Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ombres de Thucydide

 | 
Valérie Fromentin
, 
Sophie Gotteland
, 
Pascal Payen

Première partie. Thucydide source des historiens anciens

De Thucydide à Xénophon : s’opposer aux quatre cents et aux trente

Jeannine Boëldieu-Trevet

Texte intégral

  • 1 Diod. 13.42,5 ; Dion. H., Thc., 45 souligne l’interruption brutale du récit. Les dates s’entendent (...)
  • 2 109.1. Gomme 1981, 358, note l’interruption au milieu d’une phrase et discute, p. 369-75, le carac (...)
  • 3 D. L., Xen, 14.
  • 4 Canfora 1970, 57-77 résume les débats antérieurs ; Riedinger 1991, 11-15, remarque que le programm (...)
  • 5 L’information chronologique la plus tardive sur la rédaction de l’ouvrage est fournie par Xénophon (...)
  • 6 Hornblower 1995, 50-51.
  • 7 Riedinger 1991, 15-17.
  • 8 Stasis : 8.98.4. Stasiazô : 48.4 ; 78.1 ; 95.2 (deux occurrences) ; 96.2 ; 96.7. Stasiasmos : 92.4 (...)
  • 9 8.75.2 ; 8.94.2
  • 10 Loraux 1986, 98-100.
  • 11 Emploi discursif : polémos : 2.4.22 ; polémios : 2.3.24, 27, 40, 43, 46 et 4.22 ; polémô : 2.3.48 (...)
  • 12 3.1.1.
  • 13 Sordi 1950-51, 273-348 et Soulis 1972.
  • 14 Rood 2004, 341 ; Darbo-Peschanski 2004, 19-20 ; Roscalla 2008, 212, 234.

1Diodore de Sicile fait de Xénophon le continuateur de Thucydide (avec Théopompe)1. Il dit, exactement, que l’un et l’autre “commencent leur récit là où Thucydide l’avait interrompu”, à la fin de l’été 4112. Selon une tradition transmise par Diogène Laërce, Xénophon, pour écrire la première section des Helléniques, aurait disposé des “livres inédits” de Thucydide dont il aurait assuré la publication3. La façon dont Xénophon commence son récit par méta dé tauta marque en tout cas de façon claire la volonté de se situer à la suite de La Guerre du Péloponnèse. La continuation de Thucydide par Xénophon et l’éventuelle continuité de l’un à l’autre ont suscité de multiples recherches s’appuyant sur des études de composition, de style et de formules4. Ces discussions ont le grand mérite de poser la question de la réception de l’œuvre de Thucydide entre la fin du ve siècle et les années 358-355, date probable de l’achèvement des Helléniques5. Pour tenter d’approcher quelques traces de Thucydide dans l’œuvre de Xénophon6, j’ai choisi d’analyser la manière dont l’un et l’autre ont traité les révolutions oligarchiques de 411 et de 404/03. Les deux historiens accordent une attention privilégiée aux changements (métabolai), aux retournements (métastaseis) et au renversement (katalysis) de la démocratie qui affectèrent alors Athènes. Chez Thucydide, le récit des intrigues préliminaires puis de l’arrivée au pouvoir des Quatre Cents, de leurs actions et de leur chute occupe une place singulière dans l’économie du livre 8 comme dans les récits des troubles intérieurs durant la guerre du Péloponnèse. Le propos n’est pas moins singulier chez Xénophon. La deuxième section des Helléniques (2.3.1 à 2.4.43) livre une histoire athénienne concernant exclusivement la politique intérieure, étant entendu que les interventions spartiates sont partie intégrante de la lutte civile7. On peut d’emblée remarquer les différences de dénomination de la guerre civile entre les deux textes. Chez Thucydide, le champ sémantique de la lutte est représenté de manière prévalente par stasis et ses dérivés8. Mais polémos figure à deux reprises dans le corpus : une première lorsque l’assemblée des soldats de Samos décide de traiter les Quatre Cents en ennemis (polémioi) et une seconde sous la forme de l’expression idios polémos la guerre particulière, la guerre interne9. Comme l’a souligné N. Loraux, l’audace intellectuelle de Thucydide lui fait “refuser l’opposition […] entre stasis et polémos”, bien que, chez lui, “l’échange ne soit pas réversible à l’infini”10. Dans le récit que fait Xénophon de la révolution de 404/403, le champ de la stasis est inexistant. L’auteur des Helléniques lui préfère celui du polémos (polémios, polémô, polémizô) en emploi tant discursif que narratif11. Stasis n’apparaît qu’une fois, au tout début du livre 3, soit après le récit de la guerre civile12. Les différences lexicales sont indéniables. Reflètent-elles des divergences d’approche historique et des évolutions d’appréhension politique des luttes civiles ou masquent-elles quelques similitudes ? Pour tenter de répondre à ces interrogations, je m’attacherai plus particulièrement à l’étude de l’opposition, ou plutôt des oppositions, aux régimes des Quatre Cents et des Trente en insistant d’abord sur ce qui, de l’aveu même des oligarques, constitua un obstacle majeur à l’institution d’un régime nouveau : la liberté. Plutôt que de raisonner en termes de modèle, d’imitation, de citations exactes ou d’analogies formelles13, je chercherai à repérer des réminiscences intertextuelles et des prises de position similaires ou parallèles tout en soulignant les prises de distance de Xénophon14.

La liberté

  • 15 Éleuthéria : 8.45.4 ; 64.3 ; 64.5 ; 68.4 ; 71.1. Éleuthérô-oumai : 8.45.4 ; 46.3 (2 occurrences) ; (...)
  • 16 2.3.24 ; 2.4.17 ; 2.4.20. On pourrait y ajouter la formule qui ouvre, de fait, avec un rien d’iron (...)

2Les mots du champ de la liberté (éleuthéria) sont bien attestés dans les récits de Thucydide (8.45 à 8.98) et de Xénophon (H. G, 2.3.1 à 4.43). Chez Thucydide, les occurrences sont plus nombreuses et la diversité lexicale plus grande : cinq occurrences d’éleuthéria, quatre d’éleuthérô-oumai, deux d’éleuthéros15. En revanche, seul le mot éleuthéria apparaît trois fois chez Xénophon16.

  • 17 Karavites 1982, 149-151 ; Ostwald 1982, 18-19, 43-46 ; Lévy 1983, 249-270.
  • 18 Loraux 1981, 198.

3Dans La guerre du Péloponnèse, la liberté est un thème fondamental souvent lié à celui de l’autonomie des cités17 et à celui de la démocratie où elle occupe une place éminente18. Dans les deux premiers livres des Helléniques, et plus particulièrement au Livre 2, Xénophon reprend partiellement ce thème qui couvre, chez Thucydide, plusieurs registres : celui de la liberté que les Grecs défendirent chèrement contre les Perses durant les guerres médiques, celui de la libération des cités de l’archè d’Athènes durant la guerre du Péloponnèse et enfin celui de la liberté des citoyens dans leur propre cité. Seuls seront abordés ici le premier et le troisième registres.

  • 19 Par exemple : discours prêté aux Corinthiens (1.123.3), aux Mytiléniens à Olympie en 428 (3.10.3) (...)
  • 20 2.36.1.
  • 21 2.61.4 ; 62.3.
  • 22 H. G, 2.4.20.
  • 23 Soulis 1972, 173.

4Par le biais de discours, Thucydide évoque à plusieurs reprises la liberté conquise de haute lutte par les Grecs contre les armées de Darius et de Xerxès19. Cette thématique d’une liberté jamais totalement acquise, toujours à sauvegarder, est parfois élargie à un ennemi grec. Elle atteint alors un degré de généralité susceptible d’unir les citoyens en guerre dans un élan commun aussi fort que celui qui les porta contre les Barbares. C’est en ce sens qu’il faut probablement interpréter ce que dit Périclès dans l’épitaphios, quand il rappelle avec force aux Athéniens que leurs ancêtres leur ont transmis un pays libre, c’est-à-dire souverain20. C’est aussi en ce sens que l’on peut interpréter le discours qui suivit la deuxième invasion de l’Attique en 430. Périclès insiste sur la nécessité de la préservation (sotèria) de l’intérêt commun et remarque que l’attachement à la liberté et à sa préservation (verbe diasôzô) constitue un atout majeur à la fois pour maintenir la domination d’Athènes et pour réparer les dommages particuliers subis lors des deux invasions péloponnésiennes21. Dans son argumentation, Périclès oppose la liberté (éleuthéria) et sa préservation (sôtèria) à la soumission à autrui. Cette analyse et ce mode de raisonnement sont repris en 403 par Cléocritos dans la harangue que rapporte Xénophon. Le héraut des mystes d’Éleusis rappelle alors aux oligarques vaincus le passé commun, passé suffisamment indéfini pour être accepté par tous. “Nous avons supporté avec vous bien des dangers sur terre et sur mer quand il s’agissait d’assurer la sécurité et la liberté communes (tès koinès… sôtèrias té kai éleuthérias)” leur dit-il22. L’idée exprimée par Cléocritos selon Xénophon entretient plus d’un rapport avec celle de Périclès selon Thucydide. L’arrangement même des mots offre une certaine similitude entre les deux discours sans qu’il s’agisse pour autant d’une citation ou d’une imitation23.

  • 24 Thc. 2.37.2. La traduction de ce passage est difficile. Romilly traduit “Pour le nom, comme les ch (...)
  • 25 Thc. 2.37.3. Raaflaub 2004, 211, 228-30.
  • 26 Sur iségoria et parrhèsia, Momigliano 1973, 513-518 ; Loraux 1981, 178 ; Casevitz 1992, XIX-XX ; S (...)
  • 27 Thc. 8.47.1 ; 48.2 ; 53.1. Sordi 2001, 4 ; Pontier 2006, 122.
  • 28 Loraux 1986, 114, 122.
  • 29 8.68.4.
  • 30 8.71.1.

5Le registre de la liberté des citoyens est, par excellence, athénien. La liberté constitue à Athènes le fondement de la démocratie, ce régime où, selon Périclès dans l’Oraison funèbre, gouverner se fait non par et pour le petit nombre mais par et pour la majorité24. Dans ce discours, les arguments font une place équilibrée à l’égalité (to ison) devant les lois, au mérite (arétè), à la capacité politique de rendre service à la Cité et à la liberté publique et privée. La liberté apparaît à la fois comme une caractéristique athénienne, comme un modèle de conduite (paradeigma) et comme une nécessité politique, condition du respect des lois25. L’ancienneté de l’exercice de la liberté dans toutes ses composantes politiques d’égalité de parole (iségoria) et de libre expression, voire de franc-parler ou de dire-vrai (parrhèsia), pour reprendre une expression de M. Foucault, rendait difficile un changement de régime excluant la majorité des débats et des décisions en la subordonnant, voire en l’asservissant, au gouvernement d’un petit nombre26. Les conjurés de 411 en étaient persuadés qui commencèrent par travestir leur projet devant l’assemblée des soldats à Samos en le masquant sous la nécessité d’obtenir l’amitié du Roi et de Tissapherne, puis à Athènes, une fois devant l’Assemblée, en ne parlant plus que “d’une autre forme de démocratie”27. Après avoir relaté la réussite des diverses manœuvres et manipulations de langage28 et présenté les artisans du renversement de la démocratie, Thucydide commente : “ainsi menée par beaucoup d’hommes intelligents (xynétoi), cette opération avait de bonnes raisons de réussir, si considérable qu’elle fût, car il était difficile d’enlever la liberté (éleuthérias) au peuple d’Athènes presqu’exactement un siècle après la chute de la tyrannie”29. C’est une réflexion de même ordre que fait Agis en ne donnant pas suite aux demandes des oligarques au motif que “le peuple n’allait pas ainsi abdiquer son antique liberté (tèn palaian éleuthérian)”30.

  • 31 Xen., H. G, 2.3.11
  • 32 2.3.23.
  • 33 2.3.24.
  • 34 Ober 1999, 7 ; Ostwald 2000, 23-24 ; Raaflaub 2004, 241-242.
  • 35 Soulis 1972, 134 ; Krentz 1995, 130 fait aussi le rapprochement avec Hdt. 5.78.

6Sept ans plus tard, Critias fait le même constat. Devant le Conseil arbitrairement désigné31 et réuni en juridiction criminelle32, il conduit l’accusation contre Théramène. Dans l’exorde de son discours, il interpelle ceux qui estimeraient les exécutions trop nombreuses. Il justifie celles-ci comme inhérentes aux changements de régime et à un fait historique et politique spécifique à Athènes : “Il y a”, dit-il, “particulièrement longtemps que le peuple est nourri dans la liberté (en éleuthéria)”33. La remarque procède vraisemblablement, pour une part, d’une analyse fréquente dans les milieux oligarchiques depuis la moitié du ve siècle34. Mais, dans la relation que Xénophon fait du conflit entre deux factions oligarchiques par le biais des deux discours opposés de Critias et de Théramène, elle provient aussi du récit de Thucydide. Si les mots ne sont pas tout à fait les mêmes, la construction de la phrase n’est pas sans similitude et le sens est semblable35.

  • 36 H. G, 2.4.17.
  • 37 Lengauer 1979, 73.

7L’ultime rappel du thème de la liberté indissolublement liée à la démocratie est le fait de Thrasybule. La harangue prononcée devant l’armée des démocrates réunie à Mounychie pour combattre les Trente se clôt par un appel à la victoire au nom de diverses valeurs dont la liberté opposée à l’arrogance des oligarques36. Elle donne les raisons morales, personnelles et politiques qu’avaient les démocrates de résister aux oligarques pour vaincre dans l’intérêt de la Cité. La liberté n’est plus ici, comme chez Périclès, un idéal politique prédominant mêlant les comportements publics et privés tout en les distinguant. Elle prend une résonance morale, solidement encadrée qu’elle est par les diverses valeurs de la patrie à reconquérir sur l’oligarchie, de la famille et des qualités de probité des combattants. Les propos de Thrasybule, selon Xénophon, ne sont cependant pas sans rappeler, avec une coloration particulière, ceux de Périclès au début de la guerre du Péloponnèse, selon Thucydide, inscrivant ainsi l’opposition dans une continuité historique et politique37.

L’opposition : difficultés, formes et modalités

  • 38 Antilégô, Thc, 8.53.1 (2 occurrences plus le substantif antilogia) ; 66.2 ; 69.1 ; 70 ; Xen., H. G (...)
  • 39 Antiprattô, 2.3.14 ; antikoptô, 2.3.15.
  • 40 Enantioi, Thc, 8.90.1 (deux occurrences) ; Xen., H. G, 2.3.26 ; 4.12, 14, 18, Enantioumai, Thc, 8. (...)
  • 41 8.65.2.
  • 42 2.3.30 et 42.
  • 43 Echthros : 2.3.28, 29, 43, 49. Polémios : 2.3.24, 27, 40, 43.

8L’opposition aux Quatre Cents et aux Trente fut diversifiée. Elle s’ordonne en une opposition démocratique organisée, en 411 comme en 404/403, autour de Thrasybule – au moins est-ce lui que Thucydide et surtout Xénophon mettent en valeur – et en une opposition de faction dominée par Théramène dans l’un et l’autre cas. Le vocabulaire de l’opposition est aussi varié que la nature de cette dernière. On y remarque d’abord l’importance des verbes d’opinion et d’action comme antilégô, protester, contredire, chez Thucydide comme chez Xénophon38, antiprattô, faire de l’opposition, antikoptô, résister, chez Xénophon39. L’opposition ouverte est le plus fréquemment exprimée par la famille lexicale d’énantioi, les adversaires, chez l’un et l’autre40. Il est plus rare de voir les opposants désignés par anépitédeioi, ceux qui ne conviennent pas, ceux qui ne sont pas nécessaires, comme chez Thucydide41 ou par antipalos, le rival, comme chez Xénophon42 Chez celui-ci, le caractère violent de la lutte est rendu par l’identité du vocabulaire des troubles civils avec celui de la guerre. Les opposants politiques, énantioi, se transforment en ennemis, echthroi et polémioi, dans les discours de Critias et de Théramène43.

9Adversaires ou ennemis, ces opposants eurent quelques difficultés à se faire entendre et à agir à l’intérieur de la ville en raison d’abord de la crainte suscitée par les agissements des oligarques, ensuite de la dissociation territoriale des centres d’opposition (Samos, Phylé, le Pirée), enfin de la situation militaire (la guerre en 411 et la présence lacédémonienne en 404/403). Il faut y ajouter les relations constantes, jusqu’à la collusion, entre oligarques et Lacédémoniens aux fins de détruire la démocratie.

Soupçon, crainte, épouvante

10À partir de leur accession au pouvoir avec l’accord plus ou moins contraint du dèmos, les oligarques dressèrent d’innombrables obstacles à l’expression et à l’action des opposants.

  • 44 Thc. 8.65.2.
  • 45 66.2.
  • 46 70.1-2. Kagan [2003] 2005, 376-380.
  • 47 65.2.
  • 48 66.2.
  • 49 7.24.3 : la stupeur des Athéniens lors de la prise du Plémmyrion ; 7.42.2 : l’épouvante des Syracu (...)
  • 50 Allison 1997, 64-65.
  • 51 8.66.4-5.
  • 52 92.1.

11Thucydide structure son récit autour de l’atmosphère de suspicion, de crainte, de peur et d’épouvante que firent régner les conjurés en prélude à leur installation au pouvoir puis après la désignation du Conseil des Quatre Cents. Les groupes de partisans de l’oligarchie (to hétairikon, hoi hétairoi, hoi épitèdéioi), les entourages de Pisandre et Théramène (hoi amphi, hoi péri, hoi méta) dominent l’action par leurs conjurations (hé xynomosia, to xynétikos), leurs intrigues (épiboulai) et leur violence (bia). Des milices de jeunes gens assassinent secrètement (krypha) les démocrates en vue comme Androclès44 et en éliminent d’autres sans enquête préalable ni poursuite45. Et, commente Thucydide, les Quatre Cents “exercèrent à tous égards sur la Cité une autorité brutale (kata kratos)” en multipliant arrestations, exécutions et exils46. Face à ce déchaînement, la crainte, exprimée par le verbe deidô et le substantif to déos, l’emporte. Le nombre et l’attitude des conjurés présents suffirent à annihiler toute opposition lorsqu’on décida le changement de régime47. La crainte se mua rapidement en épouvante : “Le peuple ne bougeait pas en proie à une épouvante telle qu’on s’estimait heureux, en gardant le silence, de ne pas subir de violence.”48 Thucydide emploie le mot kataplexis, dont on ne connaît chez lui que quatre occurrences aux livres 7 et 8, dont trois concernent l’expédition de Sicile49. Ce mot caractérise l’impression produite par un événement de grande ampleur et est chargé d’une forte intensité émotionnelle50. À la crainte et à l’épouvante s’ajoutèrent le soupçon généralisé (hypopsia), la défiance (apistia) qui empêchèrent tout échange politique et personnel51. Cette peur se prolongea jusqu’après la destruction de la fortification d’Eétiôneia : la foule (ochlos) des habitants du Pirée hésitait encore, par peur, à dire qu’elle voulait “le gouvernement du peuple”52.

  • 53 Krentz 1995, 122-124.
  • 54 H. G, 2.3.13. Sur l’influence, forte, qu’exerça Lysandre sur la vie politique athénienne : Bommela (...)
  • 55 2.3.14, 20.
  • 56 Wolpert 2002, 18-19 et 2006, 215-217.
  • 57 2.3.8 ; 4.24, 38.
  • 58 3.39-40. Natalicchio 1996, 46, plus particulièrement n. 3.

12Cette réalité d’une opposition rendue muette à Athènes même par la terreur se retrouve dans la description donnée par Xénophon des agissements des Trente soit dans le récit, soit, plus fréquemment, dans les propos de Théramène rapportés au style direct ou indirect53. Xénophon s’attarde sur les premières actions des oligarques – la mise à mort des sycophantes –, puis sur les relations étroites qu’ils entretinrent avec Lysandre54. Avec le concours de l’harmoste Callibios nouvellement nommé, les Trente s’empressèrent de supprimer tous ceux qui, “s’ils voulaient faire de l’opposition (antiprattein), pouvaient réunir le plus grand nombre de partisans (synéthélontas)”, puis, après avoir dressé la liste des Trois Mille, de désarmer les autres citoyens55. La peur suscitée par les méthodes des Trente et par leur politique systématique de meurtres politiques n’est pas rendue par Xénophon avec la même intensité dramatique que celle de Thucydide rapportant les exactions de Quatre Cents56. Elle n’apparaît en tout cas guère dans le récit sinon pour celle qu’inspire l’ampleur de la résistance démocratique aux oligarques en place57. La crainte des démocrates modérés face aux agissements des Trente est présentée par le biais de la défense de Théramène. Les exécutions de Léon de Salamine et du triérarque Antiphon, l’arrestation du fils de Nicias sont dénoncées comme susceptibles de faire régner le soupçon (adverbe hypoptôs) et la peur (deux occurrences du verbe phobô à la voie passive) “chez des gens comme eux”58. Thucydide restituait le processus de la diffusion de la peur et de son appesantissement sur l’ensemble du peuple par une imbrication entre les actions des oligarques et l’oppression ressentie par les Athéniens. Xénophon, tout en conservant les mots, dit la violence et la peur qu’elle suscite de manière médiatisée, quasi atténuée. Le recours au discours instrumentalise la peur, transforme celle-ci en accessoire d’analyse politique, en justification d’une opposition à l’intérieur même du mouvement oligarchique.

Théramène et l’opposition interne

  • 59 Le personnage de Théramène fut controversé dès la fin du ve siècle. Voir, par exemple, Razzano 197 (...)
  • 60 8.89.2-3. Des hérauts des Quatre Cents se présentèrent à Agis à Décélie (70.2). Après avoir attend (...)
  • 61 2.3.30.

13Thucydide et Xénophon font état d’une opposition interne qui se constitua autour de Théramène59. En 411, au retour des délégués envoyés à Samos et porteurs d’un message d’Alcibiade, de petits groupes critiques s’organisèrent. Thucydide expose sans indulgence leurs motivations inspirées par l’ambition personnelle et la crainte (verbe phobô). Crainte devant les réactions de l’armée de Samos et l’éventualité d’un retour d’Alcibiade, crainte que les négociations conduites à Lacédémone à l’initiative des Quatre Cents avivent encore60. Comme en écho chez Xénophon, Critias souligne à plaisir, avec des mots analogues, le revirement qu’opéra alors Théramène “qui fut le premier à mener le peuple (tô dèmô) contre les Quatre Cents”61.

  • 62 8.89.2.
  • 63 8.90.3-5 ; 91.1-3.
  • 64 91.3.
  • 65 92.10 ; 93.1-2. Sur les Cinq Mille, Andriolo 2004, 79-103.
  • 66 94.2 ; 97.1.
  • 67 68.4.
  • 68 89.4.

14Dans le récit de Thucydide, l’opposition de Théramène s’ordonne autour de deux contestations. La première vise à “mettre fin à une oligarchie excessive” et à instituer dans les faits le corps civique des Cinq Mille antérieurement promis62. La seconde a pour objectif d’éviter l’abaissement d’Athènes en traitant à n’importe quel prix. Elle repose sur l’analyse des buts de la construction des fortifications d’Eétiôneia, à l’entrée du Pirée. Pour Théramène et son entourage (hoi mét’autou), il ne s’agit pas d’une défense contre les démocrates susceptibles de venir de Samos, mais d’un moyen d’ouvrir la ville aux Lacédémoniens63. Théramène mit à profit l’approche de la flotte péloponnésienne64. En prenant appui sur Aristocratès, alors taxiarque, sur les hoplites en poste au Pirée et sur le chef des péripoles, il canalisa le mouvement en sa faveur en poussant à la destruction de la fortification puis à l’expression publique de la revendication de la désignation des Cinq Mille65. Après la panique engendrée par l’arrivée des Péloponnésiens à Oropos, les Athéniens tinrent séance à la Pnyx et abolirent le régime des Quatre Cents66. Si Thucydide reconnaît à Théramène des qualités d’intelligence, de parole et de jugement67, il n’en développe pas moins une courte analyse sur son opportunisme et sur son ambition du moment “devenir le principal chef du parti populaire”, dans la conviction que le régime oligarchique ne tiendrait pas devant la position d’Alcibiade68.

  • 69 H. G, 2.3.14.
  • 70 Pontier 2006, 102, observe que, comme celui d’oligarchie, ce mot n’apparaît qu’à partir du moment (...)
  • 71 Sur politeia chez Xénophon, et plus particulièrement sous les Trente, Bordes 1982, 295-300.
  • 72 3.22. Pontier 2006, 85.
  • 73 3.19.
  • 74 Kalos kagathos est employé une fois par Thucydide rapportant des propos de Phrynichos (8.48.6) et (...)

15Xénophon organise sa relation des dissensions internes aux Trente en trois temps : celui des désaccords initiaux relatés sur le mode du récit, celui du conflit fondamental sur le mode de l’antilogie et celui de la mort de Théramène sur le mode dramatique avec retour au récit. Peu après l’installation d’une garnison lacédémonienne à Athènes69, l’accélération du processus d’intimidation et de terreur, qui transforme la magistrature originelle en tyrannie selon les paroles mêmes de Critias, détermine l’opposition de Théramène qui se calque sur la progression des actions de terreur et de prédation70. Son opposition s’exprime d’abord contre le déni de droit (adikia) infligé aux “gens de bien (kaloi kagathoi)” et s’appuie sur l’inquiétude de nombreux citoyens concernant l’évolution du régime (politeia)71. Elle se confirme par la dénonciation de la pratique la plus injuste (adikôtera) qui soit : l’exécution de citoyens et de métèques pour confisquer leurs biens72. Elle s’affirme enfin dans la contestation de la restriction à trois mille du nombre de citoyens appelés à participer au fonctionnement du régime. Ce nombre, proteste (verbe antilégô) Théramène, est bien inférieur à celui des meilleurs (beltistoi) et ne représente pas l’ensemble des “gens de bien (kaloi kagathoi)”73. L’emploi répété des mots de l’excellence sociale, éthique et politique montre bien l’essence oligarchique modérée de l’opposition théraménienne74. Thucydide et Xénophon mettent l’un et l’autre en valeur la demande pressante de l’extension de la base numérique, sociale et politique de l’oligarchie, seul gage, à leurs yeux, du maintien du régime.

  • 75 2.3.39-40, 41, 42. Riedinger 1991, 16, 70-71.
  • 76 Les propos de Théramène indiquent qu’il y eut, de la part des Trente, une volonté de supprimer rad (...)
  • 77 8.68.1,4.

16Xénophon prend ensuite le parti littéraire – et très politique – de restreindre l’opposition de Théramène à un affrontement avec Critias où la parole joue un rôle prépondérant. Par le moyen rhétorique de l’antilogie, repris de Thucydide au moins autant que des Sophistes, et dont il n’existe pas d’autre exemple purement athénien dans les Helléniques, le discours offensif, incisif, accusateur et dominateur de Critias s’oppose au discours défensif, raisonné et raisonnable de Théramène. Ici s’opposent deux conceptions politiques et deux manières de résoudre le problème de la survie du régime75. L’argumentation de Théramène s’appuie d’abord sur le rappel de ses positions récentes : refus de la terreur systématisée, refus du désarmement des citoyens, refus du bannissement des plus notables des démocrates. “Je savais”, dit Théramène, “que c’était le meilleur moyen de fortifier l’opposition (antipalon) que de donner au parti populaire (plèthei) des chefs capables (hègémones hikanoi)”76. En en inversant le sens politique, les propos prêtés par Xénophon à Théramène renvoient au jugement de Thucydide sur les qualités des principaux instigateurs du régime des Quatre Cents, hommes de valeur (arétè), intelligents (xynétoi) et, pour le seul Théramène, “capable tant par la parole que par le jugement (anér oute eipein oute gnônai adynatos)”77. L’adjectif hikanos semble les résumer toutes.

  • 78 H. G, 2.3.48.
  • 79 Sur la distinction entre les deux types de corps, Ruzé 1997, 490-497. Le corps civique, constitué (...)
  • 80 8.89.2.
  • 81 8.97.1-2.

17Enfin, pour preuve de sa fidélité à ses idéaux politiques, Théramène rappelle au Conseil son attitude au moment de la construction de la fortification d’Eétiôneia puis sa condamnation constante d’un régime oligarchique conduisant “à la tyrannie du petit nombre (eis to hyp’oligôn tyranneisthai)”. Et de conclure : “Gouverner avec ceux qui sont en mesure de défendre l’Etat (tèn politeian) soit avec leur cheval soit avec leur bouclier (mét’hippôn kai mét’aspidôn), voilà ce que j’estimais être la meilleure politique et je ne suis pas aujourd’hui d’un avis différent”78. Cette proposition d’un régime oligarchique modéré fondé sur un corps (politique ou civique79 ?) restreint aux cavaliers et aux hoplites suit de très près l’idée prêtée par Thucydide à Théramène et à son entourage sur les difficultés d’une oligarchie “excessive”80. Elle suit aussi de fort près l’idée que Thucydide reprend à son compte d’un régime où s’établirait “un mélange équilibré (métria xygkrisis) entre l’élite (oligous) et le grand nombre (pollous)” comme le fut, à son avis, le gouvernement des Cinq Mille composé de “ceux qui pouvaient s’armer en hoplites”81.

L’opposition démocratique

  • 82 8.76.6.
  • 83 Cecchin 1969, 6-7.
  • 84 8.75.2.
  • 85 8.73.5.
  • 86 8.75.1 ; 86.2.
  • 87 8.76.1 ; 82.1 ; 81.1. Sordi 2000, 103-105.
  • 88 8.76.2 ; 77 ; 81.1, 2, 3 ; 86.1.
  • 89 8.73.3, 6. Mossé 1964, 1-10 et 1995,180-190.
  • 90 8.75.2 ; 81.1.
  • 91 8.73.4 ; 76.2 ; 81.1.
  • 92 8.75.2.
  • 93 8.75.1 ; 86.2.
  • 94 8.82.2 ; 86.3-4.
  • 95 8.86.5.

18Chez Thucydide et Xénophon, l’opposition démocratique s’organise à l’extérieur d’Athènes autour de Thrasybule dont le personnage politique s’individualise progressivement dans La Guerre du Péloponnèse et prend un relief particulier dans les Helléniques. Les deux historiens insistent sur le caractère ouvertement révolutionnaire de l’action des partisans de la démocratie tant à Samos qu’à Phylé et au Pirée. En 411, la décision de s’opposer au régime oligarchique et de restaurer la légalité démocratique dans le cadre de ce que les soldats réunis en Assemblée à Samos dénomment “les lois traditionnelles (patrioi nomoi)”82, reprenant un thème oligarchique en lui insufflant un sens nouveau83, se manifeste par des débats très ouverts, des assemblées et une véritable conduite insurrectionnelle. Thucydide en mesure la portée en employant le mot métabolè84. Il ne restreint pas l’opposition à l’action d’un personnage et de son entourage, mais en souligne le caractère massif et public. Il expose le travail de conviction des chefs du parti démocrate auprès de l’armée85, les réactions violentes des soldats contre les oligarques86, les assemblées des marins et épibates qui débattent de la situation et des raisons de résister à l’oligarchie, qui destituent les suspects de leurs charges, qui élisent de nouveaux stratèges et triérarques et qui votent le rappel d’Alcibiade87. L’armée dans son ensemble, l’assemblée du peuple en armes qui en émane, et que Thucydide appelle ecclèsia88, est l’acteur principal de l’opposition. Pour légitimer son action, elle s’appuie sur l’argument qu’elle constitue la majorité dont s’est détachée la minorité des oligarques et sur celui qu’elle est apte à prendre des décisions valables (bouleuein chrèston), instituant ainsi une homologie entre la communauté des soldats et celle des citoyens89. Elle se réapproprie ainsi la totalité des droits et des prérogatives du dèmos. Léon, Diomédon, Thrasyllos et Thrasybule jouent cependant un rôle essentiel de propositions90, de direction91, d’unification92 et de modération93. Alcibiade y prend sa part, dès son retour, en s’opposant fermement à ce que la flotte mette le cap sur le Pirée au nom des intérêts stratégiques de la Cité94. L’opposition démocratique obéit donc a un double mouvement : celui de la spontanéité désordonnée des soldats qui agissent en foule (ochlos)95 et celui, canalisé, ordonné, d’une armée qui débat et prend les mesures politiques destinées à affirmer la légalité démocratique, bref, se comporte en corps politique.

  • 96 H. G, 2.3.42.
  • 97 2.4.2, 5, 10. Krentz 1995, 140-141.
  • 98 2.4.11, 13. Buck 1998, 71-79.
  • 99 2.14.17.
  • 100 2.4.13.
  • 101 2.4.15.
  • 102 2.4.17.
  • 103 Loraux 1997, 8.
  • 104 2.4.21, 22.

19Xénophon aborde l’opposition démocratique au régime des Trente en sélectionnant personnages et événements. Il introduit une linéarité chronologique et un point de vue narratif par la médiation de Thrasybule et Cléocritos. Le récit s’ordonne autour des engagements successifs des démocrates entrecoupés des discours qui les précèdent et les concluent, ceux de Thrasybule et de Cléocritos qui parlent en hommes bannis de leur patrie. La première mention de cette opposition, initialement présente dans la ville, apparaît dans le discours de Théramène qui proteste contre l’exil infligé à Thrasybule, Anytos et Alcibiade96. L’opposition démocratique se manifeste à nouveau durant l’hiver 404, avec la prise de Phylé par Thrasybule à la tête de soixante-dix partisans revenus clandestinement de leur exil de Thèbes ou de Mégare (et qui devinrent rapidement sept cents, puis un millier)97. La lutte armée est de règle jusqu’à la prise nocturne du Pirée et la bataille rangée de Mounychie98. Les discours de Thrasybule et de Cléocritos encadrent le bref récit du combat. Le premier, placé sous le signe des dieux99, est une harangue de rappel des exactions des Trente100, d’analyse de la situation militaire101 et d’appel à la reconquête de la démocratie, de ses valeurs politiques et quotidiennes, dont la liberté, et du sol de la patrie102. Le second est une interpellation des vaincus, ceux de la ville. Deux interrogations – “Pourquoi nous chassez-vous ? pourquoi voulez-vous nous tuer ?” – servent d’exorde et précèdent la remémoration des pratiques sociales communes, des combats séculaires pour la sécurité (sôtèria) et la liberté (éleuthéria) de la Cité103. Le discours se clôt sur une injonction à désobéir aux Trente et sur la condamnation de “la guerre (polémos) la plus affreuse, la plus pénible, la plus sacrilège (anasiôtaton), la plus odieuse aux dieux et aux hommes”, celle qui opposent les Athéniens les uns aux autres104. Dans le récit de Xénophon, l’opposition se construit sur l’action juste et le dire juste, c’est-à-dire conforme à la règle élaborée en commun, légitimant la lutte armée qui vient de se dérouler.

  • 105 2.4.35-38. Sordi 2004, 122-125.
  • 106 2.3.2. Natalicchio 1996, 55-56.
  • 107 Pontier 2006, 86-87.
  • 108 Thc. 8.89.3.
  • 109 8.76.6.

20Quoique vaincus militairement un peu plus tard par les troupes de Lysandre et de Pausanias appelées à l’aide par les Trente, réfugiés à Éleusis, les opposants obtinrent le retour au régime démocratique grâce aux négociations avec “ceux de la ville” conduites par le roi de Sparte avec l’assentiment des éphores105. Devant l’assemblée du peuple, le discours de Thrasybule clôt l’épisode. Adressé à “ceux de la ville”, il est construit sur une série des questions à l’image de l’exorde de Cléocritos. Ces questions sont autant de récusations de la prétention des oligarques à gouverner (méga phronètéon trois fois répété en 40 et 41) au nom de la justice, de l’intelligence et du courage alors qu’ils ne sont que cupides, injustes et lâches106. Les valeurs séditieusement détournées reprennent leur place. Thrasybule conclut en invitant ses concitoyens à respecter les serments de réconciliation, à éviter les troubles et à appliquer les lois anciennes (archaioi nomoi). Écho probable, dans le récit, des patrioi nomoi évoquées par Xénophon au début de sa relation107. Échos encore de l’œuvre de Thucydide dans les appréciations portées tant sur les oligarques108 que sur les capacités du démos à délibérer valablement dans le cadre des “lois traditionnelles (patrioi nomoi)” du régime démocratique pour reconstituer l’unité perdue dans les luttes civiles109.

  • 110 Thc. 8.89.3.
  • 111 Xen., H. G, 2.4.43.

21Les réminiscences de l’œuvre de Thucydide, vue sous l’angle de la stasis de 411, dans celle de Xénophon sont assez nombreuses. Cela tient sans doute à la connaissance plus que probable de La Guerre du Péloponnèse par l’auteur des Helléniques. Le lien entre les deux œuvres tient, pour une part, à ce que leurs auteurs sont des historiens d’un temps présent dont ils furent les acteurs et les témoins et pour lequel ils cherchèrent l’un et l’autre une saisie de l’intensité du temps, une mise en ordre et en sens par l’écriture. Le chaînage est certes chronologique, mais plus encore politique et idéologique. La relation surgit de l’objet étudié, la guerre civile à Athènes, et d’une parenté de points de vue qui permet à Xénophon de s’adosser à Thucydide. Tous deux ont entamé une réflexion politique sur le meilleur régime et sur la manière d’exercer le pouvoir. L’un et l’autre sont fort critiques par rapport à la démocratie, mais n’hésitent pas à en apprécier les mérites, comme la pratique électorale, la décision à la majorité et l’acceptation par tous des résultats110, ou encore le respect des serments prêtés d’un commun accord111. Ils sont pourtant plus proches, idéologiquement, d’un régime oligarchique modéré, d’un régime équilibré, en tout cas, analogue à celui que proposa, par deux fois, Théramène.

  • 112 Riedinger 1991, 70-71 ; Pontier, 2001, 403.
  • 113 Ruzé 1997, 520-21.

22La confrontation entre les deux textes montre toutefois une grande différence d’extension du champ historique, d’agencement du récit et d’écriture. Le champ couvert est large chez Thucydide, qui fait alterner événements militaires, diplomatiques et politiques, restreint à la seule politique intérieure chez Xénophon. La ligne narrative privilégie la complexité de l’imbrication des faits, des discours au style indirect et des commentaires chez Thucydide, le choix d’une concentration sur deux affrontements – qui n’ont par ailleurs rien de simple – chez Xénophon. Compacité et concision sont la règle chez Thucydide, linéarité et progression de l’intensité dramatique par le discours chez Xénophon. Tout au long, ce dernier affirme une démarche originale, spécifique en tout cas. Après l’énumération des mesures édictées par les Trente, l’emploi de la parole prend un tour nouveau, éclatant, prépondérant, en rupture avec le mode thucydidéen du récit de la stasis de 411, tout de forces en mouvement. Le discours structure en effet le récit, l’ordonne, le rythme et lui donne son sens112. Le discours de Critias justifie l’emploi de l’arbitraire et de la violence radicale pour imposer le nouvel ordre politique qui transformera la Cité113. La parole de Théramène, elle, explicite l’opposition, les oppositions, et dénonce l’injustice qui leur est faite. La personnalisation du conflit par l’organisation discursive de l’affrontement met certes l’accent sur l’analyse morale des évènements. Elle structure aussi le champ historique, tout comme les interventions concordantes de Cléocritos et de Thrasybule.

  • 114 Il existe trois autres points de méthode dans l’ouvrage : en 4.8.1 (guerre de Corinthe), 5.1.4 (Té (...)
  • 115 2.4.56.
  • 116 Ou inscrit l’éloge dans le récit historique : Pontier 2007, 370-75.

23Est-ce un hasard si le premier point de méthode glissé par Xénophon dans les Helléniques se réfère à la conduite de Théramène dans ses derniers instants114 ? Sa fin dramatique donne à Xénophon l’occasion d’un récit plein de vivacité. Il conclut, après avoir cité les derniers mots de Théramène (“À la santé du beau Critias”) : “je n’ignore pas que ce ne sont là que des bons mots qui ne méritent guère de mention ; mais il faut quand même, je crois, admirer que, chez cet homme, malgré l’imminence de la mort, ni le bon sens ni l’esprit n’abandonnèrent son âme.”115 Ici s’esquisse un triple mouvement qui fait l’originalité de l’approche historique de Xénophon : le choix délibéré du détail significatif d’une excellence morale ; la définition d’un comportement exemplaire dans un élan d’admiration qui rapproche l’histoire de l’éloge116, le glissement apparent de l’histoire générale à un épisode individuel qui permet à l’auteur d’introduire une dimension politique et idéologique dans son œuvre en place de commentaire. N’est-ce pas là se démarquer, par une allusion, de la méthode exposée par Thucydide au début de La guerre du Péloponnèse ?

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Allison, J. W. (1997) : Words and Concepts in Thucydides, Atlanta.

Andriolo, N. (2004) : Magistrature ad Atene dal 413 al 401 a. C., Padoue.

Bearzot, C. (1979) : “Teramene tra storia e propaganda”, RIL, 113, 195-219.

— (1991) : “Per una nuova immagine di Teramene”, in : Sordi 1991, 65-87.

— (2001) : “Stasis e polémos nel 404”, in : Sordi 2001, 19-36.

Bearzot, C. et Fr. Landucci, éds. (2004) : Contro leleggi immutabili’. Gli Spartani fra tradizione e innovazione, Milan.

Bommelaer, J.-Fr. (1981) : Lysandre de Sparte, histoire et traditions, BEFAR 252, Athènes - Paris.

Bordes, J. (1982) : Politeia dans la pensée grecque jusqu’à Aristote, Paris.

Buck, J. R. (1998) : Thrasybulus and the Athenian Democracy, Historia Einzelschriften 120, Stuttgart.

Canfora, L. 1970) : Tucidide continuato, Padoue.

Casevitz, M. (1992) : “Parrhèsia, histoire du mot et de la notion”, REG, 105, XIX-XX.

Cecchin, A. (1969) : Patrios Politeia. Un tentativo propagandistico durante la guerra del Peloponneso, Turin-Padoue.

Darbo-Peschanski, C., dir. (2004) : La citation dans l’Antiquité, Grenoble.

Foucault, M. (2008) : Le gouvernement de soi et des autres, Paris.

Gomme, A. W., A. Andrewes et K. J. Dover (1981) : A Historical Commentary on Thucydides, V, Oxford.

Gray, V. J. (1991) : “Continuous History and Xenophon Hellenica 1-2.3.10”, AJPh, 112, 201-228.

Grigolon, A. (2002) : “Senofonte e gli ‘appunti’ di Tucidide”, Aevum, 76, 49-61.

Hamilton Ch. D. et P. Krentz, éds. (1997) : Polis and Polemos. Essays on Politics, War and History in Ancient Greece in Honor of Donald Kagan, Claremont.

Harding, Ph. (1974) : “The Theramene Myth”, Phoenix, 28, 101-111.

Hornblower, S. ([1991] 2003-1996) : A Commentary on Thucydides, I, II, Oxford.

— (1995) : “The Fourth-Century and Hellenistic Reception of Thucydides”, JHS, 125, 47-68.

Kagan, D. ([2003] 2005) : The Peloponnesian War, Londres.

Karavites, P. (1982) : “Eleutheria and Autonomia in Fifth Century Intersates Relations”, RIDA, 29, 145-162.

Krentz, P. (1982) : The Thirty at Athens, Ithaca.

— ([1989] 1993-1995) : Hellenika. Translation and Commentary, I, II, Warminster.

Lévy, Édm. (1983) : “Autonomia et eleuthéria au ve siècle”, RPh, 47, 249-270.

Lazenby, J. F. (2004) : The Peloponnesian War. A Military Study, Londres.

Lengauer, W. (1979) : Greek Commanders in the 5th and 4th B. C., Varsovie.

Lewis, S. (2006) : Ancient Tyranny, Édimbourg.

Loraux, N. (1981) : L’invention d’Athènes, Paris.

— (1986) : “Thucydide et la sédition dans les mots“, QS, 23, 95-104.

— (1991) : “Reflections of the Greek City on Unity and Division”, in : Molho et al. 1991, 35-51.

— (1997) : La cité divisée. L’oubli dans la mémoire d’Athènes, Paris.

McCoy, W. J. (1997) : “The Political Debut of Theramenes”, in : Hamilton & Krentz 1997, 171-192.

Milani, C. (1999) : “Il lessico dell’opposizione politica nel mondo antico”, in : Sordi 1999, 3-22.

Molho A., K. Raaflaub et J. Emlen, éds. (1991) : City States in Classical Antiquity and Mediœval Italy, Stuttgart.

Momigliano, A. (1973) : “La libertà di parola nel mondo antico”, RSI, 83, 499-524.

Mossé, Cl. (1964) : “Le rôle de l’armée dans la révolution de 411 à Athènes”, RH, 23I, 1-10.

— (1995) : Politique et société en Grèce ancienne. Lemodèle athénien’, Paris.

Natalicchio, A. (1996) : Atene e la crisi della democrazia, Bari.

Ober, J. (1999) : Political Dissent in Democratic Athens. Intellectual Critics of Popular Rule, Princeton.

Ostwald, M. (1982) : Autonomia. Its Genesis and Early History, American Classical Studies 11.

— (2000) : Oligarchia. The Development of a Constitutional Form in Ancient Greece, Historia Einzelschriften 144, Stuttgart.

Pontier, P. (2001) : “Place et fonction du discours dans l’œuvre de Xénophon”, REA, 103, 395-408.

— (2006) : Trouble et ordre chez Platon et Xénophon, Paris.

Price, J. J. (2001) : Thucydides and Internal War, Cambridge.

Raaflaub, K. (2004) : The Discovery of Freedom in Ancient Greece, Chicago.

Razzano, G. (1973) : “Teramene di Stiria”, PP, 28, 397-425.

Riedinger, J.-Cl. (1991) : Études sur les Helléniques. Xénophon et l’histoire, Paris.

Rood, T. (2004) : “Hellenica. Xenophon and Diodorus : continuing Thucydides”, in : Tuplin 2004, 341-395.

Roscalla, F. (2004) : “Kalokagathia e kaloi kagathoi in Senofonte”, in : Tuplin 2004, 115-124.

— (2008) : “Vicissitude de la souveraineté. Xénophon à la lumière de l’intertexte”, Europe, 945-946, 212-235.

Ruzé, Fr. (1997) : Délibération et pouvoir dans la cité grecque de Nestor à Socrate, Paris.

Saxonhouse, A. W. (2006) : Free Speech and Democracy in Ancient Athens, Cambridge.

Sordi, M. (1950-51) : “I caratteri dell’opera storiografica di Senofonte nelle Elleniche”, Athenaeum, 29, 273-348.

— éd. (1991) : L’immagine dell’uomo politico : vita publica e morale nell’antichità, CISA 17, Milan.

— éd. (1999) : Fazione e congiure nel mondo antico, CISA 25, Milan.

— éd. (2000) : L’opposizione nel mondo antico, CISA 26, Milan.

— (2000) : “Trasibulo e la controrivoluzione di Samo : l’assemblea del popolo in armi come forma di opposizione”, in : Sordi 2000, 103-109.

— éd. (2001) : Il pensiero sulla guerra nel mondo antico, CISA 27, Milan.

— (2001) : “A la ricerca di una ‘democrazia diversa’. Da Tucidide a Dione”, Aevum, 75 3-8.

— (2004) : “Pausania II, Spartano atipico”, in : Bearzot & Landucci 2004, 115-125.

Soulis, E. M. (1972) : Xenophon and Thucydides, Athènes.

Tuplin, Chr. (1993) : The Failing of Empire. A Reading of Xenophon Hellenica 2.3.11-7.5.27, Historia Einzelschriften 76, Stuttgart.

— éd. (2004) : Xenophon and his World. Papers from a Conference held in Liverpool in July 1999, Historia Einzelschriften 172, Stuttgart.

Winston, R. (2004) : “Pericles on Athenian Democracy”, RhM, 147, 26-34.

Wolpert, A. (2002) : Remembering Defeat. Civil Wars and Civil Memory in Ancient Athens, Baltimore.

— (2006) : “The violence of the Thirty Tyrants”, in : Lewis 2006, 213-223.

Notes

1 Diod. 13.42,5 ; Dion. H., Thc., 45 souligne l’interruption brutale du récit. Les dates s’entendent a. C. Remerciements à Suzanne Saïd et Pierre Pontier pour leurs remarques.

2 109.1. Gomme 1981, 358, note l’interruption au milieu d’une phrase et discute, p. 369-75, le caractère incomplet du Livre 8 ; Price 2001, 326, n. 101, souligne que l’écriture même du livre témoigne que les choix des thèmes et de la structure narrative avaient été arrêtés. Sur la situation en 411, Kagan, [2003] 2005,, 402-407 ; Lazenby 2004, 196-199.

3 D. L., Xen, 14.

4 Canfora 1970, 57-77 résume les débats antérieurs ; Riedinger 1991, 11-15, remarque que le programme de 1.1-2.3.9 “n’est pas autonome puisqu’il prend la suite de celui de Thucydide” et intitule ensuite cette partie “la Suite de Thucydide”, p. 66-67. Plus récemment, Gray, 1991, 201-28 met l’accent sur la composition avant d’analyser les formules de liaison entre les différentes sections du récit ; Grigolon 2002, 60-61, conclut que Xénophon a disposé des matériaux accumulés par Thucydide.

5 L’information chronologique la plus tardive sur la rédaction de l’ouvrage est fournie par Xénophon au livre 5 (4.57), à la fin d’une digression sur la Thessalie : “au moment où j’écris ce récit, c’est encore Tissophonos […] qui exerce le pouvoir”. Diod. 15.61.2, permet de dater de 358/357 l’arrivée au pouvoir de Tissophonos. Son frère Lycophron lui succède en 353/352 (Diod. 16.35.1). Mac Laren 1934, 121-39 et 249-62 ; Krentz [1989] 1993, 5. Sur l’unité des Helléniques : Gray 1991, 201-202, 221, 222, 227. Contra, Tuplin 1993, 11-12.

6 Hornblower 1995, 50-51.

7 Riedinger 1991, 15-17.

8 Stasis : 8.98.4. Stasiazô : 48.4 ; 78.1 ; 95.2 (deux occurrences) ; 96.2 ; 96.7. Stasiasmos : 92.4. Stasiatikos : 92.4. Milani, 1999, 3-4.

9 8.75.2 ; 8.94.2

10 Loraux 1986, 98-100.

11 Emploi discursif : polémos : 2.4.22 ; polémios : 2.3.24, 27, 40, 43, 46 et 4.22 ; polémô : 2.3.48 et 4.21, 35 ; polémizô : 2.4.41. Emploi narratif. : polémios : 2.4.7, 19 ; synpolémô : 2.4.25. Bearzot 2001, 23-25.

12 3.1.1.

13 Sordi 1950-51, 273-348 et Soulis 1972.

14 Rood 2004, 341 ; Darbo-Peschanski 2004, 19-20 ; Roscalla 2008, 212, 234.

15 Éleuthéria : 8.45.4 ; 64.3 ; 64.5 ; 68.4 ; 71.1. Éleuthérô-oumai : 8.45.4 ; 46.3 (2 occurrences) ; 52.1. Éleuthéros : 8.48.5 ; 73.5.

16 2.3.24 ; 2.4.17 ; 2.4.20. On pourrait y ajouter la formule qui ouvre, de fait, avec un rien d’ironie, la séquence de l’entrée de Lysandre au Pirée après la capitulation d’Athènes et le retour des exilés : “tous pensant que ce jour marquait pour la Grèce le début de la liberté (tès éleuthérias)” (2.2.23).

17 Karavites 1982, 149-151 ; Ostwald 1982, 18-19, 43-46 ; Lévy 1983, 249-270.

18 Loraux 1981, 198.

19 Par exemple : discours prêté aux Corinthiens (1.123.3), aux Mytiléniens à Olympie en 428 (3.10.3) ou aux Platéens (3.54.3 ; 58.5).

20 2.36.1.

21 2.61.4 ; 62.3.

22 H. G, 2.4.20.

23 Soulis 1972, 173.

24 Thc. 2.37.2. La traduction de ce passage est difficile. Romilly traduit “Pour le nom, comme les choses dépendent non pas du petit nombre mais de la majorité, c’est une démocratie” ; Loraux 1981, 185, n. 36 : “Parce que notre régime sert les intérêts (oikein) non pas du petit nombre (oligoi) mais de la majorité (pleiones), c’est une démocratie”. Voir Hornblower [1989] 2003, 298-99 et, plus récemment, Winston 2004, 26-34.

25 Thc. 2.37.3. Raaflaub 2004, 211, 228-30.

26 Sur iségoria et parrhèsia, Momigliano 1973, 513-518 ; Loraux 1981, 178 ; Casevitz 1992, XIX-XX ; Saxonhouse, 2006, 85-99 pour une mise au point sur la signification du terme. M. Foucault a consacré ses cours au Collège de France 1982-83 à la notion de parrhèsia. Publication 2008.

27 Thc. 8.47.1 ; 48.2 ; 53.1. Sordi 2001, 4 ; Pontier 2006, 122.

28 Loraux 1986, 114, 122.

29 8.68.4.

30 8.71.1.

31 Xen., H. G, 2.3.11

32 2.3.23.

33 2.3.24.

34 Ober 1999, 7 ; Ostwald 2000, 23-24 ; Raaflaub 2004, 241-242.

35 Soulis 1972, 134 ; Krentz 1995, 130 fait aussi le rapprochement avec Hdt. 5.78.

36 H. G, 2.4.17.

37 Lengauer 1979, 73.

38 Antilégô, Thc, 8.53.1 (2 occurrences plus le substantif antilogia) ; 66.2 ; 69.1 ; 70 ; Xen., H. G, 2.3.40, 41.

39 Antiprattô, 2.3.14 ; antikoptô, 2.3.15.

40 Enantioi, Thc, 8.90.1 (deux occurrences) ; Xen., H. G, 2.3.26 ; 4.12, 14, 18, Enantioumai, Thc, 8.64.4 ; 73.4 ; Xen., H. G, 2.3.27, 34, 39, 43.

41 8.65.2.

42 2.3.30 et 42.

43 Echthros : 2.3.28, 29, 43, 49. Polémios : 2.3.24, 27, 40, 43.

44 Thc. 8.65.2.

45 66.2.

46 70.1-2. Kagan [2003] 2005, 376-380.

47 65.2.

48 66.2.

49 7.24.3 : la stupeur des Athéniens lors de la prise du Plémmyrion ; 7.42.2 : l’épouvante des Syracusains devant l’arrivée de l’armée de Dèmosthénès ; 7.1.2 : l’épouvante des Athéniens à l’annonce du désastre de Sicile.

50 Allison 1997, 64-65.

51 8.66.4-5.

52 92.1.

53 Krentz 1995, 122-124.

54 H. G, 2.3.13. Sur l’influence, forte, qu’exerça Lysandre sur la vie politique athénienne : Bommelaer 1981, 142-151.

55 2.3.14, 20.

56 Wolpert 2002, 18-19 et 2006, 215-217.

57 2.3.8 ; 4.24, 38.

58 3.39-40. Natalicchio 1996, 46, plus particulièrement n. 3.

59 Le personnage de Théramène fut controversé dès la fin du ve siècle. Voir, par exemple, Razzano 1973, 397-425 ; Harding 1974, 101-111 ; Bearzot 1979, 195-219 et 1991, 65-87 ; Mc Coy 1997, 171-192.

60 8.89.2-3. Des hérauts des Quatre Cents se présentèrent à Agis à Décélie (70.2). Après avoir attendu de voir comment évoluerait la situation, celui-ci conseilla l’envoi d’une délégation à Sparte pour traiter (71.3 ; 90.1). Cette délégation reçut le renfort d’une seconde délégation dirigée par Antiphon et Phrynichos (90.2).

61 2.3.30.

62 8.89.2.

63 8.90.3-5 ; 91.1-3.

64 91.3.

65 92.10 ; 93.1-2. Sur les Cinq Mille, Andriolo 2004, 79-103.

66 94.2 ; 97.1.

67 68.4.

68 89.4.

69 H. G, 2.3.14.

70 Pontier 2006, 102, observe que, comme celui d’oligarchie, ce mot n’apparaît qu’à partir du moment où la division et la suspicion s’introduisent parmi les Trente.

71 Sur politeia chez Xénophon, et plus particulièrement sous les Trente, Bordes 1982, 295-300.

72 3.22. Pontier 2006, 85.

73 3.19.

74 Kalos kagathos est employé une fois par Thucydide rapportant des propos de Phrynichos (8.48.6) et de façon plutôt critique. Arist., Ath., 28.5 utilise conjointement beltistoi et kaloi kagathoi pour caractériser la conduite politique de Thucydide, fils de Mélésias, de Nicias et de Théramène. Roscalla 2004, 119-120.

75 2.3.39-40, 41, 42. Riedinger 1991, 16, 70-71.

76 Les propos de Théramène indiquent qu’il y eut, de la part des Trente, une volonté de supprimer radicalement toute opposition. Krentz 1982, 64-67, 78-82 ; Wolpert 2006, 215-218.

77 8.68.1,4.

78 H. G, 2.3.48.

79 Sur la distinction entre les deux types de corps, Ruzé 1997, 490-497. Le corps civique, constitué grâce à l’établissement d’une liste, est le groupe de ceux qui peuvent accéder aux magistratures et au Conseil ; le corps politique, qui peut être restreint, est constitué des citoyens qui ont le pouvoir de délibérer.

80 8.89.2.

81 8.97.1-2.

82 8.76.6.

83 Cecchin 1969, 6-7.

84 8.75.2.

85 8.73.5.

86 8.75.1 ; 86.2.

87 8.76.1 ; 82.1 ; 81.1. Sordi 2000, 103-105.

88 8.76.2 ; 77 ; 81.1, 2, 3 ; 86.1.

89 8.73.3, 6. Mossé 1964, 1-10 et 1995,180-190.

90 8.75.2 ; 81.1.

91 8.73.4 ; 76.2 ; 81.1.

92 8.75.2.

93 8.75.1 ; 86.2.

94 8.82.2 ; 86.3-4.

95 8.86.5.

96 H. G, 2.3.42.

97 2.4.2, 5, 10. Krentz 1995, 140-141.

98 2.4.11, 13. Buck 1998, 71-79.

99 2.14.17.

100 2.4.13.

101 2.4.15.

102 2.4.17.

103 Loraux 1997, 8.

104 2.4.21, 22.

105 2.4.35-38. Sordi 2004, 122-125.

106 2.3.2. Natalicchio 1996, 55-56.

107 Pontier 2006, 86-87.

108 Thc. 8.89.3.

109 8.76.6.

110 Thc. 8.89.3.

111 Xen., H. G, 2.4.43.

112 Riedinger 1991, 70-71 ; Pontier, 2001, 403.

113 Ruzé 1997, 520-21.

114 Il existe trois autres points de méthode dans l’ouvrage : en 4.8.1 (guerre de Corinthe), 5.1.4 (Téleutias) et 7.2.1 (Phlionte). Riedinger, 63-65.

115 2.4.56.

116 Ou inscrit l’éloge dans le récit historique : Pontier 2007, 370-75.

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540