῖς ἔτι ζῶσιν τέως (aussi dans Page 1942, 556).

15 Stemplinger 1912, 38-40.

16 Théon, Prog., 62.10-64.26 et 69.28-70.7, p. 4-8 et 14 Patillon.

17 Porph., F408 Smith, chez Eus., PE, 10.3.9-11 (= Théopompe, FGrHist 115 T35 et F21) et 14-15.

18 Théon, Prog., 70.5-7, p. 14 Patillon ; Eus., PE, 10.3.9-11 (= Porph., F408 Smith ; Théopompe, FGrHist 115 T35 et F21).

19 Théon, Prog., 69.32-70.6, p. 14 Patillon ; Eus., PE, 10.3.14-15 (= Porph., F408 Smith). Il faut noter que M. Heath a très bien argumenté une datation basse pour Théon, au ve siècle (Heath 2002-2003). Heath a aussi soutenu que Théon tira parti des Progymnasmata du Ps. -Hermogène, ouvrage qu’il a proposé d’attribuer prudemment à Minucianus le vieux, rival d’Hermogène. Or il y a des chances que ce Minucianus soit apparenté au Minucianus à qui la Souda (M1087) attribue des Progymnasmata, et ce deuxième Minucianus n’est autre que le fils du sophiste Nicagoras que nous trouvons chez Porphyre, son disciple (cf. Schlissel 1926-1927, 361-373, et Heath 1996, 66-70). Le rapport Théon-Nicagoras (chez Porphyre) peut donc être beaucoup plus étroit que ne le laisse apparaître la simple coïncidence des rapprochements signalés ci-dessus.

20 C’est ce qu’on appelle le Prioritätstopos, qui tire vraisemblablement son origine de l’apologétique juive. Pour l’essentiel, on se reportera à Ziegler 1950 ainsi qu’à Thraede1962.

21 Voir l’essentiel dans Männlein-Robert 2001, 251-292, qui complète et corrige ce qui a été dit par E. Stemplinger (Stemplinger 1912, 40-57).

22 Eus., PE, 10.3.23 (= Porph., F409 Smith). Voir aussi Eus., PE, 10.3.12-13 (= Porph., F408 Smith).

23 Clément d’Alexandrie, Strom., 6.2.24.1-2.

24 Ἔφορον est ici une conjecture très vraisemblable de Cobet et Wilamowitz.

25 Antiphon le Sophiste, 87 B60 Diels-Kranz = F60 Pendrick. Le fragment est d’habitude rattaché à l’écrit Περὶ ὁμονοίας, duquel l’Antiquité a justement loué les aphorismes (γνωμολογίαι λαμπραὶ καὶ φιλόσοφοι, Philostr., VS, 1.15.4 = 87 B44a Diels-Kranz = T2b Pendrick).

26 Comme le dit très bien K. Ziegler (Ziegler 1950, col. 1990) à propos de toute la première série de rapprochements établis par Clément (dont celui ayant trait à Éphore) : “Hier handelt es sich [...] gar nicht um einen Sachverhalt, der zu der Annahme nötigt oder sie auch nur nahelegt, dass eine bewusste Herübernahme stattgefunden hat, sondern um Gemeinplätze, allgemeine Wahrheiten, die entweder als λεγóμενον, sprichwortartig, ohne dass man in der Regel um die Herkunft weiss, verbreitet sind und immer wieder neu geformt und ausgebaut werden, oder die unabhängig voneinander zu verschiedenen Zeiten und in verschiedenen Köpfen auftauchen, weil die Gegebenheiten und Gesetzmässigkeiten des menschlichen Lebens den denkenden Betrachter immer wieder zu ihnen führen.” Ce qui est tout à fait applicable au rapprochement établi par Théon.

27 Ce qui est l’opinion courante. Ziegler y voit par contre, comme partout ailleurs dans la première série des rapprochements qu’on lit chez Clément, un emprunt à quelque commentaire ou florilège (Ziegler 1950, col. 1990). Il s’agirait alors du même filon que Théon a exploité avec une intention tout autre.

28 Il est fort douteux que Théon fût en mesure d’établir laquelle des deux formulations, celle de Théopompe ou celle de Démosthène, fut la première. Ce qui vaut aussi pour la tradition à laquelle il se rattache : dans le cas du rapport Démosthène-Hypéride, notamment, le porte-parole de Porphyre, Longin, avoue ne pas pouvoir établir lequel des deux orateurs à copié l’autre (Eus., PE, 10.3.14-15 = Porph., F408 Smith).

29 Dans la Souda, s.v. Δημοσθένης (Δ454) (= Théopompe, FGrHist 115 T5b) il est dit que l’orateur συνεφιλολόγησε Αἰσίωνι τῷ Ἀθηναίῳ καὶ Θέοπόμπω τῷ Χίῳ. Denys d’Halicarnasse, Lettre à Pompée, 6, 9-10, rapproche de la δεινότης démosthènique la langue des passages où Théopompe fait des censures et des reproches ou se laisse emporter par l’émotion ; il soutient que la δεινότης se trouve alors entravée par la langueur du style isocratique. Ce rapprochement Théopompe-Démosthène du point de vue de la δεινότης est aussi connu de Démétrios, l’auteur du traité Du style. Voir, pour le détail, Chávez Reino 2009.

30 Théon, Prog., 138.25-27, p. 106 Patillon. Cf. Capone & Franco 2004 et Chávez Reino 2009. La notice est évidemment à prendre avec toutes les réserves. Ce qui est important, c’est qu’elle témoigne de l’existence d’une tradition d’après laquelle Théopompe a subi l’influence de Démosthène, vraisemblablement quant au style.

31 Pour l’essentiel, on se reportera à Rohde 1894, 117-119, Reed 1976, surtout p. 97-122, et Pownall 2005.

32 Théon, Prog., 68.27-28, p. 13 Patillon (= FGrHist 115 F255 et 257) et Théon, Prog., 110.33-35, p. 76 Pat. (=FGrHist 115 F256).

33 Patillon & Bolognesi 1997, VII-CXIV.

34 Koch 1792 et Koch 1803.

35 Koch 1803, 1-5.

36 Creuzer 1802 et Creuzer 1806.

37 Creuzer 1803, 319-320 (= 1845, 249-250).

38 W. von Humboldt, Über die Aufgabe des Geschichtsschreibers (1822), dans Gesammelte Werke, I, Berlin, 1841, p. 1-25 et dans Gesammelte Schriften, hrsg. von A. Leitzmann, IV, Berlin, 1905, p. 35-56 ; L. von Ranke, Idee der Universalhistorie, ms. des années 30 du xixe s. publié par E. Kessel dans HZ, 178, 1954, p. 290-303.

39 Pour l’importance “séminale” qu’ont ces deux écrits pour la théorie historique moderne, on se reportera à Iggers 1968, 44-89, ainsi qu’à la traduction commentée que Iggers et K. von Moltke en ont donnée (Iggers & von Moltke 1973).

40 Roscher 1842 (préface aux p. VII-XII, introduction sur l’art historique aux p. 3-78, en particulier, p. 17-33).

41 Comme chaînons du processus menant à la condamnation de Théopompe, il faudrait tout au moins citer Schlosser 1824, 766 (“Theopomp unter die eiteln Büchermacher, denen Wahrheitssinn, d. h. der historische Sinn, fehlt”) ; Niebuhr 1848, 410-411 (p. 410 : “ein Rhetor von der unwahren unächten Art”) ; puis, vers la fin du siècle : Kaibel 1893, 102-111 (p. 108 : “historisch ganz verständnisslosen Rhetor”) ; Rohde 1894, 117 (= 1901, p. 16 : “dass [Th.] ein politisches Verständniss politischer Vorgänge fehlte”) ; Wachsmuth 1895, 537-543 (p. 541 : “seine anerkannte Hauptstärke steht in vollem Gegensatz zu dem Wesen wahrer Historie”, “[ein Mann], der Gelehrter und nur Gelehrter war”). F. Jacoby a enteriné cette dépréciation de Théopompe dans l’introduction à son commentaire des fragments de l’historien en l’opposant aux “diverses surestimations modernes” (Jacoby 1927, 351). Il visait surtout les travaux d’A. Riese (Riese 1870), de Fr. Blass (Blass 18922, 400-427) et de R. Hirzel (Hirzel 1892) ainsi que les vues de Nietzsche (Nietzsche 1922, 188, leçons de l’année 1874-1875) et Wilamowitz (Wilamowitz 1893, I, 15-16). Il faut noter que, hormis le cas d’A. Böckh, grand admirateur de l’historien Théopompe (Die Staatshaushaltung der Athener, I, Berlin, 1817, 316 ; 2e éd., 404-405 ; 3e éd., 364), ce que les tenants de Théopompe (Riese, Blass, Hirzel, Nietzsche, Wilamowitz et déjà avant eux A. Meineke) apprécient en lui, c’est sa forte personnalité littéraire, envers laquelle la perspective “historiste” demeure foncièrement insensible ou manifeste une grande méfiance.

42 Meyer 1909, 155. Paradoxalement, pour G. Busolt les Helléniques d’Oxyrhynchos, qu’il identifiait lui aussi à celles de Théopompe, démontrait au contraire que Théopompe fut un adepte de l’art sournois de l’ἀξιοπίστως ψεύδέσθαι (cf. Busolt 1908 et Busolt 1910). C’est dire à quel point le préjugé était enraciné dans les convictions de la critique.

43 Strebel 1935 (nous citons les pages 7 et 16-19).

44 Cf. Ath. 12.543b-c (FGrHist 115 F20) et Plut., Lys., 30.2 (F333), à comparer surtout à Thc. 4.81.

45 Ath. 12.532a-b (FGrHist 115 F105), à comparer à Thc. 4.65 et 7.13.2, 7.13.4 et 7.13.48.

46 Surtout Dion. H., Pomp., 6.3 (FGrHist 115 F 26).

47 Marcellin, Vit. Thuc., 43 (FGrHist 115 T 16) : “ ὅτι δὲ οὐδὲ Ξενοφῶντός ἐστιν (sc. ἡ ὀγδόη ἱστορία), ὁ χαρακτὴρ μόνoν οὐχὶ βοᾷ ∙ πoλὺ γὰρ τò μέσον ἰσχνοῦ χαρακτῆρος καὶ ὑψηλoῦ. Oὐ μὴν oὐδὲ Θεόπόμπoυ, καθά τινες ἠξίωσαν”.

48 Le rapport Polybe-Thucydide pose un problème à lui seul. Polybe mentionne Thucydide seulement ici, pour se référer aux Helléniques de Théopompe. Ailleurs dans son œuvre, l’historien athénien ne joue aucun rôle, et, en matière de méthodologie historique, ses référents sont, au négatif, Timée, et, au positif, Éphore et, d’une façon plus implicite qu’explicite, l’historiographie du ive siècle. Ce fait pourrait renforcer l’impression qu’il tire la référence à Thucydide du texte même de Théopompe.

49 Ath. 6.272a (FGrHist 115 F13).

50 Harp., s. v. Πεδάριτος (Π42) et Souda, s. v. Παιδάριτος (Π848) (FGrHist 115 F8), à rapprocher de Thc. 8.28.5 ; 8.32.2-3 ; 8.38.3-5 ; 8.55.2 (surtout). Comme on le sait, ce même Pédaritos apparaît dans les Fragmenta Florentina des Helléniques d’Oxyrhynchos (p. 7 Chambers), à côté d’une référence à Thucydide (voir ci-dessus, n. 4).

51 Plut., Them., 19.1 (FGrHist F85), 25.3 (F86) et 31.3 (F87), à comparer à Thc. 1.90-93 et 1.136-138.

52 Scholies à Lucien, Tim., p. 115 Rabe (FGrHist 115 F96).

53 Ps.-Plut., Moralia [Vie des dix orateurs], 833a-b (FGrHist 115 F120), à comparer à Thc. 8.68.1-2.

54 Ath. 6.265b-c (FGrHist 115 F122).

55 Scholies à Aristophane, V. 1013 (FGrHist 115 F178).

56 Ps.-Lucien, Macr., 10 (FGrHist 115 F310).

57 Scholies à Thucydide, 6.4.3 (FGrHist 115 F358), à comparer à Thc. 6.4.3.

58 Str. 10.1.3 (FGrHist 115 F387), à comparer à Thc. 1.114.3.

59 Connor 1968. Les données factuelles nous semblent seulement devoir être complétées par la constatation que la traduction arménienne des Progymnasmata de Théon a apportée une confirmation à la lecture πρòς βασιλέα Δαρεῖον des manuscrits grecs, qui a toujours semblé problématique : voir à ce sujet l’édition de M. Patillon et G. Bolognesi (Patillon & Bolognesi 1997, 11) et Panne 1997.

Auteur

Université de Versailles-Saint-Quentin, ESR

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540