Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ombres de Thucydide

 | 
Valérie Fromentin
, 
Sophie Gotteland
, 
Pascal Payen

Deuxième partie. La réflexion théorique des anciens sur l’œuvre de Thucydide

Thucydides enim rerum gestarum pronuntiator Sincerus et grandis Etiam fuit (Cicéron, Brutus, 287)

Cyril Binot

Texte intégral

La réception cicéronienne de thucydide : une belle voix sans écho ?

  • 1 Leg., 1.5.

1Si le jugement de Cicéron sur Hérodote, pater historiae1 est l’élément incontournable de toute présentation de l’historien grec, c’est en vain que l’on chercherait une formule équivalente à propos de Thucydide. Celle que nous avons choisie en exergue de cette communication n’en possède pas la qualité formulaire et révèle un jugement plus nuancé : l’empreinte de Thucydide dans l’œuvre et la pensée de Cicéron ne relève pas de l’évidence mais demande sans doute un examen approfondi et donne lieu à des réflexions aussi diverses que contradictoires.

  • 2 Sur l’historiographie antique, l’ouvrage de base, Hartog & Casevitz 1999, est très utile ; on peut (...)
  • 3 Cizek 1988, 16 ; contra Armleder 1965, 76-80, qui fait de Cicéron un pionnier en matière de philos (...)
  • 4 Il est vrai que la réflexion historique de Cicéron s’inscrit dans un cadre essentiellement romain  (...)
  • 5 Q. frat., 2.11.4 ; Att., 7.1.6 ; Att., 10.8.7 (citation de Thc. I, 138.3) ; De orat., II, 56, 57, (...)
  • 6 Encore peut-on ajouter Att., 7.1.6, qui contient une allusion de deux mots à un passage de Thucydi (...)
  • 7 Att., 10.8.7 ; il écrit depuis son domaine de Cumes, en mai 49. Les éditeurs du texte se fondent s (...)

2Cicéron constitue, dans la pensée historiographique, une étape majeure, le fait est incontestable2 : il est le premier à Rome qui ait développé une réflexion sur l’histoire, aussi bien en terme de poétique de l’histoire – comment il faut écrire l’histoire – que, malgré ce qu’en dit E. Cizek, en terme de philosophie de l’histoire – quel est son objet et, par-delà, sa fonction3. Dans le cadre de cette réflexion, Thucydide prend une place souvent plus complexe qu’il n’y parait4. Il est vrai que dans l’immense œuvre de Cicéron, Thucydide n’est cité qu’assez rarement – à dix-huit reprises – et on ne trouve guère qu’une seule citation littérale tirée de La guerre du Péloponnèse5. Pourtant, cette seule et unique citation directe6 indique une connaissance très précise de l’ouvrage : Cicéron est capable d’en citer, de mémoire et en grec, un passage dans sa correspondance7. Quant aux jugements qu’il exprime dans l’œuvre, ils ne sont pas dénués d’ambiguïté : certains indiquent une assez grande estime pour les qualités d’historien autant que pour les qualités littéraires de l’auteur ; d’autres se font cependant l’écho de critiques assez aiguës. Ils nécessitent donc une approche plus précise.

  • 8 Les positions sont effectivement très opposées entre ceux qui, comme Rambaud 1952, et dans une moi (...)

3Bien entendu, sur ce point et comme toujours avec Cicéron, la bibliographie est immense, les jugements souvent contradictoires8. J’ai donc fait le choix, plutôt que d’une discussion historiographique, de partir des textes de Cicéron, ceux qui mentionnent Thucydide et ceux qui expriment sa conception de l’histoire. À partir de ces quelques éléments, nous nous proposons dans un premier temps d’éclairer le jugement de Cicéron sur Thucydide afin de pouvoir apprécier, dans un second temps, l’éventuelle présence d’influences de Thucydide dans les conceptions cicéroniennes de l’histoire. Dans ces objectifs, je souhaite avant tout montrer combien les jugements exprimés par Cicéron doivent être inscrits dans un contexte politique précis qui permet d’en saisir pleinement les enjeux. La date et les ouvrages desquels ils sont extraits inscrivent ces jugements dans un projet politique, et s’adressent à un destinataire particulier, Brutus. Enfin, il s’agit de mesurer pleinement l’écartèlement de Cicéron entre un genre historique dont il perçoit les enjeux et la nécessaire instrumentalisation politique du récit de l’histoire, en particulier de l’histoire récente.

Les jugements de Cicéron sur Thucydide

  • 9 Cicéron l’affirme dans le “catalogue” de ses œuvres présenté au début du second livre du De diuina (...)
  • 10 Cette inscription dans le champ de la narratio est évidente, et nous suivons Woodman 1988, dans so (...)

4Sur les dix-huit mentions de Thucydide présentes chez Cicéron, treize contiennent un jugement sur l’historien dont elles brossent un portrait plutôt nuancé. Remarquons d’abord une distribution très inégale dans l’œuvre : à l’exception des trois mentions contenues dans la Correspondance, toutes sont issues des trois grands traités rhétoriques de Cicéron, le De Oratore, écrit en 54, puis le Brutus et l’Orator, écrits tous deux durant l’année 46, et qui constituent, selon Cicéron lui-même, un triptyque cohérent et complet sur l’art oratoire9. La critique de Thucydide s’inscrit donc essentiellement dans le champ de la qualité formelle, elle est avant tout littéraire10. À ce propos, on ne peut qu’être frappé par les apparentes contradictions contenues dans l’œuvre de Cicéron avec la présence d’une part d’éloges répétés, de l’autre de critiques assez fermes.

La qualité d’écrivain de Thucydide

  • 11 Ipsa autem exaedificatio posita est in rebus et uerbis ; De orat., 2.63.

5Il n’est pas surprenant, au regard de l’association res/uerba dans le domaine de l’écriture historique et dans une approche essentiellement rhétorique du genre, d’aborder la critique de Thucydide par ses aspects les plus élémentaires, à savoir comment écrit Thucydide. “Tout repose sur les faits et sur l’art de les exprimer” affirme Cicéron11 dans le De oratore. Ce passage, le plus précis de l’auteur sur le plan de la théorie de l’histoire, intervient à l’occasion d’un exposé sur les trois genres de l’éloquence – délibératif, judiciaire et démonstratif –, l’histoire se rattachant au dernier d’entre eux.

6Incontestablement, Cicéron reconnaît à Thucydide quelques grandes qualités dans l’écriture (dicendi artificio ; De orat., 2.56). Citons simplement deux passages du De Oratore significatifs à cet égard :

  • 12 Et post illum Thucydides omnes dicendi artificio mea sententia facile uicit ; qui ita creber est r (...)

“Thucydide, venu après Hérodote, possède une maîtrise qui lui a fait dépasser de loin, selon moi, tous les autres ; il est si nourri, si plein de choses, qu’on trouve en son ouvrage presque autant d’idées que de mots ; et il a tant de justesse, tant de concision dans le style, qu’on ne sait, de la pensée ou de l’expression, laquelle prête à l’autre son lustre”12.

  • 13 Subtiles, acuti, breues sententiisque magis quam uerbis abundantes ; De orat., 2.93.

7Plus loin, Périclès, Alcibiade et Thucydide, associés dans l’éloge, sont présentés comme “des orateurs simples, pénétrants, concis, plus riches de pensées que de paroles”13.

  • 14 Uerbis est aptus et pressus ; De orat., 2.56.

8Le style de Thucydide est décrit par une série de qualificatifs récurrents qui expriment l’idée d’une écriture simple, concise et pénétrante14 : creber (Q. Frat., 2.11.4 ; De orat., 2.56) ; acutus (Q. Frat., 2.11.4 ; De orat., 2.93) ; breuis (Q. Frat., 2.11.4 ; De orat., 2.93 ; Brut., 66) ; subtilis (De orat., 2.93). Tous ces qualificatifs renvoient, dans les théories oratoires des styles, au premier d’entre eux, ainsi présenté dans l’Orator :

  • 15 Sed quot officia oratoris, tot sunt genera dicendi subtile in probando, modicum in delectando, ueh (...)

“Mais autant de devoirs de l’orateur, autant il y a de styles : précis – subtile – dans la preuve, moyen dans le charme, véhément quand il s’agit de fléchir, car c’est là seulement que réside toute la puissance de l’orateur”15.

  • 16 Tenues, acuti, omnia docentes et dilucidiora, non ampliorafacientes, subtili quadam et pressa orat (...)

“Des orateurs ténus – tenues –, aigus – acuti –, pour qui tout est démonstration, éclaircissant, n’amplifiant pas, au style précis – subtili –, serré – pressus – et rogné : et dans le même genre, les uns habiles, mais sans poli et se donnant à dessein l’air d’être sans science et sans métier, les autres, avec la même sécheresse, plus harmonieux, c’est-à-dire agréables, fleuris même et légèrement ornés”16.

9La concordance du vocabulaire est remarquable : elle tend à faire de Thucydide un tenant de ce genus subtile, dont la première qualité est donc une expression simple, concise et pleine, mise au service de l’explication, de la démonstration.

  • 17 La phrase chez Thucydide contient presque autant d’idées que de mots (De orat., 56) ; elle est plu (...)
  • 18 Orator, 174-175.

10Une seconde qualité en découle, il s’agit d’une grande maîtrise de la phrase. L’expression de Thucydide est ramassée – concisis sententiis, Brut., 66 –, elle repose sur le rapport uerba/sententia extrêmement précis, rappelé à trois reprises17. Elle est donc une écriture rationnelle, scientifique. Une analyse plus technique, liée à la théorie du nombre oratoire – numerus ou rythmos –, rappelle cette qualité première de la disposition des mots. Ce qui est lié et nombreux, chez Thucydide, dont l’écriture précède selon Cicéron l’invention du numerus par Isocrate – suivant Thrasymaque et Gorgias18 –, l’est par la mise en place des mots, affirme Cicéron dans l’Orateur, 219. Il y a une économie du récit, une concentration du propos caractéristique de Thucydide et qui fait sa force.

11Thucydide est donc inscrit comme historien dans une double dimension rhétorique : il participe du genre épidictique auquel se prête un style précis, le genus subtile. Son écriture est précisément celle qui convient à l’histoire. Enfin, cette qualité s’inscrit dans un contexte. Elle repose sur la position de Thucydide, souvent associé alors à Hérodote (Orat., 39), comme pionnier de l’histoire et de l’art oratoire : ses œuvres sont les premières qui soient ornées (Brut., 27). Il apparaît donc comme un jalon important dans l’histoire littéraire, qu’il a enrichi de quelques ornements.

Les critiques

  • 19 Isocrate est en effet pater eloquentiae (Or., 2.10), formule qui rappelle celle appliquée à Hérodo (...)

12C’est toutefois de cette position que naissent les critiques les plus féroces. L’écriture de Thucydide est vieillie, éclipsée par les autres historiens, en particulier ceux issus de l’école d’Isocrate19.

13Sa qualité d’écriture souffre effectivement de la comparaison : au détour d’une phrase, Platon est qualifié d’écrivain bien supérieur (Orat., 151). Ailleurs la critique est plus précise, qui vient renverser toutes les qualités précédentes pour les faire dériver vers les travers d’une écriture obsolète : la concision devient obscurité (Orat., 30) ; l’expression précise et aiguë devient enveloppée (abditas sententias, Orat., 30) ; le lustre du style se heurte à l’absence de nombre (Orat., 219) et au manque d’arrondi dans la phrase (Orat., 234)… C’est-à-dire aux artifices de la rhétorique isocratique. Le renversement est total, avec une contradiction très forte cristallisée par quelques oppositions autour de la clarté et de l’obscurité. Comment s’explique-t-il ?

  • 20 La polémique clôt le premier des deux traités pour ouvrir le second, occupant ainsi une fonction d (...)

14Remarquons d’abord l’absence totale de critique dans le De oratore, qui contient en revanche les deux passages les plus élogieux sur Thucydide. La critique est donc concentrée dans les deux traités les plus récents, écrits durant l’année 46 : elle s’exprime dans deux passages violemment polémiques et très proches dans leur structure, Brutus 287-288 et Orator 3020.

15La critique de Cicéron, féroce, recouvre trois domaines :

  • la critique formelle de l'éloquence de Thucydide, dont on vient de voir qu'elle était par certains côtés obscure et sans apprêts
  • l'exploitation du décalage entre l'historien et l'orateur : l'éloquence de Thucydide est impropre au forum ; en dehors de l'histoire, il n'aurait rien pu écrire de valable et son nom serait oublié
  • l’historiographie, ou l’inscription de Thucydide dans l’évolution de l’éloquence en général, du genre historique en particulier. Deux métaphores culinaires l’expriment avec force : Thucydide est le brouet de gland par opposition à la farine de blé où, plus délicatement, il est comme un grand vin trop vieux qui a perdu de sa saveur face à des vins plus récents.

16Ces critiques stylistiques mises en relation avec les passages célébrant les disciples d’Isocrate ont été utilisées pour argumenter d’un rejet fort par Cicéron du modèle thucydidéen. Il convient toutefois de les replacer dans leur contexte.

  • 21 Tac., Dial. Orat., 18.5 sq., indique l’âpreté de cette discussion, en particulier entre Cicéron et (...)

17Au-delà des arguments et des contradictions, on doit constater que Thucydide intervient dans ces passages polémiques comme un élément central dans la querelle autour de l'éloquence à Rome21. En effet, à travers Thucydide, ceux qui se nomment eux-mêmes “Thucydidiens” sont visés par Cicéron, c’est-à-dire une nouvelle génération d’orateurs qui affirment prendre l’historien comme modèle. Thucydide est en effet invoqué dans le procès en asianisme intenté par quelques orateurs de la jeune génération à la figure pâlissante et contestée de Cicéron.

  • 22 Orat., 75.

18Face aux artifices oratoires de ce dernier, les jeunes gens, dont Brutus lui-même, invoquent la simplicité des Attiques, de Thucydide en particulier, que tous proclament vouloir imiter – cette mode a été évoquée déjà par plusieurs intervenants. Cicéron s’efforce donc dans l’Orateur, après avoir développé la théorie des trois écoles oratoires – attique, asiatique et rhodienne – de réfuter sa confusion avec les trois styles22. Le genus tenue n’est pas l’atticisme et l’on ne peut prendre pour modèle un orateur qui n’excelle que dans cet aspect de l’art oratoire. C’est méconnaître profondément l’éloquence, son histoire et ses règles que de souhaiter prendre comme modèle pour l’éloquence politique un représentant du genre épidictique, au style concis, ancien qui plus est ! C’est méconnaître aussi les préceptes de Cicéron… L’orateur idéal est celui qui manie les trois styles, Démosthène l’attique étant l’exemple le plus accompli, et à Rome même, l’indépassable Cicéron.

19Thucydide n’est donc critiqué que parce que certains veulent en faire ce qu’il ne peut pas être, un modèle d’éloquence, de l’éloquence politique qui plus est, celle du forum, quand il excelle dans le seul domaine de l’histoire.

  • 23 Clairement exprimé en Att., 14.20.3.
  • 24 Le Brutus est publié avant avril 46, dans l’attente des résultats de la campagne d’Afrique, cf. Br (...)
  • 25 Brut., 331-332 ; Orat., 34.
  • 26 En particulier Brut., 331 : “c’est pour toi que nous souhaitons une forme de république qui te per (...)

20Le second élément fondamental pour comprendre la portée de la critique cicéronienne est la détermination de l’éloquence qui convient au chef, ici à celui qui porte les espoirs de la république foulée au pied par l’autocratie césarienne, M. Brutus23. Il est, ne l’oublions pas, le dédicataire des deux ouvrages, le premier destinataire donc des leçons qu’ils contiennent24. N’oublions pas non plus les lamentations déchirantes qui viennent achever le premier ouvrage, la représentation d’un forum désert et privé des lumières de Brutus, que les timides affirmations du second ne peuvent effacer25. Avec bien d’autres remarques, elles participent de ce pilonnage républicain que subit Brutus de la part de Cicéron26.

  • 27 Atticus partage donc l’appréciation de Cicéron sur les capacités oratoires de Brutus, cf. Att., 14 (...)

21Selon Cicéron, Brutus a l’obligation d’adopter un autre registre rhétorique pour assurer sa mission. À plusieurs reprises, dans le contexte immédiat de l’après Ides de Mars, les deux personnages s’affrontent sur la façon dont il convient de s’adresser au peuple. Dans une lettre à Atticus, Cicéron refuse de céder à l’exhortation de son ami qui l’engage à écrire un discours au peuple pour Brutus27. Il s’en explique ainsi, rappelant un précédant :

  • 28 De quo etiam experti sumus nuper in edicto : scripseram rogatu tuo ; meum mihi placebat, illi suum(...)

“J’ai d’ailleurs fait récemment l’expérience de ses réactions à l’occasion d’un édit : j’ai rédigé un projet sur ta demande ; je préférais mon texte, lui le sien”28.

22Le fond du différent est exprimé très clairement dans un autre passage :

  • 29 Brutus noster misit ad me orationem suam habitam in contione Capitolina petiuitque a me ut eam ne (...)

“notre cher Brutus m’a envoyé le texte du discours qu’il a prononcé devant le peuple, au Capitole, et demandé de le corriger sans complaisance avant qu’il ne le publie. La forme du discours est d’une pureté sans défaut, pour les tours de phrase, le vocabulaire ; on ne peux mieux faire. Mais, pour ma part, si j’avais eu cette cause à traiter, j’aurais écrit avec plus de flamme – tu vois le thème et le rôle de l’orateur. Aussi n’ai-je pas été en mesure de corriger le texte. Compte-tenu du genre adopté par notre cher Brutus et de ce qu’il pense du meilleur style oratoire, il a atteint dans ce discours une pureté de forme insurpassable”29.

  • 30 Att., 15.3.2 ; 15.4.3.
  • 31 “Cédant, pour ainsi dire, à ses propres prières, j’avais écrit à son intention mon traité ‘Sur le (...)
  • 32 L’enjeu de ce premier discours des tyrannicides au Capitole a bien été perçu par les divers histor (...)

23Alors qu’Atticus insiste30, Cicéron abdique ; rappelant au détour d’une lettre le projet réel de l’Orateur, convaincre Brutus de la meilleure façon de s’adresser au peuple31, il abandonne l’idée de mettre son éloquence au service de ce dernier, qui ne le souhaite pas réellement, la réservant pour ses propres Philippiques. Thucydide apparaît, à bien des égards, comme une victime collatérale de ce combat qui dépasse très largement, on l’a vu, la simple dimension rhétorique pour prendre une épaisseur politique certaine, et par bien des aspects, une dimension tragique32.

  • 33 Et encore, les discours intercalés sont peu clairs, cf. Orat., 30.

24Au final, le seul domaine de l’histoire permet au nom de Thucydide de demeurer dans la mémoire : l’excellence de Thucydide est une excellence dans un genre propre, le genre historique33. Il est célébré comme étant un grand historien (De orat., 2.56), quelqu’un dont le jugement compte ; à deux reprise, Philistos de Syracuse, dont Cicéron juge l’œuvre estimable, est appelé un petit Thucydide – pusillus Thucydides – et il le considère comme imitant ce modèle (QF, 2.11.4 ; De orat., 2.57). Il occupe une place particulière dans l’historiographie, fort du statut de grand ancêtre et des qualités indéniables de ses écrits. Il souffre cependant de la comparaison avec les historiens de l’école isocratique et leur écriture plus ornée. Si cette critique est inscrite dans la querelle du néo-atticisme romain, et plus encore dans la vie politique autour des Ides de Mars, nous venons de l’aborder, elle ne doit pas être évacuée trop rapidement. À travers elle se dessine une interrogation plus fine sur l’histoire. Quelle histoire écrire et comment ? Les influences de Thucydide en ce domaine, qui occupe fortement Cicéron, sont plus difficiles à apprécier.

Cicéron théoricien du genre historique : quelles influences de Thucydide ?

  • 34 Woodman 1988, 70-116. Sur Cicéron et Salluste, cf. Hellegouarc’h 1973 ; sur Cicéron et Tite-Live, (...)
  • 35 Elle se développe aussi bien à l’occasion des traités rhétoriques – le De Oratore principalement, (...)

25Cicéron est le premier théoricien de l’histoire à Rome, jalon essentiel dans l’historiographie, nous l’avons dit ; son influence est déterminante auprès des historiens latins – Salluste, Tite-Live ou Tacite34. Cette théorie, on le sait, s’exprime en quelques passages d’œuvres très diverses35, ce qui n’est pas sans poser quelques problèmes de cohérence. Elle ne se réclame d’aucune tradition, ne revendique aucun modèle. Thucydide n’apparaît évidemment jamais au cours de ces discussions sur l’histoire comme référence théorique : il n’est jamais directement cité comme modèle, sa méthode historique n’est jamais commentée, détaillée et encore moins utilisée par Cicéron pour bâtir sa propre théorie. Encore une fois, la belle voix de Thucydide semble s’évanouir sans écho. Divers éléments plaident cependant pour une certaine proximité intellectuelle entre les deux hommes, nous tenterons d’en voir les contours au terme d’une rapide approche de la conception cicéronienne de l’histoire.

Les éléments principaux de la conception de l’histoire par Cicéron

26Qu’est-ce que l’histoire pour Cicéron, comment faut-il l’écrire, quelle est sa fonction ? Les interprétations des historiens divergent à ce propos, parfois radicalement. Nous relèverons d’abord ce qui fait consensus, c’est-à-dire ce qui découle de la simple lecture des passages de Cicéron.

27On peut sans aucun doute dégager quelques traits qui forment l’architecture – pour reprendre l’image de l’édifice utilisée par Cicéron, De orat., 2.63 – de la conception de l’histoire telle que l’entend Cicéron :

  • L’histoire est une auxiliaire de l’orateur, qui, pour être complet, doit posséder une solide culture historique : c’est par ce biais utilitaire qu’elle est d’abord abordée dans le De Oratore36. L’histoire est donc cette pourvoyeuse d’exemples illustres, qui rehaussent un récit et lui donnent l’onction de la tradition37. Toutefois cette conception est trop limitée pour Cicéron : elle présente bien évidemment le risque de la déformation des faits, de l’amplification, loin du souci de vérité. Elle consacre surtout l’absence d’une histoire gratuite, qui n’a qu’elle pour objet. Cette première approche est donc nécessairement prolongée.
  • L’histoire est également une des catégories de la rhétorique, inscrite dans le troisième genre, le genre épidictique ou démonstratif : elle peut cependant se constituer en un genre précis, même si, comme le rappelle Antoine dans le De Oratore, elle n’a pas fait jusqu’alors l’objet d’une codification séparée : “je ne trouve nulle part que les rhéteurs en aient fait l’objet de préceptes spéciaux”38 affirme-t-il. L’historiographie de Cicéron est donc stylistique et non théorique.
  • Ce genre précis que Cicéron appelle de ses vœux est un opus oratorium, qui ne doit se restreindre à une simple narratio ; l’historien est selon lui un exornator rerum, qu’il faut bien se garder de traduire par un embellisseur de faits. La constitution de l’histoire en un genre précis et distinct repose sur une finalité autre, cette idée de la gratuité d’une histoire accessible à tous, et dont l’objectif est de concilier ueritas et delectatio, comme l’affirme le De finibus, 5.51-52 ; à un autre niveau, elle souligne, selon De Vivo39, la conscience qu’avait Cicéron de la valeur idéologique et sociale de l’histoire.
  • 40 Leeman 1985, 285.

28Cicéron propose ensuite, principalement dans le De oratore, une véritable méthodologie historique. Leeman parle à propos de ce passage d’une “page de théorie pure, qui mérite d’être étudiée mot à mot”40 :

  • 41 Nam qui nescit primam esse historiae legem, ne quid falsi dicere audeat ? deinde ne quid ueri non (...)

“Qui ne sait que la première loi du genre est de ne rien oser dire de faux ? la seconde, d’oser dire tout ce qui est vrai ? D’éviter, en écrivant, jusqu’au moindre soupçon de faveur ou de haine ? Oui, voilà les fondements de l’histoire, et il n’est personne qui les ignore. S’agit-il ensuite d’élever l’édifice ? Tout repose sur les faits et sur l’art de les exprimer. Les faits exigent qu’on suive l’ordre exact des temps, qu’on décrive les lieux. Comme on veut, quand ils sont importants et dignes de mémoire, en connaître la préparation, puis l’exécution, enfin le résultat, l’écrivain doit indiquer d’abord ce qu’il pense de l’entreprise elle-même ; à propos de l’évènement, montrer non seulement ce qui s’est dit ou fait, mais de quelle manière cela s’est fait ou dit ; quant au résultat, en dérouler les causes avec exactitude, notant la part qui revient au hasard, à la sagesse, à la témérité ; il rapportera aussi les actions des personnages et même, si leur nom jouit d’une brillante réputation, il ira jusqu’à peindre leur caractère et leur vie.”41

  • 42 Nous nous appuyons ici sur les analyses de Leeman 1985, 280-288 ; Marchal 1987, 41-64 ; Marchal 19 (...)
  • 43 Woodman 1988, 91-92, pages essentielles dans la compréhension de cet enjeu de la vérité historique (...)

29Les exégètes attentifs de ce passage42 en ont tiré les grandes règles de la méthodologie cicéronienne. La première est la quête de la vérité, présentée ici comme la fondation de l’édifice historique, principe indépassable de tout œuvre d’histoire, qui s’accompagne d’une totale impartialité dans le traitement du sujet. Le De legibus complète ce point en établissant la différence entre vérité historique et vérité poétique. Cependant, comme le rappelle C. Codoner, suivant Woodman, la vérité historique est compatible avec la réécriture littéraire des faits dans la conception antique43. Deuxième règle, l’enquête historique pose le cadre matériel de l’histoire – temps et lieux - et part des faits, qu’il s’agit de mettre en perspective en s’attachant aux causes, aux actions et à leurs conséquences. Troisième règle, l’histoire étant une œuvre pour la postérité, elle doit se proposer comme objets des faits dignes de mémoire. Enfin, et c’est la dernière règle, Cicéron défend une histoire dont la dimension exemplaire est forte : elle doit s’attacher aux grands hommes et appelle un jugement de l’auteur qui place ainsi l’œuvre historique dans une perspective politique et morale. L’histoire est ainsi magistra uitae, suivant la célèbre formule du De oratore.

  • 44 Cizek 1988, 16-25. Cf. déjà Laughton 1961, sous une présentation précise de ce qu’il nomme la vulg (...)
  • 45 Dangel 2003, 85.

30Ces règles consensuelles sont trop générales pour déterminer l’originalité de la conception cicéronienne et permettent toutes les interprétations. À partir des mêmes textes, Cicéron est inscrit dans des traditions historiographiques totalement opposées. Certains font ainsi de lui le défenseur d’une conception rhétorico-pathétique de l’histoire, inscrite dans la tradition de l’histoire hellénistique avec une forte influence péripatéticienne. Cicéron s’inscrirait alors dans un courant isocratique, son admiration pour Éphore, Théopompe et Timée apportant la preuve de ceci44. De l’autre côté, on a pu souligner la précision des règles édictées par Cicéron, son insistance sur la recherche des causes, développant ainsi une vision pragmatique et apodictique de l’histoire, dans une perspective, disons-le, proche de Thucydide45.

  • 46 Cizek 1988, nous semble excessif lorsqu’il défend une cohérence d’ensemble incluant même la lettre (...)
  • 47 Les études sur l’éclectisme philosophique de Cicéron sont nombreuses, notons-en quelques-unes : un (...)
  • 48 Les Académiques contiennent une vigoureuse défense de la suspension du jugement du fait de l’impos (...)
  • 49 Cizek 1988, 25.

31On le voit, l’écart est grand : il repose sur cette donnée fondamentale qu’est l’absence d’une théorie complète et définitive46, sur l’absence totale de dogmatisme dans une pensée cicéronienne mouvant et en constante évolution. Ce caractère de la pensée de Cicéron a été bien montré dans le domaine de la philosophie : il se nourrit de nombreux auteurs, de nombreuses œuvres, pour créer une synthèse souvent originale47 – ou ne pas le faire d’ailleurs et garder, tout en les acceptant et en les assumant quelques contradictions48. Enfin, et nous l’avons indiqué à propos du jugement sur Thucydide, la réflexion de Cicéron et toujours une réflexion de l’urgence, toujours inscrite dans un contexte : à ce titre, elle autorise la contradiction. Ces contradictions débouchent parfois sur le scepticisme, c’est le cas de M. Rambaud, qui en vient à parler de pseudo-influences et tend à isoler l’approche cicéronienne de ses prédécesseurs grecs, ou sur l’idée que Cicéron ne présente dans sa conception de l’histoire que quelques préceptes hellénistiques communs, des topoi sans réelle originalité49.

Quelles influences de Thucydide sur Cicéron ?

32Pour dépasser ces contradictions, nous nous proposons de confronter ces règles à celles que Thucydide se fixe lui-même dans sa préface, telles que G. Schepens les a rappelée ici même : il s’agit de mesurer les points de rencontre entre les deux auteurs, particulièrement entre le texte que nous venons de citer du De oratore et les chapitres 1 et 20-23 du premier livre de la Guerre du Péloponnèse.

La quête de la vérité

  • 50 J. Dangel n’en fait pas moins de Cicéron un théoricien de l’écriture du vrai, cf. Dangel 2003, 85. (...)
  • 51 Thc. 1.21.

33Sans doute pour le coup s’agit-il d’un topos50 : pour autant, on doit remarquer une réelle convergence sur ce sujet entre Cicéron et Thucydide. Ce dernier conclu son archéologie par une exhortation à chercher la vérité et à ne conserver, au terme de l’enquête, que “les données absolument indiscutables”. De même, il se défie des poètes et des logographes, le passage est célèbre : “N’allons pas faire plus de cas des poètes, qui pour les besoins de l’art, ont grandi les évènements de ce temps, ni les logographes, qui, en écrivant l’histoire, étaient plus soucieux de plaire à leur public que d’établir la vérité”51.

  • 52 Quintus affirme : “je te comprends mon frère ; autres sont les lois de l’histoire, autres celles d (...)
  • 53 Quoniam quidem concessum est rhetoribus ementiri in historiis, ut aliquid dicere possint argutius  (...)
  • 54 Je tiens à remercier ici Chr. Krebs, dont les remarques, en particulier sur cette question de la u (...)

34Ce critère fondamental de la vérité est également mis en discussion par Cicéron dans le De Legibus, qui distingue la vérité historique de la vérité poétique52. Où l’histoire ne se définit que dans cette quête de la vérité, la poésie est essentiellement tournée vers l’agrément : ueritas s’oppose à delectatio suivant une distinction déjà utilisée par Thucydide. On retrouve une condamnation voisine des rhéteurs dans le Brutus, sur le ton du badinage avec Atticus : ce dernier affirme qu’il “est admis que les rhéteurs altèrent à leur gré les faits dans les histoires pour avoir un récit plus piquant”53. Si plusieurs personnages peuvent s’emparer de la matière historique, les faits, res ou erga, la figure de l’historien émerge dans la confrontation à la vérité54.

L’enquête historique

  • 55 Hartog & Casevitz 1999, 100. Contra Woodman 1988, 8, qui refuse l’idée d’une méthodologie pour la (...)

35Thucydide expose avec précision sa méthode historique, elle est zetesis, recherche de la vérité et repose sur un examen des fait eux-mêmes – ton ergon skopousi, 1, 22. G. Schepens, entre autre, a repris ici même cette idée d’une “autopsie”, que, selon F. Hartog et M. Casevitz, Thucydide “pose au cœur de son épistémologie”55. La méthode que propose Cicéron n’a certes pas cette rigueur mais pose elle aussi l’analyse précise des faits comme point de départ. Une analyse qui se développe selon trois niveaux d’interprétation : la conception, consilia, l’exécution acta, les résultats, euentus. La recherche des causes, la mise en perspective, bref, ce que l’on a pu nommer une histoire pragmatique et apodictique se trouve en germe dans ces préceptes. Le soin de la chronologie et des descriptions géographiques, présent chez les deux auteurs, complète ceci avec la volonté d’inscrire l’histoire dans son contexte matériel.

Le choix de l’histoire présente

  • 56 Thucydide est, selon Bédarida 2001, 153, un pionnier de “l’histoire du temps présent” qu’il s’atta (...)
  • 57 Cic., Leg, 1.8 ; Thc. I, 1.1.

36Une autre convergence s’impose, il s’agit du choix de l’histoire du temps présent, seule histoire possible selon Thucydide au terme de son archéologie56, seule digne d’intérêt selon Cicéron. Le De legibus fait clairement, suivant le critère de l’intérêt, le choix de l’histoire récente contre l’histoire Ab urbe condita. L’importance des événements l’exige : sunt enim maxumae res in hac memoria atque aetate nostra (“les évènements les plus importants se trouvent en effet dans notre époque et notre génération”). Les mêmes expressions étaient déjà employées par Thucydide dans la justification du choix de la guerre du Péloponnèse : “il avait compté qu’elle serait importante et la plus considérable de toute celle qui avaient eu lieu”57. À megas répond maximus, l’usage du superlatif s’imposant pour asseoir un jugement définitif et incontestable. De même, lorsque Quintus explique à Atticus dans le dialogue le choix de l’histoire présente, il affirme “préférer les évènements contemporains, ceux auxquels il a pris part”. Ce critère n’est peut-être pas éloigné de l’autopsie précédemment citée.

  • 58 La réflexion de Cicéron sur l’histoire s’inscrit dans un contexte intellectuel particulier dans le (...)
  • 59 Cette cohérence du projet et de la méthode est soulignée par Marchal 1988, 241-263.

37D’autres éléments complètent ce choix, divergents ceux-là : c’est une impossibilité scientifique qui conduit Thucydide à écarter, après s’y être cependant brillamment et brièvement essayé, l’histoire ancienne. Cicéron, qui ne s’inscrit que dans la perspective d’une histoire romaine, ne doute pas de la fiabilité des recueils de l’annalistique, ni des travaux des historiens qui lui sont contemporains, à l’exemple du liber annalis d’Atticus58. Mais l’histoire contemporaine lui permet également d’illustrer sa propre gloire par la mise en scène historique de son consulat. Ce choix était déjà présent avec insistance dans la lettre à Lucceius dans laquelle Cicéron défend la qualité supérieure de la monographie dans le genre historique. Ce choix reflète la volonté de s’appréhender lui-même comme objet historique. Il est aussi choix méthodologique, Cicéron rejetant la tradition annalistique et sa sécheresse59.

La postérité

  • 60 Hartog & Casevitz 1999, 100.
  • 61 “Je brûle d’une incroyable envie et qui, à mon avis personnel, n’est point répréhensible : que not (...)
  • 62 C’est particulièrement vrai dans l’utilisation qu’il fait d’un passage de l’Orator, 120 “qu’est-ce (...)
  • 63 Marchal 1987, 41-64.
  • 64 Historia uero testis temporum, lux ueritatis, uita memoriae, magistra uitae, nuntia uetustatis ; D (...)

38Enfin, on ne peut qu’être frappé par la force de l’affirmation de Thucydide (I, 22.4) de faire œuvre pour la postérité : “ce qui est composé ici, c’est un acquis pour toujours – ktema –, plutôt qu’un morceau à écouter sur le moment dans un concours”. On a souligné à juste titre la nouveauté et la force de ce ktema, cette affirmation d’éternité de l’œuvre fixée60. Ce qui est affirmation chez l’historien est vœu chez le théoricien : l’élément essentiel dans la sélection des faits que garde l’auteur est leur postérité, la memoria. Dans son adresse à Lucceius, Cicéron confesse brûler d’un désir ardent de gloire, d’une gloire cependant inscrite dans la postérité, d’une forme d’immortalité61. L’histoire est en effet monumentum, témoignage offert aux générations futures. Thucydide s’adresse également à elles et veut les éclairer par cet exemple exceptionnel, la plus grande des guerres. L’exemplarité, en particulier la vie des hommes illustres, n’est pas pour Cicéron une simple mise en perspective des faits mémorables, cet aspect uniquement utilitaire de l’histoire comme modèle politique et moral est trop réducteur62. L’histoire est indispensable à l’accomplissement de l’homme ; de l’honnête homme, pourvu d’une solide culture, mais également de l’homme complet, placé dans la trame de l’évolution historique : le passé est source du présent et fondement de l’avenir, sans solution de continuité, comme le rappelle Marchal63. C’est dans cette seule perspective que la phrase du De oratore prend tout son sens : l’histoire est “témoin des temps, lumière de la vérité, vie de la mémoire, maîtresse de vie, messagère de l’antiquité”64.

39Ces rapprochements sont significatifs : incitent-ils pour autant à faire de Cicéron un disciple de Thucydide ? Rappelons d’abord quelques divergences. On l’a dit, Thucydide n’est jamais abordé dans l’œuvre de Cicéron du point de vue de la méthodologie. Au contraire, les très rares mentions du contenu de son œuvre sont très critiques et sans réelles analyses.

  • 65 Cf. toutefois Woodman 1988, 7 sq. sur l’inscription de Thucydide dans une forme d’héritage homériq (...)

40Selon Cicéron, Thucydide se laisse emporter – canat – par sa rhétorique guerrière et se limite à un propos guerrier : c’est là un aspect très limité qui ne correspond en rien au projet thucydidéen. L’Orator est encore plus sévère : Thucydide n’intervient que pour raconter – narrare res gestas, bella et proelia, sans aucune perspective. L’histoire n’est que celle des hauts faits, conçue sur le mode de la narration, voire de l’épopée – Virgile emploie le même verbe dans son premier vers de l’Énéide : arma uirumque cano. Cette critique, on l’a dit, intervient dans un contexte polémique précis et apparaît peu pertinente65. On en revient encore et toujours à la façon de dire, c’est-à-dire à la principale critique adressé à Thucydide par Cicéron. Et ce n’est pas là un simple problème stylistique. L’association étroite res/ uerba induit là une divergence profonde, qui est aussi le point de rencontre privilégié entre Cicéron et les principes isocratiques.

41En effet, les éléments les plus notables de divergence entre Cicéron et Thucydide sont constitués par les éloges adressés à des historiens développant une toute autre vision de l’histoire que Thucydide et, plus important encore, par la volonté mainte fois répétée d’écrire une Histoire dans le style d’Isocrate.

  • 66 Fam., 5.12. Une lettre qui a fait couler beaucoup d’encre et par l’analyse de laquelle Woodman, no (...)

42L’élément le plus célèbre est la lettre adressée par Cicéron à l’historien Lucceius pour qu’il compose une histoire couvrant la période de son consulat à celle de son retour d’exil66. La demande est claire : il faut rendre Cicéron brillant – ut ornes me – et, s’il le faut, négliger pour cela les lois de l’histoire – in eo leges historiae neglegas. Il s’agit d’accorder à Cicéron plus que la vérité ne le permet – plusculum etiam quam concedet ueritas. Pour cela, Lucceius doit intervenir très fortement pour blâmer, justifier ou dénoncer les trahisons dont Cicéron fut victime. Il lui indique ensuite la méthode, qualifiée souvent de rhétorico-pathétique.

43Encore une fois, le texte et le contexte, Marchal l’a souligné, doivent être pris en considération. De façon paradoxale, les lois de l’histoire, en particulier le primat de la vérité, sont ici réaffirmées puisqu’il s’agit de faire une exception. Ce que demande Cicéron, en 56, alors que son influence est brisée par l’exil et le premier triumvirat, n’est pas œuvre d’histoire mais œuvre de propagande politique.

  • 67 Badinage souligné par Laughton 1961, 38-39.
  • 68 Dangel 2003, 85-95.

44Il en va de même pour le second argument souvent convoqué. Parlant dans une lettre à Atticus (Att., 2.1.1) d’un livre qu’il a composé en grec et envoyé à Posidonius de Rhodes pour servir de base à un ouvrage sur son consulat, il affirme : “mon livre a épuisé la boite à parfum d’Isocrate tout entière et tous les coffrets à fards de ses disciples, ainsi qu’un peu des ornements d’Aristote”. La filiation est on ne peut plus claire, mais elle s’inscrit dans une sorte de badinage avec Atticus et repose sur la même urgence : illustrer son consulat, c’est-à-dire faire œuvre de politique plus que d’histoire67. Dans cette même optique, Cicéron prend pour modèle Théopompe, archétype d’une histoire à vocation propagandiste et polémique : elle seule est un exutoire à son écœurement de la vie politique. Dans une lettre à Atticus, il menace d’user de cette arme : “aussi vais-je composer des histoires inédites – anekdota – qui seront pour n’être lue que par toi, dans le style de Théopompe, et bien plus âpre encore” (Att., 2.6.2). Dans cette urgence là, séduire, convaincre, établir la supériorité politique de Cicéron, la rhétorique isocratique s’impose. Pour en terminer sur ce point, il convient de rappeler que Cicéron a écrit lui-même sur son consulat et son exil : or il n’a pas adopté la monographie ni la rhétorique politique, il a fait le choix de la poésie avec le De Consulatu suo et le De temporibus suis68. On ne peut à mon avis indiquer plus clairement cette impossibilité de se prendre soit même comme objet historique sans déroger aux règles de l’histoire. Devant cette évidence, Cicéron choisit le meilleur moyen de développer son art, de convaincre, tout en évitant de prêter le flanc à la critique et à l’accusation de travestir la réalité.

  • 69 Il faudrait, pour mesurer de façon précise et pratique cette influence, poursuivre par une étude i (...)

45Qu’en est-il donc de l’influence de Thucydide chez Cicéron69 ? Il faut s’en tenir à quelques évidences : la première est celle d’une connaissance profonde de La guerre du Péloponnèse, la correspondance l’atteste, ainsi que d’un réel goût du style de Thucydide. La seconde est la reprise des grands principes exposés par Thucydide, qui occupent selon moi une grande place dans la façon de considérer l’histoire. La troisième est celle d’un constat d’insuffisance, celle qui accompagne l’évolution de l’éloquence, vécue sur le mode du progrès. Lorsque Cicéron affirme que Thucydide, s’il avait vécu plus tard, aurait été plus moelleux, il confirme sa validité théorique comme son insuffisance rhétorique. Cicéron l’éclectique réclame, en ce qui concerne l’écriture historique, quelque chose qui se rapproche de Thucydide pour le fond, Théopompe ou Timée pour la forme.

LES MENTIONS DE THUCYDIDE CHEZ CICÉRON

Correspondance :

46“Je reviens donc à Callisthène et à Philistos, dans lesquels je vois que tu es plongé. Callisthène, en vérité, c’est quelque chose de vulgaire et de banal, comme l’ont dit plus d’un Grec. L’autre, le Sicilien, est un auteur de premier ordre, plein, pénétrant, concis, presque un Thucydide au petit pied”

47Itaque ad Callisthenem et ad Philistum redeo, in quibus te uideo uolutatum. Callisthenes quidem uulgare et notum negotium, quemadmodum aliquot Graeci locuti sunt, Siculus ille capitalis, creber, acutus, breuis, paene pusillus Thucydides ; QF., 2.11.4

48“Voilà, pour parler comme Thucydide, une digression – non sans utilité”

49Sed haec fuerit, ut ait Thucydides, ἐϰβολὴ λόγου non inutilis ; Att., 7.1.6 (Thc. I, 97)

50“De fait, comme le dit Thucydide, celui-ci ‘excellait à la fois pour se faire, dans les problèmes immédiats, l’avis le meilleur, grâce à la réflexion la plus brève, et, relativement à l’avenir, la plus juste idée sur les perspectives les plus étendues’ ; cependant, il est tombé dans des infortunes qu’il aurait évitées, s’il ne s’était jamais trompé ; il avait beau, comme le dit le même auteur, être celui qui, ‘les avantages ou les inconvénients étant encore indistincts, savait au mieux les voir’, il n’a cependant prévu ni comment il échapperait à la jalousie des Lacédémoniens ou à celle de ses propres concitoyens, ni quelle promesse il ferait à Artaxerxès”

51Qui, cum fuisset, ut iait Thucydides, τῶν μὲν παρόντων δι᾽ἐλαχίστης βουλῆς κράτιστος γνώμωνμ τῶν δὲ μελλόντων ἑς πλεῖστον τοῦ γενησομένου ἅριστος εἰϰαστής tamen incidit in eos casus quos uitasset si eum nihil fefellisset ; et si is erat, ut ait idem, qui τὸ ἅμεινον ϰαὶ τὸ χεῖρον ἐν τῷ ἀφανεῖ ἕτι ἑώρα μάλιστα tamen non uidit nec quo modo Lacedaemoniorum nec quo modo suorum ciuium inuidiam effugeret nec quid Artaxerxi polliceretur. Att., 10.8.7

De Oratore

52“Thucydide, venu après Hérodote, possède une maîtrise qui lui a fait dépasser de loin, selon moi, tous les autres ; il est si nourri, si plein de choses, qu’on trouve en son ouvrage presque autant d’idées que de mots ; et il a tant de justesse, tant de concision dans le style, qu’on ne sait, de la pensée ou de l’expression, laquelle prête à l’autre son lustre. Or, bien qu’il se soit mêlé des affaires publiques, nous ne voyons point qu’il ait jamais compté, lui non plus, parmi les avocats ; ses livres mêmes, il ne les a composés, dit-on, qu’une fois écarté du gouvernement, lorsque, subissant le sort commun de tous les grands hommes d’Athènes, il eut été envoyé en exil”

53Et post illum Thucydides omnes dicendi artificio mea sententia facile uicit ; qui ita creber est rerum frequentia, ut uerborum prope numerum sententiarum numero consequatur, ita porro uerbis est aptus et pressus, ut nescias utrum res oratione an uerba sentetiis inlustrentur. Atqui ne hunc quidem, quamquam est in re publica uersatus, ex numero accepimus eorum qui causas dictitarunt ; et hos ipsos libros tum scripsisse dicitur, quom a re publica remotus atque, id quod optumo cuique Athenis accidere solitum est, in exilium pulsus esset ; De Orat., 2.56

54“Philistos de Syracuse lui fut postérieur... et il me paraît avoir voulu surtout imiter Thucydide”

55Hunc consecutus est Syracusius Philistus... maximeque Thucydidem est, ut mihi uidetur, imitatus ; De orat., 2.57

56“Les plus anciens dont il nous soit parvenu des harangues, sont Périclès, Alcibiade, et Thucydide leur contemporain, orateurs simples, pénétrants, concis, plus riches de pensées que de paroles. Comment auraient-ils adopté tous le même genre, s’ils ne s’étaient proposés un même modèle à suivre ?”

57Antiquissimi fere sunt, quorum quidem scripta constent, Pericles atque Acibiades et eadem aetate Thucydides, subtiles, acuti, breues sententiisque magis quam uerbis abundantes. Non potuisset accidere ut unum genus esset omnium, nisi aliquem sibi proponerent ad imitandum ; De orat., 2.93

Orator

58“Mais en voici qui se proclament ‘Thucydidiens’, espèce nouvelle et inconnue de gens qui n’y entendent rien ! Car ceux qui suivent Lysias suivent un avocat, non sans doute imposant et majestueux, précis pourtant et recherché et qui dans les causes du forum est capable de tenir brillamment sa place. Mais Thucydide raconte des faits, des guerres et des batailles, gravement certes et bien : seulement on ne peut rien faire passer de lui dans la pratique du forum et la vie publique. Les harangues elles-mêmes présentent tant de phrases obscures et enveloppées que c’est à peine si on les comprend, ce qui est bien dans un discours politique le plus grand défaut. 31 Quelle extravagance chez ces gens, qu’après la découverte du blé ils veuillent se nourrir de glands ! L’alimentation des hommes a-t-elle pu être améliorée grâce aux Athéniens, non leur éloquence ? Lequel d’ailleurs des rhéteurs grecs a jamais tiré quelque chose de Thucydide ? – Mais tout le monde le lou. – J’en conviens, mais pour sa compétence, son sérieux, sa gravité dans l’explication des évènements, non en vue de manier des affaires devant les tribunaux, mais pour raconter des guerres comme historien. 32 C’est pourquoi jamais il n’a été compté comme un orateur et, s’il n’avait pas écrit une histoire, son nom ne subsisterait pas, alors qu’il fut particulièrement noble et honoré. Personne cependant n’imite de lui la force du vocabulaire et de la pensée, mais quand ils ont articulé quelques paroles tronquées et incohérentes, ce qu’il auraient pu faire sans maître, ils se croient d’authentiques Thucydides”

59Ecce autem aliqui se Thucydidios esse profitentur, nouum quoddam imperitorum et inauditum genus ! Nam qui Lysiam sequuntur causidicum quemdam sequuntur non illum quidem amplum atque grandem, subtilem et elegantem tamen et qui in forensibus causis possit praeclare consistere. Thucydides autem res gestas et bella narrat et proelia, grauiter sane et probe, sed nihil ab eo transferri potest ad forensem usum et publicum. Ipsae illae contiones ita multas habent obscuras abditasque sententias uix ut intellegantur, quod est in oratione ciuili uitium uel maximum. 31 Quae est autem in hominibus tanta peruersitas, ut inuentis frugibus glande uescantur ? An uictus hominium Atheniensium beneficio excoli potuit, oratio non potuit ? Quis porro umquam Graecorum rhetorum a Thucydide quicquam duxit ? At laudatus est ab omnibus. Fateor, sed ita ut rerum explicator prudens, seuerus, grauis, non ut in iudiciis uersaret causas, sed ut in historiis bella narraret ; 32 itaque numquam est numeratus orator, nec uero, si historiam non scripsisset, nomen eius exstaret, cum praesertim fuisset honoratus et nobilis. Huius tamen nemo neque uerborum neque sententiarum grauitatem imitatur, sed cum mutila quaedam et hiantia locuti sunt, quae uel sine magistrofacere potuerunt, germanos se putant esse Thucydidas. Orat., 30-32

60“C’est ce qui rend plus admirable Hérodote et Thucydide, puisque, s’étant trouvés contemporains de ceux que je viens de nommer, ils sont restés cependant eux-mêmes bien éloignés de tels raffinements ou, pour mieux dire, de telles niaiseries. L’un en effet s’écoule sans remous, comme un fleuve paisible, l’autre se laisse emporter dans un mouvement plus vif et parle d’évènements de guerre en embouchant en quelque sorte la trompette guerrière. Ce sont les premiers, comme le dit Théophraste, à avoir poussé l’histoire à oser s’exprimer avec plus de richesse et d’ornements que leurs devanciers”

61Quos magis sunt Herodotus Thucydidesque mirabiles ; quorum aetas cum in eorum tempora quos nominauiincidisset, longissime tamen ipsi a talibus deliciis uel potius ineptiis afuerunt. Alter enim sine ullis salebris quasi sedatus amnis fuit, alter incitatior fertur et de bellicis rebus canit etiam quodam modo bellicum ; primisque ab his, ut ait Theophrastus, historia commota est ut auderet uberis quam superiores et ornatius dicere. Orat., 39

62“Certains font même le reproche à Théopompe d’avoir évité avec tant de soin ces rencontres de lettres (euphonie), bien que son maître Isocrate ait fait de même, mais non Thucydide, ni non plus l’écrivain bien supérieur qu’a été Platon”

63In quo quidam Theopompum etiam reprehendunt, quod eas litteras tantopere fugerit, etsi idem magister eius Isocrates fecerat ; at non Thucydides, ne ille quidem haud paulo maior scriptor Plato ; Orat., 151

64“C’est pourquoi tout ce que les anciens, j’entend Hérodote, Thucydide et toute leur époque, ont écrit de lié et de nombreux s’est trouvé tomber ainsi non par la recherche du nombre, mais par la mise en place des mots”

65Itaque si quae ueteres illi, Herodotum dico et Thucydidem totamque aetatem, apte numeroseque dixerunt, ea sic non numero quaesito, sed uerborum collocatione ceciderunt. Orat., 219

66“Ainsi chez Thucydide je regrette seulement qu’il n’y ait pas l’arrondi de la phrase, les ornements sont apparents”

67Ut in Thucydide orbem modo orationis desidero, ornamenta comparent. Orat., 234.

Brutus :

68“Eh bien : avant Périclès, dont on cite quelques écrits, et Thucydide, qui comme lui vivait dans un temps où Athènes n’était plus dans sa première enfance mais déjà à l’âge adulte, on ne trouve aucune œuvre ayant quelque parure oratoire et portant la marque d’un vrai orateur”

69Tamen ante Periclem, cuius scripta quaedam feruntur, et Thucydidem, qui non nascentibus Athenis, sed iam adultis fuerunt, littera nulla est, quae quidem ornatum aliquem habeat et oratoris esse uideatur. Brutus, 27

70“Thucydide, qui était d’Athènes, qui était de très noble famille, qui était un grand esprit et qui de plus était de peu postérieur à Thémistocle, dit seulement qu’il mourut de maladie et fut secrètement enterré en Attique ; il ajoute qu’on le soupçonna de s’être empoisonné”

71Nam quem Thucydides, qui et Atheniensis erat et summo loco natus summusque uir et paulo aetate posterior, tantum morbo mortuum scripsit et in Attica clam humatum addidit fuisse suspicionem ueneno sibi consciuisse mortem. Brutus, 43.

72“De même Antiphon de Rhamnonte eut des receuils analogues de morceaux écrits d’avance, Antiphon, dont nous savons par Thucydide que personne ne plaida jamais une cause capitale mieux qu’il ne fit en se défendant lui-même ; et le jugement de Thucydide est une chose qui compte !”

73huic Antiphonem Rhamnusium similia quaedam habuisse conscripta ; quo neminem umquam melius ullam orauisse capitis causam, cum se ipse defenderet, [se audiente] locuples auctor scripsit Thucydides. Brutus, 47

74“Les partisans passionnés lui (Caton) font défaut, comme ils faisaient défaut, il y a plusieurs siècles, à Philistos de Syracuse et à Thucydide lui-même. Ces deux historiens, avec leurs pensées ramassées sur elles-mêmes et qui, par excès de brièveté et de finesse, n’ont pas assez de lumière, sont comme éclipsés par Théopompe, par la sublimité de son éloquence en quelque sorte surélevée”

75Amatores huic desunt, sicuti multis iam ante saeculis et Philisto Syracusio et ipsi Thucydidi. Nam ut horum consiss sententiis, interdum autem non satis apertis cum breuitate tum nimio acumine, officit Theopompus elatione atque altitudine orationis suae. Brutus, 66.

76“Or qu’y a-t-il de plus haché, de plus désarticulé, de plus puéril que cette recherche d’une certaine élégance, où il réussit d’ailleurs malgré tout. ‘C’est aux Attiques que nous voulons ressembler.” Fort bien. ‘Ces orateurs sont-ils, oui ou non, Attiques ?’Qui peut dire le contraire ? ‘Eh bien ! C’est eux que nous imitons.’ Comment ? Ils diffèrent entre eux autant qu’ils diffèrent des autres. ‘C’est Thucydide qui est notre modèle. ‘À la bonne heure, si c’est l’histoire que vous entendez écrire et non des causes que vous voulez plaider. Thucydide en effet sur donner à l’histoire une belle et noble voix. Mais l’éloquence qui nous intéresse ici, l’éloquence de la place publique, l’éloquence batailleuse, l’éloquence des tribunaux, il ne la pratiqua jamais. Quant aux discours (et ils sont nombreux) qu’il a intercalés dans son ouvrage, j’ai coutume d’en faire l’éloge ; mais les imiter, je ne le pourrais pas, si je le voulais, et peut-être ne le voudrais-je pas, si je le pouvais. Un amateur de vin de Falerne, qui ne le voudrait ni tellement récent qu’il date des derniers consuls, ni si vieux qu’il remonte au consulat d’Opimius ou d’Anicius... ‘Pardon, ce sont pourtant les meilleures marques.’ Sans doute ; mais le temps a fait perdre à ce vin le bon goût que nous recherchons et il n’est vraiment plus supportable. 288 ‘Alors, si l’on est de cet avis et qu’on veuille boire, c’est à la cuve qu’on devra se résoudre à puiser ?’Pas le moins du monde : c’est un vin d’un âge moyen que l’amateur prendrait. De même, je conseillerais, moi, à nos orateurs, d’une part, d’éviter ce style moderne, qui est comme un vin pris à la cuve et encore chaud de la fermentation du moût, d’autre part de ne pas chercher à attraper la manière de Thucydide, qui, avec toute sa renommée, est trop vieille, comme la marque du vin d’Anicius. Thucydide lui-même, s’il était venu plus tard, aurait été beaucoup plus mûr et plus moelleux”

77At quid est tam fractum, tam minutum, tam in ipsa, quam tamen consequitur, concinnitate puerile ? ‘Atticorum similes esse uolumus.’Optime. ‘Suntne igitur hi Attici oratores ?’Quis negare potest ? ‘Hos imitamur.’ Quo modo, qui sunt et inter se dissimiles et aliorum ? ‘Thucydidem’, inquit, ‘imitamur.’ Optime, si historiam scribere, non si causas dicere cogitatis. Thucydides enim rerum gestarum pronuntiator sincerus et grandis etiam fuit ; hoc forense, concertatorium, iudiciale non tractauit genus. Orationes autem quas interposuit (multae enim sunt), eas ego laudare soleo ; imitari neque possim si uelim, nec uelim fortasse si possim. Ut si quis Falerno uino delectetur, sed eo nec ita nouo ut proximis consulibus natum uelit, nec rursus ita uetere ut Opimium aut Anicium consulem quaerat... ‘Atqui hae notae sunt optimae.’ Credo, sed nimia uetustas nec habet eam quam quaerimus suauitatem nec est iam sane tolerabilis. 288 Num igitur qui hoc sentiat, si is potare uelit, de dolio sibi hauriendum putet ? Minime ; sed quandam sequatur aetatem ; sic ego istis censuerim et nouam istam quasi de lacu ac musto feruidam orationem fugiendam nec illam praeclaram Thucydidi nimis ueterem tamquam Anicianam notam persequendam. Ipse enim Thucydides si posterius fuiiset, multo maturior fuisset et mitior. Brutus, 287-288

78“mais quand tu venais nous dire que les Origines contiennent en grande quantité tous les genres de beautés oratoires, quand tu mettais Caton à côté de Philistos et de Thucydide, est-ce Brutus ou moi que tu prétendais convaincre ? Quoi ! À des modèles, que parmi les Grecs mêmes personne ne peut imiter, tu vas comparer un homme de Tusculum, qui n’a pas encore la moindre idée de ce que c’est qu’un langage abondant et oratoire !”

79Origines uero cum omnibus oratoris laudibus refertas diceres et Catonem cum Philisto et Thucydide comparares, Brutone te id censebas an mihi probaturum ? Quos enim ne e Graecis quidem quisquam imitari potest, his tu comparas hominem Tusculanum, nondum suspicantem quale esset copiose et ornate dicere. Brutus, 294

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Armleder, P. J. (1965) : “Cicero, pioneer philosopher of history”, CBI, XLI, 76-80.

Bédarida, F. (2001) : “Le temps présent et l’historiographie contemporaine”, Vingtième siècle. Revue d’histoire, 69, 153-160.

Boyancé, P. (1970) : “Sur Cicéron et l’histoire”, Études sur l’humanisme cicéronien, 135-139.

Chevalier, R., éd. (1980) : Colloque Histoire et historiographie, Paris.

Cizek, E. (1988) : “La poétique cicéronienne de l’histoire”, BAGB, 1, 16-25.

Codoner, C. (1996) : “Una vez mas la historia en Ciceron y la carta a Lucceyo”, in : Mangas & Alvar 1996, 1-22.

Dangel, J. (2003) : “Les muses de l’histoire : l’énigme cicéronienne”, in : Lachenaud & Longrée 2003, 85-95.

David, J.-M. (1980) : “Maiorum exempla sequi : l’exemplum historique dans les discours judiciaires de Cicéron”, MEFRM, 92-1, 67-86.

De Vivo, A. (2000) : “Le leggi e l’uso della storia nella riflessione di Cicerone”, Paideia, LV, 183-195.

Douglas, A. E. (1973) : “The Intellectual Background of Cicero’s Rhetorica : A Study in Method”, ANRW, Welt 1, 93-137.

Gaillard, J. (1980) : “La notion cicéronienne d’historia ornata”, in : Chevalier 1980, 37-45.

Hartog, F. et M. Casevitz (1999) : L’histoire d’Homère à Augustin, Paris.

Hellegouarc’h, J. (1973) : “Virtus, Fortuna, Liberta nella letterature e nelle vita politica dei Romani”, repris dans Liberalis, scripta varia, 1998, Bruxelles, 73-92.

Lachenaud G. et D. Longrée, dir. (2003) : Grecs et Romains aux prises avec l’histoire. Représentations, récits et idéologie, I, Rennes.

Laughton, E. (1961) : “Cicero and the Greek Orators”, AJP, 82-1, 27-49.

Leeman, A. D. (1985) : “L’historiographie dans le De oratore de Cicéron”, BAGB – 2, 280-288.

Lepore, E. (1954) : Il princeps ciceroniano e gli ideali politici della tarda Repubblica, Rome.

Lévy, C. (1992) : Cicero Academicus, Recherches sur les Académiques et sur la Philosophie, Paris.

Mangas, J. et J. Alvar, éds. (1996) : Homenaje a José M. Blazquez, III, ARYS 2, Madrid.

Marchal, L. (1987) : “L’histoire pour Cicéron”, LEC, 55, 41-64.

— (1988) : “L’histoire pour Cicéron (II)”, LEC, 56, 241-263.

Martin, P. M. (1988) : Tuer César !, Bruxelles.

Moatti, C. (1997) : La raison de Rome, naissance à l’esprit critique à la fin de la République, Paris.

Nicolet, C. (1961) : “Consul togatus. Remarques sur le vocabulaire politique de Cicéron et Tite-Live”, REL, 28, 236-263.

Oiserman, T. I. (1988) : “Sur la sous-estimation de la philosophie cicéronienne”, Ciceroniana, 6, 151-157.

Payen, P. (2006) : “Historia et intrigue dans l’Enquête d’Hérodote”, In Vox Pœtica, http://www.vox-poetica.org/t/payen.html

Rambaud, M. (1952) : Cicéron et l’histoire romaine, Paris.

Rawson, E. (1972) : “Cicero the Historian and Cicero the Antiquarian”, JRS, 62, 33-45.

— (1985) : Intellectual Life of the Roman Republic, Oxford.

Smethurst, S. E. (1953) : “Cicero and Isocrates”, TAPA, 84, 262-320.

Veneni, P. (1976) : “Storia greca e attualita romana in Cicerone”, RIL, 110, 272-280.

Woodman, A. J. (1988) : Rhetoric in Classical Historiography, Londres.

Notes

1 Leg., 1.5.

2 Sur l’historiographie antique, l’ouvrage de base, Hartog & Casevitz 1999, est très utile ; on peut compléter, pour une vision souvent opposée et très stimulante, avec une attention particulière à Thucydide comme à Cicéron, l’ouvrage très documenté de Woodman, 1988, avec de nombreuses discussions bibliographiques tès serrées. Sur Cicéron en particulier, on se reportera à la bibliographie sélective indiquée en fin d’article.

3 Cizek 1988, 16 ; contra Armleder 1965, 76-80, qui fait de Cicéron un pionnier en matière de philosophie de l’histoire.

4 Il est vrai que la réflexion historique de Cicéron s’inscrit dans un cadre essentiellement romain : sur les quelques quatre cent exempla relevés par Rambaud 1952, vingt-cinq seulement, rappelle David 1980, 84, sont tirés de l’histoire grecque.

5 Q. frat., 2.11.4 ; Att., 7.1.6 ; Att., 10.8.7 (citation de Thc. I, 138.3) ; De orat., II, 56, 57, 93 ; Orat., 30-32, 39, 151, 219, 234 ; Brut., 27, 43, 47, 287-288, 294. Tous les passages sont repris en fin d’article, p. 269-273.

6 Encore peut-on ajouter Att., 7.1.6, qui contient une allusion de deux mots à un passage de Thucydide, I, 97.

7 Att., 10.8.7 ; il écrit depuis son domaine de Cumes, en mai 49. Les éditeurs du texte se fondent sur quelques inexactitudes mineures pour privilégier l’idée d’une citation de mémoire.

8 Les positions sont effectivement très opposées entre ceux qui, comme Rambaud 1952, et dans une moindre mesure Boyancé 1976, 135-139, minimisent les influences des historiens grecs sur la pensée de Cicéron et ceux qui s’attachent à retrouver les diverses influences et à évaluer leur apport précis dans la construction théorique cicéronienne (Marchal 1987, 41-64, et 1988, 241-263 ; De Vivo 2000, 183-195). Peu d’auteurs inscrivent Cicéron dans une réelle perspective thucydidéenne, cf. toutefois Dangel 2003, 85-95, Marchal 1987 ; beaucoup insistent sur leurs divergences, De Vivo 2000, 188, ou n’analysent que très imparfaitement leurs relations, cf. Cizek 1988, 24. Une majorité s’accorde à noter l’influence de la poétique isocratique – à noter toutefois les fortes réserves de Laughton 1961, 37-49 – et d’une conception rhétorico-pathétique de l’histoire, cf. Leeman 1985, 280-288 ; Cizek 1988, 16-25 ; De Vivo 2000 ; chacun cependant apporte des nuances et insiste sur l’éclectisme cicéronien.

9 Cicéron l’affirme dans le “catalogue” de ses œuvres présenté au début du second livre du De diuinatione : “il me semble que je puis citer aussi mes ouvrages traitant de l’art oratoire. Ils comprennent les trois livres du De Oratore ; le quatrième est le Brutus ; le cinquième a pour titre Orator” ; Cic., Diu., 2.1.4.

10 Cette inscription dans le champ de la narratio est évidente, et nous suivons Woodman 1988, dans son idée directrice d’une très forte inscription de l’histoire comme une catégorie de la rhétorique, en particulier pour Cicéron, p. 84 sq.

11 Ipsa autem exaedificatio posita est in rebus et uerbis ; De orat., 2.63.

12 Et post illum Thucydides omnes dicendi artificio mea sententia facile uicit ; qui ita creber est rerum frequentia, ut uerborum prope numerum sententiarum numero consequatur, ita porro uerbis est aptus et pressus, ut nescias utrum res oratione an uerba sentetiis inlustrentur ; De orat., 2.56.

13 Subtiles, acuti, breues sententiisque magis quam uerbis abundantes ; De orat., 2.93.

14 Uerbis est aptus et pressus ; De orat., 2.56.

15 Sed quot officia oratoris, tot sunt genera dicendi subtile in probando, modicum in delectando, uehemens in flectendo, in quo uno uis monis oratoris est ; Orat., 69.

16 Tenues, acuti, omnia docentes et dilucidiora, non ampliorafacientes, subtili quadam et pressa oratione limati ; in eodemque genere alii callidi, sed impoliti et consulto rudium similes imperitorum, alii in eadem ieiunitate concinniores id est faceti, florentes etiam et leuiter ornati ; Orat., 20. Ce style subtile était rapidement défini déjà dans le De Oratore (3.177) comme genus tenue (3.199.212).

17 La phrase chez Thucydide contient presque autant d’idées que de mots (De orat., 56) ; elle est plus riche d’idée que de parole (De orat., 57) ; on ne sait qui de l’idée ou des mots prête son lustre à l’autre (De orat., 56).

18 Orator, 174-175.

19 Isocrate est en effet pater eloquentiae (Or., 2.10), formule qui rappelle celle appliquée à Hérodote et qui qualifie, soulignons-le avec Laughton 1961, 40, l’enseignant et non le théoricien.

20 La polémique clôt le premier des deux traités pour ouvrir le second, occupant ainsi une fonction de transition et un lien fort entre les deux.

21 Tac., Dial. Orat., 18.5 sq., indique l’âpreté de cette discussion, en particulier entre Cicéron et Calvus, et plus important pour notre propos, entre Cicéron et Brutus lui-même. Sur le projet de l’Orator et son inscription dans la polémique autour de l’asianisme, cf. la très longue et très détaillée introduction au texte dans l’édition CUF par A. Yon, en particulier p. CLXXX sq. ; on consultera toujours avec profit à ce propos Douglas 1973, 95-137, et la bibliographie très détaillée à l’année.

22 Orat., 75.

23 Clairement exprimé en Att., 14.20.3.

24 Le Brutus est publié avant avril 46, dans l’attente des résultats de la campagne d’Afrique, cf. Brut., 10 ; rappelons que l’ouvrage n’a pas clairement de dédicataire, mais le titre comme l’exhortation à Brutus des ultimes chapitres (331-332) ne laissent pas de doutes quant à la volonté de faire de ce dernier le premier destinataire de l’ouvrage. L’Orator est rédigé dans l’été 46, publié à la fin de l’année.

25 Brut., 331-332 ; Orat., 34.

26 En particulier Brut., 331 : “c’est pour toi que nous souhaitons une forme de république qui te permette de faire revivre et d’augmenter la gloire de deux très illustres maisons” ; celle des Iunii, qui a expulsé les rois, celle des Seruilii, réhaussée par le tyrannicide de Servilius Ahala. Cf. Martin 1988, qui parle de “l’insidieuse action psychologique” menée par Cicéron sur Brutus, p. 84-86.

27 Atticus partage donc l’appréciation de Cicéron sur les capacités oratoires de Brutus, cf. Att., 14.20.3, et plus encore Att., 15.3.2 : “sur son allocution, tu penses comme moi, je vois”.

28 De quo etiam experti sumus nuper in edicto : scripseram rogatu tuo ; meum mihi placebat, illi suum ; Att., 14.20.3.

29 Brutus noster misit ad me orationem suam habitam in contione Capitolina petiuitque a me ut eam ne ambitiose corrigerem ante quam ederet. Est autem oratio scripta elegantissime sententiis, uerbis, ut nihil possit ultra. Ego tamen si illam causam habuissem, scripsissem ardentius – ὑποθέσις uides quae sit et persona dicentis. Itaque eam corrigere non potui. Quo enim in genere Brutus noster esse uult et quod iudicium habet de optimo genere dicendi, id ita consecutus est in ea oratione ut elegentius esse nihil possuit ; Att., 15.1a. 2. La suite inscrit pleinement l’échange dans la querelle de l’atticisme avec un jeu de mots sur le surnom de Pomponius Atticus. La divergence est également exprimée dans la lettre suivante, Att., 15.2.2.

30 Att., 15.3.2 ; 15.4.3.

31 “Cédant, pour ainsi dire, à ses propres prières, j’avais écrit à son intention mon traité ‘Sur le meilleur style oratoire’ ; or il nous a écrit, à moi et aussi à toi, qu’il ne partageait pas mes goûts” ; Att., 14.20.3.

32 L’enjeu de ce premier discours des tyrannicides au Capitole a bien été perçu par les divers historiens anciens qui ont relaté les faits : Plutarque indique deux discours successifs, l’un prononcé au Capitole même, l’autre au forum. Si le premier est décrit comme “propre à séduire le peuple et adapté aux circonstances”, le second est accueillis par le silence de la foule cf. Brut., 18, Caes., 67 ; D. C. 44.22, relate un discours qui apaise le peuple mais sans lever les inquiétudes ; App., BC, 2.121, dans une version plus hostile, rapporte des discours violents et présomptueux, prononcés au milieu d’une foule achetée, qui, là encore, ne lèvent pas les craintes des tyrannicides.

33 Et encore, les discours intercalés sont peu clairs, cf. Orat., 30.

34 Woodman 1988, 70-116. Sur Cicéron et Salluste, cf. Hellegouarc’h 1973 ; sur Cicéron et Tite-Live, les réflexions de Nicolet 1961 restent pertinentes.

35 Elle se développe aussi bien à l’occasion des traités rhétoriques – le De Oratore principalement, cf. De orat., 2.35 ; 2.51-65, mais aussi Brut., 42-44, Orat., 37.207 – que des traités philosophiques – Leg., 1.3-5 ; Fin., 5.51-52 – ou encore de simples lettres, cf. Fam., 5.12.

36 C’est dans le De oratore, 1.158-201, qu’est abordée cette fonction de l’histoire défendue par le personnage de Crassus, mais également par son contradicteur, Antoine, qui reconnaît la valeur rhétorique des exempla, 1.256. On reconnaît souvent là une conception héritée d’Isocrate, cf. Smethurst 1953 ou Laughton 1961.

37 Gaillard 1980, en particulier sur l’idéalisation des conduites humaines, p. 43-44 ; Marchal 1987, 47. Gaillard 1980, en particulier sur l’idéalisation des conduites humaines, p. 43-44 ; Marchal 1987, 47.

38 Neque eam reperio usquam separatim instructam rhetorum praeceptis ; De orat., 2.62.

39 De Vivo 2000, 184.

40 Leeman 1985, 285.

41 Nam qui nescit primam esse historiae legem, ne quid falsi dicere audeat ? deinde ne quid ueri non audeat ? ne quae suspicio gratiae sit in scribendo ? ne quae simultatis ? Haec scilicet fundamenta nota sunt omnibus. Ipsa autem exaedificatio posita est in rebus et uerbis. Rerum ratio ordinem temporum desiderat, regionum descriptionem ; uolt etiam, quoniam in rebus magnis memoriaque dignis consilia primum, deinde acta, postea euentus expectentur, et de consiliis significari quid scriptor probet, et in rebus gestis declarari non solum quid actum aut disctum sit, sed etiam quo modo, et quom de euentu dicatur, ut causae explicentur omnes ual casus uel sapientiae uel temeritatis hominumque ipsorum non solum res gestae, sed etiam, qui fama ac nomine excellant, de cuiusque uita atque natura ; De orat., 2.62-63.

42 Nous nous appuyons ici sur les analyses de Leeman 1985, 280-288 ; Marchal 1987, 41-64 ; Marchal 1988, 241-263, ou encore De Vivo 2000, 184 sq. ; nous pensons avec eux et contrairement à Rambaud 1952, 13, que les conceptions exprimées par Cicéron ont une réelle valeur théorique et qu’elles peuvent faire l’objet d’un examen approfondi.

43 Woodman 1988, 91-92, pages essentielles dans la compréhension de cet enjeu de la vérité historique et le décalage de perception souvent fatal aux historiens modernes dans leur approche des concepts anciens ; Codoner 1996, 8.

44 Cizek 1988, 16-25. Cf. déjà Laughton 1961, sous une présentation précise de ce qu’il nomme la vulgate isocratique (de R. Jeff à J. E. Sondys) sans la réfuter. Rambaud 1954, 16, rappelant les travaux de Scheller, parle d’une influence de Platon, Théopompe et Polybe plutôt que Thucydide dans la division Temps, hommes, lieux, actions.

45 Dangel 2003, 85.

46 Cizek 1988, nous semble excessif lorsqu’il défend une cohérence d’ensemble incluant même la lettre à Lucceius ; Woodman 1988, 70-75, dans une entrée en matière assez provocatrice, fait également de cette lettre un élément essentiel, non pas directement de la théorie de Cicéron, mais l’utilise pour insister sur l’incompréhension qui caractérise selon lui l’approche du concept même de ueritas chez Cicéron par les modernes.

47 Les études sur l’éclectisme philosophique de Cicéron sont nombreuses, notons-en quelques-unes : une défense de sa pertinence, Oiserman 1988, une illustration précise, Ruch 1970, enfin une synthèse, Lévy 1992 – avec toutefois une influence platonicienne affirmée.

48 Les Académiques contiennent une vigoureuse défense de la suspension du jugement du fait de l’impossibilité de saisir la réalité et de l’évolution de la pensée contre le dogmatisme ; Cicéron y admet donc que sa “pensée accueillante embrasse beaucoup de théorie” et qu’il lui arrive “d’être flottant, de [s]’égarer”, Lucullus, XIX. On peut aussi penser à sa défense contre sa supposée incohérence dans le Pro Cluentio, 138-142.

49 Cizek 1988, 25.

50 J. Dangel n’en fait pas moins de Cicéron un théoricien de l’écriture du vrai, cf. Dangel 2003, 85. Payen 2006, 5, rappelle, avec les références précises n. 18, que cette proclamation de recherche de la vérité n’est pas propre à Thucydide.

51 Thc. 1.21.

52 Quintus affirme : “je te comprends mon frère ; autres sont les lois de l’histoire, autres celles de la poésie”. Ce à quoi répond Cicéron : “oui, parce que l’une a la vérité pour objet propre, tandis que l’autre veut surtout donner du plaisir” ; Leg., 1.5.

53 Quoniam quidem concessum est rhetoribus ementiri in historiis, ut aliquid dicere possint argutius ; Brut., 42.

54 Je tiens à remercier ici Chr. Krebs, dont les remarques, en particulier sur cette question de la ueritas, m’ont été très profitables et qui, à l’occasion de nos agréables discussions bordelaises, a attiré mon attention sur les travaux de Woodman. Si effectivement on ne doit pas prêter à Cicéron les mêmes conceptions de la vérité que celles de l’historien moderne, Woodman 1988, 92, on peut en revanche noter une proximité avec Thucydide dans une certaine relativité du récit reconstruit, mais aussi dans l’exigence d’une vérité du matériaux de base – qu’il faut encore relativiser par les concepts de “réalisme” et d’aspect véridique du récit, très loin de toute vérité objective ; sur ces conceptions chez Thucydide avec une lecture radicalement critique, Woodman 1988, 1-69.

55 Hartog & Casevitz 1999, 100. Contra Woodman 1988, 8, qui refuse l’idée d’une méthodologie pour la préface mais plutôt d’une réfutation des prédécesseurs de Thucydide, et qui met en doute la réalité de cette fameuse autopsie, p. 4.

56 Thucydide est, selon Bédarida 2001, 153, un pionnier de “l’histoire du temps présent” qu’il s’attache à définir et dont il défend la pertinence épistémologique.

57 Cic., Leg, 1.8 ; Thc. I, 1.1.

58 La réflexion de Cicéron sur l’histoire s’inscrit dans un contexte intellectuel particulier dans lequel histoire et antiquariat deviennent des enjeux de premier plan, Moatti 1997 l’a clairement, prolongeant les réflexions de Rawson 1970 et 1985.

59 Cette cohérence du projet et de la méthode est soulignée par Marchal 1988, 241-263.

60 Hartog & Casevitz 1999, 100.

61 “Je brûle d’une incroyable envie et qui, à mon avis personnel, n’est point répréhensible : que notre nom soit illustré et publié par tes écrits… j’ai désiré que nos actions soient confiées aussi vite que possible aux monuments que tu édifies. En effet, non seulement la pensée des générations à venir m’entraîne à une sorte d’espoir d’immortalité, mais aussi le désir de jouir vivant du prestige de ton témoignage”, Fam., 5.12.1.

62 C’est particulièrement vrai dans l’utilisation qu’il fait d’un passage de l’Orator, 120 “qu’est-ce, en effet, que la vie d’un seul individu, si l’histoire des événements passés ne la relie pas à la vie de nos devanciers ?”. Il s’agit là certes, comme le précise la suite de “donner au discours du poids et du crédit” en citant des précédents, mais il faut y voir aussi une mise en perspective de l’individu dans la trame historique, ce lien au passé étant le seul à même de réaliser pleinement l’individu comme le dit Cicéron ailleurs.

63 Marchal 1987, 41-64.

64 Historia uero testis temporum, lux ueritatis, uita memoriae, magistra uitae, nuntia uetustatis ; De orat., 2.36.

65 Cf. toutefois Woodman 1988, 7 sq. sur l’inscription de Thucydide dans une forme d’héritage homérique.

66 Fam., 5.12. Une lettre qui a fait couler beaucoup d’encre et par l’analyse de laquelle Woodman, non sans provocation, débute son chapitre sur la théorie cicéronienne de l’histoire. On a souligné l’importance des termes de la rhétorique pathétique, cf. Marchal 1987, 58 et surtout Cizek 1988, 16-25, qui en fait un plaidoyer pour la monographie, ce que réfute De Vivo 2000, 183-195 ; Codoner 1996, 1-22 parle d’une lettre pseudo-théorique quand Marchal 1987 tend à y voir un badinage épistolaire dont Cicéron est coutumier, sans réelle valeur théorique.

67 Badinage souligné par Laughton 1961, 38-39.

68 Dangel 2003, 85-95.

69 Il faudrait, pour mesurer de façon précise et pratique cette influence, poursuivre par une étude intertextuelle qui mette en évidence les traces de Thucydide présentes dans l’œuvre de Cicéron. Citons simplement ici quelques éléments déjà évoqués par Lepore 1954, autour de la figure de Périclès et du princeps, élément fondamental dans la pensée politique de Cicéron, et plus récemment par Veneni 1976.

Auteur

Université Toulouse (UTM)

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540